city:homs

  • Syrie : des bombardements aériens, israéliens selon Damas, font quatre morts - moyen orient
    Par RFI Publié le 01-07-2019
    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190701-syrie-bombardements-aeriens-israeliens-selon-damas-font-quatre-morts

    Des missiles tirés par des avions dans la nuit de dimanche à lundi ont fait au moins quatre morts civils, dont un nouveau-né, et 21 blessés, selon l’agence officielle syrienne Sana.

    Des chasseurs-bombardiers probablement israéliens ont tiré plus d’une vingtaine de missiles à partir de l’espace aérien libanais vers des cibles à l’intérieur de la Syrie. Le vrombissement des avions était perceptible dans plusieurs régions du Mont-Liban et une série d’explosions ont été entendues dans les zones frontalières entre les deux pays.

    Des sources militaires syriennes citées par l’agence officielle Sana ont indiqué que la défense anti-aérienne a abattu plusieurs missiles israéliens qui se dirigeaient vers des cibles dans les régions de Damas et dans la province centrale de Homs. Mais d’autres projectiles ont atteint leurs cibles et ont fait des victimes et des dégâts, notamment dans la localité de Sahnaya, au sud-ouest de Damas. Des explosions ont été entendues dans le ciel de la ville où des habitants ont pu voir le départ d’au moins une dizaine de missiles tirés par la défense anti-aérienne vers des cibles qui approchaient de la capitale.

    #IsraelSyrie

    • Damas accuse Israël de « terorrisme d’Etat » après des frappes meurtrières
      Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 02/07/2019
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/damas-accuse-israel-de-terorrisme-d-etat-apres-des-frappes-meurtrieres-2019

      (...) « Les autorités israéliennes pratiquent de plus en plus le terrorisme d’Etat », a déclaré le ministère des Affaires étrangères syrien dans un communiqué rapporté par Sana. « La dernière agression odieuse s’inscrit dans le cadre des tentatives constantes d’Israël de prolonger la crise en Syrie », a-t-il ajouté.

      Après l’attaque, le ministère des Affaires étrangères syriennes a porté plainte auprès du Conseil de sécurité de l’ONU, selon Sana. Les actes « hostiles » d’Israël n’auraient pas été possibles sans le soutien de ses alliés à Washington, a ajouté l’agence. Selon l’OSDH, les frappes de dimanche ont touché des positions iraniennes près de Damas et visé un centre de recherche et un aéroport militaire à l’ouest de la ville de Homs où des combattants du Hezbollah chiite libanais et des Iraniens sont déployés. (...)

  • The Iraqi and Syrian refugees using body-mapping to share their stories

    What does it mean to flee one’s country and undertake the dangerous journey to Europe? What does it mean to suddenly lose everything and be forced to live in a different country? A new home, new school, new friends and a totally new life? To what extent does it influence family lives and the family unit as such? These are questions that a new research project, based at the University of Birmingham and funded by the British Academy, is tackling. The focus is not only on the changes occurring within refugee families, but equally on the impact of the influx of refugees on the host society.

    We use art as a research method to allow Iraqi and Syrian women and men to express their thoughts and feelings, on both their refugee journey and their new lives in their host countries. Fleeing one’s country puts enormous pressure and stress on an individual, both emotionally and physically. Using the artistic technique of body mapping proved to be very useful in this project, as it allowed participants to embody the emotional and psychological pain caused by their refugee experiences through art. Holding a paint brush, painting and being taught by a renowned artist, in this instance Rachel Gadsden, were for the majority of the participants a new experience. It provided them with a feeling of pride, achievement and self-fulfilment, at a time when they needed it the most. But what are they painting? How are they expressing their experiences? How do they portray themselves? What do they say about their new lives? Do their own narratives confirm widespread notions of their ‘vulnerability’?

    Decades of displacement

    Saddam Hussein’s decades of authoritarian rule in Iraq, the continuous political instability caused by his fall in 2003 and the rise of the so-called Islamic State (ISIS) in 2014 has forced over three million Iraqis to flee their country since the 1980s. Since the outbreak of the Syrian civil war in 2011, Syrians have become one of the largest groups of refugees, with more than five million civilians forced to flee to neighbouring Middle Eastern countries and to Europe. Many Iraqi and Syrian refugees have headed to Europe directly and settled in countries such as Germany or the UK, others went through multi-local trajectories of displacement in so-called ‘transit countries’ such as Jordan.

    Syrian and Iraqi societies are to a significant extent tribal and patriarchal in nature, with familial or community-based social networks often serving to protect their members. However, these networks may be disrupted or disappear entirely during a migration process, leaving women and children in particular in extremely vulnerable situations, unprotected by their family networks. Women, as well as children, very often find themselves in the most subservient and marginal positions, making them vulnerable to abuse and violence, inflicted either by social and religious communities or the state. Human trafficking operations have played a central role in facilitating immigration. In such circumstances, human traffickers who bring migrants across borders abuse women and children and force them into sexually exploitive occupations, or subject them to physical and sexual abuse themselves. Tackling violence against women and girls is one of the UK government’s most important goals. The UK’s aid report in 2015 highlights explicitly the challenges the UK faces regarding the conflict in Iraq and Syria and the need to support peace and stability abroad, in order to secure social and political stability in the UK. The UK government is working extensively towards implementing the ‘No One Behind Promise’, which strives to achieve gender equality, prioritise the empowerment of girls and women and end violence against them, within war zones, such as in Syria and Iraq, and during migration processes in particular.

    Women are often limited to gender-specific narratives of female vulnerability within patriarchal social structures. Without neglecting the fact that women are more affected by and subject to sexual and gender-based violence, the over 150 women we talked and worked with in our projects so far have another story to tell. In our art workshops, these women used art and body-mapping to express their powerful stories of resilience, endurance and survival.

    Gender roles in a time of war and instability

    “I never worked with fabric, but I learnt how to produce the most amazing clothes for women’s engagement and wedding parties. I go around clothing shops in the city and try to sell them. Now I have my own network of buyers. I earn more money now than my husband used to earn. He passed away five years ago and left me with three children to feed. Yes, they call me sharmuta – a slut – because I go around male merchants in town to see whether they would buy my products. I don’t sleep with them. I only sell them my dresses. I don’t do anything wrong. Therefore, I will not stop. I cannot stop. I have children to feed. The problem is not me – the problem is their dirty thinking, only because I am a woman and a good-looking one too [laughing].”

    The young Iraqi widow above was not the only female refugee in Jordan, the UK or in Germany who struggles with social stigmatisations and sexual harassment, on the way to and from work as well as in the workplace. Women’s independence is very often violently attacked, verbally and physically, in order to control women’s lives, bodies and sexuality. Refugee women’s pending legal status, their socio-economic integration and the degree of their security within the host environment change long-held values on family structures and socio-cultural expectations on gender roles. They also influence women and men’s own understanding of their roles which, in most cases, represents a shift from their traditional gender roles within their families. Women and men’s roles in family and society inevitably change in time of war and forced migration and society needs to adapt to this development. In order to achieve sustainable change in society’s perception, both men and women need to be socialised and equipped to understand these societal changes. This does not solely apply to the refugee communities, but also to the host communities, who are also influenced by the presence of these newcomers.

    Through stitching fabric onto their body map paintings or adding pictures of the food they cook to sell on the canvases, women express their attempts to survive. Through art, women can portray how they see themselves: strong in enduring the hardship, without neglecting the challenges they face. “I want to show the world out there that we are not poor victims. One woman like us is better and stronger than 100 men,” as one Iraqi in Germany explains. Another Syrian in the UK emphasised women’s resilience, saying “wherever we fall we will land straight. I want to paint my head up for these politicians to know that nothing will bend us”.

    Women in our art workshops see the production of their artwork and the planned art exhibitions as an opportunity to provide a different narrative on Muslim refugee women. It provided them with a space to articulate the challenges they faced, during and after their refugee journey, but also to create a bridge between the refugee communities and the host community. The artwork produced in the workshops helped to facilitate community bonding, integration and above all, as one Syrian in Jordan explains, “a better understanding of what we really are”.
    https://www.thebritishacademy.ac.uk/blog/summer-showcase-2019-iraqi-syrian-refugees-body-mapping
    #corps #cartographie #cartoexperiment #réfugiés #réfugiés_syriens #réfugiés_irakiens #asile #migrations #couture #femmes #genre #dessin
    ping @reka

    • Negotiating Relationships and Redefining Traditions: Syrian and Iraqi Women Refugees in Jordan
      Art workshops in Jordan April 2019

      Narratives of displacement is a research-based project of the University of Birmingham and funded by the British Academy, documenting the effects of the long and extensive conflict in Syria and the consequent process of significant temporary and permanent displacement of families, upon the marriages and the family-units of the many thousands of Syrian and Iraqi women affected, and now living as refugees, and as asylum-seekers, within several host nations, namely: Germany, UK and Jordan.

      The project is devised and directed by Dr Yafa Shanneik, and comprises at its core the collecting and collating of data, in several locations, in this instance within Jordan, by Shanneik, by means of a comprehensive and broad-reaching programme of interviews with women affected, personal testimony, that considers the sustainment of the marriage and the family unit, and those topics directly related to this, ranging from, the physical, and frequently arduous and perilous, journey from home to host country, to the shifting balance as to the family provider – affected in turn by, for example, skills and the availability of opportunity, psychological changes within individual family members, cultural differences within those host nations.

      Dr Shanneik is acutely conscious of the forced upheaval, the diaspora of no choosing, and the desire therefore, the longing, of those affected, to give voice to the emotional impact, simply to tell their own stories. And, for this reason she has enlisted the services of artist Dr Rachel Gadsden, who will, over an extended period, work with the interviewees, together with family members, mothers, sisters, children, to create mural-style artwork, using the body-mapping process as a starting-point, to depict not only the destruction they may have left behind, the harrowing passages and the significant demands imposed by the process of integration, but also, perhaps, the opportunities, both foreseen and unforeseen, of the new circumstances that they find themselves in.

      The artwork will serve an additional purpose: the opportunity for the testimony, the stories, to be presented to the outside world, a public voice in the form of an exhibition; and therefore, as a means of enhancing this experience, composer and musician Freddie Meyers has been commissioned to compose an original score integrates the Syrian and Iraqi narratives as part of a live art performance, that will sit alongside the exhibition of artworks, to provide an additional layer in terms of expressing the emotional response.

      The starting-point for this particular leg of the project is the one-time fortified town of Karak. Historically, Karak was always of importance, in its strategic location overlooking the easy trading route formed by the valley and the escarpment that is now the Kings Highway, running from north to south through the centre of the country. There will always have been a ‘stop-over’ here, and certainly in the time of the Nabateans, it would have been both a military base and one of many toll-gates, alongside of course Petra in the south, used to control the movement of frankincense, in particular, shipped and sold to Rome, that made the Nabateans so wealthy and enduring. Later, it was held by the Romans themselves, and later again the, Frankish, Crusaders, who used it as a means of protecting Jerusalem, until finally it was laid siege to and liberated by Saladin.

      This fascinating and colourful history is of great significance in terms of Narratives of Displacement, exemplifying as it does the history of the different forms of migration, movement, cross-cultural trade and interface that has been instrumental in forging the tolerant and diverse nature of modern Jordan.

      Since the conflict in Syria began it is understood that there are, conservatively, over a million Syrians currently taking refuge in Jordan, and the country therefore actively engages in seeking to understand the many and continuing pressures consequent to this, borne not only by the refugees themselves but by their hosts, and impinging upon the infrastructure and social and work environment, the better to accommodate the enormous influx.

      The project for five days has based itself at the Al Hassan Cultural Community centre, interestingly on the other side of the valley from, and having spectacular views of, the liberated fortress. Strategically this location is still of importance. Under the inspirational guidance of its director, Ouruba al Shamayle, the community centre houses an extensive library, research and study rooms, and also a brilliant 800 seat theatre and, used in conjunction with Karak University, attracts students hailing from every other part of the country, north and south.

      The immediate vicinity of the centre alone plays host to many hundreds of refugee families, and so over the juration of our stay the centre has witnessed a continuous visitation of the women and their families, attending for interview with Shanneik, and subsequently to interact in creating body-mapping paintings. The interviewing process has been successful and revealing in documenting individual narratives, and the participants have rendered their often-harrowing stories within a total so far of 7 narrative canvases.

      The venue has proved wholly appropriate for additional reasons. The centre plays host to the regular round-table forum of local community leaders, and consequently on Wednesday, Shanneik was given the opportunity to present to a near full complement of forum members including influential local tribal and community leaders. The talk generated considerable interest and discussion amongst the forum, who voiced their appreciation of the objectives, and offered continuing support.

      Subsequently the governor of Karak, Dr. Jamal Al Fayez, visited the centre to familiarize himself with the research, taking a short break for coffee and relaxed discussion about the project’s aims and objectives, and additionally contributing to the artwork underway, completing a part of the painted surface of one of the artworks, and also superimposing in charcoal some of the written word to be contained in the finished pieces.

      From Karak we journeyed north to Irbid where the weather took a turn for the worse. With the rain and the cold, we were conscious of how such conditions might affect our ability to link up with prospective artistic collaborators. The first workshop in Irbid brought together a group of both Syrian and Iraqi women and was hosted in a private home. A red plastic swing swaying in the sitting room, caught our attention. Our Iraqi host has 2 young children, a daughter, and a son who is autistic. The swing allows the son to continue to enjoy physical activity throughout the winter months – this winter, apparently, having been one of the longest. We painted two canvases; one that accommodated two Syrian sisters and our Iraqi host, and one created on traditional dark canvas and telling the stories of displacement of the four Iraqi women, designed in a circular pattern and evoking journeys and life’s force. After the women drew and painted, music filled the air as all the Iraqi women danced and sang traditional songs together. It was a joy for Yafa and Rachel to witness: art and music transports the mood, and the women let their feelings go, laughed, sang and danced together. Rachel recorded their ululation; to incorporate in the music and performance Freddie Meyers is composing.

      That night there was crashing thunder and flashes of lightning, so no surprise that our trip to Mafraq, further north, had to be postponed – flooding can be a hazard on these occasions as rainwater pours down from the mountains and fills up the dry wadis. So instead the project headed to a Palestinian refugee camp, to a society that supports orphaned children.

      Freddie and Tim were not able to join the workshop and so went off to film the surrounding area. Hearing the stories of migration is always a challenge, but as Yafa interviews the women a clear narrative emerges to guide the piecing together of the artwork. This time there were two Iraqi women and also two Syrian women. Despite living in the same building, the two Syrians had never before spoken to one another. One of the Iraqi women has been fantastically creative in her efforts to secure the lives of her children, taking whatever work she can to support her family, having been widowed five years ago. Adoption is rare in these communities so it was heartening to hear about the work of the society as it goes about raising funds to educate and support the young orphans. The psychological impact upon the women is invariably, but perhaps not always addressed or discussed, and the process of art and the interviews can be cathartic, allowing the women to be open and perhaps emotionally truthful about their predicament.

      The weather turned the following day, so Mafraq was back on the schedule. The project visited a centre that teaches basic skills to support and enable refugees to seek work. A group of five women who all had direct contact with the centre joined the workshop. The women were all from Homs, and its environs. One of the canvases tells of the many ways the refugees fled their homeland and made their way to Jordan, both north and south. The key factor that emerged was that all of the women wanted to hold hands in the painting. It is clear that they support one another. Yafa and Rachel had the opportunity to visit the temporary homes of three of the women. As is to be expected, living conditions can sometimes be difficult, with problems related to dampness, for example, lack of adequate heating, and overcrowding. Despite the challenges the women were making traditional food to sell in the market and doing whatever they could to make the daily conditions and circumstances for their families better.

      The final destination for the project was Amman, where the project was hosted at the Baqa’a Palestinian refugee camp. It was market day in Baqa’a so our journey into the camp was more a case of maneuvering around stallholders than following the road. Al Baqa’a camp was one of six “emergency” camps set up in 1968 to accommodate Palestine refugees and displaced people who left the West Bank and Gaza Strip as a result of the 1967 Arab-Israeli war. Over 200,000 people live in the camp now; the community has welcomed recently many Syrian and Iraqi refugees.

      We were hosted by an organisation that also supports orphans, and they had brought together the group of Syrian women refugees and their children for our art workshop. 
Their husbands and fathers are all missing as a direct result of the Syrian conflict. We hear this narrative often, the bravery of each of the women as they share their stories and continue to support their families in the best possible way they can, is humbling. 
We will be creating a full narrative artwork, but these images say so much already.

      14-sketches13-blue-muralWe were additional joined in this workshop by Nicola Hope and Laura Hope, friends of Rachel’s. Nicola is at University studying Arabic and is currently attending Arabic classes as part of her degree process in Amman, and Laura, an Italian literature teacher was visiting her daughter. Additionally so as not to let the men miss out of the experience of the centre and the Baqa’a hospitality, the hosts took all of us on a tour of the camp after the workshop.

      Having listened to many harrowing and challenging stories of displacement during their time in Jordan, told by the Syrian and Iraqi refugee artistic collaborators, at the forefront of Yafa’s and Rachel’s mind is the fact that displacement is never a temporary predicament, it is a continuing one. The emotional scars are life long, and they have yet to meet a single refugee whose greatest hope is anything other than to safely return home.

      This was even more evident at Baqa’a Refugee Camp. Vulnerable individuals have a remarkable ability to survive, and ultimately they have no other choice other than to do just that.

      https://www.birmingham.ac.uk/schools/ptr/departments/theologyandreligion/research/projects/narratives-of-displacement/blog.aspx
      #art

  • Todo vestigio de cultura es un vestigio de barbarie | HISPANTV
    https://wwww.hispantv.com/noticias/opinion/426225/europa-colonialismo-espana-imperialismo-cultura-america-latina

    Un Mexicain s’énerve des lamentations sur Notre-Dame. Ca change un peu du discours régnant.

    En este sentido —hay que insistir en el reconocimiento de la tragedia que esto implica—, mientras que de un lado de la ecuación se reconoce la especificidad occidental como una expresión cultural de validez universal, en el otro, se invisibiliza que esa supuesta superioridad civilizacional de Occidente tuvo su condición de posibilidad en la destrucción, total o parcial, de otras muchas formas de realizar la vida en colectividad. En otras palabras, para expresarlo en la formulación ya clásica que Walter Benjamin realizara a mediados del siglo XX, en medio de la catástrofe de la Segunda Guerra Mundial, “no hay documento de cultura que no sea a la vez un documento de barbarie. Y así como éste no está libre de barbarie, tampoco lo está el proceso de transmisión a través del cual los unos lo heredan de los otros”.

    Y es que basta, por ejemplo, con observar cualquiera de las salas de los principales museos de arqueología y etnografía europeos para constatar que es ahí en donde el Occidente colonial muestra al mundo la grandeza de su actividad destructiva de otras culturas, presumiéndola al mundo en aparejos y vitrinas a las que se acercan los extranjeros de las sociedades que con anterioridad fueron sus colonias para admirarse de la magnitud del saqueo y la devastación. En el WeltmuseumWien (Museo de Etnología de Viena), sin ir más lejos, se conserva y expone a un aproximado de doscientos mil objetos pertenecientes a culturas no europeas, entre los que se encuentra el emblemático Penacho de Moctezuma, suplido en el Museo Nacional de Antropología, de México, por una réplica. Y así como éste, los ejemplos sobran.

    Pero la realidad de la tragedia es que no es sólo ese pasado apropiado por Occidente como artefacto de museo (como artefacto de su cultura que oculta la barbarie cometida en contra de las poblaciones a las que despojó de sus reliquias museográficas) lo que se juega, aun, en el presente. Ahora mismo, en el mundo se desarrollan guerras sanguinarias en las cuales participan de manera activa las potencias europeas, ya sea financiando guerrillas (como grupos terroristas locales), desplegando a sus ejércitos, traficando armas para amigos y enemigos, vetando resoluciones de pacificación en la Organización de Naciones Unidas o justificando, sin más, los conflictos armados en curso en nombre de sus propios valores que reafirma como supremos derechos universales del hombre y el ciudadano (o, en sentido más moderno y políticamente correcto, derechos del hombre).

    Palmira, la ciudad vieja de Alepo, Damasco, Homs, en Siria; Tombuctú, en Mali; el Valle de Bamiyan, al norte de la ciudad de Kabul, en Afganistán; Hatra, en Irak; o la Ciudad vieja de Saná, en Yemen (todas ellas ciudades en las que se preservaba la memoria de las primeras civilizaciones en la tierra; muchas de ellas, incluso, ciudades bíblicas); son ejemplos muy próximos al presente que dan cuenta de la destrucción que causan los intereses geopolíticos de Occidente (incluyendo a Estados Unidos) y que hoy, además, arrojan luces sobre la poca importancia que cobra, tanto para los Estados occidentales como para un gran número de personas alrededor del mundo, la devastación de sitios que no únicamente formaban parte del acervo de la UNESCO de sitios declarados patrimonio de la humanidad, sino que, además, eran lugares, objetos y símbolos en los que se concentraba la memoria de un sinfín de colectividades, de sociedades, de culturas y civilizaciones; sobrevivientes al saqueo y a la demolición de la expansión colonial entre los siglos XV y XX.

    Por eso, quizá, no habría que minimizar la tragedia que se muestra el hecho de que la humanidad (o por lo menos las poblaciones dentro del espacio geocultural occidental) se sienta tan mortificada por la pérdida de la Catedral de Notre Dame, cuando en los hechos una infinidad de veces ha pasado por alto, —ya sea por decisión consciente o por simple ignorancia—, la aniquilación de la historia de la humanidad en otras latitudes. Y es que, hay que insistir, la tristeza por el edificio francés en cuestión nadie la niega. El problema viene cuando el eurocentrismo y la hipocresía humanitaria se apropian sin más del discurso en torno de la necesidad de preservar las huellas de nuestra historia.

    Escrito por Ricardo Orozco, Consejero Ejecutivo del Centro Mexicano de Análisis de la Política Internacional.

  • Rencontre « L’État, cette horreur ». Deux conférences-débats avec Clément Homs et Benoît Bohy-Bunel sur la critique de l’État, de la politique et l’administration de la crise du capitalisme au XXIe siècle (Festival « Temps noirs » à Bordeaux, mardi 5 février)
    http://www.palim-psao.fr/2019/01/rencontre-l-etat-cette-horreur.deux-conferences-debats-avec-clement-homs-

    #anarchisme #Bordeaux #critique_de_la_valeur #wertkritik #politique #État #capitalisme #Clément_Homs #Benoît_Bohy-Bunel

  • [Revision] « Tell Me How This Ends » | Harper’s Magazine
    https://harpers.org/archive/2019/02/american-involvement-in-syria

    Dans cet article très USA-centré, le récit des premiers temps de la guerre en #Syrie par l’ancien ambassadeur US à Damas. (J’ai grasseyé certains passages. Le récit US passe égaleemnt sous silence la présence à Hama de l’ambassadeur français et de quelques invités...) L’histoire de ce conflit commence petit à petit à s’écrire...

    The vulnerable regimes in early 2011 were in the American camp, a coincidence that the Syrian president, Bashar al-­Assad, interpreted as proof that the Arab Spring was a repudiation of American tutelage. As Russia’s and Iran’s only Arab ally, he foresaw no challenge to his throne. An omen in the unlikely guise of an incident at an open-­air market in the old city of Damascus, in February 2011, should have changed his mind. One policeman ordered a motorist to stop at an intersection, while another officer told him to drive on. “The poor guy got conflicting instructions, and did what I would have done and stopped,” recalled the US ambassador to Syria, Robert Ford, who had only just arrived in the country. The second policeman dragged the driver out of his car and thrashed him. “A crowd gathered, and all of a sudden it took off,” Ford said. “No violence, but it was big enough that the interior minister himself went down to the market and told people to go home.” Ford reported to Washington, “This is the first big demonstration that we know of. And it tells us that this tinder is dry.”

    The next month, the security police astride the Jordanian border in the dusty southern town of Daraa ignited the tinder by torturing children who had scrawled anti-­Assad graffiti on walls. Their families, proud Sunni tribespeople, appealed for justice, then called for reform of the regime, and finally demanded its removal. Rallies swelled by the day. Ford cabled Washington that the government was using live ammunition to quell the demonstrations. He noted that the protesters were not entirely peaceful: “There was a little bit of violence from the demonstrators in Daraa. They burned the Syriatel office.” (Syriatel is the cell phone company of Rami Makhlouf, Assad’s cousin, who epitomized for many Syrians the ruling elite’s corruption.) “And they burned a court building, but they didn’t kill anybody.” Funerals of protesters produced more demonstrations and thus more funerals. The Obama Administration, though, was preoccupied with Egypt, where Hosni Mubarak had resigned in February, and with the NATO bombing campaign in Libya to support the Libyan insurgents who would depose and murder Muammar Qaddafi in October.

    Ambassador Ford detected a turn in the Syrian uprising that would define part of its character: “The first really serious violence on the opposition side was up on the coast around Baniyas, where a bus was stopped and soldiers were hauled off the bus. If you were Alawite, you were shot. If you were Sunni, they let you go.” At demonstrations, some activists chanted the slogan, “Alawites to the grave, and Christians to Beirut.” A sectarian element wanted to remove Assad, not because he was a dictator but because he belonged to the Alawite minority sect that Sunni fundamentalists regard as heretical. Washington neglected to factor that into its early calculations.

    Phil Gordon, the assistant secretary of state for European affairs before becoming Obama’s White House coordinator for the Middle East, told me, “I think the initial attitude in Syria was seen through that prism of what was happening in the other countries, which was, in fact, leaders—the public rising up against their leaders and in some cases actually getting rid of them, and in Tunisia, and Yemen, and Libya, with our help.”

    Ambassador Ford said he counseled Syria’s activists to remain non­violent and urged both sides to negotiate. Demonstrations became weekly events, starting after Friday’s noon prayer as men left the mosques, and spreading north to Homs and Hama. Ford and some embassy staffers, including the military attaché, drove to Hama, with government permission, one Thursday evening in July. To his surprise, Ford said, “We were welcomed like heroes by the opposition people. We had a simple message—no violence. There were no burned buildings. There was a general strike going on, and the opposition people had control of the streets. They had all kinds of checkpoints. Largely, the government had pulled out.”

    Bassam Barabandi, a diplomat who defected in Washington to establish a Syrian exile organization, People Demand Change, thought that Ford had made two errors: his appearance in Hama raised hopes for direct intervention that was not forthcoming, and he was accompanied by a military attaché. “So, at that time, the big question for Damascus wasn’t Ford,” Barabandi told me in his spartan Washington office. “It was the military attaché. Why did this guy go with Ford?” The Syrian regime had a long-standing fear of American intelligence interference, dating to the CIA-­assisted overthrow in 1949 of the elected parliamentary government and several attempted coups d’état afterward. The presence in Hama of an ambassador with his military attaché allowed the Assad regime to paint its opponents as pawns of a hostile foreign power.

  • En Syrie, réhabiliter le chemin de fer pour reconstruire le pays
    https://fr.news.yahoo.com/syrie-r%C3%A9habiliter-chemin-fer-reconstruire-pays-060713712.html
    Maher AL MOUNES - AFP - 9 septembre 2018

    Damas (AFP) - Près de Damas, dans sa locomotive, Abou Abdou déborde d’enthousiasme à l’idée de tester des rails fraîchement installés. En Syrie, le gouvernement de Bachar al-Assad veut réhabiliter des centaines de kilomètres de chemins de fer.

    L’initiative doit contribuer aux efforts de reconstruction dans un pays ravagé par la guerre depuis 2011, mais aussi relancer le commerce régional, assurent les autorités, au moment où le pouvoir d’Assad a consolidé son emprise sur près des deux tiers du territoire.

    Avant le conflit, les voyageurs pouvaient parcourir en train des centaines de kilomètres en Syrie, de Damas jusqu’à Homs, Alep, Lattaquié ou encore Deir Ezzor. Mais, dès 2012, les combats dans un pays morcelé ont mis les locomotives à l’arrêt.

    « Quand je conduis un train, j’ai l’impression de piloter un avion ! », se réjouit Abou Abdou, cheminot de 42 ans qui a retrouvé son bleu de travail.

    « J’attends ce jour depuis six ans », s’exclame-t-il en pianotant sur le tableau de commande devant lui pour man ?uvrer sa locomotive.(...)

  • Patrick Cockburn · The War in Five Sieges · LRB 19 July 2018
    https://www.lrb.co.uk/v40/n14/patrick-cockburn/the-war-in-five-sieges

    The decision to defend certain areas, or to besiege them, was often determined by sectarian or ethnic allegiances. Both the government (dominated by the Shia Alawi sect) and the opposition (dominated by Sunni Arabs) would play down the fact, but divisions between communities were at the heart of the Syrian civil war. These divisions decided the location of the military frontlines that snaked through Damascus and Homs, much as they had once done in Belfast and Beirut. The government-held districts were inhabited by the minority groups, Alawites, Kurds, Christians, Druze, Ismaili and Shia, which together make up about 40 per cent of the population. A businessman in Damascus told me that the weakness of the anti-Assad forces was that ‘the exiled opposition leaders have not developed a serious plan to reassure the minorities.’ Opposition enclaves were overwhelmingly Sunni Arab, though the Sunni community was itself divided between rich and poor and between rural and urban areas. Well-off secular Sunnis in government-held West Aleppo didn’t feel much sympathy for the poor, religiously minded Sunni in the rebel-held east of the city.

    #Syrie #classe #religions #environnement

  • Débâcle israélienne en Syrie
    par Abdel Bari Atwan 11 juillet 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine
    http://www.chroniquepalestine.com/debacle-israelienne-en-syrie

    Israël peut menacer et gonfler les muscles, mais il a perdu sa capacité à influencer les développements sur le terrain en Syrie.

    Chaque fois que l’armée syrienne remporte une victoire sur le terrain et reprend le contrôle d’une des principales villes ou d’un des gouvernorats syriens, les dirigeants israéliens se sentent frustrés et dépités. Ils réagissent en lançant des tirs de missiles ou des raids aériens pour frapper une cible ou une autre en Syrie, de façon à donner à un public israélien anxieux l’impression qu’il reste fort et garde l’avantage dans la région.

    Les unités avancées de l’armée syrienne ont atteint la frontière syro-jordanienne et ont décroché le drapeau de l’opposition qui dominait alors le poste frontalier de Nusayib. Cela a mortifié la direction israélienne, et ses frappes aériennes qui ont suivi ont donné une idée de l’ampleur du revers subi, de ses craintes quant aux conséquences futures et de sa confusion quant à l’évolution des développements militaires et politiques sur le terrain.

    Le dernier raid aérien israélien sur la base aérienne T-4 près de Homs – sous prétexte de cibler des forces iraniennes et libanaises du Hezbollah – était le troisième du genre en l’espace de trois mois. La répétition de ces frappes confirme le fait important que les attaques précédentes ont échoué. Elles n’ont atteint aucun de leurs objectifs et ont rencontré à trois reprises une résistance efficace des défenses aériennes syriennes – bien qu’elles aient causé des morts et des pertes matérielles comme on pouvait s’y attendre. (...)

    #Israël_Syrie

    • Israël publie la vidéo de ses frappes contre les positions de l’armée syrienne
      12.07.2018

      Une vidéo montrant les tirs de missiles menés dans la nuit du 11 au 12 juillet par l’armée de l’État hébreux contre les positions des troupes syriennes dans la province de Kuneitra, près du Golan, a été diffusée par Tsahal.

      https://fr.sputniknews.com/international/201807121037170453-israel-frappes-armee-syrienne

      ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
      Tsahal dit avoir tiré un missile Patriot contre un drone approchant depuis la Syrie
      13.07.2018
      https://fr.sputniknews.com/international/201807131037188461-tsahal-missile-drone-syrie

      L’armée israélienne a annoncé avoir tiré un missile d’interception Patriot contre un drone lancé depuis le sol syrien.

      Israël était certain d’intercepter un drone appartenant à la Syrie et non à la Russie
      Les militaires israéliens ont déclaré avoir tiré un missile d’interception Patriot ciblant un drone qui, selon eux, approchait depuis la Syrie.

  • Syria says Israel struck Iranian airbase near Homs - Israel News - Haaretz.com
    Reports say Syrian air defenses fired at planes, coming in from Jordan, and heading towards the T4 airbase used by Iran
    Jack Khoury
    Jul 09, 2018 11:16 AM
    https://www.haaretz.com/israel-news/syria-airstrike-hits-t4-airbase-near-homs-1.6248915

    Syria accused Israel on Sunday of attacking an air force base near Homs known to be housing Iranian forces. This is the third time in a year that Israel has struck the site, according to foreign reports.

    The official Syrian news agency SANA said air defenses were activated as warplanes, reportedly coming into the country from Jordan, approached the T4 base near Tiyas. The planes, which were said to be flying at low altitude to avoid detection, passed through the al-Tanaf area, where U.S. forces have a base.

    Syria’s state media said that military air defenses thwarted the act of “Israeli aggression.” An army officer in the southern Syrian desert said the air defense system shot down missiles coming from south of the Tanaf region toward the air base. Reports said that around six missiles hit near the base, causing damage, but added that no one was hurt or killed.

    The T4 airbase has been reported to have been used by Iranian forces. In April, a senior Israeli official confirmed to the New York Times that Israel had hit the base.

    #BREAKING: Reports: Israeli air strike on T4 base in Homs, Syria; Syria TV reports several air defence missiles in response pic.twitter.com/d52NzJ0YxR
    — Amichai Stein (@AmichaiStein1) July 8, 2018

    Video of purported attack near Syria’s T4 base

    “It was the first time we attacked live Iranian targets — both facilities and people,” said the Israeli military official.

    The official said that the armed Iranian drone that entered Israeli airspace a few days prior “opened a new period,” and that “this is the first time we saw Iran do something against Israel — not by proxy." During the attack, Israel killed seven Iranian Revolutionary Guards’ Quds force members, including Colonel Mehdi Dehghan, who led the drone unit operating out of T4, east of Homs.

    Two weeks ago, two Israeli missiles struck a target near Damascus International Airport, Syrian state media said.

    The target was an arms depot belonging to the Lebanese Shi’ite movement Hezbollah, the Syrian Observatory for Human Rights said. According to the Lebanon-based Al-Mayadeen TV, a source said Syrian air defense systems had intercepted two missiles in addition to the ones fired at the airport.

    • Ouest-France, avec AFP. | le 09/04/2018

      Frappes contre une base syrienne : la Russie et la Syrie accusent Israël

      https://www.ouest-france.fr/monde/syrie/frappes-contre-une-base-syrienne-la-russie-accuse-l-israel-5684230

      La Russie et le régime syrien estiment que l’armée israélienne est responsable des frappes menées contre une base militaire tôt ce lundi matin. Elle affirme avoir identifié deux avions F-15 de l’armée israélienne. Cette dernière, contactée par l’AFP, a indiqué « décliner tout commentaire ».

      Le bombardement de la base militaire du régime syrien T-4 entre Homs et Palmyre, perpétré tôt ce lundi, a été mené par des avions israéliens depuis l’espace aérien libanais, a affirmé l’armée russe.

      « Deux avions F-15 de l’armée israélienne ont frappé l’aérodrome entre 03 h 25 et 03 h 53 heure de Moscou (01 h 25 et 01 h 53 heure française) à l’aide de huit missiles téléguidés depuis le territoire libanais, sans pénétrer dans l’espace aérien syrien », a affirmé le ministère russe de la Défense, cité par les agences russes.

  • How a victorious Bashar al-Assad is changing Syria

    Sunnis have been pushed out by the war. The new Syria is smaller, in ruins and more sectarian.

    A NEW Syria is emerging from the rubble of war. In Homs, which Syrians once dubbed the “capital of the revolution” against President Bashar al-Assad, the Muslim quarter and commercial district still lie in ruins, but the Christian quarter is reviving. Churches have been lavishly restored; a large crucifix hangs over the main street. “Groom of Heaven”, proclaims a billboard featuring a photo of a Christian soldier killed in the seven-year conflict. In their sermons, Orthodox patriarchs praise Mr Assad for saving one of the world’s oldest Christian communities.

    Homs, like all of the cities recaptured by the government, now belongs mostly to Syria’s victorious minorities: Christians, Shias and Alawites (an esoteric offshoot of Shia Islam from which Mr Assad hails). These groups banded together against the rebels, who are nearly all Sunni, and chased them out of the cities. Sunni civilians, once a large majority, followed. More than half of the country’s population of 22m has been displaced—6.5m inside Syria and over 6m abroad. Most are Sunnis.

    The authorities seem intent on maintaining the new demography. Four years after the government regained Homs, residents still need a security clearance to return and rebuild their homes. Few Sunnis get one. Those that do have little money to restart their lives. Some attend Christian mass, hoping for charity or a visa to the West from bishops with foreign connections. Even these Sunnis fall under suspicion. “We lived so well before,” says a Christian teacher in Homs. “But how can you live with a neighbour who overnight called you a kafir (infidel)?”

    Even in areas less touched by the war, Syria is changing. The old city of Damascus, Syria’s capital, is an architectural testament to Sunni Islam. But the Iranian-backed Shia militias that fight for Mr Assad have expanded the city’s Shia quarter into Sunni and Jewish areas. Portraits of Hassan Nasrallah, the leader of Hizbullah, a Lebanese Shia militia, hang from Sunni mosques. Advertisements for Shia pilgrimages line the walls. In the capital’s new cafés revellers barely notice the jets overhead, bombing rebel-held suburbs. “I love those sounds,” says a Christian woman who works for the UN. Like other regime loyalists, she wants to see the “terrorists” punished.

    Mr Assad’s men captured the last rebel strongholds around Damascus in May. He now controls Syria’s spine, from Aleppo in the north to Damascus in the south—what French colonisers once called la Syrie utile (useful Syria). The rebels are confined to pockets along the southern and northern borders (see map). Lately the government has attacked them in the south-western province of Deraa.

    A prize of ruins

    The regime is in a celebratory mood. Though thinly spread, it has survived the war largely intact. Government departments are functioning. In areas that remained under Mr Assad’s control, electricity and water supplies are more reliable than in much of the Middle East. Officials predict that next year’s natural-gas production will surpass pre-war levels. The National Museum in Damascus, which locked up its prized antiquities for protection, is preparing to reopen to the public. The railway from Damascus to Aleppo might resume operations this summer.

    To mark national day on April 17th, the ancient citadel of Aleppo hosted a festival for the first time since the war began. Martial bands, dancing girls, children’s choirs and a Swiss opera singer (of Syrian origin) crowded onto the stage. “God, Syria and Bashar alone,” roared the flag-waving crowd, as video screens showed the battle to retake the city. Below the citadel, the ruins stretch to the horizon.

    Mr Assad (pictured) has been winning the war by garrisoning city centres, then shooting outward into rebel-held suburbs. On the highway from Damascus to Aleppo, towns and villages lie desolate. A new stratum of dead cities has joined the ones from Roman times. The regime has neither the money nor the manpower to rebuild. Before the war Syria’s economic growth approached double digits and annual GDP was $60bn. Now the economy is shrinking; GDP was $12bn last year. Estimates of the cost of reconstruction run to $250bn.

    Syrians are experienced construction workers. When Lebanon’s civil war ended in 1990, they helped rebuild Beirut. But no such workforce is available today. In Damascus University’s civil-engineering department, two-thirds of the lecturers have fled. “The best were first to go,” says one who stayed behind. Students followed them. Those that remain have taken to speaking Araglish, a hotch-potch of Arabic and English, as many plan futures abroad.

    Traffic flows lightly along once-jammed roads in Aleppo, despite the checkpoints. Its pre-war population of 3.2m has shrunk to under 2m. Other cities have also emptied out. Men left first, many fleeing the draft and their likely dispatch to the front. As in Europe after the first world war, Syria’s workforce is now dominated by women. They account for over three-quarters of the staff in the religious-affairs ministry, a hitherto male preserve, says the minister. There are female plumbers, taxi-drivers and bartenders.

    Millions of Syrians who stayed behind have been maimed or traumatised. Almost everyone your correspondent spoke to had buried a close relative. Psychologists warn of societal breakdown. As the war separates families, divorce rates soar. More children are begging in the streets. When the jihadists retreat, liquor stores are the first to reopen.

    Mr Assad, though, seems focused less on recovery than rewarding loyalists with property left behind by Sunnis. He has distributed thousands of empty homes to Shia militiamen. “Terrorists should forfeit their assets,” says a Christian businesswoman, who was given a plush café that belonged to the family of a Sunni defector. A new decree, called Law 10, legitimises the government’s seizure of such assets. Title-holders will forfeit their property if they fail to re-register it, a tough task for the millions who have fled the country.

    A Palestinian-like problem

    The measure has yet to be implemented, but refugees compare it to Israel’s absentees’ property laws, which allow the government to take the property of Palestinian refugees. Syrian officials, of course, bridle at such comparisons. The ruling Baath party claims to represent all of Syria’s religions and sects. The country has been led by Alawites since 1966, but Sunnis held senior positions in government, the armed forces and business. Even today many Sunnis prefer Mr Assad’s secular rule to that of Islamist rebels.

    But since pro-democracy protests erupted in March 2011, Syrians detect a more sectarian approach to policymaking. The first demonstrations attracted hundreds of thousands of people of different faiths. So the regime stoked sectarian tensions to divide the opposition. Sunnis, it warned, really wanted winner-take-all majoritarianism. Jihadists were released from prison in order to taint the uprising. As the government turned violent, so did the protesters. Sunni states, such as Turkey, Saudi Arabia and Qatar, provided them with arms, cash and preachers. Hardliners pushed aside moderates. By the end of 2011, the protests had degenerated into a sectarian civil war.

    Early on, minorities lowered their profile to avoid being targeted. Women donned headscarves. Non-Muslim businessmen bowed to demands from Sunni employees for prayer rooms. But as the war swung their way, minorities regained their confidence. Alawite soldiers now flex arms tattooed with Imam Ali, whom they consider the first imam after the Prophet Muhammad (Sunnis see things differently). Christian women in Aleppo show their cleavage. “We would never ask about someone’s religion,” says an official in Damascus. “Sorry to say, we now do.”

    The country’s chief mufti is a Sunni, but there are fewer Sunnis serving in top posts since the revolution. Last summer Mr Assad replaced the Sunni speaker of parliament with a Christian. In January he broke with tradition by appointing an Alawite, instead of a Sunni, as defence minister.

    Officially the government welcomes the return of displaced Syrians, regardless of their religion or sect. “Those whose hands are not stained with blood will be forgiven,” says a Sunni minister. Around 21,000 families have returned to Homs in the last two years, according to its governor, Talal al-Barazi. But across the country, the number of displaced Syrians is rising. Already this year 920,000 people have left their homes, says the UN. Another 45,000 have fled the recent fighting in Deraa. Millions more may follow if the regime tries to retake other rebel enclaves.

    When the regime took Ghouta, in eastern Damascus, earlier this year its 400,000 residents were given a choice between leaving for rebel-held areas in the north or accepting a government offer of shelter. The latter was a euphemism for internment. Tens of thousands remain “captured” in camps, says the UN. “We swapped a large prison for a smaller one,” says Hamdan, who lives with his family in a camp in Adra, on the edge of Ghouta. They sleep under a tarpaulin in a schoolyard with two other families. Armed guards stand at the gates, penning more than 5,000 people inside.

    The head of the camp, a Christian officer, says inmates can leave once their security clearance is processed, but he does not know how long that will take. Returning home requires a second vetting. Trapped and powerless, Hamdan worries that the regime or its supporters will steal his harvest—and then his land. Refugees fear that they will be locked out of their homeland altogether. “We’re the new Palestinians,” says Taher Qabar, one of 350,000 Syrians camped in Lebanon’s Bekaa Valley.

    Some argue that Mr Assad, with fewer Sunnis to fear, may relax his repressive rule. Ministers in Damascus insist that change is inevitable. They point to a change in the constitution made in 2012 that nominally allows for multiparty politics. There are a few hopeful signs. Local associations, once banned, offer vocational training to the displaced. State media remain Orwellian, but the internet is unrestricted and social-media apps allow for unfettered communication. Students in cafés openly criticise the regime. Why doesn’t Mr Assad send his son, Hafez, to the front, sneers a student who has failed his university exams to prolong his studies and avoid conscription.

    A decade ago Mr Assad toyed with infitah (liberalisation), only for Sunni extremists to build huge mosques from which to spout their hate-speech, say his advisers. He is loth to repeat the mistake. Portraits of the president, appearing to listen keenly with a slightly oversized ear, now line Syria’s roads and hang in most offices and shops. Checkpoints, introduced as a counter-insurgency measure, control movement as never before. Men under the age of 42 are told to hand over cash or be sent to the front. So rife are the levies that diplomats speak of a “checkpoint economy”.

    Having resisted pressure to compromise when he was losing, Mr Assad sees no reason to make concessions now. He has torpedoed proposals for a political process, promoted by UN mediators and his Russian allies, that would include the Sunni opposition. At talks in Sochi in January he diluted plans for a constitutional committee, insisting that it be only consultative and based in Damascus. His advisers use the buzzwords of “reconciliation” and “amnesty” as euphemisms for surrender and security checks. He has yet to outline a plan for reconstruction.

    War, who is it good for?

    Mr Assad appears to be growing tired of his allies. Iran has resisted Russia’s call for foreign forces to leave Syria. It refuses to relinquish command of 80,000 foreign Shia militiamen. Skirmishes between the militias and Syrian troops have resulted in scores of deaths, according to researchers at King’s College in London. Having defeated Sunni Islamists, army officers say they have no wish to succumb to Shia ones. Alawites, in particular, flinch at Shia evangelising. “We don’t pray, don’t fast [during Ramadan] and drink alcohol,” says one.

    But Mr Assad still needs his backers. Though he rules most of the population, about 40% of Syria’s territory lies beyond his control. Foreign powers dominate the border areas, blocking trade corridors and the regime’s access to oilfields. In the north-west, Turkish forces provide some protection for Hayat Tahrir al-Sham, a group linked to al-Qaeda, and other Sunni rebels. American and French officers oversee a Kurdish-led force east of the Euphrates river. Sunni rebels abutting the Golan Heights offer Israel and Jordan a buffer. In theory the territory is classified as a “de-escalation zone”. But violence in the zone is escalating again.

    New offensives by the regime risk pulling foreign powers deeper into the conflict. Turkey, Israel and America have drawn red lines around the rebels under their protection. Continuing Iranian operations in Syria “would be the end of [Mr Assad], his regime”, said Yuval Steinitz, a minister in Israel, which has bombed Iranian bases in the country. Israel may be giving the regime a green light in Deraa, in order to keep the Iranians out of the area.

    There could be worse options than war for Mr Assad. More fighting would create fresh opportunities to reward loyalists and tilt Syria’s demography to his liking. Neighbours, such as Jordan and Lebanon, and European countries might indulge the dictator rather than face a fresh wave of refugees. Above all, war delays the day Mr Assad has to face the question of how he plans to rebuild the country that he has so wantonly destroyed.


    https://www.economist.com/middle-east-and-africa/2018/06/30/how-a-victorious-bashar-al-assad-is-changing-syria?frsc=dg%7Ce
    #Syrie #démographie #sunnites #sciites #chrétiens #religion #minorités

    • Onze ans plus tard, on continue à tenter de donner un peu de crédibilité à la fable d’une guerre entre « sunnites » et « minoritaires » quand la moindre connaissance directe de ce pays montre qu’une grande partie des « sunnites » continue, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, mais ce sont les leurs, à soutenir leur président. Par ailleurs, tout le monde est prié désormais par les syriologues de ne se déterminer que par rapport à son origine sectaire (au contraire de ce qu’on nous affirmait du reste au début de la « révolution »)...

  • « L’ ’’économie réelle’’, c’est le capitalisme ! Au-delà de l’anticapitalisme tronqué de la gauche et d’ ’’Occupy Wall Street’’ », par Clément Homs - Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme
    http://www.palim-psao.fr/article-critique-de-la-finance-ou-de-la-societe-capitaliste-au-dela-de-l-

    « L’essentiel, ce n’est pas que les esclaves soient mieux nourris ; c’est d’abord qu’il n’y ait plus d’esclaves. »
    Rosa Luxembourg


    http://www.krisis.org/1999/manifeste-contre-le-travail
    #wertkritik #manifeste_contre_le_travail

  • Damas ne peut tolérer l’installation d’un « Émirat » pro-américain à sa frontière sud
    Abdel Bari Atwan | 7 mai 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    http://www.chroniquepalestine.com/damas-ne-peut-tolerer-installation-dun-emirat-pro-americain

    (...) Les États-Unis adhèrent maintenant à l’exigence israélienne d’empêcher le gouvernement syrien et/ou les forces alliées iraniennes et du Hezbollah d’établir une présence sur le front sud ou près des hauteurs du Golan occupées. Mais cela ne signifie pas que les Syriens et leurs alliés russes et iraniens refuseront la bataille, après leur succès dans la récupération de la Ghouta orientale, et auparavant Alep, Palmyre, Deir az-Zour et beaucoup d’autres villes syriennes.

    L’armée syrienne ne peut accepter la création d’un « Émirat de Hawran » dans le sud et une séparation à long terme de la frontière du pays avec la Jordanie – sa principale voie d’exportation terrestre vers le monde arabe – qui serait un énorme recul stratégique, politique et économique. Ce n’est qu’une question de priorités en ce qui concerne le commandement militaire syrien, et celui-ci est fermement convaincu que le moment est maintenant venu de se tourner vers le sud – même si cela signifie affronter l’armée israélienne et peut-être aussi les forces américaines, en plus des factions armées soutenues par Israël.

    En définitive, l’armée syrienne ne fait qu’opérer sur son propre territoire dans le but de sécuriser les frontières du pays.

    La question posée par les analystes qui suivent de près ces développements, est de savoir quelle sera la position du gouvernement jordanien et quel rôle il pourrait jouer, même à contrecœur, si le cessez-le-feu s’effondrait et que la guerre éclatait près de ses frontières septentrionales.

    Jusqu’à présent, le gouvernement s’est contenté de multiplier les dénégations. Son porte-parole officiel, Muhammad al-Moumani, a été occupé à publier des déclarations ces derniers jours, pour nier que les missiles « non identifiés » qui ont récemment ciblé des sites militaires à Hama et Homs ont été lancés depuis le territoire jordanien. (...)

  • Une nouvelle agression tripartite qui se solde par un échec, par Abdelbari Atwan - Actuarabe
    http://actuarabe.com/une-nouvelle-agression-tripartite-qui-se-solde-par-un-echec

    Premièrement : l’utilisation des armes chimiques comme prétexte pour diriger des frappes militaires comme celles d’aujourd’hui ne sert à rien. Elles ont porté un coup au prestige de l’Amérique et de ses alliés, d’autant qu’elles se sont déroulées le jour où les experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques devaient commencer leur enquête et inspecter les lieux du crime supposé. Cela donne l’impression que l’Amérique et ses alliés veulent faire avorter la mission des experts avant qu’elle ne commence.

    Deuxièmement : la vengeance syro-irano-russe prendra peut-être la forme d’une guérilla contre les forces américaines positionnées en Syrie et en Irak, dont le nombre dépasse 8 000 soldats, en plus des civils et des sociétés sous contrat.

    Troisièmement : la Russie va fournir à l’armée arabe syrienne des systèmes de défense aériens modernes dotés des missiles S-300 et S-400 pouvant intercepter tout missile ou avion de chasse visant la Syrie dans le futur, en premier lieu les avions israéliens.

    Quatrièmement : les relations entre la Russie et Israël sont au plus bas car Israël a participé à l’agression et a été informé de sa date. Il a fourni aux agresseurs des renseignements sur la localisation des sites visés.

    Cinquièmement : la Russie devrait peser de tout son poids dans la prochaine tentative de l’armée syrienne et de ses alliés de reprendre la ville d’Idlib et la région de Daraa, vers la frontière jordanienne, en réponse à cette attaque tripartite américaine.

    Sixièmement : suite au bombardement de l’aéroport militaire de Tayfour, près de Homs, dans lequel sept Iraniens et quatorze soldats syriens sont tombés en martyrs, l’Iran est entré en confrontation avec l’Etat israélien d’occupation, qui a effectué ce bombardement depuis l’espace aérien libanais. De plus, le peuple iranien demande désormais à ses dirigeants de répondre à cette agression.

    Septièmement : les frappes sont parties de bases américaines au Qatar et en Arabie Saoudite et les gouvernements de ces deux pays se sont empressés de les soutenir. Cela a mis en évidence la dimension et le rôle des alliés arabes de l’Amérique, prêts à participer à toutes les guerres qu’elle mène dans la région, notamment contre l’Iran dans un futur proche.

    Huitièmement : Il est très probable que les Etats-Unis perdent l’Irak après y avoir dépensé environ cinq mille milliards de dollars, car le gouvernement irakien s’est bien gardé de soutenir ces frappes et la plupart des Irakiens se sont montrés solidaires de la Syrie.

  • Syrie : ce que l’on sait des frappes américaines, françaises et britanniques
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/04/14/donald-trump-annonce-des-frappes-contre-la-syrie-en-coordination-avec-paris-

    L’opération a visé des sites militaires et un centre de recherche soupçonnés d’héberger le programme chimique du régime, à Damas et près de Homs.

    Je prends ce (joli) titre du Monde pour (essayer de) répondre à l’interrogation de @nidal : J’aimerais savoir si les missiles français ont violé, cette nuit, le territoire libanais
    https://seenthis.net/messages/686728

    Bon, inutile de suivre le lien vers l’article, on n’apprend pratiquement rien de plus détaillé que dans le chapeau, si ce n’est – au cas où l’ignorerait – que la frappe, #lourde_mais_proportionnée, a eu lieu en représailles à l’utilisation d’armes chimiques par le grand méchant Assad.

    On appréciera l’image (vignette, plutôt) associée à l’article bien qu’absente de la page web (elle figurait aussi en une électronique avec l’appel vers l’article), copie d’écran, j’imagine, d’un expert discourant doctement sur une carte de la région présentant un positionnement fantaisiste des forces des gentils frappeurs.

    • WP fournit une carte des lieux frappés (élaborée par le gentil DoD des gentils États-Unis)


      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_de_Barzé_et_de_Him_Shinshar

      Comparons avec cette carte des frontières maritimes publiée en 2015 dans le Diplo (à propos du litige gazier libano-israélien, carte que je découvre à l’occasion)


      https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/litigegazmediterranee

      D’où il ressort qu’il n’est guère aisé d’atteindre la banlieue de Damas en provenance de la mer. Compte tenu des capacités de navigation des missiles, dits justement de croisière, voyons les différentes routes possibles.
      • la plus directe passe par le Liban. Oh, juste un petit bout. C’est la plus probable car la distance (beaucoup) plus courte s’accompagne de la propriété bien venue de minimiser le parcours au dessus du territoire syrien et donc l’exposition aux mesures anti-missiles
      • au prix d’un (léger) détour, les missiles peuvent survoler Israel qui, bien que probablement tout content de voir une bordée destinée à son voisin, préférerait sans doute que ça passe pas au dessus de chez lui. De plus, la route conduit au dessus du Golan dont une expérience récente a montré que l’activité anti-aérienne pouvait produire quelques résultats concrets
      • un détour plus grand encore par la Turquie ne fait qu’aggraver ces deux désavantages : susceptibilité de l’état de transit (Coucou, Recep !) et le temps de survol au dessus de la Syrie
      • le respect strict (?) des susceptibilités nationales (et des lois internationales) qui mènerait à tirer à partir de la façade maritime de la Syrie peut-être éliminé a priori, d’une part pour des raisons relatives à la psychologie des gentils frappeurs, d’autre part parce les missiles terre-mer ont déjà – et depuis longtemps – fait preuve d’une certaine efficacité
      • pour être complet, restent encore Jordanie et Irak, totalement exclus : la longueur du détour augmentant le délai de réaction de la défense anti-aérienne à partir de la détection. À moins que le(s) méchant(s) n’ai(en)t pas penser à regarder dans cette direction…

      Quant aux deux cibles à l’ouest de Homs, on est quasiment dans le coin nord-est du Liban (à quelques dizaines de kilomètres), donc approche libanaise très probable

    • Détails abondants chez Challenges

      Frappes en Syrie : quel a été le rôle de la France ? - Challenges.fr
      https://www.challenges.fr/entreprise/defense/frappes-en-syrie-quel-a-ete-le-role-de-la-france_580816

      Paris revendique quant à lui 12 engins tirés, dont 9 Scalp depuis des chasseurs Rafale, et 3 missiles de croisière navals (MdCN) depuis des frégates FREMM. On peut donc estimer à 10% environ la proportion de de frappes françaises dans l’opération de cette nuit.

      SI le chiffre peut paraître modeste, il s’agit indéniablement d’une opération de grande ampleur pour les forces françaises. Côté armée de l’air, selon le blog le Mamouth, pas moins de 17 avions de l’armée de l’air ont participé au dispositif : une dizaine de chasseurs (5 Rafale, accompagnés de 4 Mirage 2000-5), mais aussi 6 ravitailleurs. Il faut rajouter deux avions E-3F AWACS, des avions de détection et de commandement. Les appareils étant partis des bases françaises, il a fallu les ravitailler, cinq fois par chasseur selon le Mamouth. Soit le chiffre impressionnant de 50 ravitaillements.

      La Marine nationale a aussi largement participé à l’opération : elle a dépêché sur théâtre trois frégates FREMM, soit les trois quarts de la flotte de frégates multi-missions en service. Ces navires ont été soutenus par une frégate anti-aérienne, une frégate anti sous-marine, un pétrolier-ravitailleur et probablement un sous-marin nucléaire d’attaque pour protéger le dispositif. Trois missiles de croisière navals (MdCN) ont été tirés depuis les FREMM, une première pour ce nouvel armement livré en 2017 par l’industriel MBDA.

      Donnant lieu à ce satisfecit (ou encore #cocorico) mitigé par le manque de moyens budgétaires…

      Quelles conclusions tirer de la participation française ? Le raid massif de 10 heures de l’armée de l’air, effectué depuis la France, est une performance réservée à une poignée de forces aériennes dans le monde : il prouve que l’armée de l’air reste en première division. Cette performance a été rendue possible grâce à l’investissement continu de la France dans la dissuasion, qui permet de conserver les compétences sur des opérations longues et complexes. Côté marine, l’utilisation du couple FREMM/MdCN prouve que l’opération de modernisation du porte-avions Charles de Gaulle n’a pas obéré les capacités de frappes de la Royale. Le faible stock de MdCN, que l’on peut estime à 50-60 missiles, est en revanche un vrai facteur limitant

       : ce stock équivaut à la moitié des missiles américains tirés cette nuit.

    • Pour info, WP donne une portée de
      • 1000 km pour le MdCN (ex-SCALP Naval), 3 exemplaires tirés
      • 400 km pour le SCALP EG emporté par les Rafale, 9 exemplaires français, puisque les Tornado britanniques ont aussi expédié leur lot de missiles

      Il semblerait que la France et le R.-U. se soient limités aux objectifs de la région de Homs, laissant la banlieue de Damas aux états-uniens.

    • Précision sur les cibles et le stock de MdCN mais aussi incertitude (pour moi…) sur la composition de la force navale, la frégate ASM mentionnée peut aussi être une FREMM (en version FREDA…)

      Frappes en Syrie : La France utilise pour la première fois ses missiles de croisière navals - 14/04/2018 - ladepeche.fr
      https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/14/2780283-frappes-syrie-france-utilise-premiere-fois-missiles-croisiere-nava

      La France a tiré 12 des 100 missiles de croisière à sa disposition pour mener à bien la frappe de la nuit dernière sur des «  sites de production d’armes chimiques  » syriens, selon l’Elysée et le ministère des armées. Le bombardement a été réalisé avec l’aide des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

      Parmi les 12 missiles utilisés, 3 sont des missiles de croisière navals MdCN, d’une portée de 1 000 km et d’une précision de l’ordre du métrique. Ils ont été tirés par l’une des trois frégates multimissions (FREMM) déployées pour l’opération. Sur les 5 FREMM disponibles, la France a choisi de mettre en service une frégate anti-sous-marine, une anti-aérienne ainsi qu’un pétrolier destiné au ravitaillement.

      Les cinq rafales mobilisés sur le front aérien sont à l’origine des autres projectiles tirés, 9 missiles Scalp tirés une demi-heure après la première offensive.

      Les deux zones visées dans la région de Homs sont des lieux de stockage et de fabrication d’armes chimiques selon le ministère des armées. Paris n’a pas participé au troisième raid aérien qui avait pour cible un lieu stratégique de la production d’armement chimique syrien.

    • Syrie : ce que l’on sait... et ce que l’on tait
      https://www.legrandsoir.info/syrie-ce-que-l-on-sait-et-ce-que-l-on-tait.html

      Depuis la soi-disant attaque chimique du 7 avril, le festival de mensonges sur la crise syrienne atteint une sorte de paroxysme. « Ce que l’on sait des frappes américaines, françaises et britanniques » titre le Monde... Apparemment, le Monde ne sait pas grand-chose. De leur côté, les médias russes fournissent quelques précisions qui ont malheureusement échappé au quotidien du soir. Et qui remettent en perspective la victoire rapide, facile et incontestable que l’on veut nous vendre.

      Une fois retombée la poussière et la fureur on apprend... que la majorité des missiles lancés sur la Syrie ont été abattus par la défense anti-aérienne syrienne ! Laquelle se compose de vieux systèmes S120 et S200 remontant à l’époque soviétique... Rien à voir avec le bilan calamiteux des Patriots ultramodernes dont on entendit monts et merveilles dans les années 90 et qui ne réussirent à intercepter qu’un Scud sur la quarantaine de missiles obsolètes et trafiqués par les Irakiens, qui avaient une fâcheuse tendance à se disloquer en vol...

      Les frappes (chirurgicales) contre la Syrie n’ont fait que trois victimes : la logique, la vérité et l’intelligence
      https://www.legrandsoir.info/les-frappes-chirurgicales-contre-la-syrie-n-ont-fait-que-trois-victime

    • ’No release of chemicals is best proof there were none’ – employee of bombed Syrian research site — RT World News
      https://www.rt.com/news/424228-syria-strike-civilian-research-facility

      An engineer at the now-bombed-out research facility north of Damascus, which the US claims was the heart of Syria’s chemical weapons program, says the labs were making medicine and testing toys for safety.

      C’est exactement la remarque que je me suis faite en regardant les vidéos des ruines. On entend tout plein de voix qui gazouillent autour. De deux choses l’une, ou je suis sous emprise de VVP, ou bien ce sont des staged up ruines…

      De mon intervention, il y a bien longtemps, bien avant la réglementation dite Seveso, dans une usine (dans le sud de la France) où le chlore était l’élément de base, j’ai surtout retenu les avertissements écrits en ÉNORME au dessus des ÉNORMES flèches : si vous entendez la sirène, vous avez 1 minute pour vous rendre à la salle de confinement où vous attendrez qu’on vienne vous chercher

    • Caught in a lie, US & allies bomb Syria the night before international inspectors arrive — RT Op-ed
      https://www.rt.com/op-ed/424186-us-allies-syria-lie

      In the same Pentagon briefing, General Joseph Dunford specified the US and allies’ targets in Syria, alleging they were “specifically associated with the Syrian regime’s chemical weapons program.” One target, at which 76 missiles were fired, was the Barzeh scientific research centre in heavily-populated Damascus itself, which Dunford claimed was involved in the “development, production and testing of chemical and biological warfare technology.

      This ‘target’ is in the middle of a densely-inhabited area of Damascus. According to Damascus resident Dr. (of business and economy) Mudar Barakat, who knows the area in question, “the establishment consists of a number of buildings. One of them is a teaching institute. They are very close to the homes of the people around.

      Of the strikes, Dunford claimed they “inflicted maximum damage, without unnecessary risk to innocent civilians.

      If one believed the claims to be accurate, would bombing them really save Syrian lives, or to the contrary cause mass deaths? Where is the logic in bombing facilities believed to contain hazardous, toxic chemicals in or near densely populated areas?

    • Le point sur les frappes occidentales en Syrie
      https://www.latribune.fr/economie/international/le-point-sur-les-frappes-occidentales-en-syrie-775396.html

      Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé au total 105 missiles.Un chiffré corroboré par le haut commandement de l’armée syrienne qui a parlé de « environ 110 missiles [tirés] sur des cibles à Damas et ailleurs » dans le pays, mais affirmé en avoir intercepté « la plupart. »

      « Nous sommes sûrs que tous nos missiles ont atteint leur cible », a assuré le général McKenzie, qui a démenti les affirmations de Moscou selon lesquelles 71 des missiles occidentaux auraient été interceptés
      Selon le Pentagone, le centre de Barzé a été atteint par 76 missiles, dont 57 Tomahawk et 17 [lire 19, probable coquille] JASSM (Joint air to surface stand-off missiles), un nouveau type de missiles de croisière furtif que les Etats-Unis utilisaient pour la première fois en situation réelle.

      Le deuxième site a été visé par 22 missiles tirés par les trois pays : 9 Tomahawk américains, 8 Storm Shadow britanniques, et 3 missiles de croisière navals MdCNet et 2 missiles air-sol Scalp pour la France. Le troisième site a été atteint par 7 missiles Scalp, a précisé Washington.

      Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a précisé que les forces américaines avaient employé deux fois plus de munitions que pour la frappe américaine d’avril 2017 sur la base militaire d’Al-Chaayrate, près de Homs.

      Les Etats-Unis ont engagé le croiseur USS Monterey qui a tiré 30 Tomahawk, et l’USS Laboon, un destroyer de la classe Arleigh Burke, qui en a lancé 7. Les deux bâtiments de guerre se trouvaient en mer Rouge. Depuis le Golfe, le destroyer USS Higgins a tiré 23 Tomahawks supplémentaires. Dans la méditerranée, un sous-marin, le John Warner, a tiré six Tomahawk. Deux bombardiers supersoniques B-1 ont en outre été utilisés, pour lancer 19 missiles JASSM.

      La France a engagé cinq frégates de premier rang et neuf avions de chasse dont cinq Rafale. Elle a annoncé avoir tiré pour la première fois des missiles de croisière navals, 3 sur les 12 missiles qu’elle a lancés parmi la centaine ayant visé la Syrie au total.

      Le Royaume-Uni a utilisé quatre avions de chasse Tornado GR4 de la Royal Air Force, équipés de missiles Storm Shadow. Londres a indiqué avoir frappé un complexe militaire - une ancienne base de missiles - à 24 kilomètres à l’ouest de Homs « où le régime est supposé conserver des armes chimiques ».

    • Toujours le même journaliste plusieurs articles dans le marin (papier) daté du 19 avril. Dans l’un d’entre eux, il cite une lettre « confidentielle » (la Lettre A) et le commandant du Sirpa marine.

      Les MdCN prévus ne sont pas partis…
      Pourquoi seulement trois missiles de croisière navals (MdCN) ont-ils été tirés, alors qu’une dizaine étaient disponibles en mer à bord de trois frégates multi missions (Fremm) ? Et pourquoi seulement de la frégate Languedoc, remplaçante de la doublure (Auvergne) de l’Aquitaine ? Panne, contre-temps, manque des conditions opérationnelles nécessaires pour tirer ?

      La Lettre A explique que la Marine est allée de Charybde en Scylla. L’Aquitaine prévue pour le premier tir, n’a pas pu s’exécuter, pas plus que l’Auvergne. L’origine de ces imprévus n’est pas précisément connue, mais un tir de MdCN est un alignement de lunes. Dans le cas contraire, le missile ne part pas.

      Pour l’état major des armées, «   l’effet militaire a été obtenu  », assure un porte-parole, qui ne répond pas sur cette chronologie. Sans se prononcer sur cette dernière ou le nombre d’armes embarquées, le capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, commandant du Sirpa Marine, a expliqué au marin le mardi 17 avril que «  certains missiles ne sont pas partis dans la fenêtre très étroite, il a fallu se reconfigurer, ce qui a été fait  ».

      La Fremm Languedoc a alors tirés ses trois MdCN. «  Quand les missiles [manifestement des deux autres Fremm] ont pu être tirés, cela n’a pas été requis. En termes de planification, les cas non conformes sont pris en compte, c’est le rôle des planificateurs que nous sommes. Il y a eu un aléa technique dans la fenêtre. Ce la ne remet pas en cause l’arme  », insiste l’officier supérieur.

      À ce stade persistent donc deux inconnues : combien de MdCN devaient être tirées au total ? Et quelles sont les causes du retard sur les deux premiers navires ?

      Pour les missiles de croisière aérolargués, les opérationnels expliquent qu’il faut deux missiles pour traiter un objectif. Les trois MdCN français étaient réservés au site de stockage d’Him Shinshar, avec neuf Tomahawk, les huit missiles de croisières britanniques de la Royal Air Force, et deux autres tirés par les Rafale de l’armée de l’air. Avec des MdCN supplémentaires, le résultat aurait-il été meilleur ?

    • Et, toujours JMT, dans un article sur la même page :

      Syrie : les navires ont tiré deux fois plus de missiles que les avions
      […] Afin de saturer les défenses syriennes et éventuellement russes, les Français, Britanniques et Américains avaient décidé de tirer depuis la Méditerranée orientale, la mer Rouge et le golfe Persique. La seule direction de tir qui ne semble pas avoir été exploitée est la Turquie.

      Au final, les navires ont titré deux fois plus de missiles (60) que les avions (36). Les Américains se taillent la part du lion, avec 85 missiles tirés au total, sans doute des vieux T-Lam (Tomahawk Land attack missile) qui n’ont pas la précision des engins actuels. Résultat, il faut en tirer plus. Ils ont par contre dégainé leur nouveau JASSM-ER tiré à partir de bombardier B1 pour la cible la mieux défendue.

      La Royal Navy est absente cette fois-ci […] Sans doute une façon de limiter la facture économique, mais aussi politique : Theresa May n’était clairement pas soutenue par son opinion publique. Pas sûr non plus qu’elle avait à portée le sous-marin idoine. Que la presse britannique a dit traqué par deux sous-marins russes de classe Kilo.
      […]
      La présence de la marine française est solide avec au moins six navires (et très probablement un sous-marin nucléaire d’attaque) : trois Fremm (les Aquitaine, Auvergne, Languedoc), le Cassard, le Jean de Vienne et le pétrolier ravitailleur Var. Une telle concentration de frégates sans un porte-avions au milieu est historique. Mais illustre bien la portée nouvelle constituée par le MdCN.

      et en encadré :

      La France n’a commandé que 150 missiles de croisière navals, ce qui l’oblige à surveiller sa consommation de feu. Alors qu’elle possède bien plus de missiles de croisières tirés des airs.

      Aucun des missiles de croisières actuels (JASSM-ER américains, Scalp-EG et MdCN franco-britanniques, Kalibr russe) n’est supersonique ; ils peuvent donc être interceptés.

  • France, Etats-Unis et Royaume-Uni frappent la #Syrie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/140418/france-etats-unis-et-royaume-uni-frappent-la-syrie

    Des tirs antiaériens sont observés au-dessus de Damas, en Syrie, samedi 14 avril 2018. © REUTERS/Feras Makdesi En réponse à l’attaque chimique menée il y a une semaine à Douma, une série de frappes ciblées a été menée dans la nuit de vendredi à samedi en Syrie. Étaient visés des sites militaires dans les environs de Homs et le principal centre de recherche du programme chimique du régime de #Bachar_al-Assad, à Damas.

    #International #Donald_Trump #Emmanuel_Macron

  • Journalistes assassinés en #Syrie : la justice française réunit des éléments contre le régime Assad
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120418/journalistes-assassines-en-syrie-la-justice-francaise-reunit-des-elements-

    Un manifestant en Turquie brandit les portraits de #Rémi_Ochlik et de #Marie_Colvin en février 2012 pour dénoncer les meurtres de journalistes par le régime d’al-Assad © Reuters Mediapart révèle des éléments du dossier concernant le #bombardement du centre de presse de #Homs en 2012, où deux journalistes, Marie Colvin et Rémi Ochlik, ont été tués. Il met en évidence la volonté de tuer et la chaîne de commandement qui remonte au frère de Bachar al-Assad.

    #International #France #crime_de_guerre #edith_bouvier #instruction #Maher_El_Assad

  • Une guerre au profit de l’État sioniste
    par Abdel Bari Atwan –
    11 avril 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine

    Trump semble avoir l’intention de lancer une guerre majeure, et le rôle d’Israël est central.

    Nous avions d’abord supposé que l’attaque que le président américain Donald Trump a l’intention de lancer sur la Syrie à tout moment serait tripartite : impliquant la France et la Grande-Bretagne aux côtés des Américains. Mais les dernières menaces d’Israël d’anéantir le régime du président Bachar al-Assad si l’Iran lance une attaque de représailles depuis le territoire syrien montrent clairement que l’État sioniste est au cœur de la nouvelle coalition dirigée par les États-Unis et jouera un rôle clé dans son agression.

    Et il n’est pas improbable que l’Iran et le Hezbollah soient aussi en tête de la liste des cibles.

    Israël a placé ses forces en état d’alerte en prévision d’éventuelles représailles iraniennes pour la mort de sept Iraniens, tués lors de la frappe de missiles israéliens sur la base aérienne T-4 syrienne près de Homs, il y a deux jours. Mais il se prépare aussi à des représailles de la Syrie et du Hezbollah en raison de son rôle central dans la prochaine agression américaine – surtout après que le ministre israélien Yoav Galant ait déclaré que le moment était venu de « tuer Assad ».

    Le président russe Vladimir Poutine a appelé Binyamin Netanyahu pour le mettre en garde contre une implication israélienne dans la prochaine guerre.

    (...)

    • Une base syrienne visée par des missiles, Moscou accuse Israël
      Reuters 9 avril 2018
      https://fr.news.yahoo.com/une-a%C3%A9rienne-larm%C3%A9e-syrienne-frapp%C3%A9e-par-des-missiles-

      AMMAN (Reuters) - Plusieurs missiles ont frappé tôt lundi matin une base aérienne de l’armée syrienne dans le gouvernorat de Homs, rapporte la télévision d’Etat syrienne au surlendemain d’une attaque chimique présumée contre la ville rebelle de Douma, dans la Ghouta orientale.

      La Russie a attribué la responsabilité de ce raid à Israël. Le ministère russe de la Défense a déclaré que deux avions de combat F-15 israéliens avaient tiré huit missiles sur la base à partir de l’espace aérien libanais. Cinq des huit missiles ont été abattus par la défense anti-aérienne syrienne, a précisé le ministère.

      La Syrie a formulé peu après les mêmes accusations, après avoir dans un premier temps pointé du doigt les Etats-Unis, qui ont démenti toute implication.

      L’Etat hébreu n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

      Selon la télévision de Damas, l’attaque a visé la base de Tiyas, également appelée T-4, entre les villes de Homs et Palmyre, dans le centre du pays, et elle a fait plusieurs morts et blessés.

      L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté qu’au moins 14 personnes avaient été tuées par ces frappes, dont plusieurs combattants de diverses nationalités, allusion aux membres des milices chiites soutenues par l’Iran et alliées au régime de Bachar al Assad, qui viennent principalement d’Irak, d’Iran et du Liban.

      L’agence de presse iranienne Fars a porté à quatre le nombre de « défenseurs de sanctuaires » iraniens tués dans l’attaque menée par « les avions du régime sioniste » contre la base aérienne en Syrie. Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné l’attaque, parlant d’une « violation flagrante du droit international » de nature à compliquer la crise syrienne et les équations régionales.

    • Au moment où l’idée d’une solution politique s’est imposée, celle d’une victoire militaire des rebelles s’est éloignée.

      Les rebelles n’ont pas assez fait la guerre. Tout s’explique.

      Prises à la gorge par l’absence de soutien matériel et financier, elles n’ont pas pu maîtriser les négociations avec leurs mécènes étrangers. Les acteurs extérieurs ont donc cultivé vis à vis de ces brigades un régime de dépendance sur le terreau de leurs vulnérabilités. Progressivement, les sponsors étrangers ont pu mettre la main sur un certain nombre de brigades ASL, jusqu’à les détourner de leurs objectifs originels fondamentaux.

      En fait, les mécènes, ils ont détourné la guerre, et c’est à cause d’eux que la guerre civile a été gagnée par Assad et l’armée régulière (armée qui je le rappelle est composée uniquement de zombies redoutables contrôlés par le démon du deuxième cercle Assad, ce dernier lui même contrôlé par le démon du premier cercle Poutine).

    • A propos de Jabhat al Nusra, qu’on nous expliquait ci-dessous n’existait plus. Ben en fait si, il existe encore. J’vais aller le dire à Lundi Matin que Lundi Matin a dit que Jabhat al Nusra existait encore, mais avec un autre nom, et que Jabhat al Nusra était bien des terroristes, et que d’ailleurs, ils commettent des attentats (pardon, ils résistent contre les oppresseurs).

      Y paraît que les américains veulent éradiquer certains rebelles. J’imagine que ces derniers ont des armes russes ?

      Les Américains, qui dans ce conflit ont pour obsession l’éradication d’al-Qaida en Syrie, c’est-à-dire du Jabbhat al-Nusra, ont voulu utiliser ces trêves afin que les rebelles se retournent contre eux. Ils ont en tête ce qu’il s’est passé en janvier 2014, quand les rebelles se sont coordonnés et ont écrasé en deux semaines l’État Islamique à Idlib et à Alep. La différence c’est qu’à cette époque, l’État Islamique ne se battait jamais contre le régime. Leur faire la guerre n’impliquait pas pour la rébellion la rupture d’une alliance. En revanche, s’attaquer au Jabbhat al-Nusra pour l’ASL, c’est perdre les meilleurs combattants et se créer un ennemi localement. Sur le front Jabbhat al-Nusra est un allié militaire de taille pour quiconque souhaite la chute du régime. Même s’il peut ne s’agir que d’une alliance de circonstance des brigades ASL avec Jabbhat al-Nusra, on ne peut pas la briser aussi simplement.

      puis

      Les islamistes, quant à eux, préparent déjà la suite. L’attentat récent perpétré à Homs le 25 février 2017 par Hayat Tahrir al-Sham (anciennnement Jabbhat al-Nusra), a tué une cinquantaine de membres importants des services secrets de la sécurité militaire de la ville. Parmi eux se trouvait le général Hassan Daaboul, chef de la sécurité militaire de Homs.

      Et enfin, donc, ci-dessous, en guise d’argument contre Le Média, ce qu’on trouvait dans cet autre article de Lundi Matin, qui décidément se jette à fond dans la bataille des idées (J’ai tapé Yémen dans le moteur de recherche de la publication, et j’ai fait chou blanc. C’est sans doute absurde comme façon de juger...)

      https://seenthis.net/messages/672813

      Si le groupe salafiste Jaysh al Islam et bel et bien présent et représente environ 60% des forces sur place, 30% sont constitués par le groupe Faylaq al Rahman — affilié à l’armée syrienne libre — et non par le Jabhat al Nusra [17] [18] [19]. Celui-ci qui d’ailleurs - nous l’annonçons à M. el Khal — n’existe plus depuis juillet 2016, depuis qu’il a rompu avec al Qaida [20], contrairement ce que le chroniqueur avance, probablement dans le but de fourrer tous les combattants de la Ghouta dans le même infâme panier.

  • Syrie : la Ghouta orientale, nouvelle martyre après Alep et Homs - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/international/syrie-la-ghouta-orientale-nouvelle-martyre-apres-alep-et-homs-21-02-2018-

    La Ghouta orientale, enclave en périphérie de Damas, est la cible d’une intense campagne aérienne du régime syrien depuis début février. Plusieurs zones rebelles ont été écrasées par des bombardements et un siège asphyxiant force les insurgés à déposer les armes et les civils à fuir.

    Mossoul n’est donc pas une ville martyr. A moins que #cépapareil, c’est en Irak.

  • Syria Does Not Fear War With Israel: The Rules Of Engagement Have Changed – Elijah J. Magnier | ايليا ج مغناير
    https://elijahjm.wordpress.com/2018/02/11/syria-does-not-fear-war-with-israel-the-rules-of-engagement-have

    It is not in the interests of Russia to see war break out in Syria where its forces are present on the ground and in the Mediterranean. Russia considers it has the right to intervene because its official presence on Syrian territory is at the request of and in agreement with the Damascus government. In its role as a superpower, it is in its interest to stop the tension on the Syrian border and show it has the power to impose peace on would-be belligerents.

    It is also in Moscow’s interests to push Syria to react to Israel’s violations, even at the cost of downing an Israeli jet- especially when Russia accuses Washington of supplying the Faylaq al-Sham militants (al-Qaeda’s allies in northern Syria city of Idlib and its surroundings) with the anti-aircraft missiles which downed the Russian jet over Idlib and to the murder of its pilot who refused to surrender to the militants and jihadists.

    All of this took place one day after the liberation of the entire area from the “Islamic State” (ISIS) group in rural Aleppo, Homs and Idlib, with over 1200 square kilometres returned to government control. This freed over fifteen thousand officers and soldiers from the Syrian army and special units which were engaged there to move to another front, the one against Israel if necessary, with al-Qaeda as the only remaining threat to the Syrian state.

    This shows that the government of Damascus – which lived in a state of war for more than six years – is ready to fight its battle with Israel and begin now. The Lebanese Second War in 2006 proved that air force power does not give superiority and does not finish off the opponent, Hezbollah, whose militants continued firing missiles and rockets consistently throughout the 33 days of war. The thousands of missiles delivered to Syria from Russia and Iran in the last years represent a major threat to Israel in the event of war, invalidating its air superiority.

  • Si quelqu’un n’a que ça à faire dans la vie, je suggère d’étudier la notion de Syrie utile, qui a fleuri entre, disons, 2013 et 2016. Tout le monde s’y est mis, et c’est devenu une sorte d’incantation familière. Si tu voulais faire « expert de la Syrie », tu disais « Syrie utile » et voilà…

    Le thème est tellement banal qu’il fait l’objet d’un fiche (particulièrement indigente) sur Wikipédia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syrie_utile

    Il faudrait étudier l’intérêt d’une telle expression, qui peut se justifier dans une logique de pure stratégie militaire (le régime n’a pas intérêt à perdre ses grandes villes et ses principaux centres de production, parce que sinon, ça s’appelle assez bêtement « perdre la guerre »), mais ça devient très problématique au-delà. Or, le terme est devenu clairement la prétention à définir le « but de guerre » du régime syrien, puis de la Russie (on a de très beaux articles de 2016 qui regrettent que « Bachar », contrairement aux Russes, voudrait reconquérir « plus » que la Syrie utile). Exemple :
    http://www.lefigaro.fr/international/2016/12/13/01003-20161213ARTFIG00280-contre-l-avis-de-moscou-assad-veut-plus-que-la-sy

    Alors à aucun moment il n’est expliqué :
    – comment le régime structuré autour du parti Baas pourrait maintenir sa cohérence et sa « légitimité » interne (je mets les guillemets exprès : c’est une dictature) en revendiquant soudainement juste une « Syrie utile » ;
    – comment le Hezbollah, dont le fondement idéologique même est la défense (au mètre près) de l’intégrité territoriale, accepterait de se battre pour un régime dont le but serait d’abandonner des pans entiers du territoire national (les Fermes de Chebaa, si on va par là, font-elles partie du « Liban utile » ?) ;
    – comment le PSNS, qui est un des premiers partis impliqués dans le conflit aux côtés du régime, y compris chez les druzes syriens, aurait soudainement redéfini les frontières de la Syrie naturelle (dite, plus couramment, « Grande Syrie ») comme celle d’une « Syrie utile » amputée de près des deux tiers de sa superficie…
    – comment les Iraniens accepteraient l’idée d’une Syrie « à l’Ouest », rompant sa ligne stratégique jusqu’à la Méditerranée ;
    – et comment les Russes pourraient tolérer la création d’un État né d’une rébellion largement islamique, alors que toute une partie de sa doctrine stratégique est liée à l’Afghanistan et à la Tchétchénie et au rôle, selon elle, des milices islamistes comme outil de sédition à son encontre depuis les années 1980.

    Je pense qu’au delà de la pure logique militaire, le concept de « Syrie utile », attribué comme but de guerre au régime syrien, est devenu une façon à la fois de dénoncer la duplicité de ce régime (voyez, il serait prêt à sacrifier une partie de son territoire), renforcer l’idée que ce régime serait purement sectaire (à la libanaise, il viserait à créer une « petite Syrie » constituée d’alaouites et de chrétiens), prétendre qu’une possible partition de la Syrie serait en réalité un souhait du régime (ou une conséquence de sa stratégie), « à l’insu du plein gré des gentils miliciens révolutionnaires » et de leurs soutiens en quelque sorte, et enfin soutenir que, même si « personne » ne peut gagner la guerre (et notamment pas l’opposition présentable), l’issue de la guerre ne serait pas forcément une victoire totale du régime, celui-ci étant uniquement intéressé par son petit territoire « utile » (comprendre : même si le régime tient « la Syrie utile », à terme on doit pouvoir lui arracher assez facilement une partition où les rebelles auraient droit à leur part de Syrie-pas-utile).

    Un intérêt est également de faire passer l’idée que, si le régime tient cette partie du territoire, c’est uniquement parce qu’il met les moyens militaires sur cette « Syrie utile », et non parce que les habitants de cette région préfère ce régime aux joyeux drilles de l’autre camp (même pour des raisons discutables). Or c’est un des points de Balanche (et, je crois de Landis et Cole) : le régime a tenu en large partie parce qu’une grosse partie de la population reste derrière lui ; ce que le terme « Syrie utile » permet d’occulter.

    Or, l’idée que le régime et ses alliés auraient soudainement rallié une idéologie de la « Syrie utile », j’aimerais savoir d’où ça sort, en dehors de quelques lectures extrêmement biaisées des discours d’Assad. Et à quel moment les Russes auraient fait savoir que leur but de guerre était de… ne pas gagner la guerre mais de laisser la situation s’enliser face à une rébellion à forte teneur islamique, je trouve ça extrêmement mystérieux.

    Dit autrement : je pense que le concept de « Syrie utile » restera comme un des éléments de langage centraux de la propagande de guerre en Syrie.

    • petite recherche vite fait (ngrams viewer)

      Et sur gg (tout court) un seul lien avant 2010, un article du Diplo (avec cartes de @reka)

      Comment l’Empire ottoman fut dépecé, par Henry Laurens (Le Monde diplomatique, avril 2003)
      https://www.monde-diplomatique.fr/2003/04/LAURENS/10102

      En 1918, la question pétrolière devient dominante. Selon l’accord, la France devrait contrôler la région de Mossoul, où se trouvent d’importantes réserves potentielles, mais les Britanniques, eux, ont les droits de concession. Georges Clemenceau veut bien satisfaire le groupe de pression colonial, mais en se limitant à une « Syrie utile » ne comprenant pas la Terre sainte, mais permettant un accès aux ressources pétrolières. Une trop grande extension territoriale impliquerait de lourdes charges d’administration sans commune mesure avec les revenus que l’on pourrait en tirer. C’est l’abandon de la revendication de la « Syrie intégrale » (on dirait actuellement « Grande Syrie »). Au lendemain de l’armistice, il traite directement et sans témoin avec Lloyd George du partage du Proche-Orient.

    • En anglais, je ne trouve pas d’occurrences avant novembre 2015. Les deux premières…

      6/11/2015 (assez éloquent, présenté comme une « création » du « régime »,…)
      USEFUL SYRIA or WHOLE SYRIA ?
      http://orient-news.net/en/news_show/93549/0/USEFUL-SYRIA-or-WHOLE-SYRIA

      The “Assad regime” has always bragged about a sovereign powerful and formidable state; but when Syrians rose against this regime, Syria became the country for only those who defend the regime. That is in the words of the head of the regime himself. Early on the first days of the people’s rise, Syria turned into something so cheap in the regime’s eyes to the extent that it spread the slogan that says: “We either rule it, or we put it into flames”. Due to the Syrian opposition’s resistance and the influx of Isis, the Syria under the regime’s control began to shrink to a point where the regime- with all the help of Iran, Hezbollah and other mercenaries- does not control more than 18% of the Syria known before March 2011. Those 18% came to be known and referred to by the regime and its allies, in particular Iran, as USEFUL SYRIA.

      et le 19/11/2015 MEI, particulièrement clairvoyant
      Will Assad Create a « Useful Syria » ? | Middle East Institute
      https://www.mei.edu/content/at/will-assad-create-useful-syria

      After nearly five years of throwing its own forces and Iranian assets against the rebellion, the Syrian regime remains unsuccessful in its attempt to quell it. With a further injection of forces through Russian intervention, a new chapter of the Syrian conflict has commenced. However, the assumption that Russia will succeed where neither the regime nor Iran have prevailed ignores the structural weaknesses in Damascus’ capacity that make such a situation unlikely. The prospects of the regime regaining control of Syria as a whole, or even a “Useful Syria," comprised of already controlled territories, seem faced with insurmountable obstacles.

    • En France, on a bien des choses dès le début 2013 : Syrie : chronique d’une lente agonie du 15 mars 2013
      https://www.franceinter.fr/emissions/partout-ailleurs/partout-ailleurs-15-mars-2013

      Débordé dans les premiers mois, Bachar Al-Assad a compris qu’il ne pourrait controler le territoire dans sa totalité. Damas s’est concentré sur une stratégie de contre-insurrection qui lui permet de garder le pouvoir sur une « Syrie utile », entendons les axes stratégiques comme les grandes villes.

    • La première mention que j’ai trouvée, c’est du Malbrunot en juin 2012 : Syrie : pourquoi le régime durcit la répression
      http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/13/01003-20120613ARTFIG00732-syrie-pourquoi-le-regime-durcit-la-repression.php

      Face à la persistance de la guérilla, Assad aurait opté pour une stratégie de défense de la « Syrie utile », c’est-à-dire des trois plus importants bassins de population : autour de Damas, d’Alep et de Homs (là où sont rassemblés la majorité des 70 % de Syriens encore passifs).

  • Deep Empathy
    http://deepempathy.mit.edu

    Can we use AI to increase empathy for victims of far-away disasters by making our homes appear similar to the homes of victims?
    Deep Empathy gets you closer to the realities of those that suffer the most, by helping you imagine what neighbourhoods around the world would look like if hit by a disaster.

    #style_transfer #art #AI #guerre #wtf

  • Inside #Rukban Camp, One of Syria’s Most Desperate Settlements

    The situation in the Rukban camp for internally displaced persons near the border with Jordan is rapidly deteriorating. International humanitarian groups are close to being overwhelmed, despite local NGOs and rebel groups trying to help out as well.

    https://www.newsdeeply.com/refugees/articles/2017/10/30/inside-rukban-camp-one-of-syrias-most-desperate-settlements-2
    #camps_de_réfugiés #IDPs #déplacés_internes #asile #migrations #réfugiés #Syrie #réfugiés_syriens

    • Situation humanitaire « catastrophique » pour 50 000 déplacés syriens, cantonnés en plein #désert

      Malgré l’arrivée récente d’un convoi humanitaire plusieurs fois retardé, la situation reste critique dans le camp de déplacés d’al-Rukban, enclavé aux confins du désert syrien et presque totalement dénué d’infrastructures. Pris au piège entre la frontière fermée par la Jordanie et un blocus imposé par le régime de Damas, ses habitants manquent de tout : nourriture, eau, vêtements et médicaments. Alors que des négociations diplomatiques sont toujours en cours, le devenir de ces naufragés du désert reste incertain.

      C’est un camp de réfugiés oublié du monde et des grandes célébrations pour la paix. 50 000 déplacés syriens – selon les chiffres de l’Onu – sont installés aux confins du désert à proximité de la frontière jordanienne, dans le camp de fortune d’al-Rukban, en Syrie. Totalement enclavés, ses habitants y survivent, certains depuis plusieurs années, dans des conditions d’une précarité extrême, vivant sous des tentes ou des maisonnettes en terre. Le 3 novembre, un convoi humanitaire de l’Onu et du Croissant rouge syrien a finalement réussi à l’atteindre. Les habitants du camp n’avaient plus reçu aucune aide significative depuis une livraison effectuée via la Jordanie, par dessus la frontière et à l’aide de grues, au mois de janvier 2018. Depuis plusieurs semaines, les appels à l’aide se multipliaient depuis l’intérieur du camp, de la part de l’Onu, ou encore des travailleurs humanitaires, à mesure que la situation ne cessait de se dégrader, la nourriture, l’eau – malgré un apport depuis la Jordanie – et les médicaments se faisant de plus en plus rares.

      Selon l’Onu, alors que le camp a subi récemment de multiples épisodes de pluie – qui frappent aussi la Jordanie – et de tempêtes de sable, et que l’hiver s’approche, des rations alimentaires, des vêtements et une assistance médicale ont été délivrés par le convoi. Celui-ci a finalement pu quitter Damas, après que son départ ait été retardé à de multiples reprises par le gouvernement syrien. L’Onu comptait en profiter pour vacciner les 10 000 enfants de moins de cinq ans au sein de la population du camp, et équiper de vêtements chauds 15 000 enfants en tout. « La population souffre de malnutrition, de diarrhées, de maladies. Les enfants sont les plus touchés », constate le Dr Anas Chaker, porte parole de la branche française de l’Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), joint par Basta !. Le médecin qualifie la situation sur place de « catastrophique ». L’UOSSM, qui a pour objectif d’apporter des soins à la population en Syrie, est en contact avec des habitants d’al-Rukban, bien qu’il soit impossible pour les ONG et les travailleurs humanitaires d’être présents directement à l’intérieur du camp.

      Échec des négociations avec le régime

      Ces dernières semaines, de multiples décès y ont été rapportés, sans que des chiffres précis n’aient été établis. « Il y a des décès tous les jours, et là encore les enfants sont les premiers affectés », alerte le Dr Anas Chaker. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent des tombes de fortune, simplement recouvertes de pierres. En marchant plusieurs kilomètres, les habitants du camp peuvent rejoindre, au compte-goutte, une installation médicale établie du côté jordanien. Comme le rapporte le site Irin news, spécialisé sur les questions humanitaires, les cas les plus graves, s’ils parviennent jusque-là, sont parfois pris en charge dans les hôpitaux jordaniens, mais sont ensuite renvoyés au sein du camp.

      La situation s’est particulièrement dégradée au début du mois d’octobre, lorsque le régime syrien a coupé tout accès au camp depuis la Syrie [1]. La contrebande permettait jusque-là d’assurer un approvisionnement minimal de ces naufragés du désert. Selon Mohamad Taha, Syrien exilé en France qui maintient un contact régulier avec al-Rukban – où il a notamment soutenu, à distance, la création et le fonctionnement d’une école –, ce blocus ferait suite à l’échec de négociations menées entre Damas et des représentants du camp concernant le devenir de ses habitants. Le régime syrien aurait refusé le retour des déplacés dans la région de Palmyre, dont une grande part des occupants d’al-Rukban sont originaires, et proposé à la place leur réinstallation à Homs, la grande ville de l’ouest du pays ravagée par les combats et vidée d’une partie de ses habitants. Toujours selon Mohamad Taha, lui-même originaire de Palmyre, le refus de cette option aurait entraîné le blocus du camp, en guise de moyen de pression sur ses habitants.

      Le site Irin news, de même que le média basé à Amman Syria direct, relatent en outre des négociations menées sous l’égide de la Russie depuis plusieurs semaines. Celles-ci auraient envisagé d’évacuer une partie des habitants du camp, ainsi qu’une milice rebelle présente sur place – également au centre des discussions – en direction de la zone contrôlée par la Turquie dans le nord de la Syrie. Des négociations qui n’auraient, à ce jour, pas abouti. « Le plan semble avoir calé au mois d’octobre, déclenchant les restrictions » sur l’approvisionnement du camp, précise de son côté Irin news.
      Beaucoup viennent de Palmyre, vidée de ses habitants

      Cette « stratégie de la faim » rappelle les sièges infligés à certains quartiers de Homs et d’Alep, à la ville de Daraya, ou encore à la Ghouta orientale, la banlieue est de Damas, qui ont systématiquement conduit à l’évacuation forcée de la population (lire notre article ici). Nombre de déplacés d’al-Rukban ont échoué dans ce carré de désert suite à la prise de Palmyre par l’État islamique (EI) en mai 2015, et aux combats qui s’en sont suivis jusqu’à la reprise de la ville – depuis totalement vidée de ses habitants – par le régime, soutenu par l’armée russe, l’année suivante. D’autres déplacés d’al-Rukban sont originaires de la région de Homs, ou bien ont fui les combats contre l’EI à Raqqa et à Deir-Ezzor, dans l’est du pays.

      Malgré une situation désespérée, la perspective de repasser sous le joug du régime semble loin d’enthousiasmer la population du camp. Une partie des familles aurait ainsi été prête à accepter une évacuation vers le nord du pays sous contrôle turque. « Les gens d’al-Rukban sont considérés comme des opposants », affirme le Dr Anas Chaker. « La plupart des habitants du camp sont contre le régime, estime aussi Mohamad Taha. Mais même les autres ont peur d’être tués ou enrôlés de force dans l’armée s’ils repassent sur les territoires contrôlés par Damas. » Avant de subir l’État islamique, sa police des mœurs et ses exécutions sommaires, la population de Palmyre avait déjà connu une brutale répression de la part du régime Assad, suite à la révolution de 2011 [2].
      Les États-Unis ne sont pas venus en aide aux déplacés d’al-Rukban

      A ce jour, le camp est cependant à l’abri d’une intervention de l’armée du régime. Il est établi à l’intérieur d’une zone militaire de 55 km de rayon contrôlée par les États-Unis, qui ont installé à cet endroit, également tout proche de la frontière irakienne, une base destinée à la lutte contre l’EI. Washington maintient aussi sa présence sur cette zone stratégique afin de couper l’axe reliant l’Iran à la Syrie via Bagdad, la capitale de l’Irak, dans le cadre de sa politique d’opposition au régime iranien. Mais les États-Unis ne sont pas venus en aide aux déplacés d’al-Rukban, pourtant tout proche. Pas plus d’ailleurs que la Jordanie, qui a fermé sa frontière – isolant presque totalement al-Rukban et dégradant encore la situation sécuritaire en son sein – après des attentats menés par l’EI depuis l’intérieur du camp en 2016. Malgré l’aide apportée par le convoi humanitaire, et alors que des négociations diplomatiques concernant le devenir du camp sont toujours en cours, les déplacés d’#al-Rukban, dont l’histoire apparaît comme un concentré des tragédies du conflit syrien, comptent toujours les jours et les nuits passés au milieu du désert.

      https://www.bastamag.net/Situation-humanitaire-catastrophique-pour-50-000-deplaces-syriens-cantonne

  • #Syrie : huit combattants du #Hezbollah libanais tués par un #drone
    http://www.bfmtv.com/international/syrie-huit-combattants-du-hezbollah-libanais-tues-par-un-drone-1268970.html

    L’OSDH, qui n’était pas en mesure d’identifier le drone, a indiqué que le raid avait visé une position du mouvement armé chiite près de la ville d’al-Soukhna, dans le désert de la province de Homs, tuant huit combattants et en blessant plus de 20 autres.

  • Syria trends

    http://www.synaps.network/syria-trends

    Satellite imagery has been used in various publications to illustrate the magnitude of destruction of Syrian cities such Aleppo, Homs, Dayr Zor and Raqqa. One promising but underexploited form of such imagery is that provided by light signatures: maps that capture the average intensity of nighttime illumination in a given locality. By way of example, Synaps has been exploring a set of free images, representing monthly nightlight averages spanning April 2012 to July 2017, made available by the National Oceanic and Atmospheric Administration, a branch of the United States Department of Commerce. While such images are by nature abstract and impressionistic, they can nonetheless provide valuable insight into the social, political and economic trends that have transformed—and continue to transform—the country.

    #syrie