city:gaza

  • Ben Salmane « a tenté de persuader Netanyahou de faire la guerre à #Gaza » | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/ben-salmane-tent-de-persuader-netanyahou-de-faire-la-guerre-gaza-5375

    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a tenté de persuader le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de déclencher un conflit avec le Hamas à Gaza dans le cadre d’un plan visant à détourner l’attention du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, ont indiqué à Middle East Eye des sources en #Arabie_saoudite.


  • Un Palestinien tué par des tirs israéliens à la frontière (ministère à Gaza)
    AFP / 14 novembre 2018 14h09
    https://www.romandie.com/news/Un-Palestinien-tu-par-des-tirs-isra-liens-la-fronti-re-minist-re-Gaza/971440.rom

    Gaza (Territoires palestiniens) - Un Palestinien a été tué mercredi dans le nord de la bande de Gaza par des tirs israéliens à la frontière, a annoncé le ministère de la Santé de l’enclave.

    Nawaf al-Aatar , 20 ans, a été tué alors qu’il pêchait les pieds dans l’eau près de la frontière, ont indiqué des sources de sécurité palestiniennes. Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne ne s’est pas prononcée sur les faits dans un premier temps.

    #Palestine_assassinée

    • Gaza fisherman shot, killed by Israeli navy
      Nov. 14, 2018 4:57 P.M. (Updated : Nov. 14, 2018 4:57 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=781796

      GAZA CITY (Ma’an) — A Palestinian fisherman was shot and killed by Israeli naval forces, on Wednesday evening, off the coast of the northern besieged Gaza Strip.

      Spokesperson of the Gaza Ministry of Health, Ashraf al-Qidra, confirmed that one Palestinian fisherman was killed, identifying him as Nawwaf al-Attar , 20, from Beit Lahiya in the northern Gaza Strip.

      Al-Qidra added that al-Attar arrived dead to the Indonesian Hospital with an explosive bullet in his abdomen.

      Israeli naval forces had opened fire at Palestinian fishermen working at three nautical miles off the coast of the northern Gaza Strip, forcing them to head back to work at one nautical mile.

      Head of the Fishermen Committees in the Union of Agricultural Work Committees, Zakaria Bakr, had confirmed earlier Wednesday, that the Palestinian Ministry of Agriculture informed fishermen to resume work along the besieged Gaza Strip’s coast.


  • Israel’s defense chief resigns, slams Netanyahu for ’surrendering to Hamas terror’
    Haaretz.com - Chaim Levinson Nov 14, 2018 12:47 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-s-political-arena-holds-breath-as-defense-chief-calls-surpr

    Defense Minister Avigdor Lieberman announced his resignation on Wednesday and called for elections to be held as soon as possible, saying he hopes a date will be set by Sunday. Lieberman said of all the members of his party, Yisrael Beiteinu, will quit the coalition.

    However, a senior source in Likud, Prime Minister Benjamin Netanyahu’s party, said that elections are not neccessarily the next step and added that Netanyahu will initially take on Lieberman’s portfolio. Lieberman, who heads Yisrael Beiteinu, will retake his Knesset seat following his resignation, as provided for by law.

    “I didn’t look for reasons to quit,” Lieberman said. “I tried to remain a loyal government member, in the cabinet, keep differences internal even at an electoral cost.” The two turning points, he said, were the millions of dollars in cash delivered from Qatar to Gaza, and the cease-fire Israel reached with Hamas on Tuesday.

    “There is no other definition, no other significance, but a capitulation to terror,” he said, adding: “What we are doing now as a country is buying short-term quiet at the cost of our long-term security.”

    “It is no secret there were differences between the prime minister and I,” he said. “I did not agree to allow entry of Qatari money [into Gaza], and I had to allow it only after the prime minister announced it.” Lieberman said similar differences revolved around the evacuation of the West Bank Bedouin village of Khan al-Ahmar.

    Yisrael Beiteinu’s departure means Netanyahu still holds a Knesset majority of 61 seats to maintain the coalition. Another key coalition partner in Netanyahu’s government, Habayit Hayehudi (headed by Education Minister Naftali Bennett) said that unless the defense portfolio goes to Bennett, the party will also quit the coalition.

    Hamas, which controls the Gaza Strip, said Lieberman’s resignation is a recognition of Israel’s defeat in this week’s military confrontation with the Islamic group.

    Following the cabinet meeting on Tuesday, Lieberman and Education Minister Naftali Bennett published statements against the truce reached with Hamas. Sources said that as soon as the latest round of fighting erupted, Lieberman demanded a “harsh, decisive” move against Hamas. Sources near Bennett say that his opposition to the cease-fire was clear as could be.

    Other sources, however, say that ultimately, the ministers unanimously supported the defense establishment’s position that action should be taken to restore the calm.

    According to associates of Lieberman, the Prime Minister’s Office’s claim on Tuesday that he had supported the cease-fire agreement that was reached to end hostilities in Gaza infuriated him.

    Senior Hamas official Husan Badran said Tuesday, the third day of hostilities, that “if Netanyahu is interested in ending this round, he must fire [Defense Minister] Lieberman, who in his foolish conduct caused the escalation.”

    In recent weeks, Lieberman and Bennett have publicly argued between them about Gaza and Israel’s actions there. Last month, Bennett charged Lieberman of a weak, left-wing defense policy, while Lieberman retorted that in cabinet meetings, Bennett says the opposite of what he says in public.

    Lieberman and the cabinet were divided about the sale of gasoline and natural gas to Gaza, and in defense forums, it was decided that the defense minister may not make decisions on the subject without the cabinet’s agreement. The ministers were surprised last month by Lieberman’s decision to cut off the fuel supply to Gaza, a decision he made on his own, in contradiction to the position of the defense establishment. Netanyahu and the cabinet members heard of the decision for the first time through the media.


  • Despite ceasefire talks: 1 Palestinian killed, 3 injured in Israeli airstrikes
    Nov. 13, 2018 4:40 P.M. (Updated: Nov. 13, 2018 4:44 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781785

    GAZA CITY (Ma’an) — One Palestinian was killed and at least three others were injured in Israeli airstrikes targeting the besieged Gaza Strip, on Tuesday afternoon, despite reports of ceasefire agreement.

    Israeli warplanes carried out airstrikes targeting a group of Palestinians in the northern Gaza Strip, killing one Palestinian.

    Medical sources identified the killed Palestinian as Khalid Akram Youssef Maarouf, 29.

    Sources added that Maarouf’s death raises the death toll of Palestinians killed in the Gaza Strip, since Monday evening, to seven. More than 30 Palestinians were injured during the airstrikes.

    Three Palestinians were also injured during Israeli airstrikes targeting Khan Younis in the southern Gaza Strip, on Tuesday afternoon.

    Hebrew-language news outlets reported that talks of ceasefire were made.

    #Palestine_assassinée

    • Israeli Army Kills A Palestinian In Gaza
      November 14, 2018 4:17 AM IMEMC News
      http://imemc.org/article/israeli-army-kills-a-palestinian-in-gaza

      http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/11/KhaledMarouf-e1542161846813.jpg

      An Israeli military drone fired, on Tuesday evening, a missile at Palestinians in the Beit Lahia, in the northern part of the Gaza Strip, killing one and wounding two others. Five Palestinians were also injured in Rafah and Khan Younis.

      The Palestinian Health Ministry has confirmed that Khaled Akram Yousef Ma’rouf, 29, was killed by the Israeli missile, in the Shaima’ area, in Beit Lahia.

      It added that two Palestinians were also injured in the Israeli attack, and were all moved to the Indonesian Hospital in Beit Lahia.

      In addition, an Israeli drone fired a missile at Palestinians near the al-‘Aqqad School, east of Rafah, in the southern part of the Gaza Strip, wounding two young men, before they were rushed to Abu Yousef Najjar Hospital in the city.


  • Violence escalates: 6 Palestinians killed, 20 injured in Israeli airstrikes
    Nov. 13, 2018 11:36 A.M. (Updated: Nov. 13, 2018 12:48 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781772

    GAZA CITY (Ma’an) — Six Palestinians were killed and at least 20 others were injured during a campaign of Israeli airstrikes from overnight Monday until predawn Tuesday across the northern besieged Gaza Strip.

    Medical sources in Gaza reported that six Palestinians were killed and 20 others were injured during continuous Israeli airstrikes over various parts of Gaza.

    The Palestinian Ministry of Health in Gaza identified the six killed as Muhammad Zacharia al-Tatri, 27, Muhammad Zahdi Awda, 22, Mousa Iyad Ali Abed al-Aal, 22, Hamed Muhammad al-Nahal, 22, and Khaled Riad Ahmad Sultan, 26, and Musaab Hawas, 20.

    In addition, Mahmoud Abu Usba, 40, was killed after a residential building was hit by a rocket fired from Gaza towards the Ashkelon Regional Council, in southern Israel, on late Monday.

    Abu Usba was a Palestinian resident of Halhoul City, north of the southern occupied West Bank district of Hebron, and was a worker in Israel.

    Hebrew-language news outlets reported that two Israeli women, who were present in the same residential building were reported to be in critical conditions, due to the hit.

    The sites additionally confirmed that some 550 rockets were fired from the Gaza Strip towards the Israeli communities surrounding Gaza, which led to 70 Israelis injured and the destruction of several buildings in the communities.

    Israeli warplanes targeted and fired at over a hundred Hamas movement and Islamic Jihad movement sites, including an intelligence compound, which is located in the center of Gaza City near a school, a mosque and other diplomatic facilities, an Israeli army spokesperson confirmed.

    The entire complex itself includes a kindergarten and a warehouse, however, the Israeli army claimed that it is used for intelligence gathering, research and development.

    A Ma’an reporter said that Israeli warplanes had targeted and demolished three residential buildings, which were home to three Palestinian families, and another five commercial buildings, including a hotel, in Gaza City.

    Following the violent escalation overnight, Hamas’ military wing spokesperson said in a statement that Beer Sheva and Ashdod would be targeted next if “Israel persisted in its aggression.”

    The Jihad reiterated the statement by Hamas, saying Gaza factions have the capacity to continue their offensive.

    It is noteworthy that Israel is currently not working with the United Nations nor Egypt to reduce tensions.

    #Palestine_assassinée

    • Flambée des tensions à Gaza suite à une opération mortelle des forces israéliennes dans l’enclave
      MEE - 13 novembre 2018
      https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/flamb-e-des-tensions-gaza-suite-une-op-ration-mortelle-des-forces-isr

      Des dizaines de frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza ont tué six Palestiniens, tandis que des tirs de roquettes du Hamas ont tué un Palestinien en Israël

      Quatre Palestiniens ont été tués ce lundi, et deux autres sont décédés aujourd’hui, alors que l’armée israélienne a lancé des dizaines de frappes aériennes sur la bande de Gaza, tandis que plusieurs centaines de roquettes ont été tirées depuis l’enclave assiégée.

      Le ministère gazaoui de la Santé a identifié les six Palestiniens tués : Mohammed Zakariya al-Tatari (27 ans), Mohammed Zuhdi Odeh (22 ans), Hamad Mohammed al-Nahal (23 ans), Moussa Iyad Abd al-Aal (22 ans), Khaled Riyadh al-Sultan (26 ans) et Musaab Hoss (20 ans) . Vingt-cinq autres Palestiniens ont été blessés depuis lundi après-midi.

      Un Palestinien a également été tué après qu’une roquette tirée depuis Gaza a touché sa maison dans la ville israélienne d’Ashkelon, a rapporté Haaretz, qui a ajouté que la roquette avait gravement blessé deux femmes qui se trouvaient dans la maison.

      La mort du quadragénaire, un Palestinien originaire de la ville de Hébron en Cisjordanie, est le premier décès confirmé causé par le déluge de roquettes tirées de Gaza depuis lundi après-midi ; cette flambée des tensions a fait suite à une opération mortelle menée par les forces spéciales israéliennes dans l’enclave.

      L’armée israélienne a touché au moins 70 cibles à Gaza, tandis que 300 roquettes ont été tirées du territoire palestinien vers Israël tout au long de la journée de lundi, ont rapporté les médias israéliens.

      Une nouvelle frappe israélienne a également tué un Palestinien ce mardi, a annoncé le ministère de la Santé de Gaza, faisant s’élever le bilan à cinq morts dans l’enclave en moins de 24 heures.

      Un témoin oculaire à Gaza a déclaré à Middle East Eye que l’armée israélienne avait bombardé lundi le bâtiment qui abrite Al-Aqsa TV à Gaza, une chaîne de télévision liée au Hamas.

      Des médias locaux et internationaux ont rapporté que le bâtiment avait été complètement détruit lors de l’attaque et que des édifices voisins avaient également été endommagés. (...)


  • Israel Sabotages Ceasefire Talks, Assassinating Hamas Commander, IDF Senior Commander Also Killed - Tikun Olam תיקון עולם

    https://www.richardsilverstein.com/2018/11/12/israel-sabotages-ceasefire-talks-assassinating-hamas-commander-i

    Today, IDF commandos invaded Gaza in a night-time raid and murdered seven Hamas operatives, including the commander responsible for the tunnel defense system maintained by the Islamist rulers of the enclave.  According to various media sources, the raid was exposed and Palestinian militants fought back fiercely.  In order to free the IDF forces, the Israelis had to lay down a massive drone and air attack which permitted them to withdraw back to Israel.

    Israeli senior IDF officer killed Gaza
    The Israeli military censor has prohibited domestic media naming the Israeli commando who was killed. But an Israeli source has informed me he is Lt. Col. Mahmoud Kheireddine from the Druze village of Hurfeish. Another officer who was wounded is from Isfiya.  They both served in Sayeret Matkal, Israel’s equivalent of the Navy SEALs. Kheireddine was deputy commander of the unit.  Given the death of so high-ranking an IDF officer, something went terribly wrong on this mission.

    In response, Hamas has launched missiles into southern Israel and driven hundreds of thousands into air raid shelters.  Once again, just as both sides thought they might be close to a ceasefire and/or a prisoner exchange, Israel rescued defeat from the jaws and victory and almost guaranteed a new escalation, if not war, against Gaza.

    A former IDF general has suggested that the raid was not an assassination attempt, but an attempt to capture the Hamas commander:

    Maj. Gen. (res.) Tal Russo, a former commander of the IDF Southern Command, indicated that the operation was likely an intelligence-gathering mission gone wrong, rather than an assassination.



  • Alerte sur la situation catastrophique des paysans de #gaza
    https://nantes.indymedia.org/articles/43571

    Un cri d’alarme de l’association des paysans de Khuza’a et Abasan. Association rurale pour le développement de l’agriculture (RAAD) et Union Juive Française pour la Paix (UJFP). L’opiniâtreté des paysans de Gaza, s’obstinant à cultiver leurs champs, sous les balles s’il le faut, est l’une des formes vivantes de la résistance palestinienne. Le mouvements de solidarité en France le comprend clairement, comme l’a bien montré le succès des deux campagnes “Château d’eau” coordonnées par l’UJFP, qui ont permis d’assurer l’irrigation des champs des villages de Khuza’a et d’Abasan, le long de la dangereuse barrière de (...)

    #Resistances


  • Le bidasse-speak pour les nuls : « en plein accès de fièvre », « gouvernée par le mouvement islamiste palestinien », « aucune victime », « frappes », « évacuer les lieux avant une attaque ». Les bombardements israéliens sont tellement prévenants qu’on serait presque jaloux d’autant de tendresse.

    Gaza : le bâtiment de la télévision du Hamas détruit par l’aviation israélienne
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/11/12/01003-20181112ARTFIG00362-gaza-le-batiment-de-la-television-du-hamas-detrui

    L’aviation israélienne a détruit lundi soir le bâtiment d’Al-Aqsa TV, la chaîne de télévision du Hamas, en plein accès de fièvre dans et autour de la bande de Gaza gouvernée par le mouvement islamiste palestinien. Aucune victime n’a été rapportée dans un premier temps. Les frappes israéliennes ont été précédées par l’envoi de dispositifs non explosifs ou de faible puissance communément employés par l’armée israélienne pour signifier aux occupants d’un bâtiment civil d’évacuer les lieux avant une attaque.


  • » UPDATE: 3 Dead, Others Injured — Israeli Airstrikes on Gaza Continue
    IMEMC News - November 12, 2018 7:39 PM
    http://imemc.org/article/update-israeli-airstrikes-on-gaza-continue-3-dead-others-injured

    Israeli ongoing airstrikes against the northern part of the Gaza Strip have left three Palestinians dead, and at least five others wounded, said WAFA sources.

    Mohammed al-Tatri , age 27, and Mohammed Odeh , 22, were killed in Israeli airstrikes targeting the northern part of the Strip.

    Mohammed al-Nahal , 23, was also killed in an airstrike that targeted the eastern part of Rafah city, in southern Gaza.

    At least five other Palestinians were injured with missile shrapnel during airstrikes which targeted the eastern part of the Deit al-Balah area, and the northern part of the town of Beit lahiya, in the in central and the northern Strip, respectively.

    #Palestine_assassinée #Gaza



  • » Updated: “Seven Palestinians, One Israeli Undercover Soldier, Killed In Gaza”
    November 12, 2018 6:02 AM - IMEMC News
    http://imemc.org/article/six-palestinians-killed-in-gaza-by-israeli-gunfire-in-southern-gaza

    After undercover Israeli soldiers infiltrated into the Gaza Strip, on Sunday at night, and assassinated two senior leaders of the Al-Qassam Brigades, the armed wing of Hamas, the army initiated a series of air strikes, the army fired missiles and shells to secure the retreat of its undercover soldiers, killing five other Palestinians. Hamas fighters exchanged fire with the soldiers killing one of them, Israeli sources have confirmed.

    Updated: The undercover soldiers were driving a Volkswagen car, and drove towards the home of Noureddin Baraka, in Bani Suheila area in Khan Younis, before stopping near the property, the al-Quds News Agency has confirmed.

    Fighters of the Al-Qassam Brigades then noticed the car and stopped it near a kindergarten in Abasan al-Kabeera town, and asked the passengers to step out of the vehicle and show their ID cards.

    It added that the undercover soldiers, who were in the backseat of the car, then opened fire at the fighters, after realizing their cover-up has been exposed.

    Al-Quds also stated that some of the undercover soldiers were wearing veils, pretending to be women.

    The senior fighter, Noureddin Baraka, was instantly killed in the initial shooting, while other fighters called for help, before chasing the car that carried the undercover forces.

    The Israeli army, stationed across the perimeter fence, started firing shells at cars and Palestinians who chased the undercover officers’ vehicle, before it crashed against a wall, and then headed toward the perimeter fence.

    So far, the Israeli soldiers who was killed in the Gaza invasion, has only been identified as (Lt. Col. M.). The army is still keeping other information classified, but his family has officially been notified.

    The Al-Qassam Brigades said the undercover soldiers who infiltrated into an area, east of the southern Gaza Strip city of Khan Younis, assassinated one of its senior leaders, identified as Noureddin Mohammad Salama Baraka, 37.
    (...)
    The Palestinians who were killed in the Israeli offensive have been identified as:

    1 Noureddin Mohammad Salama Baraka , 37.
    2 Mohammad Majed Mousa al-Qarra , 23.
    3 Khaled Mohammad Ali Qweider , 29.
    4 Mustafa Hasan Mohammad Abu Odah , 21.
    5 Mahmoud Atallah Misbih , 25.
    6 Ala’eddin Fawzi Mohammad Fseifis , 24.
    7 Omar Naji Musallam Abu Khater , 21.

    It is worth mentioning that al-Qarra just got married a few days ago. Both Baraka and al-Qarra are senior leaders of the al-Qassam Brigades.

    #Palestine_assassinée

    • Opération israélienne à Gaza : sept Palestiniens et un Israélien tués
      12.11.2018
      https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/operation-israelienne-a-gaza-sept-palestiniens-et-un-israelien-tues/463355

      Des échanges de tirs ont opposé dimanche des soldats israéliens et des combattants du Hamas dans la bande de Gaza. Ils ont coûté la vie à sept Palestiniens et un soldat israélien, menaçant de raviver les tensions dans la région.

      Les brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas, ont affirmé qu’il s’agissait d’une opération des forces spéciales israéliennes, qui avaient tenté de s’infiltrer à l’est de Khan Younès, dans le sud de l’enclave, à bord d’un véhicule civil.

      Selon un responsable du Hamas, un groupe d’hommes armés appartenant au mouvement islamiste a été visé par des tirs provenant d’une voiture appartenant aux forces de sécurité israéliennes. Les membres du Hamas ont alors pris en chasse le véhicule, rapporte ce responsable.
      Missiles et roquettes

      Durant la course poursuite, des avions israéliens ont tiré plus de 40 missiles dans le secteur de l’incident, ont rapporté des témoins. Ils ont tué quatre autres personnes, sans qu’on sache s’il s’agit de militants armés. Des sources médicales palestiniennes ont pour leur part affirmé qu’au moins sept personnes ont trouvé la mort, dont deux commandants du Hamas nommés Nour Baraka et Mohammad Al-Qarra.

      L’armée israélienne a pour sa part indiqué dans un communiqué qu’"un officier a été tué et un autre a été légèrement blessé" lors de l’opération. Elle avait auparavant fait état d’un “échange de coups de feu” « au cours d’une opération (militaire israélienne) dans la bande de Gaza ».

    • Gaza : Israël bombarde, assassine, terrorise
      Hind Khoudary & Mohammed Asad – 12 novembre 2018 – Middle East Eye – Traduction : Chronique de Palestine
      http://www.chroniquepalestine.com/gaza-israel-bombarde-assassine-terrorise

      Une mystérieuse fourgonnette Volkswagen a attiré l’attention des combattants de la brigade al-Qassam, déclenchant une fusillade puis une poursuite à travers le sud de Gaza.

      Sept Palestiniens, dont un commandant de la branche armée du Hamas, et un soldat israélien ont été tués dimanche dernier après l’entrée d’un commando sraélien dans la bande de Gaza, probablement pour la première fois depuis la guerre de 2014.

      L’objet de ce raid, qui a provoqué une poursuite, un sauvetage par hélicoptère et des heures de frappes aériennes israéliennes, restait un mystère, tandis qu’il suscitait de nouvelles violences, le Hamas lançant des roquettes en représailles sur le sud d’Israël, au milieu des frappes aériennes sur Gaza lundi soir.

      Cette tournure inhabituelle des événements, ont déclaré les habitants de la ville de Khan Younès, dans le sud du pays, a commencé vers 21 heures dimanche soir, lorsque plusieurs membres des Brigades Izz al-Din al-Qassam – la branche armée du Hamas – ont aperçu un bus Volkswagen stationné dans une zone isolée et ont été rendus méfiants.

      Un combattant palestinien a raconté à Middle East Eye que Nour Baraka, commandant de terrain âgé de 37 ans, et son assistant ont intercepté le véhicule et demandé aux passagers de montrer leurs papiers d’identité. Des coups de feu coups ont alors été tirés, sur le site d’informations israélien Walla.


  • Israel is indirectly cooperating with The Hague’s probe into 2014 Gaza war despite past criticism

    International Criminal Court’s criminal investigation into Israel’s actions in the Strip could lead to a wave of lawsuits against those involved and even to their arrest abroad

    Yaniv Kubovich
    Nov 11, 2018 9:49 AM

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-is-indirectly-cooperating-with-the-hague-s-probe-into-2014-

    Over the last few months Israel has been transferring material to the International Criminal Court in The Hague, which is examining whether war crimes were committed in the Gaza Strip. According to defense sources, the material relates to events that took place during Operation Protective Edge, the 2014 Israel-Gaza war. The ICC is also looking into the demonstrations along the Gaza border fence that began on March 30.
    In the past, Israel sharply criticized the court, saying that it had no authority to discuss the Israeli-Palestinian conflict. However, there is concern in the political and military echelons that the court will open a criminal investigation into Israel’s actions in the Strip, a process that could lead to a wave of lawsuits against those involved and even to their arrest abroad.
    >>Rising terrorism in West Bank overshadows optimism around Gaza-Israel deal | Analysis 
    In the last few months, diplomatic, military and legal officials have held discussions, some of them attended by the prime minister, to prepare for the court’s initial findings regarding the 2014 Gaza war. Toward that end, Israel has begun using third parties to transfer documents to the court that could bolster its stance and influence the examination team, which until now has been exposed mainly to the evidence presented by the Palestinian side.

    Demonstration near the Gaza border, November 9, 2018. Adel Hana/AP
    Military advocate general Maj. Gen. Sharon Afek has presented material regarding Israel’s response to the demonstrations in Gaza, but defense sources say these have been for internal use only and have not been passed on to the ICC or to any other body.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    The sources say Israel has made a distinction between the two subjects of the court’s examination: While Israel is not cooperating with the ICC on its probe of incidents at the Gaza fence, it is already holding indirect discussions with the court over Operation Protective Edge.

    Last April the ICC’s chief prosecutor Fatou Bensouda said that violence against civilians could be considered an international crime, as might the use of civilians as a cover for military operations. She added that the situation in Palestine was under investigation. She warned that the court was following events in Gaza, and emphasized that guidelines for opening fire at demonstrators could be considered a crime under international law.

    Public Prosecutor Fatou Bensouda at the International Criminal Court in the Hague, August 28, 2017. Bas Czerwinski/Pool via REUTERS
    Officials told Haaretz that Prime Minister Benjamin Netanyahu’s decision to postpone the evacuation of the Bedouin village of Khan al-Ahmar came after Israel realized that such a move could influence Bensouda, who said she would not hesitate to use her authority with regard to the village. Last month, Bensouda said she was watching with concern the plan to evacuate the West Bank Bedouin community and that a forced evacuation would lead to violence, adding that the needless destruction of property and transfer of populations in occupied territories are a war crime, based on the Treaty of Rome. She linked the planned evacuation to events in Gaza, saying she was concerned by the ongoing violence for which both sides are responsible.

    FILE Photo: The West Bank village of Khan al-Ahmar, September 25, 2018. Emil Salman

    Yaniv Kubovich
    Haaretz Correspondent


  • » Updated: Army Kills One Palestinian, Injures At Least 37 In Gaza
    IMEMC News - November 10, 2018 1:10 AM
    http://imemc.org/article/at-least-37-injured-at-gazas-borders

    The Health Ministry in the Gaza Strip has confirmed that one Palestinian was killed by Israeli army fire, Friday, while 37 others were injured, during the Great Return March processions near the eastern borders of the besieged Gaza Strip.

    Dr. Ashraf al-Qedra, the spokesperson of the Health Ministry in Gaza, has reported that a young man, identified as Rami Wael Ishaq Qahman, 28, was shot and seriously injured, before he was rushed to the Gaza European Hospital, where he died from his wounds.

    The Palestinian was shot with a live round in the neck, east of Rafah, in the southern part of the Gaza Strip., Dr. al-Qedra added.

    He also confirmed that at least 37 Palestinians were injured with Israeli live ammunition, including six children, nine women and one female paramedic, identified as Falasteen Qdeih, who was shot in the leg.

    Hundreds of Palestinian protesters held protests close to the eastern borders of the Gaza Strip; tires were set on fire across several areas while Israeli forces fired live ammunition and tear-gas bombs to suppress protesters.

    According to the Palestinian Ministry of Health in Gaza, 221 Palestinians have been killed since the beginning of “The Great March of Return” on March 30th, while more than 24,000 others have been injured.

    #Palestine_assassinée #marcheduretour


  • La menace Black Bloc plane sur les cérémonies du #11_Novembre - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-menace-black-bloc-plane-sur-les-ceremonies-du-11-novembre-09-11-2018-7

    Pour ce week-end, près de #10000_policiers ont été mobilisés sur l’ensemble du dispositif, samedi et dimanche, à la fois pour le Forum de la paix qui se tiendra à la Villette, ainsi que pour les commémorations proprement dites. Le concert donné par l’orchestre de Radio France à la Philharmonie de Paris samedi soir devant 1 600 invités et à la même heure le dîner des chefs d’État au musée d’Orsay sont également des événements sensibles et évoqués dans la note des services de renseignement parisiens.

    Une menace dans la menace. Alors que 72 chefs d’État et 98 délégations étrangères sont attendus dimanche pour les commémorations du 11 Novembre, un rassemblement contre la venue de Donald Trump a été autorisé le même jour place de la République à Paris, à 14 heures, où sont attendues « plusieurs milliers de personnes », selon la préfecture de police (PP), qui dit se préparer à « un risque de débordements dû à la création attendue d’#un_Black_Bloc
    #lol

    • Trump, Poutine : fauteurs de guerre, oui, mais à la rigueur, ils représentent des Etats ayant participé à la Première guerre mondiale. Mais Netanyahu ? Non seulement israel n’existait pas, mais c’est le mandat britannique sur la #Palestine qui est né du dépeçage de l’Empire ottoman après la guerre...

      Trump, Poutine, Netanyahu, Erdogan… fauteurs de guerre - Macron complice
      Solidaires, le
      https://solidaires.org/Trump-Poutine-Netanyahu-Erdogan-fauteurs-de-guerre-Macron-complice-13743

      Macron a choisi de commémorer le centenaire de la fin de la première guerre mondiale avec les plus grands fauteurs de guerre d’aujourd’hui. Pourtant, le recul de cent ans d’histoire, le travail des historien-nes et des militant-es sur la boucherie qui a fait 18,6 millions de morts et des millions de blessé-es, dévasté des pays entiers, et sur les raisons pour lesquelles les grandes puissances ont décidé de se lancer dans l’aventure devraient nous permettre d’en tirer les leçons. Le contexte mondial actuel de guerre économique généralisée, de militarisation accrue, de replis nationalistes… renforce d’autant l’importance de ce travail de mémoire et réflexion. Ce n’est pas ce que Macron a choisi.

      Donald Trump continue une guerre engagée par les Etats-Unis en Irak en 1990, puis en Afghanistan et qui contribue depuis près de 30 ans à déstabiliser toute la région, mettant les populations civiles dans l’insécurité la plus totale. Il soutient l’Arabie Saoudite qui mène une guerre au Yémen dont les principales victimes sont les populations civiles confrontées à la famine et aux problèmes de santé. Il mobilise l’armée à la frontière mexicaine contre les migrant-es qu’il qualifie de "criminel-les".

      Vladimir Poutine, après avoir fait sa guerre « intérieure » en Tchétchénie et placé à sa tête Ramzan Kadyrov, un dictateur criminel parmi les plus brutaux, est directement impliqué au côté du tyran Bachar El Assad dans la guerre en Syrie, qui a fait des centaines de milliers de victimes civiles. Après avoir annexé la Crimée par la force en 2014, il continue à mener des actions de guerre en Ukraine.

      Benjamin Netanyahu continue sa guerre contre des Palestinien-nes désarmé-es en particulier à Gaza, sa politique de colonisation des territoires palestiniens et nie leurs droits y compris pour ceux et celles qui ont la nationalité israélienne.

      Recep Tayyip Erdogan mène une guerre intérieure et en Syrie contre les populations kurdes, tout en réprimant sauvagement sa population tout entière.

      Nous n’oublions pas non plus que la France accroit son budget militaire au détriment des besoins sociaux, mène des opérations militaires dans plusieurs pays et vend des armes elle aussi aux dictateurs d’Arabie Saoudite, au Maréchal Al Sissi en Egypte qui les utilise contre son peuple…

      Alors que viennent-ils faire ici ? Ils sont là pour signifier qu’avec eux il y aura toujours une guerre en cours, qu’ils vont continuer leurs politiques dominatrices et coloniales, leurs ventes d’armes pour le plus grand profit des lobbys militaro-industriels.

      Alors nous manifesterons*, nous serons là pour leur dire : nous ne voulons ni guerre, ni état de guerre. C’est le moins que l’on puisse faire en souvenir des millions de morts de 14-18 et pour tous ceux et celles qui veulent, ici ou ailleurs, vivre libres et en paix aujourd’hui.

      * Une manifestation est prévue à Paris à partir de 14h00 au départ de la Place de la République


  • « Notre but n’est pas la sécurité d’Israël, mais de contrôler les Palestiniens » - Le Point

    INTERVIEW. Ancien sniper de Tsahal de 2005 à 2008, le militant israélien Nadav Weiman interprète les consignes données aux soldats israéliens. De notre envoyé spécial à Tel Aviv, Armin Arefi

    https://www.lepoint.fr/monde/notre-but-n-est-pas-la-securite-d-israel-mais-de-controler-les-palestiniens-

    Deux cent dix-huit Palestiniens tués. Un mort, côté israélien. Depuis le 30 mars dernier, les balles de snipers de Tsahal pleuvent chaque vendredi à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, pour empêcher des milliers de manifestants palestiniens de s’approcher de la barrière de sécurité qui sépare l’enclave palestinienne de l’État hébreu. À travers cette « Marche du retour », les Gazaouis entendent retourner sur la terre dont leurs ancêtres ont été expulsés à l’issue de la première guerre israélo-arabe de 1948. Mais ils comptent avant tout sur cette mobilisation pour obtenir la levée du double blocus économique et sécuritaire israélo-égyptien qui a contribué à faire de leur minuscule territoire l’un des plus pauvres au monde. Chômage record, pénurie d’électricité et eau polluée, « Gaza est en train d’imploser », s’est alarmé le mois dernier Nickolay Mladenov, émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient.
    PUBLICITÉ

    inRead invented by Teads

    Lire aussi Gaza : « Nous vivons tous grâce aux aides de l’UNRWA »

    « À l’origine, le mouvement [de la Marche du retour] n’a pas été créé par le Hamas », admet le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne (Tsahal). « Mais cette organisation terroriste l’a facilement récupéré et toute sa logistique est désormais entre les mains du Hamas. » S’ils étaient au départ en majorité pacifiques, les manifestants palestiniens ont ensuite lancé de nombreux cerfs-volants incendiaires qui ont atteint les localités israéliennes avoisinantes et brûlé des champs.

    De son côté, Tsahal a mobilisé dès les premiers jours de nombreux snipers qui n’ont pas hésité à tirer sur les manifestants. Mais le lieutenant-colonel Jonathan Conricus reste droit dans ses bottes : le Hamas utilise désormais des civils comme arme pour tenter de rentrer en Israël en traversant la grille de sécurité », affirme-t-il. « Si nous ne les arrêtons pas, alors leur prochaine cible sera les communautés israéliennes qu’ils n’hésiteront pas à tuer. »

    Lire aussi Gaza : traverser la frontière, et après ?
    Une version à laquelle n’adhère sûrement pas Nadav Weiman. Sniper de l’armée israélienne entre 2005 et 2008 en Cisjordanie, à Gaza et à la frontière libanaise, cet ancien soldat de Tsahal est aujourd’hui membre de l’ONG Breaking the Silence, visant à éclairer le public israélien et la communauté internationale sur les pratiques des FDI (forces de défense israélienne). Dans une interview au Point, ce militant israélien de 32 ans nous donne sa vision des consignes données aux soldats de Tsahal.

    « L’ordre est d’instiller la peur chez les Palestiniens. De leur donner le sentiment qu’ils sont chassés, que Tsahal peut être partout, tout le temps »


  • » Updated: “Israeli Soldiers Kill A Palestinian In Central Gaza”
    IMEMC News - November 8, 2018 11:44 PM
    http://imemc.org/article/palestinian-youth-killed-at-gaza-border

    The Palestinian Health Ministry in Gaza has confirmed that Israeli soldiers killed, Thursday, a young man, and injured several others, east of the al-Maghazi refugee camp, in the central Gaza Strip.

    It said that Mohammad ‘Ala Abu Shabin , 20, was shot with a live round in the upper chest, when the soldiers, stationed in military posts across the perimeter fence, opened fire at Palestinian protesters.

    Mohammad was from Rafah, in the southern part of the Gaza Strip.

    Several Palestinians were injured, and many others suffered the effects of teargas inhalation.

    Israeli occupation forces have not declared the reason for the deadly shooting.

    The body of the slain Palestinian was transferred to the Al-Aqsa Hospital, in Deir al-Balah, in Central Gaza.

    #Palestine_assassinée

    • Un Palestinien tué par des tirs israéliens (ministère à Gaza)
      AFP / 08 novembre 2018 16h17
      https://www.romandie.com/news/Un-Palestinien-tu-par-des-tirs-isra-liens-minist-re-Gaza/969670.rom

      Gaza (Territoires palestiniens) - Un Palestinien a été tué jeudi par des tirs israéliens dans la bande de Gaza, à proximité de la barrière qui sépare Israël de l’enclave palestinienne, a indiqué le ministère de la Santé de Gaza.

      L’homme a été tué lors de heurts à l’est de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, a précisé le porte-parole du ministère dans un communiqué.

      Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne a dit examiner les circonstances autour de ce décès.

      Selon un décompte de l’AFP, au moins 220 Palestiniens sont morts depuis le début le 30 mars lors de manifestations le long de la barrière israélienne contre le blocus israélien imposé depuis plus de dix ans à l’enclave palestinienne. Un soldat israélien a été tué par un sniper palestinien.


  • Ces divisions qui menacent l’avenir de la Palestine
    Nada Yafi > 8 novembre 2018
    https://orientxxi.info/magazine/ces-divisions-qui-menacent-l-avenir-de-la-palestine,2718

    Entretien avec Omar Shaban · Un effondrement de Gaza retentirait sur toute la question palestinienne, voire sur Israël. Omar Shaban, directeur de l’ONG palestinienne Pal-Think for Strategic Studies et politologue basé à Gaza tire la sonnette d’alarme : le blocus israélien, les séquelles des guerres successives, la réduction du budget de l’UNRWA représentent un péril immédiat, mais il en est de même des divisions au sein du mouvement palestinien.(...)

    #Gaza


  • » Egyptian Navy Kills A Palestinian Fisherman In Southern Gaza
    IMEMC News - November 8, 2018 1:48 AM
    http://imemc.org/article/egyptian-navy-kills-a-palestinian-fisherman-in-southern-gaza

    Palestinian medical sources have reported, on Wednesday evening, that Egyptian navy ships opened fire at a Palestinian fishing boat in southern Gaza Strip, killing a fisherman.

    The fisherman has been identified as Mustafa Khader Khalil Abu Odah, 32, from the Shati’ refugee camp, west of Gaza city.

    He was shot with two live rounds in the chest and abdomen, near the Rafah Shore, in the southern part of the coastal region.

    Odah was rushed to Abu Yousef Najjar Hospital, in Rafah, but died from his serious wounds.

    The Palestinian Ministry of Interior and National Security in Gaza, called on Egypt to investigate the incident.

    Media sources in Gaza said the fishing boats slightly drifted by the waves into Egyptian waters, before the navy opened fire at it.

    #Palestine_assassinée #Égypte


  • » Palestinian Dies From Serious Wounds He Suffered In Southern Gaza
    IMEMC News - November 8, 2018 2:28 AM
    http://imemc.org/article/palestinian-dies-from-serious-wounds-he-suffered-in-southern-gaza

    The Palestinian Health Ministry in the Gaza Strip has reported that a young man died, Wednesday, from serious wounds he suffered, two weeks earlier, after Israeli soldiers shot him with live fire.

    It stated that the young man, identified as Ahmad Khaled Najjar , 21, was shot with an expanding bullet in the abdomen.

    The Ministry added that Najjar suffered very serious wounds, and was receiving treatment at the Gaza European Hospital, before he was transferred to the Al-Ahli Hospital, in the southern West Bank city of Hebron, where he died from his wounds.

    The Palestinian is the cousin of both Ramzi Najjar, who was killed by Israeli army fire, on June 4th 2018, and his corpse is still held by Israel, and the medic, Razan Najjar, 22, who was killed by Israeli forces while helping treat wounded protesters, on Friday June 1st, 2018.

    #Palestine_assassinée


  • Walid Pharès, le John Bolton’s boy par excellence ou les dérives mortifères de l’irrédentisme maronite – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/07/walid-phares-le-john-boltons-boy-par-excellence-ou-les-deriv

    Une grande honorabilité bardée d’expertise. Des postes prestigieux dans la haute administration américaine républicaine : La vitrine d’exposition est parfaite, mais sous le vernis de la respectabilité, une façade lézardée, un personnage gangréné.

    Contrairement à ce que suggère son nom patronymique en arabe, Walid Pharès n’est pas le fils d’un preux chevalier, mais plutôt le parfait exemple d’un dévoiement par sectarisme. Libanais d’origine, naturalisé américain, il est en fait « UN ISRAELIEN d’ORIGINE LIBANAISE », comme l’a très justement qualifié le quotidien libanais « Al Akhbar ».

    « La propulsion de Walid Pharès au poste de conseiller du président Donald Trump ne constitue pas, loin s’en faut, une reconnaissance du savoir faire libanais encore moins un succès diplomatique pour le Liban, mais plutôt une percée majeure de la stratégie israélienne par la promotion d’un des affidés libanais de l’État Hébreu dans le cercle décisionnaire du pouvoir à Washington.(…) Preuve est faite qu’il est plus aisé pour les Forces Libanaises (milices chrétienens) de décrocher un poste regalien à Washington qu’à Beyrouth », poursuit Al Akhbar dont le portrait de l’ancien milicien se trouve sur ce lien pour le lectorat arabophone.

    http://www.al-akhbar.com/node/268049

    UN ISOLATIONNISTE VINDICATIF
    La biographie en langue française de cet isolationniste vindicatif est lisse.
    Sa biographie en langue anglaise, éditée par le site Mother Jones, est infiniment plus caustique et toxique.
    Sur ce lien : http://www.motherjones.com/politics/2011/10/walid-phares-mitt-romney-lebanese-forces

    Natif de la localité de Ghouma, district de Batroun, dans le Nord Liban, en 1957, Walid Pharès a effectué une scolarité éclectique à l’Université Saint Joseph des Pères Jésuites et à l’Université Libanaise à Beyrouth, avant de décrocher, en 1981, à 24 ans un Master en Droit International à l’Université Jean Moulin LYON III, une structure où a longtemps professé une figure de proue de l’extrême droite française Bruno Gollnisch, passé à la postérité pour avoir matraqué des journalistes avec son parapluie.

    Précoce, il publie à 22 ans, en 1979, son premier ouvrage « At Taadoudiya Fi Loubnane », « le pluralisme au Liban ». Edité par l’Université du Saint Esprit de Kaslick, le fief du militantisme des moines maronites lors la guerre civile libanaise sous le magistère du Père Charbel Kassis, ce livre paru quatre ans après le déclenchement de la guerre civile, reprend en les popularisant les thèmes des milices chrétiennes sur la spécificité chrétienne, particulièrement maronite, dans le Monde arabe.

    Considérant qu’il existe au Liban deux cultures distinctes, la culture chrétienne par essence démocratique et la culture islamo-arabe qui l’est moins ou pas du tout, l’idéologue en herbe reprend à son compte en l’amplifiant le thème « du choc des civilisations », théorisé par l’universitaire américain Samuel Huttington. Il préconise en conséquence la ségrégation entre groupes libanais et prône le développement séparé, s’inspirant de thèses de la « white supremacy », si courantes dans certains milieux du Sud des États-Unis.

    LE CORPUS IDÉOLOGIQUE DE CE SOLDAT DE LA GUERRE FROIDE
    En 1981, l’année qui précède l’invasion israélienne du Liban, il fonde une publication « La voix de l’Orient » pour poulariser ses idées et adhère au « Comité des Chrétiens du Moyen Orient » (MECHRIC), et trois ans plus tard, à l’ Union Sociale Démocratique Chrétienne (USDC). Une démarche destinée à se doter, via ce gropuscule, d’ un vernis social démocrate chrétien, afin d’atténuer quelque peu les aspérités de son personnage belliqueux animé de surcroît d’une volonté de croisade.

    Prolixe, il récidive en 1981 en publiant Hiwar Dimucrati (Le dialogue démocratique), dans une maison d’édition libanaise Dar Al Mashreq Press, conviant ses compatriotes de confession musulmane au dialogue. Une proposition de pure forme, destinée à la galerie en vue de bonifier l’image des milices chrétiennes, discréditées par leurs massacres successifs. Son idole, Bachir Gemayel dont il fut un proche collaborateur, ayant décrété qu’il existait « un peuple de trop » au Moyen orient, en pointant du doigt les Palestiniens, avait initié la première guerre d’épuration ethnique de l’époque contemporaine en ordonnant les massacres de la Quarantaine, janvier 1976, Tall El Zatar, en juillet 1976, enfin Sabra Chatila, septembre 1982 que son assassinat suscita par réflexe pavlovien.

    Sous l’effet du matraquage idéologique, ses frères d’armes miliciens chrétiens ignoreront d’ailleurs allégrement, l’année suivante, cette invitaiton au dialogue envers les musulmans, s’en donnant à cœur joie, au mépris de la tradition chrétienne de commisération, aux massacres des camps de réfugiés palestiniens de Sabra Chatila, dans la banlieue est de Beyrouth, en 1982, sous la supervision israélienne.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :

    http://www.madaniya.info/2017/09/15/malediction-de-sabra-chatila-35-ans-apres

    Celui qui avait gouverné par l’épée périra par l’épée, dynamité dans son fief d’Achrafieh, le secteur chrétien de Beyrouth Est, à la veille de son entrée en fonction. Farouchement islamophobe et araphobe, épris d’Occident, son idéologie xénophobe et populiste irriguera naturellement la pensée de ses disciples qui en seront les apôtres sur la scène internationale :

    « Le Liban ne fait partie du Monde arabe. Le Liban est une civilisation et n’a aucun apport avec le tiers monde. Veuillez bien marquer dans vos démarches que nous n’appartenons pas au Tiers monde. Sortons de ce monde d’arriérés. Rallions le monde européen et le Monde libre de l’Amérique », lancera-t-il à ses subordonnés à peine élu président.

    Sur la pensée de Bachir Gemayel et ses méfaits :
    http://www.madaniya.info/2017/09/05/sabra-chatila-operation-salami-1-2

    http://www.madaniya.info/2017/09/10/sabra-chatila-operation-salami-2-2

    Walid Pharès appliquera à la lettre ses enseignements. C’est ainsi qu’en 1986, l’année où le Liban vivait une spirale infernale de prise d’otages occidentaux, le graphomane publie, dans le droit fil de la pensée de son idole, un opus révélant l’objet de sa fixation. Non son oeuvre majeure mais le sujet de sa vindicte publique : Al Thawra al Islamiya al Khumaynia (La Révolution de Khomeiny – Dar Al Machreq Press).

    Pour ce milicien chrétien, l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny avait eu le triple tort d’évincer le Chah d’Iran, gendarme du Golfe pour le compte de l’OTAN, grand bailleur de fonds des formations paramilitaires chrétiennes libanaises, et surtout grand allié d’Israël, parrain de ses camarades de combat.

    Thème gratifiant s’il en est en ce qu’il diabolisait la République Islamique d’Iran et exonérait de leurs turpitudes les pays occidentaux : la France de son satut de « co belligérant de l’Irak » contre l’Iran (1979-1989) et le double jeu américain à l’égard des deux belligérants, illustré par le scandale de l’Irangate et les promesses d’assistance faites simultanément à Saddam Hussein par Donald Rumsefd en personne, à l’époque secrétaire général de la Mlaison Blanche, sous la présidence Ronald Reagan et futur ministre de la défense sous présidence George Bush jr, artisan de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003.

    Putchiste dans l’âme, nulllement légaliste, il trempera dans la conjuration visant à évincer de la présidence des Forces Libanaises, les deux successeurs de Bachir Gemayel : son Frère et successeur Amine ainsi que son ancien lieutement Elie Hobeika. Il en sera gratifié en retour d’un siège au commandement de la formation milicienne sous la présidence de Samir Geagea.

    Inconsolable de la perte de Bachir Gemayel, il quitte les milices chrétiennes en 1989 pour rallier le général Michel Aoun lors de la guerre fratricide inter chrétienne. Il demeurera fidèle jusqu’à la chute du chef du gouvernement intérimaire libanais, le 13 octobre 1990. Placé sur une liste des opposants les plus recherchés du Liban, il s’exile en même temps que son deuxième mentor. Il fuit le Liban, via Israël et s’établit aux États-Unis, obtenant sans retard la nationalité américaine.

    Des mésaventures des milices chrétiennes libanaises, il en tirera deux ouvrages relatant les avatars de la guerre inter-factionnelle inter-chrétienne libanaise : « Lebanese Christian Nationalism : The rise and fall of an ethnic resistance (L. Rienner Published 1995) et « The Nationalist claim and the Lebanese Christian resistance : an ethnic case study ».

    À l’heure de la mondialisation, ce chrétien issu d’une société libanaise pluriconfessionnelle prônera, non le brassage culturel et le métissage humain, mais la ségrégation, la séparation, la grande muraille de démarcation, à l’exemple du Mur d’Apartheid dressé par ses amis israéliens en Cisjordanie. Le ghetto en somme.

    Mais, faille capitale de son argumentaire, ce fervent admirateur de l’Occident occultera le fait majeur de l’histoire contemporaine, le fait que ses idoles, -l’Amérique suprématiste et puritaine et l’Europe chrétienne,- auront été les principaux fossoyeurs de la cause des chrétiens arabes, maronites ou non : De la création d’Israël, en 1948, provoquant l’exode des Palestiniens chrétiens vers la Californie, à l’expédition franco anglo israélienne contre l’Egypte, en 1956, entraînant l’exode des chrétiens égyptiens vers l’Europe et l’Amérique du Nord, à la guerre civile libanaise (1975-1990), à l’invasion américaine de l’Irak, à la guerre de Syrie, 2011, vidant quasiment le Moyen Orient de sa population chrétienne.

    Pour aller plus loin sur ce thème :
    https://www.renenaba.com/france-vatican-les-deux-francois-et-la-chretiente-d-orient

    LE PARCOURS AMÉRICAIN
    Mariée à une américaine, il atterit en Floride, le fief des anticastristes cubains, où il enseignera à l’Université Atlantique de Floride (1993-2004), qu’il quittera au lendemain de l’invasion américaine de l’Irak pour présider the « Global Policy Institute ».
    Collaborateur du « Centre Ariel de Recherches Politiques » de Jerusalem, il se livrera, en tandem avec le lobby juif américain, à un actif lobbying anti syrien en vue de faire adopter par le Congrès américain la « Syrian Accountability Act » et de criminaliser le Hezbollah libanais, via une disposition législative similaire le « Hezbollah accountabilty Act ». Via son réseau israélien, il fait parvenir aux dirigeants israéliens un vade mecum pour une nouvelle gouvernance du sud Liban à la suite de la déconfiture de leurs supplétifs libanais dans la zone frontalière libano-israélienne ; une zone à forte majorité chiite, qui deviendra par la suite le fief du Hezbollah.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :

    https://www.renenaba.com/sous-la-syrie-le-hezbollah

    Taiseux pendant pendant les cinq premières années de l’occupation américaine de l’Irak, alors que l’armée américaine était en butte à la guerilla anti américaine tant djihadiste que baasiste, Walid Pharès retrouvera l’inspiration en 2007, -l’année qui a suivi la riposte balistique victorieuse du Hezbollah contre Israël de 2006-, pour commettre un ouvrage intitulé « The War of Ideas : Djihadisme against Democracy » (Palgrave Mac Millan).

    Mais, en bon soldat de la guerre froide, il s’attaquera aux combattants islamistes, les terroristes islamiques, ses semblables musulmans du temps où il était milicien chrétien, de surcroit « idiots utiles » de la stratégie atlantiste dans la fragmentation du Monde arabe. Amnésique, il s’abstiendra de dénoncer la connivence des pétromonarchies dans le financement du terrrorisme islamique, de même que la complaisance des États-Unis à l’égard de l’islamisme politique et de son instrumentalisation en Afghanistan et ailleurs dans une guerre de détournement du champ de bataille de la Palestine.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :
    https://www.renenaba.com/de-l-instrumentalisation-de-l-islam-comme-arme-de-combat-politique

    Sa qualité de correspondant du Centre israélien Ariel renforce sa crédibilité dans les milieux néo conservateurs américains et le propulse au sein du cercle dirigeant du parti conservateur. Il sera ainsi tour à tour conseiller du candidat Mitt Romney pour les présidentielles américaines de 2008, puis conseiller du président Donald Trump pour le Moyen Orient et le terrorisme en 2016.
    À l’accession de Donald Trump à la présidence américaine, Walid Pharès, dévient Secrétaire général du Groupe parlementaire transatlantique sur le contre-terrorisme (TAG), une tribune destinée à asseoir son rôle prescripteur, dans un domaine de prédilection des Etats Unis, à détourner en fait l’attention de l’opinion internationale sur le rôle trouble des administrations successives américaines avec le terrorisme islamique.

    La promotion simultanée de l’ultra faucon John Bolton président de l’ultra conservateur « Gatestone Institute » au poste de conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche et de Mike Pompeo, l’homme des ténèbres de la CIA, à la tête du Département d’état, a placé Walid Pharès dans un état de lévitation comparable à celui qu’il a vécu à l’élection de son mentor Bachir à la présidence libanaise, avant son trépassement violent. En synchronisation avec Joseph Jibeily, le dirigeant du « Centre des Renseignements du Liban », une officine des Forces Libanaises de Samir Geagea basée à Washington, il mulitiplie ses actions de lobbying au sein du Congrès américain en vue d’obtenir l’exclusion du gouvernement libanais, le Hezbollah, pourtant grand vainqueur des élections législatives libanaises de Mai 2018, et disposant de surcroït, d’une majorité relative à la chambre des députés.

    La propulsion de John Bolton à l’épicentre du pouvoir américain a renforcé la capacité de nuisance de son correspondant libanais, Samir Geagea, dont le discours souverainniste masque en fait une servilité à l’égard des Saoudiens en substitution à sa soumission aux Israéliens durant la guerre civile libanaise (1975-1990), consacrant le chef des « Forces Libanaises », l’un des plus grands criminels de la guerre comme l’un des plus grands mercenaires du personnel politique libanais.

    Sur l’équipée des milices chrétiennes particulièrement Samir Geagea, ce lien :
    https://www.madaniya.info/2017/09/15/malediction-de-sabra-chatila-35-ans-apres

    GATESTONE, JOHN BOLTON, ANNE ELIZABETH MOUTET, ET L’ÉMISSION 28 MINUTES SUR ARTE
    Présidée par le monarchiste iranien Amir Tahiri, ancien directeur du journal Keyhan sous le règne de la dynastie Pahlevi, dans la décennie 1970, la structure européenne de Gatestone est composée de Marc D’anna, aka Alexandre Del Valle, le théoricien du « patriotisme intégrateur », ainsi que de l’universitaire Guy Millière et d’Anne Elizabeth Moutet, deux « dinstinguished senior fellow » de cette instance.

    La liste des auteurs de Gatestone sur ce lien :
    https://www.gatestoneinstitute.org/authors

    En dissonance toutefois avec Bernard Henry Lévy, Amir Tahéri, une fois n’est pas coutume, brisera net le délire fabulatoire du philo mondain sur les origines hitlériennes du terme Iran, lancée par le fer de lance médiatique du lobby pro israélien en Europe dans une campagne d’intoxication de l’opinion occidentale préludant à sa préparation à une intervention militaire de l’Otan contre la République Islamique d’Iran. Monarchiste revanchard, Amir Taheri ciblera dans son argumentaire de refutation les « Gardiens de la Révolution et le régime islamique, ces deux bêtes noires, mais non le fondement même de la démarche du théoricien du Botul.
    https://www.gatestoneinstitute.org/12333/hitler-reza-shah

    Intervenante régulière de la chaîne franco allemande ARTE dans l’émission d’Elizabeth Quinn « 28 Minutes », la chroniqueuse du Daily Telegraph justifiera le carnage israélien des Palestiniens de Gaza (57 morts et 2.400 blessés), -le jour du transfert de l’ambassade américaine vers Jérusalem, le 14 Mai 2018-, en reprenant textuellement les « éléments de langage » de la propagande israélienne.
    Cette séquence a plongé dans la stupeur les autres participants à l’émission par la virulence de sa défense de la politique israélienne, faisant volet en éclat l’apparente objectivité qu’elle s’evertuait à afficher pour la défense de la politique atlantiste.
    L’émission a été diffusée le vendredi 17 mai sur Arte en présence des deux présentatrices du programme Elizabeth Quin et Nadia Daam, ainsi que de l’historien Pascal Blanchard et Alexis Poutin, journaliste au Monde Moderne. Elle demeurera dans les mémoires comme un morceau d’anthologie de la duplicité professionnelle, lorsqu’elle se pare de la qualité journalistique pour propager des thèses d’un think tank néo conservateur, sous l’apparence de la neutralité.

    Sur ce lien, la séquence :
    https://sites.arte.tv/28minutes/fr/le-club-28-revisite-lactualite-de-la-semaine-28minutes-75

    LE JOURNALISME MILICIEN EN FRANCE
    La reconversion des journalistes miliciens dans l’expertise contre terroriste est une pratique courante. Une forme de recyclage dans la respectabilité, qui s’est développée tant aux Etats Unis qu’en France.
    Walid Pharès a ainsi fait son apparition dans les lucarnes françaises notamment sur France 24, sous la direction de Christine Ockrent, auditrice assidue du groupe de Bilderbeg, réputé pour son atlantisme.

    Sur ce lien le portrait de Christine Ockrent : https://www.renenaba.com/christine-ockrent-le-passe-droit-permanent

    Le journalisme milicien qu’il incarne si parfaitement a trouvé son illustration en France, sous couvert d’expertise anti terroriste, en la personne de deux libanais maronites habitués des plateaux français : Antoine Basbous, Directeur de « l’Observatoire des Pays arabes », auparavant ancien porte-parole des Forces Libanaises, l’organisation dirigée par Samir Geagea, un des plus grands criminels de la guerre libanaise et fossoyeur du leadership chrétien, et, Antoine Sfeir, Directeur des « Cahiers de l’Orient et des Pays arabes », auparavant cheville ouvrière sur le plan médiatique de la campagne pour l’élection à la présidence de la République Libanaise du chef milicien phalangiste Bachir Gemayel, en 1982, puis de son frère Amine.

    Pour aller plus loin sur ce sujet, cf ce lien : https://www.renenaba.com/les-thuriferaires-libanais-de-la-dictature-ben-ali-sur-le-grill-tunisien

    Et pour le recyclage des membres de l’« État Profond américain » dans les médias américains, sur ce lien : https://www.mondialisation.ca/des-anciens-de-letat-profond-sont-embauches-par-les-medias-grand-public/5623065

    Walid Pharès a vécu 33 ans au Liban de 1957 à 1990. Mais ses nuisances continuent à se faire encore sentir de nos jours contre sa patrie d’origine. Son retour au pays natal, il l’a accompli muni d’un passeport diplomatique américain. Doté d’une immunité et d’une impunité pour revisiter ses méfaits, comme étranger à ses forfaits comme étranger au pays qu’il a tant contribué à sinistrer.

    Le tropisme pro israélien des dirigeants maronites libanais, auquel il a grandement contribué, a conduit le président phalangiste Amine Gémayel à conclure un Traité de Paix entre le Liban et Israël, en 1983, mais la mise en œuvre de ce document a été entravée par un soulèvement de la population de Beyrouth, cas unique dans les annales diplomatiques internationales d’un traité mort-né, abrogé par la volonté populaire.

    Parfait exemple d’un dévoiement par sectarisme, Walid Pharès appartient à la cohorte des soldats perdus d’une cause perdue, sécrétée par la guerre interfactionnelle libanaise ; À l’exemple du commandant Saad Haddad, l’officier félon libanais, garde frontière d’Israël au sein de l’Armée du Sud Liban (ASL), de son successeur, le général Antoine Lahad, dont la famille a eu l’outrecuidance de vouloir enterrer au Liban mais que la vox populi l’en dissuada ; Tous vivant sans le savoir une pathologie passée dans l’histoire comme étant « le complexe des exilés de Coblence », du nom de ses exilés monarchistes français qui ont rallié les ennemis de la France pour abattre la révolution.

    Autant de manifestations des pulsions mortifères de l’irredentisme maronite qui débouchèrent sur la relégation politique du leadership maronite, désormais réduit à un rôle d’appoint ou de nuisance, non à un rôle constructif de proposition, mais à un rôle destructeur d’obstruction, au terme de quinze ans de bruits et de fureurs, de dérives et de délires.

    EPILOGUE : LE SYNDROME MARONITE
    Cadeau empoisonné de la France, le confessionnalisme constitue une négation de la démocratie en ce que la citoyenneté libanaise est conditionnée et handicapée par la naissance.

    Mur de verre invisible et infranchissable, il contribue à ce titre à la nécrose de la vie poilitique libanaise. Sur un point nommé, dans des domaines précis, la naissance confère un primat à une communauté au détriment des autres communautés par le Fait du Prince, l’arbitraire du pouvoir colonial.

    Elle prédétermine les membres d’une communauté à des fonctions indépendamment de leur compétence. Elle conforte une communauté dans un sentiment de supériorité ou de frustration.

    Les exemples sont nombreux des dérives du confessionnalisme. Le leadership maronite a ainsi assumé, par une sorte de Hold up, la direction des combats du camp chrétien lors de la guerre civile libanaise (1975-1990), à l’exclusion des autres composantes de la chrétienté libanaise, quand bien même elles en subissaient les conséquences.

    Le primat conféré par la France à la communauté maronite dans l’exercice des responsabilités suprêmes au Liban aurait dû se vivre comme une délégation de pouvoir au bénéfice de l’ensemble des communautés chrétiennes du Monde arabe et non comme la marque d’une supériorité immanente d’une communauté spécifique au détriment des autres, en ce que les Maronites constituaient la plus importante minorité des minorités chrétiennes du Liban et non la communauté chrétienne majoritaire d’un Monde arabe, majoritairement musulman.

    Pour n’avoir pas observé cette règle non écrite de la prudence politique, elle en paiera le prix par le déclassement de ses prérogatives constitutionnelles, entraînant dans sa relégation les autres composantes chrétiennes innocentes de cet emballement.
    Victimes innocentes souvent, bourreaux parfois plus que de besoin, les camps palestiniens de la quarantaine (est de Beyrouth), en 1976, et de Sabra Chatila (sud de Beyrouth), en 1982, passeront dans l’histoire comme de sanglantes illustrations pathologiques de la déraison humaine, au passif du leadership maronite, particulièrement les milices chrétiennes des Forces Libanaises.

    Par une sorte d’abus de position dominante conféré par la France en sa qualité de puissance mandataire sur le Liban et la Syrie, les Maronites ont procédé à une sorte de captation d’héritage se présentant comme les dépositaires des intérêts supérieurs de la chrétienté d’Orient, réduisant la chrétienté aux seuls intérêts de l’Eglise maronite, confondant en somme maronitisme et chrétienté, se vivant en maître incontesté du Liban.

    L’extravagante position de Camille Chamoun, président du Liban (1952-1958), se refusant seul contre l’ensemble arabe, à rompre ses relations diplomatiques avec la France, dans la foulée de l’expédition de Suez, alors que l’Egypte faisait l’objet d’une agression concertée entre la France, Israël et la Grande Bretagne (1956) et que l’Algérie ployait sous le joug des ratonnades coloniales, constituait déjà un indice prémonitoire de la psychorigidité maronite, de la cécité politique de ses dirigeants et de la serviabilité extrême dont témoignent des membres de cette communauté à l’égard des puissances occidentales particulièrement de la France et des États-Unis, se plaçant paradoxalement en situation de « dhimitude » par rapport à leurs protecteurs occidentaux, une servitude qu’il dénonçait du temps de l’époque ottomane. Le discours souverainiste des Libanais masque mal une logique de vassalité à l’ordre atlantiste.

    L’inculpation en juillet 2010 de plusieurs officiers supérieurs chrétiens de même que des cadres supérieurs exerçant des responsabilités sensibles à un poste stratégique de leur entreprise de communications pour « intelligence avec l’ennemi », au même titre que la formation d’une armée de supplétif sous commandement chrétien au service des israéliens durant la guerre civile libanaise (1975-1990), ont alimenté la suspicion sur la loyauté des chrétiens arabes à leur environnement avec ses conséquences corrosives sur le sort des chrétiens dans le monde arabe.

    L’alliance du leadership maronite avec Israël, l’ennemi officiel du Monde arabe, constituera l’un des points noirs de l’histoire de la chrétienté arabe, et les chefs de cette équipée suicidaire, Bachir Gemayel, président éphémère du Liban, et ses successeurs, Elie Hobeika et Samir Geagea, comme les plus sinistres personnages de l’histoire du Liban en termes de bilan pour la chrétienté, en ce qu’ils ont substitué la lutte pour la réalisation des droits nationaux des Palestiniens, par la recherche de l’éradication d’un peuple déjà spolié de sa patrie, les Palestiniens, en compensation des turpitudes occidentales à l’égard des Juifs européens.

    Les miliciens chrétiens ont intériorisé, ce faisant, la perversité de la logique occidentale dans un tragique dévoiement de la pensée, ne s’imaginant pas un seul instant que « le peuple de trop au Moyen orient », selon l’expression du chef phalangiste Bachir Gémayel, pourrait être un jour « le peuple chrétien arabe ».

    Pour aller plus loin sur les Maronites, ce lien :

    www.renenaba.com/france-liban-a-propos-des-maronites/

    ILLUSTRATION
    Walid Phares lecturing in front of a Lebanese Forces banner in 1986Photo courtesy of An-Nahar                                                                                                                                                           By René Naba , in Actualités Liban Moyen-Orient Portrait on 6 novembre 2018 .


  • 10 Palestinians injured as Gaza’s naval march continues
    Nov. 6, 2018 11:34 A.M. (Updated: Nov. 6, 2018 12:27 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781702

    GAZA CITY (Ma’an) — Israeli forces opened fire at Palestinian crowds gathered at the northern borders of the besieged Gaza Strip to take part in the 15th naval march setting off from the Gaza seaport in an attempt to break the nearly 12-year Israeli siege, on Monday.

    Local sources reported that Israeli forces injured 10 Palestinians, including four injuries with Israeli live ammunition, while several others suffered from tear-gas inhalation.

    Those injured were transferred to the Indonesian and al-Shifa hospitals to receive the necessary medical treatment; their conditions were reported as moderate.

    Sources added that a number of boats set off from Gaza’s seaport towards the Israeli Zikim beach, Israeli forces fired live ammunition and tear-gas bombs to suppress protesters participating in the naval march.

    The National Committee for Breaking the Siege, which organized the naval march, said “We will not stop the return marches and the naval marches until our goals are achieved,” referring to breaking the Israeli siege and allowing Palestinians the right of return as refugees to their original homelands, now in present-day Israel.

    #marchecôtière


  • « J’étais en colère contre les médias qui racontaient la guerre »
    Jean-Michel Frodon — 5 novembre 2018 à 16h08 — mis à jour le 5 novembre 2018 à 16h08
    Réalisateur du documentaire « Samouni Road », tourné à Gaza, Stefano Savona explique pourquoi il a fait appel à des images d’animation.
    http://www.slate.fr/story/169368/samouni-road-entretien-stefano-savona-realisateur-documentaire-gaza

    (...) Vous prenez conscience de cette distorsion dès le montage de Piombo fuso ?

    Oui, plus on travaillait avec Penelope [Penelope Bortoluzzi, monteuse et productrice des films de Savona, également cinéaste], plus on se rendait compte des limites de la position dans laquelle je me trouvais. Nous ne voulions pas faire un film de dénonciation de plus, nous savons qu’ils ne servent à rien. Après avoir fait traduire l’ensemble de ce que racontaient les gens que j’avais filmés, on découvrait la qualité des témoignages, allant bien au-delà de la plainte ou de la dénonciation. Je reconnaissais la manière de s’exprimer des paysans siciliens auxquels je consacre depuis vingt ans une enquête documentaire, Il Pane di San Giuseppe. Ces paysans palestiniens traduisaient un rapport au monde au fond très semblable, à la fois ancré dans la réalité et très imagé.

    Comment un nouveau projet a-t-il émergé de ces constats ?

    Un an après, en 2010, j’ai reçu un message m’annonçant que le mariage qui semblait rendu impossible par la tragédie de janvier 2009, et en particulier la mort du père de la fiancée, allait avoir lieu. C’est elle qui m’a contacté : « On va se marier, viens ! ». Je suis donc reparti, même s’il était encore plus difficile d’entrer à Gaza. Il a fallu emprunter des tunnels, mais au prix de pas mal de tribulations je suis arrivé à Zeitoun le jour même du mariage, que j’ai filmé. Et je suis resté plusieurs semaines. (...)

    #Gaza

    • Je viens de voir ce film intelligent, sensible, puissant, ni partisan, ni démonstratif. Il interroge pourtant des notions difficiles comme celles, notamment, du rapport entre la réalité et la fiction, de la construction de la mémoire, du regard de l’enfant sur la violence, de l’assignation sociale genrée, du droit à la terre.
      #Stefano_Savona #mémoire


  • » Palestinian Man Dies From Serious Wounds Suffered In Khan Younis
    IMEMC News - November 5, 2018 1:38 PM
    http://imemc.org/article/palestinian-man-dies-from-serious-wounds-suffered-in-gaza

    Palestinian medical sources have reported that a man died, on Monday morning, from complications resulting from wounds he suffered three weeks earlier, after Israeli soldiers shot him in southern Gaza.

    The sources said the man, Ghanem Ibrahim Sharab , 44, from Khan Younis, in the southern part of the Gaza Strip, was shot by the soldiers three weeks ago.

    Sharab died from serious complications resulting from his injury, especially after the doctors had to amputate his left foot, on October 29th.

    Gaza Strip hospitals have been complaining from serious deficiency in urgent medical supplies and equipment in the besieged and improvised coastal region.

    The Health Ministry in Gaza issued numerous statements and appeals regarding the seriously deteriorating conditions in the hospitals, due to the thousands of injuries, including hundreds who suffered very serious wounds, since the Great Return March processions started on March 30th, and the ongoing Israeli siege on the coastal region.

    #Palestine_assassinée #marcheduretour


  • Gazan succumbs to wounds sustained by Israeli live ammunition
    Nov. 4, 2018 3:38 P.M. (Updated: Nov. 5, 2018 11:50 A.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781690

    BETHLEHEM (Ma’an) — A Palestinian succumbed to his wounds, on Sunday, that he had sustained earlier after he was shot and critically injured by Israeli live ammunition along the borders of the besieged Gaza Strip.

    Medical sources at the Soroka Medical Center confirmed that the Palestinian died due to being shot and critically injured by Israeli forces.

    The Israeli army issued a statement, on late Saturday, regarding the incident and said that the Palestinian was shot and injured after he allegedly crossed the security border fence with Israel.

    The identity of the Palestinian remained unknown.

    #Palestine_assassinée

    • Palestinian Teen Dies From Serious Wounds Suffered In Gaza
      November 5, 2018 1:09 PM
      http://imemc.org/article/palestinian-teen-dies-from-serious-wounds-suffered-in-gaza

      A Palestinian teenage boy died from, on Sunday evening, from serious wounds he suffered a day earlier, after Israeli soldiers shot and seriously injured him, in Central Gaza.

      The slain Palestinian has been identified as Emad Khalil Shahin, 17, from the Nusseirat refugee camp in Central Gaza.

      He was shot and seriously injured by the soldiers, on Saturday at night, during a protest in central Gaza, after the army claimed he “breached the perimeter fence.”

      Palestinian sources said the teen was near the fence on the Palestinian side, when the soldiers shot and dragged him away.

      Shahin suffered a very serious injury, before the army later airlifted him to Soroka hospital, in Be’er as-Sabe’ city (Beersheba), where he died from his wounds.