city:sache

  • « Die Partei » bei der Europawahl : Protest der Privilegierten - Kultur - Tagesspiegel
    https://www.tagesspiegel.de/kultur/die-partei-bei-der-europawahl-protest-der-privilegierten/24387890.html

    Mais non, l’Allemagne n’a pas encore de mouvement cinq étoiles, pourtant la situation est assez grave pour occasionner des vannes graveleuses.
    http://www.klaus-meier.de/IMG/png/eu-wahl_2019_staerkste_parteien_deutschland.png?132/b285e40b27ada7f1fd28c9213f835c0fdfcc4c26

    Voici une image qui colorise l’Allemagne en fonction du parti le plus fort dans chaque circonscription électorale. La quasi totalité du pays est marquée par une forte droite. En Saxe et Brandebourg les crypto-fascistes AfD constituent la tendance politique la plus forte. Le graphique affiche en vert les villes de Berlin, de Hambourg et le Schleswig-Holstein au nord. Le parti social-démocrate conserve le statut de parti le plus fort dans la petite ville d’Aurich peuplée de frisons du nord , ces victimes notoires des moqueries du reste du pays. Les blagues Ostfriesenwitz sont les histoires belges d’Allemagne.

    Le trés conservateur Tagesspiegel n’a de solution pour resoudre l’énigme politique que d’assener des coups lettrés au parti qui n’est aucunement responsable pour les développements politiques. Il essaye de rappeller à l’ordre l’élu satirique Sonneborn qui vote systématiquement pour la moitié des propositions soumises au parlement européens et tout aussi systématiquement contre l’autre moitié.

    „Die Partei“ ist die Protestpartei der Privilegierten.

    Das zeigt auch das Wahlverhalten von Martin Sonneborn, der seit 2014 im Europaparlament sitzt und dort abwechselnd mit „Ja“ und „Nein“ stimmt. So geschehen am 1. März dieses Jahres, als es um ein Verbot der sogenannten Konversionstherapie ging. Sonneborn stimmte gegen das Verbot – weil es sein persönlicher Rhythmus gerade so vorsah. Dabei ist Konversionstherapie eine ziemlich ernste Sache. Zu den Methoden dieser Pseudo-Therapie, die Schwule und Lesben „umpolen“ soll, gehören neben Gesprächen und Beten auch Dämonenaustreibungen und Behandlungen mit Elektroschocks. Sie hinterlassen oft bleibende psychische Schäden, bis hin zum Suizid.

    In mehreren europäischen Ländern sind jetzt rechtsnationalistische Parteien stärkste Kraft geworden, die ebensolche Therapien befürworten. Die Lage ist zu ernst, als dass man weiterhin Satire auf dem Rücken von Minderheiten betreiben könnte. Sonneborn und Co. müssen jetzt Verantwortung übernehmen, wenn es schon ihre Wählerinnen und Wähler nicht tun. Sie sollten mit ihrem Wahlverhalten den rechten Parteien im Europaparlament etwas entgegensetzen und deutlich machen, dass es nicht peinlich ist, politisch für etwas einzustehen, sich gegen Rassismus oder Homofeindlichkeit zu engagieren. Vor den Wahlerfolgen von AfD, Rassemblement National oder Lega mag es einen Platz für eine Satirepartei im Europaparlament gegeben haben. Der Spaß ist vorbei.


    Martin Sonneborn et Nico Semsrott montrent qu’on peut gagner des élections avec seulement 2,4 pour cent des voix d’électeurs.

    P.S. Les autres fiefs social-démocrates sont Duisburg, Bottrop, Oberhausen, Gelsenkirchen, Unna, Schwalm-Eder-Kreis, Hersfeld-Rotenburg, Werra-Meißner-Kreis, Kassel, Salzgitter, Prignitz et Ostprignist-Ruppin . Dommage, ce sont des bleds qui ne pèsent pas lourd dans les processus de décisions politiques.
    cf. https://www.zeit.de/politik/deutschland/2019-05/wahlergebnisse-europawahl-hochburgen-daten

    #Allemagne #politique #droite

  • #Didier_Porte décortique la « méthode Praud »
    https://la-bas.org/5549

    Il est plus que praud-bable, ami abonné, que tu ignores tout du dénommé Pascal Praud, jusqu’à son existence, et que tu t’en portes à merveille. Sache néanmoins que ce plus superflu que réellement sulfureux personnage anime un programme quotidien de blablatage inutile et tous azimuts sur CNews, le canal bolloréen de désinformation continue, et que si tu es une femme, écolo donc bobo, de surcroît candidate aux européennes sur une liste très vaguement de gauche et un peu cucul la praline sur les bords (liste Glucksmann !), ça peut valoir le coup de s’y faire inviter.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Médias #Deuxième_Guerre_mondiale #Politique

  • #La_Vieille_Valette (30) : larmes et paillettes
    https://fr.squat.net/2019/05/09/la-vieille-valette-larmes-et-paillettes

    Toi qui t’apprêtes à aller, peut être, au Festivalette. Dans ce lieu mythique, magique, si beau au printemps ! Son valat, sa piscine, ses chemins champêtres où des mains agiles, ou pas, ont, dans tous les états et au son de la conque, créé, construit, façonné ce paysage onirique. Sache que c’est aussi comme tant d’autres […]

    #Cévennes

  • Le cauchemar de la réélection de #Trump et les moyens de le conjurer - éditions Agone

    http://blog.agone.org/post/2019/02/13/Quatre-ans-de-plus%C2%A0-Le-cauchemar-de-la-r%C3%A9%C3%A9lection-de-Trum

    Imaginons l’inimaginable. Imaginons la manière dont Donald Trump pourrait être réélu à la présidence des États-Unis. Il est certes très impopulaire, et c’est le plus grand bouffon que nous ayons jamais vu à la Maison-Blanche, mais il réussit à déshonorer sa fonction presque tous les jours…

    Il insulte notre intelligence avec ses fanfaronnades. Il s’appuie sur des stéréotypes raciaux et fait cause commune avec les bigots. Il a réussi à offenser d’innombrables gouvernements étrangers. Il n’a aucune idée de ce qu’un président est censé être ou faire et il ne sait pas (peut-être heureusement) comment gouverner. Parmi les rares choses qu’il a réussi à accomplir, presque toutes sont nocives.

    Eh bien, imaginez-le reconduit au pouvoir par une population enthousiaste, lui donnant quatre années supplémentaires pour insulter, offenser et adopter des mesures encore plus nocives. Sache, lecteur, que cela pourrait bien se produire. Nous savons que c’est possible parce que cela s’est déjà produit auparavant. Régulièrement, des présidents largement méprisés se font réélire. Des hommes considérés comme incompétents, insensibles, séniles ou racistes retournent au pouvoir, et sont même canonisés une fois qu’ils se sont retirés dans la lumière dorée du soleil couchant post-présidentiel, absorbés par le nettoyage de leurs pinceaux ou la peinture de portraits à l’huile [1].

    #populisme #extrême_doite #racisme

  • Rebondissement dans l’affaire Benalla : j’apprends seulement maintenant qu’il a fait son bac dans mon lycée, quelques années après, qu’il faisait rugby à l’UNSS et tout.

    Sache évidemment qu’un fonctionnaire se souvient : c’était un petit gars bien, pas très costaud, attachant, sur qui on pouvait compter. Et qu’il faisait du bon rugby fairplay. C’est fou et disproportionné tout ça, oui ma bonne dame.

    C’était le gros lulz du soir.

    #lol #Benalla

  • Il y a dans Slate une rubrique de conseils de couples qu’il m’arrive de lire de temps en temps. Mais celui ci me semble être vraiment un conseil pourris.
    « Je me rends compte que mon copain n’est pas tout à fait la personne qu’il m’a vendue » | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/163961/cest-complique-dalia-manque-communication

    Puis petit à petit, je me rends compte que mon copain n’est pas tout à fait la personne qu’il m’avait vendue lors de notre phase « lune de miel ». Il n’a plus grand-chose à me dire. J’essaie d’initier des sujets de mon côté sans succès. Quand je veux parler de notre couple, j’ai son attention mais ça vient toujours de moi. J’évoque des sujets d’actualité / livre / podcast / concept / qui ouvrent un débat ou un partage d’opinions. Je n’ai qu’un « hmmm » comme réponse ou une réponse banale qui clôt la conversation (morte-née).

    Du coup, avec les nouvelles amitiés que je me suis créées, j’essaie de combler ce vide conversationnel, mais j’aimerais tellement en avoir avec lui aussi... Pourtant je ne demande pas de philosopher tous les jours, juste de temps à autre, pour maintenir cette stimulation intellectuelle qui est, pour ma part, essentielle à une relation de couple. Lui parle passionnément de basket et de sport avec ses amis, de son boulot aussi, mais c’est tout. Il me disait avoir été militant dans sa jeunesse, avoir lu Marx et être communiste. Il a un master d’économie de la culture et pourtant je ne l’entends que très rarement parler ou évoquer des sujets autour de ça.

    Et chose très importante, j’ai aussi remarqué que lorsque nous étions en présence d’une tierce personne, soudainement il passait maître dans l’art de la conversation (poser des questions, relancer, bifurquer sur un autre sujet), ce qui me frustre énormément. J’ai de moins en moins envie de partager des choses avec lui parce que je sais d’emblée comment la conversation tournera... On n’a pas forcément les mêmes centres d’intérêts : j’adore lire, écrire, j’adore l’art et je suis curieuse de tout (j’ai été curieuse de son univers et quand j’ai constaté qu’il n’y avait pas de réciprocité, j’ai baissé les bras).

    Je ne sais plus quoi faire, j’ai déjà évoqué le sujet avec lui et il ne sait pas trop ce que j’attends de lui. Et je n’ai pas envie de le brusquer ni le blesser, de peur qu’il croie que je pense qu’il n’est pas intelligent à mes yeux –il est très intelligent avec une logique mathématicienne. Mais je ne sais pas si je vois un avenir avec lui. Je me demande si nos conversations se résumeront à la météo et à comment la baguette est cuite ce dimanche. Si nous avons des enfants, est-ce que les couches, biberons et autres joyeusetés rempliront mornement nos dialogues ? Est-ce une question de confiance en lui, a-t-il peur de ne pas être à la hauteur lors d’un débat ? Comment l’emmener petit à petit à faire taire cette crainte ? Ou sommes-nous incompatibles ?

    La réponse de Dalia qui anime cette rubrique est :

    C’est à chacun ou chacune d’accepter l’autre dans toutes ses facettes, dans toutes les situations de la vie, et de s’adapter à lui ou elle au mieux.

    Avoir un enfant veut effectivement dire que le transit du bambin deviendra un sujet de conversation mais cela ne veut pas dire que ce sera le seul, ou qu’il ne subsistera plus de complicité ou de magie. Comme au moment de préparer le mariage (si vous avez envie de vous marier), vous découvrirez qu’on peut tout à fait se disputer violemment autour de la couleur du tulle pour les baluchons de dragées. C’est trivial mais ça ne signifie pas que votre couple est morne et triste. La vie, c’est aussi les moments de repos, les moments d’épreuves, les moments de doute, les moments où on se sépare un peu pour mieux se retrouver. La lune de miel, c’est une chose mais c’est malheureusement un moment qui passe.

    Pour que le couple soit pérenne, il faut accepter de discuter de la cuisson de la baguette et même connaître éventuellement laquelle son conjoint préfère (parce que c’est une attention toujours appréciable). Il faut accepter que la fatigue empêche les discussions enflammées. Il faut accepter qu’il y a un temps pour tout. Et ça veut dire aussi organiser et planifier ce temps de détente à deux. Recréer la lune de miel en faisant garder les enfants quand on en a, en partant en vacances quand on en a les moyens ou juste en prenant un rendez-vous ensemble dans un café ou un bar pour casser le quotidien.

    Autre chose : votre épanouissement personnel ne dépend pas de votre conjoint. Je connais des couples très heureux qui n’ont absolument aucune passion en commun, mais ils ont des passions. Ils les vivent juste avec bonheur chacun de leur côté, en acceptant le temps et l’énergie que l’autre consacre à la sienne. C’est beau, dans un sens, d’accepter que l’autre soit heureux et épanoui sans soi. C’est une forme de confiance. Mais elle doit être réciproque.

    Je ne suis pas d’accord avec Dalia, alors je fait ma réponse ici :

    Chère Lucile,

    Tu as l’air d’avoir beaucoup de signaux d’alarmes enclenchés. A mon avis tu sais deja que tu veux partir. Si ton compagnon montre des signes aussi forts de domination patriarcale au bout de quelques mois, prend ton autonomie. Vu comment tu le décrit, cet homme n’a pas grand chose pour conservé ton intérêt. Mentalité froide mathématique, basket et foot avec les potes, constipation sentimentale et comportement sexiste... qu’est ce qui le rend encore attractif à tes yeux ?

    je te conseil de lire cette étude sur "La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation" ; https://seenthis.net/messages/634549
    Qui détaille les méthodes de domination sexiste qu’utilise ton compagnon.

    Il t’a fait croire qu’il s’intéressait à ton intelligence alors qu’en fait ce n’est pas du tout ce qui l’intéresse. A quoi s’intéresse t’il chez toi si c’est pas ton intelligence ? Maintenant qu’il pense que tu lui est acquise, puisque coincé à son domicile, tu remarque que ce qui occupe ton esprit ne l’intéresse absolument plus. Si en plus c’est "un constipé des émotions ", je voie pas trop comment l’affectivité pourrait dépassé à nouveau le niveau de ses couilles ou de son estomac. Si tu remarque en plus une forte difference dans son attitude vis à vis de toi lorsqu’il est en publique ca ne risque pas de s’améliorer avec le temps. Sans présumé que c’est son cas, c’est une technique d’emprise des personnalité perverses. Si il commence à vouloir te coupé de tes proches et se plaindre de tes ami·es ou/et ta famille ca serait l’étape suivante de l’instauration d’un climat d’emprise mentale.

    Pour le fait qu’il ai changé d’attitude au retour de ses vacances de deux mois avec ses potes. Il est possible qu’il ai couché avec d’autres femmes pendant ses vacances. C’est peut etre pas ca, mais c’est une éventualité à prendre en compte, surtout qu’en non-mixité les hommes surenchérissent souvent dans les démonstration de virilisme. Le "don juanisme" en fait partie.

    Sache qu’il y a des indices pour présumer qu’une fois qu’il t’aura mise en cloque il te laissera croupir dans les couches sales pendant qu’il restera au boulot jusqu’a 22h. Puisqu’il se révèle déjà comme un macho ordinaire. Il est même possible qu’une fois enchainée à lui par une grossesse tu découvre d’autres aspects de sa personnalité que tu ignorais. Les violences dans le couple commencent la plus part du temps au moment de la première grossesse. https://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/08/les-femmes-enceintes-plus-souvent-touchees-par-les-violences-conjugales_4379

    Phénomène méconnu, les violences faites aux femmes augmentent durant la grossesse. Selon les rares études disponibles sur ce sujet, pour 20 % à 40 % des femmes victimes de violences conjugales en France, la maltraitance physique a commencé alors qu’elles étaient enceintes.

    Peut être qu’il ne se montrera jamais violent, si tu persévère avec lui j’espère pour toi qu’il ne le sera jamais. Si tu ne veux pas te séparé de lui, je te conseil quand même de chercher une solution de logement pour pouvoir poursuivre tes études et ne plus être dépendante matériellement de cet homme. Si tu veux continué une relation sentimentale avec lui peut être que la décohabitation le remettra sur le mode "lune de miel" que tu apprécie.

    Dalia parle de mariage, de mon coté je voie pas trop l’intérêt de la chose. Tu as des difficultés dans ton couple, le mariage n’est absolument pas à l’ordre du jour ! Le mariage ca à peut être un intérêt fiscal ou administratif lorsqu’il y a des enfants à cause du sexisme d’état, mais sinon ca serait bien de pas valorisé ce rituel d’asservissement des femmes.

    Pour les enfants, tu as l’air jeune, tu commence tes études. C’est à toi de voire mais ca me semble pas très urgent et surtout avec ce mec là.

    Si être en couple est important pour toi, je suis certaine qu’il y a des hommes qui s’intéresseront sincèrement à ton esprit et qui sont capable d’exprimer leurs sentiments.

    Il y a peut être des couples très heureux qui ne partagent absolument rien sur le plan intellectuel comme le dit Dalia, mais je pense qu’il s’agit de personnes pour qui l’intellect n’a pas d’importance ce qui ne semble pas être ton cas. J’imagine que ces couples ont au moins la capacité à exprimé leurs sentiments. Ce qui ne semble pas être le cas pour toi. Il reste le sexe mais est-ce suffisant pour justifié une cohabitation, un mariage, des gosses avec un homme blasé qui te saoul déjà ? Vu que son cerveau est tombé en panne depuis que tu habite chez lui, va savoir si sa libido ne fera pas la même chose une fois que tu sera devenu la mère sacrée de sa progéniture.

    Bon courage à toi quelque sois ta décision.
    Sororalement,
    mad meg

  • Plongée dans la tête des kamikazes

    Après chaque attentat commandité ou inspiré par l’Etat islamique (EI), l’organisation publie un message de revendication exposant ses éléments de langage. Elle y martèle l’idée que ses opérations extérieures constituent une réponse aux bombardements de la " coalition internationale " en Syrie et en Irak, qui fragilisent son assise territoriale et la subsistance même du -" califat " autoproclamé.

    Cette lecture, parfaitement encadrée par ses organes de propagande, constitue l’argument central de l’EI pour légitimer les attentats de Paris, Bruxelles, Manchester ou Londres, et susciter de nouvelles vocations. Mais comment les candidats au martyre intègrent-ils ce mot d’ordre ? Comment justifient-ils auprès de leurs proches le mas-sacre de civils ? Quels sont les ressorts qui les convainquent, in fine, de sacrifier leur vie à cette cause ?

    Le Monde a analysé la façon dont les terroristes de Paris et de Bruxelles avaient justifié leurs missions en confrontant des lettres laissées à leurs proches, les déclarations des rares membres de cette cellule à avoir été interpellés et des éléments de propagande. Entre considérations géopolitiques, impératifs religieux et rêveries mystiques, leurs propos forment un tissu complexe décrivant le processus de fabrication d’un kamikaze.

    Un argumentaire ambigu, dans lequel le " djihad défensif " glisse insensiblement vers sa version offensive, la protection des musulmans désinhibant le désir d’une victoire finale de l’islam contre la " mécréance ". Sur cette base idéologique martelée par la propagande de l’EI se greffent des causes plus intimes : un sentiment de culpabilité qui, transcendé par la promesse d’un au-delà purificateur, achève de les convaincre de consentir au sacrifice ultime.

    Parmi les documents retrouvés par les enquêteurs figurent trois lettres manuscrites adressées par Salah Abdeslam à sa mère, à sa sœur et à sa petite amie. Les policiers ont également exhumé d’un ordinateur des fichiers enregistrés par les frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, qui se sont fait respectivement exploser à l’aéroport de Zaventem et dans le métro de Bruxelles, le 22 mars 2016. Là encore, les kamikazes s’adressent à des femmes : mère, sœur et compagne.

    Le " djihad défensif " : la défense des opprimés

    Le document le plus élaboré de cette correspondance est un enregistrement sonore de trente-trois minutes, réalisé par Ibrahim El Bakraoui, intitulé" Pour ma mère ". Dans ce message posthume, l’aîné de la fratrie anticipe les condamnations de responsables religieux et présente le djihad comme une réponse à l’oppression dont seraient victimes les musulmans.

    " Donc voilà, maman, tu vas entendre tout et n’importe quoi de la part des gens, donc je voudrais clarifier une ou deux situations (…). Il y a des personnes qui ont des barbes de deux mètres, qui connaissent Ie Coran par cœur, voilà, qui pratiquent, euh, l’islam on va dire ça comme ça. Mais ils mentent sur Allah et son Messager (…). Ils vont nous traiter de monstres, euh, de non-musulmans. Malgré qu’on n’a pas de science, malgré qu’on connaît pas le Coran par cœur, On a un cœur qui vit et (…) lorsqu’on voit les musulmans qui sont persécutés depuis des décennies (…) et que ces gens-là n’ont jamais déclaré le djihad dans le sentier d’Allah, mais qu’ils se permettent de critiquer les gens qui combattent, (…) notre rendez-vous avec eux le jour de la résurrection et devant Allah, exalté soit-il, on verra les arguments qu’ils vont avancer. "

    L’engagement djihadiste d’Ibrahim El Bakraoui, tel qu’il l’exprime, trouve son origine dans un sentiment de révolte et d’humiliation. A en croire les déclarations aux enquêteurs d’un de ses complices, Mohamed Abrini, cette colère sourde préexistait à la création de l’EI. " Ce genre de détermination, je l’avais déjà avant quand je voyais le massacre en Palestine ", explique le seul membre du commando à ne pas avoir déclenché sa bombe à l’aéroport de Bruxelles.

    Ce sentiment d’impuissance face aux souffrances des musulmans a atteint son acmé avec le déclenchement de la guerre civile syrienne. Il trouvera concomitamment une issue avec la proclamation du " califat ", le 29 juin 2014, perçu comme une promesse de réparation des humiliations passées.

    Dans son message à sa mère, Ibrahim El Bakraoui présente ainsi l’EI comme un espoir de revanche historique : " Maintenant, nous, gloire à Dieu, depuis des centaines d’années, on a perdu l’Andalousie, on a perdu la Palestine, on a perdu, euh, tous les pays musulmans en fait, l’Afghanistan, l’lrak, la Syrie, le Maroc, il est gouverné par un tyran, la Tunisie, l’Algérie tous les pays, gloire à Dieu, il y a un Etat islamique qui a été créé. "

    Cette fierté retrouvée de l’oumma (la communauté des musulmans), près d’un siècle après l’abolition du dernier califat ottoman, en 1924, Khalid El Bakraoui tente de l’expliquer à son épouse dans une lettre d’adieu manuscrite : " Sache Nawal qu’il y a toujours eu des Etat islamique. Le dernier a été detruit début des annes 1920, mais ensuite les gens ont abandonner le djihad et Allah depuis n’a cesser de nous humilier (…) Mais aujourd’hui nous avons un Etat islamique qui a remporter beaucoup de victoir. "

    Les promesses du nouveau " califat " seront rapidement contrariées, deux mois seulement après sa création, par la formation d’une coalition internationale visant à endiguer sa propagation. Les membres de cette offensive militaire deviennent aussitôt une cible privilégiée de l’EI. A compter de cette date, l’organisation multiplie les appels à frapper les pays occidentaux, au premier rang desquels la France.

    Cette lecture des attentats comme une réponse aux bombardements est développée devant les enquêteurs par Osama Krayem, qui affirme avoir renoncé à la dernière minute à déclencher sa bombe dans le métro de Bruxelles : " Tant qu’il y aura des coalitions et des bombardements contre l’Etat islamique, il y aura des attentats. Il y aura une riposte de la part de l’Etat islamique. Ils ne vont pas offrir des fleurs ou du chocolat ", explique-t-il.

    " Le “djihadisme”, comme vous l’appelez, moi j’appelle cela l’islam ", insiste-t-il, avant de présenter le meurtre d’innocents comme une réponse aux victimes civiles de la coalition : " C’est triste parfois de dire qu’on peut faire la même chose à une population parce que leur gouvernement fait la même chose avec notre population. Les civils en Syrie, ce ne sont pas des combattants. C’est là que l’Etat - islamique - dit : “Œil pour œil et dent pour dent”. "

    Si le nombre de civils tués par la coalition en Irak et en Syrie est impossible à établir de façon précise, il a été estimé par l’ONG indépendante Airwars dans une fourchette comprise entre 3 530 et 5 637 victimes depuis le début de l’intervention, en août 2014. Cette réalité est abondamment exploitée par les cercles djihadistes sur les réseaux sociaux – photos de corps déchiquetés à l’appui – pour justifier la campagne d’attentats visant l’Occident.

    Le djihad " offensif " : la soumission des mécréants

    Cette approche " militaire " du djihad défensif permet aux sympathisants de l’EI de tuer sans remords : ils ne se vivent pas comme des terroristes, mais comme des soldats. A les lire plus en détail, cependant, le mobile affiché de leur combat dérive insensiblement vers une issue plus radicale : la soumission des mécréants.

    C’est là que se glissent toute l’ambiguïté et la perversité de l’idéologie de l’EI. L’argument humanitaire sert à toucher au " cœur " les nouvelles recrues ; la propagande fait ensuite son œuvre pour les transformer en armes de destruction. Dans les lettres laissées par les kamikazes, le sentiment d’une fierté retrouvée des musulmans glisse systématiquement vers un désir de conquête.

    " Donc nous les musulmans, l’islam, c’est une religion de paix, comme ils ne font que le répéter, explique Ibrahim El Bakraoui à sa mère. Mais les musulmans, c’est pas des serpillières. Les musulmans, quand tu leur donnes une claque, ils te donnent pas l’autre joue, au contraire, ils répondent agressivement ", poursuit-il, avant de conclure sur cet avertissement : " Tant que la loi d’Allah elle n’est pas respectée, les musulmans, ils doivent se lancer de toute part et combattre pour l’islam. "

    Il développe ensuite le sentiment profond qui sous-tend son engagement : " Ces gens-là,on doit avoir une haine envers eux parce que ce sont des mécréants. Ils veulent pas croire en Allah (…). Premièrement, on doit les détester, et deuxièmement, on doit leur faire la guerre (…). En fait, une fois qu’on aura le dessus sur eux, là on leur propose les trois conditions : soit ils acceptent l’islam, soit ils payent la jizya - taxe imposée aux gens du Livre - , c’est-à-dire qu’ils s’humilient de leurs propres mains, comme Allah, exalté soit-il, a dit dans le Coran, soit ils nous combattent. "

    L’extension du " djihad défensif " – initialement cantonné à la défense des terres musulmanes – à des attaques visant des pays non musulmans n’a pas toujours été de soi. Cette dérive a longtemps suscité un vif débat au sein de la mouvance djihadiste. Elle a été popularisée par Al-Qaida à la fin des années 1990, avant d’être adoptée et amplifiée par l’EI.

    " La défense des pays musulmans occupés a toujours fait consensus dans la mouvance djihadiste, explique Kévin Jackson, chercheur au Centre d’analyse du terrorisme. Les attentats hors du champ de bataille sont en revanche plus difficiles à justifier d’un point de vue théologique et stratégique, et moins mobilisateurs en termes de recrutement. Les groupes djihadistes ont donc construit toute leur propagande autour du djihad défensif, y compris lorsqu’il s’agit de justifier des attentats dans des pays en paix. "

    Cette exportation du " djihad défensif " vers l’Occident sert aujourd’hui d’alibi à un " djihad offensif " qui ne dit pas son nom, l’objectif affiché de protection de l’islam devant, à terme, mener à sa propagation. Ce glissement a été formalisé par l’EI dans un article intitulé " Pourquoi nous vous haïssons, pourquoi nous vous combattons ", publié par l’organe de propagande Dabiq, en juillet 2016.

    L’article développe son titre en six points. Les trois premiers ont trait à la nature de l’Occident : " Nous vous haïssons, d’abord et avant tout parce que vous êtes des mécréants " ; " Nous vous haïssons parce que vous vivez dans des sociétés libérales et sécularisées qui autorisent ce qu’Allah a interdit " ; " Pour ce qui concerne la frange athée, nous vous haïssons et vous faisons la guerre parce que vous ne croyez pas en l’existence de notre Seigneur ". Les trois points suivants font référence aux actions prêtées à l’Occident : les " crimes contre l’islam ", les " crimes contre les musulmans " et " l’invasion " des terres musulmanes.

    La liste se conclut sur cette clarification : " Ce qu’il est important de comprendre ici, c’est que même si certains assurent que votre politique extérieure est à l’origine de notre haine, cette cause est secondaire, raison pour laquelle nous ne l’exposons qu’en fin de liste. En réalité, même si vous cessez de nous bombarder, de nous emprisonner, de nous torturer, de nous diffamer, de prendre nos terres, nous continuerons à vous détester parce que la cause principale de cette haine ne cessera pas tant que vous n’aurez pas embrassé l’islam. "

    Le ressort psychologique : impuissance et culpabilité

    Ainsi la propagande de l’EI fait-elle insensiblement dériver ses soldats d’un combat humanitaire vers sa finalité totalitaire : l’annihilation de toute altérité. La seule paix envisagée est la Pax islamica. Ce basculement ne séduit cependant qu’une minorité de candidats, mettant en lumière les ressorts psychologiques propres au processus de radicalisation. Une dimension intime évidemment rejetée par les intéressés.

    " Quel était l’état d’esprit des El Bakraoui ?, demande à Osama Krayem la juge belge chargée de l’enquête sur les attentats de Bruxelles.

    – Ce sont des gens ordinaires. D’ailleurs lbrahim me disait que sans cette coalition, ces musulmans qui se font opprimer là-bas, il aurait eu une vie ordinaire avec des enfants. Je crois qu’à un certain moment il a changé de comportement. (…) Khalid El Bakraoui, sa femme, était enceinte. (…) Le terrorisme n’est pas une personnalité, en fait. Vous pouvez lire l’histoire des musulmans, à aucun moment ce sont les musulmans qui ont pris l’initiative d’attaquer ou de faire du mal. "

    Osama Krayem affirme que le terrorisme n’est pas " une personnalité ". Mais qu’est-ce qui a finalement convaincu Ibrahim El Bakraoui de renoncer à sa " vie ordinaire " et son frère Khalid d’abandonner sa femme enceinte pour se faire exploser ? Comme nombre de candidats au djihad, les frères El Bakraoui étaient des délinquants, très éloignés de la religion, avant leur conversion à l’islam radical.

    " Beaucoup de délinquants se sentent en réalité coupables, explique le psychanalyste Fethi Benslama, auteur d’Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman (2016, Seuil). Or, les religions monothéistes jouent sur la culpabilité. En arabe, religion se dit din, qui signifie “dette”. Leur entrée dans le djihad peut atténuer ce sentiment en leur offrant une cause. Il s’opère ensuite ce qu’on pourrait appeler un renversement moral de culpabilité : l’hostilité intérieure se transforme en hostilité extérieure et autorise l’agression d’autrui dans un sentiment de toute-puissance. "

    A travers ses publications, l’EI ne cesse de jouer sur ce ressort à l’intention des musulmans vivant en Occident, leur reprochant de préférer le confort de leur vie matérielle au combat sur le sentier d’Allah. Une culpabilisation qui porte parfois ses fruits : " Maintenant, nous, comment on peut rester chez nous à la maison, manger et boire alors que les musulmans n’ont pas trouvé un morceau de pain, explique Ibrahim El Bakraoui à sa mère. Comment est-ce qu’on peut rester chez nous à la maison en train de dormir, faire comme si de rien n’était ? "

    Devant les enquêteurs, Mohamed Abrini a analysé, avec une distance étonnante, l’évolution de ses amis de quartier qui se sont fait exploser à Paris et à Bruxelles. Il explique comment une réalité perçue – l’injustice faite aux musulmans – s’articule avec des causes plus intimes dans l’engagement djihadiste.

    " Concernant leur changement d’attitude, je pense qu’une chose se passe chez beaucoup de jeunes avec tout ce qui se passe dans le monde. Ces gens-là n’ont jamais prié de leur vie, ils n’ont jamais été à la mosquée et ils ont perdu tout un temps à faire des péchés (…). Quand ilsrentrent dans la religion, pour moi ces gens-là veulent se rattraper. Ils veulent être plus musulmans que les vrais musulmans. Il y en a, ça leur travaille la conscience. Ils voient tous les péchés commis. Et ils savent que le martyre efface tous les péchés à partir de la première goutte de sang qui tombe sur le sol. "

    La voie du martyre : une place au paradis

    Parmi les membres de la cellule des attentats de Paris et Bruxelles, seuls trois candidats au martyre ont renoncé ou ont échoué à se faire exploser : Salah Abdeslam à Paris, Mohamed Abrini à l’aéroport de Zaventem et Osama Krayem dans le métro bruxellois. A en croire ce dernier, c’est leur plus faible religiosité qui serait susceptible d’expliquer ces échecs :

    " Salah Abdeslam et Abrini, ils ne sont pas au même niveau que les frères El Bakraoui, explique-t-il à la juge.

    – Que voulez-vous dire par “pas le même niveau” ?, demande la magistrate.

    – Je parle de la foi. C’est la foi qui pousse les gens à résister. Les gens qui atteignent un certain niveau dans la foi sont prêts à rentrer dans l’ennemi sans peur, et je crois que les frères El Bakraoui y étaient. Salah et Abrini je ne crois pas. Les frères El Bakraoui avaient atteint un certain degré dans la foi et étaient prêts à mourir. "

    Dans son message à sa mère, Ibrahim El Bakraoui évoque, avec force détails, l’histoire d’un compagnon du Prophète tué lors d’une bataille contre les " mécréants ". Ce récit mystique vise à lui faire comprendre que le martyr est " le bien-aimé d’Allah " et gagnera sa place au paradis : " Y a encore plein d’autres compagnons, on pourrait rester des heures à parler d’eux, mais pour que t’as un exemple, Hamza Abou Taleb, on l’appelle le lion d’Allah, Jafar Ibn Abou Taleb, on l’appelle l’homme aux deux ailes. Allah, exalté soit-il, va le doter de deux ailes au paradis car il a perdu ses deux bras dans une bataille et ainsi de suite, on en a plein, je te jure, on a en plein. "

    Si Salah Abdeslam ne s’est pas fait exploser à Paris, les trois lettres découvertes dans une planque du quartier bruxellois de -Forest, le 15 mars 2016, attestent de son intention de mourir en martyr. Nettement moins élaborés que ceux des frères El Bakraoui, ses courriers sont empreints d’un mysticisme rudimentaire. A sa sœur, il -explique que " cette vie d’ici-bas est un test " visant à départager le croyant, promis au paradis, de l’incroyant, voué à l’enfer : " Comment pourrai-je échanger cette vie d’ici-bas contre l’au-delà ? Le paradis est meilleur ", conclut-il.

    La lettre adressée à sa mère, longue de deux pages, comporte dix-sept mentions du mot " Allah "ou " Dieu " : " Si tu crois au destin tu comprendras qu’Allah m’a guidée et choisie parmi ses serviteurs, écrit-il. Dieu a acheté des croyants, leur personne et leurs biens, en échange du paradis (…) Allah dit aussi : “Et ne dites pas de ceux qui sont morts dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts, au contraire ils sont vivants mais vous en êtes -inconscients.” J’ai moi aussi pris ce chemin car il est celui de la Vérité. Qui s’en écarte aura pour refuge l’enfer. "

    La peur de l’enfer apparaît ici comme un levier décisif du passage à l’acte : c’est en payant de sa vie que le martyr s’acquitte de sa " dette " (" Dieu a acheté des croyants ") et accède à l’au-delà. Par son sacrifice, l’ancien pécheur devient l’élu. Loin de se réduire à un nihilisme, le djihadisme est une aspiration inquiète : le kamikaze ne désire pas tant le néant qu’une autre vie, augmentée, soulagée de l’angoisse du châtiment. En traversant une mort qui n’est qu’apparente, il accède à la " vérité ".

    Soren Seelow

    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2017/06/07/dans-la-tete-des-kamikazes_5139774_3224.html?h=11

  • Plongée dans la tête des kamikazes
    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2017/06/07/dans-la-tete-des-kamikazes_5139774_3224.html?h=11

    Le Califat, promesse de réparation historique

    Ce sentiment d’impuissance face aux souffrances des musulmans a atteint son acmé avec le déclenchement de la guerre civile syrienne. Il trouvera concomitamment une issue avec la proclamation du « califat », le 29 juin 2014, perçu comme une promesse de réparation des humiliations passées.

    Dans son message à sa mère, Ibrahim El Bakraoui présente ainsi l’EI comme un espoir de revanche historique : « Maintenant, nous, gloire à Dieu, depuis des centaines d’années, on a perdu l’Andalousie, on a perdu la Palestine, on a perdu, euh, tous les pays musulmans en fait, l’Afghanistan, l’lrak, la Syrie, le Maroc, il est gouverné par un tyran, la Tunisie, l’Algérie tous les pays, gloire à Dieu, il y a un Etat islamique qui a été créé. »

    Cette fierté retrouvée de l’oumma (la communauté des musulmans), près d’un siècle après l’abolition du dernier califat ottoman, en 1924, Khalid El Bakraoui tente de l’expliquer à son épouse dans une lettre d’adieu manuscrite : « Sache Nawal qu’il y a toujours eu des Etat islamique. Le dernier a été detruit début des annes 1920, mais ensuite les gens ont abandonner le djihad et Allah depuis n’a cesser de nous humilier (…) Mais aujourd’hui nous avons un Etat islamique qui a remporter beaucoup de victoir. »

    « Pourquoi nous vous haïssons »

    Cette exportation du « djihad défensif » vers l’Occident sert aujourd’hui d’alibi à un « djihad offensif » qui ne dit pas son nom, l’objectif affiché de protection de l’islam devant, à terme, mener à sa propagation. Ce glissement a été formalisé par l’EI dans un article intitulé « Pourquoi nous vous haïssons, pourquoi nous vous combattons », publié par l’organe de propagande Dabiq, en juillet 2016.

    L’article développe son titre en six points. Les trois premiers ont trait à la nature de l’Occident : « Nous vous haïssons, d’abord et avant tout parce que vous êtes des mécréants » ; « Nous vous haïssons parce que vous vivez dans des sociétés libérales et sécularisées qui autorisent ce qu’Allah a interdit » ; « Pour ce qui concerne la frange athée, nous vous haïssons et vous faisons la guerre parce que vous ne croyez pas en l’existence de notre Seigneur ». Les trois points suivants font référence aux actions prêtées à l’Occident : les « crimes contre l’islam », les « crimes contre les musulmans » et « l’invasion » des terres musulmanes.

    La liste se conclut sur cette clarification : « Ce qu’il est important de comprendre ici, c’est que même si certains assurent que votre politique extérieure est à l’origine de notre haine, cette cause est secondaire, raison pour laquelle nous ne l’exposons qu’en fin de liste. En réalité, même si vous cessez de nous bombarder, de nous emprisonner, de nous torturer, de nous diffamer, de prendre nos terres, nous continuerons à vous détester parce que la cause principale de cette haine ne cessera pas tant que vous n’aurez pas embrassé l’islam. »
    Le ressort psychologique : impuissance et culpabilité

    Ainsi la propagande de l’EI fait-elle insensiblement dériver ses soldats d’un combat humanitaire vers sa finalité totalitaire : l’annihilation de toute altérité. La seule paix envisagée est la pax islamica. Ce basculement ne séduit cependant qu’une minorité de candidats, mettant en lumière les ressorts psychologiques propres au processus de radicalisation. Une dimension intime évidemment rejetée par les intéressés.

    « Quel était l’état d’esprit des EI Bakraoui ?, demande à Osama Krayem la juge belge chargée de l’enquête sur les attentats de Bruxelles.

    – Ce sont des gens ordinaires. D’ailleurs lbrahim me disait que sans cette coalition, ces musulmans qui se font opprimer là-bas, il aurait eu une vie ordinaire avec des enfants. Je crois qu’à un certain moment il a changé de comportement. (…) Khalid El Bakraoui, sa femme était enceinte. (…) Le terrorisme n’est pas une personnalité, en fait. Vous pouvez lire l’histoire des musulmans, à aucun moment ce sont les musulmans qui ont pris l’initiative d’attaquer ou de faire du mal. »

    Osama Krayem affirme que le terrorisme n’est pas « une personnalité ». Mais qu’est-ce qui a finalement convaincu Ibrahim El Bakraoui de renoncer à sa « vie ordinaire » et son frère Khalid d’abandonner sa femme enceinte pour se faire exploser ? Comme nombre de candidats au djihad, les frères El Bakraoui étaient des délinquants, très éloignés de la religion, avant leur conversion à l’islam radical.

    « Beaucoup de délinquants se sentent en réalité coupables, explique le psychanalyste Fethi Benslama, auteur d’Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman (2016, Seuil). Or, les religions monothéistes jouent sur la culpabilité. En arabe, religion se dit din, qui signifie “dette”. Leur entrée dans le djihad peut atténuer ce sentiment en leur offrant une cause. Il s’opère ensuite ce qu’on pourrait appeler un renversement moral de culpabilité : l’hostilité intérieure se transforme en hostilité extérieure et autorise l’agression d’autrui dans un sentiment de toute- puissance. »

    #djihadisme #EI #Al-Queda #psychologie #impérialisme

    http://zinc.mondediplo.net/messages/68962 via BoOz

  • Parchemin Mb2 - Testiculi in ahenum

    Testiculi in ahenum (testicules dans mon chaudron)

    Mon garçon, il est grand temps que tu murisse.
    Sache que si tu met ton pénis en des matrices,
    Que tu refuses ta part dans la contraception,
    Des conséquences il te faut faire acceptation.

    Ardentes douillettes,
    Bouillantes noisettes,
    Chaudes roupes,
    Cuisantes boursettes,
    Ferventes amourettes.

    Routine est installée, capote tu veux quitter.
    A la vasectomie, tu ne veux point aller.
    Tu te crois démunis, mais tu as une option :
    Le remonte-couille toulousain est ta solution.

    Ardentes douillettes,
    Bouillantes noisettes,
    Chaudes roupes,
    Cuisantes boursettes,
    Ferventes amourettes.

    Si tes bourses sont au chaud, plus d’enfant dans le dos.
    Le port du remonte-couille sérénise tes papouilles.
    Au chaud, seize heurs par jour, tu garde ta libido.
    Alors ne plus faire l’andouille en rien ne te dépouille.

    Ardentes douillettes,
    Bouillantes noisettes,
    Chaudes roupes,
    Cuisantes boursettes,
    Ferventes amourettes.

    Testiculi in ahenum

    C’est un sort pour incité les hommes à porter un #remonte-couilles-toulousain ou #RCT
    L’invocation est de ma plume. Il doit y avoir des fautes d’orthographe, si ca vous choque vous pouvez me les signalé je corrigerais mais le #mégèrisme ca autorise les fautes d’orthographe dans les parchemins magique.

    Pour le latin c’est du latin de cuisine avec le poisson de Babel de Gogol. Si il y a des latinistes votre aide est la bienvenue mais je veux pas vous exploité :p Je pense par hasard à @simplicissimus :D au cas ou ce que j’ai mis ne veuille pas du tout dire ce que j’ai voulu dire... ce qui est fort possible.

    Pour la texture, c’est à dire le mini texte qui fait une masse de gris quant on le regarde de loin, je voudrais utilisé celui de Jefklak.org ci dessous
    http://jefklak.org/?p=2880
    Je met ici les ressources trouvé sur #seenthis sur le sujet qui m’ont permis de découvrir les RCT et de trouver le texte de Jefklak ;
    https://seenthis.net/messages/529848
    https://seenthis.net/messages/488639

    #contraception_masculine

    La forme du « pentagramme » sera en patron de remonte-couilles, c’est à dire une culotte avec un trou pour laissé sortir le penis.

    et voila le résultat :

    #workinprogress #mad_meg #sorcière #soeurcière

  • Auteur, auteure ou autrice ? | Page Seauton | Audrey Alwett
    http://www.audreyalwett.com/auteur-auteure-ou-autrice

    [Richelieu] a créé l’Académie Française et a ordonné à cette institution, composée uniquement d’hommes, d’effacer les femmes de la vie intellectuelle et politique.
    (...) À l’époque, on disait #philosophesse, #poétesse, #autrice, #mairesse, #capitainesse, #médecine, #peintresse, etc. Tous ces mots ont été supprimés pour ne garder que leur masculin

    • on peut en parler ici :)

      Si je résume, ces scripts permettent de faire un peu de ménage dans ses archives d’images.

      jpeg-recompress peut recompresser des images sans perte de qualité perceptible. En gros il essaie plusieurs niveaux de compression JPG, mesure à chaque étape la « perte perceptible de qualité », et quand elle celle-ci est inférieure à epsilon, il valide l’image.

      Je viens de l’appliquer sur les 1200 images de @visionscarto et je passe l’espace disque utilisé de 1,6 Go à 540 Mo, donc un gain des 2/3. Ca permet aussi d’optimiser les images d’un site web.

      jpeg-hash appliqué à une image, renvoie un code du type 01000101000100100010111101000100101 ; si deux images renvoient le même code il est possible (probable) qu’il s’agisse d’un doublon visuellement (et pas par une comparaison des fichiers eux-mêmes). Donc une bonne idée pourrait être de calculer le code de chaque image du disque dur, et de faire des listes de doublons potentiels.

      jpeg-compare calcule la « distance » (visuelle, là encore) entre deux images. Si la distance est 0, on est dans le cas d’un même code de jpeg-hash. Mais avec une distance, on peut faire plus subtil et (peut-être) ordonner les images par « proximité visuelle ». Ça permettait de remettre un peu d’ordre dans des #collections de #photo, ce qui pourrait intéresser aussi @philippe_de_jonckheere et @archiloque :-) (Je n’ai pas encore essayé mais l’idée me chatouille, et si quelqu’un veut jouer je suis partant.)

    • @fil tu voudrais remettre de l’ordre dans le Désordre ? Tu nous as bien regardés ? Sache que dans le Désordre tout est dans un ordre impeccable, c’est bien simple tout n’est qu’ordre calme et volupté. Tout est à sa place, parfaitement. Le nom du site est un leurre complet (tu n’as pas idée !).

      Dans le 250.000 fichiers images, il est possible qu’il y ait quelques doublons mais c’est plutôt l’exception.

      En revanche les solutions que tu proposes ont l’air intéressantes. Curieusement les tester sur le Désordre serait contre productif. Etonnant non ?

  • AZF
    http://www.canalsud.net/?AZF-fdl-du-21-09-2015

    « Sache que ta meilleure amie, prolétaire, c’est la chimie… » Vraiment ? Retour avec deux protagonistes de ce moment sur la journée du 21 septembre 2001, avec l’explosion à l’usine AZF de Toulouse, et sur la lutte pour la fermeture des usines de mort. Et en première demie-heure, retour sur une soirée agitée rue du Taur, où les festivaliers Grolandais ont fait la rencontre de mauvais garçons en uniformes. Durée : 1h29. Source : Canal Sud

  • Die Zauberflasche | Video | filmportal.de
    http://www.filmportal.de/sites/default/files/video/BArch_K44070_1R_Kriegsanleihe_Werbefilm_Teil_II%20Die_Zauberflasche.mp4


    Une affaire rentable : l’innovation au service de la guerre, l’identité juive comme folklore

    L’époque précédant la Première Guerre mondiale est une époque de l’innovation technologique et commerciale à un rythme effréné. Dans le contexte de la première mondialisation capitaliste un jeune entrepreneur lance l’idée de faire de la publicité avec des films et fonde une entreprise qui connaît du succès international en un clin d’oeuil .

    Pinschewer studierte nach dem Abitur Staatswissenschaften und Nationalökonomie in Würzburg und Berlin. Sein Praktikum in einem Warenhaus und einem Konzern chemischer Fabriken sowie Kinobesuche brachten ihn auf die Idee, das neue Medium Film kommerziell zu nutzen.

    1911 produzierte er auf eigenes Risiko seine ersten Werbefilme und präsentierte sie dem Verband der Fabrikanten von Markenartikeln in Berlin. 1912 gründete er sein eigenes Unternehmen, das sich ganz auf die Produktion von Filmreklame ausrichtete. Wegen der regen Nachfrage konnte er schon 1913/14 eine Filiale in London errichten.

    Avec le début de la guerre Pinschewer compte en tirer profit comme tout le monde. Il met ses talents au service de la cause nationale. Il tourne des films de propagande.

    Cliquez sur ce lien pour voir le film muet en MP4 : http://www.filmportal.de/sites/default/files/video/BArch_K44070_1R_Kriegsanleihe_Werbefilm_Teil_II%20Die_Zauberflasche.mp4

    Produktionsfirma: Pinschewer-Film AG (Berlin)
    Copyright: Bundesarchiv, Kategorie: Spiel- und Dokumentarfilme, Thema: EFG1914 - Filme zum 1. Weltkrieg

    Werbung für die 9. Kriegsanleihe. Spielszene:
    Ein Bürger zählt sein Geld in den Sparstrumpf. In seinem Zimmer erscheint ein altes Weib, das ihm eine Zauberflasche gibt. Als er den Inhalt auf einen weißen Bogen Papier gießt, erscheint darauf durch Zeichentricks das Bild vom Kampf deutscher Soldaten gegen einen englischen Tank an der Westfront. Der Bürger findet dies entsetzlich und beschließt, Kriegsanleihe zu zeichnen. Aufnahme eines Plakates von W. Georgi: “Kriegs Anleihe Helft den Hütern Eures Glückes.”

    Quelle: Bundesarchiv

    Son film montre á quel point les juifs sont intégrés dans la société allemande d’avant 1933. Un personnage de sorcière ressemble aux nombreuses pauvres qui vivent alors dans les quartiers au centre de Berlin tant convoités par les spéculateurs immobiliers d’aujourd’hui. Elle offre au bourgeois une fiole montrant l’étoile de David et disparaît miraculeusement. L’intertitre explique que le contenu du flacon, une fois versé sur une feuille de papier vide, dessine une image qui emmème son spectateur sur le droit chemin. L’image ainsi créée montre un char d’assaut en train de passer par dessus une tranchée allemande. Ses défenseurs se battent héroiquement contre l’ennemi surpuissant. Le message est tout de suite compris apr son spectateur : il faut aider les sodats allemands en achetant des obligations de guerre.

    Cet appel au patriotisme des bourgeois étonne aujourd’hui parce qu’il est transmis par une allusion aux pouvoirs secrets de sorciers juifs. Pourtant l’allusion est anodine pour la dernière phase de l’émancipation des Juifs. C’est un sujet à la mode traité également dans le célèbre film Der Golem sortie en 1915. En Allemagne l’émancipation des Juifs est réalisée entre 1797 et 1918 par l’abolition consécutive des règlements discriminatoires à leur égard.

    https://de.wikipedia.org/wiki/J%C3%BCdische_Emanzipation#Von_der_Franz.C3.B6sischen_Revolution_bis_z

    Preußen gewährte den Juden erst mit dem Judenedikt von 1812, der letzten der von Karl August von Hardenberg eingeführten Reformen, das Staatsbürgerrecht. In Baden begann die rechtliche Gleichstellung mit dem Judenedikt von 1809, in Bayern mit dem Judenedikt von 1813.

    En 1914 et dans les années 1920 l’émancipation juive est considérée come accomplie, les élites juives séculaires se fondent dans les classes aisées, on considère l’anti-semitisme comme une idéologie du passé défendue par quelques fanatiques sans importance. C’est dans cet esprit que le fondateur juif de la startup de technologie de pointe Pinschewer-Film collabore avec les militaires allemands.

    Julius Pinschewer (1883-1961)
    https://de.wikipedia.org/wiki/Julius_Pinschewer

    Während des Ersten Weltkriegs erkannte er die Möglichkeiten des propagandistischen Filmeinsatzes. Er produzierte mehrere Filme zugunsten der Kriegsanleihen. Dafür wurde er mit dem Verdienstkreuz für Kriegshilfe und dem Kronenorden 4. Klasse ausgezeichnet. Es war auch sein Plan, Kriegsgefangene mit Hilfe des Films für die deutsche Sache zu gewinnen.

    Sa collaboration avec Walter Ruttmann, l’auteur de Berlin – Die Sinfonie der Großstadt et futur assistant de Leni Riefenstahl , montre encore à quel point la société allemande des années 1920 est conservatrice et révolutionnaire à la fois - avec des protagonistes juifs comme partisans de toutes les causes imaginables.

    https://de.wikipedia.org/wiki/GeSoLei#Publikation

    Der Filmregisseur und Experimentalfilmer Walter Ruttmann schuf 1925/1926 zusammen mit Lotte Lendesdorff und Julius Pinschewer für die Ausstellung den dreiminütigen Animationsfilm Der Aufstieg, in welchem die Erneuerung des Deutschen Michels propagiert wurde.

    Julius Pinschwer dans son exil suisse conserve des liens secrets avec l’Allemagne pendant la guerre et collabore en silence avec les autorités nazies qui parfois libèrent inofficiellement des personnes à condition que la Suisse accepte de les acceuilir. Dans ces affaires peu connues Julius Pinschwer se porte garant pour des réfugiés face à l’état suisse.

    #film #animation #Allemagne #Julius_Pinschewer #réfugiés #émigration #juif #startup

  • Discussion concernant la gestion d’un outing d’agression sexuelle comme il s’est passé il y a peu entre spéciale et moi
    Comme plusieurs personnes dont je suis, souhaitent pouvoir analysé ce qui s’est passé et réfléchir à une meilleur gestion. Je met ici mes commentaires que j’ai déplacé. d’ici http://seenthis.net/messages/391679 et de là http://seenthis.net/messages/315340

    –------

    @intempestive, je n’ai pas ressentie que tu me demandait une explication ou quoi que ce soit. C’est que moi aussi ca me fait chier que speciale ai quitter seenthis. Meme si j’étais en rage il faut que je me contrôle sinon je suis aussi une agresseuse. Il y a une continuité dans les violences, mon beau père avait subit le viol gamin par son instit’, ça explique un peu ce qu’il m’a fait mais, biensur, cela ne l’excuse pas. Tout comme moi je n’ai pas d’excuses pour mon agressivité. Surtout si je veux lutter contre la perpétuation de la violence.

    Par rapport aux Stats sur les violences envers les femmes
    Selon l’OMS, 1 femme sur 5 à subit une agression sexuelle avant ces 15 ans, 1sur 3 au cours de sa vie. 50% des viols sont commis sur des mineurs, 94% des victimes sont des femmes ou des filles et 96% des agresseurs sont des hommes. En France on estime qu’il y a 75000 viols de femmes majeurs, sachant que les fille sont aussi nombreuses à subir les viols que les femmes on peu dire qu’il y a 150000 viols par an en France (les hommes sont 1 sur 15 concernant les violences sexuelles sur mineur et 1/26 pour les victimes d’inceste), et il s’agit de viols que les victimes osent dire. Je pense que beaucoup de viols type conjugaux sont toute a fait invisibles même pour les victimes et toute un tas d’abus sont indicibles. La récente affaire Cottrez était d’ailleurs un bel exemple de validation du viol conjugale. C’est démentiel un nombre aussi élevé et un tel silence.

    @odilon je trouve que tu as été très délicate et douce en parlant a spéciale la seule personne qui a été agressive et violence c’est moi (mais je dit pas ca par honte de mon attitude). je suis bien d’accord avec toi au sujet des campagnes sur la violence conjugales. En Espagne ils ont un programme de soins des agresseurs. Tu connait sûrement mais il y a le très beau film de Iciar Bollain « te doy mi ojos » Qui montre ces groupe de thérapie et montre aussi la continuité de la violence entre les générations. le centre psy ou je vais traite aussi les agresseurs. Ce centre est chère et pas remboursé par la sécu mais seulement partiellement pris en charge par certaines mutuelles. du coup je connait des personnes qui n’ont pas pu être soigné la bas faute d’argent ! Les agresseurs y sont peut être soigné sous la contrainte judiciaire. Je poserait la question j’y vais bientôt. En tout cas je me demande comment c’est possible qu’il n’y ai que si peu d’options thérapeutiques pour les victimes et les agresseurs. Tout est fait pour que l’oppression perdure sans fin !

    Pour les personnes que ça intéresse voici le centre en question :
    ▻►http://www.centre-des-buttes-chaumont.org

    J’ai aussi essayé le centre rue Saussure dans le 17 eme
    ▻►http://www.institutdevictimologie.fr
    mais ca c’est mal passé pour moi (ce qui peut être une coup de malchance) et pour deux autres personnes qui m’en ont fait part il y a peu (ce qui me fait dire que c’est peut être pas de la malchance) alors je déconseille ce centre même si celui la est pris en charge par la sécu.

    –--------

    Je relie encore cette discussion, et j’ai encore des choses à dire en particulier au sujet de la gestion de ce type de outing.

    Adolecente j’avais parlé de mon "problème de beau-père" à mes potes. A l’époque je n’avais pas d’amies filles et je fréquentait plusieurs bandes de garçons. La plus part des hommes (et garçons) à qui j’en ai parlé ont réagit comme eux. Ils ont été d’abord abasourdi, ou sonné par l’information. Ils n’ont pas parlé tout de suite et lorsqu’ils parlaient ils ne me disaient pas « c’est injuste ce que tu subit » ou « tu doit souffrir, comment on peut t’aidé ». La seule chose qu’ils trouvaient à me dire c’est « on va lui péter la gueule ». Mais ca je savais déjà le faire toute seule, Didier connait bien mon crochet du gauche. En fait je ne leur demandait pas de me venger ni de me protégé, mais de m’écouter et de me soutenir. Sauf que dans leur éducation de mecs, l’écoute, la parole ne sont pas mise en avant comme solution. Je trouvais toujours ca assez ridicule d’ailleurs car mes potes quant ils étaient en face de mon beau père ils étaient très soumis et loin de montrer cette attitude guerrière dont ils se faisaient fort face à moi. La je précise tout de même que mon beau-père avait des moyens de pression sur eux car il savait qu’on fumait tous des joints et a souvent menacer mes potes d’en informer leur parents. Ca explique aussi leur passivité parce que pas mal de mes potes étaient battu par leurs parents (leur père plutôt) mais ils ne le verbalisaient pas comme ca. Ils ne disaient pas qu’ils étaient des enfants battus et maltraités alors que c’est ce qu’ils étaient.
    j’en profite pour mettre un lien de statistiques
    ▻►http://www.lenfantbleutoulouse.fr/quelques-chiffres-sur-la.html
    Parceque si une femme meurt sous les coups tous les 3 jours, ce sont deux enfants par jour qui décedent des conséquences de la maltraitance . Et là on parle seulement des cas reconnus, beaucoup d’accidents domestiques doivent cacher des violences intrafamilliales.

    Si je raconte tout ca c’est que j’ai l’impression de retrouver ce type d’attitude dans les interventions de certains hommes sur ce fil. Je vais donner des noms alors svp ne vous sentez pas agressé, je ne cherche qu’a expliqué ce qui me semble relevé d’une attitude genré face à ces circonstance.
    Comme @monolecte le signale en effet ici les hommes qui sont intervenu ne faisaient pas de mansplanning. Par contre je pense qu’il y a eu des attitude de type « vengeresses » et de type « protectrice » parmi les interventions des personnes qui se sont identifiés de genre masculin.
    Alors je commence avec @fredlm ne le prend pas contre toi mais le fait d’avoir renvoyé @speciale à l’article sur les trolls m’a semblé inapproprié de ta part dans le sens que tu n’es pas légitime pour t’en prendre à spéciale. Moi seule le suis et je pense que c’est ce que @intempestive essaye d’expliqué avec son questionnement sur son comportement. C’était peut être pas conscient de ta part mais c’est une forme d’attaque contre lui.
    Aussi quant tu sort spéciale de la catégorie des victimes à mon avis tu te trompe aussi ou tu dépasse les bornes par rapport à ta place dans le conflit qui m’oppose @spéciale. Ce type de remarque montre un jugement et une condamnation de spéciale alors que tu devrais plutôt te demander ce qui est semblable à spéciale en toi plutôt que de faire comme si tu etait étranger à son comportement.

    Ensuite il m’a semblé voire une attitude de type « protectrice » dans les interventions de @biggrizzly et @nicolasm. Ca me semble plus difficile à expliqué clairement que pour @fredlm. En fait j’ai recu pas mal de mails d’hommes de seenthis et c’etait à mon avis la marche à suivre pour me témoigné leur soutiens. Je vais essayé d’expliqué pourquoi

    En fait dans mon premier message de outing je fini par dire « Bonne journée à toutes et aussi aux rares hommes qui sont pas des bitards (ceux là aurons la décence de ne pas se reconnaitre). » et la parenthèse était très importante. En tant qu’hommes votre intervention, même si c’est pour me défendre, donne cette impression que vous êtes différents de spéciale et légitime pour le recadré. Je ne dit pas que vous ne pouviez pas vous adressé à spéciale mais vous auriez du le faire en privé. Cela pour plusieurs raisons.
    – d’abord ca vous permet de ne pas aggraver l’humiliation publique qu’il subit déjà.
    – ca augmente vos chances d’être compris de lui, plus au calme. Il sera plus à même de réfléchir.
    – c’est important que des hommes qui comprennent ce que je racontent expliquent à ceux qui ne comprennent pas parceque la parole des hommes aura toujours plus de poids que la parole d’une femme. Mais le fait d’utiliser ce poids en privé vous rend moins bénéficiaire de ce privilège. C’est à dire que en privé vous tirez moins de bénéfices du fait d’être un féministe ou un sauveur de femmes.
    – aussi ca évite de me faire comprendre malgrès vous que je ne suis pas capable de me défendre toute seule. C’est vrai que parfois j’ai besoin d’aide mais dans ce cas je la demande.

    Il faut vous mettre « à la place de spéciale » et cet exercice d’empathie est plus difficile pour vous messieurs et il va falloir creusé dans cette direction. Travaillez votre empathie.

    Alors voila pour les attitudes masculines. Pour les femmes c’est différents. Je pourrait expliqué pourquoi plus en détail à la demande mais grosso-modo c’est cette histoire de carotte, d’âne et de paysan qui vous donnera la réponse. Les paysans peuvent montrer leur soutiens aux ânes mais par mail c’est mieux et les ânesses peuvent elles s’exprime en publique parce que politiquement ca nous aide nous les ânesses.

    (voire ici pour cette histoire de carotte ; ▻http://seenthis.net/messages/391679#message392518 )

    Pour revenir à mon expérience de victime d’inceste, quant j’en parlait à mes copines (autour de mes 25 ans j’ai commencé à avoir des amies femmes) leur réaction étaient justement assez similaire à ce que j’ai vu ici. Il y a de la compassion, de l’empathie et une sorte de déversement de la parole d’agressée. Comme je disait les récits traumatiques de l’une réveille celui des autres. Et un traumatisme ca fonction comme la répétition de la sensation physique et émotionnelle de l’agression. C’est ce que spéciale m’a fait vivre sans le savoir et c’est ce que j’ai fait vivre à @odilon mais en le sachant. En le sachant dans le sens que je sais que les femmes sont largement traumatisé et que j’ai déjà vécu ce truc de lire un témoignage et de me retrouvé dans l’état émotionnel que décrit @odilon. Combien de mes copines m’ont raconté leur traumas après que je leur ai raconter mon passé.

    Alors dans l’état actuel de ma réflexion la dessus je pense que si ca se représente il faudrait établir une sorte de non-mixité. Les hommes interviennent en privé par des message de soutiens pour la victime et des messages explicatifs à l’agresseur et de soutiens aussi dans le sens qui lui aussi est sous le choc vu qu’il ne comprend pas le problème et se sent injustement condamné. Pour les femmes laisser les témoignages de soutiens mais peut être ouvrir une partie vraiment privé pour les récits d’agressions qui remontent et la gestion émotionnelle de tout ceci. Et pour s’adresser à spéciale, pour lui évité de se sentir lynché, autant lui parlé en privé, comme pour les hommes.
    Voila mes idées pour le moment.
    Je vais y revenir surement :)

    –------

    me revoila :)
    Je me dit aussi qu’il y a des hommes victimes de violences sexuelles qui pourraient aussi avoir des remontés traumatiques et avoir leur place dans un espace de discussion entre victimes. J’ai divisé les groupes entre femmes cis et hommes cis par facilité mais en fait il y a un homme sur 15 qui a subit des violences sexuelles avant ces 15 ans en France et un homme sur 26 victime d’inceste. Et pour le viol si 94% des victimes sont des femmes, et que les intersexes doivent être pris·e·s en compte, ca fait tout de même des hommes victimes et c’est pas mal de les prendre en compte aussi. Alors plutot qu’un espace privé non mixte féminin ; peut être qu’il faudrait ouvrir un espace privé réservé aux victimes quelque soit leur genre ou leur sexe ou alors deux espace l’un strictement féminin (cis et trans bien sur) et un espace pour les victimes de tout sexe et genre.

    (...)

    voila voila

    –-----

    bravo a celles et ceux qui ont tout lu. J’ai envie en plus d’en rajouter une pointe. Là il s’agit d’un cas de outing d’agression sexiste et d’un récit des agressions sexuelles que j’ai subit alors je parle de victime VS agresseur et femmes VS hommes et je ne sais pas du tout si c’est applicable à d’autres contextes.
    Merci et bonne soirée

    #outing #agressions_sexuelle #gestion_de_crise #sexisme #inceste #viol #enfance #vicitime

    • Désolé, je n’ai rien à ajouter. :-) Juste content que tu avances et égoïstement rassuré de ce qu’on va sans doute pouvoir découvrir de nouvelles œuvres de toi.

      Enfin... Juste dire que je n’envoie que très exceptionnellement des mails aux personnes que je ne connais pas IRL. Connu publiquement, contacté publiquement. Règle de vie sur Internet à laquelle je ne déroge qu’exceptionnellement.
      Je n’avais pas de raison valable de te contacter. J’avais bien vu que tu ne publiais plus. J’ai interprété cela comme une volonté... à respecter.

    • @nicolasm et @biggrizzly Je parle du outing et du sentiment de malaise face au départ de spéciale de vendredi, pas de mon absence de ces derniers temps.

      Je veux dire que même un simple message de soutiens adressé à moi en public ce jour là est une attaque pour spéciale (de son point de vue, pas du votre) et qu’il faut prendre en compte votre genre qui a son importance. Et si l’envoie de mail en privé à des personnes de seenthis n’est pas votre habitude (et ce n’est pas la mienne non plus) ici la situation avait un caractère inhabituel. Je ne cherche pas à vous faire des reproches mais à analysé ce qui s’est passé. Mon but ici est de chercher des moyen à ce qu’on puisse collectivement éviter un effet « lynchage » et départ de spécial si une situation comparable se représente. Et c’est une tentative de réponse au questionnement de @intempestive et @odilon.
      sinon pour le coté pratique d’avoir le mail de spéciale ou le mien, j’avoue que le sens pratique n’est pas mon fort et j’avais mis ca de coté. Mais ca peut etre envisageable de contacté les admin de @seenthis pour obtenir ces informations ou faire suivre des messages privés. Si vous avez des idées you’re welcome

    • @nicolasm en fait le regroupement par genre est crucial. Comme le regroupement par statu (témoin, agresseur, victime) peut avoir de l’importance aussi. Par contre c’est possible que tu ne te soit pas adressé à spéciale et que je t’ai confondu avec @biggrizzly et que tu n’ai pas été « protecteur », excuse moi pour ca. Par contre ca change pas que les hommes non directement concernés ont intérêt à se faire discret. Et encore une fois je ne met pas en cause ton attitude, je reflechie avec les elemens dont je dispose. Sache qu’a ta place je ne me serais pas contenté d’un soutiens à la victime, j’aurais certainement agit de manière comparable à @fredlm

      @intempestive je pense que tu as raison sur la question du temps. Je me suis focalisé sur le genre mais c’est aussi un paramètre à prendre en compte. Je vais mâchonner tout ca dans ma tête :) à plus tard

    • Merci pour ces infos @fredlm et merci de ne pas prendre comme une attaque ce que j’ai dit au sujet de tes interventions. Comme je disait j’aurais réagit comme toi avec par contre plus d’agressivité. Et tu fait bien de parler de « l’intensité » je pense que ça peut avoir un lien avec la question de temps dont parle @intempestive c’est à dire que l’émotion nous incite a réagir a vif alors que justement c’est là qu’on devrait avoir la tête bien froide et qu’il faut un peu (ou beaucoup) de temps pour laisser le coeur du réacteur se tempéré. @aude_v en parlait aussi mais je ne sais plus où. En fait c’est précisément quant on est ému qu’on devrait se retenir d’intervenir et là je sais que pour moi mettre en pratique ce conseil est un sacré défi.

    • Ca me rassure ce que tu dit @supergeante
      Je n’ai que trois retour dont le mien c’est pas statistiquement utilisable mais je trouvait que c’etait tout de même un indice inquiétant. Mais je ne veux pas jetter l’anathème sur ce centre qui est indispensable. Et il y en a si peu et celui ci est conventionné auprès de la secu donc il est accessible pour les personnes en difficulté economique ce qui n’est pas le cas du centre des buttes-chaumont.
      Il y a aussi le fait que le centre doit être débordé et doit choisir en priorité les cas les plus grave et les plus urgents. C’est juste que vu ce qu’on m’a rapporter il y a quant même un problème, si illes ne peuvent pas prendre une personne pas la peine de lui dire que son vecu n’est rien, ou comme c’était avec moi ; aucune empathie, regarde sa montre toute la scéance et me faire recommencer à zero a chaque séance parcequ’elle a oublié ce que j’avais dit la fois d’avant... Si ca se trouve les deux autres personnes sont tombé sur la même personne que moi qui est un cas isolé et n’y est peut être plus. Tant mieu si ton experience et les retours que tu as sont positif, et j’esperait bien qu’on me dise cela en parlant de ces centres. Alors merci à toi pour ce retour positif.

      edit - et puis si des personnes connaissent d’autres centres d’aide aux victimes à Paris ou ailleurs ca peut être chouette de les partagé. C’est le genre d’infos qui peuvent servir.

  • Lettre à un jeune prof
    http://www.charmeux.fr/blog/index.php?2013/08/21/222-lettre-a-un-jeune-prof

    Nous travaillons avec des personnes, les élèves, qui sont absolument nos égaux en droit, comme le dit si bien la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Cela veut dire qu’un enseignant a certes des responsabilités à leur égard, mais n’a aucun pouvoir sur eux. La fameuse « autorité », dont on va te rebattre les oreilles, n’a rien à voir avec le fait d’exiger de l’obéissance, au besoin par la peur. Le « maitre » n’est pas le directeur de conscience des enfants.
    Ta vraie tâche, c’est de faire en sorte que tes élèves adhèrent au projet d’apprentissage, mais tu n’as pas à les y forcer (c’est impossible !). Je te rappelle au passage que le respect (autre tarte à la crème dont on va te rassasier) est mutuel — ou n’est pas — et que ce sont les adultes qui doivent « commencer » pour donner l’exemple : les élèves te respecteront, si tu les respectes.
    Cela signifie aussi que tu n’as aucunement à les juger, avec cette psychologie moralisatrice de comptoir que révèlent tant d’appréciations de carnets trimestriels. Evaluer n’est pas juger, c’est mesurer. Et ce que tu as à mesurer, ce sont les progrès que tu as provoqués chez tes élèves. Or, cette mesure-là ne peut être traduite par des chiffres. Pourquoi ? Si tu veux le comprendre, tu as intérêt à te rapprocher de tous ceux qui demandent la suppression des notes chiffrées en classe(1). Sache que, pour apprendre il faut tâtonner et se tromper, car l’erreur est instructive si on la dédramatise et si l’on travaille à partir du raisonnement qui l’a provoquée. Alors elle devient provisoire : c’est même un tremplin pour le progrès. La note qui sanctionne la « faute » interdit l’apprentissage. Elle trompe les parents autant que pour les élèves : sous une fallacieuse couverture de scientificité, qui la rend particulièrement dangereuses, elle est largement subjective, dépendante de la rumeur. De la pure pifométrie !

    • Bravo Mme Charmeux, membre il fut un temps du Groupe Français d’Education Nouvelle (GFEN). C’est bien de remettre les pendules à l’heure. C’est pourtant ce que j’ai appris à l’Ecole Normale en 1977-79 pendant ma formation et tous ces préceptes, j’ai essayé de les mettre en oeuvre dans mon métier. Maintenant, les priorités de l’institution ont si souvent changé dans le temps de ma carrière que votre message a été brouillé voire perdu de vue.

      Une prise de position sur la l’apprentissage de la lecture par approche uniquement syllabique.
      http://gfen.asso.fr/fr/apprendre_a_lire_par_le_b.a._ba

      Qu’en est-il de la fameuse « méthode globale » (qui n’a jamais pris la place de l’analyse syllabique) ?
      http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_globale
      A noter que la méthode dite globale a été appelée « méthode naturelle » par les instits Freinet.

    • http://www.angers.maville.com/actu/actudet_-Angers.-Ces-eleves-qui-reprennent-l-ecole-ce-lundi_fil-2387

      La deuxième école Montessori d’Angers effectue sa rentrée aujourd’hui.
      Installée dans les anciens locaux de l’établissement Maurice-Ravel, rue Haute-de-Reculée, elle propose un enseignement alternatif basé sur une pédagogie active. L’enfant y évolue de manière autonome, guidé par un éducateur.

      Et voilà le travail : aujourd’hui il faut payer (plutôt cher) si on veut que nos enfants bénéficient de méthodes pédagogiques adaptées alors que l’institution aurait dû faire peau neuve depuis plusieurs décennies. Mais il fallait compter avec la force d’inertie du corps enseignant (ce « grand corps malade ») et de ses hiérarques.
      #monde_de_oufs

  • Cher @seenthis ou #seenthis

    Sache que tu es génial, mais je suis confronté assez souvent à un petit problème qui me semble d’ergonomie. Lorsque je veux mettre un lien sur un message de seenthis dans un mail, j’ai beau le savoir, je n’arrive pas à me dire que pour avoir l’url du message, il faut cliquer sur la date du message.

    En cliquant sur une date, je m’attend à voir tous les messages postés ce jour là, et non juste ce message. Du coup ça me bloque. J’aimerais bien un autre moyen pour trouver cette url, qui soit moins perturbante. Sur spip-contrib, les messages ont un gros dièse pour avoir cette url de message, et je trouve ça déjà plus logique (pourtant ça semble pas très explicite non plus).

    Bon, voilà, c’est tout :)

    Merci de ton attention cher seenthis et longue vie !

  • Cher Pôle Emploi, je constate que comme chaque mois, ton site est saturé par les (millions de) chômeurs venus actualiser leur situation pour être sûrs de pouvoir payer le loyer dans 3 jours.

    Sache que justement, dans ma grande bonté, je suis en position de t’aider. En effet, le hasard faisant bien les choses, je suis développeur web. Qui plus est particulièrement expérimenté en site à haute charge. Et, cerise sur le gâteau, au chômage.

    Alors tu vois on est fait pour s’entendre.

    Par contre si tu pouvais éviter de faire comme les offres d’emploi que tu me propose actuellement, ça serait sympa. Comme tu le sais, j’ai demandé un temps plein en CDI, et tu ne me proposes que des temps partiel en CDD ou en intérim. Et avec un salaire inférieur à mon indemnité chômage. Alors travailler pour gagner moins qu’en ne faisant rien, tu vois, ça m’intéresse pas des masses. Je sais que tu as largement les moyens de te payer mes services (210 millions d’euros en 2009 pour ta sous-traitance informatique), alors évite de faire ton radin.

    Tu as mon numéro, j’attends ton appel avec impatience. Bisous.

    PS : Si tu pouvais voir si ma conseillère va bien, parce que je me fait du souci pour elle, ça fait quand même un an que je n’ai l’ai pas vue et six mois qu’elle ne réponds plus à mes mails.

  • Léon Pélissard - La Diane du prolétaire - AnarSonore
    http://anarsonore.free.fr/spip.php?article87

    Depuis que le vieux temps et la belle nature
    Ont enfanté le monde et notre humanité ;
    Depuis que le soleil fait naître la verdure,
    Prolo tu n’as jamais connu la liberté !
    Les siècles aux pas lourds, apesenti par l’âge
    Ont passé sur le seuil de ton triste réduit
    Mais toujours ils ont vu dans leur pèlerinage
    Les prolos affamés dans le soleil qui luit.
    Ne sortiras-tu point de cette léthargie
    Où tu restes courbés sous le fardeau des lois ?
    Ne dresserais-tu point un trône à l’anarchie,
    Ecrasant à jamais la race des bourgeois ?
    Cette race de loups, qui t’impose et t’opprime,
    Exerce sur les tiens ses sales passions ;
    S’abreuve de ton sang, se vautre dans le crime,
    Asservit tes enfants, fusille tes garçons.
    Plus rien ne t’appartient dans le grand héritage
    Du banquet de la vie, hélas ! pauvre exilé.
    L’existence pour toi n’est qu’un cruel outrage
    Et la plainte soupire en ton souffle exhalé.
    O fils de l’astre d’or qui te chauffe et t’éclaire,
    Sache qu’il luit pour toi ce globe radieux.
    Apprends qu’à tous les pas que tu fais sur la terre
    Tu marches sur ton bien, le bien de tous les gueux.
    Assouvis en ce jour la vengeance et la haine
    Qui depuis si longtemps envahissent ton coeur
    Que ta puissante main, prête pour la bataille
    Porte partout la mort aux rangs des oppresseurs !
    Frappe ! Frappe ! Toujours d’estoc et de taille
    Jusqu’à l’extinction de tous tes affameurs.
    De tous ces vils bourgeois égorgés dans les villes
    Offre en l’hécatombe aux vivaces corbeaux
    Que toutes les prisons, infernales bastilles
    S’écroulent pour toujours sur leur corps en lambeaux
    L’anarchie aujourd’hui doit éclairer le monde,
    Au feu de la révolte allume son flambeau !
    Qu’elle règne partout sur la machine ronde,
    Dans le sang des tyrans colore son drapeau.

    http://www.atelierdecreationlibertaire.com/alexandre-jacob/wp-content/uploads/la-diane-du-proletaire.mp3