city:durban

  • Pushing for an Israeli victory is the only way to end the conflict with the Palestinians

    Il faut lire ce point de vue d’un néoconservateur américain car il reflète une partie de la pensée de la droite pro-israélienne

    Lieberman and Bennett failed to impose a new paradigm on how to deal with Hamas, but more and more people in Israel are recognizing that compromises and concessions have only led to more violence

    Daniel Pipes SendSend me email alerts
    Dec 02, 2018 4:04 PM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-an-israeli-victory-is-the-only-way-to-end-the-conflict-with-the-pa

    From a practical political point of view, Avigdor Lieberman, Naftali Bennett, and their idea to take a tougher stand toward Hamas just went down to defeat, if not humiliation. 
    That’s because Prime Minister Benjamin Netanyahu once again showed his political skills; the first is now ex-defense minister, the second failed to become defense minister.
    >> ‘Get used to the rockets’: What Netanyahu should tell Israelis living near Gaza | Opinion
    From a longer-term point of view, however, the duo raised an issue that for decades had not been part of the Israeli political discourse but, due to their efforts, promises to be an important factor in the future: that would be the concept of victory, of an Israeli victory over Hamas and, by extension, over the Palestinian Authority and Palestinians in general.
    Victory – defined as imposing one’s will on the enemy so he gives up his war goals - has been the war goal of philosophers, strategists, and generals through human history. Aristotle wrote that “Victory is the end of generalship.” Karl von Clausewitz, the Prussian theorist, concurred: “The aim of war should be the defeat of the enemy.” Gen. James Mattis, the U.S. secretary of defense, finds that “No war is over until the enemy says it’s over.” 
    Palestinians routinely speak of achieving victory over Israel, even when this is fantastical: to cite one example, PA leader Mahmoud Abbas called his Hamas counterpart, Ismail Haniyeh, after eight days of violence with Israel that left Gaza badly battered in November 2012 to “congratulate him on the victory and extend condolences to the families of martyrs.”

    Contrarily, in Israel, the notion of victory has been sidelined since at least the Oslo Accords of 1993, after which its leaders instead focused on such concepts as compromise, conciliation, confidence-building, flexibility, goodwill, mediation, and restraint. Prime Minister Ehud Olmert immemorially articulated this attitude in 2007 when he stated that "Peace is achieved through concessions.”
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    >> Israel is incomparably stronger than Hamas – but it will never win: Interview with Hamas leader in Gaza
    his perverse understanding of how wars end led Israel to make extraordinary blunders in the 15 years after Oslo, for which it was punished by unremitting campaigns of delegitimization and violence, symbolized, respectively, by the Durban conference of 2001  and the Passover Massacre of 2002. 
    Such nonsense ended during Netanyahu’s near-decade-long term as prime minister, but it has not yet been replaced by a sturdy vision of victory. Rather, Netanyahu has put out brush fires as they arose in Sinai, Gaza, the West Bank, the Golan Heights, Syria, and Lebanon. While agreeing with the concept of an Israeli victory when personally briefed, he has not spoken publicly about it.
    Meanwhile, other leading figures in Israel have adopted this outlook. Former deputy chief of staff Uzi Dayan called on the army “to return the path of victory.” Former education and interior minister Gideon Sa’ar has stated that “The ‘victory paradigm,’ like Jabotinsky’s ‘Iron Wall’ concept, assumes that an agreement may be possible in the future, but only after a clear and decisive Israeli victory ... The transition to the ‘victory paradigm’ is contingent upon abandoning the Oslo concept.”
    In this context, the statements by Lieberman and Bennett point to a change in thinking. Lieberman quit his position as defense minister out of frustration that a barrage by Hamas of 460 rockets and missiles against Israel was met with a ceasefire; he called instead for “a state of despair” to be imposed on the enemies of Israel. Complaining that “Israel stopped winning,” Bennett demanded that the IDF “start winning again,” and added that “When Israel wants to win, we can win.” On rescinding his demand for the defense portfolio, Bennett emphasized that he stands by Netanyahu “in the monumental task of ensuring that Israel is victorious again.”
    >> Netanyahu’s vision for the Middle East has come true | Analysis
    Opponents of this paradigm then amusingly testified to the power of this idea of victory. Ma’ariv columnist Revital Amiran wrote that the victory the Israeli public most wants lies in such arenas as larger allocations for the elderly and unbearable traffic jams. Meretz leader Tamar Zandberg, replied to Bennett that for her, a victorious Israel means winning Emmy and Oscar nominations, guaranteeing equal health services, and spending more on education.
    That victory and defeat have newly become a topic for debate in Israel constitutes a major development. Thus does the push for an Israeli victory move forward.
    Daniel Pipes is president of the Middle East Forum think tank, which promotes Israel Victory, a project to steer U.S. policy toward backing an Israeli victory to resolve the conflict with the Palestinians. Follow him on Twitter @DanielPipes


  • La frégate Cassard porte secours à 12 naufragés dans l’Océan indien | Mer et Marine
    https://www.meretmarine.com/fr/content/la-fregate-cassard-porte-secours-12-naufrages-dans-locean-indien


    Le bitumier en difficulté
    © MARINE NATIONALE

    Dans la fin de matinée du 20 novembre, la frégate antiaérienne Cassard, en mission au nord de l’océan Indien, se prépare à un ravitaillement en mer lorsqu’elle intercepte un message de détresse émanant d’un navire de commerce situé à proximité, le Durban Queen. Il s’agit d’un bitumier de 70 mètres de long, construit en 1983.

    La frégate française se lance alors à la recherche du navire et parvient rapidement à le localiser à 7 milles, soit environ 13 km. Le Cassard dépêche son hélicoptère Panther, qui revient tout juste d’une mission de surveillance maritime. Il y a à bord de l’appareil deux pilotes, un treuilliste et un plongeur. Le Durban Queen chavire quelques instants avant l’arrivée de l’hélicoptère et l’équipage, de nationalité indienne, se tient sur la coque retournée, qui est en train de sombrer.


    La catastrophe se produit juste sous les yeux des militaires
    © MARINE NATIONALE

    À 13h32 s’opère une première série d’hélitreuillages. Quatre marins sont évacués vers un navire civil croisant à proximité. « Les seconde et troisième rotations permettent de transférer les huit autres naufragés, dont certains sont blessés, à bord du bâtiment militaire et d’assurer leur prise en charge », explique la Marine nationale.


  • FDA Seizes Documents From E-Cigarette Maker Amid Crackdown On Flavored Vapes : NPR
    https://www.npr.org/2018/10/03/653891923/fda-seizes-documents-from-e-cigarette-maker-amid-crackdown-on-vaping-flavors

    JUULs are trendy, USB-shaped vaporizers that provide a quick dose of nicotine to users. Introduced in 2015, the vapes are marketed as an alternative to tobacco cigarettes for adult users, but some critics say that flavors such as mango and creme appeal primarily to teenagers and children. One study suggests that 81 percent of children who ever use tobacco start with a flavored tobacco product.

    “The popularity of JUUL among kids threatens our progress in reducing youth e-cigarette use,” said Dr. Robert Redfield, director of CDC, in a press release. “We are alarmed that these new high nicotine content e-cigarettes, marketed and sold in kid-friendly flavors, are so appealing to our nation’s young people.”

    The seizure was the latest in a series of FDA crackdowns on the e-cigarette market. In September, the agency announced it had issued more than 1,300 warning letters and fines to convenience stores, gas stations and other stores over the summer for selling e-cigarettes to minors — its largest such action to date.

    “It is abundantly clear that tobacco companies are developing and marketing e-cigarette flavors that appeal to, and addict, children,” the senators wrote in a letter.

    Durban and Murkowski recently introduced legislation that would ban the use of flavoring in cigars — not e-cigarettes — and give tobacco companies one year to prove that “their e-cigarette flavors actually help adults quit smoking cigarettes” and “do no cause children to start smoking.” Currently, there is no legislation regulating the flavors of e-cigarette products.

    FDA Commissioner Scott Gottlieb called youth e-cigarette use an “epidemic” last month, saying the practice “shows no signs of abating.”

    “The FDA won’t tolerate a whole generation of young people becoming addicted to nicotine,” he continued.

    #Tabac #Salopards #Addiction


  • Luleka Mkuzo : « Mandela will always be an icon » - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/luleka-mkuzo-mandela-will-always.html

    Réalisée en 2013 quelques mois avant la mort de #NelsonMandela [5 décembre 2013], cette interview de la Sud-Africaine, Luleka Mkuzo est un #témoignage poignant et un #hommage intemporel.

    Luleka Mkuzo : « #Mandela sera toujours une icône »

    A 30 ans, Luleka Mkuzo travaille au département "importation" d’une grande compagnie sud africaine. Elle vit à Durban et a confié à "7 Lames la Mer" ses souvenirs d’enfant élevée sous l’#apartheid. Aujourd’hui, Luleka mesure le chemin parcouru depuis : « en tant que #femme noire, je suis respectée par les gens, hommes et femmes, toutes races confondues. Sous l’apartheid, les femmes noires devaient rester à la maison et s’occuper du ménage. Elles étaient considérées comme inférieures aux hommes et aux autres races ».

    #afriquedusud #MandelaDay


  • Large Containership Breaks Moorings, Blocks Shipping Channel in Durban - PHOTOS – gCaptain
    http://gcaptain.com/large-containership-breaks-moorings-blocks-shipping-channel-in-durban-phot

    A large MSC containership to broke free from its moorings Tuesday at the port of Durban, South Africa as a powerful storm swept through the area, blowing the ship across the harbor before blocking the entrance to the port.

    Photos show the Panama-flagged MSC Ines in a precarious position at the mouth of the harbor as tugs try to corral the 348-meter containership. (We added a video at the bottom)
    […]
    Elsewhere in Durban, the strong winds knocked over a stack of 40-foot shipping containers. Another container landed on car, killing one person and injuring another, according to Netcare 911.


  • Sur les traces des Suisses au service de l’infernal Congo de #Léopold_II

    C’est un épisode peu étudié de la migration suisse dans le monde. Dès le début du XXe siècle, un nombre croissant d’Helvètes s’engagent au service de l’État indépendant du Congo, propriété exclusive du roi des Belges Léopold II. L’architecte du #CICR#Gustave_Moynier – en fut le premier consul général en Suisse.

    Riche protestant genevois, Gustave Moynier se laisse séduire par Léopold II qui crée une Association internationale du Congo, comme paravent, pour se « procurer une part de ce magnifique gâteau africain », comme le confie le roi à un de ses agents basé à Londres en 1872.

    Pour le richissime Gustave Moynier, il n’y avait donc guère de contradiction à construire la première agence internationale de secours aux victimes de la guerre, tout en participant à l’établissement de l’EIC. Les deux projets s’inscrivaient dans une vision partagée par les élites européennes, soit un combat pour la paix et la civilisation du monde portée par la science triomphante de l’époque, le libre-échange économique et l’#évangélisation.

    Mais c’est un autre agent suisse de l’Etat Indépendant du Congo qui va pousser les Suisses à s’engager au Congo. Consul de Belgique à Neuchâtel, #Jean_Boillot-Robert publia de nombreuses annonces, multiplia les conférences en Suisse romande pour recruter des Suisses. L’opération connut un succès croissant durant les années 1900, alors même que la campagne dénonçant l’exploitation outrancière du Congo battait son plein.

    Quant à la campagne contre l’administration de Léopold II au Congo qui préfigure les mobilisations internationales de la société civile que nous connaissons aujourd’hui, elle finit par trouver des relais à Genève dès la fin du XIXe siècle. C’est le cas du journaliste #René_Claparède se mobilise et devient pour ce faire président de la Ligue suisse pour la défense des indigènes et du Bureau international pour la défense des droits des peuples.

    Jusque-là hostile à cette campagne de dénonciation, le Journal de Genève prend ses distances avec l’œuvre congolaise du roi des Belges en publiant dans ses éditions des 17 (http://www.letempsarchives.ch/page/JDG_1906_11_17/1/article/6637874/%22Etat%20Ind%C3%A9pendant%20du%20Congo%22) et 18 (http://www.letempsarchives.ch/page/JDG_1906_11_18/1/article/6637942/%22Etat%20Ind%C3%A9pendant%20du%20Congo%22) novembre 1908 un texte de René Claparède intitulé « La civilisation au Congo » qui commence ainsi : « Depuis quelques années, mais surtout depuis quelques mois nous arrivent, avec persistance, d’étranges rumeurs sur l’Etat indépendant du Congo. Pour obtenir du caoutchouc un rendement princièrement rémunérateur, fonctionnaires du gouvernement, agents des compagnies concessionnaires pressurent, dit-on, l’indigène de la manière la plus atroce. »


    http://www.swissinfo.ch/fre/philanthropie-et-colonisation_sur-les-traces-des-suisses-au-service-de-l-infernal-congo-de-l%C3%A9opold-ii-/43325184
    #Suisse #histoire #colonialisme #Congo #colonisation


  • Durban (Afrique du Sud) : le mouvement Abahlali subit la répression et les expulsions
    https://fr.squat.net/2017/07/13/durban-afrique-du-sud-le-mouvement-abahlali-subit-la-repression-et-les-exp

    Dans un communiqué daté du 7 juillet 2017, le mouvement #Abahlali_baseMjondolo explique qu’il continue sa lutte contre les expulsions malgré la répression qui s’oppose systématiquement à ses initiatives. Après avoir manifesté à plusieurs milliers le 26 juin dernier en direction du siège de la municipalité métropolitaine d’eThekwini (en réponse aux expulsions de début juin), […]

    #actions_directes #Afrique #Afrique_du_Sud #expulsion


  • The great opus of “Small Bobby”
    http://africasacountry.com/2017/06/the-great-opus-of-small-bobby

    In the 1950s and 1960s, the South African magazine Drum gained an international reputation for innovatively revealing black urban life as told, in the main, by black writers and photographers. Ranjith Kally’s pictures and stories of the people of Durban, a city on #South_Africa’s east coast, were part of those circulated nationally, on the…

    #CULTURE #Obituary #Photography


  • Distruction Boyz - Shut Up & Groove (Broken Mix) - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=VN8okScYYo4

    Woza Taxi - Gqom Secret Stash Out Of The Locations
    https://www.youtube.com/watch?v=xgHxtE4uzdY&feature=youtu.be

    If you’re in Durban, you know what gqom is; if you’re in London, there’s a chance you do, too. The broken-down, sparse South African house genre is a victim of that strange SA phenomenon Jumping Back Slash described so well in The Fader in 2013: where local music often finds international pockets of avid fandom, but gets little traction on its home turf: “I think there is a strange reticence to music that sounds like it came from this country in any way,” the DJ/producer explained. “It’s sad that people over here don’t realise how popular SA music is overseas. There is music made here that doesn’t exist and couldn’t exist anywhere else on the planet, and it often gets overlooked.”

    http://www.dazeddigital.com/music/article/24944/1/what-the-foq-is-gqom

    #Gqom #house #techno #afrique_du_sud #durban #musique


  • Irregular boundaries
    http://africasacountry.com/2017/04/irregular-boundaries

    Now in Maytime to the wicket Out I march with bat and pad: See the son of grief at #cricket Trying to be glad. – A.E. Housman, A Shropshire Lad In the early 1970s, almost every summer weekend, I made the journey from the centre of Durban to the Springfield grounds. Springfield is now home…

    #SPORTS_PAGE #British_colonialism #South_Africa


  • Art in dark times
    http://africasacountry.com/2017/02/art-in-dark-times

    The Art of Life in #South_Africa is about an art school, #Ndaleni, in what is now South Africa’s KwaZulu-Natal province. The school, on the property of a former mission station, was established in 1952 and closed in 1981. If you’re looking at a map, Ndaleni is less than 100km from Durban, the biggest city…

    #CULTURE #Books #interviews


  • How does the FAO Forest definition harm people and forests? An open letter to the FAO | WRM in English
    http://wrm.org.uy/other-relevant-information/how-does-the-fao-forest-definition-harm-people-and-forests-an-open-letter-to

    In September 2015, during the XIV World Forestry Congress, thousands of people took to the streets in Durban, South Africa, to protest against the problematic way in which the UN Food and Agriculture Organization (FAO), insists on defining forests (1). The FAO definition considers forests to be basically just “a bunch of trees”, while ignoring other fundamental aspects of forests, including their many other life-forms such as other types of plants, as well as animals, and forest-dependent human communities. Equally, it ignores the vital contribution of forests to natural processes that provide soil, water and oxygen. Besides, by defining ‘forests’ as only being a minimum area of land covered by a minimum number of trees of a minimum height and canopy percentage, FAO has actively promoted the establishment of many millions of hectares of industrial tree plantations, of mainly alien species, especially in the global South. As a consequence, only one particular sector has benefitted: the tree plantation industry. Industrial tree plantations have been the direct cause of many negative impacts on local communities and their forests; which have been well-documented

    #forêt #plantation #définition #confusion


  • Petits arrangements sur le sort des forêts africaines (Ressources africaines)
    http://afriquedusud.blog.lemonde.fr/2015/09/16/petits-arrangements-sur-le-sort-des-forets-africaines-ressources-africaines/#xtor=RSS-32280322

    Retrouvez la suite de ce billet sur mon nouveau blog Ressources africaines Soyons honnête. En atterrissant dans la cité côtière sud-africaine, Durban, pour assister au Congrès forestier mondial qui s’est tenu cette semaine, l’espoir d’entendre des bonnes nouvelles sur la … Continuer la lecture →

    #Actualité_de_chaque_mois


  • Bulk Carrier Hard Aground in Mauritius After Fight On Board - gCaptain
    https://gcaptain.com/bulk-carrier-benita-hard-aground-in-mauritius-after-fight-on-board

    https://www.youtube.com/watch?v=FunEHcMgORM

    A 44,000 DWT bulk carrier is hard aground in Mauritius after a fight apparently broke out on board among crew members, with some reports going as far as describing possible mutiny. 

    Local media reports that Liberian-flagged MV Benita was sailing from India to Durban, South Africa when a fight erupted in the engine room Thursday night, resulting in the ship drifting into land along the southeast coast of Mauritius.

    Details are still a bit sketchy, but the melee was reportedly started by the Chief Engineer, who was arrested by the National Coast Guard after locking himself in the engine room of the vessel.

    One crew member, another engineer, was injured in the incident and had to be flown to a local hospital for treatment.


  • Same DIFF ?
    http://africasacountry.com/2016/05/same-diff

    As with our last #MOVIE_NIGHT post, we need to start with the bad news. 1. The #Durban_International_Film_Festival (or DIFF), one of the most important #Film festivals on the African continent, has been through some turmoil lately. With only a couple months to go to DIFF, the festival manager Sarah Dawson as […]

    #Africa_is_a_Country_Films #Africa's_Premiere_League #Cameroon #Disney #Lupita_Nyong'o #South_Africa #Tunisia #Uganda


  • Selon un ancien agent de la CIA et vice-consul à Durban, un certain Richard Dickard, les Etats-Unis percevaient Mandela comme « complètement sous le contrôle de l’Union soviétique », ce qui aurait amené cet agent de la CIA à s’impliquer directement et à organiser l’arrestation de Mandela en 1962 (il restera 27 ans en prison) par le régime d’apartheid sud-africain :
    http://www.theguardian.com/us-news/2016/may/15/cia-operative-nelson-mandela-1962-arrest?CMP=share_btn_tw

    A tip from a CIA spy to authorities in apartheid-era South Africa led to Nelson Mandela’s arrest, beginning the leader’s 27 years behind bars, a report said on Sunday.
    Donald Rickard, a former US vice-consul in Durban and CIA operative, told British film director John Irvin that he had been involved in Mandela’s arrest in 1962, which was seen as necessary because the Americans believed he was “completely under the control of the Soviet Union” , according to a report in the Sunday Times newspaper.
    “He could have incited a war in South Africa, the United States would have to get involved, grudgingly, and things could have gone to hell,” Rickard said.
    “We were teetering on the brink here and it had to be stopped, which meant Mandela had to be stopped. And I put a stop to it.

    Et puis dans la suite de l’article, faisant penser un peu à la situation brésilienne où des autorités très critiquables se voient déstabilisées, en partie de l’extérieur, non pas pour leur incompétence et pour leur corruption, mais pour des raisons d’alignement sur le projet alternatif de multipolarité des BRICS, ces accusations générales du porte-parole de l’ANC sur le rôle toujours déstabilisateur de la CIA :

    Zizi Kodwa, national spokesman of Mandela’s ruling African National Congress (ANC) party, called the revelation “a serious indictment”.
    “We always knew there was always collaboration between some western countries and the apartheid regime,” he said.
    He claimed that though the incident happened decades ago, the CIA was still interfering in South African politics.
    “We have recently observed that there are efforts to undermine the democratically elected ANC government,” he alleged. “They never stopped operating here.”
    “It is still happening now – the CIA is still collaborating with those who want regime change .”

    EDIT : sur le même sujet, un article de l’AFP en français sur le Huffington Post québecois signalé par @loutre ici : http://seenthis.net/messages/489555
    ainsi qu’un article du Figaro signalé par @rezo là : http://seenthis.net/messages/489488


  • Un agent de la CIA affirme avoir contribué à l’arrestation de Nelson Mandela
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/05/15/un-agent-de-la-cia-affirme-avoir-contribue-a-l-arrestation-de-
    AFPQC | Par Agence France-Presse | Publication : 15/05/2016

    Un ancien agent de la CIA a affirmé au réalisateur britannique John Irvin avoir joué un rôle-clé dans l’arrestation en 1962 de Nelson Mandela en communiquant à la police sud-africaine des détails sur ses déplacements, rapporte dimanche le Sunday Times.

    Donald Rickard, cet ancien agent américain, était à l’époque le vice-consul américain à Durban et aurait travaillé pour la CIA jusqu’en 1978.

    Selon le journal dominical britannique, il a fait ces révélations en mars, deux semaines avant de mourir, au réalisateur qui les a enregistrées alors qu’il travaillait sur son film « Mandela’s Gun ».


  • #Déclaration_de_Durban sur REDD
    http://www.amisdelaterre.org/declaration-durban.html

    Nous, communautés locales, mouvements #paysans, #peuples_autochtones et organisations de la société civile africaine et mondiale, appelons les Nations Unies, le Congrès forestier mondial, la FAO, la Banque Mondiale et les Etats à rejeter les formes de développement imposées par le haut, en particulier les #fausses_solutions au changement climatique et à la préservation des forêts et de la biodiversité, qui servent uniquement l’économie de marché dominante.

    Nous sommes unis pour combattre et rejeter la marchandisation, la privatisation et le pillage de la nature, notamment #REDD+1 et d’autres mécanismes de marché - dont la compensation biodiversité et écologique - qui placent le profit au-dessus du bien-être de l’humanité et de la planète.

    Ces mécanismes incluent la “financiarisation de la nature”, c’est à dire la marchandisation, la séparation et la quantification des cycles et du fonctionnement naturel du carbone, de l’eau, des forêts, de la faune et de la biodiversité en les transformant en “unités” à vendre sur les marchés financiers et spéculatifs. La Planète Terre est source de vie et a besoin d’être protégée plutôt que d’être considérée comme une ressource à exploiter et à échanger comme “capital naturel”.

    REDD+ est le pilier de l’économie verte. #REDD+, qui inclut déjà les forêts, les #plantations et l’#agriculture dans le marché du #carbone, est faussement présenté comme une solution pour sauver les forêts et le #climat mondial. C’est aussi le principal résultat attendu de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris, en décembre 2015.

    Des rapports montrent que la déforestation et les émissions qui y sont liées se poursuivent et que REDD+, au lieu de les réduire, porte atteinte aux communautés qui dépendent des forêts pour vivre et à celles qui produisent la majorité de la nourriture dans le monde : les petits agriculteurs.

    #forêt #déforestation


  • #RespecTheProducer | Broken beat in the #Durban underground
    http://africasacountry.com/2015/09/respectheproducer-broken-beat-in-the-durban-underground

    In a week of rigorous bedroom studio tours, I got to tail esteemed writer Kwanele Sosibo as he dug into what it is that’s making the Durban underground tick. #Gqom.....

    #MUSIC_PAGE #eThekwini #iGqomu #Madanon #RespecTheProducer #Sbucardo #Thana_Wosho


  • 80 % de la #déforestation est due à l’#agriculture
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/09/07/80-de-la-deforestation-est-due-a-l-agriculture_4747867_3244.html

    Depuis 1990, la planète perd chaque année 51 600 kilomètres carrés de forêt, l’équivalent de la taille des régions Nord - Pas-de-Calais et Centre réunies. C’est l’un des constats du rapport sur « l’évaluation des ressources forestières mondiales 2015 », dévoilé, lundi 7 septembre, à Durban, en Afrique du Sud, où se tient toute la semaine le XIVe Congrès forestier mondial.

    José Graziano da Silva, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (#FAO), auteur du rapport, préfère toutefois relever « une tendance très encourageante au chapitre du ralentissement du rythme de la déforestation et des émissions carbone provenant des forêts, et à l’augmentation des capacités en matière de gestion durable des forêts ». De 2010 à 2015, la superficie des forêts (naturelles et plantées) a régressé chaque année de 0,08 %, contre 0,18 % entre 1990 et 2000.



  • The Shack Dwellers Movement in South Africa » CounterPunch
    http://www.counterpunch.org/2015/05/29/the-shack-dwellers-movement-in-south-africa

    Hundreds of shack dwellers descended upon the Durban High Court in support of Abahlali baseMjondolo’s court appearance to defend their right to remain on state-owned land in the eThekwini (Durban) municipality.

    #bidonvilles #afrique_du_sud #militer




  • La conférence climatique de Lima polluée par les industriels | L’Humanité
    http://www.humanite.fr/la-conference-climatique-de-lima-polluee-par-les-industriels-559113#sthash.

    En investissant les conférences environnementales, les industriels tentent plus que jamais d’imposer leurs idées mais surtout de préserver 
leur pré carré. Face à cela, nombre d’ONG pointent du doigt les beaux discours et surtout les fausses solutions.

    Pérou (Lima), envoyée spéciale. Longtemps, les lobbyings industriels, et plus encore ceux de l’énergie fossile, ont pesé sur le levier climato-sceptique pour ralentir le cours des négociations climatiques. Ils ne le font plus, en tout cas plus ouvertement. Ils s’affichent même comme les défenseurs farouches de la lutte contre le réchauffement. Et mieux encore  : comme des acteurs actifs, et pour tout dire incontournables, de cette lutte.

    Ils étaient là, lors du sommet de New York, et sont de nouveaux là, à Lima, puis seront encore à Paris, pour présenter leurs solutions techniques au chaos structurel que met en relief l’enjeu climatique. Avec un message à la clé, adressé aux décideurs  : donnez-nous les outils pour construire le marché dont nous avons besoin, et nous gérerons la suite. Reste à savoir ce que lesdites solutions préservent le plus efficacement  : l’atmosphère terrestre ou le modèle économique que continue de défendre bec et ongles le secteur privé  ?

    En janvier 2014, l’Initiative pétrole et gaz pour le climat (Oil & Gas Climat Initiative), fruit de l’union de plusieurs compagnies incluant Eni, Pemex, Total ou encore Sinopec, était conçue à Davos sous la bonne grâce du Forum économique mondial. Neuf mois plus tard, à New York, elle s’offrait au monde en ces termes, lors du sommet climat organisé par Ban 
Ki-moon  : «  Le secteur du pétrole et du gaz est fier du rôle qu’il a joué en apportant l’énergie nécessaire à la prospérité globale. De même est-il fier de s’engager, aujourd’hui, à faire partie des solutions dont le monde a besoin pour le climat.  »
    Les industriels refusent la remise en question du modèle économique

    Le secrétaire général des Nations unies comptait sur le rendez-vous pour faire valoir des solutions utiles à la lutte contre le réchauffement. Invités au même titre que les chefs d’État, les pétroliers n’auront pas lésiné sur leur contribution, porteurs d’un message clé  : pas de panique, les solutions, c’est notre truc. Ils le rediront les quinze prochains jours que durera la 20e conférence des parties (COP20) sur le climat, laquelle a démarré hier à Lima. Et le développeront jusqu’à celle de Paris (COP21), dont doit émerger, l’an prochain, l’accord mondial qui succédera au protocole de Kyoto. Car si les COP ne sont pas, et de loin, leur unique espace d’influence (lire page 6), elles restent une vitrine dont les industriels de tout poil ne manquent pas d’user pour faire reluire leurs produits.

    On les a vus, en 2009, à Copenhague, vanter les parcs éoliens offshore (en mer) au nez et à la palme de la Petite Sirène. On les a retrouvés l’année suivante, à Cancun, lancer sur route la dernière Nissan 100 % électrique, et l’année d’après à Durban, promouvoir les agrocarburants. On les a entendus de façon retentissante, enfin, en 2013, à Varsovie, où l’industrie du charbon a tenu son propre sommet à quelques encablures de la 19e COP, exposant les bienfaits d’une filière assainie grâce aux progrès techniques.

    Peu importe que la camelote soit de tonalité vert cracra  : le principe, ici, n’est pas tant de fourguer une verroterie que de vendre une mécanique. «  L’essentiel, pour eux, est que leur modèle économique ne soit pas remis en cause  », résume Sébastien Duyck, chercheur en droit international à l’université de Laponie, en Finlande, qui poursuit un doctorat sur les acteurs non étatiques des négociations climat.

    Fini, ou quasi, le temps où les lobbies industriels défendaient leurs affaires en actionnant le levier du climato-scepticisme. «  Il y a vingt ans, ils avaient une certaine légitimité à le faire, les doutes étaient encore tangibles  », reprend Sébastien Duyck. À présent qu’ils ne sont plus permis, poursuit-il, l’attitude a changé. «  Leur souci est de sortir gagnants de la transition. Dans un contexte d’absence de solution politique, leur principal message est de dire  : mettez en place les outils qui nous conviennent, et nous vous amènerons les solutions.  »

    En pleine expansion, le marché carbone est de celles portées depuis le protocole de Kyoto. Consistant à mettre en vente des droits d’émettre des gaz à effet de serre, leur mécanique répond impeccablement à la commande  : permettre aux industries polluantes, moyennant l’achat de quelques quotas, de ne rien changer à leur affaire, et aux moins pétroleuses de se payer un bonus en leur vendant les leurs.

    Plus récemment mis en avant, les systèmes dits de capture et stockage du carbone (CSC) ont à leur tour le vent en poupe. La technologie consiste à pomper le CO2 qu’émettent dans l’atmosphère centrales à charbon ou autres cimenteries, et à l’insuffler dans une souche-couche géologique pour l’y coincer. Encore balbutiante, elle se rapproche de l’opérationnalité. «  Mais à un coût tel qu’elle ne sera rentable pour les industriels que dans plusieurs années, quand il nous faudra avoir déjà renoncé aux énergies fossiles  », déplore Malika Peyraut, responsable plaidoyer pour l’ONG les Amis de la Terre, laquelle dénonce le procédé comme une fausse solution. «  On ne sait rien, en outre, des risques de fuite ou de pénétration du gaz dans les nappes phréatiques.  » Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) se montre, dans son cinquième rapport, plutôt réservé à ce sujet. La technologie CSC a néanmoins été adoubée lors de la conférence de Cancun, en 2010, et les industriels en comptabilisent d’ores et déjà les effets dans leur prévision de réductions d’émissions à venir. La Oil & Gas Climat Initiative la range au même niveau que l’efficience énergétique ou les énergies renouvelables. Le Qatar, grand producteur de gaz, a enquillé le mouvement. L’Arabie saoudite elle-même, dont les ressources sont directement redevables au pétrole, et qui le lui rend bien en se montrant particulièrement proactive à freiner les négociations sur les réductions de gaz à effet de serre (GES), semble mettre de l’eau dans ses hydrocarbures à mesure que la solution CSC se profile comme un moyen de poursuivre son «  business as usual  » (autrement dit de ne rien changer).
    Les ONG restent sur le qui-vive face aux pressions

    Annoncé comme la plus grande plate-forme public-privé, le sommet de Ban Ki-moon, en septembre, aura de la même manière mis en avant plusieurs recettes qui font tordre le nez aux mouvements de lutte contre le changement climatique. Entre autres celle de la smart agriculture, qui ouvre la voie aux solutions portées par l’agriculture paysanne, pratiquée à échelle familiale, autant qu’à celles envisagées par l’agro-industrie.

    À mesure que la COP21 se profile, d’autres initiatives laissent les ONG sur le qui-vive. Entre autres, celle de Solutions COP21, portée par l’État français et des groupes privés tels Carrefours, Ikea, GDF Suez ou Sofiprotéol, principal producteur français d’agrocarburant. Elle dispose déjà de son site Internet, et se propose de «  donner à voir les solutions climat  » jusqu’à Paris. Le moment de la COP21 venu, le Grand Palais sera mis, enfin, à sa disposition. Rien de moins, dans un contexte où le Sénat a réduit, en novembre, de 12 millions d’euros les crédits consacrés à l’organisation de l’événement, et appelé le gouvernement 
à s’appuyer sur des partenaires privés pour pallier le manque.

    Quarante ans de travail au sein de l’Organisation des nations unies

    1972  : 1re conférence 
des Nations unies 
sur l’environnement, 
à Stockholm, en Suède. 
La communauté internationale se saisit pour la première fois 
des problèmes posés par 
la surexploitation des ressources.

    1988  : Création du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat 
(Giec), qui publiera son premier rapport en 1990. 1992  : 1er sommet de la Terre. 
Il se tient à Rio, au Brésil. 
On y crée la convention 
cadre des nations unies 
sur les changements climatiques (CCNUCC), qui encadrera désormais les négociations internationales sur le sujet.

    1997  : Les 159 pays réunis lors de la 3e Conférence des parties (COP) adoptent le protocole de Kyoto, accord juridiquement contraignant par lequel les pays industrialisés s’engagent 
à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Le principe 
de responsabilité commune mais différenciée est reconnu  : les pays en développement 
qui ont, du fait de leur 
sous-industrialisation, peu, voire pas contribué au réchauffement anthropique, ne sont soumis 
à aucune contrainte.

    2005  : Mise en œuvre du protocole de Kyoto. Les pays industrialisés s’engagent 
à avoir réduit leurs émissions globales de 5,2 % d’ici à 2012 par rapport à 1990. Les États-Unis seront le seul pays industrialisé à ne jamais le ratifier.

    2009  : Échec de la conférence 
de Copenhague. Alors que 
l’on y espérait la reconduction du protocole de Kyoto 
pour l’après-2012, la 15e COP s’achève sur un fiasco, 
proche de mettre en péril 
le processus de négociations multilatéral.

    2011  : Après trois ans passés 
à digérer le traumatisme, 
les États s’engagent, 
dans une plate-forme 
votée à Durban, 
à reconduire le protocole 
de Kyoto jusqu’en 2020 
et à construire un nouvel accord applicable passé cette date. 
C’est ce dernier qui doit être 
voté à Paris l’an prochain.

    #climat #COP21