city:riga

  • Mobilisation exceptionnelle en Russie pour le journaliste Ivan Golounov
    https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-lundi-10-juin-2019

    Des motifs d’inquiétudes... et des raisons d’espérer, aussi, nous arrivent ce matin de l’Est.

    A commence bien sûr par la Russie, où l’évènement médiatique ce matin, c’est cette Une commune pour les trois grands journaux nationaux que sont Kommersant, RBK et Vedomosti

    « Nous sommes Ivan Golunov », voilà ce qu’on lit sur cette Une, déclinée dans les couleurs de chacun des quotidiens. C’est une marque franchement exceptionnelle de solidarité entre journalistes, pour s’indigner ensemble de l’arrestation donc d’Ivan Golounov. 

    Golounov, 36 ans, est un journaliste russe spécialisé dans l’investigation, collaborateur du site d’info indépendant Meduza dont je vous parle régulièrement ici et qui se revendique comme un média d’opposition à Vlaidmir Poutine tout en rajeunissant sérieusement le genre. Pas étonnant d’ailleurs que sa rédaction en chef soit basée à Riga en Lettonie pour garantir sa liberté de ton. 

    Mais Ivan Golounov, lui, vit et travaille à Moscou : c’est de là qu’il a fait trembler le vice-maire de la capitale en révélant son luxueux autant que douteux patrimoine immobilier... c’est aussi de là qu’il a enquêté sur la mafia des pompes funèbres, un commerce très lucratif que se partagent en bonne intelligence officiels et criminels.

    Je vous parle de ces deux enquêtes parce qu’elle sont représentatives du travail de Golounov pour Meduza et que le magazine Republic les a republiés ce week-end en hommage à leur auteur. 

    Et c’est donc dans le centre de Moscou, qu’Ivan Golounov a été arrêté jeudi par des policiers, qui ont fort opportunément trouvé quelques grammes de stupéfiants dans son sac. Depuis, retrace Republic, le journaliste en est passé par la détention provisoire, les interrogatoires musclés, les pressions pour lui soutirer des aveux, la présentation à un juge qui l’a inculpé pour trafic de drogues et l’a renvoyé vers un procès dans lequel il risque 10 à 20 ans de prison... 

    Il a fallu une mobilisation vraiment inédite des défenseurs de la liberté de la presse en Russie pour qu’il soit finalement, samedi soir, libéré et placé en detention à son domicile en attendant son procès.

    #мы_иван_голунов

    • Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/11/face-a-la-mobilisation-de-la-societe-civile-la-russie-abandonne-les-poursuit

      Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      L’affaire a provoqué une onde de solidarité rare dans la société russe. Deux hauts responsables de la police seront limogés.

      Les poursuites contre le journaliste d’investigation Ivan Golounov, accusé de trafic de drogue, ont été levées mardi 11 juin. « Golounov sera libéré aujourd’hui de son assignation à résidence et les accusations sont abandonnées », a déclaré le ministre de l’intérieur, Vladimir Kolokoltsev, cité dans un communiqué.

      Depuis l’interpellation, vendredi 7 juin, de ce journaliste d’investigation du site indépendant Meduza, la mobilisation n’avait cessé de croître. Les soutiens d’Ivan Golounov ont dénoncé une affaire montée de toutes pièces en rétorsion à ses enquêtes, qui concernaient notamment la corruption à la mairie de Moscou.

      Les analyses réalisées sur demande de la justice n’avaient révélé aucune trace de drogue dans son sang et aucun des sachets saisis ans son sac à dos puis au cours d’une perquisition dans son appartement ne portait ses empreintes, selon les avocats du journaliste.

      La justice devra désormais évaluer « la légalité des actions des policiers qui ont interpellé » le journaliste à Moscou. Selon M. Kolokoltsev, les policiers ayant procédé à l’arrestation ont été suspendus de leurs fonctions le temps de l’enquête.

      Deux hauts responsables de la police seront, en outre, limogés. Il s’agit du général de la police Andreï Poutchkov, responsable des forces de l’ordre dans le district ouest de la capitale russe, et du général Iouri Deviatkine, qui dirige l’antenne moscovite du Département de la lutte contre le trafic de drogue, selon la même source.

      Le sacrifice de hauts fonctionnaires est un signe de fragilité : dans toutes les affaires précédentes impliquant des membres des forces de l’ordre, le pouvoir avait choisi de faire corps et de ne pas abandonner les siens. Après la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski, en 2009, et malgré l’émotion suscitée, ses tortionnaires avaient même été promus. Reste à savoir si les sanctions annoncées s’accompagneront d’une réforme réelle des méthodes policières, alors que les fausses accusations de trafic de drogue font partie des abus fréquemment dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme.

    • En Russie, plus de 400 personnes arrêtées lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/12/en-russie-une-centaine-de-personnes-arretees-lors-d-une-marche-en-soutien-au

      A la suite de l’arrestation, puis de la libération du journaliste russe, une manifestation était organisée mercredi pour dénoncer les agissements de la police dans cette affaire.

      Alors qu’ils défilaient à Moscou lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov, journaliste accusé à tort de trafic de drogue, plus de 400 personnes ont été arrêtées mercredi 12 juin, a annoncé l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations.
      Contrastant avec la clémence inhabituelle dont elles ont fait preuve les jours précédents, les autorités n’ont pas traîné pour mettre fin à la marche organisée dans le centre de la capitale russe contre les abus de la police, qui n’avait pas reçu l’autorisation officielle de la mairie. La police est allée jusqu’à fermer au public la Place Rouge, l’une des principales artères du centre et un parc populaire de la capitale.

      Parmi les personnes arrêtées figure le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, qui a fait l’objet de nombreuses procédures judiciaires et détentions ces dernières années. « Le pouvoir a terriblement peur de la démonstration de solidarité fantastique et unanime dans l’affaire Golounov. Il est donc important pour eux de détruire d’abord la solidarité générale, puis d’intimider et d’emprisonner ceux qui insistent », a dénoncé sur Twitter M. Navalny, qui encourt jusqu’à trente jours de détention.

      Plusieurs journalistes, dont des collaborateurs du journal d’opposition Novaïa Gazeta, du quotidien Kommersant et du magazine allemand Der Spiegel, ont également été arrêtés. Selon Meduza, l’un de ses correspondants a été interpellé alors qu’il se plaignait de la répression policière par téléphone avec le vice-maire de Moscou.

  • Soviet Milk by Nora Ikstena review – a blistering Latvian bestseller | Books | The Guardian

    https://www.theguardian.com/books/2018/aug/31/soviet-milk-by-nora-ikstena-review

    Outre le fait que le livre a l’air d’être très intéressant, cette écrivaine nous fait l’honneur d’une visite sur notre île au milieu du fjord, nous pourrons discuter de cette œuvre.

    A century has passed since the Baltic state of Latvia officially became a nation, and for half that time it was part of the Soviet Union. It’s a bitter history and there’s a sense in Nora Ikstena’s bestselling novel, about women versus the state, of a hard-won creative reckoning.

    Running from the end of the second world war to the fall of the Berlin Wall, the novel – Ikstena’s 20th – is narrated in alternating sections by an unnamed mother and daughter. “My milk was bitter: the milk of incomprehension, of extinction. I protected my child from it,” says the mother, a fertility specialist whose medical career is blighted after she turns on the abusive husband of a childless woman who seeks her help during a research trip to Leningrad.

    #Littérature #soviétisme #ex-urss #nora_ikstena

    • Nora Ikstena’s ‘Soviet Milk’ - The White Review
      http://www.thewhitereview.org/reviews/nora-ikstenas-soviet-milk

      Soviet Milk by Nora Ikstena opens with two women who cannot remember. ‘I don’t remember 15 October 1969,’ says the first. ‘I don’t remember 22 October 1944,’ says the second, ‘but I can reconstruct it.’ They can only reconstruct what happened because these are the days on which they were born. Birth reminds us that we are always dependent upon another to know the truth of who we are, something few of us ever come to terms with. These two women are never named: the first, born in Riga in 1969 in the early years of Leonid Brezhnev’s rule over the Soviet Union, is the daughter of the second, born when Riga was liberated from the Nazis at the end of the Second World War. This mother is also a daughter, born to a woman who resolved to forget the independent Latvia of her youth, and a father who refused to forget that Latvia condemned him to the gulag. Soviet Milk consists of these two women telling their stories in short alternating sections, manifesting in its form the intimacy and distance of what the daughter calls their ‘two parallel worlds’.

  • Quelques Tableaux horizontaux


    Beham, Sebald - Scenes from the Life of David - 1534

    https://www.musees.strasbourg.eu/documents/30424/510425/0/a603e446-ed3b-cfa6-cba4-ffcd475d3ccf

    Ce plateau de table est formé de deux panneaux rectangulaires en bois assemblés par des charnières métalliques. Ce type de table d’apparat, que l’on posait sur des tréteaux, était souvent utilisé pour le jeu : des radiographies ont d’ailleurs dévoilé la présence d’un jeu d’échecs et d’un jeu de trictrac au revers, sous une couche de peinture imitant le bois.

    Les panneaux présentent un riche décor peint figurant en vingt scénettes le déroulement de la vie d’un chevalier resté célibataire, depuis la naissance jusqu’au trépas. Chacun des épisodes s’accompagne d’un phylactère portant un commentaire de la scène en langue allemande. Au centre, un décor de fleurs, de fruits et d’oiseaux encadre deux scénettes décrivant les forfaits de petits singes. L’ensemble constitue une réflexion moralisante sur la vanité de la vie terrestre et la nécessité d’une bonne conduite.

    Ce plateau peint s’avère ainsi caractéristique d’une période en mutation, encore imprégnée par la symbolique et les formes médiévales, mais déjà tournée par certains de ses motifs vers l’esthétique nouvelle de la Renaissance. La date de 1528 est peinte sur une plaque figurée dans la bordure, ainsi que des armoiries, qui n’ont pas pu être identifiées formellement à ce jour. Il s’agit peut-être de la famille de Sébastien Brant, célèbre auteur satirique strasbourgeois. L’analyse stylistique de même que celle des textes permettent de rattacher le panneau à l’Allemagne du Sud Ouest.

    https://www.musees.strasbourg.eu/oeuvre-musee-oeuvre-notre-dame/-/entity/id/672956?_eu_strasbourg_portlet_entity_detail_EntityDetailPortlet_re


    Hieronymus Bosch- The Seven Deadly Sins and the Four Last Things

    Cette grande table a été construite au milieu du 15e siècle dans le Nord de l’Allemagne. Proche d’une autre table conservée à Lünebourg en Basse-Saxe, elle est un très rare exemple de ce type de meuble qui ait subsisté.

    Meuble d’apparat, ses motifs peints représentent des scènes exaltant la « vertu du prince ». Sur ses bords, des armoiries allemandes, écossaises et d’autres plus fantaisistes comme celles de Saladin forment une représentation idéale du monde connu.

    S’il est pliable et transportable, ce meuble au riche décor est cependant destiné à une fonction d’apparat.

    http://www.musee-moyenage.fr/collection/oeuvre/table-allemande.html

    GUERIDON D’APPARAT, HOMMAGE A LOUIS XIV

    Bronze ciselé, patiné, doré et plaques en porcelaine polychrome. Epoque Napoléon III H. 78 cm, Diam. 78 cmMeuble de belle qualité en bronze patiné et doré. Le plateau est orné d’une grande plaque en porcelaine peinte représentant Louis XIV, inspiré du portrait de Louis XIV peint par Hyacinthe Rigaud en 1701. Sous la bordure en bronze sont enchâssés dix huit médaillons représentant dix sept portraits des Dames de la Cour et un médaillon au blason fleurdelisé également en porcelaine peinte. Riche piétement balustre à godrons en bronze doré soutenu par trois sirènes à corps de feuilles d’acanthe.

    –---

    Table avec anamorphose

    https://www.2tout2rien.fr/23-oeuvres-anamorphiques-visibles-avec-un-miroir-cylindrique

    –-----

    Plateaux de guéridons


    http://regardantiquaire.canalblog.com/archives/2012/04/02/23915599.html

  • Moscow & NATO Playing a ’Dangerous Tit-For-Tat Game’ in the Ukraine
    https://therealnews.com/stories/moscow-nato-playing-a-dangerous-tit-for-tat-game-in-the-ukraine

    I keep asking myself, if Americans really were asked to fulfill Article 5 of the NATO treaty for a place like Tbilisi, or even a place like Riga, or any of those countries we’ve now expanded NATO into or proposed expanding NATO into, like Ukraine, what would Americans say when they were told that full conscription was in process, full mobilization was in process, war taxes are going to be levied, and we’re going to war for a city you can’t even pronounce and couldn’t find on a map? That’s what we’re talking about. And oh, by the way, Russia is generally speaking cheek and jowl with that city, whereas we’re ten thousand miles away.

    #OTAN #Russie

  • En Lettonie, la coalition sortante subit une déroute Ruptures - 08 octobre 2018
    https://ruptures-presse.fr/actu/lettonie-elections-concorde-otan-ue
    https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-21-10-2018

    Les électeurs lettons étaient appelés à renouveler leurs députés le 6 octobre. Dans ce pays balte de 1,9 million d’habitants, 54% d’entre eux se sont déplacés, soit 4 points de moins qu’en 2014.

    Le gouvernement sortant s’est prévalu d’avoir fidèlement appliqué les réformes souhaitées par l’Union européenne (fiscalité, système de santé…), ce qui a contribué à accroître un mécontentement social latent, alors même que l’émigration, notamment de la jeunesse, reste forte, en particulier vers les pays anglo-saxons. Plusieurs scandales de corruption – dont celui qui a tout récemment impliqué le gouverneur de la Banque centrale – ont également marqué la campagne, dans une Lettonie parfois décrite comme « la capitale européenne du blanchiment ».

    Enfin, les discriminations, linguistiques mais aussi sociales, que subissent les personnes d’origine non lettone (40% de la population, notamment les russophones) demeurent des enjeux politiques majeurs.

    Pour le quatrième scrutin consécutif, c’est la formation cataloguée comme « pro-russe », Concorde (Saskana, traduit en anglais par Harmony), qui arrive en tête, avec 19,9% des suffrages (-3,1 points). Le fait nouveau est l’émergence d’un jeune parti, décrit comme populiste, KPV (« A qui appartient le pays ? »), qui rafle d’emblée la deuxième place, avec 14,2% des voix.

    Or le KPV, à la différence de tous les partis installés, n’a jamais exclu une alliance parlementaire avec Concorde. Jusqu’à présent, celle-ci, bien qu’en tête du choix des électeurs, a toujours été tenue à l’écart du pouvoir car elle est accusée d’être proche de Moscou.

    Concorde, historiquement ancrée dans la communauté russophone, attire également des Lettons « de souche » notamment du fait des mesures sociales qu’elle préconise
    En réalité, Concorde se veut un parti d’orientation sociale-démocrate. Certes historiquement ancrée dans la communauté russophone, elle attire également des Lettons « de souche » (dont certaines personnalités étaient candidates sur ses listes) notamment du fait des mesures sociales qu’elle préconise. Lors de cette campagne, Concorde avait notamment proposé de tailler dans le budget de la défense au profit des secteurs de l’éducation et du logement. Un casus belli pour les partis actuellement au pouvoir, qui mettent leur point d’honneur à atteindre, voire à dépasser, le niveau du budget militaire ordonné par l’OTAN.

    Cinq partis (dont trois principaux) étaient associés dans la coalition parlementaire sortante, menée par l’Union des Verts et des paysans (droite). Cette formation qui a toujours été partie prenante du pouvoir depuis 2002 s’effondre, passant de 19,5% à 9,9% des suffrages. Son alliée gouvernementale, l’Alliance nationale (AN) ne s’en sort guère mieux avec 11% des voix contre16,6% il y a quatre ans. L’AN est l’une des formations les plus ultra, notamment en matière de restrictions à l’utilisation de la langue russe. Quant au troisième partenaire de la coalition sortante, Nouvelle unité, il ne rassemble que 6,7%, contre… 21,9% en 2014.

    Outre le KPV, deux formations profitent de la déconfiture des partis au pouvoir : le Nouveau parti conservateur, qui passe de 0,7% à 13,6%, ainsi que la Nouvelle alliance libérale / FOR, récemment créée, avec 12% des voix. Il est vrai qu’en Lettonie, où n’existe pas vraiment de culture politique anciennement ancrée, les disparitions et recréations de partis se succèdent avec des frontières idéologiques souvent bien floues. L’opposition à la Russie et aux habitants russophones, la fidélité à l’OTAN et à l’UE, et les orientations libérales forment cependant un ciment commun aux partis gouvernementaux.

    « la ligne euro-atlantique constitue le cadre fondamental de notre action et je n’accepterai aucune exception à cette ligne » – le président letton
    C’est ce qui avait conduit le président de la République, issu de l’Union des Verts et des paysans, à avertir les électeurs avant le scrutin : « la ligne euro-atlantique constitue le cadre fondamental de notre action et je n’accepterai aucune exception à cette ligne ». Il lui revient désormais de désigner la personnalité qui devra former une future majorité au sein d’un Parlement éclaté en sept groupes parlementaires.

    Concorde et le KPV disposent ensemble de 39 sièges (24 et 15 respectivement), ce qui constitue l’alternative la plus logique au pouvoir actuel. Mais ce total est cependant insuffisant pour atteindre la majorité absolue au sein de l’Assemblée qui compte 100 députés.

    Le dirigeant de Concorde, qui est également maire de la capitale, Riga, a cependant averti qu’« aucune coalition stable et capable de gouverner n’est possible » sans sa formation. « Sinon, a-t-il poursuivi, vous pourriez avoir une coalition de xénophobes et de partisans des droits des homosexuels, et un tel gouvernement ne tiendrait pas plus de deux ou trois semaines », faisant référence aux Conservateurs et à la Nouvelle alliance libérale.

    Tout porte cependant à croire que les élites installées finiront par trouver une formule écartant une « coalition pro-Kremlin / populistes » qui constituerait selon elles une hérésie pour ce pays balte, dont les dirigeants sont depuis près de trente ans convaincus – ou feignent de l’être – que les troupes russes s’apprêtent à les envahir. Les mêmes continuent à témoigner d’une indulgence notable envers les nostalgiques de l’Allemagne nazie, nostalgiques qui ont pignon sur rue dans le pays.

    Il reste que les électeurs lettons, et pas seulement les russophones, viennent de leur infliger une gifle retentissante, notamment sur la base d’un mécontentement social grandissant. Mais du côté de Bruxelles, un seule chose compte : que la Lettonie ne vienne pas s’ajouter à la litanie des pays menacés par les « populistes »… https://ruptures-presse.fr/actu/suede-elections-lofven-akesson

    #Lettonie, #parlement, #députés, #élection, #election2018, #Saeimas, #résultats, #chiffres, #partis, #OTAN #NATO #ue #union_européenne #populisme

  • Le #climat s’affole dans les #villes européennes | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr/climat-saffole-villes-europeennes/00086214

    « La maison urbaine brûle. » A Kiruna, une ville minière du nord de la Suède, les températures moyennes annuelles étaient au XXIe siècle (jusqu’au 31 décembre 2017) supérieures de 3 °C à la moyenne annuelle du XXe siècle. A Grenade, à Cordoue et à ­Malaga, trois villes d’Andalousie, les températures moyennes annuelles sont supérieures au XXIe siècle d’au moins 1,5 °C à celles du XXe siècle. A Bucarest, capitale de la Roumanie, cette hausse est de + 1,4 °C. En France, à Avignon, ville qui enregistre la plus forte hausse de l’Hexagone, elle est de + 1,2 °C.

    Dans plusieurs villes d’Europe, hébergeant plusieurs millions d’habitants, le seuil de 1,5 °C est donc d’ores et déjà franchi. C’est pourtant la limite que s’étaient fixés en décembre 2015 les 195 membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, lors de l’Accord de Paris. A savoir « limiter l’élévation des températures à 1,5 °C par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle », une période que l’on situe généralement entre 1850 et 1900. Certes, l’objectif de cet accord international est global et non local, ce qui signifie qu’il intègre notamment le niveau de réchauffement des océans et de toutes les régions du monde, dont les pôles Nord et Sud. Mais ces données exclusives permettent d’évaluer précisément les répercussions locales du réchauffement.

    De nombreuses villes en ­Europe ont déjà dépassé l’objectif de l’accord de Paris, signé en décembre 2015, de limiter le réchauffement global à deux degrés Twitter

    Sur le même sujet
    Entretien Jean Jouzel : « Face au changement climatique, la fenêtre de tir est très étroite »
    +1 Article

    Ces chiffres sont issus d’une grande enquête intitulée « Europe, un degré plus chaud » (Europe One Degree Warmer), menée par le consortium de médias European Data Journalism Network (­EDJNet), dont fait partie Alternatives Economiques et qui regroupe une vingtaine de médias européens. Ils ont été obtenus après l’analyse de plus de 100 millions de données fournies par le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (CEPMMT), une organisation intergouvernementale qui procède à la « réanalyse » des données météorologiques issues d’une multitude de sources, comme les stations météo, les ballons-sondes, les bouées et les satellites. C’est la première fois que des données de réanalyse sont rendues accessibles à une telle échelle.

    Ecart entre les températures moyennes enregistrées entre 2000 et 2017 et tout au long du XXe siècle dans différentes villes européennes, en °C

    Les flèches montrent l’intensité de l’augmentation des températures depuis le siècle dernier. Leur inclinaison varie selon l’intensité. Source : EDJnet

    Ecart entre les températures moyennes enregistrées entre 2000 et 2017 et tout au long du XXe siècle dans différentes villes françaises, en °C

    Les flèches montrent l’intensité de l’augmentation des températures depuis le siècle dernier. Leur inclinaison varie selon l’intensité. Source : EDJnet

    Ces informations permettent d’étudier les phénomènes climatiques sur des périodes supérieures à un siècle, en harmonisant les données de milliers de sources différentes, autorisant ainsi des comparaisons dans le temps et l’espace. Si les valeurs absolues diffèrent des données provenant directement des stations météo (essentiellement parce que les villes sont sujettes à l’effet « îlot de chaleur », en raison duquel les températures de l’intérieur des villes peuvent être supérieures de 10 °C à celles des campagnes alentour), les tendances générales restent les mêmes.
    Retrouvez le détail de l’évolution des températures entre le XXe et le XXIe siècle dans 558 villes européennes
    Ecart entre les températures moyennes enregistrées entre 2000 et 2017 et au XXe siècle, en °C

    En cliquant sur le nom des villes listées, vous pouvez accéder à un rapport détaillé propre à chacune de ces communes avec de nombreuses informations complémentaires.
    Source : EDJnet

    Facebook Twitter Embed

    En se penchant sur les données journalières, EDJNet a pu montrer que le nombre de jours chauds et froids avait également évolué au cours des 117 dernières années. A Split par exemple, deuxième ville de Croatie, le nombre de jours où la température moyenne atteint 27 °C a bondi de 6 par an au XXe siècle à 14 par an au XXIe siècle. Inversement, le nombre de jours froids a reculé dans la plupart des villes. A Riga, capitale de la Lettonie, le nombre de jours où la température moyenne était inférieure à -1 °C est ainsi tombé de 75 au siècle dernier à 57 au XXIe siècle.
    Zoom Une enquête data collaborative

    L’enquête « Europe, un degré plus chaud » est basée sur l’analyse de plus de 100 000 données météorologiques recueillies auprès du European Centre for Medium-Range Weather Forecasts (ECMWF). Ce centre international calcule des données météorologiques dites « re-traitées », basées sur une variété de sources telles que des stations et des ballons météorologiques, des bouées et des observations satellites.

    Cette méthode d’harmonisation permet d’observer des données sur de longues périodes et de faire des comparaisons entre différents lieux. Elle permet aussi de dégager une tendance, indépendamment de l’effet d’îlot de chaleur urbaine, qui peut se traduire par un différentiel de températures entre un centre-ville et sa périphérie.

    Le traitement des données et les réponses des collectivités ont ensuite été effectués de manière collaborative par les membres du European Data Jouralism Network (EDJNet) sous la coordination de l’agence de data journalisme Journalism++ Stocklholm.

    Cliquez ici pour en savoir plus.
    De lourds impacts

    Même limitée à 2 °C ou moins, l’élévation des températures peut être lourde de conséquences, observe Mojca Dolinar, responsable du département de climatologie à l’Agence slovène de l’environnement, un service de l’État. Une atmosphère plus chaude absorbe davantage d’eau avant de la libérer sous forme de pluie, explique-t-il. Résultat : les épisodes pluvieux sont plus espacés dans le temps et les sécheresses s’aggravent. Dans le même temps, les précipitations, du fait de la plus forte concentration d’eau dans l’atmosphère, ont tendance à être plus intenses, entraînant des inondations plus graves.

    La hausse des températures a des conséquences sur la mortalité, les infrastructures, la concentration des élèves… Twitter

    L’élévation des températures et les vagues de chaleur en particulier ont été responsables de plusieurs milliers de décès depuis 2000. La canicule de 2003 a provoqué plus de 70 000 décès supplémentaires en Europe de l’Ouest. Malgré la mise en œuvre de « plans canicule » dans plusieurs pays, une analyse du lien entre chaleur et mortalité dans 9 villes européennes a montré que, si la surmortalité a reculé à Paris, Rome et Athènes depuis 2003, la hausse des températures n’en continue pas moins d’entraîner une surmortalité, et pas uniquement dans les villes méridionales. Les villes nordiques sont ainsi plus exposées au stress thermique que celles habituées aux chaleurs régulières. A Madrid, par exemple, la mortalité augmente (par rapport aux jours non-chauds) quand la température journalière moyenne dépasse 21 °C, contre 19 °C à Stockholm.

    La surmortalité causée par la canicule de 2017 (baptisée « Lucifer »), qui a vu les températures franchir la barre des 40 °C dans les Balkans, en Italie et en Espagne, et par la canicule de 2018 en Europe du Nord, n’a pas encore été étudiée par les autorités sanitaires nationales et les universitaires.
    Moins bonnes performances scolaires

    Si les canicules sont les plus meurtrières, l’élévation des températures influe également sur la vie des Européens par d’autres biais. Les chercheurs ont ainsi montré que les élèves étaient moins performants, notamment en mathématiques, lorsque la température journalière moyenne dépassait 22 °C. Dans 415 des 539 villes analysées par EDJNet, le nombre annuel de jours d’école affichant une température journalière moyenne supérieure à 22 °C avait augmenté au XXIe siècle par rapport au siècle précédent. A Séville, par exemple, les élèves ont connu au XXe siècle une moyenne annuelle de 12 jours d’école à plus de 22 °C, un nombre qui est passé à 24, soit le double, au XXIe siècle. Les conséquences d’un environnement plus chaud sur les résultats des élèves européens n’ont pas encore été évaluées.

    Depuis les années 1980, les criminologues savent que, aux Etats-Unis au moins, les faits de violence augmentent avec le mercure. En Europe, malgré la hausse des températures, aucune agence de lutte contre la criminalité ni aucun chercheur universitaire n’a étudié la question.

    Les transports ferroviaire et routier sont également concernés par la hausse des températures, le bitume se ramollissant au point que certaines routes doivent être fermées les jours de forte chaleur. Le trafic ferroviaire urbain (les trains de surface et tramways) peut être perturbé par un voilement des rails lorsque le métal se dilate et devient instable. Avec à la clé des risques de retards et, comme cela s’est produit dans le métro de Washington en 2012, des déraillements. La hausse des températures a aussi un impact sur la pollution, et donc sur notre santé : de fortes chaleurs accroissent la formation d’ozone et la concentration de particules fines (PM10).
    Politiques d’adaptation

    Face à ces conséquences, les scientifiques appellent à la mise en place de politiques d’adaptation aux changements climatiques. Il s’agit de la « deuxième jambe » de la lutte contre les dérèglements climatiques, aux côtés des mesures d’atténuation qui consistent à limiter les émissions de gaz à effet de serre, principales responsables du réchauffement. Dans le cadre de l’enquête menée par EDJNet, un questionnaire a été envoyé à une dizaine de collectivités locales 1 pour pouvoir comparer et évaluer leur politique d’adaptation. Selon les villes, les réponses sont très variables.

    Paris fait figure de précurseur en la matière en France. La ville a adopté une « stratégie d’adaptation » fin 2015, comportant 30 objectifs déclinés en 35 actions. « On a bâti la stratégie d’adaptation sur quatre piliers, explique Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris pour l’environnement : la gestion de crise, avec des plans canicule et en cas de crue de la Seine, mais aussi le développement d’un nouvel urbanisme et la mobilisation citoyenne. Le 4e pilier concerne les risques liés au dérèglement climatique tel que l’approvisionnement en eau, en alimentation durable. »
    Des villes inégalement prêtes

    « Concrètement, Paris est particulièrement touché par le phénomène d’îlots de chaleur urbaine, poursuit l’adjointe. La définition et l’identification d’îlots de fraîcheur urbaine (IFU) sont donc une des actions de la politique d’adaptation de la ville. Une application numérique en cartographie environ 800. Parmi les IFU, la mise en place de cours d’école « Oasis » consiste à remplacer le bitume des cours de récréation par des revêtements perméables à l’eau de pluie et des espaces plantés. Hors période scolaire, ces cours d’école sont ouvertes au public pour offrir un espace de fraîcheur. Trois cours Oasis ont été mises en route à la rentrée dernière et l’objectif est d’en compter de 40 à 45 à l’été 2019. »
    Emile LUIDER/REA Brumisateurs sur les quais de Seine à Paris, été 2017.

    « Beaucoup de collectivités ont réalisé des cartographies de leurs îlots de chaleur urbaine afin d’identifier les lieux problématiques, comme à Toulouse et à Lyon », rappelle Elsa ­Richard, chercheuse à Auxilia, un cabinet de conseil aux collectivités. « On observe aussi beaucoup de chantiers sur la végétalisation, les fontaines et les miroirs à eau comme à Nantes, Orléans, ou Angers. Mais d’autres types de réponses doivent être apportés, notamment pour lutter contre l’imperméabilisation des sols. La grande difficulté est de faire vivre le sujet de l’adaptation au niveau local. »

    « La seule chose que nous faisons, dans les écoles, sont des préaux, la mise en place de ventilateurs et de brumisateur » – La mairie d’Avignon Twitter

    Certaines villes n’ont d’ailleurs pas pris le temps de répondre au questionnaire, ou se sont contentées de réponses orales, comme Avignon, pourtant la ville française où les températures ont le plus augmenté depuis 2000. « La seule chose que nous faisons, dans les écoles, sont des préaux, la mise en place de ventilateurs et de brumisateur » a ainsi indiqué notre interlocutrice au sein de la direction de la communication de la Ville. « Avignon est un cas assez classique, explique Elsa Richard. Les changements de pratiques liés au changement climatique ne sont pas forcément facilités dans les lieux où la chaleur est déjà une habitude. »
    L’adaptation, parent pauvre du climat

    « L’adaptation est le parent pauvre des politiques climatiques » confirme Pascale Bosbœuf, doctorante à l’université Paris-Est, qui travaille sur les politiques locales d’adaptation. « Parce que l’adaptation n’a pas d’objectifs chiffrés, contrairement aux politiques d’atténuation qui visent des objectifs de réduction d’émission de gaz à effets de serre. » Seul élément contraignant : la loi de transition énergétique impose aux intercommunalités de plus de 20 000 habitants de réaliser un diagnostic de vulnérabilité de leur territoire et d’intégrer un volet adaptation dans leur « Plan climat-air-énergie territorial » (PCAET).

    « L’adaptation revient à investir pour des effets qui interviendront dans un temps difficilement prévisible » – Pascale Bosboeuf, chercheure Twitter

    Cependant, selon le récent rapport « Le défi climatique des villes » publié par le WWF, 77 % des collectivités concernées ne seront pas en mesure de respecter l’échéance du 31 décembre 2018 pour avoir adopté un PCAET. « Tout dépend de la collectivité. C’est une question de volonté et d’affichage, affirme Pascale Bosbœuf. L’adaptation revient à investir pour des effets qui interviendront dans un temps difficilement prévisible. » D’où l’absence de gain électoral direct pour les élus. Du point de vue des habitants, « face à un enjeu si important, on ne se pense jamais les plus exposés, on se rassure en se disant qu’on est en France », complète ­la doctorante.

    Jusqu’à récemment, le problème de la hausse des températures était peu tangible, hormis sur le littoral et les zones de montage, qui sont d’ailleurs plus avancés en matière d’adaptation. Mais l’été caniculaire 2018 a mieux révélé les problématiques de chaleur en ville. « La question à laquelle cela renvoie est : quelle capacité d’anticipation peut avoir un individu et une collectivité publique ? », souligne Elsa Richard. La marche pour le climat du 8 septembre dernier, qui a mobilisé plus d’une centaine de milliers de personnes en France, est peut-être un début de réponse.

    Article publié en partenariat avec la plateforme européenne de datajournalisme (EDJnet), dont Alternatives Economiques est un des membres fondateurs.

  • #Nord_Stream 2 project can bec
    ome collision point in transatlantic relations - Rinkevics
    https://www.baltictimes.com/nord_stream_2_project_can_become_collision_point_in_transatlantic_relat

    RIGA - The planned Nord Stream 2 gas pipeline can become a collision point in transatlantic relations, Latvian Foreign Minister Edgars Rinkevics (Unity) believes.

    While participating in a roundtable of an energy security conference organized by the Munich Security Conference and the ONS (Offshore Northern Seas Foundation) in Stavanger, Norway, Rinkevics expressed concern about the Nord Stream 2 project, which threatens to increase dependence on one dominant supplier and delivery route, which is contrary to the principles of the Energy Union (EU), LETA was told at the Latvian Foreign Ministry.

    Rinkevics argued that the only way to address these issues at the EU level was to support the diversification of energy supply sources and develop the EU’s internal energy market. Moreover, energy is not only a matter for European security but also a question of transatlantic relations. Nord Stream 2 can become one of the collision points in the transatlantic relationship.

    At the same time, Rinkevics indicated that Latvia and the other Baltic States had done much to integrate into the EU energy market, which means that the Baltic States can no longer be regarded as “energy islands”.

    #russie #lettoni #gazprom #guerre_des_tubes #gaz

  • Juncker est-il encore physiquement capable de diriger la Commission ? Jean Quatremer - 18 juillet 2018
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2018/07/18/juncker-est-il-encore-physiquement-capable-de-diriger-la-

    Il y a comme une atmosphère de fin de règne brejnévien à Bruxelles. Comme au temps de l’ancienne URSS, le sommet de l’appareil bureaucratique européen fait corps pour dissimuler l’évidence, la grave dégradation de l’état de santé du dirigeant suprême, en l’occurrence Jean-Claude Juncker, de peur que l’ouverture prématurée de la succession ne remette en cause leurs privilèges...

    Les images capturées par les télévisions jeudi soir 12 juillet à l’occasion du diner de gala du sommet de l’OTAN, à Bruxelles, ont mis la Commission européenne en difficulté. On y voit Jean-Claude Juncker, son président, incapable de monter les quelques marches menant au podium de la « photo de famille ». Tel un vieillard qu’il n’est pas (il a 63 ans), on le voit hésiter au bas des marches avant d’être solidement empoigné par ses partenaires, dont le très costaud Ukrainien Petro Porochenko, puis solidement maintenu debout durant la cérémonie. Après avoir été quasiment porté en bas du podium, on le voit tituber et marcher péniblement, quasiment porté par le Néerlandais Mark Rutte et le Portugais Antonio Costa. Interrogé sur sa prestation titubante à l’issue du sommet, Juncker a expliqué qu’il souffrait d’une « sciatique » à éclipses. C’est depuis l’explication officielle.


    Et gare à tous ceux qui osent la mettre en doute : c’est de « l’indécence », selon Viviane Reding, députée européenne, ancienne commissaire luxembourgeoise et marraine politique du tout puissant allemand Martin Selmayr, le très contesté secrétaire général-chef de cabinet-sherpa du président de la Commission. « La façon dont certains médias cherchent à exploiter la douleur physique du président Juncker pour en faire des titres insultants est plus qu’indélicate », surenchérit son porte-parole, Margaritis Schinas. Circulez, il n’y a rien à voir.

    Le problème est que l’explication « sciatique » ne tient pas vraiment la route. Juncker n’avait pas l’air de souffrir : durant toute sa pénible prestation, il a souri, s’est amusé, a ri, parlé et embrassé ses partenaires à son habitude. Or une crise aigüe de sciatique vous cloue au lit. Mais peut-être était-il sous l’emprise d’analgésiques puissants ? Selon plusieurs sources, Juncker était de fait en fauteuil roulant lorsque les photographes et les télévisions n’étaient pas là et il n’a même pas pris la parole durant le diner alors que les enjeux du sommet avec Trump étaient vitaux pour l’Europe… Le problème est que les mêmes témoins affirment que Juncker a copieusement bu durant le repas, ce qui est totalement contre-indiqué quand on prend des analgésiques. En admettant même qu’il souffre d’une sciatique, comment a-t-il pu se rendre quelques jours plus tard en Chine et au Japon ? Une sciatique rend un tel voyage difficilement envisageable sauf à supposer chez Juncker « une force morale hors du commun, une capacité à supporter la souffrance pour le bien de l’Europe », s’amuse un diplomate.

    En réalité, ce qui est en cause ici, c’est l’alcoolisme de Juncker, un secret de Polichinelle, même s’il s’en défend. « J’ai un problème d’équilibre avec ma jambe gauche », nous a-t-il confié, « qui m’oblige à m’agripper à la rampe lorsque je suis dans un escalier. Un ministre néerlandais, que j’avais attrapé par le bras après un déjeuner, a raconté que j’étais ivre. Ce problème remonte à un grave accident de voiture. En 1989, j’ai passé trois semaines dans le coma, puis six mois dans une chaise roulante. » Néanmoins les sources sont très nombreuses, à la fois au Luxembourg, à Bruxelles et dans les capitales européennes qui décrivent un Juncker porté sur la bouteille : « lorsqu’un huissier lui apporte un verre d’eau lors d’un conseil des ministres, on savait tous que c’était du gin », raconte un ancien ministre. L’ancien président de l’Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, n’a pas hésité à décrire, à la télévision néerlandaise, un Luxembourgeois souvent ivre lors des Eurogroupes. De son côté, le Français Pierre Moscovici, actuel commissaire européen et ancien ministre des Finances, reconnait délicatement que l’alcool ingéré « n’a jamais empêché Juncker d’être fonctionnel ». Tout le monde se souvient encore du sommet de Riga de 2015 lorsqu’il s’est donné en spectacle sous l’oeil des caméras du monde entier, accueillant le Hongrois Viktor Orban d’un « tiens, voilà le dictateur », embrassant le Belge Charles Michel sur le crâne ou encore demandant à la cantonade : « qui c’est celui-là ? »… Mais comme les dirigeants ne sont pas soumis à des alcootests, on ne saura jamais s’il avait ingéré quelque chose ce jour-là ou avait décidé de se lâcher...

    Le problème est que le spectacle offert lors du sommet de l’OTAN a été bien au-delà du folklore d’un Luxembourgeois porté sur la bouteille. On a vu un homme manifestement gravement malade, incapable de se mouvoir seul. Autrement dit, c’est la question de sa capacité à gouverner qui est posée. Ce n’est pas un hasard s’il est devenu totalement dépendant de Martin Selmayr qu’il n’a pas hésité à nommer, en février dernier, secrétaire général de la Commission en violation de toutes les règles de la fonction publique européenne. Pris la main dans le sac, il a même menacé de démissionner si le Parlement européen exigeait le départ de son protégé, une inversion de la causalité politique sans précédent. Le délabrement physique de Juncker conjugué à la puissance de Selmayr indique que le pouvoir a une apparence, le président de la Commission, une réalité, un eurocrate non élu et non responsable.

    La démocratie ne peut se contenter de la parole un rien soviétique de Schinas qui affirme qu’il n’y a « aucune inquiétude à se faire quant à la capacité (de Juncker) à travailler dur comme il le fait toujours ». Les doutes sont désormais tels qu’ils imposent une transparence totale, c’est-à-dire un bulletin de santé certifié par le corps médical afin que les Européens sachent qu’ils n’ont pas à leur tête une momie.

    N.B. : version française (et un peu plus longue) de l’article écrit pour The Spectator de ce jeudi : https://www.spectator.co.uk/2018/07/jean-claude-drunker https://www.spectator.co.uk/2018/07/jean-claude-drunker


    Mise à jour du 18 juillet : Interrogé ce mercredi, Jean-Claude Juncker a déclaré : « J’avais mercredi dernier une sciatique ». « Et en plus, j’avais des crampes dans les jambes », a-t-il ajouté. « J’ai des problèmes de santé qui ne concernent que moi ». Il s’est dit « impressionné par l’intérêt que certaines personnes ont pour ces sujets ». « Je demande du respect ». Une réponse étonnante : la capacité de Juncker à diriger la Commission, surtout après ce qu’a révélé l’affaire Selmayr où il est apparu comme la marionnette d’un eurocrate arrogant, dominateur et sûr de lui (pour paraphraserde Gaulle), est une question légitime. Le « respect » n’a rien à voir dans cette affaire, la démocratie, si.

    #UE #union_européenne #OTAN #jean-claude_juncker #europe #commission_européenne #alcoolisme #alcool #Eurogroupes #parlement_européen #démocratie

  • " Pūt vējińi " hymne final du Concert des Groupes Folkloriques lettons

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=58&v=dW-_a4Jl2EA

    "Pūt vējińi" hymne final du Concert des Groupes Folkloriques lettons

    Exceptionnelle interprétation du chant letton « Pūt, vējiņi ! - Souffle, Vent ! »

    "Une des plus belles histoires d’amour de la littérature mondiale. Une chanson emblématique en Lettonie.

    Regardez, appréciez cet extrait avec les exceptionnels accords finaux du « Pūt vējińi » qui terminent le Concert des Groupes Folkloriques lors de la journée internationale des lettons dans le Monde ce 2 juillet 2018.

    Le plus grand Festival de musiques et chansons en Europe a accueilli près de 500.000 visiteurs à Riga, entre le 30 juin et le 8 juillet 2018 pour célébrer la 26è Fête des Chants et 16è des Danses en Lettonie.

    La capitale culturelle européenne célébre le centenaire de l’indépendance de la Lettonie, en compagnie des groupes folkloriques venus du Monde entier.

    Pour apprendre la chanson, paroles et musiques sont ici :
    https://www.lettonie-francija.fr/Put-Vejini-chant-film-hymne-letton-68

    Pour revoir la totalité du Concert des Groupes Folkloriques c’est sur la chaine lettone "REplay.lsm.lv" : http://replay.lsm.lv/lv/ieraksts/ltv/134571/pasaules-latviesu-dienu-deju-un-folkloras-kopu-koncerts-cilveks-muzs-dimd

  • « Le moment néofasciste du néolibéralisme »

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/06/29/le-moment-neofasciste-du-neoliberalisme_5323080_3232.html

    Le sociologue Eric Fassin estime, dans une tribune au « Monde », que l’on retrouve aujourd’hui des traits du fascisme historique.

    « Hello, dictator ! » Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, accueillait ainsi le hongrois Viktor Orban au sommet de Riga en 2015 – dans la bonne humeur, avec une tape affectueuse sur la joue. Le contraste avec les diktats imposés au même moment à la Grèce par l’Eurogroupe était saisissant.

    C’est qu’on ne plaisante pas avec le néolibéralisme : l’économie est une chose trop grave pour la confier aux peuples. En revanche, la démocratie, on a bien le droit d’en rire. La farce de Lettonie rappelle d’ailleurs Le Dictateur, de Charlie Chaplin, quand Mussolini salue Hitler d’une grande bourrade : « Mon frère dictateur ! »

    Les « délinquants solidaires » persécutés

    Comment penser ensemble la montée des extrêmes droites et la dérive autoritaire du néolibéralisme ?

    D’un côté, il y a le suprémacisme blanc avec Donald Trump, et en Europe, la xénophobie politique d’un Viktor Orbán ou d’un Matteo Salvini.

    De l’autre, il y a des coups d’Etat démocratiques : il n’est pas besoin d’envoyer l’armée contre la Grèce (« des banques, pas des tanks »), pas plus qu’au Brésil (des votes au lieu des bottes) – même si, comme en France, les champions du néolibéralisme ne reculent pas devant les violences policières pour réprimer les mouvements sociaux. D’un côté comme de l’autre, les libertés publiques reculent.

    Et les deux n’ont rien d’incompatible : l’Europe s’accommode de l’extrême droite au pouvoir, et l’Union sous-traite la gestion des migrants à la Turquie ou à la Libye. Avec l’arrivée de la Lega (la « Ligue ») au pouvoir, Emmanuel Macron peut bien dénoncer la « lèpre qui monte » ; mais à la frontière franco-italienne comme en Méditerranée, les milices de Génération identitaire agissent illégalement sans être inquiétées par les autorités. En revanche, la justice française persécute les « délinquants solidaires », tel Cédric Herrou ; et déjà en 2017, l’Italie dirigée par le Parti démocrate poursuivait en justice les ONG qui sauvent les migrants en mer.

    Responsabilité des Clinton et d’Obama

    Au moment où le Sénat examine la loi sur l’asile et l’immigration, le président français s’indigne contre ceux qui « trahissent même l’asile ». En même temps, il fustige « les donneurs de leçon », qui, au nom de la solidarité, voudraient « tout et n’importe quoi ». Et il propose sans rire des « sanctions en cas de non-solidarité », comme si la France n’était pas la première concernée, avant de reprendre à son compte le discours de Matteo Salvini sur les ONG accusées de « faire le jeu des passeurs ».

    Nonobstant les beaux discours, la « tentation “illibérale” » n’est donc pas réservée à l’extrême droite europhobe ; elle menace les dirigeants europhiles. Emmanuel Macron incarne bien ce néolibéralisme « illibéral » qui prétend nous sauver de l’extrême droite en imitant sa politique.

    Faut-il parler d’un « moment populiste » ? Si la philosophe belge Chantal Mouffe refuse le qualificatif d’extrême droite pour lui préférer l’expression « populisme de droite », c’est qu’elle plaide « pour un populisme de gauche » : les deux auraient en commun « un noyau démocratique », puisqu’ils font entendre, en leur donnant des réponses différentes, les demandes des « perdants de la mondialisation néolibérale ». Or, non seulement les dirigeants néolibéraux n’hésitent pas à mobiliser un populisme xénophobe, mais, en retour, les leaders populistes, comme Trump, Orban ou Erdogan, promeuvent des politiques néolibérales.

    Mieux vaut donc parler d’un « moment néofasciste ». On retrouve aujourd’hui des traits du fascisme historique : racisme et xénophobie, brouillage des frontières entre droite et gauche, leader charismatique et célébration de la nation, haine des élites et exaltation du peuple, etc. Après l’élection de Trump, le philosophe américain Cornel West dénonçait la responsabilité des politiques économiques des Clinton et d’Obama : « aux Etats-Unis, l’ère néolibérale vient de s’achever dans une explosion néofasciste. » Depuis, cependant, il est clair que la seconde n’a pas détruit la première…

    Une forme politique nouvelle

    Faut-il plutôt suivre la politologue américaine Wendy Brown qui privilégie la lecture néolibérale ? Pour cette politiste, avec Trump la combinaison paradoxale de l’« étatisme » et de la « dérégulation », soit d’un « autoritarisme libertarien », est une forme politique nouvelle, « effet collatéral de la rationalité néolibérale » ; on ne saurait donc la réduire aux figures anciennes du fascisme ou du populisme. Sa critique rejoint celle de Robert Paxton : pour l’historien de Vichy, « l’étiquette “fasciste” occulte le libertarisme économique et social de Trump. »

    Mais n’est-ce pas le principe même d’un idéal type wébérien que de regrouper des exemples empruntés à divers contextes historiques ? C’est vrai du fascisme ou du populisme – comme du néolibéralisme d’ailleurs : le protectionnisme de Trump n’en est qu’une déclinaison nouvelle, tandis que l’ordolibéralisme allemand en est une variante, qui ne se confond pas davantage avec l’idéologie du Fonds monétaire international… Le mot « néofascisme » permet de penser, dans sa spécificité historique, ce moment du néolibéralisme.

    Non pas que le néolibéralisme soit condamné au fascisme. Certes, il n’est pas voué à la démocratie, comme on l’entendait après la chute du mur de Berlin. Toutefois, Tony Blair et José Luis Zapatero, qui y ont converti la sociale-démocratie en Europe, loin de surfer sur la vague xénophobe, revendiquaient l’ouverture aux migrants économiques. Quant à la chancelière allemande, « Kaiser Merkel » n’est-elle pas devenue, quelques mois après la « crise grecque », lors de la « crise de l’asile » de 2015, « Mutti Angela » ? Mais ces deux moments appartiennent au passé.

    Aujourd’hui, refuser de nommer le néofascisme autorise à ne rien faire. Il ne faut pas se bercer de l’illusion que le populisme, qui en est le symptôme, pourrait en être le remède. Et les euphémismes empêchent la mobilisation d’un antifascisme qui, loin d’être la caution démocratique des politiques économiques actuelles, désigne la responsabilité du néolibéralisme dans la montée du néofascisme. Bref, chanter Bella Ciao n’a rien d’anachronique – contre Matteo Salvini ou son prédécesseur, Marco Minniti, ou contre son homologue, Gérard Collomb, même s’il en a « un peu marre de passer pour le facho de service. »

  • Lettonie-Francija
    https://www.lettonie-francija.fr

    Chanter « Viens Soleil - Lec, saulīte » la Nouvelle Chanson lettone à apprendre pour la fête nationale de Ligo en Lettonie - #LV100

    Préparez le centenaire de la Lettonie en apprenant les chansons du répertoire de la 26è fête Nationale des Chants et des Danses de juillet 2018. Les paroles de « Viens Soleil - Lec, saulīte » écrites par Rasa Bugavičūte-Pēce sont chantées sur une musique composée dans un seul souffle par Raimonds Tiguls . Créée pour le trophée de la danse du même nom à Riga le 23 Juin 2014 cette chanson est chantée par tous les lettons aux quatre coins du Monde.

    https://youtu.be/CZIkqhAvHok

    Lire la suite avec les Paroles, voix et partition : https://www.lettonie-francija.fr/Chanter-Viens-Soleil-Lec-saul%C4%ABte-Chanson-lettone-1361?lang=fr

    #Lettonie, #ligo, #chant_letton, #lec_saulite,

  • Mathieu Foucher, roule pour 2 600 km à vélo vers Riga
    [Lettonie-Francija]
    https://www.lettonie-francija.fr/mathieu-foucher-sauver-condor-Andes-a-velo-vers-riga-1571?lang=fr

    Mathieu Foucher, roule pour 2 600 km à vélo vers Riga afin de sauvegarder le condor des Andes.

    Mathieu Foucher, soigneur au zoo de La Flèche, est parti ce mardi matin en direction de Riga. Il voyage à vélo à raison de 150 à 200 km par jour, et depuis le sud de la Sarthe, il compte atteindre la capitale lettone après 2 600 km. Ses amis, sa famille et les salariés du zoo le soutiennent activement. Deux semaines d’efforts, du 12 au 30 juin, pour aider à sauvegarder le condor des Andes. Souhaitons lui d’être accueilli enchanté et en chansons à Riga.

    Mathieu Foucher, sarthois, passionné d’animaux, traverse l’Europe à vélo vers la Lettonie pour soutenir le Condor des Andes

    Ce jeune Sarthois de 33 ans, salarié du zoo de la Flèche se lance le défi de parcourir 2600 kilomètres à vélo du 12 au 30 juin, pour venir en aide aux Condors des Andes. Il est l’une des figures de l’émission « Une saison au Zoo » sur France 4.

    https://www.youtube.com/embed/_TBdPM50GWo

    Mathieu a toujours eu l’envie de mener à bien un projet en faveur de la biodiversité et de la conservation des espèces. Il souhaite aujourd’hui tenter l’expérience par le sport.

    Son objectif : Pédaler du Zoo de La Flèche à la ville de Riga en Lettonie, tout cela, en seulement 15 jours, afin de soutenir le projet Andean Condor Work Group qui souhaite équiper l’emblématique Condor des Andes de capteurs GPS pour participer à leur sauvegarde. Il crée ainsi Biking for Nature, nom qu’il a donné à son projet.

    Son projet : « Biking for nature » a pour but de parcourir 2 600 kilomètres, en deux semaines seulement, du 2 au 20 juin 2018, entre la Sarthe et Riga, en Lettonie.

    « Le sport fait partie de moi et j’ai l’opportunité aujourd’hui de mettre toute cette énergie au profit d’une belle cause animale. Je travaille au Zoo de La Flèche depuis 17 ans maintenant. Depuis 5 ans, j’organise le Zooathlon au Zoo et l’engouement des équipes ne fait que grandir. C’est aussi ce genre d’expérience qui me fait croire en mon idée qu’au travers de la sueur et de l’effort, on peut mobiliser les personnes », explique Mathieu.

    Ecouter le direct à la radio réalisé ce Mardi 29 Mai 2018 à 13h15 dans l’émission "1 heure en France" ! Super interview de Francebleu, Mathieu Foucher, à vélo vers Riga interviewé par Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud : https://www.lettonie-francija.fr/mathieu-foucher-sauver-condor-Andes-a-velo-vers-riga-1571?lang=fr

    #cyclisme, #vélo, #riga, #lettonie, #condor_des_andes, #zoo, #La_Flèche, #Biking_for_nature, #Andean_Condor_Work_Group

  • Quatre chemises blanches - Četri balti krekli (1967) cinéma letton
    Film censuré en 1967 par les soviétiques

    Le film du presque centenaire réalisateur letton Rolands KALNINS , a attendu l’année 2018 pour être vu au Festival du Cinéma de Cannes après avoir été censuré par l’occupant soviétique.

    https://youtu.be/aleHzUI8Vbg

    Le film se déroule dans les années 1960 en Lettonie dans sa capitale Riga. Technicien des services téléphoniques, poète et compositeur amateur, Cēzars Kalniņš (Uldis Pūcītis) joue avec des amis dans un groupe. D’après Anita Sondore (Dina Kuple), une fonctionnaire de la culture entre deux âges, les textes des chansons qu’il a composées vont contre la morale. Elle fait obstacle à la présentation de ces chansons au public. La commission publique qui discute les créations du jeune auteur se transforme en allégorie d’une opinion silencieuse mais très influente et dont l’action dévastatrice ne peut être enrayée

    En 1967, sous l’occupation soviétique, parmi les méfaits du KGB, ce film est une critique cinématographique en chansons du régime totalitaire soviétique. Le films est Interdit de projection durant vingt ans, c’est ainsi que procèdent les régimes totalitaires : ils empêchent les paroles, les écrits et les expressions. Qu’est ce qui a changé aujourd’hui dans cette Russie qui envahit toujours ses payas voisins ?

    Quatre chemises blanches - Četri balti krekli est présenté pour la première fois au public en 1986 et restauré en 2017, à l’occasion du 95e anniversaire du cinéaste.

    En présence de Rolands Kalniņš , il est présenté au public du 71e Festival de Cannes dans la sélection Cannes Classics parmi les films restaurés et les films du patrimoine, à coté des films en compétition et hors compétition et de la sélection « Un certain regard » : .

    Lire la suite : https://www.lettonie-francija.fr/quatre-chemises-blanches-cetri-balti-krekli-1967-cinema ?

    #Rolands_Kalniņš #Cinéma #lettonie, #cinéma_letton, #Četri_balti_krekli,
    #censure, #censure_soviétique,

  • #Lev_Rudnev Author of the Colossus of MSU
    Russia-InfoCentre

    http://www.russia-ic.com/people/general/r/183

    The imposing monumental buildings projected by the famous Soviet architect Lev Rudnev cannot but leave a lasting impression of stern beauty and might. His giants of the Moscow State University (MSU) and the Frunze Military Academy make up a specific face of the capital of Russia.

    Lev Vladimirovich Rudnev was born on March 13, 1885 into a teacher’s family in the town of Opochka. He graduated a college and an art school in Riga (Latvia) and in 1906 entered the Academy of Arts in St. Petersburg.

    During his studies already Rudnev started his architecture design and building construction practice. Along with academic classes he gained deeper perception of classical Russian architecture while working as an assistant in the architect Fomin’s workshop. The very first independent project of the student Rudnev attracted attention of the Association of Architect Artists.

    #architecture #soviétisme #urss #Lev_Vladimirovich_Rudnev

  • Les profondeurs de l’âme balte en Europe : Exposition au Musée d’Orsay du 10 avril au 15 juillet 2018 - [Lettonie-Francija]

    #LV100 - Centenaire des Républiques Baltes

    L’exposition « Symbolisme dans l’Art de la Baltique » du 10 avril au 15 juillet 2018 au Musée d’Orsay, est l’un des plus grands événements internationaux marquant le centenaire des trois pays baltes en 2018. Cette exposition présente au public « l’âge d’or » de l’art balte à travers 150 œuvres - peintures, pastels, graphiques, lithographies, sculptures des années 1920 aux années 1980.

    L’art balte révèle à l’Europe son haut niveau professionnel, faisant partie intégrante de la scène artistique européenne de l’époque de la formation des trois états indépendants : l a Lettonie, la Lituanie et l’Estonie.

    « Âmes sauvages - le symbolisme dans l’Art de la Baltique »
    Du 10 avril au 15 juillet 2018 au Musée d’Orsay à Paris, C’est une exposition internationale, accompagnée de conférences, de Visites-conférences, Concerts en famille, Concerts baltes, Curieuse nocturne Fête du Solstice ...

    Inauguration le 9 avril sous le haut patronage de
    Madame Kersti Kaljulaid, Présidente de la République d’Estonie,
    Madame Dalia Grybauskaitė , Présidente de la République de Lituanie,
    Monsieur Raymonds Vejonis , Président de la République de Lettonie,
    Monsieur Emmanuel Macron , Président de la République française,

    Commissaire général Rodolphe Rapetti, conservateur général du Patrimoine, directeur des Musées nationaux ; Commissaire Béatrice Avanzi, conservateur au musée d’Orsay

    L’exposition est organisée à Paris par
    les Musées d’Orsay et de l’Orangerie,
    le Musée national des Beaux-Arts de Lettonie à Riga,
    le Musée d’Art d’Estonie à Tallinn,
    le Musée d’Art de Lituanie à Vilnius et le Musée National des Beaux-Arts M.K. Ciurlionis de Lituanie à Kaunas,
    avec le soutien des Ministères de la Culture d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie.
    et les bureaux de Célébration du Centenaire d’Estonie, Lettonie et Lituanie.

    « Le symbolisme dans l’art balte » sera la première exposition avec laquelle le musée d’Orsay inaugurera officiellement son rez-de-chaussée rénové, informe Béatrice Avanzi, conservatrice de l’établissement public du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie.

    .../...

    L’exposition sera la plus grande manifestation de la culture balte à Paris depuis 1937, lorsque la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ont participé à l’Exposition internationale d’art et de technologie de Paris avec l’exposition conjointe des arts décoratifs. 81 ans plus tard, en 2018, l’exposition symbolique lancera "La saison baltique" à Paris, avec une série de concerts, de séminaires, de spectacles pour marquer le centenaire de la Lettonie, de l’Estonie et de la Lituanie.

    .../...

    Lire les précisions sur la plus grande exposition de la culture balte à Paris : https://www.lettonie-francija.fr/expo-profondeur-ame-balte-paris-Musee-Orsay-1399?lang=fr

    #Lettonie, #Lituanie, #Estonie, #art, #baltique, #exposition, #âme-balte, #culture, #balte, #musée_d_Orsay, #saison_baltique, #symbolisme,

  • Ma semaine au XXV Festival du Chant Choral et des danses, témoignage d’ Ilze, revenant de Lettonie - [Lettonie-Francija]
    https://www.lettonie-francija.fr/ma-semaine-au-xxv-festival-du-chant-choral-et-des-danses?lang=fr

    Ma semaine au XXV Festival du Chant Choral et des danses, témoignage d’ Ilze, revenant de Lettonie après le festival de 2013.

    "C’est ça le peuple letton !"

    « Toute la semaine, d’un lieu à un autre, il se passait toujours quelque chose quelque part. Le concert symphonique et vocal à l’Arena-Riga avec 4 orchestres symphoniques et plusieurs centaines de choristes : C’était tellement beau, j’en avais des frissons et j’ai vu des gens pleurer ...

    Dans les chœurs et groupes de danses il y a énormément de jeunes, ça ne veut pas dire qu’ils ne font pas du rap et ne vont pas en boîte, mais l’un n’empêche pas l’autre...

    https://www.lettonie-francija.fr/local/cache-vignettes/L1024xH576/concert-symphonique-0f783.jpg?1522179697

    La population d’une ville de 50.000 habitants qui se déplace paisiblement vers les concerts ... Dans le tram, serrés comme des sardines, quelqu’un envoyait un chant et tout le wagon chantait, on aurait voulu ne jamais descendre ... C’est ça le peuple letton... »

    Bonjour,

    Je suis rentrée de Lettonie hier soir.

    N’ayant pas pu avoir de billets pour les « vrais » concerts, j’ai néanmoins pu assister aux répétitions générales de danses vendredi à 14 heures, malgré un manque de préparation (cela ne se voyait pas), c’était grandiose.

    https://youtu.be/3g1XkkAapXQ

    En ce qui concerne le grand concert de chant, j’y étais samedi soir. Un petit bémol très personnel : je n’ai pas retrouvé beaucoup de chants traditionnels connus, on aurait dit qu’ils avaient mis l’accent sur les prouesses techniques ; J’ai préféré le répertoire de 2003.

    Lire la suite : https://www.lettonie-francija.fr/ma-semaine-au-xxv-festival-du-chant-choral-et-des-danses

    #Lettonie, #concert, #Festival, #Chant_choral, #Fête-des-chants, #Riga,

  • Dr Vaira Vike-Freiberga est en conférence en France au Sénat ce 19 mars 2018

    [Lettonie-Francija]
    https://www.lettonie-francija.fr/Lettonie-presidente-Vaira-Vike-Freiberga-europe-130?lang=fr

    Dr Vaira Vike-Freiberga lors de plusieurs conférences en France, à Riga, en Europe
    "Mesdames, du courage, de la conviction et de l’énergie !"

    Dr Vaira Vīķe-Freiberga, ancienne Présidente de Lettonie, Présidente actuelle du Club de Madrid, s’exprime lors de différents interviews. De 1999 à 2007 Vaira Vīķe-Freiberga a occupé le poste de Présidente de la Lettonie, période durant laquelle elle a travaillé activement à la démocratisation du pays et au renforcement de sa base juridique. Elle a mis en œuvre avec succès les intérêts de la politique étrangère de la Lettonie et a agrandi la reconnaissance de la nation dans le monde. Elle évoque les missions du groupe chargé de réfléchir à l’avenir de l’Union européenne à l’horizon 2020-2030 et autres sujets scientifiques, internationaux, ainsi que sa passion pour les musiques et folklores

    "Je voudrais souligner notre plus grand défi - celui de construire des sociétés ouvertes et démocratiques tout en respectant l’héritage ethnique, culturel et linguistique de chaque nation européenne. Pour la première fois dans notre histoire collective, nous avons entrepris de construire ensemble l’Europe de demain non par la force, mais par la libre volonté.
    Sans un regard critique sur nos hontes autant que nos gloires, sans cultiver un esprit de communauté et de fraternité, notre grand projet commun risque de rester inachevé. Libérés des entraves du passé, par contre, nous avons tout pour en faire un succès."

    https://youtu.be/0miIjjt2MOU

    .../...

    Écoutez et regardez les diverses interventions de Vaira Vīķe-Freiberga sur [Lettonie-Francija]
    https://www.lettonie-francija.fr/Lettonie-presidente-Vaira-Vike-Freiberga-europe-130?lang=fr

    #Vaira_Vīķe-Freiberga, #colloque, #Sénat, #Présidente_Lettonie, #Club-de-Madrid, #lettonie, #pays_baltes

  • La banque lettone ABLV déclarée en « faillite » par la BCE Le Figaro - 24 Février 2018

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/02/24/97002-20180224FILWWW00074-la-banque-lettone-ablv-declaree-en-faillite-par-l

    La Banque centrale européenne a déclaré samedi « en état de faillite ou faillite probable », la troisième banque commerciale en Lettonie, ABLV Bank, dont la situation s’était fortement dégradée après des accusations de blanchiment d’argent venant de Washington.

    La BCE avait déjà imposé lundi un gel des paiements à ABLV, une mesure inédite de la part de Francfort pour éviter une hémorragie de fonds avant de déclarer, cinq jours plus tard que la banque lettonne n’était en réalité pas viable.

    La Banque centrale européenne a justifié dans un communiqué cette étape supplémentaire en invoquant les liquidités insuffisantes de la banque ABLV qui « ne sera probablement pas en mesure de payer ses dettes » et de « résister à des retraits massifs de dépôts » de clients affolés une fois le gel levé et en attendant un hypothétique plan de sauvetage de Riga.

    De son côté, ABLV crie au sabotage et assure avoir pris la semaine dernière toutes les dispositions nécessaires, en faisant notamment entrer dans ses caisses « 1,36 milliard d’euros en quatre jours ouvrés » afin de rassurer la BCE

    #lettonie #pays_baltes #Latvia #Latvija #AB.LV #banques #BCE #Washington #économie

  • #Lettonie : le gouverneur de la Banque centrale arrêté Le Figaro - AFP - 19/02/2018
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/02/19/97002-20180219FILWWW00024-lettonie-le-gouverneur-de-la-banque-centrale-arre

    Le gouverneur de la Banque centrale de Lettonie, Ilmars Rimsevics, a été arrêté samedi par le Bureau national anti-corruption (KNAB), a annoncé dimanche le gouvernement letton sans en donner les raisons. La ministre des Finances, Dana Reizniece-Ozola (Verts/Agriculteurs), a estimé lors d’une conférence de presse tenue dans l’après-midi que le gouverneur devrait, selon elle, « démissionner pour la durée de l’enquête menée par la KNAB ».
    http://information.tv5monde.com/sites/info.tv5monde.com/files/styles/large/public/311286894113ad9740cf1a8dace2b5e98e0fbe24.jpg?itok=M025-dFX
    Après un interrogatoire qui a duré sept heures, mené dans les bureaux du KNAB à Riga, Ilmars Rimsevics a été conduit durant la nuit dans un autre endroit en présence de son avocat, Me Saulvedis Varpins, et de fonctionnaires du KNAB, a constaté un journaliste de l’agence de presse balte BNS présent sur les lieux. Le Bureau national anti-corruption n’a pas voulu commenter l’arrestation du gouverneur.

    Ilmars Rimsevics a été nommé gouverneur de la Banque centrale de Lettonie en 2001. La Lettonie étant membre de la zone euro, Ilmars Rimsevics est également membre du Conseil des gouverneurs, principal organe de la Banque Centrale Européenne BCE.

    #euro #banques #corruption #Latvia #KNAB #Rimsevics #Bank_of_Latvia

    Complement

    La télévision publique LTV a rapporté, citant des sources anonymes, que l’homme d’affaire Maris Martinsons, spécialisé dans la construction et des crédits rapides, a également été interpellé par la KNAB dans une affaire qui pourrait être en lien avec celle du gouverneur.

    http://information.tv5monde.com/en-continu/le-gouverneur-de-la-banque-centrale-de-lettonie-arrete-par-le-

    Pour faire suite à
    https://seenthis.net/messages/526340

  • NEIGE EN LETTONIE

    Neige et températures basses y sont tellement habituelles, que la couleur blanc "balta" est devenue le dénominatif des pays.

    Les peuples Baltes sont prévoyants et pragmatiques :
    Les *pneus « neige » cloutés sont obligatoires en Lettonie sur tous les véhicules même les bus à partir du 1er décembre.
    A Riga, les possesseurs d’un permis de conduire sont invités à laisser leur voiture au garage, en empruntant gracieusement les transports en commun. Ainsi les chasse-neige, les bus, trolley-bus et tramway peuvent circuler plus facilement ...
    Pelles, moufles, cache-nez, nourriture, et tout ce qu’il faut pour survivre dans le froid sont préparés bien longtemps à l’avance ...

    Ce ne sont pas 5 petits centimètres de neige qui empêchent les lettons de circuler en bus ...

    La Lettonie fête le centenaire de son indépendance en 2018.

    #LV100, #Riga, #Lettonie, #Balte, #Blanc, #neige, #Froid,

  • Denmark will increase defense spending to counter Russia : PM

    RIGA (Reuters) - The Danish government expects to win backing for a substantial increase in defense spending next month, to counter Russia’s intensified military activity in eastern and northern Europe, the NATO-member’s prime minister said Monday.

    Denmark last week deployed 200 troops to a UK-led NATO mission in Estonia aimed at deterring Russia from attacking the Baltic NATO members.

    https://www.reuters.com/article/us-russia-security-denmark/denmark-will-increase-defense-spending-to-counter-russia-pm-idUSKBN1F42LT
    #Danemark #armée #armes #armement #Russie #Estonie #pays_baltes

    cc @reka

    –-> un petit air de guerre froidre

  • Festival de chant choral : Ecouter, revoir le rare & précieux concert symphonique vocal à l’Arena-Riga en Lettonie - [Lettonie-Francija]

    Fête Nationale du Chant de chorales & danses de Lettonie

    Festival de chant choral : Écouter, revoir le rare & précieux concert symphonique vocal à l’Arena-Riga en Lettonie. Dans la playlist #LV100 du Centenaire de la Lettonie.

    « Un concert vraiment précieux ! » le Concert symphonique et vocal à l’Arena-Riga de la XXV Fête Nationale du chant de chorales et XV danses en Lettonie : 4 orchestres symphoniques et plusieurs centaines de choristes.

    "C’était tellement beau que j’en avais des frissons et j’ai vu des gens pleurer"(Ilze K.), ....,

    "Certainement l’un des meilleurs concerts de ces 20 dernières années (Gints K.)" ....

    Le programme, les liens pour regarder ou écouter l’intégralité du concert.
    Le 3 Juillet 2013, à l’ Arena-Riga dans la capitale de Lettonie, près de 2h40 d’émotions musicales & chorales

    Dans la première partie sont joués les morceaux de compositeurs classiques lettons. Dans la seconde - les nouvelle interprétations locales d’opéra et de musiques pour choeurs et orchestres - créées par Verdi, Wagner et les musiciens qui ont laissé une grande impression pour la musique chorale en général.
    4 orchestres et les meilleures chorales de Lettonie :

    Le concert réunit quatre orchestres
    - L’Orchestre Symphonique National de Lettonie ,
    - L’Orchestre philharmonique,
    - L’orchestre de l’Opéra national de Lettonie,
    - L’orchestre « Sinfonietta Riga »

    Accompagnés par

    - Le Chœur national de Lettonie ,
    - Le Chœur de chambre « Ave Sol » ,
    - Le Chœur National de l’ Opéra de Lettonie
    - et les 20 meilleures chorales amateurs de Lettonie .

    Revoir le Concert choral Symphonique en direct de l’arène « Riga » grâce à la télévision nationale de Lettonie LTV.

    A l’écoute tout le monde pourra percevoir les textes des chansons avec des associations musicales invisibles transformées en images poétiques.

    https://www.lettonie-francija.fr/ecouter-revoir-concert-symphonique-festival-chorales-Riga-540

    #Chant_choral, #Concert_choral_Symphonique, #Concert_choral, #Chorales, #Lettonie, #Chœur_National_de_Lettonie, #Festival_chorales, #grand_chœur,

  • Secret Soviet Posters Demystify Map Symbols

    https://news.nationalgeographic.com/2017/10/maps-soviet-symbols-spy-cartography-posters

    During the Cold War, the Soviet military mapped the entire world. This secret program was one of the most ambitious mapping efforts ever undertaken, and it produced thousands—perhaps even millions—of maps of every part of the planet. It also produced these clever training posters, which show in a very visual way how the symbols used on Soviet military maps corresponded to things in the real world.

    The posters offer insight into the remarkable range of symbols the Soviets used to create their maps. There are symbols differentiating types of power plants, factories, and train stations, to name just a few examples.

    The posters, each roughly 2 feet by 3 feet, were discovered in a map shop in Riga, Latvia by John Davies, a British map enthusiast who’s been studying the Soviet military maps for more than a decade. The owner of the map shop had acquired the posters along with an enormous cache of military maps after the fall of the Soviet Union in the early 90s. The posters appear in a new book, The Red Atlas, by Davies and Alexander Kent, a geographer at Canterbury Christ Church University.

    #soviétisme #cartographie #manipulation #urss #union_soviétique #sémiologie #symbolique

  • Russia Secretly Mapped the Whole World in the Cold War - CityLab

    https://www.citylab.com/life/2017/11/red-atlas-soviet-union-city-maps/546029

    English retiree John Davies has been smitten with maps his whole life. “I was drawing maps of my house as a toddler,” he said. Though his career in software didn’t allow regular forays into cartography, he would visit map shops on his travels.

    On a business trip to Riga, Latvia’s capital, in the early 2000s, he hit the mother lode. Davies happened upon a shop that held bundles of Cold War-era maps of British cities, created by the Soviet military. The maps were so detailed that they included such elements as the products factories made and bridges’ load-bearing capacity. “I was just amazed,” Davies said.

    #soviétisme #cartographie #manipulation #urss #union_soviétique