city:new york

  • Super-tall, super-skinny, super-expensive: the ’pencil towers’ of New York’s super-rich | Cities | The Guardian
    https://www.theguardian.com/cities/2019/feb/05/super-tall-super-skinny-super-expensive-the-pencil-towers-of-new-yorks-

    The revamped laws also introduced the curious notion of transferable development rights (TDRs), also known as “air rights” – a mechanism that allows landowners to buy the unused air space of their neighbours and add it on to their own lot. It is the ultimate free-market planning clause: if your neighbour is not exploiting their potential to go skywards, you can buy it off them and make your building even taller. It seems fitting that in the cut-throat capital of capitalism, even the air is for sale.

    Crucially, the law specifies that the properties must share at least 10ft of boundary, but there is no limit on how many connected lots can be assembled, leading to a situation where a developer can snake their way around a block, piecing together a complex jigsaw puzzle of adjoining lots, buying up neighbour after neighbour’s spare air in secret. It has become one of the most lucrative currencies: in some cases, developers have paid the same price per square foot for air rights as they did to buy the land itself.

    #architecture #new-york (via Patrice R.)


  • J’ai publié sur mon blog ce matin, un billet sur une militante anarcha-féministe peu connue dont le souvenir mérite d’être rappelé. Bonne lecture !

    La feuille Charbinoise » En cheminant avec… Milly Witcop
    http://www.lafeuillecharbinoise.com/?p=13718

    En cheminant avec… Milly Witcop

    Un petit saut en arrière dans le temps. Un peu plus d’un siècle exactement… Londres 1912. Petit portrait de groupe dans le milieu anarchiste de la capitale. A gauche, un couple. L’homme aux petites lunettes rondes à l’arrière c’est Rudolf Rocker, un militant d’origine allemande, en exil. Il va devenir l’un des théoriciens importants de l’anarchisme (même si ses travaux sont plutôt méconnus en France). Devant lui, une jeune femme avec un chapeau de dimension respectable, fixe le photographe l’air très sérieux. C’est Milly Witcop une militante d’origine ukrainienne, en exil, le sujet principal de cette chronique. Cela fait déjà une quinzaine d’années qu’elle est devenue la compagne de Rocker, l’orateur séduisant qu’elle a rencontré en 1895 lors d’une réunion avec un petit groupe d’activistes juifs dans le quartier d’East End. En 1912, ils ont déjà vécu pas mal d’aventures en commun, dont un voyage aller-retour à New York, mais elle ne se doute pas encore que leur union va durer cinquante huit années au total. La jeune femme va jouer un rôle considérable dans la vie et dans l’œuvre de son compagnon. On conserve le souvenir des personnages importants dans l’histoire sociale ; on oublie trop souvent que certains ont bénéficié, dans l’ombre, du soutien incessant de leur conjoint. Vous me direz qu’il en va de même pour les écrivains, les peintres ou les savants les plus connus… Certes ! Dans le cas du couple Rocker, particulièrement fusionnel, il est important de rendre à Milly la place qui est la sienne : compagne de lutte, inspiratrice, soutien de tous les instants, même si cette femme courageuse n’a signé de son nom aucun écrit important pour la postérité.


  • https://www.arch2o.com/check-out-domino-sugar-factory-park-after-completion
    Dominated by New York’s Iconic Domino Sugar Factory, Brooklyn’s waterfront has been renovated through the introduction of a new public park. The US architectural landscape firm, James Corner Field Operations delivered a design inspired by the site’s rich history and the community. The project aims to build interest in the history of the site while reconnecting New Yorkers to the East River waterfront.

    #architecture #design #new_york #newyork 3park #sugar_factory


  • Private Mossad for Hire
    Inside an effort to influence American elections, starting with one small-town race.
    February 18 & 25, 2019
    By Adam Entous and Ronan Farrow

    https://www.newyorker.com/magazine/2019/02/18/private-mossad-for-hire

    (...) Psy-Group had more success pitching an operation, code-named Project Butterfly, to wealthy Jewish-American donors. The operation targeted what Psy-Group described as “anti-Israel” activists on American college campuses who supported the Boycott, Divestment, Sanctions movement, known as B.D.S. Supporters of B.D.S. see the movement as a way to use nonviolent protest to pressure Israel about its treatment of the Palestinians; detractors say that B.D.S. wrongly singles out Israel as a human-rights offender. B.D.S. is anathema to many ardent supporters of the Israeli government.

    In early meetings with donors, in New York, Burstien said that the key to mounting an effective anti-B.D.S. campaign was to make it look as though Israel, and the Jewish-American community, had nothing to do with the effort. The goal of Butterfly, according to a 2017 company document, was to “destabilize and disrupt anti-Israel movements from within.” Psy-Group operatives scoured the Internet, social-media accounts, and the “deep” Web—areas of the Internet not indexed by search engines like Google—for derogatory information about B.D.S. activists. If a student claimed to be a pious Muslim, for example, Psy-Group operatives would look for photographs of him engaging in behavior unacceptable to many pious Muslims, such as drinking alcohol or having an affair. Psy-Group would then release the information online using avatars and Web sites that couldn’t be traced back to the company or its donors.

    Project Butterfly launched in February, 2016, and Psy-Group asked donors for $2.5 million for operations in 2017. Supporters were told that they were “investing in Israel’s future.” In some cases, a former company employee said, donors asked Psy-Group to target B.D.S. activists at universities where their sons and daughters studied.
    The project would focus on as many as ten college campuses. According to an update sent to donors in May, 2017, Psy-Group conducted two “tours of the main theatre of action,” and met with the campaign’s outside “partners,” which it did not name. Psy-Group employees had recently travelled to Washington to visit officials at a think tank called the Foundation for Defense of Democracies, which had shared some of its research on the B.D.S. movement. In a follow-up meeting, which was attended by Burstien, Psy-Group provided F.D.D. with a confidential memo describing how it had compiled dossiers on nine activists, including a lecturer at the University of California, Berkeley. In the memo, Psy-Group asked the foundation for guidance on identifying future targets. According to an F.D.D. official, the foundation “did not end up contracting with them, and their research did little to advance our own.”

    Burstien recruited Ram Ben-Barak, a former deputy director of Mossad, to help with the project. As the director general of Israel’s Ministry of Strategic Affairs, from 2014 to 2016, Ben-Barak had drawn up a plan for the state to combat the B.D.S. movement, but it was never implemented. Ben-Barak was enthusiastic about Butterfly. He said that the fight against B.D.S. was like “a war.” In the case of B.D.S. activists, he said, “you don’t kill them but you do have to deal with them in other ways.” (...)

    #BDS


  • Amazon Pullout Shows What Anti-Capitalist Organizing and Leftist Politicians Can Do
    https://theintercept.com/2019/02/15/amazon-nyc-hq2

    When Amazon, the monopsonistic retailer and ICE collaborator, announced last November that it would open its “second headquarters” in New York City, local resistance arose immediately. The day following the announcement, over 100 community activists, union leaders, and local politicians rallied in the Queens, New York, neighborhood of Long Island City — where Amazon planned to build – in opposition to the deal, which included $3 billion worth of government kickbacks. Yet while resistance to (...)

    #ICE #Amazon #domination #urbanisme


  • Face aux critiques, Amazon renonce à implanter un nouveau siège à New York
    https://www.20minutes.fr/high-tech/2451575-20190214-face-critiques-amazon-renonce-implanter-nouveau-siege-new

    Amazon jette l’éponge. Le géant américain de la vente en ligne a annoncé jeudi qu’il renonçait à implanter un nouveau siège à New York, avec 25.000 emplois à la clé, devant les critiques de personnalités politiques new-yorkaises, hostiles au projet. « Après beaucoup de réflexion et délibérations, nous avons décidé de ne pas aller de l’avant avec nos plans de construire un nouveau siège » à New York, a annoncé l’entreprise fondée par Jeff Bezos sur son blog d’entreprise. « Un certain nombre de personnalités (...)

    #Amazon #domination #urbanisme


  • Amazon cancels plans for New York headquarters after fierce opposition
    https://www.theguardian.com/technology/2019/feb/14/amazon-new-york-news-cancels-hq-plans-ocasio-cortez-opposition

    Tech company says it has ‘decided not to move forward’ with giant campus in Queens Amazon has cancelled its plans for a new headquarters in New York City following a torrent of local political opposition. “After much thought and deliberation, we’ve decided not to move forward with our plans to build a headquarters for Amazon in Long Island City, Queens,” the company said in a statement. “For Amazon, the commitment to build a new headquarters requires positive, collaborative relationships with (...)

    #Amazon #domination #urbanisme


  • Les réseaux du trading à haute-fréquence, par Alexandre Laumonier

    extrait du livre 4

    Comment gagner beaucoup d’argent en grattant quelques microsecondes dans les transmissions d’ordres d’achat et de vente — le plus rapide gagne, et tous les coups sont permis pour passer devant… les spécialistes achètent donc le droit d’installer des antennes sur les points les plus élevés du paysage entre Francfort et Londres, ou entre New York et Chicago. Et c’est la course pour s’approprier ces toits d’immeubles, ces tours militaires désaffectées…

    Géniale enquête cartographique dans les milieux de la finance internationale.

    https://visionscarto.net/enquete-reseaux-hft

    Je dois dire qu’on est très fier de la confiance d’Alexandre qui nous a confié ses “bonnes feuilles”.

    Pour commander le livre :
    http://www.zones-sensibles.org/alexandre-laumonier-4

    #enquête #cartographie #finance #réseaux


  • Montblanc Meisterstück Fountain Pens — Gentleman’s Gazette
    https://www.gentlemansgazette.com/montblanc-meisterstuck-fountain-pen


    Montblanc 142 (pour les petites mains) avec plume gravée

    Dans cet article on apprend que pour les grands hommes il y a l’équivalent de la grosse bagnole pour les petits. Le numéro « 9 » dans le nom du stylo-plume Meisterstück 149 signifie que ce stylo est équipé de la plume la plus large et du corps le plus gros. Voilà.

    Montblanc Meisterstück Series

    The Meisterstück, likely Montblanc’s most popular pen, was introduced in 1952. It suceeded the Meisterstück 139 and had a much more streamlined shape. Although you may read, on occasion, that the Meisterstück 149 is produced in the same way since its introduction, there have been a number of modifications. Originally, it was made of a celluloid shaft, a brass telescope piston mechanism, and a gold nib. Today, it is made of resin and a plastic mechanism, but still with a gold nib. Moreover, its former shape and mass was shorter, slimmer, and heavier than current models.

    As a side note, the number 149 was not chosen randomly. ‘1’ indicated that it was a Meisterstück, whereas 2 and 3 represented models of lower quality. The ‘4’ stood for the telescope piston mechanism and ‘9’ for the size of the nib (with 1 being the smallest). People with smaller hands, for example, would be better suited to the Montblanc Meisterstück 142 or 144. The 146 was a medium sized pen, and if you wanted to spend a little less, you might buy a 234.

    Despite the fact that the Meisterstück 149 has deteriorated in quality over time, it is still an iconic pen that has been used by many ranging from Konrad Adenauer to Nelson Mandela, from John F. Kennedy, to the Pope.

    De l’intérêt d’acheter un stylo-plume à € 650,00

    See How Montblanc Makes Its Famous Pens - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-04-05/see-how-montblanc-makes-its-famous-pens

    By Jack Forster - My first Montblanc was a grad school graduation gift from my wife – a Meisterstück 149, which is as iconic a pen in the world of writing instruments, as, say, the Royal Oak or Submariner are in the world of watches or a 911 in the automotive realm. The only time it’s been out of sight is when I was careless enough to drop it, uncapped, a meter and a half onto asphalt; it landed point down, and the nib got badly bent. Montblanc’s New York boutique sent it back to Hamburg for repair and I got it back in a week, working just fine, no charge (watch companies, take note).

    #écriture


  • Long, strange trip: How U.S. ethanol reaches China tariff-free | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-usa-trade-ethanol-insight-idUSKCN1PW0BR

    NEW YORK/KUALA LUMPUR (Reuters) - In June, the High Seas tanker ship loaded up on ethanol in Texas and set off for Asia.

    Two months later - after a circuitous journey that included a ship-to-ship transfer and a stop in Malaysia - its cargo arrived in China, according to shipping data analyzed by Reuters and interviews with Malaysian and Chinese port officials.

    At the time, the roundabout route puzzled global ethanol traders and ship brokers, who called it a convoluted and costly way to get U.S. fuel to China.

    But the journey reflects a broader shift in global ethanol flows since U.S. President Donald Trump ignited a trade war with China last spring.

    Although China slapped retaliatory tariffs up to 70 percent on U.S. ethanol shipments, the fuel can still legally enter China tariff-free if it arrives blended with at least 40 percent Asian-produced fuel, according to trade rules established between China and the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN), the regional economic and political body.


  • Imperial Exceptionalism | by Jackson Lears | The New York Review of Books
    https://www.nybooks.com/articles/2019/02/07/imperial-exceptionalism

    It is hard to give up something you claim you never had. That is the difficulty Americans face with respect to their country’s empire. Since the era of Theodore Roosevelt, politicians, journalists, and even some historians have deployed euphemisms—“expansionism,” “the large policy,” “internationalism,” “global leadership”—to disguise America’s imperial ambitions. According to the exceptionalist creed embraced by both political parties and most of the press, imperialism was a European venture that involved seizing territories, extracting their resources, and dominating their (invariably dark-skinned) populations. Americans, we have been told, do things differently: they bestow self-determination on backward peoples who yearn for it. The refusal to acknowledge that Americans have pursued their own version of empire—with the same self-deceiving hubris as Europeans—makes it hard to see that the US empire might (like the others) have a limited lifespan. All empires eventually end, but maybe an exceptional force for global good could last forever—or so its champions seem to believe.

    #impérialisme #etats-unis #déni


  • Avant les Gilets jaunes, voici comment Facebook a changé les conditions de la démocratie

    Tunisie, États-Unis, Venezuela… #Facebook a changé les règles de la démocratie bien avant les Gilets jaunes en France.

    L’essor du mouvement des Gilets jaunes est un exemple de plus de l’influence de Facebook dans la sphère politique. Depuis près de dix ans, le premier réseau social au monde offre un « terrain fertile » aux militants et aux colères en tout genre, remarque Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences-Po et spécialiste des médias sociaux. Utilisé comme outil de communication, d’organisation voire de manipulation dans les cas les plus controversés, Facebook s’invite dans les scrutins ou mouvements sociaux ces dernières années.

    . La #Tunisie et les #révolutions_arabes

    C’est en Tunisie, en 2011, qu’il joue pour la première fois un rôle déterminant. Parce qu’il permet de libérer la parole et de contourner la censure, de publier des photos et des vidéos de la répression et d’organiser la mobilisation, Facebook prend une place centrale. Il permet « la naissance d’une nouvelle forme de contestation sociale », souligne Fabrice Epelboin.

    La colère des Tunisiens, qui a éclaté après l’immolation par le feu du jeune marchand de fruits et légumes Mohamed Bouazizi, prend alors « une trajectoire exponentielle » qui aboutira au départ du président Ben Ali. Cette « révolution Facebook » en inspirera d’autres dans le monde arabe, notamment en Égypte, où le réseau social a aussi été déterminant.

    2. #Occupy_Wall_Street et les citoyens

    Quelques mois plus tard, Facebook joue un rôle de catalyseur dans le mouvement Occupy Wall Street, lancé à New York pour dénoncer les abus du capitalisme financier. Des pages locales se créent dans la plupart des grandes villes américaines et aident le mouvement à se répandre à travers les États-Unis.

    Facebook permet aux « 99% », comme ils se surnomment, de recruter des activistes et de partager des informations. Sur le même modèle, le mouvement des Indignés, lancé en Espagne en mai 2011, s’était aussi appuyé sur Facebook pour grandir, tout comme la « révolution des parapluies » à Hongkong en 2014 ou plus récemment, Nuit debout en France en 2016.

    3. L’élection américaine et ses polémiques

    Mais la force de frappe de Facebook lui vaut également son lot de polémiques. Pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, le réseau social sert de caisse de résonance aux fausses informations qui visent Hillary Clinton et le camp démocrate.

    Par ailleurs, l’équipe de Donald Trump s’appuie sur les services de la société britannique Cambridge Analytica, qui exploite les données privées de dizaines de millions d’usagers du réseau à leur insu pour cibler précisément les attentes de son électorat. Un scandale planétaire qui poursuit encore Facebook. Lundi, son PDG, Mark Zuckerberg, a promis que des mesures contre les ingérences seraient mises en place en vue des élections européennes.

    4. Au #Brésil, #Bolsonaro et sa campagne 2.0

    Fin 2018, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro utilise également Facebook pour faire campagne durant la présidentielle brésilienne. Poignardé à l’abdomen par un opposant à quelques semaines du scrutin, il multiplie les vidéos en direct pendant sa convalescence et court-circuite ainsi les canaux médiatiques traditionnels.

    Dans un pays réputé pour son « appétence pour les réseaux sociaux », selon Fabrice Epelboin, il utilise également WhatsApp, la messagerie qui appartient à Facebook, pour diffuser sa rhétorique sécuritaire et nationaliste auprès des 120 millions d’utilisateurs brésiliens. Une campagne 2.0 qui lui permet d’être largement élu fin octobre.

    5. Le #Venezuela et la parole de l’opposition

    Ces derniers jours, la crise au ­Venezuela a mis en lumière l’usage politique des réseaux sociaux par l’opposition. Facebook, comme Twitter et Instagram, permet en effet à Juan Guaidó – qui s’est autoproclamé président le 23 janvier – et à ses partisans de contourner la censure imposée par le régime aux télévisions et aux radios.

    De quoi excéder Nicolás Maduro, qui dénonçait en octobre 2017 la « dictature » des réseaux sociaux. L’observatoire de l’Internet NetBlocks a d’ailleurs signalé que Facebook, comme d’autres plateformes, avait été coupé de « façon intermittente » ces derniers jours.

    https://www.lejdd.fr/Medias/Internet/avant-les-gilets-jaunes-voici-comment-facebook-a-change-les-conditions-de-la-d
    #réseaux_sociaux #démocratie #résistance #révoltes #USA #printemps_arabes #Etats-Unis #gilets_jaunes


  • Aux Etats-Unis, la justice se mêle des faux abonnés sur les réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/01/31/aux-etats-unis-la-justice-se-mele-des-faux-abonnes-sur-les-reseaux-sociaux_5

    « C’est la première fois qu’un organisme chargé de faire respecter la loi pose comme illégal le fait de vendre du faux engagement sur les réseaux sociaux », s’est félicitée la procureure de New York. Des sociétés qui vendaient de faux abonnés à des utilisateurs des réseaux sociaux se sont engagées auprès de la justice à ne plus recommencer, dans le cadre d’un accord à l’amiable qui pose pour la première fois l’illégalité de ce genre d’activités. La société Devumi et trois autres sociétés dirigées par German (...)

    #Like #LinkedIn #Twitter #SoundCloud #YouTube #bot #manipulation #marketing


  • Are Police Lineups Always Fair? See for Yourself
    https://www.nytimes.com/2019/01/29/nyregion/police-lineups-fair-unfair.html

    The robbery suspect had a birthmark on his face. So when detectives placed him in a lineup, they made sure to cover it up with a bandage. Then they put matching bandages on the faces of the five decoys — or “fillers” — who sat alongside him, so as not to single out the suspect.

    But even as New York City detectives strove to make the lineup more fair by concealing one identifying feature, they left another clue in plain sight: It is lying on the floor, next to the ankle of the man in the No. 5 position.


    #tapissage
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Parade_d%27identification


  • « Toute technologie relève d’une manière ou d’une autre de l’assistance » : entretien avec Mara Mills
    http://syntone.fr/toute-technologie-releve-dune-maniere-ou-dune-autre-de-lassistance-entretien

    Qu’est-ce que le son nous enseigne de l’histoire occidentale ? D’où viennent les technologies audio qui nous servent aujourd’hui au quotidien ? Comment se nourrissent-elles de pratiques et de savoirs minoritaires, notamment issus de la culture sourde ? Pour nous ouvrir les coulisses de la modernité numérique, grand entretien avec Mara Mills, qui codirige le Center for Disability Studies (centre d’études sur le handicap) de l’Université de New York.


  • Paris, terrain de jeu de l’innovation, Laetitia Van Eeckhout et Claire Legros
    https://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2019/01/28/paris-terrain-de-jeu-de-l-innovation_5415624_4811534.html

    Si la capitale fait tout pour séduire les entreprises de pointe, elle doit aussi faire face aux plates-formes numériques de l’économie de partage, qui déstabilisent les politiques de la ville.

    Avec sa structure de bois et de métal, ses façades largement vitrées, ses toitures végétalisées et sa cheminée solaire, le bâtiment ressemble à une proue de navire. Il accueillera en 2022, dans le 13e arrondissement de Paris, le nouveau campus parisien de 9 700 mètres carrés de l’université de Chicago (Illinois).

    Si le fleuron universitaire américain a choisi Paris pour construire son siège pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, c’est pour « sa concentration de pôles de recherche » et ses « sources culturelles et intellectuelles extraordinaires ». « Un signe fort de l’attractivité croissante de la métropole parisienne », se félicite Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme, du développement économique et de l’attractivité.

    L’élu en a fait l’objectif de ses deux mandatures : transformer Paris en « hub mondial de l’#économie de l’innovation ». Depuis dix ans, l’équipe municipale déploie les grands moyens pour séduire chercheurs et entrepreneurs, en particulier dans le domaine du numérique. Entre 2008 et 2014, plus d’un milliard d’euros ont été investis dans l’accompagnement de start-up, selon les chiffres de la Ville de Paris. Les programmes se sont multipliés pour attirer les entreprises innovantes : fonds Paris Innovation Amorçage, lancé en 2009 en partenariat avec la Banque publique d’investissement pour offrir un financement aux start-up qui choisissent un incubateur parisien ; création en 2015 de l’agence de développement économique Paris & Co, puis de l’Arc de l’innovation pour promouvoir l’innovation au-delà du périphérique en partenariat avec une vingtaine de communes du Grand Paris…

    « Ingénieurs bien formés »
    A la course aux podiums des #métropoles_mondiales, la capitale se hisse désormais dans le peloton de tête des villes les plus attractives, de la troisième à la neuvième place selon les classements. Une dynamique dopée par le contexte international. « Le coût de la vie et le niveau élevé du prix du foncier et des salaires à San Francisco amènent des entrepreneurs à se tourner vers Paris, de même qu’avec le Brexit, beaucoup renoncent à se lancer à Londres », constate Roxanne Varza, directrice de #Station_F, l’incubateur fondé par Xavier Niel, patron de Free (et actionnaire à titre personnel du Monde). Dans ce paradis des geeks et de l’innovation, un tiers des 3 000 #start-up accueillies sont portées par des entrepreneurs étrangers, venant principalement des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, mais aussi de Chine et d’Inde.

    Le contexte international n’explique pas à lui seul le succès de la capitale. Avec son maillage d’universités et de laboratoires publics de recherche, Paris bénéficie d’atouts. « Ce qui fait l’attractivité de la métropole, ce sont ses pôles de recherche et la population des 25-45 ans qui va avec », estime Dominique Alba, directrice de l’Atelier parisien d’urbanisme, qui audite la capitale pour le compte de la Ville de Paris.

    « Pour une start-up, Paris, riche d’une culture scientifique et technique très forte, avec des ingénieurs bien formés, offre un environnement bien plus bénéfique que Londres », assure l’entrepreneur Bertrand Picard, qui a lancé en 2013 Natural Grass, une start-up de fabrication de gazon hybride pour stades de football. Cet ancien banquier chez Rothschild, à Londres, pensait initialement créer son entreprise outre-Manche, mais il a trouvé à Paris le soutien de laboratoires publics de recherche, comme le CNRS ou l’université Pierre-et-Marie-Curie.

    Incubateurs spécialisés
    Selon la dernière étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France, Paris compte quelque 150 #incubateurs, souvent spécialisés, dans tous les secteurs ou presque, du tourisme au sport, de l’alimentation à l’aéronautique, en passant par la santé. Peu à peu, les fonds privés ont pris le relais. Et les grandes entreprises, comme Renault ou la SNCF, viennent y frotter leurs unités de recherche et développement aux méthodes agiles des start-up, dans une démarche d’open innovation.

    Pour autant, Paris souffre aussi de faiblesses. Les sociétés d’investissement y sont moins nombreuses qu’à Londres ou New York. Si l’écosystème parisien s’est fortement renforcé en fonds d’amorçage, « il reste difficile d’y trouver des partenaires pour grandir », observe Bertrand Picard. Pour lui, « à la différence des entreprises californiennes comme Uber qui, de #levée_de_fonds en levée de fonds, peuvent étendre leurs services, les boîtes parisiennes qui atteignent un chiffre d’affaires de quelques dizaines de millions d’euros sont souvent amenées à être rachetées pour continuer de croître. » La multiplication des champs d’innovation peut conduire à disperser les forces. « On a d’excellentes boîtes mais on ne les valorise pas, confirme Stéphane Distinguin, président du pôle de compétitivité Cap Digital. Plutôt que d’investir en masse dans un domaine où l’on déciderait d’exceller, on saupoudre. On est encore très loin du modèle qui a permis à la Silicon Valley d’exister. »

    En matière d’emploi, le bilan est aussi mitigé. L’attractivité profite surtout à l’ activité non salariée, en progression de 19 % dans la métropole du Grand Paris de 2011 à 2016 . Au sein de l’Arc de l’innovation, qui concentre la moitié des lieux d’innovation de la métropole, près de 60 000 établissements ont été créés en 2017, la majorité sous le régime de #micro-entrepreneur. Des emplois pour partie portés par le développement des #plates-formes numériques de l’économie de partage.

    « En 2016, en à peine quatre ans d’existence, les sociétés de VTC [voiture de transport avec chauffeur] avaient créé 22 000 emplois en Ile-de-France, ou plutôt 22 000 autoentrepreneurs. Uber occupe le premier rang des créations d’emploi en Seine-Saint-Denis. Certes, aucune entreprise traditionnelle n’aurait été capable d’en faire autant. Mais ces nouveaux emplois d’#autoentrepreneurs posent une sérieuse question de #précarisation et de couverture sociale », relève Thierry Marcou, de la Fondation Internet Nouvelle Génération, coauteur de l’étude « Audacities », parue en avril 2018, sur le thème « Innover et gouverner dans la ville numérique réelle ».

    Crise du logement
    Car de l’innovation, Paris connaît aussi le revers de la médaille. Si son dynamisme séduit les start-up, il profite également aux plates-formes numériques, souvent d’origine américaine, qui ont transformé Paris en terrain de jeu de l’économie de partage. Créatrices de nouveaux services mais aussi d’emplois souvent précaires, celles-ci viennent déstabiliser les politiques de la ville.

    En dix ans, le nombre d’appartements entiers proposés sur le site de location de courte durée Airbnb a explosé dans la capitale, passant de 56 544 en octobre 2016 à 88 670 en mars 2018 (sur 101 873 offres totales) selon l’Observatoire-airbnb.fr, fondé par Matthieu Rouveyre, conseiller municipal de Bordeaux. Un phénomène qui accentue la crise du logement, même si, pour Airbnb, « la forte hausse de la part de logements inoccupés date en réalité de la fin du XXe siècle, bien avant l’arrivée des plates-formes de locations meublées touristiques ».
    Entre la start-up californienne et la Ville de Paris, la guerre est déclarée. Depuis le 1er décembre 2017, les règles se sont durcies : les loueurs doivent être enregistrés auprès de la mairie et ne pas dépasser cent vingt nuitées par an, faute de quoi ils encourent une amende. Mais ces mesures restent largement inappliquées : à peine 10 % des loueurs ont obtempéré.

    La collectivité s’en prend donc maintenant à Airbnb, qu’elle a assigné en justice afin qu’il supprime les annonces illégales, sous peine d’une astreinte de 1 000 à 5 000 euros par jour et par annonce. « Airbnb a des effets positifs, bien sûr. Il représente un complément de revenus pour les Parisiens et a obligé les hôtels à se réinventer mais, en même temps, il ne respecte pas les règles et représente un danger majeur pour le centre de Paris », souligne Jean-Louis Missika, tandis que Ian Brossat, le maire-adjoint au logement, va plus loin et plaide pour l’interdiction de la plate-forme dans les arrondissements du centre.

    Gouvernance de l’espace public
    Comment #gouverner_la_ville quand on ne dispose pas des leviers de régulation nécessaires ? L’irruption des services de partage de véhicules en free floating (ou « sans station ») rebat aussi les cartes de la gouvernance de l’espace public. Pas moins de six applications de partage de trottinettes se sont lancées sur le bitume parisien en 2018, offrant « une alternative à la voiture individuelle en diminuant les risques de congestion », soutient Kenneth Schlenker, directeur de Bird France, société californienne installée à Paris depuis cinq mois. Mais ces nouveaux services posent aussi de sérieux problèmes de sécurité, sur les trottoirs ou les voies de circulation.

    Contrairement à celle des Vélib’, l’activité des plates-formes ne fait pas l’objet d’une délégation de service public. « Aujourd’hui, on n’a aucun moyen d’obliger Amazon à utiliser des véhicules propres pour ses livraisons au dernier kilomètre. Dans la mesure où elle sous-traite la livraison, l’entreprise ne règle même pas ses contraventions », relève Jean-Louis Missika.

    Une charte de bonnes pratiques pour les véhicules en free floating est en chantier. La future loi d’orientation sur les mobilités, dont la présentation au Parlement est prévue fin mars, devrait aussi apporter de nouveaux leviers de régulation, que Jean-Louis Missika verrait bien aller jusqu’à la création de « licences délivrées par la Ville ». A Londres, ce dispositif a permis d’imposer à Uber des contraintes plus strictes en matière de sécurité du public. Une façon aussi d’accéder aux données et de peser sur l’impact environnemental des véhicules.

    Economie circulaire
    En attendant, des acteurs alternatifs tentent de trouver leur place dans le grand bazar parisien des plates-formes. Ils revendiquent une autre vision, non plus collaborative mais coopérative, où les données sont vraiment partagées et les revenus, plus équitablement répartis. C’est le cas de CoopCycle, une coopérative de livreurs à vélo qui vient de se lancer dans la capitale et se revendique comme une alternative à Deliveroo et Foodora.

    Selon Antoinette Guhl, maire-adjointe à l’économie sociale et solidaire (ESS) et à l’économie circulaire, il existe « une vraie demande des habitants de nouveaux modes de production, de distribution et d’entrepreneuriat ». Avec un poids non négligeable sur l’économie : toutes structures confondues (associations, entreprises, mutuelles), l’ESS contribue à 10 % du PIB de la capitale, tandis que l’économie circulaire représente 70 000 emplois directs. « L’urgence climatique nous oblige à penser l’innovation dans une logique plus locale, à taille humaine et qui répond aux grands défis sociaux et écologiques », insiste l’adjointe.

    La #Ville_de_Paris mise désormais sur la chaîne de production, source de création d’emplois, en favorisant l’émergence de fab labs et de makerspaces, dont une partie travaille dans le secteur de l’économie circulaire. En 2018, elle a intégré le réseau des fab cities qui testent de nouveaux modèles urbains pour développer les productions locales.


  • #developer Spotlight : Leslie Cohn-Wein of Netlify
    https://hackernoon.com/developer-spotlight-leslie-cohn-wein-of-netlify-fe51e862fb18?source=rss-

    In this installment of the Cosmic JS Developer Spotlight Series, we sat down with Leslie Cohn-Wein, a Front End Developer and Austin native now residing in Dallas, Texas. Leslie most recently worked as a Front End Engineer for Canvas United, a New York City-based digital agency, prior to starting as a Front End Developer at Netlify. Follow Leslie on Twitter or LinkedIn and enjoy the Q/A.Cosmic JS: When did you first begin building software?Leslie: I taught myself basic CSS in the early 2000s in order to customize my MySpace and LiveJournal backgrounds. To my surprise, that experience kicked off an enduring interest in code.After studying digital media in college and interning at the Denver Open Media Foundation theming Drupal sites for nonprofits, I moved to NYC for a role as a (...)

    #javascript #web-development #jamstack #react


  • Your Apps Know Where You Were Last Night, and They’re Not Keeping It Secret
    https://www.nytimes.com/interactive/2018/12/10/business/location-data-privacy-apps.html

    Dozens of companies use smartphone locations to help advertisers and even hedge funds. They say it’s anonymous, but the data shows how personal it is. The millions of dots on the map trace highways, side streets and bike trails — each one following the path of an anonymous cellphone user. One path tracks someone from a home outside Newark to a nearby Planned Parenthood, remaining there for more than an hour. Another represents a person who travels with the mayor of New York during the day (...)

    #smartphone #GPS #BigData #profiling #géolocalisation #IBM #Foursquare #Goldman_Sachs (...)

    ##Paypal


  • Undercover agents target cybersecurity watchdog who detailed Israeli firm NSO’s link to #Khashoggi scandal
    Haaretz.Com
    https://www.haaretz.com/misc/article-print-page/.premium-undercover-agents-target-watchdog-who-detailed-israeli-firm-nso-s-

    Operatives with fake identities are pursuing members of #Citizen_Lab, the group that uncovered the connection between Jamal Khashoggi’s murder and Israel’s surveillance company #NSO
    The Associated Press | Jan. 26, 2019 | 4:19 PM

    The researchers who reported that Israeli software was used to spy on Washington Post journalist Jamal Khashoggi’s inner circle before his gruesome death are being targeted in turn by international undercover operatives, The Associated Press has found.

    Twice in the past two months, men masquerading as socially conscious investors have lured members of the Citizen Lab internet watchdog group to meetings at luxury hotels to quiz them for hours about their work exposing Israeli surveillance and the details of their personal lives. In both cases, the researchers believe they were secretly recorded.

    Citizen Lab Director Ron Deibert described the stunts as “a new low.”

    “We condemn these sinister, underhanded activities in the strongest possible terms,” he said in a statement Friday. “Such a deceitful attack on an academic group like the Citizen Lab is an attack on academic freedom everywhere.”

    Who these operatives are working for remains a riddle, but their tactics recall those of private investigators who assume elaborate false identities to gather intelligence or compromising material on critics of powerful figures in government or business.

    Citizen Lab, based out of the Munk School of Global Affairs at the University of Toronto, has for years played a leading role in exposing state-backed hackers operating in places as far afield as Tibet , Ethiopia and Syria . Lately the group has drawn attention for its repeated exposés of an Israeli surveillance software vendor called the NSO Group, a firm whose wares have been used by governments to target journalists in Mexico , opposition figures in Panama and human rights activists in the Middle East .

    In October, Citizen Lab reported that an iPhone belonging to one of Khashoggi’s confidantes had been infected by the NSO’s signature spy software only months before Khashoggi’s grisly murder. The friend, Saudi dissident Omar Abdulaziz, would later claim that the hacking had exposed Khashoggi’s private criticisms of the Saudi royal family to the Arab kingdom’s spies and thus “played a major role” in his death.

    In a statement, NSO denied having anything to do with the undercover operations targeting Citizen Lab, “either directly or indirectly” and said it had neither hired nor asked anyone to hire private investigators to pursue the Canadian organization. “Any suggestion to the contrary is factually incorrect and nothing more than baseless speculation,” NSO said.

    NSO has long denied that its software was used to target Khashoggi, although it has refused to comment when asked whether it has sold its software to the Saudi government more generally.

    The first message reached Bahr Abdul Razzak, a Syrian refugee who works as a Citizen Lab researcher, Dec. 6, when a man calling himself Gary Bowman got in touch via LinkedIn. The man described himself as a South African financial technology executive based in Madrid.

    “I came across your profile and think that the work you’ve done helping Syrian refugees and your extensive technical background could be a great fit for our new initiative,” Bowman wrote.

    Abdul Razzak said he thought the proposal was a bit odd, but he eventually agreed to meet the man at Toronto’s swanky Shangri-La Hotel on the morning of Dec. 18.

    The conversation got weird very quickly, Abdul Razzak said.

    Instead of talking about refugees, Abdul Razzak said, Bowman grilled him about his work for Citizen Lab and its investigations into the use of NSO’s software. Abdul Razzak said Bowman appeared to be reading off cue cards, asking him if he was earning enough money and throwing out pointed questions about Israel, the war in Syria and Abdul Razzak’s religiosity.

    “Do you pray?” Abdul Razzak recalled Bowman asking. “Why do you write only about NSO?” ’’Do you write about it because it’s an Israeli company?" ’’Do you hate #Israel?"

    Abdul Razzak said he emerged from the meeting feeling shaken. He alerted his Citizen Lab colleagues, who quickly determined that the breakfast get-together had been a ruse. Bowman’s supposed Madrid-based company, FlameTech, had no web presence beyond a LinkedIn page, a handful of social media profiles and an entry in the business information platform Crunchbase. A reverse image search revealed that the profile picture of the man listed as FlameTech’s chief executive, Mauricio Alonso, was a stock photograph.

    “My immediate gut feeling was: ’This is a fake,’” said John Scott-Railton, one of Abdul Razzak’s colleagues.

    Scott-Railton flagged the incident to the AP, which confirmed that FlameTech was a digital facade.

    Searches of the Orbis database of corporate records, which has data on some 300 million global companies, turned up no evidence of a Spanish firm called FlameTech or Flame Tech or any company anywhere in the world matching its description. Similarly, the AP found no record of FlameTech in Madrid’s official registry or of a Gary Bowman in the city’s telephone listings. An Orbis search for Alonso, the supposed chief executive, also drew a blank. When an AP reporter visited Madrid’s Crystal Tower high-rise, where FlameTech claimed to have 250 sq. meters (2,700 sq. feet) of office space, he could find no trace of the firm and calls to the number listed on its website went unanswered.

    The AP was about to publish a story about the curious company when, on Jan. 9, Scott-Railton received an intriguing message of his own.

    This time the contact came not from Bowman of FlameTech but from someone who identified himself as Michel Lambert, a director at the Paris-based agricultural technology firm CPW-Consulting.

    Lambert had done his homework. In his introductory email , he referred to Scott-Railton’s early doctoral research on kite aerial photography — a mapping technique using kite-mounted cameras — and said he was “quite impressed.

    We have a few projects and clients coming up that could significantly benefit from implementing Kite Aerial Photography,” he said.

    Like FlameTech, CPW-Consulting was a fiction. Searches of Orbis and the French commercial court registry Infogreffe turned up no trace of the supposedly Paris-based company or indeed of any Paris-based company bearing the acronym CPW. And when the AP visited CPW’s alleged office there was no evidence of the company; the address was home to a mainly residential apartment building. Residents and the building’s caretaker said they had never heard of the firm.

    Whoever dreamed up CPW had taken steps to ensure the illusion survived a casual web search, but even those efforts didn’t bear much scrutiny. The company had issued a help wanted ad, for example, seeking a digital mapping specialist for their Paris office, but Scott-Railton discovered that the language had been lifted almost word-for-word from an ad from an unrelated company seeking a mapping specialist in London. A blog post touted CPW as a major player in Africa, but an examination of the author’s profile suggests the article was the only one the blogger had ever written.

    When Lambert suggested an in-person meeting in New York during a Jan. 19 phone call , Scott-Railton felt certain that Lambert was trying to set him up.

    But Scott-Railton agreed to the meeting. He planned to lay a trap of his own.

    Anyone watching Scott-Railton and Lambert laughing over wagyu beef and lobster bisque at the Peninsula Hotel’s upscale restaurant on Thursday afternoon might have mistaken the pair for friends.

    In fact, the lunch was Spy vs. Spy. Scott-Railton had spent the night before trying to secret a homemade camera into his tie, he later told AP, eventually settling for a GoPro action camera and several recording devices hidden about his person. On the table, Lambert had placed a large pen in which Scott-Railton said he spotted a tiny camera lens peeking out from an opening in the top.

    Lambert didn’t seem to be alone. At the beginning of the meal, a man sat behind him, holding up his phone as if to take pictures and then abruptly left the restaurant, having eaten nothing. Later, two or three men materialized at the bar and appeared to be monitoring proceedings.

    Scott-Railton wasn’t alone either. A few tables away, two Associated Press journalists were making small talk as they waited for a signal from Scott-Railton, who had invited the reporters to observe the lunch from nearby and then interview Lambert near the end of the meal.

    The conversation began with a discussion of kites, gossip about African politicians, and a detour through Scott-Railton’s family background. But Lambert, just like Bowman, eventually steered the talk to Citizen Lab and NSO.

    “Work drama? Tell me, I like drama!” Lambert said at one point, according to Scott-Railton’s recording of the conversation. “Is there a big competition between the people inside Citizen Lab?” he asked later.

    Like Bowman, Lambert appeared to be working off cue cards and occasionally made awkward conversational gambits. At one point he repeated a racist French expression, insisting it wasn’t offensive. He also asked Scott-Railton questions about the Holocaust, anti-Semitism and whether he grew up with any Jewish friends. At another point he asked whether there might not be a “racist element” to Citizen Lab’s interest in Israeli spyware.

    After dessert arrived, the AP reporters approached Lambert at his table and asked him why his company didn’t seem to exist.
    He seemed to stiffen.

    “I know what I’m doing,” Lambert said, as he put his files — and his pen — into a bag. Then he stood up, bumped into a chair and walked off, saying “Ciao” and waving his hand, before returning because he had neglected to pay the bill.

    As he paced around the restaurant waiting for the check, Lambert refused to answer questions about who he worked for or why no trace of his firm could be found.

    “I don’t have to give you any explanation,” he said. He eventually retreated to a back room and closed the door.

    Who Lambert and Bowman really are isn’t clear. Neither men returned emails, LinkedIn messages or phone calls. And despite their keen focus on NSO the AP has found no evidence of any link to the Israeli spyware merchant, which is adamant that it wasn’t involved.

    The kind of aggressive investigative tactics used by the mystery men who targeted Citizen Lab have come under fire in the wake of the Harvey Weinstein sexual abuse scandal. Black Cube, an Israeli private investigation firm apologized after The New Yorker and other media outlets revealed that the company’s operatives had used subterfuge and dirty tricks to help the Hollywood mogul suppress allegations of rape and sexual assault.

    Scott-Railton and Abdul Razzak said they didn’t want to speculate about who was involved. But both said they believed they were being steered toward making controversial comments that could be used to blacken Citizen Lab’s reputation.

    “It could be they wanted me to say, ’Yes, I hate Israel,’ or ’Yes, Citizen Lab is against NSO because it’s Israeli,’” said Abdul Razzak.
    Scott-Railton said the elaborate, multinational operation was gratifying, in a way.

    “People were paid to fly to a city to sit you down to an expensive meal and try to convince you to say bad things about your work, your colleagues and your employer,” he said.

    “That means that your work is important.”


  • Strip Search Of Four Black Girls By Middle School Officials Draws Outrage From Parents, Community Members In Upstate New York | BLAVITY

    https://blavity.com/strip-search-of-four-black-girls-by-middle-school-officials-draws-outrage-f

    According to The Associated Press, approximately 200 concerned parents and community members packed the Binghamton school board meeting on Tuesday. Students at the center of the controversy were reportedly forced to undress on Monday during the MLK holiday because school officials suspected the girls were in possession of drugs.

    A school nurse and assistant principal claimed the girls were acting abnormally. The girls were questioned and described as being “hyper and giddy during their lunch hour,” according to the school.

    #racisme #états-unis #école


  • Au Venezuela, la logique du pire

    Lors d’une grande manifestation de l’opposition, le 23 janvier 2019, le président de l’Assemblée nationale s’est autoproclamé président de la République par intérim. Il s’agit de M. Juan Guaidó, du parti Volonté populaire, la formation la plus à droite, la plus radicale, la plus convaincue qu’une intervention armée est la meilleure méthode pour se débarrasser du chavisme.

    De toute évidence, les choses ont été bien préparées, comme le souligne le Wall Street Journal. La veille, le vice-président américain Mike Pence avait invité les Vénézuéliens à manifester contre le président Nicolás Maduro, en les assurant du soutien des États-Unis. Et, quelques heures à peine après l’autoproclamation de M. Guaidó, des camions publicitaires circulaient dans les rues de New York, évoquant la chute de l’« usurpateur Maduro », remplacé par le « président Guaidó ».

    Le président colombien Ivan Duque et son homologue brésilien Jair Bolsonaro ont presque aussitôt annoncé que leur pays reconnaissait M. Guaidó. Le Pérou ainsi que le Canada leur ont emboité le pas, tout comme le président équatorien Lenin Moreno et M. Mauricio Macri, le président argentin. Au total, onze des quatorze États du groupe de Lima, créé pour « répondre à la crise vénézuélienne », ont fait de même. Manquent à l’appel le Guyana, Sainte Lucie et, surtout, le Mexique.

    Mexico a publié un communiqué commun avec l’Uruguay pour appeler à une issue pacifique à la crise, tout en précisant que les deux États reconnaissent toujours la légitimité de M. Maduro. De leur côté, la Bolivie et Cuba, qui ont toujours appuyé l’actuel gouvernement vénézuélien, réaffirment leur soutien à Caracas, tout comme Moscou, Ankara, et sans doute Pékin. Quant à l’Union européenne, elle réclame de nouvelles élections générales, « libres et crédibles », au Venezuela.

    Pour l’heure, l’armée vénézuélienne serre les rangs derrière le président Maduro.

    Le chaos économique et politique ne date pas d’hier au Venezuela. Dans une analyse de la situation publiée en novembre dernier, Temir Porras Ponceleón suggérait les moyens d’une issue pacifique à la crise actuelle.

    https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2019-01-24-Venezuela


  • Au Venezuela, la logique du pire (La valise diplomatique, 24 janvier 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2019-01-24-Venezuela

    Lors d’une grande manifestation de l’opposition, le 23 janvier 2019, le président de l’Assemblée nationale s’est autoproclamé président de la République par intérim. Il s’agit de Juan Guaidó, du parti Volonté populaire, la formation la plus à droite, la plus radicale, la plus convaincue qu’une intervention armée est la meilleure méthode pour se débarrasser du chavisme.

    De toute évidence, les choses ont été bien préparées, comme le souligne le Wall Street Journal. La veille, le vice président américain Mike Pence avait invité les Vénézuéliens à manifester contre le président Nicolás Maduro, en les assurant du soutien des États-Unis. Et, quelques heures à peine après l’auto-proclamation de M. Guaidó, des camions publicitaires circulaient dans les rues de New York, évoquant la chute du « dictateur Maduro », remplacé par le « président Guaidó ».


  • #Jonas_Mekas, grande figure du cinéma expérimental, est mort
    https://www.franceculture.fr/cinema/jonas-mekas-grande-figure-du-cinema-experimental-est-mort

    Pape du journal filmé et inventeur du home movie, le cinéaste Jonas Mekas est mort à l’âge de 96 ans, à New York. Réécoutez certains de ses entretiens sur l’antenne de France Culture.

    #cinéma


  • New York white supremacist sword attacker pleads guilty - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-us-canada-46979201

    “White nationalism will not be normalised in New York,” said District Attorney Cyrus Vance Jr in a statement following Jackson’s conviction.

    "This resolution won’t bring back Timothy Caughman, a beloved New Yorker who was executed for being black on a midtown street corner.

    "It won’t reverse the alarming rise of white nationalism in America.

    “It is, however, the loudest message that a civil society can send to would-be terrorists.”

    #racisme #états-unis #suprémacistes #meurtre


  • affordance.info : Bienvenue dans le World Wide Fake
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2019/01/bienvenue-dans-le-world-wide-fake.html

    par Olivier Ertzscheid

    Nous sommes aujourd’hui à l’étape d’après.

    Celle du World Wide Fake. Un environnement, un écosystème dont l’essentiel des interactions sont artificiellement fabriquées sur la base d’une spéculation qui n’a d’autre but que de s’entretenir elle-même. Issue d’une forme de capitalisme linguistique se déclinant en un capitalisme de surveillance, cette spéculation avait initialement pour but de nous maintenir le plus attentionnellement captifs possible, nous rappelant sans cesse qu’il fallait interagir, notamment par le biais de ces contremaîtres cognitifs que sont les notifications.

    Mais aujourd’hui le « faux » se déploie au sein des architectures techniques toxiques de plateformes prédatrices qui ont presque totalement phagocyté tout ce qui fut l’espace public du web, et contraint nos usages à prendre place dans ces espaces privés et privatifs. Et cela change tout.

    Car il n’y a pas que les nouvelles qui sont fausses. Aujourd’hui « de faux internautes avec de faux cookies et de faux comptes sur des réseaux sociaux, effectuent de faux mouvements de souris, activent de faux clics vers de faux sites web (....), créant un simulacre d’internet dans lequel la seule chose encore réelle ce sont les publicités » écrit Max Read dans un papier pour le New York Magazine. Ces mêmes publicités qui font que « nous créons une dystopie juste pour pousse les gens à cliquer dessus » comme l’expliquait déjà l’année dernière la chercheuse Zeynep Tufekci.

    Hannah Arendt est morte en 1975 et n’a donc jamais connu internet. Dans un entretien de 1974 sur la question du totalitarisme elle écrivait ceci :

    « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire un opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît. »

    C’est très exactement cela, le risque et la promesse du World Wide Fake si nous n’y faisons rien : la conjugaison d’un emballement spéculatif autour d’une industrie publicitaire de la falsification et de l’altération et l’annonce d’un effondrement de notre capacité collective à faire société dans un espace public commun. Et à la fin, « avec un tel peuple, vous pouvez faire ce qu’il vous plaît. »

    #Fake_news #Web #Médias_sociaux