city:ferguson

  • Nouvelle journée de #manifestations après la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne

    Des manifestations ont eu lieu mercredi à Tel-Aviv et dans le nord d’#Israël pour la troisième journée consécutive, après le décès d’un jeune Israélien d’origine éthiopienne, tué par un policier, la communauté éthiopienne dénonçant un crime raciste.

    #Solomon_Teka, âgé de 19 ans, a été tué dimanche soir par un policier qui n’était pas en service au moment des faits, à Kiryat Haim, une ville proche du port de Haïfa, dans le nord d’Israël.

    Des dizaines de policiers ont été déployés mercredi dans la ville de Kiryat Ata, non loin de Kiryat Haim. Des manifestants tentant de bloquer une route ont été dispersés par la police.

    Malgré des appels au calme lancés par les autorités, des jeunes se sont aussi à nouveau rassemblés à Tel-Aviv. Une centaine de personnes ont défié la police en bloquant une route avant d’être dispersées.

    En trois jours, 140 personnes ont été arrêtées et 111 policiers blessés par des jets de pierres, bouteilles et bombes incendiaires lors des manifestations dans le pays, selon un nouveau bilan de la police.

    Les embouteillages et les images de voitures en feu ont fait la une des médias.

    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président israélien Reuven Rivlin ont appelé au calme, tout en reconnaissant que les problèmes auxquels était confrontée la communauté israélo-éthiopienne devaient être traités.

    – ’Tragédie’-

    « La mort de Solomon Teka est une immense tragédie », a dit le Premier ministre. « Des leçons seront tirées. Mais une chose est claire : nous ne pouvons tolérer les violences que nous avons connues hier », a-t-il déclaré mercredi lors d’une réunion du comité ministériel sur l’intégration de la communauté éthiopienne.

    « Nous ne pouvons pas voir de routes bloquées, ni de cocktails Molotov, ni d’attaques contre des policiers, des citoyens et des propriétés privées », a-t-il ajouté.

    Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, et le commissaire de la police, Moti Cohen, ont rencontré des représentants de la communauté israélo-éthiopienne, selon un communiqué de la police.

    La police a rapporté que le policier ayant tué le jeune homme avait tenté de s’interposer lors d’une bagarre entre jeunes. Après avoir expliqué qu’il était un agent des forces de l’ordre, des jeunes lui auraient alors lancé des pierres. L’homme aurait ouvert le feu après s’être senti menacé.

    Mais d’autres jeunes présents et un passant interrogés par les médias israéliens ont assuré que le policier n’avait pas été agressé.

    L’agent a été assigné à résidence et une enquête a été ouverte, a indiqué le porte-parole de la police.

    En janvier, des milliers de juifs éthiopiens étaient déjà descendus dans la rue à Tel-Aviv après la mort d’un jeune de leur communauté tué par un policier.

    Ils affirment vivre dans la crainte d’être la cible de la police. La communauté juive éthiopienne en Israël compte environ 140.000 personnes, dont plus de 50.000 sont nées dans le pays. Elle se plaint souvent de racisme institutionnalisé à son égard.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/nouvelle-journee-de-manifestations-apres-la-mort-dun-israelie
    #discriminations #racisme #xénophobie #décès #violences_policières #police #éthiopiens

    • Ethiopian-Israelis Protest for 3rd Day After Fatal Police Shooting

      Ethiopian-Israelis and their supporters took to the streets across the country on Wednesday for a third day of protests in an outpouring of rage after an off-duty police officer fatally shot a black youth, and the Israeli police turned out in force to try to keep the main roads open.

      The mostly young demonstrators have blocked major roads and junctions, paralyzing traffic during the evening rush hour, with disturbances extending into the night, protesting what community activists describe as deeply ingrained racism and discrimination in Israeli society.

      Scores have been injured — among them many police officers, according to the emergency services — and dozens of protesters have been detained, most of them briefly. Israeli leaders called for calm; fewer protesters turned out on Wednesday.

      “We must stop, I repeat, stop and think together how we go on from here,” President Reuven Rivlin said on Wednesday. “None of us have blood that is thicker than anyone else’s, and the lives of our brothers and sisters will never be forfeit.”
      Sign up for The Interpreter

      Subscribe for original insights, commentary and discussions on the major news stories of the week, from columnists Max Fisher and Amanda Taub.

      On Tuesday night, rioters threw stones and firebombs at the police and overturned and set fire to cars in chaotic scenes rarely witnessed in the center of Tel Aviv and other Israeli cities.

      After initially holding back, the police fired stun grenades, tear gas and hard sponge bullets and sent in officers on horseback, prompting demonstrators to accuse them of the kind of police brutality that they had turned out to protest in the first place.

      The man who was killed, Solomon Tekah, 18, arrived from Ethiopia with his family seven years ago. On Sunday night, he was with friends in the northern port city of Haifa, outside a youth center he attended. An altercation broke out, and a police officer, who was out with his wife and children, intervened.

      The officer said that the youths had thrown stones that struck him and that he believed that he was in a life-threatening situation. He drew his gun and said he fired toward the ground, according to Micky Rosenfeld, a police spokesman.

      Mr. Tekah’s friends said that they were just trying to get away after the officer began harassing them. Whether the bullet ricocheted or was fired directly at Mr. Tekah, it hit him in the chest, killing him.

      “He was one of the favorites,” said Avshalom Zohar-Sal, 22, a youth leader at the center, Beit Yatziv, which offers educational enrichment and tries to keep underprivileged youth out of trouble. Mr. Zohar-Sal, who was not there at the time of the shooting, said that another youth leader had tried to resuscitate Mr. Tekah.

      The police officer who shot Mr. Tekah is under investigation by the Justice Ministry. His rapid release to house arrest has further inflamed passions around what Mr. Tekah’s supporters call his murder.

      In a televised statement on Tuesday as violence raged, Prime Minister Benjamin Netanyahu said that all Israel embraced the family of the dead youth and the Ethiopian community in general. But he added: “We are a nation of law; we will not tolerate the blocking of roads. I ask you, let us solve the problems together while upholding the law.”

      Many other Israelis said that while they were sympathetic to the Ethiopian-Israelis’ cause — especially after the death of Mr. Tekah — the protesters had “lost them” because of the ensuing violence and vandalism.

      Reflecting a gulf of disaffection, Ethiopian-Israeli activists said that they believed that the rest of Israeli society had never really supported them.

      “When were they with us? When?” asked Eyal Gato, 33, an Ethiopian-born activist who came to Israel in 1991 in the airlift known as Operation Solomon, which brought 14,000 Ethiopian Jews to Israel within 36 hours.

      The airlift was a cause of national celebration at the time, and many of the immigrants bent down to kiss the tarmac. But integration has since proved difficult for many, with rates of truancy, suicide, divorce and domestic violence higher than in the rest of Israeli society.

      Mr. Gato, a postgraduate student of sociology who works for an immigrant organization called Olim Beyahad, noted that the largely poor Ethiopian-Israeli community of about 150,000, which is less than 2 percent of the population, had little electoral or economic clout.

      He compared their situation to African-Americans in Chicago or Ferguson, Mo., but said that the Israeli iteration of “Black Lives Matter” had no organized movement behind it, and that the current protests had been spontaneous.

      Recalling his own experiences — such as being pulled over by the police a couple of years ago when he was driving a Toyota from work in a well-to-do part of Rehovot, in central Israel, and being asked what he was doing there in that car — Mr. Gato said he had to carry his identity card with him at all times “to prove I’m not a criminal.”

      The last Ethiopian protests broke out in 2015, after a soldier of Ethiopian descent was beaten by two Israeli police officers as he headed home in uniform in a seemingly unprovoked assault that was caught on video. At the time, Mr. Gato said, 40 percent of the inmates of Israel’s main youth detention center had an Ethiopian background. Since 1997, he said, a dozen young Ethiopian-Israelis have died in encounters with the police.

      A government committee set up after that episode to stamp out racism against Ethiopian-Israelis acknowledged the existence of institutional racism in areas such as employment, military enlistment and the police, and recommended that officers wear body cameras.

      “Ethiopians are seen as having brought their values of modesty and humility with them,” Mr. Gato said. “They expect us to continue to be nice and to demonstrate quietly.”

      But the second generation of the Ethiopian immigration has proved less passive than their parents, who were grateful for being brought to Israel.

      The grievances go back at least to the mid-1990s. Then, Ethiopian immigrants exploded in rage when reports emerged that Israel was secretly dumping the blood they donated for fear that it was contaminated with H.I.V., the virus that causes AIDS.

      “The community is frustrated and in pain,” said one protester, Rachel Malada, 23, from Rehovot, who was born in Gondar Province in Ethiopia and who was brought to Israel at the age of 2 months.

      “This takes us out to the streets, because we must act up,” she said. “Our parents cannot do this, but we must.”

      https://www.nytimes.com/2019/07/03/world/middleeast/ethiopia-israel-police-shooting.html?smtyp=cur&smid=tw-nytimes

  • The roundabout revolutions

    The history of these banal, utilitarian instruments of traffic management has become entangled with that of political uprising, #Eyal_Weizman argues in his latest book

    This project started with a photograph. It was one of the most arresting images depicting the May 1980 #Gwangju uprising, recognised now as the first step in the eventual overthrow of the military dictatorship in South Korea. The photograph (above) depicts a large crowd of people occupying a roundabout in the city center. Atop a disused fountain in the middle of the roundabout a few protestors have unfurled a South Korean flag. The roundabout organised the protest in concentric circles, a geometric order that exposed the crowd to itself, helping a political collective in becoming.

    It had an uncanny resonance with events that had just unfolded: in the previous year a series of popular uprisings spread through Tunisia, Egypt, Bahrain, #Oman, Yemen, Libya, and Syria. These events shared with Gwangju not only the historical circumstances – they too were popular protests against military dictatorships – but, remarkably, an urban-architectural setting: many of them similarly erupted on roundabouts in downtown areas. The history of these roundabouts is entangled with the revolutions that rose from them.

    The photograph of the roundabout—now the symbol of the “liberated republic” – was taken by #Na_Kyung-taek from the roof of the occupied Provincial Hall, looking toward Geumnam-ro, only a few hours before the fall of the “#Gwangju_Republic”. In the early morning hours of the following day, the Gwangju uprising was overwhelmed by military force employing tanks and other armed vehicles. The last stand took place at the roundabout.

    The scene immediately resonates with the well-known photographs of people gathering in #Tahrir_Square in early 2011. Taken from different high-rise buildings around the square, a distinct feature in these images is the traffic circle visible by the way it organises bodies and objects in space. These images became the symbol of the revolution that led to the overthrow of President Hosni Mubarak in February 2011 – an event described by urban historian Nezar AlSayyad as “Cairo’s roundabout revolution”. But the Gwangju photograph also connects to images of other roundabouts that erupted in dissent in fast succession throughout the Middle East. Before Tahrir, as Jonathan Liu noted in his essay Roundabouts and Revolutions, it was the main roundabout in the capital of Tunisia – subsequently renamed Place du 14 Janvier 2011 after the date on which President Zine el-Abidine Ben Ali was forced to flee the country. Thousands of protesters gathered at the roundabout in Tunis and filled the city’s main boulevard.

    A main roundabout in Bahrain’s capital Manama erupted in protests shortly after the overthrow of Mubarak in Egypt. Its central traffic island became the site of popular protests against the government and the first decisive act of military repression: the protests were violently broken up and the roundabout itself destroyed and replaced with a traffic intersection. In solidarity with the Tahrir protests, the roundabouts in the small al-Manara Square in Ramallah and the immense Azadi Square in Tehran also filled with protesters. These events, too, were violently suppressed.

    The roundabouts in Tehran and Ramallah had also been the scenes of previous revolts. In 2009 the Azadi roundabout in Iran’s capital was the site of the main protests of the Green Movement contesting President Mahmoud Ahmadinejad’s reelection. Hamid Dabashi, a literature professor at Columbia University and one of the most outspoken public intellectuals on these revolutions, claims that the Green Movement was inspirational for the subsequent revolutionary wave in the Arab world. In Palestine, revolt was a permanent consequence of life under occupation, and the al-Manara roundabout was a frequent site of clashes between Palestinian youth and the Israeli military. The sequence of roundabout revolutions evolved as acts of imitation, each building on its predecessor, each helping propel the next.

    Roundabouts were of course not only exhilarating sites of protest and experiments in popular democracy, but moreover they were places where people gathered and risked their life. The Gwangju uprising is, thus, the first of the roundabout revolutions. Liu wrote: “In all these cases, the symbolism is almost jokingly obvious: what better place to stage a revolution, after all, then one built for turning around?” What better way to show solidarity across national borders than to stage protests in analogous places?

    Why roundabouts? After all, they are banal, utilitarian instruments of traffic management, certainly not prone to induce revolutionary feeling. Other kinds of sites – squares, boulevards, favelas, refugee camps – have served throughout history as the setting for political protest and revolt. Each alignment of a roundabout and a revolution has a specific context and diverse causes, but the curious repetition of this phenomenon might give rise to several speculations. Urban roundabouts are the intersection points of large axes, which also puts them at the start or end of processions.

    Occupying a roundabout demonstrates the power of tactical acupuncture: it blocks off all routes going in and out. Congestion moves outward like a wave, flowing down avenues and streets through large parts of the city. By pressuring a single pivotal point within a networked infrastructure, an entire city can be put under siege (a contemporary contradistinction to the medieval technique of surrounding the entire perimeter of a city wall). Unlike public squares, which are designed as sites for people to gather (therefore not interrupting the flow of vehicular traffic) and are usually monitored and policed, roundabout islands are designed to keep people away. The continuous flow of traffic around them creates a wall of speeding vehicles that prohibits access. While providing open spaces (in some cities the only available open spaces) these islands are meant to be seen but not used.

    Another possible explanation is their symbolic power: they often contain monuments that represent the existing regime. The roundabouts of recent revolutions had emblematic names – Place du 7 Novembre 1987, the date the previous regime took power in Tunisia; “Liberty” (Azadi), referring to the 1979 Iranian Revolution; or “Liberation” (Tahrir), referring to the 1952 revolutions in Egypt. Roundabout islands often had statues, both figurative and abstract, representing the symbolic order of regimes. Leaders might have wished to believe that circular movement around their monuments was akin to a form of worship or consent. While roundabouts exercise a centripetal force, pulling protestors into the city center, the police seek to generate movement in the opposite direction, out and away from the center, and to break a collective into controllable individuals that can be handled and dispersed.

    The most common of all centrifugal forces of urban disorganisation during protests is tear gas, a formless cloud that drifts through space to disperse crowds. From Gwangju to Cairo, Manama to Ramallah, hundreds of tear-gas canisters were used largely exceeding permitted levels in an attempt to evict protesters from public spaces. The bodily sensation of the gas forms part of the affective dimension of the roundabout revolution. When tear gas is inhaled, the pain is abrupt, sharp, and isolating. The eyes shut involuntary, generating a sense of disorientation and disempowerment.

    Protestors have found ways to mitigate the toxic effects of this weapon. Online advice is shared between activists from Palestine through Cairo to Ferguson. The best protection is offered by proper gas masks. Improvised masks made of mineral water bottles cut in half and equipped with a filter of wet towels also work, according to online manuals. Some activists wear swim goggles and place wet bandanas or kaffiyehs over their mouths. To mitigate some of the adverse effects, these improvised filters can be soaked in water, lemon juice, vinegar, toothpaste, or wrapped around an onion. When nothing else is at hand, breathe the air from inside your shirt and run upwind onto higher ground. When you have a chance, blow your nose, rinse your mouth, cough, and spit.


    https://www.iconeye.com/opinion/comment/item/12093-the-roundabout-revolutions
    #révolution #résistance #giratoire #carrefour #rond-point #routes #infrastructure_routière #soulèvement_politique #Corée_du_Sud #printemps_arabe #Egypte #Tunisie #Bahreïni #Yémen #Libye #Syrie #Tahrir

    Du coup : #gilets_jaunes ?

    @albertocampiphoto & @philippe_de_jonckheere

    This project started with a photograph. It was one of the most arresting images depicting the May 1980 #Gwangju uprising, recognised now as the first step in the eventual overthrow of the military dictatorship in South Korea. The photograph (above) depicts a large crowd of people occupying a roundabout in the city center. Atop a disused fountain in the middle of the roundabout a few protestors have unfurled a South Korean flag. The roundabout organised the protest in concentric circles, a geometric order that exposed the crowd to itself, helping a political collective in becoming.

    –-> le pouvoir d’une #photographie...

    signalé par @isskein

    ping @reka

  • Opinion | The Pragmatic Left Is Winning - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/08/09/opinion/columnists/left-sanders-ocasio-cortez-primaries.html

    On Tuesday, Rashida Tlaib, a member of the Democratic Socialists of America, won her primary in Michigan, and she is now overwhelmingly likely to become the first Muslim woman in Congress. In a referendum, people in Missouri voted 2 to 1 to overturn an anti-union “right to work” law passed by the Republican legislature. In an upset, Wesley Bell, a progressive city councilman from Ferguson, Mo., effectively ousted the longtime St. Louis County prosecutor, who many civil rights activists say mishandled the investigation into the police shooting of Michael Brown, the African-American teenager whose 2014 killing set off riots.

    So it was strange to see headlines in the following days arguing that the left wing of the Democratic Party had hit a wall. “Alexandria Ocasio-Cortez’s movement failed to deliver any stunners Tuesday night,” said CNN. “Down Goes Socialism,” announced Politico Magazine, despite the fact that Tlaib’s victory doubles the D.S.A.’s likely representation in Congress. “Socialist torchbearers flame out in key races, despite blitz by Bernie Sanders and Ocasio-Cortez,” said a Fox News headline.

    In part, this spin might just be the inevitable backlash to Ocasio-Cortez’s sudden celebrity. Her primary victory was thrilling and hard-earned, and she’s a charismatic and rousing spokeswoman for her values. But her overnight anointment as the new face of the Democratic Party has created absurdly outsize expectations of her power as kingmaker.

    In truth, there’s nothing surprising about left-wing candidates losing their primaries. The happy surprise is how many are winning. Unsexy as it sounds, the real story of progressive politics right now is the steady accumulation of victories — some small, some major — thanks to a welcome and unaccustomed outbreak of left-wing pragmatism.

    The new generation of left-wing activists, by contrast, is good at self-multiplication. The Democratic Socialists of America alone has done more to build left political power since the 2016 election than the Green Party did in the 18 years after Nader helped elect George W. Bush.

    Just as the Christian Right did in the 1990s, the new electoral left — which also includes groups like Justice Democrats and the Working Families Party — is trying to take over the Democratic Party from the ground up. These activists have, significantly, focused on races for prosecutor, which is a way to create immediate local criminal justice reform. (In Philadelphia, left-wing organizers last year helped elect civil rights lawyer Larry Krasner as district attorney. Among his reforms is the end of cash bail for many misdemeanors and nonviolent felonies.)

    It’s true that several candidates endorsed by Ocasio-Cortez and Sanders lost on Tuesday, including Abdul El-Sayed in Michigan’s gubernatorial primary and Brent Welder in a congressional primary in Kansas. But it’s testament to how far left the Democratic Party’s center of gravity has moved that the winners in those two races — Gretchen Whitmer in Michigan and Sharice Davids in Kansas — could be considered establishment.

    Whitmer supports a $15 minimum wage, marijuana legalization and statewide universal preschool. Davids, a Native American lesbian, former mixed martial arts fighter and lawyer, is running as a bad-ass feminist. One of her ads shows her training in a boxing gym. “It’s 2018, and women, Native Americans, gay people, the unemployed and underemployed have to fight like hell just to survive,” she says. “And it’s clear, Trump and the Republicans in Washington don’t give a damn.”

    It’s certainly true that Davids’s campaign put more emphasis on identity and representation, while Welder, a 2016 Sanders delegate, stressed populist economics. The Democratic Party will likely be weighing the precise balance between those progressive priorities for a long time. But the point is, they are all progressive priorities. After Davids’s victory, Ocasio-Cortez tweeted her congratulations: “Your win is an incredible inspiration to so many, myself included.”

    #Politique_USA #Politique_identité

  • Queer History in the Divided City: A New Approach to Digital Mapping – NOTCHES
    http://notchesblog.com/2018/04/24/queer-history-in-the-divided-city-a-new-approach-to-digital-mapping
    http://i0.wp.com/notchesblog.com/wp-content/uploads/2018/04/MappingLGBTQStLouisfeature1.jpg?fit=640%2C400

    Our approach to this project was catalyzed by recent events in St. Louis. In 2014, the world watched as Ferguson, Missouri—a northern suburb of St. Louis—erupted in flames after a police officer murdered unarmed African American teenager Michael Brown. The media coverage of the Ferguson uprising communicated internationally what many St. Louisans had long known: theirs was a divided city, and nothing about the region could be understood without attending to its long and persistent history of racial segregation. One of a number of projects funded by Washington University’s Divided City Initiative, Mapping LGBTQ St. Louis makes this local knowledge visible in maps, in documents and images, and in interpretive essays. We provide a few examples from the project below.

    #cartographie #LGBT

  • How poverty became a #crime in America | Peter Edelman | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/nov/06/how-poverty-became-crime-america

    In the United States, a system of modern peonage – essentially, a government-run loan shark operation – has been going on for years. Beginning in the 1990s, the country adopted a set of criminal justice strategies that punish poor people for their poverty. Right now in America, 10 million people, representing two-thirds of all current and former offenders in the country, owe governments a total of $50bn in accumulated fines, fees and other impositions.

    The problem of “high fines and misdemeanors” exists across many parts of the country: throughout much of the south; in states ranging from Washington to Oklahoma to Colorado; and of course in Ferguson, Missouri, where, in the wake of the killing of Michael Brown, revelations about the systematic criminalization of the city’s poor black residents brought these issues to national attention.

    As a result, poor people lose their liberty and often lose their jobs, are frequently barred from a host of public benefits, may lose custody of their children, and may even lose their right to vote. Immigrants, even some with green cards, can be subject to deportation. Once incarcerated, impoverished inmates with no access to paid work are often charged for their room and board. Many debtors will carry debts to their deaths, hounded by bill collectors and new prosecutions.

    #Etats-Unis #pauvreté #guerre_aux_pauvres

    • Trump is ending restrictions that limit the military from giving surplus gear to police
      http://www.latimes.com/politics/la-na-pol-military-gear-20170828-story.html

      President Trump moved Monday to again allow the Pentagon to distribute surplus armored vehicles, grenade launchers and large-caliber weapons to local police, his latest reversal of an Obama-era policy intended to stop militarization of law enforcement.

      Trump signed an executive order reversing the limits that President Obama had imposed after heavily armed police had used military equipment to quell street protests in Ferguson, Mo., in 2014.

      Atty. Gen. Jeff Sessions, who has sought to restore tough-on-crime policies and remove what he sees as shackles on law enforcement, told a police union Monday that Obama’s restrictions “went too far.”

      Trump’s order, he told the group, "will ensure that you can get the lifesaving gear that you need to do your job and send a strong message that we will not allow criminal activity, violence, and lawlessness to become the new normal.”

  • Number of fatal shootings by police is nearly identical to last year - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/investigations/number-of-fatal-shootings-by-police-is-nearly-identical-to-last-year/2017/07/01/98726cc6-5b5f-11e7-9fc6-c7ef4bc58d13_story.html

    Police nationwide shot and killed 492 people in the first six months of this year, a number nearly identical to the count for the same period in each of the prior two years.

    Fatal shootings by police in 2017 have so closely tracked last year’s numbers that on June 16, the tally was the same. Although the number of unarmed people killed by police dropped slightly, the overall pace for 2017 through Friday was on track to approach 1,000 killed for a third year in a row.

    The Washington Post began tracking all fatal shootings by on-duty police in 2015 in the aftermath of the 2014 killing in Ferguson, Mo., of Michael Brown, who was unarmed and had an altercation with the officer who shot him. The ongoing Post project has documented twice as many shootings by police in 2015 and 2016 as ever recorded in a single year by the FBI’s tracking of such shootings, a pattern that is emerging again in 2017.

    Since Brown’s killing in Ferguson, other fatal shootings by police, many captured on video, have fueled protests and calls for reform. Some police chiefs have taken steps in their dep
    artments to reduce the number of fatal encounters, yet the overall numbers remain unchanged

    Police shootings 2017 database - Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/graphics/national/police-shootings-2017

  • CAPITALISME ET LUTTE DE CLASSES AU VENEZUELA

    Les trois prises de position qui suivent ont été publiées entre 2013 et 2015 par divers camarades de lutte. Bien que deux années se soient écoulées depuis, nous sommes convaincus de ce que leur contenu ne manque pas d’actualité, et tout au contraire, le bilan qui y est fait correspond assez à ce qui se passe dernièrement dans la région des Caraïbes.

    Comme chacun le sait, les matériaux que nous publions sur ce blog ont toujours eu pour objectif de s’écarter de la roue idéologique qui est présente tout autant dans les médias de gauche que de droite. Si notre réalité locale nous dépasse généralement, par conséquent ce qui se passe en dehors de nos frontières encore plus. Cependant, se limiter à abandonner tout effort pour susciter des critiques, à les divulguer et les discuter, n’a pas de raison d’être. Des contributions comme celles-ci ne doivent pas être comprises comme étant définitives, mais bien comme des efforts qui font partie d’un processus continu, comme de simples (mais nécessaires) contributions pour forger nos propres alternatives de lutte, autonomes et véritablement révolutionnaires à partir de la critique radicale. De toute évidence, donner une réponse précise à toutes les implications concernant le terrain pratique de la lutte, ainsi que les innombrables tâches que comporte son organisation, tout cela ne sera pas résolu en quelques lignes écrites, ni ne s’obtiendra mécaniquement ou à court terme, et encore moins avec volontarisme et immédiatisme. Les échecs et les revers constants doivent se produire dans les rues pour entrevoir les progressions.

    Pendant ce temps, décrivant un peu la question que nous abordons, il nous semble pertinent de souligner et de résumer les éléments suivants : se placer sous la bannière du faux antagonisme « impérialisme yankee contre démocratie socialiste latino-américaine », c’est accepter aveuglément de se précipiter dans le vide, c’est prendre part à un simulacre d’opposition qui va nous conduire inévitablement à ce que les choses restent en l’état (ou qu’elles deviennent pires qu’auparavant). C’est pour cela que lorsque nous brandissons la consigne « Ni chavisme ni opposition », nous ne sommes pas en train d’utiliser un simple slogan perturbant, loin de là, nous sommes en train d’exposer sans détours une réalité qui a été mystifiée et déformée pendant des années par toutes les fractions de la bourgeoisie.
    L’autoproclamée révolution bolivarienne n’est pas le moins du monde opposé au capitalisme. Le socialisme du XXI° siècle, c’est du réformisme tout court, encadré dans la continuité des tâches démocratiques bourgeoises, à savoir : la défense de l’économie, de la valeur, de l’État, de la nation, du progrès développementaliste.

    De plus, ni Hugo Chavez ni Maduro n’ont été des dictateurs fascistes, tout au contraire, ils sont aussi démocrates que leurs homologues exigeant « la libération des prisonniers politiques au Venezuela » (évidemment en se référant exclusivement aux prisonniers de la MUD). Tous les citoyennistes, conservateurs, démocrates qui cyniquement et hypocritement s’indignent et dénoncent la répression policière menée par le gouvernement bolivarien, simultanément dans « leurs propres pays », agissent aussi comme complices, dénonciateurs, commanditaires et même participants directs à la répression et au massacre des prolétaires précaires, paupérisés et marginalisés qui luttent contre l’exploitation et le pillage effectué par les entreprises pétrolières, gazières et minières.

    La lutte révolutionnaire que nous revendiquons pour détruire le Capital doit s’opposer dans la même veine à tous les États nationaux, en les réduisant à moins que des décombres ; indépendamment de l’adjectif qui les caractérise, l’idéologie qu’ils proclament, ou le personnage ou le groupe qui est à la tête ; ceci est une affirmation incontournable de notre programme historique.

    [Materiales]

    https://materialesxlaemancipacion.espivblogs.net/2017/04/22/venezuela-capitalismo-y-lucha-de-clases
    https://libcom.org/library/venezuela-capitalisme-et-lutte-de-classes
     
    --

    LE MYTHE DE LA GAUCHE EST MÛR POUR S’ÉCROULER
     
    La situation économique et sociale au Venezuela, après 14 ans de gouvernement de Chavez et plus d’un an de gouvernement maduriste, ne pouvait pas donner plus que les résultats que nous voyons aujourd’hui. Il est alors nécessaire de faire un examen historique afin de contextualiser la présente explosion sociale.

    Cette succession de gouvernements « socialistes » et la crise actuelle ne peut être comprise et dénoncée qu’en tenant compte du fait que le socialisme dont on parle est, sans aucun doute, un « socialisme » bourgeois. C’est la social-démocratie qui instaure ses gouvernements « ouvriers », revendiquant la souveraineté nationale, la défense de l’économie nationale, prétendant gouverner pour la classe qu’ils écrasent. Ainsi, la révolution bolivarienne se conçoit avec des nationalisations, une importante rente provenant du pétrole, une énorme bureaucratie, beaucoup de nationalisme et de populisme, et des coups et des miettes pour la majorité du prolétariat ; le Venezuela devenant le bastion du socialisme à la mode du XXI° siècle.

    Mais le fait que les moyens de production soient nationalisés ou non ne change rien. Pour nous prolétaires, cela ne fait aucune différence que celui qui nous exploite soit un propriétaire particulier, le gouvernement national ou une multinationale. Le Capital n’a pas une méthode unique pour se reproduire, il utilise celle qui lui est utile aux fins d’une meilleure reproduction, à sa propre valorisation. À cet égard, s’il utilise l’interventionnisme étatique et la logique pseudo-« socialiste », il ne le fait que dans les occasions où cela finit par lui être rentable, tout en conciliant les intérêts antagoniques des classes et en lui permettant de continuer à se développer, à s’agrandir et à utiliser la population avec l’excuse de la croissance de l’économie nationale. En tant que grande illusion, le « socialisme » bourgeois prétend qu’existe le socialisme dans un seul pays, ce qui en tant qu’intérêt nationaliste (régional, partiel) ne peut pas être plus que les intérêts de la bourgeoisie qui vise à l’atomisation du prolétariat. Quelle que soit la forme qu’il prenne, tout État est impérialiste. Tout différend ou toute alliance entre les États n’est simplement que la conséquence du développement des économies nationales, à savoir des intérêts bourgeois individuels et jamais des intérêts du prolétariat.
    Les crises au Venezuela ont toujours été associées, tant par Chavez que Maduro, aux tentatives de coups d’État ou de complots yankees, et codifiées comme étant la lutte contre la droite ou l’« impérialisme ». En cohérence absolue, le discours de Nicolás Maduro réitère qu’il confronte un « Coup d’État » qui serait semblable à ce qui s’est passé en avril 2002 avec Hugo Chávez. La fausse dichotomie entre pays socialiste et puissance impérialiste que nous dénoncions plus haut se met à nu à son tour dans les accords commerciaux entre ces pays. La recherche de profit, ainsi que dans d’autres contextes, la nécessité de réprimer le prolétariat dans des moments de grands bouleversements sociaux, oblige à chercher de nouvelles subtilités discursives pour justifier alliances et mesures. Ceci est démontré par les mesures prises par Chavez par rapport à la production de pétrole sur son territoire.

    Après la grève du secteur pétrolier en 2002, le gouvernement dirigé par Chavez a proposé de récupérer les compagnies pétrolières du pays. À partir de 2005, une série d’actions ont été entreprises pour récupérer la ceinture pétrolifère de l’Orénoque, considérée comme le plus grand gisement de pétrole sur la planète. Déjà en 2007, la Loi 5.200 instituant la nationalisation de la ceinture est décrétée. De nombreuses entreprises mixtes pétrolières sont formées, dans lesquelles le gouvernement vénézuélien a obtenu une participation majoritaire grâce à sa compagnie étatique de pétrole et de gaz naturel « Petróleos de Venezuela SA » (PDVSA), reprenant de cette façon le contrôle – ainsi qu’une grande partie des redevances – des entreprises qui appartenaient à des capitaux internationaux.

    En dépit de la propagande médiatique outrancière et farfelue contre l’impérialisme américain, un grand allié dans la formation de ces entreprises mixtes a été la multinationale Chevron, connue pour la catastrophe écologique provoquée en Equateur. Les défenseurs du « Socialisme du XXI° siècle », comme tous les partisans du capitalisme, ont toujours une justification pour ces négociations, quand ce n’est pas « stratégique », c’est simplement « nécessaire ». Au Venezuela, le pétrole est la principale source de revenus. Les destinations de ses barils de brut sont principalement les États-Unis et dans une moindre mesure l’Europe et certains pays d’Amérique latine.

    Les accords économiques des compagnies pétrolières sont déguisés avec des discours visant à la « souveraineté pétrolière » et à la promotion des Missions Sociales. Ils apparaissent comme une initiative du gouvernement national bolivarien et constituent un ensemble de mesures pour faire face aux secteurs populaires du pays. Leur apparition a lieu dans un climat de conflit social et économique, dont les moments les plus cruciaux ont été la tentative de coup d’État en avril 2002, la grève du secteur pétrolier de décembre de la même année et le Référendum Révocatoire d’août 2004. À ce jour, les entreprises mixtes sont reconnues et glorifiées par un « renforcement de la sécurité sociale du pays » quand on augmente le budget alloué aux Missions.

    Si le Venezuela est parvenu pendant si longtemps à limiter la détérioration, c’est parce que sa force de choc pétrolière lui confère un avantage commercial et monétaire important. Mais ce n’est pas suffisant pour garantir la stabilité de la monnaie et la fuite des capitaux ; de plus, la redistribution de la rente pétrolière a produit un risque inflationniste, confirmé aujourd’hui. Au cours des quatre dernières semaines, le gouvernement de Maduro a annoncé presque tous les jours, de nouvelles mesures, avec la promesse de remédier à l’inflation et aux pénuries. Mais au-delà des débats houleux entre le gouvernement et l’opposition, le mécontentement se vit dans la rue.
    Lorsque la carotte est pourrie…

    Maintenant que tout a explosé, que l’inflation au Venezuela est la plus élevée d’Amérique latine, que cette grande masse d’hommes et de femmes précipités dans la misère et soumis aux pénuries et à la faim sont descendus dans les rues, on ne peut plus améliorer la situation avec des mesures populaires. Maduro a récemment opté pour des décisions similaires afin de faire face à ce qu’il appelle la « guerre économique » ou le « sabotage économique de fractions apatrides ». Ces mesures, allant de la Loi Habilitante des coûts et des prix équitables, en passant par un nouveau système de subventions pour l’achat de produits de première nécessité, jusqu’à la mise en œuvre d’un nouveau système de taux de change et la restructuration de la gestion des réserves en devises étrangères dans le pays, visent à l’interventionnisme et à la nationalisation pour renforcer l’économie nationale. Les aberrantes campagnes de la propagande officielle ne seront pas plus utiles, ni les mobilisations pro-Maduro ou les périodes de Noël et de carnaval anticipées. Il est temps maintenant de regarder de plus près ce qui se passe avec le prolétariat frappé de plein fouet qui habite la région du Venezuela.

    Le 4 février, ont éclaté des manifestations étudiantes qui trouvent leur origine dans l’agression sexuelle d’une étudiante à l’Université Nationale Expérimentale de Táchira. Quelques jours plus tard, le 12 février, une manifestation d’étudiants à Caracas a déclenché une série d’émeutes dans le pays. Ce qui a commencé comme une protestation étudiante contre la situation d’insécurité s’est achevé par la répression étatique et un bilan de 14 étudiants arrêtés. Les manifestations qui ont suivi pour la libération de ces étudiants ont déchaîné la tension qui venait à s’accumuler dans le contexte de la crise économique, de la pénurie de biens de première nécessité et des services de base, ainsi que le début de la mise en œuvre d’un ensemble de mesures économiques du gouvernement. Les manifestations se propagèrent à d’autres villes, en particulier Mérida, Táchira et Trujillo, et elles furent également réprimées par la Garde Nationale Bolivarienne (GNB) et le Service Bolivarien du Renseignement (SEBIN), en plus des célèbres groupes paramilitaires indirectement financés et directement initiés par cet État.

    Dans ce contexte, une partie de l’opposition, comme les partis dirigés par María Corina Machado et Leopoldo López, a voulu tirer profit de la situation et a appelé à la mobilisation, exigeant entre autre la démission de Maduro, dans une tentative de canaliser les protestations, de les légaliser, de les politiser. À leur tour, les autres partis d’opposition qui forment la Mesa de la Unidad Democrática [Table de l’Unité Démocratique, note du traducteur], une sorte d’amalgame social-démocrate, progressiste chrétien, réformiste, libéral (et nous pourrions continuer…) qui constitue la principale opposition au Venezuela, se sont opposés ouvertement aux manifestations et ont appelé à abandonner les mobilisations pendant trois jours. Cela a été ignoré par les gens qui continuèrent à descendre dans les rues, dépassant ainsi le parti pris des uns et la passivité des autres, en généralisant la protestation pour une grande partie du Venezuela.

    Les manifestations se sont étendues à de nombreuses régions du pays et ont été appelées principalement grâce aux « réseaux sociaux ». À son tour, dans chaque zone les opinions et les motifs qui ont incité les manifestations varient. Dans le cas de Caracas, elles ont été spécialement le fait de secteurs de la classe moyenne et d’universitaires, et les demandes traitèrent de questions politiques, telles que la démission de Maduro et la modification du modèle économique et social. À l’intérieur du pays, des secteurs populaires ont rejoint la protestation, y incorporant des revendications sociales telles que la critique de l’inflation, des pénuries et du manque de services de base.
    Après quelques jours de calme relatif, le samedi 22 mars, les manifestations et les affrontements entre partisans du gouvernement et forces de l’opposition ont repris. Cette journée de marches et de contremarches a donné lieu à nouveau à des émeutes dont le bilan s’élève à de nombreux détenus et trois morts.

    Les raisons de la protestation vont des exigences en matière de santé, le logement, et l’approvisionnement de produits de première nécessité, jusqu’à des revendications quant à l’insécurité. Cependant, ces journées de protestation, quelles que soient leurs raisons verbalisées, leurs mots d’ordre dans de nombreux cas limités, ont été une critique pratique et ont mis en avant la destruction des symboles et des institutions de l’État et du Capital. Il y a eu des assauts contre les sièges de partis politiques, tant de l’opposition que du gouvernement ; des attaques contre les bureaux des institutions de l’État et des patrouilles du Corps des Enquêtes Scientifiques, Judiciaires et Criminelles (le principal organe étatique d’enquêtes judiciaires). De plus, il y a eu l’attaque de l’Hôtel Venetur (une propriété de l’État) et le siège prolongé de la chaîne de télévision publique Compañia Anónima Venezolana de Televisión (VTV). À Táchira, il y a eu des attaques contre le siège de la Fondation de la Famille, dans la municipalité de Chacao contre la Banque Provinciale et la Banque du Venezuela, et à Barquisimeto, au siège de la Société Anonyme Nationale des Téléphones du Venezuela (CANTV).

    Aucune de ces attaques n’est une garantie face à l’éventuelle codification des manifestations en une demande de réformes partielles, mais les mobilisations, les « guarimbas » (les barricades urbaines) et les attaques menées par le prolétariat de la région vénézuélienne dénoncent avec des bâtons et de la fureur, encore une fois, l’inhumanité du Capital, son aspect démocratique et ses partis, ses médias, son bras répressif et ses forces de frappe. Ceci et d’autres révoltes dont nous sommes témoins, qui se passent dans des endroits différents et apparemment pour des raisons différentes, bien qu’elles soient souvent éphémères, posent l’identification des intérêts et de la lutte contre l’exploitation, comme la réponse la plus humaine contre la civilisation, comme critique pratique contre l’ordre et ses représentants, comme le montre la tentative d’imposer les besoins humains contre ceux du marché et des rapports sociaux capitalistes.

    Et comme toujours, quand la carotte se met à pourrir… il n’y a plus qu’à distribuer des coups de bâtons. La branche armée de l’État défend avec la prison et la torture son incontestable propriété privée. La répression par la GNB, le SEBIN et de groupes paramilitaires réussit à disperser quelques protestations alors qu’elle en déclenche d’autres. La répression sans ménagement, la détention et la torture, la militarisation de la ville de Táchira, les perquisitions illégales, entre autres, ont été la réponse préférée de l’État vénézuélien à cette série d’attaques et d’émeutes, avec un bilan jusqu’à présent de 36 morts, environ 400 blessés et 1 600 arrestations.

    Maintenant que le baratin du pouvoir populaire montre son vrai visage, il est temps de mettre l’accent sur la spontanéité de ces émeutes, et qu’au-delà des mots d’ordre qui les verbalisent, ce sont des ruptures de la vie quotidienne, peut-être l’expression partielle et incomplète, d’une classe épuisée de vivre et de mourir écrasée, étrangère à son humanité. Les différentes façons où ces conditions sont réunies dans différents États ne sont que les différents visages de notre condition de prolétaires.
    Comprendre cela, c’est comprendre que nous faisons partie du même être, dans la mesure où nous partageons les mêmes conditions misérables d’existence et nous portons la capacité de mettre fin à cette situation.

    « Si le socialisme du XXI° siècle ne veut que consolider la démocratie, le marché et le nationalisme, nous devrions nous demander pourquoi penser qu’il s’agit d’une révolution ? Si on est juste en train d’affirmer ces valeurs nauséabondes dans lesquels nous évoluons tous les jours. Tant Correa et sa révolution citoyenne que Chavez et la révolution bolivarienne ne font que nous montrer que le capitalisme change son image bienveillante et populaire, mais qu’il n’abandonne pas son essence de mort. »

    La Oveja Negra N° 15
    [Le Mouton Noir]
     
    --
     
    Venezuela
    CRISE, MANIFESTATIONS, LUTTE POLITIQUE INTER-BOURGEOISE ET MENACE DE GUERRE IMPÉRIALISTE
     
    – Le Venezuela est en crise parce que le capitalisme est en crise ; ou plutôt, la crise capitaliste mondiale s’exprime sous une forme dépouillée, brute et scandaleusement visible au Venezuela, non seulement au niveau économique, mais aussi politique, social, idéologique et probablement géopolitique et militaire maintenant et à l’avenir.

    – La situation actuelle au Venezuela est une démonstration de l’échec des gouvernements du « socialisme du XXI° siècle » de gérer efficacement la crise capitaliste. Ce qui se passe, c’est que le Capital et sa crise sont ingouvernables : c’est le Capital qui gouverne la société et donc l’État, et non l’inverse. Croire le contraire est naïf, en revanche faire semblant de le faire, c’est du réformisme.

    – Le gouvernement du Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV), comme un bon capitaliste qu’il est, ne peut que « décharger » ou « faire payer les pots cassés » aux prolétaires : pénuries, inflation, sous-emploi, chômage, paupérisation. C’est-à-dire austérité et misère. Ce qui donne comme conséquence logique de nouvelles manifestations de rue contre de telles conditions matérielles d’existence, comme celles de février-avril de cette année (et comme celles de février de l’année dernière, évidemment). Ensuite, ce gouvernement, en fonction de son rôle, ne peut qu’opter pour la répression : les lois répressives « d’exception » adoptées par le Congrès (tel la résolution 008610, ce qui permet à la police de réprimer les manifestations à balles réelles), la mort conséquente de quelques jeunes manifestants par la police, etc. Bien qu’il se justifie en disant qu’il a agi contre « la droite déstabilisatrice et putschiste, qui complote avec l’impérialisme américain » et même qu’il « regrette la mort de ces étudiants », il est évident que le gouvernement de Maduro – comme tous les gouvernements de gauche – n’est pas le moins du monde révolutionnaire. (Encore une fois, il est à noter que Rousseff et Correa font essentiellement la même chose dans leurs pays respectifs.)

    – Bien que lors des manifestations de l’année dernière notre classe ait revendiqué ses besoins matériels par l’action directe contre le Capital et l’État (pillages, barricades, jets de pierres, attaques de sièges de partis, etc.) ; bien que cette année, elle soit une nouvelle fois descendue dans les rues pour protester contre la pénurie et « contre le régime » ; et bien que la misère et la répression subie aujourd’hui puisse la pousser à se débarrasser de tant d’années de « chavisme » et de « missions sociales », le problème est que le prolétariat au Venezuela – comme dans beaucoup d’autres régions – est encore faible ; c’est-à-dire qu’il ne parvient pas encore à se réorganiser et agir avec autonomie et puissance, avec ses propres revendications et organisations, en tant que force sociale réelle, comme classe de négation. Mais il ne faudrait pas pour autant exclure la possibilité d’une explosion de colère prolétarienne incontrôlable tant pour le gouvernement que pour l’opposition, l’émergence d’un prolétariat sauvage au Venezuela précisément en raison des conditions difficiles dans lesquelles survit actuellement notre classe. En fin de compte, nos besoins humains en tant que prolétaires, insatisfaits ou niés par la propriété privée et l’argent, se trouvent partout en opposition matérielle et totale avec les besoins de l’accumulation et la gestion du Capital ; de sorte que l’antagonisme structurel et latent entre la classe capitaliste et le prolétariat peut exploser tôt ou tard ; en particulier dans les situations de crise, puisque celle-ci peut à son tour réchauffer ce « terrain fertile » de la lutte prolétarienne contre le Capital et son État.

    – Depuis les étudiants ayant de faibles revenus, en passant par les chômeurs et les sous-employés « informels » dans les rues, qui au Venezuela (et en Amérique latine en général) prolifèrent dans la misère, et qui de plus sont ceux qui résident dans les banlieues et les campements périphériques. Ainsi que les prolétaires « indigènes » et « paysans » d’autres provinces, qui se sont déjà affrontés à plusieurs reprises aux entreprises pétrolières, minières, charbonnières, ces dernières étant soutenues par les forces de l’ordre du socialisme du XXI° siècle ; sans oublier les différents secteurs de la classe ouvrière qui ont protesté pour des questions revendicatives : les licenciements, les salaires, les services, etc. Ils constituent tous le prolétariat en lutte, et leur présence dans les rues, suscitant ainsi des tentatives de révolte, le prouve. Il est donc tout à fait stupide de considérer les protestations comme s’il s’agissait d’un mélange homogène qui obéit exclusivement aux objectifs de la Table de l’Unité Démocratique. « Opposition fasciste » ou « agents impérialistes » sont quelques-uns des surnoms ridicules que nous voyons tous les jours dans tous les médias de la gauche rance pour désigner ceux qui luttent contre leurs misérables conditions d’existence… Il est nécessaire une fois pour toute de rompre avec toutes ces fausses interprétations réductionnistes qui ne font que défendre à tout prix le réformisme progressiste orné de drapeaux anticolonialistes.

    – Nous avons dit qu’une révolte prolétarienne au Venezuela est une possibilité et non quelque chose d’« inévitable », car penser cette dernière serait mécaniciste et conserver de fausses attentes. En outre, parce que ce serait stupide et irresponsable de ne pas remarquer que tant le gouvernement que la droite vénézuéliens peuvent, comme toujours, pêcher en eaux troubles ou encadrer la mobilisation pour démobiliser tout le mouvement. En effet, le gouvernement de Maduro, de fait, profite déjà de la menace des USA contre le Venezuela pour protéger davantage son appareil d’État et pour masquer ou faire passer à l’arrière-plan la crise et la lutte des classes internes, appelant au « patriotisme », à la « souveraineté », à la « solidarité anti-impérialiste » et au passage exhorter au sacrifice pour « l’économie nationale ». Et la droite vénézuélienne (représentée par la dénommée Table de l’Unité Démocratique – MUD), car elle est évidemment soutenue par l’impérialisme nord-américain et parce que, en cas d’invasion, elle remplacerait le pouvoir politique. L’histoire politique régionale et mondiale montre qu’il en est ainsi et qu’il n’y a aucun doute à ce sujet. Face à cela, nous précisons que la rupture et l’autonomie prolétariennes que nous jugeons nécessaires d’apparaître au Venezuela, seront non seulement en dehors et contre le gouvernement de gauche de Maduro ou la bourgeoisie « bolivarienne », mais aussi en dehors et contre l’opposition de droite vénézuélienne, cette bourgeoisie « oligarchique », rance et ultraréactionnaire.

    Non seulement en dehors et contre telle ou telle fraction du Capital-État, mais en dehors et contre tout le Capital-État lui-même. Tout cela signifie et implique, dans ce cas concret, de ne pas participer à la lutte politique inter-bourgeoise gouvernement contre opposition, de ne pas jouer leur jeu, mais au contraire : de les déborder, rompre avec eux, assumer la lutte des classes pour défendre, généraliser et imposer nos besoins humains sur ceux du Capital, nos propres revendications de classe au moyen de nos propres structures de lutte. Ce qui, à son tour, pourrait conduire à une révolte, puis d’assumer la nécessité de lutter pour la révolution sociale ou totale ; pas pour une révolution politique, partielle, bourgeoise (où la droite reprend le pouvoir politique ou encore la gauche le conserve), et encore moins pour que cela débouche sur la guerre impérialiste qui transforme le prolétariat en chair à canon (dans le cas où les USA envahiraient le Venezuela). L’existence ou l’émergence de minorités révolutionnaires militantes et actives au Venezuela – dont nous n’avons pas encore de signe réel et convaincant –, devrait être l’une des principales tâches du moment. Ou peut-être que le prolétariat au Venezuela – y compris ses minorités radicales – ne réagira et ne luttera contre ses ennemis mortels de classe que lorsque la guerre sera en train de tuer des milliers de prolétaires dans les rues et aux frontières, non plus seulement de faim, mais aussi avec des balles de la part des deux États ? La vraie lutte de classe aura le dernier mot.

    – Tous les gouvernements socialistes, nationalistes et anti-impérialistes qui ont existé ont été, sont et seront capitalistes, la « révolution bolivarienne » laisse intacte l’État national, la propriété privée et le commerce extérieur et intérieur, éléments fondamentaux du système capitaliste ; les gouvernements de gauche et progressistes sont différents dans la forme mais pas dans le contenu de leurs rivaux de droite et impérialistes. Leurs luttes, y compris leurs guerres, sont inhérentes, inévitables et nécessaires pour que ce système fonctionne et survive : le capitalisme ne peut exister ou être tel sans concurrence et sans guerre. (En outre, il n’y a pas eu de guerre de défense de la souveraineté nationale et/ou de libération nationale qui n’ait été partie de fait d’une guerre inter-impérialiste.) Mais ces luttes inter-capitalistes continueront simplement d’occuper un rôle de premier plan jusqu’à ce que le prolétariat réapparaisse sur la scène avec force et autonomie pour contester l’ordre existant. Ensuite, les deux fractions bourgeoises qui sont aujourd’hui des adversaires s’uniront ouvertement et sans apparences en un seul parti – le parti de l’ordre, de la réaction et de la démocratie – contre notre classe, car avant tout ils préfèreront s’allier que voir chanceler le système qui leur assure la puissance et la domination.

    – Ce tableau émergent serait encore plus catastrophique si la Chine et la Russie se décidaient à soutenir le Venezuela même militairement, non par « affinité idéologique » ou par « anti-impérialisme », mais parce que ces deux puissances émergentes de l’Est doivent se soucier de leurs puissants intérêts économiques et géostratégiques aussi bien dans ce pays qu’en Amérique du Sud en général. De leur côté, comme ces derniers temps les USA ont perdu du terrain et du pouvoir dans d’autres régions, aujourd’hui ils retournent dans leur « arrière-cour » de toujours pour l’utiliser comme un « joker » de leur politique de suprématie « unipolaire » en déclin. Ainsi, le conflit ne porte pas seulement sur le pétrole et le contrôle territorial, mais aussi sur une partie de l’hégémonie mondiale même. La Libye, l’Irak et/ou l’Ukraine au Venezuela ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, les tambours de la guerre impérialiste résonnent en Amérique du Sud, ou plus exactement ceux de l’invasion militaire américaine du territoire de l’État vénézuélien.

    – La « violation des droits de l’homme » par ce gouvernement de gauche (comme si aucun État n’exerçait son terrorisme répressif ! Hypocrites !) n’est rien de plus qu’un prétexte vraisemblable pour brandir un discours de « manque de liberté au Venezuela ». Les USA ont déjà utilisé des excuses semblables à cet effet, il y a quelques années à propos de la Libye et de l’Irak [et actuellement en Syrie] – ainsi qu’à la veille de quelques guerres durant le 20° siècle. Non, ce n’est pas un « manque de démocratie », mais c’est partout la même démocratie qui nous réprime, emprisonne, torture, assassine ; parce que la démocratie, en réalité, c’est la dictature « légale et légitime » du Capital sur le prolétariat. Rappelons-nous aussi qu’avec ce prétexte, les USA ont déjà mené plusieurs guerres dans diverses régions périphériques ou « non-occidentales » de la planète. Alors, vous voulez le faire pour le pétrole ? Bien sûr que si, compte tenu des grandes réserves d’« or noir » que possède le Venezuela, ainsi que les principaux accords pétroliers entre la « bolibourgeoisie » et Chevron, dans le sens de monopoliser le marché international du pétrole dans cette région (comme disait Marx, la concurrence et le monopole ne sont pas des pôles antagoniques mais complémentaires, les deux faces d’une même pièce de monnaie ; et comme les bourgeois et leurs économistes ont l’habitude de dire : « en affaires, il n’y a pas d’amis »). Plus en profondeur encore, étant donné que le pétrole c’est de l’énergie et que l’énergie est l’élément vital de l’économie, à savoir qu’il est une activité lucrative en soi ainsi qu’une soupape d’échappement pour l’actuelle crise capitaliste mondiale. Ce qui, cependant, sera « plus cher » et catastrophique à l’avenir en raison de l’actuelle « crise pétrolière » et de tous les désastres et conflits que cela implique. Cependant, le pétrole n’est pas encore la principale cause de ce drame ou des tensions internationales dans la région.

    – La bourgeoisie américaine et le Pentagone ne sont pas stupides, ni ne restent les bras croisés. Tout le contraire. Si ni un gouvernement de gauche ni l’opposition de droite n’ont été en mesure de gérer la crise capitaliste dans une partie importante de leur « arrière-cour », le « risque » existe aussi que dans ce pays le prolétariat (ce « fantôme » que craint tellement toute bourgeoisie) ré-émerge de manière explosive et hors de contrôle, comme une véritable force, autonome et indomptée. Alors, s’agit-il d’une « émeute de la faim » potentielle et contre l’État au Venezuela ? Face à cette menace, les USA ne peuvent pas échouer à remplir leur rôle de gendarme ou de police mondiale : voilà une des nécessités d’intervention armée au Venezuela. Et peut-être ne faut-il pas attendre qu’une telle révolte potentielle ne se produire, mais plutôt anticiper les mouvements visant à « la prévenir ». En conclusion, comme toujours la guerre impérialiste consiste à écraser toute tentative révolutionnaire et à repolariser le pouvoir de la bourgeoisie. La guerre, c’est toujours la guerre contre le prolétariat. Dans ce cas précis, il s’agit de « neutraliser » la contradiction fondamentale et réelle, de fond : l’antagonisme de classe et toute tentative de révolution radicale.

    – En outre, ce n’est pas seulement à cause de la menace d’un prolétariat sauvage dans ce pays que les USA mèneraient la guerre impérialiste au Venezuela, mais parce qu’ils ont déjà un problème potentiel « chez eux » : le mouvement des manifestations et des émeutes déclenché dans les villes de Ferguson, Baltimore, Oakland et Charlotte ces quatre dernières années. Autrement dit, les USA feraient également la guerre afin de se renforcer et de gagner la guerre contre le prolétariat qu’ils mènent sur leur propre territoire : par exemple, l’enrôlement dans l’armée de jeunes prolétaires (des noirs, des latinos et des blancs) pour qu’ils aillent tuer et mourir dans d’autres pays, et ainsi éviter qu’ils trainent dans les rues comme des « paresseux » et des « vandales ». Ce qui pourrait paradoxalement se transformer en un boomerang, et il y a déjà quelques indices ou signes de cela. Ceci est un autre fait qui justifie l’importance aujourd’hui de la relation internationale entre le Venezuela et les USA ainsi que la situation intérieure dans les deux pays, dans le sens de manifester la dialectique historique concrète entre la guerre de classe et la guerre impérialiste.

    – Par ce fait même, le seul qui puisse arrêter et inverser la guerre impérialiste dirigée par les USA dans pratiquement le monde entier, c’est le prolétariat non seulement des pays en guerre (de manière réelle ou potentielle) mais aussi le prolétariat de tous les pays et de toutes les régions, de toutes les « couleurs » ou « races », agissant comme une seule force mondiale et historique contre un seul ennemi : le Capital-État mondial.
    La seule façon d’en finir vraiment et radicalement avec la guerre et le capitalisme, c’est la révolution prolétarienne mondiale. Mais pour cela, il est d’abord nécessaire que notre classe s’assume en tant que telle, en tant que prolétariat, en tant que classe antagonique au Capital ; une classe qui dépasse les séparations (nationales, raciales, sexuelles, idéologiques, etc.) qui lui sont imposées ; qui se réapproprie son programme historique et qui lutte pour l’imposer ; qui se bat pour ses propres revendications avec ses propres formes d’association et méthodes de lutte de classe ; qui assume qu’elle n’a pas de patrie et qui pratique l’internationalisme prolétarien, en luttant contre « ses propres » bourgeoisies et États nationaux, et contre tout nationalisme et régionalisme (qui sont des entraves idéologiques et identitaires si profondément enracinées en Amérique latine) ; qui à la guerre impérialiste, lui oppose le défaitisme révolutionnaire et la transforme en guerre de classe révolutionnaire et mondiale. Il nous faut un sujet révolutionnaire. Mais cela ne se reconstitue qu’à la chaleur de la lutte des classes même et, comme le montre l’histoire, après de nombreuses défaites. Combien de défaites supplémentaires seront nécessaires, frères prolétariens dans le monde entier ?

    – Il se peut que nous soyons en avance sur les faits, mais si une telle chose ne finit pas par se concrétiser, ou si les USA n’envahisse pas le Venezuela, nous l’exclamerons pareillement et continuerons de l’exclamer parce qu’aujourd’hui (comme toujours), peu importe où on regarde, nous sommes en guerre. Le Capital et son État ont toujours été, sont et seront en guerre permanente contre notre classe pour nous maintenir exploités et dominés, divisés et faibles, annihilés et détruits en tant que classe. Ensuite, pour défendre et récupérer nos vies, il est temps que les prolétaires assument la guerre de classe et passent à l’offensive contre leurs ennemis. Partout et jusqu’à la fin…

    Prolétaires qui vivez au Venezuela et partout ailleurs :
    Ni gouvernement, ni opposition, ni invasion !
    Aucun sacrifice pour aucune nation !

    Contre la guerre inter-capitaliste et impérialiste : lutte de classe autonome, anticapitaliste, antiétatique et internationaliste !
    La Révolution Prolétarienne Mondiale ou la Mort !

    Proletarios Revolucionarios*
    [Prolétaires Révolutionnaires]
     
     
    --
     
    POUVOIR POPULAIRE ET SOCIALISME AU XXI SIÈCLE
    LES HABITS MODERNES DE LA SOCIAL-DÉMOCRATIE

     
     
    Le fameux socialisme du 21ème siècle n’est rien de plus que le front populisme du 20ème siècle. La vieille soupe social-démocrate est resservie à la table du prolétariat pour lui donner du courage pour aller combattre la droite, le néolibéralisme, l’impérialisme, les fascistes, les yanquis ou quiconque serait désigné politiquement comme le nouvel ennemi au prochain forum social, contre-forum ou rencontre culturelle. Et ainsi tenter d’empêcher un affrontement total avec notre ennemi de classe : la bourgeoisie mondiale, ici ou ailleurs, de gauche ou de droite, qui, toujours, représente le Capital.

    C’est comme ça qu’aujourd’hui, particulièrement en Amérique Latine, les gouvernements progressistes idéalisent stratégiquement certains secteurs de la bourgeoisie, faisant l’éloge des uns et crachant sur les autres. Une stratégie identique qui, toutes proportions gardées, a fonctionné dans les années trente du siècle passé, liquidant les secteurs les plus combatifs du prolétariat international, particulièrement dans la région ibérique où se sont rejoints des révolutionnaires de partout dans le monde et qui fut couronné par le massacre prolétarien au cours de la dite seconde guerre mondiale. La création de pseudo antagonismes tels que fascisme/antifascisme travaille pour la bourgeoisie mondiale. Éluder l’antagonisme de classe en appelant à lutter contre tel ou tel secteur de la classe dominante n’est en effet pas une nouveauté.

    Ceux-là même qui nous appellent à appuyer les forces progressistes de la bourgeoisie nationale, des anti-impérialistes, des bourgeois industriels contre « le retard dans la campagne », sont les mêmes qui, en d’autres occasions, nous appellent à combattre contre ces mêmes forces. Ils l’appelleront stratégie, ils l’appelleront politique… C’est le progrès du Capital et ils en sont les agents. Le maintien de l’ordre capitaliste, avec sa paix et sa guerre, est basé sur cette désorientation, sur la canalisation du prolétariat dans des projets bourgeois déguisés en révolutionnaires. L’appel à construire un pouvoir populaire en est l’un d’eux. Si tous les partisans du pouvoir populaire ne le sont pas du socialisme du 21ème siècle allant parfois jusqu’à avoir de grands différents entre eux, ces deux concepts partagent la même souche idéologique. Nous ne prétendons pas nous immiscer dans les luttes terminologiques et politicardes mais bien marquer leurs principales caractéristiques.

    Les appels à construire un pouvoir populaire, venant de prétendus communistes ou anarchistes et jusqu’aux chavistes (partisan de Chavez), se caractérisent dans les grandes lignes par une insistance sur un populisme aclassiste et un flou –propre au besoin de capter la plus grande quantité de secteurs possibles- qui fait appel à des ruses terminologiques que ce soit pour définir le terme « populaire » comme pour définir le « pouvoir » décliné dans le « pouvoir faire », le contre-pouvoir, le double-pouvoir, la prise du pouvoir institutionnel, la non-prise du pouvoir institutionnel, la lutte en dehors des institutions, l’appui critique à tel gouvernement, etc.

    Pouvoir populaire peut signifier revendiquer soit le pouvoir politique pour le peuple soit l’augmentation du nombre d’organisations populaires qui se destinent à la lutte pour des réformes jusqu’à détenir la force suffisante pour faire le pas électoral, ou encore peut signifier le pouvoir de créer des écoles populaires, des coopératives, des entreprises autogérées de santé, de communication, d’alimentation, etc., qui, dans la majorité des cas sont impulsées par l’Etat ou qui n’arrivent pas à se maintenir en marge de celui-ci. Et dans les cas les plus « radicaux », d’apparente indépendance totale avec l’Etat, loin de perturber l’ordre capitaliste, ils ne font rien de plus que le gérer et en ce sens, ils font également partie de l’Etat. Au Venezuela on a même rajouté au nom de chaque ministère le suffixe de « Pouvoir Populaire » et quand Chavez est mort, ce sont des bourgeois jusqu’aux libertaires d’appui critique qui l’ont pleuré. Mais le chavisme et son opposition bourgeoise ne sont rien de plus que deux formes de gestion capitaliste, deux alternatives pour maintenir la marche du Capital.

    Il ne nous intéresse pas de délimiter leurs propositions mais d’affirmer que leurs projets, en profitant de nos faiblesses actuelles en tant que classe, nient la révolution sociale, entendue comme rupture totale, pour la convertir en un processus d’absorption ou de réformes politiques où les institutions et leurs fonctions commenceront à être « du peuple », de nier le caractère prolétarien de la révolution, de nier que c’est la bourgeoisie qui a le pouvoir.

    L’enjeu pour nous, c’est de détruire son pouvoir, de le nier, de lui imposer la révolution totale, de comprendre que la nécessité de la révolution ne provient pas d’une idée abstraite mais de la généralisation de tous nos besoins et désirs humains, et non dans l’unité amorphe et étapiste des revendications converties en réformes séparées et classifiées en politiques, économiques, culturelles, écologiques, de genre, immédiates ou historiques.

    Ces tendances sont tellement réformistes que dans la plupart des cas ils ne parlent même plus de révolution mais de changement social, de processus de changement. De ce réformisme qui sépare tout, surgit à son tour l’invention de « nouveaux sujets de changement » assignés à tel ou tel « secteur populaire », classifications sociologiques attribuées par des académiciens et des politiciens qui les utilisent toujours pour diviser, isoler et forcer le prolétariat à se soumettre à la bourgeoisie et maintenir ainsi l’exploitation. Ils nous parlent d’indigènes, d’étudiants, de femmes, de paysans, de travailleurs au chômage, de précaires, de professionnels, de classe moyenne, d’intellectuels, du peuple… enfin de citoyens et s’ils cherchent justement là un sujet de changement c’est parce qu’ils ne veulent rien changer du tout et veulent encore moins d’une révolution prolétarienne. Au contraire, ils cherchent la destruction du prolétariat et de son programme, en maintenant intouchables l’Etat, la démocratie et ses droits, le travail salarié et la propriété privée.

    Les rares qui se risquent à parler de classe travailleuse, ouvrière ou exploitée le font de manière apologétique pour continuer à défendre le travail salarié et conçoivent la classe comme l’addition de tous ces sujets ou secteurs populaires qui devraient s’unir derrière l’un ou l’autre projet politique qui donnera des réponses à chaque secteur en particulier. Encore une fois, il ne s’agit de rien de plus que la notion social-démocrate de révolution comme simple cumul de réformes !

    Là où le caractère bourgeois de ces projets se fait plus évident, c’est quand ils cherchent à canaliser le prolétariat dans le latino américanisme, qui n’est rien de plus qu’une addition de nationalismes, rien de plus que la défense des intérêts d’un groupe déterminé de bourgeois au travers d’un groupe d’Etats. Tout Etat est impérialiste et ce aussi faible soit son économie nationale ou aussi arriérée soit son industrie. Dans les guerres du Capital, comme dans les marchés, seuls sont en jeu des intérêts bourgeois impérialistes et jamais les intérêts du prolétariat. La séparation idéologique entre premier monde, tiers-monde ou « pays développés » et « en développement » oppose les prolétaires entre eux tout en brouillant et empêchant les tâches révolutionnaires. Selon la conception étapiste de la révolution, en Amérique Latine, il faut réaliser les tâches démocratico-bourgeoises en développant l’industrie nationale, en fortifiant la démocratie. Une fois de plus la farce de la libération nationale mais cette fois davantage au travers des urnes que des armes.

    Les critiques de ces tendances sont aussi vielles que l’affrontement entre la révolution et la contre-révolution. Malgré qu’il se présente comme une nouveauté du 21ème siècle, ce n’est rien d’autre que le vieux réformisme avec un nouveau visage défendu au nom de la « révolution » tout en niant sa nécessité. Mais la réforme est toujours et dans tous les cas, l’arme des ennemis, des exploiteurs et des oppresseurs contre les besoins humains. La révolution, l’imposition et la généralisation de ces besoins, ne peut se réaliser en réformant cette société basée sur l’exploitation, le sacrifice, la négation brutale de la vie au profit de la valorisation du Capital, mais bien uniquement et exclusivement par sa destruction violente.

    Les réformes et constructions que proposent le pouvoir populaire ne sont ni incomplètes ni ne s’arrêtent à mi-parcours, elles vont dans une toute autre direction ! Elles font partie de la politique de la bourgeoisie pour canaliser et nier la force révolutionnaire du prolétariat et la transformer en force productive du capital.
    Toute défense de l’économie nationale, qu’elle se peigne ou non en socialiste, est la défense de notre exploitation.

    Contre les alternatives de gestion bourgeoise, opposons l’organisation et la centralisation des luttes prolétariennes.
    Face à la catastrophe capitaliste, il n’y a qu’un seul chemin pour la vie : la destruction révolutionnaire du travail salarié et de la marchandise.

    Proletarios Internacionalistas
    [Prolétaires Internationalistes]

  • New Footage Michael Brown on the Day He Was Killed Shows How Easy It Is for Cops to Paint Victims as ’Bad Guys’ | Alternet
    http://www.alternet.org/human-rights/new-footage-michael-brown-day-he-was-killed-shows-how-easy-it-cops-paint-v

    Last weekend, a new development emerged in the story of the 2014 killing of unarmed teenager Michael Brown in Ferguson, Missouri, whose death sparked unrest across the nation. Previously unreleased footage of Brown inside the convenience store that the police claimed he had robbed before he was confronted by Darren Wilson, the former officer, contradicts the story the police department pushed about Brown’s actions that day.

    The original narrative that emerged from many eyewitnesses in the immediate aftermath of Brown’s death, which was later contradicted by others, was that Brown, who was slated to attend college in a few weeks, put up his hands and then Wilson blew holes through him anyway. But Ferguson law enforcement officials quickly pushed back with the “Mike Brown was no angel” narrative, releasing a video that appears to show Mike Brown robbing a local convenient store before Wilson stops him. This shows Brown snatching what appears to be store property and exiting the store; however, the newly released video clearly shows an earlier exchange, not a robbery.

    These people control the narrative, and they use that power to demonize victims of police force in a constant effort to deflect negative attention away from themselves. Six Baltimore police officers were charged for their involvement in Freddie Gray’s spinal cord injury death in 2015, and therefore we knew everything about Freddie Gray’s criminal record before the first officer even took the stand. As if a few petty arrests in a man’s past justify the police chasing him down with no signs of criminal wrongdoing and arresting him. Many members of the public quickly accepted that narrative of “Freddie the Bad Guy” over the fact that he should not have been in the back of the police van in the first place. He shouldn’t have been bothered, and he shouldn’t be dead now.

    #ferguson #fake_news #post-truth #police #racisme

  • Facebook, Twitter and Instagram sent feeds that helped police track minorities in Ferguson and Baltimore, report says
    https://www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2016/10/11/facebook-twitter-and-instagram-sent-feeds-that-helped-police-track-m

    A powerful surveillance program that police used for tracking racially charged protests in Baltimore and Ferguson, Mo., relied on special feeds of user data provided by Twitter, Facebook and Instagram, according to an ACLU report Tuesday. The companies provided the data — often including the locations, photos and other information posted publicly by users — to Geofeedia, a Chicago-based company that says it analyzes social media posts to deliver real-time surveillance information to help 500 (...)

    #Facebook #Instagram #Twitter #Geofeedia #profiling #géolocalisation #réseau_social #activisme #web #surveillance (...)

    ##ACLU

  • Twitter et Facebook coupent l’accès à leurs données pour une société qui surveillait des manifestants
    http://www.journaldequebec.com/2016/10/11/twitter-et-facebook-coupent-lacces-a-leurs-donnees-pour-une-societe

    Twitter et Facebook ont coupé l’accès à certaines de leurs données à une société d’analyse de données qui, selon un organisme de défense des droits civiques, aidait la police à surveiller des manifestants lors de mouvements contestataires. L’American Civil Liberties Union (ACLU) « a obtenu des documents montrant que Twitter, Facebook et Instagram ont donné un accès à des données sur leurs utilisateurs à Geofeedia, le développeur d’un produit de surveillance des réseaux sociaux qui a été vendu aux forces de (...)

    #Facebook #Twitter #Instagram #Geofeedia #profiling #géolocalisation #réseau_social #activisme #web #surveillance (...)

    ##ACLU

  • Do Not Resist
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/affaires-interieures/article/do-not-resist

    Craig Atkinson 2016, US, HD, vo non sous-titré, 73’ Depuis que l’armée américaine est active au Moyen Orient, on observe une militarisation inquiétante des forces de l’ordre aux Etats-Unis… A tel point qu’au détour d’une rue, on se croirait à Falloujah ! C’est ce que dévoile avec acuité « Do Not Resist », premier documentaire d’un chef opérateur indépendant, aguerri aux tournages engagés. Démarrant sur l’encadrement des manifestations à Ferguson dans le Missouri suite au décès de Michaël Brown (jeune afro-américain tué le 9 août 2014 par la police locale), "Do (...) vendredi 30 septembre 2016 - 22h , samedi 15 octobre 2016 - 18h , dimanche 23 octobre 2016 - 19h , Craig (...)

  • Grosse rentrée au cinéma Nova (selection perso)

    Do Not Resist de Craig Atkinson
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/affaires-interieures/?lang=fr#article-17201

    Depuis que l’armée américaine est active au Moyen Orient, on observe une militarisation inquiétante des forces de l’ordre aux Etats-Unis… A tel point qu’au détour d’une rue, on se croirait à Falloujah ! C’est ce que dévoile avec acuité « Do Not Resist », premier documentaire d’un chef opérateur indépendant, aguerri aux tournages engagés. Démarrant sur l’encadrement des manifestations à Ferguson dans le Missouri suite au décès de Michaël Brown (jeune afro-américain tué le 9 août 2014 par la police locale), « Do Not Resist » chemine à travers le pays de l’Oncle Sam au cœur du système policier. On y apprend notamment que le gouvernement fédéral a mis en place un programme facilitant le rachat de véhicules blindés de l’armée, endettant toujours plus de paisibles municipalités. Et malgré une société civile critique, dont des vétérans de la guerre en Irak, la machine sécuritaire est en route, les policiers semblant adhérer aux nouvelles technologies du marché. Conférences, symposiums, entraînements et interventions démonstratives jalonnent le film, jusqu’à une vision glaciale d’une société gérée en sous traitance par le secteur privé. A l’heure où tout citoyen devient suspect, « Do Not Resist » est d’une actualité brûlante. En exclusivité européenne sur l’écran du Nova !

    http://www.donotresistfilm.com
    https://vimeo.com/178977261

    Programmation Iraq : Mission Accomplished Year 13
    dont
    Cycle Poitras (9 et 11 septembre)
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/iraq-mission-accomplished-year-13/?lang=fr#article-17186
    BIAFRA (7 & 8/10)
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/complement-biafra/?lang=fr

    et j’en passe.

    #cinema #bruxelles #nova_cinéma #documentaire #police #militarisation

  • #Etats-Unis : #manifestation_anti-police à #Milwaukee après le décès d’un suspect
    Des manifestations ont éclaté samedi 13 août dans la soirée à Milwaukee, dans le Wisconsin, après la mort d’un suspect armé, tué par la police. Un policier en uniforme a abattu un homme de 23 ans lors d’une poursuite à pied, rapporte la police de Milwaukee.
    L’homme avait été arrêté à un feu de circulation dans l’après-midi par les autorités et s’était enfui. Le suspect, qui était connu des services de police, était armé d’un pistolet volé. Les autorités ne précisent pas s’il a utilisé son arme face aux policiers.
    Une centaine de personnes, selon les médias, se sont réunies à Milwaukee quelques heures après. Des manifestants ont incendié une voiture de police, ainsi qu’une station essence et une banque. Les manifestants ont tiré des coups de feu et lancé des projectiles sur la police. Un policier a notamment été atteint à la tête par une brique lancée sur sa voiture. Au moins trois personnes ont été arrêtées.
    De nombreuses manifestations ont éclaté récemment dans plusieurs villes américaines, Baton Rouge, Dallas, Ferguson, New York ou Oakland, contre les #violences_policières.

    source : le monde 14/08/16


    http://www.cheribibi.net

    • La ville de Milwaukee (nord) a connu dans la nuit de dimanche à lundi une deuxième nuit de violences au cours de laquelle sept policiers ont été blessés et 11 personnes arrêtées, deux jours après que les forces de l’ordre eurent tué un suspect noir armé.
      La nuit a été marquée par des jets de pierres et des coups de feu après que des policiers, en tenue antiémeute, ont investi le quartier du Sherman vers 23H00 locales (04H00 GMT) pour disperser une foule de manifestants en colère.
      Sept policiers ont été blessés et 11 personnes ont été arrêtées, a déclaré lundi le chef de la police Edwards Flynn. Celui-ci a précisé qu’une trentaine de coups de feu avaient été entendus dans la nuit.
      Ces tirs et jets de pierre ont visé des véhicules de police. Un agent a essuyé le tir d’un « projectile » non identifié, mais s’en est tiré sans trop de dommages grâce à son casque, a précisé la police.
      M. Flynn a tenu à souligner que la police s’est gardée d’ouvrir le feu, dans un souci d’apaisement.
      Malgré ces incidents, le chef de la police a considéré que ses hommes avaient davantage maîtrisé la situation que la nuit précédente.
      Tout a commencé samedi après-midi lorsque deux policiers ont arrêté deux suspects en voiture qui se sont ensuite enfuis à pied. « Lors de cette course poursuite, l’un des policiers a tiré sur un suspect armé d’un pistolet semi-automatique » qui est mort sur place, selon la police de Milwaukee.
      Le suspect de 23 ans, Sylville Smith, avait un casier judiciaire fourni et son arme avait été volée lors d’un cambriolage en mars, avait-elle précisé.
      Une photo de la scène « montre sans aucune hésitation qu’il avait une arme en main, les gens doivent savoir cela », a souligné le maire de Milwaukee, Tom Barrett.
      L’agent de police qui a tué Sylville Smith, lui-même noir, a été placé en congés administratifs, comme il est d’usage dans ce type d’affaire, et il loge chez des proches en dehors de la ville par crainte pour sa sécurité, a encore dit M. Flynn.
      Les événements ont dégénéré dans la soirée de samedi quand la police a tenté de disperser au moins 200 manifestants exaspérés, certains jetant des pierres et des briques vers les forces de l’ordre. Une adolescente de 16 ans avait été blessée et hospitalisée, ses jours n’étant toutefois pas en danger.
      – Véhicule blindé -
      Quatre policiers avaient été conduits à l’hôpital et 17 personnes avaient été arrêtées au cours de cette première nuit de violences.
      Au moins six commerces avaient été incendiés, dont une station-service, selon la police. Parmi ces commerces figuraient également une banque, une boutique de produits de beauté et un magasin de pièces automobiles, selon le journal local, le Milwaukee Journal Sentinel.
      Des policiers ont été pris pour cibles dans plusieurs endroits des Etats-Unis ces dernières semaines, notamment à Dallas (Texas) et Baton Rouge (Louisiane), où plusieurs ont été abattus par des tireurs, dans un contexte de manifestations très tendues après la mort de plusieurs Noirs victimes de violences policières.
      « Nous n’avions plus été défiées de cette manière depuis des années », a repris Tom Barrett.
      Dans la nuit, le pare-brise d’un véhicule blindé a été touché de plusieurs projectiles, envoyant des bouts de verre dans les yeux de deux policiers. Les #forces_de_l'ordre ont aussi eu recours à un véhicule blindé pour porter secours à une victime blessée par balle qui a été conduite à l’hôpital.
      Environ 125 membres de la garde nationale avaient été réquisitionnés et étaient prêts à intervenir, même s’ils n’ont finalement pas été mis à contribution.
      Appelant à l’apaisement, le gouverneur Scott Walker avait rappelé dimanche que le Wisconsin « possède une loi requérant une enquête indépendante à chaque fois qu’il y a des tirs mortels effectués par un officier des forces de l’ordre ».

      http://info.arte.tv/fr/afp/actualites/etats-unis-7-policiers-blesses-11-arrestations-apres-une-2e-nuit-de-violen

  • Watchdogs : US police shootings fueling black extremism | U.S. News | US News
    http://www.usnews.com/news/us/articles/2016-07-11/watchdogs-us-police-shootings-fueling-black-extremism

    The public backlash against police shootings of black people is helping fuel the growth of black hate groups, some of which advocate retaliatory violence against law enforcement, watchdog groups said Monday.

    The Southern Poverty Law Center counted 113 groups advocating black separatism, black supremacy or some other extreme, black-centric ideology in the United States in 2014. By the end of 2015, in the aftermath of last year’s killing of a black man by a white police officer in Ferguson, Missouri, the number had grown to 180, an increase of nearly 60 percent in less than a year.

    The center says the number of Ku Klux Klan groups grew even more during the same period, but experts say much of that change was linked to the splintering of larger groups rather than real growth.

    L’angle de l’article est juste hallucinant :
    – ce ne sont pas les meurtres de noirs par la police qui mettent le bazar mais les protestations publiques
    – le nombre de groupes du KKK augmente encore plus vite que les groupes d’extrémistes noirs, mais c’est pas pareil (et c’est pas grave…)

    • Ce sont dans les deux cas des sursauts populistes, et les « élites » qui ne demandent qu’à se goinfrer en toute tranquillité, se retrouvent à devoir jouer les arbitres d’un truc qui les emmerde copieusement. Un peu comme un adulte mal fini se retrouve à devoir arbitrer des conflits dans une cour de récré...

  • #Vidéos de #violence : de la #modération de #Facebook_Live (m’est avis qu’ils vont repenser vite fait le dispositif) http://mashable.france24.com/medias-sociaux/20160708-facebook-videos-police-noirs

    La vidéo de Latisha Reynolds a pu être retirée après qu’un ou plusieurs utilisateurs l’aient rapportée à Facebook, puis mal interprétée par un modérateur. https://www.facebook.com/100007611243538/videos/vb.100007611243538/1690073837922975

    [Document hallucinant, Mme Reynolds préfère documenter plutôt qu’accompagner son mec dans ses derniers instants.]

    Mais près avoir "enquêté" – et décidé que la vidéo était finalement "d’intérêt général" – Facebook l’a remise en ligne, cette fois-ci avec un avertissement. Encore une fois, ce ne sont que des suppositions, il pourrait aussi s’agir d’autre chose, par exemple d’un système de filtrage automatique.

    [Facebook et « l’intérêt général », tout un programme.]

    Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg s’est exprimé sur l’incident, même s’il n’a pas fait de commentaire sur le fait que la vidéo ait d’abord été supprimée. "Les images que nous avons vues cette semaine sont choquantes et bouleversantes, et elles mettent en lumière la peur avec laquelle des millions de nos membres doivent vivre chaque jour".

    Cf. « Quand un comté afro-américain du Mississippi choisit sa #police » https://www.monde-diplomatique.fr/2015/12/KEMPF/54396 (via @benoitb)

    Depuis la mort de Michael Brown, adolescent afro-américain tué par un policier blanc en août 2014 à Ferguson, la question des #violences_policières et racistes se trouve au cœur du débat public aux Etats-Unis. Pourtant, les candidats du comté de Hinds ont soigneusement évité ce thème. Non pas en raison d’un manque d’intérêt des citoyens : M. Williams, M. Charles Lewis et Mme Rankin, par exemple, sont intarissables sur les vexations que leur inflige la police. Etre « un Noir au volant » constitue en soi une infraction pour de nombreux officiers, assurent-ils d’une seule voix. Interrogé sur le sujet pendant la campagne par les deux jeunes animateurs noirs d’un talk-show local, M. Mason a montré qu’il n’avait rien d’un militant antiraciste et tout d’un policier : « Si vous conduisez et qu’on vous demande de vous arrêter, faites-le, coupez la radio, éteignez le moteur. Normalement, le policier va s’avancer poliment vers vous. La pire chose que vous puissiez faire est de lui dire : “Pourquoi vous m’arrêtez comme ça ?” »

    À suivre : https://seenthis.net/messages/507620

    cc @pguilli

    • "la peur avec laquelle des millions de nos membres"

      pas « la peur avec laquelle des millions d’Américains » ni « la peur avec laquelle des millions de personnes », mais bien de nos membres

    • Sans doute pas “dans l’intérêt général”…

      Why Did Facebook Remove a Post Criticizing Singapore Police? · Global Voices via @opironet
      https://globalvoices.org/2016/07/07/why-did-facebook-remove-a-post-criticizing-singapore-police

      When Singaporean police interrogated political activist and civil rights lawyer Teo Soh Lung, and searched her apartment and electronic devices without a warrant, Soh Lung spoke up. She wrote about the May 2016 incident on Facebook, and her lawyer posted video of the search on YouTube. The posts went viral.

      But Soh Lung’s most recent Facebook post about the incident met a different fate: censorship. Soh Lung reported that her post (see below) denouncing abuses of power by police in Singapore was removed by Facebook for ‘violating community standards.’

    • Diamond Reynolds, et sa fronde en live
      https://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=8936

      Et puis, quelques jours plus tard, sur le plateau de ABC, elle explique. Dès les premiers instants, raconte-t-elle, alors que Philando gémit sur la banquette à ses côtés, elle sait que ce sera la parole de la police contre la sienne. Elle sait que ce sera sans merci. Alors il lui faut l’imposer, sa parole. L’imposer tout de suite. Prendre l’ennemi de vitesse. Car oui, elle sait déjà tout ce qui va se passer par la suite. Elle a déjà vu le film tant de fois. Elle sait qu’elle, ou son compagnon, ou les deux, courent un risque, infime mais un risque tout de même, d’être les prochains héros tragiques du prochain film. On comprend que cette pensée ne la quitte jamais, comme elle ne quitte jamais des millions d’autres Noirs américains. On comprend qu’on ne peut rien comprendre à ça, à cette obsession, qu’il est inutile, Blanc, européen, du bon côté, de tenter de se mettre à leur place. On comprend que la video est leur arme, leur pauvre arme, leur arme décisive, leur fronde de David contre Goliath. Et qu’ils viennent de découvrir une fronde plus imparable.

  • You are being followed: The business of social media surveillance
    http://littlesis.org/news/2016/05/18/you-are-being-followed-the-business-of-social-media-surveillance

    Started in 2011 by Phil Harris, a businessperson with stints at Priceline and Match.com, #Geofeedia allows users to target a geographic area on their computer and scoop up the public social media posts of everybody within the target range. The posts are harvested from the companies with which Geofeedia has patents, including Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Flickr, Picasa, Yik Yak, Seno-Weibo, and others. In addition to targeting a geographical region, users can also use Geofeedia to search social media posts based on people and keywords.

    [...] In addition to touting its utility for for marketers as well emergency first responders, Harris also said in a radio interview that Geofeedia specialized in monitoring social movements like the Arab Spring and anti-austerity protests in Greece. Company representatives also suggested that police testing out Geofeedia software use it to monitor protests in Ferguson, Missouri in November 2014. Another representative from the company confirmed to LittleSis that the software was used in 2014 and 2015 to monitor Black Lives Matter protests at the Mall of America, whose owner, Canada-based Triple Five Group, contracts with Geofeedia.

    #surveillance #réseaux_sociaux #police

  • Holocaust survivor and activist for justice Hedy Epstein dies at 91
    Activism Mondoweiss Editors on May 26, 2016
    http://mondoweiss.net/2016/05/holocaust-survivor-activist
    https://o.twimg.com/2/proxy.jpg?t=HBhUaHR0cDovL21vbmRvd2Vpc3MubmV0L3dwLWNvbnRlbnQvdXBsb2Fkcy8yMDE

    he following obituary for Hedy Epstein was sent to us by Dianne Lee. Epstein was a friend and mentor to us at Mondoweiss, and she will be sorely missed.

    Holocaust survivor Hedy Epstein , 91, died at her home in St. Louis, Missouri, USA, on May 26, 2016. An internationally renowned, respected and admired advocate for human and civil rights, Hedy was encircled by friends who lovingly cared for her at home.

    Born August 15, 1924, in the Bavarian region of Germany, her lifelong commitment to human rights was formed by the horrific experiences she and her family endured under the repressive Nazi regime.

    • Survivante de l’Holocauste et émeutière
      http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Survivante-de-l-Holocauste-et-emeutiere-23804242

      Hedy Epstein, 90 ans, a été arrêtée par la police lundi dans le Missouri, car elle participait à un rassemblement après la mort d’un jeune adolescent noir abattu le 9 août dernier par un policier.


      C’est un drôle de cadeau d’anniversaire. Trois jours après avoir fêté ses 90 ans, Hedy Epstein a été interpellée par la police lundi 18 août, à Saint-Louis. La nonagénaire fait partie des huit personnes arrêtées après l’organisation d’une manifestation pacifique de protestation après la mort de Michael Brown, un jeune Noir abattu par la police au début du mois d’août.

      L’objectif de la manifestation, qui s’est terminée devant les locaux du gouverneur Jay Nixon, à l’origine de la décision de déployer la Garde nationale pour tenter de contenir les débordements, était de dénoncer le déploiement de l’armée dans cette banlieue de Saint-Louis. « Je manifeste depuis que je suis adolescente. Je ne pensais pas que je ferais encore ça à 90 ans », a-t-elle expliqué à « The Nation » lors de son interpellation pour « refus de dispersion ». « Nous devons nous indigner aujourd’hui pour que les gens n’aient pas à le faire lorsqu’ils auront 90 ans. »

      L’arrestation de cette mamie a provoqué une vague d’indignation aux Etats-Unis, d’autant plus qu’Hedy Epstein est loin d’être une inconnue. Née à Fribourg-en-Brisgau (en Allemagne) en 1924, elle échappe à l’Holocauste en fuyant vers l’Angleterre, tandis qu’une grande partie de sa famille périra à Auschwitz. Depuis, la nonagénaire est de tous les combats sur les droits humains. Elle avait par exemple été accusée de faire la promotion du terrorisme il y a dix ans, car elle comparaît la situation des Palestiniens et celle des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. En 2008, si sa santé le lui avait permis, elle aurait embarqué à bord d’un bateau de la flottille humanitaire pour Gaza.

      C’est donc en toute logique qu’Hedy Epstein s’est engagée auprès des manifestants pour dénoncer la brutalité policière après la mort de Michael Brown à Ferguson.

      http://www.democracynow.org/2014/8/20/stop_the_violence_from_ferguson_to

  • Le BDS, les droits des Palestiniens et les menaces de mort proférées par Israël
    24 mai 2016 Par Les invités de Mediapart | Omar Barghouti
    https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/240516/le-bds-les-droits-des-palestiniens-et-les-menaces-de-mort-proferees-

    L’ONG Human Rights Watch a récemment condamné l’interdiction effective de voyager que m’impose le gouvernement israélien, en disant que cette mesure « semble une tentative pour punir [Barghouti] d’exercer son droit au militantisme politique pacifique, en utilisant l’arsenal du contrôle bureaucratique sur les vies palestiniennes ».

    En tant que défenseur des droits humains des Palestiniens, profondément et passionnément engagé dans la lutte non violente pour les droits des Palestiniens relevant du droit international, je suis inquiet pour ma sécurité après les récentes menaces israéliennes, officielles et à peine voilées, de nuire physiquement à ma personne comme à celle de mes collègues palestiniens, israéliens et internationaux actifs dans le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

    Au cours d’une conférence organisée en mars dernier par un quotidien israélien de droite en vue de combattre le BDS, des ministres du gouvernement israélien ont proféré des menaces, directes et indirectes, contre ceux qu’ils appellent les « meneurs du BDS », plusieurs d’entre eux me désignant explicitement. Le ministère de l’intérieur a menacé de révoquer mon statut de résident permanent en Israël et d’entraver ma capacité à voyager dans le monde entier pour défendre les droits palestiniens.

    La plus grave de ces menaces, cependant, est venue du ministre israélien des Renseignements, Yisrael Katz, qui nous a menacés d’ « élimination civile ciblée », un terme, comme Amnesty International le confirme, qui fait référence à des « assassinats ciblés ».(...)

    #BDS

    http://www.france-palestine.org/Omar-Barghouti-Le-BDS-les-droits-des-Palestiniens-et-les-menaces-d

    • Interdit de voyage par Israël et menacé de pire encore
      Glenn Greenwald questionne Omar Barghouti, cofondateur de BDS
      Publié le 13 mai 2016 sur The Intercept
      Traduction : Jean-Marie Flémal
      http://www.pourlapalestine.be/interdit-de-voyage-par-israel-et-menace-de-pire-encore

      (...) BARGHOUTI. Quand il s’agit de non-Juifs – comme on nous appelle en Israël – personne ne sait ce qui est applicable ou pas. Comme vous le savez, il existe en Israël plus de cinquante lois qui sont discriminatoires à l’égard des citoyens palestiniens de l’État, sans parler des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza qui, eux, sont des non-citoyens.

      Latuff apartheidC’est ainsi qu’un citoyen palestinien d’Israël ne dispose pas de toute la série de droits dont dispose le citoyen juif, tout simplement parce que le Palestinien n’est pas un ressortissant juif et que ce n’est que si vous en êtes un – quoi que cela puisse signifier – que vous disposez de toute la série des droits. C’est une définition extraterritoriale de la nationalité de telle sorte qu’en Israël il n’y a pas de nationalité israélienne – cela n’existe tout simplement pas.

      La Cour suprême a rejeté cette notion, la Knesset l’a fait aussi, il n’y a pas de nationalité israélienne. Il existe une citoyenneté israélienne, mais cela ne vous habilite pas à disposer de la série complète des droits. Et ainsi donc, oui, ma femme est une citoyenne israélienne et j’ai mon statut de résident permanent par ce biais mais, quant à connaître les droits dont je bénéficie et ceux dont je ne bénéficie pas, cela dépend de l’humeur des politiciens et de jusqu’où les tribunaux sont disposés à être d’accord avec cela.
      (...)
      C’est en France que la situation est la pire, avec un gouvernement qui prétend, en fait, qu’appeler au boycott des produits israéliens est désormais illégal sur le territoire français. On peut appeler à un boycott des produits français à Paris et ce sera OK, mais pas des produits israéliens. Imaginez l’énorme hypocrisie !

      GREENWALD. Et des personnes ont été arrêtées à Paris parce qu’elles portaient des t-shirts BDS…

      BARGHOUTI. Exactement. Ces mesures de répression en France sont sans précédent. Nous n’avons jamais rien vu de tel. Ces derniers temps, Paris est vraiment devenu la capitale de la répression anti-palestinienne. Imaginez – la cité prétendument des libertés est devenu la cité des ténèbres, pour les Palestiniens.

      GREENWALD. Il y a juste un an, il y a eu là une énorme marche en faveur de la liberté d’expression.

      BARGHOUTI. Nous ne considérons pas cette répression anti-palestinienne comme un cas isolé. Israël entretient la chose, mais il y a déjà beaucoup de répression, en Occident. Il y a déjà des attaques contre les syndicats, des attaques contre la liberté d’expression, contre la justice sociale, contre les mouvements en faveur de la justice raciale, on assiste à une énorme militarisation et sécurisation de la société, en Occident.

      Et Israël tire profit de son énorme marché sécuritaire et militaire national – ce sont des affaires très juteuses, pour Israël. Il entraîne des forces de police un peu partout aux États-Unis, de Ferguson à Baltimore. La police de Londres, également. Celle de Paris.

  • Le Pentagone déploie les drones sur le territoire des États-Unis
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/mar2016/dron-m14.shtml

    Un « livre blanc » du ministère de la Justice sur les assassinats par #drone, fuité à la presse en février 2013, exposait la position du gouvernement Obama : la Maison Blanche avait le droit de tuer n’importe qui, même des citoyens américains, partout dans le monde sans procédure judiciaire. Au printemps de cette année, le procureur général Eric Holder a refusé d’écarter la possibilité que le président puisse, dans des « circonstances extraordinaires ... autoriser l’armée à utiliser la force létale sur le territoire des Etats-Unis, » y compris par des frappes de drones.

    Ces dernières années, le Pentagone a mené une série d’exercices domestiques simulant des opérations militaires à grande échelle. Il y avait parmi eux, ce qui était très significatif, l’Opération Jade Helm, commencée en juillet 2015 et comprenant des exercices dans certaines régions de Californie, du Nevada, de l’Utah, du Colorado, de l’Arizona, de la Louisiane, du Mississippi, du Nouveau-Mexique et du Texas.

    L’utilisation ou la simulation accrue d’opérations militaires dans le pays coïncide avec la militarisation des polices locales et l’emploi de la Garde nationale pour imposer une loi martiale de fait en réponse à des attaques terroristes ou des manifestations sociales, comme à Boston après l’attentat du marathon en 2013 ou à Ferguson et à Baltimore en 2014 et 2015, pendant les manifestations contre la violence policière.

  • Debtor’s Prison in America Today - The Atlantic
    http://www.theatlantic.com/business/archive/2016/02/debtors-prison/462378

    For failing to pay parking tickets, court fees, and other petty municipal citations, black residents of Greater St. Louis are ending up behind bars.
    Andrey_Popov / nimon / Shutterstock / Zak Bickel / The Atlantic

    In 1846, Dred Scott began his infamous legal battle in what is now called the “Old Courthouse” in downtown St. Louis. Scott had traveled with his master from Missouri to Illinois and the Wisconsin Territory, neither of which recognized slavery. Having lived for an extended period in free territory, Scott argued that state law supported his claim to freedom. But the Missouri Supreme Court disagreed. The court’s message to Scott was clear: Perhaps you can live freely elsewhere, but not here.

    More than a century and a half later, the St. Louis region continues to distinguish itself as one that is hostile to its poor black residents. Since the killing of Michael Brown in August of 2014, St. Louis and its neighboring municipalities have been frequently cited for legal and moral failings in the region’s municipal justice system. A report released by the Department of Justice last year profiled these failings in great detail, as did a white paper released by the local nonprofit law firm ArchCity Defenders in 2014. (Blake Strode, one of the coauthors of this story, is currently on staff at ArchCity Defenders.)

    More recently, the Department of Justice filed suit against the City of Ferguson after the city council rejected a proposed settlement that sought to bring reforms to the police department and municipal court. The lawsuit outlines myriad constitutional civil-rights claims ranging from violations of Equal Protection and Due Process to patterns of unlawful arrest and excessive force. Some of these claims focus on the city’s court, detention, and bail practices, claims similar to those already pending against Ferguson in a class-action lawsuit filed last year by ArchCity Defenders, St. Louis University Law Clinic, and the civil-rights organization Equal Justice Under Law.