city:cambridge analytica

  • Scandale Cambridge Analytica : des données collectées sur Twitter
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/04/30/scandale-cambridge-analytica-des-donnees-collectees-sur-twitter_5292832_4408

    Le réseau social a vendu un accès facilité aux tweets à l’entreprise GSR. C’est elle qui a fourni les données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook à Cambridge Analytica. L’entreprise Cambridge Analytica, spécialisée dans l’influence politique et proche de Donald Trump, est au cœur d’une polémique pour avoir siphonné les données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook. Samedi 28 avril, Twitter a confirmé au journal britannique The Telegraph que GSR, l’entreprise par laquelle est passée Cambridge (...)

    #CambridgeAnalytica #Twitter #algorithme #élections #manipulation #électeurs #BigData (...)

    ##profiling

  • Tristan Nitot : Facebook a « laissé faire » Cambridge Analytica - Le Point
    http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/tristan-nitot-facebook-a-laisse-faire-cambridge-analytica-22-03-2018-2204601

    Tristan Nitot, un activiste de la première heure pour les libertés sur Internet, est un ancien de Netscape puis de Mozilla (éditeur du navigateur libre Firefox). Il a rejoint la start-up Cozy Cloud, qui veut proposer des services en ligne respectueux de la vie privée. Il a publié en 2016 l’excellent livre Surveillance :// , qui dénonce notamment l’action des Gafam, et donne des clés pour être (un peu) moins surveillé.

    Le Point : qu’est-ce qui rend l’affaire Cambridge Analytica importante ?

    Tristan Nitot : Elle révèle le vrai business model de Facebook et des géants de l’Internet : capturer un maximum de données personnelles et les monétiser à tout prix, sans aucune considération éthique. Souvenons-nous que récemment, on a découvert qu’ils permettaient de cibler de la publicité de façon raciste. La publicité sur la base de la donnée personnelle collectée est le cœur du réacteur de Facebook, et on voit que la machine est cassée.

    De plus, cela vient s’ajouter à la longue liste des bévues de Facebook : violation de la neutralité du Net avec Internet.org ; publicités en libre service, qui ont permis de cibler, par exemple, les internautes tapant les mots « brûleurs de juifs » et de promouvoir la haine ; technologie Beacon qui révèle vos achats à vos proches (violation de la vie privée) ; promotion des fake news via un algorithme qui favorise les contenus les « plus engageants » [qui génère le plus de clics et de partages, NDLR] ; modèle publicitaire encourageant les publicités outrageuses (car de telles publicités poussent à cliquer et sont vendues moins cher) ; spam par les jeux qui tentent de devenir viraux ; révélation par défaut de données personnelles lors du changement d’interface de Facebook ; manipulation des émotions de 600 000 personnes non prévenues dans le cadre d’une expérience psychologique ; publicité raciste car excluant certaines audiences sur la base de la race, etc.

    Il faudrait quand même bien que les gens comprennent qu’ils ne sont pas les clients des géants de l’Internet, mais leur matière première

    Qui est coupable ? Facebook est-il vraiment victime ?

    Il y a plusieurs fautifs. Évidemment, Cambridge Analytica est le premier. Ils veulent manipuler une élection, vendent leurs services à cet effet, et c’est scandaleux, quel que soit le camp qui en profite.

    Mais Facebook aussi a sa part de responsabilité, pour avoir laissé faire, pour avoir été négligeant quand ils se sont rendu compte du problème. En 2015, ils ont demandé à Cambridge Analytica de supprimer les données, ce qui n’a pas été fait (elles ont été utilisées en 2016). En fait, Facebook considère tout cela comme un problème négligeable. Ils ont eu tort de n’avoir pas prévenu les utilisateurs concernés.

    #surveillance #Cambridge_analytica #Facebook