city:homo

  • Au Tibet, un ado dénisovien vieux d’au moins 160 000 ans
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/05/01/au-tibet-un-ado-denisovien-vieux-d-au-moins-160-000-ans_5457113_1650684.html

    Ce proche cousin disparu était connu grâce à l’ADN de fossiles trouvés dans l’Altaï russe. L’analyse de protéines tirées d’une mâchoire inférieure découverte au Tibet éclaire ses origines.


    Reconstitution numérique d’une mâchoire de plus de 160 000 ans trouvée dans une grotte tibétaine, après nettoyage virtuel de la couche de calcite qui entoure partiellement le fossile. Jean-Jacques Hublin,

    Il y a plus de 160 000 ans, les hauts plateaux tibétains, dont on pensait que notre espèce était la première à les avoir colonisés, il y a 40 000 ans environ, étaient déjà habités par de proches cousins, les dénisoviens. L’énigme que constitue ce groupe humain commence à se dissiper, avec l’analyse, présentée dans la revue Nature le 2 mai, d’une mâchoire inférieure trouvée il y a bientôt quarante ans par un bonze, dans une grotte de la province tibétaine de Gansu, en Chine.
    Les dénisoviens n’ont pas de visage, et la mâchoire tibétaine ne suffira pas à leur en donner un. Mais elle livre de multiples pistes pour établir le portrait-robot d’un groupe humain jusqu’alors connu essentiellement à travers son ADN. Trouvés dans la grotte de Denisova dans l’Altaï russe, les seuls restes fossiles dont on disposait jusqu’alors se limitaient en effet à quelques dents et os fragmentaires, notamment une phalange de fillette dont l’analyse de l’ADN a révélé, en 2010, la singularité. Cette enfant, disait la génétique, n’appartenait ni aux néandertaliens, ni à notre propre espèce, Homo sapiens.

    Faute de crâne ou de restes plus conséquents, les paléoanthropologues se sont gardés de définir une espèce nouvelle, avec nom latin de rigueur, se contentant de ce miracle technologique, inédit : décrire un nouveau venu dans la famille humaine par son seul profil génétique.

    Descendance métissée

    Depuis, la comparaison du génome dénisovien avec celui de néandertaliens et d’hommes modernes a révélé que ces groupes s’étaient croisés, et avaient pu avoir une descendance métissée. Certaines populations humaines actuelles gardent la trace de ces amours, comme les Papous, dont jusqu’à 5 % du génome peut être d’origine dénisovienne. Dans les hauts plateaux tibétains, c’est la version dénisovienne d’un gène favorisant l’adaptation à la vie en altitude, dans un air raréfié en oxygène, qui a été retrouvée chez les populations actuelles. Comment expliquer que cette mutation soit présente chez les dénisoviens de l’Altaï, à 700 mètres d’altitude seulement, où une telle adaptation ne semble pas nécessaire ?
    L’équipe internationale dirigée par Jean-Jacques Hublin (Institut Max-Planck, Leipzig, Collège de France) propose une réponse au terme d’une enquête qui mêle, comme souvent en paléoanthropologie, rencontres improbables, génie technologique, intuition et coups de chance.

    Entrée de la grotte de Baishiya (province de Gansu, Chine), lieu de culte bouddhiste où une mâchoire de 160 000 ans attribuée à un dénisovien a été retrouvée.

    La mâchoire tibétaine est une rescapée à plus d’un titre. Elle proviendrait de la grotte karstique de Baishiya, une caverne située à 3 280 m d’altitude, profonde d’un kilomètre et lieu de culte bouddhiste. Un bonze aujourd’hui décédé y aurait prélevé le fossile en 1980, le soustrayant à une possible destruction : la grotte était célèbre pour ses vieux ossements, réduits en poudre parée de diverses vertus. Il en fit don au sixième bouddha vivant, Gung-Thang, qui lui-même la remit à l’université locale de Lanzhou. En 2010, l’intérêt pour ce fossile a ressurgi, et son parcours a été retracé jusqu’à sa grotte d’origine par Fahu Chen et Dongju Zhang, de l’université de Lanzhou. Des fouilles préliminaires sur place ont livré depuis d’autres fossiles et des outils lithiques, encore en cours d’analyse.

    Fouilles conduites en 2018 dans la grotte de Baishiya, sous la direction de Dongju Zhang (en haut à droite dans la tranchée), qui ont livré des outils de pierre et de nouveaux fossiles non encore décrits.

    Contacté en 2016 par ces collègues chinois, Jean-Jacques Hublin a immédiatement été intéressé par le spécimen : « On voyait tout de suite que ce n’était pas un homme moderne ou un Homo erectus. Cela tombait dans le créneau possible pour un dénisovien. » La mâchoire provient probablement d’un adolescent, car une des molaires était encore en phase d’éruption. Les dents robustes évoquent celles trouvées dans la grotte de Denisova, en Russie.

    Première déception, il n’a pas été possible d’en tirer le moindre ADN. Et en l’absence de contexte archéologique, le fossile risquait de rester muet. « Mais nous avons eu la chance extraordinaire que la calcite qui le recouvrait soit datable à l’uranium », se réjouit le paléanthropologue. La datation, 160 000 ans au moins, correspond à une période glaciaire, où la vie sur le plateau tibétain devait être encore plus rude qu’aujourd’hui. Mais il est possible que la mâchoire soit plus ancienne et date d’une époque plus clémente. Voilà pour le contexte, qui reste donc imprécis.

    Les protéines, plus robustes

    « Notre vrai joker, cela a été les protéines », souligne Jean-Jacques Hublin. Faute d’ADN, les chercheurs ont en effet cherché leur produit, des chaînes d’acides aminés dont la séquence correspond parfaitement à l’ADN qui les code. Lors de sa thèse à Leipzig, Frido Welker avait développé cette technique, montrant qu’on pouvait distinguer des restes de néandertaliens et d’Homo sapiens même en l’absence d’ADN. Plus récemment, il a pu éclairer l’évolution des rhinocéros par l’analyse d’un ossement vieux de 1,7 million d’années trouvé dans une grotte en Géorgie. L’ADN est certes plus précis, mais les protéines bien plus robustes, y compris dans les zones tempérées où au-delà de 100 000 ans, trouver de l’ADN semble illusoire.

    La dentine de la mâchoire tibétaine n’a pas résisté à Frido Welker : « Ces tissus peuvent contenir plusieurs centaines de protéines, explique le jeune chercheur, aujourd’hui en poste au Muséum de Copenhague. On en a identifié huit qui étaient elles-mêmes dégradées. » Il n’y avait pas la protéine EPAS1 responsable de l’adaptation à l’altitude – elle n’est pas exprimée dans les dents, mais dans le placenta et les poumons –, mais différentes formes de collagène. Les similarités avec les séquences correspondantes dans le génome de Denisova ne laissent pas de doute sur la parenté avec la population de l’Altaï, bien plus étroite qu’avec tout autre hominidé.

    « C’est une découverte très excitante, commente Chris Tyler-Smith, du Wellcome Sanger Institute (nord de Londres), dont l’équipe avait décrit en 2016 la distribution dans les populations himalayennes du gène dénisovien EPAS1. Nous savons désormais que les dénisoviens pouvaient vivre dans des environnements hostiles de haute altitude comme le Tibet. Cela implique qu’ils s’étaient largement dispersés en Asie – ce que nous suspections mais qui est confirmé là pour la première fois. Et nous avons une bonne explication de l’origine du variant génétique de haute altitude EPAS1 chez les habitants actuels de l’Himalaya : il a probablement été sélectionné par l’évolution en tant qu’adaptation des dénisoviens à la haute altitude. » Et légué à Homo sapiens lors de croisements après son arrivée dans la région, il y 40 000 ans.

    La mâchoire tibétaine n’est qu’un premier élément du puzzle dénisovien en Asie. « Il y a d’autres candidats en Inde, en Ouzbékistan, et bien sûr en Chine, où la mâchoire du spécimen Penghu 1, par exemple, présente les mêmes caractères dentaires inhabituels, souligne Jean-Jacques Hublin. On va assister à un boom de la paléoprotéomique [analyse des protéines anciennes] pour tester ces fossiles et d’autres. » Il prédit une certaine diversité morphologique dans cette lignée, peut-être plus grande encore que celle observée au sein des néandertaliens, eux aussi largement dispersés dans le temps et l’espace, entre le Proche-Orient et l’Espagne. Une récente étude génomique portant sur les populations indonésiennes suggère que des métissages avec Homo sapiens ont pu intervenir à plusieurs reprises, avec des groupes dénisoviens distincts. Avant que notre espèce, lestée de quelques gènes hérités des dénisoviens, ne supplante ceux-ci.
    Dans la grotte de Baishiya, les fouilles devraient reprendre prochainement, indique Dongju Zhang. Peut-être livreront-elles de nouveaux fossiles, plus parlants pour décrire la physionomie des dénisoviens, et dont l’ADN aura lui traversé les âges ?

  • Une 5e espèce humaine découverte - Sciences et Avenir
    https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/paleontologie/une-5e-espece-humaine-decouverte_132890

    Place, faites place dans l’arbre des homininés à Homo luzonensis ! Ce cousin préhistorique vivait sur l’ile de Luzon, au nord des Philippines, il y a 50.000 ans, au moment où nos ancêtres Homo sapiens, mais aussi les néandertaliens, les Hommes de Denisova, et les Hommes de Florès vivaient, chassaient, dormaient... Ce qui signifie que pas moins de cinq espèces du genre Homo se partageaient la planète à l’époque.. dont ne subsiste que la nôtre aujourd’hui (Lire notre Hors série n°183, la grande histoire de l’Humanité). La nouvelle espèce a été décrite par une équipe internationale, dirigée par Florent Détroit, du Musée de l’Homme. (MNHN) à partir de quelques restes patiemment extirpés du sol de la grotte de Callao entre 2007 et 2015. En tout et pour tout, six dents, un morceau de fémur, deux phalanges de main, et trois os de pied.
    Des prémolaires très instructives

    C’est maigre, certes. Mais extraordinaire, pourtant. Car ces fossiles, datés de -50.000 ans à -67.000 ans, et dûment comparés, s’avèrent à nuls autres pareils. Prenez les dents d’Homo luzonensis : ses prémolaires ont trois racines, alors que chez l’homme moderne, il n’y en a qu’une, parfois deux. Elles ont beau être petites -un trait très sapiens- elles ressemblent plutôt à des dents d’australopithèques, (telle Lucy -4 millions d’années), ou d’Homo très anciens (comme Homo habilis, -2,5 millions d’années). « Un individu possédant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues aujourd’hui », explique le paléontologue Florent Détroit, dont la découverte fait la Une du magazine Nature du 11 avril ! (Voir vidéos 1 à 5).

    En résumé, il y a eu plusieurs espèces d’hominidés sur la planète, mais ce sont les plus cons et les plus méchants qui ont niqué les autres. Et dans cette espèce, selon toute vraisemblance, nous appartenons à la civilisation des plus cons et des plus méchants…

  • PASSAGES - Présentation poétique du monde : « La frise du #temps » [et la tyranie de l’instant présent] 23 avril 2018

    http://www.passages.cnrs.fr/spip.php?article558

    Pour poursuivre la réflexion engagée par Norbert Elias en son... temps !

    Le temps a toujours obsédé les poètes comme V. Hugo, P. Verlaine, C. Baudelaire, P. de Ronsart…, mais aussi les savants comme A. Einstein, I. Prigogine ou S. Hawking. Du temps de l’homme au temps cosmique, il est possible de dessiner une frise du temps et de l’espace. Cette mise en perspective rejoint la quête de sens de l’artiste et du chercheur avec une triple dimension : sensation, direction et signification. Partir de notre « Terre-patrie » pour remonter le temps des origines, puis redescendre la « flèche du temps » et souligner les « équilibres ponctués » marqués par de longues phases de latence séparées par des ponctuations (S.J. Gould) est au cœur de la curiosité humaine. Ce besoin de traverser les savoirs et d’élaborer une « pensée complexe » (E. Morin) est aujourd’hui une nécessité vitale pour s’extraire d’une société court-termiste contaminée par « l’effet de la Reine Rouge » (F. Roddier) consécutif de l’accélération sociale (H. Rosa). Pour I. Prigogine, il existe une flèche du temps caractérisée par une augmentation de l’entropie (désordre) en lien avec la dissipation de l’énergie à l’origine de l’esthétique de la Nature. Mais dans l’ancienne théorie de l’état stationnaire, l’Univers est éternel. Or depuis la découverte inopinée en 1965 par A. Penzias et R. Wilson du bruit de fond cosmologique, véritable « murmure » radio ou « premier cri » de l’Univers, le temps a commencé avec la singularité du « Bing Bang » il y a 13,6 milliards d’années (Ga) et pourrait se terminer dans un « trou noir » par le « Big Crunch » en s’effondrant sous sa propre gravité (S. Hawking). Ainsi en déroulant la frise et la fresque du temps scandée entres autres par la naissance de la vie sur Terre il y a 3,8 Ga, la forte oxygénation de l’atmosphère il y a 2,1 Ga (« GOE »), puis l’explosion des organismes complexes il y 600 millions d’années, enfin les premiers mammifères il y a 160 millions d’années, jusqu’à la lignée humaine (homininés) qui se sépare des chimpanzés il y a 7 millions d’années pour arriver à Homo Erectus, Homo Abilis, puis Homo sapiens ; on parvient enfin à la révolution néolithique, avec la sédentarisation, la naissance du travail, le développement des villages et des villes, l’apparition des royaumes, les guerres… jusqu’au « village planétaire » actuelle. De l’art à la science, il n’y a qu’un pas et un objectif commun : se projeter dans le passé et l’avenir et réenchanter le monde contre la tyrannie de l’instant.

  • L’amitié chez le chimpanzé

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/01/18/l-amitie-chez-le-chimpanze_4849275_1650684.html

    « Trahir la confiance de l’amitié, violer le plus saint de tous les pactes, (…) ce ne sont point là des fautes, ce sont des bassesses d’âme et des noirceurs.  » L’histoire ne dit pas si Jean-Jacques Rousseau fréquentait des primatologues. Mais le philosophe aurait probablement été intéressé par les recherches de ceux de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig (Allemagne). Celles-ci montrent aujourd’hui, à travers des études sur des chimpanzés, à quel point l’amitié fondée sur la confiance est une inclination réciproque ancrée déjà chez l’ancêtre autant de l’homme que d’autres primates. Autrement dit, que ce sentiment n’est de loin pas propre à Homo sapiens.

    Ces conclusions, publiées le jeudi 14 janvier dans la revue Current Biology, nourrissent un champ de recherches assez récent, nommé «  économie comportementale  », qui se focalise davantage sur les comportements humains que seulement sur les forces abstraites des marchés pour comprendre les prises de décision en ­économie.( ...)

    « Nous souhaitions vérifier si les chimpanzés faisaient davantage confiance aux pairs avec lesquels ils sont plus intimement liés », dit Jan Engelmann, auteur de l’étude. Son équipe a observé durant cinq mois 15 chimpanzés vivant dans un sanctuaire naturel kényan, afin d’identifier lesquels avaient le plus d’affinités entre eux. Ils ont ensuite impliqué deux de ces primates, « amis » ou non, dans une expérience.

    Le premier avait le choix : soit tirer vers lui une corde avec, au bout, une récompense immédiate sous forme de nourriture, mais de loin pas l’aliment qu’il préfère ; soit actionner un autre lien amenant un réceptacle, où un mets de choix a été placé, vers son congénère, cela en espérant que ce dernier partage ce festin avec lui. En d’autres mots, le second cas présente le potentiel d’une situation gagnant-gagnant intéressante, mais uniquement si le premier cobaye fait confiance au second. Chaque singe a interagi douze fois avec ses amis, puis autant avec ses « non-amis ».

    Au final, « les chimpanzés avaient largement plus tendance à mettre volontairement les vivres à disposition du partenaire de jeu – donc de choisir une option plus risquée mais potentiellement plus juteuse – lorsqu’il s’agissait d’un ami », résume Jan Engelmann. « Ces résultats montrent que, chez les chimpanzés aussi, l’on tend à faire plus confiance à un ami qu’à un congénère moins proche, commente Frans de Waal. De surcroît, ils montrent que les singes ne sont pas sensibles à une réciprocité immédiate. Cette conclusion peut sembler surprenante, tant l’accent est souvent mis sur ce concept dans les recherches animales. Mais dans une amitié stable, humaine ou simiesque donc, on ne fait pas sans arrêt le décompte des échanges de bons procédés, ce qui nécessiterait beaucoup de mémoire et d’énergie.

    En réalité, l’on mise sur des bénéfices à plus long terme. »
    Pour Jan Engelmann aussi, il ne peut s’agir d’une « confiance stratégique » de la part du singe tirant les ficelles ; on peut penser qu’après douze essais les cobayes en jeu auraient simplement pu apprendre comment obtenir la meilleure nourriture. « Mais, dans ce cas, les statistiques auraient dû être moins différenciées selon qu’on soit en présence d’amis ou pas. » Selon le primatologue, une forme de « confiance émotionnelle », fondée sur l’identité des partenaires, entre bien en jeu. « Un lien affectif au long cours dont il faut tenir compte lorsque l’on étudie des interactions sociales ponctuelles au sein de groupes d’animaux. »