city:denver

  • CppCast Episode 177: BDD, TDD, Low Latency and CppCon with Lenny Maiorani
    http://isocpp.org/feeder/?FeederAction=clicked&feed=All+Posts&seed=http%3A%2F%2Fisocpp.org%2Fblog%2F2

    Episode 177 of CppCast the first podcast for C++ developers by C++ developers. In this episode Rob and Jason are joined by Lenny Maiorani to discuss TDD, BDD, Low Latency and CppCon moving to Denver.

    CppCast Episode 177: BDD, TDD, Low Latency and CppCon with Lenny Maiorani by Rob Irving and Jason Turner

    About the interviewee:

    Lenny has been using C++ off and on since 1995. Since graduating from SUNY Plattsburgh with a degree in Computer Science, he has been working at startups focused on high-throughput applications. About 2 years ago he joined Quantlab and discovered a different type of high-performance computing in low latency systems. Lenny lives in Denver, Colorado with his wife Lexey and their dog. He can be found hiking in the Colorado mountains while thinking about (...)

    #News,Video&_On-Demand,

  • TDD, BDD, Low Latency and CppCon with Lenny Maiorani
    http://cppcast.libsyn.com/tdd-bdd-low-latency-and-cppcon-with-lenny-maiorani

    Rob and Jason are joined by Lenny Maiorani from Quantlab to discuss high performance computing, pair programming, volunteering for CppCon and the site of next year’s CppCon. Lenny has been using C++ off and on since 1995. Since graduating from SUNY Plattsburgh with a degree in Computer Science, he has been working at startups focused on high-throughput applications. About 2 years ago he joined Quantlab and discovered a different type of high-performance computing in low latency systems. Lenny lives in Denver, Colorado with his wife Lexey and their dog. He can be found hiking in the Colorado mountains while thinking about container access patterns and wondering if std::map can be renamed to std::ordered_map. News Better template support and error detection in C++ Modules with MSVC (...)

    http://traffic.libsyn.com/cppcast/cppcast-177.mp3?dest-id=282890

  • The mad, twisted tale of the electric scooter craze
    https://www.cnet.com/news/the-mad-tale-of-the-electric-scooter-craze-with-bird-lime-and-spin-in-san-fran

    Dara Kerr/CNET

    For weeks, I’d been seeing trashed electric scooters on the streets of San Francisco. So I asked a group of friends if any of them had seen people vandalizing the dockless vehicles since they were scattered across the city a couple of months ago.

    The answer was an emphatic “yes.”

    One friend saw a guy walking down the street kicking over every scooter he came across. Another saw a rider pull up to a curb as the handlebars and headset became fully detached. My friend figures someone had messed with the screws or cabling so the scooter would come apart on purpose.

    A scroll through Reddit, Instagram and Twitter showed me photos of scooters — owned by Bird, Lime and Spin — smeared in feces, hanging from trees, hefted into trashcans and tossed into the San Francisco Bay.

    It’s no wonder Lime scooters’ alarm isn’t just a loud beep, but a narc-like battle cry that literally says, “Unlock me to ride, or I’ll call the police.”

    San Francisco’s scooter phenomenon has taken on many names: Scootergeddon, Scooterpocalypse and Scooter Wars. It all started when the three companies spread hundreds of their dockless, rentable e-scooters across city the same week at the end of March — without any warning to local residents or lawmakers.

    Almost instantly, first-time riders began zooming down sidewalks at 15 mph, swerving between pedestrians and ringing the small bells attached to the handlebars. And they left the vehicles wherever they felt like it: scooters cluttered walkways and storefronts, jammed up bike lanes, and blocked bike racks and wheelchair accesses.

    The three companies all say they’re solving a “last-mile” transportation problem, giving commuters an easy and convenient way to zip around the city while helping ease road congestion and smog. They call it the latest in a long line of disruptive businesses that aim to change the way we live.

    The scooters have definitely changed how some people live.

    I learned the Wild West looks friendly compared to scooter land. In San Francisco’s world of these motorized vehicles, there’s backstabbing, tweaker chop shops and intent to harm.

    “The angry people, they were angry,” says Michael Ghadieh, who owns electric bicycle shop, SF Wheels, and has repaired hundreds of the scooters. “People cut cables, flatten tires, they were thrown in the Bay. Someone was out there physically damaging these things.”

    Yikes! Clipped brakes

    SF Wheels is located on a quaint street in a quintessential San Francisco neighborhood. Called Cole Valley, the area is lined with Victorian homes, upscale cafes and views of the city’s famous Mount Sutro. SF Wheels sells and rents electric bicycles for $20 per hour, mostly to tourists who want to see Golden Gate Park on two wheels.

    In March, one of the scooter companies called Ghadieh to tell him they were about to launch in the city and were looking for people to help with repairs. Ghadieh said he was game. He wouldn’t disclose the name of the company because of agreements he signed.

    Now he admits he didn’t quite know what he was getting into.

    Days after the scooter startups dropped their vehicles on an unsuspecting San Francisco, SF Wheels became so crammed with broken scooters that it was hard to walk through the small, tidy shop. Scooters lined the sidewalk outside, filled the doorway and crowded the mechanic’s workspace. The backyard had a heap of scooters nearly six-feet tall, Ghadieh told me.

    His bike techs were so busy that Ghadieh had to hire three more mechanics. SF Wheels was fixing 75 to 100 scooters per day. Ghadieh didn’t say how much the shop was making per scooter fix.

    “The repairs were fast and easy on some and longer on others,” Ghadieh said. “It’d depend on whether it was wear-and-tear or whether it was physically damaged by someone out there, some madman.”

    Some of the scooters, which cost around $500 off the shelf, came in completely vandalized — everything from chopped wires for the controller (aka the brain) to detached handlebars to bent forks. Several even showed up with clipped brake cables.

    I asked Ghadieh if the scooters still work without brakes.

    “It will work, yes,” he said. “It will go forward, but you just cannot stop. Whoever is causing that is making the situation dangerous for some riders.”

    Especially in a city with lots of hills.

    Ghadieh said his crew worked diligently for about six weeks, repairing an estimated 1,000 scooters. But then, about three weeks ago, work dried up. Ghadieh had to lay off the mechanics he’d hired and his shop is back to focusing on electric bicycles.

    “Now, there’s literally nothing,” he said. “There’s a change of face with the company. I’m not exactly sure what happened. … They decided to do it differently.”

    The likely change? The electric scooter company probably decided to outsource repairs to gig workers, rather than rely on agreements with shops.

    That’s gig as in freelancers looking to pick up part-time work, like Uber and Lyft drivers. And like Nick Abouzeid. By day, Abouzeid works in marketing for the startup AngelList. A few weeks ago, he got an email from Bird inviting him to be a scooter mechanic. The message told Abouzeid he could earn $20 for each scooter repair, once he’d completed an online training. He signed up, took the classes and is ready to start.

    “These scooters aren’t complicated. They’re cheap scooters from China,” Abouzeid said. “The repairs are anything from adjusting a brake to fixing a flat tire to adding stickers that have fallen off a Bird.”

    Bird declined to comment specifically on its maintenance program, but its spokesman Kenneth Baer did say, “Bird has a network of trained chargers and mechanics who operate as independent contractors.”

    All of Lime’s mechanics, on the other hand, are part of the company’s operations and maintenance team that repairs the scooters and ensures they’re safe for riders. Spin uses a mix of gig workers and contract mechanics, like what Ghadieh was doing.
    Gaming the system

    Electric scooters are, well, electric. That means they need to be plugged into an outlet for four to five hours before they can transport people, who rent them for $1 plus 15 cents for every minute of riding time.

    Bird, Spin and Lime all partially rely on gig workers to keep their fleets juiced up.

    Each company has a different app that shows scooters with low or dead batteries. Anyone with a driver’s license and car can sign up for the app and become a charger. These drivers roam the streets, picking up scooters and taking them home to be charged.
    img-7477

    “It creates this amazing kind of gig economy,” Bird CEO Travis VanderZanden, who is a former Uber and Lyft executive, told me in April. “It’s kind of like a game of Pokemon Go for them, where they go around and try to find and gobble up as many Birds as they can.”

    Theoretically, all scooters are supposed to be off city streets by nightfall when it’s illegal to ride them. That’s when the chargers are unleashed. To get paid, they have to get the vehicles back out on the street in specified locations before 7 a.m. the next day. Bird supplies the charging cables — only three at a time, but those who’ve been in the business longer can get more cables.

    “I don’t know the fascination with all of these companies using gig workers to charge and repair,” said Harry Campbell, who runs a popular gig worker blog called The Rideshare Guy. “But they’re all in, they’re all doing it.”

    One of the reasons some companies use gig workers is to avoid costs like extra labor, gasoline and electricity. Bird, Spin and Lime have managed to convince investors they’re onto something. Between the three of them they’ve raised $255 million in funding. Bird is rumored to be raising another $150 million from one of Silicon Valley’s top venture capital firms, Sequoia, which could put the company’s value at $1 billion. That’s a lot for an electric scooter disruptor.

    Lime pays $12 to charge each scooter and Spin pays $5; both companies also deploy their own operations teams for charging. Bird has a somewhat different system. It pays anywhere from $5 to $25 to charge its scooters, depending on the city and the location of the dead scooter. The harder the vehicle is to find and the longer it’s been off the radar, the higher the “bounty.”

    Abouzeid, who’s moonlighted as a Bird charger for the past two months, said he’s only found a $25 scooter once.

    “With the $25 ones, they’re like, ’Hey, we think it’s in this location, it’s got 0 percent battery, good luck,’” he said.

    But some chargers have devised a way to game the system. They call it hoarding.

    “They’ll literally go around picking up Birds and putting them in the back of their car,” Campbell said. “And then they wait until the bounties on them go up and up and up.”

    Bird has gotten wise to these tactics. It sent an email to all chargers last week warning them that if it sniffs out this kind of activity, those hoarders will be barred from the app.

    “We feel like this is a big step forward in fixing some of the most painful issues we’ve been hearing,” Bird wrote in the email, which was seen by CNET.

    Tweaker chop shops

    Hoarding and vandalism aren’t the only problems for electric scooter companies. There’s also theft. While the vehicles have GPS tracking, once the battery fully dies they go off the app’s map.

    “Every homeless person has like three scooters now,” Ghadieh said. “They take the brains out, the logos off and they literally hotwire it.”
    img-1134

    I’ve seen scooters stashed at tent cities around San Francisco. Photos of people extracting the batteries have been posted on Twitter and Reddit. Rumor has it the batteries have a resale price of about $50 on the street, but there doesn’t appear to be a huge market for them on eBay or Craigslist, according to my quick survey.

    Bird, Lime and Spin all said trashed and stolen scooters aren’t as big a problem as you’d think. When the companies launch in a new city, they said they tend to see higher theft and vandalism rates but then that calms down.

    “We have received a few reports of theft and vandalism, but that’s the nature of the business,” said Spin co-founder and President Euwyn Poon. “When you have a product that’s available for public consumption, you account for that.”

    Dockless, rentable scooters are now taking over cities across the US — from Denver to Atlanta to Washington, DC. Bird’s scooters are available in at least 10 cities with Scottsdale, Arizona, being the site of its most recent launch.

    Meanwhile, in San Francisco, regulators have been working to get rules in place to make sure riders drive safely and the companies abide by the law.

    New regulations to limit the number of scooters are set to go into effect in the city on June 4. To comply, scooter companies have to clear the streets of all their vehicles while the authorities process their permits. That’s expected to take about a month.

    And just like that, scooters will go out the way they came in — appearing and disappearing from one day to the next — leaving in their wake the chargers, mechanics, vandals and people hotwiring the things to get a free ride around town.

    #USA #transport #disruption #SDF

  • CppCon Lightning Interviews
    http://cppcast.libsyn.com/cppcon-lightning-interviews

    Rob and Jason give a brief trip report of CppCon before being joined by several guests who gave Lightning Talks at CppCon 2018. Lightning Talkers Anastasia Kazakova Timur Doumler Phil Nash Staffan Tjernström Matthew von Arx Tony Wasserka Jens Weller Anny G. Borislav Stanimirov Ezra Chung (@eracpp on slack) Jean-Louis Leroy Links CppCon 2019 will be in Denver, Colorado from September 15 to 20th CppCon 2018: Bjarne Stroustrup “Concepts: The Future of Generic Programming (the future is here)” CppCon 2018: Mark Elendt “Patterns and Techniques Used in the Houdini 3D Graphics Application” CppCon 2018: Kate Gregory “Simplicity: Not Just For Beginners” CppCon 2018: Herb Sutter “Thoughts on a more powerful and simpler C++ (5 of N)” CppCon 2018: Chandler Carruth "Spectre: Secrets, (...)

    http://traffic.libsyn.com/cppcast/cppcast-169.mp3?dest-id=282890

  • The impact of ride-hailing on vehicle miles traveled | SpringerLink
    https://link.springer.com/article/10.1007/s11116-018-9923-2

    Ride-haling such as #Uber and #Lyft are changing the ways people travel. Despite widespread claims that these services help reduce driving, there is little research on this topic. This research paper uses a quasi-natural experiment in the Denver, Colorado, region to analyze basic impacts of ride-hailing on transportation efficiency in terms of deadheading, vehicle occupancy, mode replacement, and vehicle miles traveled (VMT). Realizing the difficulty in obtaining data directly from Uber and Lyft, we designed a quasi-natural experiment—by one of the authors driving for both companies—to collect primary data. This experiment uses an ethnographic and survey-based approach that allows the authors to gain access to exclusive data and real-time passenger feedback. The dataset includes actual travel attributes from 416 ride-hailing rides—Lyft, UberX, LyftLine, and UberPool—and travel behavior and socio-demographics from 311 passenger surveys. For this study, the conservative (lower end) percentage of deadheading miles from ride-hailing is 40.8%. The average vehicle occupancy is 1.4 passengers per ride, while the distance weighted vehicle occupancy is 1.3 without accounting for deadheading and 0.8 when accounting deadheading. When accounting for mode replacement and issues such as driver deadheading, we estimate that ride-hailing leads to approximately 83.5% more VMT than would have been driven had ride-hailing not existed. Although our data collection focused on the Denver region, these results provide insight into the impacts of ride-hailing.

    En résumé : un chercheur se fait chauffeur de VTC pour établir un jeu de données sur les trajets. Ces données montrent que le nombre total de miles est très largement supérieur à celui qui aurait eu lieu sans ces services, car il faut compter la distance parcourue par le chauffeur tout seul quand il part travailler, tourne en ville ou rejoint le point de rendez-vous. Et comme la plupart des voyageurs sont seuls et sur des trajectoires courtes, ils auraient pu aller à pied, en vélo ou en transports en commun.

    (article dispo sur sci-hub si vous voulez éviter de payer 45$)

    #urban_matter #transport #taxi #voiture

  • How can technology improve end-of-life and palliative care?
    https://hackernoon.com/how-can-technology-improve-end-of-life-and-palliative-care-c2828693f68f?

    Lessons from a Technology + Palliative Care Brainstorm with doctors, chaplains, and palliative #health experts at the University of Colorado Denver.Palliative care is a relatively new concept in the field of medicine. Historically, medicine has had a primarily curative goal. Yet, instead of focusing on curing a terminally diagnosed patient, palliative care provides relief from symptoms, pain, and associated mental stress.As with most trends in healthcare, including palliative medicine, we’re seeing an increase in the use of technology to augment patient care. We’ve seen incredible projects and ideas such as smart pill dispensers, virtual group therapy, and others. But what about the intersection of palliative care and technology?To explore this intersection further, I hosted a #tech + (...)

    #palliative-care #end-of-life-care #health-technology

  • Red-hot planet: All-time heat records have been set all over the world during the past week
    https://www.washingtonpost.com/news/capital-weather-gang/wp/2018/07/03/hot-planet-all-time-heat-records-have-been-set-all-over-the-world-in

    No single record, in isolation, can be attributed to global warming. But collectively, these heat records are consistent with the kind of extremes we expect to see increase in a warming world.

    #climat

  • RAVI AMAR ZUPA « WORLD OF GODS »
    https://laspirale.org/peinture-571-ravi-amar-zupa- world-of-gods.html

    RAVI AMAR ZUPA « WORLD OF GODS »Débuts de l’imprimerie, Primitifs flamands et peintres expressionnistes, enluminures mogholes et estampes japonaises, arts précolombiens... Ravi Amar Zupa passe plusieurs millénaires et quelques civilisations à la moulinette de ses collages picturaux.

    Enfant d’artistes et réalisateur de vidéos musicales pour le label Anticon de San Francisco, Zupa revendique les influences conjuguées de Noam Chomsky, Franz Kafka, George Orwell, Pink Floyd, Kurt Vonnegut, Tupac, Goya, Chapelle, Kubrick ou Spike Lee.

    Autant de noms synonymes de rébellion qui répondent aux pulsions iconoclastes de ce natif de Denver dans le Colorado, ville hippie et contre-culturelle par (...)

    #laspirale

  • Security Brief: Unclear U.S. Demands on North Korea; Iran Deal Fall Out – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/05/14/security-brief-unclear-u-s-demands-on-north-korea-iran-deal-fall-out

    Don’t shoot the messenger. President Donald Trump and North Korean leader Kim Jong Un are set to meet on June 12 in Singapore for a highly anticipated summit meeting, but White House officials are struggling to get on the same page in their messaging ahead of the summit.

    Secretary of State Mike Pompeo and National Security Advisor John Bolton made the rounds on Sunday talk shows to pledge that the United States does not seek to overthrow Kim and that the United States will help boost the North Korean economy if he agrees to give up his nuclear weapons.

    What President Trump wants is to see the North Korean regime get rid of its nuclear weapons program in completely and in totality and in exchange for that, we are prepared to ensure that the North Korean people get the opportunity that they so richly deserve,” Pompeo said on CBS.

    But at another point in his CBS interview, Pompeo appeared to outline a far more modest goal for the summit — that “America is no longer held at risk” by North Korean nuclear weapons and that Pyongyang eliminate its chemical and biological weapons program.

    In an appearance on Fox News, Pompeo again appeared to focus on preventing North Korean nukes reaching American targets, “America’s interest here is preventing the risk that North Korea will launch a nuclear weapon into L.A. or Denver or to the very place we are sitting here this morning,” Pompeo said. “That’s our objective.

    Pompeo’s rhetorical stumbles over the weekend are notable in part because of an astounding admission he made on Friday. Asked how he would define what the United States means by its goal of “denuclearization” in North Korea, Pompeo conceded: “I’m not sure how to define it fully.

    He then immediately back-tracked and offered a convoluted answer: “It’s pretty clear what that means. It would be an activity that undertook to ensure that we didn’t end up in the same place that we’d ended up before, or multiple passes at trying to solve this conundrum for the world, how to ensure that North Korea doesn’t possess the capacity to threaten not only the United States but the world with nuclear weapons.

    • Je ne sais pas ce qui, de tout ça, est le plus inquiétant…

      …to ensure that the North Korean people get the opportunity that they so richly deserve.

      (comment ne pas entendre : _se débarrasser, ENFIN !, de la famille Kim ?)

      America is no longer held at risk

      Sympa pour les alliés sud-coréens et japonais.

      I’m not sure how to define fully “denuclearization” in North Korea.

      sans commentaire…

  • Students Walked Out. Here Are Their Videos. - Video - NYTimes.com
    https://www.nytimes.com/video/us/100000005794215/students-are-walking-out-to-protest-gun-violence-heres-their-videos.html

    https://static01.nyt.comimages/2018/03/14/autossell/scoop-school-walkouts-videoSixteenByNineJumbo1600/scoop-school-walkouts-videoSixteenByNineJumbo1600-videoSixteenBy

    Recueil de vidéos prises par les élèves lors des manifestations anti-armes du 14 mars 2018.

    Deux éléments significatifs :
    – le très jeune âge des activistes. Une tradition américaine (remember le mouvement pour les droits cviviques, ou lisez le passionnant livre de Claire Richard sur les Young Lords).
    – l’usage du mobile pour noter les discours, vraisemblablement écrits collectivements.

    Voir aussi l’article :
    https://www.nytimes.com/2018/03/14/us/school-walkout.html

    The first major coordinated action of the student-led movement for gun control marshaled the same elements that had defined it ever since the Parkland shooting: eloquent young voices, equipped with symbolism and social media savvy, riding a resolve as yet untouched by cynicism.

    “We have grown up watching more tragedies occur and continuously asking: Why?” said Kaylee Tyner, a 16-year-old junior at Columbine High School outside Denver, where 13 people were killed in 1999, inaugurating, in the public consciousness, the era of school shootings. “Why does this keep happening?”

    Even after a year of near continuous protesting — for women, for the environment, for immigrants and more — the emergence of people not even old enough to drive as a political force has been particularly arresting, unsettling a gun control debate that had seemed impervious to other factors.

    #Pratiques_numériques #Armes_à_feu #Activisme #Mobile

  • Black Tar, Black Markets : Denver’s Opioid Crisis and the Search for a Progressive Fix | Alternet
    https://www.alternet.org/drugs/black-tar-black-markets-denver-opioid-crisis-search-progressive-fix

    https://www.alternet.org/sites/default/files/640px-denvercp.jpeg

    Un passage sur les bibliothèques dans un article sur les « salles de shoot ». Paniquant, isn’t it ?

    The Denver Public Library, searching for a humane solution, took action. To prevent any additional tragedies, the library trained many of its staff to use naloxone (brand name Narcan), the antidote to an opioid overdose. Over 300 staff now carry naloxone across the library’s different branches.

    “Let me be clear,” Rachel Fewell, the Central Library Administrator of the Denver Public Library, told me. “Drug use of any kind in our library is illegal and a violation of our policies. But when we see it, we try to treat the people using our library as individuals and with respect. We try to connect them with the resources and services they need.”

    Fewell explained that the library has social workers and peer navigators on its staff who try to help guests deal with problems such as addiction or homelessness. Guests can access these services for free during daily drop-in hours. She told me that the library has successfully reversed 15 overdoses since they equipped staff with naloxone last year, and there have been no more deaths.

    #Opioides #Bibliothèques #Société_du_soin #Care

    • Mongolia wins gold at Breckenridge Int’l Snow Sculpture Championships | The UB Post
      http://theubpost.mn/2018/02/20/mongolia-wins-gold-at-breckenridge-intl-snow-sculpture-championships


      (lion d’une édition précédente : 2016)

      Mongolian ice sculptors won a gold at the 28th International Snow Sculpture Championships, held in Denver, Colorado, USA, with a piece entitled “The Secret”.

      The Artist’s Choice Award went to another piece by Team Mongolia entitled “Time” at the annual event in Breckenridge, USA.

      Alongside 14 other teams, Mongolia worked a total of 65 hours for five days until January 27 without the use of power tools, internal support structures or colorants.

      This is the sixth year of Mongolian artists participating in the competition. In 2017, Artists Choice was split between the Mongolian teams.

      Also, the first place winner of both the Artist’s and People’s Choice Awards of the 23rd Breckenridge International Snow Sculpture Championships Awards was Team Mongolia, whose “Mongolian Warriors” sculpture depicted life-like 13th-century warriors and their horses striding out of a solid 20-ton block base of snow.

      This year’s silver prize was awarded to Team China for their homage to “The Thinker” piece. Team USA won a bronze prize with their piece titled “Dance Divine”.

      Last year’s winner of the Snow Sculpture Championships was Team China, with a piece entitled “Mermaid”.

  • Un père horrible - le fils de Hunter S. Thompson raconte
    https://www.youtube.com/watch?v=DKxgSqS8ep8

    Who Was Hunter S. Thompson? His Private Life - Biography (2016)

    Hunter Stockton Thompson (July 18, 1937 – February 20, 2005) was an American journalist and author, and the founder of the gonzo journalism movement.

    Hunter Stockton Thompson (July 18, 1937 – February 20, 2005) was an American journalist and author, and the founder of the gonzo journalism movement. About the book: https://www.amazon.com/gp/product/030... The film Where the Buffalo Roam (1980) depicts heavily fictionalized attempts by Thompson to cover the Super Bowl and the 1972 U.S. presidential election. It stars Bill Murray as Thompson and Peter Boyle as Thompson’s attorney Oscar Zeta Acosta, referred to in the movie as Carl Lazlo, Esq. The 1998 film adaptation of Fear and Loathing in Las Vegas was directed by Monty Python veteran Terry Gilliam, and starred Johnny Depp (who moved into Thompson’s basement to “study” Thompson’s persona before assuming his role in the film) as Raoul Duke and Benicio del Toro as Dr. Gonzo. The film has achieved something of a cult following. The film adaptation of Thompson’s novel The Rum Diary was released in October 2011, also starring Johnny Depp as the main character, Paul Kemp. The novel’s premise was inspired by Thompson’s own experiences in Puerto Rico. The film was written and directed by Bruce Robinson.[77] At a press junket for The Rum Diary shortly before the film’s release, Depp said that he would like to adapt The Curse of Lono, “The Kentucky Derby Is Decadent and Depraved”, and Hell’s Angels for the big screen: “I’d just keep playing Hunter. There’s a great comfort in it for me, because I get a great visit with my old friend who I miss dearly.”[78] Fear and Loathing in Gonzovision (1978) is an extended television profile by the BBC. It can be found on disc 2 of The Criterion Collection edition of Fear and Loathing in Las Vegas. The Mitchell brothers, owners of the O’Farrell Theatre in San Francisco, made a documentary about Thompson in 1988 called Hunter S. Thompson: The Crazy Never Die. Wayne Ewing created three documentaries about Thompson. The film Breakfast with Hunter (2003) was directed and edited by Ewing. It documents Thompson’s work on the movie Fear and Loathing in Las Vegas, his arrest for drunk driving, and his subsequent fight with the court system. When I Die (2005) is a video chronicle of making Thompson’s final farewell wishes a reality, and documents the send-off itself. Free Lisl: Fear and Loathing in Denver (2006) chronicles Thompson’s efforts in helping to free Lisl Auman, who was sentenced to life in prison without parole for the shooting of a police officer, a crime she didn’t commit. All three films are only available online.[79] In Come on Down: Searching for the American Dream[80] (2004) Thompson gives director Adamm Liley insight into the nature of the American Dream over drinks at the Woody Creek Tavern. Buy the Ticket, Take the Ride: Hunter S. Thompson on Film (2006) was directed by Tom Thurman, written by Tom Marksbury, and produced by the Starz Entertainment Group. The original documentary features interviews with Thompson’s inner circle of family and friends, but the thrust of the film focuses on the manner in which his life often overlapped with numerous Hollywood celebrities who became his close friends, such as Johnny Depp, Benicio del Toro, Bill Murray, Sean Penn, John Cusack, Thompson’s wife Anita, son Juan, former Senators George McGovern and Gary Hart, writers Tom Wolfe and William F. Buckley, actors Gary Busey and Harry Dean Stanton, and the illustrator Ralph Steadman among others. Blasted!!! The Gonzo Patriots of Hunter S. Thompson (2006), produced, directed, photographed and edited by Blue Kraning, is a documentary about the scores of fans who volunteered their privately owned artillery to fire the ashes of the late author, Hunter S. Thompson. Blasted!!! premiered at the 2006 Starz Denver International Film Festival, part of a tribute series to Hunter S. Thompson held at the Denver Press Club. In 2008, Academy Award-winning documentarian Alex Gibney (Enron: The Smartest Guys in the Room, Taxi to the Dark Side) wrote and directed a documentary on Thompson, titled Gonzo: The Life and Work of Dr. Hunter S. Thompson. The film premiered on January 20, 2008, at the Sundance Film Festival. Gibney uses intimate, never-before-seen home videos, interviews with friends, enemies and lovers, and clips from films adapted from Thompson’s material to document his turbulent life.

    #USA #littérature #journalisme #famille #violence

  • How #Amazon Took Seattle’s Soul - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/10/20/opinion/how-amazon-took-seattles-soul.html

    I live in the city that hit the Amazon jackpot, now the biggest company town in America. Long before the mad dash to land the second headquarters for the world’s largest online retailer, Amazon found us. Since then, we’ve been overwhelmed by a future we never had any say over.

    With the passing of Thursday’s deadline for final bids, it’s been strange to watch nearly every city in the United States pimp itself out for the right to become HQ2 — and us. Tax breaks. Free land. Champagne in the drinking fountains. Anything!

    In this pageant for prosperity, the desperation is understandable. Amazon’s offer to create 50,000 high-paying jobs and invest $5 billion in your town is a once-in-a-century, destiny-shaping event.

    Amazon is not mining coal or cooking chemicals or offering minimum wage to hapless “associates.” The new jobs will pay $100,000 or more in salary and benefits. In #Seattle, Amazon employees are the kind of young, educated, mass-transit-taking, innovative types that municipal planners dream of.

    So, if you’re lucky enough to land HQ2 — congrats! But be careful, all you urban suitors longing for a hip, creative class. You think you can shape Amazon? Not a chance. It will shape you. Well before Amazon disrupted books, music, television, furniture — everything — it disrupted Seattle.

    At first, it was quirky in the Seattle way: Jeff Bezos, an oversize mailbox and his little online start-up. His thing was books, remember? How quaint. How retro. Almost any book, delivered to your doorstep, cheap. But soon, publishers came to see Amazon as the evil empire, bringing chaos to an industry that hadn’t changed much since Herman Melville’s day.

    The prosperity bomb, as it’s called around here, came when Amazon took over what had been a clutter of parking lots and car dealers near downtown, and decided to build a very urban campus. This neighborhood had been proposed as a grand central city park, our own Champs-Élysées, with land gifted by Paul Allen, a Microsoft co-founder. But voters rejected it. I still remember an architect friend telling me that cities should grow “organically,” not by design.

    Cities used to be tied to geography: a river, a port, the lee side of a mountain range. Boeing grew up here, in part, because of its proximity to spruce timber used to make early airplanes. And then, water turned the industrial engines that helped to win World War II.

    The new era dawned with Microsoft, after the local boy Bill Gates returned with a fledgling company. From then on, the mark of a successful city was one that could cluster well-educated people in a cool place. “The Smartest Americans Are Heading West” was the headline in the recent listing of the Bloomberg Brain Concentration Index. This pattern is likely to continue, as my colleagues at the Upshot calculated in picking Denver to win the Amazon sweepstakes.

    At the bottom of the brain index was Muskegon, Mich., a place I recently visited. I found the city lovely, with its lakeside setting, fine old houses and world-class museum. When I told a handful of Muskegonites about the problems in Seattle from the metastatic growth of Amazon, they were not sympathetic.

    What comes with the title of being the fastest growing big city in the country, with having the nation’s hottest real estate market, is that the city no longer works for some people. For many others, the pace of change, not to mention the traffic, has been disorienting. The character of Seattle, a rain-loving communal shrug, has changed. Now we’re a city on amphetamines.

    Amazon is secretive. And they haven’t been the best civic neighbor, late to the charity table. Yes, the company has poured $38 billion into the city’s economy. They have 40,000 employees here, who in turn attracted 50,000 other new jobs. They own or lease a fifth of all the class A office space.

    But median home prices have doubled in five years, to $700,000. This is not a good thing in a place where teachers and cops used to be able to afford a house with a water view.

    Our shiny new megalopolis has spawned the inevitable political backlash. If you think there’s nothing more annoying than a Marxist with a bullhorn extolling a failed 19th-century economic theory, put that person on your City Council. So Seattle’s council now includes a socialist, Kshama Sawant, who wants “the public” to take over Amazon ownership. Other council members have proposed a tax on jobs. Try that proposal in Detroit.

    As a Seattle native, I miss the old city, the lack of pretense, and dinner parties that didn’t turn into discussions of real estate porn. But I’m happy that wages have risen faster here than anywhere else in the country. I like the fresh energy. To the next Amazon lottery winner I would say, enjoy the boom — but be careful what you wish for.

    Lire aussi dans le @mdiplo du mois de novembre, « Les “créatifs” se déchaînent à Seattle. Grandes villes et bons sentiments », par Benoît Bréville https://www.monde-diplomatique.fr/2017/11/BREVILLE/58080

    De Paris à Londres, de Sydney à Montréal, d’Amsterdam à New York, toutes les métropoles se veulent dynamiques, inclusives, innovantes, durables, créatives, connectées… Ainsi espèrent-elles attirer des « talents », ces jeunes diplômés à fort pouvoir d’achat qui, comme à Seattle, font le bonheur des entreprises et des promoteurs immobiliers.

    En anglais en accès libre https://mondediplo.com/2017/11/05seattle

    Voir aussi le dernier blog de Morozov sur l’urbanisme Google https://blog.mondediplo.net/2017-11-03-Google-a-la-conquete-des-villes

  • Cannabis : les premiers résultats de la #légalisation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/121017/cannabis-les-premiers-resultats-de-la-legalisation

    Dans le 3D Cannabis Center, à Denver au Colorado. © Iris Deroeux Selon l’étude Cannalex, la légalisation du cannabis en Uruguay et dans deux États nord-américains n’a pas produit « de retournement de tendance en termes de consommation ». La consommation des adultes, qui était déjà en hausse, a continué à augmenter, sauf dans un État. Celle des mineurs est restée stable, sauf en Uruguay.

    #France #Fil_d'actualités #dépénalisation #drogues

  • Inside ProtectWise, the Futuristic Startup That Ran Cybersecurity for the Super Bowl | Inc.com
    https://www.inc.com/kevin-j-ryan/protectwise-futuristic-cybersecurity-startup.html

    “Most cybersecurity systems have the same interface as the cable modem in your house,” he says. “That needed to change.”

    ProtectWise, which Chasin co-founded in 2014 in Denver with former McAfee exec Gene Stevens, completely reimagines the way cybersecurity software looks. Instead of staring at pie charts and seemingly infinite strings of characters, you’re presented with something much more visual: a three-dimensional cityscape. Your company’s entire network is laid out in front of you, and you can easily detect and observe abnormal behavior in real time—or rewind to see when and how an attack occurred.

    To create the company’s futuristic interface, Chasin recruited Jake Sargeant, a Hollywood designer who has worked on visual effects for CGI-intensive films like Tron: Legacy and Terminator Salvation.

    #interface #visualisation #cybersécurité aussi (mais ça je m’en fous un peu)

    Une passerelle #Hollywood > #Silicon_Valley dans le sens inverse

  • Iceland knows how to stop teen substance abuse but the rest of the world isn’t listening | Mosaic
    https://mosaicscience.com/story/iceland-prevent-teen-substance-abuse

    Today, Iceland tops the European table for the cleanest-living teens. The percentage of 15- and 16-year-olds who had been drunk in the previous month plummeted from 42 per cent in 1998 to 5 per cent in 2016. The percentage who have ever used cannabis is down from 17 per cent to 7 per cent. Those smoking cigarettes every day fell from 23 per cent to just 3 per cent.

    (...) Milkman was instrumental in developing the idea that people were getting addicted to changes in brain chemistry. Kids who were “active confronters” were after a rush – they’d get it by stealing hubcaps and radios and later cars, or through stimulant drugs. Alcohol also alters brain chemistry, of course. It’s a sedative but it sedates the brain’s control first, which can remove inhibitions and, in limited doses, reduce anxiety.

    “People can get addicted to drink, cars, money, sex, calories, cocaine – whatever,” says Milkman. “The idea of behavioural addiction became our trademark.”

    This idea spawned another: “Why not orchestrate a social movement around natural highs: around people getting high on their own brain chemistry – because it seems obvious to me that people want to change their consciousness – without the deleterious effects of drugs?”

    By 1992, his team in Denver had won a $1.2 million government grant to form Project Self-Discovery, which offered teenagers natural-high alternatives to drugs and crime. They got referrals from teachers, school nurses and counsellors, taking in kids from the age of 14 who didn’t see themselves as needing treatment but who had problems with drugs or petty crime.

    “We didn’t say to them, you’re coming in for treatment. We said, we’ll teach you anything you want to learn: music, dance, hip hop, art, martial arts.” The idea was that these different classes could provide a variety of alterations in the kids’ brain chemistry, and give them what they needed to cope better with life: some might crave an experience that could help reduce anxiety, others may be after a rush.

    #enfance #drogue #addiction #sport #evidence-based #Islande

  • Comment parler à la « Génération No Bullshit » ? 7 conseils - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2016/11/comment-parler-a-la-generation-no-bullshit-7-conseils.html

    Pourquoi la plupart des dirigeants de médias font-ils comme s’ils n’avaient pas d’ados à la maison ?

    Demandez-leur donc si leurs enfants regardent la télé, écoutent la radio, lisent un journal, parcourent un magazine.

    La réponse est quasi toujours la même : « Heu… non ! Ils sont sur YouTube, Facebook, Snapchat, Instagram, Netflix, Spotify … ou un jeu vidéo », via smart phone ou ordi.

    Et pourtant ces dirigeants — qui savent bien que leur monde change très vite – semblent continuer de privilégier leur audience vieillissante aux usages déclinants, en négligeant la génération montante, celle qui s’apprête à prendre les commandes, celle qui est déjà là.

    Comme si une petite voix intérieure cynique, l’emportant sur l’indispensable lucidité, leur disait : « ça tiendra bien jusqu’à ma retraite ! ».

    L’indispensable lucidité leur soufflerait pourtant que ces jeunes ne reproduiront bien sûr pas leur manière de s’informer, se divertir, se cultiver, tant profonde est la mutation actuelle de la société, tirée par la technologie. Elle leur indiquerait aussi que leurs personnels n’ont pas vocation à travailler dans l’accompagnement de fin de vie.

    Alors comment cet étrange aveuglement peut-il persister plus de 20 ans après l’arrivée du web et 10 ans après celle de l’iPhone ?

    Réflexe de repli sur le cœur de métier ? De défense personnelle liée à la fracture numérique ? Déni de réalité face au monde tel qu’il est ? Face à la rapidité des bouleversements ? Incapacité à imaginer des contenus modernes pour renouer avec ces nouvelles générations, à proposer des modèles d’affaires pertinents, à favoriser des écosystèmes générant création et innovation ? Difficulté à saisir le passage d’un monde de ressources rares et régulées à un monde d’abondance sans frontière ?

    Une absence de vista qui encourage aussi les écoles de journalisme à continuer, hélas, d’éduquer des jeunes toujours formatés au tamis des débouchés classiques : presse écrite, TV, radio (et désormais web).

    Bagarre d’anciens contre modernes ? Même pas. Ces jeunes ne se battent pas contre le vieux monde. Pas la peine ! Ils sont en train de le ringardiser. Ils ne sont pas en mode rejet, mais en mode projet.

    Tenez, en France, près de la moitié des parents s’estiment aujourd’hui incapables d’effectuer le travail de leurs enfants, selon une étude de LinkedIn montrant aussi qu’ils méconnaissent tout simplement certains des principaux métiers actuels.

    La vérité, avouent la plupart des responsables de médias dans le monde, c’est que c’est justement cette déconnexion avec les jeunes qui les réveille au milieu de la nuit.

    Contrairement à eux, les milléniaux n’ont pas à s’adapter au numérique : ils n’ont jamais connu la vie sans Internet. Or les responsables médias eux doivent avancer, de manière très inconfortable, sur deux montures à la fois : le format historique qui décline, et le numérique qui, non seulement s’impose, mais continue de muter à grande vitesse, au fil des changements d’écran.

    En 2017, la publicité digitale dépassera celle de la TV. Dores et déjà les 18-35 ans sont devenus la priorité des annonceurs alors que la moyenne d’âge des chaînes de télévisions est en train de dépasser 60 ans. Aux Etats-Unis, la moitié de l’audience de Fox News a plus de 68 ans, essentiellement des hommes blancs dans des maisons de retraite.

    Pas facile de répondre en même temps aux aspirations d’une génération qui porte le monde dans sa poche, qui a la planète au bout des doigts, qui consomme ses contenus quand elle le souhaite et où elle le souhaite. En marche depuis quelques années, la tendance mobile et sociale n’est pas prête de s’évanouir. L’an dernier la majorité des éditeurs ont déjà vu l’essentiel de leur trafic en ligne basculer pour provenir de terminaux mobiles.

    Tunnels de pubs, audiences mesurées par panel, « carpet bombing » de contenus identiques déversés à heure fixe pour tous, bouquet onéreux de chaînes payantes :comment voulez-vous que les jeunes du 21ème siècle numérique, sollicités de toutes parts, se retrouvent dans un paysage TV caduque qui a si peu bougé depuis des décennies ?

    “Les baby boomers ont étranglé le monde des médias et de la publicité pendant toute une génération (…) Leur étau est finalement brisé par une génération très éduquée, diverse ethniquement, difficile à atteindre, et qui pense mondialement. Les médias ont du mal à s’adapter à ce changement rapide », a résumé fin août le patron de Vice Media, Shane Smith, à Edimbourg.

    Comment alors rester pertinent et attrayant ? Quelles sont les clés de l’engagement et de la connexion émotionnelle ? Est-ce donc si difficile de produire des choses qui intéressent cette génération à la demande, puis de les livrer là où ils vivent ? Nous allons voir que ce n’est pas si simple, mais qu’il y a des pistes.

    QUI SONT-ILS ?

    Ils ont entre 18 et 35 ans.

    Aux Etats-Unis, les milléniaux sont devenus majoritaires. Avec 80 millions de personnes ils représentent désormais une catégorie ethniquement et racialement très diverse de la population.

    Volontiers audacieux, optimistes, pragmatiques, dotés d’une forte capacité d’étonnement, d’émerveillement, d’altruisme (réfugiés, figures du pape François et du Dalai Lama), voire de bienveillance (allocation universelle), ils sont avant tout soucieux d’authenticité et de transparence, de plus en plus difficile à simuler.

    Une attitude souvent résumée par les hashtags #nobullshit et #nofilter

    Assurant renifler le « fake » à 100 mètres, ces fans de culture urbaine aiment aussi la surprise, la découverte et sont très « orientés monde ».

    Baby-boomers sur la sellette

    Les milléniaux ne sont pas l’avenir de notre société, ils en sont déjà les principaux acteurs.

    En Amérique du Nord, ils ont élu Barack Obama et Justin Trudeau. Et n’auraient pas élu Trump.

    (La carte du collège électoral US si les milléniaux avaient voté)
    (La carte du collège électoral US si les milléniaux avaient voté)

    Ils représentent la plus vaste génération dans l’histoire de la population active américaine. Dans les grandes villes d’Asie et d’Afrique, où ils sont brutalement majoritaires et totalement connectés, leurs habitudes numériques se propagent dans le reste de la population. Sur le vieux continent, c’est une jeunesse qui se sent profondément européenne, même au Royaume Uni. En France, ils déplorent un pays « champion du déclassement de la jeune génération ».

    Pour eux, ceux qui sont nés avant 1982 appartiennent à l’histoire.

    Ils sont en opposition avec l’héritage politique laissé par les baby-boomers qui ne leur laissent pas un monde très folichon et dont les choix sont remis en cause. A commencer par l’héritage du Brexit, de l’arrivée de Trump, en passant par les terribles legs environnementaux, de la dette, du chômage, de l’injustice sociale, de l’écart des revenus, des discriminations sexuelles et raciales. Et in fine — et pour la première fois— la perspective de futures générations moins bien loties que leurs aînées.

    Ils rejettent l’ordre établi, les vieux modèles, les corps intermédiaires jugés dépassés, bidons.

    Soucieux de leur impact sur le monde, ils s’engagent volontiers, croient dans l’intelligence collective, prennent au sérieux les mouvements citoyens, n’hésitent pas à transgresser (parti Pirate en Islande) et à défier (parlement de Hong Kong).

    Leur enthousiasme n’est pas uni-générationnel : Bernie Sanders, nouvelle rock star, et Alain Juppé, ont dépassé les 70 ans !

    Co-working, co-locs, co-voiturages

    Mais même s’ils ont la fibre entrepreneur, ils croient de moins en moins dans les vieux logiciels économiques qui ont fait marcher les pays ces 40 dernières années.

    Dans un monde digitalisé et dématérialisé, les attentes des jeunes envers le monde du travail et de l’entreprise ont changé.

    Ils n’attendent pas de travailler dans des bureaux prestigieux en dur et à proximité de leurs collègues. En quête de sens pour leur activité professionnelle, aligné sur leurs valeurs et leurs aspirations, ils n’entrent plus pour faire carrière, mais pour participer à un projet et changent de jobs -tous les trois ans en moyenne- pour avoir plus d’expériences dans leurs vies. La quasi-totalité d’entre eux veut choisir son métier par passion et non par raison, quitte à conserver des boulots alimentaires à côté.

    D’ici 2020, les milléniaux représenteront un tiers de la population active. Ils changent donc déjà l‘entreprise et imposent leurs codes.

    Mais les entreprises ont du mal à faire face aux nouveaux besoins.

    L’essentiel, pour ces jeunes, n’est ni dans l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ni dans la souplesse demandée à l’employeur, ni dans un emploi du temps flexible. Mais dans le sens qu’ils trouveront dans la mission. Ils ne comptent alors pas leurs heures. Ils souhaitent vivre où ils veulent, travailler depuis n’importe où, aller et venir comme bon leur semble.

    A la recherche d’une culture d’entreprise « fun & serious », ils privilégient l’éthique, la confiance, l’intégrité et l’honnêteté. Et ils veulent avant tout apprendre quelque chose de nouveau. Avant le salaire, et préférant l’empathie à l’autorité, ils réclament un mode de management plus engageant et respectueux, voire un leadership partagé.

    Créatifs, collaboratifs, ils ont plaisir à travailler ensemble, mais pas forcément au même endroit, à partager un open space, mais pas forcément avec ses collègues. Un casque et de la musique dans les oreilles ; le travail étant devenu aussi un style de vie.

    Ce sont de plus en plus souvent des « slashers », ceux qui ont plusieurs activités en même temps. Et celui qui n’a pas de profil LinkedIn ou un compte Github n’existe pas, ou n’est pas légitime pour postuler.

    Posséder son appartement ou son automobile n’est plus un signe de réussite. Moins propriétaires, ils louent. Et souvent partagent. Plus qu’une voiture, ils veulent un accès à un mode de transport. L’industrie vestimentaire est aussi victime de leurs nouveaux arbitrages vers le restaurant ou les voyages.

    Leur succès est mesuré désormais dans les expériences : monter sa start-up, bourlinguer, pratiquer des sports extrêmes. Ils travaillent avant tout pour s’offrir la découverte du monde. Aujourd’hui, leurs parents fument plus d’herbe qu’eux !

    La techno pilote leur culture

    Digital natifs, ces jeunes font de la technologie un mode de vie. Ils ont confiance en elle et en attendent beaucoup, notamment quand Internet et le numérique leur donnent plus de contrôle sur leur vie.

    Toujours connectés, accros à leurs smart phones, ils passent plus de 30 heures par mois sur les réseaux sociaux et ont plus d’interactions via leur mobile que physiquement.

    Les marques les plus pertinentes pour les milléniaux américains sont d’ailleurs toutes technologiques : Amazon, Apple, Android, Netflix, Google et Samsung.

    Génération d’« early adopters », ils sont sensibles « au mieux et moins cher », « au good enough is perfect » des géants du web et aspirent souvent à travailler pour eux. Ceux qui réussissent le mieux ont d’ailleurs un bagage technologique.

    Ils privilégient un enseignement en mode projet qui vient du monde des start-ups.

    Les changements liés aux usages vont parfois tellement vite que des jeunes de 25 à 30 ans avouent ne pas parler le même langage que leur jeunes frère ou sœur de 18 !

    La télé vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ...

    Cette révolution en cours dans la manière d’apprendre, de se socialiser, de travailler, s’étend bien évidemment aux nouveaux usages dans la manière de s’informer, se cultiver et se divertir. En d’autres termes, les jeunes dictent aussi - ô combien désormais - leurs nouvelles lois aux médias.

    Une consommation de médias qui segmente aussi la société en réalités parallèles, y compris pour les milléniaux : celles de Fox News vs. MSNBC, de Facebook vs. Twitter.

    Une génération aussi qui en consomme le plus : plus de 6 heures par jour ! Elle a gros appétit mais peu de patience. Et surtout, elle abandonne les médias traditionnels, dans leur forme historique, dont la télévision.

    Le temps dédié à la TV des jeunes Américains s’est effondré de 40% en 5 ans, soit une baisse de plus de 9 heures par semaine, ou près d’une heure et demi par jour, désormais consacrées à d’autres activités. Reste un peu de téléréalité, un peu de sport et de l’info.

    En un an, les 18-24 ans américains ont diminué leur consommation hebdomadaire de TV de plus de 2 heures, selon Nielsen.

    La rentrée 2016 de la TV américaine fut sombre, même pour le football US. Les chaînes de TV payante subissent une hémorragie : -620.000 abonnés pour le seul mois d’octobre pour ESPN, chaîne sportive vedette de Disney. Pour la première fois cette année, YouTube a dépassé les chaînes du câble US en temps passé.

    Les milléniaux étaient ainsi à 86% plus susceptibles de se tourner vers Internet que vers la TV pour apprendre ce que les autres pensaient du débat présidentiel américain, selon un sondage Ipsos pour Google.

    En France aussi, la fuite de la télé des adolescents s’est accélérée à la rentrée 2016. Aux Etats-Unis, les jeunes adultes boudent le câble pour privilégier les plateformes de streaming, qui répondent mieux à leurs attentes. D’après les derniers chiffres de Médiamétrie, les jeunes Français passent une heure et demi moins de temps devant la TV que la moyenne de la population. Le temps télé des jeunes britanniques se fait déjà à 20% en différé. Des audiences qui sont à 20% au moins non pas en linéaire mais en ligne comme Love Island de la chaîne ITV.

    Même le sport est touché : lors des derniers JO de Rio, l’audience TV des moins de 50 ans a plongé de 25%. Et le phénomène est mondial. Aux US, l’âge moyen des téléspectateurs de football américain et de baseball a grimpé respectivement de 4 et 7 années, durant la décennie écoulée, pour atteindre 47 et 53 ans !

    Deloitte
    C’est une génération qui a grandi avec Netflix et Youtube et non avec MTV et Canal+.

    Sans surprise, leurs goûts vont avant tout vers la musique et la comédie.

    Mais leurs passions portent aussi sur des sujets sérieux d’informations :l’environnement, les droits civiques, la justice sociale, l’inégalité des revenus, les droits des minorités, la cyber-sécurité… Ils peuvent ainsi regarder des documentaires de 10 heures sur Netflix.

    Et Netflix arrive d’ailleurs largement en tête de leur consommation vidéo :

    Piper Jaffray
    YouTube de son côté touche plus de 18-49 ans que n’importe quelle chaîne de télévision aux US. Ses budgets pour des séries originales sont désormais les mêmes que pour des chaînes du câble, et, pour les films, équivalents à ceux au cinéma indépendant. Après Los Angeles, la filiale de Google a ouvert des studios de production à Londres, Paris, Tokyo, Bombay et Sydney.

    De la programmation à la curation : pour trouver le bon contenu, les milléniaux se reposent très fortement sur les conseils émanant de leurs réseaux sociaux dans une nouvelle société de la recommandation. Le pouvoir passe ainsi des directeurs de programmes qui décidaient tout à une curation faite par des tiers, voire par des machines (algorithmes). Un tri décentralisé où des individus agrègent des communautés, où d’autres remixent des contenus. Avec le danger de rester enfermés dans ses propres goûts et intérêts, et d’être surpris quand ceux qui ne sont pas dans leur cercle d’amis votent pour l’autre côté...

    L’info reste très importante

    Sous de nombreuses formes, à tout moment, sur de multiples canaux, l’info fait bien partie du régime média des jeunes, surtout si elle est sociale et fun. Mais à l’âge de l’info distribuée (Snapchat, Instant Article de Facebook, Instagram, AMP de Google) si l’actu n’est pas dans leur « newsfeed », c’est qu’elle n’est pas importante. Si ce n’est pas important, pourquoi aller voir ?

    Ils attendent donc que l’info passe sur leur flux social et leur mobile. Les réseaux sociauxviennent ainsi de ravir la 1ère place comme source d’infos pour les 18-24 ans dans le monde. Les acteurs les plus récents dans l’informations l’ont bien compris et adoptent unmodèle de médias distribués sur d’autres plateformes : AJ+, NowThis, BuzzFeed, Melty, etc.. L’info par le jeu (newsgames) se développe aussi.

    Avec son tempérament exalté et brut de décoffrage, Vice, qui entend être « tout à la fois MTV, CNN et ESPN », mais aussi « le Time Warner de la rue », vient de lancer son journal TV sur HBO destiné aux milléniaux et à bouleverser l’info télé. Pas de présentateur, ni de gros titres sur Vice News mais de la musique, des sujets « in your face » décalés, dans l’air du temps, en sur-jouant l’authenticité.

    Enfin les jeunes sont aussi acteurs de leur info : avec leur propre smart phone, ils parviennent à forcer la conversation sur des crimes filmés en direct lors d’incidents ou de manifestations.

    Tri algorithmique préféré au choix d’une rédaction ?

    Les jeunes s’informent avant tout sur Facebook. Et de plus en plus souvent préfèrent que des algorithmes – jugés plus démocratiques - choisissent pour eux les infos plutôt qu’un éditeur en raison de leur supposée absence d’agenda politique, de la variété de leurs sources et de leur capacité à personnaliser l’offre. Des jeunes qui se voient aussi de plus en plus comme éditeurs de leur propre flux d’actualités et qui souvent préfèrent le textepour être informés.

    Après le journalisme mobile, on commence à parler aussi de nouveaux formats : drone-journalism, le journalisme VR, journalisme snap, et même de glance journalism (pour les notifications sur wearables ou smart phone).

    Mais de grosses différences subsistent parmi ces milléniaux : les plus aisés d’entre euxont un penchant plus marqué pour des contenus plus internationaux, plus sensibles aux problèmes environnementaux et aux marques qui redonnent quelque chose à la société. Ces jeunes-là, pus diplômés, n’hésitent pas à aller directement sur les versions en anglais et veulent désormais leurs propres contenus sur la TV de l’hôtel !

    Leurs médias sont des réseaux sociaux : Snapchat, Instagram…

    Illustration by Tim Enthoven (NYT Magazine)
    Illustration by Tim Enthoven (NYT Magazine)

     Leurs médias obéissent à trois règles simples : 

    Ils proposent des contenus qui les intéressent
    Ils sont forcément mobiles (donc disponibles partout), sociaux (pour le partage) et contiennent beaucoup de vidéos.
    Leur staff est le reflet de leur audience, et leur audience est le reflet de leur staff.
    L’âge moyen des milléniaux est de 26 ans. C’est aussi l’âge moyen des employés de Facebook, Mic, Vice ou AJ+.

    Leur porte d’entrée du web, n’est plus Google mais Snapchat, Instagram ou Facebook, qui sont en train de gagner la bataille de l’attention. D’ailleurs pour de nombreux jeunes,Facebook EST l’Internet, et non plus seulement une plateforme. C’est aussi le live de tous pour tous !

    C’est toutefois une audience à durée d’attention réduite, qui regarde son smart phone de manière verticale, qui filme en mode portrait, qui pratique le « news snacking », la consommation de nombreuses vidéos d’informations courtes et partageables. Si le snacking est de mise, le temps total s’allonge : la durée moyenne d’une session sur Facebook est supérieure à 30 minutes (contre moins de 3 mn pour un journal) et sur YouTube chacune dure désormais plus de 40 minutes, soit 50% de plus que l’an dernier.

    Leurs codes incluent photos, mini-vidéos, emojis, gifs, infographies, où le sérieux et l’absurde coexistent sur le même écran.

    Les messageries instantanées dominent et sont les nouvelles plateformes de partage de photos et vidéos. A l’ère du tout visuel, cette génération consomme par l’image d’où le triomphe des « visual story tellers ». La caméra du smart phone est le point central de leur vie en ligne.

    Destination vedette de la génération mobile-first, Snapchat, appli de messagerie instantanée, de selfies, et de partage de photos et vidéos souvent remixées, entend, comme Facebook, prendre la place de la TV – et lui piquer les milliards de la pub- avec ses contenus vidéos originaux qui incluent aussi bien les breaking news que des séries de 6 à 8 minutes, des comédies, ou des shows de télé-réalité.

    L’application est aussi encore pour l’instant un refuge « pour jeunes » face à un Facebook envahi par les parents et grands-parents !

    Pour Melty, l’innovante Snapchat, « kiosque des temps modernes » est « une plateforme préfigurant la TV de demain ».

    Snapchat produit et commande aussi désormais ses propres séries aux studios et aux talents professionnels. Elle embarque des programmes courts des plus grandes chaînes de télévision. Pour ses fameux Video Music Awards annuel, la chaîne MTV a vu son audience TV plonger de plus de 30% tandis que son trafic explosait de plus de 75% sur Snapchat où son audience fut trois plus importante qu’à la télé.

    L’information y devient un domaine important avec des mini-reportages de Syrie en coopération avec des médias ou avec l’ONU, ou en reprenant des snaps venant du monde entier. Les universités britanniques ont aussi désormais recours à Snapchat pour communiquer avec leurs étudiants.

    Pour courir après les jeunes, même Facebook et ses filiales Instagram et WhatsApp en viennent à copier les meilleures fonctions de Snapchat !

    Leurs plateformes d’aujourd’hui : jeux vidéo, e-sport, live-streaming

    De nouveaux acteurs rassemblant des milliers de chaînes YouTube sont aussi apparus ces dernières années. Ainsi Machinima et ses près de 4 milliards de vidéos vues chaque mois avec des contenus jeunes et de l’e-sport, nouveau graal de l’entertainment.

    Vécus de plus en plus comme des expériences « live » pratiquées entre milliers de joueurs disséminés dans les quatre coins du monde, les jeux vidéos ne sont plus seulement ludiques, mais des espaces de fantaisie où les genres vont se multiplier, où certains se révèlent en animateurs et réalisateurs qui divertissent des millions de spectateurs sur leurs chaînes Twitch.

    Les nouvelles plateformes : VR, AR, bots….

    Cette période est aussi celle des changements technologiques à très grande vitesse. Au moins deux fois plus vite que la télé qui a volontairement fait l’autruche ! Il ne suffira pas de s’adapter au mobile et aux réseaux sociaux. Demain arrivent les nouvelles interfaces conversationnelles, les bots, l’intelligence artificielle, les équipementiers mobiles de 5ème génération, la 4K et la 8K, les réalités altérées (VR/AR)…

    La VR ne va pas seulement nous permettre d’aller n’importe où et dans n’importe quelle époque, mais aussi de partager des expériences avec n’importe qui dans le monde. Des machines à rêves forcement pertinentes dans l’éducation et les loisirs. Et déjà bien présentes dans les jeux vidéo.

    La folie mondiale Pokemon Go de l’été dernier a montré l’invraisemblable appétit mondial pour ces formats encore plus disruptifs, qui ne se jouent plus dans le salon mais partout dans la ville.

    Dans quelques années, les médias s’inscriront dans une nouvelle ère informatique où règnera la réalité augmentée, dopée à l’intelligence artificielle, activée par voix et geste, où les contenus et les œuvres seront autour de nous et viendront à nous. La course aux armements dans la Silicon Valley pour lancer des labos d’AI bat son plein.

    En attendant ces nouvelles interfaces hommes-machines, les technos immersives de l’image (4 et 8K) en 360° et bientôt en connexion ultra rapide 5 G feront partie de la nouvelle donne.

    Une chose est sûre : nos enfants vont grandir avec ces nouvelles interfaces.

    Alors quid des efforts des vieux médias ?

    Bien sûr les médias historiques adoptent les nouvelles plateformes pour être présents là où les jeunes adultes consomment et partagent l’information. Les deux tiers des téléspectateurs sur d’autres écrans que la TV ont moins de 35 ans.

    Après le web et les mobiles, les vieux médias sont aussi - pour la plupart – présents sur les grands réseaux sociaux où l’audience est plus jeune que celle du web. L’utilisation de Twitter, YouTube, Facebook et même récemment Snapchat, y est désormais quasi de rigueur.

    Les professionnels reconnaissent la nécessité d’experts et d’équipes dédiées pour se familiariser avec tous ces nouveaux outils. Ils créent des postes d’éditeurs mobiles, montent des studios d’innovations mobiles, des équipes plateformes.

    Les groupes de télévision sont en train de lancer avec succès une seconde vague de programmes natifs dédiés « Social TV », sous formats mobiles et sociaux. Notamment via encore Snapchat.

    Exemples :

    CNN se déclare ainsi éditeur social mondial 24/7 (Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram), et a choisi le bot de Kik pour s’adresser aux 13-17 ans. La chaîne américaine a débauché une bonne partie du service politique de BuzzFeed à quelques semaines de l’élection présidentielle.

    Sur Snapchat, National Geographic a montré la rentabilité d’un modèle qui attire les annonceurs et permet beaucoup de créativité pour les producteurs. La TV publique américaine PBS y fait aussi des séries. En France, elle attire depuis peu de nombreux éditeurs, anciens et modernes.

    Pour récupérer les screenagers sur leurs mobiles, MTV, jugée aujourd’hui ringarde, lance des shows sur Snapchat avant de les diffuser à la télévision. Al Jazeera a fermé cette année ses activités TV aux Etats-Unis, mais y a renforcé ses activités multiplateformes en ligne très florissantes sous le label AJ+.

    En Suisse romande, la RTS a installé à côté de son JT du soir une émission « Nouvo » qui produit désormais des vidéos courtes uniquement pour les réseaux sociaux. HBO, aux Etats-Unis, propose désormais chaque soir un JT de 30 mn fait par Vice Media et chaque dimanche soir l’excellent programme Last Week Tonight de John Oliver.

    Les télévisions publiques allemandes ZDF et ARD se sont associées pour créer « funk » une chaîne « jeunes » en ligne. La BBC a fait passer la sienne également en numérique et a doublé sa présence sur YouTube en six mois. Elle a aussi utilisé la plateforme Yik Yak pour parler aux jeunes britanniques du Brexit et produit des séries destinées aux mobile comme « Mission Selfie ».

    L’audiovisuel public canadien vient d’ouvrir un labo jeunesse dit « Prochaine Génération », espace de création créé et géré par des milléniaux. La TV publique finlandaise Yle a aussi son espace Kioski, l’américaine PBS fait un spin-off en ligne d’un de ses plus importants formats jeunesse.

    La radio publique américaine NPR conserve aussi un socle solide de jeunes qu’elle accompagne notamment avec ses podcasts très populaires et une nouvelle appli très personnalisée NPR One.

    Même tendance pour les médias locaux. Des journalistes du quotidien Sarasota Herald Tribune passent du temps à remixer leurs articles pour les millenials locaux dans un site à part, Unravel. D’autres grandes villes américaines s’y mettent aussi, comme Philadelphieou Pittsburgh, avec Billy Penn. Le Denver Post a lancé avec succès une section dédiée à l’industrie de la marijuana, The Cannibalist.

    Le Monde en France propose Les Décodeurs. Même Le Figaro arrive à communiquer avec les jeunes via Snapchat. En France, TMC a repris Yann Barthes avec le Quotidien, une nouvelle plateforme d’infos vidéos se lance : Brut pour le journalisme de rue.L’audiovisuel public français se regroupe derrière une nouvelle offre plus moderne, Franceinfo : devenue le 4ème site d’infos.

    Le jeunisme passe aussi par les rachats ou les prises de participation.

    Pour suivre les jeunes dans leur migration, l’autre voie choisie par les médias historiques est de racheter ou d’investir dans leurs médias : Murdoch, qui s’est brûlé les doigts sur MySpace, a pris 5% de Vice, Disney près de 20%, Comcast/NBC/Universal a investi dans Vox et BuzzFeed, Time Warner dans Mashable et Refinery29, pour leur expertise « jeunes », celle qui sait comment viraliser une histoire et la calibrer pour les mobiles.

    Pour séduire les jeunes, le groupe américain de presse et de TV locales Scripps a racheté le site de vidéos Newsy. Turner Broadcasting s’est emparé du site sportif Bleacher Report. Le groupe de TV hispanique Univision a racheté Gawker après The Onion.

    Les médias s’associent aux influenceurs

    Quelques médias commencent également à comprendre l’influence des stars de YouTube ou Snapchat et les font travailler pour eux. Ces joint ventures sont tout profit pour les "anciens" : ils profitent des millions de fans des influenceurs et rajeunissent leur marque. Les médias anciens, avec leur capacité d’analyser et d’expliquer le monde, peuvent, de leur côté, apporter du contenu avec des points de vues complets et objectifs aux YouTubers, qui sera diffusé sous un nouveau format, adapté aux jeunes.

    Nouvel eldorado : l’e-sport

    La génération des milléniaux a aussi grandi avec les jeux vidéo, désormais deuxième pratique culturelle en France derrière la lecture et longtemps délaissée, voire méprisée, par les grands médias. Après plusieurs années de déni, les télévisions se mettent progressivement à diffuser l’e-sport dont les compétitions n’ont rien à envier aux plus grandes rencontres sportives en termes d’audience ou d’émotions.

    QUE FAIRE DE PLUS ? 7 CONSEILS

    1D’abord comprendre ce qu’ils veulent
    La génération « No Bullshit » rejette « la voix de Dieu », celle du présentateur en surplomb qui dit en substance : je parle, vous écoutez. Ils sont déjà au courant ! Ils ont suivi de près ou de loin l’actu toute la journée. Ils veulent juste qu’on leur montre que le monde change et ce que cela signifie.Leur journalisme est sans maquillage, sans pseudo-experts cyniques, sans blabla. Il s’en tient aux faits, aux images, et au décryptage rapide et smart, qui ne cherche pas la petite phrase.

    Ils ont probablement l’un des meilleurs détecteurs de « b/s » de l’histoire. Même si, comme tout le monde, ils se font piéger par des arnaques.

    Mais ce qui compte, à leurs yeux, c’est, une fois encore, l’authenticité, la mise à nu, l’autodérision, la vulnérabilité. Pas les paillettes. Ils veulent souvent une info désintermédiée, entendre l’info de la bouche de ceux qui la vivent, pas du contenu racoleur qui cherche à faire du clic. Les filtres sont bienvenus s’ils sont pertinents.

    Ils ne supportent plus l’intrusion publicitaire, voire le gavage qui fonctionne avec des concepts de matraquage qui n’ont pas évolué depuis l’après-guerre.

    C’est une génération mobile first qui prend le numérique comme un mode de vie culturel.

    2"Place aux jeunes !" Les impliquer, leur donner les clés
    Cette génération nous dit en gros : faites-moi réfléchir, faites-moi rire et donnez-moi la parole !

    Elle entend faire partie de la solution, être un partenaire et non juste une cible marketing.

    Ces jeunes veulent autant créer que consommer. Ils sont d’accord pour faire confiance, mais souhaitent aussi s’exprimer, avoir voix au chapitre.
    Il faut les intégrer dans la fabrique, leur ouvrir un espace de co-création et de co-production. L’intégration de leurs contenus se fait d’autant plus facilement désormais que s’améliore la qualité générale des vidéos, de la bande passante et des technos mobiles ainsi que des logiciels de traitement de l’image.

    Mais ce n’est pas suffisant. Les médias doivent aussi rafraîchir la culture de l’organisation et la rendre plus diverse. En modifier l’ADN.

    Trop souvent ce sont les fils et filles de riches qui travaillent dans les médias.

    Il faut renouveler le recrutement. Leur staff doit mieux refléter la communauté qu’elle sert. Après les vidéos de chatons, BuzzFeed France a décollé avec des sujets plus fouillés et en recrutant des journalistes jeunes et plus représentatifs de la diversité ethnique de la société que les médias traditionnels.

    Mais aussi du côté de la technique. Il faut que ça marche ! Le média ne peut être en retard sur le reste de la société, qui jongle avec le numérique.

    Le média doit donc surtout refléter son audience, ultra connectée, tournée vers les réseaux sociaux. Et savoir garder ses talents.

    Certaines entreprises n’hésitent pas à créer des « shadow comex », comités de direction parallèle composés uniquement de milléniaux qui ont au moins un pouvoir consultatif. Des médias faits par les jeunes pour les jeunes.

    3Apprendre d’eux et de leurs médias
    Il ne sert plus à grand-chose d’opposer médias et pure players. Qu’on le veuille ou non, les médias sont aujourd’hui désintermédiés par ceux qui les distribuent. Il est évidemment sidérant de voir les nouvelles plateformes des jeunes, Facebook, Snapchat, YouTube et autres ne pas hésiter à démarcher les vieux acteurs, TV en premier, pour leur demander leurs contenus, avant de les engloutir ! Mais ont-ils le choix ?

    Au moins peuvent-ils apprendre de leur agilité, rapidité, flexibilité.

    La techno va vite : il faut soigner l’emballage, l’ergonomie, la forme. Optimiser les versions mobiles. Ceux qui ont fait les sites de la dernière décennie ne sont pas forcément les mêmes qui vont faire les applis de demain dont les fonctionnalités changeront toutes les trois semaines.

    Apprendre à prendre des risques avec les idées, les talents, les technologies. Se donner le droit à l’erreur ou à l’essai, si on préfère. Expérimenter et réagir très vite, et être à l’aise à lâcher des versions non finies.

    Etre à l’écoute intime de son audience, apprendre à attraper son attention dès les toutes premières secondes.

    Apprendre aussi des jeunes et de leur culture.

    Une culture du remix où ce qui est viral touche à l’émotion, l’injustice sociale, la simplicité, et l’humour.

    Ne pas avoir peur de l’engagement, le favoriser en rendant les contenus partageable, répondre à toutes les conversations : permettre aux créateurs de se connecter facilement et rapidement avec leurs fans.

    Enrichir les liens dans la société qui n’existeraient pas sans la télé, bâtir ensemble de la culture et de la compréhension face au monde qui vient. Mettre un peu d’ordre dans la confusion et la complexité nées des nouveaux changements permanents de contextes et de l’effacement des frontières entre les genres (vie réelle, vie numérique, réseaux sociaux, messageries, demain réalités altérées).

    Pourquoi les jeunes, et les médias, sont-ils tellement surpris par le résultat du vote Trump, pourtant obtenu dans un processus démocratique ? A force de vivre dans leur bulle ils ont peut être oublié qu’il existe des populations qui ne pensent pas comme eux. Bercés par les algorithmes rassurants et communautaires de Facebook, ils négligent les différences et la multitude de points de vues. Le rôle des médias devrait justement être de remettre l’information dans un contexte, de rester objectif et de prendre en compte tous les opinions, sans filtre gauche ou droite. L’enjeu est de réconcilier deux générations, de faire comprendre la vision du monde des uns aux autres, mais dans les deux sens.A être toujours connectés, ils se sont déconnectés.

    Permettre aussi aux jeunes de former les anciens et contribuer à accorder les générations dans l’entreprise et dans la société. La nouvelle fracture numérique n’est pas dans l’accès ou le prix, entre ceux qui ont ou pas les moyens d’accéder à Internet, mais entre ceux qui veulent y accéder ou pas ! Et le plus souvent ceux qui ne veulent pas sont les seniors ! Et, dans une moindre mesure, les ruraux et les non diplômés.

    A noter aussi que souvent, dans le cocon familial, la manière de consommer les médias des enfants influence les parents, en particulier pour la télé, alors moins regardée. L’influence parentale restant claire quand il s’agit d’autres « vieux » médias : radio, journaux papier, cinéma, livres, CD.

    4Renforcer la valeur ajoutée et la liberté dans les formats d’écriture
    Le copier-coller de contenus ne marche pas dans le numérique. Ni dans un sens, ni dans l’autre. Même Vice, qui vise pourtant les jeunes, ne décolle pas quand il est diffusé sur le téléviseur.

    Chaque plateforme a ses usages, et donc sa grammaire, ses codes, son ton.

    Ici des vidéos partageables qui expliquent des choses complexes de manière brèves et convaincantes, là des formats plus longs, plus fouillés seront appréciés. Il faut offrir non seulement la consommation sur plusieurs écrans, mais aussi de nouveaux contenus exclusifs à l’acte, des capacités d’enregistrement et de remix sans difficulté, des abonnements ponctuels.

    Contrairement aux idées reçues, les jeunes sont aussi prêts à ne pas considérer le web comme l’eldorado de la gratuité : 55% des milléniaux US paient déjà pour du divertissement en ligne, et ils sont déjà 40% à payer pour des services d’infos.

    Mais attention le modèle de Netflix ou Hulu, appliqué à tout, n’est pas sûr de fonctionner pour des milléniaux dont l’engagement passe uniquement par le social.

    5Améliorer leur expérience
    Soigner l’accès aux contenus, et sa fluidité, est devenu déterminant dans l’expérience de jeunes à l’attention fragmentée et de courte durée.

    Apprendre à mettre en scène des contenus fragmentés, aussi.

    Par leur utilisation massive et leur efficacité, les services comme Spotify, Google, Facebook mettent la pression sur les médias historiques, incompétents en design interactif, en expérience utilisateur (UX), en ergonomie.

    Les jeunes réclament une expérience totale. Un contenu contextualisé mais sans effort : que tout soit à leur portée, tout de suite, au moment même où ils visionnent.

    Avec les formats 360°, de réalité virtuelle et augmentée, qui arrivent, les médias vont aussi devoir se mettre rapidement à apprendre à immerger l’utilisateur dans les contenus.

    Les données et nouveaux outils de mesure deviennent clés dans la gestion des contenus, leur marketing et de plus en plus leur « découvrabilité ».

    Ce sont d’ailleurs désormais les « analytics » qui donnent les indications du succès, de la « fan base ».

    6Personnaliser leur expérience
    Comment faire face aux géants du web si les médias historiques ne sont pas capables de personnaliser et de recommander leurs contenus ? Mais ils ont peur de la personnalisation car ils craignent une dissolution de leur personnalité dans le sur-mesure de masse.

    Pourtant, segmenter son audience et adapter son offre à chaque plateforme est devenu clé. L’expertise va être de savoir quoi proposer à qui et où. Grâce aux data et à la segmentation, il sera possible d’offrir le bon format à la bonne personne au bon moment.

    Les playlists de contenus à découvrir, de conseils de films et d’œuvres seront faits par des éditeurs, des professionnels des programmes, des experts reconnus, des amis et des machines.

    Même la télévision est de moins en moins une activité familiale. Elle se consomme de plus en plus à la demande et de manière personnalisée sur tout écran et de nombreuses plateformes où il est crucial d’apparaître en haut du fil d’un réseau social, ou d’un mur de posts.

    Plutôt que vers des chaînes, les jeunes risquent de se tourner à l’avenir vers des plateformes intégrées verticalement qui offriront un catalogue profond et personnalisé de contenus et d’œuvres à la demande, sur le terminal de leur choix. D’autant que le vieux modèle de la TV payante s’effondre.

    Les opérateurs télécoms, assis sur des montagnes de données, largement encore inexploitées, l’ont bien compris et ont repris leur marche vers la convergence pour combiner contenus, bande passante, accès, spectre,... Les grandes manœuvres battent leur plein, la consolidation est puissante : AT&T avale Time Warner (CNN, HBO, Warner Bro.) après Direct TV, Verizon a racheté NBC Universal, et leurs contenus pour les distribuer sur toutes les plateformes… Le prix des offres en bouquet chute, … En France Altice Media donne l’exemple. Même si ce mouvement ressemble plus à une tentative de regroupement défensif pour intermédiaires menacés.

    Les grands acteurs traditionnels sont en train d’alléger leurs bouquets (le menu), d’offrir des choix (la carte) et baissent les prix. Car en ce moment ce ne sont plus eux les vrais distributeurs de la culture des jeunes, mais Netflix, YouTube, Facebook et consors. Essentiellement sur mobiles, d’ailleurs !

    Le nouveau modèle est désormais bien évidemment une consommation à la demande, à la carte, en différé. A leurs conditions donc et sur leur plateformes.

    7Refonder le contrat de la publicité et du gratuit
    Refusant de plus en plus l’intrusion des messages à caractère commercial, les jeunes, utilisateurs massifs d’ad-blockers, haïssent la pub. L’éviter leur est aussi important que de pouvoir regarder les programmes à la demande.

    Ils entendent être acteurs de leur expérience publicitaire. Ils s’attendent aussi à ce que les marques sachent qui ils sont.

    Face à une génération consciente de son pouvoir de négociation sur l’utilisation de ses données, et exigeant des services de plus en plus personnalisés, les marques feraient bien de tout faire pour utiliser au mieux les outils de mesure permettant d’affiner leurs propositions. Ces jeunes ne sont d’ailleurs pas hostiles au brand content, à la pub native, si le message porte leurs valeurs, ou si le format est innovant, comme sur Snapchat.

    Mais la pub display a disparu, le spot de 30 secondes va mal et le programmatique a fait chuter les prix. Le financement de la TV des milléniaux n’est pas simple.

    Pour capter leur attention, les marques doivent être pourtant au moins aussi intéressantes que les YouTubeurs et les influenceurs qui sont aujourd’hui leurs plus grands concurrents face à des milléniaux devenus des cibles privilégiées pour leur pouvoir d’achat présent et futur.

    Vivement « les perennials » !

    Nous savons tous que nous allons avoir de plus en plus d’informatique dans nos vies. Via différents terminaux. Et peut-être après-demain sans écran. Nous connaissons aussi la difficulté des médias historiques à reprendre de l’attention aux nouveaux médias, bien meilleurs aux yeux des jeunes et qui bougent très vite !

    Mais le nombre de sociétés et de marques média qui obtiennent des succès considérables auprès des 18-35 ans montre qu’il n’y a pas d’obstacle majeur pour atteindre cette cible. 

    Alors, sans céder au fétichisme de la jeunesse, au jeunisme, nous ne pouvons prendre le parti de l’insécurité et de l’ignorance de responsables débordés face au monde numérique. De responsables de l’audiovisuel, du cinéma et de la culture qui n’ont pas une, mais deux générations de retard ! Non seulement sur les Jobs et Gates, hier, mais aussi sur les Zuckerberg, Bezos, Musk, Brin et Page, aujourd’hui. Avec la complicité du secteur publicitaire, ils ont préféré vivre de la rente et livrer des résultats à leurs actionnaires plutôt que d’assurer l’indispensable transformation numérique de leur entreprise. Et parfois encore plus cyniques, soutenir un vieux monde politique et des intérêts où les jeunes n’ont pas encore assez de pouvoir.

    Mais désormais c’est le public qui dicte sa loi. Et ses usages.

    Avant les gens allaient aux médias, aujourd’hui c’est aux médias d’aller à eux ! D’adopter vite le contexte de milléniaux hyper-connectés qui incarnent l’avenir, pas de résister. L’incapacité des médias traditionnels à se réinventer provoque déjà un arrêt de la croissance des emplois numériques dans leur secteur. Demain, le risque est de devenir hors sujet !

    Mais ce n’est pas suffisant. Face à une génération qui évolue dans un monde de choix infinis, de jeunes qui vivent à l’intérieur même de leurs médias, où authenticité et proximité sont des valeurs cardinales, leur faire confiance, lâcher prise, ne paraît pas hors de portée.

    Allons plus loin. Donnons-leur du pouvoir à tous les niveaux : dans la confection d’un JT, d’un magazine, d’un talk show, d’une maquette, d’une fiction, d’une application. Accueillons-les aux comités de direction et au conseil d’administration.

    Laissons aussi plus de place à l’expérimentation, à l’erreur, au tâtonnement que permettent les outils numériques. Avant de se lancer une chaîne demandait une fréquence, des mois de préparation et des millions d’euros. Désormais lancer une chaine sur Facebook ou YouTube se fait en quelques secondes avec un smart phone – profitons-en pour explorer.

    La solidarité intergénérationnelle, le bon sens, et la tension actuelle plaident pour rapidement donner la place qu’ils prendront de toute façon. Ces jeunes sont les hackers de notre vieux monde, les entrepreneurs du changement.

    Aujourd’hui les vieux médias ont aussi besoin des nouveaux médias, et inversement. Car ceux qui vont « bouffer ces derniers sont aujourd’hui en maternelle », prévient le patron de Vice Media. Gare donc à la génération Z, celle qui a grandi dans les années 90, la plus influente et qui constitue la vraie bascule. Une génération qui paiera peut être demain par selfie !

    Déjà se profile encore une nouvelle catégorie, celle des perennials, vieux et jeunes enfin réunis, vivaces de tous âges, qui enjambent les générations, vivent au présent, sont passionnés, créatifs, curieux surtout de têtes et d’idées nouvelles. Il semble d’ailleurs être prouvé que la neuro-plasticité n’est plus une question d’âge. Et qu’après 25 ans, nous pouvons encore recréer des circuits neuronaux.

    Comme toujours, le plus grand défi est donc celui du changement culturel. En d’autres termes, le changement en profondeur de l’état d’esprit de l’entreprise.

    Les médias auront-ils le temps de changer aussi rapidement et en profondeur que nécessaire ? Il y a encore un an, personne de plus de 40 ans n’était sur Snapchat !

    Aujourd’hui les seniors y débarquent, ce qui pourrait faire fuir les jeunes vers un nouvel havre numérique. Où seront les jeunes demain ?

    Eric Scherer

     

    –------------

    PS : nous développerons ces sujets dans notre Cahier de Tendances Méta-Media N°12, Automne Hiver 2016-2017, avec de nombreux témoignages et contributions de créateurs de médias dédiés aux jeunes audiences, en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique. Mais aussi des initiatives de vieux médias vers ces nouveaux publics.

    Le cahier sera disponible ici, sur Méta-Media en pdf gratuitement fin novembre, début décembre.

     (Illustration de couverture : Jean-Christophe Defline)

    Par Eric Scherer,Directeur de la Prospective, France-Televisions                                                                            http://www.meta-media.fr

  • Dans le lac Titicaca, 10.000 grenouilles sont mortes : la pollution en cause ? (MAJ)
    http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-lac-titicaca-10000-grenouilles-sont-mortes-po

    Dans le lac Titicaca, au Pérou, 10.000 grenouilles géantes sont mortes, mais de quoi ? Mystère… D’après les habitants, des milliers de ces batraciens gisent sur les berges de cet immense lac d’altitude. Les premières observations officielles confirment l’évènement. Quelle en est la cause ? Une pollution, sans doute. L’état de ce lac inquiète en effet depuis longtemps.

    • #Telmatobius_culeus

      http://www.planetaazul.com.mx/site/2011/11/10/estadounidenses-trabajaran-en-conservacion-de-rana-gigante-del-titic

      ESTADOUNIDENSES TRABAJARÁN EN CONSERVACIÓN DE RANA GIGANTE DEL TITICACA

      Especialistas del zoológico estadounidense de Denver trabajarán en la conservación de la rana gigante o “Telmatobius culeus” de la reserva nacional del Titicaca (RNT), informó el Servicio Nacional de Áreas Naturales Protegidas por el Estado (Sernanp).

      LIMA, Perú; 10 noviembre 2011.- Para coordinar acciones, el jefe de la RNT, Víctor Apaza Vargas, se reunió con Tom Weaver y Matt Herbert, especialistas en crianza y evaluación de poblaciones de la especie, como también en educación ambiental del zoológico, respectivamente; y su representante en Perú, Roberto Elías, de la Universidad Cayetano Heredia.

      Se acordó incluir al “Telmatobius culeus” en los monitoreos de recursos que se realizan en la RNT, así como identificar, a través de un análisis de ADN, la existencia de más de una especie o subespecies del batracio.

      El Sernanp indicó que la especie es atacada por el hongo “Batrachochytrium dendrobatidis”, responsable de la disminución de la población de anfibios. La iniciativa también busca incluir a la especie dentro del programa de educación ambiental del área natural protegida para sensibilizar a la población estudiantil sobre la importancia y el peligro en que se encuentra la “Telmatobius culeus”

      (Los Andes)

      Une explication avec un champignon

      Desde finales de los 90, el hongo quítrido (Batrachochytrium dendrobatidis) ha producido el declive y la desaparición de numerosas poblaciones de ranas a nivel mundial. Este hongo dulceacuícola originario de Sudáfrica, parasita la piel de los anfibios, produciendo una enfermedad conocida como quitridiomicosis, que en la mayoría de los casos culmina con la muerte del animal parasitado. El “asesino” de ranas –nombre célebre de este hongo–es rápido y no tiene compasión; asfixian a sus víctimas bloqueando la respiración cutánea –que en anfibios es muy importante–.

      Es necesario destacar que si bien en algunos lugares el hongo ha causado importantes daños, en otros se ha visto que los anfibios infectados pueden vivir por años en la naturaleza sin desarrollar síntomas de la enfermedad. Esta relación de parasitismo está afectada por las condiciones ambientales. En el laboratorio, el hongo quítrido crece mejor entre 17 y 25 ºC; temperaturas por encima de los 25 ºC pueden eliminar la infección. En la naturaleza, la prevalencia de la infección en la población y las tasas de mortalidad del hospedador están frecuentemente relacionadas con las condiciones ambientales del medio; las tasas de infección son más altas durante los meses más fríos y en sitios elevados. Mayores temperaturas corporales, se traducen en menor susceptibilidad al hongo.

      Los anfibios son animales ectotermos, es decir, animales que no tienen mecanismos propios para regular su temperatura corporal y, por tanto, depende de la temperatura ambiental –nosotros somos endotermos, mantenemos nuestra temperatura corporal independientemente de la temperatura ambiental–. Aquellos anfibios que pasan más tiempo expuestos a temperaturas ambientales altas, tienen temperaturas corporales más elevadas y, por tanto, son menos vulnerables a la infección por el hongo quítrido.

      Sea cual sea la explicación correcta, este estudio muestra que el historial térmico ambiental en la naturaleza aumenta la vulnerabilidad a las enfermedades, y nos dota de una nueva herramienta en la lucha contra la quitridiomicosis.

      http://eltopoquequeriaver.blogspot.fr/2013/05/la-temperatura-corporal-afecta-al.html

  • U.S. Mining Company Defends Deploying Hired Thugs Against Indigenous Farmers in Peru | Alternet
    http://www.alternet.org/activism/us-mining-company-defends-deploying-hired-thugs-against-indigenous-farmers

    The Denver-based Newmont Mining Corporation was hit with negative press last week following reports that its Peruvian subsidiary sent security forces to attack the prominent indigenous environmental defender Máxima Acuña de Chaupe at her remote farm in the northern Andean highlands. Now, the mining giant’s latest public relations campaign to defend its use of force against the Chaupe family, including the destruction of their crops, is provoking fresh outcry from human rights and environmental organizations.

    #Pérou #destruction #terres #répression #intimidation

  • A New Map for America - The New York Times
    http://www.nytimes.com/2016/04/17/opinion/sunday/a-new-map-for-america.html

    We don’t have to create these regions; they already exist, on two levels. First, there are now seven distinct super-regions, defined by common economics and demographics, like the Pacific Coast and the Great Lakes. Within these, in addition to America’s main metro hubs, we find new urban archipelagos, including the Arizona Sun Corridor, from Phoenix to Tucson; the Front Range, from Salt Lake City to Denver to Albuquerque; the Cascadia belt, from Vancouver to Seattle; and the Piedmont Atlantic cluster, from Atlanta to Charlotte, N.C.

    Federal policy should refocus on helping these nascent archipelagos prosper, and helping others emerge, in places like Minneapolis and Memphis, collectively forming a lattice of productive metro-regions efficiently connected through better highways, railways and fiber-optic cables: a United City-States of America.

    Similar shifts can be found around the world. Despite millenniums of cultivated cultural and linguistic provinces, China is transcending its traditional internal boundaries to become an empire of 26 megacity clusters with populations of up to 100 million each, centered around hubs such as Beijing, Shanghai, Guangzhou and Chongqing-Chengdu. Over time these clusters, whose borders fluctuate based on population and economic growth, will be the cores around which the central government allocates subsidies, designs supply chains and builds connections to the rest of the world.

    Western countries are following suit. As of 2015, Italy’s most important political players are no longer its dozens of laconic provinces, but 14 “Metropolitan Cities,” like Rome, Turin, Milan and Florence, each of which has been legislatively merged with its surrounding municipalities into larger and more economically viable subregions.

    #connectivité #cartographie #implantation_humaine #mégavilles