city:lodève

  • Autour de #Montpellier, il est assez largement possible de se déplacer pour pas cher avec les bus de « Hérault Transport ». C’est un bon plan à connaître pour visiter les environs. Le ticket à l’unité est à 1€60, ou 10 euros les 10 voyages, et réductions familles nombreuses (donc en gros c’est le même tarif que les transports en commun à l’intérieur même de Montpellier, mais sur des distances autrement plus importantes).

    Par exemple, la ligne 668 (remplace la 308 l’été) va jusqu’à Saint-Guilhem-le-Désert et le Pont du diable, la ligne 606 (remplace l’été la ligne 106) va jusqu’à Aigues Mortes, Palavas-les-Flots avec la ligne 131, il y a aussi deux lignes qui vont jusqu’à Sommières…

    • Bon plan en effet. Petite précision, en fait les lignes en 6XX correspondent à la nouvelle numérotation des lignes d’Herault Transport à partir du 1er Juillet, été comme hiver. C’est vrai que c’est pas très clair sur le site Herault Transport.

  • Découvert le sculpteur Paul Dardé au musée de Lodève hier, qui lui consacre une exposition. On trouve surtout dans le musée, de manière permanente je crois, deux immenses statues, son Christ aux Outrages, et son Vieux faune.

    Je découvre donc aussi ceci : Paul Dardé, sculpteur socialo-libertaire
    http://montpellier-infos.fr/index.php/patrimoine/personnalites/6955-paul-darde-sculpteur-socialo-libertaire

    Le 29 décembre 1963, Paul Dardé s’éteignait à Lodève dans la misère et l’oubli injustes. En 1920 la presse voyait en lui : « Le nouveau Michel-Ange, successeur de Rodin ».Ce sculpteur socialo libertaire était devenu célèbre à Paris avec son malicieux « Vieux Faune » duquel il disait aux journalistes : « Il ricane et son rire est méprisant pour les hommes… » de pouvoir et d’argent médiocres. Visionnaire. Alors que la fortune lui tendait les bras, il était revenu s’installer près de Lodève, pour aider la population exploitée contrainte de se taire, à s’informer, et à prendre en mains son destin. Mais dans ce pays encore timoré par l’Inquisition, la critique était dangereuse ; on ne se fiait à personne, on ne bougeait pas.

  • Mouvement lycéen : une cartographie inédite, Mattea Battaglia et Camille Stromboni
    https://www.lemonde.fr/education/article/2018/12/13/mouvement-lyceen-une-cartographie-inedite_5396741_1473685.html

    L’effervescence, partie de la province et des petites villes, ne se structure pas selon les schémas traditionnels de mobilisation de la #jeunesse. On parle d’un réveil des enfants des « #gilets_jaunes ».

    Les enseignants l’admettent volontiers : la mobilisation lycéenne qui s’est déployée dans le sillage des « gilets jaunes » les a pris de court. Pas seulement par la contagion rapide d’une académie à l’autre – jusqu’à 470 #lycées ont été perturbés sur 4 000 au total, dont 2 500 publics. Pas seulement par son installation dans la durée (deux semaines de #blocages) ou par ses excès de violence localisés [et ses #violences_policières généralisées, ndc] , d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) à Orléans (Loiret) en passant par Blagnac (Haute-Garonne) ou Mantes-la-Jolie (Yvelines).

    Ce qui interpelle les observateurs de ce mouvement de jeunesse, qu’ils soient sociologues, proviseurs ou chercheurs, c’est bien sa géographie, alors qu’une nouvelle journée de #mobilisation s’annonce ce vendredi. Quelques exemples suffisent à dessiner ses contours inédits. A Paris, les grands lycées de l’Est – ceux du cours de Vincennes dans le 20e arrondissement notamment – n’ont pas joué le rôle moteur qu’ils endossent habituellement, contre la loi travail, la loi Fillon, le lycée Darcos, le contrat première embauche (CPE)… A Rouen, les chemins empruntés par les lycéens sont eux aussi venus rebattre la carte habituelle des mobilisations : plutôt que des établissements « bourgeois » de la rive droite, les premiers défilés sont partis des lycées plus populaires, de la rive gauche.

    Les « enfants des “gilets jaunes” » ?

    Les autres exemples avancés se résument, souvent, aux noms de villes de taille moyenne qui, jour après jour, ont vu leur jeunesse faire les gros titres de la presse locale : à Digne-les-Bains, chef-lieu des Alpes-de-Haute-Provence, un millier de lycéens sont descendus dans la rue. A Cambrai (Nord), ils étaient 600 à manifester. A Dijon, en Côte-d’Or, on en a recensé 200 devant le rectorat…

    Est-ce une mobilisation des « enfants des “gilets jaunes” » ? Le réveil d’une frange de la jeunesse qui partage, avec ses parents, des fins de mois difficiles et un sentiment de déclassement ? C’est l’une des grilles d’analyse retenues. « Sur les ronds-points s’observe une cohésion intergénérationnelle, défend Michelle Zancarini-Fournel, historienne. On voit des #jeunes rejoindre des #retraités, c’est suffisamment rare pour être souligné. »

    Nous l’avons vérifié dans plusieurs académies – dont Lille, Montpellier et Marseille – en épluchant la presse quotidienne régionale, en sollicitant les rectorats, mais aussi, au cas par cas, les personnels des établissements bloqués.

    Dans l’académie de Lille, aux côtés des élèves lillois – ceux du lycée international Montebello, bloqué à répétition –, la jeunesse de Denain et de Liévin a, elle aussi, donné de la voix, parfois en endossant un gilet jaune, alors que le mouvement débutait à peine, le 30 novembre. Les lycéens de Cambrai, de Coudekerque-Branche, ou, dans le Pas-de-Calais, de Lens ou d’Oignies ont ensuite rejoint le mouvement, au fil de plusieurs journées de mobilisation nationale – lundi 3 décembre, jeudi 6, vendredi 7 ou encore le « mardi noir » du 11 décembre. « Se font entendre des territoires périurbains souvent très défavorisés, qui peinent à se relever de la crise de l’industrie, constate un universitaire lillois qui a souhaité garder l’anonymat [? ndc]. C’est relativement inédit. »

    « Deux logiques se superposent »

    On assiste à une possible « inversion des déclencheurs du mouvement », avance l’historien Claude Lelièvre : « L’effervescence n’est pas à Paris. Elle est en province et dans les petites #villes, ce qui ne veut pas dire qu’elle est périphérique », souligne-t-il.

    Autour de Montpellier, parmi les premiers établissements mobilisés, se sont illustrés un #lycée_d’enseignement_professionnel agricole à Frontignan (Hérault) et un centre de #formation des #apprentis à Rodilhan (Gard). Devant ce CFA, le 5 décembre, une quarantaine d’#élèves ont installé un « barrage filtrant » en soutien aux « gilets jaunes ». Dans la foulée, plusieurs établissements nîmois se sont mobilisés. Le 7, le mouvement s’étendait, dans l’Hérault, à Montpellier, Lodève, Lunel, Agde, Sète…

    Face aux débordements, la rectrice, Béatrice Gilles – anciennement en poste à Créteil – a appelé les #lycéens au calme. « Ce sont des zones très pauvres, très désocialisées que l’on voit s’animer, confirme l’universitaire montpelliérain Yann Bisiou. Pendant ce temps-là, certains grands lycées de Montpellier ne bougent pas. »

    Il y a, depuis Mai 68, une forme de régularité dans la construction des mouvements de jeunesse qui semble aujourd’hui s’infléchir, abonde l’enseignant-chercheur Vincent Troger. « Un mouvement se déclenche toujours soit contre une réforme éducative, soit pour rejoindre une contestation sociale, explique-t-il. Dans le cas présent, les deux logiques se superposent. L’originalité est aussi là. » A Nantes, où il enseigne, Vincent Troger a ainsi le sentiment que plusieurs « lycées de la périphérie », contrairement aux mobilisations antérieures, ont joué le rôle de « moteurs ».

    « L’étincelle est partie des #filières technologiques [cf. la lutte contre le contrat d’insertion professionnel (CIP) qui prévoyait en 1994 un salaire égal à 80 % du salaire de référence pour le spas insérés", jeunes, ndc] »

    A Béziers (Hérault), Bruno Modica, professeur d’histoire, constate que la « vague » s’est élancée des lycées professionnels et polyvalents avant de gagner le centre-ville. « Ce sont les enfants des villages périphériques de Béziers qui se font entendre, dit-il, et pas les jeunes politisés ou les casseurs professionnels. »

    Des casseurs, on a pu en voir à l’œuvre dans les académies de Créteil, Versailles et Toulouse notamment, là où l’institution a comptabilisé le plus de blocages ayant dégénéré. « Que les établissements de banlieue autour de moi se mobilisent, en soi, ça ne me surprend pas, confie un enseignant d’Aubervilliers, lui-même mobilisé. Mais à ce point-là, c’est du jamais-vu en éducation prioritaire depuis une dizaine d’années. »
    Au sein même des lycées, c’est sur le profil des jeunes engagés qu’insiste Stéphane Rio, enseignant d’histoire à Marseille. « L’étincelle est partie des filières technologiques, de manière rapide et éruptive », témoigne-t-il. Ce professeur dit avoir d’abord vu sur les blocus des jeunes peu politisés, parlant autant d’eux que de leurs parents. Des adolescents qui n’ont pas toujours les codes des « bons élèves », ne réclament pas d’« AG », ne veulent pas nécessairement rejoindre les défilés. « Ils prônent le blocage pur et simple, observe-t-il, pour tenir le lycée comme on tient un rond-point. »

    A la tête d’un lycée de Liévin (Pas-de-Calais), devant lequel une centaine de jeunes se sont relayés durant huit jours, ce proviseur ne dit pas autre chose : « Ce ne sont pas nos jeunes intellos qui sont en première ligne », lâche-t-il.

    « Une crainte commune »

    Dans l’académie de Marseille, où les débordements ont poussé à la fermeture préventive d’au moins cinq établissements, la jeunesse s’est d’abord illustrée à Martigues avant de battre le pavé dans la cité phocéenne, Aix, Gardanne, etc.

    Ici comme ailleurs, disent les syndicalistes, il semble qu’un tournant ait été pris dans le sillage des interpellations de Mantes-la-Jolie (Yvelines) et des images des 151 jeunes agenouillés, les mains sur la tête, qui ont inondé les réseaux sociaux le 6 décembre.

    Depuis, à écouter les enseignants, le mot d’ordre « proprement lycéens » résonne plus haut. « Les jeunesses se sont unies, reprend Stéphane Rio, pour dire leur crainte commune : que les réformes en cours – celles du lycée, du bac, de Parcoursup – accroissent des inégalités dont ils seront les premières victimes. »
    « Le bac ne sera plus le même selon les établissements », martèlent-ils d’un blocage à l’autre. Et la sélection à l’entrée de l’université les laissera « sur le carreau ».

    Ça sent quand même ce 68 que j’ai pas vécu, la libération de la parole et la prise de parti, la découverte de ce que les singularités créent de collectif si la situation s’y prête. Ça rappelle ces belles manifs qui comme l’ouvrier marche d’atelier en atelier dans et contre l’usine lycéens et collégiens manifestaient d’un établissement scolaire à l’autre, du technique au général ; ça rappelle La horde d’or, ce moment de la fin des ’60 où ceux qui étaient confinés aux formations techniques et professionnelles ont été mêlés aux étudiants, entrainant un bordel général qui a mis en cause toutes les fonctions productives
    #scolarisés
    http://ordadoro.info/?q=content/«-un-poignard-dans-le-cœur-de-la-ville-capitaliste-»

    • Lycéens et étudiants rejoignent les « gilets jaunes » dans le rejet de la Macronie, Violaine Morin

      « Qui ne saute pas est macroniste ! » Sur le quai de la ligne 4, à la station de métro Châtelet à Paris, un groupe de lycéens survoltés bondit comme un seul homme. On croise quelques élèves de Charlemagne, un établissement du 4e arrondissement, souvent « en pointe » dans les contestations lycéennes. Direction la place Saint-Michel, où quelques groupes peignent des banderoles étalées sur le sol en attendant midi, l’heure du rassemblement à l’appel de trois syndicats, l’Union nationale lycéenne (UNL), la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) et le Syndicat général des lycéens (SGL).

      La bouche de métro déverse, à intervalles réguliers, des grappes de jeunes gens qui viennent grossir les rangs. Dix jours après le début de la contestation, les lycéens seront 2 600, selon la Préfecture de police, à manifester, mardi 11 décembre, pour 450 lycées perturbés dans toute la France – parmi lesquels 60 sont bloqués sur plus de 2 500, selon un bilan du ministère de l’éducation nationale communiqué à la mi-journée. Dans une ambiance festive, les manifestants entonnent des slogans classiques. Pour rappeler des souvenirs aux lycéens de n’importe quelle génération, il suffit d’insérer le nom du ministre de leur jeunesse – François Fillon, Claude Allègre – devant les mots « si tu savais, ta réforme, ta réforme… »

      Mais ici, le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a cédé la place à Emmanuel Macron, comme si la personne du président de la République cristallisait toutes les passions de ce mouvement qui tente de profiter de l’élan des « gilets jaunes ». « Ni les professeurs ni les étrangers, c’est Macron qu’il faut virer », scandent les jeunes, en alternant avec « Macron, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue ». Le ministre, pourtant à la manœuvre de trois chantiers parmi ceux qui forment les points de crispation – la réforme du baccalauréat, Parcoursup et les suppressions de postes dans le second degré –, est le grand « absent » de la manifestation qui doit cheminer jusque sous ses fenêtres.

      Au-delà de ce rejet collectif, les lycéens tombent difficilement d’accord sur les mots d’ordre. « Les mouvements de jeunesse souffrent souvent de n’être pas assez clairs et pas assez unis », concède Tito, en 1re au lycée Fénelon. Pour pallier ce problème, deux assemblées générales ont été organisées dans son établissement afin de définir « pourquoi on manifeste ». L’ensemble des revendications tient donc en un slogan, répété tout l’après-midi : « Contre Parcoursup, allez allez, contre le nouveau bac, allez allez, contre le SNU [service national universel], allez allez. » Mais dans le détail, les préoccupations varient selon les profils et les âges.
      Les élèves de banlieue, venus souvent avec leurs enseignants, s’inquiètent d’un baccalauréat « dévalué » par rapport à celui des lycées de centre-ville. Younes, en 1re au lycée Angela-Davis de la Plaine Saint-Denis, craint que ses amis de 2de, qui seront les premiers à passer le nouveau bac – composé d’un contrôle continu et de quatre épreuves terminales –, n’obtiennent un diplôme au rabais. « Je viens d’un quartier défavorisé où on a la réputation de vouloir tout brûler, plaide-t-il. Notre bac ne vaudra pas la même chose que celui des beaux quartiers. »

      Chenoa, élève de 2de à Noisy-le-Grand, se sent un peu à l’abri de cette « dévaluation » dans son lycée international sélectif. Elle fera partie de la première génération du baccalauréat « nouvelle formule ». Pour elle, cette réforme est « bâclée ». La jeune fille ne « comprend même pas » comment devront s’organiser ses choix pour l’année prochaine, alors que la carte des spécialités disponibles dans chaque lycée doit être annoncée fin décembre – un calendrier accéléré, semble-t-il, pour apaiser les inquiétudes des lycéens.

      Les étudiants, eux, se sont joint au rassemblement des lycéens après une assemblée générale tenue dans la matinée sur la place de la Sorbonne. Salomé et ses camarades, inscrites en licence d’espagnol à Paris-IV, veulent « prêter main-forte » aux lycéens. Mais les étudiants tentent de mobiliser sur leurs propres dossiers, par exemple sur la hausse des frais de scolarité pour les étrangers. « On est contents que les lycéens se soient mobilisés, tempère Salomé. On ne veut pas faire passer nos revendications avant les leurs, aujourd’hui, on est là pour eux. »

      Mais pourquoi ne pas être descendus dans la rue avant ? Parcoursup a connu sa première saison cet été, la réforme du bac est sur les rails depuis le printemps… De toute évidence, l’occasion offerte par la contestation des « gilets jaunes » était trop belle pour ne pas tenter de s’en saisir, même si les manifestants se défendent de tout opportunisme. « Ils ont réussi à mobiliser et cela a créé de l’espoir », analyse Tito, le lycéen de Fénelon.
      Les plus militants s’en remettent aux précédents historiques de la convergence des luttes entre étudiants et travailleurs. « La force sociale des “gilets jaunes” est incontestable, il faut en profiter », juge Léo, étudiant en philosophie à Paris-I. Partout dans le cortège, on entend des accents communs avec les revendications des « gilets jaunes », sur ce gouvernement qui ne prête qu’aux riches, ce service public qui souffre, ces manifestants brimés.

      L’interpellation musclée des lycéens de Mantes-la-Jolie (Yvelines), alignés à genoux sur le sol, le 6 décembre, est évoquée plusieurs fois. La vidéo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a choqué la communauté éducative. « On ne peut pas laisser faire ça », enrage un enseignant d’Aubervilliers. A plusieurs reprises, les manifestants se mettront à genoux sur la chaussée, mains sur la tête. Julien, un élève de 1re ES de la Plaine Saint-Denis à qui l’on demande s’il n’a pas peur devant de telles images, répond que lui et ses camarades s’efforcent de maintenir un blocus pacifique. « Bien sûr que j’ai peur que ça devienne violent, ajoute-t-il après un temps de réflexion. Et en même temps, si je ne fais rien, qui va le faire pour moi ? »

  • Quand l’âne attaque ! | Réalités Biomédicales
    http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2018/07/28/quand-lane-attaque

    Les attaques d’êtres humains par de gros animaux concernent le plus souvent des ours, des félins, des hippopotames, des requins, des crocodiles, plus rarement des zèbres. Des animaux domestiques peuvent également attaquer l’Homme, comme des chiens (pitbull, rottweiler, berger allemand, golden retriever) ou des chevaux. Il est en revanche bien plus rare qu’un âne s’en prenne à un être humain au point de le tuer. Un tel cas a été rapporté en mai 2018 par des médecins légistes australiens dans l’American Journal of Forensic Medicine and Pathology. Il concerne un homme de 65 ans qui circulait en moto sur une route de campagne. Son corps sans vie a été retrouvé. Deux ânes domestiques, un mâle et une femelle, d’une ferme voisine se trouvaient à proximité du cadavre.

    A l’autopsie, la victime était porteuse de multiples lacérations et lésions de morsures provoquées par un animal. Celles-ci siégeaient au visage et du cuir chevelu. Des fractures de plusieurs côtes ont été notées, de même qu’une contusion pulmonaire. A l’avant-bras gauche porteur de lacérations, le radius et le cubitus étaient fracturés avec multiples fragments. L’os du bassin était également le siège d’une fracture. Des lésions de morsures étaient visibles à la cuisse gauche et au bras droit. Sur la fesse droite, les légistes ont observé deux abrasions semi-circulaires de 4 cm sur 6 cm. A l’aisselle droite, ils ont noté deux abrasions en arc de cercle de 5 cm sur 9 cm. Enfin, une lésion semi-circulaire de 3,5 cm était visible sur la joue gauche.

    
Le décès a été attribué à un traumatisme thoracique fermé, autrement dit sans plaie ouverte. Selon les légistes de l’université d’Adélaïde, un ou deux ânes ont été percutés par le motocycliste. Ces animaux l’ont ensuite traîné sur la route sur une distance de 50 mètres tout en le mordant et le piétinant.

    Un moulage de la dentition des deux ânes a été réalisé. Les arcades dentaires correspondaient aux lésions de la victime, notent les auteurs qui soulignent qu’il n’a pas été possible de déterminer si la victime avait été mordue par un seul âne ou les deux. Ils précisent que le motocycliste avait un taux d’alcoolémie de 1,4 g/L qui aurait pu l’empêcher de se défendre efficacement.

    En 2011, un décès imputable à une attaque par un âne avait été rapporté par des médecins italiens. Un homme de 65 ans avait été retrouvé mort dans la cour de sa ferme. Près du corps se trouvait un âne adulte, apparemment docile et non intéressé par le corps de son maître. Les enquêteurs avaient remarqué un filet de sang sur la lèvre inférieure de l’âne et avaient prélevé un échantillon.

    
La victime portait une plaie très profonde à la face antérieure du cou. Les médecins légistes ont constaté que la trachée avait été sectionnée et que le cartilage thyroïde du larynx était porteur de multiples fractures. Il s’en était suivi une hémorragie intra-trachéale. Une importante quantité de sang dans les lobes pulmonaires inférieurs avait été observée à l’autopsie. La cause du décès avait été attribuée à une hémorragie massive associée à une asphyxie par inhalation de sang dans les poumons.

    Le cadavre portait par ailleurs de multiples abrasions cutanées sur le visage, le bras droit et le thorax. Plusieurs fractures de la main droite, sans doute des plaies de défense, ont également été notées.

    Des empreintes dentaires de l’âne ont été réalisées. Il ressort que les lésions de morsures sur le corps de la victime correspondaient aux dents antérieures de l’animal. Par ailleurs, le sang prélevé sur la lèvre inférieure de l’âne était celui de la victime. 


    Cas pédiatriques

    En 1976, un enfant âgé de deux ans et demi décédait en Israël après avoir été mordu en de nombreux endroits sur le corps par un âne appartenant à sa famille. Il présentait également des fractures de la jambe gauche. Le décès était survenu le lendemain de son hospitalisation. L’autopsie avait révélé une embolie graisseuse massive au niveau pulmonaire et cérébral. Cette complication, généralement consécutive à une fracture de membre inférieur, est due à la migration dans les vaisseaux sanguins de globules graisseux provenant de la moelle osseuse rompue et qui finissent par obstruer les capillaires des poumons et du cerveau.

    En 2009, des chirurgiens orthopédistes de Bamako (Mali) ont rapporté deux cas de fractures ouvertes de jambe par morsure d’âne chez deux garçons de 11 et 13 ans. Une antibiothérapie, une vaccination antirabique et antitétanique avaient été réalisées. L’évolution avait été favorable dans les deux cas. L’âne qui avait mordu le plus jeune enfant était enragé. L’enfant avait été traîné sur plusieurs mètres. L’animal n’avait pas lâché prise malgré avoir reçu de nombreux coups de bâton. Il n’avait finalement succombé qu’après avoir reçu plusieurs coups de machette.

    
En 2002, des médecins de Ouagadougou (Burkina Faso) ont rapporté le cas d’un garçon de 9 ans qui avait eu deux paupières arrachées par la morsure d’un âne. La petite victime donnait à manger à l’animal quand un autre enfant avait donné un coup de bâton à l’animal. Celui-ci avait réagi en se ruant sur l’enfant qui le nourrissait, le mordant au visage et à la jambe gauche. L’enfant avait été pris en charge un mois plus tard en Europe par une équipe de chirurgiens ophtalmologistes et plasticiens. Ils avaient reconstruit la région palpébrale à partir d’un greffon prélevé sur la muqueuse buccale. Malgré la qualité des soins reçus, le résultat fonctionnel est resté catastrophique. L’enfant avait quasiment perdu son œil, l’acuité visuelle restant réduite à la seule perception lumineuse 18 mois plus tard.

    Tous ces cas cliniques montrent que les morsures d’âne sont graves. Cet ongulé a la réputation d’être travailleur et docile. Il peut cependant devenir agressif lors de la période de reproduction. Aux conséquences fonctionnelles et esthétiques s’ajoute le risque de contracter la rage.

    
Pour conclure, signalons qu’en 2017 des chirurgiens urologues italiens ont rapporté le cas d’un jeune homme de 23 ans ayant subi une phalloplastie, intervention chirurgicale visant à reconstruire le pénis. A l’âge de 3 ans, il avait été mordu à travers ses vêtements par un âne au niveau des organes génitaux externes. La morsure avait entraîné une amputation partielle de la verge.

    Marc Gozlan

    #nos_ennemis_les_bêtes #ânes

    • Attaques d’araignées Loxosceles rufescens vers Montpellier

      cc @arno je découvre qu’il y a des prédateur·ices serieux·ses vers chez toi
      http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2017/01/23/il-etait-plusieurs-fois-la-morsure-dune-araignee-p

      –-------

      Une école envahie par des araignées-loup à Montpellier, sept classes fermées

      http://www.leparisien.fr/societe/une-ecole-envahie-par-des-araignees-loup-a-montpellier-sept-classes-ferme

      A l’école Olympe-de-Gouges, à Montpellier (Hérault), sept classes ont été fermées durant près d’une semaine.

      A l’école Olympe-de-Gouges de Montpellier (Hérault), il ne vaut mieux pas être arachnophobe. Depuis une semaine, des araignées loups ont élu domicile dans les classes. Sept salles ont dû être fermées, comme le rapporte Midi Libre.

      Au total, 130 élèves ont été délogés de leurs classes, suite à la découverte des insectes. « Sept classes parmi les 16 de l’école n’ont plus de locaux, puisqu’elles ont été envahies par un spécimen d’araignées loups, détectées par les agents d’entretien qui ont eu des démangeaisons et des problèmes cutanés à la suite de leur intervention dans les classes », explique Alexandra Seoane, la directrice de l’école, au Midi Libre.
      Le fonctionnement de l’école « perturbé »

      Peu attrayantes, araignées loups sont connues pour transporter leurs petits sur leur abdomen. Elles se nomment ainsi car elles ont la particularité de ne pas tisser de toile mais de chasser leurs proies.

      Par sécurité, la cheffe de l’établissement a donc décidé de fermer les locaux, le temps que la mairie fasse venir une équipe de désinfection. En attendant, « les enfants sont répartis dans les autres classes, ce qui perturbe le fonctionnement de l’école entière », déplore Alexandra Seoane.

      –-----

      Montpellier : des salles de classe fermées à cause d’araignées-loups

      http://www.lagazettedemontpellier.fr/42522/montpellier-des-salles-de-classe-fermees-a-cause-daraignees-l

      Il faut avoir le cœur bien accroché lorsqu’on tombe nez à nez avec la demoiselle. Depuis jeudi dernier, sept classes de l’école élémentaire et primaire Olympe de Gouges, dans le quartier Ovalie, ont été fermées pour des raisons sanitaires. En cause : des araignées-loups avaient élu domicile dans les salles de classe.

      « Nous avons alerté les services de la mairie la semaine dernière, dès que nous avons constaté que les araignées se multipliaient et que c’était une invasion », explique une enseignante. En attendant que le problème soit réglé, les enfants ont été répartis dans les dix autres classes que compte l’école.

      Pendant le week-end, une entreprise privée est venue éradiquer les araignées à coup de pulvérisateur. Mais ce lundi, les enfants ne pouvaient toujours pas réintégrer leurs classes. Les services de la Ville n’ont pas donné leur aval pour rouvrir les classes.

      « Nous n’avions aucune indication quant aux risques encourus par les élèves et les personnels », pointe la professeure.

      Elle chasse en meute

      Ce mardi, à midi, les services techniques de la ville ont informé la direction de l’école qu’"il n’y a plus aucun risque sanitaire pour les enfants à réintégrer les locaux". Les enseignants et leurs élèves ont ainsi pu regagner leurs classes respectives à partir de 14 h.

      Sans danger pour l’homme, l’araignée-loup est toutefois impressionnante, surtout lorsqu’elle transporte ses petits sur son dos. Elle est commune partout, de la lisière de forêt jusqu’aux jardins, même urbains. Le nom d’araignée-loup semble venir du fait que ces araignées sont souvent assez nombreuses à chasser sur un même territoire, ce qui a pu faire imaginer qu’elles chassaient en meute, comme les loups.

      –----
      Montpellier : sept classes fermées une semaine à cause d’une invasion d’araignées
      https://www.midilibre.fr/2018/10/16/montpellier-7-classes-fermees-pendant-une-semaine-a-cause-dun-invasion-dar

      Agde
      Alès
      Bagnols-sur-Cèze
      Béziers
      Carcassonne
      Lodève
      Lunel
      Mende
      Millau
      Montpellier
      Narbonne
      Nîmes

      Menu
      Journal
      Abonnez-vous
      Accueil

      Accueil
      Faits divers

      Montpellier : sept classes fermées une semaine à cause d’une invasion d’araignées

      Une des araignées photographiée dans l’école.
      Une des araignées photographiée dans l’école. DR

      Publié le 16/10/2018 à 13:55 / Modifié le 16/10/2018 à 17:05
      S’abonner
      13 commentaires
      550 partages
      Faits divers, Montpellier, Enseignement et formation
      Dans le quartier Ovalie, sept classes sont restées fermées depuis mercredi 10 octobre alors que les préfabriqués ont été envahis d’araignées-loups. Après un traitement vendredi et des opérations de nettoyage, sept classes de l’école Olympe-de-Gouges doivent finalement rouvrir ce mardi après-midi.

      A l’école Olympe-de-Gouges, dans le quartier Ovalie, sept classes sont restées fermées plusieurs jours en raison d’une invasion d’araignées, suivie d’une opération de désinfection puis de nettoyage. Ce mardi 16 octobre au matin, Alexandra Seoane, la directrice de l’école, tirait la sonnette d’alarme alors que les services techniques de la Ville n’avaient pas encore donné leur aval pour rouvrir les classes.
      Une espèce qui chasse en meute
      Depuis la découverte de ces arachnides, vraisemblablement des araignées-loups, les 130 élèves de maternelles et de classes élémentaires, habituellement répartis dans les locaux préfabriqués, avaient été intégrés au reste de l’établissement. Certaines classes de cette école placée en zone Rep avaient vu leurs effectifs augmenter de façon conséquente.
      Des inquiétudes

      Face à cette situation ubuesque, les parents d’élèves n’avaient pas manqué de réagir. Ce mardi, Cécile Finou notamment interrogeait : le nettoyage a-t-il été complètement effectué ? Les enfants peuvent-ils retourner dans leurs locaux ? La situation sanitaire est-elle revenue à la normale ?
      Levée de doutes

      Ce mardi, à midi, les services techniques de la ville informaient la direction de l’école qu’"il n’y a plus aucun risque sanitaire pour les enfants à réintégrer les locaux". Les enseignants et leurs élèves pouvaient donc regagner leurs classes respectives à partir de 14 h.

      Reste que d’autres araignées de cette espèce auraient été observées à l’extérieur des locaux...

      J. M.

      Un commentaire permet (enfin) de savoir de quelle araignée il s’agit :

      Il s agit d une lycose de Narbonne, caracteristique de notre region ,(proche de la tarentule d Italie). J ai toujours vu ces araignées dans notre region, déjà petit je les observais dans le jardin de mes parents près de Montpellier (il y a plus de 40 ans), elle aimaient les herbes seche et les zones tres seches. Il s agit de la plus grosse araignee de France et il est vrai que sa morsure peut être douloureuse mais elle n attaque pas et ne mord que pour se defendre. Ceux qui font de la course à pied le soir, à la tombee du jour avec une lampe frontale ont déjà vu plein de petits points lumineux dans l herbe : il s agit de leurs yeux qui reflettent la lumiere. Par ailleurs elles sont tres utiles par le nombre d insectes qu elles mangent (elles ne font pas de toile et chassent à cour)
      Donc inutile d en faire un plat, elles ont toujours été chez nous et ne sont pas réellement dangereuse, contrairement à d autres espèces arrivées depuis peu beaucoup plus nuisible et surtout inutiles..

      –-----
      La fiche wikipédia ne parle pas de « chasse à cour » ni de « chasse en meute ».

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lycosa_tarantula

      Sur ce lien qui décrit un peu les techniques de chasse de Lycosa tarantula il n’est pas fait mention de chasse à cour ni de chasse en meute :
      http://worldofreptile.com/fiche-descriptive-lycosa-tarantula

      Cette araignée ne tisse pas ou pratiquement pas de toile.
      Elle recouvre l’entrée de son terrier avec des brindilles et des petits cailloux.

      Afin de s’alimente et donc chasser, elle pratique la chasse à l’affut, elle va se positionner à un endroit et attendre sans bouger qu’une proie intéressante passe devant elle pour lui sauter dessus, parfois elle traquera une proie.

      –----
      ici un joli texte sur la Lycose de Narbonne
      https://www.e-fabre.com/e-texts/souvenirs_entomologiques/lycose_narbonne.htm

      D’autres aranéides font encore mieux. Telle est la Lycose de Narbonne où Tarentule à ventre noir (Lycosa narbonensis Walck.), dont les prouesses ont été racontées dans un précédent volume. Rappelons son terrier, son puits de l’ampleur d’un col de bouteille, creusé dans les terrains caillouteux aimés du thym et des lavandes. L’embouchure a pour margelle un bastion de graviers et de débris ligneux cimentés de soie. Rien autre autour de la demeure, ni toile, ni lacets d’aucune sorte.

      De sa tourelle, haute d’un pouce, la Lycose guette le Criquet passant ; elle bondit, poursuit la proie et l’immobilise soudain d’une morsure à la nuque. La consommation de la pièce se fait sur place ou bien dans le repaire, consommation que ne rebutent pas les téguments coriaces de l’acridien. La robuste chasseresse n’est pas une buveuse de sang comme l’Epeire : il lui faut aliment solide, qui craque entre les mâchoires. C’est le chien dévorant son os.

      Tenez-vous à l’amener au jour du fond de son puits ? Introduisez une fine paille dans le terrier et agitez.

      Inquiète de ce qui se passe là-haut, la recluse accourt, monte et s’arrête, menaçante, à quelque distance de l’orifice. On voit briller dans l’ombre ses huit yeux, semblables à des diamants ; on voit bâiller ses puissants crocs venimeux, prêts à mordre. Qui n’a pas l’habitude de cette horreur, remontant de dessous terre, ne peut se défendre d’un frisson. Brrr ! laissons la bête tranquille.

  • http://desordre.net/musique/gillespie.mp3

    Devenu spécialiste de restauration
    D’œuvres numériques en intelligence artificielle
    Je reprends des enregistrements de Gillespie

    Dizzy passe à la maison
    Et joue de la trompette
    Pour notre plus grand plaisir

    Puis c’est une commande
    De la manufacture nationale
    De savonnerie de Lodève

    Il faut reprendre
    Un tapis de Twombly
    Les Quatre Saisons

    Je travaille
    Dans le garage
    Avec Twombly

    Enfin c’est le déchiffrement
    De la lettre d’adieu d’un ami poète
    Sauvegarde d’un fiel pur

    Je me lève comme un ressort
    Je crois que j’aime bien travailler
    Avec Dizzy Gillespie et Cy Twombly

    Mon dernier vers
    Rapporterait beaucoup
    Au Scrabble

    Déjeuner
    Et conduite à la gare
    Avec Sarah

    Retour maison
    Home office ce matin
    Le café passe le free jazz aboit

    J’expédie les affaires courantes
    De très bonne heure
    C’est surréaliste

    Je prends mon café
    En accompagnant le petit-déjeuner
    D’Émile, grommellements de part et d’autre

    Grommellements de part et d’autres
    C’est dire si entre sangliers cévenols
    On se comprend parfaitement

    C’est étonnant le home office
    Ça barde au bureau
    Et vous n’avez toujours pas pris de douche

    Je passe à la poste
    Chercher les deux colis de Laurence
    Bardés d’écritures thaïlandaises

    Le schéma synaptique de la factrice
    Doit être autrement plus compliqué
    Que le plan du Désordre. Impressionnant

    En un peu plus d’un quart d’heure
    Elle est malgré tout parvenue
    À me faire signer deux bordereaux

    Il était remarquable de voir
    A quel point elle avait égaré ses collègues
    Mais semblait, elle, s’y retrouver. Du grand art

    À la banque, ma banquière
    Bénéficie de mes lumières
    En informatique, ça va plus vite

    Quelques échanges de mails
    Un disque et je réchauffe
    Les restes de galette coréenne

    Restes de galette coréenne
    Reste de salade de tomates
    Une orange sanguine qui reste

    Je fais halte au BDP
    Pour écrire-relire un peu
    Je n’arrive pas me concentrer

    Je n’arrive pas me concentrer
    Du coup ce que j’écris
    Est tout capillotracté. Et sera à refaire

    Il y a dix jours sur la scène de Beaubourg
    Aujourd’hui sur la sellette au travail
    Nettement moins à l’aise en réunion donc

    Deuxième réunion de la journée
    Je rencontre pour la première fois
    Un collègue que je connais depuis six ans

    Nous aurions pu nous croiser
    Dans les rues de Montreuil
    Sans se reconnaître

    Dès lors je ne suis pas certain
    Que ce sera un plaisir de le croiser
    Dans les rues de Montreuil

    Harassé
    Exsangue
    Rincé

    Je rentre donc essoré
    Je tente de prendre les devants
    Avant qu’on me demande ce qu’on mange ?

    Je cuisine des gnocchis
    Aux épinards dans un plat trop grand
    C’est comestible mais pas onctueux

    Pendant que Zoé fait la vaisselle
    Émile m’impose deux défaites
    Cuisantes aux échecs

    Dans tous les films copiés dimanche
    Je me décide finalement pour
    L’Homme qui aimait les femmes de Truffaut

    Et je pensais que c’était le seul film
    De Truffaut pour lequel
    J’avais encore un peu de tendresse

    Et bien pas du tout
    Ce film rejoint le reste du corpus
    Pour lequel je n’ai aucun intérêt, petit maître

    #mon_oiseau_bleu

  • Géographies en mouvement - Des #tomates à faire rougir les agronomes - Libération.fr
    http://geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr/2016/08/16/des-tomates-faire-rougir-les-agronomes

    Comme si cela allait de soi pour les contribuables, Xavier Beulin, patron de la #FNSEA, réclamait le 10 août dernier pour les agriculteurs un énième plan d’aides alors que le marché peine à réguler l’#économie_agricole. L’occasion de regarder les solutions alternatives.

    Le cas de Pascal Poot commence à être connu et commenté jusqu’aux journaux télévisés. Mais il faut encore le faire connaître si on veut sauver l’#agriculture du désastre environnemental et financier dans lequel la FNSEA l’a mise depuis plusieurs décennies . Et renvoyer dans leurs labos les « ingénieurs » de l’#INRA co-responsables de cet effondrement de notre agriculture. Imaginez une région caillouteuse comme peut l’être le Languedoc, sur les hauteurs de Lodève. Pas d’eau l’été, des trombes à l’automne, une région frisquette l’hiver. Pourtant, le #Conservatoire_de_la_tomate de #Pascal_Poot est un défi à la science agronomique. Un jardin de cocagne sans système d’arrosage, ni engrais ni pesticides, ni tuteur, ni entretien. Des milliers de plants donnant au bas mot 20 kg de tomates par pied ! Comment s’y prend-il ?

    #agronomie

  • De l’indispensable inutilité de la #poésie

    « Ça rime à quoi ? », la seule émission radiophonique de poésie : supprimée de la grille de France-Culture ; la #Maison_de_la_Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines près de Paris : asphyxiée par fermeture du robinet à subventions ; le #Festival_de_Lodève : rayé de la carte. Ces trois emblèmes de la poésie en France vont donc passer par pertes et profits. Une pensée pour Sophie Nauleau, poétesse et productrice de « Ça rime à quoi ? » qui a défendu, toutes griffes dehors, la cause de la poésie chez les médiacrates. Une autre pour le maire et poète Roland Nadaus, qui a créé la Maison de Saint-Quentin-en-Yvelines. Une troisième pour Marc Delouze, cofondateur du Festival de Lodève, et infatigable animateur de l’association Les Parvis poétiques[1].

    http://www.lacite.info/de-lindispensable-inutilite-de-la-poesie

  • Un paysan bio sanctionné pour avoir affiché sa solidarité avec les Palestiniens
    http://www.bastamag.net/Menace-de-sanction-pour-avoir-affiche-sa-solidarite-avec-les-paysans

    La lettre recommandée de la mairie de Lodève, dans l’Hérault, est arrivée le 3 mars chez Mariano Pusceddu. Elle signifie à ce paysan bio qu’il encourt une exclusion de quatre semaines du marché de Lodève s’il affiche à nouveau des t-shirts de la campagne BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) sur son stand de fruits et légumes. Cette campagne lancée en juillet 2005 appelle au boycott, au nom du droit international, des produits israéliens fabriqués dans les territoires occupés et les colonies (...)

    En bref

    / #Proche_et_Moyen_Orient, #Luttes_sociales, #Guerres_et_résolution_des_conflits, Solidarités (...)

    #Solidarités_internationales

  • France : Il affiche le tee-shirt BDS France sur son stand de légumes bio et les policiers municipaux le menacent de poursuites pour « incitation à la haine raciale » ! - BDS-34
    http://www.ism-france.org/temoignages/Il-affiche-le-tee-shirt-BDS-France-sur-son-stand-de-legumes-bio-et-les-p

    Par BDS-34

    Mariano Pusceddu, paysan bio depuis plus de 25 ans et membre de la Confédération Paysanne, est bien connu dans la région de Lodève et dans le département de l’Hérault, où il tient son stand de légumes bio. Solidaire des paysans palestiniens qui luttent pour leur terre il a établi des relations directes avec certains d’entre eux qu’il a reçus et à qui il a envoyé des graines.

    Il affiche le tee-shirt BDS France sur son stand de légumes bio et les policiers municipaux le menacent de poursuites pour ’incitation à la haine raciale’ !

    Installé dans la commune d’Octon, à côté du Salagou et proche de la ville de Lodève, il tient un stand de vente de sa production de fruits et légumes tous les samedis sur le marché de Lodève et les mercredis à Clermont-l’Hérault.

    Depuis cet été, il suspend à son parasol deux tee-shirts de la Campagne BDS France qui mentionnent au recto : « Justice en Palestine » et au verso : « Boycott Israël apartheid ».

    Samedi 21 février, qu’elle n’a pas été sa surprise quand les policiers municipaux de la ville de Lodève sont venus lui demander de retirer le tee-shirt et l’on menacé de verbalisation « pour incitation à la haine raciale » et ajouté que le règlement des marchés interdit toute expression politique. Immédiatement plusieurs clients et passants se sont attroupés, indignés par ce type de menace et d’interdiction et les policiers sont partis sans qu’il ait enlevé le tee-shirt.-