city:lahore

  • Le #HCR se félicite du soutien de 175 villes à travers le #monde entier en faveur des réfugiés

    A l’occasion de la Journée mondiale 2019 du réfugié, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, remercie les maires de dizaines de villes dans environ 50 pays d’avoir ajouté leur soutien à une déclaration mondiale d’accueil et d’inclusion pour les familles déracinées. Cette déclaration s’inscrit dans le cadre de l’initiative du HCR Cities#WithRefugees ou « Villes #Aveclesréfugiés », qui existe depuis un an et qui a été signée par près de 175 villes.

    Ce geste de #solidarité envers les réfugiés est d’autant plus important car, selon le rapport statistique annuel du HCR sur les Tendances mondiales publié hier, environ 61% des réfugiés et 80% des personnes déplacées internes vivent en milieu urbain. Les villes, les autorités locales et les municipalités jouent un rôle essentiel dans le soutien et l’accueil des réfugiés et d’autres personnes déplacées. Ils offrent la sécurité et un logement décent. Par ailleurs, ils peuvent permettre l’accès aux services locaux, à l’éducation et à des opportunités d’emploi.

    Dans l’ensemble, le rapport statistique annuel sur les Tendances mondiales montre que le nombre de personnes déracinées par la guerre, les conflits ou les persécutions a doublé ces 20 dernières années.

    Face à des niveaux toujours plus élevés de déplacement forcé - et parallèlement à des niveaux croissants de xénophobie dans le monde - des villes comme Paris en France, Montevideo en Uruguay, Lahore au Pakistan, Bucarest en Roumanie, Vancouver au Canada et Atlanta aux Etats-Unis appellent également d’autres maires et autorités locales à travers le monde à se joindre à eux dans leurs efforts concertés pour accueillir et inclure des réfugiés dans leurs communautés.

    « Les villes sont à l’avant-garde des nouvelles approches en matière d’accueil, d’inclusion et d’offre d’opportunités aux réfugiés », a déclaré Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « J’ai une grande admiration pour ces maires, pour ces autorités locales et pour les habitants de ces villes qui oeuvrent en faveur de la solidarité. Nous attendons d’eux qu’ils défendent ces valeurs et qu’ils poursuivent cet important travail. »

    « Nous n’avons pas le luxe de faire de la politique car il nous faut que les choses fonctionnent, non seulement pour les nouveaux arrivants mais aussi pour les communautés établies dans nos villes. Ce que nous avons, c’est la capacité de réunir nos forces et des ressources différentes pour faire de l’inclusion une réalité – tout en mobilisant les contributions des secteurs public, privé et bénévole afin de trouver des solutions concrètes à nos défis les plus urgents », a déclaré Marvin Jonathan Rees, le maire de Bristol au Royaume-Uni et l’un des premiers signataires de l’initiative Cities #WithRefugees, pour décrire le rôle unique des dirigeants au niveau local.

    Au niveau mondial, le Pacte mondial sur les réfugiés, qui vise à mettre en œuvre une approche plus globale de la gestion des crises de réfugiés, reconnaît le rôle important des autorités locales en tant que premiers intervenants dans les situations de réfugiés à grande échelle. Le HCR organisera le tout premier Forum mondial sur les réfugiés en décembre 2019, qui sera l’occasion de catalyser des partenariats novateurs entre les secteurs et pour tous les acteurs concernés - gouvernements, société civile, secteur privé, organisations internationales et autres - afin de changer concrètement la vie des réfugiés et des communautés hôtes.

    https://www.unhcr.org/fr-fr/news/press/2019/6/5d0b8549a/hcr-felicite-soutien-175-villes-travers-monde-entier-faveur-refugies.html
    #villes-refuge #asile #migrations #réfugiés #accueil
    #Cities#WithRefugees

    Ajouté à la métaliste :
    https://seenthis.net/messages/759145

  • Chinese men lure Pakistani girls with marriage to traffic them
    https://gulfnews.com/world/asia/pakistan/chinese-men-lure-pakistani-girls-with-marriage-to-traffic-them-1.63412896

    #mariage #femmes #chine #traffic_humain #prostitution #mafia #exploitation_sexuelle

    Banners for weddings

    Roadside banners and posters can also been seen in Youhanabad—the largest Christian locality – in Lahore, inviting families to marry their girls with Chinese.

    The banners read: “Long live Pak-China friendship! Attention honorable Christians. Proposals of deserving, poor and good families are urgently required for China. Chinese family will bear all expenses. Education is not a problem.”
    Chinese Embassy response

    However, Chinese Embassy in Islamabad refutes reports of human trafficking of Pakistani girls and the sale of organs. But the statement did warn against #illegal_marriages.

  • Houari.Boumediene : un grand analyste et fin stratège, un fier nationaliste, un humaniste, il aimait son pays et son peuple. – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/12/27/houari-boumediene-un-grand-analyste-et-fin-stratege-un-fier-

    « UN PEUPLE IGNORANT, EN EFFET, EST UN PEUPLE SUSCEPTIBLE D’ÊTRE EXPLOITÉ, SOIT PAR L’ÉTRANGER SOIT PAR UNE CLASSE QUELCONQUE, CAR IL N’EST PAS EN MESURE D’ACCÉDER À LA CONNAISSANCE. UN PEUPLE IGNORANT S’EXPOSE À TOUS LES DANGERS .C’EST POUR CELA QUE LA RÉVOLUTION RÉSERVE LA PRIORITÉ AU DÉVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT » MESSAGE À LA NATION 31/10/66

    Au-dedans,les options de H. Boumediene se sont précisées en son temps, raffermies et affirmées petits à petits à travers ses propres discours. 
    Au dehors, la voix de H. Boumediene était écoutée, son conseil était recherché, ses décisions étaient prises au sérieux car l’Algérie se mettait à se tenir debout avec sa vitalité politique, économique, culturelle et même sociale. 
    S’il est bien des vertus que nous en tant que génération de H. Boumediene voudrions affecter à ce recueil de mémoire d’un passé récent riche en événement culturel , économique et politique ,c’est un refus qui consiste à rejeter l’état actuel de ceux qui ont en main la destinée de ce très beau et grand pays .Ce pays est conduit et géré et ce depuis la disparition de H. Boumediene ,par un régime de gabegie, de l’indifférence totale de la corruption généralisée et de la médiocrité qui a permis d’ effacer le Rêve , l’ Espérance, l’Utile et l’Agréable ou l’Art n’est plus mis en valeur. 
    « L’Algérie n’est pas une simple expression géographique mais plutôt un programme d’action et une philosophie politique »discours aux cadres du parti Tiziouzou 18/11/74 
    Le destin de l’Algérie est suspendu, et le choix s’impose aujourd’hui et non demain à moins que le changement soit fait par le « yo-yo » des forces du mal qui travaillent à la destruction de ce beau pays et de son oblitération générale en « médiocrisant » les centres de culture et en éliminant les centres de recherche ( instituts et universités). Je sais pertinemment du fond de ma tête, de mon âme et conscience, de mes forces vives que sans justice sociale, il ne pourrait y avoir de paix, ni de salut dans ce pays. Et ceci est bien un geste, un ton dont l’écho à travers le temps d’hier, d’aujourd’hui et de demain ; c’est une attitude claire, une expression qui se nourrissait dans le visage du feu H. Boumediene qui était un véritable autoritaire mais pas dictateur car la parole était donnée aux doctes et universitaires plus qu’aux mauvais politiciens de son temps. Son habit et son décor font de lui un homme de valeur respectable, H. Boumediene sait profondément et pertinemment que la justice et la dignité représentent le mobile à grande vitesse qui mène la société vers la prospérité et la paix sociale. 
    Il est clair que chaque régime quel qu’il en soit a pour règle en générale, de faire oublier, de gommer parfois ou noircir son prédécesseur même si c’est un proche de lui ; croyant l’effacer de l’histoire du pays, mettant en avant les fautes, erreurs pour masquer les siennes. Alors, pour ce qui est d’un chef d’état ses accomplissements positifs ; nul n’a le droit de l’évacuer de la mémoire d’un peuple. 
    Par cette modeste contribution, mettre à la disposition de l’opinion public algérienne qui est trop préoccupée par les agitations moroses du pays et contraint tôt ou tard d’opérer un véritable choix de société plus égalitaire via la véritable démocratie. Ce projet de société aurait pu être opérer pendant la période de l’Age d’or ou le pays avait un mérite celui d’avoir implanté un type spécifique algérien de la politique et qui semble de nouveau en sommité en raison des manifestations spirituelles qui s’attachent au nom et à l’œuvre de H. Boumediene, peut être que la priorité n’était pas encore à l’ordre du jour car le temps était bien utile et nécessaire. Laissant une marge pour ceux qui considèrent H. Boumediene ; sa politique était loin d’être positive c’est un droit incontestable et respectable mais un excès allant plus loin et sont prêt à mettre sur le compte de H. Boumediene ce qui arrive aujourd’hui comme mal au pays .En tant que démocrate qui défend les bienfaits de H. Boumediene, elles seront appuyés par des intuitions émanant de ces discours, de l’impression de ses actes et paroles et des sentiments qui paraphent nôtre jugement. Car l’Algérie n’est pas malade de son corps mais bien de son esprit d’aujourd’hui car après H. Boumediene il y avait la décennie faste (pour une vie meilleurs) qui était trompeuse, ensuite la décennie noire( terrorisme) fabriquée par la stratégie du chaos , suivie de la décennie perdue( démocratie de façade) liquidation du poids économique de l’Algérie et enfin nous y sommes dans la décennie pourrie( capitalisme sauvage) ou valeurs ,morales , principes ,droit et normes ne veulent rien dire . Le destin de l’Algérie est suspendu et le choix n’est pas encore amorcé… en attendant le réveil du peuple qui dort encore oubliant sa dignité ! 
    « Dans notre proclamation du 19 juin 1965, nous avons promis de restituer à ce pays, en premier lieu sa dignité. Voilà aujourd’hui que cette dignité représente la caractéristique dominante de la personnalité de notre peuple, en proclamant que le peuple algérien était l’unique détenteur de la souveraineté » Meeting à Médéa 04/06/69 
    Dès son jeune âge, Houari. Boumediene était une personne très et trop occupé de son pays meurtri pendant la colonisation, déchiré pendant la guerre et après l’indépendance. Pour ceux, qu’ils l’ont traités de fasciste, d’assassin et de bien trop d’autres mauvais qualificatifs suite au redressement du 19 juin 1965. 
    Cependant et à travers ses interviews, et une multitudes de ses discours, et les entretiens qu’il l’avait eu avec Paul Balta*1 qui avait le sang arabe ,H. Boumediene parlait selon les propos de P.Balta d’une voix très douce, sachant placé ses mots dans un contexte qui se veut à lui sans être un « rêveur », pesant et articulant très bien ses mots qui se confondent avec la paix ,la justice, l’équité ,la dignité, le respect, la fermeté et bien d’autres mots propres au bien être de l’homme.Et entre deux phrases, il investit un silence d’or remarquable et laisse communiquer ses yeux pétillants et perçants à la fois, donnant l’air d’un véritable« rêveur ». 
    C’est un homme qui sait très bien manipuler le geste à la parole et la parole au geste, il est celui qui fait toujours ce qu’il dit et dit toujours ce qu’il faut faire, dans le cadre du bien, du juste , du vrai et parfois même du beau et de l’agréable. 
    De loin H. Boumediene était qualifié comme un inégal impénétrable comme disait Ania Franco*2.Il était austère et timide, d’un contact bien compliqué que l’on ne pense. 
    Lors de la conférence des non alignés à Alger en 1973, ses portraits fusaient et se multipliaient à travers les unes de la presse internationale et chacun se permettait de mettre son grain de sel en avant ; ce qui les étonne ensuite .Par contre H. Boumediene n’avait pas changé, ses actions, ses comportements à l’intérieur du pays. Il misait sur la stabilité du pays, la réussite politique et le triomphe d’un homme d’état exemplaire que le sommet des non-alignés lui a permis de lui confectionner une stature à l’échelle internationale pour le profit de la dignité de l’algérien et de l’Algérie. Cet événement politique, lui avait permis d’effacer ce visage que l’on lui avait attribué comme d’un loup affamé et ironique qui inquiétait bien des personnalités et des journalistes du monde politique, culturel et médiatique. 
    Ses sourires étaient parfois en éclats, se fondaient par la suite en public ; le temps est passé ou il dissimulait ses sourires derrières ses mains préférant sourire, très souvent avec les fellahs, les travailleurs, la jeunesse, les intellects et les petites lambadas. 
    En public, Le cigare de Fidèle Castro ne le quittait pas, de même que le burnous noir, un bien noble et sacré des grands des hauts plateaux. H.Boumediene voulait donnait une stature nouvelle de « l’algérien lambda » qu’il soit ouvrier au sens de l’industrialisation, fellah au sens de la révolution agraire, étudiant au sens universel , jeune au sens culturel et travailleur au sens de la création de la richesse. De nouveaux êtres pleins d’orgueil à partir du plein sens d’équité et de justesse dépassant la fraternité pour en fin de compte faire de l’Algérie un pays fier et orgueilleux à la fois par l’instauration d’une nouvelle culture algérienne et d’un nouveau algérien ombrageux c’est-à-dire qui s’inquiétait pour la moindre raison et à la moindre saison. 
    Au lendemain de la conférence des non alignés, H. Boumediene professera du haut de la tribune internationale d’Alger, très haut et bien fort qu’un pays ne peut jouer un rôle international que s’il est vraiment : 
    stable. 
    totalement indépendant au sens large du terme. 
    s’il amorce le décollage économique. 
    Ces trois principes clés que l’Algérie de son temps faisait des efforts louables, pour les atteindre, permettaient de représenter le pays en tant que« phare du tiers monde ».L’Algérie était devenue un pôle d’attraction parce qu’elle s’est attelée à la bataille du développement par plan interposé. Tout cela s’identifiait au sentiment national et que le bonheur et le progrès de notre peuple se construisaient autour de notre digne personnalité distincte, tout en admettant que la liberté, la nation, la justice , la dignité et l’équité qui représentent la dimension universelle, mais au fait le produit n’est que l’origine de la culture progressiste ou le peuple ne devrait consommer que ce qu’il a produit, en nourriture, en santé, en transport, en habit, en amusement et en éducation. La culture au sens prôné par H. Boumediene c’est ce qui permettait à l’homme d’ordonner sa vie pour donner ce qu’il a de bien, de beau, d’utile et de nécessaire. 
    La culture est la représentation d’une économie , d’un style de vie, de rapports sociaux bien déterminés à un moment de la vie des hommes libres qui lui impliquent une orientation, un style, une sensibilité conforme aux conditions d’existence rencontrées comme aux règles sociales bien raffinées. H.Boumediene pensait dans l’avenir ,à concevoir un nouveau contexte pour mettre en évidence toutes nos caractéristiques et nos particularismes afin d’affirmer les composantes de notre personnalité algérienne et de notre authenticité. 
    « L’Algérie est à nous tous. Il est intolérable qu’une fraction de la population vive dans l’opulence et que l’autre vive dans le dénuement. Toutes les religions rejettent pareille chose. Notre religion n’y manque pas. Le prophète Mohamed était pauvre, il vivait de son travail, bien qu’investi de sa mission céleste » Meeting à Boufarik le 02/10/66 
    Le mot développement et culture revenaient souvent et en permanence dans sa bouche et dans ses discours. H. Boumediene en tant que chef d’état est entré dans la révolution depuis son très jeune Age. Il avait fait de la révolution algérienne sa deuxième religion tout en laissant de coté sa vie personnelle qui devrait lui permettre de s’occuper de son être et de sa famille sinon de vivre le quotidien d’un simple lambda .Il dira, par ailleurs :« quand on est très haut et on regarde devant soi, on ne voit pas le ciel, on ne voit que le ravin ». 
    H. Boumediene savait pertinemment que très peu de chefs d’état du tiers monde meurent dans leur lit de vieillesse sauf que lorsqu’il s’agit de président ! 
    Pour H. Boumediene une course à la montre était engagée, il dira à cet effet : « lorsque je ne travaille pas je m’ennuie à mourir » ; l’institution de la présidence se confondait avec H. Boumediene car il avait l’habitude des longues réunions de nuits, beaucoup de personnalités lui ont reproché la personnalisation du pouvoir, mais en réalité c’était le contraire ; H. Boumediene déléguait des pans entiers de son autorité à ses ministres, ils étaient des ministrables face à ceux d’aujourd’hui et quand à ses membres du conseil de la révolution ou il dira clairement haut et fort que : « la réussite de la révolution est le fruit du conseil de la révolution par contre l’échec je l’assumerai personnellement ». 
    H. Boumediene ne saisi le problème que lorsqu’ il s’agit d’un secteur névralgique (pétrole-parti-Révolution agraire –diplomatie..) ensuite il l’abandonne quand la crise s’atténue face à sa résolution. 
    « Le non Alignement trouve sa raison d’être dans la défense des causes justes contre toute forme d’hégémonie politique et de domination économique. Son action vise avant tout l’émancipation des peuples, dans le cadre d’une coopération internationale basée sur l’égalité des états, le respect des souverainetés et l’instauration d’une paix juste dans le monda »Révolution Africaine N° 498 du 7 au 13/09/73 
    Exemple en 1976, l’éclatement de l’affaire du Sahara occidentale, H. Boumediene s’est senti menacé de l’extérieur, il ne prenait aucune décision sans avoir délibérer avec la direction politique et même avec certains doctes. En 1974, H.Boumediene avait beaucoup appris les cours de politisation interne et externe (conférence internationale-échanges…) ; le fait de bien écouter et comprendre, des opinions différentes des siennes, lui ont permis de se faire une idée de ce qui se passe chez soi.Il dira en ce sens que les expériences acquises lui ont permis de découvrir que les européens qui se prétendent comme des paternalistes suivis avec d’attitudes hautaines, se trompent en croyant que les chefs d’état et non des présidents du tiers-monde se retrouvent entre eux pour uniquement s’amuser. L’exemple de la conférence des non alignés que les occidentaux n’avaient pas pris au sérieux, mais suite à la crise du pétrole,lorsqu’ils ont eu un peu froid, ils ont commencé à écouter ce petit tiers –monde. 
    H. Boumediene dira par la suite que les relations internationales ne sont pas imprégnées d’une certaine morale universelle mais bel et bien d’un rapport de force ou la loi du plus fort est mise en pratique et les deux poids deux mesures deviennent le Dada des Etats Unis. 
    Les occidentaux commençaient timidement à effectuer des pèlerinages vers la nouvelle « Mecque des révolutionnaires » qu’est Alger qui était aussi la « capitale révolutionnaire arabe ». 
    En 1973, lors du sommet des non alignés H. Boumediene s’en était aperçu que la ligne de démarcation passait entre les pays riches et les pays pauvres, les analphabètes et les doctes entre ceux qui aillent à dos de l’âne et ceux qui empruntent des avions supersoniques. 
    Cette constations a été accomplie et confortée par la rencontre spéciale (USA-URSS) en juillet 1975, ils avaient la même technologie ; H. Boumediene reconnaissait ouvertement que le socialisme de l’URSS et son camp de l’EST avaient vivement contribué à affaiblir l’impérialisme US et avait permis par cette occasion la libération des peuples du tiers-monde.L’amitié dans ce monde n’est pas gratuite disait-il et l’Algérie devrait avoir des rapports égalitaires avec les deux camps. 
    H. Boumediene se plaint,qu’il soit très difficile de travailler avec les pays de l’EST, il dit que tout est secret politique, économique ; on ne peut se procurer un prospectus et on ne sait pas ce que l’on achète, d’autre part, il accuse ouvertement les multinationales de corrompent nos cadres .H. Boumediene. Disait, « je ne puis ordonner d’acheter socialiste si les produits de l’EST sont de moins bonnes qualités » 
    H Boumediene diversifiait ses échanges entre les USA –Europe- le Japon – la Chine et l’URSS sachant pertinemment que les petits pays ne sont rien dans le jeu des grandes puissances, il ne s’agit pas aussi de confondre le péché soviétique et les crimes US envers le tiers -monde. 
    Quant un pays du tiers- monde bouge, on le liquide par tous moyens et il est mis en galère via les médias en exhibant quelques scandales de la CIA -maison blanche -pentagone c’est la même chose comme aujourd’hui, c’est les medias « mainstream » qui propagent la désinformation, les « fakes news », les mensonges, la désintoxication par le TIC*2. 
    « Nous pays membres de l’OPEP, nous devons en tout état de cause, agir positivement de sorte qu’aux yeux de l’histoire, il soit bien établi que nous aurons tous mis en œuvre pour réunir toutes les chances de réalisation de ces promesses »Al Moudjahed le 5/3/75 
    En 1974, H. Kissinger trouve la petite Algérie, qui s’agite beaucoup, et la course à la montre s’engageait entre le plus puissant pays capitaliste du monde et le leader le plus clairvoyant du tiers- monde. Le plan Kissinger prévoyait d’isoler d’abord l’OPEP du tiers- monde via une augmentation du prix du pétrole afin de torpiller le développement des pays non producteurs de pétrole du tiers- monde. 
    H.Boumediene est le 1er chef d’état de l’OPEP, il déclama lors du sommet islamique de Lahore (Pakistan) : « nous entendons s’élever des voix pour dire aux pays du tiers- monde que la hausse du prix du pétrole est dirigée contre eux.Depuis quand l’exploiteur est-il devenu l’avocat de l’exploité ? Que les pays industriels ôtent leurs mains de nos richesses. Nous importons des produits industriels et la technologie à des prix excessifs. La bataille du pétrole est une partie de la bataille d’ensemble qui concerne toutes les matières premières, une bataille qui a posé le problème des rapports entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement ». 
    Poursuivant dans sa lancée, pour défendre le bien-fondé du tiers- monde ; il envoie un message au S/G Kurt Waldheim de l’ONU en sa qualité de président des pays non- alignés pour réclamer une session spéciale des nations unies portant sur une réunion de toutes les questions se rapportant à l’ensemble des matières premières il dira que :« les algériens en tant que tels ne veulent nullement que l’OPEP porte le chapeau pour tous les malheurs de l’économie mondiale » 
    H. Kissinger voulait dans ce cadre-là, capsuler la fente et un H.Boumediene sûr de lui voulait élargir le plus possible pour que toutes les matières premières(cuivre –cacao-fer –caoutchouc- café…..) soient à l’image de l’OPEP. Le climat de la situation politique internationale se compliquait pour le développement et pour la paix également, car certains généraux américains pensaient déjà à remettre sur leurs têtes« Kriegspiel »( jeu de la guerre) 
    L’habilité de H. Boumediene tente d’un autre côté de séduire l’Europe, grande consommatrice de matières premières dans le but de l’écarter du chemin du gros rouleau compresseur. Déjà les USA ,lors de la conférence de Washington ou étaient réunis les plus gros consommateurs du pétrole pour fonder l’OTAN du pétrole. Car la vision principale des USA n’était pas la question des prix, mais le pouvoir de contrôler les sources d’énergie et par conséquent assurer son pouvoir politique à l’échelle de la planète. 
    La session spéciale des Non-alignés, s’ouvre le 10 avril 1974, une session qui faisait croire à beaucoup de monde comme une forme ou discours et parlotes stériles vont garnir la tribune Onusienne. 
    Le discours de Boumediene entièrement en arabe, vient de frapper fort les esprits avec une nouvelle conception , sur les relations entre pays pauvres et pays riches, nationalisation des ressources naturelles, valorisation sur place des matières premières et revalorisation des cours ,de là le développement des pays jeunes doit s’inscrire dans une dialectique de lutte sur le plan international et compter d’abord sur soi, sur ses propres moyens sur le plan interne . 
    C’était le nouvel ordre économique international prôné par le grand chef de l’Etat : Monsieur Houari Boumediene. 
    Pour H.Boumediene, cela voulait dire que les nantis doivent revoir leurs copies en matière monétaire,financière, technologique et alimentaire car le gaspillage des nantis est une forme d’ insulte à la misère des pauvres la course à l’armement ,à la destruction du surplus agricole face à un monde en proie à la famine. 
    Toutes les manipulations que ce soit monétaires ou financières ou autres ne font qu’appauvrir les pays pauvres et enrichir les pays riches. 
    Le nouvel ordre économique permet au tiers- monde à ce qu’il s’organise et se généralise en forme d’association à l’image de l’OPEP sinon viendrait une mondialisation ou les oligarchies sèmeront leur propres dictatures par une expropriation gratuite de toutes les ressources naturelles. 
    H. Boumediene s’avait pertinemment que cette conférence ne va pas être suivie d’effet dans l’immédiat.Mais, en recevant à Alger, des personnalités de tout horizon, suite à l’écho de la conférence des non alignés, tout le monde lui fait avancer que ce nouveau ordre économique mondial va provoquer un tel chambardement qu’il est impossible de le construire. H Boumediene dira que ce système est certes, dur à changer, l’essentiel est de reconnaître d’abord et avant tout qu’il est injuste ! 
    H. Boumediene voulait semer d’abord, pour faire fructifier et avancer les idées de justesses et non d’arracher dans l’immédiat des résolutions triomphantes qui n’ont point d’effet sur le terrain. 
    L’idée du nouvel ordre économique plus juste, va être présente dans toutes les officines et conférences internationales H. Boumediene avait pris une position en flèche dans ce nouvel affrontement « Nord-Sud »très différentes de la rivalité « Est-Ouest » ou la guerre froide faisait rage ; une forme de diversion politique basée sur la« realpolitik » c’est à partir de là que l’Algérie est devenue la capitale « révolutionnaire » du monde arabe et des pays progressistes et donc devenue la cible N°1 de l’impérialisme US 
    H. Kissinger s’est arrêté à Alger en décembre 19 73, pour tester le poids de l’Algérie sur le conflit du moyen orient et voir, si vraiment Alger était dans le camp des modérés ou celle des irréductibles comme Baghdâd, Syrie, tripoli. H. Boumediene devait lui répondre ainsi :« je ne peux vous répondre de ce que j’avais déjà dit aux leaders de la résistance palestinienne , l’Algérie ne pratique pas la surenchère, exiger plus d’eux ,c’est de la démagogie moins c’est de la trahison ». 
    H. Boumediene savait que les USA cherchaient à faire taire par tous les moyens cette Algérie qui tonne fort à l’OPEP et aussi dans le concert du tiers-monde .H. Boumediene était le seul chef d’état du tiers –monde à pouvoir dire aux grands de ce monde que le roi est nu. H. Boumediene sait très bien que dans ce monde les faibles s’effondrent, et sont massacrés comme des bêtes, et effacés de l’histoire par contre les forts, survivent pour leurs biens et pour le mal des autres. Dans ce monde les forts se font respecter forcement et se concertent sur le dos des faibles, par conséquent, la paix se fait par les forts. 
    Par ailleurs, suite à la disparition de Nasser ; Sadat « dé-Nassériste » par sa politique d’« infitah » (libéralisation sauvage et à outrance de l’économie égyptienne ou les prédateurs s’accaparent de tous) . 
    Devant ce fait accompli, l’Algérie se retrouve seule, H. Kissinger avait convaincu Sadat de monnayer pas à pas et en douceur les succès de la guerre d’octobre 73, tandis que H. Boumediene ressent que la « pax americana » est en marche sur le monde arabe.Il découvre les complicités et manigances des petits présidents larbins arabes. 
    La bataille et non la guerre de 73 était un événement, un plus pour H. Boumediene, il dira à cet effet « les arabes ont vaincu leur peur et les palestiniens se sont débarrassés de leur tutelle arabe » 
    Le sommet d’Alger de novembre 73, il propulsa en avant Yasser Arafat sur la scène internationale malgré les réticences Égyptiennes et Jordanienne. L’OLP est reconnue à Alger par la majorité des pays arabe comme étant l’unique représentant légitime du peuple palestinien. Suite, à cet événement majeur H Boumediene voulait encore faire avancer la préparation d’une stratégie arabe commune qui devrait s’élaborer au niveau même de ce sommet : cette stratégie devrait reposer : 
    *Comment combiner contre Israël toutes les armes arabes à savoir le pétrole –les finances- le poids diplomatique-les alliances- les groupements- H. Boumediene dessine à cet effet une politique arabe à long terme qui ne séduit pas le larbin Sadat, ni même son banquier le roi Fayçald’Arabie saoudite encore moins le roitelet de Jordanie. 
    *H. Boumediene suite à ces événements riches en activité, le dialogue avec les grands commence à se faire d’égal à égal, alors que certains parmi les cadres algériens se posaient déjà la question si H. Boumediene ne va pas sacrifier au gout du prestige comme au temps du « Benbelisme » pour se prendre pour un Mao , et l’accident de l’avion avec ses 40 morts avait permis de rehausser les discussions sur l’absence des institutions du pays. Que serait-il arrivé à l’Algérie si l’avion écrasé était présidentiel et c’est à partir de là que la construction de l’état prenait forme par l’instauration des premières intuitions de l’état, en commençant par le bas de l’échelle commune -wilaya -APN .A partir de là, l’édification d’un état fort commençait à prendre forme, elle était à la fois l’objectif et la raison du redressement du 19 juin65 que le temps n’a pas permis à ce rêveur de finir sa bataille car les loups internes et externes étaient par derrière et n’attendaient que sa fin pour mettre en œuvre la stratégie du chaos. 
    Pour conclure d’une manière générale , tout ce qui se rapporte au pays à son peuple, sa vision profonde dans son ensemble était comment appliquer le concept des dispositions du premier novembre 1954, à savoir un premier novembre social, un premier novembre économique, un premier novembre financier ,un premier novembre politique, un premier novembre culturel, un premier novembre humain, un premier novembre révolutionnaire, un premier novembre technologique ou la justice , la dignité et le bien être jouent les premiers rôles…. Il est clair que l’Algérie est passée d’un pays non aligné respecté à un pays aligné soumis, autrement plus imagé d’un homme libre à un homme soumis. L’Algérie s’ est alignée sur les pays occidentaux reniant ses propres principes de novembre , cela se justifie par le changement du système économique socialiste à un système libéral d’économie de marché ou les règles du jeu du marché économique , culturel, et politique ont été préparées , établies et imposées par cet occident arrogant et impérialiste. L’Algérie a été propulsé au premier rang en tant que leadership, sur la scène internationale par le mouvement des non-alignés en 1975 ; l’Algérie avait créé le G77 *4(groupe des 77) qui avait pour mission de réduire les inégalités économiques entre le nord et le sud. Le droit au développement économique et de la nécessité de reformer le système économique international par l’établissement d’un nouvel ordre économique international basé sur des échanges justes et équitables entre le nord et le sud. Tout cela est tombé à l’eau suite à la disparition du feu H.Boumediene. 
    BENALLAL MOHAMED ANCIEN CADRE 
    2*Anias francos et J.P Sérénie 
    1*Paul Balta et Claudine Rulleau « La Stratégie de Boumediene » Paris Sindbad 1978. 
    3*P.Balta « Boumediene me disait que j’avais du sang arabe » 
    4
    G77 Organisé en 1967 à Alger où il a publié la fameuse « charte des droits économiques du 1/3 monde : base de tout débat ultérieur « Nord –Sud » 
    *Que reste –t-il de Boumediene –Jeune Afrique du 18-12-2008- 
    *www.jeune afrique.com 187687 politique que reste-t-il de boum-di-ne 
    *citations du Président Boumediene L’héritage ; Que reste-t-il ? 
    Discours du Président Boumediene 19 Juin-1965-19 Juin 1970 Tome II Edit2 par le Ministère de l’information et de la culture 

    Mohamed BENALLAL

    http://www.alterinfo.net/Houari-Boumediene-un-grand-analyste-et-fin-stratege-un-fier-nationaliste-

  • Qu’est-ce que le #sikhisme ? - La Croix
    https://www.la-croix.com/Religion/Quest-sikhisme-2018-07-02-1200951882

    L’enseignement sikh est apparu au XVIe siècle au nord-ouest de l’Inde, à l’intérieur du courant hindouiste de la « bahkti » (dévotion). Son inspirateur, Gurû Nânak (1469-1539), est né près de Lahore (dans l’actuel Pakistan), dans une famille hindoue de caste marchande, et a découvert très jeune l’enseignement du poète musulman Kabîr.

    Gurû Nânak au XVIe siècle

    Après une expérience spirituelle, Nânak se met à prêcher la tolérance et l’union entre les hommes. Après avoir voyagé dans toute l’Inde, ainsi qu’au Népal, au Tibet et au Sri Lanka, puis s’être rendu à La Mecque, en Perse et en Afghanistan, il fonde, à son retour, Kartarpur, « la Ville du Créateur ». « Il n’y a ni hindou ni musulman », répète-t-il. Et à ceux qui lui demandent comment ils doivent se définir, il répond : « Vous êtes des #disciples. » C’est ainsi que le mot « #sikh » (du sanscrit, #disciple), s’est répandu.

  • Les femmes dans la ville

    Partout dans le monde, les #violences faites aux femmes sont massives et récurrentes. La majorité des #agressions ont lieu dans la sphère privée mais les femmes sont loin d’être épargnées dans l’#espace_public, où elles sont touchées de façon disproportionnée. Tour du monde des initiatives qui visent à rendre les villes plus justes et plus sûres.


    https://www.arte.tv/fr/videos/RC-015858/les-femmes-dans-la-ville

    #femmes #villes #genre #géographie_culturelle #urban_matter #ressources_pédagogiques
    #gadgets #Rapex #arts_martiaux #transports_en_commun #Pink_Rickshaws #Anza (fondation) #patriarcat #harcèlement_de_rue #No_estoy_sola #Frauen_Werkstatt (Autriche) #espaces_sûrs #sécurité #toilettes #No_toilet_no_bride (Inde) #vidéo #film

    • Women in northern India said, ‘No toilet, no bride,’ and it worked

      For about 12 years, young women in the northern Indian state of Haryana have been telling suitors, “No loo, no ‘I do!’” And according to a recent study, the bargain is working: Toilet ownership has significantly increased as men scramble to attract brides in a marriage market where discrimination has made women scarce.

      Through radio spots, billboards, posters and painted slogans on buildings, the “No Toilet, No Bride” campaign, launched by state authorities in 2005, encourages women and their families to demand that male suitors build a private latrine before they will agree to marriage. According to the study, published last month in ScienceDirect, private sanitation coverage increased by 21 percent in Haryana among households with boys active on the marriage market from 2004 to 2008.

      However, the study also found that the low-cost social marketing campaign was only successful because it was able to take advantage of “one of the most severely skewed sex ratios on earth.”

      Like most of northern India, Haryana values males much more than females. Even before birth, males often receive far better care, while females face a high risk of selective abortion because of their gender. Once born, girls continue to face discrimination through constraints on health care, movement, education or employment. However, they also face much higher risk of violence due to the widespread practice of open defecation.

      Globally, 1.1 billion people today defecate in open spaces, such as fields, but the problem is especially concentrated in India, where 626 million people do so. To maintain some semblance of privacy and dignity, women and girls usually take care of business under cover of darkness, making them more vulnerable to harassment, rape, kidnapping and wild animal attacks. According to the study, about 70 percent of rural households in Haryana did not have a private latrine in 2004.

      Recognizing the urgent need for sanitation, the Indian government launched a community-led “Total Sanitation Campaign” in 1999. But Haryana state authorities, inspired by the work of a local nongovernmental organization, saw a unique opportunity to achieve a public policy goal (sanitation) by exploiting deeply rooted social norms (marriage) and marriage market conditions (a scarcity of women).

      “Despite widespread and persistent discrimination, heightened competition on the male side of the market has shaped the overall bargaining environment” and increased women’s bargaining power, the study said.

      The benefit has been felt most deeply not only by the brides, but also the sisters and mothers of the grooms who can enjoy the safety, convenience and health benefits of a latrine in their home as well. And after years of the information campaign, brides do not even have to make the demand themselves in some cases. Men have begun to recognize that saving up to build a latrine is a standard prerequisite to marriage.

      “I will have to work hard to afford a toilet,” Harpal Sirshwa, a 22-year-old at the time, told the Washington Post in 2009. “We won’t get any bride if we don’t have one now. I won’t be offended when the woman I like asks for a toilet.”

      Based on government household surveys, the study reported that 1.42 million toilets were built between 2005 and 2009. Of those, 470,000 were built by households below the poverty line. The numbers may not overshadow those of other sanitation campaigns and randomized control trials in India, but the “No Toilet, No Bride” campaign is comparatively very cost-effective.

      Unfortunately, in marriage markets where there is not a significant scarcity of women the study found that “No Toilet, No Bride” had little to no effect. However, in regions like northern India where the sex ratio is skewed, the campaign has already begun to expand into neighboring states, Punjab and Himachal Pradesh. In February, 110 villages took it one step further by requiring grooms obtain certificates verifying their toilets before they can marry.

      “Open defecation is not only an unhygienic habit, but also it often leads to crime against women,” Yahya Karimi, who oversaw the decision, told Times of India. “So, unless a groom has a toilet at his house, he won’t get a bride.”


      http://www.humanosphere.org/global-health/2017/05/women-northern-india-said-no-toilet-no-bride-worked

  • GirlsOnBikes: Women Ride Bicycles To Reclaim Public Spaces in Pakistan · Global Voices

    https://globalvoices.org/2018/04/12/girlsonbikes-women-ride-bicycles-to-reclaim-public-spaces-in-pakistan

    On April 1, 2018, a bicycle rally was organized in major cities of Pakistan (Islamabad, Lahore, and Karachi) by prominent Pakistani feminist collective Girls at Dhabas. The ‘Girls On Bikes’ Rally was their third annual event to promote female participation in public events, fight restrictions faced by women in public places and increase awareness about issues faced by women.

    In May 2015, two Karachi-based girls, Sadia Khatri and Natasha Ansari, started using the hashtag #GirlsAtDhabas as a space to curate photos of women on Tumblr. The hashtag went viral when hundreds of women across South Asia began sharing photos of themselves at dhabas (roadside cafes) on Twitter and Tumblr, launching a conversation about safe spaces for women. After this, the collective was born.

    #bicyclette #vélo #pakistan #féminisme

  • Drone de guerre. Visages du #Pakistan dans la tourmente

    Le sous-titre décrit bien le contenu du livre. L’auteur a sélectionné un certain nombre de personnalités représentatives pour des interviews approfondies. Les personnes interrogées viennent des quatre provinces du Pakistan  : le #Khyber_Pakhtunkhwa, le #Panjab, le #Baloutchistan et le #Sindh, et les interviews, en général passionnantes, éclairent d’une lumière sombre des aspects souvent méconnus des multiples crises que traverse ce pays.

    Cette description du Pakistan à partir des témoignages de ses habitants est extrêmement vivante, passionnante à lire et apporte un éclairage humain très précieux. Deux réserves paraissent pouvoir être faites. Tout d’abord, en dépit de son titre, l’ouvrage ne traite pas de la politique américaine des drones, sur laquelle il est en général très imprécis. Les trois quarts – au moins – des témoignages recueillis n’ont, en fait, que très peu de liens, pour ne pas dire aucun lien, avec les drones américains qui n’ont frappé que les régions tribales à la frontière de l’Afghanistan (à une exception près). Expliquer les violences qui ensanglantent la société pakistanaise par les drones américains, comme l’auteur le tente deux ou trois fois sans d’ailleurs beaucoup de conviction, est certainement une simplification excessive. Deuxièmement, l’image que projette le livre est trop partielle. Tout ce qui est écrit est incontestablement vrai et mérite d’être pris en compte. Mais il existe également au Pakistan des zones de prospérité, une activité culturelle et artistique très riche à Lahore, et même à Karachi, des universités qui fonctionnent, des industries qui se développent, une agriculture qui assure l’indépendance alimentaire du pays et une part importante de ses exportations. Le Pakistan est sans aucun doute dans la tourmente, encore que celle-ci soit aujourd’hui moins forte qu’il y a trois ou quatre ans, mais il n’a pas été emporté, et n’est pas sur le point de l’être.


    http://politique-etrangere.com/2018/01/30/drone-de-guerre
    #drones #livre

  • 285 Turkish teachers and families risk forcible deportation and persecution

    (Lahore, Paris) Pakistan must protect 285 Turkish nationals from forcible repatriation, arbitrary arrest, and other human rights abuses, FIDH and its member organization Human Rights Commission of Pakistan (HRCP) said today. This call follows the deportation of a Turkish family of four on 14 October 2017.

    https://www.fidh.org/en/region/asia/pakistan/285-turkish-teachers-and-families-risk-forcible-deportation-and
    #turquie #Pakistan #renvois #expulsions #purge #persécution

  • ‘The wounds have never healed’: living through the terror of partition | World news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/world/2017/aug/02/wounds-have-never-healed-living-through-terror-partition-india-pakistan

    In the early 90s, I went from Lahore to Delhi to attend a wedding in the family of some Hindu friends. At one of its many events, I bumped into a friend from Lahore who was also visiting the city. We were chatting in Punjabi when we noticed a well-dressed, middle-aged man lurking nearby, apparently eavesdropping on our conversation. Noticing our discomfiture, he apologised.

    “When you mentioned Lahore, I couldn’t tear myself away,” he said. “You see, we are Hindus, but my family was Lahori. We had a house in Model Town and I attended Aitchison college. We left at partition. I have never gone back. When my wife passed away, 17 years ago, I thought that even though I had no children or siblings I would get by. But now I feel the creeping loneliness of old age and what I think of most is the happiness of my childhood. I have a yearning to return to Lahore. I want to see it once before I die.”

    #inde #pakistan #frontières #partition

  • The Latest: Lahore bombing death toll rises to 22 - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/world/asia_pacific/the-latest-lahore-bombing-death-toll-rises-to-22/2017/07/24/100b0cf4-7076-11e7-8c17-533c52b2f014_story.html

    Pakistani police say the death toll in a suicide bombing in the eastern city of Lahore has risen to 22.

    Senior police officer Haider Ashraf says a suicide bomber on a motorcycle struck near police guarding a demolition site at a vegetable market on the outskirts of Lahore.

    Ashraf said earlier it was believed earlier that the bomb was in a car, but it discovered that the vehicle belonged to a police officer, among the eight officers killed.

    He said many of 35 wounded are policemen.

    The outlawed militant group Tahrik-e-Taliban claimed responsibility for the attack.

  • ‘Gentle beating’ of wife is no violence, says CII chief - The Express Tribune

    http://tribune.com.pk/story/1111222/nothing-serious-gentle-beating-wife-no-violence-says-cii-chief

    Ce truc fait le tour de la presse norvégienne ce soir. Il semble que ce soit authentique, je verse cette pièce au déjà lourd dossier du droit des femmes à disposer d’elles-même. Tant qu’il y aura à ces postes de pouvoir des crapules intersidérales de cette espèce, ça va être dur de faire des progrès. Et si toutes ces femmes, un jour, se soulevaient contre cette aliénation [juste je rêve].

    ISLAMABAD / LAHORE:
    After the top constitutional body on Islamic laws recommended ‘a light beating’ for women’ sparking outrage, the body’s chairman softened his tone stating ‘violence’ is not permissible in the religion.

    “Do not try to relate our proposal (on beating women) with violence. Light beating does not mean violence,” explained Council of Islamic Ideology (CII) Chairman Mualana Muhammad Khan Sherani after a press briefing in Islamabad on Thursday.

  • Meet the Female Motorcyclist Riding Solo Across Pakistan | Broadly
    https://broadly.vice.com/en_us/article/meet-the-female-motorcyclist-riding-solo-across-pakistan

    Tucking her hair into a helmet, Zenith Irfan, 21, is preparing for a motorcycle ride through the busy roads of Lahore, #Pakistan, despite hostile stares and gaping mouths. Lahore’s roads are lawless, crammed with donkey carts, horse carriages, and rickshaws; drivers weave in and out of the livestock and zoom past traffic lights.

    Irfan was drawn to motorcycles after learning that her late father had always wanted to ride across the country on one. She made it a goal to carry out his dream. After she became tired of commuting to university in a rickshaw, her family bought her the first motorbike— a small Honda C70—and her mother insisted that it was now or never that she start learning.

  • Si les attentats de Lahore ne sont pas plus couverts, c’est votre faute et la nôtre | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/116019/couverture-mediatique-attentat-lahore

    Six mois après les attaques quasi-simultanées à Beyrouth et Paris, le débat sur les biais médiatiques est relancé par celles survenues en Belgique et au Pakistan. Et c’est une bonne chose.

    « Oui, les médias sont biaisés, mais nous, leurs consommateurs, sommes aussi complices, en ce qu’ils ne fonctionnent plus seulement de la base au sommet en transmettant des informations à des lecteurs ou spectateurs inertes, renchérissait la journaliste Nesrine Malik. Nous déterminons beaucoup plus qu’avant l’agenda médiatique. » « "Pourquoi les médias n’ont pas couvert [insérez ici le nom du pays] ?" semble en fait être un raccourci pour "Pourquoi cet article n’a pas été largement partagé dans mon flux Facebook ?" », notait cyniquement sa consœur Emma Kelly. — (...)

    #média #terrorisme

  • Lahore
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2016/03/28/Lahore

     

    Cette fois-ci, c’est un bug de Facebook qui m’a alertée quasi immédiatement après la nouvelle d’une explosion au centre de Lahore, Pakistan, qu’un nouvel attentat venait d’être commis dans le monde, ajoutant au sombre tableau quotidien de l’horreur.

    Après seulement quelques heures, les détails venaient rajouter à l’horreur de la nouvelle. Rien dans la couverture médiatique n’a épargné les sensibilités, facilement ébranlées par l’imagination d’un lieu de jeux pour enfants, fourmillant de monde en ce dimanche pascal, même dans un pays à majorité musulman, des enfants et des familles qui les accompagnent se ressemblent tous, quelle que soit leur religion, les jeux sont les mêmes, les promesses d’avenir sont les mêmes.

    Et ensuite, après l’explosion d’une bombe, après l’annonce du carnage et du nombre de (...)

    #Lucarnes #attentats #communication #petits_bonheurs #terrorisme

    • « Malheureusement », le mélange « Chrétiens » et « Fêtes de Pâques » rend le sujet bien plus bankable que d’habitude. On va se mettre un petit noun dans nos pseudonymes et voilà qu’on se sentira solidaires…

  • The NSA’s SKYNET program may be killing thousands of innocent people | Ars Technica UK
    http://arstechnica.co.uk/security/2016/02/the-nsas-skynet-program-may-be-killing-thousands-of-innocent-people

    “Ridiculously optimistic” machine learning algorithm is “completely bullshit,” says expert.

    In 2014, the former director of both the CIA and NSA proclaimed that “we kill people based on metadata.” Now, a new examination of previously published Snowden documents suggests that many of those people may have been innocent.

    (...) The highest scoring selector who travelled to Peshawar and Lahore is “PROB AHMED ZAIDAN”, Al-Jazeera’s long-time bureau chief in Islamabad.
    As The Intercept reported, Zaidan frequently travels to regions with known terrorist activity in order to interview insurgents and report the news. But rather than questioning the machine learning that produced such a bizarre result, the NSA engineers behind the algorithm instead trumpeted Zaidan as an example of a SKYNET success in their in-house presentation, including a slide that labelled Zaidan as a “MEMBER OF AL-QA’IDA.”


    #machine_learning #stupidité_artificielle #drones #robots_tueurs

  • BBC - Culture - Is this the perfect city?

    http://www.bbc.com/culture/story/20151211-is-this-the-perfect-city

    By Jonathan Glancey

    11 December 2015

    Chandigarh, India’s most prosperous and greenest city, was born of dreams at the time of one of the country’s worst nightmares. In 1947, India gained its independence from Britain. As part of this process, the country was divided in two and some 14 million Hindus, Sikhs and Muslims were displaced. Ethnic tensions and rivalries led to up to around a million (estimates vary) brutal murders.

    In the Punjab region, the dividing line between the two states meant that the old capital, Lahore, was now a part of Pakistan. In 1949, Chandigarh was decreed. Not only would this be the capital of Indian Punjab, but it would be the very model of a modern city promising peace, democracy and a new social order free of bitter divisions.

    #inde #Chandigarh #architecture #Le_Corbusier

  • Reshuffling Eurasia’s energy deck — Iran, China and #Pipelineistan: Escobar

    BY PEPE ESCOBAR on JULY 31, 2015 in AT TOP WRITERS, CENTRAL ASIA, EMPIRE OF CHAOS, PEPE ESCOBAR, SOUTH ASIA
    Pipelineistan – the prime Eurasian energy chessboard — never sleeps. Recently, it’s Russia that has scored big on all fronts; two monster gas deals sealed with China last year; the launch of Turk Stream replacing South Stream; and the doubling of Nord Stream to Germany.

    Now, with the possibility of sanctions on Iran finally vanishing by late 2015/early 2016, all elements will be in place for the revival of one of Pipelineistan’s most spectacular soap operas, which I have been following for years; the competition between the IP (Iran-Pakistan) and TAPI (Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-India) gas pipelines.

    The $7.5-billion IP had hit a wall for years now – a casualty of hardcore geopolitical power play. IP was initially IPI – connected to India; both India and Pakistan badly need Iranian energy. And yet relentless pressure from successive Bush and Obama administrations scared India out of the project. And then sanctions stalled it for good.

    Now, Pakistan’s Minister of Petroleum and Natural Resources Shahid Khaqan Abbasi swears IP is a go. The Iranian stretch of the 1,800-kilometer pipeline has already been built. IP originates in the massive South Pars gas fields – the largest in the world – and ends in the Pakistani city of Nawabshah, close to Karachi. The geopolitical significance of this steel umbilical cord linking Iran and Pakistan couldn’t be more graphic.

    Enter – who else? – China. Chinese construction companies already started working on the stretch between Nawabshah and the key strategic port of Gwadar, close to the Iranian border.

    China is financing the Pakistani stretch of IP. And for a very serious reason; IP, for which Gwadar is a key hub, is essential in a much larger long game; the $46 billion China-Pakistan economic corridor, which will ultimately link Xinjiang to the Persian Gulf via Pakistan. Yes, once again, we’re right into New Silk Road(s) territory.

    Workers in Kazakhstan complete a section of a pan-Central Asian gas pipeline
    And the next step regarding Gwadar will be essential for China’s energy strategy; an IP extension all the way to Xinjiang. That’s a huge logistical challenge, implying the construction of a pipeline parallel to the geology — defying Karakoram highway.

    IP will continue to be swayed by geopolitics. The Japan-based and heavily US-influenced Asian Development Bank (ADB) committed a $30 million loan to help Islamabad build its first LNG terminal. The ADB knows that Iranian natural gas is a much cheaper option for Pakistan compared to LNG imports. And yet the ADB’s agenda is essentially an American agenda; out with IP, and full support to TAPI.

    This implies, in the near future, the strong possibility of Pakistan increasingly relying on the China-driven Asian Infrastructure Development Bank (AIIB) for infrastructure development, and not the ADB.

    Recently, the IP field got even more crowded with the arrival of Gazprom. Gazprom also wants to invest in IP – which means Moscow getting closer to Islamabad. That’s part of another key geopolitical gambit; Pakistan being admitted as a full member, alongside India, of the Shanghai Cooperation Organization (SCO), something that will happen, soon, with Iran as well. For the moment, Russia-Pakistan collaboration is already evident in an agreement to build a gas pipeline from Karachi to Lahore.

    Talk to the (new) Mullah

    So where do all these movements leave TAPI?

    The $10 billion TAPI is a soap opera that stretches all the way back to the first Clinton administration. This is what the US government always wanted from the Taliban; a deal to build a gas pipeline to Pakistan and India bypassing Iran. We all know how it all went horribly downhill.

    The death of Mullah Omar – whenever that happened – may be a game changer. Not for the moment, tough, because there is an actual Taliban summer offensive going on, and “reconciliation” talks in Afghanistan have been suspended.

    Whatever happens next, all the problems plaguing TAPI remain. Turkmenistan – adept of self-isolation, idiosyncratic and unreliable as long as it’s not dealing with China – is a mystery concerning how much natural gas it really holds (the sixth largest or third largest reserves in the world?)

    And the idea of committing billions of dollars to build a pipeline traversing a war zone – from Western Afghanistan to Kandahar, not to mention crossing a Balochistan prone to separatist attacks — is nothing short of sheer lunacy.

    Energy majors though, remain in the game. France’s Total seems to be in the lead, with Russian and Chinese companies not far behind. Gazprom’s interest in TAPI is key – because the pipeline, if built, would certainly be connected in the future to others which are part of the massive, former Soviet Union energy grid.

    To complicate matters further, there is the fractious relationship between Gazprom and Turkmenistan. Until the recent, spectacular Chinese entrance, Ashgabat depended mostly on Russia to market Turkmen gas, and to a lesser extent, Iran.

    As part of a nasty ongoing dispute, Turkmengaz accuses Gazprom of economic exploitation. So what is Plan B? Once again, China. Beijing already buys more than half of all Turkmen gas exports. That flows through the Central Asia-China pipeline; full capacity of 55 billion cubic meters (bcm) a year, only used by half at the moment.

    China is already helping Turkmenistan to develop Galkynysh, the second largest gas field in the world after South Pars.

    And needless to add, China is as much interested in buying more gas from Turkmenistan – the Pipelineistan way – as from Iran. Pipelineistan fits right into China’s privileged “escape from Malacca” strategy; to buy a maximum of energy as far away from the U.S. Navy as possible.

    So Turkmenistan is bound to get closer and closer, energy-wise, to Beijing. That leaves the Turkmen option of supplying the EU in the dust – as much as Brussels has been courting Ashgabat for years.

    The EU pipe dream is a Pipelineistan stretch across the Caspian Sea. It won’t happen, because of a number of reasons; the long-running dispute over the Caspian legal status – Is it a lake? Is it a sea? – won’t be solved anytime soon; Russia does not want it; and Turkmenistan does not have enough Pipelineistan infrastructure to ship all that gas from Galkynysh to the Caspian.

    Considering all of the above, it’s not hard to identify the real winner of all these interlocking Pipelineistan power plays – way beyond individual countries; deeper Eurasia integration. And so far away from Western interference.

    #énergie #gaz #Iran #Chine
    seenthisé pour @reka (hi hi hi)

  • Pakistani Musicians Play Amazing Version of Dave Brubeck’s #Jazz Classic, “#Take_Five

    How’s this for #fusion? Here we have The #Sachal_Studios_Orchestra, based in Lahore, Pakistan, playing an innovative cover of “Take Five,” the jazz standard written by Paul Desmond and performed by The Dave Brubeck Quartet in 1959. Before he died last year, Brubeck called it the “most interesting” version he had ever heard. Once you watch the #performance above, you’ll know why.

    https://www.youtube.com/watch?v=GLF46JKkCNg


    http://www.openculture.com/2013/04/pakistani_musicians_play_amazing_version_of_dave_brubecks_jazz_classic_
    #musique #Pakistan
    cc @reka

  • Crime d’honneur au Pakistan, femme lapidée en plein rue
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2353

    Quatre hommes ont été condamnés à mort au Pakistan pour l’assassinat d’une femme enceinte. Pendant le mois de mai 2014, Farzana Parveen a été tuée par lapidation dans la ville de Lahore, 2ème grande cité urbaine du pays. Ont participé, collectivement à ce crime plus d’une douzaine d’homme dont le père et le frère de la victime. Le plus choquant aussi, cet assassinat par lapidation s’est déroulé devant le tribunal, en plein rue, de Lahore. Une foule de plusieurs de centaines de personnes s’est agglutinée (...)

    conflits, situation, points chauds, monde, international, efforts, position, opinion, interventionnisme,

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , fait divers, société, fléau, délinquance, religion, (...)

    #conflits,situation,_points_chauds,_monde,_international,_efforts,_position,_opinion,_interventionnisme, #Terrorisme_,islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition

  • #pakistan drops attempted murder charges against baby
    http://english.al-akhbar.com/content/pakistan-drops-attempted-murder-charges-against-baby

    This photograph taken on April 3, 2014 shows a Pakistani lawyer taking the thumb impression from nine-month-old toddler Mohammad Musa on a bail bond in Lahore. (Photo: AFP / STR) This photograph taken on April 3, 2014 shows a Pakistani lawyer taking the thumb impression from nine-month-old toddler Mohammad Musa on a bail bond in Lahore. (Photo: AFP / STR)

    A Pakistani court on Saturday threw out charges of attempted murder against a nine-month-old baby, in a case that highlighted endemic flaws in the country’s legal system and provoked widespread ridicule. The court also launched a separate case to look into how police pressed charges against baby Mohammad Musa after his family clashed with gas company officials in a (...)

    #Top_News

  • When Muslim women want to save Muslim women
    http://english.al-akhbar.com/content/when-muslim-women-want-save-muslim-women

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/386571-01-08.jpg

    Pakistani human rights activists shout slogans during International Women’s Day in Lahore on March 8, 2014. (Photo: AFP-Arif Ali) Pakistani human rights activists shout slogans during International Women’s Day in Lahore on March 8, 2014. (Photo: AFP-Arif Ali)

    In an interview with the Asia Society, Lila Abu Lughod, author of the recent publication Do Muslim Women Need Saving?, poignantly explained the underscoring problem with the need to “save” women, particularly Muslim women:

    Sana Saeed

    read (...)

    #Culture_&_Society #Algeria #Articles #colonialism #conlonizer #France #Islam #long_reads #veil

  • Pakistan : musulmans et chrétiens unis contre le terrorisme

    http://www.slate.fr/monde/78716/pakistan-musulmans-chretiens-religions

    Le 6 octobre ne fut pas tout à fait un dimanche comme les autres au Pakistan, dans la ville de Lahore, 200 à 300 musulmans et chrétiens se sont donnés la main après la messe relate The Express Tribune, un quotidien pakistanais.

    Organisée par un musulman pakistanais, cette chaîne humaine interreligieuse était une manifestation de soutien pour les victimes du double attentat suicide ayant eu lieu deux semaines plus tôt à Peshawar.