city:ri

  • Tractations entre Riyad et Tel Aviv sur un aéroport militaire israélien en Arabie ? – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/1412864

    Selon des sources arabes citées par le site d’informations en ligne Khalij on line, cet aérodrome devrait être destiné à accueillir ses avions militaires, à les approvisionner en carburant et y héberger ses soldats. Il serait même question d’y installer des radars et des appareils de surveillance et d’espionnage spécialement conçus pour les aéroports militaires.

    La demande israélienne a déjà été présentée aux autorités saoudiennes depuis plusieurs mois, indiquent les sources arabes selon lesquelles les tractations ont été entamées pour louer une portion de terre pour une longue durée.

    Elle pourrait se situer non loin de l’aéroport de l’émir Sultane ben Abdel Aziz à deux kilomètres de la ville de Tabouk, dans le nord du royaume.
    Cette région hautement sensible revêt son importance stratégique et militaire du fait qu’elle se situe dans une zone censée être la plus proche de la Palestine occupée.

    #new_middle-east

  • Derrière le nouvel homme fort du #Soudan, Mohamed Hamdan Daglo, l’#Arabie_Saoudite ?
    https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/yemen/derriere-le-nouvel-homme-fort-du-soudan-mohamed-hamdan-daglo-l-arabie-s

    Le chef des RSF (Forces de soutien rapide), « une unité paramilitaire formée à partir des vestiges des redoutables milices à cheval Janjawid au Darfour » s’est ainsi rendu en Arabie Saoudite. Il a construit une véritable relation avec l’Arabie en s’occupant, sous le règne d’Omar el-Béchir, le président déchu, du déploiement des forces soudanaises au Yémen dans la coalition dirigée par Riyad. "En retour, le général Hamdan a gagné d’importants nouveaux amis, dont le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, en plus d’une rémunération généreuse pour ses troupes. Les salaires saoudiens ont contribué à redorer le blason du général Hamdan dans son Darfour natal, où certains habitants des communautés qu’il avait terrorisées ont constaté des avantages lors de son accession au pouvoir", écrit le Financial Times.

    Le général au passé sulfureux (il est accusé de massacres au Darfour) a réussi son ascension. Selon le New York Times, "la guerre a enrichi le général Hamdan, qui possède des intérêts dans les mines d’or, la construction et même une société de location de limousines. Parmi ses clients, Mohammed ben Salmane, prince héritier de l’Arabie Saoudite."

    C’est ce même homme qui a mené la sanglante repression le 3 juin contre les manifestants à Khartoum. Le responsable des RSF "conserve un soutien régional, voire international. [...]

    Dans ce conflit yéménite qui concrétise toutes les divisions du Proche-Orient, le Soudan, frontalier de l’Egypte, est devenu un élément important que l’Arabie n’entend pas perdre. Tout comme le président Sissi au Caire, allié de l’Arabie. Dans un article du 15 juin, Le Monde prête à Mohamed Hamdan Daglo « Hemetti » l’intention d’envoyer certains de ses ex-miliciens en Libye… aux côtés des forces du maréchal Haftar, grand allié du maréchal Sissi… et donc de l’Arabie Saoudite.

  • Sikh drivers are transforming U.S. trucking. Take a ride along the Punjabi American highway - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/nation/la-na-col1-sikh-truckers-20190627-htmlstory.html

    By Jaweed Kaleem, Jun 27, 2019 -
    It’s 7:20 p.m. when he rolls into Spicy Bite, one of the newest restaurants here in rural northwest New Mexico. Locals in Milan, a town of 3,321, have barely heard of it.

    https://www.trbimg.com/img-5d12f8d2/turbine/la-1561524431-z6kcx6gnzm-snap-image
    Punjabi-operated truck stops

    The building is small, single-story, built of corrugated metal sheets. There are seats for 20. The only advertising is spray-painted on concrete roadblocks in English and Punjabi. Next door is a diner and gas station; the county jail is across the road.

    Palwinder Singh orders creamy black lentils, chicken curry and roti, finishing it off with chai and cardamom rice pudding. After 13 hours on and off the road in his semi truck, he leans back in a booth as a Bollywood music video plays on TV.

    “This is like home,” says Pal, the name he uses on the road (said like “Paul”).

    There are 3.5 million truckers in the United States. California has 138,000, the second-most after Texas. Nearly half of those in California are immigrants, most from Mexico or Central America. But as drivers age toward retirement — the average American trucker is 55 — and a shortage grows, Sikh immigrants and their kids are increasingly taking up the job.

    Estimates of the number of Sikh truckers vary. In California alone, tens of thousands of truckers trace their heritage to India. The state is home to half of the Sikhs in the U.S. — members of a monotheistic faith with origins in 15th century India whose followers are best recognized by the uncut hair and turbans many men wear. At Sikh temples in Sacramento, Fresno, Bakersfield and Riverside, the majority of worshipers are truck drivers and their families.

    Over the last decade, Indian Americans have launched trucking schools, truck companies, truck washes, trucker temples and no-frills Indian restaurants modeled after truck stops back home, where Sikhs from the state of Punjab dominate the industry.

    “You used to see a guy with a turban and you would get excited,” says Pal, who is in his 15th year of trucking. “Today, you go to some stops and can convince yourself you are in India.”

    Three interstates — the I-5, I-80 and I-10 — are dotted with Indian-American-owned businesses catering to truckers. They start to appear as you drive east from Los Angeles, Reno and Phoenix, and often have the words “Bombay,” “Indian” or “Punjabi” on their storefront signs. But many, with names like Jay Bros (in Overton, Neb.) and Antelope Truck Stop Pronghorn (in Burns, Wyo.) are anonymous dots on a map unless you’re one of the many Sikhs who have memorized them as a road map to America.

    The best-known are along Interstate 40, which stretches from Barstow to North Carolina. The road, much of it alongside Historic Route 66, forms the backbone of the Sikh trucking world.

    It’s a route that Pal, 38, knows well. Three times a month, he makes the seven-day round trip between his Fontana home and Indiana, where he drops off loads and picks up new ones. Over his career, he’s driven 2 million miles and transported items as varied as frozen chickens and paper plates. These days, he mostly hauls chocolate, rice and fruits and vegetables from California farms. Today, it’s 103 containers of mixed produce, with mangoes, bell peppers, watermelons, yellow onions and peeled garlic among them. All are bound for a Kroger warehouse outside Indianapolis.

    Across the street from Spicy Bite, dozens of arriving drivers form a temporary village of 18-wheelers in a vast parking lot by the interstate. Most are white. Nearly all are men. More are older than younger.

    But every now and then there are Sikhs like Pal, with long salt-and-pepper beards, colorful turbans and thick Indian accents. They head straight toward Spicy Bite.

    Lines can form out the door at the restaurant, which opened two years ago outside the Petro Stopping Center, a longtime mainstay for truckers headed east.

    Pal makes a point to stop by the restaurant — even just for a “hello” — when he sleeps next door. The Sikh greeting is “Sat sri akaal.” It means “God is truth.” In trucking, where turnover is high, business uncertain and risk of accidents ever present, each day can feel like a leap of faith and an opportunity to give thanks.

    Punjabi Americans first appeared on the U.S. trucking scene in the 1980s after an anti-Sikh massacre in India left thousands dead around New Delhi, prompting many Sikhs to flee. More recently, Sikhs have migrated to Central America and applied for asylum at the Mexico border, citing persecution for their religion in India; some have also become truckers. Estimates of the overall U.S. Sikh population vary, placing the community’s size between 200,000 and 500,000.

    In recent years, corporations have pleaded for new truckers. Walmart kicked up salaries to attract drivers. Last year, the government announced a pilot program to lower the age for driving trucks from 21 to 18 for those with truck-driving training in the military. According to the American Trucking Assn., the trucker shortage could reach 100,000 within years.

    “Punjabis are filling the gap,” says Raman Dhillon, a former driver who last year founded the North American Punjabi Trucking Assn. The Fresno-based group advises drivers on regulations, offers insurance and tire discounts, and runs a magazine: Punjabi Trucking.

    Like trucking itself, where the threat of automation and the long hours away from home have made it hard to recruit drivers, the Punjabi trucking life isn’t always an easy sell. Three years ago, a group of Sikh truckers in California won a settlement from a national shipping company after saying it discriminated against their faith. The drivers, who followed Sikh traditions by wrapping their uncut hair in turbans, said bosses asked them to remove the turbans before providing hair and urine samples for pre-employment drug tests despite being told of the religious observance. The same year, police charged a man with vandalizing a semi truck at a Sikh temple in Buena Park. He’d scribbled the word “ISIS.”

    Still, Hindi- and Punjabi-language newspapers in the Eastern U.S. regularly run ads promising better wages, a more relaxed lifestyle and warm weather as a trucker out West. Talk to any group of Sikh drivers and you’ll find former cabbies, liquor store workers or convenience store cashiers who made the switch.

    How a rural Oklahoma truck stop became a destination for Sikh Punjabis crossing America »

    “Thirty years ago, it was hard to get into trucking because there were so few people like us in the business who could help you,” says Rashpal Dhindsa, a former trucker who runs Fontana-based Dhindsa Group of Companies, one of the oldest Sikh-owned U.S. trucking companies. When Pal first started, Dhindsa — now a close friend but then an acquaintance — gave him a $1,000 loan to cover training classes.

    It’s 6:36 a.m. the next day when the Petro Stopping Center switches from quiet darkness to rumbling engines. Pal flips on the headlights of his truck, a silver ’16 Volvo with a 500-horsepower engine. Inside the rig, he heats aloo gobi — spiced potatoes and cauliflower — that his wife prepared back home. He checks the thermostat to make sure his trailer isn’t too warm. He takes out a book wrapped in a blue cotton cloth that’s tucked by his driver’s seat, sits on a bed-turned-couch and reads a prayer in Punjabi for safety on the journey: There is only one God. Truth is His name…. You always protect us.

    He pulls east onto the highway as the sun rises.

    Truckers either drive in pairs or solo like Pal. Either way, it’s a quiet, lonely world.

    Still, Pal sees more of America in a week than some people will in their lives. Rolling California hills, spiky desert rock formations, the snow-dusted evergreens of northern Arizona, the fuzzy cacti in New Mexico and, in Albuquerque, hot air balloons rising over an orange sky. There’s also the seemingly endless fast food and Tex-Mex of Amarillo and the 19-story cross of Groom, Texas. There’s the traffic in Missouri. After hours of solitude on the road, it excites him.

    Pal’s not strict on dogma or doctrine, and he’s more spiritual than religious. Trucking has shown him that people are more similar than different no matter where you go. The best of all religions, he says, tend to teach the same thing — kindness to others, accepting whatever comes your way and appreciation for what’s in front of you on the road.

    “When I’m driving,” Pal says, “I see God through his creation.”

    His favorite sights are the farms. You spot them in Central California while picking up pallets of potatoes and berries, or in Illinois and Indiana while driving through the corn and soybean fields.

    They remind him of home, the rural outskirts of Patiala, India.

    Nobody in his family drove trucks. Still, to Pal, he’s continuing tradition. His father farmed potatoes, cauliflower, rice and tomatoes. As a child, Pal would ride tractors for fun with Dad. Today, instead of growing food, Pal transports it.

    He wasn’t always a trucker. After immigrating in 2001 with his younger brother, he settled in Canoga Park and worked nights at 7-Eleven. After he was robbed at gunpoint, a friend suggested trucking. Better pay, flexible hours — and less dangerous.

    Three years later, he started driving a rig he didn’t own while getting paid per mile. Today, he has his own company, two trucks between himself and his brother — also a driver — and bids on shipments directly with suppliers. Nationally, the average pay for a trucker is just above $43,000. Pal makes more than twice that.

    He uses the money to pay for the house he shares with his wife, Harjeet Kaur, 4-year-old son, brother and sister-in-law, nieces and parents. Kaur threads eyebrows at a salon and video chats with him during lunch breaks. Every week before he leaves, she packs a duffel bag of his ironed clothes and stacked containers of food for the road.

    “I love it,” Pal says about driving. “But there are always two sides of the coin, head and tail. If you love it, then you have to sacrifice everything. I have to stay away from home. But the thing is, this job pays me good.”

    The truck is fully equipped. From the road, you can see only driver and passenger seats. But behind them is a sleeper cab with a bed that’s 6-foot-7 by 3-foot-2.

    Pal likes to connect the TV sitting atop a mini-fridge to his phone to stream music videos when he’s alone. His favorite songs are by Sharry Maan, an Indian singer who topped charts two years ago with “Transportiye.” It tells the story of a Sikh American trucker who longs for his wife while on the road. At night, the table folds down to become a bed. Pal is just missing a bathroom and his family.

    The life of a Sikh trucker is one of contrasts. On one hand, you see the diversity of America. You encounter new immigrants from around the world working the same job as people who have been truckers for decades. All transport the food, paper and plastic that make the country run. But you also see the relics of the past and the reminders of how you, as a Sikh in 2019, still don’t entirely fit in.

    It’s 9:40 a.m. on Saturday when Pal pulls into Bowlin’s Flying C Ranch rest center in Encino, N.M., an hour past Albuquerque and two from Texas. Here, you can buy a $19,999 stuffed buffalo, Baja jackets and fake Native American moccasins made in China in a vast tourist stop attached to a Dairy Queen and an Exxon. “God Bless the U.S.A.” by Lee Greenwood plays in the background.

    It reminds Pal of the time he was paying his bill at another gas station. A man suddenly shouted at customers to “get out, he’s going to blow up this place!” “I will not fight you,” Pal calmly replied. The man left. Those kinds of instances are rare, but Pal always senses their danger. Some of the most violent attacks on Sikhs this century have been at the hands of people who mistook them for Muslims or Arabs, including the case of a turban-wearing Sikh man in Arizona who was shot dead by a gunman four days after the Sept. 11 attacks.

    For Pal, suspicious glances are more common. So are the truckers who think he’s new to the business or doesn’t speak English. None of it fazes him.

    “Everybody relates to us through Osama bin Laden because we look the same,” he says, driving across the plains toward the Texas Panhandle. “Or they think because my English sounds different that I am not smart. I know who I am.”

    Every day, he wears a silver bracelet that symbolizes a handcuff. “Remember, you are handcuffed to God. Remind yourself to not do bad things,” Pal says. It reminds him to be kind in the face of ignorance and hatred.

    At a Subway in Amarillo a few hours later, he grabs his go-to lunch when he’s taking a break from Indian food: a chicken sandwich on white bread with pepper jack, lettuce, tomato and onion. At home, the family is vegetarian. Pal relishes chances on the road to indulge in meat. He used to depend solely on his wife’s cooking. Today, he has other options. It’s a luxury to switch from homemade meals to Punjabi restaurants to fast food.

    Trucking has helped Pal find his faith. When he moved to the U.S., he used to shave, drink beer and not care much about religion. But as he got bored on the road, he started listening to religious sermons. Twelve years ago, he began to again grow his hair and quit alcohol; drinking it is against the faith’s traditions. Today, he schedules shipments around the temple calendar so he can attend Sikh celebrations with his family.

    “I don’t mind questions about my religion. But when people say to me, ‘Why do you not cut your hair?’ they are asking the wrong question,” Pal says. “The real question is, why do they cut their hair? God made us this way.”

    It’s 4:59 p.m. when he arrives in Sayre, Okla., at Truck Stop 40. A yellow Punjabi-language billboard advertises it as the I-40 starts to bend north in a rural region two hours from Oklahoma City.

    Among the oldest Sikh truck stops, it has a 24-hour vegetarian restaurant, convenience store, gas station and a housing trailer that functions as a temple — all spread over several acres.

    Pal has been coming here for more than decade, since it was a mechanic shop run by a Sikh former trucker who settled on the plot for its cheap land. When he has time, Pal lingers for a meal. But he’s in a rush to get to Joplin, Mo., for the night so he can make his drop-off the next day.

    He grabs a chai and heads to the temple. Resting on a small pillow upon the altar is the Guru Granth Sahib, the Sikh holy book. An audiotape plays prayers on a loop. A print of Guru Nanak, the faith’s founder, hangs on the wall.

    Pal prostrates and leaves a few dollar bills on the floor as a donation for upkeep. He prays for God to protect the temple, his family and himself on the 891 miles that remain until he hits the Indianapolis suburbs.

    “This feels like a long drive,” Pal says. “But it’s just a small part of the journey of life.”

    #USA #LKW #Transport #Immigration #Zuwanderung

  • Pesticides. Le Conseil d’État donne raison à Eau et Rivières de Bretagne - France - LeTelegramme.fr
    https://www.letelegramme.fr/france/pesticides-le-conseil-d-etat-donne-raison-a-eau-et-rivieres-de-bretagne

    La haute juridiction administrative a sévèrement censuré l’arrête ministériel encadrant l’usage des pesticides en France.

    C’est une très importante victoire que viennent de remporter les associations Eau et Rivières de Bretagne, Générations Futures et l’Union syndicale solidaire. Le Conseil d’État vient en effet de leur donner largement raison dans le cadre du contentieux que les associations avaient engagé contre l’arrêté ministériel du 4 mai 2017, encadrant l’usage des pesticides sur le territoire français. La plus haute juridiction administrative du pays a estimé, dans sa décision, que l’arrêté attaqué « ne protégeait pas suffisamment la santé publique et l’environnement ».

    Dans le détail, les juges ont, tout d’abord, annulé les dispositions relatives à la protection des riverains des zones agricoles traitées. Pour le Conseil d’État, les mesures existantes « ne portent que sur certains lieux fréquentés par des personnes vulnérables, tels les aires de jeu destinées aux enfants en bas âge, les établissements de santé, les maisons de retraite et les espaces de loisirs ouverts au public », ce que les juges estiment insuffisant.

    Ils ont ensuite annulé les dispositions de l’arrêté concernant la protection des cours d’eau et des points d’eau. Le texte ne cible, en effet, que « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques par pulvérisation ou poudrage, sans régir l’utilisation d’autres techniques, telles que l’épandage de granulés ou l’injection de produits dans les sols, pourtant également susceptibles d’induire un risque de pollution, notamment par ruissellement, des eaux de surface en dehors du site traité », estiment les juges.

    Troisième point abordé par les sages du Palais-Royal, celui des « délais de rentrée », terme désignant les périodes pendant lesquelles il est interdit de pénétrer dans les zones où ont été utilisés des pesticides. L’arrêté incriminé ne porte en effet que sur les cas où ces produits sont utilisés sur une végétation en place, « sans rien prévoir lorsque les mêmes produits ont été utilisés sur des sols vierges de végétation », regrettent les magistrats. Enfin, l’arrêté a été jugé illégal « dans la mesure où il ne prévoit pas de mesures précises pour éviter ou réduire le risque de pollution par ruissellement en cas de fortes pluies ».

    À ce camouflet, le Conseil d’État ajoute une injonction visant l’État, qui devra « prendre les mesures réglementaires imposées par la décision » dans un délai de six mois. Il devra également dédommager les associations requérantes en leur versant la somme de 2 000 € chacune. Cette décision intervient alors que doit se tenir, ce jeudi, au ministère de l’Agriculture, une réunion du groupe de travail du plan « Ecophyto » (†), qui doit notamment porter sur les chartes de « bon voisinage ».

    † Ce plan doit, sous le patronage du ministère de l’agriculture, permettre de « réduire l’utilisation des produits phytosanitaires ».

  • Détails macabres et responsabilité de l’Arabie saoudite : le cinglant rapport de l’ONU sur la mort de Jamal Khashoggi
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/19/details-sinistres-et-mise-en-cause-de-l-arabie-saoudite-le-cinglant-rapport-

    Après six mois d’enquête, le rapport appelle notamment la communauté internationale à mettre le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman sous sanctions.

    Mise en cause du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, appel à l’imposition de sanctions contre lui, demande d’ouverture d’une enquête internationale, révélation de détails macabres sur le déroulement des faits : le rapport de l’experte onusienne Agnès Callamard sur l’assassinat du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi, éliminé le 2 octobre par des agents du royaume à Istanbul, est particulièrement embarrassant pour les autorités de Riyad.

    Ce gros document, d’une centaine de pages, est l’aboutissement de six mois d’enquête et d’une centaine d’interviews, menées en Turquie, bien sûr, le lieu du crime, mais aussi à Washington, Paris, Londres, Bruxelles, Berlin et Ottawa. Ce travail a été conduit par Mme Callamard, ancienne experte d’Amnesty International, en sa qualité de rapporteure du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, et par son équipe, composée de trois autres personnes : Duarte Nuno Vieira, un expert légiste, Paul Johnston, un enquêteur criminel, et Helena Kennedy, spécialiste des droits de l’homme.

    Le rapport conclut à la responsabilité de l’Arabie saoudite, en tant qu’Etat, dans l’assassinat de Jamal Khashoggi. Concernant le rôle exact de Mohamed Ben Salman, surnommé « #MBS », l’homme fort de la couronne, considéré par la CIA comme le commanditaire du meurtre, le rapport n’apporte pas d’éléments nouveaux mais il conforte ces soupçons.

    #paywall

  • Oman attack: Iran is the immediate, but unlikely, suspect - Iran - Haaretz.com

    Oman attack: Iran is the immediate, but unlikely, suspect
    U.S. officials rushed to point to Tehran, but somehow the world’s leading intelligence services failed to discover who is actually behind the strike. And even if they knew, what could be done without risking all-out war?
    Zvi Bar’el | Jun. 14, 2019 | 8:36 AM | 3
    https://www.haaretz.com/middle-east-news/iran/.premium-oman-attack-iran-is-the-immediate-but-unlikely-suspect-1.7368134


    A unnamed senior U.S. Defense Department official was quick to tell CBS that Iran was “apparently” behind the Thursday attack on two oil tankers in the Gulf of Oman, followed by State Secretary Mike Pompeo who later told reported that it was his government’s assessment. There’s nothing new about that, but neither is it a decisive proof.

    Who, then, struck the tankers? Whom does this strike serve and what can be done against such attacks?

    In all previous attacks in the Gulf in recent weeks Iran was naturally taken to be the immediate suspect. After all, Iran had threatened that if it could now sell its oil in the Gulf, other countries would not be able to ship oil through it; Tehran threatened to block the Strait of Hormuz, and in any case it’s in the sights of the United States, Saudi Arabia and Israel. But this explanation is too easy.

    The Iranian regime is in the thrones of a major diplomatic struggle to persuade Europe and its allies, Russia and China, not to take the path of pulling out of the 2015 nuclear agreement. At the same time, Iran is sure that the United States is only looking for an excuse to attack it. Any violent initiative on Tehran’s part could only make things worse and bring it close to a military conflict, which it must avoid.

    Iran has announced it would scale back its commitments under the nuclear deal by expanding its low-level uranium enrichment and not transferring the remainder of its enriched uranium and heavy water to another country, as the agreement requires. The International Atomic Energy Agency’s reports reveal that it has indeed stepped up enrichment, but not in a way that could support a military nuclear program.

    It seems that alongside its diplomatic efforts, Iran prefers to threaten to harm the nuclear deal itself, responding to Washington with the same token, rather than escalate the situation to a military clash.

    Other possible suspects are the Iran-backed Houthi rebels in Yemen, who continue to pound Saudi targets with medium-range missiles, as was the case last week with strikes on the Abha and Jizan airports, near the Yemeni border, which wounded 26 people. The Houthis have also fired missiles at Riyadh and hit targets in the Gulf. In response, Saudi Arabia launched a massive missile strike on Houthi-controlled areas in northern Yemen.

    The strike on the oil tankers may have been a response to the response, but if this is the case, it goes against Iran’s policy, which seeks to neutralize any pretexts for a military clash in the Gulf. The question, therefore, is whether Iran has full control over all the actions the Houthis take, and whether the aid it gives them commits them fully to its policies, or whether they see assaults on Saudi targets as a separate, local battle, cut off from Iran’s considerations.

    The Houthis have claimed responsibility for some of their actions in Saudi territory in the past, and at times even took the trouble of explaining the reasons behind this assault or the other. But not this time.

    Yemen also hosts large Al-Qaida cells and Islamic State outposts, with both groups having a running account with Saudi Arabia and apparently the capabilities to carry out strikes on vessels moving through the Gulf.

    In the absence of confirmed and reliable information on the source of the fire, we may meanwhile discount the possibility of a Saudi or American provocation at which Iran has hinted, but such things have happened before. However, we may also wonder why some of the most sophisticated intelligence services in the world are having so much trouble discovering who actually carried out these attacks.

    Thwarting such attacks with no precise intelligence is an almost impossible task, but even if the identity of those responsible for it is known, the question of how to respond to the threat would still arise.

    If it turns out that Iran initiated or even carried out these attacks, American and Saudi military forces could attack its Revolutionary Guards’ marine bases along the Gulf coast, block Iranian shipping in the Gulf and persuade European countries to withdraw from the nuclear deal, claiming that continuing relations with Iran would mean supporting terrorism in general, and maritime terrorism in particular.

    The concern is that such a military response would lead Iran to escalate its own and openly strike American and Saudi targets in the name of self-defense and protecting its sovereignty. In that case, a large-scale war would be inevitable. But there’s no certainty that U.S. President Donald Trump, who wants to extricate his forces from military involvement in the Middle East, truly seeks such a conflict, which could suck more and more American forces into this sensitive arena.

    An escape route from this scenario would require intensive mediation efforts between Iran and the United States, but therein lies one major difficulty – finding an authoritative mediator that could pressure both parties. Russia or China are not suitable candidates, and ties between Washington and the European Union are acrimonious.

    It seems that all sides would be satisfied if they could place responsibility for the attacks on the Houthis or other terror groups. That is not to say that the United States or Saudi Arabia have any magic solutions when it comes to the Houthis; far from it. The war in Yemen has been going on for five years now with no military resolution, and increased bombardment of concentrations of Houthi forces could only expand their efforts to show their strength. But the United States would pay none of the diplomatic or military price for assaults on the Houthis it would for a forceful violent response against Iran itself.

    If sporadic, small-scale attacks raise such complex dilemmas, one can perhaps dream of an all-out war with Iran, but it is enough to look at the chaos in Iraq and Afghanistan to grow extremely cautious of the trajectory in which such dreams become a nightmare that lasts for decades.❞
    #Oman #Iran
    https://seenthis.net/messages/786937

    • UPDATE 1-"Flying objects" damaged Japanese tanker during attack in Gulf of Oman
      Junko Fujita – June 14, 2019
      (Adds comments from company president)
      By Junko Fujita
      https://www.reuters.com/article/mideast-tanker-japan-damage/update-1-flying-objects-damaged-japanese-tanker-during-attack-in-gulf-of-om

      TOKYO, June 14 (Reuters) - Two “flying objects” damaged a Japanese tanker owned by Kokuka Sangyo Co in an attack on Thursday in the Gulf of Oman, but there was no damage to the cargo of methanol, the company president said on Friday.

      The Kokuka Courageous is now sailing toward the port of Khor Fakkan in the United Arab Emirates, with the crew having returned to the ship after evacuating because of the incident, Kokuka President Yutaka Katada told a press conference. It was being escorted by the U.S. Navy, he said.

      “The crew told us something came flying at the ship, and they found a hole,” Katada said. “Then some crew witnessed the second shot.”

      Katada said there was no possibility that the ship, carrying 25,000 tons of methanol, was hit by a torpedo.

      The United States has blamed Iran for attacking the Kokuka Courageous and another tanker, the Norwegian-owned Front Altair, on Thursday, but Tehran has denied the allegations.

      The ship’s crew saw an Iranian military ship in the vicinity on Thursday night Japan time, Katada said.

      Katada said he did not believe Kokuka Courageous was targetted because it was owned by a Japanese firm. The tanker is registered in Panama and was flying a Panamanian flag, he said.

      “Unless very carefully examined, it would be hard to tell the tanker was operated or owned by Japanese,” he said. (...)

  • Je ne met pas ce lien parce que je l’ai lu ou parce que je pense que c’est un bon livre, mais juste pour celles et ceux qui s’intéressent au sujet (des sorcières) et qui veulent savoir ce que les uns et les autres en disent, au cas où ce livre n’ait pas été repéré...

    Folies à la Salpêtrière - Charcot, Freud, Lacan
    Marie-José Sophie COLLAUDIN, Marco Antonio COUTINHO JORGE, Danièle Epstein, Houchang Guilyardi, Marie JEJCIC, Alain LELLOUCH, Danièle LÉVY, Michelle MOREAU RICAUD, Christian PISANI, Élisabeth ROUDINESCO, Colette SOLER et Mâkhi XENAKIS
    EDP Sciences, novembre 2015
    https://www.jdpsychologues.fr/tags/charcot

    Possédées du malin au Moyen Age, les sorcières hystériques sont vouées au bûcher. Enfermées au XVIIe siècle, maltraitées, elles rejoignent la Cour des Miracles de l’Hospice de la Vieillesse-Femmes à la Salpêtrière, lieu de réclusion des femmes dérangeantes, indigentes, folles incurables, âgées ou gâteuses .... Jusqu’à ce que le Dr Jean-Martin Charcot (1825-1893) mène le combat qui transforme l’ancien hospice en hôpital : l’Ecole de la Salpêtrière de Paris est née, qui devient lieu de recherche, d’enseignement et de soins, de renommée internationale. Tels des prestidigitateurs, les médecins hypnotiseurs de la Salpêtrière, font surgir et disparaître contractures, paralysies, spasmes, convulsions, cécité... Attiré par la notoriété de Charcot, le jeune Freud, arrive à Paris fin 1885 comme neuro-pathologiste. Il en repart quelques mois plus tard pour fonder la Psychanalyse. Au travers du corps de l’hystérique en convulsions, incarné par Blanche, Augustine ou Geneviève, vedettes des Leçons du Mardi, Freud découvre une mise en scène de fantasmes et de désirs inconscients. C’est à cette traversée historique et conceptuelle que nous vous convions dans l’amphithéâtre qui porte aujourd’hui le nom de Charcot.

    #Sorcières #femmes #hystérie #folie #La_Salpêtrière #Jean-Martin_Charcot #Sigmund_Freud #Jacques_Lacan #hypnose #psychanalyse

  • Procès de l’ex-maire d’une petite ville calabraise qui secourait les migrants
    10 juin 2019 - rts.ch
    https://www.rts.ch/info/monde/10498809-proces-de-l-ex-maire-d-une-petite-ville-calabraise-qui-secourait-les-mi

    Cinq ans environ après le terrible naufrage au large de Lampedusa, qui avait poussé le gouvernement italien à mettre sur pied l’opération « Mare Nostrum », s’ouvre le procès du maire de Riace, en Calabre, qui est très engagé pour la cause des migrants.

    Ce procès fait figure de symbole du virage opéré par l’Italie sur la question migratoire. Il se tient dès mardi à Locri, en Calabre.

    Le parquet a inculpé l’ex-maire, Domenico Lucano, pour deux chefs d’accusation. Le premier est celui de fraude aux dépens de l’Etat : Domenico Lucano se se serait passé d’appel d’offres pour attribuer la gestion des ordures de son village à des coopératives liées aux migrants.

    Il est par ailleurs soupçonné d’avoir favorisé des « mariages de convenance », afin d’aider des femmes déboutées du droit d’asile, à rester en Italie.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““
    Italie : ouverture du procès de l’ex-maire de Riace qui accueillait des migrants
    Par RFI - Publié le 11-06-2019 - Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir
    http://www.rfi.fr/europe/20190610-italie-ouverture-proces-ex-maire-riace-accueillait-migrants-domenico-lu

    Le village calabrais de Riace (extrême sud de l’Italie), qui est administré par un maire de la Ligue de Salvini depuis les élections municipales du 26 mai, retourne sous le feu des projecteurs. C’est en effet ce mardi 11 juin que s’ouvre le procès contre l’ancien édile, Dominico Lucano, dit « Mimmo » et 25 autres personnes qui collaboraient avec lui. Mis en examen en octobre 2018, l’homme symbole de l’accueil des réfugiés à échelle humaine, est notamment accusé d’aide à l’immigration illégale.

    #DomenicoLucano #Riace

  • Mobilisation exceptionnelle en Russie pour le journaliste Ivan Golounov
    https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-lundi-10-juin-2019


    Des motifs d’inquiétudes... et des raisons d’espérer, aussi, nous arrivent ce matin de l’Est.

    A commence bien sûr par la Russie, où l’évènement médiatique ce matin, c’est cette Une commune pour les trois grands journaux nationaux que sont Kommersant, RBK et Vedomosti

    « Nous sommes Ivan Golunov », voilà ce qu’on lit sur cette Une, déclinée dans les couleurs de chacun des quotidiens. C’est une marque franchement exceptionnelle de solidarité entre journalistes, pour s’indigner ensemble de l’arrestation donc d’Ivan Golounov. 

    Golounov, 36 ans, est un journaliste russe spécialisé dans l’investigation, collaborateur du site d’info indépendant Meduza dont je vous parle régulièrement ici et qui se revendique comme un média d’opposition à Vlaidmir Poutine tout en rajeunissant sérieusement le genre. Pas étonnant d’ailleurs que sa rédaction en chef soit basée à Riga en Lettonie pour garantir sa liberté de ton. 

    Mais Ivan Golounov, lui, vit et travaille à Moscou : c’est de là qu’il a fait trembler le vice-maire de la capitale en révélant son luxueux autant que douteux patrimoine immobilier... c’est aussi de là qu’il a enquêté sur la mafia des pompes funèbres, un commerce très lucratif que se partagent en bonne intelligence officiels et criminels.

    Je vous parle de ces deux enquêtes parce qu’elle sont représentatives du travail de Golounov pour Meduza et que le magazine Republic les a republiés ce week-end en hommage à leur auteur. 

    Et c’est donc dans le centre de Moscou, qu’Ivan Golounov a été arrêté jeudi par des policiers, qui ont fort opportunément trouvé quelques grammes de stupéfiants dans son sac. Depuis, retrace Republic, le journaliste en est passé par la détention provisoire, les interrogatoires musclés, les pressions pour lui soutirer des aveux, la présentation à un juge qui l’a inculpé pour trafic de drogues et l’a renvoyé vers un procès dans lequel il risque 10 à 20 ans de prison... 

    Il a fallu une mobilisation vraiment inédite des défenseurs de la liberté de la presse en Russie pour qu’il soit finalement, samedi soir, libéré et placé en detention à son domicile en attendant son procès.

    #мы_иван_голунов

    • Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/11/face-a-la-mobilisation-de-la-societe-civile-la-russie-abandonne-les-poursuit

      Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      L’affaire a provoqué une onde de solidarité rare dans la société russe. Deux hauts responsables de la police seront limogés.

      Les poursuites contre le journaliste d’investigation Ivan Golounov, accusé de trafic de drogue, ont été levées mardi 11 juin. « Golounov sera libéré aujourd’hui de son assignation à résidence et les accusations sont abandonnées », a déclaré le ministre de l’intérieur, Vladimir Kolokoltsev, cité dans un communiqué.

      Depuis l’interpellation, vendredi 7 juin, de ce journaliste d’investigation du site indépendant Meduza, la mobilisation n’avait cessé de croître. Les soutiens d’Ivan Golounov ont dénoncé une affaire montée de toutes pièces en rétorsion à ses enquêtes, qui concernaient notamment la corruption à la mairie de Moscou.

      Les analyses réalisées sur demande de la justice n’avaient révélé aucune trace de drogue dans son sang et aucun des sachets saisis ans son sac à dos puis au cours d’une perquisition dans son appartement ne portait ses empreintes, selon les avocats du journaliste.

      La justice devra désormais évaluer « la légalité des actions des policiers qui ont interpellé » le journaliste à Moscou. Selon M. Kolokoltsev, les policiers ayant procédé à l’arrestation ont été suspendus de leurs fonctions le temps de l’enquête.

      Deux hauts responsables de la police seront, en outre, limogés. Il s’agit du général de la police Andreï Poutchkov, responsable des forces de l’ordre dans le district ouest de la capitale russe, et du général Iouri Deviatkine, qui dirige l’antenne moscovite du Département de la lutte contre le trafic de drogue, selon la même source.

      Le sacrifice de hauts fonctionnaires est un signe de fragilité : dans toutes les affaires précédentes impliquant des membres des forces de l’ordre, le pouvoir avait choisi de faire corps et de ne pas abandonner les siens. Après la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski, en 2009, et malgré l’émotion suscitée, ses tortionnaires avaient même été promus. Reste à savoir si les sanctions annoncées s’accompagneront d’une réforme réelle des méthodes policières, alors que les fausses accusations de trafic de drogue font partie des abus fréquemment dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme.

    • En Russie, plus de 400 personnes arrêtées lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/12/en-russie-une-centaine-de-personnes-arretees-lors-d-une-marche-en-soutien-au

      A la suite de l’arrestation, puis de la libération du journaliste russe, une manifestation était organisée mercredi pour dénoncer les agissements de la police dans cette affaire.

      Alors qu’ils défilaient à Moscou lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov, journaliste accusé à tort de trafic de drogue, plus de 400 personnes ont été arrêtées mercredi 12 juin, a annoncé l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations.
      Contrastant avec la clémence inhabituelle dont elles ont fait preuve les jours précédents, les autorités n’ont pas traîné pour mettre fin à la marche organisée dans le centre de la capitale russe contre les abus de la police, qui n’avait pas reçu l’autorisation officielle de la mairie. La police est allée jusqu’à fermer au public la Place Rouge, l’une des principales artères du centre et un parc populaire de la capitale.

      Parmi les personnes arrêtées figure le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, qui a fait l’objet de nombreuses procédures judiciaires et détentions ces dernières années. « Le pouvoir a terriblement peur de la démonstration de solidarité fantastique et unanime dans l’affaire Golounov. Il est donc important pour eux de détruire d’abord la solidarité générale, puis d’intimider et d’emprisonner ceux qui insistent », a dénoncé sur Twitter M. Navalny, qui encourt jusqu’à trente jours de détention.

      Plusieurs journalistes, dont des collaborateurs du journal d’opposition Novaïa Gazeta, du quotidien Kommersant et du magazine allemand Der Spiegel, ont également été arrêtés. Selon Meduza, l’un de ses correspondants a été interpellé alors qu’il se plaignait de la répression policière par téléphone avec le vice-maire de Moscou.

  • American Oil Keeps Flowing to China Despite Mounting Trade War - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-06-06/american-oil-keeps-flowing-to-china-despite-mounting-trade-war

    • U.S. shipments to Asian nation seen increasing in May and June
    • Tankers headed to China haven’t rerouted even as tension rises

    Washington’s escalating trade war with Beijing hasn’t choked off the flow of American oil to China.

    At least six million barrels of U.S. crude set off for Chinese refineries in May, according to ship tracking data compiled by Bloomberg. In June, American shipments to the Asian nation are expected to reach at least 4 million barrels, according to shipping reports and data from Kpler. The volumes are a marked increase from April, when China took just one supertanker of U.S crude, about two million barrels.

    U.S. oil may just be too cheap to pass up. West Texas Intermediate crude is selling for almost $9 per barrel less than the global benchmark Brent, down from around $6 in April. While global supply risks have boosted the price of Brent, growing American production has kept WTI weak, making it more appealing to international buyers.

    Clearly the trade war is a consideration,” but the WTI discount to Brent is attractive, said Sandy Fielden, an analyst at Morningstar Inc. Purchases made now could be sold later for a higher price — something Chinese companies started doing soon after the trade war began last year.

    The three tankers that initially set sail for China in May have not signaled a destination change, even as trade tension ramps up. Meanwhile, a fourth ship headed for Singapore rerouted to Rizhao, China. One of the China-bound tankers, a very large crude carrier (VLCC), received its supply at the Louisiana Offshore Oil port in May, ship tracking data show. More could be headed to China from LOOP, America’s only facility that can fully load a VLCC.

  • L’idylle insolite de Donald Trump, artisan du « Muslim Ban » avec la dynastie wahhabite : 2/2
    https://www.madaniya.info/2019/06/06/lidylle-insolite-de-donald-trump-artisan-du-muslim-ban-avec-la-dynastie-w

    Un conseiller du prince héritier d’Abou Dhabi incuclpé aux Etats Unis pour détention de matériel pornographique.

    Coup dur pour la stratégie d’endiguement de l’Iran, un des missi dominici américain en direction de l’Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis, Georges Nader, homme d’affaires américain d’origine libanaise, a été inculpé pour détention de matériel pornographique.

    Son arrestation est intervenue le 4 juin 2019 une semaine après l’échec du triple sommet de la Mecque (islamique, arabe et Golfe), fin mai, et la décision de Benyamin Netanyahu d’organiser de nouvelles élections législatives israéliennes en septmebre, faute de pouvoir former un gouvernement. Deux echecs qui ont renvoyé aux calendes grecques le lancement de la transaction du siècle, conconctée sous l’égide de Jared Kusgner, le gendre présidentiel américain.

    Agé de 60 ans, Georges Nader a été conseiller du prince héritier d’Abou Dhabi, Mohamamd Ben Zayed et son chargé de mission auprès de l’équipe de campagne présidentielle de Donald Trump, en vue d’établir un partenariat privilégié entre les Emirats arabes Unis et les Etats Unis.

    L’intermédiaire libano américain avait entrepris des démarches similaires auprès d’Israël, la Russie et l’Arabie saoudite.

    Georges Nader avait été entendu par Robert Mueller chargé de l’enquête sur les interérecnes russes de la campagne présidentielle américaine.

    Objet d’une première interpellation en 1987, il a été arrêté le 4 juin 2019 à son arrivée à l’aéroport John F. Kennedy de New York, en vertu d’un mandat d’arrêt délivré en 2018, en raison du fait que « sur son portable, il conservait des photos de mineurs en position obscène ».

    • Un homme d’affaires américano-libanais arrêté à New York pour possession d’images pédopornographiques
      https://www.lorientlejour.com/article/1173549/un-homme-daffaires-americano-libanais-arrete-a-new-york-pour-possessi
      https://s.olj.me/storage/attachments/1174/800_950951.png/r/800

      M. Nader avait aidé à mettre en œuvre une rencontre, aux Seychelles en janvier 2017, entre Erik Prince, un partisan de M. Trump qui avait fondé la société de sécurité privée Blackwater, et un responsable russe proche de Vladimir Poutine, rappelle le Washington Post. « L’objet de cette rencontre a suscité un intérêt particulier de la part des enquêteur du procureur Mueller, et certaines questions restent sans réponse, même après la publication du rapport Mueller », ajoute le quotidien américain.

    • Mars 2018 : Les Emirats accusés d’influencer Trump : un homme d’affaires américano-libanais dans le collimateur
      https://www.lorientlejour.com/article/1102941/les-emirats-accuses-dinfluencer-la-politique-etrangere-de-trump-un-ho

      Selon le quotidien, les enquêteurs de M. Mueller, qui mène l’enquête sur une possible collusion entre l’équipe du président Donald Trump et la Russie pendant la campagne présidentielle de 2016, ont interrogé M. Nader qui aurait tenté d’influencer la politique étrangère des Etats-Unis en faveur des Emirats, notamment en « donnant de l’argent en soutien à Trump durant la dernière campagne présidentielle ».

      L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de même que Bahreïn et l’Egypte, ont rompu en juin dernier leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu’ils accusent de promouvoir le terrorisme, ciblant aussi dans cette initiative l’Iran, ennemi juré de Riyad.

      Le New York Times cite le cas d’une relation de M. Nader, Eliott Broidy, un mécène de la campagne de Trump, très proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a des centaines de millions de dollars de contrats avec la famille régnante émirati. M. Broidy a oeuvré ces derniers mois pour pousser l’administration Trump à se rapprocher des Emirats.

    • George Nader (businessman) - Wikipedia
      https://en.wikipedia.org/wiki/George_Nader_(businessman)

      Nader has been charged with multiple crimes involving the sexual exploitation of minors, and convicted of several of them. A 1985 charge of receiving from the Netherlands films and magazines depicting pre and post-pubescent boys engaged in sexual acts, was dismissed due to an invalid search warrant.[18] A federal court in Virginia in 1991 gave him a six-month sentence on a felony charge of transporting from Germany, pornographic videotapes of boys about 13 or 14 years old.[18] Prosecutors agreed to put the case under seal “due to the extremely sensitive nature of Mr. Nader’s work in the Middle East.”[18]

      In 2003, he was convicted in Prague, Czech Republic for sexually abusing 10 boys, for which he served one year in prison.[1][18] A spokesperson of the court told press that the crimes occurred between 1999 and 2002. In one case, at his room in Hilton Prague Hotel, he requested oral sex from a 14-year-old boy and after he refused, Nader masturbated in front of him, paying him 2,000 koruna.[1]

      On June 3, 2019, Nader was arrested by federal agents for possession of child pornography as well as bestiality[19] and, for a second time, transportation of child pornography. These charges stemmed from his January 2018 questioning by FBI agents working on behalf of special counsel Robert Mueller, at which time child pornography was incidentally found on one of his three cell phones as agents inspected it pursuant to a warrant.[20][21] He was ordered to be held pending his extradition to Virginia.[22]

  • Des nouvelles du Soudan

    Par Anne-Catherine de Nevehttps://www.facebook.com/annecatherinedeneve/posts/10216762968900586


    Il faut que je publie ceci. Je suis désolée. Je voudrais vous l’épargner.

    M. mon ami M, est chez nous depuis dimanche dernier. En allant se coucher dimanche soir, il m’a dit : « j’ai un mauvais pressentiment. J’ai le sentiment que quelque chose de terrible va se passer. »

    Lundi matin, quand il s’est réveillé, il a posé sa main sur son téléphone, comme à son habitude, et a commencé à éplucher Facebook. Son visage a blêmi quand il a découvert ce qui se passait dans son pays. Sa femme y est. Sa mère. Son père, ses frères et sœurs. Tous ses amis. Les heures qui ont suivi, il n’a plus dit un mot, son regard obstinément rivé sur l’écran de son téléphone, tentant désespérément de comprendre ce qui était en train de se passer.

    Il avait raison. Quelque chose de terrible était en train de se passer. Voilà le récit qu’il m’en a fait. Je vous le livre ici car nous nous devons mettre autant d’efforts à faire savoir ce qui se passe qu’ils n’en mettent à nous le cacher. Les principaux réseaux internet ont été coupés hier. Des rumeurs circulent : le téléphone pourrait être coupé dans les heures qui viennent, privant le Soudan tout entier de communication vers l’extérieur.
    Ce matin, il a retrouvé ses esprits et a commencé à m’expliquer ce que je savais déjà en partie, en montrant certaines vidéos, certaines photos… Il m’a demandé de l’écrire ici.

    M. :

    « Ils étaient assis devant le quartier général des forces armées. Depuis des jours. Depuis des nuits. Ils étaient la pour réclamer d’être entendus. Ils étaient là pour exiger que le Soudan soit rendu aux citoyens.
    Au petit matin, ceux du Transitionnal Military Council , ceux-là mêmes qui prétendaient être là pour protéger les citoyens, pour éviter qu’ils ne soient tués, maltraités, les ont attaqués. Ceux-là qui ont présentés leur main à serrer aux diplomates et chefs de gouvernement européens les ont attaqués, l’arme au poing. Ils ont tiré dans la foule. Ils ont frappé. Ils ont arrêté. Ils ont emprisonné. Ils ont violé. Hommes, femmes, enfants ont tenté de s’échapper. Dans les cris, dans la peur, dans le sang.

    Sur la place, les citoyens avaient installé de grandes tentes, dans lesquelles ils dormaient quand les militaires ont attaqué. Les militaires y ont mis le feu. Personne ne sait combien sont morts. Un peu plus loin, ils sont entrés dans les maisons des étudiants. Ils sont entrés et sortis, laissant la mort derrière eux. Personne ne sait combien sont morts. Les militaires ont emporté les corps. Ils les ont jetés dans le Nil bleu.

    Les femmes ont été violées. On a vu des militaires brandir des sous-vêtements des femmes qu’ils ont attaquées en guise d’étendard.

    Au petit matin, ils se sont dirigés vers les deux hôpitaux où étaient soignés les blessés. Ils sont entrés. Ils ont violé les femmes, infirmières et médecins, qui les soignaient Ils sont partis. Personne ne sait combien ont été violées. Le viol jette l’opprobre sur toute la communauté de la femme violée. Normalement, personne ne parle. Mais 50 récits ont déjà été enregistrés.

    Ceux qui ont pu fuir ont fui. Une fois le sitting dispersé, les militaires se sont répandus dans la ville. Ils ont interdit la fête rituelle de l’ Aid . Ils ont tiré sur tous les rassemblements de plusieurs personnes. Personne ne sait combien sont morts dans les rues de Khartoum. Ils ont même attaqué les cortèges funéraires et ont tué les familles qui voulaient rendre hommage à leurs morts.

    Le 4 juin, ils ont coupé les principaux réseaux internet, empêchant les gens de communiquer.
    Beaucoup de personnes sont manquantes. Parmi elles, certains de mes amis. Beaucoup de mes amis. Un numéro a été ouvert depuis hier pour recenser les personnes manquantes. On sait que 300 personnes ont été emmenées à Burri (?), dans un commissariat de police. Les autres, on ne sait pas où elles ont été emmenées
    A Khartoum, il y a un endroit où le Nil fait une boucle et rejette ce que ses flots ont charrié. Aujourd’hui plus de 120 corps ont été repêchés. Et ils continuent d’arriver.

    Je ne sais pas ce qui va se passer. Aujourd’hui, ils ont pris le pouvoir. Les Rapid support forces - les Damaseri , comme les a appelés le gouvernement de Omar El Bachir qui sont aussi Jenjaweed , connus pour avoir décimé le Darfour - sont au pouvoir et contrôlent désormais tout le Soudan. »

    Voici le récit de M. Il n’est pas complet car peu d’informations nous arrivent. Il comporte sans doute des erreurs car il m’a fallu me frayer un chemin dans toute cette horreur. Mais il est fidèle à ce que les Soudanais ont souffert. À ce qu’ils souffrent aujourd’hui.

    #freedomforsoudan
    #stopexpulsionsoudan
    #salah

    Si le récit de M vous laisse perplexe, Il m’a demandé de vous montrer des photos et des vidéo. Je viens de les parcourir et je ne peux pas. Je ne peux pas vous les montrer.

    • Le Monde affirme que Khartoum est « livrée au miliciens du Darfour » :

      https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/06/06/soudan-khartoum-livree-aux-miliciens-du-darfour_5472239_3212.html

      El Watan, quotidien algérien, voit de la part du Conseil militaire de transition une volonté de casser la mobilisation populaire pacifiste en montant les islamistes contre les manifestants.

      https://www.elwatan.com/edition/international/bain-de-sang-au-soudan-06-06-2019#

      Par contre, d’après El Watan, Abdelfattah al Buhrane, chef de la junte militaire, semble revenir à un discours plus « modéré » :

      Devant la pression de la rue et de la communauté internationale qui a appelé à la reprise des discussions, la junte militaire au pouvoir a fini par céder et annuler sa décision de tenir des élections dans neuf mois. Elle a également invité les contestataires à un dialogue sans conditions. Le général Abdelfattah Al Burhane, lors d’un discours retransmis hier à la télévision, a invité à la reprise des négociations. « Nous ouvrons nos bras aux négociations sans restriction, sinon celle de l’intérêt national, pour fonder un pouvoir légitime qui reflète les aspirations de la révolution des Soudanais.

      Ouvrons tous ensemble une nouvelle page », a-t-il déclaré. Il a dit en outre « regretter ce qui s’est passé à Khartoum lundi » et annoncé l’ouverture d’une enquête par le parquet général. Bien que comptant pourtant parmi les principaux soutiens des généraux soudanais, les Saoudiens ont apparu ne pas assumer la dérive du Conseil militaire de transition. Riyad a ainsi souligné hier aussi « l’importance d’une reprise du dialogue entre les différentes forces politiques soudanaises en vue de réaliser les espoirs et les aspirations du peuple soudanais frère ». Au moment où nous mettions sous presse hier, l’ALC n’avait pas encore répondu à l’offre de l’armée.

  • The #Houthis March South - Carnegie Endowment for International Peace
    https://carnegieendowment.org/sada/79228

    However, the Houthi advance in the cities of central and southern Yemen is not only a result of own capability. Their advance has been aided by Riyadh and Abu Dhabi’s conflicting objectives and agendas, and their relationships with some of the groups backing the internationally recognized government. Notably, the coalition did not allow pro-government fighters to open up new fronts, such as in Qaniya (on the border between Bayda and Marib provinces) and in the Nihm district (northeast of Sanaa), which would have alleviated the pressure on forces in Bayda and Dalea. Instead, they only allowed some skirmishes in Saada province near the Saudi border.

    [...]

    Escalating tensions between the Yemeni government and Abu Dhabi also played a significant role in the Houthis’ military victories. The UAE apparently viewed the new parliament (which convened in Hadramout under the protection of Saudi troops), and its announcement of the National Alliance of Yemeni Political Forces, and the creation of the Southern National Coalition as a threat to its proxy forces—and even to the legitimacy of its intervention in #Yemen. In addition, several government ministers have recently been critical of the coalition’s actions. On May 5, Minister of Interior Ahmed al-Maysari (a member of the new SNC) described the Arab coalition as a partner in the war against the Houthi “revolutionaries,” but not a partner in administering liberated areas. Minister of Transportation Saleh al-Gabwani (likewise a top-ranking leader of the SNC) tweeted that the Arab coalition was refusing to grant permission to increase the number of flights from India to Yemen, even though all seats are being reserved by international organizations, saying, “What is left for us, coalition of brothers?”

  • Susan Sontag, véritable auteure du livre phare de son mari
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/susan-sontag-veritable-auteure-du-livre-phare-de-son-mari/94876

    Benjamin Moser, l’auteur de cette nouvelle biographie, ne se contente pas de vagues suppositions. D’après le Guardian, il a mené une enquête très fouillée pour établir les faits avec certitude. En effet, il a obtenu un accès privilégié aux archives de l’auteure entreposées à UCLA, y compris des pièces qui ne seront pas accessibles au public avant plusieurs années. Par ailleurs, il s’est entretenu avec des personnes de l’entourage proche de Susan Sontag.

    Résultat des courses, Moser est certain que c’est Susan Sontag qui a rédigé le livre, en plus de l’important travail de recherche qu’elle a mené pour en constituer le contenu. « Susan passait toutes ses après-midi à tout écrire à partir de rien », explique Minda Rae Amiran, une amie de l’intellectuelle. Plusieurs éléments de sa correspondance permettent également d’affirmer qu’elle est l’auteure du livre de son mari.

    Un cas d’école d’effet Matilda (le fait de minimiser la contribution de femmes scientifiques à la recherche) appliqué à la littérature. L’auteur de la biographie lui-même reconnaît que s’il connaissait la rumeur qui faisait de Sontag la véritable auteure du livre, il avait quelques doutes, notamment étant donné l’âge de Sontag à l’époque. En effet, elle a épousé Rieff en 1950, à l’âge de 17 ans ; l’ouvrage sur Freud est quant à lui paru en 1959, quand elle n’avait donc que 26 ans.

    Et, lors de sa parution, le Guardian de l’époque parlait d’un « évènement à célébrer… un livre véritablement brillant sur l’importance culturelle de Freud… une contribution aux sciences humaines dont la valeur sera permanente » ! Clairement, on a vu critique plus acerbe…

    Étudiante brillante et précoce (elle termine le lycée à 15 ans avant d’intégrer les rangs de l’université), Susan Sontag a donc écrit le livre qui allait lancer la carrière de son mari… Pourquoi la vérité est-elle restée cachée ? C’est là que l’on bascule de l’injuste au tragique.

    Selon Moser, c’est au moment de son divorce que Susan Sontag a promis à Rieff d’abandonner ses droits légitimes à se revendiquer publiquement comme l’auteure de l’ouvrage. En échange de quoi, il aurait laissé la garde de leur fils à son ex-épouse.

    C’est à se demandé si un seul homme à écrit lui même l’œuvre qui lui est attribué.
    Benjamin Moser est-il marié ?

    #invisibilisation #femmes #hétérosexualité #couple #amour #haine #domination #spoliation #chantage #grand_homme

  • Quoting ’The Lorax,’ Court Pulls Permit For Pipeline Crossing Appalachian Trail : NPR
    https://www.npr.org/2018/12/14/676950106/quoting-the-lorax-court-pulls-permit-for-pipeline-crossing-appalachian-trail

    A federal appeals court has thrown out a power company’s permit to build a natural gas pipeline across two national forests and the Appalachian Trail – and slammed the U.S. Forest Service for granting the approvals in the first place.

    In a decision filed Thursday by the 4th U.S. Circuit Court of Appeals in Richmond, Va., a three-judge panel declared the U.S. Forest Service “abdicated its responsibility to preserve national forest resources” when it issued permits for the Atlantic Coast Pipeline to build through parts of the George Washington and Monongahela National Forests and a right of way across the Appalachian Trail.

    “This conclusion,” they wrote in a unanimous judgment, “is particularly informed by the Forest Service’s serious environmental concerns that were suddenly, and mysteriously, assuaged in time to meet a private pipeline company’s deadlines.”

    The judges cited Dr. Seuss’ The Lorax: “We trust the United States Forest Service to ’speak for the trees, for the trees have no tongues.’”

    #should_trees_have_standing #pipeline #droit_de_l'environnement #animisme_juridique

  • TRIBUNE. Les Émirats, maîtres de la contre-révolution arabe - Le Point
    https://www.lepoint.fr/monde/tribune-les-emirats-maitres-de-la-contre-revolution-arabe-23-05-2019-2314718

    Larges extraits d’une bonne tribune.

    La perception que l’on a des Émirats arabes unis (EAU) comme un îlot libéral au milieu de l’archipel de monarchies conservatrices du Golfe est un mythe. Dans l’ombre des gratte-ciel clinquants et d’une image soigneusement travaillée, les EAU se sont transformés ces dernières années en un État policier – un État autoritaire qui ne cherche pas seulement à renverser les acquis des révolutions arabes, mais encore plus d’imposer son idéologie en réalité plus intransigeante et machiavélique que celle du royaume saoudien sur laquelle on a tendance à se focaliser. Les Émirats ne font pas que préparer le lancement d’une sonde sur Mars : ils s’acharnent également à étendre leur influence dans le monde et à mener une campagne contre-révolutionnaire de plus en plus active et radicale. C’est le plan mis en place par Mohamed Ben Zayed, prince héritier d’Abu Dhabi, pour externaliser et « glocaliser » sa doctrine sécuritaire dans tous les pays qui ont espéré la démocratisation. Cette « doctrine MBZ » a déjà transformé en partie le pays en « petite Sparte » du Golfe, certes puissante sous l’Antiquité, mais bien peu réputée pour son pacifisme.
    Soutien ou ingérence ?

    Abu Dhabi est omniprésente dans la vie politique de l’ensemble des pays en crise de la région, de sorte que chacun des pays du Printemps arabe a quasi réglé la situation de déstabilisation qu’il a pu connaître en 2011. La Tunisie s’est stabilisée et a entamé sa transition démocratique par une nouvelle Constitution, une vie politique active et des élections fin 2019. Mais dans ce pays, Abu Dhabi soutient clairement la présidence actuelle bien mal en point et largement critiquée à l’intérieur, contre le premier parti du pays, la formation islamiste Ennahda. Quant à la Syrie, après des années de guerre, elle est revenue à l’autoritarisme stable avec le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir et la défaite de Daech : l’accord du 15 mars 2019 entre la Russie et les Émirats ouvre les portes de ce pays détruit à Abu Dhabi, qui est désormais son premier partenaire. L’Égypte, elle, après une révolution du 25 janvier 2011 pleine d’espoir a tout perdu avec le putsch contre le président Mohamed Morsi en 2013 et l’installation du nouveau raïs, le maréchal Abdelfattah Sissi, jusqu’à au moins… 2030. Le pays doit son retour à la dictature au soutien des Émirats arabes unis.

    En Algérie, pays qui a enfin entamé son nouveau printemps algérien, après celui de 1988, elle voit son chef d’état-major Gaïd Salah – un général qui effraie les Algériens en quête de démocratie – être en contact permanente avec le puissant Mohammed Ben Zayed. Et le militaire algérien ne cache même plus ses nombreux allers-retours à Abu Dhabi. Quid du Yémen et de la politique « humaniste » qu’Abu Dhabi prétend mener sur place depuis cinq ans avec le concours de Riyad ? Cette guerre a provoqué la pire catastrophe humanitaire du monde avec près de 100 000 enfants morts et des millions de déplacés : tout cela pour venir à bout de la « rébellion » houthiste, soutenue par l’Iran.

    Et nous arrivons enfin à la Libye, pour laquelle les Émirats arabes unis prétendent détenir la solution. Ce pays, dans lequel le renversement de Muammar Khadafi a provoqué un chaos quasi régional, n’est arrivé à rien en huit ans de conflit. À la décharge des Émirats, personne d’autre n’a trouvé de solution à ce jour. La guerre comme la lutte de clans et de gouvernements entre Tripoli et Benghazi n’en finit pas et la communauté internationale gère l’ingérable : l’intrusion de tous dans une histoire politique qui devrait être réglée par les Libyens en premier et en dernier ressort. Les dernières révélations de la BBC sur les crimes de guerre pratiqués par Abu Dhabi en Libye, après celles il y a deux ans des prisons émiriennes au Yémen où seraient pratiquées la torture, n’ont pas fini de faire des remous.

  • Soviet Milk by Nora Ikstena review – a blistering Latvian bestseller | Books | The Guardian

    https://www.theguardian.com/books/2018/aug/31/soviet-milk-by-nora-ikstena-review

    Outre le fait que le livre a l’air d’être très intéressant, cette écrivaine nous fait l’honneur d’une visite sur notre île au milieu du fjord, nous pourrons discuter de cette œuvre.

    A century has passed since the Baltic state of Latvia officially became a nation, and for half that time it was part of the Soviet Union. It’s a bitter history and there’s a sense in Nora Ikstena’s bestselling novel, about women versus the state, of a hard-won creative reckoning.

    Running from the end of the second world war to the fall of the Berlin Wall, the novel – Ikstena’s 20th – is narrated in alternating sections by an unnamed mother and daughter. “My milk was bitter: the milk of incomprehension, of extinction. I protected my child from it,” says the mother, a fertility specialist whose medical career is blighted after she turns on the abusive husband of a childless woman who seeks her help during a research trip to Leningrad.

    #Littérature #soviétisme #ex-urss #nora_ikstena

    • Nora Ikstena’s ‘Soviet Milk’ - The White Review
      http://www.thewhitereview.org/reviews/nora-ikstenas-soviet-milk

      Soviet Milk by Nora Ikstena opens with two women who cannot remember. ‘I don’t remember 15 October 1969,’ says the first. ‘I don’t remember 22 October 1944,’ says the second, ‘but I can reconstruct it.’ They can only reconstruct what happened because these are the days on which they were born. Birth reminds us that we are always dependent upon another to know the truth of who we are, something few of us ever come to terms with. These two women are never named: the first, born in Riga in 1969 in the early years of Leonid Brezhnev’s rule over the Soviet Union, is the daughter of the second, born when Riga was liberated from the Nazis at the end of the Second World War. This mother is also a daughter, born to a woman who resolved to forget the independent Latvia of her youth, and a father who refused to forget that Latvia condemned him to the gulag. Soviet Milk consists of these two women telling their stories in short alternating sections, manifesting in its form the intimacy and distance of what the daughter calls their ‘two parallel worlds’.

  • U.S. envoy urges response “ short of war ” to Gulf tankers attack - Energy & Oil - Reuters
    https://af.reuters.com/article/energyOilNews/idAFL5N22Q22D

    The U.S. ambassador to Saudi Arabia said Washington should take what he called “reasonable responses short of war” after it had determined who was behind attacks on oil tankers off the coast of the United Arab Emirates.

    Iran was a prime suspect in the sabotage on Sunday although Washington had no conclusive proof, a U.S. official familiar with American intelligence said on Monday. Iran has denied involvement.

    We need to do a thorough investigation to understand what happened, why it happened, and then come up with reasonable responses short of war,” Ambassador John Abizaid told reporters in the Saudi capital Riyadh in remarks published on Tuesday.

    It’s not in (Iran’s) interest, it’s not in our interest, it’s not in Saudi Arabia’s interest to have a conflict.
    […]
    COOL HEADS MUST PREVAIL
    Newspapers in the UAE, which are heavily controlled by the government, ran editorials urging caution in responding to the attack, which risks undermining the Gulf Arab state’s image as a regional bastion of stability and security.

    While further details are yet to emerge about this worrying incident, cool heads must prevail, and proper measures should be taken to ensure that this situation does not spin out of control,” wrote the editorial board of Abu Dhabi-based The National.

    Gulf News, a state-linked Dubai daily, said “rogue actors must be brought to book”.

    Saudi Arabia’s energy minister said on Monday that the attack aimed to undermine security of global crude supplies.

  • Des attaques de drones revendiquées par les rebelles houthistes visent des installations pétrolières saoudiennes
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/14/arabie-saoudite-des-installations-petrolieres-visees-par-une-attaque-de-dron

    Les rebelles houthistes, contre qui l’Arabie saoudite mène une guerre depuis 2015 au Yémen, ont revendiqué ces attaques, qui ont contraint Riyad à cesser ses opérations sur un oléoduc majeur.

    Des installations pétrolières ont été la cible d’attaques de drones, mardi 14 mai, en Arabie saoudite, contraignant Ryad à interrompre ses opérations sur un oléoduc majeur du royaume. Ces attaques ont été revendiquées par les rebelles houthistes pro-iraniens au Yémen voisin, où des forces saoudiennes aident le pouvoir dans sa guerre contre ces insurgés.

    Tôt mardi, deux stations de pompage ont été visées par des « drones armés », ce qui a provoqué un « incendie » et des « dégâts mineurs » sur une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé, a rapporté Khaled Al-Falih, le ministre de l’énergie de l’Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole au monde. Le géant pétrolier Saudi Aramco « a interrompu temporairement les opérations sur l’oléoduc » est-ouest reliant la Province orientale au port de Yanbu sur la mer Rouge, a-t-il ajouté, tout en précisant que la production et les exportations n’avaient pas cessé.

    « Les derniers actes de terrorisme et de sabotage dans le Golfe visent non seulement le royaume mais aussi la sécurité des approvisionnements pétroliers dans le monde et l’économie mondiale, a averti M. Falih. Ces attaques prouvent une fois de plus qu’il est important pour nous de faire face aux entités terroristes, y compris les miliciens houthistes. »

    Au Yémen, la chaîne de télévision des houthistes a fait état d’une « opération militaire majeure » avec « l’utilisation de sept drones » contre des « installations vitales » saoudiennes. Il s’agit d’une « réponse aux crimes » de Ryad au Yémen, a déclaré Mohammed Abdel Salam, porte-parole des houthistes, soutenus par l’Iran qui dément leur fournir des armes. « Notre peuple n’a pas d’autre choix que de se défendre de toutes ses forces. »

    on cherchera vainement un quelconque élément de localisation.

    • quelques précisions sur l’emplacement de l’attaque et des commentaires de DT, dans son style inimitable.

      Saudi oil facilities attacked, U.S. sees threat in Iraq from Iran-backed forces - Reuters
      https://www.reuters.com/article/us-saudi-oil-usa-iran-idUSKCN1SK0YM

      Tuesday’s attacks on the pumping stations more than 200 miles (320 km) west of Riyadh and Sunday’s on four tankers off Fujairah emirate have raised concerns that the United States and Iran might inching toward military conflict.

      However, U.S. President Donald Trump denied a New York Times report that U.S. officials were discussing a military plan to send up to 120,000 troops to the Middle East to counter any attack or nuclear weapons acceleration by Iran.

      It’s fake news, OK? Now, would I do that? Absolutely. But we have not planned for that. Hopefully we’re not going to have to plan for that. And if we did that, we’d send a hell of a lot more troops than that,” Trump told reporters.

  • Saudis’ troubled ties in region threaten Trump’s anti-Iran agenda

    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/05/saudi-arabia-ties-arab-world-washington-iran-policy.html

    As the United States ups the pressure on Iran, the Donald Trump administration is relying on Tehran’s archenemy and longtime US ally Saudi Arabia to shore up regional support for its policies. Yet, strains in Riyadh’s relations in the Arab world could complicate matters.

    Saudi Arabia’s relations with its Arab neighbors are more troubled than usual, largely due to the impetuousness of Crown Prince Mohammed bin Salman. While ties to a few neighbors are close, relations with many others are tense behind the scenes, with significant implications for the Trump administration’s policy in the region.

    The kingdom’s closest allies are Bahrain and the United Arab Emirates, its partners in the blockade of Qatar. Saudi Arabia has long regarded Bahrain as a de facto protectorate. The Saudis reinforced their dominance over their small island neighbor in 2011 when it deployment troops across the King Fahd Causeway to repress protests by the Shiite majority. The troops are still there. The UAE and the kingdom pursue many identical policies but often with different strategies, most notably in regard to the war in Yemen.

  • GL Events rattrapé par une affaire de favoritisme au Brésil
    https://www.mediapart.fr/journal/international/100519/gl-events-rattrape-par-une-affaire-de-favoritisme-au-bresil

    Le champion français de l’événementiel, qui avait accordé des ristournes au candidat Emmanuel Macron, est au cœur d’une #Enquête pour des soupçons de favoritisme au Brésil. Des documents consultés par Mediapart montrent comment GL Events s’est rapproché de responsables politiques, en vue d’un immense marché public à Rio.

    #GL_Events,_Rio_Centro,_Marché_public,_Brésil,_événementiel,_Olivier_Ginon,_Alaor_Azevedo,_Ruy_Cezar

  • Le régime saoudien décapite 37 prisonniers politiques - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/fr/articles/2019/04/26/saou-a26.html

    La dictature monarchique d’Arabie saoudite a annoncé mardi qu’elle avait procédé à un nouveau massacre, exécutant 37 personnes en public. Les exécutions avaient lieu dans les villes de Riyad, Medina et La Mecque, mais aussi dans la province centrale de Qassim et dans la province orientale du royaume.

    Ensuite, l’un des cadavres sans tête a été crucifié et laissé pendu en public comme un avertissement hideux à quiconque envisagerait même de s’opposer au pouvoir absolu de la famille royale au pouvoir.

    #arabie_saoudite #peine_de_mort #droits_humains