city:oaxaca

  • Rapport de la Brigade internationale de solidarité avec le Codedi

    https://lavoiedujaguar.net/Rapport-de-la-Brigade-internationale-de-solidarite-avec-le-Codedi

    Santa María Huatulco, Oaxaca, Mexique,
    15 mars 2018.

    Les 14 et 15 mars 2018, une Brigade internationale de solidarité composée de personnes venant de Suisse, du Portugal, du Mexique, d’Italie, de l’État espagnol, de Colombie, du Brésil, de Belgique, d’Autriche et d’Argentine s’est rendue au Centre de formation « Finca Alemania » du Comité pour la défense des droits indigènes (Codedi), en réponse à la violente agression soufferte le 12 février 2018 durant laquelle furent lâchement assassinés trois défenseurs de la communauté.

    En tant que Brigade, nous avons pris connaissance du projet autonome en construction dans le centre de formation, nous avons écouté le témoignage des survivants et l’analyse du contexte actuel des membres des différents comités de l’organisation.

    Le Codedi lutte pour la défense du territoire et la construction de l’autonomie. Cela commence avec un petit collectif de théâtre prônant l’organisation sociale des communautés comme outil pour améliorer ses propres conditions de vie. (...)

    #Mexique #Oaxaca #peuples_originaires #autonomie #solidarité

  • Mexique, Oaxaca et Chiapas,
    zapatistes, magonistes et alentours

    https://lavoiedujaguar.net/Mexique-Oaxaca-et-Chiapas-zapatistes-magonistes-et-alentours

    Sélection de livres en langue française reliés — parfois de loin — au Chiapas et aux zapatistes, au soulèvement de 2006 à Oaxaca, aux peuples originaires du Mexique, des Amériques et de la planète entière dans leur mouvement d’émancipation sociale.

    Histoire, essais et documents, récits et témoignages, littérature, revues, ainsi qu’une sélection de films et documents vidéo sous-titrés en français.

    #bibliographie #Mexique #peuples_originaires #résistance #autonomie #émancipation

  • A Paris, une pénurie de places dans les cimetières
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/09/a-paris-une-penurie-de-places-dans-les-cimetieres_5366755_823448.html

    En 2017, 171 concessions ont été accordées dans la capitale, pour plus de 5 000 demandes. Les concessions perpétuelles sont sur la sellette.

    Note: la légende de la photo (du cimetière Montparnasse) est la suivante :
    A picture taken on July 10, 2015 at the Montparnasse cemetery in Paris shows the vault (L) sheltering the remains of former president of Mexico Porfirio Diaz, who served seven terms between 1876 and 1911. The municipality of Oaxaca, southern Mexico, formally requested on July 2, 2015 that the federal government of Mexico repatriate the remains of Diaz from Paris, where he died a hundred years ago.
    AFP PHOTO / MARTIN BUREAU

  • #OGM - Mensonges et vérités

    La #controverse entre pro-OGM (organismes génétiquement modifiés) et anti-OGM rend le débat passionnel et parfois incompréhensible. Ce tour d’horizon mondial démêle le vrai du faux, preuves scientifiques à l’appui.

    Depuis plus de vingt ans, les OGM (organismes génétiquement modifiés), en particulier les plantes, ne cessent de s’étendre sur la planète, dans le but d’améliorer les rendements de soja, maïs, coton, colza, riz, etc. Dix pays, sur les vingt-huit qui en cultivent, représentent, à eux seuls, 98 % de la superficie mondiale des cultures transgéniques – soit 11 % des terres cultivées –, essentiellement sur le continent américain, le sous-continent indien et en Chine. Aux États-Unis, où les premières plantations de soja transgénique ont été introduites en 1996, les OGM représentent environ 90 % des cultures de soja, de maïs et de coton. Selon leurs défenseurs, ils sont indispensables pour répondre aux besoins d’une population en forte croissance. C’est l’argument du géant du secteur, le semencier américain Monsanto, qui produit aussi le célèbre Roundup, un herbicide total dont la substance active, le glyphosate, épargne les plantes OGM.


    https://www.arte.tv/fr/videos/057483-000-A/ogm-mensonges-et-verites

    #film #documentaire #reportage #vidéo
    #BT #maïs_BT #rentabilité #TH #soja #Roundup #USA #Etats-Unis #monoculture #agriculture #élevage #Argentine #Monsanto #pommes_De_terre #risques #génie_génétique #toxine_BT #pesticides #industrie_agro-alimentaire #glyphosate #herbicide #super_mauvaises_herbes #darwinisme #soja_roundup_ready #atrazin #business #santé #cancer #Mexique #propriété_intellectuelle #brevets #Percy_Schmeiser #sécurité_alimentaire #Ghana #malformation_congénitale #justice #biodiversité

    #USAID (qui lie #aide_au_développement et utilisation de OGM dans le pays qui va recevoir l’aide)

    #Gates_Foundation (qui finance des tests de plantes OGM au Ghana)

    #biotechnologie_agricole #coton #Bukina_Faso #coton_BT #Sofitex #rendements #Geocoton #Roundup_Ready_Flex_Cotton #néo-colonialisme

    #MON810 #maïs_MON810 #riz_doré #riz #Philippines #golden_rice #Syngenta #technologie #dengue #oxitec #moustiques_transgéniques #AGM #animaux_génétiquement_modifiés

    • Une ONG présentée dans le film, au Ghana :
      #Food_sovereignty_ghana

      Food Sovereignty Ghana is a grass-roots movement of Ghanaians, home and abroad, dedicated to the promotion of food sovereignty in Ghana. Our group believes in the collective control over our collective resources, rather than the control of our resources by multinational corporations and other foreign entities. This movement is a product of Special Brainstorming Session meeting on the 21st of March, 2013, at the Accra Freedom Centre. The meeting was in response to several calls by individuals who have been discussing, writing, or tweeting, about the increasing phenomenon of land grabs, the right to water and sanitation as a fundamental human right, water privatization issues, deforestation, climate change, carbon trading and Africa’s atmospheric space, and in particular, the urgent issue of the introduction of GM food technology into our agriculture, particularly, its implications on food sovereignty, sustainable development, biodiversity, and the integrity of our food and water resources, human and animal health, and our very existence as a politically independent people. These calls insisted that these issues need to be comprehensively addressed in a systematic and an organized manner.

      Foremost in these calls was the need for a comprehensive agricultural policy that respects the multi-functional roles played by agriculture in our daily lives, and resists the avaricious calculations behind the proposition that food is just another commodity or component for international agribusiness. The trade in futures or speculation involving food have pushed food prices beyond the reach of almost a billion of people in the world who go to bed, each day, hungry. Even though we have have doubled the amount of food to feed everybody in the world today, people still don’t have access to food. The primary cause of this is the neo-liberal agenda of the imperialists, such as the SAP, EPA, AGOA, TRIPS, AoA, AFSNA, AGRA, which have the focus on marginalising the small family farm agriculture that continues to feed over 80% of Africa and replacing them with governance structures, agreements and practices that depend on and promote unsustainable and inequitable international trade and give power to remote and unaccountable corporations.

      We came together in order to help turn a new leaf. We see a concerted effort, over the years, to distort our agriculture to such an extent that today, our very survival as a free and independent people crucially depend on how fast we are able to apply the breaks, and to rather urgently promote policies that focus on food for people, and value our local food providers, the arduous role of the resilient small family farm for thousands of years. We need to resist imperialist policies such as the Structural Adjustment Programmes of the World Bank and the IMF which rolled away 30 years of gains towards food sovereignty in the 1970s and 80s. Those African countries that graduated from the SAP were subsequently slammed with HIPIC. In all these years, the imperialist countries fortified their agricultural production with heavy government subsidies, as Africa saw the imposition of stringent conditionality removing all government subsidies on our own agriculture. The effect has been a destruction of our local food production capacity and a dependence on corporations for our daily food needs. This has had a devastating effect on Africa’s agriculture, and our ability to feed ourselves.

      We believe that a proper analysis of the food crisis is a matter that cannot be left with trade negotiators, investment experts, or agricultural engineers. It is essentially a matter of political economy. As Jean Ziegler succinctly puts it, “Every child who dies of hunger in today’s world has been murdered.” Our Food Under Our Control! is determined to make sure that such a crime becomes impossible in Ghana. Our number one mission is to switch the language from food security to food sovereignty as the goal, to repeat the words food sovereignty at every opportunity and say we don’t want food security, that can still be dependence, we want food sovereignty, we need food sovereignty. This is not the same as “food security”. A country can have food security through food imports. Dependence on food imports is precarious and prone to multiple risks — from price risks, to supply risks, to conditionality risks (policy conditions that come with food imports). Food sovereignty, on the other hand, implies ensuring domestic production and supply of food. It means that the nationals of the country (or at the very least nationals within the region) must primarily be responsible for ensuring that the nation and the region are first and foremost dependent on their own efforts and resources to grow their basic foods.

      Aims and objectives:

      1. To help promote the people’s right to healthy and culturally appropriate food produced through ecologically sound and sustainable methods, and to generally ensure the priority of domestic food crops produced by small farms over export crops.

      2. To help create mass awareness about the political, economic, health and environmental impacts of genetically modified food technology and defend the right of the people to define their own food and agricultural systems.

      3. To help ensure small farms are sustained by state provision and facilitation of necessary infrastructure: Security of land tenure, Water, Financial credit, Energy, Fertilizers, Transport, Storage, Extension service, Marketing, Technology and Equipment for production, harvesting, storage and transport, and Insurance against crop failures due to climate changes, or other unforeseen circumstances.

      4. To help resist the theft, destruction, and loss of the Commons, our natural and indigenous resources, by means of laws, commercial contracts and intellectual property rights regimes, and to generally serve as the watch-dog over all aspects of agricultural sustainability in Ghana.

      5. To help protect and preserve public access to and ownership of the Commons: Water, Land, Air, Seeds, Energy, Plants, Animals, and work closely with like-minded local, national, and international organisations in the realization of the foregoing objectives.


      http://foodsovereigntyghana.org

    • Un chercheur, #Damián_Verzeñassi de l’#université_de_Rosario, mentionné il y a une année dans un article de Mediapart :

      Argentine : soja transgénique voisine avec maladies

      Avia Terai, ville de 10 000 habitants, est exposée aux pulvérisations incessantes sur ses champs de soja et de coton de glyphosate, le composant de base de l’herbicide de Monsanto. Un pesticide que l’Organisation mondiale pour la santé a étiqueté cancérogène en 2015. Ici, des enfants naissent avec des malformations, des troubles neurologiques sévères et le taux de cancer est trois fois plus élevé que la moyenne nationale, selon l’étude du docteur argentin Damián Verzeñassi de l’université de Rosario. De son côté, Monsanto nie catégoriquement l’authenticité de ces études et considère que la #toxicité de son produit phare Roundup n’a pas encore été prouvée.

      https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/argentine-soja-transgenique-voisine-avec-maladies

      Le chercheur a fait une étude dans laquelle il montrait un lien entre le glyphosate et le développement de cancer :
      “Hay una incidencia del glifosato en los nuevos casos de cáncer”

      Desde 2010 se hicieron relevamientos en 32 localidades de la región pampeana y se relevaron más de 110 mil personas. Según Verzeñassi, si se encontró en estas localidades, donde se aplicó el modelo productivo con transgénicos a base de agrotóxicos, un pico muy importante de casos de cáncer, hipotiroidismo y abortos espontáneos.


      https://rosarionuestro.com/hemos-encontrado-un-incremento-en-la-incidencia-del-glifosato-en-los

    • #Red_de_Médicos_de_Pueblos_Fumigados (Argentine)

      La Red Universitaria de Ambiente y Salud (REDUAS) es una coordinación entre profesionales universitarios, académicos, científicos, miembros de equipos de salud humana en sus distintos niveles y demás estudiosos, preocupados por los efectos deletéreos de la salud humana que genera el ambiente degradado a consecuencias de la actividad productiva humana, especialmente cuando esta se da a gran escala y sustentada en una visión extractivista.

      La REDUAS surge como una de las decisiones tomadas en el 1º Encuentro de Médicos de Pueblos Fumigados, realizado en la Facultad de Ciencias Médicas de la Universidad Nacional de Córdoba y organizado por el Modulo de Determinantes Sociales de la Salud de la Cátedra de Pediatría y por la Cátedra de Medicina I de dicha Facultad; concretado el 26 y 27 de agosto de 2010

      La REDUAS se construye para unir, coordinar y potenciar el trabajo de investigación científica, asistencia sanitaria, análisis epidemiológico y divulgación ,difusión y defensa del derecho a la salud colectiva, que realizan equipos que desarrollan este tipo de actividades en 10 provincias distintas de la Republica Argentina y que se encuentran activados por el problema del daño a la salud que ocasiona la fumigación o aspersión, sistemática de más de 300 millones de litros de plaguicidas sobre casi 12 millones de personas que conviven con los sembradíos de cultivos agroindustriales.

      Para avanzar en ese sentido se propone aportar al debate público por la necesidad de construir prácticas productivas que permitan una supervivencia feliz de la especie humana en la superficie terrestre y de la responsabilidad publica, privada, colectiva e individual en el resguardo de esas condiciones ecológicas.

      Considerando al derecho a la salud, como uno de los valores sociales que debemos tratar de privilegiar en el análisis de las decisiones políticas y económicas que se toman en nuestra sociedad, creemos necesario ampliar la difusión del conocimiento de los datos científicos que se dispone, y que muchas veces se invisibilizan; aportar a la generación de nuevos datos e informaciones experimentales y observacionales – poblacionales; y potenciar la voz de los equipos de salud, investigadores y pobladores en general afectados en sus derechos por agresiones ambiéntales generadas por practicas productivas ecológicamente agresivas.


      http://reduas.com.ar
      #résistance

    • #Madres_de_Ituzaingo_Anexo-Cordoba
      http://madresdeituzaingoanexo.blogspot.fr

      Madres de #Ituzaingó: 15 años de pelea por el ambiente

      En marzo de 2002 salieron a la calle por primera vez para reclamar atención sanitaria ante la cantidad de enfermos en el barrio.Lograron mejorar la zona y alejar las fumigaciones, nuevas normas ambientales y un juicio inédito. Dicen que la lucha continúa. Un juicio histórico


      http://www.lavoz.com.ar/ciudadanos/madres-de-ituzaingo-15-anos-de-pelea-por-el-ambiente
      #Sofia_Gatica

    • Transgenic DNA introgressed into traditional maize landraces in #Oaxaca, Mexico

      Concerns have been raised about the potential effects of transgenic introductions on the genetic diversity of crop landraces and wild relatives in areas of crop origin and diversification, as this diversity is considered essential for global food security. Direct effects on non-target species1,2, and the possibility of unintentionally transferring traits of ecological relevance onto landraces and wild relatives have also been sources of concern3,4. The degree of genetic connectivity between industrial crops and their progenitors in landraces and wild relatives is a principal determinant of the evolutionary history of crops and agroecosystems throughout the world5,6. Recent introductions of transgenic DNA constructs into agricultural fields provide unique markers to measure such connectivity. For these reasons, the detection of transgenic DNA in crop landraces is of critical importance. Here we report the presence of introgressed transgenic DNA constructs in native maize landraces grown in remote mountains in Oaxaca, Mexico, part of the Mesoamerican centre of origin and diversification of this crop7,8,9.

      https://www.nature.com/articles/35107068

    • #Gilles-Éric_Séralini

      Gilles-Éric Séralini, né le 23 août 1960 à Bône en Algérie1, est un biologiste français, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen2. Il est cofondateur, administrateur et membre du conseil scientifique du CRIIGEN3, parrain de l’association Générations Cobayes4 et lanceur d’alerte5. Il est aussi membre du conseil scientifique de The Organic Center6, une association dépendant de l’Organic Trade Association (en)7, « le principal porte-parole du business bio aux États-Unis »8, et parrain de la Fondation d’entreprise Ekibio9.

      Il s’est fait notamment connaître du grand public pour ses études sur les OGM et les pesticides, et en particulier en septembre 2012 pour une étude toxicologique portée par le CRIIGEN mettant en doute l’innocuité du maïs génétiquement modifié NK 603 et du Roundup sur la santé de rats10,11. Cette étude, ainsi que les méthodes utilisées pour la médiatiser, ont été l’objet d’importantes controverses, les auteurs étant accusés d’instrumentaliser de la science, ou même suspectés de fraude scientifique12,13. En réalité, les agences de santé européennes et américaines réagissent sur le tard, indiquant les lacunes et faiblesses méthodologiques rédhibitoires de la publication (notamment un groupe de contrôle comportant un nombre d’individus ridiculement bas). Certains dénoncent aussi un manque de déontologie pour s’assurer d’un « coup de communication ». La revue Food and Chemical Toxicology retire l’étude en novembre 2013.


      https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles-%C3%89ric_S%C3%A9ralini

      Dans le documentaire on parle notamment d’un article qu’il a publié dans la revue « Food and chemical toxicology », que j’ai cherché sur internet... et... suprise suprise... je l’ai trouvé, mais le site de Elsevier dit... « RETRACTED »
      Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize
      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691512005637

      Il est par contre dispo sur sci-hub !
      http://sci-hub.tw/https://doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005

      voici la conclusion :

      In conclusion, it was previously known that glyphosate con- sumption in water above authorized limits may provoke hepatic and kidney failures ( EPA ). The results of the study presented here clearly demonstrate that lower levels of complete agricultural gly- phosate herbicide formulations, at concentrations well below offi- cially set safety limits, induce severe hormone-dependent mammary, hepatic and kidney disturbances. Similarly, disruption of biosynthetic pathways that may result from overexpression of the EPSPS transgene in the GM NK603 maize can give rise to com- parable pathologies that may be linked to abnormal or unbalanced phenolic acids metabolites, or related compounds. Other muta- genic and metabolic effects of the edible GMO cannot be excluded. This will be the subject of future studies, including transgene and glyphosate presence in rat tissues. Reproductive and multigenera- tional studies will also provide novel insights into these problems. This study represents the first detailed documentation of long- term deleterious effects arising from the consumption of a GM R- tolerant maize and of R, the most used herbicide worldwide. Altogether, the significant biochemical disturbances and physi- ological failures documented in this work confirm the pathological effects of these GMO and R treatments in both sexes, with different amplitudes. We propose that agricultural edible GMOs and formu- lated pesticides must be evaluated very carefully by long term studies to measure their potential toxic effects.

    • #RiskOGM

      RiskOGM constitue depuis 2010 l’action de recherche du ministère en charge de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour soutenir la structuration d’une communauté scientifique et le développement de connaissances, de méthodes et de pratiques scientifiques utiles à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques sur les OGM.

      Le programme s’appuie sur un Conseil Scientifique et sur un Comité d’Orientation qui réunit des parties prenantes.

      Les axes de recherche prioritaires identifiés portent sur les plans de surveillance générale des OGM, la coexistence des cultures, la gouvernance, les aspects économiques, éthiques et sociaux ou encore la démarche globale d’analyse de la sécurité des aliments contenant des produits transgéniques,

      3 projets en cours ont été soutenus après un 1er appel à proposition fin 2010. Fin 2013, suite à un deuxième appel, le projet (#PGM / #GMO90plus) a été sélectionné et soutenu à hauteur de 2,5 M€. Il vise à une meilleure connaissance des effets potentiels sur la santé de la consommation sur une longue durée de produits issus des plantes génétiquement modifiées.

      http://recherche-riskogm.fr/fr
      #programme_de_recherche

      Un projet dont fait partie #Bernard_Salles, rattaché à l’INRA, interviewé dans le documentaire.
      Lui, semble clean, contrairement au personnage que je vais un peu après, Pablo Steinberg

    • Projet #G-Twyst :

      G-TwYST is the acronym for Genetically modified plants Two Year Safety Testing. The project duration is from 21 April 2014 – 20 April 2018.

      The European Food Safety Authority (EFSA) has developed guidance for the risk assessment of food and feed containing, consisting or produced from genetically modified (GM) plants as well as guidance on conducting repeated-dose 90-day oral toxicity study in rodents on whole food/feed. Nonetheless, the long-term safety assessment of genetically modified (GM) food/feed is a long-standing controversial topic in the European Union. At the present time there are no standardized protocols to study the potential short-, medium- and/or long-term toxicity of GM plants and derived products. Against this backdrop the main objective of the G-TwYST project is to provide guidance on long-term animal feeding studies for GMO risk assessment while at the same time responding to uncertainties raised through the outcomes and reports from recent (long-term) rodent feeding studies with whole GM food/feed.

      In order to achieve this, G-TwYST:

      Performs rat feeding studies for up to two years with GM maize NK603. This includes 90 day studies for subchronic toxicity, 1 year studies for chronic toxicity as well as 2 year studies for carcinogenicity. The studies will be based on OECD Test Guidelines and executed according to EFSA considerations
      Reviews recent and ongoing research relevant to the scope of G-TwYST
      Engages with related research projects such as GRACE and GMO90plus
      Develops criteria to evaluate the scientific quality of long-term feeding studies
      Develops recommendations on the added value of long-term feeding trials in the context of the GMO risk assessment process.
      As a complementary activity - investigates into the broader societal issues linked to the controversy on animal studies in GMO risk assessment.
      Allows for stakeholder engagement in all key steps of the project in an inclusive and responsive manner.
      Provides for utmost transparency of what is done and by whom it is done.

      G-TwYST is a Collaborative Project of the Seventh Framework Programme of the European Community for Research, Technological Development and Demonstration Activities. The proposal for G-TwYST was established in reponse to a call for proposals on a two-year carcinogenicity rat feeding study with maize NK603 that was launched by he European Commission in June 2013 (KBBE.2013.3.5-03).

      https://www.g-twyst.eu

      Attention : ce projet semble être sous forte influence des lobbys de l’OGM...

      Fait partie de ce projet #Pablo_Steinberg, interviewé dans le documentaire.

      Pablo Steinberg est d’origine argentine, il est également le toxicologue du projet « #GRACE : GMO Risk Assessment and communication evidence », financé par l’UE :

      GRACE was a project funded under the EU Framework 7 programme and undertaken by a consortium of EU research institutes from June 2012 - November 2015. The project had two key objectives:

      I) To provide systematic reviews of the evidence on the health, environmental and socio-economic impacts of GM plants – considering both risks and possible benefits. The results are accessible to the public via an open access database and other channels.

      II) GRACE also reconsidered the design, execution and interpretation of results from various types of animal feeding trials and alternative in vitro methods for assessing the safety of GM food and feed.

      The Biosafety Group was involved in the construction of the central portal and database (CADIMA; Central Access Database for Impact Assessment of Crop Genetic Improvement Technologies) that managed the information gathered in the pursuit of the two objectives and in the dissemination of information.

      http://biosafety.icgeb.org/projects/grace

      La conférence finale de présentation du projet GRACE a été organisée à Potsdam... un 9 novembre... date-anniversaire de la chute du mur...
      Voici ce que #Joachim_Schiemann, coordinateur du projet, dit à cette occasion (je transcris les mots prononcés par Schiemann dans le reportage) :

      « Nous aussi, avec nos activités, nous essayons d’abattre certains murs et de faire bouger certaines positions qui sont bloquées. Je trouve que c’est très symbolique d’avoir organisé cette conférence à Potsdam, à proximité de Berlin et des vestiges du mur »

    • Prof. Potrykus on #Golden_Rice

      #Ingo_Potrykus, Professor emeritus at the Institute of Plant Sciences, ETH Zurich, is one of the world’s most renowned personalities in the fields of agricultural, environmental, and industrial biotechnology, and invented Golden Rice with Peter Beyer. In contrast to usual rice, this one has an increased nutritional value by providing provitamin A. According to WHO, 127 millions of pre-school children worldwide suffer from vitamine A deficiency, causing some 500,000 cases of irreversible blindness every year. This deficiency is responsible for 600,000 deaths among children under the age of 5.

      https://blog.psiram.com/2013/09/prof-potrykus-on-golden-rice
      Ce riz, enrichi de #bêtacarotène pour pallier aux carences de #provitamine_A, a valu, à Monsieur #Potrykus, la couverture du Time, une première pour un botaniste :

    • Golden Illusion. The broken promise of GE ’Golden’ rice

      GE ’Golden’ rice is a genetically engineered (GE, also called genetically modified, GM) rice variety developed by the biotech industry to produce pro-vitamin A (beta-carotene). Proponents portray GE ’Golden’ rice as a technical, quick-fix solution to Vitamin A deficiency (VAD), a health problem in many developing countries. However, not only is GE ’Golden’ rice an ineffective tool to combat VAD it is also environmentally irresponsible, poses risks to human health, and compromises food security.

      https://www.greenpeace.org/archive-international/en/publications/Campaign-reports/Genetic-engineering/Golden-Illusion
      #rapport

    • #MASIPAG (#Philippines)

      MASIPAG a constaté que les paysans qui pratiquent la production agricole biologique gagnent en moyenne environ 100 euros par an de plus que les autres paysans, parce qu’ils ne dépensent pas d’argent dans des fertilisants et pesticides chimiques. Dans le contexte local, cela représente une économie importante. En plus, l’agriculture biologique contribue à un milieu plus sain et à une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Malgré cela, le gouvernement philippin poursuit une politique ambiguë. En 2010, il a adopté une loi sur la promotion de l’agriculture biologique, mais en même temps il continue à promouvoir les cultures génétiquement modifiées et hybrides nécessitant le recours aux intrants chimiques. La loi actuelle insiste également sur une certification couteuse des produits bio par les tiers, ce qui empêche les #petits_paysans de certifier leurs produits.

      http://astm.lu/projets-de-solidarite/asie/philipinnes/masipag
      #paysannerie #agriculture_biologique

    • #AquAdvantage

      Le saumon AquAdvantage (#AquAdvantage_salmon® pour les anglophones, parfois résumé en « #AA_Salmon » ou « #AAS ») est le nom commercial d’un saumon transgénique et triploïde1.

      Il s’agit d’un saumon atlantique modifié, créé par l’entreprise AquaBounty Technologies (en)2 qui est devenu en mai 2016 le premier poisson génétiquement modifié par transgenèse commercialisé pour des fins alimentaires. Il a obtenu à cette date une autorisation de commercialisation (après son évaluation3) au Canada. En juillet 2017, l’entreprise a annoncé avoir vendu 4,5 tonnes de saumon AquAdvantage à des clients Canadiens qui ont à ce jour gardés leur anonymat4. L’entreprise prévoit de demander des autorisations pour des truites5, des tilapias 5 et de l’omble arctique génétiquement modifiés6.

      Selon les dossiers produits par AquaBounty à la FDA, deux gènes de saumons Chinook et deux séquences provenant d’une autre espèce (loquette d’Amérique) ont été introduits7, (information reprise par un article du New-York Times8 et un article scientifique évoquent aussi un gène provenant d’un autre poisson (loquette d’Amérique9). En 2010, AquaBounty, produirait déjà au Canada sur l’Île-du-Prince-Édouard les œufs de poissons destinés à des élevages en bassins enclavés à terre au Panama10 pour des poissons à exporter (alors que l’étiquetage n’est toujours pas obligatoire aux États-Unis)10.

      Ce poisson est controversé. Des préoccupations scientifiques et environnementalistes portent sur les risques d’impacts environnementaux à moyen et long terme, plus que sur le risque alimentaire. La FDA a considéré que la modification était équivalente à l’utilisation d’un médicament vétérinaire (hormone de croissance et modification transgénique)11 et a donc utilisé son processus (dit « NADA12 ») d’évaluation vétérinaire. Dans ce cadre, la FDA a conclu que ce poisson ne présentait a priori pas de risques pour la santé, et pouvait être cultivé de manière sûre. Mais en 2013, l’opportunité d’élever un tel poisson reste très contestée13 notamment depuis au moins 1986 concernant les risques qu’il pourrait poser à l’égard de l’environnement14, l’autorisation de mise sur le marché pourrait être à nouveau repoussée15.


      https://fr.wikipedia.org/wiki/AquAdvantage
      #saumon #saumon_transgénique #AquaBounty_Technologies

      Aussi appelé...
      #FrankenFish

  • Oaxaca, Mexique
    Deuxième Congrès international sur la communalité

    https://lavoiedujaguar.net/Oaxaca-Mexique-Deuxieme-Congres-international-sur-la-communalite

    Dans le cadre du Deuxième Congrès international sur la communalité, une première discussion autour du thème de la terre et du territoire eut lieu à San Pedro Comitancillo les 5 et 6 mars 2018. San Pedro Comitancillo se trouve dans l’isthme de Tehuantepec. Participèrent à cette rencontre des gens venus d’Ixtepec, de Matías Romero, de Juchitán, de Santa María Guegolani, de Santa María Ixhuatan, d’Unión Hidalgo, de San Juan Guichicovi, de San Mateo del Mar, de Salina Cruz, de San Miguel Chimalapa et des États du Chiapas, de Veracruz, du Querétaro, de la ville de Mexico, de l’État de Mexico, de Puebla, de Jalisco et aussi des compagnons venus de Colombie, d’Espagne, d’Allemagne, d’Argentine et de Bolivie.

    Les participants à cette première rencontre ont reconnu l’importance du territoire comme lieu où se développe une vie sociale forte autour d’un bien commun à tous. Ils ont constaté que le territoire et, par voie de conséquence, les habitants sont désormais l’objet d’une agression continue de la part d’entreprises commerciales transnationales qui convoitent, soit l’eau, soit la terre, soit la richesse du sous-sol, soit le bois des forêts, etc., rendant ainsi de plus en plus aléatoire et problématique la vie communale (...)

    #Mexique #Oaxaca #communalité #congrès_international #peuples_originaires #territoire #capitalisme #néocolonialisme #EDF #ressources

  • Oaxaca: Plans for New, Enlarged Military Base on Communal Lands - It’s Going Down
    https://itsgoingdown.org/oaxaca-military-base-communal-lands

    By Ñaní Pinto

    In the beginning of 2017 after an order from the federal government, Alejandro Murat, the governor of Oaxaca, announced that the 28th Military Zone’s campus, today located in the municipality of Santa Lucia del Camino, would be enlarged in terms of infrastructure as well as number of soldiers and relocated to Tlacolula de Matamoros, just 30 kilometers [19 miles] from the city of Oaxaca. This announcement provoked an immediate response from the region’s inhabitants, who made it known that they would not allow the installation of the base.

    The donation of 300 hectares [741 acres] of communal lands was initially proposed to the state government for the relocation of this new military complex, although these lands are legally under the responsibility and protection of the community members of this region, where the highest authorities are the community assemblies. The SEDENA (Ministry of National Defense) and the state government first attempted to approach San Mateo Macuilxóchitl, where they were rejected in a general assembly. Afterwards they approached the neighboring community of Teotitlán del Valle, and finally, Tlacolula de Matamoros and Villa de Mitla, where they received the same response from the assemblies.

  • Mexique profond, de Guillermo Bonfil Batalla
    (extrait de la préface d’Alèssi Dell’Umbria)

    http://lavoiedujaguar.net/Le-Mexique-profond-de-Guillermo

    Guillermo Bonfil Batalla
    Mexique profond. Une civilisation niée
    Traduit de l’espagnol (Mexique) par Pierre Madelin
    Zones sensibles, Bruxelles, 2017

    Ce livre de Guillermo Bonfil Batalla, disponible pour la première fois en français, est de ceux qui marquent leur temps. Publié en 1987, México profundo fait depuis régulièrement l’objet de rééditions au Mexique. Quand j’arrivais à Oaxaca, encore vibrante de l’insurrection de 2006, ce titre revenait dans les discussions avec les compañeros — à ce moment-là, la dernière édition en date était épuisée et le texte circulait sous forme de photocopies, tel un samizdat. Les analyses avancées avec audace à la fin des années 1980 par Bonfil Batalla étaient devenues vingt ans plus tard l’apanage de toute une génération de jeunes, indigènes ou métis, que les reflets du México imaginario ne faisaient plus rêver. (...)

    #Mexique #peuples_originaires #essai #traduction

  • If Bugs Are Sentient, Should We Eat Them? - Issue 47: Consciousness
    http://nautil.us/issue/47/consciousness/if-bugs-are-sentient-should-we-eat-them

    Oyamel Cocina Mexicana, in the Penn Quarter neighborhood of Washington, D.C., is a restaurant specializing in insects. Stepping inside on a cool June evening in 2014, my friend Stephen Wood and I were immersed in the colors and smells of Oaxaca, Mexico. Oyamel is the name of the fir tree native to central Mexico where monarch butterflies rest upon migrating from the United States and Canada, and the décor had a lepidopteran theme: The glass door at the entrance was studded with transparent red, yellow, and pink butterflies, and butterfly mobiles hung from the ceiling. But it wasn’t butterflies that Stephen and I had come to sample. Our quest focused on chapulines, soft tacos stuffed with grasshoppers. Taking our order, the waitress noted our luck: The grasshoppers sometimes get held up (...)

  • LUTTE DE CLASSE À OAXACA

    Cette vidéo a été élaborée par des militants mexicains au moment ou les faits se produisaient, juste après le massacre de Nochixtlan, dans l’état d’Oaxaca, le 16 juillet 2016, quand la police à ouvert le feu contre des manifestants qui bloquaient une route d’accès une raffinerie.

    Après une intense lutte de rue d’environ deux mois, l’État a opté pour le pourrissement et l’isolement médiatique pour éteindre le feu qui menaçait de se répandre. Actuellement (début 2017), le conflit n’a pas été résolu, mais les barricades ont disparu et les assemblées où se discutaient comment structurer la lutte ont quasiment disparues aussi.
    Pour autant, cette vidéo n’essaye pas d’affirmer des conclusions, compte tenu des contradictions posées par le capital, le prolétariat comme sujet potentiellement révolutionnaire, devrait démontrer dans les faits, jusqu’où peut aller cette rupture avec cette réalité de misère.

    À l’heure actuelle, nous assistons sans aucun doute à l’intensification de la lutte de classe à Oaxaca au Mexique. Le conflit actuel nous rappelle celui de l’année 2006, dans lequel notre classe a jailli sur la scène lors d’un grand soulèvement qui fut marqué par un avant et un après.

    "Le prolétariat a relevé la tête et il sait qu’entre les deux classes – celle des affamés et celle des rassasiés, celle des pauvres et celle des riches – il ne peut pas y avoir de paix, il ne doit pas y avoir de paix, mais bien la guerre sans répit, sans merci, jusqu’à ce que la classe ouvrière triomphante ait jeté la dernière pelletée de terre sur la tombe du dernier bourgeois et du dernier représentant de l’autorité"...
    Ricardo Flores Magon

    En 2012, dans cette région connue sous le nom du Mexique, une série de réformes ont été approuvées par tous les partis politiques, visait clairement à satisfaire les intérêts de la bourgeoisie locale et internationale, ainsi que les organismes financiers mondiaux dont dépend l’ensemble de l’économie mondiale.
    Leur but, de toute évidence, n’est ni plus ni moins que d’amasser plus de richesse au prix de la dépossession et de l’appauvrissement des exploités de toujours.

    L’une de ces réformes est celle qui concerne la question de l’éducation, qui au-delà du discours hypocrite plaidant pour l’amélioration de l’éducation et autres bobards, vise en réalité à mettre en œuvre des réductions de salaire pour les travailleurs du secteur de l’enseignement, en plus de mettre en péril la préservation des emplois puisqu’ils seront soumis à d’absurdes examens d’aptitude. En réponse à cette réforme, divers secteurs de prolétaires de l’éducation se sont opposés à ce que soit mené à bien ce réajustement, et ils ont depuis entrepris régulièrement une série de manifestations.

    La combativité conçue dans la lutte contre ce qu’on nous impose a soulevé l’enthousiasme et il y a de plus en plus d’exploités qui rejoignent les protestations et les manifestations ; celles-ci se sont étendues et propagées au-delà de la zone comprenant le Pacifique Sud, elles ont aussi eu lieu dans le Golfe, le centre et même dans le nord du pays. C’est dans cette généralisation de la lutte qu’on doit mettre en évidence un fait très palpable : comme en écho, de nombreux prolétaires ont commencé à entrevoir la nécessité d’unifier leurs forces.

    « Le prolétariat renaît nécessairement de ses cendres et se développe en même temps que la privation de propriété devient plus contradictoire à toute vie humaine. Par conséquent, dès que l’atmosphère se raréfie et que le prolétariat commence à montrer ses poings, faisant trembler la terre ferme, la théorie de la disparition du prolétariat s’écroule. Son plumage se décolore et tombe allègrement, laissant son corps idéologique plus déplumé qu’un poulet dans un abattoir. Le prolétariat réapparaît, en rupture avec tout et tout le monde, ce qui confirme que les funérailles qui lui étaient consacrées n’étaient les siennes. »
    Prolétaires Internationalistes

    Le niveau de conflit à Oaxaca a augmenté de manière significative, et en cette année 2016, dans le cadre de l’anniversaire du soulèvement qui a eu lieu il y a 10 ans, Oaxaca entre à nouveau en éruption.

    Les actions de notre classe ont provoqué un court-circuit dans le monde de la marchandisation et du profit. Les barrages routiers, les piquets de grève, les expropriations et les sabotages des infrastructures commerciales et de l’État font partie de la critique pratique que notre classe subjuguée assume, réaffirmant ainsi la supériorité de l’humanité et de la vie contre la domination de la dictature marchande généralisée.
    Empêcher la libre circulation des flux commerciaux implique également de subvertir la normalité de la soumission dans laquelle nous emprisonnent les contours de la misère citoyenne. Alors que les profits de la bourgeoisie se voient affectés, la passivité et la docilité imposées dans la vie de tous les jours en viennent à être écrasées par une communauté de lutte émergente, communauté qui se manifeste comme un être collectif combattant un ennemi déterminé.

    C’est dans ces moments précis que tous les mythes qui éternisent la morale bourgeoise se retrouvent sens dessus dessous ; car le regroupement des exploités fissure l’individualisme, la délation et le repli sur soi-même. Toutes ces actions d’agitation à Oaxaca l’ont mis en évidence.

    Malheureusement, en dépit de sa force et de sa combativité, la critique générée par le prolétariat dans la chaleur du conflit a été très limitée depuis le début. Il n’est pas arrivé à saisir que l’ampleur du problème ne réside pas dans la « réforme de l’éducation », que si celle-ci vise directement à exacerber les conditions de misère généralisée, cette réforme n’est pas la racine du problème.

    La perspective de la destruction du Capital n’est toujours pas latente, et en lieu et place, ce qui prime c’est la stagnation des dynamiques localistes, activistes et immédiatistes. Ainsi, c’est la domination des syndicats en tant que médiateurs du conflit qui prévaut, et avec eux, la fausse illusion que tout sera résolu par le dialogue avec les bourreaux.

    Il est clair que les exigences de la CNTE [Coordination Nationale des Travailleurs de l’Education] ont été dépassées et que ceux qui sont en train de participer à cette vague de protestations violentes ne sont pas seulement des enseignants, mais il s’agit bien du prolétariat en général, c’est la classe des exploités dans son ensemble qui s’est unie pour se battre contre l’intensification de la misère, contre la déprédation et l’imposition de la brutalité du Capital qui frappe tous les exploités de la même façon.

    Cependant, tout comme il y a dix ans, le mouvement a débordé les premières consignes des enseignants en grève, et il a développé une lutte plus généralisée et menaçante contre tous les pouvoirs économiques et politiques constitués ; comme en cette occasion presque identique d’il y a dix ans, aujourd’hui, le mouvement est menacé par les mêmes négociateurs et conciliateurs de toujours ; que face à l’augmentation de la rage et l’impulsion de la lutte, on ne passe pas sous silence aucune possibilité de négocier ; négocier le sang des camarades tombés en
    échange de miettes.

    Si aujourd’hui les travailleurs qui adhèrent à leurs syndicats ne parviennent pas à briser les corsets imposées par leurs propres structures, nous verrons à nouveau l’éloignement des prolétaires qui se sont identifiés à leur lutte, qui l’ont faite leur et qui se rendent compte de la nécessité de lui donner un contenu plus radical.
    En ce qui concerne le tas de fumier gauchiste composé des partis électoraux, fronts et syndicats, conformément à leur rôle timoré et confusionniste, il n’a pas hésité à adopter son verbiage contre tout ce qui, à l’intérieur du mouvement, implique le débordement et la rupture de l’encadrement.

    Le doigt citoyenniste, sous le couvert de son conspirationnisme infâme et médiocre, a de nouveau condamné l’émergence d’actions perturbatrices entreprises par les prolétaires. De cette façon, ils ont fait tout le nécessaire pour que les consignes et les raisons de la lutte n’aillent pas à la racine du problème, et ainsi, avec toute leur capa- cité de cooptation, ils ont limité la protestation à des marches pacifiques, organisées afin de satisfaire l’ego opportuniste des petits candidats-aspirants à la relève du pouvoir.

    L’ensemble du gauchisme et du citoyennisme, bien que faisant semblant d’être opposés à l’ordre dominant, ne sont rien d’autre que leur défenseur fidèle, puisque leurs programmes qui sont purement progressistes et réformistes, laissent intact, vénèrent et sacralisent tout le conglomérat des institutions et des structures qui soutiennent la société de classe : les lois, la constitution, le progrès, la patrie, les prisons, la propriété, les droits, les liber- tés… bref, toute la boue pourrie qui donne corps à la civilisation capitaliste.

    Et si cela ne suffisait pas, il faut ajouter à cela le cynisme brutal des journalistes charognards qui, à travers les médias bourgeois, sont prompts à répandre la voix de leurs maîtres, et applaudissent l’arrivée de troupes dans les zones de conflit. En chœur, les politiciens lors de conférences de presse remettent sur le tapis leur haine de classe et leur mépris racial envers les prolétaires qui ne se soumettent pas.

    Il n’est donc pas surprenant que la bourgeoisie dans sa quête pour maintenir la normalité nécrotique du capital, exprime sa grande crainte que le conflit ne se développe et s’étende, en préconisant avec impatience l’intervention des corps répressifs, pour démontrer qu’ils ne sont pas prêts à continuer à perdre des millions de pesos à cause des blocages menés à bien par les rebelles et les incontrôlés.

    Quiconque qui assume la lutte contre la société bourgeoise sait d’avance qu’il a contre lui l’ensemble de l’organisation de la violence institutionnalisée, et tout le terrorisme capitaliste étatique... Par conséquent, de pareilles actions des puissants ne sont pas surprenantes, car la fonction réelle des agents de l’État, de la presse, des fonctionnaires, des soldats et de la police, est déjà trop bien connue.

    Et si malgré tout cela, le doute demeure encore dans l’esprit des plus crédules, il y aurait lieu de lancer la question : avons-nous déjà vu un gendarme défendre les affamés et casser la gueule aux chefs d’entreprises ? Non, jamais, la question même met déjà à nu la réalité car la police est le bras armé des exploiteurs, dès lors, il n’y a aucune raison d’être surpris à ce que l’Etat décharge sa fureur quand les opprimés se soulèvent et frappent les intérêts des capitalistes. Il est tout aussi absurde et naïf de prier les représentants de l’État de punir ses mercenaires qui répriment, torturent et assassinent.

    Après l’effusion de sang, une grande partie du corps enseignant insiste encore pour continuer à négocier avec l’État. Mais cette approche est sans avenir.

    Qu’il n’y ait aucun doute, la colère exprimée dans les rues ne peut pas se contenter d’aspirer à démolir quelques réformes, ou à chasser du pouvoir un parti ou une personnalité. Ces désirs ne correspondent pas à nos besoins en tant que classe en lutte ; au contraire, ils ne font que nous détourner et nous distraire de la seule lutte historique que, tôt ou tard, nous devrons assumer : la destruction complète du capitalisme et de tous ses fondements matériels et idéologiques, ainsi que toute la machinerie de l’État et de ses institutions.

    La lutte prolétarienne doit briser toutes les limites proposées par la bourgeoisie, il n’y a pas de place pour le respect de ses lois et de ses normes.

    Croire que la situation actuelle peut être améliorée par les organes parlementaires et la législation, c’est forger notre propre défaite ; c’est renforcer les enclos de l’abattoir vers lequel on nous conduit encore et encore. Par conséquent, nous ne pouvons permettre qu’aucune structure social-démocratique, citoyenniste, pseudo-prolétarienne de s’approprier les combats en cours de développement, ce qui signifie leur laisser la voie libre pour ensuite s’asseoir à la table des négociations et discuter avec les exploiteurs de l’anéantissement du mouvement. Les morts ne peuvent pas être négociés.

    Par contre, il devient latent pour les exploités de générer leurs propres réponses, des perspectives qui envisagent autre chose que le rafistolage de cette réalité misérable, mais surtout, d’être les agents directs des combats, et d’assumer la pratique antagoniste et révolutionnaire.

    La tranquillité bourgeoise a été brisée. À Oaxaca et dans une grande partie du Mexique, ainsi qu’au Moyen-Orient, en France, Grèce, au Chili, Venezuela et dans d’autres parties du globe, nous voyons la fumée de la révolte, on sent que le sol ferme du capitalisme est en train de s’écrouler. Ainsi donc, préparons-nous pour les batailles révolutionnaires qui mettrons fin à ce monde de misère, afin de rétablir la vie et de s’ouvrir pleinement à la communauté humaine, au communisme et à l’anarchie.
    Tant qu’existera la misère, il y aura des rébellions !
    Guerre au Capital jusqu’à ce qu’il s’écroule !

    Discute et dissémine...

    https://www.youtube.com/embed/OKS1DsEHHno?vq=highres

  • 27 octobre 2006 : Brad Will journaliste d’Indymedia New York est tué par la police à Oaxaca au Mexique https://rebellyon.info/En-2006-Brad-Will-tombait-tue-par-la …
    https://twitter.com/mediaslibres/status/792623719583617024

    27 octobre 2006 : Brad Will journaliste d’Indymedia New York est tué par la police à Oaxaca au Mexique https://rebellyon.info/En-2006-Brad-Will-tombait-tue-par-la

  • 27 octobre 2006 : Brad Will journaliste d’Indymedia New York est tué par la police à Oaxaca au Mexique
    https://rebellyon.info/En-2006-Brad-Will-tombait-tue-par-la

    Le 27 octobre 2006, au Mexique, à Santa Lucia del Camino, les bras armés du gouverneur de Oaxaca ont tiré sur la foule, et Brad Will, journaliste d’Indymedia New York a été tué. ...Et la répression sanglante continue au Mexique. - Mémoire / (...) — Mémoire, Oaxaca, 1, « Vous les avez emmenez vivants, rendez les nous vivants », se trouve ici., Un membre d’Indymedia New York tué lors d’une attaque de paramilitaires à Oaxaca, dernières images filmées, 1, Oaxacalibre, 2

  • Explosion de colère à #oaxaca : étendons l’agitation et la guerre sociale !
    https://nantes.indymedia.org/articles/35179

    Rapide traduction à partir de l’espagnol d’un texte #en solidarité avec les luttes à Oaxaca signé « Quelques enragé.e.s, en colère, incontrôlé.e.s et fatigué.e.s de toute cette merde ». Texte féminisé par iaata.info

    #Resistances #-ismes #tout #genres #_anarch-fémin #mexique #Resistances,-ismes,en,tout,genres,_anarch-fémin…

  • Explosion de colère à Oaxaca : étendons l’agitation et la guerre sociale !
    https://renverse.ch/Explosion-de-colere-a-Oaxaca-etendons-l-agitation-et-la-guerre-sociale-703

    Rapide traduction à partir de l’espagnol d’un texte en solidarité avec les luttes à Oaxaca signé « Quelques enragés, en colère, incontrôlés et fatigués de toute cette merde ».

    « http://materialesxlaemancipacion.espivblogs.net/2016/06/21/estalla-la-colera-en-oaxaca-a-extender-la-agit »
    « http://materialesxlaemancipacion.espivblogs.net/2016/06/26/estalla-la-colera-en-oaxaca-espanol-english-fr »
    « http://autistici.org/tridnivalka »

  • EXPLOSION DE COLÈRE À OAXACA,
    ÉTENDONS L’AGITATION ET LA GUERRE SOCIALE !
     
    « Quelle rage ressent-on à la vue de leurs armes, parce que de notre côté on doit courir à cause des gaz qui t’obscurcissent la vue, qu’ils t’arrivent par devant ou par les airs quand deux hélicoptères te foncent dessus, nous foncent dessus. Des mères, des pères, des jeunes, des enfants qui se battent, unissant leur courage, non pas pour la réforme, ni pour la section 22, mais pour les morts, pour la pauvreté, parce qu’ils ne parviennent plus à joindre les deux bouts et que les prix s’envolent comme les hélicoptères meurtriers. »
    Témoignage d’un prolétaire sur les barricades d’Oaxaca.
     
    Alors que la bourgeoisie accumule du capital, les exploités accumulent la rage. Le soulèvement actuel à Oaxaca, où des barricades s’enflamment à nouveau, donne la preuve complète que la lutte des classes est toujours en vigueur. Nous, prolétaires, qui souffrons quotidiennement des conditions misérables de survie et d’exploitation que nous impose la dictature de l’économie, nous sommes aussi ceux qui, tous les jours et de différentes manières, luttent contre cette réalité répugnante.
     
    La généralisation croissante de la lutte a commencé à briser certaines barrières, preuve en est l’adhésion de nombreux prolétaires en appui aux barrages routiers et à l’organisation de l’auto-défense dans les territoires où les corps répressifs ont fait des incursions (visant à restaurer la normalité citoyenne nauséabonde). Les participants au conflit ne se réduisent pas à quelques enseignants, étudiants ou parents… ils font tous partie du même sujet historique de la lutte de classe : le prolétariat, et pas à l’ensemble des citoyens ni à aucune autre catégorie sociale-démocrate.
     
    Le germe de la rébellion de notre classe doit se répandre, car une lutte isolée est une lutte perdue ; à son tour, celle-ci doit rompre avec toutes les illusions démocratiques. Nos besoins ne peuvent être satisfaits à une table de négociations, ni par la signature d’accords ou par des réformes. La rage de notre classe qui s’est accumulée et qui a débordé est en train de s’organiser et de s’étendre, mais il faudra qu’elle dépasse ses limites, qu’elle lutte contre ses propres contradictions et qu’elle prenne un cours révolutionnaire, sinon elle sera une nouvelle fois vouée à l’échec.
     
    Tout au long de ce conflit, la force militaire et policière du capitalisme a rallongé la liste de l’Etat des morts, des détenus et des disparus. Et cela continuera ainsi jusqu’à ce que la paix sociale soit brutalement imposée aux opprimés et que ceux-ci se résignent à obéir servilement aux desseins des puissants. Face à l’assaut répressif, il est clair que la réponse ne se trouve pas dans le pacifisme ni dans des marches les bras croisés ; il est essentiel d’organiser l’auto-défense et d’attaquer les forces répressives, les gouvernants, les députés et les geôliers. Camarades, cette dure réalité imposée ne supporte aucune naïveté ! Il faut que cela soit clair que l’Etat ne va jamais punir les meurtriers à sa solde ni ses tortionnaires ! Sous le soleil noir du capitalisme, on ne nous offre que de mourir de faim ou sous les balles des gendarmes ! Ils craignent notre lutte et c’est pour cela que dans toutes les manifestations, ils utilisent les blindés, les gaz toxiques et les balles en caoutchouc !
     
    La racine de tous ces massacres, c’est la domination du capitalisme, et c’est pour cela que nos luttes doivent être dirigées vers la destruction totale, il n’y a aucune réforme ni amélioration possible. Par conséquent, la consigne ne doit pas être « la défense de l’éducation » ou de la « nation » ; se plier aux programmes et consignes de la démocratie ne nous conduit qu’à renforcer les fondements de cette société de classe : le travail salarié, la concurrence et la dictature de l’argent sur la vie humaine. Notre consigne doit être la radicalisation et la mise en commun de nos luttes ; celles-ci ne peuvent plus s’égarer plus longtemps dans le morcèlement (entre les travailleurs d’un côté et les chômeurs de l’autre) ; en outre, il est nécessaire de briser le piège des domaines légaux et juridiques ; l’Etat est notre ennemi, il n’y a rien à mendier ni aucune raison de traiter avec lui d’égal à égal.
     
    La lutte autonome du prolétariat contre le monde de la marchandise est la seule voie qui nous mène à l’émancipation réelle. Ne gaspillons pas nos énergies à essayer de concilier des intérêts incompatibles, il n’y a pas moyen de pactiser avec notre ennemi mortel. Ne versons pas notre sang pour « améliorer » le capitalisme, il n’y a rien de positif qui puisse y être sauvé, ce qui est pourri de l’intérieur n’a pas d’autre avenir que son extinction, et donc contribuons à son anéantissement total, parce que ce n’est qu’en triomphant et en détruisant ce qui nous détruit que nous pouvons récupérer notre humanité.
     
    Ensuite, que les flammes des barricades ne se contentent pas de destituer l’un ou l’autre serviteur de l’Etat-Capital, que notre lutte ne se réduise pas à abattre l’une ou l’autre réforme, que nos combats ne s’acharnent pas à éliminer l’un ou l’autre président. Organisons quelque chose en accord avec nos intérêts historiques dans cette guerre de classe mondiale, il est temps d’assumer une seule bataille : classe contre classe, où aucun retour en arrière n’est possible.
     
    Il est temps de descendre dans les rues et que la peur commence à changer de camp !
    Que la solidarité ne soit pas seulement une parole écrite !
    Propageons les occupations dans les écoles, les lieux de travail, les transports, les rues, les places et les médias bourgeois !
    Que brûle ce qui doit être brûlé !
     
    Quelques enragés, en colère, incontrôlés et fatigués de toute cette merde.

    Mexique, juin 2016.

  • Répression à Oaxaca (Mexique) : 15 heures d’affrontements, 8 morts, des dizaines de… https://paris-luttes.info/repression-a-oaxaca-mexique-15-6248 …pic.twitter.com/9RrEckw0Qw
    https://twitter.com/Paris_luttes/status/745588711585284096

    Répression à Oaxaca (Mexique) : 15 heures d’affrontements, 8 morts, des dizaines de… https://paris-luttes.info/repression-a-oaxaca-mexique-15-6248 …pic.twitter.com/9RrEckw0Qw

  • La bataille d’Oaxaca

    Gustavo Esteva

    http://lavoiedujaguar.net/La-bataille-d-Oaxaca-1309

    Il ne s’agit pas d’une guerre de plus à Oaxaca comme il y en a eu d’autres. Il s’agit cette fois d’une guerre beaucoup plus profonde et étendue, qui dépasse même le territoire national. Mais la bataille qui se livre à Oaxaca a un sens particulier dans cette guerre, dans la grande guerre.

    C’est une bataille annoncée depuis longtemps. À Oaxaca on savait que beaucoup d’aspects de la confrontation en cours venaient du contexte électoral. Il était évident qu’ensuite viendraient les coups, les provocations, l’assaut final. On sentait que les préparatifs étaient en cours partout.

    Le 14 juin tout Oaxaca se souvenait. C’était la mémoire contre l’oubli : le scénario d’aujourd’hui rappelait exactement celui d’il y a dix ans. (...)

    #Mexique #résistance_sociale #Oaxaca_2006-2016

  • Analyse de la situation de violence à Oaxaca et plus généralement au Mexique par Georges Lapierre :

    « Pour l’esprit de la commune, le territoire est le lieu où se développe une vie communautaire selon ses usages et coutumes propres. Je dirai que c’est un espace public qui appartient en propre au public. L’État a cherché à s’emparer et à contrôler, c’est-à-dire à administrer cet espace public à travers ses propres institutions. Une sorte de dialogue, proche du rapport de force et d’un dialogue de sourds, s’est alors établi entre la société et l’État aboutissant à un pacte : la Constitution. Jusqu’alors le public avait encore des droits et pouvait espérer se faire entendre par l’État. Nous voyons par exemple le peuple chontal entreprendre des démarches sur le plan juridique — constitutionnel, donc — pour interdire l’exploitation minière sur son territoire. La situation est en train de changer très rapidement. L’État national n’est plus que l’instrument d’une volonté qui lui est supérieure. L’État a toujours été l’expression d’une volonté séparée, celle d’une classe sociale et, en ce qui nous concerne, celle d’une bourgeoisie nationale. Cette dimension nationale est en train de se diluer dans un marché international ou planétaire. L’esprit de corps existe toujours, la corporation des grands marchands, des entreprises transnationales ou multinationales, dictant sa loi existe toujours, mais les États nationaux ne sont plus désormais que les instruments de Sa volonté : fin du pacte social qui liait l’État à la société civile, fin du droit constitutionnel. Sous le prétexte de la guerre (guerre contre le terrorisme, d’un côté ; guerre contre les cartels de la drogue, de l’autre) des lois dites d’exception mettent fin aux libertés constitutionnelles. Nous vivons sous le régime de l’exception et cette exception devient la règle. »
    #Oaxaca #Mexique #Commune

    https://lundi.am/Je-vous-ecris-d-Oaxaca-Par-Georges-Lapierre

  • [Mexique, Oaxaca] Attaque incendiaire contre la banque Banamex (video)
    https://nantes.indymedia.org/articles/34840

    Nous avons décidé de nous filmer afin que tout le monde se rendent compte de la facilité de réalisation de certaines #actions, afin d’encourager chacun à agir partout où illes se trouvent. Attaque contre la banque Banamex, Oaxaca, Mexique, le 23 mai : https://youtu.be/VKXOtUNeS1s

    #Médias #directes #anti-repression #Médias,actions,directes,anti-repression

  • Latino Rebels | Purple Spring: Thousands of Women Protest Against Sexist Violence in Mexico #VivasNosQueremos
    http://www.latinorebels.com/2016/04/26/purple-spring-thousands-of-women-protest-against-sexist-violence-in-me

    April 24, 2016 marked a historic date in Mexico. More than 40 cities in the country, including Ciudad Juárez, Puebla, Guadalajara, Oaxaca and Mexico City, among others, were the sites of organized protests marches against machista-patriarchal violence. In Mexico, every day 7 women are murdered. Every day you hear or read in the news about disappeared, murdered, kidnapped, beaten, harassed, and raped women. This sexist (patriarchal) violence is lived through the everyday lives of women.

    le #mexique guey, quelle classe... #prince_and_the_revolution #purple #féminisme

  • En 2006, Brad Will tombait... tué par la police à Oaxaca au Mexique
    http://rebellyon.info/En-2006-Brad-Will-tombait-tue-par-la

    Le 27 octobre 2006, au Mexique, à Santa Lucia del Camino, les bras armés du gouverneur de Oaxaca ont tiré sur la foule, et Brad Will, journaliste d’Indymedia New York a été tué. ...Et la répression sanglante continue au Mexique. - Mémoire / (...) — Mémoire, Oaxaca, contre-sommet contre le FMI et la Banque Mondiale., 1, dernières images filmées, 1, Oaxacalibre, 2

  • « À Oaxaca il n’y a pas de défaite ! » (II)

    entretien avec David Venegas Reyes

    http://lavoiedujaguar.net/A-Oaxaca-il-n-y-a-pas-de-defaite

    Seconde partie de l’entretien réalisé fin décembre 2014 à Oaxaca par LundiMatin avec David « el Alebrije », jeune communard des quartiers populaires d’Oaxaca.

    En juin 2006, le gouverneur de l’État d’Oaxaca, Ulises Ruiz, membre du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel, parti unique de fait pendant très longtemps), ordonne l’évacuation de la place centrale de la ville, occupée, comme chaque année, par le syndicat enseignant « Section 22 » pour faire valoir ses revendications. Un grand nombre d’habitants de la ville se solidarise avec les enseignants et une rare convergence de mouvements constitue ce que l’histoire retiendra comme la « Commune d’Oaxaca ». Pendant six mois, les habitants insurgés de la ville et de nombreuses autres villes et villages de l’État se sont réunis en assemblées (Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca), ont planifié des actions, organisé la vie collective, défendu leur territoire contre la police locale puis contre la Police fédérale qui ne parviendra que le 29 novembre à rétablir son contrôle sur la ville. David explique ici comment les pratiques amérindiennes d’autonomie matérielle, spirituelle et politique ont influé durablement sur le cours des luttes sociales dans l’État d’Oaxaca — notamment depuis le soulèvement de la ville — et plus largement sur les luttes au Mexique. (...)

    #Mexique #Oaxaca #autonomie #peuples-indigènes

  • « À Oaxaca il n’y a pas de défaite ! »

    David Venegas Reyes

    http://lavoiedujaguar.net/A-Oaxaca-il-n-y-a-pas-de-defaite

    Première partie d’un entretien de LundiMatin avec David « el Alebrije », une des plus jeunes figures du soulèvement de la ville d’Oaxaca (Mexique) en 2006, ex-prisonnier politique, membre du conseil de l’APPO (Assemblée populaire des peuples de l’Oaxaca) et d’un groupe créé à la suite du mouvement, Voix d’Oaxaca construisant l’autonomie et la liberté (Vocal).

    Quelques éléments de contexte. Vingt et un ans après le soulèvement zapatiste au Chiapas, huit ans après la « Commune d’Oaxaca », les mouvements pour « l’autonomie et la liberté », indigènes ou non, ne cessent de se démultiplier face à la corruption et l’incurie des partis politiques et des institutions mexicaines, courroies de transmission de la politique étrangère étasunienne et hypocrite paravent des grandes familles de narcotrafiquants. L’État mexicain et ses mafias, qui gouvernent de plus en plus au-dessus d’un volcan, et le savent, multiplient les stratégies retorses pour maintenir leur hégémonie, entre terreur et équilibrisme législatif. C’est ainsi qu’un même pays qui détenait jusqu’à récemment le triste record du nombre de morts violentes sur dix ans, et qui a fait des « disparitions » à caractère politique une spécialité, compte aussi certaines des dispositions législatives les plus osées d’Amérique latine en terme de reconnaissance du droit à l’autodétermination des peuples indigènes. (...)

    #Mexique #autonomie #luttes #communalisme