city:aéroport

  • Israël cherche à expulser l’auteure Susan Abulhawa
    Nicolas Gary - 02.11.2018
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/israel-cherche-a-expulser-l-auteure-susan-abulhawa/91690

    Susan Abulhawa a 48 ans : elle devrait intervenir au festival de littérature palestinienne qui se tient du 3 au 7 novembre, invitée par le British Council, sponsor de la manifestation. Mais outre son activité d’auteure, elle est également partisane de la campagne BDS, Boycott, Désinvestissement et Sanctions.
    (...)

    Les autorités israéliennes avaient surtout en mémoire qu’elle avait été expulsée d’Israël et qu’elle aurait, pour y revenir, dû demander l’octroi d’un visa. Un point légal que l’écrivaine ignorait totalement, assure son amie. C’est pourtant en mars 2017 que le Parlement a adopté une législation très controversée interdisant littéralement aux membres de BDS de séjourner sur le sol israélien.
    Elle devait comparaître devant le juge ce 2 novembre – avec une certaine clémence, toutefois, ayant appris que le festival dépendait en grande partie de sa présence.

    Expulsion actée, en attente de l’appel

    Pour autant, le juge a décidé de son expulsion, sans autre forme de procès. Susans Abulhawa a fait appel de la décision, mais personne ne sait quand ce dernier sera entendu. Un avocat du British Council ainsi que l’ambassade des États-Unis se sont rapprochés des organisateurs de la manifestation, mais n’ont pas pu prendre attache avec elle.

    Le problème vient également de ce que l’auteure est un best-seller parmi les plus importantes chez les écrivains arabes. Son livre Mornings in Jenin est devenu un succès mondial, traduit en 28 langues.

    #frontières #expulsion #Susan_Abulhawa

    • Susan Abulhawa’s statement to Kalimat Palestinian Literature Festival after the Israeli authorities have denied her entry into her country and she was therefore unable to attend the festival.
      https://www.facebook.com/susan.abulhawa/posts/10156481100262254

      I would like to express my deep gratitude to the Kalimat Palestinian Literature Festival, Mahmoud Muna in particular, and to the Kenyon Institute of the British Council for inviting me and undertaking the expense for me to participate in this year’s literature festival in Palestine.

      As you all know by now, Israeli authorities have denied me entry into my country and I am therefore unable to attend the festival. It pains me greatly not to be with my friends and fellow writers to explore and celebrate our literary traditions with readers and with each other in our homeland. It pains me that we can meet anywhere in the world except in Palestine, the place to which we belong, from whence our stories emerge and where all our turns eventually lead. We cannot meet on soil that has been fertilized for millennia by the bodies of our ancestors and watered by the tears and blood of Palestine’s sons and daughters who daily fight for her.

      Since my deportation, I read that Israeli authorities indicated that I was required to “coordinate” my travel with them in advance. This is a lie. In fact, I was told upon arrival at the airport that I had been required to apply for a visa to my US passport, and that this application would not be accepted until 2020, at least five years after the first time they denied me entry. They said it was my responsibility to know this even though I was never given any indication of being banned. Then they said my first deportation in 2015 was because I refused to give them the reason for my visit. This, too, is a lie. Here are the facts:

      In 2015, I traveled to Palestine to build playgrounds in several villages and to hold opening ceremonies at playgrounds we had already built in the months previous. Another member of our organization was traveling with me. She happened to be Jewish and they allowed her in. Several Israeli interrogators asked me the same questions in different ways over the course of approximately 7.5 hours. I answered them all, as Palestinians must if we are to stand a chance of going home, even as visitors. But I was not sufficiently deferential, nor was I capable of that in the moment. But I was certainly composed and – the requirement for all violated people – “civil.” Finally, I was accused of not cooperating because I did not know how many cousins I have and what are all their names and the names of their spouses. It was only after being told that I was denied entry that I raised my voice and refused to leave quietly. I did yell, and I stand by everything I yelled. According to Haaretz, Israel said I “behaved angrily, crudely and vulgarly” in 2015 at the Allenby Bridge.

      What I said in 2015 to my interrogators, and which was also reported in Haaretz at the time, is that they should be the ones to leave, not me; that I am a daughter of this land and nothing will change that; that my own direct history is steeped in the land and there’s no way they can extricate it; that as much as they invoke Zionist mythological fairy tales, they can never claim such personal familial lineage, much as they wish they could.

      I suppose that must sound vulgar to Zionist ears. To be confronted with authenticity of Palestinian indigeneity despite exile, and face their apocryphal, ever-shifting colonial narratives.

      My lack of deference in 2015 and choice not to quietly accept the arbitrary decision of an illegitimate gatekeeper to my country apparently got appended to my name and, upon my arrival this time on November 1st, signaled for my immediate deportation.

      The true vulgarity is that several million Europeans and other foreigners live in Palestine now while the indigenous population lives either in exile or under the cruel boots of Israeli occupation; the true vulgarity is in the rows of snipers surrounding Gaza, taking careful aim and shooting human beings with no real way to defend themselves, who dare to protest their collective imprisonment and imposed misery; the true vulgarity is in seeing our youth bleed on the ground, waste in Israeli jails, starve for an education, travel, learning, or some opportunity to fully be in the world; The true vulgarity is the way they have taken and continue to take everything from us, how they have carved out our hearts, stolen our everything, occupied our history, and tamp our voices and our art.

      In total, Israel detained me for approximately 36 hours. We were not allowed any electronics, pens or pencils in the jail cells, but I found a way to take both – because we Palestinians are resourceful, smart, and we find our way to freedom and dignity by any means we can. I have photos and video from inside that terrible detention center, which I took with a second phone hidden on my body, and I left for them a few messages on the walls by the dirty bed I had to lay on. I suppose they will find it vulgar to read: “Free Palestine,” “Israel is an Apartheid State,” or “susan abulhawa was here and smuggled this pencil into her prison cell”.

      But the most memorable part of this ordeal were the books. I had two books in my carry-on when I arrived at the jail and I was allowed to keep them. I alternated reading from each, sleeping, thinking.

      The first book was a highly researched text by historian Nur Masalha, “Palestine: A Four Thousand Year History.” I was scheduled to interview Nur on stage about his epic audit of Palestinian millennia-old history, told not from the politically motivated narratives, but from archeological and other forensic narratives. It is a people’s history, spanning the untidy and multilayered identities of Palestine’s indigenous populations from the Bronze Age until today. In an Israeli detention cell, with five other women – all of them Eastern European, and each of them in her own private pain, the chapters of Nur Masalha’s book took me through Palestine’s pluralistic, multicultural and multi-religious past, distorted and essentialized by modern inventions of an ancient past.

      The bitter irony of our condition was not lost on me. I, a daughter of the land, of a family rooted at least 900 years in the land, and who spent much of her childhood in Jerusalem, was being deported from her homeland by the sons and daughters of recent arrivals, who came to Palestine a mere decades ago with European-born ethos of racial Darwinism, invoking biblical fairy tales and divinely ordained entitlement..

      It occurred to me, too, that all Palestinians – regardless of our conditions, ideologies, or the places of our imprisonment or exile – are forever bound together in a common history that begins with us and travels to the ancient past to one place on earth, like the many leaves and branches of a tree that lead to one trunk. And we are also bound together by the collective pain of watching people from all over the world colonize not only the physical space of our existence, but the spiritual, familial, and cultural arenas of our existence. I think we also find power in this unending, unhealed wound. We write our stories from it. Sing our songs and dabke there, too. We make art from these aches. We pick up rifles and pens, cameras and paint brushes in this space, throw stones, fly kites and flash victory and power fists there.

      The other book I read was Colson Whitehead’s acclaimed, spellbinding novel, “The Underground Railroad.” It is the story of Cora, a girl born into slavery to Mabel, the first escaped slave from the Randal Plantation. In this fictional account, Cora escapes the plantation with her friend Ceasar their determined slave catcher, Ridgeway on their trail in the Underground Railroad – a real-life metaphor made into an actual railroad in the novel. The generational trauma of inconceivable bondage is all the more devastating in this novel because it is told matter-of-factly from the vantage of the enslaved. Another people’s collective unhealed wound laid bare, an excruciatingly powerful common past, a place of their power too, a source of their stories and their songs.

      I am back in my house now, with my daughter and our beloved dogs and cats, but my heart doesn’t ever leave Palestine. So, I am there, and we will continue to meet each other in the landscapes of our literature, art, cuisine and all the riches of our shared culture.

      After writing this statement, I learned that the press conference is being held at Dar el Tifl. I lived the best years of my childhood there, despite my separation from family and the sometimes difficult conditions we faced living under Israeli occupation. Dar el Tifl is the legacy of one of the most admirable women I have ever known – Sitt Hind el Husseini. She saved me in more ways than I suppose she knew, or that I understood at the time. She saved a lot of us girls. She gave gathered us from all the broken bits of Palestine. She gave us food and shelter, educated and believed in us, and in turn made us believe we were worthy. There is no more appropriate place than Dar el Tift to read this statement.

      I want to leave you with one more thought I had in that jail cell, and it is this: Israel is spiritually, emotionally, and culturally small despite the large guns they point at us – or perhaps precisely because of them. It is to their own detriment that they cannot accept our presence in our homeland, because our humanity remains intact and our art is beautiful and life-affirming, and we aren’t going anywhere but home.


  • Depuis #Nantes / #NDDL, je soutiens la campagne internationale #YoPrefieroElLago : Non à la construction du Nouvel Aéroport International de Mexico ! Atenco Vive ! La Lucha Sigue !
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/30608304127

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    >- Pour marquer son soutien, prendre une photo de trainées d’avions dans le ciel et écrire “prénom ou organisation” + “PAS D’AÉROPORT, JE PRÉFÈRE LE CLIMAT” ou "YO PREFIERO EL LAGO, NO MAS AEROPUERTOS" et l’envoyer à la campagne :#YOPREFIEROELLAGO pendant le referendum du 25 au 28 Octobre Plus d’infos sur zad.nadir.org/spip.php ?article6180
    (· · · – – – · · ·)
    Ciel au dessus du commissariat Waldeck Rousseau, Nantes, le 12 octobre 2018.


  • Zurich • L’asile remis en question dans les faits

    Nous publions un appel au secours émanant de 13 personnes demandeuses d’asile détenues actuellement à #Zurich et menacées d’expulsion.

    A la presse, A l’opinion publique,

    Nous, les personnes sur la liste ci-dessus, étant en danger de mort dans notre pays, avons demandé l’asile en Suisse, à l’Aéroport de Kloten, à Zurich. Mais les autorités Suisse à ce jour ont refusé de considérer la demande et ont pris la décision de nous expulser vers l’Afrique du Sud.
    Nous sommes 13 personnes, dont 6 enfants et 12 kurdes. On nous fait attendre à l’aéroport de Zurich dans des conditions de détention. Les familles KORKMAZ et KIYAT sont elles dans ces conditions depuis 40 jours.

    Les autorités suisses n’ont pas examiné nos demandes sur le fond, elles n’ont pas regardé le contenu de nos dossiers, pour la raison que nous avions transité par l’Afrique du Sud et que ce pays était considéré comme « Pays Sûr ». Cette décision a été prise par un tribunal qui, auparavant, avait pourtant conclu que personne ne serait renvoyé vers ce pays.

    Nous tenons à rappeler qu’en Afrique du Sud, environ un million de demandes d’asile n’ont pas encore été traitées et que, à la suite de plusieurs agressions commises contre des demandeurs d’asile ou réfugiés, des dizaines de réfugiés ont perdus la vie. Dans le cas où nous serions renvoyés vers ce pays, nos vies seraient donc mises en péril.

    Voici la liste des personnes qui se trouvaient détenues à l’Aéroport de Kloten au moment où cette information nous est parvenue. Nous la publions à leur demande.
    Famille 1 :
    Edibe DOGAN née le 13 janvier 1977 à Mardin/ Turquie
    Pelin KORKMAZ née le 1er mars 2005, à Irak, la fille de Edibe Dogan.
    Famille 2 :
    Nasrettin KIYAT, né le 13 août 1975 à Van/Turquie
    Kudrat KAKAEVA, née le 5 mars1986 à Kirghizstan, citoyenne Russe, épouse de Nasrettin
    Dicle KIYAT, née le 7 avril 2005 à Irak, fille de Kudrat et Nasrettin.
    Famille 3 : La famille qui vient de Makhmour
    Gazi APAYDIN, né en 1978 à Sirnak/ Turquie, ouvrier
    Keser APAYDIN, née en 1987 à Sirnak/Turquie, mère de famille
    Zilan APAYDIN, née le 1er mai 2006 à Irak
    Dilan APAYDIN, née le 1er mai 2006 à Irak
    Ruken APAYDIN, née le 1er novembre 2010 à Irak
    Delila APAYDIN, née le 20 juillet 2013 à Irak,
    Pour la famille de Apaydin aucune décision n’avait encore été prise malgré leur détention.
    Personnes seules :
    Osman ERDAL, né en 1956 à Halfeti/Sanliurfa/Turquie, politicien
    Mustafa MAMAY, né le 9 septembre 1987 à Kars/Turquie, journaliste
    Ces deux personnes seules sont dans le viseur direct des autorités turques.

    Ces familles ont choisi de faire connaître leur sort et difficultés publiquement, car c’est la seule solution qui leur reste à ce moment présent.

    Elles ne sont pas les seules dans ce cas, nous le savons. Et lorsque même les autorités suisses dérogent opportunément au droit d’asile, pour lequel ce Pays s’est toujours battu, nous ne pouvons que souligner l’urgence de combattre cette vague politique de refus de l’accueil des migrants, initiée de longue date par l’extrême droite européenne, et qui gagne de fait aujourd’hui de larges secteurs de la population fragilisée. Les magistrats et autorités chargées du droit se trouvent soumis à ces pressions politiques fortes et la veulerie l’emporte sur l’humanité qui devrait guider les décisions, au détriment du droit. C’est ainsi que se sont forgés les accords scélérats et financiers sur les migrants entre l’Union Européenne et la Turquie par exemple.

    Les aidants en mer se voient accusés d’être des “passeurs” et on leur refuse ce droit d’exercer leur devoir d’humanité sous toutes formes.

    Dans toute l’Europe, dans le même temps, l’accueil et l’aide sont criminalisées et les procédures pour condamner les aidants sont plus rapides que l’examen des demandes d’asile. Et lorsque même dans les rangs de celles et ceux qui hier combattaient les idées xénophobes avec véhémence se profile le refrain du “on ne peut accueillir la misère du monde“, “les ouvriers européens d’abord“, on a toutes les raisons de craindre le pire à venir.

    http://www.kedistan.net/2018/10/19/zurich-asile-remis-en-question/
    #renvois #expulsions #asile #migrations #réfugiés #Kurdes #réfugiés_kurdes

    Expulsion prévue en... #Afrique_du_Sud (alors ça, c’est du jamais vu pour moi !). Raison : le groupe a transité par l’Afrique du Sud, considéré #pays_sûr par la #Suisse...

    • SCANDALE A DENONCER EN TOUTE URGENCE

      Nous tirons l’alarme et transmettons ce que nous savons pour l’heure à propos de cette situation inacceptable dans laquelle les autorités fédérales mettent en danger l’intégrité d’une vingtaine de personnes kurdes détenues à l’aéroport de Zurich et ceci, en toute impunité, en s’appuyant sur des éléments qui ne respectent pas les droits des personnes et qui détournent la loi. A partir de ces premières informations, nous vous invitons à mettre la lumière rapidement sur cette scandaleuse action des autorités :

      20 personnes kurdes sont détenues actuellement à l’aéroport de Zürich en toute illégalité, en vue d’une expulsion vers l’Afrique du Sud, décision prise en toute impunité par le Secrétariat d’Etat Aux migrations à l’appui d’arguments totalement abusifs justifiant de ne pas examiner les demandes d’asile de ces personnes ! Parmi elles, 4 familles, 8 enfants et notamment, un politicien kurde, Osman Erdal, et le journaliste, Mustafa Mamay, pour lequel la « European Federation of journalists » et Reporters sans frontières se sont mobilisés (voir joint).

      Les personnes concernées :

      Ces personnes sont kurdes, d’origine turques et syriennes pour les adultes. Les enfants, pour la plupart, sont apatrides, et nés en Irak.

      Ils vivaient en Irak, en Syrie, en Turquie et sont tous exilés en liens avec leur origines kurdes ou activités politiques et journalistiques.
      Tous ont transité par l’Afrique du Sud et se sont rendus en Suisse afin de pouvoir trouver une protection aux persécutions subies.
      Ils ont tous demandés l’asile. La plupart ont déjà reçu une décision de renvoi, certains attendent une décision suite à leur recours et certains ont déjà reçu une décision négative du tribunal administratif fédéral.

      Pour tous, les autorités ont refusé d’examiner les motifs d’asile sur le fond, comme s’il s’agissait des cas pouvant être traités dans le cadre du Règlement Dublin III appliqué par les pays européens … sauf que là, il s’agit d’un transit en Afrique du Sud !
      En plus des démarches sur le plan juridique une manifestation de soutien a eu lieu vendredi le 19 octobre à Zurich.

      Conditions de détention illégales :

      Les enfants ont 3, 5, 6, 8, 13 ans et la plus jeune est âgée de 2 ans !

      Ces familles avec enfants, comme tous les autres, sont isolées dans des conditions de détention administrative dans la zone de transit de l’aéroport de Zurich depuis des semaines et depuis plus de 40 jours pour certaines (familles Korkmaz et Kiyat). Ceci, en tout impunité et illégalité, comme l’a rappelée récemment le conseil Fédéral lui-même (Lors de sa séance du 28 septembre 2018, le Conseil fédéral a pris position de la manière suivante : « Le Conseil fédéral précise que l’application de mesures de contrainte aux familles et aux mineurs relève de l’exception. (…) La détention administrative relevant du droit des étrangers est exclue pour les mineurs de moins de 15 ans »)...

      Les conditions de détention sont insupportables surtout pour les enfants. Tout lien avec l’extérieur est coupé et plusieurs personnes sont entassées dans un endroit fermé. Les enfants n’arrivent pas à manger les repas proposés et il n’y pas d’espace qui leur est dédié.

      Décision scandaleuse

      Références légales floues et argumentation malhonnête

      Nous avons eu accès à une des décisions du SEM, qui semble confirmer que les autorités naviguent dans des zones grises et d’illégalité pour décréter que ces personnes doivent être refoulées, si besoin de force, en Afrique du Sud. Il s’agit de celle qui concerne le journaliste Mustafa Mamay, qui a donc bien demandé l’asile à la Suisse.

      Tout d’abord, le SEM se réfère au fait que l’intéressé peut retourner en Afrique du Sud du moment que c’est un État tiers sûr et qu’il y a « séjourné » (art. 31 al.b point c Lasi), tout en admettant dans les faits qu’il n’y a passé que 3-4 jours !

      Par ailleurs, sans base légale, le SEM prétend que les personnes peuvent revenir au pays de départ de leur voyage si l’entrée dans le pays leur est refusée, et cela « indépendamment des papiers avec lesquels ils voyagent ». (Il faut savoir que M. Marmay, pour pouvoir permettre son exil, a voyagé au moyen d’un faux passeport qui a été saisi par les autorités suisses.)

      Risque de déportation en cascade et non-respect du principe de non-refoulement

      En plus de renvoyer la responsabilité de l’examen de la demande d’asile l’Afrique du Sud sur des bases complètement arbitraires, le SEM nie tout risque de refoulement et de non-respect des droits des personnes. Ce faisant, il prétend que le fait que l’Afrique du Sud est signataire des conventions internationales en matière de réfugié et que le système juridique est opérationnel est suffisant pour refouler les personnes concernées dans ce pays.

      Par ailleurs, le SEM admet que les personnes qui ne peuvent montrer leur identité ou dont la nationalité ne peut être déterminée sont placées en détention en Afrique du Sud mais conclut que, de toute manière, il y a dans ce pays des organisations et qu’un accès à une défense juridique est garanti et que ces détentions ne sont que temporaires… !

      Pourtant, les juristes des familles viennent d’obtenir des documents d’organisation de défense des droits humains en Afrique du Sud allant clairement à l’encontre des vagues recherches du SEM visant à montrer qu’il n’y a pas de risques de refoulement pour les personnes concernées. En effet, selon "Lawyers fo Human Rights", une association d’avocats active en Afrique du Sud, la situation des requérant-e-s d’asile dans ce pays est catastrophique et 96% des demandes d’asile sont rejetées sans raisons valables. De plus l’avocate précise que les personnes concernées risquent un refoulement vers la Turquie encore accentué par le fait que ces dernières ne possèdent pas de passeport (2 En effet, le Department of Home Affairs’ officials at the Desmond Tutu Refugee Reception Office (correspond au département des affaires intérieures, secteur asile) a introduit en 2017 l’exigence que les requérant-e-s d’asile en Afrique du Sud soient en possession d’un passeport valide ou d’un visa de transit "issued at South Africa port of entry" pour pouvoir déposer une demande d’asile dans le pays...).

      On sait par ailleurs qu’en Afrique du Sud, environs un million de demande d’asile n’ont pas encore été traitées et des dizaines de réfugiés ont perdus la vie à la suite de plusieurs agressions commises contre les demandeurs d’asile ou réfugiés.

      En plus des refoulements réguliers décrits par les avocats, la Turquie et l’Afrique du Sud ont signé un Accord en 2003, notamment concernant les infractions terroristes et la coopération policière qui met clairement en danger les opposants identifiés. Le procès de M. Mamay, journaliste dans plusieurs médias kurdes et d’opposition, constitue aux yeux du gouvernement justement un délit terroriste et c’est une raison de plus pour affirmer que le risque de refoulement et d’emprisonnement est objectif.

      Urgence :

      Certaines personnes et familles peuvent être déportées sous peu. L’ensemble des décisions à leur encontre et des conditions dans lesquelles elles se trouvent sont totalement inacceptables. Ces décisions et les conditions de détentions qu’elles subissent doivent être connues d’un maximum de personnes et d’organisations et nécessitent d’être rapidement dénoncées !

      Nous appelons les personnes solidaires et les organisations à se mobiliser !

      Nous appelons les médias à ne pas maintenir dans l’ombre ces pratiques totalement immondes dont nous avons eu échos grâce à quelques réseaux de soutien !

      Toutes les personnes concernées doivent être libérées immédiatement et leur demande d’asile doit être examinée en Suisse !

      Nous devons refuser que les administrations piétinent en toute impunité, le droit de personnes et d’enfants à s’exiler en Suisse.

      Le collectif R

      Personnes concernées :

      Famille Kiyat
      • Nasrettin Kiyat, 1976, Van/Çatak (Turquie)
      • Roza Kakaeva,1986, Kirghizistan
      • Dicle Kiyat, 2005, Irak (apatride)

      Famille Doğan
      • Edibe Doğan, 1977, Mardin (Turquie)
      • Pelin Korkmaz, 2005, Irak (apatride)

      Famille Abdu
      • Süleyman Abdu, 1981, Kamışlo - Syrie
      • Ibtisam Farhan 1985, Kamışlo - Syrie
      • Serhad Abdu 2014, Kamışlo - Syrie
      • Selin Abdu 2017 (Turquie)

      Famille Apaydın
      • Gazi Apaydın, 1978, Şırnak (Turquie)
      • Keser Apaydın, 1987, Şırnak (Turquie)
      • Zilan Apaydın, 2006, Irak (apatride)
      • Dilan Apaydın ,2006, Irak (apatride)
      • Ruken Apaydın, 2010, Irak (apatride)
      • Dalila Apaydın, 2013, Irak (apatride)

      Personnes individuelles

      • Doğan YILDIRIM, 1991, Şırnak/Silopi (Turquie)

      • Ramazan Turan, 1994, Diyarbakır (Turquie)
      • Osman Erdal 1956, Urfa (apatride)
      • Mustafa Mamay, 1987, Kars (Turquie)
      • Izzet Ablak, 1992, Mardin (Turquie)

      –-> document reçu via le collectif_R, par email, le 26.10.2018


  • Israel’s Supreme Court grants Lara Alqasem’s appeal; she will be allowed to enter the country
    Haaretz.com | Noa Landau and Jonathan Lis Oct 19, 2018 5:18 AM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-s-supreme-court-accepts-lara-alqasem-s-appeal-she-will-be-a

    U.S. student Lara Alqasem will be allowed to enter Israel after the Supreme Court accepted on Thursday her appeal against the decision to prevent her entry. Alqasem, whom the state claimed was a BDS activist, was held over two weeks in a detainment center at Ben-Gurion International Airport despite receiving a student visa from an Israeli consulate prior to her arrival.

    Alqasem, 22, was detained at Ben-Gurion Airport upon her arrival on October 2 after she was flagged as a BDS activist. Alqasem, who has a student visa and is enrolled in a master’s program in human rights at the Hebrew University, has been detained ever since.

    “I’m relieved at the court’s decision and incredibly grateful for the work of my amazing and tireless lawyers Yotam Ben Hillel and Leora Bechor as well as the support of my family and friends. I will be happy to say more when I’ve had a chance to rest and process,” Alqasem told Haaretz following her release.

    “Since the appellant’s actions do not raise satisfactory cause to bar her to entry to Israel, the inevitable impression is that invalidating the visa given to her was due to the political opinions she holds,” read the verdict. “If this is truly the case, then we are talking about an extreme and dangerous step, which could lead to the crumbling of the pillars upon which democracy in Israel stands,” the verdict continued.

    “The Law of Entry to Israel is intended to protect the state’s sovereignty, and the public’s safety and security. It does not have a component of penalty, or revenge for previous bad behavior,” Justice Neal Hendel said.

    “Despite the obstacles in her way the appellant insists on her right to study at the Hebrew University. This conduct is not in keeping, in an understatement, with the thesis that the she’s an undercover boycott activist,” he continued.

    “The Interior Ministry has openly admitted that it does not have any evidence of the appellant’s engaging in boycott activity since April 2017, except for mysterious ’indications’ whose essence hasn’t been clarified and regarding which no evidence has been submitted,” Neal noted.

    “The material submitted regarding the appellant’s activity in the SJP organization shows that even at that stage the boycott activity was minor and limited in character,” Neal added. “There’s no doubt the SJP cell indeed supported boycotting Israel – and this position must be roundly condemned. It is also presumable that the appellant, who played a role in the cell and for three years was one of its few members, was partner to this unworthy activity. However, it is impossible to ignore the cell’s sporadic and relatively minor character. In itself, it certainly was not one of the prominent boycott organizations and it is doubtful whether the appellant could be seen as filling the criteria [required in the law?] even when she had a position in it.”

    Neal continued, saying that “alongside the random indications of the appellant’s involvement in BDS activity during her studies, it is impossible to ignore the testimonies of her lecturers about her complex approach, the curiosity she displayed toward Israel and Judaism and her readiness to conduct an open, respectful dialogue – which is in stark contrast to the boycott idea.”

    “The struggle against the BDS movement and others like it is a worthy cause. The state is permitted, not to say obliged, to protect itself from discrimination and the violent silencing of the political discourse. It may take steps against the boycott organizations and their activists. In this case, preventing the appellant’s entry does not advance the law’s purpose and clearly deviates from the bounds of reasonability,” Neal concluded.

    Justice Anat Baron said that “there was no place to deny the appellant the entry visa she had been granted, because clearly she doesn’t now and hasn’t for a long time engaged in boycotting Israel, not to mention engaging in ’active, continuing and substantial’ work in this matter. The decision to deny the appellant’s entry visa is unreasonable to the extent that it requires intervention.”

    #Lara_Alqasem #BDS #Douane #Frontière #Aéroport #expulsions_frontières (d’israel)

    • @kassem ???

      La Cour suprême annule l’interdiction d’entrée de Lara Alqasem
      L’étudiante américaine, accusée d’être en faveur du BDS, entamera un master en droit à l’Université hébraïque de Jérusalem dès la semaine prochaine
      Par AFP et Times of Israel Staff 18 octobre 2018, 20:36
      https://fr.timesofisrael.com/la-cour-supreme-annule-linterdiction-dentree-dune-etudiante-americ

      L’étudiante avait interjeté un ultime appel dimanche, le jour où elle devait être expulsée du centre d’immigration de l’aéroport où elle était détenue depuis deux semaines.

      Il s’agit d’un des cas les plus médiatisés de refus d’accès au territoire israélien en vertu d’une loi adoptée en 2017 : celle-ci permet d’interdire l’entrée aux partisans du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelant au boycott économique, culturel ou scientifique d’Israël.

      Lara Alqasem avait présidé en 2017, au cours de ses études en Floride (sud-est des Etats-Unis), une branche du « Students for Justice in Palestine », organisation menant des campagnes de boycott contre Israël. Mais elle a dit avoir quitté ensuite le mouvement.

      Lors d’une audience devant la Cour suprême mercredi, l’avocat de Lara Alqasem avait déclaré que l’Etat devrait faire preuve de bon sens quant à l’application de la loi contre les partisans de la campagne BDS.

      « Pourquoi voudrait-elle entrer en Israël pour appeler à boycotter ? » ce pays, s’était interrogé son avocat, Me Yotam Ben Hillel.


  • It’s even allowed to hate Israel

    If cabinet Minister Erdan, scourge of left-wing dissidents, visited Sweden, he certainly did not love the liberalism and equality there, yet Swedish airport officials wouldn’t have asked him about it

    Gideon Levy
    Oct 07, 2018

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-it-s-even-allowed-to-hate-israel-1.6532475

    News flash for the minister in charge of combating hatred, Gilad Erdan: One is allowed to hate Israel. Sometimes one must even hate its policies. A democratic country doesn’t ask new arrivals whether they love it. It’s none of their business. The gates of democracy are open to everyone, as long as they don’t endanger its security. That is the test.
    Erdan may also have visited a country whose policies he despised; he certainly did not love the liberalism and equality in Sweden, or Germany’s willingness to take in asylum-seekers – and nobody asked him what he thought. His colleague, Culture Minister Miri Regev, a sworn Arab-hater, intends to fly to Abu Dhabi soon. Will they deport her because of her hatred? If only. Maybe that way Erdan would learn.
    >>Ex-Shin Bet chief on questioning of foreigners at Israel’s borders: Shin Bet becoming a problem
    The world that Gilad McCarthy is building for us now, together with the Shin Bet security service that has long been in charge of this, is motivated by the darkness of a different worldview. Erdan described it well on Friday.
    “Everyone understands,” he wrote, “that these are hypocritical organizations uninterested in human rights. They will never act to help the citizens of Syria or Iran. It’s not human rights that motivate them, but hatred of Israel.” Erdan tried to excuse banning the entry to Israel of the student Lara Alqasem and in so doing revealed his worldview once again.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    “Everyone understands,” Erdan? Well, almost everyone. Even the minister of strategic affairs can’t yet speak for everyone in Israel. Maybe he will be able to do so soon.
    Meanwhile, there are also some people who don’t understand. Not everyone here has been brainwashed by the propagandistic lies. The “hypocritical organizations” are more interested in human rights than anything else. They are people of conscience. Some are veterans of long-standing work against the Vietnam War and apartheid in South Africa, some are young people who should be a source of pride. At a time when most Israelis their age are not interested in anything that doesn’t involve them directly, they are fighting for something. They are certainly immeasurably more moral than any settler in the territories.


  • Official documents prove: Israel bans young Americans based on Canary Mission website - Israel News - Haaretz.com

    Some Americans detained upon arrival in Israel reported being questioned about their political activity based on ’profiles’ on the controversial website Canary Mission. Documents obtained by Haaretz now clearly show that is indeed a source of information for decisions to bar entry

    Noa Landau SendSend me email alerts
    Oct 04, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-official-documents-prove-israel-bans-young-americans-based-on-cana

    The Strategic Affairs and Public Diplomacy Ministry is using simple Google searches, mainly the controversial American right-wing website Canary Mission, to bar political activists from entering Israel, according to documents obtained by Haaretz.
    >>Israeli court rejects American visa-holding student’s appeal; to be deported for backing BDS
    The internal documents, some of which were submitted to the appeals tribunal in the appeal against the deportation of American student Lara Alqasem, show that officials briefly interviewed Alqasem, 22, at Ben-Gurion International Airport on her arrival Tuesday night, then passed her name on for “continued handling” by the ministry because of “suspicion of boycott activity.” Israel recently passed a law banning the entry of foreign nationals who engage in such activity.

    >> Are you next? Know your rights if detained at Israel’s border

    Links to Canary Mission and Facebook posts are seen on an official Ministry of Strategic Affairs document.
    The ministry then sent the officials at the airport an official report classified “sensitive” about Alqasem’s supposed political activities, which included information from five links – four from Facebook and one, the main source, from the Canary Mission site, which follows pro-Palestinian activists on U.S. campuses.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    A decision on Alqasem’s appeal against her deportation was expected Thursday afternoon.
    Canary Mission, now the subject of major controversy in the American Jewish community, has been collecting information since 2015 about BDS activists at universities, and sends the information to potential employers. Pro-Israel students have also criticized their activities.

    Lara Alqasem.
    This week, the American Jewish news site The Forward reported that at least $100,000 of Canary Mission’s budget had been contributed through the San Francisco Jewish Federation and the Helen Diller Family Foundation, which donates to Jewish education. The donation was handed to a group registered in Beit Shemesh called Megamot Shalom, specifically stating that it was for Canary Mission. A few hours after the report was published, the federation announced that it would no longer fund the group.
    Over the past few months some of the Americans who have been detained for questioning upon arrival in Israel have reported that they were questioned about their political activity based on “profiles” about them published on Canary Mission. The documents obtained by Haaretz now show clearly that the site is indeed the No. 1 source of information for the decision to bar entry to Alqasem.
    According to the links that were the basis for the decision to suspend the student visa that Alqasem had been granted by the Israeli Consulate in Miami, she was president of the Florida chapter of a group called Students for Justice in Palestine, information quoted directly from the Canary Mission. The national arm of that organization, National Students for Justice in Palestine, is indeed on the list of 20 groups that the Strategic Affairs Ministry compiled as criteria to invoke the anti-boycott law. However, Alqasem was not a member at the national level, but rather a local activist. She told the appeals tribunal that the local chapter had only a few members.

    Canary Mission’s profile of Lara Alqasem.
    The ministry also cited as a reason for barring Alqasem’s entry to Israel a Facebook post showing that “In April 2016 [her] chapter conducted an ongoing campaign calling for the boycott of Sabra hummus, the American version of Hummus Tzabar, because Strauss, which owns Tzabar, funds the Golani Brigade.” Alqasem told the tribunal that she had not taken an active part in this campaign. Another link was about a writers’ petition calling on a cultural center to refuse sponsorship by Israel for its activities. Yet another post, by the local Students for Justice in Palestine, praised the fact that an international security company had stopped operations in Israel. None of these links quoted Alqasem.
    She told the tribunal that she is not currently a member of any pro-boycott group and would not come to study for her M.A. in Israel if she were.
    The Strategic Affairs Ministry report on Alqasem is so meager that its writers mentioned it themselves: “It should be noted that in this case we rely on a relatively small number of sources found on the Internet.” Over the past few months Haaretz has been following up reports of this nature that have been the basis for denying entry to activists, and found that in many other cases the material consisted of superficial Google searches and that the ministry, by admission of its own senior officials, does not collect information from non-public sources.
    skip - Facebook post calling for the boycott of Sabra hummus

    The ministry’s criteria for invoking the anti-boycott law state clearly that in order to bar entry to political activists, they must “hold senior or significant positions in the organizations,” including “official senior roles in prominent groups (such as board members).”
    But the report on Alqasem does not indicate that she met the criterion of “senior” official in the national movement, nor was this the case for other young people questioned recently at the airport. In some cases it was the Shin Bet security service that questioned people due to past participation in activities such as demonstrations in the territories, and not BDS activities.
    “Key activists,” according to the ministry’s criteria, also means people who “consistently take part in promoting BDS in the framework of prominent delegitimization groups or independently, and not, for example, an activist who comes as part of a delegation.” In Alqasem’s case, however, her visa was issued after she was accepted for study at Hebrew University.


  • Just look at Ben-Gurion Airport - Opinion
    Haaretz.com | Gideon Levy | Aug 16, 2018 1:07 AM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-just-look-at-ben-gurion-airport-1.6384896

    Look at Ben-Gurion Airport, and see us. Nothing reflects Israel 2018 better than that entrance gate, the place Israelis hold most sacred.

    Elaborately designed, efficient, modern, with a semblance of the epitome of freedom – here the “open sky” is the limit – while under the magnificent columns and moving walkways the injustices fester, well hidden, as usual, behind screens. The Ben-Gurion we love so much is an airport of segregation, an airdrome partially in the Shin Bet’s control, including a thought-police station. Welcome arrivals and departures: Peter Beinart is not alone.

    It begins long before the entrance. About two million residents, some of them living on the very outskirts of the airport, see it from their window but cannot go near it, not to mention use its services. Their Jewish neighbors are allowed, but they themselves are prohibited. They’re Palestinians. Have you heard of any other international airport that is closed to some of the state’s residents solely because of their origin? If this isn’t the port of apartheid, what is?

    As the permitted ones drive up to the checkpoint at the entrance, the ceremony of opening the window and greeting the security guard, armed with a machine gun – the most racist procedure there is – takes place. Everyone cooperates with this sickening act, intended to hear the passengers’ accent and ascertain whether they are Jews or Arabs.

    The security guards know what they’re doing. They also know what they’re doing at the security examinations in the airport. Invasive, intrusive questions that have no place in a free country, that have nothing to do with flight security. Not everyone is subjected to this, of course. Profiling is the name of the game, intended to make it easy for us, the privileged Israeli Jews, and deprive and degrade all the rest. Security, hush-hush, don’t ask questions.

    And then the numbers with the different endings on the sticker attached to your passport, separating one traveler from another, on the basis of his origin, or the extent of suspicion he raises. There are numbers whose digital endings mean complete nudity in front of the male or female examiner. This does not apply to the Jewish Israelis.

    Most of the suspicions in Ben-Gurion Airport arise because of origin or ideological affiliation. An American of Palestinian origin – suspicious. A Jew is not, of course, unless he’s a leftist. There are no suspicions of right-wingers. There’s no chance that an racist evangelist from Alabama, an “Israel lover” and believer in Armageddon, could endanger anything. Only the Norwegian tourist who took part, bad girl, in a tour of Breaking the Silence, is jeopardizing the flight’s safety or the public’s security. Only the activist of the Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel is a potential plane hijacker, or a possible terrorist.

    No rightist supporter of the settlers, Jewish or Christian, has ever been held up at Ben-Gurion Airport and interrogated about his activity on behalf of the settlements, which are far more criminal than any demonstration, protest or act of solidarity with the Palestinians. Such a person, it seems, has yet to be born. In Israel, the fascist, even anti-Semitic, right is patriotic, and so it is in Ben-Gurion Airport too, the mirror of our homeland’s landscape.

    It will end only on the day Israelis are humiliated like that at the gateways to other countries. Until then the security excuse will be upheld and used for everything. And we haven’t yet said a word about the Palestinian citizens of Israel. Try once to think of the one standing in front of you or behind you in line, an Israeli Arab, director of a hospital ward or a construction worker. He has the same passport, the same citizenship as yours, in the nation-state of equality for all. Try to imagine the feeling of exclusion, the affront of deprivation. What does he say to the child who asks why we are here and they are there, how does he overcome the suspicious looks.

    On top of all this came the ridiculous, outrageous war on BDS, which turned Ben-Gurion border officials into duty officers of the thought-police. Beinart was its victim, but he’s a Jew and quite famous, so his interrogation was declared an “administrative error.” But this is no error: This is Ben-Gurion Airport. This is Israel. And now, to the duty-free shops.

    #BenGourion #expulsions #frontières


  • Israel’s Shin Bet detains Peter Beinart at Ben-Gurion airport over political activity
    The Jewish-American journalist wrote that he was pulled aside for questioning upon entering Israel ■ Netanyahu says he was told detention was ’administrative mistake’ and ’Israel welcomes all’
    Amir Tibon and Noa Landau Aug 13, 2018 8:27 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-beinart-i-was-detained-at-ben-gurion-airport-over-political-activi

    Beinart’s interrogation is the latest in a series of incidents at Israel’s border entry and exit points that involved political questioning of Jewish Americans.

    Last month, a Jewish American philanthropist who donated millions to Israeli hospitals and schools was interrogated because security at Ben Gurion found a booklet about Palestine in his suitcase.

    Last week, two left-wing Jewish American activists were detained for three hours at the border crossing between Israel and Egypt. One of the activists, Simone Zimmerman, one of the founding members of the Jewish anti-occupation IfNotNow, claimed she was interrogated about her political opinions.

    Israel’s security service, the Shin Bet, stated in response to Zimmerman’s allegations that it did not recommend that she be questioned about her political leanings, but simply advised that she and activist Abigail Kirschbaum be questioned.

    Beinart mentioned Zimmerman’s detention and questioning in his article. He described Zimmerman’s questioning as part of an overall trend in Israel, noting that “the day before, Netanyahu all but incited violence against the New Israel Fund’s director in Israel.”

    The journalist also referenced the Israeli government’s passage of the contentious nation-state law as part of a process in which, in his view, “Israel is getting uglier.”

    Yael Patir, the Israel Director at J Street, responded to the Beinart’s detention on Monday, saying that “slippery slope has turned into a dark and dangerous abyss when every citizen who dares criticize the Netanyahu government can find himself interrogated over his opinions.”

    “The clerks of the Immigration Authority and Shin Bet interrogators become, against their will, become the obeyers of a regime that uses them as a tool for political persecutions,” she continued.

    “If the government of Israel wants some sort of connection to the vast majority of U.S. Jewry, as well as to preserve the Israeli democracy, the political interrogations ought to stop entirely,” Patir concluded.

    In May, the Shin Bet held Israeli peace activist Tanya Rubinstein at Ben-Gurion International Airport for half an hour in early May, Rubinstein told Haaretz. She is general coordinator of the Coalition of Women for Peace and was returning from a conference sponsored by the Swedish foreign ministry. Left-wing activist Yehudit Ilani was detained two weeks later on her way back from Europe after visiting a flotilla headed to Gaza in the coming weeks in her capacity as a journalist.

    The Shin Bet responded to the report on Beinart’s arrest as well, saying that it operates only according to law and for the state’s security. “Mr. Beinart’s detention was carried out as a result of an error of judgment by the professional official at the scene.”

    The Shin Bet also told Haaretz it was “sorry for the unpleasantness Mr. Beinart experienced. The Shin Bet chief has instructed that the case be looked into.”
    Amir Tibon

    #BenGourion

    • Israël : l’interrogatoire d’un journaliste américain était une « erreur » selon Netanyahu
      AFP Publié le lundi 13 août 2018 à 20h58
      http://www.lalibre.be/actu/international/israel-l-interrogatoire-d-un-journaliste-americain-etait-une-erreur-selon-ne
      Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé lundi que l’interrogatoire auquel a été soumis un journaliste américain à son arrivée en Israël était dû à une « erreur administrative », a indiqué son bureau dans un communiqué.

      Peter Beinart, un journaliste de The Forward, a décrit dans un article de ce journal juif américain publié à New York comment il a été interrogé sur ses opinions politiques dimanche pendant une heure par un agent du Shin Beth, le service de sécurité intérieure, à son arrivée à l’aéroport Ben Gourion.

      Partisan du boycott des produits en provenance des colonies israéliennes implantées en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël, il a raconté avoir été interrogé « encore et encore sur les noms des organisations +répréhensibles+ » avec lesquelles il était associé.

      Le journaliste, qui a affirmé être venu en Israël pour des raisons familiales, a qualifié la conversation de « déprimante, mais pas effrayante ».

      « Le Premier ministre a appris que M. Beinart a été questionné à l’aéroport Ben Gourion. Il a immédiatement parlé avec les responsables des forces de sécurité israéliennes pour savoir comment une telle chose avait pu se produire. Il lui a été répondu qu’il s’agissait d’une erreur administrative », indiquent ses services dans leur communiqué.

      « Israël est une société ouverte qui accueille aussi bien ceux qui le critiquent que ceux qui le soutiennent », a assuré le Premier ministre.

      M. Beinart a réagi sur son compte Twitter en estimant que Benjamin Netanyahu « s’est excusé à moitié (..) ».

      « J’accepterai ses excuses lorsqu’il s’excusera auprès de tous les Palestiniens et des Palestino-Américains qui endurent chaque jour des choses bien pire ».

      En mars 2017, le Parlement israélien a voté une loi interdisant l’entrée en Israël des partisans du mouvement « BDS » (Boycott, Dé-investissement et Sanctions contre Israël) qui lutte contre l’occupation des territoires palestiniens.

      BDS s’inspire de la lutte menée contre le régime de l’apartheid en Afrique du sud.


  • U.S. Jewish activist Simone Zimmerman held by Shin Bet at border, questioned on work with Palestinians
    Haaretz.com - Noa Landau - Aug 05, 2018 10:48 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-u-s-jewish-activist-simone-zimmerman-held-at-israeli-border-1.6343

    Simone Zimmerman, an American Jewish activist, was held by the Shin Bet security service at the border between Israel and Egypt for at least three hours on Sunday evening, Israel’s Immigration Authority confirmed.

    Shin Bet agents asked Zimmerman which places she had visited in the West Bank and what she thought of Prime Minister Benjamin Netanyahu, she said.

    Zimmerman is a founding member of IfNotNow, a movement to end the American Jewish community’s support for the Israeli occupation.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Israël essaie d’isoler les Palestiniens et de les priver de soutien international
    Adri Nieuwhof – 30 juillet 2018
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/08/03/israel-essaie-disoler-les-palestiniens-et-de-les-priver-de-sout

    Deux chercheuses néerlandaises ont été détenues, soumises à des traitements dégradants et des violences, puis déportées par Israël au début du mois.

    Elles ont vécu personnellement la politique israélienne d’isolement des Palestiniens du reste du monde et d’obstruction au travail des défenseurs des droits de l’homme.

    #Expulsion #Israël #frontières


  • The right’s security service at Ben-Gurion Airport - Haaretz Editorial -

    At first it was the automatic and indiscriminate delay of Palestinians and Israeli Arabs, then it degenerated into blacklists of BDS supporters, now Israelis are also being questioned because of their political views

    Haaretz Editorial SendSend me email alerts
    Aug 02, 2018 12:26 AM

    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/the-right-s-security-service-at-ben-gurion-airport-1.6338498

    The Shin Bet security service stopped an author and left-wing activist at the airport, questioned him about his opinions and political connections and warned him about the “slippery slope” that could lead him to dangerous places and confrontations with the authorities. There were times when such instances would be linked to undemocratic countries like China, Russia, Iran and Egypt, which see freedom of expression and the right of protest as threats to the regime. Now it’s happening in Israel, which calls itself as the only democracy in the Middle East.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    The details related this week by Moriel Rothman-Zecher about his detention at Ben-Gurion Airport ought to disturb everyone, even those who object to the activities of protest groups like Breaking the Silence. From his report it emerges that he, an Israeli citizen who lives in the United States, was not suspected of any illegal activity; he was asked about his links to perfectly legal organizations and was essentially warned that his activities make him a legitimate target for the Shin Bet (“Israeli author questioned by Shin Bet at Ben-Gurion Airport over involvement in leftist groups,” July 30). His interrogator also asked for the names of “the main activists” in All That’s Left, which he refused to provide.
    This is not a singular case; there have been a series of reports indicating that the Shin Bet and the border guards are turning Israel’s entry points into a filter designed to remove those whose opinions are suspicious or problematic in the eyes of the government. Last week a U.S. citizen, a senior member of the Jewish community who supports and donates to Israel, was reportedly detained at the airport when a pamphlet from Bethlehem with the word “Palestine” on the cover was found in his suitcase. One word is now sufficient to make someone a suspect, worthy of a humiliating delay and harassing questions.
    If there is a “slippery slope,” it’s the state, its elected officials, its employees and the defenders of its borders that are walking on it. It began with the automatic and indiscriminate delay of Palestinians and Israeli Arabs, degenerated into blacklists of BDS supporters whose entry was banned and is now slipping into Israelis being questioned because of their political views.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    This is not a local initiative, but a faithful expression of government and coalition policy: to label protest organizations in general and those who work against the occupation in particular as hostile to Israel and ascribe to them an intent to harm and betray it. The questioning of Rothman-Zecher is a warning shot aimed at like-minded people in the hope they’ll take note and be deterred.
    According to the Shin Bet, the investigators acted “to fulfill the mission” of the security service. It seems that the questioning of Israelis about their political opinions is being conducted with permission and authority. But what happens in the airport doesn’t stay there; if policemen and investigators are not restrained, it won’t be long before citizens with opinions the government disapproves of will be woken by knocks on the door in the middle of the night, as in the most benighted of countries.
    The above article is Haaretz’s lead editorial, as published in the Hebrew and English newspapers in Israel.


  • Two SOMO researchers denied entry into Israel on arbitrary grounds - SOMO - July 21, 2018
    https://www.somo.nl/two-somo-researchers-denied-entry-israel-arbitrary-grounds

    On Friday 20 July, two researchers of SOMO were denied access into Israel at Ben Gurion airport (Tel Aviv). The stated reason for the denial of entry was their alleged Boycott, Divestment, Sanctions (BDS) activism. SOMO finds this decision, issued by the Israeli Minister of Interior, and the treatment of the researchers subsequent to their denial of entry, to be both incomprehensible and unacceptable.

    #expulsion #Israël


  • Action syndicale pour les pensions le 16 mai
    http://www.gtl-taxi.be/8_0_0_0_FR_Info_Flash_32713_1

    29-6-2018 - Licences délivrées en Wallonie en Flandre et à Bruxelles 2018/2017 : +12%
    Vous retrouverez ici un aperçu par commune des licences délivrées pour des services de taxis, de taxis collectifs ou de location avec chauffeur

    29-6-2018 - Elaboration de la stratégie régionale de mobilité (SRM)
    Grâce à leur grande flexibilité, les taxis/TC/LVC peuvent jouer un rôle important dans la vision wallonne, qui mise sur le transfert modal

    29-6-2018 - Réforme du Groupe TEC
    Le Groupe TEC est transformé en une société intégrée et unique et devient l’OTW (ex SRWT)

    26-6-2018 - Communiqué de presse : Le secteur réclame plus de bornes de recharge rapide
    25 taxis électriques sont déjà opérationnels en Flandre. Les villes prennent des mesures pour accélerer la conversion de la flotte vers l’électrique

    22-6-2018 - Rapport d’activités du GTL pour 2017
    Voici le rapport d’activités du GTL pour l’année 2017. Nous vous en souhaitons une bonne lecture.

    18-6-2018 - Diplôme d’honneur 2018 de l’IRU : vous avez un candidat ?
    Ces prix sont attribués aux meilleurs chauffeurs !

    18-6-2018 - Projet de réforme du code de la route – sites réservés aux bus
    Le GTL proteste contre la suppression de l’admission d’office (sauf exceptions) des taxis sur ce bandes spéciales

    18-6-2018 - Les taxis bruxellois attaquent Uber et ses chauffeurs en justice
    La Febet et une vingtaine d’exploitants de taxis veulent que les chauffeurs Uber cessent de circuler à Bruxelles sous couvert d’une licence de LVC.

    18-6-2018 - Conférence Clean Power for Taxis à Gand
    Cela se passe le 26 juin avant-midi, à l’hôtel de ville de Gand. Vous pouvez vous inscrire ici.

    5-6-2018 - Chèques taxi BackSafe pour les jeunes, subsidiés par la Région Wallonne
    Lancement aujourd’hui de la vente des chèques pour 7 villes wallonnes !

     

    29-5-2018 - Conférence d’été « Clean Power for Taxis » le 26 juin à Gand
    Les inscriptions sont ouvertes !

    22-5-2018 - Nouveau président pour le groupe Taxi de l’IRU
    Christian Holzhauser de la Centrale de Taxis de Vienne devient le président du groupe Taxi de l’IRU

     

    26-4-2018 - Action syndicale pour les pensions le 16 mai
    Dans certaines entreprises, cette action pourra occasionner l’absence de travailleurs, militants ou affiliés y participant

    26-4-2018 - FEBET - Journée du Taxi à Bruxelles le 12 mai
    Les membres du GTL des autres Régions du pays sont aussi cordialement invités !

    20-4-2018 - Le gouvernement flamand approuve le décret sur la réforme des taxis/LVC
    Tout dépend à présent de ce qui sera inscrit dans les arrêtés d’exécution.

    11-4-2018 - Regering, hou rekening met KMO’s in nationale kaderwet GDPR !
    Voor de KMO’s betekent de implementatie van de Algemene Verordening Gegevensbescherming (AVG, of in het Engels GDPR) een belangrijke uitdaging

    30-3-2018 - Projet pilote « chèques taxis pour les jeunes » : participez-y avec nous !
    10.000 chèques taxis pour les jeunes de 16 à 30 ans dans 8 villes wallonnes 

    30-3-2018 - Subvention temporaire en Flandre pour les taxis électriques
    D’ici 2020, au moins 10% de la flotte de taxis flamands sera électrique !

    27-3-2018 - COMMUNIQUE DE PRESSE - Réaction à la manifestation des taxis à Bruxelles
    L’action des taxis bruxellois démontre qu’il est plus que temps que Bruxelles s’attaque vraiment au problème de l’ubérisation

    23-3-2018 - Communiqué de presse taxis électriques - Malines
    D’ici 2030 plus que des taxis électriques à Malines !

    23-3-2018 - Manifestation des taxis à Bruxelles ce mardi 27 mars
    D’autres villes ont décidé d’y envoyer également des taxis, par solidarité avec les collègues bruxellois

    22-3-2018 - La colère des taxis, à Amsterdam comme à Bruxelles
    Une trop forte dérégulationet un nombre trop important de voitures roulant pour Uber : la situation est devenue invivable pour les chauffeurs de taxis des grandes villes néerlandaises

    20-3-2018 - Projet pilote chèques taxis pour les jeunes : vous aussi vous souhaitez participer ?
    L’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière (AWSR) organise avec le GTL un projet pilote sur l’octroi de chèques taxis pour les jeunes dans 8 villes wallonnes

    19-3-2018 - Implémentation du RGPD/GDPR dans les compagnies de taxis et de LVC
    Beaucoup de membres du GTL ont des questions sur la mise en œuvre du RGPD/GDPR (règlement général sur la protection des données) au niveau de leur entreprise.

    15-3-2018 - Bruxelles : déjà 1.000 chauffeurs Uber ?
    Pour les taxis bruxellois, la situation s’aggrave rapidement en raison de la concurrence déloyale d’un nombre explosif de chauffeurs Uber.

    15-3-2018 - Bruxelles : une nouvelle Task Force devrait d’urgence régulariser la situation
    Le gouvernement bruxellois a promis de la mettre en place pour s’attaquer aux abus des services illégaux de taxis alternatifs (via les plateformes).

    15-3-2018 - Bruxelles : Avis officiels sur le projet d’ordonnance concernant la réforme de la législation sur les taxis
    Une analyse socio-économique de l’impact de la réforme s’impose !

    15-3-2018 - Wallonie : Aéroport de Charleroi
    Le GTL a écrit aux des autorités aéroportuaires de Charleroi, suite aux refus de courses de taxi à l’aéroport

    15-3-2018 - Flandre : projets pilotes pour la mise en place du nouveau réseau de transport public à la demande
    La période d’assouplissement de la réglementation pour les projets pilotes menés dans 4 régions de Flandre, sera prolongée d’un an

    15-3-2018 - International : réunion de l’IRU à Bruxelles, le 17avril
    L’IRU se penchera sur l’avenir du réseau mondial d’applications de taxis (Global Taxi Network).

    15-3-2018 - Mise en place progressive du Fonds de pension pour les travailleurs du taxi et de la LVC
    Une deuxième convention collective de travail a été signée le 18 janvier 2018.

    8-3-2018 - SABAM : tarif indexé
    Les tarifs sont régulièrement adaptés en fonction de l’évolution de l’index. Vous trouverez les nouveaux tarifs ici.

    31-1-2018 - Le paiement de rémunérations en espèces est interdit, sauf le paiement en espèces d’avances sur salaire (TAXIS).
    Le paiement en espèces d’avances sur salaire aux chauffeurs de TAXIS reste possible moyennant certaines conditions. Les chauffeurs de LVC sont exclus.

    26-1-2018 - Demande d’extrait de casier judiciaire : qu’est-ce qui change ?
    Depuis le 1er janvier 2018, le Casier Judiciaire Central a pris en charge la gestion totale du contenu du casier judiciaire

    19-1-2018 - Collaboration des taxis d’Anvers avec Make a Wish
    Vous aussi, vous nous suivez sur Facebook, sur la page Taxilive ?

    19-1-2018 - Une belle campagne BOB dans les média sociaux !
    Notre campagne BOB sur les média sociaux est un succès !

    18-1-2018 - Envoi de factures aux autorités fédérales : désormais par voie électronique
    Depuis le 1er janvier 2018, les factures électroniques sont obligatoires pour tous les marchés publics (Fédéral) publiés de plus de 135.000 EUR

    16-1-2018 - Soutenez les taxis bruxellois !
    Ils mènent une action aujourd’hui afin d’exiger des mesures gouvernementales urgentes pour sauver leur profession

    15-1-2018 - Communiqué de presse Front Commun des Taxis Bruxellois
    Un cortège funèbre pour le défunt taxi bruxellois, victime d’une infection ‘ubérisante’

    11-1-2018 - Arrêt de la Cour de Justice UE sur Uber : les partenaires sociaux exigent une action immédiate !
    Appel au gouvernement et aux services d’inspection : faites respecter la loi, Uber doit payer l’ONSS pour ses chauffeurs !

    8-1-2018 - Taxis - Prime d’ancienneté - Exemples de calcul
    Nous rappelons que les employeurs sont tenus de payer avant la fin du mois de janvier 2018 les primes d’ancienneté à leurs chauffeurs de taxis.

    14-12-2017 - Décret wallon portant sur des mesures pour lutter contre la pollution atmosphérique
    Interdiction progressive des véhicules diesel et création de zones basses émissions en Wallonie

    12-12-2017 - Le conseil des ministres a approuvé le plan d’action 2018 de lutte contre la fraude sociale
    Le plan contient les priorités des services d’inspection sociale pour 2018, notamment dans le secteur des taxis

    12-12-2017 - La plus-value sur la revente de taxis et LVC reste défiscalisable après 2020
    Les fédérations du transport obtiennent gain de cause.

    11-12-2017 - Le secteur des taxis bruxellois partage son pain sec avec Pascal Smet
    Communiqué de presse

    10-12-2017 - Action syndicale pour les pensions le 19 décembre
    .

    8-12-2017 - Manifestation des taxis à Bruxelles le 12 décembre 2017
    Communiqué de Presse

    4-12-2017 - Réformes de la réglementation taxi et LVC/TC : où en est-on ?
    La Flandre et la Wallonie préparent pour le moment une réforme importante de leurs réglementations respectives. Le GTL a pu en prendre connaissance

    1-12-2017 - La FGTB annonce des actions en décembre
    .

    1-12-2017 - La campagne BOB de cet hiver est lancée.
    Et les taxis sont invités à y participer ! Trouvez ici les instruments.

    30-11-2017 - Les taxis bruxellois mobilisent pour une grève
    Le choix entre la Peste (le statu quo, la guerre entre taxis et Uber illégaux) et le Choléra (plan taxi du ministre Smet qui crée un bain de sang social) est inacceptable

    10-11-2017 - Communiqué de presse : Non à la suppression de la déduction des plusvalues sur voitures
    Les organisations patronales fustigent la nouvelle mesure d’imposition

    3-11-2017 - Contrôles renforcés sur la vignette obligatoire pour entrer dans Paris à partir de janvier
    Demandez votre vignette à temps si vous devez vous rendre à Paris en voiture.

    20-10-2017 - Annonce de grève par les syndicats le 8 novembre
    Le GTL a reçu des syndicats un courrier annonçant qu’ils organiseront une manifestation en front commun FGTB-CGSLB-CSC le 8 novembre 2017.

    20-10-2017 - La ville de Gand adapte les tarifs de ses taxis à partir de novembre
    Le prix augmente légèrement, sauf pour les longues courses, qui seront dorénavant moins chères

    19-10-2017 - La Commission paritaire a signé 4 nouvelles conventions collectives
    Celles-ci mettent en oeuvre le protocole d’accord social sectoriel, signé le 26 juin par les partenaires sociaux pour les années 2016-2017

    6-10-2017 - Payer le bus, tram, train, taxi etc à partir d’une seule appli à Anvers
    ...ce sera bientôt possible à Anvers via la plateforme Whim

    6-10-2017 - Bruxelles : Zone de basse émission (LEZ) à partir du 1er janvier 2018 :
    A partir de 2018, Bruxelles sera interdit aux les voitures au diesel de norme Euro 1 ou sans norme euro (critères évolutifs)

    5-10-2017 - Actions de solidarité FGTB
    Le syndicat UBT (FGTB) a informé le GTL qu’il organise ce 10 octobre des actions de solidarité avec les collègues du secteur public.

    5-10-2017 - Les taxis d’Anvers devront passer aux énergies alternatives
    Le GTL et l’APTU publient un Communiqué : "Une politique d’accompagnement sera indispensable pour atteindre des objectifs ambitieux".

     

    15-9-2017 - Suppression de l’exonération des plus-values sur les véhicules d’entreprise
    Le gouvernement fédéral a décidé de supprimer l’exonération des plus-values sur les véhicules d’entreprise.

    15-9-2017 - La situation à Bruxelles
    Quel plan taxi ? Le Front Commun agit à plusieurs niveaux pour mettre fin à la concurrence déloyale de Uber et au malaise qui prévaut dans la Région.

    15-9-2017 - La fédération bruxelloise FEBET adhère au GTL
    Le président de la FeBeT, Khalid Ed-Denguir, entre au conseil d’administration du GTL

    8-9-2017 - Semaine européenne de la mobilité
    Dimanche sans voiture le 17 septembre 2017 16e édition

    18-8-2017 - Les applis des taxis pour les supporters du RSC Anderlecht
    RSC Anderlecht propose les 3 principales applis "taxi" du pays à ses supporters, pour leurs déplacements au Parc Astrid

    4-8-2017 - SABAM : tarif indexé
    Les tarifs sont régulièrement adaptés en fonction de l’évolution de l’index. Vous trouverez les nouveaux tarifs ici.

    3-8-2017 - Parkings pour PMR dans les aéroports belges
    Où peut-on aller chercher un passager à mobilité réduite dans les différents aéroports belges ?

    3-8-2017 - Remboursement des écochèques
    Avez-vous déjà demandé le remboursement des écochèques que vous avez remis à vos chauffeurs en juillet ?

    Remplissez le formulaire de demande de remboursement !

    28-7-2017 - Augmentation des salaires au 1er juillet 2017 (rappel)
    Les salaires des chauffeurs de taxi, de LVC et du personnel de garage ont été augmenté de 0,6% au 1er juillet 2017. 

    28-7-2017 - Aperçu du nombre de taxis, TC et voitures de location : augmentation de 6,4%
    Retrouvez ici les autorisations par région.

    28-7-2017 - Entretien du GTL avec la fédération du secteur automobile (TRAXIO)
    Pour défendre un secteur des taxis mis à rude épreuve (par Uber)

    20-7-2017 - Nos InfoFlash en néerlandais vous intéressent aussi ?
    Vous pouvez aussi suivre l’actualité "taxi" en Flandre en lisant nosInfoFlash néerlandophones

    15-6-2016 - Licences délivrées en Wallonie en Flandre et à Bruxelles 2018/2017 : +12%
    Vous retrouverez ici un aperçu par commune des licences délivrées pour des services de taxis, de taxis collectifs ou de location avec chauffeur

    6-7-2012 - Les plaques d’immatriculation TX (taxi) et TXL,TXV,TXR,TXH
    Procédure de demande de plaques d’immatriculation TX,...Que faut-il savoir ?

    26-4-2018 - Action syndicale pour les pensions le 16 mai
    Dans certaines entreprises, cette action pourra occasionner l’absence de travailleurs, militants ou affiliés y participant

    Les syndicats ont informé le GTL qu’ils organiseront en front commun une "action de grande envergure" sur Bruxelles le mercredi 16 mai sur le thème des pensions.

    Ils rappellent que la participation de travailleurs ou de militants à cette action peut occasionner une absence au travail, qui sera reconnue comme journée de grève, rémunérée comme telle par le syndicat.

    #Belgien #Brüssel #Taxi #Streik


  • » Israel Denies Entry To Swedish Peace Activist Who Walked To Palestine
    IMEMC - July 6, 2018 11:55 AM
    http://imemc.org/article/israel-denies-entry-to-swedish-peace-activist-who-walked-to-palestine

    The Israeli Border Authority denied entry to a Swedish peace activist, who started walking to Palestine eleven months ago to raise awareness about the Israeli occupation, and the suffering of the Palestinian people.

    The peace activist Benjamin Ladra started his walk on August 8th, 2017, with the aim of informing the world about the situation in Palestine and spread awareness about the Israeli military occupation.

    His walk also marked the centennial of the Balfour Declaration of 1917, in which Britain pledged a Jewish homeland in Palestine during the British mandate and occupation of the country.

    After being denied entry, he said the officers at the Israeli-controlled crossing with the West Bank interrogated him for six hours, and told him that they believe “he was lying during interrogation,” and that “he would be participating in the protests in Nabi Saleh village,” near Ramallah.

    #Expulsion #Aéroport #BDS #Douane #Frontière #expulsions_frontières (d’israel) #Suède

    • Update: Palestinian Nationality Granted to Swedish Activist
      July 7, 2018 10:13 PM IMEMC News & Agencies
      http://imemc.org/article/palestinian-nationality-granted-to-swedish-activist

      Palestinian President Mahmoud Abbas has granted Palestinian nationality to Swedish activist Benjamin Ladraa, aged 25, and bestowed the Medal of Merit on him, in appreciation of his efforts and support of the Palestinian people.

      Ladraa had walked 4,800 kilometers, through 15 countries and for a period of 11 months, carrying a Palestinian flag on his back to raise awareness about the plight of the Palestinian people under the Israeli military occupation.

      Israeli authorities banned Ladraa entry to Palestine when he arrived predawn, Friday, at the Allenby Bridge (the Jordanian-Palestinian borders), in the last leg of his walk.

      Ladraa was also held for 6 hours of interrogations by Israeli authorities, at the border.

    • Benjamin Ladraa: ’You don’t have to be Palestinian to care about the injustice in Palestine’
      Aug. 16, 2018 3:52 P.M. (Updated: Aug. 16, 2018 4:19 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=780726
      By: Jennifer Janineh

      BETHLEHEM (Ma’an) — Benjamin Ladraa is a Swedish human rights activist, who walked 4,800 km through 13 countries over a span of 11 months to raise awareness about the Palestinian cause.

      Ma’an News Agency interviewed Ladraa after Israeli authorities banned him from entering Palestine upon his arrival at the Allenby Bridge, the Jordanian-Palestinian borders, in July.

      During the interview, Ladraa said that “they (Israeli authorities) treated me not too bad, I mean, it’s not comparable to what Palestinians are going through when they are arrested in the middle of the night from their homes and tortured.”

      Watch the full interview below:

      https://www.youtube.com/watch?v=377MQk-IK_I


  • Center for Constitutional Rights Executive Director and Board Chair Both Denied Entry into #Israel | Center for Constitutional Rights
    https://ccrjustice.org/home/press-center/press-releases/center-constitutional-rights-executive-director-and-board-chair

    May 1, 2018, Tel Aviv and New York – Vincent Warren, executive director of the Center for Constitutional Rights (CCR), and Katherine Franke, chair of CCR’s board and Sulzbacher Professor of Law, Gender, and Sexuality Studies at Columbia University, were detained Sunday, April 29, for 14 hours and interrogated at Ben Gurion International Airport, then denied entry into Israel and deported, arriving back in New York early Monday morning.  Warren and Franke were questioned about their political association with human rights groups that have been critical of Israel’s human rights record.

    “The Israeli government denied us entry, apparently because it feared letting in people who might challenge its policies. This is something that we should neither accept nor condone from a country that calls itself a democracy,” Warren said. “Our trip sought to explore the intersection of Black and Brown people’s experiences in the U.S. with the situation of Palestinians, and Israel could not have made that connection clearer.”

    #villa_dans_la_jungle


  • Israel denies entry to four American civil rights leaders
    +972 Magazine | By Mairav Zonszein |Published May 3, 2018
    https://972mag.com/israel-denies-entry-to-prominent-american-civil-rights-leaders/135059

    Four members of an American human rights delegation to Israel and the West Bank, were detained at Ben Gurion Airport, denied entry, and deported by Israeli authorities on Sunday. The rest of the delegation was allowed through.

    Two of the four deported are Vincent Warren, executive director of the Center for Constitutional Rights (CCR), and Katherine Franke, chair of CCR’s board and Sulzbacher Professor of Law, Gender, and Sexuality Studies at Columbia University. The two others who were deported did not want to be named or interviewed. Franke was accused of being affiliated with the BDS movement; Warren appears to have been deported simply by association.

    #expulsion #BDS

    • Interpellés puis expulsés : des juristes américains défenseurs des droits humains se voient interdire d’entrer en Israël
      8 mai | Amy Goodman, Juan Gonzalez, Katherine Franke, Vincent Warren pour Democracy Now |Traduction SM pour l’AURDIP
      http://www.aurdip.fr/interpelles-puis-expulses-des.html

      Deux juristes américains, défenseurs des droits humains, ont été retenus pendant 14 heures dimanche (29 avril) à l’Aéroport international de Tel Aviv-David Ben Gourion avant d’être renvoyés aux États-Unis. Katherine Franke, de l’université Columbia, et Vincent Warren, directeur général du Centre pour les droits constitutionnels, ont été interrogés à plusieurs reprises au sujet de leurs relations avec des groupes qui critiquent Israël. Ils faisaient partie d’une délégation de militants américains des droits civiques qui se rendaient en Israël et en Palestine pour s’informer de la situation des droits humains et rencontrer des militants locaux. Dans la matinée de lundi (30 avril), ils étaient de retour à New York.


  • « Rwanda, la fin du silence » : un ancien officier français raconte

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/03/15/operation-turquoise-les-revelations-d-un-officier-francais_5271183_3212.html

    Extraits de « Rwanda, la fin du silence, témoignage d’un officier français », de Guillaume Ancel, et qui paraît vendredi 16 mars aux éditions Les Belles Lettres.

    [En juin 1994, au moment où la France décide d’intervenir au Rwanda, Guillaume Ancel est officier de guidage de tir aérien. Ce pays de la région des Grands Lacs est alors plongé en plein génocide contre les Tusti mené par les Forces armées rwandaises et par les milices extrémistes hutu, proches du gouvernement intérimaire, soutenu par Paris. Parallèlement, le Front patriotique rwandais, dominé par les Tutsi, a lancé une offensive pour mettre fin aux massacres et s’emparer du pays. Le livre de Guillaume Ancel contredit la version officielle d’une intervention avant tout « humanitaire ». Selon lui, la France a tardé à prendre ses distances avec le régime génocidaire. Extraits.]

    Base militaire de Valbonne, près de Lyon, France. 22 juin 1994

    (…) En fin d’après-midi, un officier du bureau des opérations entre brusquement et me remet personnellement un exemplaire numéroté d’un ordre préparatoire, dont manifestement Colin () dispose déjà. Il s’agit de réaliser un raid terrestre sur Kigali, la capitale du Rwanda, pour remettre en place le gouvernement, ordre expliqué par quelques schémas et des hiéroglyphes militaires appelés « symboles » :

    Nous débarquerons en « unité constituée » à Goma [principale ville de l’est du Zaïre, près de la frontière rwandaise], et l’opération s’appuiera sur la vitesse et la surprise liées à notre arrivée ultrarapide. A ce stade, la mission n’est pas encore confirmée, mais elle devient très probable.

    Cet ordre ne me surprend pas vraiment. J’apprécie les subtiles analyses de politique internationale et les débats sur la pertinence des interventions, mais en l’occurrence nous serons projetés à 6 000 kilomètres de la métropole pour faire notre métier, qui est de mener des opérations militaires, et celle-ci rentre dans nos cordes.

    En théorie, c’est assez simple, je dois dégager un couloir en guidant les frappes des avions de chasse, couloir dans lequel la compagnie de légionnaires s’engouffre, suivie par d’autres unités aguerries. La rapidité est telle que les unités d’en face ne doivent pas avoir le temps de se réorganiser tandis que nous rejoignons aussi vite que possible la capitale, Kigali, pour remettre les insignes du pouvoir au gouvernement que la France soutient.

    Tactiquement, c’est logique, puisque nous nous exerçons depuis plusieurs années à ce type d’opération avec les unités de la Force d’action rapide qui seront déployées sur ce théâtre, comme si nous allions jouer une pièce maintes fois répétée. En pratique, c’est évidemment risqué, très violent et nous sommes suffisamment entraînés pour savoir que ce raid terrestre ne se passera jamais comme nous l’avions prévu.

    (…)

    *Aéroport de Goma, Zaïre. 26 juin 1994

    Un officier d’état-major nous rend visite sur notre campement de fortune. J’aimerais l’interroger sur la suite de la mission puisque nous étions censés arriver par surprise pour mener une action offensive, mais il ne me répond pas et se contente de récupérer avec d’inhabituelles précautions l’ordre préparatoire reçu à Nîmes [où est basé le 2e régiment étranger d’infanterie, de la Légion étrangère]. Normalement, en opération, le simple fait d’ordonner la destruction d’un ordre écrit suffit, mais cet officier vérifie chaque exemplaire page par page, comme si ce document ne devait plus exister…

    (…)

    Aéroport de Bukavu, Zaïre. 30 juin 1994

    (…) La forêt de Nyungwe constitue un îlot tropical sur la route menant à Kigali via Butare, à moins d’une centaine de kilomètres de notre position. Les légionnaires l’ont survolée en hélicoptère et me l’ont décrite comme très dense, quasi impénétrable pour une unité armée et motorisée, en dehors de la route nationale qui la traverse d’est en ouest, comme un canyon de verdure verticale.

    Nous devons – comprendre « nous allons tout faire pour » – stopper l’avancée militaire des soldats du FPR [Front patriotique rwandais, rébellion d’obédience tutsi, dirigée par Paul Kagame] quand ils arriveront à l’est de la forêt et qu’ils devront s’engouffrer sur cette unique route pour la traverser. Dans notre jargon, c’est un coup d’arrêt, qui consiste à bloquer brutalement l’avancée ennemie par une embuscade solidement adossée au massif forestier, à un endroit précis qu’ils ne pourront contourner.

    Je n’ignore pas la difficulté de la situation, car les légionnaires n’ont pas d’armes lourdes. Même les mortiers légers dont ils disposent n’ont toujours pas leurs munitions et ce sera difficile de tenir face aux soldats du FPR connus pour leur discipline et leur endurance. Un détail, nous sommes 150, les éléments en face seraient au moins dix fois plus, rien que sur cette route. Aussi, pour contrebalancer ce déséquilibre, il nous faut les avions de chasse… et je suis bien placé pour savoir que le dispositif d’appui aérien n’est pas rodé.

    Aéroport de Bukavu, Zaïre. 01 juillet 1994

    (…) Nous rejoignons le tarmac, sur lequel nous attendent cinq hélicoptères de transport Super Puma. Le sifflement de leurs turbines crisse dans nos tympans. Les lumières de position des hélicos forment une ligne vers l’est où le ciel s’éclaire lentement des signes précurseurs du lever du jour. Nous embarquons dans le premier hélicoptère, sur ces sièges en toile toujours trop étroits, les sacs comprimés entre nos genoux. Les visages des légionnaires sont fermés. L’intérieur de la cabine est faiblement éclairé par une lumière blafarde qui ajoute au sentiment de tension. J’observe Tabal, très concentré sur la suite, il me renvoie sa mine confiante, celle de la Légion étrangère qui ne doute pas, ne tremble pas.

    Plus un mouvement, les pilotes ont terminé leur procédure de décollage, les rotors se mettent à tourner, faisant vibrer tout l’appareil. J’aperçois par la porte latérale, grande ouverte, la courbe d’un soleil orangé qui émerge maintenant à l’horizon. Notre hélico se soulève par l’arrière, les têtes rentrent dans les épaules, la mission est lancée, nous partons au combat.

    Brusquement, sur le tarmac, un officier surgit de l’estancot qui sert d’état-major aux forces spéciales et fait signe, les bras en croix, de stopper immédiatement l’opération. L’hélicoptère atterrit brutalement, à la surprise générale. Je défais ma ceinture de sécurité et saute par la porte pour rejoindre le stoppeur, c’est le capitaine de Pressy, en charge des opérations pour ce secteur. Il comprend à ma mine mauvaise que j’ai besoin d’explications.

    « Nous avons passé un accord avec le FPR, nous n’engageons pas le combat. »

    Les rotors s’immobilisent, et les hommes descendent sans attendre des cabines restées ouvertes, avec leurs sacs immenses et leurs armes sur l’épaule.

    Tabal me rejoint avec calme, et Pressy reprend :

    « Les Tutsi stoppent leur avance et nous allons protéger une zone qu’ils n’occupent pas encore, à l’ouest du pays. Ce sera une “zone humanitaire”, qui passe sous notre contrôle.

    – Si je comprends bien, on renonce à remettre au pouvoir ce qui reste du gouvernement ?

    – Oui, pour l’instant, nous allons vite voir quel cap nous prenons maintenant. »

    Tous ces militaires étaient déterminés à aller se battre, et ils ont été stoppés dans leur élan, comme si, au bout de la nuit, un responsable politique avait enfin décidé que ce combat ne pouvait pas avoir lieu. Les soldats désarment bruyamment leur arsenal après avoir ôté les chargeurs. Nous sommes un peu groggy, à la fois soulagés mais aussi frustrés.

    Je retourne aux grandes tentes avec Tabal, qui se moque gentiment en s’interrogeant sur la fonction que je vais maintenant pouvoir occuper. J’étais le responsable des frappes aériennes, il me propose de devenir « responsable des frappes humanitaires », ironisant sur la tonalité nouvelle et un peu surprenante de notre intervention, car c’est la première fois que nous entendons parler d’« humanitaire ».

    Aéroport de Cyangugu, Rwanda. Juillet 1994

    Je suis vraiment contrarié.

    En rentrant tard dans l’après-midi sur la base de Cyangugu, je trouve un groupe de journalistes qui assiègent le petit état-major, ils attendent un point de situation et s’impatientent bruyamment. Je ne veux pas m’en mêler, je les contourne discrètement pour aller poser mes affaires sous mon lit et faire le point avec Malvaud, l’officier rens [de renseignement].

    Le lieutenant-colonel Lemoine, l’adjoint de Garoh, m’intercepte et me demande de l’aider : les journalistes ne devaient pas rester au-delà de 15 heures, mais leur programme a été prolongé sans son avis. Ils attendent un brief alors « qu’un convoi de camions doit quitter la base pour transporter des armes vers le Zaïre ». Je ne comprends pas de quoi il parle, mais Lemoine me propulse devant les journalistes sans me laisser le temps de poser plus de questions.

    Les journalistes m’entourent aussitôt, comme s’ils m’encerclaient. Je parle doucement pour les obliger à se concentrer sur mes propos. Je leur fais un brief rapide sur la situation dans la zone et sur mes activités de recherche et de sauvetage de rescapés. La plupart s’en contentent, cependant un reporter du journal Le Monde n’en reste pas là :

    « Capitaine, vous désarmez les Rwandais qui traversent votre zone ? Même les militaires des FAR [Forces armées rwandaises] ?

    – Bien sûr, nous protégeons la zone humanitaire sûre, donc plus personne n’a besoin de porter une arme dans ce périmètre.

    – Et pourquoi vous ne confisquez pas aussi les machettes ?

    – Pour la simple raison que tout le monde en possède. Dans ce cas, il faudrait aussi supprimer les couteaux, les pioches et les bâtons ! »

    Rire de ses confrères, mais la question est loin d’être anodine ; ne rien faire dans ces situations alors qu’on en a le pouvoir, c’est se rendre complice. J’aperçois dans leur dos, de l’autre côté de la piste, une colonne d’une dizaine de camions transportant des conteneurs maritimes, qui quittent le camp en soulevant un nuage de poussière.

    Le journaliste n’abandonne pas.

    « Et les armes saisies, qu’en faites-vous ? »

    Je n’ai pas envie de mentir ni de nous mettre en difficulté, alors j’esquive avec un sourire.
    « Nous les stockons ici dans des conteneurs, et nous attendons que leurs propriétaires les réclament. »

    Les journalistes rient encore, ils doivent penser que je suis plein d’humour. Ils plient bagage après m’avoir remercié et remontent dans l’avion qui les attend enfin sur la piste.

    J’attends avec impatience le débriefing du soir auquel assistent tous les chefs de détachement du groupement. Nous sommes une douzaine autour de la table et j’aborde sans attendre le sujet du convoi, pour lequel on m’a demandé de détourner l’attention des journalistes. Je sens que Garoh hésite et cherche ses mots :

    « Ces armes sont livrées aux FAR qui sont réfugiées au Zaïre, cela fait partie des gestes d’apaisement que nous avons acceptés pour calmer leur frustration et éviter aussi qu’ils ne se retournent contre nous. »

    Je suis sidéré.

    « Attendez, on les désarme, et ensuite on va leur livrer des armes, dans des camps de réfugiés, alors que ce sont des unités en déroute, sans doute liées aux milices et, pire encore, au ravage de ce pays ? »

    Garoh me répond avec son calme imperturbable,

    « Oui, parce que les FAR sont à deux doigts d’imploser et d’alimenter effectivement les bandes de pillards. En donnant ces armes à leurs chefs, nous espérons affermir leur autorité. De plus, nous ne sommes que quelques centaines de combattants sur le terrain, et nous ne pouvons pas nous permettre le risque qu’ils se retournent contre nous, alors que le FPR nous menace déjà. »

    Lemoine, son adjoint, ajoute pour l’aider :

    « Ancel, nous payons aussi leur solde, en liquide, pour éviter qu’ils ne deviennent incontrôlables, ce que nous sommes souvent obligés de faire dans ces situations. »

    Je trouve le raisonnement court-termiste et indéfendable : comment avaler qu’en livrant des armes à ces militaires nous améliorons notre propre sécurité ? Je leur rappelle que nous n’avons plus vraiment de doutes sur l’implication des FAR dans les massacres de grande ampleur qu’aucun d’entre nous ne nomme encore « génocide ». Mais Garoh stoppe là le débat, même s’il semble troublé aussi par cette situation.

    Après cet événement, j’ai demandé aux pilotes d’hélicos et aux gendarmes chargés du contrôle des armes saisies de les balancer au-dessus du lac Kivu. Garoh aurait pu s’y opposer, mais il a validé cette pratique…

    Retour à Bisesero, ouest du Rwanda

    (…)

    Comme je l’ai relaté, au lever du jour du 1er juillet, cette mission de combat contre les ennemis des génocidaires a été annulée in extremis. J’en connais désormais plus de détails grâce au témoignage d’Oscar, un des pilotes de chasse engagés dans cette opération et dont je raconterai le parcours un peu plus loin.

    En croisant nos témoignages, il apparaît que cette mission a été annulée par le PC Jupiter situé sous le palais présidentiel de l’Elysée, alors que les avions de chasse, des Jaguar, étaient déjà en vol pour frapper, et que nous-mêmes décollions en hélicoptère pour rejoindre la zone de guidage. Pourtant, le PC Jupiter n’a pas vocation à diriger ce type d’opération, qui est plutôt du ressort du bien nommé Centre opérationnel interarmées. C’est une procédure tout à fait inhabituelle que m’a décrite mon camarade et, compte tenu de ma compréhension du sujet, il est probable que les événements se soient enchaînés ainsi : cette opération de combat contre le FPR a été décidée sans réel contrôle politique, mais l’intervention des Jaguar a déclenché une procédure quasi automatique de confirmation auprès du PC de l’Elysée, qui s’en est effrayé. En effet, l’engagement au combat d’avions de chasse est considéré comme stratégique du fait de leur puissance de feu, ainsi que du risque médiatique : difficile de faire croire qu’un bombardement n’a pas été organisé, tandis qu’il est toujours possible d’habiller un échange de tirs au sol en accrochage accidentel ou en riposte à une tentative d’infiltration.

    En conséquence, la patrouille de Jaguar, au moment de rejoindre la zone de combat, demande la validation de son engagement, sans doute par l’intermédiaire de l’avion ravitailleur KC135 qui les soutient et qui est équipé d’un système radio longue portée en l’absence d’Awacs. Le PC Jupiter alerte l’Elysée – l’étage du dessus –, qui découvre l’opération, prend brutalement conscience des conséquences possibles d’un tel engagement et l’interdit aussitôt.

    L’annulation, au tout dernier moment, de cette mission, par la présidence de la République, déclenche un débat – plutôt que d’en être l’issue – sur le risque que la France soit effectivement accusée de complicité de génocide et mise au ban des nations, alors même que la crise de Bisesero [un secteur de collines où des dizaines de miliers de personnes ont été massacrées] vient de débuter. Dans les jours qui suivent, des spécialistes de l’Afrique des Grands Lacs sont consultés, et probablement dépêchés sur place, pour négocier un compromis avec le FPR, c’est la suite de l’opération « Turquoise » avec la création d’une zone humanitaire sûre.


  • Les zadistes ont retrouvé la clef du possible
    https://la-bas.org/4889

    Larmes de joie à Notre-Dame-des-Landes, victoire d’une longue et superbe lutte qui redonne courage et espoir. Victoire contre le projet d’aéroport mais aussi bouillonnement d’alternatives. L’histoire rebondit, Camille et Camille ont gagné, et Camille aussi ! Première partie, histoire d’un long combat avec Françoise Verchère, co-présidente du Collectif d’Élus Doutant de la Pertinence de l’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (CéDpa).Continuer la lecture…

    #Radio #Environnement #Luttes
    http://audiobank.tryphon.eu/casts/9c6rqhlj.mp3


  • Aéroport de Paris exhorte les voyageurs à ne pas abandonner leurs bagages Le Figaro - Mathilde Visseyrias - 27 Novembre 2017
    http://www.lefigaro.fr/societes/2017/11/27/20005-20171127ARTFIG00005-paris-aeroport-exhorte-les-voyageurs-a-ne-pas-aba

    Entre 2013 et 2016, le nombre de bagages abandonnés à Paris-Charles de Gaulle a bondi de 77,8%, entraînant plusieurs centaines de retards de vols.

    Votre vol est retardé pour cause de… bagage abandonné. Depuis le début de l’année, le problème s’est produit plus de 1000 fois à Roissy, entraînant l’intervention de démineurs et le retard de plus de 400 vols (d’en moyenne 53 minutes). Entre 2013 et 2016, le nombre de bagages abandonnés à Paris-Charles de Gaulle a bondi de 77,8 %. Si les passagers peuvent être étourdis et oublier leurs valises, le problème s’intensifie avec le durcissement des politiques des compagnies aériennes liées au poids des bagages. Résultat, de plus en plus de voyageurs n’hésitent pas à laisser leurs bagages pour éviter de payer une taxe supplémentaire. Le phénomène a pris une telle ampleur que le groupe ADP lance sa première campagne de sensibilisation sur le sujet. « C’est devenu un problème majeur », explique Augustin de Romanet, son PDG. ll travaille avec l’État afin de changer la procédure. L’objectif, comme pour la SNCF, est de pouvoir enquêter aux alentours du bagage, de visionner les caméras de l’aéroport, visant ainsi à reporter d’une vingtaine de minutes l’établissement d’un périmètre de sécurité.


    « Nous sommes prêts à former notre personnel pour cela et devrons par ailleurs sanctionner les passagers surpris après avoir abandonné leur bagage. » En réduisant le problème, l’entreprise contribuera à augmenter sa qualité de service, en particulier vis-à-vis des compagnies, qui restent les plus pénalisées par le durcissement de leur propre politique liée au poids des bagages.

    #Aéroport #compagnie_aériennes #supplément_bagage #MDR Ils récoltent ce qu’ils sèment #bagages #etat_d'urgence


  • Française des jeux : l’État envisage la privatisation...
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/14082-francaise-des-jeux-l-etat-envisage-la-privatisation

    Vous trouvez que c’est une gestion responsable ça ?, ces politiques PROVOQUE la faillite de notre pays, pour justifier la vente de nos bijoux de famille au plus offrand, je suis sûr qu’il y a des tonnes de pots de vin derrière tout ça...

    Française des jeux : l’État envisage la privatisation

    L’État français pourrait privatiser Aéroport de Paris et la Française des jeux. Cette entreprise est détenue à 72 % par l’État. L’objectif est de trouver en tout 10 milliards pour financer son plan d’innovation. Mais en revendant une partie de ses parts, l’État renoncerait également à une partie de ses dividendes, qui s’élevaient à 133 millions d’euros en 2016. Pour l’opposition, il s’agit d’un mauvais choix. "Je compare ça, d’une certaine façon, avec ce (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • "Gestion prédatrice, spoliation" : l’actionnaire chinois de l’aéroport dans le colimateur

    http://www.ladepeche.fr/article/2017/09/13/2644570-gestion-predatrice-spoliation-l-actionnaire-chinois-dans-le-colima

    Dans un document titré « Aéroport de Toulouse-Blagnac : histoire d’une spoliation », le groupe d’opposition « Métropole citoyenne » du conseil communautaire de la métropole de Toulouse dénonce la « gestion prédatrice » de l’actionnaire chinois. Propriétaire de 49,99 % des parts de l’aéroport depuis 2014, Casil Europe s’est versé 20,3 millions de dividendes en 2015 et 2016. 

    « En prélevant la totalité des bénéfices générés par la plateforme en 2015 (4,991 M€) et en 2016 (7,85 M€), et en puisant 15 M€ dans les réserves financières constituées avant son entrée au capital par les gestionnaires publics d’ATB, le consortium Casil Europe s’est versé en deux ans l’équivalent d’une dizaine d’années de dividendes du temps où la puissance publique dirigeait la société », constatent les conseillers de « Métropole citoyenne » (1). « Aucune société ne pratique de tels niveaux de prélèvement sur les bénéfices pour le versement de dividendes (...) De nombreuses sociétés interdisent même par statut de telles pratiques. Il s’agit là de prédation, pas de gestion responsable », considèrent Marc Péré, François Lépineux, Bernard Sancé et Nathalie Simon Labric.


  • Fictif(s) : deux ans à l’UDF payé par la République
    https://medium.com/@nicolasgregoire/fictif-s-deux-ans-%C3%A0-ludf-pay%C3%A9-par-la-r%C3%A9publique-f85073ea276e

    Besoin d’envoyer quelque chose du bureau ? Colis et lettres sont livrés par des motards de la gendarmerie nationale, qui font les coursiers pour le parti sans broncher. “Je t’envoie un motard !”

    Problème avec la banque ? Il suffit de tourner son siège. “Dis moi, tu as un contact pour ma banque à Paris ?” Au services des élections, quelqu’un lève le nez et s’empare d’un énorme Rolodex, qu’il appelle “la bomba”. “Bouge pas… Voilà. Tu notes ?” Le directeur de la banque au détail d’une grande banque à trois lettres est dérangé en pleine réunion sur sa ligne directe. Mon agence passera des lettres de menaces à l’obtention d’un prêt. En me déclarant fonctionnaire. Et en saisissant de fausses données financières dans son système informatique, “pour que ça passe”. Prêt que, gagnant 9200 francs par mois (1405 €) je ne rembourserai jamais. La banque à trois lettres ne fit jamais valoir sa créance.

    Vol d’une console vidéo dans mon bagage à Orly ? Un fax autoritaire à Aéroports de Paris, avec en-tête de l’Assemblée. Je suis immédiatement remboursé, sans demande de justificatifs. Je réalise que j’aurais pu inventer un ordinateur portable, engranger des milliers d’euros.

    Contrôle routier ? Le motard regarde ma carte du Sénat avec autorité. “Et vous êtes assistant de quel sénateur ? Depuis combien de temps ?” En costume de banquier, je hausse immédiatement le ton. “Non mais dites donc, vous allez arrêter de m’emmerder, ou vous allez avoir de gros problèmes !” En à peine un an, j’ai adopté du politique le langage, dont la classique menace de “problèmes”. Immédiatement, son binôme plus âgé le pousse de côté. “Excusez-le monsieur. C’est un jeune, il est pas habitué. Excusez-le”. “Bon, ça va.” Je repars en trombe, énervé d’avoir été pris de haut par ce qui n’est plus pour moi qu’un coursier.

    #politique #emploi_fictif #témoignage


  • La délocalisation de la décharge de Costa Brava devient urgente pour éviter le pire - Très inquiétant...
    Ornella ANTAR - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/1028715/la-delocalisation-de-la-decharge-de-costa-brava-devient-urgente-pour-

    Le risque que court l’aviation civile au Liban devient de plus en plus pressant. Trois incidents, dus au grand nombre de mouettes survolant le dépotoir de Costa Brava créé il y a un an près de l’Aéroport international de Beyrouth, se sont déroulés en moins de deux semaines.


  • Géographie collaboratrice de défenses de biens communs
    Radio Zinzine
    http://www.zinzine.domainepublic.net/?ref=2644

    « Geo-comunes » ou « #géographie_collaboratrice de défenses de biens communs » : une rencontre avec Yannick qui participe à ce collectif de géographes franco-mexicaines, situé à Mexico, et qui réalise des « cartes » pour appuyer des paysans, des villages, des communautés, etc. dans leur lutte contre des grands projets (autoroute, aéroport...) qui menacent leur territoire.

    #biens_commun #cartographie


  • Les réserves de l’Aéroport de Toulouse vont être dilapidées
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article815

    Un article de Laurent Mauduit, paru dans Médiaprt le 17 octobre concernant l’aéroport de Toulouse Blagnac Avec la complicité active de l’État, les actionnaires chinois de l’Aéroport de Toulouse- Blagnac récemment privatisé vont se servir jeudi un dividende exceptionnel de 15 millions d’euros. Une conséquence du pacte d’actionnaires secret passé par Emmanuel Macron avec ces investisseurs. « 

    #Fondation_Copernic_31

    http://universitepopulairetoulouse.fr/IMG/pdf/article_650533.pdf


  • Les réserves de l’Aéroport de Toulouse vont être dilapidées
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/171016/les-reserves-de-l-aeroport-de-toulouse-vont-etre-dilapidees

    Avec la complicité active de l’État, les actionnaires chinois de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac récemment privatisé vont se servir jeudi un dividende exceptionnel de 15 millions d’euros. Une conséquence du pacte d’actionnaires secret passé par #Emmanuel_Macron avec ces investisseurs.

    #Economie #aéroport_de_Toulouse-Blagnac #élection_présidentielle_2017 #politique_économique #privatisation