city:new delhi

  • Sikh drivers are transforming U.S. trucking. Take a ride along the Punjabi American highway - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/nation/la-na-col1-sikh-truckers-20190627-htmlstory.html

    By Jaweed Kaleem, Jun 27, 2019 -
    It’s 7:20 p.m. when he rolls into Spicy Bite, one of the newest restaurants here in rural northwest New Mexico. Locals in Milan, a town of 3,321, have barely heard of it.

    https://www.trbimg.com/img-5d12f8d2/turbine/la-1561524431-z6kcx6gnzm-snap-image
    Punjabi-operated truck stops

    The building is small, single-story, built of corrugated metal sheets. There are seats for 20. The only advertising is spray-painted on concrete roadblocks in English and Punjabi. Next door is a diner and gas station; the county jail is across the road.

    Palwinder Singh orders creamy black lentils, chicken curry and roti, finishing it off with chai and cardamom rice pudding. After 13 hours on and off the road in his semi truck, he leans back in a booth as a Bollywood music video plays on TV.

    “This is like home,” says Pal, the name he uses on the road (said like “Paul”).

    There are 3.5 million truckers in the United States. California has 138,000, the second-most after Texas. Nearly half of those in California are immigrants, most from Mexico or Central America. But as drivers age toward retirement — the average American trucker is 55 — and a shortage grows, Sikh immigrants and their kids are increasingly taking up the job.

    Estimates of the number of Sikh truckers vary. In California alone, tens of thousands of truckers trace their heritage to India. The state is home to half of the Sikhs in the U.S. — members of a monotheistic faith with origins in 15th century India whose followers are best recognized by the uncut hair and turbans many men wear. At Sikh temples in Sacramento, Fresno, Bakersfield and Riverside, the majority of worshipers are truck drivers and their families.

    Over the last decade, Indian Americans have launched trucking schools, truck companies, truck washes, trucker temples and no-frills Indian restaurants modeled after truck stops back home, where Sikhs from the state of Punjab dominate the industry.

    “You used to see a guy with a turban and you would get excited,” says Pal, who is in his 15th year of trucking. “Today, you go to some stops and can convince yourself you are in India.”

    Three interstates — the I-5, I-80 and I-10 — are dotted with Indian-American-owned businesses catering to truckers. They start to appear as you drive east from Los Angeles, Reno and Phoenix, and often have the words “Bombay,” “Indian” or “Punjabi” on their storefront signs. But many, with names like Jay Bros (in Overton, Neb.) and Antelope Truck Stop Pronghorn (in Burns, Wyo.) are anonymous dots on a map unless you’re one of the many Sikhs who have memorized them as a road map to America.

    The best-known are along Interstate 40, which stretches from Barstow to North Carolina. The road, much of it alongside Historic Route 66, forms the backbone of the Sikh trucking world.

    It’s a route that Pal, 38, knows well. Three times a month, he makes the seven-day round trip between his Fontana home and Indiana, where he drops off loads and picks up new ones. Over his career, he’s driven 2 million miles and transported items as varied as frozen chickens and paper plates. These days, he mostly hauls chocolate, rice and fruits and vegetables from California farms. Today, it’s 103 containers of mixed produce, with mangoes, bell peppers, watermelons, yellow onions and peeled garlic among them. All are bound for a Kroger warehouse outside Indianapolis.

    Across the street from Spicy Bite, dozens of arriving drivers form a temporary village of 18-wheelers in a vast parking lot by the interstate. Most are white. Nearly all are men. More are older than younger.

    But every now and then there are Sikhs like Pal, with long salt-and-pepper beards, colorful turbans and thick Indian accents. They head straight toward Spicy Bite.

    Lines can form out the door at the restaurant, which opened two years ago outside the Petro Stopping Center, a longtime mainstay for truckers headed east.

    Pal makes a point to stop by the restaurant — even just for a “hello” — when he sleeps next door. The Sikh greeting is “Sat sri akaal.” It means “God is truth.” In trucking, where turnover is high, business uncertain and risk of accidents ever present, each day can feel like a leap of faith and an opportunity to give thanks.

    Punjabi Americans first appeared on the U.S. trucking scene in the 1980s after an anti-Sikh massacre in India left thousands dead around New Delhi, prompting many Sikhs to flee. More recently, Sikhs have migrated to Central America and applied for asylum at the Mexico border, citing persecution for their religion in India; some have also become truckers. Estimates of the overall U.S. Sikh population vary, placing the community’s size between 200,000 and 500,000.

    In recent years, corporations have pleaded for new truckers. Walmart kicked up salaries to attract drivers. Last year, the government announced a pilot program to lower the age for driving trucks from 21 to 18 for those with truck-driving training in the military. According to the American Trucking Assn., the trucker shortage could reach 100,000 within years.

    “Punjabis are filling the gap,” says Raman Dhillon, a former driver who last year founded the North American Punjabi Trucking Assn. The Fresno-based group advises drivers on regulations, offers insurance and tire discounts, and runs a magazine: Punjabi Trucking.

    Like trucking itself, where the threat of automation and the long hours away from home have made it hard to recruit drivers, the Punjabi trucking life isn’t always an easy sell. Three years ago, a group of Sikh truckers in California won a settlement from a national shipping company after saying it discriminated against their faith. The drivers, who followed Sikh traditions by wrapping their uncut hair in turbans, said bosses asked them to remove the turbans before providing hair and urine samples for pre-employment drug tests despite being told of the religious observance. The same year, police charged a man with vandalizing a semi truck at a Sikh temple in Buena Park. He’d scribbled the word “ISIS.”

    Still, Hindi- and Punjabi-language newspapers in the Eastern U.S. regularly run ads promising better wages, a more relaxed lifestyle and warm weather as a trucker out West. Talk to any group of Sikh drivers and you’ll find former cabbies, liquor store workers or convenience store cashiers who made the switch.

    How a rural Oklahoma truck stop became a destination for Sikh Punjabis crossing America »

    “Thirty years ago, it was hard to get into trucking because there were so few people like us in the business who could help you,” says Rashpal Dhindsa, a former trucker who runs Fontana-based Dhindsa Group of Companies, one of the oldest Sikh-owned U.S. trucking companies. When Pal first started, Dhindsa — now a close friend but then an acquaintance — gave him a $1,000 loan to cover training classes.

    It’s 6:36 a.m. the next day when the Petro Stopping Center switches from quiet darkness to rumbling engines. Pal flips on the headlights of his truck, a silver ’16 Volvo with a 500-horsepower engine. Inside the rig, he heats aloo gobi — spiced potatoes and cauliflower — that his wife prepared back home. He checks the thermostat to make sure his trailer isn’t too warm. He takes out a book wrapped in a blue cotton cloth that’s tucked by his driver’s seat, sits on a bed-turned-couch and reads a prayer in Punjabi for safety on the journey: There is only one God. Truth is His name…. You always protect us.

    He pulls east onto the highway as the sun rises.

    Truckers either drive in pairs or solo like Pal. Either way, it’s a quiet, lonely world.

    Still, Pal sees more of America in a week than some people will in their lives. Rolling California hills, spiky desert rock formations, the snow-dusted evergreens of northern Arizona, the fuzzy cacti in New Mexico and, in Albuquerque, hot air balloons rising over an orange sky. There’s also the seemingly endless fast food and Tex-Mex of Amarillo and the 19-story cross of Groom, Texas. There’s the traffic in Missouri. After hours of solitude on the road, it excites him.

    Pal’s not strict on dogma or doctrine, and he’s more spiritual than religious. Trucking has shown him that people are more similar than different no matter where you go. The best of all religions, he says, tend to teach the same thing — kindness to others, accepting whatever comes your way and appreciation for what’s in front of you on the road.

    “When I’m driving,” Pal says, “I see God through his creation.”

    His favorite sights are the farms. You spot them in Central California while picking up pallets of potatoes and berries, or in Illinois and Indiana while driving through the corn and soybean fields.

    They remind him of home, the rural outskirts of Patiala, India.

    Nobody in his family drove trucks. Still, to Pal, he’s continuing tradition. His father farmed potatoes, cauliflower, rice and tomatoes. As a child, Pal would ride tractors for fun with Dad. Today, instead of growing food, Pal transports it.

    He wasn’t always a trucker. After immigrating in 2001 with his younger brother, he settled in Canoga Park and worked nights at 7-Eleven. After he was robbed at gunpoint, a friend suggested trucking. Better pay, flexible hours — and less dangerous.

    Three years later, he started driving a rig he didn’t own while getting paid per mile. Today, he has his own company, two trucks between himself and his brother — also a driver — and bids on shipments directly with suppliers. Nationally, the average pay for a trucker is just above $43,000. Pal makes more than twice that.

    He uses the money to pay for the house he shares with his wife, Harjeet Kaur, 4-year-old son, brother and sister-in-law, nieces and parents. Kaur threads eyebrows at a salon and video chats with him during lunch breaks. Every week before he leaves, she packs a duffel bag of his ironed clothes and stacked containers of food for the road.

    “I love it,” Pal says about driving. “But there are always two sides of the coin, head and tail. If you love it, then you have to sacrifice everything. I have to stay away from home. But the thing is, this job pays me good.”

    The truck is fully equipped. From the road, you can see only driver and passenger seats. But behind them is a sleeper cab with a bed that’s 6-foot-7 by 3-foot-2.

    Pal likes to connect the TV sitting atop a mini-fridge to his phone to stream music videos when he’s alone. His favorite songs are by Sharry Maan, an Indian singer who topped charts two years ago with “Transportiye.” It tells the story of a Sikh American trucker who longs for his wife while on the road. At night, the table folds down to become a bed. Pal is just missing a bathroom and his family.

    The life of a Sikh trucker is one of contrasts. On one hand, you see the diversity of America. You encounter new immigrants from around the world working the same job as people who have been truckers for decades. All transport the food, paper and plastic that make the country run. But you also see the relics of the past and the reminders of how you, as a Sikh in 2019, still don’t entirely fit in.

    It’s 9:40 a.m. on Saturday when Pal pulls into Bowlin’s Flying C Ranch rest center in Encino, N.M., an hour past Albuquerque and two from Texas. Here, you can buy a $19,999 stuffed buffalo, Baja jackets and fake Native American moccasins made in China in a vast tourist stop attached to a Dairy Queen and an Exxon. “God Bless the U.S.A.” by Lee Greenwood plays in the background.

    It reminds Pal of the time he was paying his bill at another gas station. A man suddenly shouted at customers to “get out, he’s going to blow up this place!” “I will not fight you,” Pal calmly replied. The man left. Those kinds of instances are rare, but Pal always senses their danger. Some of the most violent attacks on Sikhs this century have been at the hands of people who mistook them for Muslims or Arabs, including the case of a turban-wearing Sikh man in Arizona who was shot dead by a gunman four days after the Sept. 11 attacks.

    For Pal, suspicious glances are more common. So are the truckers who think he’s new to the business or doesn’t speak English. None of it fazes him.

    “Everybody relates to us through Osama bin Laden because we look the same,” he says, driving across the plains toward the Texas Panhandle. “Or they think because my English sounds different that I am not smart. I know who I am.”

    Every day, he wears a silver bracelet that symbolizes a handcuff. “Remember, you are handcuffed to God. Remind yourself to not do bad things,” Pal says. It reminds him to be kind in the face of ignorance and hatred.

    At a Subway in Amarillo a few hours later, he grabs his go-to lunch when he’s taking a break from Indian food: a chicken sandwich on white bread with pepper jack, lettuce, tomato and onion. At home, the family is vegetarian. Pal relishes chances on the road to indulge in meat. He used to depend solely on his wife’s cooking. Today, he has other options. It’s a luxury to switch from homemade meals to Punjabi restaurants to fast food.

    Trucking has helped Pal find his faith. When he moved to the U.S., he used to shave, drink beer and not care much about religion. But as he got bored on the road, he started listening to religious sermons. Twelve years ago, he began to again grow his hair and quit alcohol; drinking it is against the faith’s traditions. Today, he schedules shipments around the temple calendar so he can attend Sikh celebrations with his family.

    “I don’t mind questions about my religion. But when people say to me, ‘Why do you not cut your hair?’ they are asking the wrong question,” Pal says. “The real question is, why do they cut their hair? God made us this way.”

    It’s 4:59 p.m. when he arrives in Sayre, Okla., at Truck Stop 40. A yellow Punjabi-language billboard advertises it as the I-40 starts to bend north in a rural region two hours from Oklahoma City.

    Among the oldest Sikh truck stops, it has a 24-hour vegetarian restaurant, convenience store, gas station and a housing trailer that functions as a temple — all spread over several acres.

    Pal has been coming here for more than decade, since it was a mechanic shop run by a Sikh former trucker who settled on the plot for its cheap land. When he has time, Pal lingers for a meal. But he’s in a rush to get to Joplin, Mo., for the night so he can make his drop-off the next day.

    He grabs a chai and heads to the temple. Resting on a small pillow upon the altar is the Guru Granth Sahib, the Sikh holy book. An audiotape plays prayers on a loop. A print of Guru Nanak, the faith’s founder, hangs on the wall.

    Pal prostrates and leaves a few dollar bills on the floor as a donation for upkeep. He prays for God to protect the temple, his family and himself on the 891 miles that remain until he hits the Indianapolis suburbs.

    “This feels like a long drive,” Pal says. “But it’s just a small part of the journey of life.”

    #USA #LKW #Transport #Immigration #Zuwanderung

  • Indian cities are running out of water | World Economic Forum
    https://www.weforum.org/agenda/2019/06/this-city-in-india-is-running-out-of-water

    By 2030, it’s predicted that 40% of the population will have no access to drinking water - and 21 cities, including Chennai and New Delhi, will run out of groundwater, impacting 100 million people, according to NITI Aayog.

    Climate change is altering global weather patterns, with devastating consequences for some subsistence farmers, whose livelihoods depend on successfully harvesting crops. Rising temperatures increase the severity and frequency of droughts, as well as other extreme weather events like floods, tropical cyclones and dust storms.

    #Inde #climat #eau

  • Revolver Nirbheek — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Revolver_Nirbheek

    Le revolver Nirbheek (நிர்பீக், « pistolet l’Intrépide ») est une arme de poing à barillet de six coups conçue, fabriquée et vendue depuis janvier 2014 par l’usine d’armement de Kanpur (Inde), une succursale de l’entreprise d’état Indian Ordnance Factories. Cette arme individuelle a été présentée (en particulier après l’affaire du viol collectif de New Delhi de décembre 2012 et la forte réaction de l’opinion publique consécutive) comme un des modes de prévention possibles contre les nombreux viols en réunion sur la voie publique dont sont victimes les femmes indiennes.


    Obstacles à la diffusion du Nirbheek

    L’Intrépide, « le 1er revolver pour femmes de l’Inde » a bénéficié d’une campagne de promotion (l’arme porte le pseudonyme sous lequel était connue dans les médias la victime de l’affaire du viol collectif de New Delhi de décembre 2012) mais de nombreux inconvénients expliquent que seulement une dizaine de Nirbheek aient été vendus par IOF.
    Obstacles pratiques

    Sur le plan technique : l’encombrement de l’arme, son design obsolète et son système simple-action sont mentionnés supra (§ Description). Par ailleurs le prix de vente du Nirbheek est de Rs 122 360, soit environ US$ 2 000 ; seules les femmes des classes riches pourraient donc envisager de l’acheter : or ce sont elles qui peuvent se déplacer en voitures particulières avec chauffeur et gardes, à l’inverse des femmes pauvres, qui sont, elles, astreintes à sortir fréquemment dans la rue et à utiliser les transports collectifs. Pour ces femmes, le prix du Nirbheek, bien supérieur à un salaire annuel, sera prohibitif.

    Par ailleurs la délivrance des permis de port d’armes est fortement contingentée en Inde, et dans la pratique une femme a bien peu de chances d’obtenir un tel permis.
    Obstacles éthiques et culturels

    Répondant à la communication d’IOF (selon laquelle le port d’une arme à feu donnerait confiance aux femmes et serait dissuasif), les associations féminines et les groupes de lutte contre les armes se sont opposés dès le début de 2014 à la diffusion du Nirbheek : non seulement elle apparaissait comme une démarche de marketing opportuniste et une insulte à la mémoire de la victime de l’affaire du viol collectif de New Delhi, mais il était fort à craindre qu’une victime d’agression par acteurs multiples, si elle était armée, soit de toutes façons débordée par le nombre d’assaillants et systématiquement torturée à mort après les viols.
    Courbe montrant l’évolution du nombre officiel de viols en Inde dans les dernières années (environ 25 000 en 2013)

    Le Nibheek étant produit par une firme d’État, il a aussi été reproché au gouvernement indien de présenter un revolver valant US$ 2 000 comme la solution à un problème dont les racines sont en fait profondément implantées dans le machisme de la société indienne.

    On sait que la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme Navanethem Pillay, de nationalité sud-africaine et d’origine indienne, a demandé au gouvernement indien que soit instauré en urgence un débat approfondi sur le problème national que sont les violences sexuelles faites aux femmes, tout en estimant que « la peine de mort n’est pas la solution ».

    #armes #autodéfense #féminisme #viol #culture_du_viol

    • Une meuf avec un flingue comme ça, si elle est violée par sept gars, c’est sa faute, elle n’en a pas allumé un par balle et les deux derniers avec une seule parce qu’ils étaient alignés. Bref, tant que ce sera de la responsabilité des femmes de se protéger...

    • L’article dit que ce flingue vaudrait à la victime d’être torturé à mort si elle menace les agresseurs avec. Je poste pas cet article wikipédia pour prôné les armes à feu, c’est de la doc pour mes dessins.
      De toute façon même désarmé les femmes c’est leur faute, elles sont responsable de tout, Eve et tout.

    • Cette article m’a fait penser à un autre calibre : le 6,35. Là aussi on avait conçu une arme à feu pour dame (de la haute bourgeoisie, cela s’entend, car pour les femmes du peuple sans le sou, on les laisse se débrouiller avec un couteau de cuisine ou une hachette à débiter le petit bois pour allumer la cuisinière à charbon). Ce qui est constant dans nos soit-disant « états de droit », c’est le laxisme et la complaisance dont les institutions font preuve à l’égard de certains criminels, qui de surcroît sont incités à commettre leurs méfaits, ne laissant d’autre choix aux victimes que celui de l’#auto-défense avec toutes les conséquences délétères que cela comporte.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/6,35_mm

  • India says it has just shot down a satellite in space - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/613228/india-says-it-has-just-shot-down-a-satellite-in-space

    C’en est fini de la démilitarisation de l’espace.

    Je suis en train de finir la trilogie de SF par Liu Cisun, et comme toujours, la SF nous montre comment cela peut nous conduire au pire.

    Prime Minister Narendra Modi announced the successful test in a live television broadcast to the nation, saying it now made India a space power, Reuters reports.

    Bullseye: “Some time ago, our scientists, shot down a live satellite 300 kilometers away in space, in low Earth orbit,” Modi said in an hour-long statement that was broadcast on all national TV stations. Ajay Lele, at the Institute for Defence Studies and Analyses in New Delhi, told Reuters that it was likely the satellite was destroyed using a missile that carried no warhead.

    Exclusive club: India is only the fourth country to have successfully shot down a satellite. The US, Russia, and China have all done so in the past. The US and Russia both did so in the 1980s, and China conducted its first successful test in 2007.

    Debris threat: China’s 2007 test was condemned as irresponsible when it happened as it created a massive cloud of debris of almost 3000 pieces that were big enough to be tracked by NASA. Many thousands more were too small to see. Even small pieces of debris can be hazardous for other satellites or the International Space Station. We do not yet know what has happened to the remnants of India’s satellite.

    Security fears: The satellite test comes as India is gearing up for an election and is approaching the period during which the government is not allowed to make any policy statements designed to swing votes. Issues of national security are exempt, however, and this week’s display of strength comes against the backdrop of rising tensions with neighboring Pakistan.

    #Guerre #Espace #Militarisme #Communs

  • Israel is playing a big role in India’s escalating conflict with Pakistan
    Robert Fisk | The Independent - Thursday 28 February 2019
    Signing up to the ‘war on terror’ – especially ‘Islamist terror’ – may seem natural for two states built on colonial partition whose security is threatened by Muslim neighbours
    https://www.independent.co.uk/voices/israel-india-pakistan-conflict-balakot-arms-trade-jaish-e-mohammed-a8

    When I heard the first news report, I assumed it was an Israeli air raid on Gaza. Or Syria. Airstrikes on a “terrorist camp” were the first words. A “command and control centre” destroyed, many “terrorists” killed. The military was retaliating for a “terrorist attack” on its troops, we were told.

    An Islamist “jihadi” base had been eliminated. Then I heard the name Balakot and realised that it was neither in Gaza, nor in Syria – not even in Lebanon – but in Pakistan. Strange thing, that. How could anyone mix up Israel and India?

    Well, don’t let the idea fade away. Two thousand five hundred miles separate the Israeli ministry of defence in Tel Aviv from the Indian ministry of defence in New Delhi, but there’s a reason why the usual cliche-stricken agency dispatches sound so similar.

    For months, Israel has been assiduously lining itself up alongside India’s nationalist BJP government in an unspoken – and politically dangerous – “anti-Islamist” coalition, an unofficial, unacknowledged alliance, while India itself has now become the largest weapons market for the Israeli arms trade.

    Not by chance, therefore, has the Indian press just trumpeted the fact that Israeli-made Rafael Spice-2000 “smart bombs” were used by the Indian air force in its strike against Jaish-e-Mohammed (JeM) “terrorists” inside Pakistan

    Like many Israeli boasts of hitting similar targets, the Indian adventure into Pakistan might owe more to the imagination than military success. The “300-400 terrorists” supposedly eliminated by the Israeli-manufactured and Israeli-supplied GPS-guided bombs may turn out to be little more than rocks and trees.

    But there was nothing unreal about the savage ambush of Indian troops in Kashmir on 14 February which the JeM claimed, and which left 40 Indian soldiers dead. Nor the shooting down of at least one Indian jet this week.

    India was Israel’s largest arms client in 2017, paying £530m for Israeli air defence, radar systems and ammunition, including air-to-ground missiles – most of them tested during Israel’s military offensives against Palestinians and targets in Syria.

    Israel itself is trying to explain away its continued sales of tanks, weapons and boats to the Myanmar military dictatorship – while western nations impose sanctions on the government which has attempted to destroy its minority and largely Muslim Rohingya people. But Israel’s arms trade with India is legal, above-board and much advertised by both sides.

    The Israelis have filmed joint exercises between their own “special commando” units and those sent by India to be trained in the Negev desert, again with all the expertise supposedly learned by Israel in Gaza and other civilian-thronged battlefronts. (...)

    #IsraelInde

  • India Proposes Chinese-Style Internet Censorship - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/02/14/technology/india-internet-censorship.html

    NEW DELHI — India’s government has proposed giving itself vast new powers to suppress internet content, igniting a heated battle with global technology giants and prompting comparisons to censorship in China.

    Under the proposed rules, Indian officials could demand that Facebook, Google, Twitter, TikTok and others remove posts or videos that they deem libelous, invasive of privacy, hateful or deceptive. Internet companies would also have to build automated screening tools to block Indians from seeing “unlawful information or content.” Another provision would weaken the privacy protections of messaging services like WhatsApp so that the authorities could trace messages back to their original senders.

    Hum, pas forcément très différent de l’Article 13... quand les Le Pen (équivalent français de Narandra Modi) seront au pouvoir... Pas simple tout ça. Et puis si la Chine n’est plus la seule a devenir le repoussoir universel, où va-t-on ?

    Working independently as well as through trade groups, Microsoft, Facebook and dozens of other tech companies are fighting back against the proposals. They criticized the rules as technically impractical and said they were a sharp departure from how the rest of the world regulates “data intermediaries,” a term for companies that host data provided by their customers and users.

    In most countries, including under India’s existing laws, such intermediaries are given a “safe harbor.” That means they are exempted from responsibility for illegal or inappropriate content posted on their services, as long as they remove it once notified by a court or another designated authority.

    In a filing with the ministry last week, Microsoft said that complying with India’s new standards would be “impossible from the process, legal and technology point of view.”

    Officials have offered little public explanation for the proposals, beyond a desire to curb the kind of false rumors about child kidnappers that spread on WhatsApp a year ago and that incited angry mobs to kill two dozen innocent people. That wave of violence has since subsided.

    The coming national election has added urgency to the proposals. India’s Election Commission, which administers national and state elections, is considering a ban on all social media content and ads aimed at influencing voters for the 48 hours before voting begins, according to an internal report obtained by the news media. To buttress its legal authority to order such a ban, the commission wrote to the I.T. ministry last week asking it to amend the new rules to specifically prohibit online content that violates election laws or commission orders.

    C’est comme si ça me rappelait quelque chose...

    Et puis, le Alibaba local est dans la boucle. Y’a que les européens qui n’ont pas champion local à opposer aux GAFAM.

    One of the biggest cheerleaders for the new rules was Reliance Jio, a fast-growing mobile phone company controlled by Mukesh Ambani, India’s richest industrialist. Mr. Ambani, an ally of Mr. Modi, has made no secret of his plans to turn Reliance Jio into an all-purpose information service that offers streaming video and music, messaging, money transfer, online shopping, and home broadband services.

    In a filing last week, Reliance Jio said the new rules were necessary to combat “miscreants” and urged the government to ignore free-speech protests. The company also said that encrypted messaging services like WhatsApp, “although perceivably beneficial to users, are detrimental to national interest and hence should not be allowed.”

    Entre les architectures toxiques des plateformes et la toxicité des lois liberticides, on est malbarre.

    #Inde #Censure #Médias_sociaux #Article_13

  • L’Inde, objet de toutes les convoitises
    http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2018/10/l-inde-objet-de-toutes-les-convoitises.html

    Des nombreuses fois où Poutine est passé par l’India Gate de New Delhi, celle-ci restera assurément dans les annales. Beaucoup a été dit et écrit sur la signature du contrat portant sur la livraison des S-400 à l’Inde. C’est la principale information...

  • Founder Interviews: Ayush Jaiswal of Pesto
    https://hackernoon.com/founder-interviews-ayush-jaiswal-of-pesto-bd3144f42e9a?source=rss----3a8

    After seeing how little the average software engineer in India makes compared to their peers in the US, Ayush created a bootcamp that teaches coders how to be effective remote employees, then helps them get full-time remote jobs at US tech companies, making up to 10x more than they were making before.Davis Baer: What’s your background, and what are you working on?I’m Ayush from New Delhi. I dropped out of college after a year to work fulltime on the startup I wanted to build. I was disappointed looking at the broken education system. I decided to self-study.A couple of years ago, I found venture capital very cool. I made a TV show (Shark tank of India) as an associate producer and invested in a few startups as a scout for another firm- Project Guerrilla.I’ve been working on different (...)

    #davis-baer #remote-working #founder-stories #founder-advice #founders

  • L’Inde, objet de toutes les convoitises
    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2018/10/l-inde-objet-de-toutes-les-convoitises.html

    Des nombreuses fois où Poutine est passé par l’India Gate de New Delhi, celle-ci restera assurément dans les annales. Beaucoup a été dit et écrit sur la signature du contrat portant sur la livraison des S-400 à l’Inde. C’est la principale information...

  • Pourquoi les riches Indiens fuient-ils leur pays ?
    https://www.courrierinternational.com/article/pourquoi-les-riches-indiens-fuient-ils-leur-pays

    Depuis l’arrivée au pouvoir des nationalistes à New Delhi, 23 000 millionnaires en dollar ont quitté le sous-continent, essentiellement pour des …

  • Trafic d’enfants dans un foyer de mère Teresa 17 Juillet 2018 - L’essentiel

    L’Inde a ordonné l’inspection de tous les centres pour enfants gérés par la congrégation catholique de mère Teresa dans le pays, suite à l’arrestation d’une de ses nonnes accusée de trafic d’enfants.
    http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/Trafic-d-enfants-dans-un-foyer-de-mere-Teresa-11445835
    New Delhi a enjoint aux autorités locales « de faire inspecter immédiatement les foyers pour enfants tenus par les Missionnaires de la Charité », a indiqué Maneka Gandhi, ministre des femmes et du développement de l’enfant, dans un communiqué.

    Au début du mois, la police indienne a interpellé une religieuse et un employé de l’un de ces centres à Ranchi, capitale de l’État du Jharkhand (est), qui aurait vendu au moins cinq enfants pour potentiellement des milliers d’euros.

    Le scandale avait éclaté suite au signalement de la disparition d’un nourrisson d’un foyer de l’ordre recueillant des femmes enceintes non mariées et des mères en détresse.

    Commerce important
    L’adoption illégale est un commerce important en Inde, où près de 90 000 enfants s’évaporent chaque année, selon des chiffres officiels. Certains sont donnés par des parents pauvres, d’autres enlevés à l’hôpital ou dans des gares.

    #Indes #religion #catholique #catholicisme #missionnaires #religieuse #habitudes #enfants #enfance #orphelins

  • En Inde, l’escalade du prix du carburant touche les plus pauvres Avec Ucanews, New Delhi - 28 Juin 2018 - Eglises d’Asie
    http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/inde/2018-06-28-en-inde-lescalade-des-prix-du-carburant-touche-les-plus-

    En Inde, le prix du carburant a grimpé d’environ 30 % cette année, entraînant l’envolée des factures des sociétés de transports de marchandises. Les premiers touchés sont les plus démunis du pays, qui subissent de plein fouet la situation. La situation est particulièrement difficile pour les petits commerçants, qui se voient obligés d’augmenter les prix des produits de base comme les fruits et les légumes. Une tendance qui pourrait se retourner contre le BJP au pouvoir, en amont des élections de 2019. En 2014, le parti avait en effet assuré que s’ouvrait une période de croissance économique. 

    Sarjot Singh Das, qui vend ses légumes en périphérie de New Delhi, a du mal à joindre les deux bouts depuis que la société de transports qui lui fournit ses produits a augmenté ses factures de plus de 50 % en douze mois. Sarjot fait venir ses légumes par camion tous les jours, depuis l’État voisin de l’Uttar Pradesh. Il s’inquiète face à la montée des prix du pétrole. Si ça continue, ses charges finiront par atteindre un niveau intenable. « Avant, je devais payer 600 roupies (8,83 dollars) par mois pour le transport, mais aujourd’hui, cela me coûte 900 roupies », confie-t-il. « Que deviendront mes revenus si cela continue ainsi ? »

    
En Inde, les prix du carburant ont grimpé de près de 30 % cette année, atteignant des records. Les gens comme Sarjot subissent de plein fouet les conséquences de la politique du gouvernement indien, qui a décidé plusieurs augmentations des taxes d’accise sur l’essence. Cela a eu un effet direct sur le coût des fruits, des légumes et autres produits de bases, les vendeurs étant forcés de monter les prix en conséquence. Beaucoup de vendeurs en ville se fournissent en effet dans les fermes et les villages alentour, et les coûts de livraison représentent pour eux une dépense significative.

    Un niveau de prix historique
    Le Bharatiya Janata Party (BJP), le parti au pouvoir du premier ministre Narendra Modi, avait promis, en arrivant au pouvoir en 2014, la croissance économique et l’« achhe din » (ou les beaux jours à venir). Mais pour l’instant, cela ne s’est pas reflété sur les prix du carburant. Le 14 juin à Bombay, la capitale financière du pays, l’essence a en effet atteint le niveau historique de 84,74 roupies (1,20 dollar) le litre. Une hausse de 70 roupies par rapport à son niveau d’il y a quatre ans. Arshad Khan, un commerçant d’un centre commercial dans le nord de l’État de l’Uttar Pradesh, explique que ses allers et retours à moto pour venir travailler font fondre ses économies d’une façon inquiétante. « Je parcours environ 50 kilomètres tous les jours », ajoute-t-il. « L’essence a augmentée, donc mes dépenses aussi… Avant, l’aller-retour me coûtait 60 roupies, et aujourd’hui, cela me coûte 100 roupies. »

    Le gouvernement a déclaré que les hausses des prix suivent les fluctuations du cours du pétrole brut sur le marché international, mais selon les économistes et l’opposition, cela n’explique pas la hausse considérable des taxes imposées sur l’essence en Inde. L’ancien premier ministre Manmohan Sinh, un économiste, a confirmé le mois dernier auprès des médias locaux que « les prix de l’essence sont à un niveau historique parce que le gouvernement de Modi a choisi de prélever des taxes d’accise excessives ». Le gouvernement fédéral comme les gouvernements des États imposent des taxes sur l’essence, et le gouvernement fédéral a vu ses revenus liés à l’essence et au diesel plus que tripler en quatre ans. En 2013-2014, ces revenus étaient de 12 millions de dollars ; ils avaient atteint 36,11 millions de dollars en 2016-2017. « Le gouvernement ne peut pas rejeter la faute sur les prix du pétrole brut à l’international », pour Vijay Kumar, un activiste de l’Uttar Pradesh. « Si le gouvernement baisse les taxes d’accise, les prix du carburant cesseront d’augmenter. »

    L’épreuve des élections
    Les slogans qu’employait le BJP durant les élections générales de 2014 contre l’opposition du Congrès du peuple indien, en annonçant le développement et la croissance économique, deviennent aujourd’hui contre-productifs à l’approche des élections de 2019, estime le journaliste politique Owais Ahmad. Le BJP a remporté les élections contre le parti du Congrès, qui était au pouvoir depuis 1947, à cause de l’inflation, de la pauvreté et du chômage. « Mais maintenant que la situation a empiré sur tous ces fronts, qu’est-ce que le gouvernement va pouvoir dire ? » , demande Owais Ahmad. Le 10 juin, les membres de la Fédération démocratique des jeunes Indiens (Democratic Youth Federation of India) ont organisé des manifestations dans tout le pays contre la montée des prix du carburant. Aakash Kumar, qui a participé à plusieurs manifestations, explique que les jeunes n’acceptent plus le discours avancé par les groupes politiques et par le gouvernement, « parce que ce sont les gens ordinaires qui paient le prix de leurs mauvaises politiques ».

    Une étude de l’Institut de la croissance économique (Institute of Economic Growth) de l’université de Delhi montre que la croissance économique rapide a entraîné une hausse des demandes en essence et en énergie, faisant de l’Inde le quatrième consommateur mondial de pétrole brut. L’étude affirme que durant la période de 2011 à 2025, les demandes de pétrole brut devraient grimper de 90 %, tandis que les demandes en diesel devraient augmenter de 110 %, et les demandes en essence de 165 %. L’étude suggère au pays de prendre des mesures en améliorant son utilisation des produits pétroliers, et en développant l’offre grâce des accords de production partagée entre les compagnies pétrolières locales et d’autres pays. L’Inde devrait également, selon l’étude, développer les énergies nucléaire, hydraulique et solaire, ainsi que les énergies alternatives. Elle devrait également prévoir ses besoins pétroliers afin de pouvoir « soutenir une croissance économique rapide dans le futur », confie Pradeep Agrawal, directeur des recherches conduites en 2012.

    #Inde #pétrole #énergie #BJP #Narendra_Modi #transports #croissance #pauvreté

  • Inde : écoliers sous vidéosurveillance
    https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/inde-ecoliers-sous-videosurveillance_2798767.html

    En Inde, la région de Delhi a décidé d’installer des caméras dans 1 000 écoles publiques. Les images sont accessibles grâce à une application de smartphone. L’idée est de surveiller les enfants, mais aussi leurs professeurs. Des élèves et une salle de classe presque comme les autres. Des bancs, des chaises, un tableau noir et des caméras. Depuis quatre mois, cette école de New Delhi, en Inde, teste un nouveau dispositif plutôt intrusif. Praveen Thakral est le proviseur. Avec un objectif : surveiller (...)

    #CCTV #étudiants #vidéo-surveillance #surveillance

    • Titre totalement débile !

      Pour une chronique passionnante de l’histoire et la marginalisation de l’#OIAC (Organisation pour l’interdiction des #armes_chimiques) #OPCW avec les ignominies usuelles des Cheney, Bolton et consorts,…

      Irak (avril 2002)

      Finalement l’assemblée extraordinaire se tient sous forte pression américaine. L’Amérique Latine et l’Afrique s’abstiennent, tandis que le Brésil ne soutient pas José Bustani, le président Cardoso ne voulant pas risquer d’indisposer Washington. S’alignant sur le diktat des Etats-Unis, les pays occidentaux votent massivement pour le départ du Directeur général. Seule, et à la surprise générale, la France s’abstient ! La Russie, la Biélorussie, l’Iran, le Mexique, Cuba et le Soudan appuient José Bustani. Autre surprise : l’Inde qui avait soutenu de bout en bout le maintien du directeur de l’OIAC fait défection au dernier moment ! On apprend quelques jours plus tard que Washington a livré à New Delhi des systèmes radar de nouvelle génération dont les Etats-Unis bloquaient la vente depuis plusieurs années.

      cf. aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/José_Bustani

      Syrie (2013 et suivantes)

      Initialement, l’OIAC disposait de 211 inspecteurs payés par l’Organisation sous la direction technique et politique du Directeur général. Désormais, les inspecteurs sont, majoritairement prêtés à l’Organisation et payés par leur gouvernement. En 2013, suite à l’accord noué par John Kerry et Sergueï Lavrov lors du G-20 de Saint-Pétersbourg sur le démantèlement des armes chimiques syriennes, l’OIAC aurait dû être l’acteur principal de sa mise en œuvre. Une fois encore Washington a tout fait pour que l’Organisation soit marginalisée alors que la Syrie avait – de fait – accepté la convention. Par conséquent, les inspections de l’OIAC auraient dû commencer dans ce pays, conformément à l’esprit et la lettre de la convention.

      En violation avec la Convention qui stipule que les armes chimiques doivent être détruites sur le territoire même du pays concerné, les armes syriennes ont été – soit-disant – démantelées sur un bateau croisant en Méditerranée et rejetées à la mer en violation aussi de toutes les directives onusiennes de protection de l’environnement. Selon les procédures de l’OIAC, les armes chimiques doivent être détruites dans des installations ad hoc prévues à cet effet, en sachant que leur coût est supérieur à celui des armes elles-mêmes ! La question de la destruction des armes chimiques syriennes demeure des plus opaques, comme celle de leurs utilisations maintes fois dénoncées par Washington et ladite communauté internationale.

  • Après Valls pour Barcelone, Gérard Collomb devrait proposer ses services au gouvernement de l’état du Tamil Nadu. Les grenades, quand même, c’est plus propre que le « tir à balles réelles » !

    Inde : une dizaine de morts dans des manifestations contre une fonderie de cuivre - Asie-Pacifique - RFI
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20180523-inde-dizaine-morts-manifestations-contre-fonderie-cuivre-tuticorin?ref=

    Inde : une dizaine de morts dans des manifestations contre une fonderie de cuivre
    Par RFI Publié le 23-05-2018 Modifié le 23-05-2018 à 16:48
    media
    Capture vidéo de la manifestation à Tuticorin, le 22 mai 2018, sur la route qui mène à l’usine.
    ANI via REUTERS TV

    Dans le sud de l’Inde, des manifestations contre l’agrandissement d’une fonderie de cuivre ont été violemment réprimées par la police. Les heurts entre les forces de l’ordre et plusieurs milliers de manifestants se sont poursuivis ce mercredi. Ils ont fait plus d’une dizaine de morts depuis mardi. La population locale dénonce depuis plusieurs mois la pollution de l’air et des eaux par l’usine qui appartient à la multinationale britannique Vedanta. Un scénario récurrent en Inde, où les normes environnementales sont régulièrement bafouées au profit de grands projets industriels.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

    Tuticorin est en ébullition depuis mardi. La suspension mercredi du projet d’agrandissement de la fonderie du groupe Sterlite Industries, filiale de Vedanta, n’a pas calmé les esprits dans cette petite ville portuaire à la pointe sud de l’Inde. Les policiers ont a nouveau ouvert le feu, faisant un mort supplémentaire, alors que des manifestants ont à nouveau incendié plusieurs véhicules.

    De nombreux politiciens indiens ont dénoncé dans les médias et sur les réseaux sociaux la réaction de la police qui a tiré à balle réelle sur la foule. Mardi, une dizaine de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue, s’en prenant à des véhicules de police, plusieurs bâtiments gouvernementaux ainsi qu’à un quartier résidentiel où sont logés les ouvriers de Vedanta.

    L’usine, une des plus importantes en Inde, est fermée depuis près de deux mois et le restera au moins jusqu’au 6 juin. L’autorité locale de contrôle de la pollution affirme qu’elle ne respecte pas les normes environnementales.

    En 2013 déjà, le gouvernement du Tamil Nadu avait ordonné la fermeture de cette usine après une fuite de gaz toxique. Vedanta était parvenu à renverser cette décision en justice, mais avait été condamnée à payer une amende de 12,5 millions d’euros.

  • #Macron aux étudiants américains : « Vous n’êtes pas obligés de toujours suivre les #règles »
    http://www.rtl.fr/actu/politique/macron-aux-etudiants-americains-vous-n-etes-pas-obliges-de-toujours-suivre-les-r

    Un discours qui aurait été particulièrement apprécié de ce côté de l’Atlantique par les zadistes, étudiants révoltés, cheminots en grève, avocats, juges et greffiers mécontents, ou encore par le personnel des Ehpad... 

    [...]

    « (...) Si vous n’arrivez pas à trouver la bonne explication à cette frustration, n’abandonnez pas, allez plus loin, et ne croyez pas ceux qui disent ’ce sont les règles du jeu, ne les remettez pas en cause, ça a toujours été comme ça, vous devez suivre les règles’. C’est des conneries ! (rires) ». 

    Une phrase résumée dans un tweet : « Vous n’êtes pas obligés de toujours suivre les règles ».

    Les internautes français, et pas seulement, n’ont pas manqué de faire le parallèle avec les #conflits_sociaux qui sévissent en #France. "[...] « Vous rigolez n’est-ce pas ? Vous envoyez la police et l’armée à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous... ».

    En mars dernier, il avait tenu des propos similaires devant les étudiants indiens. « Ne respectez jamais les règles ! », leur avait-il conseillé dans un centre culturel de New Delhi.❞

    #hypomane #sans_vergogne

  • China, India grapple with the consequences of too many men, Asia News & Top Stories - The Straits Times
    http://www.straitstimes.com/asia/china-india-grapple-with-the-consequences-too-many-men

    BEIJING/NEW DELHI (WASHINGTON POST) - Nothing like this has happened in human history. A combination of cultural preferences, government decree and modern medical technology in the world’s two largest countries has created a gender imbalance on a continental scale. Men outnumber women by 70 million in China and India.

  • The #blockchain is Set to Become the Talk of New Delhi
    https://hackernoon.com/the-blockchain-is-set-to-become-the-talk-of-new-delhi-1731a97213a9?sourc

    Hacker Noon + World Satoshi SummitHacker Noon will serve as a media partner for World Satoshi Summit, Southeast Asia’s Biggest Blockchain Conference. It will be held on May 12th and 13th in JW Marriott Hotel Aerocity, New Delhi. 3,500+ people are expected to attend. The conference’s three themes are: DREAM, DISCUSS, & DECENTRALIZE. It’s the same language of Hacker Noon.The conference aims “to promote a vision of the world where every community, economy, organization, and country works in a trustless manner, free of corruption and inefficiency caused by human greed and errors, we have initiated a movement that brings everyone under one roof to ideate, discuss and innovate around blockchain and cryptocurrency.”You can buy a ticket here with discount code “WSSHKN” for 25% off. The (...)

    #world-satoshi-summit #blockchain-india #blockchain-new-delhi #new-delhi

  • « Projet Daphne » : qui a ordonné l’assassinat de Daphne Caruana Galizia ?

    http://www.lemonde.fr/international/article/2018/04/17/projet-daphne-qui-a-ordonne-l-assassinat-de-daphne-caruana-galizia_5286683_3

    Dix-huit médias, dont « Le Monde », réunis dans le partenariat international « Forbidden Stories », ont enquêté sur la mort en 2017 de la journaliste maltaise, et poursuivi son travail d’enquête. Premier volet.

    Tout au fond de la petite salle du tribunal de La Valette, le vieil homme se prend la tête entre les mains. Lundi 26 mars, c’est la troisième fois que Michael Vella entend l’insoutenable. Le récit de l’assassinat de sa fille, la journaliste d’investigation maltaise Daphne Caruana Galizia, brûlée vive dans l’explosion de sa voiture, le 16 octobre 2017. La troisième fois que repasse le film de ces interminables minutes où les flammes dévorent tout, sans que pompiers et policiers puissent intervenir.

    A quelques mètres de lui, trois hommes sont assis côte à côte sur le banc des accusés, deux frères, Alfred et George Degiorgio, dits « la Fève » et « le Chinois », et Vincent Muscat – il n’a aucun lien de parenté avec le premier ministre de l’île, Joseph Muscat. Bien connus à Malte pour leur proximité avec le banditisme, ils ont été mis en cause par le passé dans des affaires d’armes à feu et de règlements de comptes. Mains posées sur les genoux, regards vides, vissés sur la juge, ils ne laissent paraître aucune émotion. De temps en temps, « le Chinois » jette un coup d’œil furtif vers les journalistes étrangers venus assister à l’audience.

    Depuis leur arrestation, le 4 décembre 2017, pour l’assassinat de la journaliste la plus célèbre et la plus pugnace de l’île, pasionaria de la lutte anticorruption, les trois hommes n’ont pas lâché un mot aux enquêteurs ni à la justice. En vertu du système judiciaire maltais, les preuves sont présentées tout au long de l’instruction, lors d’auditions publiques où médecins, policiers, militaires intervenus sur la scène du crime, et témoins, sont appelés à la barre. Ils jurent de dire la vérité, en embrassant un imposant crucifix, placé à côté d’un micro.

    Une île où « tout le monde se connaît »

    Suivie en direct par tous les sites d’information du pays, l’instruction de l’assassinat de Daphne Caruana Galizia n’est pas seulement le plus gros dossier criminel depuis des décennies à Malte, petite île de 440 000 habitants, entrée dans l’Union européenne en 2004. Il est celui qui suscite le plus de passions, dans cette microsociété insulaire, où, répètent à l’envi les habitants, « tout le monde se connaît ». Une société minée depuis toujours par le crime organisé et les affaires de corruption, ultrapolarisée entre deux clans : les travaillistes, au pouvoir depuis 2013, et les nationalistes.

    Le véritable procès est loin d’être programmé, et le verdict n’est pas attendu avant plusieurs années. Mais les preuves contre les deux frères Degiorgio et Vincent Muscat sont accablantes. Le nom des potentiels commanditaires reste en revanche un mystère, et c’est bien là ce qui occupe tous les esprits. Les assassins de la journaliste qui traquait la corruption jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir ont-ils pu agir sur ordre politique ? La rumeur court sur l’île.

    Lundi 16 octobre 2017, en début d’après-midi, Daphne Caruana Galizia doit se rendre à la banque. Depuis plusieurs semaines, son compte est bloqué en raison d’une énième poursuite en diffamation, qu’elle collectionne autant que les insultes. Sympathisante du parti d’opposition nationaliste mais attachée à sa liberté et son indépendance, la journaliste de 53 ans, mariée à un avocat réputé, mère de trois jeunes adultes, a multiplié avec une certaine hargne les révélations sur les pratiques du gouvernement travailliste. Ce qui lui vaut une haine tenace de la part de plusieurs ministres et de leurs partisans.

    Sur son blog au nom explicite, Running Commentary (« commentaire continu »), qu’elle veut alimenter sans relâche, elle a affirmé, en février, que le ministre de l’économie, Chris Cardona, aurait fréquenté une maison close au cours d’un voyage officiel en Allemagne. Il a porté plainte et fait saisir ses comptes à titre conservatoire. Elle doit utiliser des chèques signés par son mari pour régler ses dépenses.

    Son fils Matthew Caruana Galizia est à la maison, ce 16 octobre 2017. Journaliste expert en traitement de données, employé par le Consortium international des journalistes d’investigation qui a révélé les « Panama Papers » et les « Paradise Papers », il est revenu travailler à Malte voici quelques semaines. Son autre fils, Andrew Caruana Galizia est à Malte lui aussi, mais dans son bureau de La Valette. Diplomate en poste à New Delhi, il a été brutalement rappelé, sans explication, après la victoire des travaillistes aux élections de juin 2017. Des élections anticipées que sa mère a contribué à provoquer, avec de nouvelles révélations sur le pouvoir.

    Les représailles contre Andrew Caruana Galizia ont durement affecté Daphne. « Ma mère se sentait responsable pour ma carrière, elle s’était arrêtée d’écrire pendant deux ou trois semaines, peut-être un mois. Ce fut probablement sa plus longue période sans écrire. Je lui avais dit de ne pas s’en faire. Que si c’était cela la pire chose qu’ils pouvaient nous faire, ça irait… », raconte aujourd’hui Andrew, qui s’est exilé à l’étranger depuis le meurtre, comme ses deux frères.


    Devant l’entrée principale du palais de justice de La Valette, le 26 mars, lors d’une audience de comparution des assassins présumés de la journaliste Daphne Caruana Galizia.

    Mal dans sa peau, souvent prise à partie dans la rue, la journaliste-blogueuse ne sortait presque plus de chez elle, de peur d’être prise en photo à son insu par un assistant du premier ministre, qui l’a prise pour cible et la dénigre. « Je ne peux même plus aller à la plage », se confie-t-elle, le 6 octobre 2017, à un enquêteur du Conseil de l’Europe qui prépare un rapport sur les menaces contre les journalistes. Daphne Caruana Galizia a raconté les multiples menaces de mort dont elle a été la cible. « Tous mes problèmes viennent du fait que le Parti travailliste a fait de moi un bouc émissaire national », assure-t-elle dans cet ultime entretien avant sa mort.

    Mais la liste de ses ennemis est longue, car Daphne Caruana Galizia s’était mise, depuis peu, à traquer la corruption au sein du Parti nationaliste. Elle a ainsi découvert que le nouveau chef de file, Adrian Delia, avait fait transiter de l’argent de la prostitution à Londres, sur les comptes d’une société offshore. Lui aussi a porté plainte en diffamation.


    Les traces de pneus de la voiture de Daphne Caruana Galizia après l’explosion, à Bidnija, dans le nord de Malte. La journaliste d’investigation est morte des suites de la détonation.

    Une demi-heure avant de mourir, Daphne jette ces mots sur son site : « Les escrocs sont partout. La situation est désespérée. » Il est 14 h 55 quand la journaliste sort de chez elle, une jolie maison bourgeoise située à Bidnija, dans un des rares coins de l’île à la nature préservée. Elle s’apprête à partir, mais se ravise : elle a oublié le chéquier de son mari. Elle revient sur ses pas, puis repart, chéquier en main. Grimpe dans sa voiture. Démarre.

    Trois minutes plus tard, la bombe placée sous le siège conducteur explose. La Peugeot 108 de Daphne est projetée dans le champ qui borde la route, la journaliste n’a aucune chance de s’en sortir. Son fils Matthew bondit hors de la maison. La plaque d’immatriculation et les enjoliveurs qui ont roulé à terre ne laissent aucun doute sur ce qui vient d’arriver.

    « Je crois qu’elle avait deviné quelque chose… »

    Un homme, un voisin, a tout vu. Il a 60 ans, s’appelle Frans Sant et vit depuis sous tranquillisants, hanté par la scène. Au volant de sa voiture, de retour de courses, il explique avoir croisé celle de Daphne, qui roulait doucement puis s’est arrêtée. Il raconte une première explosion, avec « des étincelles sous la voiture », suivie d’une deuxième, « quatre ou cinq secondes après », qui a transformé le véhicule en « une boule de feu ».

    « Pauvre femme… Je crois qu’elle avait deviné quelque chose, dit-il, car elle s’était arrêtée. A la première explosion, elle était vivante. Je l’ai vue paniquer dans sa voiture, elle était consciente de ce qui se passait avant de mourir. Je vais vous dire quelque chose que je n’ai encore jamais dit, même pas au tribunal. Je l’ai entendue crier, les deux fois. Un grand cri. Et puis elle est devenue cette boule de feu. »

    ll faudra un peu moins de deux mois aux policiers pour arrêter la fratrie Degiorgio et Vincent Muscat, dans un entrepôt de pommes de terre du port de La Valette. Les enquêteurs maltais, aidés du FBI américain, d’Europol et de la police scientifique néerlandaise, ont identifié les trois hommes grâce à leurs téléphones portables, qui ont « borné » sur la scène du crime.

    Les suspects ayant gardé le silence pendant tous les interrogatoires, la question de leur mobile et du nom de leur éventuel commanditaire reste entière. Mais leur mode opératoire a vite été reconstitué. La bombe placée sous le siège de la Peugeot que louait Daphne Caruana Galizia a été déclenchée par un SMS envoyé de la mer, depuis un bateau mouillé à des kilomètres en contrebas du domicile de la journaliste. Or le matin du crime, les caméras de surveillance du port de La Valette ont enregistré l’image du « Chinois » partant en mer sur son bateau, le Maya.

    L’ADN de « la Fève » a, lui, été retrouvé sur un mégot de cigarette, juste à côté du lieu de l’explosion. A l’endroit précis où une mystérieuse voiture blanche semblant en faction avait été repérée par un voisin, les jours précédant l’explosion. Quant à Vincent Muscat, c’est lui qui se serait occupé de préparer la bombe. Son portable, en effet, a été tracé sur la commune de Bidnija dans la nuit du 15 octobre 2017, deux jours avant l’assassinat. Sur le téléphone portable du « Chinois », la police a intercepté un SMS, que le déclencheur de la bombe a envoyé à sa compagne, juste après l’explosion, en rentrant au port :

    « Achète-moi du vin, mon amour. »

  • « Areva, rentre chez toi ! »
    http://www.zite.fr/areva-rentre-chez-toi

    Tout juste sept ans après la catastrophe #nucléaire de Fukushima, Emmanuel Macron a profité samedi 10 mars de sa visite en Inde pour confirmer qu’un accord serait bien signé pour la livraison de six réacteurs EPR à Jaitapur, territoire côtier situé en zone sismique. En réalité, rien n’est encore joué : le fiasco du chantier de Flamanville, avec ses surcoûts pharaoniques et ses retards tout aussi démesurés, marque les tractations. Cela n’a pourtant pas empêché New Delhi de commencer les réquisitions de terres, il y a quelques années. En 2012, Z avait séjourné dans les villages alentours, à la rencontre des habitants déterminés à sauver leurs cultures fruitières et leurs activités en mer. #reportage parmi « les opposants au progrès », ces nouveaux ennemis intérieurs.

    par Naïké Desquesnes avec ses dessins C’est une (...)

    #Z6

  • India makes U-turn after proposing to punish ’fake news’ publishers - CNN
    https://edition.cnn.com/2018/04/03/asia/india-fake-news-intl/index.html

    (CNN)The Indian government is shelving a rule to punish journalists for publishing “fake news” just 48 hours after its introduction.
    The proposed order would have given the government the authority to strip individuals and media organizations of their accreditation — which is needed to go to government functions and makes access to government offices easier — if they received a complaint of reporting so-called fake news, a term that was not specifically defined.

    Prime Minister Narendra Modi’s government said the measure was meant to help stop the spread of misinformation throughout the country, but critics swiftly condemned it as an attack on free speech in the world’s most populous democracy.
    “Make no mistake: (T)his is a breathtaking assault on mainstream media,” Shekhar Gupta, one of India’s most prominent journalists, tweeted to his nearly 2 million followers. He is the editor-in-chief of ThePrint, an Indian website focusing on politics and policy.

    The measure’s introduction was troubling to some who saw it as the latest effort among powerful leaders of Asian democracies to target the free press under the guise of combating so-called fake news, a term popularized by President Donald Trump in his effort to fight negative press coverage.
    Malaysia’s Upper House passed a bill criminalizing the spread of fake news this week, the first step in it becoming law. Singapore is also planning legislation to tackle online misinformation. Journalists in Myanmar and Cambodia — two countries the West has invested heavily in to ensure successful transitions to democracy — have been arrested in recent months.
    And Philippine President Rodrigo Duterte has railed against the media by employing the term on a regular basis. His government has come under fire for reportedly targeting the online news site Rappler over its negative coverage of the Duterte administration’s bloody war on drugs. A presidential spokesman denied the allegations.
    India appears to be following a similar path, said Prem Panicker, a prominent journalist who used to be Yahoo India’s managing editor
    “There is a worldwide leaning toward hard-right governing style and hard-right leaders, and the corollary to that is that there’s increasing stresses on the press,” Panicker told CNN.
    “The single biggest problem is that this is when you want a very free, very vibrant press.”
    Despite the fierce criticism of New Delhi’s proposed rule, some of its opponents do believe there’s a need for either more regulation or greater responsibility on the part of publishers.
    India has one of the world’s most saturated and fastest-growing media markets, boasting thousands of options in print, television and online journalism.
    With that freedom and booming market has come a thriving tabloid culture, which has frustrated mainstream journalists who get lumped in with those peddling misinformation and flouting common standards.

    #Fake_news #Asie #Censure

  • They were sold a fantasy of middle-class life. Now Ola and Uber drivers face a brutal reality
    https://qz.com/1230993/the-reality-of-driving-for-ola-and-uber-in-india-debt-slashed-pay-multiple-jobs

    Tanveer Pasha, a 33-year-old taxi driver in Bengaluru, is in a dilemma. As president of the OTU (Ola, Taxiforsure, and Uber) Drivers and Owners Association, he’s keen on joining his colleagues in Mumbai and New Delhi in their March 19 strike against mobile app-based cab aggregators over dwindling earnings. Yet, he just can’t afford to. “Every Rs100 is important to drivers today and we need to earn it by driving,” Pasha told Quartz. “Today, we are not able to meet our needs from Ola and Uber.” (...)

    #Uber #travail #Ola #Taxiforsure

  • Revue de presse du 04.03 au 10.03.18
    https://collectiflieuxcommuns.fr/672-revue-de-presse-semaine-du

    En Afrique, quand le rêve de football aboutit à « la traite d’êtres humains »

    Fermeture de lignes SNCF ? Un pas de plus vers la désertification rurale

    « La nation est un instrument d’inclusion »

    Le paradoxe du vivre-ensemble : imposer de force des rapports sociaux non consentis

    La croissance européene de la population musulmane

    Stratégies énergétiques autour de la mer Caspienne

    Vente de six EPR à l’Inde : Paris et New Delhi veulent lancer les travaux fin 2018

    En Italie, le premier sénateur noir est membre de la Ligue

    « On a très peur que ça finisse par un mort » : le témoignage choc d’une prof au lycée Gallieni de Toulouse

    Indonésie : défi titanesque pour nettoyer le fleuve le plus pollué

    Israël, la démocratie nazifiée

    Discipline historique et collapsologie

    Bonus

    *

    Présentation/Archives/Abonnement


  • Paris et New Delhi ont affirmé samedi leur objectif de débuter à « la fin 2018 » les travaux pour la construction en Inde de la plus "grande centrale nucléaire du monde" , avec six réacteurs de type EPR.
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_vente-de-six-epr-a-l-inde-paris-et-new-delhi-veulent-lancer-les-travaux-

    Actuellement, la centrale de Bruce, au Canada, est la plus puissante #centrale_nucléaire du monde en activité avec une puissance de 7276 MW. La centrale de Kashiwazaki-Kariwa au Japon (le pays le plus nucléarisé au monde avec la France) avec une puissance installée 8 212 MW était encore plus puissante.
    https://www.populationdata.net/cartes/kashiwazaki-kariwa-la-plus-grande-centrale-nucleaire-du-monde
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Kashiwazaki-Kariwa
    Le projet de Jaitapur en Inde, finalisé par cocorico Macron, constituera la plus grande centrale nucléaire du monde avec une capacité totale de 9,6 GW. et les giga-problèmes qui vont avec, ça tombe bien parce que la France en bonne championne de la #prolifération_nucléaire assure le #S.A.V, enfin le retraitement des #déchets_nucléaires où plutôt leur enfouissement à Bure , par exemple.
    Non d’un proton, ça va proliférer grave !
    dessin, Flav : http://www.zarma.fr/dessins