city:bailleul

  • Haut de France Blocages Un week-end commercial de fièvre jaune
    http://www.lavoixdunord.fr/494289/article/2018-11-23/un-week-end-commercial-de-fievre-jaune

    Alors qu’une grande manifestation est prévue à Paris et une autre à Lille, le mouvement des Gilets jaunes devrait être à l’origine de blocages dans plusieurs centres commerciaux du Nord et du Pas-de-Calais. À méditer avant de prendre la route.


    La situation s’annonce clairement tendue ce samedi aux abords de nombreux grands magasins du Nord-Pas-de-Calais. Les représentants régionaux de la grande distribution ont été reçus ce jeudi par le préfet de Région. Message de la préfecture : les centres commerciaux seront la priorité des forces de l’ordre ce week-end. Le point sur les prévisions de blocages à Auchan, Leclerc et Carrefour, les trois enseignes les plus concernées avec les zones commerciales dont elles sont les cœurs.

    #Auchan
    Deux points durs à envisager ce samedi pour l’enseigne qui ouvrira l’ensemble de ses magasins : à Englos avec peut-être une opération escargot dans la zone. Et Louvroil qui risque une fois de plus de regrouper le plus grand nombre de Gilets jaunes.

    La plupart des autres magasins sont concernés. Une marche collective déclarée en préfecture est annoncée depuis la mairie de Tourcoing (8h) jusqu’à Auchan Roncq. Des rendez-vous sont fixés en matinée à l’entrée nord d’Arras et sur le parking d’Auchan pour des départs groupés vers Paris. D’autres Gilets jaunes resteraient sur place, mais sans bloquer la circulation mais en menant de possibles actions dans les zones commerciales (occupation de parkings, remplissage de chariots laissés ensuite à l’abandon...). À Villeneuve d’Ascq (V2), aucune certitude mais seraient envisagés des remplissages de chariots ensuite abandonnés dans le magasin.

    Des manifestants convergeront sans doute vers les magasins de Sin-le-Noble, Boulogne-sur-Mer, Grande-Synthe, Noyelles-Godault et Hazebrouck.

    #Leclerc
    L’enseigne serait particulièrement touchée par les blocages d’entrepôts. Des Gilets jaunes sont attendus pour des barrages filtrants vers plusieurs magasins, dont Etaples, Bailleul ou Boulogne-sur-Mer.

    #Carrefour
    Une action des Gilets jaunes sur Calais-Cité Europe est annoncée sur les réseaux sociaux sans préciser le lieu et et l’heure. Un point de blocage est prévu à Landrecies au rond-point du magasin jusqu’à lundi 22 h, ainsi qu’à Liévin. Les Gilets jaunes qui ont décidé ce samedi matin à 8h30 de se rassembler au parking de Kinepolis Lomme pour converger vers Auchan Englos vont-ils également perturber le centre commercial Carrefour et Ikea à proximité du Kinepolis ? De la même manière, le magasin d’Euralille sera-t-il bloqué dans l’après-midi en marge de l’autre manifestation régionale déclarée en préfecture, celle de Lille ?

    À noter de sérieux problèmes d’approvisionnements, notamment dans les petites surfaces de proximité Carrefour à la suite des perturbations de circulation autour de la plateforme logistique Logidis de Vendin-le-Vieil qui approvisionne les magasins Carrefour de la région. Ces derniers ne seront pas livrés ce samedi.

    #GiletsJaunes #Black_Friday #Samedi_noir pour la #grande_distribution

  • Gilets jaunes en Bretagne : le dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche libéré, celui de Lorient bloqué France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/direct-gilets-jaunes-bretagne-depot-petrolier-vern-seic

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2018/11/20/blocage_lorient_2-3955085.jpg?itok=IFzPLmcm

    Le dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche n’est plus bloqué, mais celui de Lorient l’est depuis ce matin. Les policiers se sont rendus sur place pour empêcher tout débordement. Dans les Côtes-d’Armor, la RN12 est fermée aux alentours de Saint-Brieuc.

    . . . . .
    ans le Morbihan, du côté de Lorient le centre pétrolier est toujours bloqué par les gilets jaunes ce matin. La police nationale s’est rendue sur place dès 5h pour éviter tout débordement et empêcher d’autres manifestants d’arriver sur le site.
    . . . . ..
    Ailleurs en Bretagne, les actions de blocages continuent et le trafic est contrarié sur le réseau routier. Notamment sur les route nationales à quatre voies de circulation.

    Dans le Morbihan, la préfecture a averti les usagers des complications qu’ils pourront rencontrer dans le département.
    . . . . .

    • Haute-Corse France 3 Régions
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/haute-corse/grand-bastia/nouveau-rassemblement-gilets-jaunes-haute-corse-1577254

      Lundi 18:30 C’est la queue dans les stations-services pour récupérer un peu de carburant. Le plein est limité à 20 euros par véhicule, a-t-on pu constater dans une station du centre de Bastia.

      Malgré tout, certaines stations-service étaient déjà à sec peu avant 19h et les voitures ne faisaient que passer...
      . . . . .
      Mardi 8h00 Le blocage du dépôt pétrolier de Lucciana a été en partie levé au petit matin. Les gendarmes ont enlevé les gravats à l’entrée. Une quarantaine de gilets jaunes sont toujours présents.

      Des camions citernes n’ont toutefois pas pu accéder au dépôt. Certains chauffeurs, par solidarité, se sont joints au mouvement. D’autres ont fait demi-tour.

    • Gironde
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/gilets-jaunes-gironde-peage-virsac-saccage-vinci-autour
      Le péage de Virsac saccagé, Vinci Autouroutes veut porter plainte.

      Les « gilets jaunes » qui ont passé la nuit de lundi à mardi sur le péage de Virsac, dans le nord Gironde ont détruit de nombreuses installations. Depuis le 17 novembre, le lieu est devenu un point de rassemblement et de blocage pour les manifestants.

      Evacué lundi matin par les forces de l’ordre, le péage a été repris d’assaut par des gilets jaunes lundi après-midi. Entre-temps la circulation n’avait pas pu être rétablie, d’importantes opérations de nettoyage et de remise à niveau des lieux étant nécessaires au préalable.

      L’A10 impraticable
      Des manifestants sont revenus équipés de palettes, et de pneus et de quoi lancer des départs de feu. Plusieurs d’entre eux ont forcé l’entrée des locaux.

      Cabines, barrières , éclairages, chaussée ... De très nombreuses installations du péage ont été fortement endommagées et mises à feu. L’A10 est, à ce niveau, impraticable en l’état et reste coupée ce mardi matin, comme en témoignent nos confrères de Haute-Gironde ce mardi matin.

    • Franche-Comté
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/direct-gilets-jaunes-besancon-dole-lons-belfort-a36-sui

      11h00 : Les gendarmes mobiles interviennent à Vesoul

      A Vesoul, peu après 11 heures, les gendarmes mobiles ont dispersé les gilets jaunes présents au niveau du rond-point du Leclerc Drive. Des gaz ont été utilisés, dans une ambiance assez tendue selon nos journaliste sur place.

      La police intervient pour libérer la voie de sortie des camions. Une cinquantaine de gilets jaunes sur place depuis 7h ce matin. Les camions des sociétés Easydis et Jacky Perrenot ne pouvaient ni rentrer, ni sortir. La circulation reprend au compte goutte.

      Selon la Préfecture, les gilets jaunes sont déployés au rond-point du Rocher à Montmorot, à Rochefort sur Nenon et Gevry Choisey.

    • Champagne-Ardenne Plus violent
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/gilets-jaunes-au-moins-17-blesses-7-mis-examen-point-de

      A Charleville-Mézières, une personne dans le coma, deux blessés légers et un homme mis en examen

      Un homme a été mis en examen ce lundi après avoir renversé 3 personnes dans les Ardennes. Les faits se sont déroulés ce samedi 17 novembre, à la sortie de la voie rapide, avenue du Général de Gaulle à Charleville-Mézières. Deux des victimes sont légèrement blessées, la troisième, hospitalisée au CHU de Reims, est toujours dans le coma et son état est jugé préoccupant.

      A la sortie de Saint-Dizier, un camionneur interpellé après avoir blessé un gilet jaune

      Tôt ce lundi matin, aux alentours de 3 heures du matin, à Marnaval, aux abords de Saint-Dizier en Haute-Marne, un poids lourd a gravement blessé aux jambes un gilet jaune en forçant un barrage. Le pronostic vital de l’homme blessé n’est pas engagé. Le conducteur du camion a été interpellé.

      Plus tard dans la matinée, toujours ce lundi 19 novembre, deux gendarmes ont blessés à la suite d’affrontements avec les gilets jaune à Perthes.

      A Chaumont, la situation était tendues ce lundi matin devant la préfecture de Haute-Marne. Des dizaines de gilets jaunes ont tenté de forcer le passage pour finir par ressortir tranquillement. Les rangs de la contestation n’ont ensuite cessé de grossir dans la matinée, atteignant jusqu’à 600 personnes dans la ville.

      A Reims, 2 policiers blessés, 3 jeunes mis en examen

      Ce lundi 19 novembre, 3 jeunes hommes de 18, 23 et 28 ans, des gilets jaunes sont passés en comparution immédiate au tribunal de Reims, pour des faits de violences qui se sont déroulés ce samedi 17, au rond-point de la Neuvilette à Reims dans la Marne. Ils sont accusés d’avoir insulté et frappé au visage un homme d’une cinquantaine d’année, conducteur d’une voiture qui avait été pris à parti par des gilets jaunes, et blessé les deux policiers qui les ont ensuite interpellés.

      Dans la banlieue de Reims, un autre homme, un gilet jaune, a également été blessé samedi, au niveau du barrage de Thillois.

      A Troyes, dans l’Aube, trois personnes, deux majeurs et un mineur de 14 ans, ont été placées en garde à vue dès ce dimanche, après les nombreux débordements qui se sont déroulés ce samedi 17 novembre, devant la préfecture et derrière la mairie.

    • Les stations-essence en pénurie de carburant dans le Nord et le Pas-de-Calais
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/gilets-jaunes-plusieurs-stations-essence-penurie-carbur

      Plusieurs stations-service du Nord et du Pas-de-Calais sont à sec, après trois jours de mobilisation des Gilets jaunes. Des pénuries qui concernent surtout le gazole, mais également le sans-plomb 98 dans certaines stations.

      Dans le Nord

      Audruicq : station Carrefour en rupture de stock.
      Avelin : station Total en rupture de sans-plomb 95.​​​​​​
      Bailleul : station Leclerc en rupture de gazole.
      Caudry : station Leclerc fermée.
      Condé-sur-l’Escaut : station Carrefour en rupture de stock.
      Douchy-les-Mines : station Intermarché en rupture de stock.
      Faches-Thumesnil : station Total Access en rupture de gazole.
      Fenain : station Carrefour en rupture de stock.
      Fourmies : station Total en rupture de gazole.
      Hazebrouck : station Total en rupture de gazole.
      Lezennes : station Total Access, boulevard de Tournai en rupture de gazole.
      La Chapelle-d’Armentières : station Total en rupture de gazole.
      Loos : station Total en rupture de gazole.
      Malo-les-Bains : station Carrefour en rupture de stock.
      Nieppe : station Super U en rupture de stock.
      Saint-Amand-les-Eaux : station Carrefour en rupture de gazole.
      Valenciennes : station Leclerc, rue Ernest Macarez.
      Villeneuve-d’Ascq : station Total Access en rupture de stock.​​​​​​
      Wormhout : station Total Access en rupture de gazole.

      Dans le Pas-de-Calais

      Auchel : station essence Carrefour en rupture de gazole.
      Attin : station Leclerc en rupture de gazole.
      Avion : stations Auchan et Carrefour en rupture de stock.
      Calais : stations Intermarché et Auchan en rupture de gazole.
      Carvin : station Leclerc en rupture de gazole.
      Chocques : station Total en rupture de gazole.
      Courcelle-les-Lens : station Leclerc en rupture de gazole et de sans-plomb 98.
      Courrières : station Cora en rupture de gazole.
      Eperlecques : station Carrefour en rupture de sans-plomb 98.
      Essars : station Carrefour en rupture de stock.
      Hénin-Beaumont : station Total en rupture de gazole.
      Herlin-le-Sec : station Leclerc en rupture de gazole.
      Lens : station Total à Grande résidence et station Esso en rupture de gazole.
      Lillers : station Total en rupture de gazole.
      Loos-en-Gohelle : station Intermarché en rupture de gazole.
      Lumbres : stations Super U et Leclerc.
      Marck : station Carrefour en rupture de gazole.
      Marquise : station Total en rupture de gazole.
      Méricourt : station Intermarché en rupture de gazole.
      Montigny-en-Gohelle : station Intermarché en rupture de gazole.
      Rouvroy : station Carrefour en rupture de gazole.
      Sains-en-Gohelle : station Total en rupture de stock.
      Saint-Léonard : station Total Access en rupture de sans-plomb 98
      Saint-Omer : station Total Access en rupture de stock.
      Saint-Nicolas-lez-Arras : station Leclerc en rupture de gazole.
      Saint-Pol-sur-Ternoise : station Esso en rupture de gazole.
      Wingles : station Intermarché en rupture de gazole et de sans-plomb 95.

    • Haut de France Radar carbonisé ou taggué, accès à des usines et supermarchés bloqués... : les Gilets jaunes montent le ton ce lundi
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/radar-carbonise-acces-usines-bloques-gilets-jaunes-mont

      Radars dégradés
      Exemple dans le Pas-de-Calais où le radar de Maisnil-les-Ruitz, près de Bruay-la-Buissière, a été complètement carbonisé sur la rocade (D301).

      A Fâches-Thumesnil, le radar de l’A1 a été masqué par des portraits d’Emmanuel Macron. Dans de nombreux autres endroits, les radars sont peints ou dégradés par des tags.

      Accès bloqués à des entreprises
      A Hénin-Beaumont, Lestrem, ou Sainghin-en-mélantois, les gilets jaunes bloquent l’accès à des zones industrielles et donc des entreprises. Selon La Voix du Nord, la zone industrielle d’Hénin-Beaumont étant bloquées, des salariés d’entreprises comme Faurecia ou Metro, juste à côté, sont coincés aussi : les salariés repartent chez eux...

      A Vendin-le-Vieil, l’activité de l’entrepôt Logidis, qui alimente les magasins Carrefour, est aussi perturbée par des gilets jaunes. A Libercourt : des gilets jaunes sont postés devant un entrepôt Auchan.

      A Boulogne-sur-mer, l’accès à Capécure est filtré depuis dimanche soir.

      A Noyelles-Godault ou à Louvroil, des hypermarchés Auchan sont difficilement accessibles ce lundi.

      Des gilets jaunes ont aussi tenté de bloquer le dépôt pétrolier d’Haulchin, dans le Valenciennois, mais les forces de l’ordre sont rapidement intervenues.

    • Incendie criminel dans une station essence de Saint-Pierre-en-Faucigny en Haute-Savoie
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/haute-savoie/incendie-criminel-station-essence-saint-pierre-faucigny

      Peu avant 1h du matin, un incendie a ravagé ce mardi 20 novembre 2018 une partie des installations de la station Esso de Saint-Pierre-en-Faucigny. Du liquide inflammable et des pneus ont été retrouvés sur place.

    • Auxerre, Sens, Chalon, Montceau, Decize, A77… les blocages du mardi 20 novembre en Bourgogne
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/yonne/direct-gilets-jaunes-auxerre-sens-montceau-decize-a77-b
      Pour le 4e jour consécutif, les gilets jaunes ont installé des barrages en France et en Bourgogne. La protestation contre la hausse des prix des carburants s’est transformée en mouvement de ras le bol général, déclarent les manifestants.

      Nièvre
      Plusieurs secteurs sont encore à éviter ce matin, prévient la préfecture. Il s’agit des sites suivants :
      –A77 : l’aire des vignobles
      –Cercy-la-Tour : le rond-point Faurecia
      –Decize : le rond-point de la gare
      –Fourchambault : le pont de Loire
      –Garchizy : rond-point Textilot
      –Imphy : la Turlurette
      –Saint-Éloi : le rond-point Baratte

      Yonne
      –Auxerre
      Depuis 6 heures ce matin, une trentaine de gilets jaunes sont postés au rond-point de Jonches, à Auxerre. Certains ont passé la nuit sur place.

      Un barrage filtrant laisse passer les véhicules d’urgence. En revanche, les poids lourd doivent patienter avant de pouvoir avancer au compte goutte. Tout se passe dans le calme.

      –Sens
      Hier soir, vers 21h30, le préfet de l’Yonne fait intervenir les forces de l’ordre à Sens pour permettre aux poids lourds bloqués depuis ce matin de reprendre la route. Les premiers camions ont redémarré peu après.

      Le conseil départemental de la Nièvre soutient le mouvement des « Gilets jaunes »
      Le président du conseil départemental de la Nièvre, Alain Lassus, au nom des élus du Département, fait "connaître sa compréhension de la colère qui s’est exprimée, ce week-end, dans le cadre du mouvement « Gilets jaunes ».

      "Les conseillers départementaux comprennent d’autant plus cette colère que cela fait des années qu’ils constatent et alertent les services de l’État sur l’abandon des territoires, la fermeture des services pu­blics, le sentiment de relégation de cette France dite « périphérique » qui manifeste aujourd’hui ses inquiétudes.

      Les professionnels des travaux publics reportent leur action prévue mercredi
      Les professionnels des travaux publics avaient prévu d’organiser des barrages filtrants mercredi 21 novembre 2018 à propos du gazole non routier. Mais, ils ont décidé de reporter leur action. Ils ne veulent pas être confondus avec la mobilisation des gilets jaunes.

    • Toulouse : 7 “gilets jaunes”, repérés par un hussier sur Facebook, cités devant le tribunal pour blocage de la Socamil
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-7-gilets-jaunes-reperes-hussier-facebook-cites

      La Socamil, centrale d’achats de Leclerc, demandait mardi matin en référé à la justice d’ordonner la levée du blocage par les "gilets jaunes" de son site de Tournefeuille. 7 d’entre-eux, identifiés par huissier sur place ou sur Facebook, étaient cités à comparaître. Décision mercredi.

      150 camions sont actuellement bloqués dans la centrale d’achat, remplis de 4500 tonnes de nourriture dont la moitié de produit frais, a indiqué à l’audience l’avocat de la Socamil. Dénonçant des "dommages imminents" et un "trouble illicite", il a plaidé la liberté de circuler et d’entreprendre.

    • « Gilets jaunes » : couvre-feu partiel à La Réunion Le figaro
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/20/97001-20181120FILWWW00117-gilets-jaunes-couvre-feu-partiel-a-la-reunion.php

      Un couvre-feu partiel a été instauré dans la moitié des communes de La Réunion où les écoles sont restées fermées aujourd’hui à la suite d’une nouvelle nuit de violences en marge du mouvement des "gilets jaunes".
      . . . . .
      En accord avec le rectorat, le préfet de La Réunion avait décidé dès hier la fermeture des crèches, des établissements scolaires aujourd’hui. L’université a également gardé portes closes, tout comme les collectivités locales et les chambres consulaires.
      . . . . .
      Aujourd’hui à midi, il y avait toujours 35 barrages dressés sur les routes réunionnaises pour protester notamment contre la hausse des prix des carburants et la baisse du pouvoir d’achat. L’île a connu une nouvelle nuit de violences avec notamment des affrontements entre groupes de jeunes et les forces de l’ordre. Des voitures ont été brûlées, des commerces ont été vandalisés et incendiés, alors qu’un hypermarché à Saint-Denis a été pillé. Plusieurs caillassages et des actes de racket ont également été perpétrés sur des automobilistes roulant de nuit. Selon la préfecture, il y a eu une dizaine d’interpellations et cinq policiers ont été blessés. Des renforts de gendarmes mobiles sont arrivés hier de Mayotte. D’autres étaient attendus, sans que la préfecture en précise le nombre.

    • Belgique : Gilets jaunes : environ 400 pompes sont vides RTBF
      https://www.rtbf.be/info/economie/detail_gilets-jaunes-environ-400-pompes-sont-vides?id=10077734


      Environ un tiers des stations-service wallonnes, soit quelque 400 pompes, sont confrontées à une pénurie de carburant ce mardi en raison du blocage de dépôts pétroliers par le mouvement des gilets jaunes. « La situation peut toutefois évoluer d’heure en heure, en fonction du réapprovisionnement et de la libération d’infrastructures », souligne Olivier Neirynck, directeur technique de la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco).
      L’évolution de la situation est difficile à anticiper car le déblocage de certains dépôts n’est parfois que temporaire, ajoute Olivier Neirynck. 
      . . . . . .

    • Gilets jaunes : le 17 novembre « journée noire » pour les ventes selon Nielsen - 35% - Morgan Leclerc - 19 Novembre 2018 - LSA _
      https://www.lsa-conso.fr/gilets-jaunes-le-samedi-17-novembre-a-ete-une-journee-noire-pour-les-vente
      L’impact du mouvement de protestation des gilets jaunes, a été important sur les hypermarchés et supermarchés avec une baisse d’un tiers des ventes samedi 17 novembre selon les relevés de Nielsen.

      Les perturbations entraînées par les manifestations ont eu un impact sérieux sur les ventes du samedi.

      Les blocages des routes décidés par les gilets jaunes samedi 17 novembre (pour protester contre la hausse du prix des carburants) se sont soldés par d’importantes perturbations pour les hypermarchés et les supermarchés. Avec des clients incapable de rejoindre les magasins ou tout simplement ayant préférer reporter leurs achats en prévision des manifestations, les hypermarchés et supermarchés « ont subi en moyenne une baisse de 35% de leur chiffre d’affaires sur les produits de grande consommation si l’on compare avec les samedis depuis la rentrée de septembre » constate Nielsen dans un communiqué, ajoutant que « l’anticipation d’achats sur la journée du vendredi n’a pas suffi à compenser le recul observé le samedi ».

      Des livraisons anticipées pour les magasins
      En prévision de ces troubles de circulation, nombre d’enseignes avaient avancé leurs livraisons. « En moyenne, les quantités de marchandises reçues ont diminué de 22% par magasin. Les enseignes ont évité autant que possible les problèmes d’approvisionnement de ce samedi grâce à un système de livraison anticipé dans les 48 heures précédant l’événement » explique Nielsen. Aucun mot d’ordre n’avait été donné par les distributeurs concernant la fermeture de points de vente, chaque magasin pouvant juger, au cas par cas, de la nécessité de baisser le rideau.

      Dès vendredi 16 novembre, quelques hypermarchés et supermarchés avaient d’ores et déjà décidé de rester fermés le samedi. Pour d’autres, comme dans de nombreux Auchan, la décision a été prise au cours de la journée, devant la faible affluence des magasins et centre commerciaux (la Voix du Nord cite l’exemple du Auchan de Longuenesse, qui a fermé à 17h00 samedi au lieu de 21h30, faute de clients). La radio Europe 1 rapportait les propos d’un porte-parole de Système U, que « des magasins ont été empêchés de fonctionner normalement » et notamment « pas mal en Bretagne ».

    • Les gilets jaunes ont-ils réussi à plomber l’économie française samedi ? BFM
      https://www.bfmtv.com/economie/les-gilets-jaunes-ont-ils-reussi-a-plomber-l-economie-francaise-samedi-156992

      Le volume des achats par carte bancaire a chuté de 26% le samedi 17 novembre par rapport au samedi précédent. Et la fréquentation des centres commerciaux a baissé de 39%, samedi. Les blocages de route et d’accès aux grandes surfaces par les « gilets jaunes » pourraient avoir dissuadé les Français de faire leurs emplettes.

      Alors que les patrons redoutent que les blocages ralentissent l’économie, la forte mobilisation des « gilets jaunes » sur les routes, samedi 17 novembre, a eu un effet négatif et visible sur la consommation des Français ce jour. Une conséquence particulièrement sensible alors que la période des achats de Noël bat son plein. Les paiements par carte bancaire ont chuté de 26% d’un samedi sur l’autre, selon les statistiques du groupement cartes bancaires. Ces transactions sont passées de 50,933 millions à 37,634 millions en une semaine, sur une seule journée, alors que le samedi est un jour d’affluence dans les commerces. La baisse constatée atteint encore 21% par rapport au samedi 3 novembre, il y a deux semaines.

      La fréquentation des centres commerciaux a chuté sur 3 jours
      Ces statistiques sur les achats par carte bancaire en berne, le samedi 17 novembre, sont corroborées par celles du conseil national des centres commerciaux (CNCC). Celui-ci évoque un recul de 39 % sur la journée du samedi, alors qu’ont été constatées une hausse de 13 % par rapport au niveau habituel le vendredi 16 novembre après 18h pour des « achats de précautions », puis une nouvelle hausse de 54 % pour les commerces ouvrant le dimanche 18 novembre pour des « achats de rattrapage ».

      Au total, sur les trois jours (vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 novembre) du week-end dernier, le CNCC constate « une fréquentation en baisse de 18,5 % par rapport aux niveaux habituels » sachant que ces chiffres cumulent les données de 170 centres commerciaux, galeries marchandes et parcs d’activité commercial, abritant plus de 10.000 commerces.

      Auchan a constaté une baisse de fréquentation de 55%
      « Sur l’ensemble des hypermarchés, on est sur une fréquentation de -55% et sur une baisse de chiffre d’affaires équivalente, à -55% », explique Olivier Louis, le directeur de la communication d’Auchan Retail France sur l’antenne d’Europe1. « Sur une journée du mois de novembre aussi importante que le samedi, c’est effectivement considérable. On a une vingtaine de sites qui sont actuellement bloqués au niveau des accès, qui ne peuvent pas être livrés parce que les entrepôts sont également bloqués », a poursuivi ce responsable.
      De son côté, l’Union de la bijouterie horlogerie révèle que ses adhérents ont constaté en moyenne une baisse de 68% de leur chiffre d’affaires durant le week-end dernier. « Alors que les résultats annuels des commerçants dépendent en grande partie de ce moment de l’année, les boutiques désertées les mettent en péril. Ces blocages risquent de ne pas inciter les français à reporter leurs achats, mais à se tourner vers les géants du web » s’alarme ce syndicat de commerçants professionnels.

      Les stations service étaient la cible des manifestants
      Nul doute que les nombreux blocages de route et des accès à certaines grandes surfaces en régions ainsi que ceux des centres commerciaux abritant des stations service, très ciblées par les gilets jaunes, ont dissuadé de nombreux Français d’effectuer leurs courses ou de faire leur plein de carburant ce samedi, jour traditionnel d’affluence dans les commerces.
      En outre, à côté des manifestations, et des blocages, le boycott des cartes bancaires faisait partie des mots d’ordre de cette journée. Ainsi, sur l’un des groupes Facebook de la manifestation des gilets jaunes dans l’Indre, une participante écrivait : « Privilégier les petits commerçants mais en payant en LIQUIDE ». Certains manifestants appelaient aussi les commerçants à faire de leur côté la grève des TPE (Terminaux de Paiement bancaires).

      #giletsjaunes #bfm

  • À lire ! Un article de #Matthieu_Cornélis
    http://www.acsr.be/a-lire-un-article-de-matthieu-cornelis-dans-en-marche

              Un article écrit par Matthieu Cornélis dans le magazine #En_marche à propos du #Documentaire de Aurélie B. et #Ecaterina_Vidick, Quand la mer se retire, qui a reçu récemment le Prix Ondas de la Radio International. https://www.enmarche.be/culture/musique/quand-la-mer-se-retire.htm Le documentaire est en écoute sur https://soundcloud.com/acsr_bxl/quand-la-mer-se-retire[...]

    #presse #Aurélie_B. #Maladie #Résilience

  • RÉPONSE AUX PROPOS DU DR BERTRAND DE ROCHAMBEAU SUR L’IVG.
    https://www.pourunemeuf.org/2018/09/12/reponse-aux-propos-du-dr-bertrand-de-rochambeau-sur-livg

    En effet l’exercice de la clause de conscience met en péril l’accès à l’IVG pour les femmes comme l’a récemment montré le cas de l’hôpital de Bailleul dans la Sarthe. Le métier de gynécologue-obstétricien·ne consiste notamment à aider les femmes pour la gestion de leur fertilité à tout moment de leur vie ; l’IVG fait donc partie intégrante de leur activité. Nos confrères et consœurs ne devraient plus pouvoir s’offrir le luxe de dénier ce droit fondamental aux femmes qu’ils suivent et accompagnent dans leurs projets de vie. Les médecins choisissent librement leur spécialité médicale ; un médecin ne souhaitant pas pratiquer d’IVG ne devrait pas devenir gynécologue et exercer son métier « à la carte ». Il existe de nombreuses autres spécialités dont les champs de compétences n’impliquent pas la réalisation d’IVG.

    Nous demandons ainsi la suppression de l’article L2212-8 du Code de la santé publique qui régit la clause de conscience spécifique à l’IVG pour les professionnel·le·s de santé. Nous rappelons que cette clause n’existe pas en France pour les pharmacien·ne·s qui sont tenu·e·s de délivrer des médicaments abortifs quelles que soient leurs convictions personnelles. Elle a également été abolie dans plusieurs pays européens (Suède, Finlande, Islande). En 2017, le Haut Conseil à l’Égalité a aussi formulé dans ses recommandations sur l’accès à l’IVG la suppression de la double clause de conscience. Enfin, la possibilité de recours à la “clause de conscience” est déjà accordée de manière générale aux médecins pour l’ensemble des actes médicaux hors cas d’urgence par l’article R4127-47 du Code de la santé publique (article 47 du Code de déontologie médicale).

  • Clause de conscience, pénurie de médecins... Comment un hôpital de la Sarthe a dû arrêter de pratiquer des avortements
    https://www.francetvinfo.fr/societe/ivg/clause-de-conscience-penurie-de-medecins-comment-un-hopital-de-la-sarth


    Ça se passe dans la commune de Fillon

    Depuis le mois de janvier, comme l’a révélé Le Maine libre mi-juillet, plus aucune interruption volontaire de grossesse (#IVG) n’est pratiquée au Pôle Santé Sarthe et Loir du Bailleul, petite commune de la campagne sarthoise près de #Sablé-sur-Sarthe. L’hôpital dispose pourtant d’un centre d’IVG, où 67 avortements ont été réalisés en 2017. Mais, au sein du service, il ne reste plus qu’un gynécologue obstétricien qui accepte d’accomplir des #avortements, depuis le départ à la retraite de l’un de ses collègues en décembre 2017.

    • C’est comme ca qu’en Italie il est quasiment impossible d’avoir un IVG ou que l’accès à la contraception est très difficile. Les catholiques ont besoin de grossesses forcées et d’enfants non désirés pour que leurs prêtres puisse violer en masse et exploité les femmes jusqu’à l’os. #catholicisme #ivg #féminicide

  • Guînes : trois étudiants reconnaissent avoir volé une centaine d’objets d’art dans des églises France3 - Par Quentin Vasseur et Héline Tonneiller avec Joël Picot - 13 Mars 2018

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pas-calais/guines-trois-etudiants-reconnaissent-avoir-vole-centain

    Trois personnes sont en garde à vue à la gendarmerie de Guînes. Elles ont reconnu avoir dérobé une centaine d’objets d’art dans différentes églises de la région.

    C’est un beau coup de filet que vient de réussir la section de gendarmerie de Lille : trois étudiants - deux hommes et une femme - ont été interpellés à Guînes, près de Calais et sont soupçonnés d’avoir dérobé une centaine d’objets d’art dans des églises des Hauts-de-France, mais aussi de Belgique.
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=4o0DJSvbv9o

    Une statue évaluée à 10 000 euros
    Le butin, retrouvé intact dans l’appartement d’un des accusés, comprend aussi bien des tableaux que des statues ou des ciboires. On y trouve même une statue évaluée à près de 10 000 euros. Leur point commun ? Tous ont été volés dans des églises sur une période de deux ans.

    Le parquet de Boulogne-sur-Mer avait initialement ouvert une enquête sur des vols d’objets d’art dans le Boulonnais. La section de recherche de la gendarmerie de Lille a alors été saisie, et c’est elle qui a fait le rapprochement avec les autres vols dans la région, qui utilisaient le même mode opératoire.

    Trois étudiants de moins de 30 ans
    Trois étudiants ont été interpellés dans les dernières 24 heures : un homme de 28 ans domicilié à Bailleul, un autre de 29 ans à Lille et une femme de 27 ans résidant à Loon-Plage. Tous les trois ont reconnu les faits.

    Au domicile de l’un d’eux, les enquêteurs ont retrouvé l’intégralité du butin, y compris des objets dont le vol n’avait pas été signalé. Aucun n’avait été revendu, ce qui laisse à penser qu’il pourrait s’agir de voleurs passionnés d’art - et non de receleurs.

    La difficulté à présent sera d’identifier les propriétaires de certains objets volés. Les enquêteurs vont travailler de concert avec la gendarmerie belge. La garde à vue des trois étudiants a été levée.

    #gorafi_encore_plagié #vol #Etudiants #Histoire_de_l'Art #Art #Eglise #HDF #Collectionneurs

  • Dans la grande maison de Bailleul
    Atelier de tampons et de cuisine
    Avec L.L. de Mars et des amis

    Il pleut dans la maison
    De Tante Moineau
    Comme dans celle de S. Thidet

    Les trois enfants dorment encore
    Quand je referme sur moi
    La porte sombre de la maison

    En route, autoradio
    Je crois à une hallucination collective
    Un hommage national pour Charles Mauras ?

    http://www.desordre.net/musique/ellington.mp3

    Non mais ils sont sérieux là ?
    Comme disent les jeunes, comme dit le vieux
    En commutant sur CD : Duke Ellington !

    Je découvre avec plaisir
    Dans open space sombre
    Nouvelle configuration de bureaux

    Je découvre avec déplaisir
    Qu’une masse significative de travail
    M’attend, le couteau sous la gorge

    On me met au défi de rédiger
    Un cahier des charges dans la matinée
    Une demi-heure plus tard je rends ma copie

    C’est que dans mes loisirs
    Je fais l’écrivain, du coup j’écris vite
    Tête de ma cheffe !

    Et pendant que j’y suis
    Je torche la rédaction de deux mails
    D’autodéfense. Têtes des assaillants !

    Après une matinée bien remplie
    Je m’accorde une pause écriture (de roman)
    Au café, vendredi jour de marché, vacarme

    Dans le tintamarre et la foule du café
    J’écris le récit de mon rêve de cette nuit
    Sans rougir !

    Les premiers rayons de soleil de l’année
    Me rappellent le passage du soleil sous les nuages
    Il y a vingt ans au Havre, revenant de Portsmouth : enfin !

    Comme chaque année, je dois passer un texte d’aptitudes
    Aux règles de bonne conduite des affaires
    On ne rit pas

    Trépidantes aventures d’open space
    Photographies d’employés tout sourires
    Remarquables parité et diversité

    Chaque année je me dis que je devrais
    Faire des copies d’écran, un roman-photo
    Et dans les bulles : Madame Bovary ! Déjà fait !

    Chaque année, j’affiche le code des pages
    Pour relever les bonnes réponses
    Et les propagent dans l’open space

    Chaque année je bois beaucoup de café
    Tous offerts par toutes et tous
    Non mais quel ennui ! Quelle vie !

    Émile m’appelle
    Il est aux prises avec un jeune démarcheur
    Auquel je dois expliquer qu’Émile n’est pas intéressé

    Tant de choses minuscules
    Qui me passent sous les yeux
    Et que je ne note pas

    Tant de choses minuscules
    Qui me passent sous les yeux
    Et que je ne photographie pas

    Tant de choses minuscules
    Qui me passent sous les yeux
    Et que je n’enregistre pas

    Et pourtant
    Je ne dirais pas, plus
    Que je les ai manquées

    Je rentre à la maison
    Je suis épuisé par cette semaine
    Et à l’idée de la journée de demain

    Préparatifs
    Liste des choses à prendre
    À laquelle s’ajoutent donc guitare et ampli

    #mon_oiseau_bleu

  • J – 85 : À Bailleul sur le trottoir, je procède au remplacement de mes deux feux de croisement, opération simple, parfois malaisée mais pas complexe, rendue extraordinairement difficile à faire soi-même en grande partie parce que la conception même de la simple ouverture du capot a été étudiée pour en interdire l’accès au conducteur et on voit bien à qui profite le crime. La dernière fois que j’ai voulu ouvrir le capot, j’avais fini par casser tout bonnement la languette de plastique qui permet d’actionner, non sans s’être amplement pincé la main, le mécanisme d’ouverture du capot, depuis, paradoxalement l’ouverture de ce dernier est plus facile si l’on se sert d’une assez longue tige d’acier pour crocheter le mécanisme, ce qui, sous le crachin de ce dimanche matin, dans le Nord, n’est pas très agréable à faire. Une grosse dame d’allure bien flamande passe par là et comme elle me voit un peu à la peine, avec un très bel accent du Ch’Nord, elle me dit, des fois on cherche hein jeune homme ! Ce qui a le don de me détendre et du coup je finis par attraper le crochet de sécurité avec ma tringle en métal et j’ouvre finalement le capot, et brin des fois on trouve , je lui réponds et c’est elle que cela fait bien rire. Je tenais absolument à décrire ce passage, dont d’ailleurs je ne sais que faire dans mon récit, mais je voulais absolument préserver cet échange de rire avec cette grosse dame flamande.

    Sur le chemin du retour, je parviens à synchroniser une chouette rencontre trop rapide, le temps d’un café, à Lille, avec @aude_v, qui avait remarquablement choisi son café pour être à quelques encablures seulement de la porte de Loos, que je connais bien, et dans un café fort calme dans lequel il a été possible de faire connaissance, même brève, avec cette dame-que-nous-ne-connaissons-pas comme a dit Nathan. Mais en fait si, Nathan, tu sais Aude je la connais quand même un peu. Mais comment expliquer cela Nathan ?

    Retour silencieux avec Nathan qui m’a dit qu’il ferait son possible pour ne pas me déconcentrer — vu qu’il pleut et que c’est pas facile quand il pleut, selon son expression —, sous des trombes de pluie donc, jusqu’à Arras ou Bapaume, puis sur une route plus sèche heureusement, je trouve un certain contentement à ce que mes feux de croisement éclairent très bien les quelques mètres vitaux au-devant de moi et j’emmène avec moi le souvenir de la grosse dame flamande. Oui, des fois on cherche .

    #qui_ca

  • J – 86 : Mon père a quatre-vingts ans, Madeleine dix-huit, ma mère et moi avons organisé un week-end dans le Nord. On se retrouve sous une pluie battante sur la Grand-place d’Arras, et il faut vraiment que nous soyons heureux de nous retrouver pour essuyer pareil grain avec la sourire. Puis nous faisons route vers Lille où nous déjeunons dans une brasserie rue de Béthune, mon père entouré de ses deux petites filles, ma mère et son petit-fils et de son fils. Et ça rigole pas mal. Lorsque nous ressortons la pluie a légèrement faibli aussi je propose que contrairement à ce que nous avions prévu, nous profitions de cette accalmie pour aller voir la Grand-Place à Lille et que nous allions nous promener un peu dans le Vieux-Lille. Mon père nous parle du Furet qui était une toute petite enseigne du temps de son enfance et qui est devenue cette immense librairie sur plusieurs étages, et je souris un peu en lui rappelant que pour moi le Furet du Nord est surtout l’occasion de souvenirs cuisants où il m’avait copieusement engueulé pour n’avoir pas anticipé l’achat d’un livre dont j’avais la fiche de lecture à faire pour le lundi matin et le livre introuvable au Furet — et par bonheur Mon Oncle Michel l’avait dans sa pléthorique bibliothèque et profitant de l’inattention de mes parents lors du week-end m’avait grandement aidé à produire cette fiche de lecture, Mon Oncle Michel était ce très puissant magicien qui ignorait tout de ses immenses pouvoirs, et nous en rirons bien en fin d’après-midi en allant visiter ma cousine Elisabeth, fille de Mon Oncle Michel. Nous rebroussons finalement chemin pour aller nous abriter au Palais des Beaux-Arts où nous faisons visiter aux enfants les plans reliefs, parmi lesquels celui d’Ypres, ville flamande, Ieper, que les filles visiteront le lendemain avec mes parents, pays de nos origines. Nous faisons la visite du département du moyen âge et quel ! Direction Lambersart pour y voir ma cousine puis le soir nous filons à Bailleul dîner d’une carbonnade et quelle ! chez ma tante, en compagnie de mon cousin Raymond. Sur le côté de l’autoroute je serai assez triste de constater que la maison aux avions d’Arthrur Vanabelle été démembrée, sans doute par ses nouveaux propriétaires et les quelques déchets sur les bas-côtés laissent comprendre que le Musée d’Art Brut de Villeneuve d’Ascq a sans doute échoué dans son entreprise de préservation de cette œuvre, si ce n’est in situ, du moins en son sein. En y repensant je crois que je préfère tout ignorer de l’échec administratif qui doit se tenir derrière tout cela, comment le musée de Villeneuve d’Ascq tient dans ses murs une maquette de l’œuvre originale et n’a apparemment rien fait pour récupérer l’originale qui n’aurait pas dépareillé dans ses jardins, à l’extérieur de ce même musée, quelque chose me dit qu’il y a là une manière d’impensé de la véritable valeur que l’on accorde finalement à l’art brut. Et comme je regrette d’avoir perdu toutes les photographies pourtant médiocres que j’avais prises de cet endroit. En aidant ma tante et en allant chercher des bouteilles d’eau minérale pour le repas, je descends à la cave de sa grande maison, une cave voutée, en briques, comme celle du Déluge de Pâques .

    Enfin, l’accalmie, et, une bonne heure plus tard, la sirène qui signale la fin de l’alerte. Dans la nuit, la fatigue et la poussière, les grands se lèvent, attendent que le Père à son tour se lève, tous surpris d’être encore là, vivants. L’escalier de la cave n’est pas obstrué. Une fois encore les perches et les piquets pour en sortir resteront inutiles. Il fait encore nuit. Tous remontent et se recouchent dans leur lit, le cœur à la fois palpitant mais aussi écrasés de fatigue. Le petit dort encore. Il commence à être un peu lourd pour être porté. Les parents ont dit aux grands de le laisser là, il finira sa nuit, de toute façon il a sa couverture.

    Mais le petit se réveillera eune paire d’heures plus tard dans l’obscurité angoissante de la cave. Il aura peur, très peur, peur de devoir trouver seul, personne ne répond, son chemin vers la sortie de la cave. Se demandant, sans doute, s’il n’est pas en train de frayer son chemin vers la sortie au milieu des cadavres de ses frères et sœurs, au royaume des morts. Il a beau être un petit moujingue, de sept ans, maintenant, il a compris tôt l’éventualité des grands malheurs. Mais non, personne. Un filet de jour maigre passe sous la porte d’entrée de la cave, entrouverte. Les parents ont demandé aux grands de laisser la porte de la cave ouverte pour que le petit ne soit pas effrayé quand il se réveillera, et tant pis si ce n’est pas la chaleur qui remonte de la cave.

    Le cœur haletant Nicolas rejoindra cette porte et sa peur cessera d’un coup. Son grand frère l’attendra et lui prendra la main pour l’emmener dans le jardin, couvert de curieuses lanières argentées. Il improvisera une petite chasse aux trésors de guerre, avec ces quelques bouts d’avion, ces éclats d’obus ou même de bombes, ces douilles, formes de métal contrarié qui tiennent en elles toute la violence des hommes. Mais une fois encore l’imagination débordante de Gabriel en fait des trésors inestimables qui rejoindront l’étagère du musée de la guerre. Finalement le petit Nicolas aura eu sa chasse aux trésors de Pâques dans le jardin.

    L’enfant plus tard, des années plus tard, devenu grand-père lui-même, dira qu’il revoit parfaitement les bandes de papier argenté, comme du papier aluminium. Elles étaient longues comme ça, ces deux doigts décrivant un écart d’une vingtaine de centimètres sur la toile cirée. Mais il n’a aucun souvenir des rues dévastées environnantes. L’étonnement de ces bandes argentées avait recouvert les autres souvenirs. Ou y avait-il eu le grand, Gabriel, qui une fois de plus avait réussi à détourner le regard de son petit frère, lui faire oublier et lui masquer la vue les décombres, l’odeur âcre des incendies et la poussière grise de toute une ville bombardée, retombée sur les jardins et les toits des maisons en une neige triste.

    Ce grand frère-là était un immense magicien, mais ignorait tout de ses extraordinaires pouvoirs, assez puissants pour composer au-dessus de son petit frère un bouclier contre la guerre. Un puissant magicien, très modeste. Et qui a donné pendant toute la guerre son chocolat à son petit frère.

    #qui_ca

  • Des agriculteurs bloquent un camion transportant du lait de la ferme des mille vaches à la frontière franco-belge RTBF 9 Septembre 2016

    http://www.rtbf.be/info/economie/detail_des-agriculteurs-bloquent-un-camion-transportant-du-lait-a-la-frontiere-

    Une trentaine d’éleveurs français, membres de la Confédération paysanne, et belges, membres de la Fugea et du MIG, ont stoppé vendredi à la frontière franco-belge, à hauteur de Nieuwkerke (Flandre Occidentale), un camion collectant du lait pour la coopérative Milcobel, a annoncé la Fédération Unie des Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs (Fugea). L’objectif de l’action était se sensibiliser le grand public au prix du lait trop bas aux yeux des agriculteurs.

    D’avantage de régulations dans le secteur du lait
    Ces agriculteurs entendaient également protester contre la ferme dite  » des mille vaches" située à Abbeville, dans la Somme (France), d’où provenait le lait transporté dans le camion.  » Cette ferme usine est le symbole vivant de la surproduction et du phénomène catastrophique d’industrialisation de notre agriculture" , a dénoncé la Fugea, selon qui cette usine compte  » beaucoup d’employés mais aucun agriculteur".

    #vache #lait #mille_vache #agriculture

    • Action 1000 vaches / Crise laitière : Le lait de la colère !
      http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=4996


      09.09.2016 Une trentaine d’éleveurs français (Confédération paysanne) et belges (MIG/FMB, FUGEA et MAP) viennent de stopper à la frontière franco-belge le camion qui collecte pour la coopérative Milcobel l’usine des 1000 vaches, symbole de la surproduction qui casse les prix au détriment des éleveurs européens.

      Déjà en juin dernier, ils avaient bloqué l’entrée de la coopérative, tentant de sensibiliser ses dirigeants aux ravages engendrés par l’industrialisation de l’agriculture.

      Depuis, la crise n’est allée qu’en s’amplifiant.

    • 23 000 litres de lait de la ferme des mille vaches déversés sur la chaussée La voix du Nord
      http://www.lavoixdunord.fr/region/23-000-litres-de-lait-de-la-ferme-des-mille-vaches-ia0b0n3722333

      Des éleveurs de la Confédération paysanne épaulés par des Belges ont vidé à la frontière, près de Bailleul, un camion rempli de lait venant de la ferme dite des mille vaches dans le Nord.
      La dernière tentative de blocage d’un camion pour le vider sur la route avait échoué le 21 juin mais cette fois c’est fait : une trentaine d’éleveurs de la Confédération paysanne et des syndicats de paysans belges MIG, FUGEA et MAP ont pu stopper ce vendredi après-midi à Neuf-Eglise, à la frontière belge près de Bailleul, le camion qui collecte le lait de l’usine dite des « mille vaches » ouverte il y a deux ans par l’industriel du bâtiment Michel Ramery à Drucat, près d’Abbeville.

      Plus de 23 000 litres ont été déversés sur la route, ils devaient alimenter la coopérative belge Milcobel dont l’accès avait déjà été bloqué en juin. « Les fermes-usines doivent arrêter d’inonder le marché du lait à bas coût, elles sont plus que les autres responsables de la surproduction qui fait chuter les prix payés aux éleveurs », estime Antoine Jean pour la Confédération paysanne régionale. « Il n’y a pas trop de lait partout, il y en a trop dans les fermes-usines », ajoute-t-il en craignant une « catastrophe sociale » dans les petites exploitations.

      Le lait conventionnel (non bio) s’évalue entre 240 et 300 € les 1 000 litres en France contre moins de 200 € en Belgique alors qu’on estime un prix de revient nécessaire pour vivre à 350 €.

      « Milcobel est engagé dans un programme d’extension de ses activités et la laiterie doit chercher du lait partout, jusqu’aux 1000 vaches et ses 25 000 litres par jour », explique Antoine Jean. « Lactalis a les moyens de payer plus cher son lait, sous la pression, mais les autres ? Rien n’est résolu pour les éleveurs », dit-il. On reparlera le 20 septembre de l’industrialisation de la filière lait avec une journée d’information utilement initiée à Arras par le Crédit Agricole. Au moins poserons-nous la question.

  • Bailleul : la directrice de Pôle Emploi déplore le manque d’implication de candidats - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/region/bailleul-la-directrice-de-pole-emploi-deplore-le-manque-ia18b47634n3428

    Dans des propos sans langue de bois, Emmanuelle Camberlin, directrice du #pôle_emploi de Bailleul, s’étonne du peu d’intérêt d’une partie des demandeurs pour les récentes offres proposées par Buffalo Grill. Elle souligne aussi que cette attitude ne concerne qu’une minorité de personnes.
    Buffalo Grill a besoin de main-d’œuvre. Son nouvel établissement ouvrira en juin, à Méteren. Pour faire tourner le restaurant de 230 places assises qui sera ouvert sept jours sur sept, vingt-deux personnes ont été recrutées par l’intermédiaire du pôle emploi de Bailleul.
    À notre demande, Emmanuelle Camberlin a accepté de revenir sur la session de #recrutement organisée par Buffalo Grill. Une session marquée par l’absence de soixante demandeurs d’emploi ayant pourtant candidaté pour ces postes.
    La directrice relate : « 150 personnes se sont positionnées sur ce recrutement pour lequel elles ont volontairement candidaté. » À la clé, des emplois de serveur ou de grillardin, en CDI.
    Mais le jour J, plus du tiers des candidats sèche la réunion d’information avec l’entreprise. « À 9 h, il y avait 60 personnes absentes, sans justificatif. Ces 60 personnes se sont pourtant positionnées pour ces postes. Au minimum, ils auraient pu prévenir. » Emmanuelle Camberlin indique que les 150 demandeurs d’emploi ont reçu un courrier d’invitation et ont été contactés par téléphone.
    La situation l’interpelle : « Cela pose question dans le cadre d’un recrutement en CDI. On peut se poser des questions sur la motivation à reprendre un emploi. »
    « 2 700 placements annuels »
    Emmanuelle Camberlin cite d’autres exemples. Elle relate récemment plusieurs refus pour un poste d’inventoriste. « J’avais trente postes. Ce sont de petits contrats. Il faut le niveau baccalauréat. On a trouvé un taux de je ne suis pas intéressé, regrette-t-elle. Il y a une partie des demandeurs qu’on a du mal à mobiliser. »
    Mais la directrice prend aussi soin de préciser que cela concerne une minorité de demandeurs d’emploi. « Il y a du volontariat », souligne-t-elle, chiffres à l’appui.
    L’agence de Bailleul, qui regroupe dix-sept communes, compte 2 400 demandeurs d’emploi de catégorie 1, « des gens disponibles pour occuper un emploi à plein-temps ». « On est sur 2 700 placements annuels », indique-t-elle.

    #refus_de_poste #chômeurs

  • Résumé des agressions fascistes, racistes et homophobes sur #Lille
    http://lahorde.samizdat.net/2013/12/21/resume-des-agressions-fascistes-racistes-et-homophobes-sur-lille

    En juin 2011, Opstaan fait annuler le concert de ZEP à Bailleul. Le chanteur du groupe reçoit des menaces de mort, l’adresse de ses parents circule sur internet. Le même mois, saccage du bar le Resto Soleil par des identitaires affiliés à la #Maison_Flamande : une personne hospitalisée. Janvier 2012 : Deux membres de [&hellip

    #Agressions_&_violences #Extrême_droite_radicale #agression #Homophobie

  • Un inventaire des végétations du Nord Pas de Calais téléchargeable

    À télécharger / Au début de l’année 2011, le Conservatoire botanique national de Bailleul (CBNBL) a fait paraître dans le bulletin de la Société de botanique du nord de la France (SBNF) son « Inventaire des végétations de la région Nord-Pas de Calais ». Désormais, une version numérique du document est disponible sur le site du CBNBL.

    Ce document fournit une analyse synsystématique (i.e. une typologie phytosociologique), ainsi qu’une évaluation de l’intérêt patrimonial assez approfondie (influence anthropique, raretés, menaces et inscription sur différentes listes) et une liste rouge.

    Ce travail met en évidence la présence certaine, actuelle ou historique, de 491 types de végétations (associations et groupements) en région Nord-Pas de Calais, 354 d’entre-eux étant d’intérêt patrimonial régional (72 %). On peut également considérer que 301 types de végétations sont d’intérêt européen (61 % des végétations régionales). Enfin, il faut souligner le pourcentage très élevé des végétations éteintes ou gravement menacées d’extinction dans la région, puisque celles-ci représentent plus du quart des syntaxons mentionnés (128 exactement).

    Loin d’être un achèvement, ce « catalogue » constitue un premier bilan de la richesse et de la diversité phytocénotiques de la région, ainsi qu’une base de travail et d’échanges pour les différents acteurs scientifiques et naturalistes du nord de la France.

    Cette synthèse, ainsi que les « Guide des végétations des zones humides du NPC » et « Guide des végétations forestières et préforestières du NPC » (encore disponibles à la commande auprès du CBNBL), ont vocation à permettre une meilleure identification et une meilleure analyse des végétations et enfin à permettre des échanges dans un langage commun.

    À télécharger :
    – Le document « Inventaire des végétations de la région Nord-Pas de Calais » est disponible en format pdf ou en format Excel (zip) sur le site du CBNBL.

    http://www.tela-botanica.org/actu/article5000.html

    #assomres #cbnbl #npdc

  • Outillage scientifique des acteurs de l’éducation à l’environnement
    http://www.cbnbl.org/spip.php?article311

    Organisée par le Conservatoire botanique national de Bailleul, la première journée d’outillage scientifique des acteurs de l’éducation à l’environnement a eu lieu le mardi 22 novembre 2011 à Polytech, à l’Université de Lille 1.

    Cette journée a permis de comprendre l’importance de la fiabilité scientifique des informations transmises aux citoyens. Elle a donné les clefs de l’application des principes de la conservation de la biodiversité à l’éco-citoyenneté.

    Pour capitaliser les éléments transmis lors de cette journée, vous pouvez retrouver les diaporamas des interventions en empruntant la visite virtuelle du Conservatoire botanique et en cliquant sur les indices.

    à partir de cette page : http://www.cbnbl.org/spip.php?article311

    #cbnbl #assomres #npdc