• Apple News, « un partenaire obligé », s’installe au Canada Philippe Papineau - 26 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/culture/medias/546427/apple-news-un-partenaire-oblige-s-installe-au-canada

    Après s’être implantée aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, l’application d’agrégation de nouvelles Apple News s’apprête à s’installer au Canada. Le géant du Web devient ainsi « un partenaire obligé » pour les médias francophones et anglophones, estime le professeur en communication Alain Saulnier.


    Photo : Annik MH de Carufel Le Devoir Encore sous forme de test, la prochaine mise à jour devrait permettre dans les prochains jours l’apparition d’Apple News au Canada.

    Si l’application reste encore sous forme de test et n’est offerte qu’à certains utilisateurs de Mac et de iPhone, la prochaine mise à jour devrait permettre dans les prochains jours l’apparition d’Apple News au Canada, dans une version bilingue.

    Pour l’instant, quelques joueurs médiatiques fourniront des contenus journalistiques à Apple pour nourrir l’engin. Parmi eux, nous apprenait le Globe and Mail vendredi, on note Radio-Canada et la CBC, CTV News, La Presse, le Toronto Star et éventuellement le Globe lui-même. La liste pourrait s’allonger.

    Alain Saulnier, professeur invité au Département de communication de l’Université de Montréal et ancien directeur de l’information à Radio-Canada, estime que les médias sont dans une étrange position devant des géants comme Apple, qui sont à la fois « des partenaires obligés et des concurrents à éviter ».

    Pourquoi alors choisir quelques contenus pour nourrir le géant Apple ? Il y a là « un enjeu de découvrabilité, croit Saulnier. Maintenant, un média comme Le Devoir ou même Radio-Canada cherche à être découvert dans la surabondance d’informations véhiculées par les géants du Web. Pour ce faire, ils essaient de trouver des ententes de partenariat pour que ce rayonnement-là se fasse le plus largement possible. Du même coup, il y a des conséquences. On est en train aussi, peut-être, de se faire avaler par plus gros que soi. »

    Apple News Canada, qui sera dirigé par l’ancien v.-p. de Rogers Steve Maich, propose un mélange d’articles triés sur le volet par des ressources humaines — certains travailleurs de l’information auraient déjà été approchés — et d’informations choisies par des algorithmes et des statistiques.

    Approchée par Le Devoir pour comprendre son intérêt à collaborer avec Apple News, la direction de La Presse n’a pas voulu discuter de sa stratégie, a expliqué la directrice des communications Alex-Sandra Thibault. Du côté de la société d’État, « cette entente permet à Radio-Canada d’élargir la portée de ses contenus et de les faire découvrir à un plus grand nombre de Canadiens », explique Marie Tétreault, chef de la promotion Information Télévision, ICI RDI et projets spéciaux.

    En entrevue au Globe, la rédactrice en chef d’Apple News, Laura Kern, a déclaré que la plateforme permettra aux médias de vendre leurs propres annonces pour accompagner les articles, ainsi que de collaborer avec Apple pour les ventes.

    « Notre but est de faire croître l’auditoire des publications », a expliqué Mme Kern au Globe.

    Le professeur Saulnier fait le parallèle avec les débuts de Facebook. « Les gens voulaient absolument y être, c’était incontournable. Tous les médias y sont allés, mais aujourd’hui on a créé un monstre. »

    #Apple_News #réseaux_sociaux #RSS #information #presse #médias #gafa #citations #actu #droit_voisin #éditeurs


  • Mick Mulvaney in 2015 : Trump’s views on border wall ’simplistic,’ ’absurd and almost childish’

    “The fence is an easy thing to sell politically,” #Mulvaney said. “It’s an easy thing for someone who doesn’t follow the issue very closely to say, ’oh, well that’ll just solve everything, build the fence.”

    https://edition.cnn.com/2018/12/21/politics/mulvaney-on-trump-in-2015/index.html
    source : https://twitter.com/madsen34geog/status/1080852014022709248

    –--------------------------------

    #Nancy_Pelosi: “A wall is an immorality. It’s not who we are as a nation. And this is not a wall between Mexico and the United States that the president is creating here. It’s a wall between reality and his constituents.” Via CBS.

    https://twitter.com/kylegriffin1/status/1080987215285628929

    #murs #inefficacité #symbole #symbolique #USA #Mexique #Trump #résistance #frontières #barrières_frontalières #citations #simplisme #absurdité #infantile #réalité #moralité #immoralité #Etats-Unis



  • Macron, le Médiocrate 13 juin 2018 - Anticons
    https://anticons.wordpress.com/2018/06/13/macron-le-mediocrate

    Réformateur, pragmatique et efficace, il est “l’homme que nous attendions”, nous laissent entendre des responsables des grands médias. Intellectuellement, il fut très proche du philosophe Paul Ricoeur, nous rabâchent ses admirateurs. Dès 2014, Attali annonçait :  « Macron sera président en 2017 » ,  « Nous avons élu un oiseau très rare ! » nous dit Kouchner.  « Il a résisté pendant quelques secondes à la poignée de main Donald Trump » commente Christophe Barbier. « L’échange est ferme, viril mais correct, et hisse la France au niveau de l’Amérique » garantit l’éditocratie.  « Macron c’est moi, en mieux » certifie Sarkozy.  « Il est mi-Kennedy, mi-Alcibiade » écrit BHL toujours bien inspiré (Alcibiade fut condamné à l’exil et Kennedy mourut assassiné). Pour Alain Minc, « Macron, c’est Bonaparte Premier consul « . Alain Juppé  « partage en grande partie » la vision d’Emmanuel Macron. Valéry Giscard d’Estaing « distribue des bons points » à Macron. Bref, cet échantillon de louanges dithyrambiques indique à quel point Emmanuel Macron est le modèle d’une très grande partie de la classe politico-médiatique. N’ayons pas peur des mots, Emmanuel Macron fait consensus auprès des oligarques.
     


    Esprit éclairé ou confusion mentale ? Macron, le best of !
    Nous avons sélectionné quelques citations emblématiques du Président Macron. Parmi les constantes figure en premier lieu la certitude pour lui d’être un homme d’exception. D’autre part, Emmanuel Macron à une fâcheuse tendance à perdre son sang froid dès qu’il est contrarié. Ajoutons que notre Président méprise totalement les classes populaires. Enfin, autre point inquiétant, Emmanuel Macron ne cesse de se contredire et, peut-être pire encore, il semble prendre ses croyances pour des vérités absolues. Voyons cela plus en détails.

     « Je ne suis que l’émanation du goût du peuple français pour le romanesque »

     « Aujourd’hui, je ne suis pas prêt à faire les concessions que m’impose le Parti socialiste, c’est-à-dire m’excuser d’être un jeune mâle blanc diplômé. En d’autres temps, c’était un avantage compétitif inouï. Un jeune mâle blanc inspecteur des finances, il y a soixante ans, était le maître du monde »

     « Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort »

     « Je mise sur la révolution démocratique »

     « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires »

     « Il aurait fallu une Margaret Thatcher à la France »

     « Fillon, c’est Thatcher dans les années 80, la France mérite mieux que ça »

     « Je n’ai pas de leçons à recevoir. »

     « Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler »

     « Le libéralisme c’est la loi du plus fort, l’esprit des réformes que nous proposons c’est tout l’inverse »

     « Le libéralisme est une valeur de gauche »

     « Je suis maoïste, […] un bon programme c’est ce qui marche »

     « La politique c’est mystique »

     « Quand t’es jeune, 35h c’est de la pipe »

     « Travailler plus, sans être payé plus »

     « Monsieur Trump » ou  « l’Américain » : « N’oubliez jamais que si vous êtes une nation libre, c’est parce que des ambitieux sont partis de ces terres avec l’amour de la liberté, avec le même rêve, le rêve français, le rêve européen. Monsieur Trump, n’oubliez jamais ce que vous nous devez. La liberté, votre existence, c’est celle de Lafayette, c’est la nôtre »

     « Avec Trump, nous contribuerons à la création d’un ordre mondial du 21e siècle pour le bien de nos concitoyens »
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=DXcrghQfslU

     « Il y a dans cette société (Gad), une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées, pour beaucoup on leur explique : Vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km ! Ces gens-là n’ont pas le permis de conduire, on va leur dire quoi ? »

     « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord »

     « Mes prédécesseurs n’avaient absolument aucune idée pour l’Europe »

     « J’ai une loyauté personnelle envers François Hollande. Je lui dois de m’avoir fait confiance et de m’avoir nommé au gouvernement. En même temps, lorsqu’un président nomme quelqu’un ministre, il le fait parce qu’il pense que c’est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé »

     « François Hollande, sa présidence bavarde et son “absence d’idée” sur l’Europe »

     « Comme De Gaulle, je choisis le meilleur de la gauche, le meilleur de la droite et même le meilleur du centre »

     « Je suis l’anti-système »

     « J’ai condamné toujours la colonisation comme un acte de barbarie. […] La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité. Ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes »

     « En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé et je ne regrette pas cela parce que – il y a une jolie formule qui vaut pour l’Algérie – la France a installé les droits de l’homme en Algérie, simplement elle a oublié de les lire. […] Tout en reconnaissant ce crime, je ne veux pas qu’on tombe dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien »

     « Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, un lieu que l’on partage »

    Difficile, au milieu de tant d’inconséquence, de comprendre comment Macron a pu séduire autant de français. Le philosophe Alain Deneault montre qu’Emmanuel Macron, à l’instar de Justin Trudeau, premier ministre du Canada depuis novembre 2015, est devenu une figure charismatique uniquement parce que des médias complaisants lui attribuent plus de qualités qu’il n’en a réellement.

    Une figure de proue de l’extrême centre…
    Alain Deneault définit l’extrême centre comme un nouvel ordre politique qui s’efforce de liquider les notions de droite et de gauche. Cette nouvelle droite, puisque nous allons voir qu’il s’agit bien de cela, s’applique selon lui à garantir plus d’argent pour les multinationales, plus de dividendes versés aux actionnaires, plus de facilité d’accès aux paradis fiscaux, moins de services sociaux, et le démantèlement des droits des travailleurs.
     « Emmanuel Macron, c’est Robin des bois à l’envers : il prend aux pauvres pour donner aux riches » a déclaré le journaliste François Ruffin. Et au vu du bilan de sa première année de présidence, il semble difficile de donner lui tort :

    • Suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) dès 2017
    • Suppression de l’impôt pour freiner l’exil fiscal (exit tax) pour 2019
    • Suppressions de 120 000 postes de fonctionnaires
    • Gel du point d’indice et rétablissement du jour de carence pour les fonctionnaires
    • Diminution des aides au logement
    • Hausse de la CSG
    • Stigmatisation des chômeurs
    … pour ne retenir que quelques mesures.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=ZnWgYicjYAQ


    Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, serait-on tenté de dire, puisque l’économiste libéral Milton Friedman soutenait qu’une entreprise ne devrait pas avoir de  « responsabilité sociale » envers le public ou la société. Pour Friedman, le seul souci qui doit peser sur l’entreprise est d’accroître les profits pour ses actionnaires ainsi que pour elle-même. Pour les tenants de la doctrine Friedman, en particulier Reagan, Thatcher et Pinochet, la question sociale doit être subordonnée au bon vouloir de l’initiative privée. Une théorie très fortement contestée par la journaliste Naomie Klein qui démontre que la plupart des citoyens s’appauvrissent tandis que les élites corporatives gagnent une énorme richesse. En janvier 2018, l’ONG Oxfam International rapportait dans un rapport consacré à l’année 2017 que les 1% les plus riches ont empoché 82 % des richesses créées cette année-là, tandis que la moitié la plus pauvre de l’humanité n’en n’a pas eu une miette.

    L’extrême centre ne tolère pas d’opposition
    Deneault explique clairement que l’#extrémisme ne s’évalue pas en fonction du curseur gauche-droite. L’extrémisme nous dit-il, est l’attitude qui consiste à être intolérant à ce qui n’est pas soi. Ainsi, l’extrême centre se présente arbitrairement comme étant “le” centre. L’extrême centre serait donc en somme l’équilibre, la voie médiane qui évite raisonnablement les deux extrêmes. Mais comprenons bien qu’il s’agit avant tout d’une posture. Or la question du positionnement faussement modéré ne date pas d’hier, et l’exemple le plus parlant est peut-être celui d’ #adolphe_thiers qui fut le fut le premier président de la République française (1871-1873), partisan libéral dans un premier temps d’une monarchie constitutionnelle. Adolphe Thiers est l’une des figures emblématiques de l’histoire du #Centre_Gauche, dont il est la représentation de la fausse modération. Honoré de Balzac s’inspirera de Thiers pour créé Eugène de Rastignac, un personnage qui est décrit par Balzac comme ambitieux et prêt à tout pour parvenir à ses fins. L’extrême centre au nom de la raison est violent, cruel, destructeur et aveugle nous enseigne Deneault. Partant de là, rappelons-nous qu’en novembre 1831 débutait à Lyon la première révolte des Canuts, ces ouvriers de l’industrie de la soie. Contre les insurgés, Thiers déclara :  « il vaut mieux l’arme blanche que l’arme à feu » . Ce qu’il voulait, c’était éviter de lire dans la presse :  « On tire sur le peuple » . Les canuts se soulèveront à nouveau en 1834. Cette nouvelle insurrection sera une fois encore réprimée dans le sang par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Adolphe Thiers. La Commune de Paris est une autre période insurrectionnelle de l’histoire de Paris. Elle s’est développée à partir du 18 mars 1871 pour aboutir à la fameuse  « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871. Le chef du pouvoir exécutif Adolphe Thiers, réfugié pour l’occasion à Versailles, lancera contre la capitale cinq corps d’armée. Le résultat sera terrible, avec plus de 20 000 victimes dont beaucoup de femmes et d’enfants. Et bien évidemment, pour Macron… Thiers a sauvé la République en 1871.
    https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-meyer-du-18/blog/100518/thiers-sauve-la-republique-en-1871-selon-macron

    Médiocratie : La marque de l’extrême centre
    En politique selon Deneault, être médiocre signifie satisfaire une oligarchie. Aussi la médiocratie est incarnée par l’extrême centre, commente-t-il. Deneault insiste sur le fait que la  « médiocrité” est en français le substantif désignant ce qui est moyen, tout comme supériorité et infériorité font état de ce qui supérieur et inférieur. Il n’y a pas de  « moyenneté » . En conséquence la médiocrité désigne le stade moyen érigé au rang d’autorité.

    Pour Deneault, la principale compétence d’un médiocre est de reconnaître un autre médiocre. Ensemble, ils organisent des réseaux afin d’établir un puissant système de collusions et de renvois d’ascenseurs. Dans un article précédent consacré à Emmanuel Macron, il nous était apparu important de faire la liste des groupes de pression et des réseaux très opaques du patronat qui gravitent autour de notre nouveau président.

    Et comme il faut bien que l’extrême centre se distingue de la droite stricto sensu, la duperie va s’accomplir dans la bonne humeur. Étant entendu que c’est uniquement le maquillage qui distingue l’extrême centre de la droite à papa, la mystification repose par conséquent sur une #novlangue. La “théorie du ruissellement” selon laquelle “enrichir les riches profite à tout le monde” est contestée par le Gouvernement Édouard Philippe car trop droitière dans son apparence ? Qu’à cela ne tienne, le problème est contourné par Emmanuel Macron en personne, qui lui prône la théorie des  « premiers de cordée » _. Mais comprenons bien que chez Macron, le premier de cordée n’est pas l’instituteur, ni même l’infirmière, l’ingénieur ou l’ambulancier. Les premiers dans le logiciel Macron sont les #réseaux qui lui ont permis d’accéder au pouvoir.

    Les médiocres sont au service d’instances transnationales
    Si nous suivons Alain Deneault dans son raisonnement, nous sommes tous potentiellement des médiocres. Nous sommes donc susceptibles de régresser intellectuellement et moralement. De ce fait, la minorité possédante (oligarchie) qui nous domine et qui emploie Macron met tout en œuvre pour faire de nous des médiocres. Cet asservissement a pour but de nous imposer des protocoles qui insensiblement modifient les consciences, justifiant en cela un discours qui vante les bienfaits de la concurrence. En conséquence, il est facile de comprendre comment la dialectique peut devenir guerrière.

    Souvenons-nous : a posteriori, nous avons eu la confirmation que l’explication humanitaire à la guerre de Libye n’était qu’un prétexte. Bis repetita au printemps de cette année : l’histoire se répète avec Macron en Syrie. Cette fois-ci l’acte qui déclenche les hostilités et une (présumée) attaque chimique à la Douma le 7 avril 2018. En quelques jours, ce qui n’était que supposé va devenir avéré dans les bouches du trio Emmanuel Macron, Theresa May et Donald Trump. Ce qui est remarquable, c’est qu’il y a peu de temps encore, la presse occidentale présentait ce dernier comme un adepte des théories du complot, tout en l’accusant d’être à la solde de la Russie, qui attendrait un retour sur investissement.

    Rappelons donc qu’Emmanuel Macron vient de s’allier à deux États, en l’occurrence les États-Unis et la Grande Bretagne, qui dans un passé récent ont sciemment menti pour envahir l’Irak, et sur bien d’autres motifs de guerre. Qui sont donc ses “amis” ? La guerre d’Irak ou seconde guerre du Golfe commence officiellement le 20 mars 2003. A cette époque, Theresa May était Présidente du parti conservateur qui a toujours soutenu la guerre en Irak. Donald Trump lui, a promu (en mars 2018) le néoconservateur John Bolton au poste très influent de conseiller à la sécurité nationale. En bon néoconservateur, Bolton fut un farouche partisan de la guerre en Irak et du concept de guerre préventive. En 2002, il enterre le protocole de vérification de la convention sur les armes biologiques. En 2002 encore, il signe la lettre qui indique que les États-Unis renoncent à toute participation à la Cour pénale internationale (CPI). Puis Trump nomme Gina Haspel à la direction de la Central Intelligence Agency (CIA). Gina Haspel a été directement impliquée dans la pratique de la torture de détenus. Dans le Washington Post, John Kiriakou, ancien officier du contre-terrorisme de la CIA, explique qu’il est allé en prison pour avoir divulgué les tortures de la CIA. Gina Haspel a aidé à les dissimuler. En s’associant sans la moindre légitimité au duo Trump / May, Macron vient en notre nom à tous, de légitimer la quintessence du Monde selon Bush : torture, traitements cruels, séquestrations illégales, ingérences, guerres sous faux prétextes, (…). Cela nous ramène à la conclusion d’un dossier précédent, où il nous était apparu nécessaire de souligner qu’étape après étape, la pensée politico-médiatique dominante en France est devenue néoconservatrice.

    Confus et nébuleux
     « La grosse colère d’Emmanuel Macron face aux eurodéputés hostiles aux frappes en Syrie « , titra la presse sous l’influence des réseaux de l’OTAN, après que la question des preuves d’armes chimiques lors des attaques en Syrie ait été soulevée à l’Assemblée européenne. Une intervention “irresponsable, risquée et sans perspective politique”, indiquaient certains responsables politiques européens, qui notaient que Trump, May et Macron avaient agi sans preuves ni mandat de l’ONU.

    Face aux eurodéputés hostiles aux frappes en Syrie, Macron s’improvisa défenseur de la veuve et de l’orphelin, et s’adressa à son opposition en ces termes :  « Les mêmes, les mêmes qui à chaque fois s’indignent devant les images que nous avons vu, d’enfants, de femmes, morts d’attaques de chlore, les mêmes, restons-nous assis ? Défendons nous des droits en disant ‘les droits c’est pour nous, les principes c’est pour nous, la réalité c’est pour les autres ? Non, non ! » Le reste est tout aussi indigeste, mais surtout le Président Macron répond totalement à côté, car la seule chose qui lui fut demandée était tout simplement de fournir ses preuves. Par la suite la “médiocrasphère” viendra à la rescousse du nouveau boss :  « Révisionnistes, dégueulasses, sont ceux qui réclament des preuves » , affirme #BHL qui sans vergogne recourt une fois encore au point Godwin (l’arme favorite des médiocres).

     « Bonnet blanc, blanc bonnet »
    Selon les critères définis par A. Deneault, il n’est pas vain d’établir une ressemblance entre le néo-conservatisme et l’extrême centre. Rappelons que le néo-conservatisme est une variante du conservatisme. Sa spécificité est de conserver les caractéristiques du conservatisme traditionnel qui promeut des valeurs établies issues de coutumes et de traditions. Ces règles (foncièrement opposées au progressisme) sont ainsi combinées à l’individualisme, que le #néo-conservateur qualifie de libre entreprise. Sur ce point, la convergence avec le président français est établie par Forbes le magazine d’affaires américain pour qui Macron est le leader des marchés libres.

    Dès qu’ils ont eu accès à des postes de pouvoir et d’autorité, les néo-conservateurs ont approuvé la totalité des programmes anti-sociaux. Pour eux, seules les initiatives privées ont pour fonction de renforcer l’action sociale, via le financement d’organisations religieuses qui ont seules la vocation à s’occuper des pauvres et des marginaux. Autant dire que chez les #néocons l’aide sociale, qui repose en principe sur des actions d’insertion, de prévention et de secours, doit-être réduite à sa plus simple expression. La promotion de la #philanthropie est également le leitmotiv du programme économie sociale et solidaire de La République En Marche.

    Dans leur logique, l’État est relégué au rang de simple auxiliaire des conglomérats de la finance, de l’énergie et de l’armement. Moins de ressources pour les classes populaires et plus de dividendes pour les groupes financiers constituent également la ligne économique et sociale de l’extrême centre comme nous l’avons vu précédemment. La seule différence est relative à sa forme. Le plus souvent les #néoconservateurs ont migré du trotskisme pour aller vers la droite. De Trotksy, les néocons ont conservé l’idée d’exportation de la révolution, qu’ils ont fait évoluer en ingérence américaine. En résumé, ils se revendiquent ouvertement à la fois pro-israéliens, anticommunistes et anti-New Deals. Ainsi pour les néocons, la réglementation en matières économiques et sociales est un échec. L’extrême centre quant à lui avance masqué. Ses objectifs profonds sont tout aussi cruels que ceux du néo-conservatisme. Mais Deneault nous signale que le médiocre de l’extrême centre est cool, jeune, nouveau, sympathique dans sa présentation. “Il faut penser printemps” prêche son illustre représentant Emmanuel Macron. Cela nous rappelle Michel Clouscard qui surnommait George Pompidou  « l’oncle libéral débonnaire » .

    Ne perdons pas de vue qu’avant de cautionner la politique pro-Arabie Saoudite, pro-Israël, et anti-Iran que mène Donald Trump, les poids lourds du néoconservatisme, déjà membres influents du parti républicain, avaient jeté leur dévolu sur la candidate Hillary Clinton qui reste par ailleurs une référence de l’extrême centre.

    Ainsi nous comprenons pourquoi, vis à vis des crimes de guerre israéliens, l’extrême centre se situe toujours dans un semblant de consensus. Le plus souvent cela débouche sur des formules expéditives. Par exemple Macron appelle Netanyahou au  « dialogue » avec les Palestiniens. Sans mentionner Israël, Trudeau a condamné  « l’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles » qu’il juge  « inexcusable » . Mais ces annonces laconiques ne débouchent jamais sur aucune action concrète, et leurs contenus sont invariablement ponctués par des  « Israël est une grande démocratie » , ou encore  « A Paris, Macron joue la proximité avec le premier ministre israélien » .

    Le discours paradoxal
    Le médiocrate de l’extrême centre peut apparaître déroutant pour son auditoire, tant ses contradictions sont nombreuses. Ainsi pour battre Donald Trump, Hillary Clinton se revendiquait féministe et engagée pour les droits des femmes, alors même que parmi les donateurs de la fondation Clinton, nous retrouvons l’Arabie Saoudite, pays qui condamne les femmes adultères à la mort par lapidation.

    Dans le même style, le gouvernement Macron prétend vouloir déconstruire la désinformation et les théories conspirationnistes. Et simultanément la famille Macron entretient une relation fusionnelle avec #philippe_de_villiers qui est pourtant l’archétype du porte-parole au style paranoïaque selon les critères définis par l’historien américain Richard Hofstadter, lorsqu’il établit le portrait robot du théoricien de la conspiration à partir de postulats caractéristiques. Ces postulats nous les retrouvons dans les livres de Philippe De Villiers. Pour lui :

    1.  La conspiration dure depuis plusieurs décennies
    2. Il y a allégeance à une puissance étrangère (le monde arabe)
    3. La France sacrifie ses valeurs
    4. Les arabes imposent leur langue et leur religion
    5. L’alliance France-monde arabe s’appuie sur une politique commune hostile à la chrétienté
    6. Il y a complicité des instances dirigeantes française
    7. Il y a complicité des médias
    8. L’idéologie islamique imprègne les institutions scolaires et universitaires.

    https://www.youtube.com/watch?v=P4U3wBAcMSg

    Pour la petite histoire, vous noterez aussi que d’un côté règne l’harmonie parfaite avec Philippe de Villiers, “tête de gondole du pôle vieille France” qui se revendique 100 % souverainiste, tandis que d’un autre côté Macron entretient des relations étroites avec Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil, deux figures du libéralisme libertaire qui se proclament foncièrement européistes. S’il y a autant de contradictions en médiocratie, c’est tout bonnement parce que l’extrême centre est avant tout la sphère des faire-valoir et des faux-semblants. C’est ainsi que Nicolas Hulot a été nommé ministre de la Transition écologique et solidaire par Emmanuel Macron, alors que ce dernier multiplie les camouflets à l’encontre de son ministre et souhaite même rétablir les chasses présidentielles ?… Il va de soi que cet héritage de la monarchie se pratique uniquement entre pairs.
    https://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/festival-de-cannes/video-quand-emmanuel-macron-fait-une-apparition-dans-le-film-de-daniel-

    Conclusion : un “Président des riches » _
    Il n’est ni Machiavel, ni Alcibiade, ni Kennedy, ni Bonaparte. Plus modestement il est le représentant d’une droite qui n’a jamais cessé de modifier son apparence. Son objectif ? Déconstruire méthodiquement le modèle social français. Ses arguments, une fois l’emballage retiré, sont ceux qu’utilisent les différentes droites depuis des lustres :  « nous sommes soumis à la concurrence internationale » , « le nombre des fonctionnaires doit-être réduit » , « il faut impérativement contrôler les chômeurs », « les cheminots sont des privilégiés » , « nous devons insuffler un élan méritocratie » et enfin  « baissons massivement les impôts des plus riches afin que la théorie du ruissellement opère » .

    Il est clair que pour des raisons de convergence d’intérêts, les milliardaires qui possèdent la presse ont pour la plupart soutenu la candidature de notre nouveau président, qui dispose désormais de la quasi-totalité des moyens de communication pour promouvoir sa politique. Ce constat nous renvoie à la question centrale : Pourquoi les médiocres de l’extrême centre dépensent-ils autant d’énergie pour se déguiser ? Ne serait-il pas plus simple de déclarer : “Nous sommes avant tout au service d’une classe sociale communément appelée élite qui, puisqu’elle est élite, doit naturellement dominer” ?

    Selon toute vraisemblance la réponse à ces interrogations réside dans le fait que si les médiocres et en particulier Macron, nous imposent ce jeu de dupe, c’est parce que s’ils “mettaient carte sur table”, l’oligarchie qui les emploie n’aurait pas la moindre chance de conserver ses privilèges. Rappelons nous que la médiocratie est le monde des collusions et de la corruption. De ce fait, les médiocres trahissent une idée qui comporte trois mots : “Liberté, Égalité, Fraternité”. Cette devise est en fait l’ADN de la société républicaine. Fortement influencée par Du Contrat social de Rousseau, elle postule que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Ainsi nous comprenons aisément pourquoi cet axiome qui est l’un des fondements de la morale moderne est incompatible avec l’affairisme, les réseaux, et le renvoi d’ascenseur que favorisent les médiocres de l’extrême centre

    https://www.youtube.com/watch?v=oXsFb6iCDZU

    Même si le peuple est tour à tour désabusé, désillusionné, perverti ou complice, les principes républicains sont implantés dans sa conscience par l’entremise de l’éducation. Spontanément, le tout-un-chacun juge le monde en vertu de cette maxime  « Liberté, Egalité, Fraternité » , que l’on retrouve déjà en gestation dans la littérature antique. L’universalité des valeurs républicaines a supplanté depuis longtemps la morale élitiste du droit divin. Le premier médiocrate à avoir pleinement intégré cette donnée s’appelait Adolphe Thiers. Royaliste à ses débuts, il évoluera vers un projet aux allures républicaines, ce qui lui permettra de combiner ses ambitions personnelles à une stratégie globale qui, sous couvert de libéralisme, garantira à une caste sociale la primauté sur la majorité. Depuis lors, la contre-révolution (représentée par les médiocrates) réinvente à intervalle régulier sa rhétorique pour continuer de faire illusion.

    Emmanuel Macron est la nouvelle égérie de la lignée médiocrate. La résurgence de son archaïsme ne laisse planer aucun doute sur ses véritables aspirations (de #Rothschild, de Villiers, Versailles, Chambord… ). Cependant, intuitivement, la plupart des français ont désormais compris à qui ils avaient affaire : Selon le sondage du mois de mai 2018 Odoxa-Dentsu Consulting, les trois quarts des français (72%) perçoivent Emmanuel Macron comme un  « président des riches » .

     #oligarques #alain_deneault #droite #gauche #centre #extrême_centre #canada #médiocratie #gouvernance #éditocratie #ISF #exit_tax #APL #CSG #chômeurs #milton_friedman #Social #Naomie Klein #citations
     #emmanuel_macron #guerre_aux_pauvres #macron #enmarcheverslefn #france #gouvernement_macron #réformes_antisociales



  • GIS and Cartography Quotes ~ GIS Lounge

    https://www.gislounge.com/gis-quotes

    “When our maps do not fit the territory, when we act as if our inferences are factual knowledge, we prepare ourselves for a world that isn’t there. If this happens often enough, the inevitable result is frustration and an ever-increasing tendency to warp the territory to fit our maps. We see what we want to see, and the more we see it, the more likely we are to reinforce this distorted perception, in the familiar circular and spiral feedback pattern.” ~ Professor Harry L. Weinberg, 1959 in Levels of Knowing and Existence: Studies in General Semantics

    #cartographie #citations


  • Where’s the evidence? A little science about bias and gender equality

    In some recent presentations on gender equality and diversity, I’ve referred to several published studies. This posting lists some of those with links either to the articles themselves and to blog postings that I’ve written about those pieces before.

    http://curt-rice.com/2017/09/23/wheres-the-evidence-a-little-science-about-bias-and-gender-equality
    #égalité #femmes #université #science #bibliographie #sexisme #népotisme #stéréotypes #quota #peer-review #citations

    • Et une #base_de_données
      Initiatives pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche

      Cette cartographie permet d’accéder en quelques clics aux différentes initiatives des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

      Elle fournit des informations à la fois sur l’état des dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, sur les formations mises en place ainsi que sur les actions de sensibilisation menées au sein de la communauté universitaire. Grâce à son caractère interactif, les établissements peuvent actualiser la carte au fil de leurs actions.

      Ces informations sont destinées à tous et toutes les acteurs et actrices de l’enseignement supérieur et de la recherche (directions d’établissement, chargé-e-s de mission égalité…) qui souhaiteraient s’inspirer des initiatives prises ailleurs, mais aussi à toute personne désireuse de s’informer sur l’état de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche.

      https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pages/lutte_contre_les_violences_sexistes_et_sexuelles
      #cartographie #visualisation #violences_sexuelles #visualisation #résistance #enseignement


  • Ferenc … ou la récupération toponymique nationaliste

    Cristina Del Biaggio nous indique deux passages sarcastiques du livre de #Nina_Yargekov, #Double_nationalité, (P.O.L., 2016). L’auteur y décrypte les techniques toponymiques nationalistes contemporaines en Hongrie. Celles-ci vont de la renationalisation du prénom du compositeur #Franz_Liszt en Ferenc #Liszt pour nommer l’aéroport international d’après cette figure internationale que l’on ramène ainsi à la patrie hongroise, à la mobilisation odonymique d’un panthéon nationaliste improvisé.

    https://neotopo.hypotheses.org/833

    #toponymie #hongrie #nationalisme #aéroport #livre #citations

    • après discussion avec l’auteure du livre, Frédéric Giraut, auteur de l’introduction des citations dans le blog neotoponymie, a modifié comme suit le texte :

      Ferenc … ou l’affirmation toponymique nationaliste

      Cristina Del Biaggio nous indique deux passages sarcastiques du livre de Nina Yargekov, Double nationalité, (P.O.L., 2016). L’auteur y décrypte les techniques toponymiques nationalistes contemporaines en Hongrie. Celles-ci vont de la mobilisation odonymique d’un panthéon nationaliste improvisé, à l’affirmation du prénom hongrois (Ferenc) du compositeur Franz Liszt pour nommer l’aéroport international d’après cette figure européenne née dans l’Autriche actuelle et qui a toujours utilisé le prénom Franz dans sa vie d’artiste, que l’on ramène ainsi à sa patrie hongroise.


  • Deux #citations sur les #murs tirées du #livre #Double_nationalité de #Nina_Yargekov :

    « Le Mur qui coupait l’Europe en deux c’était injuste. Le Mur à la frontière serbe en revanche c’est bien, voilà une opportune ligne de démarcation pour qu’on puisse aisément repérer le tracé de l’Union européenne. Et cela ne coupe pas l’Europe en deux puisqu’au-delà de l’Union européenne ce n’est plus l’Europe évidemment, mais une sorte de résidu géographique, des confins, des marges, on s’en fiche. En somme, toute analogie entre les deux Murs serait entachée de mauvaise foi. La preuve, le nouveau est situé à un autre endroit que l’ancien. Quelle chance, du coup on est content, on se prélasse, on se trémousse, depuis le temps qu’on rêvait d’être du bon côté. Mais ça c’est un secret. Officiellement, le Mur est une rassurante protection. Parce que ces migrants, leur culture ici ça n’ira pas. Leur culture, au singulier, car ils ont tous la même n’est-ce pas. La Palestine, l’Afghanistan, la Syrie, l’Erythrée, c’est pareil, non ? En tous les cas ce n’est pas l’Europe. Or la culture européenne ne doit pas changer. Elle doit rester telle qu’elle est. Intacte, dans son joli écrin doré. Sous verre. Qu’on la fige, qu’elle ne bouge plus. Sinon c’est la fin du monde. Une si belle culture, qui n’a jamais engendré ni guerres, ni massacres, ni génocides. On n’est pas au Rwanda ici ».

    Nina Yargekov, Double nationalité, P.O.L., 2016, pp.623-624.

    « Vous lisez des articles, vous regardez des photographies. Le choc migratoire : il y a réellement des gens désireux de venir en Hongrie. Vous les voyez, ils sont derrière le grillage, ils serrent le grillage avec leurs mains, cela ne peut être une mise en scène, ils voudraient passer de l’autre côté. Et on les empêche. Un Mur se dresse face à eux. Ou s’ils arrivent à entrer, on les met dans un camp. Un camp ? en Hongrie ? Vous secouez la tête, ce n’est pas possible pas possible pas possible un camp en Hongrie ce n’est pas possible, vous êtes cartésienne les trucs paranormaux très peu pour vous. Le camp en question fort heureusement se trouve assez lion de Budapest dès lors vous parvenez à faire abstraction, vous l’éloignez, vous le repoussez en dehors du champ de votre conscience. Mais le Mur.
    Vous restez longtemps sans bouger, fixant l’écran devant vous. S’il avait fallu lancer des paris, vous auriez tout misé sur le fait qu’un pays qui dans le passé a souffert d’un Mur est absolument immunisé contre l’idée d’en construire un nouveau. Que quand on a connu le confinement, l’isolement, l’exclusion, on ne peut une seconde envisager d’ériger un Mur. Qu’il faudrait être fou, qu’il faudrait être malade. Une ravissante théorie, laquelle toutefois rate piteusement son examen d’entrée dans la réalité. Puisque le Mur existe. Vous regardez votre plafond qui est si haut, vous regardez vos propres murs, de gentils murs d’habitation, des murs qui vous protègent. Et subitement vous avez une révélation, c’est une revanche, c’est une revanche, mais évidemment. Vous avez été du mauvais côté du Mur, du côté pourri pendant si longtemps. Et là ce nouveau Mur, c’est un Mur qui vous place du bon côté. Pour aller vite, c’est un peu réducteur sans doute, cependant c’est ça, oui c’est ça, les Murs ont toujours un côté orage et un côté soleil, un côté émigration et un côté immigration, un côté on est dans la merde noire et un côté tralalala qu’est-ce qu’on est bien ici, et ce nouveau Mur c’est pour le plaisir, la jouissance d’être enfin, enfin du côté enviable, du côté gagnant, du côté occidental. Le désir, le plaisir, vous le comprenez. Mais n’y avait-il pas d’autres moyens ? Le théâtre, la poésie, le cinéma ? Il y a quantité de façons de vivre ses fantasmes sans importuner le monde. Tout en vous l’énonçant vous réalisez que c’est précisément cela qui vous effraie, qui vous terrorise, même, en effet vous avez l’impression que ce Mur est l’incarnation d’un fantasme géant, qu’il est obscène, pornographique, que quelqu’un quelque part a oublié de se censurer, perdant de vue qu’il y a des trucs qu’on fait dans sa tête et d’autres qu’on fait dans le réel, et qu’il est judicieux d’essayer, dans la mesure du possible, de ne pas mélanger les deux ».

    Nina Yargekov, Double nationalité, P.O.L., 2016, pp.508-509.

    #frontières #barrières_frontalières #histoire #guerre_froide

    • Nina Yargekov Double Nationalité

      Nina Yargekov Double Nationalité éditions P.O.L : où Nina Yargekov tente de dire de quoi et comment est composé son livre « Double Nationalité », et où il est notamment question d’amnésie et d’identité, de France et de Hongrie, de #bilinguisme et de double identité, de prostitution et de guerre d’Algérie, de Transylvanie et du métro Charonne, à l’occasion de la parution de « Double Nationalité » aux éditions P.O.L, à Paris le 29 août 2016

      https://www.youtube.com/watch?v=uPdCR8Wh3Rc


  • Une étudiante crée une puissante série de photos avec des #citations de Trump sur les femmes

    #Aria_Watson, une étudiante de 18 ans de l’Oregon, aux États-Unis, n’a jamais aimé la politique, mais cette année, c’est différent. « Quand Trump l’a emporté sur Clinton, mon cœur s’est fracassé », a-t-elle affirmé. Elle ne pouvait plus demeurer silencieuse, alors elle a décidé d’aider les gens à comprendre qui est réellement Donald Trump.

    Sa série de photos intitulée #SignedByTrump présente des citations de Trump au sujet des femmes. « Je sais que la plupart des gens ont déjà une opinion sur Trump, mais je souhaite tout de même que #SignedByTrump ouvre les yeux à quelques personnes », affirme Aria.

    Le projet a été créé comme travail final pour son cours de photographie. Lorsqu’elle a publié les images sur Facebook et Instagram, elles ont été retirées. Plus tard, elle a décidé de les publier sur Tumblr, et elles sont rapidement devenues virales.

    http://www.ipnoze.com/2016/12/12/photos-citations-donald-trump-femmes

    #résistance #photographie #Trump #femmes #sexisme #corps


  • Citation et #Proverbe_d'Amour et d’amitié
    http://www.sms-d-amour-poeme.com/2014/01/citation-et-proverbe-damour-et-damitie.html

    citation d’amour L’amour c’est comme le sable du désert, chaque grain a son importance. On me l’a tellement dit, de l’oublier. Mais même si je l’avais voulu, je n’aurais pas pu. Il y a toujours quelque chose qui me ramènera vers lui.j’aimerais être a la place de celui que j’aime pour être aimer comme je l’aimecitation d’amitié Me salir, me critiquer, me juger vas-y ,tant que je ne te ressemble pas, moi ça me va très bien !!!On est toujours sali par plus sale que soi !!!!!J’ai fait des erreurs, je suis une têtu,je suis émotive, parfois difficile à supporter...Si vous n’acceptez pas le pire de mon caractère,vous ne méritez surement pas le meilleur de moi-même et ni mon amitié !!Au moins je sais qui je suis et ... j’assumeparfois en sortant du bar, je me sent comme jule cesar.. je suis venu, j’ai bu, je (...)

    #Citation_d'Amour #citations_d'amitié #Proverbe_sur_l'amitié



  • Quelques #citations sur la #race tirées de « L’art français de la guerre » d’Alexis Jenni, paru en 2011.

    La race n’existe pas. Elle existe suffisamment pour qu’une gare flambe, et que des centaines de personnes qui n’avaient rien en commun s’organisent par couleurs. Noirs, bruns, blancs, bleus. (…) (p. 214)

    Avec qui puis-je parler ? De qui descends-je ? De qui puis-je dire que je tiens ?
    J’ai besoin de la race.
    La race a la simplicité des grandes folies, de celles qu’il est simple de partager car elles sont le bruit de nos rouages quand plus rien ne les dirige. Laissée à elle-même, la pensée produit la race ; car la pensée classe, machinalement. La race sait me parler de mon être. La ressemblance est mon idée la plus simple, je la quémande sur les visages, j’explore le mien à tâtons. La race est une méthode de classement des êtres. (p. 216)

    La race n’existe pas, mais la réalité ne lui donne jamais tort. Notre esprit la suggère sans cesse ; cette idée-là revient toujours. (p. 217)

    Je ne sais pas de quel peuple je descends. Mais peu importe, n’est-ce pas ?
    Car il n’est pas de race. N’est-ce pas ?
    Elles n’existent pas ces figures qui se battent.
    Notre vie est bien plus paisible. N’est-ce pas ?
    Nous sommes bien tous les mêmes. N’est-ce pas ?
    Ne vivons-nous pas ensemble ?
    N’est-ce pas ?
    Répondez-moi. (p. 226)

    La race n’existe pas, mais elle est une identité effective. Dans la société sans classes, dans la société moléculaire livrée à l’agitation, tous contre tous, la race est l’idée visible qui permet le contrôle. La ressemblance, confondue avec l’identité, permet le maintien de l’ordre. (p. 231)




  • #Citations tirées du livre #Eldorado de #Laurent_Gaudé :

    Gardien de la citadelle Europe, le commandant Piracci navigue depuis vingt ans au large des côtes italiennes, afin d’intercepter les embarcations des émigrants clandestins. Mais plusieurs événements viennent ébranler sa foi en sa mission. Dans le même temps, au Soudan, deux frères (bientôt séparés par le destin) s’apprêtent à entreprendre le dangereux voyage vers le continent de leurs rêves, l’Eldorado européen... Parce qu’il n’y a pas de frontière que l’espérance ne puisse franchir, Laurent Gaudé fait résonner la voix de ceux qui, au prix de leurs illusions, leur identité et parfois leur vie, osent se mettre en chemin pour s’inventer une terre promise.

    « - Nous n’aurons pas la vie que nous méritons, dis-je à voix basse. Tu le sais comme moi. Et nos enfants, Jamal, nos enfants ne seront nés nulle part. Fils d’immigrés là où nous irons. Ignorant tout de leur pays. Leur vie aussi sera brûlée. Mais leurs enfants à eux seront saufs. Je le sais. C’est ainsi. Il faut trois générations. Les enfants de nos enfants naîtront là-bas chez eux. Ils auront l’appétit que nous leur aurons tramsis et l’habilité qui nous manquait. Cela me va. Je demande juste au ciel de me laisser voir nos petits-enfants.
    J’ai cru que mon frère n’allait rien répondre. Mais il a parlé et j’ai compris que nous partagions tout ce soir.
    – Le plus dur, a-t-il dit, ce n’est pas pour nous. Nous pourrons toujours nous dire que nous l’avons voulu. Nous aurons toujours en mémoire ce que nous avons laissé derrière nous. Le soleil des jours heureux nous réchauffera le sang et le souvenir de l’horreur écartera de nous les regrets. Mais nos enfants, tu as raison, nos enfants n’auront pas ces armes. Alors oui, il faut espérer que nos petits-enfants seront des lions au regard décidé »

    Laurent GAUDE, Eldorado, éditions J’ai lu, 2009, p.48.

    « Je me suis trompé. Aucune frontière n’est facile à franchir. Il faut forcément abandonner quelque chose derrière soi. Nous avons cru pouvoir passer sans sentir la moindre difficulté, mais il faut s’arracher la peau pour quitter son pays. Et qu’il n’y ait ni fils barbelés ni poste frontière n’y change rien. »

    Laurent GAUDE, Eldorado, éditions J’ai lu, 2009, p.91.

    Sur #Ceuta

    « J’étais content losque je suis arrivé dans les rues, parce que je n’en ai pas vu d’autres comme moi. Certains jours nous sommes si nombreux le long des murs de la ville qu’il vaut mieux repartir tout de suite. Non seulement les Marocains ne donnent rien, mais ils s’énervent de notre nombre. Aujourd’hui, non. Je me suis dit que la journée serait peut-être bonne. J’étais arrivé avant l’appel à la prière, il aurait été étonnant de ne pas croiser quelques fidèles. Mais en passant par l’avenue principale, j’ai vu une agitation anormale. Des jeeps bouchaient la circulation. Je me suis caché. J’ai observé. C’était trois véhicules de police et j’ai compris que je ne passerais pas ma journée contre un mur, qu’il n’y aurait pas de charité aujourd’hui ni de bénédiction sur le Coran. Ils sont de retour. Je les observe. Ils viennent d’arriver. Nous avons peut-être encore quelques jours. Le temps qu’ils posent, qu’ils élaborent un plan. Le temps qu’ils reçoivent leurs ordres. Demain, sûrement, ils nettoieront les rues de la ville. Après-demain ce seront les collines. Je dois retourner au camp. Prévenir Boubakar.
    La dernière fois, ils avaient fondu sur nous comme des abeilles voraces. En pleine nuit. Les phares de leurs voitures s’étaient allumés en même temps et ils avaient sauté de leurs jeeps en hurlant, matraquant tous les corps qu’ils trouvaient, les arbustes. Ils brûlèrent tout. Nos pauvres affaires sur lesquelles nous veillions jour et nuit avec jalousie ont disparu dans une odeur écoeurante d’essence. C’est Boubakar qui m’a sauvé. Il a insisté pour que nous quittions la forêt. Cela me paraissait aberrant. Mais il avait raison. C’est la forêt, justement, qui les intéressait. Nous avons couru comme des rats dans la nuit. Et lorsque la forêt fut dans notre dos, le silence nous enveloppas à nouveau. Nous étions allongés, face contre terre. Là-bas, ils frappaient encore. Là-bas, des sacs de couchage brûlaient et les chiens mordaient les hommes aux mollets. Là-bas, ils faisaient monter dans des camions ceux qu’ils avaient matraqués. Entassés comme du bétail. Sans se soucier de qui saignait, de qui avait un enfant ou ne pouvait plus marcher.
    La dernière fois, ils sont venus avec des chiens et de l’essence. Dieu sait ce qu’ils vont amener cette fois-ci »

    Laurent GAUDE, Eldorado, éditions J’ai lu, 2009, pp.173-175.

    « Je ne veux pas répondre à Boubakar. Nous allons courir comme des bêtes et cela me répugne. Nous allons oublier les visages de ceux avec qui nous avons partagé nos nuits et nos repas depuis six mois. Nous allons devenir durs et aveugles. Je ne veux pas répondre à Boubakar, mais il continue à parler et à me serrer les bras. ’Si tu tombes, Soleiman, ne compte pas sur moi pour revenir sur mes pas. C’est fini. Chacun court. Nous sommes seuls, tu m’entends. Tu dois courir seul. Promets-le-moi.’ Alors je cède. Et je promets à Boubakar. Je lui promets de le laisser s’effondrer dans la poussière, de ne pas l’aider si un chien lui fait saigner les mollets. Je lui promets d’oublier qui je suis. D’oublier que cela fait huit mois qu’il veille sur moi. Le temps de l’assaut, nous allons devenir des bêtes. Et cela, peut-être, fait partie du voyage. Nous éprouverons la violence et la cécité. La fraternité dans le bois. Nous lui tournons le dos. C’est l’heure de la vitesse et de la solitude ».

    Laurent GAUDE, Eldorado, éditions J’ai lu, 2009, pp.180-181.

    #migration #livre


  • Lu dans les toilettes d’un bar à la station Robespierre (Montreuil) : AlmaSoror
    http://almasoror.hautetfort.com/archive/2014/08/04/lu-dans-les-toilettes-d-un-bar-a-la-station-robespierre-mont-5

    Chacun met sa souffrance sur le compte de son échec individuel, chacun met son regret de l’identité perdue sur le compte de son incapacité personnelle à envisager la modernité inaccessible à sa piètre intelligence.

    Joliment dit.



  • #Livre, #lecture :
    Vidosav STEVANOVIC, « La même chose »

    Ils sont onze, exilés à Paris ou survivants là-bas, perdus dans les décombres d’une ville fantôme de l’est de l’Europe. Simon est un petit garçon agile comme un chat, les yeux grands ouverts sur le souvenir des cadavres de ses parents assassinés. Sela est seule au monde, dans une ville qui n’est plus une ville, avec un bébé dans le ventre - et la faim, la soif, les balles et la mort qui l’attendent à la sortie. Mais il y a aussi le peintre aveugle, qui n’a pas toujours été aveugle, qui palpe et qui entend au fond de lui ce vide obscur, parfois tonitruant, qui l’étreint. Et le Professeur, que des rhumatismes paralysent - souvenir d’enfance et de guerre du temps où sa famille fut massacrée et jetée dans une fosse. Et le sniper, appelé « le Sixième », l’œil rivé au viseur, et qui se gave de mille-feuilles avec l’argent que lui rapportent ses crimes. Et, surtout, il y a l’écrivain, qui n’a pas de nom, qui vit dans une ville rayée des cartes et de l’Histoire et qui raconte l’horreur et la mort, la rage et le désir de vengeance.« Ici l’on ne survit que si l’on meurt. » Avec une violence rarement atteinte et une grande maîtrise littéraire, Vidosav Stevanovic raconte, après les tourbillons d’une guerre qui ont anéanti un peuple, des êtres dont il ne reste plus que des chairs béantes et des consciences torturées avec, à la bouche, un goût de mort, de vengeance et de haine.

    http://www.amazon.fr/La-m%C3%AAme-chose-Vidosav-Stevanovic/dp/2715219261

    3 #citations sur la #guerre, les #soldats, l’ #altérité, l’ #extermination la #vie_en_commun, les #frontières, les #murs :
    « Les soldats sont eux aussi des hommes, mais d’autres hommes, différents, les mêmes de l’extérieur, différents de l’intérieur. Ce qui tue, ce ne sont pas les fusils, les canons et les obus, ce sont les soldats »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.32.

    « Il voit cet enfant errer dans les rues qui ne sont plus des rues, cherchant une nourriture inexistante dans des maisons qui étaient autrefois des maisons, ce sont maintenant des ruines où vivent des gens affamés qui mourront bientôt »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.69.

    « La vie en commun est malgré tout indispensable. Autrement la haine n’est pas possible, la vengeance n’est pas possible. Autrement l’extermination mutuelle n’est pas possible. Si nous nous séparions, nous divisions, si nous élevions des murs entre nous, dressions des frontières et des obstacles, une trentaine de visages sur ces photographies resteraient figés, à regarder dans le vide et sans sourire, sans aucune expression, pâlis, invengés.
    Les uns sans les autres nous deviendrions des autres, et ces autres ne pourraient rien faire contre cuex-mêmes »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.139.

    Une citation sur le #masque et le #visage :
    « ’Ce n’est pas un vrai visage, dit Simon. C’est un masque que cet homme a revêtu comme on revêt un uniforme, un masque qui s’est collé à son visage. Si je lui arrachais son masque, dessous je ne trouverais rien’ »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.97.

    Une citation sur les #viols, la #guerre et les enfants nés de viols :
    « ’Chassez ce monstre de mon ventre, dit Sela. Aidez-moi à être de nouveau légère et seule ; que ma peau soit claire et propre. Pourquoi vous taisez-vous ? Si vous ne savez plus parler, sautez, agitez les bras, battez-vous, frappez ce monstre en moi pour que je sois à nouveau fraîche et belle et que ma peau soit claire et pure’ »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.99.

    3 citations sur les #montagnes :
    « ’Mon peuple est en petit nombre, il y a bien des nôtres aussi dans les plaines et dans les villes, mais nous ne reconnaissons que ceux des montagnes, ceux qui descendent pour exterminer ceux de la plaine, détruire les villes »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.119.

    « Tout est dans ma tête de même que tout l’argent est sur mon compte, tous mes tableaux sur mes murs dans le séjour, je n’ai plus besoin de rien sauf de prendre chaque après-midi le thé sur la terrasse, avec devant moi la vue sur Paris qui m’appartient comme jadis les montagnes, si ce n’est qu’il est plus beau que les montagnes »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.139.

    « Le Professeur ne sera plus ni professeur ni docteur. Ce sera un vieillard qui ne peut pas mourir, c’est en vain qu’il restera là assis à attendre la mort, il n’aura ni encre ni plume, ses deux amis ne viendront pas, la nuit, de la montagne qui se dresse vers le nord, ils ne lui enverront plus d’obus avant-coureurs. ’Revenez’, dira le Professeur. Mais personne ne viendra. ’Je veux vivre’, dira le Professeur. Mais il ne vivra pas tant qu’au nord il y aura des montagnes »
    Vidosav Stefanovic, La même chose, Mercure de France, 1999, p.164.

    #ex-Yougoslavie #exil #réfugié


  • Plagiat : services de détection de contenus plagiés en ligne (MAJ)
    http://www.dsfc.net/internet/moteurs-internet/services-webdetection-plagiat

    Il existe plusieurs services qui peuvent vous permettre de connaître les plagiats éventuels réalisés à partir de vos contenus. Dsfc Autour du sujet : Services de vérification d’adresses email Services de géolocalisation d’adresses IP Test des services de ping XML-RPC Détection de changement de contenu de sites Web Les services de collecte de données personnelles made in Google

    • La plupart de ces sites ne marchent pas, ou sont une espèce de publicité pour des services payants. Existe-t-il un outil open source un peu sérieux pour ça ? On commencé à y réfléchir avec @ybon — il y a un prototype, mais on est restés coincés.

      #plagiat #text-mining #citations

    • Allintext de Google (oui, je sais...) marche carrément bien, puisque je viens de tomber sur un très gros et vilain plagiat d’un de mes textes qui a beaucoup circulé. Citations, reprises intégrales... ok, j’ai l’habitude, mais là, c’est du plagiat délibéré : la CGT a pompé une partie du texte pour le coller dans une publication sans me demander mon avis... et sans respecter la licence Creative Commons...

    • Ma question est plutôt la suivante : partant d’un texte donné, retrouver, ligne par ligne (phrase par phrase, fragment de texte par fragment de texte), les citations faites. Dans l’idéal ça fonctionnerait en ligne de commande.

    • J’essaie compilatio, et je trouve dommage de ne pas avoir une vue où l’on verrait chaque fragment surligné de la couleur de sa source ; mais oui, ça a l’air bien. Un peu cher pour un usage ré/créatif.

    • ça doit être dans la version profs ; je me suis inscrit comme étudiant (établissement : indépendant), et dans mon interface, à côté des sources, je n’ai pas les petites lunettes

    • Désolée, mon commentaire humouristique a croisé le tien. Donc, je ne savais pas qu’elle avait vraiment pris cher et de manière officielle.

      Le fait est qu’effectivement, la tricherie et lourde et manifeste et que oui, la sanction est nécessaire par respect pour les autres étudiants qui se cassent le tronc pour de vrai. Sinon, c’est ton enseignement lui-même qui est dévalorisé.
      En plus, franchement, elle est indéfendable, puisqu’elle a tenté de te corrompre pour mettre fin à la procédure disciplinaire.
      Ce n’est vraiment pas faire le flic que de s’assurer de l’équité de tous devant le diplôme. Surtout quand le diplôme en question a de lourdes retombées par la suite.
      J’ai des potes qui avaient constaté des irrégularité en fac de médecine et ne voulaient pas être des balances... du coup, je trouve qu’ils deviennent co-responsables de la mise en service d’un médecin non qualifié, avec toutes les conséquences que tu peux imaginer.




  • Détecter les #citations (ou #plagiats) dans un texte.

    pour l’instant, ce que j’ai trouvé marche très mal (chez moi)

    https://github.com/architshukla/Plagiarism-Checker
    – les résultats sont inconsistants (parfois une liste d’URLs avec des scores, parfois rien)
    – le script ne va pas à l’essentiel (il essaie de convertir du docx ou du PDF en texte, comme si c’était son taf).
    – algorithme basé sur les #ngram du texte

    https://github.com/wnksd2/plagiarism
    – réussi à l’installer sur Linux (sur Mac, python3 + nltk et dépendances m’a tuer) ; la méthode (étrange) est d’extraire les mots-clés du texte, puis de charger les 10 premiers PDF correspondant à ces mots-clés dans google, et enfin de chercher les citations dans ces 10 PDF.

    https://github.com/kovalexal/Plagiarize3
    – installé sur Linux (même pb sur Mac avec python3 + nltk) ; la méthode est une extraction de phrases, que le script envoie alors dans google. Les phrases extraites sont calculées d’une manière qui m’échappe ; ça buggue car, comme elles sont trop longues (32 mots), google refuse de répondre…

    L’idée serait de présenter le texte sous forme d’une page HTML où la couleur représenterait la première source trouvée pour chaque extrait, et l’intensité le taux de similarité. Avec des liens pour aller vite vers les résultats du moteur.

    Ça peut aussi intéresser @ybon


  • Qui c’est-y-qu’a dit quoi ? En général, quand on ne sait pas trop de qui est une citation, elle finit par être attribuée à Mark Twain ou Oscar Wilde.
    Quote Investigator se penche sur des citations célèbres, et tente d’en retracer la paternité historique.

    De quoi tordre le cou à quelques légendes urbaines, faire son gros malin dans les dîners en ville (ou sur Facebook), et au passage découvrir de chouettes citations & aphorismes - un de mes pêchés mignons.

    http://quoteinvestigator.com

    The problem with internet quotes is that you can’t always depend on their accuracy - Abraham Lincoln

    #citations #mark_twain #oscar_wilde