city:riyad

  • Opinion | My Father Faces the Death Penalty. This Is Justice in Saudi Arabia. - The New York Times

    The kingdom’s judiciary is being pushed far from any semblance of the rule of law and due process.

    By Abdullah Alaoudh

    Mr. Alaoudh is a legal scholar at Georgetown University.

    https://www.nytimes.com/2019/02/13/opinion/saudi-arabia-judiciary.html

    Despite the claims of Prince Mohammed bin Salman and his enablers, Saudi Arabia is not rolling back the hard-line religious establishment. Instead, the kingdom is curtailing the voices of moderation that have historically combated extremism. Numerous Saudi activists, scholars and thinkers who have sought reform and opposed the forces of extremism and patriarchy have been arrested. Many of them face the death penalty.

    Salman Alodah, my father, is a 61-year-old scholar of Islamic law in Saudi Arabia, a reformist who argued for greater respect for human rights within Shariah, the legal code of Islam based on the Quran. His voice was heard widely, partly owing to his popularity as a public figure with 14 million followers on Twitter.
    The author’s father, Salman Alodah, has been held in solitary confinement since 2017.CreditFamily photograph
    Image
    The author’s father, Salman Alodah, has been held in solitary confinement since 2017.CreditFamily photograph

    On Sept. 10, 2017, my father, who was disturbed by regional tensions after Saudi Arabia, Bahrain, the United Arab Emirates and Egypt imposed a blockade on Qatar, spoke obliquely about the conflict and expressed his desire for reconciliation. “May Allah mend their hearts for the best of their peoples,” he tweeted.

    A few hours after his tweet, a team from the Saudi security services came to our house in Riyadh, searched the house, confiscated some laptops and took my father away.

    Advertisement

    The Saudi government was apparently angered and considered his tweet a criminal violation. His interrogators told my father that his assuming a neutral position on the Saudi-Qatar crisis and failing to stand with the Saudi government was a crime.

    He is being held in solitary confinement in Dhahban prison in Jidda. He was chained and handcuffed for months inside his cell, deprived of sleep and medical help and repeatedly interrogated throughout the day and night. His deteriorating health — high blood pressure and cholesterol that he developed in prison — was ignored until he had to be hospitalized. Until the trial, about a year after his arrest, he was denied access to lawyers.

    On Sept. 4, a specialized criminal court in Riyadh convened off-camera to consider the numerous charges against my father: stirring public discord and inciting people against the ruler, calling for change in government and supporting Arab revolutions by focusing on arbitrary detention and freedom of speech, possessing banned books and describing the Saudi government as a tyranny. The kingdom’s attorney general sought the death penalty for him.

    Saudi Arabia has exploited the general indifference of the West toward its internal politics and presented the crackdown against reformist figures like my father as a move against the conservative religious establishment. The reality is far from their claims.

    My father is loved by the Saudi people because his authority and legitimacy as an independent Muslim scholar set him apart from the state-appointed scholars. Using Islamic principles to support his arguments, he championed civil liberties, participatory politics, the separation of powers and judicial independence.


  • Flux financiers illicites: L’#UE envisage d’inclure Riyad sur sa liste noire | TRT Français
    http://www.trt.net.tr/francais/economie/2019/02/09/flux-financiers-illicites-l-ue-envisage-d-inclure-riyad-sur-sa-liste-noire-1

    Selon le Financial Times, la décision fait face à la résistance de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni

    London pushes to take Saudis off EU dirty money blacklist: sources | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-eu-saudi-moneylaundering-idUSKCN1PX13V

    The list needs the endorsement of a majority of the 28 EU nations but Britain and other heavyweights of the bloc, including Germany, France, Italy and Spain, are raising concerns, three EU officials told Reuters.

    #arabie_saoudite #blanchiment


  • De la fausse opposition entre culture de l’espace et culture du territoire à propos du Hezollah libanais
    A propos de
    III – Le Hezbollah entre culture de l’espace et intégration au système libanais - Michel TOUMA et Michel HAJJI GEORGIOU - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1155791/iii-le-hezbollah-entre-culture-de-lespace-et-integration-au-systeme-l

    En tant que tête de pont des pasdaran aux frontières avec Israël et sur le littoral de la Méditerranée, le Hezbollah inscrit ainsi son action dans le sillage d’un vaste projet supranational chiite à caractère régional : celui de l’expansionnisme du nouvel empire perse emmené par les pasdaran.

    Cette dimension qui caractérise le projet Hezbollah ne fait pas toutefois l’unanimité au sein de la communauté chiite. Elle est notamment en porte-à-faux avec l’orientation essentiellement libaniste défendue par l’imam Mohammad Mehdi Chamseddine qui succéda à l’imam Moussa Sadr à la tête du Conseil supérieur chiite. Dans son ouvrage Wassaya (son testament politique), qu’il élaborera peu avant son décès en 2001, cheikh Chamseddine exhortera les chiites à ne pas s’engager sur la voie d’un projet chiite transnational, les appelant à lutter dans le cadre de leur société respective afin de défendre leurs droits légitimes. En clair, il les invitait à ne pas s’ancrer au projet de la wilayat el-faqih, rejoignant sur ce point l’actuel chef de la communauté chiite en Irak, l’ayatollah Sistani, ainsi que nombre de dignitaires chiites en Iran même.

    Dans un article publié dans Le Monde en juillet 2005, Samir Frangié analysait cette remise en cause de l’existence même d’un projet chiite autonome par Mohammad Mehdi Chalseddine, soulignant que l’apport de l’imam sur ce plan a été de lier la légitimité de l’État à sa capacité à préserver le « vouloir-vivre-ensemble » et donc à prendre en compte les sensibilités et les appréhensions des composantes communautaires qui forment le tissu social libanais. Cela implique une nécessaire « libanisation » du discours et de la posture politique de la communauté chiite, et donc du Hezbollah.

    Culture de l’espace et culture du territoire

    Le Hezbollah ne tiendra pas compte, ou très peu, du testament politique de Chamseddine. Sa doctrine, définie et rendue publique en 1985, le place dans une autre dimension, celle du projet transnational, d’une « culture de l’espace », par opposition à la posture libaniste, ou la « culture du territoire », prônée par Chamseddine, pour reprendre la notion définie par Bertrand Badie dans son ouvrage La fin des territoires.

    Si la logique transnationale est ce qui définit la culture de l’espace, pourquoi n’appliquer cette notion qu’au Hezbollah, et pas au réseau capitalisto-sunnite reliant les Hariri à Riyad, en passant par Paris et Washington ? La diaspora maronite, où il y a plus de fidèles en Amérique (latine et du nord) qu’au Liban, ne fonctionne t elle pas elle aussi selon une culture de l’espace ?
    Et à l’échelle locale, où existe t il une culture du territoire ? La plupart des Libanais vivent sur un double ancrage, entre leur lieu actuel de résidence et leur village d’origine. Ce territoire, largement virtuel, n’est il pas en fait aussi une culture de l’espace ?
    Au fond, ces deux notions renvoient à deux formes concomitantes de toute spatialité humaine.
    En fin de compte, cette opposition factice ne sert qu’à délégitimer un groupe politique et ses partisans - et je ne dis pas cela pour dédouaner le Hezbollah de son allégeance iranienne mais simplement pour signifier qu’il faut s’intéresser à toutes les formes d’allégeance transnationale dans ce cas.


  • US arms sold to Saudi Arabia and UAE end up in wrong hands
    https://www.cnn.com/interactive/2019/02/middleeast/yemen-lost-us-arms

    Saudi Arabia and the United Arab Emirates, its main partner in the war, have used the US-manufactured weapons as a form of currency to buy the loyalties of militias or tribes, bolster chosen armed actors, and influence the complex political landscape, according to local commanders on the ground and analysts who spoke to CNN.

    By handing off this military equipment to third parties, the Saudi-led coalition is breaking the terms of its arms sales with the US, according to the Department of Defense. After CNN presented its findings, a US defense official confirmed there was an ongoing investigation into the issue.

    The revelations raise fresh questions about whether the US has lost control over a key ally presiding over one of the most horrific wars of the past decade, and whether Saudi Arabia is responsible enough to be allowed to continue buying the sophisticated arms and fighting hardware. Previous CNN investigations established that US-made weapons were used in a series of deadly Saudi coalition attacks that killed dozens of civilians, many of them children.

    The developments also come as Congress, outraged with Riyadh over the murder of journalist Jamal Khashoggi last year, considers whether to force an end to the Trump administration’s support for the Saudi coalition, which relies on American weapons to conduct its war.

    #yémen et en syrie déjà...


  • Michel Houellebecq contre le système
    http://www.dedefensa.org/article/michel-houellebecq-contre-le-systeme

    Michel Houellebecq contre le système

    Il a récemment soutenu Donald Trump et c’était très bien de le faire. Il avait attaqué la religion de paix et d’amour de Riyad et c’était très bien de le faire. Il remet en cause les acquis de la révolution sexuelle et libertaire, et c’était encore mieux de le faire. Il a régulièrement insulté ses ennemis et c’est bon de le faire. Il ne vit pas en France, et il a raison de le faire. Comme dit Bonald, dans son essai sur l’émigration :

    « Le sol n’est pas la patrie de l’homme civilisé ; il n’est pas même celle du sauvage, qui se croit toujours dans sa patrie lorsqu’il emporte avec lui les ossements de ses pères. Le sol n’est la patrie que de l’animal ; et, pour les renards et les ours, la patrie est leur tanière. Pour l’homme en société (...)


  • Financement du terrorisme : l’UE place Riyad sur sa liste noire
    https://lemonde-arabe.fr/30/01/2019/terrorisme-ue-liste-noire

    Etonnante décision. Est-ce que ça commencerait à bouger de ce côté ?

    L’UE reproche à Riyad de faire preuve de laxisme dans sa lutte contre le financement du terrorisme.

    Selon une information relayée par RT France, Bruxelles a pris la décision de placer l’Arabie saoudite sur sa liste noire des pays constituant une menace pour le Vieux Continent.

    « A l’instar de l’Afghanistan ou encore de l’Iran, le royaume saoudien (fait les frais) de ses contrôles jugés trop laxistes dans le domaine de la lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent », révèle ainsi l’agence de presse.

    #arabie_saoudite


  • ’Fake news’ filter NewsGuard grilled for having links to PR firm that peddled Saudi propaganda — RT World News
    https://www.rt.com/news/450035-saudi-arabia-newsguard-pr-investor

    A new app claiming to serve as a bulwark against “disinformation” by adding “trust rankings” to news websites has links to a PR firm that received nearly $15 million to push pro-Saudi spin in US media, Breitbart reports.

    NewsGuard and its shady advisory board – consisting of truth-lovers such as Tom Ridge, the first-ever homeland security chief, and former CIA director Michael Hayden – came under scrutiny after Microsoft announced that the app would be built into its mobile browsers. A closer examination of the company’s publicly listed investors, however, has revealed new reasons to be suspicious of this self-declared crusader against propaganda. As Breitbart discovered, NewsGuard’s third-largest investor, Publicis Groupe, owns a PR firm that has repeatedly airbrushed Saudi Arabia.

    (...)
    Following the September 11, 2001 terrorist attacks, Riyadh enlisted Qorvis Group, a Publicis subsidiary, in the hope of countering accusations that the kingdom turned a blind eye to – or even promoted – terrorism. Between March and September 2002, the Royal Embassy of Saudi Arabia reportedly paid Qorvis $14.7 million to run a PR blitz targeting American media consumers. As part of the campaign, Qorvis employed a litany of dubious tactics, including running pro-Saudi ads under the name of an activist group, Alliance for Peace and Justice. Tellingly, the FBI raided the company’s offices in 2004, after Qorvis was suspected of running afoul of foreign lobbying laws.

    Between 2010 and 2015, Qorvis is believed to have received millions of dollars to continue to whitewash the kingdom’s image in the United States. The accelerated airbrushing came just as the Saudis launched its devastating war against Yemen. In fact, Qorvis created an entire website – operationrenewalofhope.com – to promote the Saudi-led war in Yemen, according to the Intercept.

    #tic_arabes et cela mérite un #gorafi d’honneur pour l’#arabie_saoudite


  • La survie des #guépards menacée par la mode des #félins de compagnie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/01/19/la-survie-des-guepards-menacee-par-la-mode-des-felins-de-compagnie_5411453_3

    Chaque année, selon des experts, autour de 300 félins seraient arrachés à la savane pour finir dans des appartements de Riyad ou d’Abou Dhabi – soit 1 200 à 1 500 guépards sur les cinq dernières années. « Ces chiffres peuvent sembler modestes, comparés aux dizaines de milliers d’éléphants abattus tous les ans, mais ils sont en réalité dramatiques », selon William Crosmary, directeur de programme pour Traffic, un réseau de surveillance du commerce de faune sauvage en Afrique de l’Est.

    La population du félin, connu pour ses sprints à 120 km/h, s’est effondrée, passant de 100 000 individus au début du XXe siècle à seulement 7 100 aujourd’hui, avec une accélération brutale ces vingt dernières années. Autrefois présent du bassin du Congo jusqu’à l’est de l’Inde, il est maintenant confiné sur à peine 9 % de son territoire originel, essentiellement en Afrique australe et orientale, avec des groupes fragmentés ne comptant souvent plus que quelques dizaines d’individus.

    #trafic #biodiversité


  • Khashoggi Killing Detailed in New Book: ‘We Came to Take You to Riyadh’ - The New York Times

    https://www.nytimes.com/2019/01/17/world/middleeast/khashoggi-killing-book.html

    By Carlotta Gall

    Jan. 17, 2019

    ISTANBUL — A new book written by three Turkish reporters and drawing on audio recordings of the killing of a Saudi expatriate, Jamal Khashoggi, offers new details about an encounter that began with a demand that he return home and ended in murder and dismemberment.

    “First we will tell him ‘We are taking you to Riyadh,’” one member of a Saudi hit team told another, the book claims. “If he doesn’t come, we will kill him here and get rid of the body.”

    Turkish officials have cited the recordings, saying they captured the death of Mr. Khashoggi, a journalist, in his Oct. 2 visit to the Saudi Consulate in Istanbul. And intelligence officials leaked some details in a campaign to force Saudi Arabia to own up to the crime.

    Advertisement

    But the new book offers the most comprehensive description to date of what is on those recordings. It sets the scene as a team of Saudi operatives lay their plans before Mr. Khashoggi arrives, and then recounts what happened next.
    A security guard at the Saudi Consulate in Istanbul after Mr. Khashoggi was killed there.CreditChris Mcgrath/Getty Images
    Image
    A security guard at the Saudi Consulate in Istanbul after Mr. Khashoggi was killed there.CreditChris Mcgrath/Getty Images

    The three journalists, Abdurrahman Simsek, Nazif Karaman and Ferhat Unlu, work for an investigative unit at the pro-government newspaper Sabah, and are known for their close ties to Turkish intelligence. They said that they did not have access to the audio recordings but were briefed by intelligence officials who did.

    A Turkish security official, who spoke on the condition of anonymity, confirmed separately that the details described in the book were accurate. The book, “Diplomatic Atrocity: The Dark Secrets of the Jamal Khashoggi Murder,” is written in Turkish and went on sale in December.


  • EXCLUSIF : Le plan secret entre les États du Golfe et Israël pour réhabiliter Assad | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/exclusif-le-plan-secret-entre-les-tats-du-golfe-et-isra-l-pour-r-habi

    EXCLUSIF : Le plan secret entre les États du Golfe et Israël pour réhabiliter Assad

    Le chef du Mossad, Yossi Cohen, a rencontré des responsables saoudiens, émiratis et égyptiens le mois dernier pour discuter des moyens de contrer l’influence régionale turque, selon des informations recueillies par MEE

    L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte ont manigancé un plan avec Israël pour accueillir de nouveau le président syrien Bachar al-Assad au sein de la Ligue arabe afin de marginaliser l’influence régionale de la Turquie et de l’Iran, révèle en exclusivité Middle East Eye.

    Cette initiative diplomatique a été approuvée lors d’une réunion secrète, tenue dans une capitale du Golfe le mois dernier, à laquelle ont assisté de hauts responsables des services de renseignement des quatre pays, dont Yossi Cohen, directeur du Mossad, ont indiqué à MEE des sources au fait de cette réunion.

    La réunion a également été organisée en réaction au « refroidissement » notable des relations entre le président américain Donald Trump et Riyad depuis l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en octobre.

    Trump a publiquement pris le parti du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, que la CIA et des membres du Congrès américain tiennent pour responsable du meurtre de Khashoggi.

    Cependant, selon un responsable au courant de la réunion, il aurait été dit aux responsables des services de renseignement : « Trump a fait ce qu’il pouvait et ne fera rien de plus. »

    Les responsables ont également convenu lors de la réunion qu’ils considéraient la Turquie, et non l’Iran, comme leur principal rival militaire dans la région, et ils ont discuté de plans pour parer l’influence d’Ankara.

    Les Israéliens ont déclaré à cette occasion que l’Iran pouvait être maîtrisé militairement, mais que la Turquie avait des capacités beaucoup plus grandes. Lors de la réunion, Cohen aurait déclaré : « Le pouvoir iranien est fragile. La vraie menace vient de la Turquie. »

    Quatre mesures selon l’article :
    – Négociations avec les talibans
    – « contrôler la carte sunnite » en Irak
    – retour à la Ligue arabe pour Assad
    – soutenir les Kurdes de Syrie contre les tentatives de la Turquie d’expulser les YPG et leur homologue politique, le PYD

    #grand_jeu


  • ‘Saudi, UAE assisted Assad in detecting, killing Syrian opposition leaders’
    https://www.yenisafak.com/en/world/saudi-uae-assisted-assad-in-detecting-killing-syrian-opposition-leaders-3

    Saudi Arabia and the United Arab Emirates (UAE), which has recently reopened its embassy in Damascus, cooperated with Syrian President Bashar al-Assad, leading to the detection and killing of close to 80 leaders of the Syrian opposition.

    The locations of Jaysh al-Islam’s leader Zahran Alloush, Ahrar al-Sham leaders Hassan Aboud and Khalid al-Suri, leader of Liwa al-Tawhid Abdulkadir Salih, who all fell martyrs to the bombings of the Syrian regime, were shared by Saudi Arabia and the UAE with Assad, according to a Syrian opposition commander.

    In an exclusive interview with Yeni Şafak daily, Mahmoud Sulayman, a commander of the Mohammad Al-Fateh brigade, revealed that between the years 2012 and 2014, the Abu Dhabi and Riyadh brought hundreds of satellite phones to the front.

    “The passwords of the UAE-made ‘Thuraya’ and the British-made ‘Inmarsat’ satellite phones, which were given to group commanders by the UAE and Saudi Arabia, were shared with Damascus, thus this information led to the killings of dozens of opposition commanders,” he said.

    La source est... turque.

    Toujours se méfier des cadeaux qu’on vous fait (message valable pour les Kurdes aussi !)

    #syrie #grand_jeu #tic_arabes


  • Saudi Arabia’s economic reforms are not attracting investors - A prince fails to charm
    https://www.economist.com/middle-east-and-africa/2018/12/22/saudi-arabias-economic-reforms-are-not-attracting-investors

    Prince Muhammad wants foreign investors to think that Saudi Arabia is a safe bet. But his capricious policies, from the locking-up of wealthy Saudis in 2017 to pointless diplomatic feuds with Canada and Germany, are scaring them off. Foreign direct investment fell to $1.4bn (0.2% of GDP) in 2017, from $7.5bn the year before. An investment conference in Riyadh in October was overshadowed by the grisly murder of Jamal Khashoggi, an exiled Saudi journalist, in a Saudi consulate in Turkey. Rich Saudis are trying to move their money abroad: $80bn left the country last year.

    #arabie_saoudite


  • Affaire Khashoggi : le Sénat américain unanime pour mettre en cause « MBS »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/14/affaire-khashoggi-le-senat-americain-unanime-pour-mettre-en-cause-mbs_539715

    Le désaveu est à la mesure du capital politique brûlé par Donald Trump pour protéger son allié saoudien, le prince héritier Mohammed Ben Salman – également désigné par ses initiales, « MBS ».

    Jeudi 13 décembre, le Sénat a infligé une double gifle au président des Etats-Unis. Sept sénateurs républicains se sont joints aux démocrates pour permettre l’adoption d’une résolution mettant fin au soutien principalement logistique apporté par Washington à l’Arabie saoudite dans la guerre qu’elle livre au Yémen. Le Sénat a ensuite adopté à l’unanimité une résolution dans laquelle il a jugé le prince héritier « responsable de l’assassinat de Jamal Khashoggi », le 2 octobre, dans le consulat du royaume saoudien à Istanbul, en Turquie.
    […]
    Cette [frustration] est encore montée après l’assassinat de Jamal Khashoggi, un dissident devenu chroniqueur au Washington Post. Ulcérée par les dénégations saoudiennes jugées peu crédibles comme par le soutien apporté par Donald Trump au prince, une majorité de sénateurs (56 voix contre 41) a permis, mercredi, l’adoption d’un texte dont la portée demeure symbolique puisque la Chambre des représentants n’a pas envisagé de s’en saisir et que le président des Etats-Unis a assuré qu’il lui opposerait son veto. Donald Trump justifie sa position par l’importance que revêt selon lui la relation avec Riyad.

    #paywall


  • Yémen : les soldats soudanais ouvrent le feu sur les militaires émiratis PressTV - 10 Décembre 2018
    https://www.presstv.com/DetailFr/2018/12/10/582533/Ymen--Soudan-en-a-assez

    Au Yémen, les militaires soudanais ont ouvert le feu sur les soldats émiratis présents dans ce pays ont informé des activistes soudanais. Des tirs qui sont signe de la désobéissance des militaires de la coalition arabe.

    L’Arabie saoudite, n’ayant pas tenu son engagement envers Khartoum et les militaires soudanais, de nombreux Journalistes, élites, parlementaires et politiciens soudanais ont à maintes reprises réclamé le retrait des forces soudanaises de la guerre au Yémen. Un non-respect d’engagement qui a suscité la colère du peuple, mais aussi celle des militaires.

    L’agence de presse iranienne Tasnim qui cite les activistes soudanais fait part de la montée des conflits entre les officiers émiratis et les forces soudanaises déployées au Yémen. Les désaccords qui existent entre les forces émiraties et soudanaises ne se résument pas aux transgressions des ordres ; ils vont bien plus loin puisque les soldats et les militaires soudanais ont tiré sur leurs commandants émiratis et yéménites. En c’est justement pourquoi Riyad craint fortement que l’insoumission des militaires soudanais se propage chez les combattants yéménites.

    Les experts estiment que les désobéissances pourraient engendrer l’effondrement d’une coalition saoudienne déjà fragilisée notamment pour la méfiance qui règne entre les États qui en font partie.

    Le mépris des Soudanais
    D’après le quotidien Al-Soudan Al-Youm, le mépris des soldats soudanais et les cruautés à leur encontre sont à l’origine de la colère des Soudanais. Les officiers émiratis traitent les soldats soudanais avec beaucoup de mépris afin de leur faire perdre la face. Ils sont traités de traîtres qui ne se battent que pour l’argent. Ils ne doivent en aucun cas discuter les ordres. Cette façon d’agir chercher surtout à atteindre et à blesser la fierté des soldats soudanais. Des soldats dont les autorités prétendent qu’ils se battent au Yémen pour défendre les saints mausolées de ce pays. 

    Les militaires soudanais, les plus grandes victimes de la guerre au Yémen
    Le montant de leurs revenus, mais aussi les retards dans les paiements peuvent également être considérés comme source de la vague de colère chez les militaires soudanais. Parmi eux certains n’ont pas été payés depuis des mois. 

    La manière dont sont traités les soldats soudanais qui se trouvent au Yémen, a conduit ces derniers vers la colère. Las, ces derniers préfèrent désobéir que d’être humiliés de la sorte. C’est pourquoi ils demandent à être rapatriés. Une revendication qui résulte d’une colère au bord de l’explosion et qui prédit que la défaite de la coalition saoudienne au Yémen n’est plus très loin.

    #guerre #Yémen #arabie_saoudite #Soudan #mercenaires #racisme #Salombo #Moyen-Orient


  • “Israel needs him.” Netanyahu presses Trump to save Mohammed bin Salman - International News
    http://www.tellerreport.com/news/--%22israel-needs-him-%22-netanyahu-presses-trump-to-save-mohammed-bin
    http://www.aljazeera.net/file/GetImageCustom/8fdd25a0-2599-494b-b477-f18a4ce4e5f8/1200/630

    Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu asked US President Donald Trump in a telephone conversation not to touch Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman after the killing of journalist Jamal Khashoggi, the Israeli expert on Arab affairs, Jackie Khoji, said.

    “The Israeli request from Washington means that Riyadh for Tel Aviv is a strategic treasure, and that Netanyahu volunteered to save Mohammed bin Salman means that Israel needs him,” Khuji said in an article published on Saturday in Maariv newspaper. “To the Secretary General of the UAE, As well as to the Bahrainis and other leaders.”

    http://www.aljazeera.net/news/politics/2018/12/9/%D9%85%D8%B9%D8%A7%D8%B1%D9%8A%D9%81-%D9%86%D8%AA%D9%86%D9%8A%D8%A7%D9%87

    #israël #mbs


  • POURPARLERS INTERYEMENITES : UNE "OCCASION CRUCIALE POUR PARVENIR A LA PAIX" (Le Monde Arabe-2018-12-07)

    "Les délégations houthistes et yéménites se retrouvent à Stockholm, en Suède, pour tenter de mettre un terme à la guerre.

    Cela faisait plus de deux ans que les parties ne s’étaient pas rencontrées. Autour d’une table et pour parler de la paix, du moins. Hier, Martin Griffiths, l’envoyé spécial des Nations unies (ONU) pour le Yémen, a souligné l’ « étape importante » que constituait « la reprise aujourd’hui d’un processus politique, après deux ans et demi sans convocation d’un processus politique formel, entre les deux délégations ». D’après le diplomate, qui a tout fait pour convaincre les rebelles Houthis et le gouvernement yéménite de la nécessité d’une entrevue, après les échecs de 2016 et, plus récemment, de septembre 2018, la rencontre de Stockholm (Suède) prouve que les deux parties sont prêtes à se réunir « au nom d’une solution politique pacifique au conflit ».

    « Solution politique »

    Celles-ci ont réclamé, ces dernières semaines, une désescalade de la violence, cristallisée autour de la ville d’Hodeïda (ouest), aux mains des Houthis mais assiégée depuis plusieurs mois par la coalition arabe qui épaule l’armée du président yéménite, Abd Rabo Mansour Hadi, en exil à Riyad. Après une période de cessez-le-feu d’une dizaine de jours, les combats ont repris, fin novembre, alors même que Martin Griffiths se trouvait sur place pour s’entretenir avec les belligérants. Qui, selon l’ONU, doivent absolument s’entendre sur une cessation durable des hostilités, 70 % des importations du Yémen (alimentation, humanitaire, santé…) transitant par le port d’Hodeïda, alors que le pays affronte « la pire crise humanitaire du monde ».

    Samedi dernier, Mark Lowcock, le responsable onusien des affaires humanitaires, a d’ailleurs alerté sur la détérioration alarmante de la situation au Yémen, où plus de 80 % de la population a besoin d’une aide humanitaire (soit près de 24 millions de personnes). Le pays, qui « n’a jamais été aussi proche de la famine » selon lui, est également celui « qui aura le plus gros problème en 2019 », entre l’insécurité, le conflit, la pauvreté mais également la mauvaise adaptation aux changements climatiques. Un « fardeau » que le « peuple yéménite porte depuis bien trop longtemps », a estimé hier Margot Wallström, la ministre suédoise des Affaires étrangères, qui s’attend à « des jours importants ».

    Martin Griffiths, de son côté, a estimé que « la barre est élevée » pour réussir les pourparlers de Stockholm. Tout en rappelant l’ « occasion cruciale » qu’ont les parties réunies en Suède de donner une impulsion au processus de paix et d’avancer vers un accord global. En commençant donc par l’arrêt des combats. « Une telle réduction de la violence et la retenue sur le champ de bataille ont un impact significatif sur la vie des Yéménites, et envoient également le message à la population que nous sommes ici avec la ferme intention de recherche une solution politique », a effectivement indiqué l’envoyé spécial de l’ONU. Qui s’est d’ores et déjà réjoui que les parties s’entendent sur un échange de plusieurs milliers de prisonniers ; un acte « d’une importance capitale pour des milliers de familles » selon lui.

    Appel de fonds

    La question économique devrait également être abordée à Stockholm, alors que tous les voyants nationaux sont au rouge – ou presque. La chute vertigineuse du riyal – qui s’échangeait avant la guerre à 220 riyals pour 1 dollar, aujourd’hui à 725 riyals pour 1 dollar – a fait grimper en flèche le prix des denrées de première nécessité. Au premier rang desquelles la nourriture, déclenchant ainsi une crise alimentaire, alors que « 240 000 personnes vivent dans des conditions catastrophiques, similaires à une famine », a indiqué l’ONG Care, se basant sur le dernier rapport de la plateforme humanitaire IPC (Integrated Phase Classification) publié hier.
    Alors qu’en septembre dernier, l’ONG Save the Children avait déjà fait le lien entre guerre et famine au Yémen, « ce rapport doit être un électrochoc pour le monde entier, estime Johan Mooij, le directeur de Care au Yémen. La flambée des prix des denrées alimentaires et l’insécurité sont telles que de nombreuses familles passent souvent plusieurs jours sans manger. Dans certaines régions, les gens achètent une cuillère d’huile à la fois car ils n’ont pas les moyens d’acheter plus ». En trois mois, révèle Care, les prix de l’huile ont effectivement augmenté de 215 %, quand celui d’un kilo de riz équivaut à 65 % du revenu quotidien d’une personne. Des rapports, absurdes mais alarmants, qui ont poussé les Nations unies à annoncer le plus grand appel de fonds jamais lancé : 4 milliards de dollars pour venir en aide à la population yéménite.
    Cette dernière pourra-t-elle compter sur une entente entre Houthis et gouvernement yéménite, pour mettre fin, dans un premier temps, à la violence ? Selon Samah Mohamed, historienne et spécialiste du Yémen, « il ne fait aucun doute que la paix au Yémen est étroitement liée aux intérêts des pays régionaux et internationaux » – l’Iran, bête noire des Saoudiens, aidant de loin les rebelles Houthis. Toutefois, pour l’heure, seuls les acteurs locaux sont invités à participer aux pourparlers de l’ONU ». D’autres, comme les groupes terroristes Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) et l’organisation Etat islamique (EI), ne sont évidemment pas représentés. Et pourraient poser problème au processus de paix, certains groupes salafistes s’opposant aux Houthis (chiites)."


  • La fonction pétrolière assignée à son protectorat saoudien par l’Amérique, par Gilbert Achcar dans Al-Quds Al-Arabi - Actuarabe
    http://actuarabe.com/la-fonction-petroliere-assignee-a-son-protectorat-saoudien-par-lamerique

    L’Arabie saoudite remplit une fonction pétrolière décisive pour l’hégémonie mondiale américaine : Riyad peut influencer les prix mondiaux du pétrole comme aucun autre Etat, en raison de ses réserves considérables et du fait qu’elle soit un des premiers exportateurs de pétrole au monde. L’Arabie saoudite est aussi le plus riche des grands exportateurs en ce qui concerne le revenu pétrolier par habitant. Toutes ces données permettent à l’Arabie saoudite de faire preuve d’une grande souplesse pour supporter la baisse des prix du pétrole suite à l’augmentation des exportations, ou baisser les exportations pour faire monter les prix.


  • COMMENT LES DIRIGEANTS ARABES BASCULENT-ILS DANS LA DICTATURE ?
    (Le Monde Arabe-Sébastien BOUSSOIS-2018-12-03

    A entendre parler tous les jours de Mohamed ben Salman, depuis les débuts de l’affaire Khashoggi et la prise de conscience internationale (tardive) de la guerre menée contre le Yémen depuis quatre ans, on finit par oublier qu’à une époque, le jeune leader saoudien était moins présent dans les médias. Non pas que ces derniers saturaient, mais il y a quelques mois, personne ne savait où avait disparu le prince héritier saoudien, après la fusillade violente survenue le 21 avril 2018, dans son palais à Riyad. Pendant plus d’un mois, celui que l’on surnomme MBS s’était claquemuré, de quoi générer toute sorte de spéculations hasardeuses. Du moins, les médias occidentaux le pensaient-ils.

    Prix du trône

    Certains titres de presse affirmaient ainsi que le fils du roi Salman avait été touché mortellement. Tandis que, pour d’autres, la purge du Ritz-Carlton, fin 2017, avait généré encore plus d’ennemis, pour le prince héritier, qu’auparavant dans ses propres rangs. Une telle attaque étant dès lors à prévoir. Depuis le selfie de MBS entouré de Mohamed VI et Saad Hariri, à Paris, plus aucune information ou preuve qu’il était toujours vivant n’avait émané d’Arabie saoudite. Pourtant, fin avril, il inaugurait le début des travaux de la Cité du Divertissement (Qiddya), un nouveau hub dédié à l’entertainement et à la culture à Riyad. Certaines sources diplomatiques, de leur côté, de renseigner que le 22 mai, MBS et le président français, Emmanuel Macron, avaient échangé par téléphone. Au sujet, surtout, de la crise générée par le retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien et de la guerre au Yémen.

    Le monde entier spéculait encore jusqu’au jour où un cliché de MBS avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi – qui aurait pu être pris n’importe où et n’importe quand… -, a ressurgi. Et calmé les esprits. L’Occident avait enfin retrouvé la trace du prince. Qui n’avait jamais, jusqu’alors, connu pareille menace. Cette attaque au palais a été, depuis, largement occultée. Mais c’est à cette époque, probablement, qu’il a commencé à développer un puissant sentiment de paranoïa, accompagné d’une dose de réflexe de survie et de protection de sa personne. A tout prix et coûte que coûte. Quitte à ne même plus hésiter à liquider ses adversaires les plus farouches, comme Jamal Khashoggi, dont il se « contentait » de faire les poches pour leur extorquer quelques milliards et les contrôler. Le prix du trône à venir ?

    Avidité de pouvoir

    Ce n’est pas la première fois, loin de là, qu’un dirigeant arabe suscite tant de convoitises, mais aussi de haines. Et se voit menacé de mort. Ce n’est pas la première fois non plus qu’un dirigeant arabe bascule dans la dictature, à partir du moment où il se sent physiquement directement menacé. Saddam Hussein, ancien président d’Irak, a lui aussi été la victime d’une tentative d’assassinat en 1996. Problème : dans le second cas comme dans le premier, comment avoir la certitude que de tels actes ont véritablement existé ?A l’époque, alors que la CIA cherchait à déstabiliser l’homme fort de Bagdad, l’argument du complot et de la tentative de meurtre revêtait un certain intérêt : justifier le renforcement de ses pleins pouvoirs. Qu’il n’avait pas hésité à utiliser, d’ailleurs, pour faire arrêter et exécuter plusieurs centaines d’officiers soupçonnés d’avoir participé au complot.
    MBS ne manque déjà pas de « proximité » avec l’ancien dirigeant irakien, qui se radicalisait un peu plus à chaque menace pesant sur son siège. Avidité de pouvoir, quête obsessionnelle de leadership régional, ingérence dans les affaires de ses voisins, persécution des chiites, chez eux au Bahreïn et au Yémen, etc. En prenant le pouvoir en 1979, le président-dictateur aspirait non seulement à faire de son pays la première puissance militaire du Moyen-Orient, mais également à devenir le leader du monde arabe. Et, comme le prince héritier aujourd’hui – qui a la main sur la défense et l’économie du royaume -, Saddam Hussein concentrait également tous les pouvoirs en étant chef d’Etat, chef de gouvernement et chef des armées.

    Capacités nucléaires

    La surenchère va bon train. Et plus MBS affiche un visage cynique, plus il continue à être invité partout, semble-t-il. La preuve : son récent circuit diplomatique, fin novembre, pour tenter de faire oublier l’assassinat du journaliste saoudien et la guerre désastreuse au Yémen. Une véritable « résurrection », qui n’est pas sans rappeler celle du roi du Maroc Hassan II, après deux tentatives d’assassinat contre sa personne, en 1971 et 1972, lors de putschs ratés. Le monarque, père de l’actuel roi du Maroc, Mohammed VI, en sort renforcé, dans son culte de la personnalité notamment. Mais, revers de la médaille, la paranoïa envers toute opposition qui pourrait fomenter un complot contre lui le gagne. C’est le début des années de plomb (de 1970 à sa mort), où une violence et une répression sans précédent à l’égard de toute opposition sévira comme jamais. Et dépassera largement le cadre de la « disparition » de son opposant numéro 1, Mehdi ben Barka, en 1965.

    La crainte, à présent, est de voir MBS ressembler de plus en plus à Saddam Hussein. Effrayant, surtout lorsque l’on sait que certains seraient prêts à lui confier des capacités nucléaires – civiles pour commencer. Mais il n’est que le reflet de la personnalité de nombreux dirigeants arabes, qui ont fait de la personnalisation du pouvoir une marque de fabrique. Attenter au raïs, ainsi, c’est attenter au pays. Saddam Hussein et Hassan II en sont les preuves « vivantes ». Va-t-on marquer cette date du 21 avril 2018, sur le calendrier géopolitique du Golfe, comme le catalyseur de la dérive autoritaire du prince héritier, afin d’y mettre un terme ? Ou va-t-on, au contraire, y assister en simple spectateur – ce qui est le cas aujourd’hui ? Pour rappel, c’est ce sentiment de toute puissance qui a contribué à faire du Yémen « la pire crise humanitaire du monde », selon les Nations unies.


  • LES GUERRES DU YEMEN-(Le Monde Arabe-Sama Mohamed (2018-12-03)

    La présente tentative de paix n’aura aucune chance de réussir si l’ONU ne renouvelle pas sa lecture du conflit yéménite.

    Porté par la vague révolutionnaire du printemps arabe de 2011, le Yémen se trouve depuis en proie à des bouleversements profonds. Bien que la révolution yéménite soit parvenue à mettre fin au régime autocratique du président Ali Abdallah Saleh, le pays n’a pas réussi sa transition politique. Cet échec s’est traduit par une guerre sanglante qui oppose des acteurs locaux, avec l’interposition d’autres acteurs régionaux et internationaux. La dynamique de ce conflit pluriel a fait émerger un véritable « système de guerres » qui rend extrêmement complexe la scène yéménite.

    Au commencement était le printemps yéménite
    Entamé en janvier 2011, un soulèvement de la jeunesse yéménite aux aspirations progressistes et démocratiques va faire tomber le régime du président Saleh, au pouvoir depuis 33 ans. Malgré une terrible répression en mars 2011, la révolution yéménite gagne en force, attirant dans ses rangs les partis politiques majoritaires et plusieurs groupes sociaux. De plus en plus isolé face aux voix qui réclament son départ, Saleh capitule et accepte un plan élaboré par les États-Unis et le Conseil de la Coopération du Golfe. En novembre 2011, il démissionne et transmet ses pouvoirs à son vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi.

    En février 2012, Hadi, qui vient d’être élu président à la faveur d’un scrutin à candidat unique, forme un gouvernement d’unité nationale. Entre 2013 et 2014, une Conférence de dialogue national est organisée et aboutit à la formation d’une Commission constitutionnelle. En charge d’une nouvelle organisation de la vie politique yéménite, la Commission décide d’une réduction des pouvoirs présidentiels et d’un modèle étatique basé sur une structure fédérale composée de six provinces.

    Les Houthistes à l’offensiveMais cette configuration est rejetée par les Ansar Allah (les partisans de Dieu), communément appelés « les Houthistes ». Il s’agit d’un mouvement contestataire, qui se revendique du chiisme zaydite, établi à Saada, à l’extrême nord-ouest du pays. La région de Saada a été intégrée à la province d’Azal qui s’étend de Sanaa jusqu’au nord du pays. Or, les Ansar Allah exigent que Saada soit considérée comme une province à part entière au sein de l’État fédéral et réclament, en outre, un accès à la Mer rouge. Ce désaccord marque la fin du processus pacifique de transition post-révolutionnaire et plonge le Yémen dans un conflit long et douloureux.

    Craignant que l’histoire se répète et qu’ils deviennent les perdants de la révolution yéménite, les Ansar Allah font le choix de l’affrontement. Le 21 septembre 2014, ils renversent le gouvernement de Hadi et s’emparent de la capitale yéménite, Sanaa. Après cette victoire, les milices d’Abd al-Malik al-Houthi, son dirigeant actuel et, par ailleurs, frère du fondateur du mouvement continuent leur progression vers les autres régions yéménites.

    Avant la fin de l’année 2014, les Houthistes se trouvent à la tête d’une vaste étendue de territoires situés dans le nord du pays. Cette extension territoriale leur a donné accès à des lieux stratégiques, tel le port de Hodeïda, sur la côte Est, par lequel transite la majeure partie des importations yéménites (environ 70 %).

    Face à l’ampleur que prend la rébellion houthiste, l’ancien envoyé spécial de l’ONU, Jamal Ben Omar, tente de jouer les médiateurs. Hadi et les Houthistes signent un accord appelé « Accord sur la Paix et le Partenariat » garantissant une meilleure représentation des rebelles au sein d’un nouveau gouvernement.

    Mais, le 20 janvier 2015, les Houthistes rompent cet accord sous prétexte que certaines de ses clauses n’ont pas été respectées dans le projet constitutionnel qui venait d’être publié par le gouvernement de Hadi. Ils s’emparent du palais présidentiel et poussent Hadi à démissionner. Le 21 février 2015, Hadi, assigné à résidence par les Houthistes, parvient à s’enfuir. Il quitte Sanaa pour la ville portuaire d’Aden, d’où il abroge sa démission et forme une alliance anti-Houthistes. Dès lors, deux gouvernements dirigent le Yémen – l’un établi à Sanaa et l’autre à Aden.

    Une alliance de circonstance avec l’ex-Président Saleh
    À ce stade, les Houthistes, dont le projet politico-territorial est entretenu par des alliances fragiles et incertaines, tentent de resserrer leurs rangs. Dans cette conquête du pouvoir et du territoire, ils jouissent d’un réseau de soutien basé sur les deux pôles du zaydisme au Yémen – religieux et tribal.

    Il s’agit de l’ancienne aristocratie religieuse zaydite (descendants du prophète Mohammed appelés Hachémites ou Sayyids) et des tribus des hauts plateaux yéménites. Ces tribus se situent dans les territoires des alliés historiques de l’imamat zaydite au Yémen, les Hashid et les Bakil. Cependant, il est largement admis que l’ascension rapide des Houthistes n’aurait pu se faire sans l’alliance fondée avec leur ancien ennemi, le président destitué Saleh, l’instigateur des six guerres brutales (appelées les guerres de Saada) dont ils ont été les victimes entre 2004 et 2010.

    Bien que Saleh soit d’origine zaydite, son alliance avec les Houthistes aura été purement stratégique : il s’agit pour lui de revenir sur la scène politique yéménite. De même, les Houthistes ont fait preuve de pragmatisme avec cette alliance qui leur a permis d’accéder à d’importantes ressources militaires. Malgré sa destitution, Saleh a en effet conservé une grande influence sur l’armée nationale, en particulier sur les forces de la garde républicaine et les forces de la sécurité centrale.

    Al-Qaïda, Daech et les sudistes, des obstacles sur la route des Houthistes
    Cependant, la prise de pouvoir des Houthistes n’est pas acceptée par tous au Yémen, loin de là. Des groupes sunnites situés dans la mouvance du salafisme et liés au parti politique Islah (antenne locale des Frères musulmans) forment des poches de résistance dans certains territoires (à Marib, Jawf et Taiz).

    Les Houthistes sont également confrontés aux groupes terroristes d’al-Qaeda dans la péninsule arabique (Aqpa) et de l’État islamique au Yémen (Daech). Le premier est né, courant 2009, de la fusion entre al-Qaeda au Yémen et al-Qaeda en Arabie saoudite, tandis que le second a émergé dans le pays en 2015. Ces groupes tirent profit du chaos engendré par la guerre pour étendre leur influence. Les multiples attentats commis depuis le début du conflit visent à la fois les Houthistes et les partisans de Hadi, et causent de nombreuses victimes parmi les populations, tant chiites que sunnites.

    « La régionalisation de la guerre modifie en effet considérablement les modalités et l’expression du conflit yéménite. »

    La fuite de Hadi à Aden en février 2015 a déplacé le centre de gravité du conflit vers les régions du sud, foyer d’un autre groupe qui s’oppose aux Houthistes. Il s’agit des partisans du mouvement séparatiste sudiste appelé al-Harak. Né en 2007, ce mouvement regroupe une large coalition d’acteurs qui proclament, par des manifestations pacifiques, l’indépendance du Yémen du Sud (unifié avec le Nord en 1990). L’avancée des Houthistes vers Aden est très mal perçue par les populations sudistes, largement acquises à la cause séparatiste, et qui considèrent le régime de Sanaa comme un « occupant ». Ce fort sentiment régionaliste est exploité par Hadi et ses alliés pour freiner l’expansion territoriale des Houthistes.

    Face à l’avancée de ces derniers vers Aden en février 2015, Hadi demande en urgence l’intervention militaire de l’Arabie saoudite et se réfugie à Riyad, où il forme un gouvernement en exil. Les Houthistes, de leur côté, cherchent du soutien auprès de l’Iran. Dès lors, la guerre au Yémen entre dans une nouvelle phase, encore plus violente. La régionalisation de la guerre modifie en effet considérablement les modalités et l’expression du conflit yéménite.

    L’Iran et l’Arabie saoudite entrent en scène
    Pour écarter d’emblée toute ambiguïté, il faut rappeler que le conflit irano-saoudien qui se joue au Yémen est géostratégique et en aucun cas confessionnel (chiite/sunnite). Il s’agit d’une rivalité maritime autour de l’accès aux infrastructures portuaires de la zone qui s’étend du détroit d’Ormuz, dans le Golfe arabo-persique, au détroit de Bab Al-Mandab, dans le Golfe d’Aden.

    Avec la progression des Houthistes vers la ville d’Aden, en février 2015, le détroit de Bab Al-Mandab – par lequel transite 4 % de la demande mondiale en pétrole – risque de tomber entre les mains d’un groupe pro-iranien. Le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite lance alors l’opération militaire « Tempête décisive », en s’appuyant sur une coalition de neuf pays arabes et musulmans. Ses objectifs déclarés sont de mettre fin à l’offensive des Houthistes et de rétablir au Yémen le gouvernement de Hadi, reconnu comme légitime sur le plan international.

    Dans le but de constituer un camp anti-Houthistes et de disposer de troupes locales loyales à Hadi, la coalition arabe mise sur les affiliations tribales, religieuses et régionales, qui jouent un rôle crucial dans l’espace politique yéménite.

    « Le conflit irano-saoudien qui se joue au Yémen est géostratégique et en aucun cas confessionnel (chiite/sunnite) »

    D’une part, l’Arabie saoudite s’appuie militairement sur certaines tribus yéménites, notamment les Hashids, qui bénéficient de ses subventions depuis de nombreuses années. Après la révolution de 1962, un comité saoudien doté d’un budget de 3,5 milliards de dollars a ainsi été mis en place pour former un réseau de chefs tribaux yéménites fidèles au Royaume.

    D’autre part, les Émiratis, très investis dans la coalition arabe, instrumentalisent le sentiment régionaliste dans le sud du pays afin d’alimenter la guerre contre les Houthistes. Ils soutiennent, en mai 2017, la formation du « Conseil de transition du Sud » à Aden, qui proclame la sécession du sud du Yémen.

    Du côté de l’État iranien, si le soutien aux Houthistes est avéré, son impact sur le déroulement du conflit au Yémen reste limité. Au cours de la formation de leur mouvement, les Houthistes se sont inspirés des codes et slogans de la Révolution iranienne de 1979. Le mouvement a également connu un processus de renouveau, rapprochant le chiisme zaydite du chiisme duodécimain, doctrine de l’État iranien.

    Toutefois, l’influence la plus significative de l’Iran dans le conflit yéménite se manifeste au niveau militaire avec la fourniture aux Houthistes d’une certaine capacité balistique. Depuis 2015, en effet, ces derniers pilonnent les frontières méridionales de l’Arabie saoudite par des tirs de missiles et frappent des navires civils et militaires (saoudiens et émiratis) dans le Golfe au moyen de missiles anti-navires.

    La lutte antiterroriste, l’autre guerre du Yémen
    Mais la complexité du conflit yéménite va au-delà des clivages internes et des rivalités régionales en raison de la guerre antiterroriste qui se joue en arrière-plan. Les questions sécuritaires liées à la présence de groupes terroristes au Yémen ont donné une dimension internationale à cette guerre.

    Depuis 2011, les frappes ciblées menées par les drones américains contre les camps d’entraînement des groupes terroristes (Aqpa et Daech) au Yémen se sont intensifiées, notamment dans les régions de Marib, Shabwa, Baydha, Hadramaout et Abyan. Le rôle des Américains dans la guerre contre le terrorisme au Yémen remonte aux années 2000, à l’attaque de l’USS Cole dans le port d’Aden et aux attentats du 11 septembre 2001. Dans le conflit actuel, les États-Unis offrent également un soutien logistique aux forces émiraties, cibles de plusieurs attentats terroristes.

    Néanmoins, l’intervention de ces acteurs régionaux et internationaux dans la guerre yéménite n’aura que très peu modifié les lignes sur le champ de bataille. Certes, l’opération « Tempête décisive » a stoppé la progression des Houthistes vers les régions méridionales placées, depuis septembre 2015, sous le contrôle des forces gouvernementales. En revanche, les Houthistes maintiennent toujours leurs positions dans le nord du pays, et cela malgré la rupture de leur alliance avec Saleh, qu’ils ont fait assassiner le 4 novembre 2017.

    Face à l’apocalypse yéménite, des efforts de paix hors de propos
    Aujourd’hui, à l’heure où la guerre fait toujours rage, les appels à la paix se multiplient. Les quatre années du conflit yéménite ont entraîné une crise humanitaire sans précédent. Les chiffres sont effrayants : environ 10 000 victimes (dont 60 % de civils), 50 000 blessés, 3 millions de déplacés (sur une population estimée à 27 millions), 80 % de la population dépendant de l’aide humanitaire, 7 millions de personnes exposées au risque de famine et plusieurs milliers de morts dus au choléra. À cela s’ajoutent les crimes de guerres perpétrés par tous les acteurs du conflit, dont la destruction des infrastructures et du patrimoine matériel, l’enrôlement d’enfants dans les forces armées, etc.

    En outre, la polarisation du conflit yéménite autour des clivages tribaux, régionaux et religieux a accentué les antagonismes dans une société qui est déjà profondément divisée. Ces déchirures compliquent la mise en place du processus de pacification.

    Jusqu’à présent, aucune des parties au conflit au Yémen n’a donné la moindre indication quant à la possibilité d’une solution autre que militaire. Ainsi, aucun des pourparlers engagés par l’ONU depuis 2014 (en Suisse et au Koweït) n’ont abouti à un résultat.

    « Il ne fait aucun doute que la paix au Yémen est étroitement liée aux intérêts des pays régionaux et internationaux »

    Dernièrement, l’affaire Khashoggi a incité les hauts responsables des gouvernements américain, français et britannique à hausser le ton, appelant le Royaume saoudien à mettre un terme à la guerre au Yémen. Depuis, on assiste à certaines avancées dans le dossier yéménite. La coalition arabe vient ainsi d’accepter un cessez-le-feu en stoppant ses offensives sur le port de Hodeïda, assiégé depuis le mois de juin.

    Parallèlement, le nouvel envoyé spécial de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, a relancé le processus de paix en annonçant de nouveaux pourparlers en Suède dans les semaines à venir. Mais cette énième tentative de paix n’aura aucune chance de réussir si l’ONU ne renouvelle pas sa lecture du conflit yéménite.

    Il ne fait aucun doute que la paix au Yémen est étroitement liée aux intérêts des pays régionaux et internationaux. Toutefois, pour l’heure, seuls les acteurs locaux sont invités à participer aux pourparlers de l’ONU. Pire, la représentation dans ces discussions se limite aux Houthistes et au gouvernement de Hadi. Ils sont pourtant loin d’être les seuls acteurs influents au niveau local.

    Cette configuration de la paix est très réductrice et ne reflète en rien la réalité que les quatre années de conflit ont engendrée sur la scène yéménite en termes de rapports de force. Il est illusoire d’élaborer un plan de paix sans prendre en considération la pluralité des acteurs du conflit yéménite et des enjeux locaux, régionaux et internationaux qui s’y superposent.


  • Le Qatar annonce son départ de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/03/le-qatar-annonce-son-depart-de-l-organisation-des-pays-exportateurs-de-petro

    L’émirat du Golfe, qui devrait se retirer du cartel de l’or noir en janvier, est l’un des plus petits producteurs de l’OPEP et son influence y est limitée.

    L’annonce a surpris. « Le Qatar a décidé de se retirer comme membre de l’OPEP avec effet en janvier 2019 », a déclaré lundi 3 décembre le nouveau ministre de l’énergie de l’émirat, Saad Sherida Al-Kaabi. Le pays est membre depuis 1961 de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

    Cette décision résulte d’une réflexion sur les moyens de renforcer le profil international du Qatar et de préparer sa stratégie de long terme, largement axée sur l’industrie gazière, a expliqué M. Al-Kaabi. Le richissime émirat, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, est l’un des plus petits producteurs de l’OPEP et son influence y est limitée.

    Son annonce survient juste avant une réunion cruciale du cartel et de ses partenaires à Vienne, en Autriche, les 6 et 7 décembre, qui a pour objectif de trouver un accord sur une réduction de la production de pétrole. Les prix de l’or noir ont chuté de plus d’un quart depuis le début d’octobre, lorsqu’ils avaient atteint leur plus haut niveau en quatre ans. Doha a assuré cependant qu’il continuerait de respecter ses engagements, comme les autres pays qui ne font pas partie de l’OPEP.

    Le ministre de l’énergie qatari assure que ce départ n’est pas politiquement motivé. Mais le petit Etat de 2,6 millions d’habitants est en conflit ouvert avec ses voisins, dont l’Arabie saoudite, chef de file du cartel et l’un de ses cofondateurs. Depuis le 5 juin 2017, Riyad et ses alliés – les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte – ont tous coupé leurs liens avec Doha, l’accusant de soutenir des mouvements « terroristes », de se rapprocher de l’Iran et de saper la stabilité de la région.

    La seule frontière terrestre de la petite nation péninsulaire avait alors été fermée, sa compagnie aérienne publique interdite d’emprunter l’espace aérien des pays voisins, et ses citoyens expulsés de ces mêmes pays. Depuis plusieurs mois, le régime saoudien entretient également le flou autour d’un projet de canal maritime, percé parallèlement à sa frontière avec le Qatar, qui transformerait de facto l’émirat en île.


  • Macron-MBS : les yeux dans les yeux - Le Point

    VIDÉO. En marge du G20, le président français a interpellé le prince héritier d’Arabie saoudite pour lui envoyer, selon l’Élysée, un message de fermeté. Par Armin Arefi

    https://www.lepoint.fr/monde/macron-mbs-les-yeux-dans-les-yeux-30-11-2018-2275658_24.php

    C’était sans aucun doute l’invité le plus attendu du sommet du G20 à Buenos Aires. Pour son premier face-à-face avec des dirigeants occidentaux depuis l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS), soupçonné par la CIA d’avoir commandité le meurtre, se savait attendu au tournant par les chefs d’État et de gouvernement des vingt premières puissances mondiales.

    « J’aurai l’occasion indubitablement de l’évoquer [cette affaire, NDLR] avec le prince héritier en marge du sommet », avait d’ailleurs prévenu dès jeudi en Argentine Emmanuel Macron, alors que la France a déjà décidé de sanctionner 18 personnes en lien avec l’affaire, mais pas le prince héritier. « Je souhaite que les investigations apportent une clarté complète à la famille, aux proches et à la communauté internationale, et qu’il puisse y avoir une association de la communauté internationale », avait ajouté le président de la République. Pour l’heure, la justice saoudienne a inculpé 11 personnes – sur un total de 21 suspects – et requis la peine de mort contre 5 d’entre elles. Mais elle a totalement mis hors de cause le prince héritier. En outre, Riyad a fait savoir à la Turquie qu’il ne souhaitait pas qu’une enquête internationale soit ouverte sur cette affaire.

    Macron : « Je suis inquiet »
    Indéniablement, Emmanuel Macron a joint le geste à la parole. Dans une vidéo d’une minute, mise en ligne sur Twitter ce vendredi par le journal saoudien en langue anglaise Saudi Gazette (et supprimée depuis, NDLR), on aperçoit les deux dirigeants dialoguer jeudi en face à face dans l’espace d’accueil réservé aux chefs d’État. Visage fermé, le président français glisse quelques mots à l’oreille du prince héritier saoudien, visiblement sur la défensive. « Ne soyez pas inquiet », assure ce dernier, dont le sourire appuyé trahit un certain embarras. « Je suis inquiet », lui répond le chef de l’État français, alors que MBS lui tapote le bras gauche pour tenter de le tranquilliser.


  • Israeli cyber firm negotiated advanced attack capabilities sale with Saudis, Haaretz reveals

    Just months before crown prince launched a purge against his opponents, NSO offered Saudi intelligence officials a system to hack into cellular phones ■ NSO: We abide the law, our products are used to combat crime and terrorism

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-company-negotiated-to-sell-advanced-cybertech-to-the-saudi

    The Israeli company NSO Group Technologies offered Saudi Arabia a system that hacks cellphones, a few months before Crown Prince Mohammed bin Salman began his purge of regime opponents, according to a complaint to the Israel Police now under investigation.
    But NSO, whose development headquarters is in Herzliya, says that it has acted according to the law and its products are used in the fight against crime and terror.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    Either way, a Haaretz investigation based on testimony and photos, as well as travel and legal documents, reveals the Saudis’ behind-the-scenes attempts to buy Israeli technology.
    In June 2017, a diverse group gathered in a hotel room in Vienna, a city between East and West that for decades has been a center for espionage, defense-procurement contacts and unofficial diplomatic meetings.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    Arriving at the hotel were Abdullah al-Malihi, a close associate of Prince Turki al-Faisal – a former head of Saudi Arabia’s intelligence services – and another senior Saudi official, Nasser al-Qahtani, who presented himself as the deputy of the current intelligence chief. Their interlocutors were two Israeli businessmen, representatives of NSO, who presented to the Saudis highly advanced technology.

    >> Israel’s cyber-spy industry helps world dictators hunt dissidents and gays | Revealed
    In 2017, NSO was avidly promoting its new technology, its Pegasus 3 software, an espionage tool so sophisticated that it does not depend on the victim clicking on a link before the phone is breached.
    During the June 2017 meeting, NSO officials showed a PowerPoint presentation of the system’s capabilities. To demonstrate it, they asked Qahtani to go to a nearby mall, buy an iPhone and give them its number. During that meeting they showed how this was enough to hack into the new phone and record and photograph the participants in the meeting.
    The meeting in Vienna wasn’t the first one between the two sides. Prime Minister Benjamin Netanyahu has recently expressed pride in the tightening ties with Gulf states, with Israel’s strength its technology. The message is clear: Israel is willing to sell these countries security-related technologies, and they forge closer ties with Israel in the strategic battle against Iran.
    >> $6 billion of Iranian money: Why Israeli firm Black Cube really went after Obama’s team
    According to the complaint, the affair began with a phone call received by a man identified as a European businessman with connections in the Gulf states. On the line was W., an Israeli dealing in defense-related technologies and who operates through Cyprus-based companies. (Many defense-related companies do business in Cyprus because of its favorable tax laws.) W. asked his European interlocutor to help him do business in the Gulf.

    FILE Photo: Two of the founders of NSO, Shalev Julio and Omri Lavi.
    Among the European businessman’s acquaintances were the two senior Saudi officials, Malihi and Qahtani.
    On February 1, 2017, W. and the businessman met for the first time. The main topic was the marketing of cyberattack software. Unlike ordinary weapons systems, the price depends only on a customer’s eagerness to buy the system.
    The following month, the European businessman traveled to a weapons exhibition in the United Arab Emirates, where a friend introduced him to Malihi, the Saudi businessman.
    In April 2017, a meeting was arranged in Vienna between Malihi, Qahtani and representatives of Israeli companies. Two more meetings subsequently took place with officials of Israeli companies in which other Israelis were present. These meetings took place at the Four Seasons Hotel in Limassol, Cyprus, where Israeli cybercompanies often meet with foreign clients.
    >> Snowden: Israeli firm’s spyware was used to track Khashoggi
    The meetings were attended by W. and his son. They were apparently friendly: In photographs documenting one of them, W. and Qahtani are shown after a hunting trip, with the Saudi aiming a rifle at a dead animal.
    In the Vienna meeting of April 2017, the Saudis presented a list of 23 systems they sought to acquire. Their main interest was cybersystems. For a few dozens of millions of dollars, they would be able to hack into the phones of regime opponents in Saudi Arabia and around the world and collect classified information about them.
    According to the European businessman, the Saudis, already at the first meeting, passed along to the representatives of one of the companies details of a Twitter account of a person who had tweeted against the regime. They wanted to know who was behind the account, but the Israeli company refused to say.

    Offices of Israeli NSO Group company in Herzliya, Israel, Aug. 25, 2016Daniella Cheslow/AP
    In the June 2017 meeting, the Saudis expressed interest in NSO’s technology.
    According to the European businessman, in July 2017 another meeting was held between the parties, the first at W.’s home in Cyprus. W. proposed selling Pegasus 3 software to the Saudis for $208 million.
    Malihi subsequently contacted W. and invited him to Riyadh to present the software to members of the royal family. The department that oversees defense exports in Israel’s Defense Ministry and the ministry’s department for defense assistance, responsible for encouraging exports, refused to approve W.’s trip.
    Using the initials for the defense assistance department, W. reportedly said “screw the D.A.” and chartered a small plane, taking with him NSO’s founder, Shalev Hulio, to the meetings in the Gulf. According to the European businessman, the pair were there for three days, beginning on July 18, 2017.
    At these meetings, the European businessman said, an agreement was made to sell the Pegasus 3 to the Saudis for $55 million.
    According to the European businessman, the details of the deal became known to him only through his contacts in the defense assistance department. He said he had agreed orally with W. that his commission in the deal would be 5 percent – $2.75 million.
    But W. and his son stopped answering the European businessman’s phone calls. Later, the businessman told the police, he received an email from W.’s lawyer that contained a fake contract in which the company would agree to pay only his expenses and to consider whether to pay him a bonus if the deal went through.
    The European businessman, assisted by an Israeli lawyer, filed a complaint in April 2018. He was questioned by the police’s national fraud squad and was told that the affair had been transferred to another unit specializing in such matters. Since then he has been contacted by the income tax authorities, who are apparently checking whether there has been any unreported income from the deal.
    The European businessman’s claims seem to be substantiated by correspondence Haaretz has obtained between Cem Koksal, a Turkish businessman living in the UAE, and W.’s lawyers in Israel. The European businessman said in his complaint that Koksal was involved in mediating the deal.
    In a letter sent by Koksal’s lawyer in February of this year, he demanded his portion from W. In a response letter, sent in early March, W.’s attorney denied the existence of the deal. The deal had not been signed, the letter claimed, due to Koksal’s negligence, therefore he was due no commission or compensation of any kind.
    These issues have a wider context. From the claims by the European businessman and Koksal’s letter, it emerges that the deal was signed in the summer of 2017, a few months before Crown Prince Mohammed began his purge of regime opponents. During that purge, the Saudi regime arrested and tortured members of the royal family and Saudi businessmen accused of corruption. The Saudis also held Lebanese Prime Minister Saad al-Hariri for a few days in a Riyadh hotel.
    In the following months the Saudis continued their hunt for regime opponents living abroad, which raised international attention only when the murder of journalist Jamal Khashoggi in the Saudi Consulate in Istanbul came to light in October.
    It has recently been claimed that NSO helped the Saudi regime surveil its opponents. According to an article in Forbes magazine and reports from the Canadian cyber-related think tank Citizen Lab, among the surveillance targets were the satirist Ghanem Almasrir and human rights activist Yahya Asiri, who live in London, and Omar Abdulaziz, who lives in exile in Canada.
    These three men were in contact with Khashoggi. Last month, Edward Snowden, who uncovered the classified surveillance program of the U.S. National Security Agency, claimed that Pegasus had been used by the Saudi authorities to surveil Khashoggi.
    “They are the worst of the worst,” Snowden said of NSO, whose people he accused of aiding and abetting human rights violations.
    NSO’s founders and chief executives are Omri Lavie and Shalev Hulio. The company is registered in Cyprus but its development headquarters is in Herzliya. In 2014 the company was sold to private equity firm Francisco Partners based on a valuation of $250 million.
    Francisco Partners did not respond to Haaretz’s request for comment.
    In May, Verint Systems offered to buy NSO for $1 billion, but the offer was rejected. The company is awash in cash. Earlier this month all its employees went on vacation in Phuket, Thailand. Netta Barzilai, Lior Suchard, the Ma Kashur Trio and the band Infected Mushroom were also flown there to entertain them.
    The Pegasus system developed by NSO was a “one-click system,” meaning that the victim had to press on a link sent to him through phishing. The new system no longer requires this. Only the number of the SIM card is needed to hack into the phone. It’s unknown how Pegasus does this.
    Technology sources believe that the technology either exploits breaches in the cellphone’s modem, the part that receives messages from the antenna, or security breaches in the apps installed on a phone. As soon as a phone is hacked, the speaker and camera can be used for recording conversations. Even encoded apps such as WhatsApp can be monitored.
    NSO’s operations are extremely profitable.
    The company, which conceals its client list, has been linked to countries that violate human rights. NSO says its products are used in the fight against crime and terror, but in certain countries the authorities identify anti-regime activists and journalists as terrorists and subject them to surveillance.
    In 2012, NSO sold an earlier version of Pegasus to Mexico to help it combat the drug cartel in that country. According to the company, all its contracts include a clause specifically permitting the use of its software only to “investigate and prevent crime or acts of terror.” But The New York Times reported in 2016 that the Mexican authorities also surveilled journalists and lawyers.
    Following that report, Mexican victims of the surveillance filed a lawsuit in Israel against NSO last September. This year, The New York Times reported that the software had been sold to the UAE, where it helped the authorities track leaders of neighboring countries as well as a London newspaper editor.
    In response to these reports, NSO said it “operated and operates solely in compliance with defense export laws and under the guidelines and close oversight of all elements of the defense establishment, including all matters relating to export policies and licenses.
    “The information presented by Haaretz about the company and its products and their use is wrong, based on partial rumors and gossip. The presentation distorts reality.
    “The company has an independent, external ethics committee such as no other company like it has. It includes experts in legal affairs and international relations. The committee examines every deal so that the use of the system will take place only according to permitted objectives of investigating and preventing terror and crime.
    “The company’s products assist law enforcement agencies in protecting people around the world from terror attacks, drug cartels, child kidnappers for ransom, pedophiles, and other criminals and terrorists.
    “In contrast to newspaper reports, the company does not sell its products or allow their use in many countries. Moreover, the company greatly limits the extent to which its customers use its products and is not involved in the operation of the systems by customers.”
    A statement on W.’s behalf said: “This is a false and completely baseless complaint, leverage for an act of extortion by the complainants, knowing that there is no basis for their claims and that if they would turn to the relevant courts they would be immediately rejected.”


    • Par ailleurs,

      Some commentators predict that the Saudi crown prince is now so indebted to Trump that his support for the plan will be even more emphatic, but it’s more reasonable to assume that his newly-precarious hold on power will dissuade him from expressing emphatic support for a peace plan that is bound to enrage Palestinians as well as the proverbial “Arab street” in Riyadh, Mecca and other Arab cities.

      Netanyahu might actually welcome Saudi reticence that could help convince the Trump administration to hold off once again with its plan. The recent coalition crisis made it crystal clear that Netanyahu could be one of the first victims of his Washington BFF’s blueprint. Any peace plan published by the White House, even one viewed by Palestinians and the world as completely one-sided in Israel’s favor, will necessarily include relinquishment of territory, in East Jerusalem as well as the West Bank. It will be uniformly rejected by most of the Israeli right. Netanyahu is certainly loath to reject the fruit of Trump’s pro-Israel peace team’s labor, but anything less than a resounding “no” on his part could persuade even more voters to opt for parties to his right in the upcoming elections.

      The bottom line is that even the friendliest U.S. president in human history, as Netanyahu often describes him, is carrying a ticking time bomb that could soon blow up in the prime minister’s face. And as Netanyahu has recently learned from the botched military incursion in Gaza, the downing of the Russian plane and the horrid Khashoggi killing in Istanbul, unexpected developments can shake up the Middle East and demolish his image as its master manipulator. When lady luck thumbs her nose at the start of an election year, even the conventional wisdom about Netanyahu’s inevitable victory could dissipate in an instant, along with his hitherto-lauded grand strategies.


  • En pleine affaire Khashoggi, Donald Trump remercie l’#Arabie_saoudite - La Libre
    http://www.lalibre.be/actu/international/en-pleine-affaire-khashoggi-donald-trump-remercie-l-arabie-saoudite-5bf5621f

    « Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique —peut-être, peut-être pas ! », a dit Donald Trump dans un communiqué.

    #Etats-Unis #sans_vergogne


  • Top White House Official Involved in Saudi Sanctions Resigns - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/11/17/us/politics/trump-khashoggi-saudi-arabia.html

    A top White House official responsible for American policy toward Saudi Arabia resigned on Friday evening, a move that may suggest fractures inside the Trump administration over the response to the brutal killing of the dissident Jamal Khashoggi.

    The official, Kirsten Fontenrose, had pushed for tough measures against the Saudi government, and had been in Riyadh to discuss a raft of sanctions that the American government imposed in recent days against those identified as responsible for the killing, according to two people familiar with the conversations. Specifically, she advocated that Saud al-Qahtani, a top adviser to Crown Prince Mohammed bin Salman, be added to the list, and he ultimately was.

    Mauvais timing pour le renvoi de cette fonctionnaire de la Maison blanche en charge du dossier saoudien et qui souhaitait apparemment des sanctions : cela vient juste au moment des fuites sur le rapport de la CIA mettant en cause #MBS et, par dessus le marché, une vidéo (totalement invérifiable) se met à circuler montrant des morceaux choisis (!) du démantèlement (https://twitter.com/mazmbc/status/1063753281099325440)

    #gore de gore #arabie_saoudite #grand_jeu