city:osaka


  • Chicago Tribune - We are currently unavailable in your region
    http://articles.chicagotribune.com/1997-01-05/news/9701050123_1_artifacts-looted-cambodian

    In 1924, French writer Andre Malraux was arrested and imprisoned when he removed nearly a ton of stone carvings and ornaments from a temple in the remote Cambodian jungle and trundled them away in

    Unfortunately, our website is currently unavailable in most European countries. We are engaged on the issue and committed to looking at options that support our full range of digital offerings to the EU market. We continue to identify technical compliance solutions that will provide all readers with our award-winning journalism.

    #Malraux #pillage #internet_restreint #TOR_is_love

    • LOOTED CAMBODIAN TREASURES COME HOME
      New York Times News ServiceCHICAGO TRIBUNE

      January 5, 1997 Phnom Penh

      In 1924, French writer Andre Malraux was arrested and imprisoned when he removed nearly a ton of stone carvings and ornaments from a temple in the remote Cambodian jungle and trundled them away in oxcarts.

      In 1980, starving refugees fleeing the terrors of the Khmer Rouge arrived at the border with Thailand lugging stone heads lopped from temple statues and ornate silverwork looted from museums.

      Today the looting continues, from hundreds of temples and archaeological sites scattered through the jungles of this often-lawless country, sometimes organized by smuggling syndicates and abetted by antique dealers in Thailand and elsewhere.

      Entire temple walls covered with bas-relief are hacked into chunks and trucked away by thieves. Villagers sell ancient pottery for pennies. Armed bands have attacked monks at remote temples to loot their treasures and have twice raided the conservation office at the temple complex of Angkor.

      But the tide is slowly beginning to turn. With the Cambodian government beginning a campaign to seek the return of the country’s treasures, and with cooperation from curators and customs agents abroad, 1996 was a significant year for the recovery of artifacts.

      Fifteen objects have come home, in three separate shipments from three continents, raising hopes that some of the more significant artifacts may be returned.

      In July, the U.S. returned a small head of the god Shiva that had been seized by Customs in San Francisco. Cambodia is a largely Buddhist nation, but over the centuries its history and its art have seen successive overlays of Buddhist and Hindu influences. At some temples, statues of Buddha mingle with those of the Hindu deities, Brahma, Shiva and Vishnu.

      In September, the Thai government returned 13 large stone carvings, some up to 800 years old, that had been confiscated by Thai police from an antique shop in Bangkok in 1990. Thai officials said the return was a gesture of good will meant to combat that country’s image as a center of antique trafficking.

      And in December, a British couple returned a stone Brahma head that they had bought at auction. Its Cambodian origin was confirmed by a list, published by UNESCO, of 100 artifacts that had disappeared from an inventory compiled in the 1960s.

      In addition, Sebastien Cavalier, a UNESCO representative here, said he was expecting the return as early as next month of a 10th Century Angkorean head of Shiva that is now in the Metropolitan Museum in New York.

      Six bronze pieces sent to the Guimet Museum in Paris for cleaning and safekeeping in the 1970s could also be returned in the coming months, he said.

      Now with the launching in January of a major traveling exhibition of Khmer artifacts—to Paris, Washington, Tokyo and Osaka— accompanied by an updated catalog of some of Cambodia’s missing treasures, Cavalier said he hopes the returns will accelerate.

      The exhibit will be on display in Paris from Jan. 31 to May 26, at the National Gallery in Washington from June 30 to Sept. 28, and in Japan from Oct. 28 to March 22, 1998.

      But the pillage of artifacts continues at a far greater pace than the returns.

      Government control remains tenuous in much of Cambodia and the Ministry of Culture has little money for the protection of antiquities. There is little check on armed groups and corrupt officials throughout the countryside, where hundreds of temples remain unused and unguarded or overgrown with jungle.

      Truckloads of treasures regularly pass through military checkpoints into Thailand, art experts say. Heavy stone artifacts are towed in fishing nets to cargo ships off the southern coast. In Thailand, skilled artisans repair or copy damaged objects and certificates of authenticity are forged.

      Most of Cambodia’s artistic patrimony remains uncatalogued, and Cavalier said there was no way to know the full extent of what had already been stolen over the last decades, or what remained scattered around the country.


  • Paysages olfactifs et paysages sonores
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/paysages-olfactifs-et-paysages-sonores

    C’est par l’intermédiaire de Victor Fraigneau, architecte, doctorant en architecture à Paris 8 et à l’ENSAPLV que je découvre sur Twitter que le Ministère de l’environnement japonais met en valeur les paysages olfactifs et sonores, et s’occupe de l’observation des étoiles. Sachez aussi que le même bureau du Ministère de l’environnement japonais s’occupe des paysages sonores, et de l’observation des étoiles : https://t.co/d5IP3nkAH1 C’est à la fois trop choupi, et hyper important— Victor (...)

    #Palimpseste / #Ville, #Osaka, #Kyoto, #Tokyo, #Paysage, #Nature, #Sons, #Sensation, #Numérique, #Inventaire

    « http://www.paris-lavillette.archi.fr »
    « https://twitter.com/youpipouet »
    « http://www.env.go.jp/fr »
    « http://www.env.go.jp/air/kaori/index.htm »
    « https://www.env.go.jp/air/life/hoshizorakansatsu/index.html »
    « http://www.env.go.jp/air/life/nihon_no_oto/02_2007oto100sen_Pamphlet.pdf »
    « http://www.env.go.jp/air/kaori/pamph/full.pdf »


  • Osaka drops San Francisco as sister city over ’comfort women’ statue | World news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/world/2018/oct/04/osaka-drops-san-francisco-as-sister-city-over-comfort-women-statue

    The city of Osaka has ended its 60-year “sister city” relationship with San Francisco to protest against the presence in the US city of a statue symbolising Japan’s wartime use of sex slaves.

    Osaka’s mayor, Hirofumi Yoshimura, terminated official ties this week after the US city agreed to recognise the “comfort women” statue, which was erected by a private group last year in San Francisco’s Chinatown district, as public property.

    The statue depicts three women – from China, Korea and the Philippines – who symbolise women and teenage girls forced to work in frontline brothels from the early 1930s until Japan’s wartime defeat in 1945.


  • Rhône | Des étudiants d’EM Lyon fichaient les filles de leur école
    https://www.leprogres.fr/rhone-69/2018/08/02/des-etudiants-d-em-lyon-fichaient-les-filles-de-leur-ecole

    Sur le mur d’un groupe #Facebook privé animé par des #étudiants de l’#EM_Lyon, environ 120 étudiantes de la même école de #commerce sont jugées, #évaluées et même #notées (de 2 à 17) sur leur apparence physique. Les yeux, les sourcils, la bouche et le reste… Dans de nombreux cas, il est également précisé si les filles sont “maquées” ou non.

    Le groupe, créé en juin 2017, ouvert par des étudiants à leurs camarades (#mâles) sur invitation, s’appelle “Mur pipos 2k17”. Le mot pipos faisant ici plus sûrement référence en argot à la verge masculine qu’aux étudiants de Polytechnique ou de Sciences politiques.

    Les étudiants de la sélective école de commerce, basée à Ecully, s’ennuieraient-ils entre leurs cours ? Sans aucun doute, il a fallu du temps pour construire et remplir ce tableau partagé aux “pipos” (les membres). Il s’agit d’« un véritable processus d’enquête, trop sérieux pour rester du domaine de la plaisanterie », comme le relève un étudiant de l’EM sous couvert d’anonymat. Au total, figurent les noms de plus de 450 jeunes femmes de 17 à 23 ans. La date de naissance étant indiquée pour la moitié d’entre elles. 

    C’est une autre colonne, titrée “#stalking ” qui contient le lien vers le profil Facebook de nombreuses étudiantes. Pour rappel, le terme peut se traduire par harcèlement ou traque furtive. La colonne des adresses courriel, remplie pour l’ensemble des jeunes femmes porte aussi un intitulé évocateur : “send nudes” à savoir l’envoi de photographies dénudées.

    On ne connaît pas le nombre des futurs entrepreneurs et manageurs se livrant à ce “benchmarking” à l’égard de leurs camarades, traitées comme des produits à comparer. S’agit-il de quelques individus isolés, comme l’assure une étudiante qui s’inquiète de la réputation de son école ? Ou bien, sont-ils bien plus nombreux ? Ce qu’affirme le même étudiant choqué de ce fichier sexiste et selon lequel la pratique « fait partie des #traditions estudiantines de l’école ». « Chaque promotion crée son groupe et son tableau Excel », ajoute celui-ci.

    Selon une étudiante, le fichier a fait l’objet d’une communication aux associations en début d’année, mais le groupe ne serait plus actif. Pourtant, c’est bien ces dernières semaines qu’il est (ré)apparu. Quelques étudiants vraisemblablement impliqués n’ont pas répondu à nos sollicitations. Deux autres jeunes gens actifs dans la vie associative de l’école semblent pour leur part très gênés lorsqu’on les sollicite sur ce sujet. L’un d’eux se fend même d’un message aux présidents des associations pour leur recommander la discrétion face aux questions « de la journaliste ».

    Quant au directeur de l’EM Lyon, Bernard Belletante, assure « ne pas être au courant de ce fichier ». « Si cela avait été le cas, nous aurions immédiatement réagi te cela aurait conduit à un conseil de discipline » poursuit vigoureusement le directeur, qui regrette, si les faits sont avérés, que les associations étudiantes n’aient pas informé l’administration.

    #fichage #balancetonporc

    • C’était l’utilisation d’origine de facebook il me semble. Lorsque les filles ou femmes ont des fichiers secrets d’hommes c’est pour se préservé des viols et agressions sexuelles. C’est le cas des listes qui circulait entre les journalistes pour se préservé des politiciens et des actrices vis à vis de producteurs.

      Ici les étudiants ont un fichier pour harceler (ils ont une fonction stalker). 120 étudiants qui n’ont pas fait fuité depuis 2017. Ca me rappel aussi les groupes facebook ou des mecs partageaient des photos de leurs partenaires sexuelles sans qu’elles soient consentantes, j’ai oublié le nom de ce groupe de plus de 50.000 bitard. Connaitre le nombre d’étudiants (masculins moins une portion pour les gays puisque l’article ne parle que de fichage de filles) donnerait une idée du pourcentage de prédateurs sexuels sur une promo d’école de commerce.

    • L’article suggère que la construction d’une telle base de donnée, avec autant d’items à renseigner et de « produits » évalués, exigeait un travail immense qui n’a pu se faire que collaborativement à beaucoup. C’est sûr que c’est un pouvoir, d’évaluer les gens, et que c’est pour ça que l’exercice a eu ce succès auprès des potentiels contributeurs. Moi ça ne me viendrait pas de commenter avec des copines si l’anus de Tom et celui de Seb méritent des godes de 3, 4, 5 ou 6 cm de diamètre...

    • Ça me rappelle ces jeunes Français cherchant un boulot au Japon, dans la cuisine d’une auberge de jeunesse d’Osaka où ils pensaient être les seuls francophones : “Marion Maréchal, elle : zizi dur !” « Ah oui, elle, zizi dur ! » “Ah oui, alors là je confirme, les gars : zizi dur !” Et très contents de continuer avec leur expression de patriarche en gros bébé. Zizi dur, c’est la fonction ultime de la moitié de l’humanité : faire durcir le zizi de l’autre moitié. Apprécier le monde autour de soi au vu d’une réaction physiologique comme ça alors qu’on a été doté d’un cerveau capable de traiter d’autres informations que la conformité d’un physique à celui des critères (de merde) de sa société. (Par exemple le discours de merde de la Maréchal.) Des camarades de promo pas remis de leur job d’évaluateur ?

    • En 2016 on avait découvert le même type de fichier à Assas, mais je sais pas si il y avait la fonction « stalker ».
      http://www.europe1.fr/societe/un-site-polemique-classait-les-etudiantes-dassas-selon-leur-physique-2670285
      Zuckerberk avait crée fessebouc exactement pour la même utilisation, et il semble que ca soit assez rependu et que ca fuite très peu.

      En cherchant des infos sur l’origine de la fuite (la plus part du temps ca viens de femmes, les hommes étant très solidaire entre eux quant il s’agit de nuire aux femmes) j’ai trouvé deux articles qui affirment sans aucune source (dont un qui viens d’un ancien étudiant probablement actif dans ce fichage et l’autre qui le cite en ajoutant des chiffres sorti de son chapeau du coup je prend pas la peine de linké ces stupidités) qui prétend que les étudiantes pratiquent aussi ce fichage. J’imagine que ca doit existé quant même, ne serai-ce qu’en réponse aux hommes pour leur rendre la pareille, puisque les étudiantes savent qu’elles sont classées sur des critères physiques et sexuels. Par contre je doute que ces fichiers comportent la fonction « stalker ».

      Sinon le directeur de l’école, M.Belletante (joli nom) dit qu’il enquêtera à partir du 20 aout (date probable de son retour de vacances qu’il ne compte pas écourté pour une si petite affaire) et n’envisage pas de porté plainte. Ca indique que pour lui c’est pas un grave dommage à l’encontre de ses étudiantes (qui ne pèse pas lourd face au bien être de ses étudiants prédateurs sexuels), ni un grave dommage à l’encontre de son école (EM Lyon à pour vocation de formé des prédateurs y compris sexuels comme @monolecte le soulignait).


  • Derrière la déroute d’Airbnb, les déboires de l’économie du partage au Japon AFP - 27 Juin 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_derriere-la-deroute-d-airbnb-les-deboires-de-l-economie-du-partage-au-ja

    Des milliers de réservations Airbnb rayées de la carte, Uber réduit à livrer des repas : entre législation très stricte et réticences des habitants, le Japon mène la vie dure aux géants de l’économie collaborative qui prospèrent ailleurs dans le monde.

    Le 15 juin, une nouvelle loi est entrée en vigueur pour encadrer les locations de courte durée par des particuliers (« minpaku"). Pour l’occasion, l’un des fondateurs d’Airbnb, Nathan Blecharczyk, s’est déplacé au Japon et a salué "ces nouvelles règles qui clarifient" les choses.


    Soucieux sans doute de ménager le gouvernement, il n’a alors pas dit un mot des nombreuses annulations de séjours auxquelles sa compagnie a dû procéder, car les propriétaires des biens n’avaient pas obtenu à temps leur immatriculation pour proposer un logement en mode saisonnier.

    Airbnb est coutumier des frictions avec de nombreuses villes dans le monde, mais là, la déconvenue est brutale.

    "Nous sommes terriblement désolés. C’est nul - et c’est un euphémisme", lançait la compagnie en annonçant devoir retirer de son site l’écrasante majorité de ses quelque 60.000 annonces.

    Intérêts particuliers
    Procédure bureaucratique très lourde, nombreuses restrictions (durée de location, condition de surface) et possibilité pour les autorités locales de durcir encore les règles font que la loi bride de facto le développement des "minpaku", estime Hiro Kishi, professeur à l’université Keio de Tokyo.

    Au Japon, les intérêts des secteurs établis de longue date priment, souligne-t-il, déplorant l’adoption d’un tel texte "à seulement deux ans des jeux Olympiques".

    Là, il s’agit de protéger les hôtels et ryokan (auberges traditionnelles), dans un autre cas le but est de préserver les taxis en empêchant la plateforme de réservation de voiture avec chauffeur (VTC) Uber de s’implanter.

    "Pour promouvoir l’économie du partage, il faut assouplir la régulation", afin de faciliter l’émergence de nouveaux entrants, explique-t-il.

    Or les technocrates et le Premier ministre Shinzo Abe, malgré ses promesses de réformes via sa stratégie de relance "abenomics", "n’ont aucune intention" de le faire, souligne l’économiste, "par peur d’un tollé dans les secteurs qui ont profité jusqu’à présent d’un monopole de fait".

    Résultat, l’économie collaborative n’a pesé que 50 milliards de yens en 2016 (384 millions d’euros), en forte hausse certes sur un an (+26%), selon les chiffres de l’institut de recherche Yano, mais sa taille est encore toute petite comparée aux marchés européen, américain ou encore chinois où on parle de dizaines, voire centaines de milliards d’euros.

    Et seulement "2,7% des Japonais savent exactement ce qu’est l’économie du partage", quand "80,1% ignorent totalement ce dont il s’agit", d’après une étude du cabinet d’audit PwC réalisée en mai 2017 auprès de 2.000 personnes.

    * Pression touristique
    Qui plus est, l’image de cette nouvelle forme de services est négative, selon Takashi Sabetto, de l’Association japonaise de la
    "Sharing Economy" , fondée il y a trois ans pour sensibiliser la classe politique et les citoyens au sujet.

    "L’opinion publique est très remontée contre les prestataires de type Airbnb et Uber. Nous avons essayé de changer cette mentalité mais c’est très difficile, cela prend du temps", dit-il.

    "Les Japonais sont très soucieux de leur sphère privée", s’inquiétent pour leur sécurité et se méfient des étrangers parfois bruyants et peu respectueux des règles, décrypte M. Sabetto.

    Il note néanmoins "un plus grand intérêt" des jeunes générations. Parmi les segments en vogue : l’autopartage, le vélopartage (avec l’arrivée de deux acteurs chinois en 2017, Ofo et Mobike), la location d’articles de mode ou encore la livraison de plats avec UberEATS. Le géant américain est arrivé en 2016 à Tokyo où il compte désormais 10.000 coursiers, avant de s’étendre à d’autres villes (Osaka notamment et bientôt Kobe et Kyoto).

    Pour les start-up locales en revanche, il reste difficile de trouver des financements, regrette le responsable de l’association, dans un pays qui privilégie "l’efficacité dans la fabrication des choses à l’innovation" dans les services.

    C’est que les Japonais ne voient pas la nécessité de changer les choses dans un pays où les prestations proposées sont "de bonne qualité, ce qui freine le développement de nouvelles offres". _

    La solution : s’implanter dans les zones rurales qui se dépeuplent pour combler les besoins des personnes âgées, à l’instar d’Uber qui, faute de pouvoir conquérir les grandes villes japonaises, teste un programme de VTC dans des localités reculées.

    A plus longue échéance, tous misent sur l’influence extérieure, grâce au nombre croissant de touristes : près de 29 millions de visiteurs en 2017, 40 millions attendus en 2020.

    #Japon #airbnb #UBER


  • De #villes en #métropoles, #Tôkyô, métropole #japonaise en #mouvement perpétuel :
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient3.htm
    Publié le 20/09/2006
    Vu le 08/06/2018

    Cet article de Natacha Aveline du bureau #CNRS #Japon Corée à Tôkyô, Institut d’#Asie #orientale, publié sur le site #géoconfluences, traite du mouvement perpétuel de Tokyo de différents points de vue. Elle rappelle d’abord l’importance #démographique de la ville, notamment par rapport au #monde et ses #lieux les plus peuplés tout en invoquant les raisons #économiques de cette #croissance par rapport à l’#histoire de la ville. Elle précise que la ville et la #campagne sont difficilement discernables et nous pouvons en conclure que la #périurbanisation doit contribuer non seulement à l’importance démographique de la ville, mais aussi à tous les #changements qui s’y opèrent, la périurbanisation progressant sans cesse sur le #territoire : c’est ce qu’elle évoque par la notion d’#émiettement #urbain. Malgré les perspectives actuelles en matière d’#économie et de #démographie, ce phénomène pose toujours #problème.

    Près de 80% des Japonais vivent en ville. […] Le #gigantisme urbain atteint sur l’#archipel des niveaux inégalés en Europe. Onze villes ont plus d’un #million d’habitants (2006), dont onze se regroupent dans quatre grandes #conurbations qui structurent un cordon urbain quasi-continu de mille kilomètres s’étirant le long du littoral Pacifique de Tôkyô à Fukuoka. Deux se distinguent par leur #démesure : Tôkyô, première #agglomération de la planète avec 34 millions d’habitants, et Ôsaka, la dixième avec 17 millions d’habitants, cumulent un produit régional brut de quelque 1 850 milliards de dollars, équivalent à celui de l’Italie et des Pays-Bas réunis.
    Si la #macrocéphalie est un phénomène commun à bien des pays d’Asie, la structuration en #mégalopole […] est plus spécifique au Japon. Elle résulte des choix industriels effectués dès l’époque Meiji (1868-1912), mais aussi de l’#expansion singulière d’un espace #urbanisé d’autant plus difficile à cerner que la ville ne s’est jamais opposée à la campagne, dans un pays où seuls les châteaux étaient fortifiés à l’époque féodale. Le phénomène d’émiettement urbain atteint ainsi une intensité sans équivalent dans les autres grands pays #industrialisés. Il a été, au Japon, une cause majeure de pathologies pendant la Haute Croissance et reste source de #problèmes aujourd’hui, en dépit de perspectives économiques et démographiques radicalement nouvelles.

    Ainsi, différentes #questions sont soulevées, d’abord celle des « logiques d’#urbanisation », elle évoque alors « l’#entremêlement de #fonctions #rurales et urbaines dans les #périphéries et […] les #zones #centrales » desquelles résulte « la faible hauteur des #constructions » et l’« #étalement du bâti » qu’elle nuance légèrement en rappelant la #verticalisation de Tôkyô entre 1980-1990 « sous l’effet des multiples opérations de #rénovation urbaine » ; et qui provient en partie de « la faible #intervention de l’#État dans la #gestion urbaine, le rôle majeur qu’ont joué à cet égard les #opérateurs #ferroviaires #privés, la toute-puissance de la propriété #foncière et l’extraordinaire #plasticité du bâti. »
    Elle donnera le la précision sur cette « faible intervention de l’État » en évoquant la #désorganisation des villes, les conséquences de l’#occupation #américaine et les problèmes qui en découle quant à la part de #responsabilité donnée aux #pouvoirs #publics.


    Plan du "quartier-gare" de Shinjuku selon N. Aveline

    Elle donnera également par la suite plus de précision quant aux réseaux ferroviaires privés, leur expansion et leur influence sur la #structure urbaine, ce qui semble pouvoir lui permettre, plus tard, d’aborder la question « statut du foncier dans l’économie #japonaise » et ainsi des rénovations et du #morcellement et de l’aspect #juridique des #parcelles #cadastrales.


    Rénovation urbaine dans le quartier d’affaires de Shinjuku-ouest (1989) - UDC (ex-HUDC / Housing and Urban Development Corporation)

    Elle en déduit de la valeur accordée au #sol et non aux constructions, ce qui lui permet d’expliquer le phénomène de la plasticité du bâtit.


    Autel shinto (inari jinja) inséré entre les immeubles du quartier de Yûrakuchô, dans l’hypercentre de Tôkyô - N. Aveline, 2002 / 2003

    Ainsi, elle évoque enfin les nouvelles #difficultés en #ville avec « l’arrêt de la hausse quasi-interrompue des prix fonciers depuis 1955 et mis un terme à la #croissance exceptionnelle qui soutenait l’économie ». Ce qui lui permet d’évoquer la nouvelle politique de #revitalisation des villes avec le "#renouvellement urbain" (toshi saisei) […] des "#périmètres #spéciaux d’#intervention d’#urgence" […] (Tôkyô, Osaka et Nagoya) », de manière à stabiliser les #prix pour la #spéculation ; le choix de #développer le #commerce et la #restauration et l’utilisation des « #friches #ferroviaires et #industrielles. »


  • Même les moines peuvent risquer le surmenage _ L’essentiel/afp - 17 Mai 2018 *
    http://www.lessentiel.lu/fr/news/insolites/story/Meme-les-moines-peuvent-risquer-le-surmenage-12172567

    Un moine japonais réclame des dommages et intérêts aux responsables de son ancien temple. Il explique sa dépression par le surmenage qu’ils lui ont fait subir.

    Un moine japonais a engagé des poursuites judiciaires contre les responsables de son ancien temple, qu’il accuse de l’avoir fait trimer de longues heures au point qu’il est tombé en dépression. Le quadragénaire réclame 8,6 millions de yens de dommages et intérêts (un peu plus de 65 000 euros) à ses ex-employeurs du site sacré du mont Koya, au sud d’Osaka (ouest). Ce lieu de pèlerinage bouddhiste, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, abrite plus de 100 temples.


    Le plaignant, embauché en 2008, a commencé à souffrir de dépression aux alentours de décembre 2015, a expliqué son avocat, jeudi, à l’AFP. Il assure avoir été contraint d’accomplir des tâches allant bien au-delà de ses devoirs spirituels et avoir parfois travaillé plus de deux mois d’affilée sans aucun jour de repos. Certains jours, il pouvait même enchaîner 17 heures sans pause pour prendre en charge les nombreux touristes.

    #Karoshi
    « Quand vous travaillez en tant que moine, trop souvent vous n’avez pas d’heures fixes », déplore Noritake Shirakura. « Vous fournissez un travail, mais on vous dit que cela fait partie de la formation religieuse et que vous devez le supporter même si cela vous cause de grandes souffrances ». « À travers cette affaire, nous allons défendre le fait qu’une telle notion est dépassée », insiste l’avocat. Son client a souhaité conserver son anonymat afin de ne pas compromettre ses chances de retrouver un travail dans la petite communauté des moines bouddhistes.

    En 2017, un célèbre temple de Kyoto, Higashi Honganji, avait dû s’excuser publiquement pour heures supplémentaires non payées et #harcèlement au travail, mais ce type d’affaires est rare dans le secteur religieux. Le surmenage au travail, en revanche, est un problème répandu au Japon, qui peut entraîner la mort (crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, suicide), un phénomène qui a même un nom : « Karoshi ». Un rapport du gouvernement publié l’an dernier avait évalué à 191 les cas de karoshi sur l’année achevée fin mars 2017 et souligné que 7,7% des salariés japonais effectuent plus de 20 heures supplémentaires par semaine.

    #travail #surmenage #management #exploitation #religion #japon


  • Les Japonaises privées de #MeToo

    http://www.elle.fr/Societe/News/Les-Japonaises-privees-de-MeToo-3665834

    Le hashtag des victimes de violences sexuelles s’est diffusé partout dans le monde. Sauf au Japon, où celles qui brisent la loi du silence risquent menaces et exclusion sociale.

    Non, elle ne souhaite pas changer son nom ou être photographiée de dos : « Oui, j’ai peur mais il faut voir la réalité en face. Depuis que j’ai proclamé #MeToo, en décembre dernier, ma carrière d’actrice est fichue, alors autant parler. » Yumi Ishikawa, 31 ans, est l’une des rares femmes au Japon à avoir osé utiliser ce hashtag. Pourtant, dit-elle, son histoire est celle de centaines d’actrices. « Mon manager m’a poussée dans les bras de deux réalisateurs et d’un producteur, une dizaine de fois. Dans le monde du cinéma, il y a un accord tacite : il faut coucher pour avoir un rôle, surtout celles qui débutent. Je me disais qu’en tant que femme c’était normal d’y passer. Ce n’est qu’avec #MeToo que j’ai pris conscience du problème. » Yumi a d’abord ressenti une libération qui a très vite laissé place à la honte, sous le coup des critiques et des insultes : « Tu es moche », « Tu es une traînée », « C’est honteux pour une Japonaise d’évoquer un tel sujet ».

    Shiori Ito aurait pu lancer le mouvement #MeToo au Japon. Dans son livre « Black Box » (non traduit) publié en octobre dernier, elle dénonce le viol dont elle a été victime par un proche de l’actuel Premier ministre Shinzo Abe. Au moment des faits, il y a trois ans, la police l’a dissuadée de porter plainte, son agresseur présumé n’a pas été inquiété par la justice et elle a même dû s’exiler. De passage à Tokyo, cette journaliste nous explique être la cible de menaces de mort : « Je me sens en danger dans mon propre pays. Après la publication de mon livre, j’ai reçu des dizaines de mails haineux, venant d’hommes mais aussi de femmes, des coups de fil menaçants, jour et nuit, me disant que je devrais mourir. Je me suis d’abord réfugiée chez une amie pendant deux mois et demi. Puis une représentante d’une ONG qui lutte pour les droits des femmes m’a conseillé d’aller à Londres. Le pire, c’est que ma sœur aujourd’hui n’arrive pas à trouver de travail à cause de moi. J’ai coupé les ponts avec ma famille. »

    • #Japon #femmes #viol #mentalité #harcèlement #patriarcat #
      #discriminations #maternité #consentement

      Sur les encarts publicitaires comme sur les plateaux télévisés défilent tous les stéréotypes : mère parfaite ou jeune fille au corps hyper-sexualisé. « On vit encore dans une société dirigée par des hommes, qui s’adresse à eux seuls », résume la professeure féministe d’Osaka. Troisième puissance économique mondiale, l’archipel figure parmi les pays les plus conservateurs et discriminants au monde, avec moins de 10 % de députés et de cadres femmes. Après le premier enfant, la majorité des mères quittent leur travail pour rester à la maison. Selon le dernier rapport du Forum économique mondial sur la parité entre les femmes et les hommes, publié en novembre dernier, le Japon se retrouve 114e sur 144 pays.

      […] Au Japon persiste l’idée que si une fille accepte d’aller boire un verre avec un homme, elle est responsable de son agression ; elle doit savoir se protéger. La loi sur les violences sexuelles rédigée il y a cent dix ans va dans ce sens. « Pour qu’un viol soit qualifié de crime, la victime doit le prouver par des blessures physiques !, s’insurge l’avocate Akiko Mochizuki. On imagine encore qu’une victime est forcé-ment agressée la nuit, par un inconnu surgi de nulle part ! » Elle a créé à Tokyo l’association Tsubomi, l’une des rares structures nationales à s’occuper de victimes de viol. Elle en aide quelque 1 500. Elle salue le combat de la journaliste Shiori Ito grâce à laquelle la loi a été modifiée en juillet dernier : la peine est passée de trois à cinq ans en cas de viol, et les hommes sont aussi considérés comme des victimes de violences sexuelles. Mais pour l’avocate, la lutte est perdue d’avance : dans 99 % des cas, le violeur n’est pas condamné


  • Sennan Asbestos Disaster
    http://www.nova-cinema.org/prog/2018/165-mandico-yamagata/yamagata/article/sennan-asbestos-disaster

    Hara Kazuo, 2017, JP, VO ST ANG, 215’

    Connu pour ses documentaires engagés comme « Goodbye CP » (1972) ou encore « The Emperor’s Naked Army Marches On » (1987), Hara Kazuo est un homme en colère, un réalisateur qui part en cinéma comme on part en guerre. Et comme on ne va jamais seul à la guerre, le cinéma de Hara est celui du dialogue, du groupe, avec ses éclats, ses disputes, ses rencontres et surtout, ses affrontements. Porté par une rage froide et méthodique, son dernier film suit, pendant presque dix ans, le procès intenté par un groupe de plaignant et leurs avocats à l’État Japonais. Tous sont pratiquement à l’agonie, victimes d’années de travail dans l’industrie de l’amiante à Sennan, près d’Osaka. Au-delà des péripéties dramatiques d’un procès qui met David aux mains de Goliath (...)



  • http://imgmap.chirijin.com

    It all culminated in Shelton’s book Learning from the Japanese City, a study that can help any Westerner better understand the likes of Tokyo, Osaka, Kyoto, Kanazawa, Hiroshima, Fukuoka, or indeed Nagomuru City. You won’t find that last, however, on any map of Japan, nor will you find it in the country itself. It exists in the land of Naira, which itself exists in the mind of Japanese graphic designer and cartographer Imaizumi Takayuki. Imaizumi’s painstaking, ongoing work has produced maps of Nagomuru City that look at it in different ways in different eras, which you can browse on Let’s Go to the Imaginary Cities! On this page you can explore scrollable maps of the city by first selecting one of its thirty regions; just below that, you can also download a large PDF map of the entire metropolis.

    http://www.openculture.com/2018/03/japanese-designer-creates-incredibly-detailed-realistic-maps-of-a-compl


  • Japan to Build 350-Meter Wooden Skyscraper | Spoon & Tamago

    http://www.spoon-tamago.com/2018/02/11/japan-w350-wooden-skyscraper

    Japanese builder and developer Sumitomo Forestry has teamed up with architecture firm Nikken Sekkei to construct a 350-meter (1148 ft) wooden skyscraper in Tokyo’s Marunouchi district right around Tokyo Station. Although still in conceptual stages, the company is aiming to complete “W350” by 2041, a date that would mark the 350th anniversary of the company. If completed, it would be the world’s tallest wooden structure and would even beat out Japan Abeno Harukas (300 meters) in Osaka, which currently holds the record of tallest building in Japan.

    #japon #architecture #architecture_écologique


  • J – 131 : Vu hier soir Cinq femmes autour d’Utamaro de Kenji Mizoguchi. A vrai dire je ne me souviens pas la dernière fois que j’ai vu un film de Mizoguchi, j’ai un vague souvenir d’un cours d’histoire de l’art à propos du cinéma japonais aux Arts Déco et dans lequel Ozu et Mizoguchi tenaient les deux premiers rangs, de même j’ai un vague souvenir d’avoir vu à Chicago en VHS les Femmes de la nuit, mais je crois que c’est bien tout. J’avais gardé le souvenir donc que Mizoguchi était un cinéaste majeur, je n’avais aucune idée, je viens de le découvrir, que sa filmographie est aussi longue et aussi poétique qu’un recueil de haikus , c’est même assez impressionnant :

    1923 : Yorû yami no sasayakî
    1923 : Yorû utsukushikî akumâ
    1923 : Kantô
    1923 : Le Jour où l’amour revit (Ai ni yomigaeru hi)
    1923 : Le Pays natal (Kokyo)
    1923 : Rêves de jeunesse (Seishun no yumeji)
    1923 : La Rue du feu de l’amour (Joen no chimata)
    1923 : Triste est la chanson des vaincus (Haizan no uta wa kanashi)
    1923 : 813, une aventure d’Arsène Lupin (813) - j’ai vérifié, il n’y a pas que sur la page de l’encyclopédie collective en ligne que l’on trouve ce titre surprenant dans l’œuvre de Mizoguchi
    1923 : Le Port de la brume (Kiri no minato)
    1923 : Dans les ruines (Haikyo no naka)
    1923 : La Nuit (Yoru)
    1923 : Le Sang et l’âme (Chi to rei)
    1923 : La Chanson du col (Toge no uta) ? ce qui ne veut pas dire, comme on aurait pu le croire, les faux amis en japonais sont infiniment fourbes, que la compagnie UTA ne desservait pas le Togo, d’autant que vérifiant la chose auprès d’un ingénieur en aéronautique ayant travaillé pour l’UTA, la compagnie UTA desservait bien le Togo, les choses que l’on est obligé de vérifier quand on se sert d’une encyclopédie collective en ligne
    1924 : L’Idiot triste (Kanashiki hakuchi)
    1924 : La Mort à l’aube (Akatsuki no shi)
    1924 : La Reine des temps modernes (Gendai no jo-o)
    1924 : Les femmes sont fortes (Josei wa tsuyoshi)
    1924 : Le Monde ici-bas - Rien que poussière (Jin kyo)
    1924 : À la recherche d’une dinde (Shichimencho no yukue) ? là aussi vérification faite auprès d’une amie de Madeleine, japonaise, c’est effectivement, à peu près, ce que Shichimencho no yukue veut dire, décidément le recours à une encyclopédie collective en ligne donne beaucoup de travail de vérification, en grande partie à cause des esprits pervers de mon genre qui ne perdraient jamais une occasion, surtout depuis l’intérieur, de pervertir les sources de renseignement par toutes sortes de fictions.
    1924 : La Mort du Policier Ito (Acab Itou)
    1924 : Le Livre de la pluie de mai ou Conte de la pluie fine (Samidare zoshi)
    1924 : La Hache qui coupe l’amour (Koi o tatsu ono)
    1924 : La Femme de joie (Kanraku no onna)
    1924 : La Reine du cirque (Kyokubadan no jo-o)
    1925 : A, a tokumukan kanto
    1925 : Pas d’argent, pas de combat (Uchen-Puchan)
    1925 : Après les années d’étude (Gakuso o idete)
    1925 : Le lys blanc gémit (Shirayuri wa nageku)
    1925 : Au rayon rouge du soleil couchant (Akai yuhi ni terasarete)
    1925 : Croquis de rue (Gaijo no suketchi)
    1925 : L’Être humain (Ningen)
    1925 : La Chanson du pays natal (Furusato no uta)
    1925 : Le Général Nogi et monsieur l’Ours (Nogi taisho to Kumasan)
    1926 : Le Roi de la monnaie (Doka o)
    1926 : Les Murmures d’une poupée en papier Haru (Kaminingyo haru no sasayaki)
    1926 : Ma faute (Shin onoga tsumi)
    1926 : L’Amour fou d’une maîtresse de chant (Kyôren no onna shishô)
    1926 : Les Enfants du pays maritime (Kaikoku danji)
    1926 : L’Argent (Kane)
    1927 : La Gratitude envers l’empereur ou La faveur impériale (Ko-on)
    1927 : Cœur aimable (Jihi shincho)
    1928 : La Vie d’un homme (Hito no issho)
    1928 : Quelle charmante fille ! (Musume kawaiya)
    1929 : Le Pont Nihon (Nihon bashi)
    1929 : Le journal Asahi brille (Asahi wa kagayaku)
    1929 : La Marche de Tokyo (Tokyo koshin-kyoku)
    1929 : La Symphonie de la grande ville (Tokai kokyogaku)
    1930 : Furusato (Fujiwara Yoshie no furusato)
    1930 : L’Étrangère Okichi (Tojin okichi)
    1930 : Le Pays natal (Furusato)
    1931 : Et pourtant ils avancent (Shikamo karera wa yuku)
    1932 : Le Dieu gardien du temps (Toki no ujigami)
    1932 : L’Aube de la fondation d’un état : La Mandchourie-Mongolie (Manmo kenkoku no reimei)
    1933 : Le Fil blanc de la cascade (Taki no shiraito)
    1933 : La Fête à Gion (Gion matsuri)
    1934 : Le Groupe Jinpu ou groupe kamikaze (Jinpu-ren)
    1934 : Le Col de l’amour et de la haine (???,Aizo toge)
    1935 : La Cigogne de papier (Orizuru Osen)
    1935 : Oyuki la vierge (Maria no Oyuki)
    1935 : Les Coquelicots (Gubijinsô) ?
    1936 : L’Élégie d’Osaka (Naniwa erejî)
    1936 : Les Sœurs de Gion (Gion no shimai)
    1937 : L’Impasse de l’amour et de la haine (Aien kyo)
    1938 : Le Chant de la caserne (???? Roei no Uta)
    1938 : Ah ! Le Pays natal (Aa kokyo)
    1939 : Conte des chrysanthèmes tardifs (Zangiku monogatari)
    1940 : La Femme de Naniwa (Naniwa onna)
    1941 : La Vie d’un acteur (Geido ichidai otoko)
    1941 : La Vengeance des 47 rônins (Genroku chushingura)
    1944 : Trois générations de Danjurô (Danjuro sandai)
    1944 : L’Histoire de Musashi Miyamoto (Miyamoto Musashi)
    1945 : L’Épée Bijomaru ( Meito bijomaru)
    1945 : Le Chant de la victoire (Hissho ka)
    1946 : La Victoire des femmes (Josei no shôri)
    1946 : Cinq femmes autour d’Utamaro ( Utamaro o meguru gonin no onna)
    1947 : L’Amour de l’actrice Sumako ( Joyû Sumako no koi)
    1948 : Femmes de la nuit ( Yoru no onnatachi)
    1949 : Flamme de mon amour (Waga koi wa moenu)
    1950 : Le Destin de madame Yuki (,Yuki fujin ezu)
    1951 : Miss Oyu (,Oyû-sama)
    1951 : La Dame de Musashino (Musashino fujin)
    1952 : La Vie d’O’Haru femme galante (Saikaku ichidai onna)
    1953 : Les Contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu monogatari)
    1953 : Les Musiciens de Gion (ou La Fête à Gion, Gion bayashi), remake de son film de 1933.
    1954 : L’Intendant Sansho (Sanshô dayû)
    1954 : Une femme dont on parle (,Uwasa no onna)
    1954 : Les Amants crucifiés (Chikamatsu monogatari)
    1955 : L’Impératrice Yang Kwei-Fei (Yôkihi)
    1955 : Le Héros sacrilège (Shin heike monogatari)
    1956 : La Rue de la honte (Akasen chitai)

    J’ai un petit faible pour À la recherche d’une dinde

    On note, par ailleurs qu’en 1922 et 1923, Keiji Mizoguchi n’a pas, pas exactement, chômé.

    Ce que je comprends aussi de ce cinéma, c’est justement ce que je n’en comprends pas. Dans les Cinq femmes autour d’Utamaro , je confonds sans cesse les cinq femmes en question dont les noms apparaissent trop vite en japonais dans les sous titres (par ailleurs en anglais, ce qui me ralentit tout de même un petit poil, juste le petit poil qui rend le déchiffrement d’un nom japonais trop lent ou imprécis) et que je comprends trop tard en regardant le film que c’est plus ou moins au motif des kimonos qu’on a une chance de les reconnaître, parce que leur maquillage de geishas et de courtisanes les unifient beaucoup, et ma méprise est évidemment totale, je m’en rends compte, quand je pensais que la femme assassine était la femme porteuse de l’invraisemblable tatouage d’Utamaro dans le dos, et je découvre médusé que le tatouage en question est en fait sur le cadavre des deux amants, si vous pensez que ce que je viens d’écrire est difficile à suivre, téléchargez d’urgence ce film, vous verrez à quel point c’est pas facile de retrouver ses petits dans un tel désordre.

    Et cette méprise est telle qu’on peut même raisonnablement se demander quel est le plaisir que je trouve à cette cinématographie, par ailleurs assez fixe dans ses plans aux compositions pas particulièrement audacieuses, c’est l’empire du plan large, et bien peut-être de telles scènes que celle de l’apprenti peintre d’Utamaro qui se désespère de ne pouvoir atteindre à l’art de son maître, à cette vie insufflée dans ses personnages féminins dans ses dessins et qui commande à son serviteur de fermer les volets en plein jour et de lui apporter une bougie et comment la perception de la pièce, du décor bascule élégamment. Pour le même résultat décevant aux yeux du peintre apprenti.

    Et je peux tenter de suivre quantité de dialogue presque incompréhensibles, - toutes ces scènes d’hystérie des personnages pour des insultes faites à telle ou telle école d’art, autant vous dire que je n’aurais pas fait long feu dans le Japon du XVIIIème siècle avec certaines de mes chroniques et que je serais rapidement passé au fil du sabre du grand samouraï Piê Shou-lag pour l’avoir si copieusement insulté - ces explications interminables à propos de telle ou telle partie d’un protocole que n’aurait pas été suivi à la règle - et là autant vous dire que ma conduite dans un restaurant de fondue chinoise aurait également été jugée très insuffisamment protocolaire - je peux même lutter efficacement contre la fatigue du soir et m’abimer les yeux avec ces maudits sous titres éclairs en anglais, tant qu’il y aura des scènes comme celle de l’atelier ou encore comme celle de la baignade des promises à la pêche de ne je sais quel poisson symbole de fertilité, j’en redemanderai.

    Donc une grande partie du cinéma de Mizoguchi m’échappe mais je suis très perméable à sa poésie.

    Prochain sur ma liste, À la recherche d’une dinde . Cela ne va pas être facile à trouver mais il faut ce qu’il faut.

    Exercice #59 de Henry Carroll : Perdez-vous. Prenez une photo du moment où vous vous rendez compte que vous vous êtes perdu.

    Je crois que ne me suis jamais autant perdu qu’en République Tchèque, c’était même à croire que c’était un peu ce que je cherchais.

    #qui_ca


  • Brooke Harrington’s Capital Without Borders: An Excerpt - The Atlantic
    http://www.theatlantic.com/business/archive/2016/09/wealth-managers/499064
    La sociologie des riches vu à travers les yeux d’un gestionnaire de patrimoine.

    elite clients may ask wealth management professionals to undergo a contemporary version of the trials of Hercules. Another English practitioner who is nearing the end of a forty-year career in Hong Kong had a particularly impressive story of an impossible task set him by a client bent on testing his trustworthiness:

    I was phoned up from Osaka once, by a client who said, “I’m sitting across from Owagi-san, who speaks no English, but we are bowing to each other. He has just said to me through a translator that he needs a thousand sides of smoked salmon by Tuesday, and I’m relying on you to get them.” I said, “I’m your wealth manager, not your fishmonger.” And the client said, “Well, today you’re a fishmonger.” So I had to ring up a friend who knew the guy from Unilever who runs the smoked salmon plant in Scotland. And the plant manager made it happen. So I found out later that my client was testing me by setting me an impossible task—he told me that he was trying to see if I was really up to the kind of job he wanted me to do.

    The story is reminiscent in some ways of the tales of knightly quests, complete with seemingly insurmountable obstacles and abject humiliations (“today you’re a fishmonger”)—with a shipment of smoked salmon in place of the Holy Grail. The question behind the impossible task remains consistent: Are you truly devoted?

    Clients may also have a pragmatic reason for posing these tests: They allow the client to discover whether the wealth manager possesses the kind of social networks and influence necessary to provide extraordinary personal service. In this case, being “up to the kind of job” the client wanted depended not just on personal resolve but also on knowing the right people, in this case a friend with connections at Unilever. This is consistent with previous research showing that elite professionals serve their clients in part by acting as commercial “matchmakers,” facilitating opportunities that are not available publicly. For example, a study of 19th-century British lawyers showed how their familiarity with clients’ business dealings allowed them to create whole new industries, such as the country’s railroad system; the professionals established a kind of private market, accessible only to the upper crust of British society. Access to such opportunities hinged entirely on trust between clients and professionals, and the related perception of exclusivity. As the study concluded, “To avail oneself of opportunities, one has to be ‘one of us.’”

    Capital Without Borders: Wealth Managers and the One Percent
    By Brooke Harrington
    Harvard University Press, 400pp, £22.95
    ISBN 9780674743809
    Published 29 September 2016

    Brooke Harrington - Capital without Borders: Wealth Managers and the One Percent - ValueWalk
    http://www.valuewalk.com/2016/09/brooke-harrington-capital-without-borders-wealth-managers-one-percent

    Capital without Borders: Wealth Managers and the One Percent (Harvard University Press, 2016) is an innovative approach to addressing a problem that is even more pressing than income inequality—wealth inequality. Recognizing that the wealthy are “notoriously difficult to study,” Harrington, a sociologist, decided to focus instead on wealth managers. In some ways, however, they are even less accessible. As professionals, they are constrained by privacy considerations. Moreover, as a group they have come under attack for being “agents of money laundering and tax evasion” and are thus suspicious of outsiders. To overcome this barrier to access, Harrington trained for two years to gain certification by STEP (Society of Trust and Estate Practitioners) as a wealth manager herself. Between 2008 and 2015 she conducted 65 interviews with wealth managers in 18 countries.


  • On vit dans un drôle de monde ! Et il semblerait que « expatriés » et « migrants » ne vivent pas sur le même, si on croit le Courrier international...

    Alors qu’ici on fait l’éloge de l’aide au départ dont rêvent les expats, pour les migrants provenant du Sud globalisé, c’est des aides au développement pour empêcher le départ qui sont mis en place !

    Infographie. Ce qu’il faudrait faire pour aider les expats

    En 2014, 91 % des personnes interrogées par l’institut Ipsos pour son enquête “Les Français et l’expatriation” déclaraient que si, parmi leurs proches, un jeune envisageait de partir vivre à l’étranger, elles l’encourageraient à le faire et 92 % qu’elles avaient une bonne opinion des Français qui partent vivre à l’étranger.


    http://www.courrierinternational.com/grand-format/infographie-ce-quil-faudrait-faire-pour-aider-les-expats
    #expat #expatriés #asile #migrations #réfugiés #aide_au_départ #rhétorique #mots #vocabulaire #terminologie #wordsmatter #inégalités #discours
    cc @reka


  • #José_Maceda
    http://continuo-docs.tumblr.com/post/131204675898/jos%C3%A9-maceda-sound-excerpts-from-documentary

    #Philippines avantgarde composer #José_Maceda-san conducting a collective outdoor performance with hundred volunteers playing bamboo, jew’s harp, flutes and singing. Performance and film were shot in a park, possibly in Osaka.

    Extrait sonore
    https://a.tumblr.com/tumblr_nvurz3ksOg1r5yt7ko1.mp3

    Le documentaire complet
    https://www.youtube.com/watch?v=HBXXq9cGDCI&list=RDHBXXq9cGDCI

    #vidéo #musique


  • Un nouveau pas vers la pilule pour les hommes | Passeur de sciences
    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/10/12/un-nouveau-pas-vers-la-pilule-pour-les-hommes

    La recherche médicale emprunte parfois des voies imprévues. Ainsi, l’étude d’une équipe japonaise de l’université d’Osaka, publiée dans Science le 1er octobre, est-elle partie d’un travail sur les traitements immunosuppresseurs – donnés à des patients afin d’éviter le rejet de l’organe qu’on leur a greffé – pour aboutir à l’expérimentation d’un contraceptif masculin chez les souris... Le cheminement peut sembler improbable ou tortueux mais il est intéressant à suivre car il illustre bien la manière dont, en science, on peut rebondir d’un domaine à l’autre.

    Cet article prend donc racine dans des travaux sur deux médicaments immunosuppresseurs, la ciclosporine et le tacrolimus. Pour empêcher que le système immunitaire s’en prenne aux greffons, ces deux molécules inhibent la calcineurine, une protéine qui active les lymphocytes T, ces globules blancs qui, en temps normal, attaquent les cellules étrangères. Pour schématiser, si la calcineurine est neutralisée, les lymphocytes T le sont aussi. Cependant, on s’est aperçu, en testant les immunosuppresseurs sur des animaux, que ces traitements n’étaient pas sans conséquences sur la fabrication et la maturation des spermatozoïdes. D’autres expériences, in vitro celles-ci, ont montré que les gamètes masculins perdaient de leur motilité en présence de ciclosporine et de tacrolimus. Visiblement, quelque chose dans les spermatozoïdes était sensible à ces molécules. Mais quoi ?

    #pilule #contraception_masculine #genre


  • #Japon : après l’adoption des lois de #défense, la crainte de la fin du #pacifisme
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/09/18/japon-apres-l-adoption-des-lois-de-defense-la-crainte-de-la-fin-du-pacifisme

    Échauffourées, coups bas, manifestations, pétitions, motions de censure… L’adoption par le Parlement japonais des lois controversées sur la sécurité nationale a clos des mois de débats tendus. Par 148 voix pour et 90 contre, la Diète a approuvé dans les premières heures de samedi 19 septembre (le vendredi 18 en France) des lois de défense qui permettraient l’envoi, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, de soldats dans un conflit à l’étranger.

    #constitution

    • Sur les manifestations : http://www.liberation.fr/monde/2015/09/17/japon-la-rue-veut-la-paix_1384766

      Ils ne lui diront pas merci. Et pourtant, les dizaines de milliers de Japonais qui se mobilisent contre les projets de loi sécuritaires de Shinzo Abe doivent une fière chandelle au Premier ministre japonais. Depuis qu’il est revenu au pouvoir, fin 2012, et a fortiori à partir du moment où il s’est lancé dans un chambardement constitutionnel visant à enterrer le pacifisme d’Etat, le chef du gouvernement a bien malgré lui (r)éveillé la société civile. Jeudi soir, alors que le Parlement étudiait les lois de défense qui doivent permettre l’envoi de militaires dans un conflit à l’étranger, ils étaient encore des milliers à braver la pluie et à défier sagement les forces de l’ordre. Le week-end, environ 30 000 personnes avaient défilé à Osaka. D’autres cortèges et meetings ont eu lieu à Kyoto, Yokohama, Sapporo, etc.

      Sur RFI : http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150919-japon-lois-securitaires-adoptees-debat-chine-shinzo-abe-operations-exte

      Pour pousser ses feux, le Premier ministre Shinzo Abe a usé d’un argument de poids : la Chine et ses ambitions régionales grandissantes, notamment sur fond d’augmentation à deux chiffres de son budget militaire tous les ans. Mais en ne cantonnant plus l’armée japonaise à la seule défense de l’archipel, le Premier ministre Shinzo Abe dit aussi que l’environnement sécuritaire du Japon a beaucoup changé. Il a néanmoins choisi de ne pas réviser sa Constitution pacifiste, car cela se serait avéré très long et très compliqué.

      et une interview d’une chercheuse de la #FRS soutenant plutôt le gouvernement japonais : http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150918-lois-defense-japon-une-societe-repliee-elle-meme

      C’est une première depuis la Deuxième Guerre mondiale, les Parlementaires japonais ont adopté les nouvelles lois de défense autorisant l’envoi de militaires nippons dans un conflit étranger. Ces lois, proposées par le gouvernement Shinzo Abe, ont suscité un très vif débat dans l’archipel, avec des manifestations jusque devant le Parlement. Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche stratégique, détaille le contenu de ces lois et estime que les manifestations d’opposition ont été « le reflet d’une société japonaise repliée sur elle-même et peut consciente des enjeux extérieurs ».


  • The Winter Bay is on the move again! Whale meat vessel sets off for Japan - WDC, Whale and Dolphin Conservation
    http://uk.whales.org/blog/2015/08/winter-bay-is-on-move-again-whale-meat-vessel-sets-off-for-japan

    Winter Bay, the second-rate vessel chartered by Icelandic whaler, Kristjan Loftsson, to move an estimated 1,700 tonnes of fin whale meat to Japan, is on the move again! The vessel has been moored in Tromso since June 11th.

    • Winter Bay | Icelandmag
      http://icelandmag.visir.is/tags/winter-bay

      The Canadian Actress Pamela Anderson still hopes to persuade Russian authorities to stop the shipment of Icelandic whale meat to Japan via the north-eastern passage through the Arctic. The cargo vessel Winter Bay, registered in St Kitts and Nevis, recently left harbour in Tromsö Norway with 1,800 tons of whale products, destined for Japan.
      In a letter sent to Vladimir Putin, the president of Russia, this July Pamela urged him to stop the shipment:
      I would love to have the opportunity to meet and to discuss how, on behalf of my Foundation, I can forge a constructive relationship with the Russian government over issues related to wildlife, animals and the environment.
      I do have a voice in the international community and I would like to use my voice, as humble as it is, to help make this world a better place for all living things.

      Yesterday Pamela Anderson announced that the Russian Minister of Natural Resources and Environment had agreed to meet her at the East Russia Economic Forum in Vladivostok next month.
      In a letter to the Russian Ambassador to the US, which was published on the website of the Pamela Anderson Foundation, Pamela expresses her gratitude that the representative of the Russian government will meet with her to discuss the shipment of whale meat by Hvalur hf. Furthermore she expresses her hope that this meeting might lead to “Russia looking into banning such transits of protected species in the future”.

    • Et s’il passe par la #Route_du_Nord, c’est pour des raisons écologiques et pas du tout pour éviter les problèmes avec les écologistes lors des escales par la route du sud…

      Icelandic whale meat shipment heading to Japan worth 15 million USD | Icelandmag
      http://icelandmag.visir.is/article/icelandic-whale-meat-shipment-heading-japan-worth-15-million-usd

      The cargo vessel Winter bay, which is carrying Icelandic whale products to Japan, has left port in Tromsö Norway to sail the North-East passage through the Arctic. The ship is carrying meat and blubber from fin whales caught by ships operating from the Hvalfjörður fjord whaling station. These whales are caught in Faxaflói bay, outside the whale sanctuary inside the bay, where whale watching firms operating out of Reykjavík take their tours.

      In an interview with a Norwegian newspaper Fiskeribladet Fiskaren Kristján Loftsson, the CEO and owner of whaling firm #Hvalur, which owns the whale products being shipped to Japan, revealed that the cargo is worth two billion Icelandic Krona (15 million USD/14 million EUR).
      Kristján also argued the ship was taking the North-East passage because it was shorter than the route around the Cape of Good Hope. Last year Hvalur sent a shipment of whale products around the Cape of Good Hope which ran into considerable problems as the ship was refused permits to dock along the way, due to its controversial cargo. The North-East passage is 14,800 km (9,200 miles) shorter than the alternative route.

      As in every other interview in which Kristján Loftosson appears, he used the opportunity to blast environmentalists and conservationists, ridiculing those who wish to conserve the whales.
      They should rather congratulate us for exploiting the fin whale population in a responsible manner and for transporting this cargo over this long distance to Japan in a exceptionally environmental manner.

    • Robin des Bois - Communiqué
      http://www.robindesbois.org/communiques/animal/2015/viande-de-baleine-transite-passage-nord-est.html

      Grande première en Arctique : la viande de baleine transite par le passage du Nord-Est

      Le Winter Bay appartenant à un armateur européen vient de quitter le port de Tromsø en Norvège. Il est maintenant en mer de Barents. Il transporte environ 1800 tonnes de viande de baleine d’origine islandaise. Le Winter Bay est attendu à Osaka au Japon le 28 août. L’option arctique, 14.500 km, évite au Winter Bay les complications diplomatiques, les protestations d’ONG environnementales et les habituelles escales en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Sud.

      Le passage du Nord-Est est entièrement libre de glace entre la mi août et la fin septembre. Le passage du Nord-Est raccourcit de moitié la trajectoire par le cap de Bonne-Espérance. La route maritime du Nord est entièrement contrôlée par l’administration et l’armée russe.

      La Russie est malheureusement complice du trafic de viande de baleine entre l’Islande et le Japon. L’Union Européenne est aussi complice puisque le Winter Bay appartient depuis quelques semaines à un armateur letton. La Directive européenne sur la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages stipule que les Etats-membres doivent interdire le transport de spécimens de toutes les espèces de cétacés vivants ou morts ou de toutes parties ou produits dérivés.

      Winter Bay, ex-Nordvaer, ex-Victoriahamn. OMI 8601680. Transporteur frigorifique de marchandises sur palette. Longueur 79,90 m. Pavillon Saint-Kitts-et-Nevis. Société de classification Det Norske Veritas. Construit en 1986 à Rissa (Norvège) par Fosen MV. Vendu en mai 2014 par son armateur norvégien Nor Lines Rederi AS à DalriadaTortola basé aux Iles Vierges Britanniques et prête-nom du letton Aquaship Ltd. Dans la foulée il abandonne le pavillon des Iles Féroé pour celui de Saint-Kitts-et-Nevis.

      Ah, voilà le communiqué de #Robin_des_Bois


  • Leak de la nouvelle roadmap d’AMD pour ses CPU, APU et GPU
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/processeurs/28199-leak-de-la-nouvelle-roadmap-damd-pour-ses-cpu-apu-et-gpu.ht

    Direction le Japon, à Osaka pour être précis, où AMD a dévoilé sa nouvelle roadmap durant l’événement PC Cluster Consortium. C’est un site japonais qui a balancé l’info et il nous permet de découvrir les plans des rouges pour les cinq prochaines années, côté CPU, APU et même GPU... [Tout lire]

    #Processeurs


  • Pour clore en beauté notre semaine #Japon, quelques suggestions d’écoute

    – une petite douceur de #Christophe_Rault
    https://soundcloud.com/christophe-rault/hiragana_session_o

    – une pièce sonore printanière et dansante de IhearU alias #Gaël_Segalen
    http://ihearu.org/2009/01/japanisha-lets-go-to-hanami

    #Fukushima Open Sounds : une très riche collection sonore qui a pour objectif de créer et d’entretenir des liens artistiques avec le Japon et plus précisément la région de la catastrophe nucléaire
    http://fukushima-open-sounds.net

    – impressionnant #field-recording d’une séance de #Kendo, réalisé par #Carl_Stone pour une de ses compositions
    https://soundcloud.com/larbneur/fujiken-kendo-warmup-and

    – on nous signale ce sympathique carnet de voyage, riche en ambiances sonores et... drôle
    http://onosendai.free.fr/japon2014

    – Osaka Kitchen, un projet sur l’art culinaire de cette grande ville du Japon
    http://www.osaka-kitchen.net/#!osaka-en-audio/c9f9

    – les « ready-mixed » d’#Éric_Maillet sont des sortes de ready-made sonores enregistrés dans des galeries commerciales à Osaka, boutiques de jouets, salles d’arcade... une prise de son en mouvement, un mixage improvisé directement à l’enregistrement
    http://kizuchi.free.fr/articles.php?pg=art13

    – « Nu », une balade-fiction, douce & étrange, de #Silvain_Gire & Christophe Rault (#ARTE_Radio)
    http://www.arteradio.com/son/616221/nu

    Et nos deux articles : sur l’émission de field-recording « Oto No Fukei »
    http://seenthis.net/messages/355244

    et un panorama de la #radio au Japon
    http://seenthis.net/messages/354039

    #création_sonore



  • Au #Japon, les curieuses pratiques de la #police d’#Osaka font la Une. Ses agents ont avoué avoir dissimulé plus de 81 000 #délits pour redorer l’image de la préfecture, considérée comme la plus dangereuse du pays, sur instruction des autorités politiques.

    #statistiques #politique #dissimulation

    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20140801-japon-police-osaka-dissimule-81-000-crimes-statistiques


  • JAPON : les deux premières femmes robots !
    http://www.brujitafr.fr/article-japon-les-deux-premieres-femmes-robots-123999377.html

    "Je suis nerveuse", confie la femme-robot OSAKA - 24 juin 2014 - Bien étrange sensation que de regarder ces deux femmes dans les yeux. Et pour cause, elles ne sont pas humaines. Il s’agit bien de deux robots, créés de toute pièce par le Japonais Hiroshi Ishiguro, de l’université d’Osaka. «  Kodomoroid  » et «  Otonaroid  », deux androïdes plus vraies que nature. bientôt, livrées chez vous ! comme prévu, comme tout le monde, comme toi, comme moi, c’est fait ! Publié par (...)


  • 3月9日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-140309

    Top story : B&H Deal – Canon EOS 6D w/Canon 24-105mm f/4.0L IS for $1999 fstoppers.com/bh-deal-canon-…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ posted at 12:12:43

    My Tweeted Times tweetedtimes.com/ChikuwaQ - top stories by chasse_spleen1, HubertNathalie, RousseauAgnes posted at 12:00:09

    Papier is out ! paper.li/ChikuwaQ/13277… Stories via @MarG2104 @ChronCulture @joygarnett posted at 09:17:00

    Top story : Hubert Védrine : cinq propositions pour sortir de la crise ukrainien… rue89.nouvelobs.com/2014/03/08/hub…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ posted at 08:20:30

    Top story : Osaka artistic manhole cover and a bit of history muza-chan.net/japan/index.ph…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ posted at (...)