city:los angeles

  • Federal judge rules Uber calling its drivers independent contractors may violate antitrust and harm competition / Boing Boing
    https://boingboing.net/2019/06/21/labor-uber.html

    A federal judge has ruled that alleged misclassification of drivers as independent contractors by the ride-hailing service app Uber could harm competition and violate the spirit of America’s antitrust laws.

    • Lawsuit says misclassifying workers creates competitive harm
    • 30 days to amend complaint with new information

    The ruling by Judge Edward Chen of the U.S. District Court for the Northern District of California is not a final decision in the case, but is a “significant warning to ride-hailing companies,” Bloomberg News reports.

    “It signals how a 2018 California Supreme Court case and future worker classification laws could open the floodgates to worker misclassification and antitrust claims.”

    Uber’s Worker Business Model May Harm Competition, Judge Says
    https://news.bloomberglaw.com/daily-labor-report/ubers-worker-business-model-may-harm-competition-judge-says

    Uber’s Worker Business Model May Harm Competition, Judge Says
    Posted June 21, 2019
    Suit: Misclassifying workers produces competitive harm
    Complaint must be amended within 30 days with new information
    Uber‘s alleged misclassification of drivers as independent contractors could significantly harm competition and violate the spirit of antitrust laws, a federal judge ruled.

    The ruling, although not a final decision in the case, is a significant warning to ride-hailing companies. It signals how a 2018 California Supreme Court case and future worker classification laws could open the floodgates to worker misclassification and antitrust claims.

    Judge Edward Chen of the U.S. District Court for the Northern District of California declined to dismiss all of the claims brought against Uber by Los Angeles-based transportation service Diva Limousine, saying the company established a causal link between Uber’s behavior and real economic harm being felt by competitors.

    Driver misclassification could save Uber as much as $500 million annually just in California, according to Diva’s lawyers.

    “Diva’s allegations support the inference that Uber could not have undercut market prices to the same degree without misclassifying its drivers to skirt significant costs,” the judge wrote in the June 20 ruling.

    Unlike employees, independent contractors aren’t entitled to benefits such as health care, unemployment insurance, minimum wages, and overtime.

    An attorney for Diva said he was pleased with the court’s decision and that it was a warning that the company couldn’t skirt California labor laws.

    “There’s an acknowledgement here that Uber not only harms its drivers but also that its conduct crosses the line from robust competition to unfair competition,” said attorney Aaron Sheanin of Robins Kaplan LLP. “And that injures its competitiors, including Diva.”

    Uber didn’t return a request for comment.

    Overall, Uber was only able to get part of Diva’s complaint fully dismissed—specifically, its claims under the state’s Unfair Practices Act. Diva’s claims under the California Unfair Competition Law can proceed once it amends its complaint to address jurisdictional issues and other legal arguments.

    Diva’s lawyers have 30 days to refile an updated complaint which is likely to move forward given the judge’s ruling that the claims have merit.

    The ruling was based in part from language drawn from the California Supreme Court’s April 2018 ruling in Dynamex Operations West Inc. v. Superior Court. That decision made it harder for California employers to classify workers as independent contractors rather than employees. It also condemns misclassification as a type of unfair competition.

    Uber identified Dynamex in regulatory filings as a long-term potential risk factor for its business success.

    The case is Diva Limousine, Ltd. v. Uber Technologies, Inc., N.D. Cal., No. 3:18-cv-05546, Order Issued 6/20/19.

    #USA #Uber #Wettbewerb #Monopol #Urteil #Justiz

  • La peste bubonique à Los Angeles : La Californie sur le point de devenir un État du tiers monde (Blacklistednews)
    https://www.crashdebug.fr/international/16197-la-peste-bubonique-a-los-angeles-la-californie-sur-le-point-de-deve

    On vous avie déjà parlé du Tyhpus à LA, mais ça continue, on voie ici les micracles du capitalisme, et d’une société faites d’ultra riches et d’ultra pauvres.

    La ville de Los Angeles s’enfonce rapidement dans un cloaque de décomposition et de maladie. Avec la peste bubonique maintenant probablement présente parmi les résidents, la ville et l’état de Californie sont sur le point de devenir un paysage infernal du tiers-monde. Certains disent que c’est déjà arrivé...

    Tucker Carlson avait l’historien Victor Davis Hanson dans son émission la semaine dernière, où ce dernier a déclaré que la Californie est sur le point de devenir le premier État du Tiers Monde du pays. Des ordures jetées illégalement à l’hôtel de ville pour devenir une tanière infestée de rats dans la ville de (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • Sikh drivers are transforming U.S. trucking. Take a ride along the Punjabi American highway - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/nation/la-na-col1-sikh-truckers-20190627-htmlstory.html

    By Jaweed Kaleem, Jun 27, 2019 -
    It’s 7:20 p.m. when he rolls into Spicy Bite, one of the newest restaurants here in rural northwest New Mexico. Locals in Milan, a town of 3,321, have barely heard of it.

    https://www.trbimg.com/img-5d12f8d2/turbine/la-1561524431-z6kcx6gnzm-snap-image
    Punjabi-operated truck stops

    The building is small, single-story, built of corrugated metal sheets. There are seats for 20. The only advertising is spray-painted on concrete roadblocks in English and Punjabi. Next door is a diner and gas station; the county jail is across the road.

    Palwinder Singh orders creamy black lentils, chicken curry and roti, finishing it off with chai and cardamom rice pudding. After 13 hours on and off the road in his semi truck, he leans back in a booth as a Bollywood music video plays on TV.

    “This is like home,” says Pal, the name he uses on the road (said like “Paul”).

    There are 3.5 million truckers in the United States. California has 138,000, the second-most after Texas. Nearly half of those in California are immigrants, most from Mexico or Central America. But as drivers age toward retirement — the average American trucker is 55 — and a shortage grows, Sikh immigrants and their kids are increasingly taking up the job.

    Estimates of the number of Sikh truckers vary. In California alone, tens of thousands of truckers trace their heritage to India. The state is home to half of the Sikhs in the U.S. — members of a monotheistic faith with origins in 15th century India whose followers are best recognized by the uncut hair and turbans many men wear. At Sikh temples in Sacramento, Fresno, Bakersfield and Riverside, the majority of worshipers are truck drivers and their families.

    Over the last decade, Indian Americans have launched trucking schools, truck companies, truck washes, trucker temples and no-frills Indian restaurants modeled after truck stops back home, where Sikhs from the state of Punjab dominate the industry.

    “You used to see a guy with a turban and you would get excited,” says Pal, who is in his 15th year of trucking. “Today, you go to some stops and can convince yourself you are in India.”

    Three interstates — the I-5, I-80 and I-10 — are dotted with Indian-American-owned businesses catering to truckers. They start to appear as you drive east from Los Angeles, Reno and Phoenix, and often have the words “Bombay,” “Indian” or “Punjabi” on their storefront signs. But many, with names like Jay Bros (in Overton, Neb.) and Antelope Truck Stop Pronghorn (in Burns, Wyo.) are anonymous dots on a map unless you’re one of the many Sikhs who have memorized them as a road map to America.

    The best-known are along Interstate 40, which stretches from Barstow to North Carolina. The road, much of it alongside Historic Route 66, forms the backbone of the Sikh trucking world.

    It’s a route that Pal, 38, knows well. Three times a month, he makes the seven-day round trip between his Fontana home and Indiana, where he drops off loads and picks up new ones. Over his career, he’s driven 2 million miles and transported items as varied as frozen chickens and paper plates. These days, he mostly hauls chocolate, rice and fruits and vegetables from California farms. Today, it’s 103 containers of mixed produce, with mangoes, bell peppers, watermelons, yellow onions and peeled garlic among them. All are bound for a Kroger warehouse outside Indianapolis.

    Across the street from Spicy Bite, dozens of arriving drivers form a temporary village of 18-wheelers in a vast parking lot by the interstate. Most are white. Nearly all are men. More are older than younger.

    But every now and then there are Sikhs like Pal, with long salt-and-pepper beards, colorful turbans and thick Indian accents. They head straight toward Spicy Bite.

    Lines can form out the door at the restaurant, which opened two years ago outside the Petro Stopping Center, a longtime mainstay for truckers headed east.

    Pal makes a point to stop by the restaurant — even just for a “hello” — when he sleeps next door. The Sikh greeting is “Sat sri akaal.” It means “God is truth.” In trucking, where turnover is high, business uncertain and risk of accidents ever present, each day can feel like a leap of faith and an opportunity to give thanks.

    Punjabi Americans first appeared on the U.S. trucking scene in the 1980s after an anti-Sikh massacre in India left thousands dead around New Delhi, prompting many Sikhs to flee. More recently, Sikhs have migrated to Central America and applied for asylum at the Mexico border, citing persecution for their religion in India; some have also become truckers. Estimates of the overall U.S. Sikh population vary, placing the community’s size between 200,000 and 500,000.

    In recent years, corporations have pleaded for new truckers. Walmart kicked up salaries to attract drivers. Last year, the government announced a pilot program to lower the age for driving trucks from 21 to 18 for those with truck-driving training in the military. According to the American Trucking Assn., the trucker shortage could reach 100,000 within years.

    “Punjabis are filling the gap,” says Raman Dhillon, a former driver who last year founded the North American Punjabi Trucking Assn. The Fresno-based group advises drivers on regulations, offers insurance and tire discounts, and runs a magazine: Punjabi Trucking.

    Like trucking itself, where the threat of automation and the long hours away from home have made it hard to recruit drivers, the Punjabi trucking life isn’t always an easy sell. Three years ago, a group of Sikh truckers in California won a settlement from a national shipping company after saying it discriminated against their faith. The drivers, who followed Sikh traditions by wrapping their uncut hair in turbans, said bosses asked them to remove the turbans before providing hair and urine samples for pre-employment drug tests despite being told of the religious observance. The same year, police charged a man with vandalizing a semi truck at a Sikh temple in Buena Park. He’d scribbled the word “ISIS.”

    Still, Hindi- and Punjabi-language newspapers in the Eastern U.S. regularly run ads promising better wages, a more relaxed lifestyle and warm weather as a trucker out West. Talk to any group of Sikh drivers and you’ll find former cabbies, liquor store workers or convenience store cashiers who made the switch.

    How a rural Oklahoma truck stop became a destination for Sikh Punjabis crossing America »

    “Thirty years ago, it was hard to get into trucking because there were so few people like us in the business who could help you,” says Rashpal Dhindsa, a former trucker who runs Fontana-based Dhindsa Group of Companies, one of the oldest Sikh-owned U.S. trucking companies. When Pal first started, Dhindsa — now a close friend but then an acquaintance — gave him a $1,000 loan to cover training classes.

    It’s 6:36 a.m. the next day when the Petro Stopping Center switches from quiet darkness to rumbling engines. Pal flips on the headlights of his truck, a silver ’16 Volvo with a 500-horsepower engine. Inside the rig, he heats aloo gobi — spiced potatoes and cauliflower — that his wife prepared back home. He checks the thermostat to make sure his trailer isn’t too warm. He takes out a book wrapped in a blue cotton cloth that’s tucked by his driver’s seat, sits on a bed-turned-couch and reads a prayer in Punjabi for safety on the journey: There is only one God. Truth is His name…. You always protect us.

    He pulls east onto the highway as the sun rises.

    Truckers either drive in pairs or solo like Pal. Either way, it’s a quiet, lonely world.

    Still, Pal sees more of America in a week than some people will in their lives. Rolling California hills, spiky desert rock formations, the snow-dusted evergreens of northern Arizona, the fuzzy cacti in New Mexico and, in Albuquerque, hot air balloons rising over an orange sky. There’s also the seemingly endless fast food and Tex-Mex of Amarillo and the 19-story cross of Groom, Texas. There’s the traffic in Missouri. After hours of solitude on the road, it excites him.

    Pal’s not strict on dogma or doctrine, and he’s more spiritual than religious. Trucking has shown him that people are more similar than different no matter where you go. The best of all religions, he says, tend to teach the same thing — kindness to others, accepting whatever comes your way and appreciation for what’s in front of you on the road.

    “When I’m driving,” Pal says, “I see God through his creation.”

    His favorite sights are the farms. You spot them in Central California while picking up pallets of potatoes and berries, or in Illinois and Indiana while driving through the corn and soybean fields.

    They remind him of home, the rural outskirts of Patiala, India.

    Nobody in his family drove trucks. Still, to Pal, he’s continuing tradition. His father farmed potatoes, cauliflower, rice and tomatoes. As a child, Pal would ride tractors for fun with Dad. Today, instead of growing food, Pal transports it.

    He wasn’t always a trucker. After immigrating in 2001 with his younger brother, he settled in Canoga Park and worked nights at 7-Eleven. After he was robbed at gunpoint, a friend suggested trucking. Better pay, flexible hours — and less dangerous.

    Three years later, he started driving a rig he didn’t own while getting paid per mile. Today, he has his own company, two trucks between himself and his brother — also a driver — and bids on shipments directly with suppliers. Nationally, the average pay for a trucker is just above $43,000. Pal makes more than twice that.

    He uses the money to pay for the house he shares with his wife, Harjeet Kaur, 4-year-old son, brother and sister-in-law, nieces and parents. Kaur threads eyebrows at a salon and video chats with him during lunch breaks. Every week before he leaves, she packs a duffel bag of his ironed clothes and stacked containers of food for the road.

    “I love it,” Pal says about driving. “But there are always two sides of the coin, head and tail. If you love it, then you have to sacrifice everything. I have to stay away from home. But the thing is, this job pays me good.”

    The truck is fully equipped. From the road, you can see only driver and passenger seats. But behind them is a sleeper cab with a bed that’s 6-foot-7 by 3-foot-2.

    Pal likes to connect the TV sitting atop a mini-fridge to his phone to stream music videos when he’s alone. His favorite songs are by Sharry Maan, an Indian singer who topped charts two years ago with “Transportiye.” It tells the story of a Sikh American trucker who longs for his wife while on the road. At night, the table folds down to become a bed. Pal is just missing a bathroom and his family.

    The life of a Sikh trucker is one of contrasts. On one hand, you see the diversity of America. You encounter new immigrants from around the world working the same job as people who have been truckers for decades. All transport the food, paper and plastic that make the country run. But you also see the relics of the past and the reminders of how you, as a Sikh in 2019, still don’t entirely fit in.

    It’s 9:40 a.m. on Saturday when Pal pulls into Bowlin’s Flying C Ranch rest center in Encino, N.M., an hour past Albuquerque and two from Texas. Here, you can buy a $19,999 stuffed buffalo, Baja jackets and fake Native American moccasins made in China in a vast tourist stop attached to a Dairy Queen and an Exxon. “God Bless the U.S.A.” by Lee Greenwood plays in the background.

    It reminds Pal of the time he was paying his bill at another gas station. A man suddenly shouted at customers to “get out, he’s going to blow up this place!” “I will not fight you,” Pal calmly replied. The man left. Those kinds of instances are rare, but Pal always senses their danger. Some of the most violent attacks on Sikhs this century have been at the hands of people who mistook them for Muslims or Arabs, including the case of a turban-wearing Sikh man in Arizona who was shot dead by a gunman four days after the Sept. 11 attacks.

    For Pal, suspicious glances are more common. So are the truckers who think he’s new to the business or doesn’t speak English. None of it fazes him.

    “Everybody relates to us through Osama bin Laden because we look the same,” he says, driving across the plains toward the Texas Panhandle. “Or they think because my English sounds different that I am not smart. I know who I am.”

    Every day, he wears a silver bracelet that symbolizes a handcuff. “Remember, you are handcuffed to God. Remind yourself to not do bad things,” Pal says. It reminds him to be kind in the face of ignorance and hatred.

    At a Subway in Amarillo a few hours later, he grabs his go-to lunch when he’s taking a break from Indian food: a chicken sandwich on white bread with pepper jack, lettuce, tomato and onion. At home, the family is vegetarian. Pal relishes chances on the road to indulge in meat. He used to depend solely on his wife’s cooking. Today, he has other options. It’s a luxury to switch from homemade meals to Punjabi restaurants to fast food.

    Trucking has helped Pal find his faith. When he moved to the U.S., he used to shave, drink beer and not care much about religion. But as he got bored on the road, he started listening to religious sermons. Twelve years ago, he began to again grow his hair and quit alcohol; drinking it is against the faith’s traditions. Today, he schedules shipments around the temple calendar so he can attend Sikh celebrations with his family.

    “I don’t mind questions about my religion. But when people say to me, ‘Why do you not cut your hair?’ they are asking the wrong question,” Pal says. “The real question is, why do they cut their hair? God made us this way.”

    It’s 4:59 p.m. when he arrives in Sayre, Okla., at Truck Stop 40. A yellow Punjabi-language billboard advertises it as the I-40 starts to bend north in a rural region two hours from Oklahoma City.

    Among the oldest Sikh truck stops, it has a 24-hour vegetarian restaurant, convenience store, gas station and a housing trailer that functions as a temple — all spread over several acres.

    Pal has been coming here for more than decade, since it was a mechanic shop run by a Sikh former trucker who settled on the plot for its cheap land. When he has time, Pal lingers for a meal. But he’s in a rush to get to Joplin, Mo., for the night so he can make his drop-off the next day.

    He grabs a chai and heads to the temple. Resting on a small pillow upon the altar is the Guru Granth Sahib, the Sikh holy book. An audiotape plays prayers on a loop. A print of Guru Nanak, the faith’s founder, hangs on the wall.

    Pal prostrates and leaves a few dollar bills on the floor as a donation for upkeep. He prays for God to protect the temple, his family and himself on the 891 miles that remain until he hits the Indianapolis suburbs.

    “This feels like a long drive,” Pal says. “But it’s just a small part of the journey of life.”

    #USA #LKW #Transport #Immigration #Zuwanderung

  • Sebastian Roché : « Affirmer que la “police des polices” est indépendante est faux »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/27/sebastian-roche-affirmer-que-la-police-des-polices-est-independante-est-faux

    Le système de contrôle français de la police s’est incontestablement modernisé, notamment sous l’impulsion de Marie-France Moneger, la précédente patronne de l’IGPN, qui a œuvré à la décision de publication d’un rapport annuel incluant une compilation de l’usage des armes et de la violence policière (les chiffres n’ont toujours pas été publiés à ce jour). Elle a aussi introduit des personnes non policières dans sa « mission d’appui et de conseil » (une sorte d’organe d’orientation), et a créé une plate-forme Internet pour que les citoyens puissent la saisir directement. Ce n’est pas rien. Mais transparence n’est pas indépendance.

    En effet, il n’en reste pas moins qu’on ne peut, hors de tout esprit de polémique, qualifier l’IGPN d’indépendante. Il n’y a qu’à lire l’article 1er du décret qui l’établit : « L’Inspection générale de la police nationale est un service actif de la direction générale de la police nationale. » Raisonnons par l’absurde : si un service de la police est qualifié d’indépendant, comment nomme-t-on un service d’inspection qui serait extérieur à la police mais dans le périmètre du ministère de l’intérieur ? L’Inspection générale de l’administration (IGA) serait alors « super-indépendante » ? Et que penser des « autorités indépendantes » qui n’ont pas de lien avec l’exécutif comme la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ? Elles aussi tomberaient dans la même catégorie fourre-tout ?

    L’indépendance ne se réduit pas au fait de ne pas recevoir d’instruction du ministre. Affirmer que l’IGPN est indépendante est simplement faux. Cela ne signifie nullement que les enquêteurs qui travaillent à l’IGPN ne sont pas professionnels, faut-il le préciser ?
    Deux concepts distincts

    Professionnalisme et indépendance sont deux concepts distincts. Mais il faut appeler un chat un chat : l’IGPN est non seulement un service du ministère de l’intérieur, mais en plus un service de police. Que les enquêtes pénales menées par l’IGPN soient dirigées par un juge, ce qui est une bonne chose, n’y change rien. Le directeur de l’IGPN est nommé par l’exécutif, les agents y sont affectés par le ministère de l’intérieur et leurs carrières en dépendent. Enfin, ce sont des policiers qui enquêtent sur des policiers.

    En matière d’indépendance, on doit pouvoir faire mieux. Et c’est précisément ces limites que les pays les plus attentifs à l’Etat de droit, et donc au contrôle de l’usage de la violence par la police, ont voulu corriger.

    C’est, par exemple, le cas du Royaume-Uni où, pour les affaires graves, l’Office indépendant du comportement policier (IOPC, Independant Office for Police Conduct) peut s’autosaisir. Il ne rend pas de comptes à l’exécutif, dispose de son propre budget, de ses propres enquêteurs, qui ne sont pas rattachés à un service actif de la police, et ses directeurs ne peuvent pas, du fait de la loi, être des policiers.

    Au Danemark, l’Autorité indépendante pour les plaintes à l’encontre de la police, qui a été créée en 2012, est dirigée par un bureau composé d’un juge, d’un avocat, d’un professeur de jurisprudence et de deux membres du public. Elle dispose d’enquêteurs. Isoler l’organe de l’influence directe et indirecte de l’exécutif, de la hiérarchie policière, donner un rôle aux personnels non policiers (pour échapper aux normes informelles de la profession), voilà les critères en vigueur.
    Gagner la confiance du public

    L’absence de complète indépendance, en toute logique, limite l’action du directeur d’un organe d’inspection, fût-il animé de la meilleure bonne volonté au monde. Comment expliquer autrement qu’un organisme dont les statuts lui donnent « une mission générale d’inspection, d’étude, d’audit et de conseil (…) de la direction générale de la police nationale » ne juge pas opportun de le faire de toute urgence, étant donné le nombre de blessés graves ?

    Si les propos tenus par la direction de l’IGPN lors de la conférence de presse de juin sont exacts, « dans une majorité de cas, nous n’avons pas pu identifier les policiers », pourquoi dire en même temps qu’il n’y a pas urgence à mettre sur pied une mission d’audit pour modifier profondément la traçabilité des violences ?

    Gagner la confiance du public, telle est chez nos voisins la motivation à l’origine de la création des organismes indépendants de contrôle de la police. Cette ambition nous fait défaut. Cela entrave la démocratisation de la police. Reconnaître les problèmes, plutôt que les couvrir d’un voile de novlangue, aiderait à sortir de la crise ouverte par un usage immodéré des armes « moins mortelles », lanceurs de balles de défense (LBD) et grenades au premier chef.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le lourd bilan des lanceurs de balles de défense de la police

    Dans la droite ligne des prises de parole du président de la République Emmanuel Macron et du ministre de l’intérieur Christophe Castaner, on constate que le procureur de Paris puis la directrice de l’IGPN réfutent en chœur – et en toute indépendance – le terme de « violence policière ». Il est pourtant aisé à comprendre.

    Une violence policière est une violence commise par un policier, une violence non policière est commise par un non-policier. Soyons-en conscients : si les violences policières sont légales dans notre pays, le problème n’est pas moindre, mais plus sérieux encore.

    Car violence légale n’est pas légitime pour autant, et il est préjudiciable que les deux concepts soient confondus. On se souvient que les révoltes de Los Angeles de 1992 n’ont pas été déclenchées par les violences des policiers qui frappaient au sol un citoyen sans défense, mais par la décision de justice : leurs actes étaient déclarés conformes à la loi, et les agents, innocents. C’est dire l’enjeu d’un examen impartial des faits par des organes indépendants auxquels le public fait confiance. Et de décisions justes dans les cours de justice. La tempête est devant nous.

    #maintien_de_l'ordre #police #justice #igpn

  • l’histgeobox : « Black Korea » d’Ice Cube ou la chronique de violences annoncées.
    http://lhistgeobox.blogspot.com/2019/06/black-korea-dice-cube-ou-la-chronique.html

    Au printemps 1991, Ice Cube (1) sort Death Certificate. Dans cet album d’une rare violence, le rappeur s’en prend à plusieurs reprises à la communauté coréenne de Los Angeles.
    Le morceau Black Korea fait ainsi écho au meurtre d’une jeune afro-américaine par une épicière coréenne. Le 16 mars 1991, Soon Ja Du, la gérante de l’épicerie « Empire liquor Mart » sur la 91e Figueroa Street de South Central à Los Angeles, constate qu’une adolescente de 15 ans, Latasha Harlins, vient de glisser une bouteille de jus d’orange dans son sac. Lors du passage en caisse, une altercation éclate lorsque l’épicière récupère de force la bouteille. Alors que la jeune fille quitte le magasin, Du l’abat dans le dos, d’une balle en pleine tête. La scène filmée et diffusée sur les chaînes de télévision tend à prouver que l’adolescente prévoyait de payer la boisson (on retrouvera d’ailleurs 2 dollars dans sa main gauche).

  • Economie US : les premiers craquements ? (Boursorama)
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/16130-economie-us-les-premiers-craquements-boursorama

    Source(s) : Boursorama.com via Contributeur anonyme

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : L’épidémie de typhus se propage à travers l’utopie libérale de Los Angeles en raison des montagnes de déchets et de la croissance de la population des sans-abri

    Crashdebug.fr : Au bord du désastre : 59% des Américains vivent d’un chèque de paie à l’autre

    Crashdebug.fr : Frédéric Taddeï : « Les médias se soucient de moins en moins de la vérité » (La Croix)

    Crashdebug.fr : Près de 102 millions d’Américains n’ont pas d’emploi en ce moment - c’est pire que jamais pendant la dernière récession

    Crashdebug.fr : Etats-Unis : 3 jobs, 60 heures de boulot par semaine, pour survivre !

    Crashdebug.fr : VIDEO. Etats-Unis : à plus de 80 ans, ils sont toujours obligés de travailler (et (...)

    #En_vedette #Divers

    • In the desert near Las Vegas, Nevada, Bertha Parker completed her daily tasks of cooking, cleaning, and organizing the day’s finds from the Gypsum Cave excavation and stole away from her role as expedition secretary. She put on a dust-mask and head-lamp, and went exploring. Being small, Parker was able to sneak through a small opening others on the archaeological team couldn’t. There, under a slab of rock, she uncovered the most important discovery of the Gypsum Cave Expedition: An intact skull of a long-extinct giant ground sloth, sitting near man-made artifacts. Her find of these two artifacts, so close together, was compelling evidence that about 10,000 years ago, the sloth and tool-wielding humans had lived in the cave at the same time. It was the earliest record of human inhabitance in North America at the time.

      It was lauded as “the most outstanding anthropological find ever made in the United States.
      After this groundbreaking discovery in 1930, Parker gained wide acclaim as the first Native American archaeologist. Not only was she one of the first women to achieve such success in the field, she followed a non-traditional path to get there.

      Parker was literally born into archaeology—her father, Arthur C. Parker, was an archaeologist and anthropologist from the Seneca tribe, and Parker was reportedly born in a tent at one of his dig sites. But she was never formally trained in the field. She accompanied her father to excavations as a child, but this apprenticeship ended when her parents divorced, and Parker moved with her mother to Los Angeles when she was only seven years old. There, Parker and her mother worked in show business, performing in films and as a part of the “Pocahontas” show with the Ringling Brothers, Barnum, and Bailey circus.

      Parker met her first husband, Joseph Pallan, on a Hollywood set and the two had a daughter they called Billie. But Pallan became abusive, and when Parker tried to get a divorce, Pallan kidnapped her and Billie, taking them across the border to Mexico. Parker was rescued by her uncle and famed archaeologist, Mark Raymond Harrington, who rode after them and brought them back to a dig site in Nevada.

      A picture of Bertha Parker, anthropologist of Abenaki and Seneca descent.
      Matteo Farinella

      There, Harrington and his wife offered Parker and Billie a place to stay, hiring Parker as the secretary and cook for the expedition. While she had no formal education or training, she enjoyed being in the field, and had a keen eye for discerning man-made objects from surrounding natural features—a skill that made her a valuable member of the team. While working with Harrington, she learned excavation techniques, and frequently spent her free time helping at the dig.

      Parker eventually found several archaeological sites, including the Scorpion Hill pueblo site—which she discovered, named, excavated, and documented completely on her own. One such find, the Corn Creek Campsite, she discovered after noticing fossilized camel bones in a lake bed. But by far her most notable discovery was that of the ground sloth skull in Gypsum Cave. It was lauded as “the most outstanding anthropological find ever made in the United States. Harrington recognized it as the most important discovery of his expedition, and it secured funding for further field work.

      While older sites have since been found, Gypsum Cave remains an important archaeological site and expeditions in the area are ongoing.
      When Parker found the skull, the idea of human migration into North America via the Bering Strait land bridge was still highly debated. Her Gypsum Cave excavation placed early humans in North America at the same time as the ancient ground sloth (Nothrotherium shastense)—in the Pleistocene, nearly 10,000 years before present. This supported the contentious idea of an earlier migration into the Americas. In fact, at that time, the Gypsum Cave artifacts were the oldest human artifacts found in North America. While older sites have since been found, Gypsum Cave remains an important archaeological site and expeditions in the area are ongoing.

      The Gypsum Cave excavation is also where Parker met her second husband, a fellow archaeologist named James Thurston. The marriage was short lived, however, after Thurston died tragically only a year later from a heart attack at the site in 1932. Parker herself fell ill shortly after his death and left Nevada to return to Los Angeles.

      Parker’s reports gave a voice to often overlooked people.
      In California, Parker was appointed a position at the Southwest Museum, first as a secretary, where she documented the findings collected during the Gypsum Cave expedition, and later as an assistant archaeologist and ethnologist. In this role, she was able to make a series of trips to visit the indigenous peoples of California, including individuals from the Maidu, Paiute, Pomo, and the Yurok tribes. She was able to document important records of the culture, traditions, history, and folklore of these tribes, which she preserved in detailed notes and published in numerous reports for the Southwest Museum’s journal, Masterkey. Due to her heritage, she was more sensitive than many other academics to tribal concerns, redacting people’s names from reports when desired, but giving editorial or co-authorship credits to many of her interviewees. Parker’s reports gave a voice to often overlooked people.

      In 1936, Parker married her third and final husband, the acclaimed actor Iron Eyes Cody. With Cody, she returned to the film industry, where she advocated for and helped to support Native American actors. Alongside her husband, she worked as a consultant to ensure respectful representation of Native Americans in TV and film. The couple also hosted a television series in California on the history and folklore of the Native American peoples.

      Her gravestone is engraved only with the words “Mrs. Iron Eyes Cody.
      Parker died in 1978, and the fame and recognition she had gained in the archaeological community during her lifetime quickly faded. Years after her death, Iron Eyes Cody published an autobiography, in which he falsely described his relationship with Parker and marked her as a partier and a drunk. But this isn’t the only thing that’s kept Parker out of history books. Even though Parker published often in Masterkey, the legacy of her work is almost completely tied to the men in her life. Even in her obituary, she was named as “Arthur Parker’s daughter,” “M.R. Harrington’s niece,” and “Iron Eyes Cody’s wife.” Her gravestone is engraved only with the words “Mrs. Iron Eyes Cody.”

      Perhaps her achievements were hard to track due to the numerous name changes over the course of her three marriages , or because her more notable accomplishments are encompassed in the writings of the men she worked and lived with—who refer to her as a “daughter” or “wife,” rather than by her own name. Whatever the reason, it is time that Bertha Parker—the self-taught archaeologist and ethnologist, who gave a voice to the overlooked and under-represented indigenous peoples in America—receives recognition for her role as a trailblazer.

  • « Choc des civilisations » ou crise de civilisation ?
    Par Pepe Escobar – Le 20 mai 2019 – Source The Saker - Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone
    https://lesakerfrancophone.fr/choc-des-civilisations-ou-crise-de-civilisation

    (...) Quo vadis, humanité ?

    Il n’est pas difficile de détecter le sourire subtil sur le visage des stratèges chinois lorsqu’ils contemplent « le vaste panorama » du point de vue de leurs 5 000 ans de civilisation. L’Occident chrétien, en tant que paradigme unique pour délivrer l’humanité du mal – en fait, l’instauration de la Pax Americana – est considéré au mieux comme une fiction amusante.

    Cette fiction a maintenant l’air carrément dangereuse, se vautrant dans l’exceptionnalisme et la diabolisation de « L’Autre » sous une multitude de formes. L’Autre – de la République islamique d’Iran à la Chine athée, en passant par la Russie « autocratique » – est automatiquement qualifié d’incarnation du « mal ».

    La Chine, au contraire, est polythéiste, pluraliste et multipolaire. Elle loge le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme. Cela se reflète dans la tendance actuelle vers un système mondial multipolaire. Ce qui compte, c’est l’unité dans la multiplicité – comme Xi l’a souligné dans son discours liminaire. On y trouve la Chine et la Perse, deux civilisations anciennes – liées par l’ancienne Route de la soie – et qui se ressemblent, non pas par accident.

    Ensuite, il y a l’état épouvantable de la planète, qui éclipse le spectacle actuel, aussi épouvantable, de la folie politique. Le géographe de l’UCLA [Université de Californie à Los Angeles] et auteur de best seller mondiaux, Jared Diamond, n’est pas très précis, mais il estime qu’il y a 50% de chances pour « que le monde tel que nous le connaissons s’effondre d’ici à 2050 ». (...)

    • Far from quiet on the US vs Russia-China front
      By Pepe Escobar - May 29, 2019
      https://www.asiatimes.com/2019/05/article/far-from-quiet-on-the-us-vs-russia-china-front

      Kazakhs fear impacts of new ‘cold war’, but Putin is adamant Eurasian integration will go ahead

      Let’s start in mid-May, when Nur-Sultan, formerly Astana, hosted the third Russia-Kazakhstan Expert Forum, jointly organized by premier think tank Valdai Club and the Kazakhstan Council on International Relations.

      The ongoing, laborious and crucial interconnection of the New Silk Roads, or Belt and Road Initiative and the Eurasia Economic Union was at the center of the debates. Kazakhstan is a pivotal member of both the BRI and EAEU.

      As Valdai Club top analyst Yaroslav Lissovolik told me, there was much discussion “on the state of play in emerging markets in light of the developments associated with the US-China trade stand-off.” What emerged was the necessity of embracing “open regionalism” as a factor to neutralize “the negative protectionist trends in the global economy.”

      This translates as regional blocks along a vast South-South axis harnessing their huge potential “to counter protections pressures”, with “different forms of economic integration other than trade liberalization” having preeminence. Enter “connectivity” – BRI’s premier focus.

      The EAEU, celebrating its fifth anniversary this year, is fully into the open regionalism paradigm, according to Lissovolik, with memoranda of understanding signed with Mercosur, ASEAN, and more free-trade agreements coming up later this year, including Serbia and Singapore. (...)

  • Epidémie de typhus murin à Los Angeles aux Etats-Unis Jacques Morvan - 7 oct. 2018 - Mesvaccins.net
    https://www.mesvaccins.net/web/news/12973-epidemie-de-typhus-murin-a-los-angeles-aux-etats-unis

    Aux Etats-Unis, une épidémie de typhus murin au centre-ville de Los Angeles, Californie, a été signalée par le département de la santé publique de Pasadena (PPHD).
    En 2018, il a été confirmé que 20 résidents de Pasadena étaient atteints du typhus murin, bien au-dessus des 1 à 5 cas prévus par an.

    Localement, les principaux animaux connus pour être porteurs de puces infectées sont les chats sauvages et les opossums.

    Les personnes fortement exposées à ces animaux risquent de contracter le typhus à puces. Les chiens et les chats de compagnie autorisés à l’extérieur sont plus susceptibles d’entrer en contact avec des puces infectées et pourraient ainsi transmettre la maladie à l’homme.

    Dans cette région la plupart des cas se produisent en été et en automne.

    Rappels sur le typhus murin :
    Le typhus murin est une zoonose due à la bactérie Rickettsia typhi, transmise de rat à rat, et souvent du rat à l’homme, par la puce du rat, Xenopsylla cheopis, hôte intermédiaire et vecteur. Le rat est le réservoir primaire. L’homme est généralement infecté par le contact avec les excréments des puces infectées, soit par inoculation dans la peau excoriée, par inhalation, ou par ingestion.

    Les symptômes peuvent commencer 6 à 14 jours après l’exposition à une puce infectée, et comprennent une fièvre (38 – 40°), des maux de tête, des frissons, des courbatures et des douleurs. Une éruption cutanée sur la face , la poitrine, le dos, la paume des mains et la plante des pieds, est de courte durée.

    Les tétracycline sont le traitement de référence (doxycycline en une prise unique). Le traitement est prolongé sur 7 jours dans les formes graves.
    Pour éviter la contamination il est recommandé : 
    • un contrôle efficace des puces sur les animaux domestiques en utilisant des produits anti-puces ; 
    • en cas d’activités comme le camping, la randonnée, utiliser des produits anti-puces à base de perméthrine pour traiter les vêtements ;
    • éliminer la nidification des rats et empêcher l’introduction des rongeurs, opossums, ou des chats sauvages dans la maison ou les vides sanitaires ;
    • avant de nettoyer les aires de nidification, appliquer un répulsif efficace contre les insectes (aà base de DEET) et utiliser un masque à particules de poussière, des lunettes et des gants.

    Source : Outbreak News Today
    #typhus #usa #pauvreté

  • Shade, by Sam Bloch
    https://placesjournal.org/article/shade-an-urban-design-mandate

    “Shade was integral, and incorporated into the urban design of southern California up until the 1930s,” [Mike] Davis said. “If you go to most of the older agricultural towns … the downtown streets were arcaded. They had the equivalent of awnings over the sidewalk.” Rancho homes had sleeping porches and shade trees, and buildings were oriented to keep their occupants cool. The original settlement of Los Angeles conformed roughly to the Law of the Indies, a royal ordinance that required streets to be laid out at a 45-degree angle, ensuring access to sun in the winter and shade in the summer (…)

    All that changed with the advent of cheap electricity. In 1936, the Los Angeles Bureau of Power and Light completed a 266-mile high-voltage transmission line from Boulder Dam (now Hoover Dam), which could supply 70 percent of the city’s power at low cost. Southern Californians bought mass-produced housing with electric heating and air conditioning. By the end of World War II, there were nearly 4 million people living in Los Angeles County, and the new neighborhoods were organized around driveways and parking lots. Parts of the city, Davis said, became “virtually treeless deserts.”

    #ombre #bien_public #urbanisme

    (un essai remarquable)

    • Il y a quelques années les 40km de Castelnaudary à Limoux se faisaient à l’ombre de grands platanes, rasés depuis peu. (cf l’image de mon pseudo) Certes les platanes ne rentreront plus dans les voitures, mais rouler sous 40° sans ombre avec le soleil dans la gueule, c’est tout aussi dangereux. Évidemment il n’y a pas eu de replantation.

  • Uber strike: Drivers around the world turn off app ahead of IPO - CNN
    https://www.cnn.com/2019/05/08/tech/uber-strike/index.html

    Uber drivers around the world are logging out of the company’s app to protest its compensation policies ahead of a blockbuster public offering.

    Strikes are scheduled for Wednesday in major US cities, as well as parts of the United Kingdom, Australia and South America. The message from participants: Uber needs to offer its drivers job security and higher wages.
    Uber is expected to go public Friday on the New York Stock Exchange. The debut could raise roughly $10 billion for the ride-hailing company.
    Uber and its rival Lyft (LYFT) have long argued their drivers are independent contractors. That status means workers in many countries don’t get the same rights as employees.

    “Drivers are at the heart of our service — we can’t succeed without them,” Uber said in a statement.

    “Whether it’s more consistent earnings, stronger insurance protections or fully-funded four-year degrees for drivers or their families, we’ll continue working to improve the experience for and with drivers,” it added.
    The strike action kicked off in London at 7 a.m. local time and will last until 4 p.m., according to James Farrar, a spokesperson for the Independent Workers Union of Great Britain, which advocates for people working in the gig economy.

    Uber and Lyft drivers strike for better pay

    The union wants UK drivers and customers to avoid the Uber app during the protest. It expects thousands of drivers to participate, based on the numbers that have joined its private drivers’ branch, Farrar said.

    One driver on strike in London, Muhumed Ali, said he wants Uber to boost fares and take a smaller cut of sales.

    “The drivers are the ones who are running the business,” said Ali, who’s been driving for Uber for four years and says it’s his primary source of income. “We are collecting pennies.”

    Backing from politicians in Britain’s Labour Party, including opposition leader Jeremy Corbyn, could help encourage customers to stay away, according to Farrar.

    Uber cannot be allowed to get away with huge payouts for their CEOs while refusing to pay drivers a decent wage and respect their rights at work. Stand with these workers on strike today, across the UK and the world, asking you not to use Uber between 7am and 4pm. #UberShutDown
    — Jeremy Corbyn (@jeremycorbyn) May 8, 2019

    Other cities are expected to join the protests. Drivers are pushing for better treatment and improved conditions, but the specific demands vary by organizing group.

    Uber drivers protest outside the Uber offices in London.
    In San Diego and Los Angeles, drivers are slated to cease working for 24 hours. In Atlanta, workers plan to log off for 12 hours. And in New York City, a two-hour strike was planned for the morning commute.
    In addition to powering off their apps, drivers will hold rallies held in strategic locations such as outside local Uber offices.
    In the United Kingdom, protests are scheduled to take place outside Uber offices in London, Birmingham, Nottingham and Glasgow.

    Independent Workers Union of Great Britain
    https://iwgb.org.uk

    #Uber #Streik #London #USA

  • Ce que nous disent les slogans écrits sur le dos des « gilets jaunes »
    https://www.nouvelobs.com/societe/20190329.OBS2666/ce-que-nous-disent-les-slogans-ecrits-sur-le-dos-des-gilets-jaunes.html

    De samedi en samedi, les inscriptions au dos des « gilets jaunes » ont fini par composer un véritable cahier de doléances offert à la consultation de tous, propice à la discussion, laquelle est l’activité la plus recherchée parmi les protestataires. Dans cette foule, plus sentimentale que haineuse et déterminée à ne « rien lâcher » sous les premiers ciels de printemps, on en voit beaucoup partir à la cueillette aux aphorismes. La photo répond à un rituel. On y met les formes.
    ""Salut. Je peux prendre ton gilet en photo ?""

    (Les gilets jaunes se tutoient d’emblée). L’intéressé se redresse, ajuste le pan tombant d’une écharpe, et clic !, une photo, qui sera peut-être envoyée au collectif « Plein le dos » qui centralise. On verra sans doute dans quelque temps sortir d’une cellule du CNRS ou de l’esprit patient d’un sociologue la grande étude sur le mouvement d’un peuple en jaune racontés par le gilet et sur l’étonnante évolution de l’exercice.

    Les revendications initiales sont prosaïques. Au cours des actes 1 et 2, les phrases dénoncent le prix du gasoil, l’indignité des retraites ou l’insuffisance des payes ("Je suis aide-soignante et toujours en découvert le 10 mois"). A partir de l’acte 3 une fois métabolisé ce grand moment de sidération collective que fut le 24 novembre sur les Champs-Elysées face à une répression jugée inacceptable, « les gilets », qui n’avaient encore rien inscrit au dos de leur habit, lâchent pancartes et banderoles, peu adaptées aux mouvements de foule, pour sortir le marqueur et ajouter une page au grand cahier.

    Dans ces rassemblements s’observe un nivellement par le haut, phénomène déjà bien documenté par les chercheurs qui ont travaillé sur les émeutes de Watts (Los Angeles) en 1965 pour ne citer qu’un exemple. L’essor d’une pensée critique de rue et de ronds-points inspire d’autres slogans, plus politiques ceux-là même si les intéressés s’en défendent ("Le savoir est une arme"). On voit paraître des textes qui reflètent l’actualité, notamment la réponse élyséenne aux manifestants.

    Nombreux sont ceux qui s’adressent directement au chef de l’Etat, marquant par le tutoiement et la récurrence d’adresses à « Manu », peut-être moins la désacralisation de la fonction présidentielle que l’invite qui lui est faite de mettre un pied dans leur réalité ("Manu, dans quel monde tu vis ?"). Des slogans apparaissent en réponse aux réflexions reçues comme des offensantes ("Je suis Jojo", « J’ai traversé la rue et après ? » etc), avec une utilisation persistante de l’humour et un durcissement du ton. Florilège.

    Acte 13 Paris (Collectif Plein le dos)
    ""Qui sème la misère récolte la colère" (Paris, acte 1) «  »
    "Enrichissons les salariés, pas les actionnaires" (Paris, acte 2) «  »
    "Taxons le kérosène d’abord" (Paris, acte 2)" "
    « Limitation du flash-ball à 80 km/ heure » (Paris, acte 4)" "
    « Paradis pour les uns, pas un radis pour les autres » (Paris, acte 4)" "
    « Le gilet jaune sera le linceul du vieux monde » (Toulouse, acte 11)" "
    « Faites raquer les banquiers pas les ouvriers » (Paris, acte 12)" "
    « Arrête la pédagogie, on a tout compris » (Paris, acte 12)" "
    « Jo le Taxé » (Paris, acte 13)" "
    « Travaille, consomme, obéis » (Saumur, acte 13)" "
    « Gaztamer » en prison (Saumur, acte 13)" "
    « Ensemble, pas en sang » (Metz, acte 13)" "
    « Veni, vedi, vinci » (Châtellerault, acte 13)" "
    « Chômeuse en faim de droit » (Montpellier, acte 13)" "
    « Macron et les cac 40 voleurs » (Paris, acte 14)" "
    « Je suis Rémi Fraisse » (Paris, acte 14)" "
    « Mort au capitalisme, longue vie aux valeurs humanistes » (Lille, acte 16)" "
    « RIC. La reconquête de la démocratie » (Paris, acte 16)" "
    « Ton nouveau monde, j’en ai vraiment les larmes aux yeux » (Paris, acte 17)" "
    « Le climat n’attend pas » (Paris, acte 18)" «  »+ de banquise, - de banquiers" (Paris, acte 18)" "
    « Gilets jaune vs parachute doré » (nc)" "
    « Noël au rond-point, Pacques à l’Elysée » (acte 19)" "
    « Le cac 40 nous pisse dessus, BFM nous dit qu’il pleut » (nc)" "
    « Un peuple debout ne rompt point » (nc)" "
    « Enfin les ronds-points servent à quelque chose » (graffiti sur un mur de Paris)" "
    « Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, GJ, dimanche » (nc) «  »
    "On ne naît pas casseur on le devient" (graffiti sur les Champs-Elysées, acte 18) «  »
    "On boute Macron, boutez Flika" (idem)" "
    « Un 16 mars et ça repart » (idem)" "
    « Nous sommes un peuple de casseurs cueilleurs » (nc)"

    Et puis ce mot à tous :
    ""Désolé pour le dérangement, nous essayons de sauver la France.""

  • Edward Saïd — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Sa%C3%AFd

    Un extrait de la fiche Wikipedia sur Edward Saïd, en fait l’intégralité de ce qui est résumé à propos de ce qui reste pour beaucoup son principal ouvrage, L’Orientalisme. A peine 4 lignes pour ses thèses, 26 pour présenter les réfutations apportées à ses thèses, à commencer par Bernard Lewis... Bon, c’est quand même mieux en anglais...

    En 1978, il publie son livre le plus connu, L’Orientalisme, considéré comme le texte fondateur des études postcoloniales. Il y mène une analyse de l’histoire du discours colonial sur les populations orientales placées sous domination européenne en développant quatre thèses, à savoir la domination politique et culturelle de l’Orient par l’Occident, la dépréciation de la langue arabe, la diabolisation de l’arabe et de l’islam, et la cause palestinienne. Le livre suscite des commentaires très divers, et notamment une célèbre controverse avec Bernard Lewis.

    Dans un article intitulé « La question de l’orientalisme » (The New York Review of Books, 24 juin 1982), Bernard Lewis répond aux attaques visant les orientalistes, et particulièrement à celles que leur adresse Edward Saïd. Bernard Lewis estime que la démonstration d’Edward Said n’est pas convaincante. Il reproche à Said11 :

    de créer artificiellement un groupe, les orientalistes, qui partageraient, en gros la même thèse, ce que Bernard Lewis juge absurde ;
    d’ignorer les travaux des orientalistes du monde germanique (ce qui « n’a pas plus de sens qu’une histoire de la musique ou de la philosophie européenne avec la même omission »), pour se focaliser sur les Britanniques et les Français, et de négliger, parmi ces derniers, bon nombre d’auteurs majeurs, comme Claude Cahen ;
    de préférer, souvent, les « écrits mineurs ou occasionnels » aux « contributions majeures à la science » ;
    de faire commencer l’orientalisme moderne à la fin du XVIIIe siècle, dans un contexte d’expansion coloniale de la Grande-Bretagne et de la France, alors que cette science émerge au XVIe siècle, c’est-à-dire au moment où l’Empire ottoman domine la Méditerranée ;
    d’intégrer dans son analyse des auteurs qui ne sont pas de vrais orientalistes, comme Gérard de Nerval ;
    de commettre une série d’entorses à la vérité et d’erreurs factuelles, notamment quand Edward Said accuse Sylvestre de Sacy d’avoir volé des documents et commis des traductions malhonnêtes (« Cette monstrueuse diffamation d’un grand savant est sans un grain de vérité »), ou lorsqu’il écrit que les armées musulmanes ont conquis la Turquie avant l’Afrique du nord (« c’est-à-dire que le XIe siècle est venu avant le VIIe ») ;
    de faire des interprétations absurdes de certains passages écrits par des orientalistes, notamment par Bernard Lewis lui-même ;
    d’utiliser deux poids, deux mesures : « les spécialistes soviétiques, en particulier quand ils traitent des régions islamiques et d’autres régions non européennes de l’Union soviétique, se rapprochent le plus — beaucoup plus que tous ces Britanniques et ces Français qu’il condamne — de la littérature tendancieuse et dénigrante, qu’Edward Said déteste tant chez les autres » ; or Said ne mentionnerait jamais les thèses contestables d’auteurs russes.

    Edward Saïd écrit alors une lettre à la New York Review of Books, publiée avec une réplique de Bernard Lewis12.

    Deux ans avant cette controverse, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz avait publié dans Le Monde un compte-rendu de lecture recoupant certaines critiques de Bernard Lewis, en particulier le mélange fait entre des savants et des écrivains de fiction (« L’une des principales faiblesses de la thèse d’Edward Saïd est d’avoir mis sur le même plan les créations littéraires inspirées par l’Orient à des écrivains non orientalistes, dont l’art a nécessairement transformé la réalité, et l’orientalisme purement scientifique, le vrai. »), la focalisation excessive sur des aspects secondaires dans l’œuvre de certains orientalistes, et l’omission de nombreux spécialistes (Jean-Pierre Péroncel-Hugoz donne une liste, dans laquelle se trouvent Antoine Galland, Robert Mantran et Vincent Monteil)13.

    Tout en se déclarant d’accord avec Edward Saïd sur certains points importants, comme la définition du terme orientalisme, le philosophe Sadek al-Azem a conclu pour sa part, que le livre manquait trop de rigueur pour être vraiment concluant : « chez Saïd, le polémiste et le styliste prennent très souvent le pas sur le penseur systématique14. » Malcolm Kerr, professeur à l’université de Californie à Los Angeles puis président de l’université américaine de Beyrouth a porté une appréciation assez similaire sur l’ouvrage : « En accusant l’ensemble de la tradition européenne et américaine d’études orientales de pécher par réductionnisme et caricature, il commet précisément la même erreur15. »

    #edward_said #wikipedia

  • If Palestinians have 22 states, Israeli Jews have 200

    The notion that the Palestinians have 22 states to go to is a blend of malice and ignorance: The Palestinians are the stepchildren of the Arab world, no country wants them and no Arab country hasn’t betrayed them
    Gideon Levy
    Mar 16, 2019 1

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-if-palestinians-have-22-states-israeli-jews-have-200-1.7023647

    Here we go again: The Palestinians have 22 states and, poor us, we have only one. Benjamin Netanyahu isn’t the first to use this warped argument; it has been a cornerstone of Zionist propaganda that we’ve imbibed with our mothers’ milk. But he returned to it last week. “The Arab citizens have 22 states. They don’t need another one,” he said on Likud TV.

    If the Arab citizens of Israel have 22 countries, the state’s Jewish citizens have almost 200. If the prime minister meant that Arab citizens could move to Arab countries, it’s obvious that Jews are invited to return to their country of origin: Palestinians to Saudi Arabia and Jews to Germany.

    Netanyahu belongs in the United States much more than Ayman Odeh belongs in Yemen. Naftali Bennett will also find his feet in San Francisco much more easily than Ahmad Tibi in Mogadishu. Avigdor Lieberman belongs in Russia much more than Jamal Zahalka belongs in Libya. Aida Touma-Sliman is no more connected to Iraq than Ayelet Shaked, whose father was born there. David Bitan belongs to Morocco, his birthplace, much more than Mohammad Barakeh does.

    To really understand Israel and the Palestinians - subscribe to Haaretz

    The notion that the Palestinians have 22 states to go to is a blend of malice and ignorance. Underlying it are the right wing’s claims that there is no Palestinian people, that the Palestinians aren’t attached to their land and that all Arabs are alike. There are no greater lies than these. The simple truth is that the Jews have a state and the Palestinians don’t.

    The Palestinians are the stepchildren of the Arab world. No country wants them and no Arab country hasn’t betrayed them. Try being a Palestinian in Egypt or Lebanon. An Israeli settler from Itamar is more welcome in Morocco than a Palestinian from Nablus.

    There are Arab states where Israeli Arabs, the Palestinians of 1948, are considered bigger traitors than their own Jews. A common language, religion and a few cultural commonalities don’t constitute a common national identity. When a Palestinian meets a Berber they switch to English, and even then they have very little in common.
    Stay up to date: Sign up to our newsletter
    Email*

    The suggestion that Israel’s Arab citizens move to those 22 states is despicable and mean, well beyond its reference to a common language. It portrays them as temporary guests here, casting doubt on the depth of their attachment to their land, “inviting” them to get out. The amazing thing is that the ones making such proposals are immigrants and sons of immigrants whose roots in this country still need to withstand the test of time.

    Palestinians are attached to this country no less than Jews are, possibly more so. It’s doubtful whether the hysterical clamoring for foreign passports would seize the Arab community as it did the Jewish one; everybody was suddenly of Portuguese descent. We can assume that there are more people in Tel Aviv dreaming of foreign lands than there are in Jenin. Los Angeles certainly has more Israelis than Palestinians.

    Hundreds of years of living here have consolidated a Palestinian love of the land, with traditions and a heritage – no settler can match this. Palestinians have za’atar (hyssop) and we have schnitzel. In any case, you don’t have to downplay the intensity of the Jewish connection to this country to recognize the depth of the Palestinian attachment to it.

    They have nowhere to go to and they don’t want to leave, which is more than can be said for some of the Jews living here. If, despite all their woes, defeats and humiliations they haven’t left, they never will. Too bad you can’t say the same thing about the country’s Jews. The Palestinians won’t leave unless they’re forcibly removed. Is this what the prime minister was alluding to?

    When American journalist Helen Thomas suggested that Jews return to Poland she was forced to resign. When Israel’s prime minister proposes the same thing for Arabs, he’s reflecting the opinion of the majority.

    From its inception, the Zionist movement dreamed of expelling the Palestinians from this country. At times it fought to achieve this. The people who survived the ethnic cleansing of 1948, the expulsions of 1967, the occupation and the devil’s work in general have remained here and won’t go anywhere. Not to the 22 states and not to any one of them. Only a Nakba II will get them out of here.

  • De riches parents américains pris dans un vaste scandale universitaire Loïc Pialat/oang - 15 Mars 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/10291184-de-riches-parents-americains-pris-dans-un-vaste-scandale-universitaire.

    Un immense scandale secoue certaines des universités les plus prestigieuses des Etats-Unis et fait la Une de tous les médias américains. C’est, selon le FBI, la plus grande fraude dans l’histoire universitaire du pays.

    Une trentaine de très riches parents ont été interpellés et inculpés il y a quelques jours. Ils sont accusés d’avoir payé des pots de vin, de parfois plusieurs centaines de milliers de francs, pour que leurs enfants puissent être admis dans ces établissements d’élite.

    Système basé sur deux moyens de tricher
    La fraude, basée essentiellement sur deux techniques, a duré pendant près de dix ans, entre 2011 et début 2019.

    Le premier moyen était de tricher au tests SAT, passés par tous les lycéens américains et qui servent de base aux établissements universitaires pour sélectionner les élèves. La triche consistait à envoyer une autre personne, plus douée, passer le test avec la complicité d’employés corrompus qui détournaient le regard. Il était possible aussi de demander plus de temps pour que l’élève passe le test en prétextant des difficultés d’apprentissage.

    L’autre approche était de payer certains entraîneurs des nombreuses équipes universitaires, pour qu’ils recommandent des étudiants à l’établissement. Ces derniers ont en effet souvent le droit à un quota d’étudiants moins brillants mais performants sur le terrain. Reste que les élèves concernés n’avaient rien d’athlétique : les parents et leurs complices ont falsifié leur CV en inventant des performances inexistantes. Ils ont même parfois trafiqué des photos de leurs enfants avec un logiciel, en récupérant celles d’athlètes sur internet.

    Le « conseiller » au cœur du scandale
    Tout le système reposait sur un homme, William Rick Singer, qui conseille depuis longtemps les parents pour préparer un dossier d’admission. La profession est en pleine croissance aux Etats-Unis, tant l’entrée dans les plus grandes universités devient sélective.

    Ce Californien d’une soixantaine d’années avait en fait créé un faux organe de charité, The Key Foundation, à qui les parents versaient de fortes sommes d’argent. En huit ans, il a ainsi amassé quelque 25 millions de francs, une somme dont il se servait pour corrompre employés et coaches. Les parents, eux, pouvaient déduire les montants versés de leurs impôts - ce qui est déjà en soi un délit.

    Une « Desperate Housewife » sur la sellette
    Felicity Huffman a été inculpée devant une cour fédérale de Los Angeles. [AFP] Et si les médias américains parlent tant de cette affaire, c’est parce que des célébrités figurent parmi les parents poursuivis. L’actrice Felicity Huffman, connue pour son rôle dans la série « Desperate Housewives », a ainsi versé 15’000 dollars pour truquer le test de sa fille. On trouve également Lori Loughlin, qui jouait le rôle de Tante Becky dans la sitcom « La fête à la maison », très populaire dans les années 90. Elle et son mari ont donné 500’000 dollars pour que leurs deux filles soient admises à l’Université de Californie du Sud (USC) en les faisant passer pour des membres de l’équipe d’aviron alors qu’elles n’ont jamais ramé de leur vie.

    Les universités en cause - USC, UCLA, Yale, Georgetown ou Stanford - comptent parmi les meilleures au monde. Dans le cas de Stanford, le taux d’admission est inférieur à 5%, ce qui signifie que des étudiants ont pris la place d’autres, plus méritants.

    C’est la preuve, pour l’opinion publique, que la méritocratie est un mythe et que tout peut s’acheter, même son entrée dans ces établissements d’élite. Cet état de fait crée un immense sentiment d’injustice.

    Déjà des conséquences professionnelles
    En attendant d’éventuelles peines de prison, l’actrice Lori Laughlin a déjà été renvoyée de projets qu’elle devait tourner pour la chaîne de télévision Hallmark. Plusieurs entraîneurs ont été par ailleurs suspendus ou licenciés.

    Les écoles et les élèves, en revanche, ne devraient pas être poursuivis. Mais deux étudiantes de Stanford, qui n’ont rien à voir avec le scandale, ont lancé une procédure devant les tribunaux, estimant que cette affaire va dévaloriser leur diplôme auprès des employeurs.

    #USA #université #oligarchie #triche #fraude #méritocratie #élite

    • Un système qui favorise les riches
      Cette affaire a aussi lancé un débat sur le coût de l’éducation aux Etats-Unis, car les dons à une université - pratique courante et parfaitement légale - peuvent aider les étudiants à y entrer. Il y a aussi le système dit de « legacy. » : si les parents sont d’anciens élèves de l’université, les jeunes ont deux à trois fois plus de chances d’être admis dans cette école.

      C’est ce qu’a expliqué William Singer, cerveau du scandale actuel : « La porte d’entrée, ce sont les bonnes notes », a-t-il illustré. « La porte de derrière, ce sont des dons très importants. Moi, je vous ferai rentrer par la fenêtre. »

      Reste qu’une année scolaire coûte de toute façon, frais d’inscription et logement inclus, facilement plus de 30’000 francs aux Etats-Unis. Pour beaucoup, le système est donc injuste et favorise les riches.

  • Faute de logement, les sans-abris de Californie investissent les parkings AFP - 14 Mars 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_faute-de-logement-les-sans-abris-de-californie-investissent-les-parkings

    Comme toutes les nuits depuis dix jours, Cameron Jones, 26 ans, vient garer sa berline allemande sur un parking à ciel ouvert de Los Angeles, incline son siège et s’apprête à y dormir jusqu’au lendemain matin.


    Cameron Jones, 26 ans, un ancien Marine, s’apprête à passer la nuit dans sa voiture sur un parking sécurisé de Los Angeles, le 11 février 2019 - © Kyle Grillot

    Il fait froid, le bourdonnement de l’autoroute voisine est envahissant mais l’ancien militaire ne se plaint pas. « J’ai perdu mon appartement parce que je ne pouvais plus payer le loyer de 2.200 dollars, et on m’a dit que c’était un endroit sûr où passer la nuit jusqu’à ce que je retombe sur mes pieds », explique le jeune homme, qui travaille désormais pour une société vendant des panneaux solaires.

    Son costume est soigneusement suspendu à l’arrière de sa voiture et, en attendant mieux, il s’est inscrit à un club de sport pour pouvoir y prendre sa douche tous les matins. Dans un coin du parking, Cameron a accès à des toilettes portatives et à des lavabos.

    En moins d’une heure, une quinzaine de voitures, certaines avec des enfants à bord, le rejoignent sur l’un des nombreux « parkings sécurisés » mis gratuitement à la disposition des milliers de sans-abris californiens réduits à vivre dans leur véhicule.

    Rien qu’à Los Angeles, leur nombre est estimé à au moins 15.000. Une demi-douzaine de ces parkings surveillés par des vigiles ont vu le jour en ville depuis l’année dernière, l’un devant une église, l’autre près d’une synagogue et un troisième dépendant du bureau des anciens combattants.

    C’est là que Carlos Gonzalez, un ancien militaire âgé de 60 ans, a choisi d’installer le camping-car où il vit depuis deux ans. « Il y a des gens mauvais dehors, et ici je me sens en sécurité », déclare-t-il à l’AFP. « Ici, je peux dormir tranquille, sans craindre que quelqu’un ne s’introduise dans mon véhicule. »

    Loyers inabordables
    Des programmes similaires sont mis en oeuvre à travers toute la Californie – en particulier dans la région de San Francisco –, où le coût du logement explose depuis plusieurs années (plus de 5% par an en moyenne pour les loyers dans certaines villes), poussant les plus vulnérables vers la rue.

    « Nous avons une institutrice qui vient sur l’un de nos parkings. Elle dit que son loyer a tellement augmenté qu’elle ne peut plus y arriver et qu’elle a fini dans sa voiture », raconte Ira Cohen, co-fondateur du programme « Safe Parking LA » avec son épouse Pat.

    En 2017, près de 554.000 personnes étaient recensées par le département américain du Logement et du développement urbain comme n’ayant pas d’adresse fixe. Elles ne sont pour autant pas toutes à la rue car elles peuvent être hébergées chez des proches, des amis, dans un refuge et même dans une caravane, si celle-ci est installée à un emplacement décent doté de l’accès à l’eau et à l’électricité. Environ 25% d’entre elles, soit 134.000, vivaient en Californie, un record dans le pays.

    Cet Etat de l’ouest américain, qui est pourtant l’équivalent de la cinquième puissance économique mondiale devant le Royaume-Uni ou la France, compte aussi le plus grand nombre de #sans-abris, c’est-à-dire de personnes n’ayant pas de toit sous lequel dormir, et vivant dans des véhicules, des bâtiments abandonnés, des parcs publics, dans la rue.

    Pour le seul comté de Los Angeles (10 millions d’habitants), le nombre de personnes sans domicile fixe est passé de 38.700 en 2010 à 53.000 en 2017, d’après les statistiques officielles.

    « Point de rupture »
    Selon les experts, la pénurie de logements abordables et l’explosion des prix de l’immobilier sont les principaux facteurs de cette progression en flèche. Et la faute en reviendrait aux responsables fédéraux, californiens et locaux qui n’ont pas su enrayer cette crise en gestation depuis des années.

    « Ça n’est pas arrivé du jour au lendemain », assure Gary Painter, qui dirige l’Institut de recherche sur les sans-abris de l’Université de Californie du Sud (USC).

    « Cela fait déjà quelques décennies que les loyers à Los Angeles progressent plus vite que les revenus des gens... On peut dire que le point de rupture a été atteint au cours des trois dernières années quand on voit le nombre de gens qui ont fini dans la rue », déplore-t-il.

    D’après M. Painter, malgré les centaines de millions de dollars de subventions débloquées ces dernières années pour la construction de nouveaux logements, refuges et programmes d’aide aux SDF, l’ampleur de la crise est telle qu’il faudra des années pour y remédier.

    « Si vous m’aviez dit voici deux ans que je me retrouverais dans cette situation, je vous aurais probablement ri au nez », reconnaît Cameron Jones. « Je pensais vivre le rêve américain ».

     

    #gafa #réalité du rêve_américain #déglingue #logement #immobilier #spéculation #SDF

  • William Singer : Fotos trucadas y notas cambiadas : así funcionaba ‘La llave’ para entrar en las universidades de élite de EE UU | Sociedad | EL PAÍS
    https://elpais.com/sociedad/2019/03/14/actualidad/1552520446_153124.html

    Les riches savent tricher : procès aux USA d’une filière pour permettre aux nuls riches de passer avant les méritants, mais pauvres... Je simplifie...

    Lo llamaban ‘La llave’. Servía para abrir una puerta en las universidades de élite de Estados Unidos, una puerta que solo algunos privilegiados sabían que existía. Mientras la clase media del país se agolpa para entrar por la puerta de delante y algunos casos especiales entran por la de atrás, un hombre llamado William Rick Singer aseguraba haber descubierto una “puerta lateral”. A veces, consistía en un soborno. Otras, había que organizar un engaño que pasaba por trucar fotos y notas. Él tenía la llave y, por supuesto, cobraba por usarla.

    Singer se declaró culpable el martes ante un juez federal de Boston de varios cargos relacionados con una conspiración para manipular el sistema de admisión de las universidades más codiciadas del país a través de fraudes y sobornos, cobrar por ello y además camuflar esos pagos como donaciones a la beneficencia. Así ingresó en total unos 25 millones de dólares desde 2011 hasta 2019 de decenas de padres.

    Llevaba desde el pasado septiembre colaborando con el FBI. El martes, la policía federal lanzó una operación en todo el país con 50 órdenes de detención, entre ellas las de 33 padres. Los últimos en entregarse han sido la actriz Lori Laughlin (Padres forzosos), este miércoles por la mañana en Los Ángeles, y Douglas Hodge, ex CEO de la empresa de inversión Pimco. Ese era el nivel de los clientes.

    La trama se basaba en dos empresas. Primero, The Edge (la ventaja, en español) College and Career Network, una asesoría para preparar la entrada en la universidad con sede en Newport Beach, uno de los pueblos de costa más privilegiados de California, al sur de Los Ángeles. La otra era The Key (la llave, en español) Worlwide Foundation, una organización sin ánimo de lucro a través de la cual se canalizaban los pagos como si fueran donaciones altruistas. Las universidades implicadas son Georgetown (Washington DC), Stanford (Palo Alto), Universidad de California en Los Ángeles (UCLA), Universidad de San Diego, Universidad del Sur de California (Los Ángeles), Universidad de Texas en Austin, Wake Forest (Carolina del Norte) y Yale (Connecticut).

    #usa #éducation

  • (1) « Bon cul », « salope », « pétasse »… A « Vice », des mecs plus qu’ultras - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/03/12/bon-cul-salope-petasse-a-vice-des-mecs-plus-qu-ultras_1714627

    Dans la filiale française du média nord-américain, des hommes, en grande partie des journalistes, ont longtemps dénigré, insulté et harcelé leurs collègues femmes. « Libération » a recueilli les témoignages de victimes de ce système sexiste généralisé dans l’entreprise.

    « Bon cul », « salope », « pétasse »… A « Vice », des mecs plus qu’ultras

    « Mitard Party. » C’est le nom d’un événement privé, organisé sur Facebook le 1er juillet 2017, par l’ancien directeur de la rédaction française de Vice. D’un ton badin, plein de forfanterie, Sébastien C. invite dans un bar parisien quelques collègues du média d’information et de divertissement, filiale hexagonale du géant nord-américain Vice Media, en ces termes : « Lundi 3 juillet à 9 heures […], je passe en jugement pour "violences volontaires avec arme" suite à une affaire ultranulle survenue l’été dernier et dont pas mal d’entre vous sont déjà au courant. Comme c’est pas tous les jours qu’on a une chance de se retrouver en taule - une chance mince, selon mon avocate, mais sait-on jamais -, j’aimerais fêter ça en buvant des trucs avec vous et en échangeant des regards virils qui en disent long comme dans les clips de rap. » En illustration de l’événement : une photo du rappeur américain Gucci Mane, plusieurs fois emprisonné pour violences et possession de drogue.

    #sexisme #culture_du_viol

    • A lire les titres des articles du violeur présumé on découvre des fantasmes et dadas bien maculins.
      https://motherboard.vice.com/fr/contributor/sebastien-chavigner

      Il m’a quand même eu avec un truc assez gros :

      Toutankhamon possédait un poignard forgé avec du fer extraterrestre
      https://motherboard.vice.com/fr/article/53ybzk/toutankhamon-possedait-un-poignard-forge-avec-du-fer-extraterrestr

      C’est qu’on a tous les deux vu Le Cinquième Élément , cette oeuvre de l’autre homme qui aimait les femmes qui depuis a été écarté du cercle des immortels pour cause d’avances inopportuns faites à ses contemporains féminins, enfin c’est ce qu’on m’a raconté sur Besson, je n’ai pas suivi l’affaire de près.

      Natalie Portman Audition for Léon (1994)
      https://www.youtube.com/watch?v=VQsas1ST33Y

      A son age Natalie Portman ne se rendait sans doute pas compte de tout ce qui se passait, aujourd’hui elle comprend et explique très bien les mécanismes qui mènent au viol :
      https://seenthis.net/messages/766958

      Luc Besson and the Disturbing True Story Behind ‘Léon : The Professional’
      https://www.thedailybeast.com/luc-besson-and-the-disturbing-true-story-behind-leon-the-professional

      ... the film was a critical and commercial hit, grossing $46 million worldwide against a $16 million budget and elevating Besson to the A-list.

      What many were—and still are—unaware of was that Léon was a creepy example of art imitating life.

      According to The Washington Post, Besson met the child actress Maïwenn when she was 12, the same age as Mathilda in the film. He was 29. They claim to have started seeing each other romantically when she turned 15. Maïwenn gave birth to their daughter when she was 16 (and Besson was 33), and subsequently relocated to Los Angeles. She appears briefly during the opening sequences of Léon as “blonde babe”—her listed character name—lying naked in bed, her body wrapped in sheets, having just serviced a middle-age crime boss.

      “When Luc Besson did Léon, the story of a 13-year-old girl in love with an older man, it was very inspired by us since it was written while our story started. But no media made the link,” Maïwenn said.

      In an interview with the French publication L’Express, Maïwenn claimed that Léon was “this love story between a 12-year-old girl and a 30-year-old man [that] was still very much inspired by ours,” and explained how she attempted to write a book about her relationship with Besson and years rubbing shoulders with movie stars in Los Angeles. But when the publisher gave it the title Beverly Hills or Lolita Love, she banned its publication. (Maïwenn did not respond to requests for comment for this story, while a representative for Besson issued the following statement to The Daily Beast: “Luc Besson has never commented [on] his private life, his approach remains unchanged.”)

      During the filming of Besson’s follow-up movie, The Fifth Element, wherein Maïwenn portrayed the memorable blue opera-singing alien Diva Plavalaguna, the director left her for the film’s lead actress, Milla Jovovich. “I had my daughter very young, so I had fulfilled my dream, and then… he left me. Everything then collapsed for me,” Maïwenn recalled. She moved back to France with their young daughter and gradually evolved into a gifted filmmaker.

      Her most acclaimed film to date is the 2011 drama Polisse, about a photographer (Maïwenn) assigned to shadow a Child Protection Unit that tracks down pedophiles and rescues sexually exploited children.

      Bon, fini les histoires anciennes, voici les parents moderndes de futures stars de cinéma :
      https://www.youtube.com/watch?v=hMgZ4kAt6PA

      #misogynie #pédophilie

  • Don Juanito, le blog : LA VIE SECRÈTE DE CARLOS CASTANEDA
    http://magick-instinct.blogspot.com/2019/02/la-vie-secrete-de-carlos-castaneda.html

    Il s’agit de la première biographie en espagnol de Castaneda, la plus complète réalisée à ce jour. Biographie d’une esquive où abondent chausse-trapes et fausses pistes, contraignant souvent Carballal à rebrousser chemin, déçu et découragé. L’auteur reconstitue un puzzle d’une incroyable complexité et n’affirme rien qui ne soit très solidement étayé, minutieusement corroboré. De son propre aveu, cette recherche a été la plus difficile et la plus pénible de sa carrière d’enquêteur. Sans le triste souvenir de son amie Concha Labarta, Manuel Carballal aurait abandonné ce travail harassant au terme de la deuxième année. L’enquête a finalement duré 5 ans et coûté à son auteur jusqu’au dernier centime de ses économies. Elle l’a conduit à travers six pays et mené à des entretiens inédits : les familles des disparues, la sœur de Castaneda, ses amis d’enfance, Byron de Ford son colocataire lorsqu’arrivé à Los Angeles, celui que ses proches surnommaient Cesar el negro ou Fashturito, devenu Carlos, vivait de petits boulots et partageait son appartement où l’on débattait déjà de choses mystérieuses. Le document se lit comme un roman policier, avec la hâte constante de lire la suite. Un début laborieux résume l’ensemble des livres de Castaneda et de ses disciples directs, mais j’ai dévoré le tout en trois jours, c’est dire ! J’ai pris contact avec Manuel Carballal pour lui signaler une petite erreur ethnographique - la seule, un exploit vu la masse d’informations qu’il lui fallait coordonner - et lui demander l’autorisation d’utiliser les documents illustrant le présent article.

    En français, nous disposons du travail de Christophe Bourseiller, Carlos Castaneda, la vérité du mensonge, ouvrage bien construit ayant fort déplu aux adeptes mais que je trouvais pour ma part encore trop complaisant et enclin à l’excuse culturelle, à l’indulgence abstraite, traits communs à de nombreux artistes commentant l’oeuvre tels le cinéaste Jodorowsky ou le prix Nobel Octavio Paz. C’est que nous avions tellement envie d’y croire, de sauver ça et là quelque bout d’authentique. Toutefois, peut-on encore relativiser après tous ces morts, toutes ces vies brisées sans pitié aucune ? C’est que le livre de Bourseiller date de 2005 et ne tient pas compte des révélations et documents mis au jour entre-temps. Afin de mieux comprendre ce qui fait l’originalité du travail de Carballal, il est indispensable de souligner quels sont les atouts forts de l’auteur et pourquoi il fallait que ce fût lui et nul autre qui étudiât la question.

    #Carlos_Castaneda #manipulation_mentale #mystification #fakelore #psychedélisme #new_age

    • Lorsque Jessie Battaglia a commencé à rechercher une nouvelle nounou pour son fils âgé d’un an, elle a voulu avoir plus d’informations que celles que l’on obtient par la vérification du casier judiciaire, les avis de parents et l’entretien face-à-face.

      Elle a donc fait appel à Predictim, un service en ligne utilisant une « intelligence artificielle avancée » pour évaluer la personnalité des baby-sitters, et a fait examiner par les scanners de l’agence les milliers de publications Facebook, Twitter et Instagram d’une candidate.

      Le système a présenté une note d’évaluation automatisée pour cette femme de 24 ans, expliquant que le risque qu’elle soit toxicomane était très faible, mais lui donnant toutefois un risque légèrement plus élevé – 2 sur 5 – quant aux possibilités d’intimidation, de harcèlement, de manque de respect et de mauvaise conduite.

      Le système n’expliquait pas comment il était arrivé à cette note, mais Mme Battaglia, qui avait crû que la nounou était digne de confiance, se sentit soudain assaillie de doutes.

      « Les réseaux sociaux révèlent le caractère d’une personne », affirme Mme Battaglia, âgée de 29 ans, qui vit dans la banlieue de Los Angeles. « Alors pourquoi obtient-elle un 2 et pas un 1 ? »

      Predictim offre aux parents le même modèle que des douzaines d’autres entreprises informatiques vendent aux patrons d’entreprises à travers le monde : des systèmes d’intelligence artificielle qui analysent la façon de parler d’une personne, ses expressions faciales et son historique en ligne, avec la promesse de révéler les aspects cachés de sa vie privée.

      Cette technologie est en train de remodeler les méthodes de recrutement, d’embauche et d’évaluation des salariés par les entreprises, en proposant à ces dernières un regard sans pareil sur les candidats à l’embauche grâce à l’arrivée de nouveaux systèmes de surveillance et d’évaluation psychologique intrusive.

      La société de services informatiques Fama indique qu’elle utilise l’intelligence artificielle pour surveiller les « comportements indésirables » des employés sur les réseaux sociaux et en alerter leur hiérarchie. De même, la société de recrutement informatique HireVue, qui travaille avec de grands groupes comme Geico, Hilton et Unilever, propose un système qui analyse automatiquement les intonations de voix des candidats, leurs choix de mots et les mouvements de leur visage lors d’entretiens vidéo afin de prédire quelles seront leurs compétences et leur attitude une fois en poste (les candidats sont encouragés à sourire pour obtenir la meilleure notation possible).
      . . . . . .
      Les balayages numériques de Predictim analysent l’intégralité de l’historique d’une baby-sitter sur les réseaux sociaux, ce qui, pour beaucoup de jeunes nounous, peut couvrir presque toute leur vie. On informe les candidates qu’elles seront extrêmement désavantagées sur ces emplois à forte concurrence si elles refusent cet examen.
      . . . . . .
      Un scan Predictim est facturé à partir de 24,99 $, et requiert le nom de la baby-sitter, son adresse e-mail et son accord pour l’accès à ses comptes sur les réseaux sociaux. Elle peut refuser, mais le parent sera informé de son refus et elle recevra par e-mail une note, lui indiquant que le parent intéressé ne sera pas en mesure de l’embaucher tant qu’elle n’aura pas complété cette demande.
      . . . . . . .
      La notation des risques est divisée en plusieurs catégories incluant les contenus douteux et l’usage de drogue. La jeune entreprise a également vanté la capacité de son système à évaluer les baby-sitters sur d’autres aspects de leur personnalité, tels que la politesse, l’aptitude à travailler avec d’autres et leur « positivité ».

      Les responsables de l’entreprise espèrent prendre la tête du secteur multimillionnaire de la « sous-traitance parentale » et ont commencé à faire de la publicité à travers le parrainage rémunéré de blogs d’éducation des enfants et de blogs de mamans. Le marketing est fortement axé sur la capacité de la société à mettre au jour les secrets cachés et éviter « le cauchemar de tout parent », citant des affaires criminelles comme celle de cette baby-sitter du Kentucky inculpée plus tôt dans l’année, pour avoir gravement blessé une enfant de huit mois.
      . . . . . . . . .
      Ainsi, lorsque les résultats d’une requête sur une baby-sitter ont signalé la possibilité d’une attitude brutale, une maman, décontenancée, a expliqué qu’elle n’était pas en mesure de savoir si le logiciel était tombé sur une citation de vieux film, des paroles de chanson ou une autre expression, ou bien sur des propos réellement intimidants.

      . . . . . . . . .
      Jamie L. William, avocat des libertés civiles pour la Electronic Frontier Fondation, note que la plupart des algorithmes utilisés aujourd’hui pour accéder aux sens des mots et des images publiés en ligne, sont largement connus pour manquer du bon sens et de la mise en contexte qu’apporte une lecture humaine. Même des géants technologiques, comme Facebook, ont eu du mal à construire des algorithmes qui puissent faire la différence entre un commentaire inoffensif et une incitation à la haine.

      « Quant à utiliser ces systèmes sur des gamins ; soyons sérieux, ce sont des gamins ! », nous dit William. « Les gamins ont des blagues d’initiés. Ils font un usage notoire du sarcasme. Ce qui pourrait ressembler à une “mauvaise attitude” pour un algorithme, ne serait pour une personne qu’un point de vue politique ou une critique fondée. »
      . . . . . . . . .
      La baby-sitter de Madame Battaglia, Malissa Nielsen, 24 ans, a récemment donné son accord à deux familles différentes qui lui ont demandé de remettre à Predictim ses accès aux réseaux sociaux. Elle a expliqué qu’elle a toujours été prudente sur les réseaux et s’est dit que partager un peu plus ne pouvait pas faire de mal ; elle va à l’église une fois par semaine, ne jure pas et elle termine sa formation en éducation de la petite enfance, grâce à laquelle elle espère ouvrir une garderie.

      Mais en apprenant que le système lui avait attribué une mauvaise note pour harcèlement et manque de respect, elle a été stupéfaite. Elle avait cru qu’il s’agissait de permettre aux parents d’examiner ses comptes sur les réseaux sociaux, et non pas de consentir à ce qu’un algorithme dissèque sa personnalité. Elle n’avait pas été informée non plus des résultats d’un test qui pourrait mettre à mal sa seule source de revenu.
      . . . . . . . . .
      Les Américains cultivent une méfiance persistante à l’égard des algorithmes dont les décisions pourraient affecter leur vie quotidienne. Dans une étude du Pew Research Center, 57 % des personnes interrogées pensent que l’examen automatisé des CV de candidats à l’embauche est « inacceptable ».

      Néanmoins, les responsables de Predictim confirment qu’ils se préparent à déployer leurs services à l’échelle nationale. Chez #Sittercity, une plateforme de recrutement de baby-sitters en ligne, visitée par des millions de parents, la direction va lancer, en début d’année prochaine, un programme pilote qui intégrera les notations de Predictim aux tests et vérifications d’antécédents actuellement en place.
      . . . . . . . . .
      Le travail d’extraction de données de #Predictim sur les réseaux sociaux et son intérêt pour l’analyse psychologique de masse n’est pas sans rappeler les ambitions de #Cambridge_Analytica , le cabinet en conseil politique qui a travaillé sur la campagne de Trump et entraîné Facebook dans un scandale mondial relatif à la protection de la vie privée. Mais les dirigeants de l’entreprise affirment qu’ils ont mis en place des gardes-fous internes et travaillent sur la protection des données personnelles des baby-sitters. « Si nous laissions fuiter les infos d’une baby-sitter, ce ne serait vraiment pas cool », a relevé Simonoff.

      Les experts craignent que les notations des systèmes d’intelligence artificielle, comme celles de Predictim, annoncent un futur dans lequel l’attribution de tout emploi, pas seulement de garde d’enfants, sera décidée par une machine. De nombreuses entreprises de recrutement à l’embauche construisent déjà ou investissent dans des systèmes qui peuvent analyser les CV de candidats à très grande échelle et obtenir une évaluation automatisée de la manière dont chacun d’eux pourraient travailler une fois en poste. Des systèmes d’intelligence artificielle de même type – comme #Jigsaw, une jeune entreprise d’informatique créée par Google – sont utilisés pour patrouiller sur Internet et débusquer dans les commentaires, le harcèlement, les menaces et la violence en ligne.
      . . . . . . . . .
      Mais il a été démontré régulièrement que les algorithmes de recrutement ne font pas apparaître le genre de préjugés subtils qui pourraient faire dérailler la carrière d’une personne. Ainsi, des sources ont confié à l’agence Reuters qu’Amazon avait arrêté le développement d’un algorithme de recrutement lorsqu’elle s’était aperçue que celui-ci avait injustement pénalisé les femmes – l’historique du recrutement de la société, dans un secteur informatique dominé par les hommes, avait appris au système que les caractéristiques masculines étaient préférables. La société a affirmé que l’outil n’avait jamais servi à évaluer les candidats (le fondateur et dirigeant d’Amazon est propriétaire du Washington Post).

      Certains experts pensent que de tels systèmes ont le pouvoir d’exacerber les préjugés liés à l’âge et aux origines raciales, y compris en signalant les mots ou les images issus de certains groupes plus que ceux issus d’autres groupes. Ils craignent également que Predictim puisse forcer de jeunes nounous à remettre des données personnelles uniquement en vue d’obtenir un boulot.
      . . . . . . . . .

      Source : The Washington Post, Drew Harwell, https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?destination=%2ftechnology%2f2018%2f11%2f16%2fwanted-perfect-babysit - 23-11-2018
      Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

      Drew Harwell est reporter national sur la technologie pour le compte du Washington Post, spécialisé en intelligence artificielle. Il a couvert par le passé les questions de commerce national et les entreprises de Trump.

      algorithme #intelligence_artificielle #prédiction #surveillance #facebook #santé #bigdata #google #big_data #prédictif #profiling #innovation #baby-sitters

  • Réforme Blanquer : « Les changements sont gigantesques et violents »

    Entretien avec trois enseignant·es sur la réforme du bac et de l’école publique

    par Céline Moréno

    https://www.jefklak.org/reforme-blanquer-les-changements-sont-gigantesques-et-violents

    Loi sur l’autonomie des universités en 2007, Parcoursup en 2018, réformes des collèges en rafale ces dernières années, réorganisation des écoles primaires en 2008, mutations incessantes des programmes au lycée… L’enseignement public est la pâte à modeler des gouvernements qui se succèdent pour imposer leur vision de la société. Avec Macron, l’étau se resserre. La réforme des lycées et la loi dite « de l’école de confiance » en train d’être votée constituent un changement radical dans la définition de l’éducation publique. D’un côté le statut des enseignant·es se rapproche de celui des militaires, avec interdiction de critiquer l’institution, les drapeaux et les paroles de l’hymne national qui font leur entrée dans les salles de classe, et de l’autre côté, les lycéen·nes désormais trié·es dès la seconde, sans droit à l’erreur. Pendant que les établissements privés bénéficient d’une nouvelle logique de choix d’options à la carte, le métier d’enseignant·e se précarise à une vitesse folle sous prétexte d’austérité, la mise en concurrence des lycées accroît les inégalités territoriales et les conditions matérielles d’apprentissage se dégradent. Bref, la volonté de casser l’école publique, aussi vieille que le libéralisme, est en passe d’aboutir avec Emmanuel Macron et son ministre Blanquer. Les (futur·es) lycéen·nes sont bien entendu concerné·es, mais aussi toute personne qui voit dans l’éducation autre chose qu’une mise au pas de la jeunesse. Jef Klak a rencontré trois profs pour comprendre de quoi il retourne et comment lutter pour une école encore éprise de liberté, d’esprit critique et de justice sociale.

    + 1 brochure à imprimer dans les salles de prof ou les MJC, avec ce texte et celui sur la lutte des lycées à Los Angeles, ici :

    https://www.jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2019/02/EnseignantesKlak2019_brochurea5.pdf

  • Facebook tracks people who are potential threats to its employees
    https://www.cnet.com/news/facebook-reportedly-keeps-a-list-of-people-who-are-potential-threats-to-its-em

    Nous sommes mercredi 20 février de l’ Anno Orwelli 35 (« apr. G.-O. ») . La technologie de surveillance totale prend forme sous des aspects toujours renouvelés.

    February 14, 2019 by Queenie Wong - The social network sometimes monitors the location of users and ex-employees if the threat appears credible.

    Facebook keeps a list of people, including users and ex-employees, who have made threats against the social media company and its employees.

    The company uses data from those people’s Facebook accounts and sometimes tracks their location through the app if threats appear credible, CNBC reported earlier on Thursday. Some former employees who spoke to CNBC questioned the company’s ethics, but others said the tech giant is keeping its employees safe.

    A Facebook spokesman confirmed the company keeps a list of people who might pose a threat, but said the practice is “standard in terms of corporate security.” He declined to say how many people are on this list, but CNBC reported there are hundreds.

    Revelations about how Facebook tracks the location of security threats comes as the world’s largest social network faces criticism that it isn’t doing enough to protect the privacy of its 2.3 billion users. At the same time, Facebook and other tech giants have also had to deal with real threats against their employees.

    “We have strict processes designed to protect people’s privacy and adhere to all data privacy laws and Facebook’s terms of service,” a Facebook spokesperson said in a statement. “In cases where there is a credible threat of physical violence against a Facebook employee, we use a combination of publicly available data and industry-standard practices to assess their physical proximity to an at-risk employee or Facebook location.”

    Facebook’s data policy states the company collects information from the device settings a user turns on, which includes GPS location. The policy also mentions that Facebook uses the data it gathers about its users to promote safety and security on and off the social network.

    In December, police evacuated buildings at Facebook’s Menlo Park, California, headquarters following an anonymous bomb threat. The San Mateo County Sheriff’s Office bomb squad swept the buildings but didn’t find suspicious packages or devices. In April, a suspected female shooter opened fire on employees at YouTube’s San Bruno headquarters, wounding three workers before taking her own life, according to police.

    On Thursday, a Netflix office in Los Angeles was locked down after reports of an armed person at the site. The man was detained and Netflix said there was no immediate threat or danger posed to its employees.

    Facebook created a “be on lookout” list in 2008 and it’s updated every week, according to former employees who spoke to CNBC.

    When a person is added to the list, security professionals receive a report that includes their name, photo, location and why they were added, according to the news outlet. In 2018, Facebook tracked the location of an user who made a public threat against one of Facebook’s Europe office.

    One Facebook user discovered he was on the list after he tried to enter Facebook’s campus for lunch with a friend who worked at the company. Security guards showed up when he tried to register as a guest, and he reportedly was on the list because of messages he sent to Facebook CEO and co-founder Mark Zuckerberg. The user was removed from the list after his friend complained to the company.

    Sometimes, Facebook will also add former employees to the list if they’ve made threats against the company, CNBC reported.

    Other tech companies also reportedly keep lists. Facebook uses the social network to find threats against its employees, according to CNBC.

    Facebook can track people’s location through its own service. That has included Facebook users and even its own interns if they go missing.

    A former employee told CNBC that the social network only tracks a person’s location when a threat appears credible.

    First published Feb. 14, 12:50 p.m. PT.
    Update, 1:35 p.m. PT: Includes more background. Update, 1:49 p.m. PT: Includes statement from Facebook. Update, 4:40 p.m. PT: Includes additional comment from Facebook and information about its data policy. Update, 5:27 p.m. PT: Adds news of Netflix lockdown.