city:baltimore

  • El #petro no ve la luz y se convierte en una gran estafa de Maduro
    http://www.el-nacional.com/noticias/gda/petro-luz-convierte-una-gran-estafa-maduro_259941

    Transcurrido un año [del] nacimiento [del petro] y con varias resurrecciones encima, el chavismo vende el petro como un «Superman económico» con el que pretende resolver su derrumbe económico y como una de las piedras angulares de su narrativa propagandística: la alternativa criolla para la economía del mundo.

    Creado en un principio por el gobierno para evitar las sanciones de Estados Unidos, el petro navega atrapado en una tercera dimensión ajena a la economía real del país.

    Incumpliendo una fecha tras otra, el gobierno nacional fue incapaz de lanzarlo a la circulación digital.

    La semana pasada, incluso, sufrió una nueva mutación, para transformarse en un certificado de ahorro. Nada se sabe, mientras tanto, de los 5000 millones de dólares que el gobierno aseguró que ya fueron invertidos por compradores de petros.

    Para la mayoría de los expertos, el petro es una fantasía que se trata de imponer al país como forma de pago para comprar pasajes de avión, compraventa de viviendas y otras actividades económicas cuando ni siquiera se respetó la fecha de 5 de noviembre como inicio de operaciones, el último fiasco. El atrevimiento revolucionario es de tal calibre que el general Manuel Quevedo, presidente de la petrolera estatal Pdvsa, propuso que el petro se convierta en método de pago para la OPEP, «la moneda digital para el petróleo».

    «El petro es un fraude. La aplicación de Android para adquirirlo ha desaparecido misteriosamente. Se ha lanzado dos veces y nada. Las principales agencias de calificación criptográficas lo llaman una estafa», aseguró Steve Hanke, profesor de economía aplicada en la Universidad John Hopkins (Baltimore).
    […]
    «Están copiando nuestra inferfaz, que es muy particular, única, la han copiado exactamente», subraya a la nacion JP Thieriot, CEO de Uphold, plataforma de dinero digital que aloja varias criptomonedas y que tiene en Venezuela, con 100.000 usuarios, su segunda comunidad de clientes.

    «Lo más gracioso es que nos pusimos en contacto con ellos mediante Twitter. Increíblemente nos contestaron que China copió la tecnología de Occidente durante décadas y al perfeccionarla se convirtió en una fuerza mundial. En este caso no tenemos miedo de reconocer una cosa buena, nos dijeron. Jamás un gobierno soberano había respondido de esta forma», asegura Thieriot.

    La #criptomoneda dash es la otra gran inspiración del petro. «Es un clon descarado de dash», aseguró Joey Zhou, principal desarrollador de Ethereum y el primero en revelar las copias bolivarianas.

    Un experto venezolano conocedor de la operación pormenorizó a la nacion varias de las anomalías que presenta el petro.

    «La característica principal de un #blockchain (cadena de bloques que elimina a los intermediarios tradicionales) es que todo queda registrado en un libro mayor de cuentas públicas, inexistente todavía. No se ha registrado ningún cambio de mano del petro en ningún blockchain. Hay un backup blockchain al que se puede ingresar, pero ni siquiera está 1% de las supuestas transacciones que han sucedido con el criptoactivo», especifica, bajo anonimato.


  • Le Vatican bloque des mesures des évêques américains contre les abus sexuels Belga - 13 Novembre 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-vatican-bloque-des-mesures-des-eveques-americains-contre-les-abus-sex

    Le Saint-Siège a ordonné lundi à la conférence des évêques américains de ne pas se prononcer, lors de son assemblée générale, sur des mesures de lutte contre les abus sexuels en son sein, lui demandant d’attendre la tenue d’une conférence sur le sujet en février.

    Lors de son discours d’ouverture, le cardinal Daniel DiNardo, président de la conférence, a confirmé avoir reçu une lettre de la Congrégation pour les évêques et annoncé qu’aucun vote ne se tiendrait lors de cette assemblée générale, contrairement à ce qui était prévu initialement.

    Le cardinal Blase Cupich, évêque de Chicago, a lui précisé, dans un communiqué, que le Vatican avait demandé à la conférence de « reporter » le vote final dans l’attente d’une rencontre des conférences épiscopales du monde entier, convoquée en février à Rome.

    Le cardinal DiNardo a fait part de sa « déception » lors d’une conférence de presse à la mi-journée, lundi, au premier jour de l’assemblée générale qui se tient à Baltimore (nord-est) jusqu’à mercredi.

    Régulièrement mise en cause ces dernières années pour sa gestion du scandale des abus sexuels au sein de l’église catholique américaine, la conférence des évêques américains avait annoncé, en octobre, plusieurs mesures phares, qui devaient faire l’objet d’un vote.

    Le haut clergé américain proposait notamment un nouveau code de conduite, un nouveau mécanisme de signalement, ainsi que la création d’une commission d’enquête menée par des personnes n’appartenant pas à l’église catholique américaine.

    « Nous ne sommes pas satisfaits de cela », a assuré le cardinal DiNardo au sujet de la demande du Vatican. « Nous travaillons dur pour passer à l’action. Et nous allons le faire. Nous rencontrons juste un contretemps. »

    Mi-août, les services du procureur de Pennsylvanie ont publié un rapport accablant, détaillant des abus perpétrés durant plusieurs décennies par plus de 300 prêtres et dont ont été victimes plus de 1.000 enfants.

    Le rapport dépeint une hiérarchie ayant souvent eu une démarche active pour ne pas ébruiter les cas d’abus sexuels et pour protéger les auteurs de ces agressions.

    #pédophilie    #culture_du_viol    #viol    #église   #enfants    #catholicisme    #eglise   #viols    #religion    #violences_sexuelles #pedocriminalité   #vatican    #eglise_catholique #pape #usa #prêtres


  • The Growth of Sinclair’s Conservative Media Empire | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2018/10/22/the-growth-of-sinclairs-conservative-media-empire

    Sinclair is the largest owner of television stations in the United States, with a hundred and ninety-two stations in eighty-nine markets. It reaches thirty-nine per cent of American viewers. The company’s executive chairman, David D. Smith, is a conservative whose views combine a suspicion of government, an aversion to political correctness, and strong libertarian leanings. Smith, who is sixty-eight, has a thick neck, deep under-eye bags, and a head of silvery hair. He is an enthusiast of fine food and has owned farm-to-table restaurants in Harbor East, an upscale neighborhood in Baltimore. An ardent supporter of Donald Trump, he has not been shy about using his stations to advance his political ideology. Sinclair employees say that the company orders them to air biased political segments produced by the corporate news division, including editorials by the conservative commentator Mark Hyman, and that it feeds interviewers questions intended to favor Republicans.

    In some cases, anchors have been compelled to read from scripts prepared by Sinclair. In April, 2018, dozens of newscasters across the country parroted Trump’s invectives about “fake news,” saying, “Some members of the media use their platforms to push their own personal bias and agenda to control exactly what people think. This is extremely dangerous to our democracy.” In response, Dan Rather, the former anchor of “CBS Evening News,” wrote, on Twitter, “News anchors looking into camera and reading a script handed down by a corporate overlord, words meant to obscure the truth not elucidate it, isn’t journalism. It’s propaganda. It’s Orwellian. A slippery slope to how despots wrest power, silence dissent, and oppress the masses.”

    It’s unclear whether Sinclair is attempting to influence the politics of its viewers or simply appealing to positions that viewers may already have—or both. Andrew Schwartzman, a telecommunications lecturer at Georgetown Law School, told me, “I don’t know where their personal philosophy ends and their business goals begin. They’re not the Koch brothers, but they reflect a deep-seated conservatism and generations of libertarian philosophy that also happen to help their business.”

    Sinclair has even greater ambitions for expansion. In May, 2017, the company announced a proposed $3.9-billion merger between Sinclair and Tribune Media Company, which owns forty-two television stations. The merger would make Sinclair far larger than any other broadcaster in the country, with stations beaming into seventy per cent of American households. The proposal alarmed regulatory and free-speech experts. Michael Copps, a former official at the Federal Communications Commission, told me, “One of the goals of the First Amendment is to make sure the American people have the news and information they need to make intelligent decisions about our democracy, and I think we’re pretty close to a situation where the population lacks the ability to do that. That’s the whole premise of self-government.” He went on, “There are a lot of problems facing our country, but I don’t know one as important as this. When you start dismantling our news-and-information infrastructure, that’s poison to self-government and poison to democracy.”

    In subsequent years, Smith took measures to deepen Sinclair’s influence among policymakers, apparently recognizing that the company’s profits were dependent upon regulatory decisions made in Washington. One of Smith’s first notable forays into politics was his support for Robert Ehrlich, Jr., a Republican congressman who represented Maryland from 1995 until 2003. Sinclair became a top donor to Ehrlich and, in 2001, Ehrlich sent the first of several letters on Sinclair’s behalf to Michael Powell, who had recently become the chair of the F.C.C. The commission was investigating a request from Sinclair to buy a new group of stations, and Ehrlich protested the “unnecessary delays on pending applications.” The F.C.C.’s assistant general counsel responded that Ehrlich’s communication had violated procedural rules. Ehrlich sent another message, alleging that the delays were politically motivated and threatening to “call for a congressional investigation into this matter.” He added, “Knowing that you have served as Chairman for a few short months, we would prefer to give you an opportunity to address these concerns.” The proposed acquisitions were approved.

    A former general-assignment reporter at the station, Jonathan Beaton, told me, “Almost immediately, I could tell it was a very corrupt culture, where you knew from top down there were certain stories you weren’t going to cover. They wanted you to keep your head down and not upset the fruit basket. I’m a Republican, and I was still appalled by what I saw at Sinclair.” Beaton characterized the man-on-the-street segments as “Don’t forget to grab some random poor soul on the street and shove a microphone in their face and talk about what the Democrats have done wrong.” He said that reporters generally complied because of an atmosphere of “intimidation and fear.”

    After Trump’s victory, it looked as though Sinclair’s investment in the candidate would pay off. In January, 2017, Trump appointed Ajit Pai, a vocal proponent of media deregulation, to be the chair of the F.C.C. Pai, formerly an associate general counsel at Verizon and an aide to Senators Jeff Sessions and Sam Brownback, was exactly the sort of commission head that Sinclair had been hoping for. He believed that competition from technology companies such as Google had made many government restrictions on traditional media irrelevant—an argument that echoed Smith’s views on ownership caps and other regulations. Sinclair executives quickly tried to cultivate a relationship with Pai; shortly after the election, he addressed a gathering of Sinclair managers at the Four Seasons in Baltimore. He also met with David Smith and Sinclair’s C.E.O., Christopher Ripley, the day before Trump’s Inauguration.

    It’s not unusual for business executives to meet with the chair of the F.C.C., but Pai soon announced a series of policy changes that seemed designed to help Sinclair. The first was the reinstatement of the ultrahigh-frequency discount, an arcane rule that digital technology had rendered obsolete. The move served no practical purpose, but it freed Sinclair to acquire many more stations without bumping up against the national cap.

    The F.C.C. soon made other regulatory modifications that were helpful to Sinclair. It eliminated a rule requiring television stations to maintain at least one local studio in licensed markets, essentially legitimatizing Sinclair’s centralized news model. Perhaps most perniciously, Pai took steps toward approving a new broadcast-transmission standard called Next Gen TV, which would require all consumers in the U.S. to purchase new televisions or converter devices. A subsidiary of Sinclair owns six patents necessary for the new standard, which could mean billions of dollars in earnings for the company. Jessica Rosenworcel, the sole Democratic commissioner at the F.C.C., told me, “It’s striking that all of our media policy decisions seem almost custom-built for this one company. Something is wrong.” Rosenworcel acknowledged that many F.C.C. policies need to be modernized, but, she said, “broadcasting is unique. It uses the public airwaves, it’s a public trust.” She added, “I don’t think those ideas are retrograde. They are values we should sustain.”

    The F.C.C. and the D.O.J. both warned Sinclair about the dummy divestitures, insisting that the company find independent owners in ten problematic markets. According to a lawsuit later filed by Tribune, instead of taking steps to appease regulators, Sinclair executives “antagonized DOJ and FCC staff” by acting “confrontational” and “belittling.” The company offered to make sales in only four of the markets, and told the Justice Department that it would have to litigate for any further concessions. One Sinclair lawyer told government representatives, “Sue me.” There was no tactical reason for Sinclair to take such a combative and self-sabotaging stance. Instead, the episode seemed to reflect how Trump’s own corruption and conflicts of interest have filtered into the business community. One industry expert who followed the proceedings closely told me that the company clearly “felt that, with the President behind them, why would the commission deny them anything?

    Then, in April, the Web site Deadspin edited the broadcasts of Sinclair anchors reciting the script about fake news into one terrifying montage, with a tapestry of anchors in different cities speaking in unison. The video ignited public outrage, and Trump tweeted a defense of Sinclair, calling it “far superior to CNN and even more Fake NBC, which is a total joke.” (In a statement, a spokesperson for Sinclair said, “This message was not presented as news and was not intended to be political—there was no mention of President Trump, political parties, policy issues, etc. It was a business objective centered on attracting more viewers.”)

    #Médias #Concentration #Dérégulation #Etats-Unis #Sinclair


  • Aux États-Unis, la crise des opioïdes bénéficie au don d’organes _ Marine Van Der Kluft - 1 Octobre 2018 - Le Figaro -
    http://sante.lefigaro.fr/article/aux-etats-unis-la-crise-des-opioides-beneficie-au-don-d-organes

    La hausse du nombre de décès par overdose aux antidouleurs a entraîné une augmentation du nombre d’organes disponibles à la greffe.

    Aux États-Unis, la crise des opioïdes continue de faire des ravages. Morphine, oxycodone ou encore le redoutable fentanyl… Entre 2010 et 2017, le nombre d’Américains décédés d’une overdose a été multiplié par deux. Des événements tragiques qui ont eu un effet inattendu, comme l’ont constaté les banques d’organes américaines : sur la même période, le nombre de donneurs morts par overdose a quadruplé, passant de 350 à 1400.

    « C’est une sinistre ironie : les décès dus à la drogue pourraient augmenter la disponibilité des organes », observent les responsables de la banque d’organes de Nouvelle-Angleterre (région du nord-est des États-Unis) dans un éditorial publié dans la revue Transplantation. En effet, après avoir atteint un pic en 2014, la liste des patients en attente d’une transplantation a diminué pour la première fois depuis vingt-cinq ans. Une baisse qui s’explique en partie par la crise des opioïdes.

    Des candidats idéaux aux greffes
    Les personnes décédées d’une overdose d’opioïdes sont-elles pour autant de bonnes candidates au don d’organes ? Selon le Pr Olivier Bastien, directeur du prélèvement et des greffes d’organes et de tissus à l’Agence de la biomédecine, il s’agit même de conditions idéales, dans le cas où les secours arrivent rapidement. « Le fentanyl est 1000 fois plus puissant que la morphine. Une overdose de ce produit bloque la respiration du patient. L’arrêt cardiaque est rapide, et les organes ne sont pas touchés. Si les secours arrivent vite, ils réalisent un massage cardiaque qui va permettre de faire repartir le cœur. Cependant, le cerveau aura été trop longtemps privé d’oxygène et le patient sera en état de mort cérébral », explique le médecin.

    Risque d’infections
    Cependant, les organes prélevés sur ce type de patients sont régulièrement mis de côté, ce que regrette une équipe de chercheurs de la faculté de médecine Johns Hopkins (Baltimore, États-Unis). « Malgré les caractéristiques favorables de ces donneurs, leurs reins et leur foie sont jetés trois fois plus souvent que ceux issus des morts par traumas », observent-ils dans une étude publiée dans la revue Annals of Internal Medicine.

    Ces patients sont en effet plus susceptibles d’avoir développé des infections consécutives à l’injection de drogues, et notamment l’hépatite B, C et le VIH. Pourtant, les risques de transmission sont désormais très faibles, avec moins d’un cas sur 1000 pour l’hépatite C et un sur 10.000 pour le VIH. En outre, l’étude montre que le taux de survie cinq ans après une greffe d’organes provenant d’une personne décédée d’overdose est équivalent à celui consécutif à la greffe d’organes provenant d’un donneur décédé par trauma.

    « Bien que ça ne soit pas la solution idéale à la pénurie, l’utilisation de ces organes devrait être optimisée », concluent les chercheurs de Johns Hopkins. C’est la stratégie qu’a choisie la banque d’organes de la Nouvelle Angleterre, région qui compte des états très touchés par la crise des opioïdes, comme le Vermont ou le Massachusetts. Alors que le taux national de décès par overdose était de 13,5% en 2017, celui-ci s’élevait à 27% en Nouvelle-Angleterre.

    Désormais, même si les tests révèlent la présence d’une hépatite B, C ou du VIH, l’établissement n’hésite plus à proposer la transplantation. « Les nouveaux traitements ont rendu le VIH maîtrisable et l’hépatite C curable », expliquent-ils. En effet, la loi américaine prévoit la possibilité d’une greffe si le receveur a déjà la maladie ou si le risque de décéder dépasse celui lié à l’infection. Ainsi, en 2016 a eu lieu la première transplantation d’un organe infecté par le VIH vers un patient lui-même atteint du sida. « C’est la preuve qu’avec une bonne stratégie, un élément salvateur peut émerger d’une tragédie nationale », expliquent-ils.

    #opioïdes #greffes #Chirurgie #drogues #Morphine #oxycodone #fentanyl #VIH #sida #optimisation #transplantation


  • US to transfer Coast Guard ships to #Ukraine amid Russia tensions - CNNPolitics
    https://www.cnn.com/2018/09/25/politics/us-transfer-coast-guard-ships-ukraine/index.html


    La photo représente le WPB 1326 Monomoy, de même classe que les Drummond et Cushing, ceux-ci portant les numéros de coque 1323 et 1321.

    The US Coast Guard plans to transfer two former 110-foot Coast Guard ships to Ukraine during a ceremony on Thursday in Baltimore.

    Coast Guard Vice Adm. Michael McAllister and Ukraine’s President Petro Poroshenko are expected to attend the transfer ceremony.

    The transfer of the two armed Coast Guard cutters come as tensions between Ukraine and Russia in the Sea of Azov have increased in recent weeks, with Kiev and the US accusing Moscow of interfering with Ukrainian shipping in the region.

    The United States condemns Russia’s harassment of international shipping in the Sea of Azov and the Kerch Strait,” State Department spokesperson Heather Nauert said in a statement late last month.

    Russia has delayed hundreds of commercial vessels since April and in recent weeks has stopped at least 16 commercial ships attempting to reach Ukrainian ports,” she added.

    A US defense official told CNN that the cutters Drummond and Cushing were purchased by Ukraine from the Pentagon’s Excess Defense Articles program.
    PUBLICITÉ
    The Island-class cutters are typically armed with a 25 mm machine gun mount and four .50-caliber machine guns.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Island-class_patrol_boat

    #poussière_navale

    Note : le fait d’armes du Drummond est d’avoir patrouillé dans le Détroit de Floride et d’y avoir intercepté (au moins) 550 immigrants cubains illégaux depuis 2004 (source : WP)…


  • [Projet] cf. city flows | Till Nagel & Christopher Pietsch
    cf. city flows a comparative visualization of urban bike mobility

    Une exposition sur la mobilité urbaine à vélo conçue « pour aider les citoyens à analyser de façon “décontractée” trois systèmes de Vélo en libre-service (VLS) ».

    Trois écrans montrent l’évolution de la mobilité en VLS (trajectoires) des villes de New York, Berlin et Londres... d’ou le cf. (pour confer, en latin).

    Le principe de la co-géo-visualisation de ces “flux” selon différentes modalités graphiques apparaît réussi. Il pousse l’observateur à la comparaison des morphologies urbaines, similitudes, différences, qui résultent du trafic en VLS. Cela permet aussi et surtout de voir la ville autrement que via le prisme des véhicules à moteur.

    Sur les représentations, on notera par exemple cette “magnifique” carte des trajectoires de VLS en 3D et en edge bundling, une “expérience” que je trouve réussie. Après, on peut toujours discuter sur les aspects thématiques etc.


    La représentation animée, en 3D, d’un flux figuré par une ligne (et non pas une bande, de surface mesurable) est également très intéressante. Elle change de propositions antérieures (le flux est symbolisé par une bande) pour laquelle le passage à la 3D donne l’effet d’un caisson, d’un bâtiment ... alors qu’il s’agit d’un déplacement. C’est un peu gênant que la cartographique de flux ressemble à celle de bâtiments en 3D. (Dans la vue ci-dessous, il s’agit de New-York).

    Référence bibliographique : Till Nagel & al. (2016),Staged Analysis :
    From Evocative to Comparative Visualizations of Urban Mobility, Proceedings of the IEEE VIS 2016 Arts Program, VISAP’16 : Metamorphoses, Baltimore, Maryland, October 23th-28th, 2016
    –> https://uclab.fh-potsdam.de/wp/wp-content/uploads/staged-analysis-visap-2016.pdf

    En savoir plus sur le projet cf. city flows : https://uclab.fh-potsdam.de/cf

    #cartedeflux #réseau #trajectoire #VLS #flowmap #ville #city #réseau #vélo #bike #Berlin #Londres #New-York #gFlowiz


  • Can the Manufacturer of Tasers Provide the Answer to Police Abuse ? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2018/08/27/can-the-manufacturer-of-tasers-provide-the-answer-to-police-abuse

    Tasers are carried by some six hundred thousand law-enforcement officers around the world—a kind of market saturation that also presents a problem. “One of the challenges with Taser is: where do you go next, what’s Act II?” Smith said. “For us, luckily, Act II is cameras.” He began adding cameras to his company’s weapons in 2006, to defend against allegations of abuse, and in the process inadvertently opened a business line that may soon overshadow the Taser. In recent years, body cameras—the officer’s answer to bystander cell-phone video—have become ubiquitous, and Smith’s company, now worth four billion dollars, is their largest manufacturer, holding contracts with more than half the major police departments in the country.

    The cameras have little intrinsic value, but the information they collect is worth a fortune to whoever can organize and safeguard it. Smith has what he calls an iPod/iTunes opportunity—a chance to pair a hardware business with an endlessly recurring and expanding data-storage subscription plan. In service of an intensifying surveillance state and the objectives of police as they battle the public for control of the story, Smith is building a network of electrical weapons, cameras, drones, and someday, possibly, robots, connected by a software platform called Evidence.com. In the process, he is trying to reposition his company in the public imagination, not as a dubious purveyor of stun guns but as a heroic seeker of truth.

    A year ago, Smith changed Taser’s name to Axon Enterprise, referring to the conductive fibre of a nerve cell. Taser was founded in Scottsdale, Arizona, where Smith lives; to transform into Axon, he opened an office in Seattle, hiring designers and engineers from Uber, Google, and Apple. When I met him at the Seattle office this spring, he wore a company T-shirt that read “Expect Candor” and a pair of leather sneakers in caution yellow, the same color as Axon’s logo: a delta symbol—for change—which also resembles the lens of a surveillance camera.

    Already, Axon’s servers, at Microsoft, store nearly thirty petabytes of video—a quarter-million DVDs’ worth—and add approximately two petabytes each month. When body-camera footage is released—say, in the case of Stephon Clark, an unarmed black man killed by police in Sacramento, or of the mass shooting in Las Vegas, this past fall—Axon’s logo is often visible in the upper-right corner of the screen. The company’s stock is up a hundred and thirty per cent since January.

    The original Taser was the invention of an aerospace engineer named Jack Cover, inspired by the sci-fi story “Tom Swift and His Electric Rifle,” about a boy inventor whose long gun fires a five-thousand-volt charge. Early experiments were comical: Cover wired the family couch to shock his sister and her boyfriend as they were on the brink of making out. Later, he discovered that he could fell buffalo when he hit them with electrified darts. In 1974, Cover got a patent and began to manufacture an electric gun. That weapon was similar to today’s Taser: a Glock-shaped object that sends out two live wires, loaded with fifty thousand volts of electricity and ending in barbed darts that attach to a target. When the hooks connect, they create a charged circuit, which causes muscles to contract painfully, rendering the subject temporarily incapacitated. More inventor than entrepreneur, Cover designed the Taser to propel its darts with an explosive, leading the Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms to classify it a Title II weapon (a category that also includes sawed-off shotguns), which required an arduous registration process and narrowed its appeal.

    A few years after Tasers went on the market, Rick Smith added a data port to track each trigger pull. The idea, he told me, came from the Baltimore Police Department, which was resisting Tasers out of a concern that officers would abuse people with them. In theory, with a data port, cops would use their Tasers more conscientiously, knowing that each deployment would be recorded and subject to review. But in Baltimore it didn’t work out that way. Recent reports in the Sun revealed that nearly sixty per cent of people Tased by police in Maryland between 2012 and 2014—primarily black and living in low-income neighborhoods—were “non-compliant and non-threatening.”

    Act II begins in the nauseous summer of 2014, when Eric Garner died after being put in a choke hold by police in Staten Island and Michael Brown was shot by Darren Wilson, of the Ferguson Police. After a grand jury decided not to indict Wilson—witness statements differed wildly, and no footage of the shooting came to light—Brown’s family released a statement calling on the public to “join with us in our campaign to ensure that every police officer working the streets in this country wears a body camera.”

    In the fall of 2014, Taser débuted the Officer Safety Plan, which now costs a hundred and nine dollars a month and includes Tasers, cameras, and a sensor that wirelessly activates all the cameras in its range whenever a cop draws his sidearm. This feature is described on the Web site as a prudent hedge in chaotic times: “In today’s online culture where videos go viral in an instant, officers must capture the truth of a critical event. But the intensity of the moment can mean that hitting ‘record’ is an afterthought. Both officers and communities facing confusion and unrest have asked for a solution that turns cameras on reliably, leaving no room for dispute.” According to White’s review of current literature, half of the randomized controlled studies show a substantial or statistically significant reduction in use of force following the introduction of body cameras. The research into citizen complaints is more definitive: cameras clearly reduce the number of complaints from the public.

    The practice of “testi-lying”—officers lying under oath—is made much more difficult by the presence of video.

    Even without flagrant dissimulation, body-camera footage is often highly contentious. Michael White said, “The technology is the easy part. The human use of the technology really is making things very complex.” Policies on how and when cameras should be used, and how and when and by whom footage can be accessed, vary widely from region to region. Jay Stanley, who researches technology for the American Civil Liberties Union, said that the value of a body camera to support democracy depends on those details. “When is it activated? When is it turned off? How vigorously are those rules enforced? What happens to the video footage, how long is it retained, is it released to the public?” he said. “These are the questions that shape the nature of the technology and decide whether it just furthers the police state.”

    Increasingly, civil-liberties groups fear that body cameras will do more to amplify police officers’ power than to restrain their behavior. Black Lives Matter activists view body-camera programs with suspicion, arguing that communities of color need better educational and employment opportunities, environmental justice, and adequate housing, rather than souped-up robo-cops. They also argue that video has been ineffectual: many times, the public has watched the police abuse and kill black men without facing conviction. Melina Abdullah, a professor of Pan-African studies at Cal State Los Angeles, who is active in Black Lives Matter, told me, “Video surveillance, including body cameras, are being used to bolster police claims, to hide what police are doing, and engage in what we call the double murder of our people. They kill the body and use the footage to increase accusations around the character of the person they just killed.” In her view, police use video as a weapon: a black man shown in a liquor store in a rough neighborhood becomes a suspect in the public mind. Video generated by civilians, on the other hand, she sees as a potential check on abuses. She stops to record with her cell phone almost every time she witnesses a law-enforcement interaction with a civilian.

    Bringing in talented engineers is crucial to Smith’s vision. The public-safety nervous system that he is building runs on artificial intelligence, software that can process and analyze an ever-expanding trove of video evidence. The L.A.P.D. alone has already made some five million videos, and adds more than eleven thousand every day. At the moment, A.I. is used for redaction, and Axon technicians at a special facility in Scottsdale are using data from police departments to train the software to detect and blur license plates and faces.

    Facial recognition, which techno-pessimists see as the advent of the Orwellian state, is not far behind. Recently, Smith assembled an A.I. Ethics Board, to help steer Axon’s decisions. (His lead A.I. researcher, recruited from Uber, told him that he wouldn’t be able to hire the best engineers without an ethics board.) Smith told me, “I don’t want to wake up like the guy Nobel, who spent his life making things that kill people, and then, at the end of his life, it’s, like, ‘O.K., I have to buy my way out of this.’ ”

    #Taser #Intelligence_artificielle #Caméras #Police #Stockage_données


  • “The Hatpin Peril” Terrorized Men Who Couldn’t Handle the 20th-Century Woman | History | Smithsonian
    https://www.smithsonianmag.com/history/hatpin-peril-terrorized-men-who-couldnt-handle-20th-century-woman-18

    “The Hatpin Peril” Terrorized Men Who Couldn’t Handle the 20th-Century Woman
    To protect themselves from unwanted advances, city women protected themselves with some sharp accessories

    On the afternoon of May 28, 1903, Leoti Blaker, a young Kansan touring New York City, boarded a Fifth Avenue stagecoach at 23rd Street and settled in for the ride. The coach was crowded, and when it jostled she noticed that the man next to her settled himself an inch closer to her. She made a silent assessment: elderly, elegantly dressed, “benevolent-looking.” The horse picked up speed and the stage jumped, tossing the passengers at one another again, and now the man was touching her, hip to hip, shoulder to shoulder. When he lifted his arm and draped it low across her back, Leoti had enough. In a move that would thrill victim of modern-day subway harassment, she reached for her hatpin—nearly a foot long—and plunged it into the meat of the man’s arm. He let out a terrible scream and left the coach at the next stop.

    “He was such a nice-looking old gentleman I was sorry to hurt him,” she told the New York World. “I’ve heard about Broadway mashers and ‘L’ mashers, but I didn’t know Fifth Avenue had a particular brand of its own…. If New York women will tolerate mashing, Kansas girls will not.”

    Newspapers across the country began reporting similar encounters with “mashers,” period slang for lecherous or predatory men (defined more delicately in Theodore Dreiser’s Sister Carrie as “one whose dress or manners are calculated to elicit the admiration of susceptible young women”). A New York City housewife fended off a man who brushed up against her on a crowded Columbus Avenue streetcar and asked if he might “see her home.” A Chicago showgirl, bothered by a masher’s “insulting questions,” beat him in the face with her umbrella until he staggered away. A St. Louis schoolteacher drove her would-be attacker away by slashing his face with her hatpin. Such stories were notable not only for their frequency but also for their laudatory tone; for the first time, women who fought back against harassers were regarded as heroes rather than comic characters, as subjects rather than objects. Society was transitioning, slowly but surely, from expecting and advocating female dependence on men to recognizing their desire and ability to defend themselves.
    Hatpin-defence.jpeg
    (San Francisco Sunday Call, 1904)

    Working women and suffragists seized control of the conversation, speaking out against mashers and extolling women’s right to move freely—and alone—in public. It was true, as social worker Jane Addams lamented, that “never before in civilization have such numbers of young girls been suddenly released from the protection of the home and permitted to walk unattended upon city streets and to work under alien roofs.” Dating rituals and sexual mores were shifting. A man no longer called at a woman’s parlor and courted her under the close eye of her parents, but took her to a show or a dance hall, where all manner of evil lurked. The suffragists rejected the notion, advanced by the Chicago Vice Commission, that unchaperoned women should dress as modestly as possible—no painted cheeks or glimpse of ankle—in order to avoid unwanted attention. The issue lay not with women’s fashion or increasing freedoms, one suffragist countered, but with “the vileness of the ‘masher’ mind.”

    Instead of arguing with the suffragists, some detractors took a more subtle approach, objecting not to women’s changing roles but to their preferred mode of self-defense: the hatpin. Tales abounded of innocent men—no mashers, they—who fell victim to the “hatpin peril.” A 19-year-old girl in Scranton playfully thrust her hatpin at her boyfriend and fatally pierced his heart. A young New York streetcar passenger felt a sharp pain behind his ear—an accidental prick from a stranger’s hatpin—and within a week fell into a coma and died. Also in New York, a hundred female factory workers, all wielding hatpins, attacked police officers who arrested two of their comrades for making allegedly anarchistic speeches. Even other women weren’t safe. In a suburb of Chicago, a woman and her husband’s mistress drew hatpins and circled each other, duel-style, until policemen broke it up. “We look for the new and imported Colt’s hatpin,” one newspaper sarcastically opined, “or the Smith and Wesson Quick-action Pin.” By 1909, the hatpin was considered an international threat, with the police chiefs in Hamburg and Paris considering measures to regulate their length.

    In March 1910, Chicago’s city council ran with that idea, debating an ordinance that would ban hatpins longer than nine inches; any woman caught in violation would be arrested and fined $50. The proceedings were packed with curious spectators, men and women, and acrimonious from the start. “If women care to wear carrots and roosters on their heads, that is a matter for their own concern, but when it comes to wearing swords they must be stopped,” a supporter said. Cries of “Bravo!” from the men; hisses from the women. Nan Davis, there to represent several women’s clubs, asked for permission to address the committee. “If the men of Chicago want to take the hatpins away from us, let them make the streets safe,” she said. “No man has a right to tell me how I shall dress and what I shall wear.”

    Despite Davis’ impassioned speech, the ordinance passed by a vote of 68 to 2. Similar laws subsequently passed in several other cities, including Milwaukee, Pittsburgh, Baltimore and New Orleans. Ten thousand miles away, in Sydney, Australia, sixty women went to jail rather than pay fines for wearing “murderous weapons” in their hats. Even conservative London ladies steadfastly refused to buy hatpin point protectors.

    “This is but another argument for votes for women and another painful illustration of the fact that men cannot discipline women,” argued the suffragist Harriot Stanton Blatch, a daughter of Elizabeth Cady Stanton. “Women need discipline; they need to be forced, if not led, out of their barbarisms, but women never have and never will submit to the discipline of men. Give women political power and the best among them will gradually train the uncivilized, just as the best among men have trained their sex.”

    The furor over hatpins subsided at the onset of World War I, and died entirely when bobbed hair and cloche hats came into fashion—at which point emerged a new “social menace”: the flapper. It wouldn’t be long, of course, before politicians grew less concerned with what women wore than with how to win their votes.

    pas encor lu


  • Why ’Dancing In The Street’ Gets The People Going : NPR
    https://www.npr.org/2018/07/28/632661834/american-anthem-dancing-in-the-street-martha-vandellas

    Mark Kurlansky, author of the book Ready For a Brand New Beat: How “Dancing in the Street” Became the Anthem for a Changing America, says that at the time, those campaigning for equal rights were split on strategy — between Dr. King’s nonviolence, and the Black Power movements exemplified by Stokely Carmichael (aka Kwame Ture), the Black Panthers and Malcolm X’s Black Muslims. It was on the latter side that “Dancing in the Street” began to show a new potential.

    What makes the song an anthem is the ring of authenticity: a cry from the heart of summer in a big city, boiling with energy, turmoil and hope.

    “1964 was the year when Malcolm X famously said, ’We will get our rights by any means necessary. It really was the year that the black liberation movement was under a shift from the civil rights movement to the Black Power movement,” he says. “The people in the Black Power movement used this song for rallies because it got people worked up and got them going.”

    Mark Kurlansky also notes the litany of cities woven into the song: ’They’re dancing in Chicago, down in New Orleans, up in New York City ... Philadelphia, PA, Baltimore and D.C. now," and ending with, "Can’t forget the Motor City.’ “Every city they list where they were dancing,” he says, “was a city with a militant black neighborhood, and a city where, eventually riots, broke out.”

    Martha Reeves wants it to be known, “I had nothing to do with that. I just sang the song and in my heart, I was visualizing people actually dancing in the street. I wasn’t singing, you know, doom and gloom when the sun go down, let’s kill everybody and go steal their property, and break into stores and carry refrigerators home on your back.”

    But she also says the song reminds her of the trials she faced as a black teen in Detroit, before the modern civil rights movement began.

    “We couldn’t stand on street corners and sing,” she recalls, “because there was a police unit called the Big Four. It was usually four big white men, and they had clubs and guns. And if they caught a group of black people standing on the corner singing doo-wop ... they would jump out of the car and attack you, arrest you, or run to your house, because they didn’t want blacks gathering. So ’Dancing in the Street’ is all of that to me.”
    On ’Fanfare For The Common Man,’ An Anthem For The American Century
    American Anthem
    On ’Fanfare For The Common Man,’ An Anthem For The American Century

    Mark Kurlansky believes that “Dancing in the Street” has grown into an American anthem over six decades because its irresistible beat and engaging images let people find their own message in the song. He says that co-writer Mickey Stevenson “saw it as a song about integration: about how young black people and young white people could go out on the street and be together.”

    #Musique


  • Richard Florida : « La #crise urbaine, c’est la crise centrale du #capitalisme »
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/07/07/richard-florida-la-crise-urbaine-c-est-la-crise-centrale-du-capitalisme_5327


    Je n’arrête pas de m’en faire la réflexion : les métropoles sont connectées entre elles et tout le reste est de plus en plus exclu, éloigné et négligé.
    À la rentrée, ma fille va intégrer un lycée de la métropole régionale… ce qui a l’air d’être déjà une chance, tant les gosses de bouseux ont l’air assignés à résidence, dans des établissements aussi peu dotés que possible.
    Il y a 30 ans, quand j’ai fait le même chemin, je prenais le bus pour aller à la métropole régionale. Là, les lignes ont été supprimées, nous n’avons trouvé aucune correspondance possible pour le lundi matin, ce qui était impensable il y a 30 ans.
    Là, c’est devenu normal. La plupart des métropoles sont à présent plus proches les unes des autres que les gens de leurs périphéries le sont du centre-ville qui est devenu inatteignable de l’extérieur. Je mets plus de temps pour aller inscrire ma fille à son lycée (où ma présence physique est requise avec des tirages papiers de mes scans, à l’heure d’Internet !), que pour me rendre à Paris, qui est 5 fois plus éloignée !

    Le problème, c’est que quelques grandes ­#métropoles internationales concentrent la ­majorité des #richesses, et deviennent de plus en plus #inaccessibles. Dans ces villes superstars, l’explosion des prix de l’#immobilier chasse peu à peu les artistes, les professions intellectuelles, les créatifs des quartiers qu’ils avaient investis. Mais ce ne sont pas les moins bien lotis, car ceux-ci trouvent souvent d’autres quartiers ­populaires où ils peuvent s’installer. Ce qui est terrifiant, c’est que les policiers, les pompiers, les gens qui travaillent dans des boutiques ou des restaurants, les infirmiers, les artisans, les jardiniers doivent quitter ces grandes villes, devenues trop chères. Et vivre beaucoup plus loin, dans des zones mal desservies par les transports en commun. La nouvelle crise urbaine n’est pas une crise du déclin des villes, comme dans les années 1970. C’est une crise causée par leur succès. Et la conséquence, c’est qu’aux Etats-Unis nous avons d’un côté une petite vingtaine de métropoles superstars, entrées de plain-pied dans l’économie de la connaissance, et de plus en plus riches. Et tout le reste du pays qui plonge et s’appauvrit. La crise urbaine, c’est la crise centrale du capitalisme contemporain.


  • Why Living in a Poor Neighborhood Can Change Your Biology - Issue 61 : Coordinates
    http://nautil.us/issue/61/coordinates/why-living-in-a-poor-neighborhood-can-change-your-biology-rp

    It was the most ambitious social experiment ever conducted by the United States Department of Housing and Urban Development. And one of the most surprising. In 1994, HUD randomly assigned 4,600 poor, mostly African-American families in Baltimore, Boston, Chicago, Los Angeles, and New York to one of three groups. One group received housing vouchers intended to help them move to low-poverty neighborhoods. Another group received vouchers without geographic restrictions. A final control group didn’t receive vouchers at all. Called “Moving to Opportunity,” the study was designed to answer a question that had divided social scientists and policymakers for decades: Did getting people off of welfare and other forms of social assistance depend on changing their social context?TOWN WITHOUT PITY: A (...)


  • WHERE KILLINGS GO UNSOLVED
    https://www.washingtonpost.com/graphics/2018/investigations/where-murders-go-unsolved/?noredirect=on
    https://www.youtube.com/watch?v=ZavZUdbo6Mo

    The Washington Post has identified the places in dozens of American cities where murder is common but arrests are rare. These pockets of impunity were identified by obtaining and analyzing up to a decade of homicide arrest data from 50 of the nation’s largest cities. The analysis of 52,000 criminal homicides goes beyond what is known nationally about the unsolved cases, revealing block by block where police fail to catch killers.

    The overall homicide arrest rate in the 50 cities is 49 percent, but in these areas of impunity, police make arrests less than 33 percent of the time. Despite a nationwide drop in violence to historic lows, 34 of the 50 cities have a lower homicide arrest rate now than a decade ago.

    Some cities, such as Baltimore and Chicago, solve so few homicides that vast areas stretching for miles experience hundreds of homicides with virtually no arrests. In other places, such as Atlanta, police manage to make arrests in a majority of homicides — even those that occur in the city’s most violent areas.

    Police blame the failure to solve homicides in these places on insufficient resources and poor relationships with residents, especially in areas that grapple with drug and gang activity where potential witnesses fear retaliation. But families of those killed, and even some officers, say the fault rests with apathetic police departments. All agree that the unsolved killings perpetuate cycles of violence in low-arrest areas.

    Detectives said they cannot solve homicides without community cooperation, which makes it almost impossible to close cases in areas where residents already distrust police. As a result, distrust deepens and killers remain on the street with no deterrent.

    “If these cases go unsolved, it has the potential to send the message to our community that we don’t care,” said Oakland police Capt. Roland Holmgren, who leads the department’s criminal investigation division. That city has two zones where unsolved homicides are clustered.

    MURDER WITH IMPUNITY
    Out of 52,179 homicides in 50 cities over the past decade,
    51 percent did not result in
    an arrest.
    https://www.washingtonpost.com/graphics/2018/investigations/unsolved-homicide-database


  • Les « #shrinking_cities » anglo-américaines, un laboratoire du #renouveau_urbain ?

    #Pittsburgh a cessé de perdre des habitants, comme d’autres villes en déclin telles #Glasgow. Fabien Jeannier a montré, dans une récente mise à jour de son article de 2008 consacré à la ville écossaise, que celle-ci avait recommencé à gagner des habitants depuis le recensement de 2011. Mais il faut préciser qu’à Glasgow comme à Pittsburgh, le timide retournement démographique est loin de compenser plusieurs décennies de #déclin.

    Le « shrinkage », ou #rétrécissement_urbain, se traduit par une perte d’habitants qui accompagne souvent la #désindustrialisation d’une ville lorsque son économie était basée sur un cycle industriel en déclin. Pour autant, la superficie totale de la ville ne diminue pas, au contraire : à Baltimore par exemple, la ville continue de s’étaler tout en perdant des habitants. (Voir notre brève : Baltimore, une "shrinking city" qui s’étale (septembre 2016).

    La conséquence de cette situation est la multiplication des #vacants : ces #friches_urbaines qui entraînent certains quartiers dans un cercle vicieux : les maisons abandonnées font baisser la valeur et la demande des maisons habitées, les habitants restant ne parviennent pas à vendre et finissent eux aussi par abandonner leur maison. Voir l’article de Florance Nussbaum : « Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines », 2015.


    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/villes-retrecissantes-renouveau
    #urban_matter #villes #démographie #géographie_urbaine #étalement_urbain #USA #Angleterre #Etats-Unis #UK
    via @franz42


  • This Animation Was Created Using Old Photos from the Early 1900s

    http://petapixel.com/2016/04/06/animation-created-using-old-photos-early-1900s

    Le résultat est très intéressant !

    Here’s an amazing short film titled “The Old New World” by photographer and animator Alexey Zakharov of Moscow, Russia. Zakharov found old photos of US cities from the early 1900s and brought them to life.

    The photos show New York, Boston, Detroit, Washington, D.C., and Baltimore between 1900 and 1940, and were obtained from the website Shorpy.

    It’s a “photo-based animation project” that offers a “travel back in time with a little steampunk time machine,” Zakharov says. “The main part of this video was made with camera projection based on photos.”

    #photographie


  • Autographs for Freedom (1853) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/autographs-for-freedom-1853

    Autographs for Freedom, published in 1853, is an anthology of literature designed to help “sweep away from this otherwise happy land, the great sin of SLAVERY.” It was put together by the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society and includes the only published fiction of Frederick Douglass, who would go on to become the first black citizen to hold high rank in the US government. His “The Heroic Slave” is a work of historical fiction centering on Madison Washington, the man made famous in 1841 for leading a rebellion on the Creole, a slave ship en route to New Orleans from Virginia. Having taken control the rebels managed to redirect the Creole to Nassau in the Bahamas. Because it was a British colony, slavery had been outlawed there since 1833. Upon arrival in Nassau 128 of the 135 slaves aboard the Creole gained their freedom. It was the most successful revolt of enslaved people in US history.

    The driving force behind the anthology was an Englishwoman named Julia Griffiths, a prominent member of the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society. She had first met Frederick Douglass in London in the mid 1840s. Douglass had escaped his life of captivity in 1838, at the age of twenty, fleeing Baltimore and reaching New Bedford, Massachusetts, where he worked as a labourer and evaded suspicion. In 1841, at an anti-slavery convention in Nantucket, he was invited to describe his experiences under slavery. His spontaneous remarks so stirred the audience that he was catapulted into a key player in the Massachusetts Anti-Slavery Society. An orator and wordsmith of great power, he went on to write a classic memoir, Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845). Upon its publication, fearing he would be recaptured because it mentioned the name of his former owner, Douglass left the US to tour the British Isles, give speeches, and build support for emancipation. It was there that he met and befriended Julia Griffiths. When Douglass returned to America he did so with enough funds to purchase his freedom and to set up an anti-slavery newspaper. In 1849, Griffiths sailed to Rochester, New York, to join Douglass. She supported his work and co-founded the influential Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society, along with five other women.

    #Domaine_public #Esclavage



  • La déliquescence sociale des États-Unis, par Olivier Raguenes (repris sur le Blog de Paul Jorion) medium.com - 15 Janvier 2018
    https://www.pauljorion.com/blog/2018/01/16/la-deliquescence-sociale-des-etats-unis-par-olivier-raguenes
    https://medium.com/@olivierraguenes/la-d%C3%A9liquescence-sociale-des-%C3%A9tats-unis-e3b0549be879

    • L’espace médiatique consacré aux États-Unis, dans la presse du monde entier, est monopolisé par les polémiques causées par Donald Trump. Au-delà du caractère dangereux et imprévisible du personnage, son élection est un symptôme parmi d’autres d’une société en déliquescence. L’arbre incandescent Trump dissimule une forêt en flammes : celle de la société états-unienne. Un système social en lambeaux, des écoles délabrées, des ponts et des barrages qui ne tiennent plus qu’à un fil, des centres commerciaux qui ferment par centaines… différents pans de la société états-unienne sont fragilisés, notamment par les coupes budgétaires des administrations publiques.

    • Il ne sera pas question ici d’envisager un effondrement des États-Unis à proprement parler, ni même de prétendre à un quelconque diagnostic de la misère sociale de certaines populations états-uniennes ; mais plutôt d’envisager plusieurs facettes d’un phénomène de décomposition sociale au cœur de la première puissance mondiale.

    LE “CROWDFUNDING” COMME MODÈLE SOCIAL

    • Le système social états-unien d’abord lancé par Truman puis réduit en cendres par Reagan, est un enjeu du débat politique entre Républicains et Démocrates depuis près d’un siècle. En 2008, le gouvernement fédéral démocrate avait fait de l’”Obamacare” un axe fort de sa politique sociale. Dès lors, les États-Uniens devaient bénéficier d’un système de couverture maladie efficace et ouvert à toutes et tous. Malheureusement inaboutie, cette réforme n’a pas réussi à répondre aux coûts de soin croissants des plus graves maladies, à commencer par les cancers. Les frais médicaux sont la première cause de faillite des ménages aux États-Unis nous indique le professeur de droit Daniel A. Austin. Pour faire face à la nécessité de soins quand le budget des malades est insuffisant, nombreux sont contraints de recourir au “crowdfunding” (ou financement participatif) pour payer leurs frais de santé. L’auteur Stephen Marche montre comment cette démarche est devenue un concours de popularité où les malades tentent dramatiquement de susciter l’identification des internautes afin de récolter de l’argent. Pourtant, près de 90% de ces tentatives ne lèvent pas les fonds nécessaires aux soins. Des entreprises comme GoFundMe ou YouCaring font de cette faille abyssale du système de santé un modèle économique en prélevant leur part sur les dons. Dans le même temps, l’administration Trump tente de détricoter les maigres avancées de l’Obamacare en renforçant cette dynamique mortifère. L’accès aux soins de santé devient un enjeu sanitaire majeur pour les classes populaires des États-Unis, et les inégalités sont exacerbées, aux dépens des minorités. D’autres secteurs publics sont dans une situation précaire dans le pays, à commencer par les écoles.

    • La précarité des bâtiments scolaires a été soulevée par ces images partagées sur les réseaux sociaux, où l’on voit des élèves de Baltimore en classe par des températures glaciales, parfois inférieures à 6°C. C’est l’occasion d’une empoignade entre politiques, mais les raisons tiennent bien davantage aux budgets très restreints des infrastructures publiques aux États-Unis, et ce, peu importe la couleur du maire ou du gouverneur. La situation est bien plus grave qu’une panne de chauffage ponctuelle lors d’un événement météorologique extrême. Une commission menée par la structure gérant les écoles publiques de Baltimore a estimé que deux tiers des écoles de l’agglomération étaient dans un état “très précaire”, nécessitant pour plus de cinq milliards de dollars de travaux. Au-delà du cas devenu emblématique de Baltimore, ou encore de Detroit, les écoles publiques de l’ensemble du pays sont pour beaucoup délabrées. Plus de la moitié d’entre elles ont besoin de travaux pour revenir à un “bon état”. La réussite scolaire est pourtant liée à la qualité des infrastructures. Les familles aisées préfèrent inscrire leurs enfants dans le privé, quitte parfois à s’endetter pour le faire. Cette situation précaire ne date pas d’aujourd’hui, déjà en 1995 le gouvernement fédéral estimait nécessaires des investissements majeurs pour rétablir une école publique viable dans le pays. Depuis, face aux coupes des finances publiques, les budgets consacrés aux écoles n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant la crise de 2008. Les citoyens de Baltimore ont pour l’instant lancé une campagne de financement participatif afin de garantir un service décent dans les écoles. Donald Trump a promis un investissement de plus de mille milliards de dollars dans les infrastructures considérées prioritaires, dont les écoles. Mais elles ne sont pas seules à être dans un état déplorable, le système des transports souffre aussi d’un manque de moyens.

    INFRASTRUCTURES OBSOLÈTES ET HAUSSE DES COÛTS D’ENTRETIEN

    • Le ministère des transports fédéral reconnaît sur son site un cruel manque d’investissement public et appelle à une vision à long terme du réseau de routes et de ponts. Au Massachusetts ou à Rhode Island, plus d’un pont sur deux est déficient ou obsolète. Le Colorado ne dispose plus d’un budget suffisant pour maintenir en état son système routier. Le problème des infrastructures aux États-Unis se pose déjà sur le plan de l’efficacité du réseau, le temps perdu dans les transports par les foyers états-uniens est important, ce coût financier est estimé à 3400$ par an et par ménage. Mais ce problème se pose aussi au sujet de la sécurité des usagers. Les infrastructures sont dans un état très précaire, un barrage a même menacé de céder en février 2017, nécessitant l’évacuation de 200 000 personnes en Californie. La force publique peine donc déjà à entretenir les réseaux existants pour assurer leurs usages habituels. Si les structures sont en plus dégradées, le coût devient alors insupportable. La récurrence accrue des épisodes météorologiques extrêmes cause des dégâts matériels importants. Aux États-Unis, le coût des événements “naturels”, rendus plus forts à cause du dérèglement climatique provoqué notamment par l’activité économique états-unienne, a atteint un record en 2017. Ces dégâts sont cent fois plus coûteux que dans les années 1980 ! Le Wall Street Journal présente comment les assureurs, face aux incendies qui sont de plus en plus fréquents, emploient leurs propres pompiers pour préserver les maisons les plus coûteuses. La lutte anti-incendie n’est alors plus publique, mais bien privée, et devient un facteur supplémentaire d’inégalité.

    • L’approvisionnement en eau est un problème dans le Sud-Ouest des États-Unis. Le débit du fleuve Colorado a baissé de 19% depuis les années 1990, et les experts estiment qu’à l’avenir, il faudra s’attendre à des restrictions de consommation de l’ordre de 35%. L’activité agricole est concernée, les prélèvements lui sont vitaux mais affectent les réserves d’eau. Située dans le désert, une ville comme Las Vegas demeure l’un des pôles touristiques et médiatiques forts des États-Unis. La “capitale du jeu” est aujourd’hui une agglomération menacée par le dérèglement climatique à travers les sécheresses. Soumise à de réels problèmes d’approvisionnement en eau, les investissements de la ville se multiplient pour tenter de repousser le problème, en utilisant toujours davantage d’énergie pour pomper l’eau depuis des réserves éloignées. Pour l’instant, bien aidés par des épisodes pluvieux, les efforts pour limiter les prélèvements du lac Mead donnent des résultats positifs, mais jusqu’à quand ?

    LE “RETAIL APOCALYPSE” OU LA DÉSERTION COMMERCIALE ET SOCIALE

    • Un nouveau phénomène affecte les tissus économiques, sociaux et ruraux des États-Unis. Appelé “retail apocalypse”, il s’agit en fait de la fermeture par centaines de centres commerciaux à travers le pays, les fameux “malls”. En 2017, Business Insider estime à 9 000 le nombre d’enseignes disparues, en 2018 cet effondrement pourrait provoquer la fermeture de 12 000 magasins. L’impact social de ces fermetures est très lourd localement, la situation du comté de McDowell est à ce titre éclairante mais dramatique. Déjà, les communautés rurales avaient accueilli l’arrivée de grandes structures commerciales avec enthousiasme. Des enseignes comme Walmart représentaient pour eux des opportunités d’emplois inespérées. Malheureusement, les populations locales sont entrées dans un état de dépendance vis-à-vis de ces structures. Walmart remplace les commerces de proximité, fournit aux gens des salaires et tous leurs biens de consommation (notamment la nourriture), mais accapare le lien social entier d’une communauté. Un instituteur indique même : “qu’il n’y a plus d’endroit pour rester et discuter”. Ces structures endossent dans les territoires nord-américains un rôle de centralité. Si elles viennent à disparaître, le maillage territorial se décompose. De plus, une fois que Walmart a fermé, les impôts versés localement s’envolent, réduisant le budget des écoles de 10%. En quelques mois, les emplois directs y sont passés de trois cent à zéro.

    • Les distributeurs sont des pourvoyeurs importants d’emplois aux États-Unis, la faillite de ces magasins représente donc une perte d’emplois considérable. Les femmes sont bien plus concernées que les hommes par ces suppressions de postes. Entre novembre 2016 et novembre 2017, 129 000 femmes ont perdu leur emploi dans la vente d’après les statistiques officielles du département du travail états-unien. Les hommes eux, ont assez largement l’opportunité de se tourner vers l’industrie.

    • Les secteurs d’activité autrefois créateurs d’emplois se tournent désormais vers l’automatisation, à commencer par l’industrie pétrolière. Les nombreux emplois supprimés par les majors lors de l’épisode de bas prix du pétrole, n’ont pas été recréés suite à la hausse des cours, les industriels investissant très largement dans les machines pour assurer l’exploitation.

    • La déception de nombreux électeurs de Trump en 2016 a été illustrée par l’élection d’un démocrate à la tête de l’État d’Alabama. Les électeurs blancs de l’État ont préféré rester chez eux plutôt que de soutenir le candidat républicain accusé d’agression sexuelle. A contrario, les populations afro-américaines se sont plutôt mobilisées pour faire élire un démocrate. Cette société est toujours aussi divisée. Les hommes blancs plutôt âgés qui se sont déplacés ont voté à 70% pour le candidat républicain quand les femmes afro-américaines ont voté à près de 98% pour le candidat démocrate. Plus généralement, cet État illustre les tensions raciales, mais aussi la misère rurale de nombreuses régions des États-Unis. Des représentants de l’Organisation des Nations Unies ont visité le pays et notamment l’Alabama pour enquêter sur la pauvreté dans les pays développés. Le rapporteur, le professeur de droit Philip Alston, a été suivi par le Guardian lors de son voyage à travers les États-Unis. Il dit avoir vu “l’échec d’une société”. Cette misère, particulièrement criante dans les États du Sud, se perçoit à l’aide de l’habitat, des infrastructures, de la culture, mais aussi à travers les données sanitaires.

    DE L’ABANDON SANITAIRE ET SOCIAL

    • L’ankylostomose, une maladie qui concerne d’habitude les pays les plus pauvres et qui avait été éradiquée dans les années 1980 des États-Unis, est réapparue depuis quelques années dans la “blackbelt”, en particulier dans l’Alabama. Les systèmes d’égouts et de traitement des eaux y sont très largement défaillants, les bactéries et les parasites prolifèrent. Là encore, les Afro-américains sont les principaux touchés, leur situation économique et sanitaire est parfois déplorable. Le docteur Peter Hotez estime que douze millions de personnes pourraient souffrir de maladies tropicales dans le Sud des États-Unis. La maladie de Lyme se développe de façon incontrôlée dans tout l’Est du pays, en région rurale. Un élément principal de cette prolifération est l’anéantissement de la grande faune sauvage depuis plusieurs siècles. Les victimes font face, comme en France, à un aveuglement des autorités sanitaires.

    • La misère sociale affecte aussi des mégapoles à l’image plutôt riche. Ainsi à Los Angeles, le nombre de personnes sans domicile fixe a bondi de 25% en un an, concernant 55 000 personnes en 2017. Cette situation est aussi empirée par l’administration Trump, qui ne cesse d’amputer les budgets en faveur du logement des plus précaires. Les villes sont donc aussi concernées par ce phénomène de déclassement social. Le film The Florida Project aborde la problématique sociale des Millenials (ou Génération Y) États-uniens, en particulier celle des jeunes mères. Elles y apparaissent sans diplôme, sans emploi stable, sans source de revenus, sans contact avec leur famille, bref en rupture totale avec la société. Le lien social se limite pour elles à leur voisinage. Pourtant, la protagoniste vit aux portes de Disneyland, symbole de la puissance culturelle et de la vitalité économique états-unienne. Son seul contact avec l’administration a pour visée de lui retirer la garde de sa fille. Ce film met des visages sur cette dégradation sociale qui devient très prégnante aux États-Unis. Ceci dit, les personnes les plus en rupture avec la société états-unienne vivent majoritairement dans les milieux ruraux.

    LE NAUFRAGE RURAL

    • Le Wisconsin est à cet égard un exemple marquant. État rural très agricole, il est le lieu depuis plusieurs années d’un drame social. De nombreux hommes blancs relativement âgés s’y donnent la mort. En pleine crise agricole, en 1982, le taux de suicide des agriculteurs avait atteint un premier record. En 2016, ce taux est 50% supérieur ! Pis, en 2017 ce taux est deux fois supérieur à celui des militaires vétérans, et trois fois supérieur à l’ensemble de la population. Le psychologue Mike Rosmann parle des agriculteurs comme d’une “espèce en danger”. Plus la région est rurale, plus le nombre de suicides y est élevé. Le docteur John Frey livre son explication, selon lui les facteurs sociaux qui affectent la durée de vie (santé, salaire, lien social) empirent, il pointe aussi du doigt la “désintégration de la communauté”, estimant que “le suicide est un acte de colère”. Il assimile ce phénomène à une ”épidémie invisible”. Aux États-Unis, bien que contestée, la liberté d’acheter et de porter une arme est pour beaucoup fondamentale. Plutôt qu’un moyen de défense, c’est un outil d’auto-destruction puisque 60% des décès causés par les armes à feu sont des suicides. La pygargue à tête blanche, emblème de la force états-unienne, a du plomb dans l’aile. Au-delà du suicide par arme à feu, d’autres comportements individuels destructeurs se multiplient aux États-Unis.

    • Le nombre d’overdoses générées par la surconsommation d’opioïdes a augmenté de 21% entre 2015 et 2016 aux États-Unis. Le nombre de décès causés par ce phénomène a été multiplié par six entre 2013 et 2016. Ce fléau qui concerne de plus en plus de jeunes adultes, bénéficie aux entreprises qui vendent ces produits. Et c’est là tout le paradoxe de ce pays : une minorité génère son profit aux dépens des classes populaires. Le New Yorker détaille la manière dont la famille Sackler s’enrichit de cette explosion de la consommation d’opioïdes.

    • La conjugaison de la hausse des suicides en milieu rural et de la crise d’opioïdes, a fait reculer l’espérance de vie états-unienne pour la deuxième année consécutive. En 1974, Emmanuel Todd anticipait l’effondrement de l’URSS en se basant sur un certain nombre de facteurs, dont le recul de l’espérance de vie. Sa démarche a inspiré l’ingénieur Dmitry Orlov, qui a tenté de définir Les Cinq Stades de l’Effondrement en appliquant son raisonnement aux États-Unis. Plutôt que de considérer ses travaux comme prophétiques, il convient toutefois de réaliser que l’effondrement social est a minima partiel, et que les budgets alloués aux politiques sociales ne cessent de fondre. La presse anglo-saxonne grand public ne rejette plus la perspective d’un ”collapse”. Parmi les facteurs qui ont causé l’effondrement de plusieurs sociétés par le passé, les inégalités de revenus apparaissent déterminantes. Cela se traduit déjà pour l’espérance de vie aux États-Unis : dix ans d’écart séparent le quart le plus riche et le quart le plus pauvre de la population.

    LE GOUFFRE DES INÉGALITÉS 

    • Les inégalités aux États-Unis concernent la santé, l’accès aux services élémentaires, l’accès à l’emploi, la couleur de peau, le sexe… mais aussi les revenus. D’après le rapport mondial des inégalités 2018 coordonné notamment par Thomas Piketty, le pourcent le plus riche concentre aujourd’hui plus de 20% des richesses, contre moins de 11% en 1980. À l’inverse, la moitié la plus pauvre du pays représentait près de 21% des richesses en 1980 contre à peine 13% en 2016. Ces deux dynamiques opposées ne se retrouvent pas dans les pays d’Europe de l’Ouest, pourtant, en 1980 ces mesures statistiques donnaient des résultats très proches des deux côtés de l’Atlantique. Mais ce qui est plus intéressant encore, c’est d’observer la perception qu’ont les États-Uniens de cette répartition des richesses. Michael I. Norton et Dan Ariely montrent qu’aux yeux des cinq mille sondés de leur étude, les 20% les plus riches capteraient moins de 60% des richesses. Selon la logique du “winners take it all”, les 20% les plus fortunés représentent en fait près de 90% des richesses. Enfin, le ratio entre les revenus des dirigeants des entreprises et les salariés est passé de 20 en 1965 à près de 1000 au cours des années 2010 dans certains secteurs d’activité ! Dans son rapport annuel sur les risques, le Forum économique mondial alerte sur la hausse des inégalités dans plusieurs pays, dont les États-Unis. L’économiste Robert J. Gordon s’inquiète de la baisse du niveau de vie des ménages les plus pauvres des États-Unis. Mais il note aussi une certaine convergence entre les franges les plus pauvres des différentes communautés, une forme d’égalité relativement nouvelle entre Blancs, Hispaniques et Afro-américains face à la misère.

    • Certes, le chômage est revenu à un taux historiquement bas et continue globalement à baisser, mais le taux de délinquance qui avait une évolution similaire jusqu’au milieu des années 2010, ne baisse plus. D’une part, de nombreux foyers sont toujours dans une situation de détresse financière, et d’autre part, les catégories les plus jeunes sont elles aussi étranglées par les prêts (études, logement, consommation). La réserve fédérale estime même que 38% des prêts étudiants ne sont pas remboursés, ce qui est une source de déséquilibre pour les banques. Le taux de chômage bas cache aussi la vague d’emplois à temps partiel qui a déferlé à partir de 2010. Près de six millions d’États-Uniens travaillant à temps partiel souhaitent passer à temps plein. Un quart des travailleurs à temps partiel serait en situation de pauvreté. Au-delà du salaire forcément réduit, certain⋅e⋅s employé⋅e⋅s à temps partiel perdent aussi leur couverture maladie. Incité⋅e⋅s par leurs employeurs à recourir à l’Obamacare avant l’élection de Donald Trump, qu’adviendra-t-il de ces populations quand le système entier aura été mis à sac ?

    • Le soulman Sam Cooke chantait son espoir de jours meilleurs dans A Change Is Gonna Come en 1963, et fut (vraisemblablement) assassiné quelques années plus tard. Charles Bradley, l’un de ses héritiers sur le plan artistique, lui répondit dans Why Is It So Hard ? en 2011. Désabusé de sa condition d’Afro-américain aux États-Unis, Bradley chanta alors : “on dirait que rien ne va changer”. De nombreux Afro-américains sont encore considérés comme des citoyens de seconde zone, le mouvement Black Lives Matter a permis de mettre en avant les violences dont ils font l’objet. D’après le rapport sur les inégalités publié chaque année par l’Université des Standford, environ 25% des Hispaniques, des Afro-américains, et des Amérindiens sont pauvres, contre 10% seulement pour les communautés asiatique et blanche. Sur ce plan, il n’y a pas eu d’évolution significative depuis 1980 !

    • Les discriminations et les traitements inégaux sont des composantes intrinsèques de la culture états-unienne. Cependant, des démarches existent pour tenter de renverser le paradigme racial. Aussi, le mouvement #MeToo permet de libérer la parole des femmes à travers le pays, ainsi que de faire trembler beaucoup d’hommes de pouvoir qui ont très largement abusé de leurs positions, parfois de manière criminelle.

    VERS UN RETOUR À LA TERRE ?

    • Plus qu’une période de crise, c’est une situation qui empire progressivement au cours des années. En matière sociale, les deux mandats de Barack Obama n’ont pas permis de réduire les inégalités géographiques, salariales, raciales, et sexuelles, ni même d’atténuer la tension entre policiers et communauté afro-américaine. Les politiques menées par Donald Trump ne permettront pas non plus de résoudre ces problèmes, ni de les mitiger. Même les classes moyennes, qui depuis l’essor du “American way of life” semblaient profiter d’une croissance économique régulière, sont en grande partie des perdants des évolutions du pays ces dernières années. Certains rejoignent la “classe moyenne supérieure”, mais la majorité rejoint de fait les classes populaires. Quelques privilégiés prétendent encore au “rêve américain”, mais la majorité vit quelque chose qui ressemble plutôt à une dystopie états-unienne.

    • Alors, nombreux sont ceux à envisager un retour à la terre. Pour la deuxième fois au cours du dernier siècle, le nombre d’agriculteurs de moins de 35 ans a augmenté aux États-Unis en 2017, dont 69% de diplômés du supérieur. Ces jeunes promeuvent une agriculture plus résiliente, indépendante des pesticides et de l’agro-industrie. Ils ne remplacent en rien les agriculteurs plus âgés qui abandonnent leurs exploitations dans les milieux plus ruraux, mais ils offrent une nouvelle dynamique aux espaces périurbains. L’effondrement industriel de Detroit et sa renaissance par l’agriculture urbaine forment un exemple de transition difficile mais médiatisée et vectrice d’espoir. Les communautés abandonnées par les constructeurs automobiles, qui constituaient pendant le XXème siècle l’alpha et l’oméga de la “Motor Town”, dont de très nombreux Afro-américains, y ont réussi à développer une agriculture vivrière low-tech, résiliente et saine.

    • Et si chacune et chacun trouvait sa place grâce à la terre ? Et si cette transition agro-écologique était le meilleur moyen de lutter contre les inégalités ? Et si finalement, Sam Cooke avait raison ?

    • RESUME

      Le système social états-unien . . .
      La #précarité des bâtiments scolaires . . . .

      INFRASTRUCTURES OBSOLÈTES ET HAUSSE DES COÛTS D’ENTRETIEN
      Un cruel manque d’investissement public . . . . .
      . . . . .
      L’approvisionnement en #eau est un problème dans le Sud-Ouest des États-Unis. . . .
      . . . . .

      LE “RETAIL APOCALYPSE” OU LA DÉSERTION COMMERCIALE ET SOCIALE
      il s’agit en fait de la fermeture par centaines de #centres-commerciaux à travers le pays, les fameux “malls”. En 2017, Business Insider estime à 9 000 le nombre d’enseignes disparues, en 2018 cet effondrement pourrait provoquer la fermeture de 12 000 magasins. . . .
      . . . . .
      Les distributeurs sont des pourvoyeurs importants d’emplois aux États-Unis, la faillite de ces magasins représente donc une perte d’emplois considérable. Les femmes sont bien plus concernées que les hommes par ces suppressions de postes. Entre novembre 2016 et novembre 2017, 129 000 femmes ont perdu leur emploi dans la vente d’après les statistiques officielles du département du travail états-unien. Les hommes eux, ont assez largement l’opportunité de se tourner vers l’industrie. . . . . .
      . . . . .
      Les secteurs d’activité autrefois créateurs d’emplois se tournent désormais vers l’#automatisation, . . .
      . . . . .
      La déception de nombreux électeurs de #Trump en 2016 a été illustrée par l’élection d’un démocrate à la tête de l’État d’#Alabama. . . . .
      . . . . .

      DE L’ABANDON SANITAIRE ET SOCIAL
      L’#ankylostomose, une maladie qui concerne d’habitude les pays les plus pauvres et qui avait été éradiquée dans les années 1980 des États-Unis, est réapparue depuis quelques années dans la “blackbelt”, . . . .
      . . . . .
      La misère sociale affecte aussi des mégapoles à l’image plutôt riche. Ainsi à Los Angeles, le nombre de personnes sans domicile fixe a bondi de 25% en un an, concernant 55 000 personnes en 2017. . . .
      . . . . . ⁃
      LE NAUFRAGE RURAL
      Le Wisconsin est à cet égard un exemple marquant. . . . . .
      . . . . .
      Le nombre d’overdoses générées par la surconsommation d’#opioïdes a augmenté de 21% entre 2015 et 2016 aux États-Unis. Le nombre de décès causés par ce phénomène a été multiplié par six entre 2013 et 2016. . . . . .
      . . . . .
      La conjugaison de la hausse des #suicides en milieu rural et de la crise d’opioïdes, a fait reculer l’espérance de vie états-unienne pour la deuxième année consécutive.
      . . . . .
      LE GOUFFRE DES INÉGALITÉS 
      Les inégalités aux États-Unis concernent la santé, l’accès aux services élémentaires, l’accès à l’emploi, la couleur de peau, le sexe… mais aussi les revenus. . . . . .
      . . . . .
      Certes, le chômage est revenu à un taux historiquement bas et continue globalement à baisser, mais le taux de #délinquance qui avait une évolution similaire jusqu’au milieu des années 2010, ne baisse plus. . . . . .
      . . . . .
      D’après le rapport sur les #inégalités publié chaque année par l’Université des Standford, environ 25% des Hispaniques, des Afro-américains, et des Amérindiens sont pauvres, contre 10% seulement pour les communautés asiatique et blanche. Sur ce plan, il n’y a pas eu d’évolution significative depuis 1980 !. . . . .
      . . . . .
      Les #discriminations et les traitements inégaux sont des composantes intrinsèques de la culture états-unienne. . . . . .
      . . . . .
      VERS UN RETOUR À LA TERRE ?
      Plus qu’une période de crise, c’est une situation qui empire progressivement au cours des années. En matière sociale, les deux mandats de Barack Obama n’ont pas permis de réduire les inégalités géographiques, salariales, raciales, et sexuelles, ni même d’atténuer la tension entre policiers et communauté afro-américaine. . . . . .
      . . . . .
      Alors, nombreux sont ceux à envisager un retour à la terre. Pour la deuxième fois au cours du dernier siècle, le nombre d’agriculteurs de moins de 35 ans a augmenté aux États-Unis en 2017, dont 69% de diplômés du supérieur. . . . . .
      . . . . .
      Et si chacune et chacun trouvait sa place grâce à la terre ? Et si cette transition agro-écologique était le meilleur moyen de lutter contre les inégalités ? Et si finalement, Sam Cooke avait raison ? . . . . .


  • Finding a Fix – Mother Jones
    http://www.motherjones.com/crime-justice/2017/12/opioids-users-dealers-police-1

    Opioids started seeping into the surrounding counties in the mid-’90s, when Purdue Pharma introduced OxyContin and dramatically underplayed its addictive qualities. Thanks to pharmaceutical lobbying, years of liberal painkiller prescribing—the United States consumes more than 70 percent of the world’s opioid painkillers—planted the seeds for widespread addiction to both painkillers and heroin, which is chemically similar to the prescription pills but far cheaper and more potent.

    As the demand for opioids grew in suburban areas, capillaries sprang up from the main drug trafficking artery of Interstate 95, which runs from Florida to Maine, bringing opioids to small towns like Bel Air and Aberdeen. But the turning point in Harford—and much of the country—came in 2015 after fentanyl, an opioid up to 50 times more powerful than heroin that is typically manufactured in illicit labs in China, started making its way into the heroin supply. Complicating matters is the fact that, by the time drugs get to Baltimore or Harford County, they have likely changed hands so many times—and mixed with fentanyl and other additives along the way—that dealers often don’t know what they are dealing. Indeed, the customary drug in Baltimore is “scramble”: an amalgamation of heroin and other drugs, sold in gel capsules. “We knew [fentanyl] was coming; we were trying to brace for it,” said Dunbar. He recruited officers to do nothing but heroin investigations, because “we knew we were gonna see this surge.”

    Of course, the epidemic is much bigger than Harford. In Ohio, coroners’ offices use refrigerated trucks to store bodies. In Connecticut, medical examiners’ autopsy caseloads have quadrupled in one year. In West Virginia, 1 in 20 infants are born in withdrawal from opioids. And in Maryland, two-thirds of people in jail have a diagnosed substance abuse disorder, according to a 2016 analysis by the governor’s office. Harford County Sheriff’s Office cops are no longer allowed to test seized drugs suspected to contain opioids on the spot, because of reports that interacting with some variants of fentanyl can be deadly. When the drugs are sent to DEA labs, “while one person is testing, another person is ready to treat them with [the overdose reversal drug] naloxone in case they fall while they’re testing,” says Hedrick, the DEA supervisor.

    As the wave of fatal overdoses hit Harford in early 2015, county officials sprang into action. Police officers are now equipped with naloxone and trained that addiction is a disease. Cops on the Narcotics Task Force rarely charge users for drug possession in quantities that seem intended for personal use. After every overdose, cops give victims a “help card” with addiction treatment resources. “We’re not going to solve the problem by putting addicts in jail,” said Underhill. “If they’re not going to get effective treatment, it’s not going to change anything.”

    Another part of Harford’s response is aggressively tracking down dealers. In 2016 alone, the county arrested and charged 240 people with felony drug offenses. As Dunbar sums up the strategy, “We need to lock up the bad guys—the dealers and traffickers putting out stuff on the street—but we also play a role in getting the victims help.”

    It’s not that Harford cops don’t empathize with user-dealers. The guy who gets in a car accident is prescribed painkillers, becomes addicted, and then starts selling to support his own habit—“I’ve seen that story 150 times,” Underhill told me. But where do you draw the line? “They’re selling just enough to get theirs,” he said of user-dealers, “but they’re killing people with what they’re bringing back.” He gets most worked up when he talks about the kids: the toddlers strapped in car seats as he pulls parents over for drugs, the children he terrifies when breaking open front doors with Halligan bars in predawn raids, the teens who come home from school to find that cops have gone through their bedrooms looking for drugs.

    When it comes to reforming user-dealers, evidence strongly suggests that prison time isn’t very effective. Instead, stable housing, support services, and employment have been shown to promote long-term recovery. Law Enforcement Assisted Diversion, a Seattle program that has been replicated in dozens of jurisdictions across the country, demonstrates the research in action: Rather than jailing people for low-level drug crimes, police divert them to programs offering treatment, housing, and job training. Participants are nearly 60 percent less likely to be rearrested.

    #Opioides #USA


  • Rat Film
    http://www.nova-cinema.org/prog/2017/163-decembre/brik/article/rat-film

    Theo Anthony, 2016, US, DCP, VO ANG ST FR, 82’

    Baltimore, cité caractérisée par ses statuts peu enviables de première ville des USA à avoir promulgué des lois ségrégationnistes en 1911 et de capitales des rats. À l’origine de « Rat Film », un rongeur. Hagard dans sa poubelle, il gratte et bondit désespérément avide d’une liberté que la hauteur de la benne ne lui offrira pas. De ce point de départ crissant, Theo Anthony déploie une enquête complète au montage alliant pertinence et audace qui explore le mythe urbain du rat de Baltimore. Urine nauséabonde, dégâts des griffes et autres désagréments ; cette infestation est à l’origine de campagnes de dératisation sans fin et d’autres séances de pêche urbaine à la batte de baseball quand – à contre courant – des amoureux bichonnent ces petites bêtes aux (...)


  • Nearly 4,000 US communities have higher rates of lead poisoning than Flint - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2017/11/16/lead-n16.html

    Nearly 4,000 US communities have higher rates of lead poisoning than #Flint
    By Jerry White
    16 November 2017

    In an updated study, Reuters news agency has identified 3,810 neighborhoods where recently recorded child lead poisoning rates are at least double those found in Flint, Michigan during the height of that city’s water crisis in 2014 and 2015. In some 1,300 of these “hotspot” communities, the percentage of children six and under with elevated lead levels was at least four times the percentage in Flint during the peak of the crisis.

    In pockets of Baltimore, Cleveland and Philadelphia, where lead poisoning has spanned generations, Reuters reported that the rate of elevated tests over the last decade was 50 percent or higher. An interactive map released with the study shows one census tract in Buffalo, New York—a former steel and auto center that, like Flint, has suffered decades of deindustrialization—where 68 percent of the children had high levels of lead.

    #eau #états-unis #Pollution #plomb #flint


  • Sujets ou objets ? Détenus et expérimentation humaine Barron H. Lerner docteur en médecine, docteur en philosophie

    Source : Academic Commons – Columbia University, le 03/05/2007

    Dans les années 50, les détenus de ce qu’on appelait alors, à Philadelphie, la prison Holmesburg, ont reçu des inoculations de condyloma acuminatum [verrues ano-génitales], de candidoses cutanées et de virus causant verrues, herpès simplex et zona. [1] Pour participer à cette recherche et à des études les exposant à la dioxine et à des produits de guerre chimique, on les a payés jusqu’à 1500 $ par mois. Entre 1963 et 1971, des chercheurs d’Oregon et de Washington ont irradié des prisonniers sains et leur ont prélevé à plusieurs reprises des échantillons de biopsie des testicules ; ces hommes ont par la suite fait état d’éruptions, de desquamation et d’ampoules sur le scrotum, ainsi que de difficultés sexuelles. [2] Des centaines d’expériences similaires ont incité le gouvernement fédéral à interdire strictement en 1978 la recherche impliquant des prisonniers. Le message était : de telles méthodes de recherche sont fondamentalement abusives et par conséquent immorales.

    Un récent rapport de l’Institut de Médecine (l’OIM) a pourtant rouvert cette porte close, en avançant que non seulement une telle recherche peut être effectuée de façon acceptable, mais que les prisonniers méritent d’être inclus dans des études au moins ceux qui pourraient en profiter directement. L’analyse des justifications aux restrictions américaines à la recherche en prison et à ses applications peut offrir des lignes directrices aux actuels débats politiques.

    On connaît depuis longtemps la vulnérabilité des prisonniers aux abus. Dès 1906, par exemple, les critiques ont noté à quel point il aurait été difficile à des prisonniers de refuser de participer à une expérience sur le choléra qui a finalement tué 13 hommes. [3] Cependant, les enquêteurs cherchaient périodiquement « des volontaires » parmi de telles populations captives dont le placement en institution offrait aux chercheurs l’accès à des sujets peu susceptibles d’échapper au suivi.

    De telles recherches n’ont pour la plupart pas cherché à profiter aux participants. En 1915, par exemple, le chercheur du service de santé publique Joseph Goldberger a inoculé la pellagre à des prisonniers du Mississippi sains, auxquels la liberté conditionnelle a été offerte en échange de leur participation. Ceux qui se sont inscrits ont éprouvé des symptômes très graves de la maladie, y compris diarrhée, éruption cutanée et confusion mentale. [3] Goldberger a, cependant, prouvé son hypothèse que la pellagre était une maladie de carence vitaminique qui pourrait être guérie par l’ingestion de vitamine B, à présent connue comme acide nicotinique. Grâce à ce travail, comme la découverte de l’insuline et des premiers agents antimicrobiens, l’entre-deux-guerres a été une époque d’avancées pour la recherche scientifique.

    La Seconde Guerre mondiale a transformé l’expérimentation contestable sur des prisonniers en une entreprise artisanale. Tandis que d’autres Américains risquaient leurs vies sur les champs de bataille, les prisonniers ont joué leur rôle en participant à des études qui les ont exposés à la blennorragie, à la gangrène gazeuse, à la dengue et à la malaria. [1] L’urgence de la guerre a conduit à délaisser toute considération de consentement digne de ce nom.

    Il est ironique que le plus important coup de pouce qu’ait reçu une pareille expérimentation fût une conséquence, après-guerre, du procès de Nuremberg au cours duquel vingt médecins nazis furent jugés et qui a donné naissance au Code de Nuremberg, un ensemble de principes ayant pour but d’interdire l’expérimentation sur des humains sans leur consentement. Quand les avocats de la défense ont laissé entendre que les scientifiques américains avaient mené pendant la guerre des recherches analogues à celles des nazis, un témoin à charge, Andrew C. Ivy, a cité des expériences sur la malaria impliquant des prisonniers de l’Illinois comme un exemple de recherche non coercitive « idéale ». La publication en 1948 des conclusions d’Ivy a aidé à institutionnaliser l’expérimentation en prison pour le quart de siècle suivant. [4]

    C’est une expérience impliquant une autre population vulnérable qui a interrompu la recherche en prison. En 1972, un journaliste d’Associated Press a dévoilé que des hommes noirs pauvres du Sud atteints de syphilis avaient été délibérément laissés sans traitement pendant 40 ans, afin que les chercheurs puissent étudier le cours naturel de la maladie. Dans le contexte de la campagne pour les droits civils et des protestations contre la guerre du Viêtnam, une telle recherche a été condamnée. Le scandale a conduit à la formation de la Commission nationale pour la Protection des sujets humains de recherche biomédicale et comportementale et finalement au Rapport Belmont, qui a recommandé de réorganiser l’expérimentation humaine en appliquant les principes de respect des personnes, de non-malfaisance et de justice.

    Dans le cas des recherches en prison, le nouveau cadre se révèle particulièrement restrictif. En 1978, le ministère de la Santé et des Services à la personne (DHHS) a adopté des règles qui ont limité de plusieurs façons la recherche financée au niveau fédéral impliquant des prisonniers, en stipulant, par exemple, que les expériences ne pourraient faire courir qu’un risque minimal aux sujets. La préoccupation primordiale était que les prisons sont des environnements en eux-mêmes coercitifs dans lesquels un consentement éclairé ne peut jamais être obtenu. Le fait que des recherches offrent récompense financière, allègement de l’ennui et perspective d’une obtention de liberté conditionnelle plus rapide les rend même encore plus problématiques.

    Telle était l’opinion qui dominait jusqu’à 2004, lorsque le DHHS a demandé à l’OIM de revoir sa position à ce sujet. En août 2006, l’OIM a publié son rapport qui a reconnu qu’il serait judicieux de laisser la situation en l’état. Par exemple, la population carcérale américaine comprend un nombre disproportionné de personnes vulnérables : les membres de groupes minoritaires, ceux atteints de maladie mentale, d’infection au VIH et autres maladies infectieuses graves. Les prisons sont généralement surchargées et leurs services médicaux sont insuffisants. Tous ces facteurs ont suggéré que n’importe quel allègement des restrictions pourrait mener à la répétition des précédentes erreurs.

    La commission de l’OIM, bien que sensible aux « abus déraisonnables » du passé, a cependant conseillé que des expériences comportant plus de risques que le risque minimal soient autorisées, sous réserve que des études impliquant des médicaments ou autres interventions biomédicales devaient apporter un bénéfice potentiel aux prisonniers. La commission a aussi conseillé plusieurs garde-fous, comme la création d’une base de données publique des expériences en prison, la limitation de la recherche aux interventions ayant démontré innocuité et efficacité, l’assurance que les études incluent une majorité de sujets non prisonniers et l’exigence que les propositions de recherche soient examinées par des comités de contrôle institutionnels comprenant des représentants des prisonniers.

    La décision de la commission est valable pour plusieurs raisons. La première pourrait être qualifiée d’historique. Pendant la plus grande partie du 20e siècle, malgré les découvertes de Nuremberg et d’autres avertissements ponctuels, l’expérimentation humaine a été largement considérée comme « une bonne chose », qui ferait avancer la science et bénéficierait à la santé. La réaction de retournement contre l’expérimentation en prison est survenue dans les années 70, quand l’autorité était mise en question dans toute la société. Aucun mécanisme n’était en place pour garantir les droits de sujets vulnérables. Interdire toute recherche risquée dans les prisons était donc judicieux.

    On a l’habitude de dire que ceux qui ignorent l’histoire sont condamnés à la répéter. Mais la décision de conserver les actuelles restrictions à cause des abus du passé conduirait à négliger plusieurs importants développements. Depuis 1978, un réseau de comités de révision institutionnels a été établi dans les instituts nationaux de santé, dans d’autres organismes gouvernementaux et des sites de recherche universitaire par tout le pays. Avec « le consentement éclairé » à présent entré dans le langage commun, les sujets d’étude sont plus conscients de leurs droits. Et, en grande partie à la suite du travail des militants de la lutte contre le sida et contre le cancer du sein, des personnes malades et à risques, même celles qui appartiennent aux populations potentiellement vulnérables, poursuivent à présent activement leur participation aux protocoles de recherche. Bien que tous ces développements ne soient pas clairement positifs, les ignorer eux et les opportunités qu’ils peuvent offrir aux prisonniers devrait être une attitude de régression. Comme dit le rapport de l’OIM, « Le respect des prisonniers exige aussi la reconnaissance de leur autonomie. »

    Un autre argument en faveur de l’assouplissement des restrictions est l’assertion que toute recherche en milieu carcéral est problématique pourrait ne pas être correcte. À la lumière des abus, les critiques ont tout naturellement soutenu que l’expérimentation humaine en prison a échoué parce qu’elle a lieu dans un environnement coercitif qui dénature n’importe quelle possibilité de consentement éclairé. Mais c’est une théorie qui peut et doit être examinée empiriquement par des études formelles du processus de consentement dans les prisons. De plus, comme le philosophe Carl Cohen en a débattu, la recherche à l’extérieur des prisons a souvent tout autant d’éléments coercitifs – si on admet que la coercition est employée, elle peut ne pas avoir grand-chose à voir avec la condition de prisonnier. [5]

    Finalement, rétablir, puis contrôler la recherche en prison offrirait à la société l’opportunité d’un contrôle continu et d’une réévaluation. En effet, la commission de l’OIM a trouvé que beaucoup de recherches non réglementées en prison avaient été menées sans tenir compte des directives de 1978. Nombre d’expériences tristement célèbres en prison ont impliqué la tromperie active des participants à l’étude – un abus facile à éviter si l’initiative entière est menée honnêtement. Il est même possible que de telles recherches, en ouvrant une fenêtre sur la vie carcérale, attirent utilement l’attention sur les lacunes des services médicaux en prison.

    Les nouvelles réglementations doivent cependant être abordées avec appréhension. Comme le sociologue Erving Goffman l’a montré dans son livre de 1961 « Asiles, “des institutions totales” », des prisons peuvent se moquer totalement des droits de leurs habitants. Peut-être devrait-on exiger de toute personne qui s’engage dans une recherche à l’intérieur des murs d’une prison qu’il lise ce livre.

    Le docteur Lerner est maître de conférence de médecine et de santé publique à l’Université Columbia, New York.
    1. Hornblum AM. They were cheap and available : prisoners as research subjects in twentieth century America (Ils étaient bon marché et disponibles : les prisonniers comme sujets de recherche dans l’Amérique du vingtième siècle). BMJ 1997 ; 315:1437-41.
    2. Welsome E. The plutonium files : America’s secret medical experiments in the Cold War (Les dossiers du plutonium : les expériences médicales secrètes de l’Amérique pendant la guerre froide). New York : Delta, 1999:362-82.
    3. Lederer SE. Subjected to science : human experimentation in America before the Second World War (Soumis à la science : l’expérimentation humaine en Amérique avant la Seconde Guerre mondiale). Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1995.
    4. Harkness JM. Nuremberg and the issue of wartime experiments on US prisoners : the Green Committee. (Nuremberg et la question des expérimentations en temps de guerre sur des prisonniers américains : le Comité Vert) JAMA 1996 ;276:1672-5.
    5. Cohen C. Medical experimentation on prisoners (L’Expérimentation médicale sur les prisonniers). Perspect Biol Med 1978 ;21:357-72.

    Source : Academic Commons – Columbia University, le 03/05/2007, lien https://www.les-crises.fr/sujets-ou-objets-detenus-et-experimentation-humaine-par-barron-h-lerner


  • How Silicon Valley Plans to Conquer the Classroom - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/11/03/technology/silicon-valley-baltimore-schools.html?emc=edit_th_20171104&nl=todaysheadlin

    Silicon Valley is going all out to own America’s school computer-and-software market, projected to reach $21 billion in sales by 2020. An industry has grown up around courting public-school decision makers, and tech companies are using a sophisticated playbook to reach them, The New York Times has found in a review of thousands of pages of Baltimore County school documents and in interviews with dozens of school officials, researchers, teachers, tech executives and parents.

    Au moins en France, ils n’ont pas ce problème : c’est directement le Ministère de l’Education nationale qui a invité ses cadres aux formations et conseils délivrés par Microsoft...

    School leaders have become so central to sales that a few private firms will now, for fees that can climb into the tens of thousands of dollars, arrange meetings for vendors with school officials, on some occasions paying superintendents as consultants. Tech-backed organizations have also flown superintendents to conferences at resorts. And school leaders have evangelized company products to other districts.

    These marketing approaches are legal. But there is little rigorous evidence so far to indicate that using computers in class improves educational results. Even so, schools nationwide are convinced enough to have adopted them in hopes of preparing students for the new economy.

    Intéressant cette notion de « pharmacy-like » technique de marketing. Il n’y a plus seulement l’industrie du tabac comme modèle de la capacité à créer un foule d’accros.

    In some significant ways, the industry’s efforts to push laptops and apps in schools resemble influence techniques pioneered by drug makers. The pharmaceutical industry has long cultivated physicians as experts and financed organizations, like patient advocacy groups, to promote its products.

    Studies have found that strategies like these work, and even a free $20 meal from a drug maker can influence a doctor’s prescribing practices. That is one reason the government today maintains a database of drug maker payments, including meals, to many physicians.

    Tech companies have not gone as far as drug companies, which have regularly paid doctors to give speeches. But industry practices, like flying school officials to speak at events and taking school leaders to steak and sushi restaurants, merit examination, some experts say.

    Several parents said they were troubled by school officials’ getting close to the companies seeking their business. Dr. Cynthia M. Boyd, a practicing geriatrician and professor at Johns Hopkins University School of Medicine with children in district schools, said it reminded her of drug makers’ promoting their medicines in hospitals.

    “You don’t have to be paid by Big Pharma, or Big Ed Tech, to be influenced,” Dr. Boyd said. She has raised concerns about the tech initiative at school board meetings.

    In Baltimore County and beyond, the digital makeover of America’s schools has spawned a circuit of conferences, funded by Microsoft, Google, Dell and other tech vendors, that lavish attention on tech-friendly educators.

    Another way tech companies reach superintendents is to pay private businesses that set up conferences or small-group meetings with them. Superintendents nationwide have attended these events.

    One prominent provider is the Education Research and Development Institute, or ERDI, which regularly gathers superintendents and other school leaders for conferences where they can network with companies that sell to schools.

    ERDI has offered superintendents $2,000 per conference as participating consultants, according to a Louisiana Board of Ethics filing. And there are other perks.

    “Because we are asking for their time and expertise, we commonly offer to pay the cost of their food, transportation and lodging during their participation,” ERDI’s president, David M. Sundstrom, said in an email.

    #Education #Edutech #Conflits_intérêt #Pharma_marketing_model


  • How Free Eyeglasses Are Boosting Test Scores in Baltimore
    http://www.politico.com/magazine/story/2017/08/17/how-free-eyeglasses-are-boosting-test-scores-in-baltimore-215501

    It may well be that the solution to the persistent gap in reading proficiency is not instructional, but a simple health issue that could be addressed with a pair eyeglasses that could cost a couple of hundred dollars at the mall.

    #santé #éducation


  • What the global history of street renaming can teach us about America’s monument battle

    Like the Charleston Massacre of 2015 before it, the white supremacist violence in Charlottesville earlier this month has served as a catalyst that is reigniting the movement to dismantle the symbols of white supremacy in the United States. From Baltimore to Lexington, cities across the U.S. have either removed Confederate monuments from public spaces already or are currently considering such proposals. Yet many Confederate memorials across the country remain in place despite calls for their removal.
    According to a recent study conducted by the Southern Poverty Law Center, there are more than 1,500 symbols of the Confederacy in public spaces throughout the U.S., and the actual figure is likely much higher if street names are added to the list. In fact, one recent study found that there were at least 1,417 streets named in honor of Confederate leaders nationwide. (Interestingly, the same study documented 1,426 streets named after Civil Rights leaders as well.)


    https://www.citylab.com/equity/2017/08/what-the-history-of-street-renaming-can-teach-us-about-americas-confederate-monument-battle/538161
    #mémoire #toponymie #USA #Etats-Unis #statue #monument #noms_de_rue #États_confédérés_d'Amérique

    Lien vers l’étude:
    https://www.splcenter.org/sites/default/files/whoseheritage_splc.pdf


    #héritage #symboles #espace_public #cartographie #visualisation #infographie #database #base_de_données #liste (LIST OF PUBLICLY SUPPORTED SPACES DEDICATED TO THE CONFEDERACY, pp.17-35)


  • COOKIE MUELLER « FEMALE TROUBLE »
    https://laspirale.org/photo-534-cookie-mueller- female-trouble.html

    Muse de John Waters et de Nan Goldin, cette reine de l’underground fut décrite par le cinéaste comme « un écrivain, une mère, une hors-la-loi, une actrice, une styliste, une go-go danseuse, une sorcière-guérisseuse, une harpie des arts, et par dessus tout, une déesse ».

    Native de Baltimore, une ville ruinée, minée par les conflits raciaux, la drogue et la criminalité, #Cookie_Mueller a croisé sur son parcours chaotique Jim Morrisson, Jimi Hendrix, la Manson Family, Anton LaVey, Basquiat, Keith Haring, les Ramones, Klaus Nomi, Patti Smith, Blondie, Sonic Youth et le photographe Robert Mapplethorpe. Ses écrits cultes, enfin traduits en français, sont publiés chez Finitude, l’occasion de revenir sur la légende de cette icône méconnue.

    Portraits de Cookie Mueller par Nan Goldin, Robert Mapplethorpe, John Waters, Lawrence Irvine, Anthony Scibelli, Don Herron.

    #laspirale


    Cookie in Tin Pan Alley, New York City, 1983
    #photographie #Nan_Goldin http://www.artnet.fr/artistes/nan-goldin/cookie-in-tin-pan-alley-new-york-city-a-fQImYOIP8D1UeutFdmwt2w2
    http://www.artnet.fr/artistes/nan-goldin/3
    “Cochonneries” nouvelle de Dorothy Karen “Cookie” Mueller dans Ladyland - anthologie de #littérature féminine américaine des regretté 13E Note éditions.
    https://laisseparlerlesfilles.com/2014/05/12/ladyland-anthologie-de-la-litterature-feminine-americaine-fut

    Dreamland news is a site devoted to the life and work of filmmaker #John_Waters.
    Here you’ll find the latest news about Waters personal appearances, films, books, DVDs, his vigilant Fans, and a tribute to the one and only Divine.
    http://dreamlandnews.com