city:pékin

  • Venezuela : la Chine va-t-elle parier sur Juan Guaidó ?
    La Chine et la Russie ont cessé d’apporter des financements au gouvernement vénézuélien, elles se contentent d’allonger les moratoires de remboursements, sachant que les paiements en pétrole brut atteignent péniblement 50% des montants dûs…

    Appel à la raison du gouvernement chinois qui suppose, au passage, que la période de transition ne soit ni trop longue ni trop chaotique pour permettre un retour à une situation (au moins une extraction pétrolière normale). Considérant de plus que l’éventuel nouveau gouvernement ne pourrait probablement pas refuser grand chose aux États-Unis dont les relations avec Chine et Russie sont ce qu’elles sont…

    ¿Le apostará China a Guaidó ?
    http://www.el-nacional.com/noticias/columnista/apostara-china-guaido_270578

    Uno de los secretos mejor guardado es el nivel de exposición con que China llega a esta última turbulencia venezolana. Son muchos los medios y los centros de investigación que han monitoreado, a lo largo de los tiempos revolucionarios, la evolución de los empréstitos que la gran potencia le ha concedido al proyecto populista caribeño sin que nadie pueda asegurar, fuera de Pekín y Caracas, la verdadera situación del endeudamiento venezolano con sus socios asiáticos.

    Las vicisitudes que China ha debido enfrentar de unos años a esta parte no son pocas en este terreno, pero siempre elementos de carácter político y estratégico han aconsejado, a quienes toman este tipo de decisiones, ser amplios y condescendientes con sus socios en los refinanciamientos, sobre todo porque un volumen considerable de la apuesta financiera contaba con un repago en crudo y las cuentas nacionales venezolanas seguían cuadrando, aun cuando la producción petrolera se iba adelgazando consistentemente.

    Pero hace rato ya que ni China ni Rusia aportan financiamientos frescos al gobierno de Nicolás Maduro. Apenas se contentan con extender períodos de gracia a los empréstitos vencidos y de nada han valido los viajes a Pekín y Moscú en 2017 y 2018 para tratar de abrir de nuevo el grifo ni de uno ni de otro lado. Es que razones sobran para que, en lo que a China atañe al menos, la credibilidad, la responsabilidad financiera y la eficiencia del gobierno de Nicolás Maduro y de la estatal petrolera Pdvsa se encuentre en entredicho. Una fuente de la empresa informaba en diciembre pasado a El Nacional que no se está cumpliendo el compromiso de pagar con crudo los viejos endeudamientos chinos y rusos, sino en 50%.

    De allí que sea necesario atar esta mala coyuntura en la relación con Venezuela con el difícil momento que atraviesa la planificación económica china. Hace un par de semanas nos referíamos a la desaceleración que deberá enfrentar el gigante de Asia, a la contracción de su propio consumo interno y a los efectos mundiales del rifirrafe que mantienen con los Estados Unidos. La ortodoxia económica lo que aconseja es mantener bajo control el repago de los colosales endeudamientos otorgados a países en desarrollo, que, al igual que el resto del mundo, estarán impactados económicamente por la crisis global.

    Y es así como la sensatez deberá prevalecer en China en su futura relación con Venezuela, y cobrar lo que se le adeuda será la prioridad con mayor peso. La irreductible solidaridad política de antaño con la revolución bolivariana tendrá que pasar a un segundo plano. Cuando se perfore el secretismo que rodea la realidad de las cifras envueltas en los empréstitos y las turbias condiciones de los endeudamientos salgan a la luz, cuando del examen de los contratos y negociaciones entre las partes se evidencien elementos de corrupción que con frecuencia acompañan estos compromisos, cuando exista claridad meridiana sobre los procedimientos no cumplidos y las autorizaciones no otorgadas en cada una de las inversiones conjuntas y en los fondos que acompañaron las relaciones bilaterales, China tendrá frente a sí un problema mayúsculo a resolver. Y más le vale en ese momento, haber actuado del lado de quienes están dando por finiquitado el desorden, las ineficiencias, los “negociado_s” y el saqueo del país.

    “_Quien a buen árbol se arrima…” no es un adagio chino, estoy segura, pero no dudo de que la sabiduría milenaria que caracteriza al Imperio del Medio sabrá, desde esta temprana hora, quién es su mejor aliado en la lejana y díscola Venezuela, ahora en proceso de rehabilitación bajo la férula de Juan Guaidó.


  • Reddit lève 300 millions auprès du chinois Tencent : le loup est-il entré dans la bergerie ?
    https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/reddit-leve-300-millions-aupres-du-chinois-tencent-le-loup-est-il-entre-da

    Le site web communautaire, connu pour sa grande liberté d’expression et interdit en Chine pour cela, a réussi une méga-levée de fonds de 300 millions de dollars... menée par le géant chinois Tencent. L’objectif : trouver enfin un modèle économique pérenne autour de la publicité et élargir son audience aux passionnés de jeux vidéo. Mais l’influence du nouvel investisseur sur l’esprit et le modèle économique de Reddit inquiète certains utilisateurs.

    Business is business. En quête de fonds pour se développer, la plateforme de discussions et de partage de liens Reddit, qui revendique 330 millions d’utilisateurs par mois et fait partie du Top 5 des sites les plus fréquentés aux États-Unis -derrière Google, YouTube, Facebook et Amazon-, a choisi le géant chinois Tencent pour mener une méga-levée de fonds de 300 millions de dollars (266 millions d’euros). Quitte à fâcher une partie de ses utilisateurs, très attachés à la liberté d’expression, alors que Tencent incarne la censure du gouvernement chinois sur le Net.

    Dans le détail, l’ogre chinois investit à lui seul 150 millions de dollars dans cette Série D (4e levée de fonds institutionnelle). Le reste provient des investisseurs historiques de Reddit, qui sont les fonds américains Sequoia Capital, Fidelity et Tacit, ainsi que le rappeur Snoop Dogg. L’opération fait passer Reddit d’une valorisation de 1,8 milliard de dollars à l’automne dernier, à 3 milliards de dollars aujourd’hui. Au total, le site a levé 550 millions de dollars depuis sa création, en 2005, par Steve Huffman et Alexis Ohanian. Ce dernier est aussi connu pour être le mari de la joueuse de tennis Serena Williams, ce qui a contribué à braquer les projecteurs des médias sur lui et, par effet ricochet, sur Reddit depuis deux ans.

    Depuis que le site spécialisé Techcrunch a révélé, la semaine dernière, le possible investissement de Tencent dans la plateforme, l’inquiétude monte sur Reddit. Le géant chinois est considéré comme l’un des bras armés de la censure de Pékin sur le Net. Tencent dispose d’un empire tentaculaire en étant à la fois le leader mondial du jeu vidéo (League of Legends, c’est lui) et un géant des médias et des réseaux sociaux avec sa messagerie WeChat. Celle-ci revendique plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois, et s’est imposée comme une véritable porte d’entrée du web, sur laquelle on peut même effectuer des achats en ligne.


  • Huawei, un géant au coeur du choc entre Chine et Occident
    https://www.crashdebug.fr/international/15610-huawei-un-geant-au-coeur-du-choc-entre-chine-et-occident

    Le président américain Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, en 2017 à Pékin.

    Crédits photo : NICOLAS ASFOURI/AFP

    ENQUÊTE - Après l’arrestation de la fille du fondateur de Huawei, la planète télécoms est entrée en ébullition. Le bras de fer qui oppose Trump et Xi déterminera la suprématie technologique mondiale.

    À Shanghaï et Washington

    Coiffée d’une casquette mauve et d’un manteau noir, la « princesse de Shenzhen » a surgi mardi 29 janvier de sa maison cossue des quartiers ouest de Vancouver, sous les flashs des photographes. Sans un mot, Meng Wanzhou s’est engouffrée à l’arrière d’une Cadillac Escalade sombre, direction le tribunal. Impossible d’apercevoir le bracelet électronique qui enserre la directrice financière de Huawei, en liberté surveillée suite à son (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales


  • Cómo se produjo la dramática caída de Pdvsa, la joya de la corona del país
    http://www.el-nacional.com/noticias/bbc-mundo/como-produjo-dramatica-caida-pdvsa-joya-corona-del-pais_269515


    Qui achète le pétrole vénézuélien, source : EIA

    Por décadas ha sido considerada como la gallina de los huevos de oro. Ahora parece estar severamente enferma.

    La petrolera estatal venezolana Pdvsa experimenta un franco declive en su producción, que ha caído a sus niveles más bajos en tres décadas hasta 1.137.000 barriles por día en noviembre de 2018, según cifras de la Organización de Países Exportadores de Petróleo (OPEP) publicadas en diciembre y basadas en fuentes secundarias que la OPEP considera creíbles.

    El dato contrasta claramente con los 3.120.000 barriles diarios de crudo que producía la empresa en 1998, el año previo a la llegada al poder del fallecido presidente Hugo Chávez.

    La caída de la producción de Pdvsa no es una buena noticia para Venezuela, un país que obtiene del petróleo 96% de las divisas con las que paga por la importación de muchos de los bienes que consume, incluyendo gran cantidad de alimentos.

    La situación luce aún más grave cuando se considera que una parte de esa producción debe destinarse al mercado interno, y otra se envía a China y Rusia para el pago de deudas.

    Carlos Mendoza Potellá, economista y profesor universitario venezolano experto en petróleo, estima que al consumo interno le debe estar destinando unos 300.000 barriles, pero destaca que es difícil saberlo con precisión debido a la opacidad en la información oficial, una situación que también dificulta conocer cuánto reciben Pekín y Moscú.

    Lo que sí se sabe es que el grueso de los ingresos que obtiene Pdvsa por venta de petróleo procede de sus exportaciones a Estados Unidos. Estas pasaron de 1.700.000 barriles al día en 1998 a unos 610.000 barriles en 2017, según datos de la Agencia de Información Energética de Estados Unidos (EIA, por sus siglas en inglés).

    Aunque la EIA aún no ha publicado las cifras finales de 2018, expertos consultados por BBC Mundo calculan que hacia final del año pasado las exportaciones de Venezuela hacia Estados Unidos se ubicaban en torno a los 500.000 barriles al día.

    Esta caída de la producción de Pdvsa se produjo pese a que durante los últimos 20 años la empresa ha anunciado numerosos planes para incrementarla, incluso hasta cinco millones de barriles al día.

    Para complicar aún más las cosas, la estatal venezolana fue sancionada el pasado 28 de enero por el gobierno de Estados Unidos que congeló sus activos, incluyendo Citgo, una filial de Pdvsa en ese país.


  • Pressée par Trump, la Chine change rapidement sa loi sur les investissements
    https://www.latribune.fr/economie/international/pressee-par-trump-la-chine-change-rapidement-sa-loi-sur-les-investissement


    La rencontre entre les délégations des Etats-Unis et de la Chine, le 1er décembre 2018, en marge du G20, à Buenos Aires, pour négocier un accord commercial entre les deux pays.
    Crédits : Reuters

    Pour éviter une guerre commerciale avec les Etats-Unis, Pékin accélère la procédure législative sur les investissements étrangers en Chine pour se conformer aux exigences du président américain. Mais le flou de certaines parties du texte inquiète.

    La Chine, pressée de répondre aux exigences commerciales de Donald Trump, accélère la procédure pour voter une loi sur les investissements étrangers, mais des entreprises s’inquiètent de cette précipitation et de l’imprécision du texte. Parmi les nouveautés de cette future loi : les compagnies ne seront plus obligées de transférer leurs technologies à leurs partenaires chinois ; et davantage d’équité devrait être assurée entre firmes locales et internationales — une demande depuis longtemps réclamée par les sociétés occidentales.

    Le parlement chinois, soumis au Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, devrait sauf surprise voter la loi lors de sa session plénière annuelle d’environ 10 jours qui débute le 5 mars. Soit à peine deux mois après l’étude de la version préliminaire. "La vitesse à laquelle ce projet de loi passe à l’Assemblée nationale populaire (ANP) est sans précédent", déclare à l’AFP Wang Jiangyu, spécialiste du droit chinois à l’Université nationale de Singapour. « Normalement, ça prend de un à trois ans pour qu’un projet de loi soit adopté et promulgué », explique-t-il.


  • Paris se lance dans la course aux armes hypersoniques
    http://en.c4defence.com/AFP/France-armes-d%C3%A9fense-a%C3%A9ronautiquePREV/125760/3

    Dans le sillage de Moscou, Pékin et Washington, Paris se lance à son tour dans la course aux armements hypersoniques, capables de déjouer les défenses antimissiles, et qui promettent à leurs futurs détenteurs un coup stratégique d’avance. « Nous avons décidé de notifier un contrat pour un démonstrateur de planeur hypersonique », capable de se déplacer à une vitesse supérieure à Mach 5, soit plus de 6.000 km/h, a annoncé en début de semaine la ministre française des Armées Florence Parly, en promettant un premier essai en vol « d’ici fin 2021 ». « Beaucoup de nations s’en dotent, nous disposons de toutes les compétences pour le réaliser : nous ne pouvions plus attendre », a-t-elle fait valoir. L’enjeu est hautement stratégique. Trois des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu, dont fait partie la France, sont déjà bien partis dans cette course aux armements avec leurs propres programmes : les Etats-Unis, la Chine et la Russie


  • Au Venezuela, la logique du pire

    Lors d’une grande manifestation de l’opposition, le 23 janvier 2019, le président de l’Assemblée nationale s’est autoproclamé président de la République par intérim. Il s’agit de M. Juan Guaidó, du parti Volonté populaire, la formation la plus à droite, la plus radicale, la plus convaincue qu’une intervention armée est la meilleure méthode pour se débarrasser du chavisme.

    De toute évidence, les choses ont été bien préparées, comme le souligne le Wall Street Journal. La veille, le vice-président américain Mike Pence avait invité les Vénézuéliens à manifester contre le président Nicolás Maduro, en les assurant du soutien des États-Unis. Et, quelques heures à peine après l’autoproclamation de M. Guaidó, des camions publicitaires circulaient dans les rues de New York, évoquant la chute de l’« usurpateur Maduro », remplacé par le « président Guaidó ».

    Le président colombien Ivan Duque et son homologue brésilien Jair Bolsonaro ont presque aussitôt annoncé que leur pays reconnaissait M. Guaidó. Le Pérou ainsi que le Canada leur ont emboité le pas, tout comme le président équatorien Lenin Moreno et M. Mauricio Macri, le président argentin. Au total, onze des quatorze États du groupe de Lima, créé pour « répondre à la crise vénézuélienne », ont fait de même. Manquent à l’appel le Guyana, Sainte Lucie et, surtout, le Mexique.

    Mexico a publié un communiqué commun avec l’Uruguay pour appeler à une issue pacifique à la crise, tout en précisant que les deux États reconnaissent toujours la légitimité de M. Maduro. De leur côté, la Bolivie et Cuba, qui ont toujours appuyé l’actuel gouvernement vénézuélien, réaffirment leur soutien à Caracas, tout comme Moscou, Ankara, et sans doute Pékin. Quant à l’Union européenne, elle réclame de nouvelles élections générales, « libres et crédibles », au Venezuela.

    Pour l’heure, l’armée vénézuélienne serre les rangs derrière le président Maduro.

    Le chaos économique et politique ne date pas d’hier au Venezuela. Dans une analyse de la situation publiée en novembre dernier, Temir Porras Ponceleón suggérait les moyens d’une issue pacifique à la crise actuelle.

    https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2019-01-24-Venezuela


  • Espionnage : Huawei peut-il être exclu des marchés publics pour la 5G européenne ?
    https://www.numerama.com/politique/454962-espionnage-huawei-peut-il-etre-exclu-des-marches-publics-pour-la-5g

    Le ministre de l’Intérieur polonais a appelé l’Union européenne à envisager l’exclusion de Huawei des marchés publics dans les télécoms. Le temps passe et les difficultés s’amoncellent pour Huawei : l’équipementier chinois est ouvertement soupçonné en Occident de travailler en sous-main pour le compte de Pékin. Résultat, alors que le déploiement de la 5G — la prochaine génération de la téléphonie mobile — pointe à l’horizon dans un nombre croissant de pays, le géant des télécoms asiatique est traité comme un (...)

    #Huawei #spyware #concurrence

    //c0.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2018/10/5g-connectivite-reseau-debit.jpg


  • Télécoms : la guerre froide technologique est déclarée
    https://theconversation.com/telecoms-la-guerre-froide-technologique-est-declaree-108849

    Les smartphones et les équipements des réseaux Internet du groupe chinois Huawei contiendraient, selon les autorités américaines, des fonctionnalités ou des logiciels qui pourraient servir à l’espionnage. À ces soupçons supposés se rajoute l’obligation pour les entreprises chinoises de collaborer, en matière d’information, avec les autorités politiques si ces dernières l’exigent. Faut-il en déduire que Huawei serait lié au pouvoir chinois ? Pékin se défend en invoquant une concurrence « déloyale et (...)

    #Huawei #smartphone #spyware #concurrence


  • Est-ce que la Chine considère l’islam comme une maladie mentale ?
    https://www.liberation.fr/checknews/2018/10/15/est-ce-que-la-chine-considere-l-islam-comme-une-maladie-mentale_1685374

    Sous couvert de lutte contre l’extrémisme, les camps de rééducation de la province du Xinjiang sont destinés aux Ouïghours, une minorité musulmane présentée comme « malade ». Bonjour, Un million d’Ouïghours seraient actuellement détenus dans la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Les membres de cette minorité musulmane sont internés dans des camps, auxquels Pékin essaye de donner une base légale après avoir longtemps nié leur existence. Voilà plusieurs mois que les autorités chinoises (...)

    #Islam #surveillance


  • U.S. Navy ship sails in disputed South China Sea amid trade talks with Beijing | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-usa-trade-china-southchinasea-idUSKCN1P10DS

    The USS McCampbell carried out a “#freedom_of_navigation” operation, sailing within 12 nautical miles of the Paracel Island chain, “to challenge excessive maritime claims”, Pacific Fleet spokeswoman Rachel McMarr said in an emailed statement.

    The operation was not about any one country or to make a political statement, McMarr said.

    Une petite démonstration #FoN, pour bien démarrer l’année. Mais, attention, hein, on ne vise personne…


  • En Chine, un système de notation des citoyens encore flou mais aux ébauches effrayantes
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/12/28/en-chine-un-systeme-de-notation-des-citoyens-encore-flou-mais-aux-ebauches-e

    Le « système de crédit social » que souhaite déployer Pékin dès 2020 n’a pas encore été précisément défini. Les premiers tests inquiètent largement les universitaires. Le « système de crédit social » (SCS) que le gouvernement chinois entend mettre en place à compter de 2020 ressemble à un épisode de la série d’anticipation dystopique Black Mirror. Les détails de ce que l’on présente couramment comme un système unifié de notation des citoyens, fonctionnaires et entreprises chinois sont encore flous. Et pour cause (...)

    #Alibaba #algorithme #web #surveillance #profiling #SocialCreditSystem #Chaos_Computer_Club (...)

    ##Sésame


  • Yougoslavie, Liban, Zaïre… des programmes spatiaux oubliés à la poésie nostalgique
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/01/03/liban-zaire-yougoslavie-des-programmes-spatiaux-oublies-a-la-poesie-nostalgi

    Jeudi 3 janvier, la Chine a réussi le premier alunissage sur la face cachée de la Lune. Cette prouesse inédite place Pékin au premier rang des puissances spatiales du XXIe siècle. Si la conquête de l’espace a été dominée par les Etats-Unis et l’Union soviétique dans la seconde moitié du XXe siècle, elle a aussi pu représenter à la même période un horizon d’attente pour des pays jeunes et ambitieux, désireux de se faire eux aussi une place, réelle ou symbolique, dans les étoiles.

    Ou comment minimiser un bel accomplissement technologique…

    Si c’était la France qui avait aluni,… je ne suis pas sûr que les Français trouveraient respectueux ou même simplement intelligent de comparer aux projets inaboutis du Liban, de papa Mobutu Sese Seko ou de Josip Broz Tito.

    https://www.youtube.com/watch?v=_5pJpd9Vi_U


  • Le monde selon #Xi_Jinping

    Depuis 2012, le désormais « président à vie » Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la #Chine la superpuissance du XXIe siècle. Plongée au coeur de son « rêve chinois ».

    Derrière son apparente bonhomie se cache un chef redoutable, prêt à tout pour faire de la Chine la première puissance mondiale, d’ici au centenaire de la République populaire, en 2049. En mars dernier, à l’issue de vastes purges, Xi Jinping modifie la Constitution et s’intronise « président à vie ». Une concentration des pouvoirs sans précédent depuis la fin de l’ère maoïste. Né en 1953, ce fils d’un proche de Mao Zedong révoqué pour « complot antiparti » choisit à l’adolescence, en pleine tourmente de la Révolution culturelle, un exil volontaire à la campagne, comme pour racheter la déchéance paternelle. Revendiquant une fidélité aveugle au Parti, il gravira en apparatchik « plus rouge que rouge » tous les degrés du pouvoir.
    Depuis son accession au secrétariat général du Parti en 2012, puis à la présidence l’année suivante, les autocritiques d’opposants ont réapparu, par le biais de confessions télévisées. Et on met à l’essai un système de surveillance généralisée censé faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Inflexible sur le plan intérieur, Xi Jinping s’est donné comme objectif de supplanter l’Occident à la tête d’un nouvel ordre mondial. Son projet des « routes de la soie » a ainsi considérablement étendu le réseau des infrastructures chinoises à l’échelle planétaire. Cet expansionnisme stratégique, jusque-là développé en silence, inquiète de plus en plus l’Europe et les États-Unis.

    Impériale revanche
    Dans ce portrait très documenté du leader chinois, Sophie Lepault et Romain Franklin donnent un aperçu inédit de sa politique et montrent que l’itinéraire de Xi Jinping a façonné ses choix. De Pékin à Djibouti – l’ancienne colonie française est depuis 2017 la première base militaire chinoise à l’étranger – en passant par la mer de Chine méridionale et l’Australie, les réalisateurs passent au crible les projets et les stratégies d’influence du nouvel homme fort de la planète. Nourrie d’images d’archives et de témoignages (de nombreux experts et de dissidents, mais aussi d’un haut gradé proche du pouvoir), leur enquête montre comment Xi Jinping a donné à la reconquête nationaliste de la grandeur impériale chinoise, projet nourri dès l’origine par la République populaire, une spectaculaire ampleur.

    https://www.arte.tv/fr/videos/078193-000-A/le-monde-selon-xi-jinping
    #biographie #démocratie #trauma #traumatisme #Mao #révolution_culturelle #Terres_Jaunes #exil #Prince_Rouge #nationalisme #rêve_chinois #renaissance_nationale #histoire_nationale #totalitarisme #stabilité #idéologie #anti-corruption #lutte_contre_la_corruption #purge #dictature #investissements_à_l'étranger #prêts #dette #KUKA #ports #droits_humains #Australie #infiltration_chinoise #Nouvelle-Zélande #David_Cameron #Jean-Pierre_Raffarin #matières_premières #capitalisme_autoritaire #Ouïghours #arrestations #répression #censure #liberté_d'expression #défilés_militaires #armée #puissance_militaire #Mer_de_Chine_méridionale #îles_de_Spratleys #liberté_de_la_presse #prisonniers_politiques #Hong_Kong

    #Djibouti #base_militaire (de Djibouti)

    #Sri_Lanka —> Au Sri Lanka, le #port de #Hambantota est sous contrôle chinois, ceci pour au moins 99 ans (accord signé avec le Sri Lanka qui n’a pas pu rembourser le prêt que la Chine lui a accorder pour construire le port...)
    #dépendance
    v. aussi :
    Comment la Chine a fait main basse sur le Sri Lanka
    https://www.courrierinternational.com/article/comment-la-chine-fait-main-basse-sur-le-sri-lanka

    Histoire semblable pour le #Port_du_Pirée à #Athènes, en #Grèce ou l’#aéroport de #Toulouse, en #France.

    #Organisation_de_coopération_de_Shangaï :


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coop%C3%A9ration_de_Shanghai
    #Grande_unité_mondiale #enrichissement_pour_tous

    Quelques cartes et images tirées du #film #documentaire.

    La #nouvelle_route_de_la_soie et autres investissements chinois dans les infrastructures mondiales de #transport :

    La #Chinafrique :


    #Afrique
    Afrique où la Chine propose la « #solution_chinoise », programme de #développement basé sur le #développement_économique —> « #modèle_chinois de développement »

    Le programme de #surveillance_de_masse :

    Outre la surveillance, mise en place d’un programme appelé « #crédit_social » :

    Le #Système_de_crédit_social est un projet du gouvernement chinois visant à mettre en place d’ici 2020 un système national de #réputation_des_citoyens. Chacun d’entre eux se voit attribuer une note, échelonnée entre 350 et 950 points, dite « crédit social », fondée sur les données dont dispose le gouvernement à propos de leur statut économique et social. Le système repose sur un outil de surveillance de masse et utilise les technologies d’analyse du #big_data. Il est également utilisé pour noter les entreprises opérant sur le marché chinois.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_cr%C3%A9dit_social

    Voici ce que cela donne :


    #surveillance #contrôle_de_la_population #vidéosurveillance #reconnaissance_faciale #contrôle_social
    #cartographie #visualisation
    ping @etraces

    ping @reka


  • En Chine, des systèmes de notation récompensent ou sanctionnent les citoyens
    https://www.courrierinternational.com/article/societe-en-chine-des-systemes-de-notation-recompensent-ou-san

    De plus en plus connectée, la Chine développe des systèmes de notation dits “crédit social” permettant de sanctionner ou de récompenser les comportements des individus. Une généralisation de cette méthode est prévue pour 2020. Cet été, à deux heures d’avion de Hong Kong, un père de famille a dû prendre la décision de sa vie. Son fils venait de réussir le concours d’entrée à un prestigieux établissement d’enseignement supérieur de Pékin, et la famille était en liesse. Mais un seul coup de fil de l’université a (...)

    #algorithme #CCTV #banque #surveillance #vidéo-surveillance #BigData #profiling #SocialCreditSystem


  • Kazakhs et Ouïgours dans l’enfer du goulag chinois
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/28/au-xinjiang-dans-l-univers-concentrationnaire-des-camps-chinois_5402864_3210


    Une femme tient le portrait d’un de ses proches disparu en Chine, dans les locaux de l’association Atajurt, à Almaty (Kazakhstan), le 4 décembre 2018.
    ROMAIN CHAMPALAUNE POUR LE MONDE

    Le régime chinois déporte en masse ces minorités dans des camps. « Le Monde » a pu recueillir les rares témoignages d’anciens détenus.

    En rangée, deux par deux, ils sont 500 détenus, que des gardes font monter dans des bus, cagoule sur la tête. Au bout du trajet, ils découvrent un nouveau camp d’internement, assez similaire à celui d’où ils viennent :
    « Il y avait des bâtiments neufs, et d’autres qui n’étaient pas finis. Il devait y avoir 3 000 personnes, beaucoup de Kazakhs comme moi, qui étaient nés en Chine et à qui on disait qu’ils n’auraient pas dû changer de nationalité. Des gens qui avaient utilisé WhatsApp. D’autres qui avaient dit “Assalamu alaykum” [“Que la paix soit sur vous” en arabe]. »

    Orinbek Koksebek, 38 ans, a passé cent vingt-cinq jours en détention en Chine début 2018 – mais il est incapable de dire combien dans l’un et l’autre des deux camps où il a été envoyé, à Tarbaghatay (Tacheng, en chinois), une sous-préfecture de l’ouest de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, là où la frontière chinoise avec le Kazakhstan fait un angle droit.

    Lui qui parle très mal le mandarin doit apprendre par cœur trois chansons : La Marche des volontaires (l’hymne national chinois) et deux chants maoïstes, L’Orient est rouge et Sans le Parti communiste, il n’y a pas de Chine nouvelle. Sinon, lui disent ses interrogateurs, il restera cinq ans en détention. A six reprises, il est envoyé au cachot, un espace noir, très étroit, pour vingt-quatre heures, nourri d’un seul beignet, sans eau.

    #paywall


  • En Chine, une école apprend aux garçons à être de « vrais hommes »
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/12/18/01003-20181218ARTFIG00187-en-chine-une-ecole-apprend-aux-garcons-a-etre-de-

    Le fondateur de cet établissement pékinois, qui a déjà « formé » 20.000 élèves depuis 2012, estime que trop de petits Chinois se comportent désormais comme des filles. Dans tout le pays, le débat fait rage autour de l’existence d’une crise de la « masculinité ».

    Ils se sont levés tôt, en ce dimanche froid et pluvieux, pour apprendre à devenir de vrais mâles. Il est 7h30, Tang Haiyan, larges épaules et sweat-shirt rouge à capuche, fait monter les 17 jeunes Chinois qu’il encadre dans un bus à destination du nord-ouest de Pékin, pour la sixième séance de leur « stage de masculinité ». Cet ancien professeur de sport se sent investi d’une mission cruciale : sauver une espèce qu’il juge en danger, les garçons. Sa pédagogie mélange confrontation physique, discipline militaire et des slogans hurlés à tue-tête.

    L’entraînement a lieu sur le campus d’une université d’éducation sportive, face à des collines boisées. Les gamins, vêtus du même survêtement noir à bandes, nouent un bandeau rouge autour de leur tête, portant l’inscription « homme viril ». Puis marchent au pas jusqu’au gymnase en brandissant le drapeau de « l’École des vrais hommes », fondée par Tang Haiyan. À l’intérieur, des affiches martèlent les credo du club : « Former des hommes virils pour la ...

    J’ai pas lu, c’est sous #paywall et j’ai pas envie de lire ca. C’est juste pour documenté le #backlash et la lutte acharné des hommes pour traiter les #femmes comme des sous-humains et leur pourrir la vie.


  • Bolsonaro va-t-il casser les #BRICS ? – PASCAL BONIFACE
    http://www.pascalboniface.com/2018/12/18/bolsonaro-va-t-il-casser-les-brics

    Lors du dernier sommet des BRICS, qui s’est tenu en Afrique du Sud, Bolsonaro a fait dire à Temer que se tiendra bien le prochain sommet des BRICS au Brésil. Il n’a pas intérêt à casser cette mécanique. Le tiers des investissements étrangers au Brésil provient de la Chine quand le tiers des exportations brésiliennes s’en vont vers la Chine. Les marchés américains et européens risquent la stagnation, alors que les marchés chinois et indiens peuvent se développer. Il serait donc dangereux de s’en couper. En Amérique latine, le Brésil est un leader lusophone sans follower (les autres étant hispanophones). La création des BRICS a contribué à conférer une stature mondiale au Brésil. Ce fut la meilleure opération internationale de relations publiques au moment de son émergence. S’en couper pourrait accroître la crise.

    Il est donc probable que J. Bolsonaro mette de côté sa rhétorique antichinoise et conserve des relations avec Pékin, devenues trop importantes pour être balayées d’un revers de main. Il faudra dès lors voir comment Trump réagira si Bolsonaro ne le rejoint pas dans sa campagne antichinoise.


  • China y Rusia presionan al gobierno para recibir a tiempo 900.000 b/d
    http://www.el-nacional.com/noticias/economia/china-rusia-presionan-gobierno-para-recibir-tiempo-900000-b-d_262900


    Pdvsa exporta a Estados Unidos 500.000 barriles diarios de crudo, fundamentalmente hacia su filial Citgo.
    Archivo

    Pdvsa solo despacha la mitad del crudo comprometido que adeuda a Moscú y a Pekín, mientras intenta cubrir las exportaciones a Estados Unidos, informaron fuentes del sector

    Petróleos de Venezuela redujo a la mitad los envíos de crudo –900.000 barriles diarios– pactados con China y Rusia como pago de la deuda externa que contrajo el gobierno con los dos países, aseguró una fuente cercana a la empresa.

    Los acuerdos originales disponen enviar 600.000 y 300.000 barriles al día de petróleo a Moscú y Pekín, respectivamente, pero actualmente los despachos llegan a 300.000 y 150.000 barriles. Esto pone a prueba la paciencia de los acreedores y presionan a Pdvsa para que cumpla sus compromisos a tiempo y en las cantidades convenidas”, precisó la fuente.

    Hace dos semanas el jefe de la petrolera rusa Rosneft, Igor Sechin, visitó el país y se entrevistó con el presidente Nicolás Maduro para manifestar su queja por los incumplimientos, informó la fuente.

    Agregó que además del interés geopolítico, el viaje sorpresa de Maduro a Rusia la semana pasada buscó “calmar las cosas y comprometer más producción de Pdvsa”. “Pero eso no significa dinero fresco para el país”.

    La fuente sostuvo que la petrolera nacional afronta una situación muy comprometida debido a la deuda –70 millardos de dólares– con sus proveedores y los tenedores de bonos de deuda externa, fundamentalmente de Estados Unidos.

    Moscú se ha convertido en un financista de emergencia del Ejecutivo  venezolano. El gobierno ruso y Rosneft le han otorgado préstamos y líneas de crédito por 17 millardos de dólares desde 2006, que se cancelan con petróleo.

    Al regreso del viaje a Rusia, donde conversó con el presidente Vladimir Putin, Maduro anunció la firma de más pactos petroleros y auríferos por 6 millardos de dólares con empresas de ese país.

    En 2007, el presidente Hugo Chávez suscribió un acuerdo con China, que creó el Fondo Conjunto Chino-Venezolano, mediante el cual desde esa fecha hasta 2017 el gobierno ha recibido 50 millardos de dólares en préstamos, pagaderos también con crudo.

     “Rusia y China ya no dan dinero fresco a Venezuela sino períodos de gracia a la deuda vigente con la única intención de que les paguen, pues el gobierno ha demostrado ser un maula reiterativo. En esa misma dirección van las inversiones en proyectos petroleros y mineros”, aseveró la fuente.

    Maduro prometió el 19 de octubre que incrementará la exportación de petróleo a Pekin a 1.000.000 de barriles diarios “llueva, truene o relampaguee”.

    José Toro Hardy, ex director de Petróleos de Venezuela, considera que la situación del auxilio financiero ruso-chino es “muy delicada por las limitaciones del gobierno para responder a los compromisos debido al declive de la producción petrolera”, que en octubre alcanzó 1.117.000 barriles al día, según reportes de las fuentes secundarias a la Organización de Países Exportadores de Petróleo, lo cual evidencia una reducción de 739.000 barriles  con respecto al promedio de 2017 de 1.856.000 barriles por día.

    El experto destacó que Venezuela necesita los ingresos fiscales de sus exportaciones petroleras a Estados Unidos, pues son las únicas que representan el pago en efectivo y parte de ese volumen lo resta a China y Rusia, de los que no recibe ni un dólar.

    Se trata de 500.000 barriles al día destinados a Citgo, filial de Pdvsa en Estados Unidos, y las petroleras Valero y Tesoro. “La presión de Rusia para que Venezuela le pague pone en riesgo la propiedad de Pdvsa de Citgo, de la cual Rosneft tiene 49,9% de las acciones en garantía de un préstamo por 1,5 millardos de dólares contraído el año pasado”.

    Toro Hardy afirmó que sobre Citgo pesan las demandas por incumplimientos contra Pdvsa como Cristallex y Conoco, con las que llegó a acuerdos de pago. Pero eso no impide otras querellas de empresas que en el futuro exijan a la filial de Pdvsa en pago, y a esto se suma que el gobierno puso como garantía el 51,1% restante de Citgo a los tenedores de bonos.


  • #Huawei. Tensions Pékin-Washington après l’arrestation d’une dirigeante | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/huawei-tensions-pekin-washington-apres-larrestation-dune-diri

    La dirigeante, fille du fondateur de l’équipementier, a été placée en détention le 1er décembre, à la demande de la justice américaine, alors qu’elle était en transit à Vancouver, au Canada. Les accusations portées contre Mme Meng n’ont pas été détaillées, “bien qu’elle ait été arrêtée pour des violations présumées des #sanctions américaines contre l’Iran”, explique le Wall Street Journal. Washington souhaite l’extrader.

    [...]

    L’interpellation a “surpris le pouvoir chinois”, croit savoir le New York Times : “M. Xi n’a apparemment jamais été informé de l’intention d’arrêter Mme Meng lors du dîner avec M. Trump, où M. Bolton était présent.” Et ce alors que des sénateurs américains, un républicain et un démocrate de premier plan, avaient été mis au courant, écrit le quotidien américain. Pékin accuse les #États-Unis et le #Canada de violations des droits humains et exige qu’ils clarifient immédiatement les raisons de la détention de Meng Wanzhou et la libèrent, rapporte le journal chinois China Daily. “Détenir quelqu’un sans donner de raison claire est une violation évidente des droits de l’homme”, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, lors d’une conférence de presse jeudi.

    Surtout, l’initiative fait craindre une escalade des tensions et “menace de mettre fin aux pourparlers délicats” décidés par les deux plus grandes économies du monde, souligne le New York Times. Jeudi, “les marchés mondiaux se sont effondrés en raison de l’intensification des inquiétudes concernant l’émergence d’une guerre froide entre les États-Unis et la Chine, signe que la trêve commerciale de quatre-vingt-dix jours annoncée par M. Trump et M. Xi [les deux pays se sont fixé comme objectif d’arriver à un accord commercial plus large dans ce délai] ne mettrait pas rapidement un terme à la guerre commerciale.”

    #Chine

    • La Chine et le Canada confirment l’arrestation de deux Canadiens | International
      https://www.lapresse.ca/international/201812/13/01-5207849-la-chine-et-le-canada-confirment-larrestation-de-deux-canadiens.

      Deux Canadiens soupçonnés d’« avoir mis en danger la sécurité nationale » ont été arrêtés en Chine, a annoncé jeudi le ministère chinois des Affaires étrangères. Le Canada l’a pour sa part officiellement confirmé jeudi en milieu d’après-midi.

      [...]

      Les deux cas accroissent la pression sur le Canada, qui détient une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

      La Chine a demandé la libération immédiate de Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei et la fille de son fondateur.

      Mme Meng a été arrêtée au Canada plus tôt ce mois-ci à la demande des États-Unis, qui espèrent la voir extradée suite à des accusations selon lesquelles elle aurait tenté de contourner les sanctions commerciales américaines imposées à l’Iran et aurait menti à ses banques.


  • Chine : Google aurait coupé ses équipes vie privée et sécurité du projet Dragonfly
    https://www.nextinpact.com/brief/-chine---google-aurait-coupe-ses-equipes-vie-privee-et-securite-du-proje

    The Intercept révèle certains événements qui ont mené au projet de moteur de recherche destiné à la Chine, Dragonfly, dont un groupe de 500 « employés » a récemment demandé l’abandon, sous pression d’Amnesty International. Le média se fonde sur les témoignages de quatre employés. Selon nos confrères, le service s’appuierait sur un partenaire local, comme il est d’usage en Chine, avec des serveurs hébergés à Pékin ou Shanghai. Ce détail aurait été annoncé par des hauts cadres du groupe lors d’une première (...)

    #Google #GoogleSearch #Dragonfly #censure #filtrage #surveillance #web #géolocalisation


  • « Bébés OGM » : la pression s’accentue sur le chercheur chinois
    https://www.crashdebug.fr/sciencess/15314-bebes-ogm-la-pression-s-accentue-sur-le-chercheur-chinois

    Ce n’est hélas que le début, qui contrôle les sociétés privées qui font ce qu’elles veulent dans le secret de leur labos.... ??? (informations complémentaires)

    Le scientifique chinois He Jiankui lors du second Sommet international sur l’édition du génome le 28 novembre 2018 à

    Hong Kong AFP - Anthony WALLACE

    Condamné par ses pairs, lâché par son pays : la pression s’est accentuée jeudi sur He Jiankui, le chercheur chinois qui affirme avoir créé les premiers "bébés génétiquement modifiés", Pékin appelant désormais à suspendre ses activités.

    "Cet incident a violé de manière flagrante les lois et réglementations chinoises et a ouvertement dépassé les limites de la morale et de l’éthique auxquelles adhère la communauté universitaire", a déclaré à la télévision d’Etat CCTV (...)


  • La Chine bannit l’importation de 32 nouveaux types de déchets Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/11/19/97002-20181119FILWWW00021-la-chine-bannit-l-importation-de-32-nouveaux-type

    La Chine, qui bloque l’importation de certains déchets depuis janvier, va encore allonger la liste des produits bannis à partir du 31 décembre, au risque d’aggraver l’accumulation de matières à recycler dans les pays riches.

    Selon un document officiel cité lundi par l’agence Chine nouvelle, 32 types de déchets solides, allant des rebuts d’acier inoxydable au bois, aux pièces automobiles et de navires, ne pourront plus rentrer dans le pays à compter de la fin de l’année.

    Ce document émane des ministères de l’Environnement ainsi que du Commerce, de la Commission nationale pour la réforme et le développement, et des Douanes.

    En avril, le ministère de l’Environnement avait annoncé que les prochaines interdictions interviendraient en deux temps : d’ici au 31 décembre pour 16 catégories de produits, d’ici à fin 2019 pour les 16 autres.

    Pour ne plus être la première destination mondiale du recyclage, Pékin a déjà fermé la porte en janvier à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles, au grand dam de certains industriels du recyclage américains et européens obligés d’entreposer des déchets dans l’attente d’une solution.

    Ses importations ont en conséquence chuté durant les dix premiers mois de l’année, alors que la Chine, avide de matières premières, absorbait les déchets occidentaux depuis des décennies.

    Déchets plastique, papiers et métal importés ont totalisé 17,27 milliards de tonnes sur la période janvier-octobre, en baisse de 51,5% par rapport aux dix premiers mois de 2017, selon des chiffres des Douanes récemment cités par Chine nouvelle.


  • Les autorités chinoises font la chasse aux #étudiants marxistes
    https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/11/13/les-autorites-chinoises-font-la-chasse-aux-etudiants-marxistes_5382985_3216.

    Après des interpellations en juillet et en août, treize personnes, soutenant les #ouvriers d’une usine qui réclament d’être défendus par des représentants syndicaux indépendants, auraient été arrêtées le week-end dernier.

    Bien qu’ayant remis au goût du jour l’étude du marxisme dans les universités, le gouvernement chinois n’entend manifestement pas voir se développer dans le pays une nouvelle forme de #lutte_des_classes. Comme elle l’avait déjà fait en juillet puis en août, la #police vient, une nouvelle fois, d’arrêter des étudiants et des militants dans plusieurs villes du pays. Leur seul tort : soutenir les ouvriers d’une usine qui réclament d’être défendus par des représentants syndicaux indépendants.
    L’affaire concerne une entreprise située à Shenzhen, tout au sud de la Chine, Jasic, connue pour ses robots industriels. C’est là qu’en juillet des salariés qui réclamaient en vain depuis deux mois une amélioration de leurs conditions de travail se sont mis à vouloir s’organiser en syndicat. La réaction des autorités ne s’est pas fait attendre : licenciés puis pris à partie par des hommes de main, les meneurs – et leurs soutiens –, au total une trentaine de personnes, sont arrêtés par la police le 27 juillet.
    Alors que, très vite, ce conflit est médiatisé et que quelques dizaines d’étudiants se rendent en août à Shenzhen pour se joindre au mouvement, la police organise, le 24 août, une descente dans un appartement occupé par des étudiants à Huizhou, juste à côté de Shenzhen. Une vidéo apparemment tournée par les étudiants renforce la mobilisation. Si une majorité des personnes arrêtées en juillet semblent avoir été libérées, plus d’une dizaine sont encore détenues au secret pour « rassemblement portant atteinte à l’ordre public » et attendent d’être jugées.
    Des arrestations décrites comme des kidnappings
    Surtout, treize nouvelles arrestations, décrites comme des kidnappings par les étudiants, auraient eu lieu le week-end dernier dans tout le pays en lien avec ce conflit, soulevant l’indignation. Parmi elles, celle d’un étudiant, Zhang Shengye, appréhendé sans ménagement par la police sur le campus de l’université de Pékin, la plus réputée du pays. « J’ai entendu un des hommes dire “c’est lui, poussez-le dans la voiture”, et j’ai vu de trois à cinq personnes attraper un étudiant et le mettre dans un véhicule », a expliqué sur une vidéo, qui a tourné sur les réseaux sociaux, un étudiant affirmant avoir vu la scène.
    Zhang Shengye faisait partie de ceux qui se mobilisaient pour obtenir des informations sur les étudiants disparus. Le Groupe de solidarité avec les travailleurs de Jasic a dénoncé, dans un communiqué cité par l’agence France-Presse, la passivité des autorités de l’université de Pékin, où le mécontentement monte depuis le printemps après les représailles de sa direction contre une militante du mouvement #metoo : « C’est un crime de plus que commettent les universités contre les étudiants progressistes et la communauté de gauche », y lit-on.
    Le paradoxe est que la police politique chinoise s’était évertuée jusqu’alors à faire taire toute revendication prodémocratie et libérale. Le régime, qui a encensé Marx pour son bicentenaire en mai, est tout à coup dépassé sur sa gauche.
    L’une des caractéristiques de ce conflit hors norme est en effet qu’il réunit des ouvriers mais aussi des étudiants se définissant comme marxistes, voulant selon leurs propres termes « libérer les travailleurs », auxquels s’ajoutent des maoïstes qui ont parfois l’âge d’être leurs parents.


  • #Guerre_commerciale. Le #soja américain dont la Chine ne veut plus finit en… #Iran

    À l’approche de l’entrée en vigueur de #sanctions américaines, le 4 novembre, la République islamique fait des réserves. Elle profite du fait que Pékin ne se fournisse plus aux États-Unis en soja pour en acheter à bas prix.


    https://www.courrierinternational.com/article/guerre-commerciale-le-soja-americain-dont-la-chine-ne-veut-pl
    #USA #Chine #globalisation #mondialisation #agriculture