city:hébron

  • PCBS Report : 6 Million Palestinians Registered as Refugees with UNRWA in 2018
    June 21, 2019 8:45 AM - Ali Salam– IMEMC News
    https://imemc.org/article/pcbs-report-6-million-palestinians-registered-as-refugees-with-unrwa-in-2018

    On June 20, 2019, the ‘International Day of Refugees’, the Palestinian Central Bureau of Statistics released a report showing that nearly half of all Palestinians throughout the world, were registered as refugees in 2018.

    According to United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA), of the 13 million Palestinians in Palestine and the Diaspora, 6 million are registered as refugees.

    In 1948, the Palestinian Nakba began, when the land was occupied, and 800,000 indigenous people from 1,300 towns and villages were forcefully expelled from historical Palestine.

    The report breaks down that 17% of the 6 million Palestinian refugees, or 1,020,000 live in the West Bank, and 25% or 1,500,000 of the total number of Palestinian refugees are in the Gaza Strip.

    Jordan hosts the largest Palestinian refugee population at 39%, or 2,340,000, while Syria is home to 11% or 660,000, and finally Lebanon with 9%, or 540,000 Palestinian refugees.

    In 1967, another 300,000 Palestinians were driven from their homes, and today, the ethnic cleansing of Palestine continues with home demolitions occurring on a near daily basis in and around the cities of Jerusalem, Bethlehem, Hebron, and Nablus, to name a few.

    #réfugiés_palestinens

  • Documents falsifiés, force et intimidation : comment les colons volent les maisons et les terres des Palestiniens
    Par Akram Al-Waara à RAMALLAH, Territoires palestiniens occupés (Cisjordanie) - Date de publication : Lundi 15 avril 2019 - Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/news/documents-falsifies-force-et-intimidation-comment-les-colons-volent-l

    L’œil au beurre noir d’Abdel Qader Abou Srour est toujours visible. Ce père de deux enfants est fatigué. Après quatre jours de garde à vue, il vient d’être libéré d’une prison israélienne. « Les deux premiers jours, ils m’ont maintenu en isolement dans une cellule gelée sans couvertures, rien de chaud à boire et aucun soin médical », raconte-t-il à Middle East Eye.

    Abou Srour, 27 ans, a été arrêté le 7 février après avoir été passé à tabac par des soldats israéliens devant son domicile à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée. Ils escortaient un groupe de colons israéliens qui affirmaient que sa maison était, en réalité, la leur.

    « Ils veulent notre maison, alors maintenant ils feront tout pour l’obtenir »

    - Abdel Qader Abou Srour

    « L’un des colons, le chef du groupe, a prétendu que notre maison leur appartenait et que nous devions partir », poursuit le jeune homme. Une dizaine de soldats, dont trois lourdement armés, sont arrivés chez lui.

    « Quand je lui ai dit que cette maison était la nôtre et que nous avions les papiers pour le prouver, il a commencé à me menacer, décrétant que nous avions dix jours pour quitter la maison et que si nous ne le faisions pas, il la détruirait pendant que nous serions encore à l’intérieur.

    « Plus de cinq soldats m’ont battu, m’ont donné des coups de pieds et m’ont frappé avec leurs fusils, pendant que les colons les encourageaient », déclare Abou Srour. Les soldats ont également lancé des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes sur sa mère et ont pulvérisé un spray au poivre sur lui à bout portant.

    « Tout cela parce que les colons leur ont dit de le faire », insiste-t-il. « Ils veulent notre maison, alors maintenant ils feront tout pour l’obtenir. » (...)

  • Une affaire allemande, pas seulement une histoire d’amour en Palestine
    2 avril | Amira Hass pour Haaretz |Traduction CG pour l’AURDIP
    https://www.aurdip.org/une-affaire-allemande-pas.html

    Pourquoi Israël discrimine-t-il les citoyens étrangers qui épousent des résidents palestiniens de Cisjordanie ?

    Des représentants de la diplomatie allemande, française, espagnole et américaine assistaient jeudi dernier à une audition à la Cour suprême israélienne, même si la requête débattue concernait une citoyenne allemande et son droit à vivre avec son époux palestinien dans leur propre maison à Hébron. Le couple, dont la requête pour rapprochement familial a été rejetée par Israël, est celui de Josefin Herbach et Abdelrahman Salaymeh. « J’étais très tendu pendant l’audition », a déclaré Salaymeh. « Pour les juges, c’était juste un autre dossier, pour nous c’est toute notre vie ».

    Les diplomates faisaient bien d’assister à l’audition puisque ce cas individuel est lié à une question générale de principe : pourquoi donc Israël interdit-il aux citoyens et citoyennes de ces pays de vivre en paix et en sécurité avec leurs conjoints palestiniens à Bethléem, Ramallah ou Jenine ? Pourquoi Israël discrimine-t-il certains citoyens nord- ou sud-américains et européens, par rapport à d’autres citoyens de ces mêmes pays, seulement parce qu’ils ou elles épousent des Palestiniens qui sont résidents de Cisjordanie (et de Jérusalem) et non juifs ?

  • Palestinian shot dead by Israeli forces for alleged stab attempt
    March 12, 2019 1:25 P.M. (Updated: March 12, 2019 2:03 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=782829

    HEBRON (Ma’an) — A Palestinian was shot and killed by Israeli forces, on Tuesday, for allegedly attempting to carry out a stabbing attack against Israeli soldiers in the Old City of Hebron, in the southern occupied West Bank.

    Locals told Ma’an that the Palestinian was shot and killed by Israeli forces for attempting to carry out a stabbing attack against Israeli soldiers situated in Hebron’s Old City.

    The Palestinian was identified as Yasser al-Shweiki.

    Fawzi al-Shweiki, Yasser’s father, confirmed to Ma’an that his son was distributing notices from the Sharia Court across Hebron City.

    Sources mentioned that Israeli forces dragged Yasser’s body and took into a building that is under the Israeli settlers’ control.

    There were no injuries reported among Israeli soldiers.
    According to Hebrew-languge news outlets, Yasser approached the Israeli soldiers with a knife in attempt to carry out a stabbing attack.

    #Palestine_assassinée

    • Israeli Soldiers Kill A Palestinian In Hebron
      March 12, 2019 2:32 PM
      http://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-in-hebron-2

      Israeli soldiers killed, Tuesday, a Palestinian from Hebron, in the southern part of the occupied West Bank, reportedly after he attempted to stab them. Palestinian sources have confirmed that the slain man as distributing notices from the Sharia Court in the city, when the soldiers shot him.

      The Palestinian Red Crescent Society (PRCS) said the soldiers shot and seriously injured Yasser Fawzi Shweiki , 27, and prevented its medics from approaching him.

      Eyewitnesses said the Palestinian was left bleeding on the ground, after the soldiers shot him in the chest, and later dragged his corpse into the nearby Rajabi building.

      His father, Fawzi Shweiki, said that he heard the gunshots, but did not know that it was his son, who works for the local Sharia court and was distributing notices, was the victim.

    • PCHR
      https://pchrgaza.org/en/?p=12125

      Tuesday, 12 March 2019
      In a new crime of excessive use of force, Israeli forces killed a Palestinian civilian while passing by al-Rajaby building, which the settlers took over several years ago, in al-Ras neighborhood, east of Hebron, and his corpse was taken to an unknown destination. He was killed under the pretext that he intended to carry out a stabbing attack, but PCHR’s investigations refuted those allegations. According to PCHR’s investigations, at approximately 12:30, Yasser Mohammad Fawzi Khaleel al-Shweiky (42), a court officer from Hebron, arrived in al-Ras area, east of the city, to hand Hebron First Instance Court’s summons for civilians living in Jaber and Wadi al-Hussien neighborhoods. Al-Shweiky stopped his work car, which has a governmental registration plate, 100 meters away from the metal detector established in front of al-Rajaby building, which the settlers took over several years ago. As al-Shweiky stepped out of the car and approached the building, a solider from the soldiers guarding the building fired a bullet at him then he fell on the ground. Minutes later, the Israeli soldiers took him to the building without providing him first aid and prevented PRCS ambulances from reaching there. Half an hour later, al-Shweiky was taken to an unknown destination. Following that, dozens of settlers gathered around al-Rajaby building and organized a protest calling for killing Arabs. Moreover, the Israeli soldiers completely closed the area and prevented civilians from moving freely in or out of the area. At approximately 18:00, Israeli authorities confiscated the car al-Shweiky was driving and took it to an unknown destination.

  • « Ils ont puni les victimes » : Hébron 25 ans après le massacre de la mosquée d’Ibrahim
    Middle East Eye édition française - By Megan Giovannetti
    in HÉBRON, Territoires palestiniens occupés (Cisjordanie)
    Date de publication : Lundi 25 février 2019
    https://www.middleeasteye.net/fr/news/ils-ont-puni-les-victimes-hebron-25-ans-apres-le-massacre-de-la-mosqu

    « Depuis le massacre, tout a changé. » Jamal Fakhoury, 40 ans, a du mal à trouver les mots justes pour décrire sa ville natale.

    Les sourcils froncés et les yeux humides, il confie : « Chaque jour est difficile pour Hébron. »

    Jamal Fakhoury repense au massacre de la mosquée d’Ibrahim, dont ce lundi marque les 25 ans, et à son impact sur cette ville du sud de la Cisjordanie occupée.

    Le 25 février 1994, un colon juif-américain du nom de Baruch Goldstein a ouvert le feu sur les fidèles palestiniens dans la mosquée d’Ibrahim – également connue sous le nom de Tombeau des patriarches – dans le centre de la vieille ville d’Hébron.

    « Nous ne sommes pas du tout considérés comme des humains. Nous sommes des numéros »

    - Izzat Karaki, activiste de Youth Against Settlements

    Goldstein a tué 29 personnes en un instant, et en a blessé bien plus d’une centaine. Six autres Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes dans le chaos qui a suivi.

    À Hébron, plus grande ville de Cisjordanie, les habitants sont tous liés les uns aux autres à travers les structures culturelles et familiales. Pratiquement tous les citoyens ont donc des liens avec le massacre de la mosquée d’Ibrahim par le biais de proches, d’amis ou de voisins.

    « Un colon américain est venu et a tué des Palestiniens », s’insurge Izzat Karaki, 29 ans, militant du groupe palestinien Youth Against Settlements (YAS). « Et après ça, ils nous punissent nous, les victimes. »

    Au-delà du deuil, l’attaque a affecté la population de Hébron d’une manière profonde et structurelle. (...)

  • « Mafieuse » : les Palestiniens en ont assez de la corruption de l’Autorité palestinienne
    Middle East Eye édition française - By Megan Giovannetti
    in RAMALLAH, Territoires palestiniens occupés (Cisjordanie)
    Date de publication : Lundi 18 février 2019
    https://www.middleeasteye.net/fr/news/mafieuse-les-palestiniens-en-ont-assez-de-la-corruption-de-lautorite-

    Les forces de sécurité palestiniennes forment un bouclier humain alors que les manifestants protestent contre le projet de loi sur la sécurité sociale de l’AP (AFP)

    Ali est incrédule. « Vous appelez ça un gouvernement ?! Moi, j’appelle ça la mafia. »

    Pour ce Palestinien de 22 ans habitant à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, l’Autorité palestinienne (AP), dirigée par le président Mahmoud Abbas, est une institution corrompue qui ne profite qu’à une élite restreinte.

    « Les enfants d’Abou Mazen [le surnom d’Abbas] fréquentent les meilleures écoles, les meilleurs hôpitaux, ils voyagent dans le monde entier. Ils ne se soucient pas des gens en Palestine. »

    Ali est loin d’être le seul à penser ainsi. Selon un récent sondage d’opinion publié par l’ONG palestinienne Aman, 91 % des Palestiniens interrogés déclarent ne pas faire confiance à l’AP.

    Ghassan, un membre du Conseil législatif palestinien (CLP) aujourd’hui dissout et du parti au pouvoir, le Fatah, qui a demandé à rester anonyme, travaille au sein de l’AP depuis plus de vingt ans.

    Pour lui, les malversations politiques et financières du gouvernement, telles que le transfert de fonds pour la construction de nouvelles ambassades à l’étranger plutôt que la construction de projets en Palestine, ont sérieusement érodé la confiance de la population dans l’instance dirigeante.

    « Nous négligeons le peuple palestinien », estime-t-il. « Voilà pourquoi le peuple palestinien a perdu confiance, parce qu’au cours des dix dernières années, nous n’avons constaté aucun développement sur le terrain. »

    La démission du Premier ministre Rami Hamdallah il y a deux semaines à la suite de la dissolution du CLP en décembre n’a fait que confirmer ce point de vue chez de nombreux Palestiniens. Ces dernières décisions sont largement considérées comme un moyen de consolider davantage le pouvoir entre les mains du Fatah et du président. (...)

  • Israël - Territoires palestiniens -
    Non-renouvellement de la présence internationale temporaire à Hébron (28.01.19) - France-Diplomatie - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/processus-de-paix/evenements/article/israel-territoires-palestiniens-non-renouvellement-de-la-presence

    Israël a annoncé que la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH) ne serait pas renouvelée. Mise en place en 1997 dans le cadre de la résolution 904 du Conseil de sécurité des Nations unies (1994) et des accords d’Oslo II (1995), cette mission d’observation civile a joué un rôle important pour veiller au respect de ces accords ainsi que du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’Homme. Sa présence dans la ville a contribué à prévenir les incidents entre les habitants palestiniens et les colons.
    #Hebron #TIPH
    Cette décision risque d’accentuer les tensions sur le terrain dans un contexte sécuritaire déjà précaire à Hébron, et alors que se poursuit la politique de colonisation israélienne dans la ville comme dans le reste de la Cisjordanie et à Jérusalem. La France regrette cette décision et appelle Israël à la réexaminer.

    Elle invite les deux parties à s’inscrire dans la relance d’un processus politique crédible visant à mettre en œuvre la solution des deux Etats, seule à même d’assurer une solution juste et durable au conflit conforme aux aspirations des deux peuples.

    La France rend hommage aux hommes et aux femmes qui ont servi pendant vingt-deux ans dans la TIPH, dans des conditions souvent difficiles. Deux d’entre eux ont perdu la vie dans l’accomplissement de leur mission.

    #Francediplo

  • Palestinians demand Israel to return withheld bodies of killed Palestinians
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781751

    A picture of one of the Israeli ’cemeteries of numbers’ (File)

    HEBRON (Ma’an) — Dozens of Palestinians protested in Hebron City in the southern West Bank, on Saturday, demanding the Israeli authorities to release the bodies of dozens of Palestinians killed by the Israeli army forces.

    Israel has been withholding the bodies of 33 slain Palestinians since 2016.

    The Israeli authorities had returned the body of a slain Palestinian youth, Muhammad Elayyan, to his family on Friday at the Ofer detention center after the Israeli Minister of Defense, Avigdor Lieberman had agreed on returning Elayyan’s body a day before.

    Israel has long had “cemeteries for the enemy dead,” also referred to as “cemeteries of numbers,” where Palestinians who died during attacks on Israelis are held in nameless graves marked by numbers. (...)

  • » Israel Confiscates Thousands Of Dunams To Expand Colonialist Road
    IMEMC News - October 24, 2018 12:51 PM
    http://imemc.org/article/israel-confiscates-thousands-of-dunams-to-expand-colonialist-road

    The Israeli government has approved, Wednesday, the expansion of Road #60, used by illegal colonialist settlers, between Hebron and Jerusalem, in the occupied West Bank.

    Hasan Breijiyya, the head of the National Committee against the Wall and Colonies in Bethlehem, has reported that Israeli Transportation Minister, Yisrael Katz, has authorized the illegal annexation of thousand of Dunams of Palestinian lands, to expand the colonialist road.

    He added that the road would be expanded to include four lanes, with a width of approximately 100 meters, and would lead to the annexation of thousands of Dunams from the towns of al-Khader, Beit Jala and al-Ma’sara, in Bethlehem governorate, in addition to Beit Ummar, north of Hebron.

    Breijiyya stated that the decision is part of Israel’s illegal policies to confiscate lands in large areas of lands in Bethlehem, to be part of “Greater Jerusalem.”

    #colonialisme_de_peuplement

    • Le 1er mai, à Paris, c’est une mousse très spéciale qui a été utilisée. Le canon projetait ainsi « des protéines de viande macérées, mélange de sang séché et d’os broyés », à l’odeur pestilentielle. « Les manifestants ont été réellement surpris, commente un opérateur. Ils ne savaient pas de quoi il s’agissait. »

    • Ces types sont fous. Je sais que la population parisienne est habituée à inhaler pas mal de merdes, mais les risques sanitaires sont probablement assez importants, surtout pour les bébés. Déjà que la pollution de l’air fait environ 2500 morts par an à Paris, c’est peut-être pas la peine d’en rajouter…

      Par ailleurs ça rappelle la « fameuse » Purple Rain de la police du régime d’apartheid, le 2 septembre 1989, à Cape Town
      https://www.youtube.com/watch?v=fTtxPNX1dhs

    • @arno : oui, c’est le Skunk
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Skunk_(liquide)

      La skunk (de l’anglais « skunk », moufette, en référence à ses excrétions nauséabondes) est un liquide chimique nauséabond1 développé par une entreprise privée (Odortec LTD) et utilisé principalement par les forces de sécurité israéliennes depuis 2008 notamment dans les manifestations palestiniennes2. Il répond au besoin d’une alternative au gaz lacrymogène pour le contrôle des foules. Son emploi s’effectue de la même façon que les lances à eau dissuasives lors de rassemblements protestataires afin de disperser les manifestants, ou après les manifestations3.

      Il est également employé à des fins punitives, par l’armée israélienne. En février 2012, il est utilisé sur un cortège funéraire à Hébron (appelé localement Al-Khalil ou Hevron)4. En mars 2013 par exemple, à la suite d’une manifestation contre le Barrière de séparation israélienne clôturant la Cisjordanie, dans le village de Nabi Saleh, l’armée à aspergé les maisons du village5.

      Sa particularité principale demeure dans son odeur persistante (souvent deux ou trois jours, possiblement jusqu’à trois semaines6) sur les cibles aspergées (de tout type, personnes comme bâtiments ou objets).

      La composition de la skunk est gardée secrète mais selon David Ben Harosh, le directeur des développements technologiques de la police israélienne, elle ne contiendrait que des ingrédients naturels (eau, levures), et pourrait être ingérée sans risque7.

      La toxicité de la skunk sur le vivant serait avérée par l’apparition chez l’humain de rougeurs cutanées, ou des problèmes d’estomac dans le cas d’ingestion8.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Skunk_(weapon)

      The company sells a special soap, available to authorities but not the general public, that neutralises the smell of skunk water if officers are accidentally sprayed. It has been suggested that rubbing a surface contaminated with skunk with ketchup, and then washing it off, will diminish the smell.[12]

      foxnews.com/tech/2015/08/20/latest-in-non-lethals-stink-bomb-for-crowd-control.html

      Apparently, Skunk eclipses the stench of its namesake animal.

      Some journalists exposed to Skunk have described as a combination of rotting meat, very dirty unwashed socks and an open sewer.

      The stench is so powerful it drives people to run away and stay away. Reuters described the odor like a “chunk of rotting corpse from a stagnant sewer, placing it in a blender and spraying the filthy liquid in your face.”

    • Pour les odeurs fétides, il semblerait que la chose ait été lancée il y a 10 ans par les Israéliens (police des frontières puis armée). Cf. The Skunk dans
      Proven Effective : Crowd Control Weapons in the Occupied Palestinian Territories, Report by Who Profits Research Center, avril 2014
      https://whoprofits.org/sites/default/files/weapons_report-8.pdf
      3 case studies :
      • gaz lacrymogène
      • systèmes sonores (LRAD, pas encore expérimentés en Occident, en dehors de quelques cas isolés – G20 à Pittsburgh en 2009, p. ex.) https://en.wikipedia.org/wiki/Long_Range_Acoustic_Device
      • la «  moufette  » (skunk), surtout à base de levures, semble-t-il.

    • Ah, ça doublonne…
      Et je sélectionne, doublon aussi, ce passage :

      À terme devraient également être mis en œuvre des PMC, des produits de marquages codés, comme l’indique une touche spécifique dans le « cockpit » des engins. Inodores et invisibles, ils peuvent rester jusqu’à trois semaines sur la peau, beaucoup plus sur les vêtements, et ainsi matérialiser la présence d’un individu dans une manifestation. « Il suffit d’un éclairage ultraviolet pour les mettre en évidence, décrypte un spécialiste. C’est possible y compris depuis un hélicoptère. »

    • J’ajoute pour mémoire un peu de documentation sur le #Skunk

      skunk-skunk.com/121755/About-Us

      A “green” company, #Odortec ’s products are designed to be environmentally friendly, while meeting the highest safety and health standards. We only use ingredients that are proven to be 100% safe for people, animals and plants, as well as harmless to the natural environment.

      skunk-skunk.com/121755/The-Product

      In addition, the Skunk is the most cost-effective solution for law enforcement agencies concerned about keeping down budgetary expenses. Deployment of the Skunk is far less costly than any special riot control equipment or compliance weapon alternatives. With the Skunk, manpower expenses are lowered dramatically, as fewer police officers can quickly and effectively restore order in relatively large area.

      http://observers.france24.com/fr/20140731-eau-sale-putois-police-jerusalem-est-puanteur-massive

      Alors que la procédure d’utilisation de la police israélienne stipule que seuls les manifestants doivent être visés par les canons, l’ONG Association for Civil Rights in Israel (ACRI) et des journalistes sur place rapportent qu’elle n’hésite pas à asperger aussi les murs et les passants.

      (...) Ma sœur vit dans cette rue. Sa cage d’escaliers, qui avait été aspergée, sentait également toujours très fort. Elle m’a dit qu’elle avait essayé tous les produits de nettoyage possibles, du savon, du produit vaisselle, de l’eau chlorée notamment, et que rien n’y faisait. Elle a honte de recevoir des amis avec cette odeur, alors qu’elle n’y peut rien.

      (...) Le fait d’asperger toute la rue, les murs, les portes, les enseignes de magasins, c’est une punition collective : la police n’arrive pas à attraper ceux qui lui jettent des pierres, alors elle sanctionne toutes les personnes autour.

      (Incidemment, @simplicissimus, le LRAD est devenu d’usage plus courant aux États-Unis ou au Canada, et il a été exporté en dehors des pays occidentaux, par exemple en Géorgie ou en Thaïlande. Les Chinois en ont fait une copie et les Israëliens, quant à eux, ont le Shophar, aux effets comparables.)

  • Rejet d’une demande de libération anticipée d’une adolescente palestinienne | Moyen-Orient
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201806/06/01-5184710-rejet-dune-demande-de-liberation-anticipee-dune-adolescente-pale

    Un soldat franco-israélien, Elor Azaria, qui avait achevé un assaillant palestinien blessé en mars 2016 à Hébron en Cisjordanie a, en revanche, bénéficié d’une réduction de moitié de sa peine de 18 mois de prison pour homicide volontaire. Il a été libéré le 8 mai.

    #Israel « #villa_dans_la_jungle »

  • Israël vote une loi facilitant le processus décisionnel pour l’entrée en guerre | The Times of Israël

    La Knesset approuve la clause controversée de la nouvelle loi qui autorise Netanyahu à lancer des opérations militaires de masse en ne consultant que le ministre de la Défense

    Par SUE SURKES, RAOUL WOOTLIFF et AFP

    https://fr.timesofisrael.com/israel-vote-une-loi-facilitant-le-processus-decisionnel-pour-lentr

    Le Parlement israélien a voté lundi en faveur d’une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider d’entrer en guerre sans réunir le gouvernement, sur fond de tensions croissantes entre Israël et certains de ses voisins.

    Cette loi, votée à 62 voix contre 41, donne la responsabilité au cabinet restreint de sécurité de décider d’une opération militaire ou d’une guerre sans se concerter avec le reste du gouvernement.

    Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info INSCRIPTION GRATUITE !
    Mais un paragraphe précise qu’en cas de « conditions extrêmes », le Premier ministre et son ministre de la Défense, seuls, pourront décider d’une telle opération.

    La loi ne précise pas quelles sont exactement ces « conditions extrêmes », ou qui les déterminera, en indiquant seulement que la décision s’appliquera, « si la question est nécessaire en raison de l’urgence ».

    Des soldats de l’armée israélienne à Hébron, le 17 juin 2014. (Crédit : AFP Photo/Hazem Bader)
    Le projet de loi initié par la ministre de la Justice Ayelet Shaked est un amendement d’une loi fondamentale qui, auparavant, donnait au gouvernement uniquement la possibilité de décider de lancer une opération militaire avec la présence de la majorité des ministres.

    Présenté par Netanyahu depuis l’année dernière – le projet avait été rejeté plus tôt dans la journée par les membres de deux comités clés de la Knesset : Droit et Justice, et Affaires étrangères et Défense. Il a toutefois été soumis à nouveau par Avi Dichter, membre du Likud et président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense, lors des deuxième et troisième lectures d’un amendement plus large et a été voté dans ce cadre législatif plus large.

    Cet amendement plus large permet au gouvernement de déléguer le pouvoir de déclarer la guerre dans des circonstances normales, ou de se mobiliser pour une opération militaire majeure, à un forum composé « d’au moins la moitié » de tous les ministres du Cabinet.

    Le président de la Commission des affaires étrangères et de la défense, Avi Dichter (D), dirige une réunion de la Commission à la Knesset, le 30 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)
    Il y a environ huit ans, Netanyahu et Ehud Barak, alors ministre de la Défense, avaient chargé le chef d’état-major et le chef du service de renseignement du Mossad de placer l’armée en état d’urgence, mais ces derniers lui ont répondu que cela était illégal car cette action n’avait pas été dûment approuvée et pouvait mener à la guerre.

    Cependant, à de nombreuses occasions, des décisions de même nature ont été prises par le seul Cabinet de sécurité, un petit groupe de ministres chargé d’élaborer des politiques en matière de guerre et de paix, ou d’autres petits groupes de ministres.

    Onze ministres sont membres du cabinet restreint de sécurité actuel sur les 22 ministres qui composent le gouvernement Netanyahu.

    Yaakov Amidror (à droite) avec le chef d’état-major général de Tsahal Benny Gantz (Crédit photo : Miriam Alster/Flash90).
    Un comité créé en 2016 sous la direction d’un ancien conseiller à la sécurité nationale, le major-général Yaakov Amidror, pour examiner le fonctionnement du cabinet de sécurité et la manière dont il informe et met à jour les ministres a recommandé de mettre la loi en conformité avec ce qu’il a dit être devenu la « pratique normale ». En juin de l’année dernière, le cabinet a voté en faveur d’une modification de la loi.

    Ayelet Shaked a justifié l’amendement en expliquant devant le Parlement que « dans la situation sécuritaire actuelle, il faut pouvoir rendre plus efficace le travail du gouvernement et du Cabinet ».

    Deux députés de l’opposition – Omer Bar Lev de l’Union sioniste, officier de réserve de l’armée israélienne ayant le grade de colonel et ancien commandant de l’unité d’élite Sayeret Matkal, et Ofer Shelah de Yesh Atid, commandant de compagnie de la Brigade de parachutistes de réserve qui a perdu un œil pendant la guerre du Liban de 1982 – ont averti les comités que le libellé de la nouvelle législation pourrait permettre au Premier ministre d’exclure les députés opposés à une opération militaire et de soumettre une telle opération à un vote en l’absence de ces derniers.

    Le député Ofer Shelah (Yesh Atid) s’exprime lors d’une conférence de presse sur ce que l’on appelle la « loi sur la conscription » à Tel Aviv le 12 septembre 2017. (Miriam Alster/Flash90)
    Ils ont également déclaré que permettre au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider quand une situation est considérée comme « conditions extrêmes » leur donnerait le plein pouvoir de déclencher une guerre sans aucun contrôle.

    Shelah a ensuite accusé les membres de la coalition d’avoir voté « contre leurs propres opinions, en matière de vie et de mort » à cause de la pression exercée par Netanyahu.

    « Le mépris de Netanyahu pour tous ceux qui l’entourent et pour tout ce que nous avons appris au cours de nos nombreuses guerres a pris le pas sur la considération de nombreux membres compétents et expérimentés de la Knesset », a-t-il dit.

    L’Institut israélien pour la démocratie a soumis une série de réserves aux commissions au sujet du projet de loi, notamment en exigeant l’approbation du Premier ministre, du vice-Premier ministre et des ministres de plusieurs ministères clés et en suggérant de définir les activités militaires qui nécessitent l’approbation du Cabinet et celles qui ne le sont pas. Aucune des recommandations de l’institut n’a été acceptée.

    Bien qu’ils se soient opposés sans succès au projet de loi à la Knesset, les partis d’opposition ont déclaré lundi soir au Times of Israel qu’il n’y avait aucun projet de recours contre le projet de loi devant la Haute Cour.

    Cette loi est votée dans un contexte de tensions avec les Palestiniens alors que, depuis le 30 mars, des manifestations dans la bande de Gaza, le long de la frontière avec Israël, ont donné lieu à des affrontements avec les forces israéliennes dans lesquels 45 Palestiniens auraient été tués.

    Par ailleurs, le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a averti jeudi que son pays s’en prendrait à toute tentative d’“implantation militaire” iranienne en Syrie, après une attaque dans ce pays le 9 avril attribuée à l’Etat hébreu.

    Tout en veillant à ne pas se laisser entraîner dans le conflit syrien, Israël a mené des attaques contre des positions du régime syrien ou des convois d’armes présentés comme provenant d’Iran et destinés au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui soutient le président syrien Bashar el-Assad.

    EN SAVOIR PLUS SUR :
    Israël Inside Cabinet de sécurité Armée israélienne Députés de la Knesset Benjamin Netanyahu Avigdor Liberman Ministère de la Défense Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset Avi Dichter Loi fondamentale Ehud Barak Mossad Agence de renseignements israéliens Benny Gantz Yaakov Amidror Likud Union sioniste Yesh Atid Omer Bar-Lev Ofer Shelah Institut israélien de la démocratie Haute Cour de justice Ayelet Shaked Gadi Eizenkot
    61
    Partages
     
    VOUS AIMEREZ AUSSI

    Simulateur énergétique – Pompe à chaleur : une…
    simulateur-energetique.fr

    Propriétaire : les panneaux solaires sont-ils rentables ?
    Eco Actu

    Nouveaux panneaux solaires : l’état finance votre installation
    soleil-electrique

    Prostate : le simple test qui permet de savoir si vous…
    Testez votre prostate.fr

    Catalogue en ligne : découvrez toutes les offres…
    Lidl

    Dites « Chut ! » aux acouphènes. Des solutions…
    Santé Nature Innovation
    Recommandé par
     
    AILLEURS SUR LE WEB
    Avez-vous pensé à optimiser votre succession ? (UNICEF)
    Impôts 2018 : ceux qui paient + de 3000€ et ont 35-55 ans peuvent se… (La-loi-Pinel.com)
    C’est le moment d’acheter ces Panneaux Solaires nouvelle génération (Blog Photovoltaique)
    Poilorama (9/10) - Le poil contre-attaque (ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay)
    Blow up - C’était quoi Johnny Hallyday ? (ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay)
    Calculez l’âge de votre cerveau en 5 minutes (Testez votre cerveau)
    SUR LE TIMES OF ISRAËL
    "A mort Israël", "Macron le peuple aura ton fion" tagués à la faculté…
    Arabie saoudite : 2 Israéliens jugés pour espionnage et planification…
    Abbas : le comportement des Juifs a entraîné la Shoah, pas l…
    Graves incidents lors d’un rassemblement contre l’antisémitisme à…
    Knesset : Vote en première lecture du projet de loi controversé sur l…
    En une nuit, le Mossad vole les archives iraniennes et les ramène en…
    Recommandé par
    C’EST VOUS QUI LE DITES...

     
    AILLEURS SUR LE WEB

    Les 15 mutuelles préférées des Français en 2018
    Meilleurtaux.com

    Peur sur la ville (2/10)
    ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay

  • Israël : peine réduite d’un tiers pour le soldat qui avait achevé un Palestinien
    RFI - Publié le 19-03-2018
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180319-israel-peine-reduite-tiers-le-soldat-avait-acheve-palestinien

    L’armée israélienne a décidé lundi 19 mars de réduire d’un tiers la peine d’un soldat condamné initialement à 18 mois de prison et dont le procès a déchaîné les passions dans son pays. Il avait achevé un assaillant palestinien blessé en Cisjordanie occupée.

    Elor Azaria devrait sortir de prison le 10 mai, a indiqué l’armée israélienne. Incarcéré le 9 août 2017 après avoir été consigné sur sa base, il sera donc resté neuf mois en prison.

    Ce membre d’une unité paramédicale avait été filmé par un militant pro-palestinien, le 24 mars 2016, en train de tirer une balle dans la tête d’un palestinien au sol, apparemment hors d’état de nuire, à Hébron. Abdel Fattah al-Sharif, c’était son nom,

    #Elor_Azaria

  • » Israeli Army Kills A Young Man With Special Needs In Hebron
    IMEMC News - March 9, 2018
    http://imemc.org/article/israeli-army-kills-a-young-man-with-special-needs-in-hebron

    Israeli soldiers shot and killed, on Friday evening, a young Palestinian man who was deaf and could not speak, in the southern West Bank city of Hebron.

    Palestinian medical sources said the young man, identified as Mohammad Zein al-Ja’bari , aged 24, was shot by the soldiers with a live round in his chest, in the Bab az-Zawiya area, in the center of Hebron city.

    They added that the young man suffered very serious wounds and was rushed to a local hospital, but died from his wounds despite all efforts to save his life.

    It is worth mentioning that the young man could not speak or hear. He was shot after the soldiers resorted to the excessive use of force against Palestinian protesters, firing live rounds, rubber-coated steel bullets and gas bombs.

    The Israeli army claimed that the soldiers shot the Palestinian while he was allegedly “throwing a Molotov cocktail at them,” and added that it is “investigating the incident.”

    ““““““““““““““““““““““
    Issa Amro عيسى عمرو
    ‏ @Issaamro
    il y a 5 heures

    The Israeli army in Hebron has just shot dead one of my dearest friends. They shot him despite physical and mental limitations he has. I miss him and hurt with his family for the loss.

    https://twitter.com/Issaamro/status/972124251682729984

    #Palestine_assassinée

  • After pressure from settlers, Israeli army bars anti-occupation group from Jewish part of Hebron

    The army says the new restrictions are temporary and that a meeting with Breaking the Silence will be held, but the group says no such meeting has been set

    Yotam Berger Feb 26, 2018 1

    The Israeli army has blocked activists from the anti-occupation army veterans’ group Breaking the Silence from entering the Jewish settlement in the West Bank city of Hebron to conduct tours. On Thursday, soldiers prevented a group from visiting the Tomb of the Patriarchs in the city. The army said restrictions on the tours were only temporary.
    There is no barrier at the entrance to the city’s Jewish settlement in the Tel Rumeida neighborhood. Soldiers approached members of the organization in the street and ordered them to leave the city. The soldiers said the order prohibiting entry to the city’s Jewish community was issued by Judea Brigade commander Col. Itzik Cohen, who did not specify a time limit for the order.

  • Vendredi 16 février en #Palestine

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Israeli Army Injures Many Palestinians In al-Biereh
    February 17, 2018

    Israeli soldiers shot, Friday, three Palestinians with the Toto expanding bullets, and caused dozens to suffer the severe effects of teargas inhalation, after the army attacked dozens of protesters, in al-Biereh city, in the central West Bank governorate of Ramallah and al-Biereh.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Israeli Army Injures Many Palestinians In Qalqilia
    February 17, 2018
    http://imemc.org/article/israeli-soldiers-injure-many-palestinians-in-qalqilia

    Israeli soldiers injured, Friday, eight Palestinians in Kufur Qaddoum town, east of the northern West Bank city of Qalqilia, and one child in the northern part of Qalqilia city, after the army assaulted dozens of Palestinian nonviolent protesters.

    Morad Eshteiwi, the media coordinator of the Popular Committee against the Annexation Wall and Colonies in Kufur Qaddoum, said dozens of Palestinians and international peace activists held the weekly procession before the soldiers assaulted them with rubber-coated steel bullets and gas bombs.

    ““““““““““““““““““““““
    Israeli Soldiers Injure 23 Palestinians In Gaza
    February 16, 2018
    http://imemc.org/article/israeli-soldiers-injure-many-palestinians-in-gaza
    Israel soldiers injured, Friday, twenty-three Palestinians, including some who were shot with live rounds, after the army, stationed across the border fence, attacked protesters, who marched in several parts of the Gaza Strip.

    The soldiers, stationed on military towers and behind sand hills near Nahal Oz base across the border fence, east of Gaza city, fired many live rounds at Palestinian protesters, moderately wounding a two man, in addition to causing many others to suffer the effects of teargas inhalation.(...)

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Soldiers Attack The Weekly Nonviolent Procession In Bil’in
    February 16, 2018
    http://imemc.org/article/soldiers-attack-the-weekly-nonviolent-procession-in-bilin

    Israeli soldiers attacked, Friday, the weekly nonviolent protest against the Annexation Wall and Colonies, in Bil’in village west of the central West Bank city of Ramallah.

    The procession started from the center of the village, heading towards the illegal Annexation Wall near Abu Lemon area.

    Dozens of Palestinians, accompanied by Israeli and international peace activists marched while chanting against the ongoing Israeli occupation, illegal colonies and constant violations against the Palestinian people. (...)

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    » Soldiers Injure Many Palestinians Near Nablus – IMEMC News
    http://imemc.org/article/soldiers-injure-many-palestinians-near-nablus

    Israeli soldiers attacked, Friday, dozens of Palestinian nonviolent protesters in Beita village, south of the northern West Bank city of Nablus, and injured many, including one child.

    The Palestinians nonviolently marched in Sbeih Mountain, south of the city, protesting a new illegal colonialist outpost, which was recently installed by Israeli colonizers on Palestinian lands.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Army Injures Twenty-Five Palestinians, Abducts One, Near Nablus
    February 16, 2018
    http://imemc.org/article/army-injures-twenty-five-palestinians-abducts-one-near-nablus

    Israeli soldiers shot, on Friday at dawn, seven Palestinians, including one with live fire, caused at least eighteen others to suffer the severe effects of teargas inhalation, and abducted one in Nablus, in northern West Bank.

    Several armored military vehicles invaded the city from many directions, and fired dozens of live rounds, rubber-coated steel bullets and gas bombs at Palestinians, who protested the invasion, and hurled stones at the soldiers.

    Several gas bombs also stuck homes in the invaded neighborhoods, causing many Palestinians, to suffer the effects of teargas inhalation.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Army Attacks Nonviolent Protesters, Abduct A Teen, In Hebron
    February 16, 2018
    http://imemc.org/article/army-attacks-nonviolent-protesters-abduct-a-teen-in-hebron

    Israeli soldiers attacked, Friday, dozens of nonviolent Palestinian protesters, and abducted a teenage boy, in the Old City of Hebron, in the southern part of the West Bank.

    The procession, which was organized by “Dismantle the Hebron Ghetto” campaign, was carried out demanding the removal of Israeli colonizers, living in illegal colonies and outposts in Hebron.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Israeli Soldiers Injure Many Palestinians Near Ramallah
    February 16, 2018
    http://imemc.org/article/israeli-soldiers-injure-many-palestinians-near-ramallah-2

    Israeli soldiers shot, Friday, one Palestinian with live fire, and another with a gas bomb in his face, in addition causing dozens to suffer the severe effects of teargas inhalation, after the army resorted to the excessive use of force against dozens of residents who marched in the al-Mazra’a al-Gharbiyya village, northwest of Ramallah, protesting the illicit confiscation of Palestinian lands to pave a new road for illegal colonies.

  • La jeunesse palestinienne ne s’avoue pas vaincue
    Akram Belkaïd & Olivier Pironet (@opironet), Le Monde Diplo, février 2018
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/BELKAID/58401

    La décision de M. Donald Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël, le 6 décembre dernier, a aggravé l’échec du « processus de paix » et provoqué d’importantes manifestations en Cisjordanie et à Gaza. Une contestation durement réprimée par Israël, qui multiplie les incursions militaires et les arrestations. Les jeunes Palestiniens, y compris des mineurs, sont les premiers visés. Nombre d’entre eux rompent avec les formes de militantisme de leurs aînés.

    Les drapeaux palestiniens claquent au vent sur l’allée principale de l’université de Birzeit, à la périphérie de Ramallah, ville où siège l’Autorité palestinienne. Non loin de la stèle qui honore les vingt-huit étudiants « martyrs » de l’établissement, tous tués par l’armée israélienne, un cortège se met en place. Un membre du service d’ordre va d’un carré à l’autre. Cagoulé sous son casque d’assaut et vêtu d’une tenue de camouflage avec grenades et ceinture d’explosif, il donne le tempo à de jeunes femmes et de jeunes hommes en treillis olive, le visage masqué par un keffieh. Tous scandent des slogans à la gloire de la résistance armée. Ils brandissent des bannières aux couleurs du Fatah rendant hommage au défunt président Yasser Arafat (1929-2004), et des banderoles saluant la mémoire de Cheikh Ahmed Yassine (1937-2004), le fondateur du Mouvement de la résistance islamique (Hamas). Les organisateurs de cette parade appartiennent au mouvement de la jeunesse du Fatah (Chabiba), le parti du président Mahmoud Abbas. Ils ont tenu à ce que le rassemblement célèbre les deux grandes factions politiques palestiniennes, qui peinent à mettre en œuvre leur accord de « réconciliation ». Signé en octobre 2017, celui-ci est censé tourner la page de plus de dix années de rivalité et d’affrontements fratricides.

    À l’écart, des étudiants en sociologie observent la scène d’un air sévère. « Ça n’est que du folklore, lâche Rami T. (1), 20 ans. Voilà ce que le Fatah et l’Autorité palestinienne proposent à la jeunesse : des gesticulations symboliques. C’est tout sauf de l’action politique sérieuse. Le régime n’entend pas impulser une mobilisation collective qui puisse réellement porter ses fruits. Il craint qu’une politisation des jeunes ne mène d’abord à une révolte contre lui. » Alors que 70 % de la population a moins de 30 ans, la politisation de la jeunesse constitue un sujet très délicat pour des dirigeants palestiniens à la légitimité de plus en plus contestée. Avant les accords d’Oslo, en 1993, et la création de l’Autorité, c’est le Haut-Conseil pour la jeunesse et les sports, une instance rattachée à l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui assurait la formation idéologique, notamment à travers l’organisation de camps de vacances et de volontariat. En 1993, un ministère de la jeunesse et des sports a vu le jour pour « donner aux jeunes le pouvoir d’agir sur le plan économique, social et politique ». Au fil du temps, les actions d’encadrement ont été abandonnées, et le ministère a été suspendu en 2013, le Haut-Conseil ayant repris du service sous l’égide de M. Abbas.

    Pour Youssef M., 22 ans, lui aussi étudiant en sociologie, « l’Autorité palestinienne veut éloigner les jeunes d’un militantisme authentique, présent sur le terrain, et les empêcher d’élaborer de nouvelles manières d’agir sur le plan politique. Or, depuis le début des années 2000 et l’échec du processus d’Oslo, la jeunesse est en manque de repères. Nous sommes en colère. Il n’y a eu aucun gain politique pour notre peuple. La division entre le Fatah et le Hamas nous indigne. L’occupation [israélienne] est une réalité permanente. Nous en vivons la violence au quotidien. Notre situation sociale et économique demeure précaire. Toutes les conditions sont réunies pour que naisse une mobilisation à grande échelle ».

    Quand l’Autorité veut museler la contestation

    Les jeunes sont « les premières victimes de la lutte contre l’occupation en termes de morts, de blessés, d’arrestations et de détentions », montre une récente étude (2), et, sur les 95 Palestiniens tués par l’armée israélienne ou les colons en 2017, une cinquantaine avaient moins de 25 ans (3). Mais ils sont aussi touchés de plein fouet par les difficultés que connaît l’économie, avec un taux de chômage estimé à 27 % (18 % en Cisjordanie, 42 % à Gaza), soit l’un des « plus élevés du monde », « d’une ampleur rarement atteinte (…) depuis la Grande Dépression », selon les Nations unies (4). Environ un tiers des 15-29 ans sont sans emploi en Cisjordanie (56 % à Gaza), et cette proportion augmente à près de la moitié pour les femmes, qui constituent la majorité des jeunes diplômés. À l’échelle nationale, seuls 40 % des jeunes Palestiniens sont intégrés au marché du travail. Si le taux de scolarisation universitaire est l’un des plus importants du monde arabe (44 % selon l’Unesco), les étudiants n’ont que très peu de débouchés professionnels une fois leur diplôme en poche. Un très grand nombre d’entre eux doivent se tourner vers le marché informel, où ils perçoivent bien souvent une rémunération inférieure au salaire minimum établi par l’Autorité palestinienne (2,40 dollars l’heure, soit 2 euros) et ne disposent d’aucune couverture sociale.

    Houda A., 20 ans, étudie le journalisme à l’université de Bethléem, un écrin de verdure perché sur les hauteurs d’une ville encombrée où affluent les cars de touristes venant d’Israël pour une brève visite de l’église de la Nativité. Cet établissement catholique accueille 3 500 étudiants, dont trois quarts sont de confession musulmane et environ 80 % de sexe féminin. Originaire de Jérusalem-Est, où les établissements supérieurs palestiniens sont interdits par Israël, Houda met trois heures chaque jour pour effectuer le trajet aller-retour entre l’université et la Ville sainte, pourtant distante de six kilomètres, en raison des barrages israéliens. Elle décrit une situation qui ne cesse de se détériorer : « L’occupation pèse sur nos vies d’étudiants. C’est elle qui dicte nos choix, comme celui de l’université où nous souhaitons étudier. Si on habite Jérusalem, on y réfléchira à deux fois avant de s’inscrire à Birzeit ou à Naplouse, ne serait-ce qu’en raison des restrictions à la liberté de mouvement imposées par Israël (5). Mais l’université demeure un cocon qui ne nous forme pas sur le plan politique pour faire face à cette situation. Pour nos aînés, y entrer signifiait choisir un parti et s’engager dans le militantisme. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. » De nombreux étudiants et enseignants rencontrés déplorent que ni le Fatah ni le Hamas n’aient un projet politique susceptible de mobiliser la jeunesse et de favoriser l’émergence d’élites capables de prendre le relais à la tête d’un mouvement national essoufflé.

    Ce reproche, nous l’entendrons à plusieurs reprises. À l’université de Bethléem, par exemple, où assister à une matinée d’activités libres permet de prendre la mesure de l’ambiguïté de la situation. D’un côté, dans une cour ombragée, près de deux cents étudiants joviaux et bruyants participent à un jeu de questions-réponses scandées au son de chansons occidentales ou de pop libanaise. De l’autre, dans un amphithéâtre clairsemé à l’ambiance studieuse, une trentaine de personnes suivent un débat à propos de la loi controversée sur la criminalité électronique, adoptée par l’Autorité palestinienne en juin 2017. Destiné officiellement à réglementer l’usage d’Internet et des réseaux sociaux, ce texte permet d’emprisonner tout citoyen dont les écrits portent atteinte « à l’intégrité de l’État, à l’ordre public ainsi qu’à la sécurité intérieure ou extérieure du pays », ou menacent « l’unité nationale et la paix sociale » (6). Jugée contraire aux droits fondamentaux par une large partie de la société civile, cette loi vise à faire taire et à punir les journalistes contempteurs du régime, les opposants, mais aussi les militants et les jeunes, très actifs sur les réseaux sociaux, où les critiques contre le pouvoir pleuvent. En témoigne l’interpellation par les services de sécurité palestiniens, en septembre dernier, de M. Issa Amro, responsable de La Jeunesse contre les colonies, un mouvement établi à Hébron (Al-Khalil), qui avait dénoncé sur Facebook l’arrestation d’un journaliste ayant appelé à la démission de M. Abbas. M. Amro avait déjà été arrêté par l’armée israélienne en février 2016, après avoir organisé une manifestation pacifique contre la colonisation (7).

    Nabd, mouvement contre l’occupation et la colonisation

    Yassir D., 23 ans, inscrit en cursus de journalisme, est l’un des initiateurs de ce débat. Il ne s’étonne ni du manque d’intérêt des étudiants pour un sujet qui les concerne pourtant au premier chef ni de l’absence de mobilisation populaire contre ce texte. « Nos parents sont incités par le gouvernement à s’endetter pour consommer (8) et hésitent de ce fait à contester l’ordre établi. Quant aux jeunes, leurs conditions de vie sont telles qu’ils veulent aussi s’amuser.. Alors, on leur offre l’illusion qu’ils peuvent le faire comme n’importe où ailleurs. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de conscience politique ; c’est juste qu’ils ne se reconnaissent dans aucune des forces existantes. » Selon une étude de référence, 73 % des Palestiniens de 15 à 29 ans affirment n’être affiliés à aucun parti et expriment une grande méfiance à l’égard des institutions (9).

    Manal J., 22 ans, étudiante en sciences de la communication, a suivi tout le débat. Elle applaudit l’écrivain et chroniqueur Hamdi Faraj quand il dénonce une « loi liberticide visant à réduire au silence les voix dissidentes » et ne cache pas son agacement lorsqu’un avocat proche du pouvoir affirme que « la situation difficile [des Palestiniens] exige de la retenue et un sens des responsabilités, une liberté totale d’expression n’étant ni possible ni souhaitable ». Se sent-elle prête pour autant à s’engager sur le plan politique ? Elle livre une réponse gênée : « Je suis décidée à le faire, mais ce n’est pas simple. Il y a une règle que tous les jeunes connaissent : faire de la politique, c’est, tôt ou tard, aller en prison, qu’elle soit israélienne ou palestinienne. Pour une femme, cela peut avoir des effets dramatiques. Au-delà des conséquences physiques et morales de l’incarcération, on risque de ne jamais pouvoir trouver de mari, car notre société reste très conservatrice, et toutes sortes de rumeurs peuvent nuire à la réputation d’une femme qui a fait de la prison. » Toutes ces femmes arrêtées ne bénéficient pas de la même attention médiatique internationale qu’Ahed Tamimi, 16 ans, emprisonnée en décembre dernier pour avoir bousculé deux soldats israéliens. Depuis 1967, près de 800 000 Palestiniens des territoires occupés ont été incarcérés par les Israéliens, soit deux hommes adultes sur cinq — souvent sous le régime de la détention administrative, sans inculpation ni procès. Sur ce total, on compte quinze mille femmes.

    Proche de l’extrême gauche, Wissam J., 26 ans, en faculté de sociologie à Birzeit, a connu lui aussi la prison, au même titre que de nombreux étudiants de l’université, considérée comme l’un des creusets du militantisme en Palestine (près d’une soixantaine d’entre eux sont actuellement détenus par Israël, et environ huit cents ont été arrêtés par l’armée depuis une dizaine d’années). Il a été libéré en 2015, après avoir passé trois ans dans les geôles israéliennes — ce qui lui vaut autant de retard dans ses études. Pour quel motif a-t-il été emprisonné ? « J’ai été arrêté et condamné pour “militantisme” », nous répond-il avec un sourire pudique, sans entrer dans les détails. Comme ses camarades de bancs Rami et Youssef, Wissam milite au sein de Nabd (« battement » en arabe), un mouvement de jeunes en lutte contre l’occupation et la colonisation israéliennes, « mais aussi contre l’Autorité, la division politique interpalestinienne et la “normalisation” avec Tel-Aviv promue par certaines ONG [organisations non gouvernementales] et par des pontes du régime », assène Youssef. Né à Ramallah en 2011, dans le sillage du mouvement de contestation populaire lancé par le Collectif du 15 mars pour appeler à l’unité nationale face à Israël, Nabd se veut « indépendant des grands partis », nous explique-t-il, avant d’ajouter : « Mais nous n’agissons pas contre eux, même si nous nous situons en dehors du cadre politique traditionnel, qui a montré ses limites. »

    Marqué « à gauche », comme nous le confie Rami, le mouvement, dont certains membres sont également issus du courant islamiste, a essaimé dans plusieurs villes de Cisjordanie et tente de tisser des liens avec les jeunes de Gaza. Il met aussi l’accent sur l’éducation populaire et œuvre à la « réappropriation de l’identité, de l’histoire et de la mémoire collective palestiniennes, menacées par l’atomisation de la société que favorise la politique néolibérale de l’Autorité, sous l’influence de la Banque mondiale et des Occidentaux ». Les militants de Nabd entendent par ailleurs lutter contre la fragmentation du territoire et éviter que la séparation entre les grandes villes de Cisjordanie — sans oublier l’isolement de Gaza — n’ancre définitivement l’image d’un « archipel de cités autonomes » dans l’imaginaire palestinien. « Nous proposons également des activités culturelles et artistiques. Par exemple, une troupe de théâtre itinérante se produit dans les camps de réfugiés, pour redonner vie à la culture populaire du pays », ajoute Wissam.

    Offrir un horizon collectif à la « génération d’Oslo »

    « Ces militants veulent faire de la politique “autrement”, analyse Sbeih Sbeih, sociologue palestinien et chercheur à l’université Aix-Marseille, qui suit de près l’évolution de ce mouvement. Au discours de nos dirigeants sur le “développement de l’économie”, la “construction étatique” et la “paix”, ils opposent un modèle de résistance — contre Israël, mais aussi sur le plan économique, politique, éducatif et culturel — au nom d’un objectif suprême, la libération de toute la Palestine. C’est la raison pour laquelle ils sont à la fois dans le viseur des autorités israéliennes et dans celui des services de sécurité de l’Autorité, comme tous ceux qui remettent en question l’ordre établi. » Les Israéliens ne s’y sont pas trompés : l’un des fondateurs de Nabd, arrêté l’année dernière, est toujours sous les verrous, avec le statut de « détenu administratif ». Bassel Al-Araj, proche du mouvement, a quant à lui été abattu par l’armée israélienne à Al-Bireh (Ramallah) le 6 mars 2017, au terme d’une longue traque. Ce pharmacien de 33 ans originaire d’Al-Walajah (Bethléem), très présent sur le terrain de la contestation, mais aussi dans les ateliers d’éducation populaire, avait été relâché peu de temps auparavant par les forces de sécurité palestiniennes, qui l’avaient accusé en avril 2016 de « préparation d’une action terroriste », puis incarcéré pendant six mois. Pour beaucoup, sa mort est le fruit de la coordination sécuritaire entre les services de renseignement palestiniens et leurs homologues israéliens, très décriée par la population des territoires (10).

    Nabd est loin d’être la seule organisation de jeunes active en Palestine. Sans compter les affiliations à des associations classiques (sport, culture, solidarité...), près de 40 % des 15-29 ans font partie d’un mouvement semblable, et ces dernières années ont vu apparaître de nombreux collectifs, comités et associations dont le maître-mot est « l’unité du peuple palestinien », comme Gaza Youth Breaks Out (GYBO) ou Jabal Al-Mukabir Local Youth Initiative. Créé en 2010 par des blogueurs gazaouis, le premier dénonce en même temps l’occupation israélienne, la corruption des responsables politiques et l’incurie des principaux partis. Le second, installé à Jérusalem-Est, s’est illustré en organisant, le 16 mars 2014, une chaîne humaine autour des remparts de la Ville sainte pour protester contre la colonisation juive et réaffirmer l’identité palestinienne. « Notre génération veut innover. Elle entend repenser le discours politique traditionnel et cela explique le foisonnement d’initiatives qui mélangent culture, social, engagement politique et arts », analyse Karim Kattan, chercheur et écrivain originaire de Bethléem. Membre du projet El-Atlal (« les ruines »), qui invite de jeunes artistes, chercheurs et écrivains, palestiniens ou étrangers, à travailler en résidence à Jéricho, il est persuadé que le recours à la création « fait partie des nouveaux modes de mobilisation ». Cela permet aussi, selon lui, de repenser les liens de solidarité entre Occidentaux et Palestiniens. « Le temps des ONG qui viennent passer trois mois chez nous et qui repartent avec le sentiment du devoir accompli est révolu. Les étrangers — notamment les Français — ne doivent plus venir “s’occuper” de nous, mais travailler avec nous. Et apprendre de nous comme nous apprenons d’eux.. »

    Mais quel est le rayonnement de ces mouvements, leur poids dans la société ? D’après Abaher El-Sakka, professeur de sociologie à Birzeit, « il ne faut pas surestimer leur influence, relativement limitée étant donné l’espace restreint dans lequel ils peuvent agir, les blocages liés aux structures du pouvoir et, bien sûr, la répression israélienne. Mais des mouvements comme Nabd peuvent créer une dynamique et préparer le terrain, à terme, à d’importants changements sur le plan sociopolitique. Ce qui est sûr, c’est qu’ils offrent une solution en matière d’engagement collectif aux jeunes Palestiniens, en proie au désenchantement devant l’absence de perspectives et l’impossibilité de jouer un rôle décisionnel dans la société.. Beaucoup de ces jeunes, se sentant laissés pour compte, rejettent tous les partis en bloc et se replient sur eux-mêmes, avec le risque que certains se tournent vers l’action violente ». Ce fut le cas, notamment, lors du soulèvement de 2015-2016, qui a vu se multiplier les attaques isolées, souvent avec un simple couteau, contre les soldats israéliens et les colons dans les territoires occupés. Ces attaques ont été essentiellement le fait de jeunes de moins de 25 ans, indépendants des partis et sans revendication (11). Elles ont entraîné une répression féroce, avec 174 Palestiniens tués entre octobre 2015 et février 2016.

    Ces actes désespérés, beaucoup de nos interlocuteurs disent les comprendre et refusent de les condamner. Anissa D., 25 ans, vit dans le camp de réfugiés de Jénine, où 70 % des treize mille habitants sont au chômage. Enfant, elle a connu l’offensive israélienne d’avril 2002 contre le camp, qui fit officiellement cinquante-deux morts parmi les Palestiniens (au moins deux cents selon les habitants). Sans qualification, elle travaille comme femme de ménage dans un complexe hôtelier du nord de la ville dont la clientèle est essentiellement composée de Palestiniens d’Israël. Elle avoue penser souvent à recourir à la violence. « Je me raisonne, parce que je sais que les Israéliens puniront toute ma famille et que chacune de nos révoltes a été payée au prix fort. Mais je ne supporte pas le sort de mon peuple. Je ne peux pas me résigner. J’admire ceux qui ont donné leur vie pour notre cause. » Pour Houda, l’étudiante en journalisme à Bethléem, « les attaques individuelles menées contre les soldats aux barrages sont un moyen comme un autre de résister à l’occupation, d’opposer la force à la violence exercée par Israël ». Youssef, de Birzeit, estime de son côté que « ces actions extrêmes sont le fruit d’une immense frustration face à la perpétuation de la colonisation, aux vexations subies quotidiennement aux postes de contrôle et à un horizon complètement bouché ». Un point de vue qu’exprimera devant nous, de manière plus abrupte, Mohsen B., un commis d’une vingtaine d’années employé dans une épicerie de la vieille ville de Naplouse : « Depuis que je suis né, les Israéliens ne m’ont autorisé qu’une seule fois à me rendre à Jérusalem, et je me sens comme asphyxié ici, enfermé dans mon propre pays. Je n’ai pas d’économies, pas de femme, et je n’ai pas fait d’études supérieures. Je me suis sacrifié pour la patrie en restant ici, mais maintenant je ne souhaite qu’une chose : partir à l’étranger. C’est ça ou me jeter sur un soldat à un barrage... » Comme la majorité de nos interlocuteurs, Mohsen n’éprouve aucune sympathie pour des mouvements armés, tels qu’Al-Qaida ou l’Organisation de l’État islamique (OEI).

    à Hébron, murs de béton et portiques de détection

    Pour Majdi A., 28 ans, une figure du camp de réfugiés de Dheisheh, à Bethléem, l’exil n’est pas une option. Ce camp, l’un des plus importants de Cisjordanie, où vivent quinze mille personnes, permet de prendre toute la mesure du désœuvrement de la jeunesse. « Dheisheh est dans le collimateur de l’armée israélienne, qui l’envahit très souvent, comme la plupart des camps de réfugiés, nous explique Majdi. La majorité des personnes arrêtées sont des jeunes, accusés d’appeler à la violence sur Facebook ou de lancer des pierres contre les soldats. Plus d’une centaine ont été blessés dans des heurts au cours des six derniers mois. On compte par ailleurs deux morts de 21 et 18 ans [en 2017], et environ quatre-vingts gamins handicapés, sciemment visés aux jambes. » Lorsque nous l’interrogeons sur les menaces pesant sur les jeunes qui s’opposent à l’occupation ou à la politique de l’Autorité, il nous répond sans détour : « Nous ne pouvons pas protester ni avoir d’activités politiques autres que celles qui sont contrôlées par le pouvoir ; nous subissons des pressions de part et d’autre. La seule solution, c’est de s’engager pacifiquement. Moi, par exemple, j’ai choisi de rester ici, de ne pas partir à l’étranger et d’œuvrer en faveur de la communauté au travers d’actions sociales et culturelles. Je resterai ici pour défendre nos droits, même si je dois y laisser ma vie. »

    Si demeurer en Palestine est un acte de résistance relevant du soumoud (« ténacité » en arabe), y revenir l’est tout autant. C’est l’avis de Maher L., 26 ans, commerçant dans la vieille ville d’Hébron, à quelques encablures du caveau des Patriarches (ou mosquée Ibrahim). La population palestinienne du centre historique a diminué de moitié depuis vingt ans. Les six mille habitants qui restent sont soumis à la pression permanente de huit cents colons particulièrement agressifs et de quelque trois mille soldats. Murs de béton, points de contrôle, tourniquets pour filtrer les passages, caméras de surveillance et portiques de détection de métaux installés par l’armée israélienne, filets grillagés placés par les commerçants pour protéger les rares boutiques encore ouvertes des objets et des immondices lancés des étages par les colons, maisons palestiniennes dégradées par ces derniers : vivre ici est un enfer. Le visage marqué, Maher le reconnaît, mais dit ne plus vouloir quitter son pays après être parti à l’étranger pendant trois ans. « Je me suis exilé en Allemagne, mais l’appel de ma terre natale a été plus fort. Je pourrais repartir. Les colons et les organisations qui les soutiennent nous incitent à le faire ; certains offrent même un pécule. Ce serait une aubaine : mon commerce est moribond, car rares sont les téméraires qui prennent le risque de venir faire leurs courses chez nous. Mais je ne vendrai jamais et je resterai ici, quoi qu’il advienne. J’attends. Le temps n’est pas notre ennemi. »

    Akram Belkaïd & Olivier Pironet

    (1) Tous les noms de nos interlocuteurs ont été modifiés, à l’exception de ceux des deux sociologues et de l’écrivain.

    (2) « Palestinian Youth » (PDF), Palestinian Academic Society for the Study of International Affairs (Passia), Jérusalem, avril 2017.

    (3) Cf. « Deaths in 2017 », Israel-Palestine Timeline.

    (4) « Rapport sur l’assistance de la Cnuced au peuple palestinien. Évolution de l’économie du territoire palestinien occupé » (PDF), Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), Genève, 10 juillet 2017.

    (5) Sur les atteintes à la liberté de mouvement des Palestiniens en Cisjordanie, cf. la carte-affiche insérée dans « Palestine. Un peuple, une colonisation », Manière de voir, n° 157, février-mars 2018 (en kiosques).

    (6) Presidential Decree N° 16 of 2017 Regarding Cybercrime, articles 20 et 51, Ramallah, 24 juin 2017. Le Parlement israélien a de son côté adopté en première lecture, début 2017, une loi permettant d’obliger Facebook à supprimer tout texte incitant à la « violence » ou au « terrorisme ».

    (7) Cf. « Farid Al-Atrash et Issa Amro », La Chronique d’Amnesty, Paris, novembre 2017.

    (8) M. Salam Fayyad, premier ministre de l’Autorité palestinienne de 2007 à 2013, a mis en place en 2008 des mesures facilitant les prêts à la consommation. On estime par exemple que deux tiers des foyers de Ramallah sont endettés. Cf. « Palestinian workers campaign for social justice », Middle East Report, Richmond (Virginie), vol. 46, n° 281, hiver 2016.

    (9) « The status of youth in Palestine 2013 », Sharek Youth Forum, Ramallah, 2013.

    (10) Cf. Shatha Hammad et Zena Tahhan, « “Basil Al-Araj was a beacon for palestinian youth” », Al-Jazira, 7 mars 2017. Sur la coopération sécuritaire israélo-palestinienne, lire « En Cisjordanie, le spectre de l’Intifada », Le Monde diplomatique, octobre 2014.

    (11) Cf. Sylvain Cypel, « Pourquoi l’“Intifada des couteaux” continue », Orient XXI, 24 février 2016.

    #Palestine

  • L’histoire de l’année de +972 : le procès de Dareen Tatour
    +972 – 21 décembre 2017 | Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/01/03/12349

    (...) Dareen Tatour , 35 ans, est une citoyenne palestinienne d’Israël, de la ville de Reineh, tout près de Nazareth. Son poème, « Qawem Ya Sha’abi Qawemhum » (« Résiste mon peuple, résiste-leur »), a été publié en 2015, au plus fort des manifestations palestiniennes à travers Israël et la Cisjordanie, et d’une vague d’attaques aux couteaux et aux véhicules par de soi-disant loups solitaires contre les forces de sécurité et les civils israéliens, principalement à Jérusalem et à Hébron. Quelques jours plus tard, la police prenait d’assaut sa maison et l’arrêtait, au milieu de la nuit. Elle a passé trois mois en prison puis a été placée en résidence surveillée, dans l’attente de la clôture de son procès.

    Elle est accusée d’incitation à la violence et d’avoir exprimé son soutien à une organisation terroriste.

    Ce qui est en cause, et qui déterminera finalement si elle retourne en prison ou si elle est disculpée, est la traduction et l’interprétation de sa poésie qu’en fera le policier. La défense a fait appel à des experts en littérature hébraïque et arabe pour attester des différentes significations de mots et de phrases spécifiques, de la nature de la poésie politique, et de la façon dont certains régimes plus oppressifs dans le monde ont toléré des poètes dissidents.

    L’histoire de Tatour n’est pas une exception. Son arrestation et son procès politique représentent une nouvelle ère terrifiante où les Palestiniens, et mêmes certains Israéliens juifs, sont arrêtés et emprisonnés par les autorités israéliennes, parfois sans procès, pour des choses qu’ils ont écrites sur Facebook. Le poète est devenu un symbole involontaire de la montée de la surveillance des médias sociaux par l’État. (...)

  • ’Bruised and denied care’: Fawzi al-Junaidi out on bail | News | Al Jazeera
    by Farah Najjar | 28 déc 2017

    http://www.aljazeera.com/news/2017/12/denied-care-fawzi-al-junaidi-bail-171228112951874.html

    A 16-year-old Palestinian boy, who appeared in a photo that was condemned as representative of the Israeli army’s use of excessive force, has been released on bail after being detained for three weeks.

    Fawzi al-Junaidi, who was photographed, blindfolded and surrounded by more than 20 Israeli troops, in the occupied West Bank city of Hebron, was charged with throwing stones at a group of soldiers earlier this month.

    The teenager has repeatedly denied the allegations and said he was ambushed while running away from the area where there were sound bombs and tear gas canisters.

    His family and lawyers told Al Jazeera that he is suffering from a dislocated shoulder and bruises.

    Rashad al-Junaidi, Fawzi’s uncle, said that he was released late on Wednesday night.

    “When we picked him up from Ofer prison, we rushed him to Ramallah hospital, and it turns out that his right shoulder is broken … His entire body is bruised,” his uncle said.

  • Popular Struggle Coordination Committee

    28 December 2017
    Press release

    Detention of Manal Tamimi and Jamil Barghouti follows the arrest of Popular Struggle Coordination Committee(PSCC) Coordinator Munther Amira 48 years, and Ahed Tamimi 16 years, her mother Nariman and her cousin Nour by Israeli soldiers in the West Bank today.
    Manal Tamimi from Nabi Saleh village and Jamil Barghouti from Deir Abu Mash’l village, prominent non-violent activists, have been arrested by Israeli soldiers in front of Ofer detention center during a demonstration at the same time as Ahed’s court hearing.
    The popular committees and Palestinian women called for this demonstration as a response to the arrest of children and the assault of women since Trump’s recognition of Jerusalem as the capital of Israel on December 6, 2017. In addition to the arrest of Manal and Jamil, the Israeli soldiers repressed this non-violent demonstration by throwing tear gas canisters and rubber-coated bullets on the protestors. The demonstration is one of dozens of peaceful demonstrations organized by Palestinians and repressed by the Israeli occupation violently since more than 3 weeks against Trump’s announcement to transfer the US embassy to Jerusalem.
    The Israeli occupation has been escalating its systematic intimidation of Palestinians since Trump’s recognition of Jerusalem as the capital of Israel on the 6th of December 2017.
    Since the statement, 15 Palestinians were killed, including Ibrahim Abu Thoria. Moreover, they continue to escalate their wave of arrests. As of Wednesday morning, the coordinator of the Popular Struggle Coordination Committee, Munther Amira, 48, has been arrested by the Israeli occupation forces while participating in a demonstration at the northern entrance of Bethlehem city.
    The Israeli occupation has been perpetually violating the rights of the Palestinians as well as contravening various international laws.
    The number of Palestinians arrested by Israeli forces since Trump has risen to 610, including 170 children and 12 women. There are at least 6,831 Palestinians that were already being held in Israeli prisons and the latest arrests bring the total number of Palestinian prisoners to 7,443.
    Palestinians are resisting the US announcement and Israeli occupation through popular unarmed resistance, including protests and different forms of nonviolent resistance to raise their voice to the world and to implement pressure on the Israeli occupation and the US Administration to withdraw the decision to move the US embassy to Jerusalem and the recognition of the occupied city as the capital of Israel.

    It is evident that Israeli occupation forces have been employing excessive force against the demonstrators in a way of pushing Palestinians to violence in order to further kill, incarcerate and harrass Palestinians.
    Palestinians continue to showcase their commitment to popular unarmed resistance especially in the last four weeks, as they against the Trump announcement.
    The popular committees in the occupied Palestine call upon the international community and international organizations to intervene in order protect the basic rights of the Palestinian people. In addition we call on our people to continue organizing in order to reach mass mobilization and put an end to the Israeli occupation.
    We also call upon the international community to organize demonstrations, and to take serious actions to support the international Boycott, Divestment and Sanctions (#BDS) campaign against Israel, and to place pressure on their governments as to take actions towards the Israeli government and settlers’ violations of human rights.
    Meanwhile, Palestinian children, men, youth and women are all united in resisting the occupation, risking their lives in face to face encounters with the occupation army, demonstrating in Gaza city, Jerusalem, Haifa, Ramallah, Bethlehem, Yaffa, and Hebron. We stand united across the different cities. As long as the occupation continues, we will keep resisting for a life of freedom, justice and dignity.

  • Le président israélien refuse de gracier un soldat ayant achevé un Palestinien
    19 nov 2017 | Mise à jour 19.11.2017
    http://information.tv5monde.com/en-continu/le-president-israelien-refuse-de-gracier-un-soldat-ayant-achev

    Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d’un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé.

    Membre d’une unité paramédicale, le soldat franco-israélien Elor Azaria a été filmé le 24 mars 2016 alors qu’il tirait une balle dans la tête du Palestinien Abdel Fattah al-Sharif qui venait d’attaquer des soldats au couteau à Hébron en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 50 ans par Israël.

    Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d’état de nuire quand Elor Azaria l’a achevé. La vidéo s’était propagée sur les réseaux sociaux.
    (...)
    Amnesty international avait dénoncé une peine « qui ne reflète pas la gravité » des faits commis par cet ancien soldat tandis qu’un comité de l’ONU la qualifiait « d’inacceptable » pour "ce qui « paraît être une exécution extra-judiciaire ».

    « Un allégement supplémentaire de votre peine nuirait aux forces armées et à l’Etat d’Israël », a souligné le président israélien.

  • Israeli violations of Palestinian media freedoms in October highest for 2017
    Nov. 9, 2017 12:36 P.M.
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=779456

    BETHLEHEM (Ma’an) —The Palestinian Center for Development and Media Freedoms (MADA) monitored 28 violations against media freedoms in the occupied Palestinian territory during October, 27 of which were carried out by Israeli forces, according to a statement released by the group on Wednesday.

    According to the group, the number of violations committed by Israeli forces increased from 22 in September to 27 during October, all of which were “serious attacks.” The statement added that the violations in October constituted the most serious of all violations of media freedoms in the territory recorded since the beginning of 2017.

    Israeli violations of media freedoms in October included storming 10 offices and headquarters of Pal Media, Trans Media and Ramsat media companies in the cities of Ramallah, Hebron, Bethlehem and Nablus, “confiscating their property and turning 94 journalists and employees working in these institutions jobless,” MADA said.

    “Not only did these companies lose their work... but they have also endured heavy losses of equipment as a result ofthe destruction and confiscation of property,” MADA said, adding that these media companies used to provide at least 15 local, Arab and foreign TV channels with media services.(...)

    • By +972 Blog |Published November 8, 2017
      When political persecution hits close to home

      +972 Magazine strongly condemns the silencing and political assault against Palestinian journalist Makbula Nassar by Israel’s most-read newspaper and a senior government minister.
      https://972mag.com/political-persecution-hits-close-to-home/130596

      Israel Hayom, the free daily widely viewed as Prime Minister Netanyahu’s mouthpiece, reached new heights of McCarthyism when it targeted journalist Makbula Nassar, a blogger for Local Call and frequent +972 Magazine contributor, above the fold on its front page Wednesday. According to the newspaper, Nassar, who was recently appointed the National Road Safety Authority’s head of Arabic-language public relations, was accused of being an “active member of anti-Zionist and pro-Palestinian organizations.”

      The “investigative report,” by journalist Daniel Soryoti, included looking through old posts on Nassar’s personal Facebook page, in which she expressed criticism of the state and the way it treats the Arab public in Israel. These posts were carefully handpicked and packaged under a sensationalized headline calling Nassar a “prominent activist against the state.” It didn’t take long for Transportation Minister Yisrael Katz to call for her to be fired.

      The latest developments in highly publicized police interrogations of Netanyahu two closest confidants, part of several looming criminal corruption probes against the prime minister, however, only appeared on page five of the paper.

      +972 Magazine condemns in the strongest possible terms the persecution of our friend and colleague, and we are proud that she is part of our community of writers. Nassar, one of the bravest and most renowned Palestinian journalists in Israel, was appointed to the job for her unrivaled professionalism. Despite the political silencing that has come to define this era, she has never once hidden her political opinions.

  • Direction de l’Unesco : la France et le Qatar en tête, à égalité - France 24
    http://www.france24.com/fr/20171011-elections-unesco-france-qatar-tete-egalite-azoulay-al-kawari

    Les candidats du Qatar et de la France sont arrivés en tête et à égalité, à l’issue du troisième tour de scrutin pour l’élection du prochain directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

    #unesco et comme un goût de #nuit_torride aussi.
    Quant aux USA, ils ont déjà voté pour le tour suivant !
    http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/les-etats-unis-se-retirent-de-l-unesco-l-organisation-regrette-profonde
    Les Etats-Unis se retirent de l’Unesco, l’organisation « regrette profondément »
    Ce retrait, confirmé par l’organisation internationale, sera effectif au 31 décembre.

    • Washington avait prévenu début juillet de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée » du patrimoine mondial. Cette décision, qualifiée d’"affront à l’histoire", « discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable », avait alors déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

      #sans_vergogne

  • Palestinian authorities arrest activist in growing free speech crackdown | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2017/sep/05/palestinian-authorities-arrest-activist-issa-amro-in-growing-free-speec

    Palestinian security forces have arrested one of the most prominent human rights activists in the occupied territories after he criticised the arrest of a Palestinian journalist in a Facebook post.

    Issa Amro, who lives in the southern West Bank city of Hebron, is the highest profile victim of a growing campaign by #Mahmoud_Abbas, the leader of the Palestinian Authority, against journalists and dissent on social media.

    Amro is the founder of Youth Against the Settlements, which has long-documented alleged abuses by the Israeli military and settlers in Hebron. He was already facing charges in an Israeli military court for his activism.

    #Palestine #dirigeants_arabes #indigents_arabes faux #modérés vrais #Collabos

  • Palestinian security forces detain Palestinian activist over Facebook post
    Sept. 4, 2017 10:22 P.M. (Updated: Sept. 4, 2017 10:35 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=778965

    Farid al-Atrash, left, and Issa Amro at Ofer Prison in the occupied West Bank on March 26, 2017. (HRW)

    BETHLEHEM (Ma’an) — Palestinian security forces detained prominent human rights activist Issa Amro on Monday, a day after he posted comments on his Facebook criticizing Palestinian forces for arresting a journalist who also criticized the Palestinian Authority (PA).

    The two joined a number of Palestinians who have been detained for voicing their opinions since Palestinian President Mahmoud Abbas issued a a far-reaching Cyber Crimes Law in June that has been widely denounced by human rights groups.

    Ayman Qawasmeh, the director of the Hebron-based radio station Manbar al-Hurriya, was detained by the PA on Sunday, three days after the radio station’s offices were raided and shut down by the Israeli army.

    Local media reports said Qawsmeh’s arrest came after he called on Palestinian President Mahmoud Abbas and Prime Minister Rami Hamdallah to resign.

    In a Facebook post Sunday evening, Amro, a Hebron-based coordinator for Youth Against Settlements and a former field researcher for the Israeli NGO B’Tselem, criticized the PA for arresting Qawsmeh and stifling freedom of expression.

    • PA releases journalist, continues to hold activist over Facebook post
      Sept. 6, 2017 5:07 P.M. (Updated: Sept. 6, 2017 5:07 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=778994

      BETHLEHEM (Ma’an) — Palestinian security forces released the director of a Hebron’s Manbar al-Hurriya radio station Ayman Qawasmeh on Wednesday, after he spent three days in detention for criticizing the Palestinian Authority (PA).
      (...)
      After PA preventative security forces arrested the journalist on Sunday for the critical post, prominent Hebron-based activist Issa Amro took to Facebook himself to denounce Palestinian authorities, who had allegedly been threatening journalists not to publicize Qawasmeh’s arrest. Amro called on the PA to respect and protect international and domestic law.

      Shortly after sharing the post, Amro was detained by the PA. On Wednesday, his detention was reportedly extended for an additional 24 hours, according to statement released Wednesday by Mada, a Palestinian NGO focused on media freedoms.

      The organization also spoke with Qawasmeh after his release. He told Mada that after he had been summoned by the PA midday Sunday, he was immediately interrogated about his critical comments on the PA’s leadership.

      “They asked me about the reason for posting this video, I replied that it was published in an angry moment after the radio equipment was destroyed and confiscated by the (Israeli) occupation forces,” Mada relayed.

      “They actually understood my reasons,” Qawasmeh said. He explained that during the second day in jail on Monday, he signed his statement, and on Tuesday, his detention was extended for a fourth day. He was released 9 a.m. Wednesday with no conditions.

      Mada said that they welcomed Qawasmeh’s release but demanded that Issa Amro be immediately released as well.(...)

    • PA releases Issa Amro on bail amid charges of ’causing strife’ over Facebook post
      Sept. 10, 2017 9:35 P.M. (Updated: Sept. 11, 2017 1:54 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=779049

      BETHLEHEM (Ma’an) — Palestinian human rights activist Issa Amro, imprisoned for criticizing the Palestinian Authority (PA) on Facebook, was released from a PA detention center on a $1,400 bail.

      Youth Against Settlement (YAS), a group based in the southern occupied West Bank city of Hebron headed by Amro that is dedicated to non-violent resistance against the Israeli occupation, announced on their Facebook page that Amro had been released, though the charges against him had not been dropped.

      Amro was arrested last week after turning himself into Palestinian security forces. PA officials had requested Amro to present himself to authorities over a Facebook post in which he denounced the PA for arresting the director of a Hebron’s Manbar al-Hurriya radio station Ayman Qawasmeh, who was released after three days of detention.

      Amro criticized the PA for threatening journalists not to publicize Qawasmeh’s arrest — which took place after Qawasmeh posted on Facebook, calling for the resignation of the Palestinian president, prime minister, and Hebron’s governor — and called on the PA to respect and protect international and domestic law.

      According to prisoners rights group Addameer, the charges against Amro include “causing strife” and a “broad accusation of criminal action” under the PA’s controversial Cyber Crimes Law.