city:caracas

  • Le chinois ZTE fournit des cartes d’identité numériques intrusives au gouvernement de Nicolas Maduro
    https://cyberguerre.numerama.com/250-le-chinois-zte-fournit-des-cartes-didentite-numeriques-int

    Le régime de Nicolas Maduro étend son contrôle sur les vénézuéliens grâce au développement d’une identité numérique pour chaque citoyen. La technologie supportant ce système d’identification est fournie par le Chinois ZTE. La Chine ne partage pas le blocus des Américains quand il s’agit du Venezuela : pour fournir le pays en technologies, les géants de Shenzen dont ZTE, prennent avantageusement la place des entreprises nord-américaines. L’équipementier chinois est installé au cœur de Caracas dans un (...)

    #ZTE #Identité #smartphone #écoutes #données #surveillance #élections #électeurs #passeport_électronique #hacking (...)

    ##Identité ##SocialCreditSystem
    //c0.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com//content/uploads/sites/2/2018/12/8439815798_c396c3b515_o.jpg

    • Le #carnet_de_la_patria (plusieurs entrées ici sur ce sujet) n’est pas qu’une carte d’identité, il est aussi moyen de paiement. Ainsi, il devrait être utilisé pour le versement des retraites. Il est obligatoire pour bénéficier d’un panier alimentaire mensuel, il est aussi utilisé pour obtenir de l’essence dans 41 municipios frontaliers et devrait l’être également au niveau national pour avoir accès au tarif subventionné de l’essence (lorsque la hausse annoncée et sans cesse reporté,…) aura eu lieu.

      Pour mémoire, la carte d’identité « sécurisée » française (ie biométrique) contient une puce RFID avec les données d’identification et l’image des empreintes digitales et une deuxième puce qui a vocation à permettre l’identification dans les échanges électroniques avec l’administration. Mais ce n’est pas un moyen de paiement ou de perception d’allocation ni un mini-dossier médical,…


  • Hunger and survival in Venezuela

    The government continues to deny the existence of a humanitarian crisis, blaming power failures on Venezuela’s proximity to the sun and suggesting people buy gold nuggets and plant medicinal herbs in their gardens to ward off poverty and disease.

    Inflation continues its dizzying ascent. It has reached an eye-watering 800,000 percent and is on target, according to the International Monetary Fund, to surge to 10 million percent next year – driving severe hunger, shortages of basic goods, and accelerating the exodus from the country.

    At least 2.3 million people are estimated to have fled Venezuela since 2015. One in 12 Venezuelans is now thought to have left the country.

    As those abroad build new lives where shelves are laden with food and medicine, many of those IRIN encountered during two weeks of reporting across Venezuela – from the once-thriving fishing and sugar-producing areas of Cumana and Cariaco in the east to once-opulent and wealthy Maracaibo in the west – face a daily battle for survival.

    Residents tell of children starving to death, of forming human chains to block roads to hijack trucks just to get food. They tell of hiding provisions – toilet paper even – in cemeteries, and of concealing their supplies in buckets under layers of trash.​ They tell of being prisoners in their own homes, frightened to leave for fear of looters, who don’t come for their televisions and computers – no one wants those any more – but for basic foodstuffs and medicine.

    While some Venezuelans abroad paper social media with pictures of themselves posing jubilantly in front of powdered milk and shampoo, those who remain grind guava leaves with baking soda to make deodorant, and boil ash from the fire to make soap. It leaves people “itching all day long like gorillas,” says Leidis Vallenilla, explaining how the term violin has become a euphemism for body odour. “We have a whole orchestra here,” she laughs.

    There is pride here, too.

    “The inventive part of us has really been activated,” says Vallenilla.
    The road holds secrets

    Lined with lush foliage and mango trees, dotted with the occasional home, the road from Cumana to Carupano in Venezuela’s eastern state of Sucre winds gently, every now and then rising to give a glimpse of the sea.

    Pilongo – 23-year-old José Gregorio’s nickname, acquired from a cartoon he loved as a baby – leans into the windscreen and squints, staring closely into the verges. He’s looking for vehicles hiding in the bushes, where they wait to ambush cars.

    As the crisis has deepened, so has the threat. This road is a main artery to the east; seemingly bucolic, it is one of the most dangerous in the country.

    Hunger is behind most everything here.

    Hunger was behind the widespread protests that roiled the country in 2015 and precipitated the flight of millions of Venezuelans from the country.

    Then, shortages of essential foodstuffs – milk, butter, sugar, pasta, flour, oil, rice, beef, and chicken – were estimated at 80-90 percent.

    It has only gotten worse since.

    By 2018, according to a report produced by three Venezuelan universities, only one in 10 Venezuelans could afford enough daily food. Hunger has blanketed the country.

    Cumana was once the fourth largest tuna processing town in the world. Nearby, around Caraico and Carupano, was a major sugar-producing area. Not any more. Now, people are starving.

    Government food trucks travel the road carrying President Nicolás Maduro’s signature boxes of subsidised food.

    Named CLAP – after the Spanish acronym for Local Committees for Supply and Production – Maduro rolled them out in 2016 in order, he declared, to circumvent the “economic war” being waged on Venezuela by the United States and his opponents.

    These boxes, the government claims, will feed a family of four for one week. They are supposed to be delivered once a month to all those who have signed up for the “Carnet de la Patria” – a controversial ID card that grants holders access to subsidised food.

    However, according to those who get the CLAP boxes, the food arrives spoiled or past its sell-by date, is nowhere near enough to last even a week, and never comes more than, if you’re lucky, once every six weeks. Around Cumana, seven hours east of the capital Caracas, people say the boxes arrive once every three to four months.

    Pilongo, Vallenilla, and other locals say the trucks still barrel through here daily – in convoys of as many as 40 – laden with precious food and never stopping for angered, hungry people. They recall how people started coating the road with oil so the trucks would skid into a ditch and then everyone would swarm around and loot them.

    “A population which is not well fed become thieves and will steal any food no matter what.”

    When the truck drivers wised up and took a diversion, people got metal strips with sharp teeth and laid them across the other road. Tires would blow out and trucks would still be looted. When the National Guard came and confiscated the metal strips, the community protested that they belonged to them. After a fight, the mayor agreed and returned the strips.

    As hunger grew around the country so did the number of incidents like these, leading Maduro to issue an edict that armed National Guards must accompany the government food trucks. This has given greater license to the much-feared National Guard, who locals accuse of being behind the bodies they say have been turning up on nearby beaches.

    The threat hasn’t stopped people. They just choose different trucks.

    “Malnutrition is the mother of the whole problem,” says Pilingo’s former teacher, Fernando Battisti Garcia, 64, talking from his home in the town of Muelle de Cariaco. “A population which is not well fed become thieves and will steal any food no matter what.”

    People call it “the Maduro diet”.

    “As soon as people see a big truck coming with supplies,” explains Pilingo, “they go into the street – men, women, even children – and stop the truck and take the supplies.”

    It happened just a few days ago, he says, adding that the National Guard has begun searching people’s houses and if they find anything – food, toilet paper, supplies – they take you to jail.

    So people have started hiding the goods in tombs in cemeteries, or lowering them in buckets into water tanks.

    “Everyone is just so desperate,” Pilingo shrugs.

    With their erratic and infrequent delivery of meagre, often spoiled goods, CLAP boxes have done little to address hunger. What they have done, however, is line the pockets – and secure the loyalty – of military and government officials.

    The US treasury estimates as much as 70 percent of the CLAP programme is victim to corruption, while accusations of military and government officials siphoning off millions of dollars and creating a lucrative food trafficking business and thriving black market have led to sanctions and intensifying international scrutiny.

    The CLAP boxes have also succeeded in creating dependency. As inflation continues to spiral upwards and poverty escalates – jumping from 81.8 to 87 percent between 2016 and 2017 – more and more desperate people have become reliant on them to supplement their impoverished diets. In 2018, one in two Venezuelans say CLAP boxes are an “essential” part of their diet, while 83 percent of pro-Maduro voters say that CLAP is their main source of food.
    Malaria and death

    Vallenilla, 60, sits in a folding chair in her shop on the main road passing through Cerezal, a town of 1,000. Dozens of the colourful fabric dolls she makes and sells bob overhead hung from the ceiling, but she admits it has been a long time since she has had any customers.

    It has been a long time too since anyone around here has been able to get any medicine. And it has been even longer since people had enough food.

    “We have lost a lot of kids here to malaria and hepatitis,” says Vallenilla. “You can see people whose eyes and lips have turned orange. But worst of all is malnutrition. Malnourished children are dying here – yes, in my community they are starving to death.

    “The vice-president (Delcy Rodríguez) says there is enough food to feed three countries the size of Venezuela, but the truth is the malnourished kids, the elderly – that is what is real; that is what is the truth.”

    Vallenilla nods across the street where a rail-thin woman is sitting in her doorway. “That woman used to weigh 230 pounds,” she confides. She gestures down the street. “And a woman lost her three-year-old to malnutrition last week, a few streets down….”

    But those women won’t talk about it, says Vallenilla. No one here speaks out, she says. Everyone is scared; scared of losing their CLAP box; scared of the bodies turning up; scared of the repercussions of being identified through the Carnet de la Patria; scared of being reported to Maduro’s security forces; scared full stop.

    “The vice-president (Delcy Rodríguez) says there is enough food to feed three countries the size of Venezuela, but the truth is the malnourished kids, the elderly – that is what is real; that is what is the truth.”

    But Vallenilla isn’t scared. She is angry.

    “About two months ago, malaria was in fashion here – everyone here was trembling from fever,” she seethes, fury rising in her voice. “We had to block the road for two days. We made a trembling chain of people just to force the government to bring us treatment.”

    But even then, the government didn’t bring the full treatment. They brought only half a dose. Half treatments mean malaria will recur. Half treatments risk mosquitos building immunity. Half treatment is the best anyone can hope for these days across Venezuela. And, if they even get that, they can consider themselves lucky.

    “This is why people die,” Vallenilla bellows. “How can you play with people’s health like that? Kids’ health? It is inhuman!

    ‘‘The most sacred thing is your child. Having to put your child in the ground, having your child die? It is the worst thing. How must a mother feel?”

    Her brown eyes glare under the placid smiles of her handmade dolls overhead.

    “I cannot change my feelings – I will not change my feelings for a bone!’ she says. “No matter how many bones they throw to me, I will not be silenced!’

    Vallenilla’s thin neighbour across the street shrinks into the shadows at the sound of the raised voice.

    “This is like a curse, a spell cast on the population,” Vallenilla sighs.
    Electrocution and amputation

    On a sunny Saturday afternoon, there is not a soul to be seen in Cariaco, a town of supposedly 22,000 souls in the east of Venezuela. It is eerily empty. Shops are shuttered and there is no one visible behind the fences barricading the single-storey pastel houses topped with several rows of electrified wires.

    ‘‘You used to be able to walk anywhere, anytime,’’ Pilingo reminisces.

    No more. People are home. They all say they just don’t dare leave their homes for fear they will get broken into when they go out. Vallenilla says she even slaughtered her 17 ducks as she knew they would be taken otherwise.

    The night before, someone had broken into a local house just to steal some clothes.

    “Hunger is taking over in most towns,” Garcia, the former teacher, observes. ‘‘If people have the possibility of one or two meals in a day, they consider it like providence.”

    “People go too long without food,” Leidis concurs. “You can’t blame them looting and hijacking.”

    The consequences are showing up in unexpected ways.

    Music blares from speakers mounted on a flatbed truck as it drives slowly through the small village of Pantonó, leading a young crowd surrounding a wooden coffin hoisted high by the cluster of men carrying it.

    This is the funeral of a 13-year-old boy, a member of the local baseball team who was electrocuted when he tried to go through an electrified fence in the rain – it is thought, to find food.

    There were virtually no cases of electrocution before the crisis, says Dr. Dora Colomenares, a surgeon at University Hospital in Maracaibo. Now it is a common occurrence as people breach electric fences hunting for food, medicine, and electricity sources to wire off to their homes.

    An unprecedented number of children are also arriving at hospital with broken bones. Doctors told IRIN many injuries were hungry children left alone by parents to go out searching day in and day out for food and medicine, even children who had fallen out of fruit trees they had scaled ever higher searching for something to eat.

    This desperation is also reflected in the thriving business of herb selling, as people across the country turn to traditional remedies in the absence of standard medicine.

    Louisa Lopez, 54, the lone vendor in her row, is packing up the medicinal herbs and leaves she sells. Slits of light coming through the corrugated roof dapple the darkness, bouncing off empty stalls in nearby Cariaco market hall.

    Lopez didn’t have this business before the crisis, but when medicine became scarce she anticipated that people would turn to traditional and homemade remedies. After doing her research on the internet, she set up a stall.

    Her instinct has proven spot on. “Business,” she smiles, “is booming.”

    But so is death.

    Needless, pointless, avoidable. Deaths that would have been unimaginable even five years ago.

    One man in Cumana is eager to talk but fearful of losing his job and CLAP box for speaking out. He asks that his real name not be used and steps inside his pastel-coloured home, where a framed photo of a middle-aged man is sat shrine-like under a vase of lilies atop a decorative lace tablecloth on a round table.

    This, he explains, was his uncle “Alberto M” – a chef. He had died two weeks earlier of hypertension and diabetes, a failure of herbal medicine. The man picks up the photo and studies it in silence. His uncle’s warm smile and kind eyes beam back, blissfully unaware of the fate that would needlessly, avoidably befall him.

    “There is a death daily around here,” says the man, placing the photo back on the table before reeling off a list of recent deaths in the neighbourhood: children from malnutrition; a mother and her unborn baby – more failures of herbal medicine – dead from a urine infection; a brother-in-law, shot, his family charges, by the police and whose body washed up on a nearby shore.

    “But,” he says after a long pause, “we don’t even have coffins. The morgue is stacked high with dead bodies as people can’t find coffins.”

    He explains how people have taken to bringing the body home and praying it doesn’t explode – as happened the week before just down the street – before they find a way to bury it.
    Depression and anger

    This endless struggle just to survive exacts a huge emotional toll.

    “You see people who walk around feeling betrayed, with low spirits, sad – many who don’t want to live, because of the issue of food,” says Garcia, shaking this head, his eyes sad.

    “The biggest psychiatric problem in the world is in Venezuela,” says Colomenares, the surgeon in Maracaibo. “Why? Because there are many depressed people, people who have lost hope. Melancholy and all these things mix with the problems the people are already going through, and they don’t know how to cope with it.”

    Yet, as more and more people are driven to the brink, psychiatric wards are closing. The number of people attended to in public psychiatric facilities has dropped from 23,000 to 3,500 and those that are still working have neither food nor medicines, according to a report published by the Cuatro Por Venezuela Foundation in September.

    Suicide has surged throughout the country.

    Official statistics are hard to come by, but a psychiatric nurse at a large eastern hospital whispers in confidence, scared of losing his job for speaking out, that in his ward alone there were 10 suicides between January and July this year. By comparison, in 2017, there were only three or four. Before then, there were virtually none, he says.

    Venezuelan children’s rights group CECODAP released a study that reported an 18 percent rise from 2017 in adolescents committing suicide in 2018, while Bloomberg found there were 131 suicides in Caracas alone in June and July, a large increase on the normal monthly rate.

    Anger is growing at the seeming indifference of Maduro and his government – a government that refuses to acknowledge the scale of death and sickness of its own citizens.

    "How can you not curse the government straight out? This damn government! This damn government!”

    "I insist here there is no humanitarian crisis; there is a war on the country,” Diosdado Cabello, president of the National Constituent Assembly, said last month, before claiming: “Those who speak of humanitarian crisis are the ones who have created war against our country.”

    Over a lunch of thin soup at his mission in the west of Venezuela, Friar Nelson Sandoval describes the scene in the summer when his whole village was overcome by malaria and there was no medicine. “It was like an apocalyptic film where people were so desperate; they were literally in the street having convulsions.”

    He pounds his fist on the table. “How can you not curse the government straight out? How terrible it is when the electricity is out; when you’re hungry and yet food gets spoiled; when you’re tired as you couldn’t sleep as it was too hot? How do you give Mass? How can you not curse the government straight out? This damn government! This damn government!”

    Emails to the government media department and the Minister of Information for comment on the widespread hunger, the hijacking of food trucks, and the lack of medicines were unanswered at time of publication.

    https://www.irinnews.org/special-report/2018/11/21/hunger-and-survival-venezuela
    #survie #crise #Venezuela #faim #alimentation #malnutrition


  • #Venezuela : la production nationale ne couvre plus la consommation interne d’essence

    Reuters: La falta de gasolina es el nuevo dolor de cabeza en Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/economia/reuters-falta-gasolina-nuevo-dolor-cabeza-venezuela_259662

    La agencia británica de noticias aseguró que la refinería Amuay, Cardón y El Palito operan al 33% de su capacidad

    Las largas filas en las calles de Caracas y otras ciudades de Venezuela ya no son solo para conseguir alimentos o medicinas. Un nuevo malestar se unió a la lista: la compra de gasolina en el país con las mayores reservas de crudo en el mundo.

    El desplome de la producción de combustible fue ocasionado por el menor suministro de crudo, la falta de inversión, mantenimiento e incluso de personal, de acuerdo con un reportaje de la agencia de noticias Reuters.

    La demanda de la gasolina aumentó, luego de que el presidente Nicolás Maduro anunciara en agosto el ajuste de precios como parte de un paquete de reformas económicas. Entre octubre y comienzos de noviembre, la falta de combustible llegó a la capital y a ciudades como Valencia y Maracay, entidades en las que las autoridades habrían priorizado su suministro.

    La nota señaló que las refinerías del país no pueden cubrir la demanda nacional de 325.000 barriles diarios. Amuay, Cardón y El Palito operan al 33% de su capacidad, por lo que solo se suministra 296.000 barriles diarios.

    Parte del déficit de gasolina se cubría en Curazao, sin embargo, luego de la disputa de Pdvsa con Conoco Phillips no se produce ni una sola gota.


  • La FMV rechaza llegada de otros 500 especialistas cubanos al país
    http://www.el-nacional.com/noticias/sociedad/fmv-rechaza-llegada-otros-500-especialistas-cubanos-pais_259491


    Médicos cubanos vuelven a Venezuela, indica el diario cubano
    Cortesía La Verdad de Monagas

    Un nuevo contingente de 500 médicos integrales fue enviado por Cuba a Venezuela “para reforzar la colaboración” que mantiene con el país, en el cual han trabajado más de 140.000 especialistas y técnicos, informó ayer el medio oficialista de la isla. 2 primeros grupos de cubanos llegaron a Caracas y otros vendrán posteriormente para sumar 21.700 personas en diciembre, destacó en su portada el periódico Granma.

    El presidente de la Federación Médica de Venezuela, Douglas León Natera, rechazó que se persista en “el montaje de un sistema paralelo en el que solo nos consta que son cubanos y no médicos”, expresó al enterarse de la información divulgada ayer.

    Fundamentó su opinión en que en el año 2003, la organización revisó 67 carpetas de unas 205, con el objeto de chequear las credenciales de los integrales cubanos como parte de un convenio de la Alcaldía Libertador con el Colegio del Distrito Capital: “Ninguna de las 67 personas era médico, y en adelante no nos dejaron ver más recaudos”.

    Natera señaló que el envío de personal cubano a Venezuela puede tener relación con la salida de los médicos de Brasil, de acuerdo con la posición asumida por el electo presidente Jair Bolsonaro. “Como el grupo equivalente a Barrio Adentro debe salir del país nos lo envían a nosotros”, dijo.


  • Venezuela : décès de l’intellectuel et opposant Teodoro Petkoff - Amériques - RFI
    http://www.rfi.fr/ameriques/20181101-venezuela-opposant-intellectuel-teodoro-petkoff-deces

    Au Venezuela, c’est une journée de deuil dans la presse et pas seulement puisqu’on a appris la mort le mercredi 31 octobre de Teodoro Petkoff, illustre économiste, homme politique, ex-guérillero, ancien ministre et fondateur du journal Tal Cual. Un opposant notoire d’Hugo Chavez et de son successeur, l’actuel président Nicolas Maduro. Retour sur les principales étapes de sa vie.

    C’est une figure du Venezuela qui s’est éteinte. « Un Vénézuélien exemplaire », comme le titre El Nacional. « Une vie dédiée à la réflexion et l’action politique », titre quant à lui Tal Cual, le journal qu’il a fondé après avoir quitté le monde politique. Teodoro Petkoff est décédé mercredi 31 octobre à l’âge de 86 ans à Caracas. Il était un opposant notoire d’Hugo Chavez et de son successeur Nicolas Maduro. Preuve qu’il était très respecté : même ses adversaires politiques lui ont rendu hommage après la nouvelle de son décès.

    Guérillero dans les années 1960, lorsqu’il militait dans les rangs du parti communiste, il fonde en 1971 le Mouvement vers le socialisme (MAS). Élu député à deux reprises, candidat à la présidence également à deux reprises, Teodoro Petkoff a aussi dirigé deux ministères entre 1996 et 1998, avant l’arrivée d’Hugo Chavez, moment qu’il choisit pour quitter le monde politique et se lancer dans le journalisme.

    Ses analyses toujours fines représentaient une menace pour le pouvoir. Lauréat du prix « Ortega y Gasset » en 2015, pour l’ensemble de sa carrière, il ne put se rendre en Espagne faute à une interdiction de sortie du territoire. « Teodoro nous a quittés, mais ses idées progressistes resteront à jamais », peut-on lire dans les pages de Tal Cual, qu’il avait fondé en 2000 après avoir quitté le monde la politique.

    Ancien commissaire politique dans la guérilla de Douglas Bravo au milieu des années 60i, …


  • Trump impose des sanctions économiques contre le Vénézuela
    https://www.latribune.fr/economie/international/trump-impose-des-sanctions-economiques-contre-le-venezuela-796130.html

    Les Etats-Unis ont instauré jeudi de nouvelles sanctions contre le Venezuela, visant notamment ses exportations d’or, a annoncé le conseiller de la présidence à la Sécurité nationale, John Bolton.
    La Maison Blanche a imposé jeudi de nouvelles « dures » sanctions contre le Venezuela, accusé de faire partie, avec Cuba et le Nicaragua, d’une « troïka de la tyrannie » en Amérique latine.

    Ces sanctions visent notamment le secteur de l’or, et les mesures punitives contre La Havane sont également renforcées, a annoncé John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, selon le texte d’un discours prononcé à Miami. Il s’en est pris à « ce triangle de la terreur qui va de La Havane à Caracas et à Managua » et à ses trois « tyrans qui pensent être des hommes forts et des révolutionnaires » mais qui ne sont en fait que « des figures clownesques et pitoyables ».

    « La troïka de la tyrannie sur ce continent ne durera pas éternellement. Comme tous les régimes et les idéologies oppressifs, elle est vouée à disparaître », a-t-il insisté, conseillant aux dirigeants vénézuélien Nicolas Maduro, cubain Miguel Diaz-Canel et nicaraguayen Daniel Ortega de « craindre le pouvoir vertueux » de leurs peuples.


  • À partir du lundi 24 septembre, présentation de la carte d’identité ou du carnet de la patrie et prise de l’empreinte digitale pour payer l’essence au Venezuela.

    Mais c’est pas ça qui fera le plus mal… (cf. infra)

    Así se surtirá la gasolina a partir del lunes
    http://www.el-nacional.com/noticias/sociedad/asi-surtira-gasolina-partir-del-lunes_252834

    Desde el lunes las gasolineras de todo el país empezarán a utilizar el uso del carnet de la patria con el sistema biométrico para el pago de la gasolina. 

    Para adquirir el combustible se indicará al bombero cuantos litros se desea surtir y de que octanaje, además de la cédula de identidad o el número del carnet de la patria y la huella dactilar. El trabajador de la estación de servicio ingresa la informació en el biopago y el luego se paga el monto establecido de acuerdo con los litros dispensados.

    A pesar de que el servicio entra en funcionamiento este lunes, los trabajadores de las bombas y los venezolanos aún desconocen el precio de la gasolina

    Todavía no nos han dado información de eso y no podemos información de nada de eso”, dijo un empleado, que vestía una camisa roja con las siglas de Petróleo de Venezuela S.A.

    • Dans le tweet d’illustration…
      TVVenezuelaNoticias @TVVnoticias

      Por ahora no hay un precio establecido pero el litro podría estar en 38 Bs.S., por lo que llenar un tanque de gasolina podría costar 1400 Bs.S

      38 bolívar souverain le litre, sachant qu’il y a 1 mois, on en était à 6 bolívar fort le litre et que le BsS équivaut à 100 000 BsF.

      Multiplication du prix par 630 000…
      (rien d’officiel, mais ce serait… raisonnable comme tarif)

    • Sans trop de surprise, dans l’état frontalier de Táchira, l’essence est absolument introuvable. Sauf à faire 3 jours de queue et… payer en pesos colombiens.

      Gasolineras de Táchira cobran pesos colombianos para atender a los clientes
      http://www.el-nacional.com/noticias/sociedad/gasolineras-tachira-cobran-pesos-colombianos-para-atender-los-clientes_

      Debido a la escasez de combustible que existe en el estado Táchira las colas para abastecer los vehículos de gasolina son muy largas, lo cual ha provocado un mercado paralelo en el que lo ciudadanos pagan en pesos colombiano para ser atendidos de manera inmediata en la estación de servicio.

      Funcionarios de diferentes departamentos de seguridad están al tanto de la situación y la aprovechan, reseñó La Opinión de Cúcuta.

      Los guardias nacionales y hasta los dueños de las bombas se prestan para eso”, dijo Héctor Moros, un conductor que llevaba tres días esperando en la cola de una gasolinera. Indicó que en otras ocasiones le han cobrado entre  5.000 y 10.000 pesos.

      La gobernadora del estado Laidy Gómez también denunció el problema y la complicidad de los uniformados ante la situación.

    • Venezuela : paiement biométrique de l’essence, ça n’arrange pas les files d’attente.
      Ces tests ont lieu avant l’augmentation ; avec ou sans le carnet de la patrie, c’est le même prix (l’ancien).

      Normalement, demain lundi, le tarif (très largement) subventionné sera réservé aux détenteurs dudit carnet ; les autres paieront plein pot (tarif international).

      Pruebas del #biopago se hicieron con y sin el carnet de la patria
      http://www.el-nacional.com/noticias/economia/pruebas-del-biopago-hicieron-con-sin-carnet-patria_252902

      Camila Hidalgo estaba en una estación de servicio cuando se le acercó un joven de la Gran Misión Chamba Juvenil. “Hagamos la prueba”, le propuso a la mujer, quien le respondió que no tenía el carnet de la patria. “Todos los conductores tienen que hacer el mismo ensayo”, le indicó el muchacho.

      Hidalgo introdujo tres datos: su número de cédula de identidad y la cantidad de combustible que llenaría el tanque y el octanaje. Después colocó sus huellas, pero hubo fallas en la lectura. Cuando el dispositivo hizo el reconocimiento, apareció el monto que ella tenía que pagar, sin el aumento, porque aún no lo decreta el presidente Nicolás Maduro.

      Lo que me causó más intriga y un poco de preocupación es a dónde va a ir esa data y qué van a hacer con ella. Es como llevar un registro de cuánto estás consumiendo y me pregunto qué hará el gobierno con esa información”, expresó.

      Una pareja de jóvenes de la misión que vestía camisas rojas, recorría con un dispositivo electrónico, que incluye un lector dactilar, las islas de una bomba de gasolina ubicada en el sureste de Caracas.

      La muchacha afirmó que algunas personas tuvieron problemas con la identificación de sus huellas. “Son novedades que tengo que pasar. Ahora estamos en proceso de prueba, eso quiere decir que lo hacemos con o sin el carnet de la patria. Pero cuando comience a funcionar la nueva manera de pago, las personas deben portar el documento, si no tendrán que pagar el consumo a precio internacional”. Sin embargo, desconocía el monto que cancelarán quienes no posean el carnet.

      Durante los preparativos para probar el funcionamiento del “biopago” durante el fin de semana, hubo largas colas en estaciones de servicio en los estados Lara, Aragua, Mérida, Táchira y Zulia. Los habitantes de la entidad tachirense esperaron hasta tres días para llenar el tanque de sus vehículos antes del estreno del sistema de pago.

      María Carolina Uzcátegui, presidente de Consecomercio, relató que ayer, por las pruebas que el gobierno hizo para el pago del combustible, hubo tal nivel de congestión en las gasolineras, sobre todo en el occidente del país, que el transporte de bienes a través de las carreteras fue engorroso. Advirtió que hasta que la situación se normalice y se estabilice probablemente en las próximas semanas el desabastecimiento se va a recrudecer.


  • Le Venezuela affirme avoir perdu 265 millions de dollars chez Credit Suisse ats/boi - 11 Septembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/9835669-le-venezuela-affirme-avoir-perdu-265-millions-de-dollars-chez-credit-sui

    Le Venezuela a assuré mardi avoir perdu en valeur réelle 265 millions de dollars de 2007 à 2018 chez Credit Suisse en raison de sanctions américaines, ajoutant que cette situation avait contribué à la crise actuelle dans son pays.
    « Nos actions ont souffert à cause des sanctions américaines », a déclaré mardi à Genève devant le Conseil des droits de l’homme le ministre des Affaires étrangères vénézuélien Jorge Arreaza. Ces sanctions « rendent difficiles la distribution et l’importation de nourriture et de médicaments ».

    Le Venezuela a besoin de 120 millions de dollars pour des vaccins, du sang et des médicaments contre « de nombreuses maladies ». Moins que la perte observée seulement chez le numéro deux bancaire suisse, a ajouté le ministre

    Credit Suisse avait interdit il y a un an à ses traders d’effectuer des transactions concernant la dette du Venezuela et sur des produits financiers de Caracas. Comme UBS, la banque s’est alignée sur les sanctions américaines.

    « Siège économique et financier »
    Jorge Arreaza a en outre attribué aux Etats-Unis et à l’UE le « siège économique et financier » contre son pays qui a, selon lui, provoqué la crise migratoire actuelle. Ces déplacements forcés ont « endommagé l’image du Venezuela », a-t-il estimé. Environ 2,3 millions de personnes auraient fui le pays ces dernières années, dit l’ONU.

    Le ministre a répété que son pays rejetait tous les rapports « biaisés » de l’ancien Haut commissaire aux droits de l’homme Zeid Raad al-Hussein. Celui-ci avait dénoncé de possibles crimes contre l’humanité dans la répression des manifestations qui ont tué au moins 120 personnes. Il avait demandé une Commission d’enquête internationale.

    En revanche, il attend une « nouvelle étape » de collaboration avec Michelle Bachelet, alors que l’ancienne présidente chilienne a accepté de le rencontrer, tout en plaçant le Venezuela parmi les priorités de son mandat.

    #Venezuela #suisse #usa #ue #bankster #credit_suisse


  • De Charybde en Scylla : Pierre Haski remplace Bernard Guetta pour enfumage quotidien renforcé sur France Inter * Maxime VIVAS - 21 Aout 2018 - LGS
    https://www.legrandsoir.info/pierre-haski-remplace-bernard-guetta-pour-enfumage-quotidien-renforce-

    Pierre Haski va intégrer le « 7/9 » de France Inter. « Tous les jours c’est à lui que reviendra désormais la mission d’analyser la marche du monde et de nous faire comprendre que nous en sommes les gardiens, ce que Bernard Guetta nous a inlassablement transmis », a déclaré Laurence Bloch, directrice de France Inter.

    Qui est Pierre Haski ?
    Spécialiste des articles obsessionnels contre la Chine (où il a été correspondant de presse), il est un des fondateurs du site Rue89 après avoir été directeur-adjoint de la rédaction de Libération où il couvrit obstinément quelques fake news, comme nous allons le voir. Il est aussi le président de la fausse ONG pro-US : Reporters sans frontières. 
Pour « analyser la marche du Monde » , on ne pouvait trouver esprit plus moral et impartial dans le vivier des médias.

    Qu’est-ce que #Rue89.
    C’est un site d’information fondé le 6 mai 2007 par des anciens de Libération, dont Pierre Haski. En 2009, Rue 89 a perçu une aide de 249 000 euros du gouvernement. Les sommes reçues par la suite ne sont pas connues de nous à ce jour. Le 31 décembre 2011, Rue89 a été vendu pour 7,5 millions d’euros au #Nouvel-Observateur ( #xavier_niel, #matthieu_pigasse), avec promesse que les fondateurs resteraient aux manettes (et Pierre Haski président).

    Un exploit de Pierre Haski à #libération.
    Le 9 janvier 2006, le journaliste Jean-Hébert Armengaud publie dans Libération, sous le titre : 
- « Le credo antisémite de Hugo Chavez » un article où il affirme qu’Hugo Chavez a évoqué la minorité qui a tué le Christ pour s’emparer des richesses du monde.

    Chacun comprend que le journaliste de Libération met en avant le stéréotype qui supporte l’antisémitisme en France. Parler de minorité qui tua le Christ et possède les richesses mondiales renvoie malheureusement une partie de nos concitoyens à la communauté juive et c’est une croyance qu’#armengaud va réactiver. Insidieusement. Dangereusement.

    Le journalisme de #divination.
    L’information donnée par Libération de Pierre Haski est parfaitement exacte à ceci près que :
    – Le seul « credo » de Chavez est catholique (on sait qu’il était croyant et pratiquant).
- Chavez a parlé des minorités 
- Il n’a pas dénoncé une minorité juive (il ne prononce pas ce mot, Armengaud a des dons divinatoires).

    Il a dit : _ « Le monde dispose d’assez de richesse pour tous, donc, mais dans les faits des minorités, les descendants de ceux qui crucifièrent le Christ, les descendants de ceux qui jetèrent Bolivar hors d’ici et le crucifièrent aussi à leur manière à Santa Marta en Colombie » (= les impérialistes, romains, espagnols N. de MV). Il ajoute alors : « Une minorité s’est appropriée les richesses du monde [...] » mais nullement, comme le dit Armengaud : « la minorité qui a tué le Christ pour s’emparer des richesses du monde ». _ Voir aussi Acrimed https://www.acrimed.org/-2005-Chavez-antisemite- .

    C’est beaucoup d’erreurs de détail pour enrober une troncature perverse.

    Ceux qui ont écouté Chavez leur parler ont bien compris ce qu’il disait (d’autant plus qu’ils avaient sa phrase en entier, avec en plus ce qui précédait et ce qui suivait).

    Armengaud va pousser l’impudence jusqu’à proposer à ses lecteurs de vérifier ses sources via un lien du site du gouvernement bolivarien. Il sait bien que peu le feront, que le site est en espagnol et qu’il faudra y lire 15 pages sur 26 pour y découvrir quoi ? Qu’Armengaud a menti.

    Depuis Caracas, un journaliste français découvre la supercherie. 
Un journaliste français, Romain Migus, ami et collaborateur du GS est en poste à Caracas (Voir sa série d’articles sur le Venezuela, actuellement en ligne). https://www.legrandsoir.info/penurie-organisee-de-medicaments-chroniques-d-en-bas-no-6.html
Quelques semaines plus tôt, le 9 novembre 2005, Romain Migus a lu une déclaration de David Bachenheimer, secrétaire général de la communauté juive, qui déclarait à l’un des principaux quotidiens d’opposition de Caracas, El Nacional, qu’il n’y pas d’antisémitisme au Venezuela.
Romain Migus s’étonne donc que Chavez ait pu faire brusquement preuve d’antisémitisme. Il vérifie, il lit le vrai discours, il ameute la blogosphère.

    Que fait, alors le coupable pris la main dans le sac ? 
Il persiste. Que fait Pierre Haski, alors directeur-adjoint de la rédaction de Libération ? Il soutient son journaliste manipulateur. Il se plaint que « Les accusations les plus violentes pleuvent depuis que Libération s’est fait l’écho, le 9 janvier, d’une déclaration du président vénézuélien Hugo Chavez, datant du 24 décembre, interprétée dans nos colonnes comme un dérapage antisémite... ». 
Admirez les astuces puisqu’en vérité Libération ne s’est pas fait l’écho d’une déclaration, mais il l’a traficotée et son titre ne parlait pas de dérapage (d’un accident) mais il fabriquait un credo. C’est très différent.

    La polémique se poursuivant, Pierre Haski clôt le débat ainsi :
 « Aurions-nous inventé des mots que Chavez n’aurait pas prononcés ? Il suffit de se référer au texte du discours en espagnol pour constater que pas un mot n’a été mis dans sa bouche qu’il n’aurait pas prononcé, en particulier la référence aux « descendants de ceux qui ont crucifié le Christ ». »
    Bolivar ? A nouveau disparu. Vous prouvez à Haski qu’ils ont tronqué, il récidive et il vous répond qu’ils n’ont rien ajouté !

    Les faux rouges-bruns, ou le journalisme d’imputation.
    Le 30 mai 2012, Rue89 de Pierre Haski désigne comme « brun » René Balme, le maire PG de Grigny dans le Rhône. Brun ? Cf. les Chemises brunes des SA qui s’illustrèrent dans la « Nuit de cristal », pogrom et point culminant de la vague antisémite en Allemagne. Les « bruns » sont des nazis. Au passage (et hors-sujet), l’auteur de l’article écrit : « … comment s’étonner de ce que René Balme ait invité, à la dernière édition du salon du livre alternatif qu’il a organisé dans sa commune, un des animateurs du site rouge-brun LeGrandSoir.info, Maxime Vivas ? ». Mon nom ouvre sur le lien d’un site lyonnais, Rebellyion qui s’oppose à ma venue dans ce salon : « Halte au confusionnisme politique !
A Lyon, à Grigny ou ailleurs : les fachos hors de nos quartiers, pas de quartier pour les fachos ! ».

    Le mépris du métier de journaliste et le mensonge récompensés.
    Jean-Hebert Armengaud est aujourd’hui rédacteur en Chef de #Courrier_International et Pierre Haski nous est imposé tous les matins sur une radio publique.

    Tout serait pour le mieux dans le domaine de l’information honnête sous l’œil vigilant du #DECODEX du Monde, si l’éditorialiste choisi par France Inter ne s’asseyait pas obstinément sur la plupart des devoirs imposé aux journalistes par la Charte du journaliste, dite Charte de Munich (1971).

    Attendons-nous à souffrir le matin ou à renoncer à écouter France Inter.
    Remplacer Bernard Guetta par Pierre Haski à l’analyse de la marche du monde, c’est tomber de Charybde en Scylla.

    C’est le #naufrage plus que jamais assuré d’une information matinale neutre, impartiale, non militante, qui s’en tienne aux faits, c’est-à-dire respectueuse des auditeurs qui épousent des opinions différentes et ne paient pas leur redevance pour qu’en soient promues certaines et fustigées d’autres.
    #Maxime_VIVAS
    (Pour une partie, ces lignes sont extraites d’une conférence que j’ai donnée en novembre 2012 à La Baume-lès-Aix (13) sur les médias alternatifs (Les médias électroniques ne sont pas, de facto, des médias plus honnêtes, plus libres, plus informatifs que les autres.) https://www.legrandsoir.info/rue89-article-11-lgs-et-les-autres-conference-sur-les-medias-alternati

    #france_inter #pierre_haski #bernard_guetta #enfumage #médias #cléricature_médiatique #hégémonie_idéologique #mensonges, #abus #servilité #caste_politique #médiacrates #oligarchie


  • Les proportions zimbabwéennes de la crise vénézuélienne
    https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-21-aout-2018

    Que fuient-ils les Vénézuéliens ? Une crise économique et une hyperinflation de proportion zimbabwéenne. Lundi, le régime de Nicolás Maduro a d’autorité enlevé 5 zéros à la monnaie locale, le bolivar, après 3 zéros quelques années plus tôt :

    C’est donc avouer d’emblée une inflation de 100 millions de % ! Rien qu’entre décembre en aujourd’hui, dans les cafés de Caracas, le prix du petit noir a été modifié une quarantaine de fois. Résultat : panique et méfiance chez les commerçants.

    C’était effectivement le calcul des chavistes : faisons le gros dos, le pétrole finira bien par remonter et, avec lui, les belles années de pétrodollars faciles à distribuer par poignées. Encore faut-il en produire du pétrole !

    En juillet, le pays n’a réussi à extraire qu’1,2 million de baril : à peine le niveau de production de 1947 ! Je sais ce qu’on va me dire : que c’est la faute des Etats-Unis, qu’un complot américano-impérialiste s’ourdit pour en finir avec l’expérience bolivarienne.

    Si le gouvernement de Nicolás Maduro survit, c’est parce que les Etats-Unis lui achètent comptant plus de la moitié de sa production quotidienne ! Or les Etats-Unis, qui produisent 10 millions de barils par jour, peuvent parfaitement se passer de Caracas.

    Oui, mais pas sur le pétrole et pour deux raisons : parce que les raffineurs américains du Golfe du Mexique ont besoin de ce pétrole et font pression et parce que les Etats-Unis n’ont pas envie de gérer la déconfiture dantesque d’un pays de 30 millions d’habitants.


  • Venezolanos se preparan con angustia para recibir últimas medidas de Maduro
    http://www.el-nacional.com/noticias/sociedad/venezolanos-preparan-con-angustia-para-recibir-ultimas-medidas-maduro_2

    Los venezolanos amanecieron hoy con una mezcla de incertidumbre, desconfianza y sobre todo angustia, luego de los anuncios económicos hechos anoche por el presidente Nicolás Maduro, y mientras muchos salieron a hacer compras desesperadas, una buena cantidad de comercios decidió no abrir sus puertas.

    En diversos sectores del centro de Caracas algunos locales comerciales colocaron en sus puertas que se mantendrán cerrados debido a los «cambios en el sistema monetario», mientras que otros simplemente no dieron explicación.

    Demain, lundi 20 août, division par 100 000 des montants monétaires. De quoi perturber le commerce…
    #Venezuela #bolívar

    • Incertitude, inquiétude et appel de l’opposition à la grève mardi…

      Incertidumbre se mantiene luego difusos anuncios económicos de Maduro
      http://www.el-nacional.com/noticias/economia/incertidumbre-mantiene-luego-difusos-anuncios-economicos-maduro_248558


      Foto : AFP / Federico PARRA
      (On n’accepte pas les billets, n’insistez pas.
      to : le conducteur et moi ?)
      le billet est le 500 bolívares fuertes (≈ 0,002 euros) entré en vigueur le 16/02/2017

      Los venezolanos quedaron sumidos en la incertidumbre tras las confusas reformas económicas anunciadas por el presidente Nicolás Maduro, que según expertos implican una megadevaluación y no detendrán la devastadora espiral hiperinflacionaria.

      En rechazo al plan, tres de los principales partidos políticos opositores, Primero Justicia, Voluntad Popular,  y Causa R llamaron a iniciar una huelga el próximo martes.

      Previo a la salida de nuevos billetes con cinco ceros menos, Maduro formalizó medidas con las que aspira a sacar la economía de cuatro años de recesión y frenar una inflación que el FMI proyecta en 1.000.000% para 2018.

      «Los próximos días serán de mucha confusión tanto para los consumidores como para el sector privado (...). Es un escenario caótico», comentó el director de la consultora Ecoanalítica, Asdrúbal Oliveros.

      Maduro anunció que multiplicará por 34 el salario mínimo, anclándolo al petro, criptomoneda creada por el gobierno socialista para tratar de obtener liquidez.

      Cada petro vale unos 60 dólares, según el mandatario, basado en el precio del barril de petróleo venezolano. El sueldo básico será de medio petro, equivalente a 1.800 bolívares del nuevo cono monetario.

      En bolívares de hoy, el ingreso mínimo pasaría de 5,2 millones (menos de un dólar en el mercado negro, que domina la economía) a 180 millones (unos 28 dólares).
      […]
      «Todo va a seguir #igualito. Los precios van a seguir subiendo», comentó a la AFP, escéptico, Bruno Choy, encargado de un puesto de comida callejera.

      «¡Pura paja (mentira)!», protestó Ángel Arias, jubilado de 67 años.

      Hubo compras nerviosas de comida hasta donde el bolsillo lo permitía, pero numerosos comercios permanecían cerrados este sábado en Caracas. Largas filas de vehículos se formaban frente a gasolineras.


  • Venezuela – Nicolás Maduro annonce la fin des (délirants !) tarifs subventionnés de l’essence d’ici 2 ans, remplacés par une ristourne aux détenteurs du Carnet de la patrie.

    Maduro anuncia el fin de la gasolina casi gratis para todos en Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/bbc-mundo/maduro-anuncia-fin-gasolina-casi-gratis-para-todos-venezuela_247919

    El presidente de Venezuela, Nicolás Maduro, afirmó este lunes que la gasolina, fuertemente subsidiada en el país, «debe venderse a precios internacionales».

    El mandatario anunció un nuevo sistema de subsidio directo a través del llamado carnet de la patria, un controvertido censo que la oposición ha denunciado reiteradamente como un medio ilícito de control de la población y del que muchos venezolanos no disponen.

    «Vamos a hacer un sistema de subsidio directo progresivo, en un plan de dos años (…). Yo aspiro a que en dos años a más tardar hayamos resuelto la deformidad que se creó en el transcurso de muchos años, donde la gasolina venezolana prácticamente la regalamos», dijo Maduro desde el Palacio de Miraflores en un mensaje televisado al país.

    Sin embargo, quienes no dispongan del controvertido carnet de la patria, mayoritariamente simpatizantes de oposición, tendrán que pagar la gasolina al precio de los mercados internacionales, situado muy por encima de lo que hoy rige en Venezuela.

    Carnet de la Patrie — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnet_de_la_Patrie

    Le carnet de la Patrie a été mis en place au Venezuela par le président Nicolás Maduro le 20 janvier 2017.

    Détenir un carnet de la Patrie permet d’être destinataire d’aides sociales et notamment de recevoir une fois par mois un colis alimentaire à prix préférentiel. Son utilisation lors des élections fait polémique.


  • El norte es una quimera, merengue caraqueño (1928) de Luis Fragachán

    par Serenata Guayanesa en 2008 à … New York
    https://www.youtube.com/watch?v=qeZR278uefA

    Me fui para Nueva York
    en busca de unos centavos
    y he regresado a Caracas
    como fuete de arrear pavos
    el norte es una quimera
    que atrocidad
    y dicen que allá se vive
    como un pachá

    Coro
    Ay Nueva York no me alagas con el oro
    tu ley seca la rechazo no me agrada y la deploro
    a Nueva York yo más no voy
    allá no hay berro, no hay vino, no hay amor

    Todo el que va a Nueva York
    se vuelve tan embustero
    que si allá lavaba platos
    dice aquí que era platero
    el norte es una quimera
    que atrocidad
    y dicen que allá se vive
    como un pachá

    No vuelvo pa’Nueva York
    lo juro por San Andrés
    no me gusta hablar inglés
    ni montar en ascensor
    el norte es una quimera
    que atrocidad
    y dicen que allá se vive
    como un pachá

    EDIT : Serenata Guayanesa ajoute ce couplet, variante de lavar platos (faire la plonge) / platero (orfèvre) :
    cargar cajas (manutentionnaire) / cajero (caissier (de banque))

    Todo el que va a Nueva York
    se vuelve tan embustero
    que si allá cargaba cajas
    dice aquí que era cajero


  • Grande manifestation en soutien au président Nicolas Maduro | Venesol
    http://venesol.org/2018/08/06/grande-manifestation-en-soutien-au-president-nicolas-maduro


    Les Vénézuéliens se sont mobilisés en défense de leur président lors d’une grande manifestation ce lundi 6 aout dans le centre-ville de Caracas. Des femmes, des hommes, des jeunes et des mouvements sociaux ont manifesté leur solidarité à Nicolas Maduro face à l’attentat manqué perpétré samedi passé.


  • Nicolas Maduro dit avoir échappé à un attentat, qu’il attribue au président colombien
    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/08/05/le-gouvernement-venezuelien-affirme-que-nicolas-maduro-a-echappe-a-un-attent

    https://www.youtube.com/watch?v=Ew0RN8ozA8I

    L’image a été diffusée en direct par la télévision d’Etat vénézuélienne. Nicolas Maduro, entouré de sa femme, de ministres et de hauts gradés militaires, est en plein discours devant ses troupes rassemblées dans la capitale Caracas, samedi 4 août, lorsque, sur l’estrade, le président s’interrompt et lève brusquement les yeux au ciel.

    Immédiatement, le réalisateur passe sur d’autres images, plus neutres, de soldats. Seul le son permet de deviner la confusion qui s’empare des autorités. Puis un mouvement de foule débute parmi les militaires pourtant parfaitement alignés jusqu’alors face au podium. Enfin, la retransmission est brutalement interrompue.

    Selon le gouvernement, il s’agirait d’un « attentat », mené par plusieurs drones chargés d’explosif, et dont la cible ne fait pas de doute pour les autorités. « Il s’agit d’un attentat contre la personne du président Nicolas Maduro », a déclaré le ministre de la communication, Jorge Rodriguez. Selon lui, « une charge explosive (…) a détoné à proximité de l’estrade présidentielle » et d’autres charges ont explosé en plusieurs endroits de la parade.


  • Affaire d’état ou vaudeville ? l’amour jusqu’à la trahison
    Le djihadiste et la recrue du FBI, la presse dresse le bilan du premier acte de l’affaire Benalla

    Le seul objectif d’Apple est de sauver des vies en mer
    L’Aquarius surfe sur les ventes de ses IPhone les plus chers

    La canicule suspend l’autorisation d’imprimer des armes en 3D
    Justice américaine : dix-neuf départements en vigilance orange mercredi

    Caracas : la SNCF et RTE se renvoient la balle
    La gare Montparnasse plongée dans le noir

    Routes : deux fois plus de retraités français flashés sur routes limitées à 80 km/h
    L’âme lisboète séduit les automobilistes

    #de_la_dyslexie_créative


  • Pire que la guerre | Maria Isabel Sanchez
    https://making-of.afp.com/pire-que-la-guerre

    « Quand ils m’ont proposé d’aller au Nicaragua, je n’ai pas hésité une seconde », écrit Maria Isabel Sanchez, journaliste basée à Caracas. « Je voulais couvrir la situation critique qui y sévit depuis avril et ne pas la lire - ou plutôt la souffrir – depuis cette +proximité lointaine+ du Venezuela. Une situation +pire que la guerre+ selon ses habitants ». Source : Making-of

    • A plusieurs reprises, je me suis trouvé désemparée face au constat que l’extérieur regarde à peine ce que traverse ce pauvre petit pays d’Amérique centrale. Avec son histoire marquée par des invasions militaires, des guerres civiles et des catastrophes naturelles, il semble avoir forgé son caractère à force de souffrances.

      Venant du Venezuela, un pays qui fait souvent les manchettes de la presse internationale avec les hauts et les bas d’une crise qui n’en finit pas, j’ai été frappée que la situation au Nicaragua attire moins l’attention du monde, bien qu’elle soit plus sanglante.

      Pour les journalistes, c’est aussi beaucoup plus dangereux. Nous ne sommes jamais sortis de nuit. Managua et d’autres villes du pays vivent sous un couvre-feu auto-imposé depuis des mois. Dès six heures de l’après-midi, les rues des villes sont désertes. De nombreuses entreprises ont fermé et la vie nocturne est morte.


  • MACRON, OU LE RETOUR DES MILICIENS

    Le journal Le Monde, révèle ce mercredi 18 juillet qu’un haut responsable du parti au pouvoir, et très proche du Président de la République a tabassé des manifestants le 1er mai dernier, à Paris.

    Alexandre Benalla se serait porté volontaire pour « assurer le maintien de l’ordre » aux côtés des policiers. C’est donc en tant que milicien volontaire, en dehors de tout cadre légal, qu’on lui a prêté un casque de policier, et qu’il a commis des exactions volontaire sur les opposants au gouvernement.
    Notamment le tabassage en règle d’un manifestant au sol. Des méthodes de mafieux, ou de fascistes. Ces violences volontaires ont été filmées.

    Alexandre Benalla a été chargé de la sécurité de Macron. Il est aujourd’hui chargé de mission à l’Elysée, au sein du cabinet présidentiel. Il fait donc partie de la garde rapprochée du président.

    Des proches du gouvernement peuvent aller cogner impunément des opposants, avec l’accord de l’Etat qui leur offre du matériel de police. Cela ne se passe pas sous l’Ancien Régime. Ni à Téhéran, Moscou ou Caracas. Mais à Paris, en 2018, sous le règne de Macron.

    Source :
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/18/le-monde-identifie-sur-une-video-un-collaborateur-de-m-macron-frappant-un-ma

    https://www.youtube.com/watch?v=MDSmwM6Z3hU

    • Alexandre Benalla licencié ! Enfin une pétition victorieuse :)
      À la lecture des articles, le dircab de Macron Patrick Strzoda semble administrer la milice, il doit faire valoir ses droits à la retraite en octobre, il pourrait anticiper. À moins que le milicien en sache décidémment trop sur le fric de la campagne ou d’autres turpitudes...

      En attendant la suite, un chef de parti, une garde des sceaux, un président de l’Assemblée nationale et un président de groupe accordant leurs violons hier

      #affaire_d'État

    • Donc le gars qui est responsable de la sécurité du président et qui va se délasser un jour chômé en s’adonnant à un loisir un peu pervers, mais très à la mode, tabasser du manifestant, il intervient assez lâchement, nous l’avons vu, en étant finalement sous la protection des CRS autour de lui, et donc je pose la question, soit les CRS autour de lui sont au courant de qui il est et ils sont complices, ou soit encore ils ne savent pas qui le type est et ils n’interviennent pas pour protéger les deux jeunes personnes attaquées, et là ce n’est plus de la complicité mais non assistance à personnes en danger (qui plus est dans l’exercice de leur fonction qui est justement de protéger la population).

    • Cette milice (ils étaient trois ou davantage) agit sous le contrôle « administratif » du dircab de la présidence, l’ex préfet de Ille et Villaine qui a géré la flicaille à Rennes, Patrice Strzoda qui étaient parmi les préfets donnant pour consigne orale (?) aux policiers de pas exhiber leur « numéro d’immatriculation administrative » (loi de sécurité 2017) / matricule.

      Il est vraisemblable que les diverses attaques dont LREM a été l’objet partout en France (meetings perturbés, interpellations publiques, permanences vandalisées) a convaincu tout ce beau monde qu’une extrême gauche et des anarchistes allait continuer à s’en prendre à Salcon et qu’il fallait prendre les devants par l’action (on ne sait pas trop ce qu’il en est en matière de renseignement).

      Ils sont pas bien malins, tout le monde l’aura compris. Mais c’est bien le préfet de Paris qui intègre à ses troupes ces deux observateurs auréolés du prestige Élysée (ça s’entend « laissez nous les coudées franches »). Par exemple pour passer vraiment pour un baqueux, il aurait été de bon ton d’utiliser une matraque télescopique et d’avoir un casque qui ne soit pas très étonnamment siglé CRS (usuellement ils ont des casques civils), et mieux, de mettre une cagoule ou de se masquer ( ce que font les policiers, y compris en uniforme).

      A priori, même schéma qu’à la fac de Montpellier où c’est le recteur lui même qui coordonnait les profs et doctorants qui ont fait office de nervis pour attaquer les étudiants en lutte. Ils aiment les patrons, il leur en faut.
      Ce qui est dur pour Salcon dans cette affaire est que le geste initial (ne pas se débarrasser d’un collaborateur filmé à diverses reprises lors d’actions troubles) semble devoir être tenu pour des raisons qui pourraient être impératives (le fric de la campagne, durant laquelle Benalla n’était pas armé pour des prunes ? d’autres affaires).

      #terroriser

    • Ce qui m’étonne dans cette histoire, c’est l’amateurisme incroyable de l’Elysée qui envoie un de ses proches, quasiment à visage découvert, pour faire la basse besogne. Pourquoi envoyer un type aussi aisément reconnaissable et aussi proche du chef de l’état ? Ca n’a aucun sens. Si ce Benalla s’est simplement laissé emporter par son « enthousiasme » sans avoir obéi à des ordres directs dans ce cas précis, c’est tout aussi incroyable, voire plus incroyable encore : comment votre présidence peut-elle embaucher un type pareil à un poste pareil ? Il n’y a aucune évaluation psychologique lors d’une embauche ? En Belgique c’est incontournable.

    • @marie_lou, je pense que nos bonshommes se lâchent, que leur arrogance se déchaîne. Macron président qui se met à tapoter la tête du pape, à se déchaîner comme un supporter en rut dans la loge VIP, ça correspond à une idée du pouvoir qui extrait du vil peuple et permet tout, comme d’aller casser du manifestant (et de la manifestante, si je me souviens bien) parce qu’on est assez proche du pouvoir pour en être aussi ivre. Ce n’est pas une surprise : on l’a vu, christique, lors de ses meetings, on se demandait s’il prenait des substances mais c’était ça : le pouvoir et les privilèges qu’il apporte dans notre pays. C’est une idée assez française, monarchiste, de se penser au-dessus des autres, des lois et de la morale. Il me semble que les chevilles enflent moins ailleurs.

      Peut-être qu’ailleurs on scanne les gens qui ont accès au pouvoir, qu’on s’inquiète qu’ils et elles soient psychologiquement équilibrées, mais en France c’est bien un certain déséquilibre qui est moteur chez ceux et celles qui ont soifs de pouvoir et qui espèrent pouvoir en être un jour ivres. Et derrière, on a toute une structure complaisante qui accorde ses passe-droits : pouvoir aller casser du gaucho avec une compagnie de CRS sous prétexte d’observation alors que plein de mini-fafs piaffent d’envie devant ce privilège.

    • @alain1, il y a bien des faits spécifiquement français, sans être essentiellement français. La Ve République est parmi les régimes les plus monarchiques au monde, ça encourage des personnalités un peu mégalo et qui ont moins le sens du compromis que dans les pays où gouverner, c’est faire alliance... Quant à savoir d’où elle vient, c’est peut-être d’un soubresaut de l’histoire, assez anecdotique mais qui s’est enkysté. Si on avait gardé la IVe, notre vie politique serait peut-être très différente. Je ne psychologise pas l’histoire et encore moins les peuples, j’observe des structures.

      « Monarchie ploutocratique » ? La ploutocratie, c’est un régime où une classe de riches gouverne, ça correspond assez bien au système US. Mais monarchique ? Il est présidentiel (et à ce titre un peu monarchique) mais les personnalités passent vite et les appareils restent, ce sont eux qui font la loi d’habitude. Je crois qu’ils sont rares, les moments où ils se font déborder par des individus seuls, comme l’était Trump en 2015 (seul avec son pognon et son bagout).

    • @aude_v Je pense que le pouvoir est une drogue, du moins il agit sur les hommes comme une drogue dont ils ne peuvent se passer pour vivre. ça me fait penser au Syndrome d’hubris. Ce sont des symptômes d’une maladie mentale récemment répertoriée qui se développerait durant l’exercice du pouvoir. Perte du sens des réalités, intolérance à la contradiction, actions à l’emporte-pièce, obsession de sa propre image et abus de pouvoir. Ce n’est pas rassurant tout ça. Vu d’ici on sent que le peuple français gronde et il a raison d’être en colère...

      Ici aussi rien ne va notre gouvernement fédéral doit trouver 2,6 milliards d’euros pour maintenir son budget dans la trajectoire européenne. Nous avons une monarchie constitutionnelle, parlementaire dont la succession au trône est déterminée par primogéniture. Alors que le pays tout entier se voit imposer des mesures d’austérité. Cette monarchie inutile possède toujours des privilèges de l’Ancien Régime et ça coute 37millions d’euros au contribuable sans oublier l’entretien de plusieurs palais pour toute la famille royale. Mais chut ! Ce n’est pas correct de parler de tout ça. Si je commence, je n’arrêterais pas...

    • Encore inconnu du grand public il y a quelques jours, le profil d’Alexandre #Benalla se précise au fil des révélations. En déplacements officiels ou en vacances : le jeune homme de 26 ans à la carrure imposante n’est jamais loin d’Emmanuel #Macron.


      Dessin de Deligne pour #Urtikan.net
      http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/alexandre-benalla-emmanuel-macron-une-affaire-detat


  • Dystopia #venezuela: Cryptocurrency is Aiding a Society in Collapse
    https://hackernoon.com/dystopias-philosophies-and-cryptocurrencies-venezuela-earth-19866bcb82c?

    An interview with The Venezuelan PrinceCC 2.0 franzconde Adapted https://flic.kr/p/7wgGhdMind the gap: This piece may contain offensive language.A dial tone pings as we set up an encrypted VoIP. My contact is very serious about security, and respectably so, as he describes his home country of Venezuela. He paints a picture of a country in the grips of an oppressive regime, a sci-fi dystopia which he sees being challenged by decentralized systems and cryptocurrencies. What he describes applies not only to Venezuela , but could help us define the next century of global civilization.We’ll call our friend “The Crypto Prince”, a reference to the comparatively lavish lifestyle he lives as a student outside of Venezuela. In reality, The Prince, a Caracas native tells us that his family was (...)

    #dystopia-venezuela #ethereum #revolution #bitcoin


  • The Perils of a Putsch in Venezuela – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/05/04/the-perils-of-a-putsch-in-venezuela

    Encouraging a coup in Caracas will give Russia and China a foothold in the United States’ backyard.
    BY BRIAN FONSECA

    In recent months, high-ranking U.S. officials have been signaling to Venezuelan military leaders that they have Washington’s blessing to take the reins in Caracas. In a February speech ahead of his trip to Latin America, then-Secretary of State Rex Tillerson said, “In the history of Venezuela and South American countries, it is often times that the military is the agent of change when things are so bad and the leadership can no longer serve the people.

    Others have been blunter. Just a few days after Tillerson’s remarks, Florida Sen. Marco Rubio (R) took to Twitter to say that the world “would support the Armed Forces in #Venezuela if they decide to protect the people & restore democracy by removing a dictator.” And earlier this week, in a speech at Florida International University, Juan Cruz, U.S. President Donald Trump’s special assistant and senior director for western hemisphere affairs at the National Security Council, urged “the military to respect the oath they took to perform their functions.
     
    Giving the green light for a military coup is not only bad for America’s image; it is also a threat to U.S. strategic interests.Giving the green light for a military coup is not only bad for America’s image; it is also a threat to U.S. strategic interests. That’s because encouraging a putsch in Venezuela could backfire and end up increasing Russian and Chinese influence in the Western Hemisphere.
    The U.S. officials praising the prospect of a military takeover seem to disregard the fact that U.S.-Venezuelan military relations are virtually nonexistent today. U.S. defense contacts with Venezuela declined sharply in the years following the rise of former Venezuelan President Hugo Chávez in 1999. Meanwhile, the Russians, Chinese, and Cubans have replaced the United States as the primary sources of financial, technical, and material support to the Venezuelan military. The mere threat of a coup in Venezuela could be enough to rally the military around hard-liners and compel U.S. rivals to consider their preferred alternatives to the Maduro regime as collapse becomes imminent. Rivals with economic, political, and geostrategic interests in Venezuela, such as Russia and China, are far better positioned than the United States to influence the Venezuelan military during any transition.

    Moscow and Beijing will be especially interested in cultivating ties with the top brass in Caracas if they sense that offering economic and political support to a new Venezuelan leadership could change the mineral-rich country’s trajectory from an economic basket case to an economically and politically stable authoritarian regime. In such a situation, Russia, China, and Cuba — in some formal or informal configuration — could abandon the flailing and ineffective leadership of President Nicolás Maduro and back a military regime in uncomfortably close geographic proximity to the United States.

    The current situation in Venezuela is untenable. Oil production is declining, public unrest is spreading, inflation is up nearly 13,000 percentage points in the last two months, and military and civilian elites are becoming increasingly dissatisfied. Moreover, other countries in Latin America that stood by Chavez in the past are now denouncing Maduro. Pressure for regime change is growing.


  • Venezuela. Pour Maduro, Macron « est en train de détruire la France... »
    https://www.crashdebug.fr/international/14716-venezuela-pour-maduro-macron-est-en-train-de-detruire-la-france

    C’est l’évidence même : Macron n’est qu’un pantin chargé par ses créateurs d’achever le travail entamé par ceux qui l’ont précédé. « Un tueur à gages », dit même le président du Venezuela. Pourtant, nombreux sont les Français qui refusent encore de le voir. Quand ils se réveilleront (s’ils se réveillent), il sera sans doute un peu tard. OD

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d’un rassemblement, le 5 avril 2018 à Caracas

    CARACAS (AFP) – Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé jeudi son homologue français de « détruire la France », en réponse à Emmanuel Macron qui a estimé que la présidentielle du 20 mai au Venezuela ne permettrait pas « un scrutin juste et libre ».

    « Ce que me dit Macron me passe au-dessus, Macron est un pantin de la politique de Trump contre le Venezuela », a déclaré le dirigeant (...)


  • Publicaron tarjetón electoral para las elecciones presidenciales
    http://www.el-nacional.com/noticias/politica/publicaron-tarjeton-electoral-para-las-elecciones-presidenciales_228291


    bulletin de vote pour les élections présidentielles du 20 mai
    pour Caracas et votes à l’étranger

    Este sábado se dio a conocer la posición que tendrán los diferentes partidos politicos nacionales en el tarjetón electoral para las elecciones presidenciales del 20 de mayo.

    El Partido Socialista Unido de Venezuela (PSUV) se mantiene arriba y a la izquierda, seguida por las organizaciones Movimiento Somos Venezuela, Partido Patria para Todos (PPT), Podemos, Movimiento Electoral del Pueblo (MEP) y Alianza Para el Cambio.

    En la segunda línea están el Partido Comunista de Venezuela (PCV), Unidad Popular Venezolana (UPV), la Organización Renovadora Auténtica (RA) y el Movimiento Ecológico de Venezuela. En la tercera línea se encuentran las organizaciones Movimiento Tupamaro, Unidad Política Popular (UPP 89), Copei, Avanzada Progresista, Movimiento al Socialismo (MAS) y Esperanza por el Cambio.

    También escogió su posición el candidato independiente Luis Alejandro Ratti, postulado a la Presidencia de la República.

    Las organizaciones indígenas Consejo Nacional Indio de Venezuela (Conive), Parlamento Indígena de Venezuela (Parlive), Agrupación Indígena Evolución, Asociación Civil Cátedra Guaicaipuro, Organización Socialista Indígena Bolivariana de Venezuela y el Movimiento de los Pueblos Indígenas de Venezuela eligieron su posición en la boleta para la elección de legisladores estadales y municipales.


    dans l’état de Monagas

    Les emplacements sont « négociés ».
    Avec le parti au pouvoir (PSUV dit oficialista) en haut à gauche…
    (pour un vote sur écran tactile, la machine à voter délivre un récépissé)

    Así quedó el tarjetón electoral | Noticias Barquisimeto
    http://www.noticiasbarquisimeto.com/2018/03/24/asi-quedo-el-tarjeton-electoral-que-se-utilizara-en-las-elecci

    Esta vez, representantes de 14 organizaciones políticas se dieron cita en la sede administrativa del Consejo Nacional Electoral (CNE), ubicada en Plaza Caracas, Caracas, para ubicar a su conveniencia la tarjeta en lo que el ente encargado de los comicios en Venezuela llamó “Instrumento Electoral”.


  • La última nota del maestro #Abreu
    http://www.el-nacional.com/noticias/entretenimiento/ultima-nota-del-maestro-abreu_228299

    El músico, economista y político falleció en Caracas a los 78 años de edad
    La clave de su partitura se sostuvo siempre en una sola nota: la  paciencia. Lo supo desde aquella primera reunión de 1974 con ocho músicos en el sótano de un edificio de Candelaria. El paso inicial de una visionaria labor social. #José_Antonio_Abreu estaba seguro de la trascendencia que tendría su proyecto. Un sistema de orquestas esparcido por el mundo que hoy lo despide. El maestro falleció hoy en la tarde, en Caracas, a los 78 años de edad.

    Décès du fondateur et directeur depuis 1975 de #el_sistema


  • Elorza, la nueva “moneda” local de Apure
    http://www.el-nacional.com/noticias/economia/elorza-nueva-moneda-local-apure_227234

    José Guerra, presidente de la Comisión de Finanzas de la Asamblea Nacional (AN), reportó que la grave crisis de efectivo ha ocasionado la creación de lo que denominó “mini bancos centrales” que emiten “monedas locales”.

    Los “billetes” de 50.000 y 100.000 Elorzas, presuntamente creados por una alcaldía, buscan paliar la falta de efectivo que se sufre en el ámbito nacional.

    Ante la crisis del efectivo, empiezan a circular monedas locales. Acá está el Elorza, emitido en la ciudad de Elorza, estado Apure”, escribió el legislador en Apure.

    Mêmes causes, mêmes effets : l’#hyperinflation et l’effondrement économique du #Venezuela provoque l’éclosion de #monnaie_locale


  • Neuvième édition du premier livre de la poétesse vénézuélienne #Hanni_Ossott (1946-2002) Espacios para decir lo mismo (1974)
    avec traduction en anglais.

    Nota al margen: El habla crepuscular en “Espacios para decir lo mismo
    http://www.el-nacional.com/noticias/entretenimiento/nota-margen-habla-crepuscular-espacios-para-decir-mismo_226380

    Es propicio celebrar la nueva edición que de esta obra fundamental ha editado la casa Letra Muerta, que no solo incluye documentos y retratos de la autora así como una aproximación cronológica de su vida, sino que incluye la muy notable traducción “extra-vagante” de Luis Miguel Isava, Spaces to Say the Same [Thing], una traducción que transita en los bordes del lenguaje para alcanzar el real sentido original, y que abrazada a la edición en español simbólicamente traduce lo intraducible no solo como acto de amor sino como acto de valentía cumplido a cabalidad, con precisión y belleza.

    Va cerrando Ossott este renacer llamándolo por su nombre, evocando la herencia antigua, sabiéndose heredera de un linaje, saludando también desde su búsqueda en lo oscuro, la certeza de lo pasajero.

    Y que estas revelaciones depositadas cuidadosamente por nosotros en todos estos pasos
    habían sido dejadas
    tiempo atrás
    por otros
    Recoger en el sueño de otros lo que creemos como único: esa sola y única vez tan nuestra y que finalmente ha sido olvidada por otro que supo alcanzar las mismas puertas
    ”.

    Todo será de nuevo olvidado. Todo será de nuevo disuelto. En tanto, quedan unas pocas visiones, unas mínimas certezas: permanecen los mundos creados por quien antes circuló hacia lo oscuro sin temor, o mejor dicho, abrazada a él.

    »Espacios para decir lo mismo« de Hanni Ossott ~ Ediciones Letra Muerta
    https://www.youtube.com/watch?v=QEDurAP0wZA


    (on peut couper le son…)