city:idleb

  • http://spanish.almanar.com.lb/278874

    Le ministre de l’Intérieur turc déclare que les provinces syriennes d’Alep et d’Idleb, ainsi que des parties des provinces de Deir Ezzor et Rakka, faisaient partie de la Turquie avant l’intervention des forces coloniales françaises et anglaises...

    El analista político y escritor turco de origen sirio Adel Hamid Daud se ha referido en un artículo a una frase pronunciada por el ministro del Interior turco, Suleiman Soylu, que parece haber pasado sin importancia a pesar de su relevancia.

    En un vídeo, Soylu alabó a los refugiados sirios en Turquía e incluyó una frase que dijo que el 62% de dichos refugiados procedían de áreas sirias que Ankara considera que formaron parte de Turquía, pero que le fueron arrebatadas “por la acción de los colonizadores franceses e ingleses”.

    Entre estas áreas él citó las actuales provincias sirias de Alepo e Idleb y partes de las provincias de Raqqa y Deir Ezzor, así como la totalidad del área fronteriza entre Turquía y Siria.

    Estas ambiciones neo-otomanas turcas resultan significativas en la actualidad, cuando Turquía quiere establecer una zona segura en la frontera de 32 kms. Siria ha denunciado tales intentos como un intento turco de buscar anexionar partes de su territorio.

    Soylu añadió que el Ejército turco “está desplegado en toda la frontera con Siria y no para una operación limitada. Se trata de todo un ejército con las últimas armas y equipos militares de tierra y aire, así como logísticos”.

    En todo caso, tales ambiciones llevarán a Turquía a un choque con el Ejército y el pueblo sirios, que rechazan el colonialismo y expansionismo turcos. De hecho, Damasco y las milicias kurdas han iniciado conversaciones con vistas a hacer fracasar el plan turco de establecer una zona de seguridad en la frontera con Siria.

    #syrie


  • « Ceux qui disent qu’Idleb est effectivement une zone de désescalade ne savent pas de quoi ils parlent ! » - RipouxBliquedesCumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2018/09/ceux-qui-disent-qu-idleb-est-effectivement-une-zone-de-desescalade

    "Ceux qui disent qu’Idleb est effectivement une zone de désescalade ne savent pas de quoi ils parlent !"
    Publié le 11 septembre 2018 par S. Sellami

    Pour mémoire, intervention du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies le 7 septembre 2018 devant le Conseil de sécurité, présidé jusqu’à la fin du mois par la déléguée permanente des États-Unis ; les discussions ayant porté quasi exclusivement sur la situation « humanitaire » à Idleb...

    Merci Madame la Présidente,

    Permettez que je commence par un petit clin d’œil éducatif pour expliquer à mes collègues ce que signifient les accords d’Astana.

    L’Accord d’Astana 4, aux délibérations duquel j’ai participé, avait pour objectif la création de « zones de désescalade » en Syrie, était limité à six mois, renouvelable si les « groupes armés » concernés par l’accord respectaient le cessez-le-feu et se séparaient des « groupes terroristes armés » exclus de ce même accord. Ce qui ne fut pas le cas à Idleb, puisque les groupes armés ont refusé de se séparer des groupes terroristes armés ou, plus exactement, puisque leurs sponsors ont refusé que cette séparation ait lieu.

    De plus, les terroristes d’Idleb ont lancé 400 drones sur la base russe de Hmeimim, à Lattaquié, et ont bombardé quasi quotidiennement la ville d’Alep depuis environ un an et demi, en dépit de ces accords. C’est pourquoi, celui qui dit qu’Idleb est une zone de désescalade est dans l’erreur et ne sait pas de quoi il parle. Cette zone est tombée parce que les groupes armés n’ont pas respecté les conditions de l’Accord d’Astana 4.

    Cette simple introduction devrait donc expliquer aux membres de ce Conseil pourquoi les choses en sont arrivées là où elles sont à Idleb. Mais, naturellement, le problème remonte à plus loin et a commencé avec la « Conférence de Vienne » de novembre 2015, conférence à laquelle la Syrie n’était pas invitée et n’a donc pas participé.

    Pour rappel [*], les participants à cette conférence ont décidé de charger la Jordanie d’établir la liste des terroristes et des non terroristes, puis ont demandé à l’Arabie saoudite de préciser qui était dans l’opposition et qui ne l’était pas. Ce qui n’a toujours pas été fait, parce que les États protecteurs du terrorisme refusent de distinguer le terroriste de l’opposant armé.

    Le processus d’Astana a tenté de résoudre ce problème par la création des zones de désescalade. Mais l’expérience a échoué à Idleb, les groupes armés et les groupes terroristes armés n’ayant respecté ni les conditions de la Conférence de Vienne, ni les accords d’Astana.

    Ma collègue déléguée de la Grande-Bretagne et M. de Mistura ont estimé qu’une faible minorité de combattants armés étaient présents à Idleb. C’est vrai. Mais cette faible minorité correspond à 50 000 terroristes ! Que diriez-vous, chère collègue déléguée de la Grande-Bretagne, si l’un de ces quatre matins 50 000 terroristes se répandaient dans Manchester pour y semer leurs méfaits, tandis que nous en parlerions comme d’une « opposition britannique armée modérée » et que l’OCHA [le Bureau de la coordination des affaires humanitaires] se mettait à leur envoyer des aides pour les garder en vie ?

    Telle est l’exacte absurdité de la situation à Idleb.

    ...suite...


  • Syrie : exode massif à Idleb, où l’ONU craint la « pire catastrophe humanitaire » du siècle - Le Point
    http://www.lepoint.fr/monde/syrie-exode-massif-a-idleb-ou-l-onu-craint-la-pire-catastrophe-humanitaire-d

    Sourde et aveugle au Yémen, l’ONU est bien vigilante en #Syrie...

    Les bombardements du régime syrien et de son allié russe sur Idleb ont fait plus de 30.000 déplacés, a mis en garde l’ONU lundi, craignant "la « pire catastrophe humanitaire » du 21e siècle en cas d’offensive contre l’ultime grand bastion insurgé de Syrie.


  • Résistance féminine à Idleb : itinéraire d’une activiste
    https://vacarme.org/article3092.html

    Ce texte donne la parole à Dina, une jeune femme syrienne originaire de la ville d’Idleb. Cette ville moyenne du nord de la Syrie, à soixante kilomètres d’Alep, a alternativement été contrôlée par le régime et par les forces d’opposition, avant de passer sous le contrôle du Jabhat al-Nosra (« Front de la victoire »), groupe de combattants jihadistes qui constitue l’une des composantes islamistes de l’opposition armée en Syrie.

    Nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises entre la libération d’Idleb en mars 2015 et novembre 2017. Dina a été forcée de quitter sa ville lorsqu’al-Nosra a découvert qu’elle dispensait des formations à des femmes et des enfants sur leurs droits politiques et civiques. Elle vit désormais en exil à la frontière turco-syrienne et attend avec impatience la chute d’al-Nosra pour pouvoir rentrer chez elle.

    #Syrie #révolution_syrienne #printemps_arabe #féminisme #al-Nostra #jihadisme


  • Turkey fully blocks Syrian Army’s path to Idlib (map)
    https://www.almasdarnews.com/article/377138

    Le petit point blanc au milieu de la carte, c’est Idlib (Idleb). La ligne jaune, c’est la frontière syro-turque. Les drapeaux turcs sont autant de postes militaires qui bloquent une éventuelle attaque de l’armée syrienne contre les islamos retranchés à Idleb justement. Etrange.

    #syrie #grand_jeu


  • جريدة الأخبار
    https://al-akhbar.com/Syria/249143

    L’évacuation des derniers combattants « rebelles » du camp de Yarmouk aux portes de Damas s’effectue en échange de celle des habitants de deux villages chiites assiégés depuis plus de trois ans au nord-est d’Idleb. On notera que l’accord, conclu par les Russes en fait, intègre les Turcs responsables de la sécurité des cars transportant les « rebelles » jusqu’à Idleb justement.

    #syrie #grand_jeu


  • Résistance féminine à Idleb : itinéraire d’une activiste
    https://vacarme.org/article3092.html

    Ce texte donne la parole à Dina, une jeune femme syrienne originaire de la ville d’Idleb. Cette ville moyenne du nord de la Syrie, à soixante kilomètres d’Alep, a alternativement été contrôlée par le régime et par les forces d’opposition, avant de passer sous le contrôle du Jabhat al-Nosra (« Front de la victoire »), groupe de combattants jihadistes qui constitue l’une des composantes islamistes de l’opposition armée en Syrie. Nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises entre la libération d’Idleb en mars 2015 et novembre 2017. Dina a été forcée de quitter sa ville lorsqu’al-Nosra a découvert qu’elle dispensait des formations à des femmes et des enfants sur leurs droits politiques et civiques. Elle vit désormais en exil à la frontière turco-syrienne et attend avec impatience la chute d’al-Nosra pour pouvoir rentrer chez elle.

    #Féminisme, #Guerre, #Syrie


  • Revue Vacarme | résistance féminine à Idleb : itinéraire d’une activiste
    https://asile.ch/2018/04/18/revue-vacarme-resistance-feminine-a-idleb-itineraire-dune-activiste

    Ce texte donne la parole à Dina, une jeune femme syrienne originaire de la ville d’Idleb. Cette ville moyenne du nord de la Syrie, à soixante kilomètres d’Alep, a alternativement été contrôlée par le régime et par les forces d’opposition, avant de passer sous le contrôle du Jabhat al-Nosra (« Front de la victoire »), groupe de […]


  • Résistance féminine à Idleb : itinéraire d’une activiste
    https://vacarme.org/article3092.html

    Ce texte donne la parole à Dina, une jeune femme syrienne originaire de la ville d’Idleb. Cette ville moyenne du nord de la Syrie, à soixante kilomètres d’Alep, a alternativement été contrôlée par le régime et par les forces d’opposition, avant de passer sous le contrôle du Jabhat al-Nosra (« Front de la victoire »), groupe de combattants jihadistes qui constitue l’une des composantes islamistes de l’opposition armée en Syrie. Nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises entre la libération d’Idleb en mars 2015 et novembre 2017. Dina a été forcée de quitter sa ville lorsqu’al-Nosra a découvert qu’elle dispensait des formations à des femmes et des enfants sur leurs droits politiques et civiques. Elle vit désormais en exil à la frontière turco-syrienne et attend avec impatience la chute d’al-Nosra pour pouvoir rentrer chez elle.

    #Féminisme, #Guerre, #Syrie


  • Dans l’attente de la bataille du jurd de Ras Baalbeck et de Qaa... - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1065792/dans-lattente-de-la-bataille-du-jurd-de-ras-baalbeck-et-du-qaa.html

    Dans la bataille qui s’annonce, les rôles seront donc inversés : l’armée libanaise mènera l’offensive, alors que l’armée syrienne et le Hezbollah veilleront à maintenir le front stable du côté syrien. Les experts militaires considèrent ainsi que la bataille du jurd de Ras Baalbeck et du Qaa peut être plus aisée, même si la superficie est plus grande et le nombre de combattants de Daech supposés présents sur cette portion de territoire plus important. Toutefois, ces estimations ne sont pas précises. On avait ainsi parlé d’un maximum de 400 combattants de l’ex-Front al-Nosra dans le jurd de Ersal, et, au final, c’est 1 116 qui sont montés dans les bus vers Idleb, avec leurs armes individuelles. Mais, même si les combattants de Daech sont plus d’un millier, ils auront du mal à maintenir leur emprise sur ce large territoire face à une offensive de l’armée libanaise, estiment les experts militaires. Tout comme l’armée pourrait avoir du mal à stabiliser les positions qu’elle pourrait occuper. Il faut en effet beaucoup d’effectifs pour ce genre de bataille.

    Un général à la retraite explique aussi que l’armée dispose d’un armement pointu, qui sera utilisé pour la première fois dans le cadre de cette offensive, tout comme elle pourra compter sur le soutien du Hezbollah de l’autre côté de la frontière, si cela s’avère nécessaire. De plus, poursuit le général à la retraite, la portion de territoire contrôlée par Daech, même si elle est grande, est totalement encerclée des deux côtés de la frontière, et, sur le plan militaire, les combattants ne peuvent pas gagner, même s’ils peuvent faire beaucoup de mal. Ils ne pourront pas non plus compter sur les camps de déplacés syriens, séparés de leurs positions par l’armée libanaise et par des localités soit chiites, soit chrétiennes. Dans le jurd de Ersal, les combattants avaient un contact direct avec les camps via Wadi Hmayed, rappelle-t-on. Ce qui élimine toute possibilité d’« environnement favorable », qu’Abou Malek el-Tallé considérait comme un atout en sa faveur... Mais cela ne signifie pas que la bataille sera facile, car les combattants de Daech sont aguerris et déterminés. Ils ont aussi d’importants moyens, et, conformément à leur idéologie, ils ne craignent pas la mort. De plus, ils sont préparés à cette confrontation dont on parle depuis des mois.


  • Première étape de la bataille du jurd : mission accomplie pour le Hezbollah - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1064003/premiere-etape-de-la-bataille-du-jurd-mission-accomplie-pour-le-hezbo

    Dès le départ, le jurd a donc été divisé militairement en deux, la région contrôlée par Daech, au Nord, et celle contrôlée par al-Nosra et Saraya Ahl ech-Cham, plus au sud, face à Ersal. La seconde zone était toutefois considérée prioritaire en raison de sa proximité avec les camps de déplacés syriens installés autour de Ersal qui abritent près de 100 000 personnes. Le Hezbollah considérait ainsi que le Front al-Nosra a plus d’influence au sein de ces camps que Daech, et c’est pourquoi il lui semblait primordial de couper le lien géographique entre le jurd et les camps. De plus, la dernière opération préventive de l’armée dans les camps d’el-Nour et Qariyé a montré que les combattants d’al-Nosra ont pu se cacher dans ces camps avant de se faire exploser au milieu des civils. Aussitôt, des contacts diplomatiques et sécuritaires ont été entrepris pour préparer le terrain politique à une éventuelle opération. Des négociations ont été ainsi menées avec les responsables des combattants pour étudier la possibilité d’une reddition sans combat, avec un retrait des combattants vers Idleb ou Raqqa. Avec le chef local d’al-Nosra Abou Malek al-Tallé, les négociations ont échoué à la dernière minute en raison des conditions que ce dernier avait posées. Il ne restait donc plus d’autre choix que de passer à l’action militaire. Les rôles ont été distribués de manière à éviter de coincer l’armée libanaise sur le terrain en la plaçant en confrontation directe avec les combattants. Son rôle se limitera donc à empêcher l’infiltration des combattants vers le Liban et plus particulièrement vers les camps, tout en empêchant d’éventuels sympathisants des combattants dans les camps de bouger. De même, des contacts ont été entrepris avec des parties régionales et internationales pour assurer un minimum de couverture à l’opération. Le Qatar, qui revoit actuellement ses positions sur l’ensemble des dossiers régionaux, a montré de l’indifférence, alors que l’Arabie saoudite ne s’est pas opposée, sachant qu’al-Nosra est considérée comme étant appuyée par le Qatar. Sollicités, les Américains ont aussi adopté « une neutralité tacite » et des contacts ont été entrepris avec les organisations palestiniennes pour éviter un éventuel mouvement de protestation dans les camps. L’opération a donc été menée par le Hezbollah du côté libanais, et par les soldats syriens du côté syrien, selon le plan établi avec toutefois une rapidité inespérée. Les combattants de Saraya Ahl ech-Cham ont rapidement négocié leur retrait, alors que ceux d’al-Nosra sont poussés dans leurs derniers retranchements et que le lien géographique avec les camps autour de Ersal a été en principe coupé. C’est donc une victoire foudroyante qui a été enregistrée, pour le Hezbollah, mais aussi pour le Liban.

    Reste maintenant la seconde étape. Selon la source sécuritaire précitée, des négociations indirectes se poursuivent avec les représentants de Daech pour trouver un accord sur leur retrait de la zone qu’ils contrôlent sans combat. Si elles échouent, l’opération militaire aura forcément lieu, mais selon le timing choisi par les différents protagonistes, le Hezbollah, l’armée syrienne, mais aussi l’armée libanaise. Cette opération pourrait aussi être reportée, sachant que la priorité absolue était de pacifier le jurd de Ersal contrôlé par al-Nosra parce qu’il est en contact direct avec les camps de déplacés syriens dans le secteur, eux-mêmes reliés à la bourgade de Ersal.


  • L’armée russe lance une opération massive contre Daech à Idleb et à Homs . - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2016/11/l-armee-russe-lance-une-operation-massive-contre-daech-a-idleb-et-

    Aujourd’hui, le 15 novembre, le ministre russe de la Défense a annoncé que la frégate russe Amiral Grigorovitch a atteint avec succès des cibles en Syrie en tirant des missiles de croisière.

    « La frégate russe Amiral Grigorovitch a frappé avec des missiles de croisière des positions des terroristes dans les provinces syriennes d’Idleb et de Homs. L’opération a été soutenue par le porte-avions Amiral Kouznetsov », a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. Les missiles de croisière Kalibr tirés depuis le navire ont visé des sites industriels des terroristes, en particulier des usines. Selon M Choïgou, la Russie continuera à frapper des cibles industrielles et militaires des terroristes en Syrie. En outre, le ministre russe a fait savoir que l’armée russe a également atteint des cibles en Syrie avec des systèmes de missiles de défense côtière K-300P Bastion-P. Il a ajouté que pour la première fois dans l’histoire de la marine russe le porte-avions Amiral Kouznetsov a pris part à une opération de combat réelle. Ses chasseurs embarqués Su-33 ont en effet effectué plusieurs missions. « Avant l’opération, nous avons effectué une mission de reconnaissance complète et méticuleuse des cibles. Nous avons principalement ciblé des entrepôts de munitions, des centre de formations et d’importants regroupements de terroristes », a raconté M. Choïgou. Au sujet des objets industriels, le ministre russe a souligné qu’il n’était pas question de production artisanale mais d’usines importantes capables de fabriquer de véritables armements dôtés d’une puissance importante. Les navires de la flotte russe avaient déjà tiré des missiles de croisière Kalibr depuis les mers Caspienne et Méditerranée, détruisant des cibles de terroristes à une distance de 1.500 km. Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Il a une portée d’au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan : SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL. Le système de missiles de défense côtière K-300P Bastion-P est conçu pour la destruction de différents bâtiments de surface appartenant à des escadrons de débarquement, des convois, des groupes aéronavals aussi bien que des navires isolés ou des cibles basées à terre. Ce système comprend les missiles de croisière anti-navires P-800 Oniks (nom de code OTAN : SS-N-26 Strobile) et a une portée maximale de 300 km, assurant une zone de protection de 600 km autour du lanceur. Samedi 15 octobre, le groupe naval russe, composé du porte-avions lourd Amiral Kouznetsov, du croiseur à propulsion nucléaire Pierre le Grand, des grands navires anti-sous-marins Severomorsk et Vice-amiral Koulakov, ainsi que de navires de soutien, a quitté le port de Severomorsk (région de Mourmansk, nord de la Russie) en direction de la Syrie. Au large de la Syrie, l’objectif principal du groupe est d’assurer la défense antiaérienne des forces aérospatiales russes et de soutenir les troupes gouvernementales syriennes dans leurs combats contre les extrémistes.


  • Urgent : Qui assassine les officiers d’Al-Qaïda depuis le 9 novembre ?
    http://www.brujitafr.fr/2016/11/urgent-qui-assassine-les-officiers-d-al-qaida-depuis-le-9-novembre.html

    Obama fait le ménage avant de passer les clés à Trump ! Vaut mieux pas laisser trop de traces Depuis la défaite d’Hillary Clinton aux États-Unis, plusieurs officiers jihadistes ont été assassinés non seulement à Alep-Est, mais aussi à Idleb et à Rakka,...


  • Vers un deal russe avec Fateh al-Cham à Alep ? - Lina KENNOUCHE - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/1013436/vers-un-deal-russe-avec-fateh-al-cham-a-alep-.html

    Moscou a cessé hier les raids aériens sur Alep, en geste « de bonne volonté » et pour permettre l’ouverture d’un corridor humanitaire. Mais selon des sources diplomatiques russes, l’arrêt des bombardements viserait principalement à négocier le départ de la ville des forces jihadistes de Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, branche syrienne d’el-Qaëda). Ces mêmes sources confirment les pressions du leadership russe sur les militaires pour trouver une solution à Alep avant la fin du mois d’octobre.

    Ce serait donc dans ce contexte qu’interviendrait la proposition faite par les Russes, par l’intermédiaire des Turcs, au groupe Fateh al-Cham, d’évacuer 4 000 civils et un millier de combattants. Le groupe aurait jusqu’à demain jeudi pour étudier l’offre de sortie d’Alep qui lui permettrait de rejoindre son fief à Idleb en conservant armes légères et munitions. L’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait lui-même appelé de ses vœux le 6 octobre à Genève la sortie des « 900 combattants » du Front Fateh al-Cham d’Alep-Est, se disant prêt à les « accompagner physiquement ». Si le départ des combattants de Fateh al-Cham faciliterait un arrangement avec les groupes rebelles les plus pragmatiques pour un règlement rapide des hostilités, son échec comporte le risque d’une escalade militaire dans un contexte où les avancées des forces régulières syriennes ont radicalement changé la donne.


  • Médecins du monde : votre diagnostic du cas syrien est faux. — Mouna ALNO-NAKHAL
    http://www.legrandsoir.info/medecins-du-monde-votre-diagnostic-du-cas-syrien-est-faux.html

    Mouna ALNO-NAKHAL
    Les « casques blancs » ont loupé le prix Nobel de la paix, car démasqués ; et voici que « des médecins du monde » prennent le relai [1] : « Oyez, oyez bonnes gens, notre indignation doit faire cesser le massacre d’Alep par les forces russes et du régime [syrien, bien entendu]. Signez et faites signer « notre » pétition, le sort des Alépins en dépend. Que nos voix puissent faire basculer l’histoire en sortant les dirigeants du monde de leur honteuse indifférence. PS : et surtout n’oubliez pas de faire un don ! ».

    Sinistre indignation au moment même où le sort des Alépins a, peut-être, cessé de dépendre des dirigeants de « votre » monde, du fait d’un cinquième veto russe ce 7 octobre [2] ; un veto venu les empêcher de faire basculer l’histoire de cette ville meurtrie et de tant d’autres villes, sacrifiées sur l’autel de leur insatiable rapacité et de leur incomparable arrogance.

    Sérieusement, avez-vous trouvé que MM. Ayrault et Kerry, pour ne citer que ces deux dirigeants du monde auquel vous faites visiblement référence, ont fait montre d’une « honteuse indifférence » devant la déroute des terroristes d’Al-Nosra et Cie, à Alep ? Ont-ils jamais ménagé leurs efforts pour des réunionites urgentissimes au Conseil de sécurité afin d’arracher les résolutions qui les sauveraient à défaut de les blanchir ?

    N’avez-vous pas entendu leur émissaire spécial, Staffan de Mistura, au moment même de la conférence de presse de MM. Ayrault et Lavrov ce 6 octobre [3], proposer la sortie de 900 terroristes assiégés du secteur est d’Alep, quitte à prendre le risque de les accompagner physiquement vers Idleb ou ailleurs ; oubliant, dans sa détresse, que quelques jours plus tôt il les avait chiffrés à 3000 et que les autorités syriennes ne demandaient pas mieux qu’ils se dirigent, tous, vers Idleb ou ailleurs, exactement comme il le souhaitait ? Une proposition sur ordre de ses supérieurs et des chiffres faux dans un cas comme dans l’autre, vous vous en doutez. Une proposition refusée par les intéressés dans la journée avec tous les noms d’oiseaux à l’égard de leur courageux bienfaiteur.

    Que pouvaient-ils faire, plus qu’ils n’ont fait, pour remettre à leurs terroristes préférés cette ville stratégique afin de créer leur « Sunnistan » rêvé, une fois qu’ils les auraient débarbouillés et cravatés ou, tout simplement éliminés, dans le but de l’offrir à des serviteurs moins zélés mais plus dociles ?

    Et, qui que vous soyez, que dire de votre propre indifférence depuis l’été 2012 devant Alep assiégée par les terroristes, affamée, assoiffée, violée, pillée, détruite, souffrant de milliers de morts et de toutes les blessures, sous leurs « canons de l’enfer » fièrement exhibés ?

    Comment se fait-il que seuls les appels au secours des terroristes, qui martyrisent cette ville depuis quatre années, chatouillent votre altruisme militant ? Des terroristes « génétiquement modifiés en opposition armée modérée » par MM. Ayrault et Kerry et leurs amis et prédécesseurs, comme décrits à maintes reprises par le Dr Bachar al-Jaafari devant le Conseil de sécurité des Nations Unies ; à moins, qu’à l’image de vos dirigeants, vous ne vous contentiez de cracher vos accusations avant de prestement déguerpir pour ne pas avoir à entendre les preuves irréfutables contredisant vos allégations.

    Et sous quelles malsaines arguties comptez-vous ensevelir vos vaillantes indignations devant le dernier et le plus meurtrier d’une longue série de massacres collectifs [4] commis par les chasseurs saoudiens ayant bombardé des civils yéménites rendus à une cérémonie funéraire, à Sanaa, pour présenter leurs condoléances au ministre de l’Intérieur suite au décès de son père, ce 8 octobre ? D’après les experts militaires, il s’agit bel et bien de frappes aériennes et plus exactement de 4 raids consécutifs [5], non de déflagrations au sol comme annoncé au départ.

    Le bilan de cette promenade de santé saoudienne est d’environ 140 morts tellement carbonisés et déchiquetés, pour la plupart, que leur identification n’est possible que par profilage génétique, technologie indisponible dans le pays d’après un haut responsable de la ville, et de 600 blessés.

    Des blessés qui risquent de mourir à leur tour, parce que les blessures sont graves et que le grand frère saoudien interdit leur transport à l’étranger, alors qu’il n’y a plus rien qui n’ait été détruit dans ce beau pays anciennement appelé l’« Arabie heureuse ». Il n’y a plus rien, ni hôpitaux, ni écoles, ni infrastructures, ni usines, ni… Une belle occasion de mettre votre indignation à profit, en actes et en paroles.

    Quatre jours sont passés et pas une réunion de l’ONU au programme pour sanctionner cet acte gratuit et misérable, sans doute parce que les massacreurs des Yéménites sont les protégés de cette respectable organisation, au même titre que les terroristes massacreurs à Alep. Les premiers n’ont mérité qu’un blâme de Ban Ki-moon, pour la forme, les seconds ayant eu droit à trois réunions du Conseil de sécurité en une semaine !

    Bref, Messieurs les médecins d’on ne sait quel monde, votre diagnostic est faux et relève sans doute d’une instrumentalisation, non d’une improbable ignorance de vos propres dirigeants. Nous le savons. Ils le savent. Alors, de grâce, dites-leur d’aller voir ailleurs et de trouver un autre moyen de récolter des dons pour vos nobles causes. Alep et toute la Syrie s’en passeront.

    Mouna Alno-Nakhal


  • Russian Rockets Strike Terrorists’ Foreign Command in West of Aleppo – Al-Manar TV Lebanon
    http://english.almanar.com.lb/35990

    Russian warships launched three “Caliber” rockets onto the command post of the terrorists in western Aleppo where Turkish, Saudi, Israeli, UK and US officers deploy to lead the operations.

    Well-informed sources told Sputnik that 30 foreign officers operate their to plan the militants’ hostilities in Aleppo and Idleb.

    Nouvelle importante si c’est confirmé. L’existence de ces experts est connnue depuis longtemps. On a parlé un moment cet été de leur exfiltration d’Alep-Est. S’ils ont été ciblés délibéremment par les Russes, le message est assez violent...


  • Zabadani : un deal qui prend forme - Lina KENNOUCHE - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/945799/zabadani-un-deal-qui-prend-forme.html

    Le premier point prévoit la mise en œuvre de l’accord en deux phases sans délimitation claire des objectifs associés à chaque phase, mais mentionne néanmoins qu’une trêve de 6 mois serait appliquée au cours de la deuxième. Cette trêve concernerait, dans le Rif de Damas, les localités de Zabadani, Madaya, Bakin et Serghaya. Dans le Nord, elle s’appliquerait à Foua, Kefraya, Binnich, Taftanaz, Taoum, Maarret Masrin, la ville d’Idleb, Ram Hamdan, Zaradna et Chalakh.
    Parmi les dispositions fondamentales du texte figure celle qui autorise le retrait de tous les combattants assiégés dans la ville de Zabadani, notamment ceux de l’Armée de la conquête (alliance de plusieurs groupes islamistes sous la direction d’Ahrar el-Cham et du Front al-Nosra, branche syrienne d’el-Qaëda) et leurs familles.


    • C’est aussi le moment choisit par l’impayable Marwan Hamadé pour appeler les druzes syriens à « rejeter la pensée minoritaire » (ohhh) :
      http://www.lorientlejour.com/article/929164/lappel-de-hamade-aux-druzes-de-syrie-il-est-temps-de-marcher-sur-dama

      Le député Marwan Hamadé a emboîté le pas hier au chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, appelant les druzes de Syrie à « en finir définitivement avec la duperie, la tentation, l’oppression et la criminalité assadistes, et à prendre seulement le parti des traditions qui ont fait d’eux, tout au long de l’histoire, les épées des Arabes et de l’islam, (...) et les héros de la grande révolution arabe ».

      […]

      Le député du Rassemblement démocratique a appelé ses coreligionnaires à « réagir immédiatement » aux appels lancés par le leader Walid Joumblatt, c’est-à-dire « à se réconcilier avec leur environnement naturel et historique fraternel, à rejeter la pensée minoritaire et à rester attachés à une arabité hostile aux projets de partition et de morcellement, tout comme leurs ancêtres, ces héros de l’unité de la Syrie, ce cœur vibrant de l’arabité, avaient dit non au mandat français ».

      Est-ce que quelqu’un sait (je veux dire : un peu sérieusement) si Marwan Hamadé a réellement la moindre influence sur les druzes de Syrie. Il me semblait que Walid Joumblatt, déjà pas tellement, alors Marwan…

    • La version du Akhbar est sensiblement différente de celle de l’OSDH : ils annoncent une quarantaine de tués, et la raison serait que les villageois se seraient opposés à la « conscription » forcée des enfants par Nousra :
      http://al-akhbar.com/node/235313

      لم تنفع تطمينات النائب وليد جنبلاط وزيارات مبعوثيه إلى الأردن وتركيا في حماية دروز جبل السّماق في إدلب (شمال سوريا) من الذبح والقتل. يوم أمس، حصل ما كان بالحسبان: ذبح إرهابيو «تنظيم القاعدة في بلاد الشام ـــ جبهة النصرة» عدداً كبيراً من رجال بلدة قلب لوزة في جبل السّماق أمام بيوتهم وفي شوارع البلدة. وفيما تتضارب الأرقام حول أعداد شهداء المجزرة وأسباب الذبح بسبب الحصار الذي يفرضه الإرهابيون على البلدة، أكّدت مصادر في جبل السمّاق لـ«الأخبار» أنّ «العدد التقريبي يتجاوز 40 رجلاً، بينهم مشايخ وشبّان صغار».

      وقالت المصادر إنّ أحد أسباب المجزرة هو رفض رجال البلدة تسليم أولادهم الذين تراوح أعمارهم بين 10 و14 عاماً لإرهابيي «النصرة»، بعد أن أصدر «أمير» التنظيم الإرهابي في جبل السّماق المدعو «أبو عبد الرحمن التونسي» قراراً قبل نحو أسبوع بسحب الأولاد إلى معسكرات تدريب مغلقة لمدّة شهرين، وأُبلغ القرار للأهالي بالتزامن مع حملة مصادرة الأسلحة الفردية من القرى. وقالت المصادر إن إرهابيي «النصرة» من «المهاجرين» (الأجانب والعرب) «باتوا يطلبون الزواج بفتيات القرى، حتى نثبت لهم اعتناقنا إسلامهم، وهذا ما نرفضه». وقالت مصادر أخرى إن السبب المباشر هو «صدور قرار من التونسي بمصادرة منازل أهالي شهداء الجيش السوري ورمي عائلاتهم خارجاً، ما دفع الأهالي إلى التمرّد».

    • Même Geagea est au courant :
      http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/45402

      Le chef du Parti des Forces libanaises, Samir Geagea a condamné, ce jeudi lors d’une conférence de presse, « la tuerie de Qalb Lozé, dans la province d’Idleb, commise contre les Druzes ».

      Avec une tournure ultra-alambiquée pour quand même dire du mal de Bachar :

      « Nous sommes contre le régime de Bachar Assad parce qu’il commet de tels actes et contre également tous ceux qui se comportent de la sorte », a-t-il affirmé.

    • Et ici le Premier ministre libanais:
      http://nna-leb.gov.lb/fr/show-news/45401

      Le Premier ministre, Tammam Salam, a dénoncé jeudi le massacre commis contre les druzes syriens à Qalb Loze, à Idleb.

      Dans un communiqué, le chef du gouvernement a dénoncé un « crime barbare qui a coûté la vie à une dizaine de druzes à Qalb Loze, dans le rif d’Idleb ».

      Il l’a qualifié d’"agression flagrante contre une composante principales du peuple syrien frère" orchestrée par « les forces de l’obscurité qui violent toutes les valeurs ».

    • À la une,

      Al-Nosra veut sanctionner les coupables de l’assassinat de druzes à Idlib
      http://www.lorientlejour.com/article/929572/al-nosra-veut-sanctionner-les-coupables-de-lassassinat-de-druzes-a-id

      « M. Joumblatt a surpassé l’épreuve douloureuse de la tuerie de Qalb Lozé », a déclaré M. #Siniora à l’issue de l’entretien. Par ailleurs, il a appelé à « éviter la discorde et s’abstenir d’exacerber les tensions ».

    • Syria Comment » Archives The Massacre of Druze Villagers in Qalb Lawza, Idlib Province - Syria Comment
      http://www.joshualandis.com/blog/the-massacre-of-druze-villagers-in-qalb-lawza-idlib-province

      Before giving the more immediate context of these killings, it should be noted that Qalb Lawza is one of the Druze villages in Idlib whose inhabitants were compelled at the beginning of this year to renounce the Druze faith and accept Sunni Islam at the hands of Jabhat al-Nusra, including destruction of Druze shrines and other Jabhat al-Nusra regulations such as gender segregation. These impositions have not been cancelled and remain in force to this day , which became clear not only in an interview carried out by Syria Direct in March 2015, but also most recently from the testimony of a resident of another of the villages- Kaftin- who agreed to speak to this author in the aftermath of the massacre on condition of anonymity. This is so despite supposed mediation efforts by Lebanese Druze leader Walid #Jumblatt, who has tried to convince the Syrian Druze that their best interests will be guaranteed by throwing their weight behind the rebellion, even as Jabhat al-Nusra is heavily intertwined with that rebellion .


  • Assad : l’Etat islamique s’est renforcé grâce aux raids US / Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio
    http://fr.sputniknews.com/international/20150330/1015386637.html

    « Parfois les frappes de la coalition apportent des avantages locaux, mais globalement l’EI s’est renforcé depuis le début des raids aériens », a fait savoir le numéro un syrien dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine CBS.

    D’après M.Assad, près d’un millier de nouvelles recrues viennent rejoindre l’Etat islamique chaque mois.

    • #propagandeproBachar L’#EI s’’est renforcé grâce à ses échanges économiques parallèles avec Bachar al Assad concernant le pétrole que l’#EI possède. cf #JJBrisard
      Aucun raid aérien n’a déstabilisé l’#EI jusqu’à ce jour. Preuve en est des nombreuses images de civils ciblés par les raids du régime syrien. La synchronisation voulue entre avions de la coalition (qui eux non plus n’ont pas touché EI à Raqqa (preuve apportée par les syriens eux-mêmes), et raids du régime syrien était une bénédiction pour l’EI. Maintenant y a Tikrit en Iraq, là c’est autre chose...

    • Ça m’avait échappé que « Bachar » était plutôt favorable à « Bachar ». Heureusement que l’enthousiasme pour la victoire de la Révolution mondiale anti-essentialiste et post-coloniale d’al-Nusra à Idleb a réveillé des vigilances...

    • Ca aurait du se nicher entre vos jambes." Souriyâm (@souriyam) Ça m’avait échappé que « Bachar » était plutôt favorable à « Bachar ». Heureusement que l’enthousiasme pour la victoire de la Révolution mondiale queer et post-coloniale d’al-Nosra à Idleb a réveillé des vigilances." Bachar inaugura lui- même avec un certain enthousiasme sa révolution anti- homosexuels avec application de sa charia héritée du temps de son père consistant à les eemprisonner et donc à subir le même sort que les islamistes, que les laïcs politiques, en Syrie et cela bien avant la révolution, je vous assure. Et oui Bachar se contente d’utiliser ce qui se passe en Irak pour cacher ce qu’il fait en Syrie. Tout le monde sait cela.. C’est pas très recommandé de rester trop dans cette position après ça remonte plus au cerveau...

    • Dans le rapport du GAFI « The remaining portion of ISIL’s oil revenue stems from sales routed through middlemen and smugglers who trade and transport the
      illicit petroleum and petroleum products for sale to end-users within the territory where ISIL
      operates and to nearby areas, including to the Syrian regime as noted by several delegations. » p13 http://www.fatf-gafi.org/media/fatf/documents/reports/Financing-of-the-terrorist-organisation-ISIL.pdf La Russie et bien d’autres peut-être doivent profiter de cette aubaine. l’OEI, c’est le partenaire idéal des soutiens de dictateurs, ils dealent via les mukhabarats comme les services étrangers le font car Bachar reste à leurs yeux « incontournable ». Ainsi il continuera sa propagande en essayant d’effacer tout ce qu’il a commis et ordonner de faire durant les quatre années. Les preuves s’entassasant dans ce cas de génocide, il flippe car il sera traduit tôt ou tard devant la CPI, ce sont ses amis Obama surtout qui décidera du moment. Ou de dealer avec lui son départ comme il a été rapporté.

    • @liliaiolite : merci beaucoup pour toutes vos intéressantes précisions. Grâce à vous j’ai enfin saisi que Bachar soutenait Da3ich afin de tenir en échec la révolution féministe et pro-LGBT d’al-Nusra et de permettre à son complice Poutine de s’approvisionner en pétrole - dont la Russie manque cruellement, il est vrai. Par contre je n’ai pas bien compris le passage sur Obama, l’ami de Bachar, qui va néanmoins le faire traduire devant la CPI, à moins que non. Mais c’est probablement à cause de ce qui « se niche entre mes jambes » et qui doit constituer, je présume, un sérieux handicap intellectuel.

    • Je m’informe : « L’heure du “bazar” a-t-elle sonné en Syrie ?
      Des rapports de presse russes indiquent que, lors de sa récente visite à Damas, le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, ne se serait pas contenté d’aborder avec Bachar al-Assad la lutte menée contre l’Etat islamique dans leurs deux pays. Il lui aurait aussi et surtout transmis une proposition américaine : en échange de son abandon du pouvoir, qui permettrait la mise en place en Syrie d’une “autorité intérimaire”, les Etats-Unis s’engageraient à lui éviter les poursuite judiciaires pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, auxquelles l’exposent ses agissements depuis le début de la révolution » Wladimir Glasman . En revanche votre petite tranche d’humour vous la mettrez bien entre vos jambes sait -on jamais..

    • @liliaiolite : je regrette de ne pouvoir aller plus avant, grâce à vous, dans la compréhension de comment le soutien verbal à la cause palestinienne, le souci pour la question homosexuelle en Syrie, et l’enthousiasme admiratif pour Jabhat al-Nusra, peuvent se mêler dans une même tête.
      Mais l’intérêt que vous avez la gentillesse de porter à mon entrejambe n’étant malheureusement pas réciproque, il va me falloir vous laisser finir seule cette passionnante conversation...

    • c’est normal vous ne pouvez aller plus avant : fixé comme vous êtes, vos mouvements ne peuvent prétendre à la nuance du coup tout éclate en même temps plus bas et rien ne s’élève plus haut...du coup je vois que la méditation a été très dure. c’était pas passionnant je vous l’avoue, me fallait trouver la solution un peu comme un soufi ferait face à un djin . Du coup ça a toute son efficacité. Beaucoup de « coups ». Pas mal au coup ?

    • Je vais quand même apporter une rectification à vos jugements hâtifs, ce que vous écrivez pour faire plaisir à je ne sais quel service ( God Knows) après tout vous êtes là pour cela : « l’enthousiasme admiratif pour Jabhat al-Nusra » : il n’y en a aucun. Une perte de temps avec les soutiens de Bachar al Assad, une fois encore


  • Que s’est-il donc passé ? Admire ces titres :
    – Syrie : Al-Qaeda prend la ville clé d’Idlib
    http://www.liberation.fr/monde/2015/03/28/syrie-al-qaida-controle-la-majorite-de-la-ville-d-idleb_1230207
    – La ville syrienne d’Idlib est tombée aux mains d’Al-Qaïda, selon une ONG
    http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/la-ville-syrienne-d-iblid-tombee-aux-mains-d-al-qaida-selon-une-ong-66159
    – Syrie : la ville d’Idleb tombe aux mains d’al-Qaida
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/28/97001-20150328FILWWW00096-syrie-la-ville-d-idleb-tombe-aux-mains-d-al-qaida

    Oui, ça titre sur « Al-Qaeda ». En pratique, exactement les mêmes groupes qui, il y a exactement un an (21-25 mars 2014), « libéraient » Kessab :
    http://en.wikipedia.org/wiki/2014_Latakia_offensive
    les mêmes, encore, que ceux de l’année précédente (4-19 août 2015) :
    http://en.wikipedia.org/wiki/2013_Latakia_offensive
    (apparemment c’est une sorte de migration d’islamistes organisée par la Turquie sur un rythme annuel).

    Comment étaient qualifiés ces mêmes groupes l’année dernière dans les mêmes médias ?
    Les insurgés syriens font une percée vers la Méditerranée
    http://www.liberation.fr/monde/2014/03/25/les-insurges-syriens-font-une-percee-vers-la-mediterranee_990182
    – Pas grand chose sur France Info, si ce n’est : Un avion militaire syrien abattu par la Turquie
    http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/un-avion-militaire-syrien-abattu-par-la-turquie-329995

    Cette fois-ci, c’est un avion militaire syrien qui a été pris pour cible, alors qu’il pourchassait des rebelles près de Lattaquié, une ville cotière syrienne en proie depuis plusieurs jours à des affrontements pour le contrôle du poste-frontière de Kassab, récemment passé sous contrôle des rebelles islamistes.

    – Syrie : les rebelles à l’offensive grâce à de nouvelles armes
    http://www.lefigaro.fr/international/2014/03/25/01003-20140325ARTFIG00339-syrie-les-rebelles-a-l-offensive-grace-a-de-nouve

    Si on commence à remplacer « les rebelles » syriens d’« Al Qaeda » dans les dépêches de l’AFP, Fabius va nous faire un infarctus…