city:saint-nazaire

  • Saint-Nazaire : les lanceurs d’alerte exclus de la majorité municipale
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010719/saint-nazaire-les-lanceurs-d-alerte-exclus-de-la-majorite-municipale

    Après plusieurs semaines de conflit ouvert sur la gestion des #Violences_sexuelles_par la ville de Saint-Nazaire, le maire David Samzun a définitivement rompu avec le groupe d’élu.e.s PS, PCF et EELV s’opposant à lui. La mission envoyée par le PS est arrivée lundi dans un climat extrêmement tendu.

    #David_Samzun,_PS,_mission,_Saint-Nazaire,_violences_sexistes,_Olivier_Faure

  • Saint-Nazaire, exemple des effets de la rationalisation hospitalière
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010719/saint-nazaire-exemple-des-effets-de-la-rationalisation-hospitaliere

    À Saint-Nazaire, la cité hospitalière a été construite en partenariat public-privé. Sept ans après son inauguration, elle se révèle totalement inadaptée, sous-dimensionnée, grevée de malfaçons et de dettes. Faute de lits, les patients stagnent aux urgences. « On a l’impression que le système actuel ne peut plus soigner tout le monde et que c’est à nous de décider qui doit l’être. »

    #Santé #urgences,_Partenariat_public_privé,_politique_hospitalière,_Saint-Nazaire,_sante,_hopital,_Agnès_Buzyn,_A_la_Une

  • Troisième assemblée des assemblées : les gilets jaunes cherchent des portes de sortie
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010719/troisieme-assemblee-des-assemblees-les-gilets-jaunes-cherchent-des-portes-

    La troisième assemblée des assemblées a rassemblé 650 gilets jaunes à Montceau-les-Mines, en Bourgogne, autant qu’à Saint-Nazaire il y a deux mois. Empêtré dans ses tentatives d’appels unitaires, affaibli numériquement, le mouvement offre cependant à voir, à l’occasion de cette réunion nationale, la force de ses mobilisations locales, et son lent cheminement vers le municipalisme.

    #POLITIQUE #démocratie,_assemblée,_RIC,_gilets_jaunes,_municipalisme,_blocages,_grève,_ADP,_RIP

  • Violences sexuelles : à Saint-Nazaire, la mairie appelle à la « discrétion »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190619/violences-sexuelles-saint-nazaire-la-mairie-appelle-la-discretion

    La majorité municipale se déchire toujours sur l’attitude à tenir face à des accusations de #Violences_sexuelles_en son sein. Le maire et son entourage dénoncent une instrumentalisation politique et une médiatisation à outrance. Ils rappellent les employés municipaux à leur obligation de réserve.

    #violences_sexuelles,_Saint-Nazaire,_sexisme,_violences_sexistes

  • Morbihan. Les Gilets jaunes bretons en assemblée générale à Silfiac
    https://www.ouest-france.fr/bretagne/pontivy-56300/morbihan-les-gilets-jaunes-bretons-en-assemblee-generale-silfiac-640191


    Mathieu, Myriam, Sébastien et Gurvan participaient à l’assemblée générale des Gilets Jaunes à Silfiac, dimanche 15 juin.
    OUEST-FRANCE

    Une soixantaine de Gilets jaunes se sont réunis, dimanche 16 juin, dans la salle polyvalente de Silfiac pour une assemblée générale. 17 groupes de Gilets jaunes bretons rassemblés pour structurer le mouvement et réfléchir aux actions à venir.

    Dimanche 16 juin, près de soixante Gilets jaunes bretons se sont réunis à Silfiac. Des militants de Saint-Nazaire, Vannes, Brest, ou encore de Lorient, se sont réunis pour leur deuxième assemblée générale.
    Une réunion pour « se structurer et aller de l’avant » décrit Sébastien, Gilets jaunes des Côtes-d’Armor. Au programme du jour : la mise en place des actions à venir et un travail de réflexion sur le RIC, référendum d’initiative citoyenne, revendication principale du mouvement.

  • « Gilets jaunes » : face aux manifestants, de plus en plus de policiers choisissent l’anonymat au tribunal
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2019/05/24/gilets-jaunes-face-aux-manifestants-de-plus-en-plus-de-policiers-choisissent

    Le titre est réducteur : on voit bien que l’anonymisation va bien au delà des seuls tribunaux.

    L’anonymisation des forces de l’ordre dans les procédures judiciaires, auparavant réservée aux dossiers d’antiterrorisme, s’est multipliée depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Une disposition adoptée après l’assassinat de deux fonctionnaires de police à Magnanville (Yvelines) à l’été 2016, et entrée en vigueur en avril 2018, a permis d’élargir la possibilité de l’identification « sous RIO » d’un policier dès lors que « la révélation de son identité (…) est susceptible de mettre en danger sa vie ou son intégrité physique, ou celle de ses proches ». A charge pour la hiérarchie policière de délivrer les autorisations.

    L’identification sous RIO est apparue dans au moins une centaine de dossiers depuis le début des manifestations

    En Loire-Atlantique par exemple, la DDSP a autorisé dès 2018 ses 1 300 policiers à avoir recours à l’anonymat dans plusieurs situations : lorsqu’ils rédigent un procès-verbal ou sont amenés à témoigner ou à demander des dommages et intérêts pour des faits passibles de plus de trois ans d’emprisonnement. L’anonymat reste cependant impossible lorsque les policiers sont eux-mêmes mis en cause.

    Inutilisée jusqu’au mois de novembre 2018, l’identification sous RIO est apparue, depuis le début des manifestations des « gilets jaunes », dans plus d’une cinquantaine de dossiers jugés dans les tribunaux de grande instance de Nantes et de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), selon les remontées d’avocats de manifestants et de policiers recueillies par Le Monde. Le dispositif est encore inutilisé à Paris, Toulouse ou Lyon, selon plusieurs avocats, mais une dizaine de policiers l’ont demandé à Bordeaux, affirme leur conseil, Me Guillaume Sapata.
    Lire : Quand des « gilets jaunes » disent manifester « la boule au ventre »

    Ce recours à l’anonymat pour des procédures liées au maintien de l’ordre traduit un niveau de crainte inédit des policiers quant à l’exposition de leur identité. « Ce n’est pas le fait que le prévenu connaisse notre nom qui pose problème, mais le fait qu’il puisse, avec son entourage, le diffuser sur Internet », estime le fonctionnaire menacé. Le précédent du site CopWatch, qui diffusait en 2011 les noms et les photographies de fonctionnaires avant d’être fermé, hante encore une partie de la profession.

    « On sait où il étudie, fais gaffe »

    L’identification sous RIO est avant tout demandée par les fonctionnaires de la BAC et des compagnies départementales d’intervention, qui évoluent chaque samedi « à domicile », selon l’expression d’un policier, contrairement aux CRS et aux escadrons de gendarmes mobiles, opérant dans toute la France. A Nantes, un policier raconte qu’il y a quelques mois un manifestant l’a interpellé par son prénom et celui de l’un de ses enfants, avant de lui lancer : « On sait où il étudie, fais gaffe. »

    Selon Jean-Christophe Bertrand, directeur départemental de la sécurité publique en Loire-Atlantique, la présence d’une « mouvance d’ultragauche » dans la région de Nantes a favorisé la multiplication de ce type de menaces.

    « Les manifestations d’opposition au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, puis contre la loi travail, ont été très dures et très violentes pour les fonctionnaires, estime le chef de la police nantaise. L’anonymat est une bonne extension de la protection policière, notamment quand les menaces touchent leur famille. »

    A Nantes, le recours de plus en plus fréquent à l’anonymat par les fonctionnaires fait, cependant, débat. Le 14 mai, un manifestant « gilet jaune », jugé pour avoir lancé des pierres et des morceaux de grenade lacrymogène sur des fonctionnaires de police lors de l’acte XII de la mobilisation, le 2 février, a été relaxé par le tribunal. Les magistrats ont considéré que « la décision générale d’anonymisation n’apparaît pas motivée » pour les deux victimes présumées et les deux auteurs des procès-verbaux, et qu’« aucun élément ne permet d’établir l’existence du risque d’atteinte à l’intégrité physique des quatre agents concernés ».

    Les juges nantais ont décidé de la nullité de la procédure. Une logique qui a abouti à au moins trois relaxes de manifestants depuis janvier – dans le reste des dossiers, les magistrats ont mené la procédure jusqu’au bout, malgré l’anonymat des policiers.

    #maintien_de_l'ordre #police #justice

  • A Saint-Nazaire, une affaire de #Violences_sexuelles_bouleverse « les valeurs » du conseil municipal
    https://www.mediapart.fr/journal/france/030619/saint-nazaire-une-affaire-de-violences-sexuelles-bouleverse-les-valeurs-du

    Après un an de tension croissante au sein de la majorité de gauche, un adjoint PS a porté plainte en diffamation contre une autre adjointe socialiste, qui soutient une victime présumée de violences sexuelles. Le maire, lui, renvoie les protagonistes dos à dos et a saisi la justice. « Le piège s’est refermé sur les femmes », dénonce l’ancienne ministre Laurence Rossignol.

    #sexisme,_EELV,_PS,_PCF,_Saint-Nazaire,_violences_sexuelles,_Diffamation,_parti_socialiste

  • #Saint-Nazaire (44) : #ouverture de la #Maison_du_peuple 2
    https://fr.squat.net/2019/05/01/saint-nazaire-44-ouverture-de-la-maison-du-peuple-2

    Depuis le 24 novembre 2018, un squat ouvert par des #Gilets_Jaunes de Saint-Nazaire au 113 boulevard de Maupertuis servait de Maison du Peuple, en lieu et place des anciennes Assedic et de la sous-préfecture par intérim. Mais suite aux procédures judiciaires lancées par les propriétaires pour expulser la Maison du Peuple, les clés ont […]

    #Donges

  • « Qui sont les Black-Blocs ? » ... Maison du Peuple #1 des #GiletsJaunes de Saint-Nazaire : 24/11/18 > 23/04/19 - Appel pour la #2 & prochaines dates +>
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/33804262068

    Flickr

    ValK. a posté une photo : 23/04/19 - Appel pour la #2 & prochaines dates +>" />

    APPEL des Gilets Jaunes de la Maison du Peuple de Saint-Nazaire & Alentours pour la Maison du Peuple #2 : « /.../ Nous cherchons un terrain ou un bâtiment qui pourrait être prêté ou loué à prix raisonnable où nous pourrons nous rassembler et faire naître des projets /.../ » : giletjaune44.livehost.fr/2019/04/21/appel-pour-la-maison-...

    Compte-rendu de la dernière AG et prochains RdV : nantes.indymedia.org/articles/45382

    + CONTACT : maisondupeuplesn@riseup.net + SITE : maisondupeuplesn.fr

    + Lire aussi les reportages de Presquile Gazette : www.presquilegazette.net/presquilegazette-net-pages/a-nou...

    + Lire des retours sur l’Assemblée des Assemblées (...)

  • Fin de la Maison du Peuple #1 des #GiletsJaunes de Saint-Nazaire : 24/11/18 > 23/04/19 - Appel pour la #2 & prochaines dates +>
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/47628963382

    Flickr

    ValK. a posté une photo : 23/04/19 - Appel pour la #2 & prochaines dates +>" />

    APPEL des Gilets Jaunes de la Maison du Peuple de Saint-Nazaire & Alentours pour la Maison du Peuple #2 : « /.../ Nous cherchons un terrain ou un bâtiment qui pourrait être prêté ou loué à prix raisonnable où nous pourrons nous rassembler et faire naître des projets /.../ » : giletjaune44.livehost.fr/2019/04/21/appel-pour-la-maison-...

    Compte-rendu de la dernière AG et prochains RdV : nantes.indymedia.org/articles/45382

    + CONTACT : maisondupeuplesn@riseup.net + SITE : maisondupeuplesn.fr

    + Lire aussi les reportages de Presquile Gazette : www.presquilegazette.net/presquilegazette-net-pages/a-nou...

    + Lire des retours sur l’Assemblée des Assemblées (...)

  • Gilets jaunes, cinq mois après : insurrection urbaine, démocratie diffuse, contre-pouvoir social
    https://paris-luttes.info/gilets-jaunes-cinq-mois-apres-11995

    Analyse du mouvement des Gilets jaunes, après cinq mois de mobilisation. Retour sur les points saillants de cette longue séquence de lutte : l’articulation grève-blocage et lutte économique-lutte politique ; la centralité des enjeux démocratiques ; et les perspectives de Commercy / Saint-Nazaire. Source : Paris-luttes.info

  • Crépuscule de J. Branco : un « pamphlet fascisant » ? Réponse à Geoffroy de Lagasnerie | PASCALE FAUTRIER
    https://blogs.mediapart.fr/pascale-fautrier/blog/140419/crepuscule-de-j-branco-un-pamphlet-fascisant-reponse-geoffroy-de-lag

    Je ne connaissais pas le tweet de J. Branco sur Louis/Attal, que cite G. de Lagasnerie, en effet manifestement homophobe. Mais disons-le ça ne m’étonne pas. Il y a chez J. Branco un tropisme viriliste associé à un narcissisme « sans limite » - qui l’apparente plutôt, en ce qui le concerne... à Emmanuel Macron. Je l’ai déjà suggéré dans au moins deux articles. 
    Je n’ai pas lu les livres de Geoffroy de Lagasnerie - je n’ai lu que ses interventions dans les médias. Et de même que j’ai défendu dans L’Humanité le dernier livre indispensable d’Edouard Louis, j’ai tendance à me sentir intellectuellement plus proche de lui que de Juan Branco.
    Et pour en finir avec l’eau que j’apporte au moulin de Lagasnerie, je dirai ailleurs en détails ce que je pense de l’alliance J. Branco - Maxime Nicolle - ce dernier ayant tenu devant moi et adressé à moi, des propos politiques qui relevaient absolument d’une influence droitière et extrême-droitière - sans que Juan Branco, présent, y trouve le moins du monde à redire. Une certaine H., également présente, auto-préposée au vehiculage dans Paris d’une certaine P. Ludosky, a également défendu l’inénarrable Maxime Nicolle-Fly Rider alias « retenez-moi ou je déclenche une guerre mondiale », comme l’a surnommé quelqu’un. 
    Je me suis vue avec frayeur, ce jour-là, soutenant, sous couvert de gilet jaune, un putsch fasciste. Seule ma fidélité au processus de démocratie directe, insufflé par les gj de Commercy et Saint-Nazaire m’a convaincue de poursuivre mon engagement. J’ai jugé ensuite risible les rodomontades matadors que j’avais entendues. Disons enfin que je suis en train de découvrir comme nous tous (attendons la conclusion de l’affaire) ce qu’est exactement Priscilla Ludosky [1] - après avoir jugé depuis un moment qu’une Jacline Mouraud était téléguidée par la droite.
    Depuis plusieurs semaines, je pense que le soutien sans nuance de Juan Branco et d’autres à des leaders autoproclamés du mouvement des gilets jaunes, plus que douteux au minimum, posait problème. L’ignorance politique crasse n’excuse pas tout. On est responsable personnellement des positions politiques qu’on défend publiquement - quelles que soient les influences subies. 
    En ce qui concerne J. Branco, j’ai dit combien le côté républicano-mitterrandien (bonapartiste et élitiste) de son Contre-Macron m’indisposait. 
    Mais Geoffroy de Lagasnerie force le trait, et cela détruit son propos. (...)

    Et je répète pour conclure que Juan Branco n’est pas mon ami, que sa pensée politique me paraît confuse et douteuse. Il n’est pas « fasciste » : il est un républicain bonapartiste - espèce politique la plus répandue depuis deux siècles. Il croit, et l’écrit noir sur blanc, à la « vertu » d’hommes providentiels républicains (et il s’identifie manifestement à cette position : mais essayons de voir le côté comique et légèrement pathétique de cette identification). 
    Je suis d’accord, qu’associée avec le virilisme homophobe, cette position peut dériver vers le fascisme. Et G. de Lagasnerie peut me croire que si J. Branco dérive en ce sens, je serai la première à le dénoncer (et d’une certaine manière, je préviens cette dérive ici). 
    Sa position politique (surtout confuse, et donc potentiellement confusionniste) n’est en rien la mienne. Et pour lui comme pour les « leaders naturels » qu’il défend, la jeunesse et l’inculture politique n’excusent rien.

    • Viriliste, homme providentiel .... faut pas déconner !
      https://blogs.mediapart.fr/juan-branco/blog/140419/sur-le-fascisme-de-crepuscule-reponse-pascale-fautrier
      Pour moi c’est très simple le Duc Geofrey de Lannerie faisant partie intégrante du système corrompu ainsi que Miss Pascale Fautrier se font les complices du macronisme car il va de soi qu’ illes sont de véritables « progressistes » qui se battent contre les « éléments de langage d’une perception fascisante »…
      Sans aucun doute débordent t-illes d’intelligence et ont choisi leur camp celui de la caste.
      #misère_intellectuelle #degré_0_de_la_pensée
      #La_Caste_dans_toute_sa_Médiocrité
      #bourgeoisie_parisienne

    • En effet, brillant exemple de parisiano-parisianisme que l’entre-soi et le name-dropping rendent complètement hermétiques à ceux qui, comme votre serviteur, sont issus de cette « France périphérique » tellement méprisée de l’élite germanopratine... et du pouvoir macronien.

      J’ai l’impression d’assister à un débat entre virtuoses de la patinette électrique cavalant derrière des diptères pour les empapaouter... ( sans la moindre intention « virilisante » ni homophobe, il va de soi ! )

      Et tout ça pour un banal point Godwin ( tu es fasciste, non c’est toi, etc. ) !

    • J’extrais l’excipit du billet de Geoffroy de Lagasnerie : " en tout cas il va de soi que c’est contre les productions de cette nature que se construit un espace intellectuel et politique de gauche. Il faut toujours rappeler que ce n’est pas parce que l’on critique, la banque, l’état, « l’oligarchie » que l’on est de gauche et progressiste ...".

      Je ne puis que relever, pour le déplorer, qu’il se conclut par l’appel au on « de gauche et progressiste », tant ces deux termes sont depuis quelques années antithétiques. Le progressisme, c’était, avant son expatriation en Espagne, la bannière verbale de Manuel Valls (dans le texte : « les progressistes versus les populistes »). Manuel Valls, c’est tout dire ! Accessoirement, il serait de bonne intelligence politique, si l’on veut rallier les classes populaires à un mouvement social purgé de toute tentation Rassemblement National, de jeter cet affreux signifiant de « gauche » aux oubliettes, tant il est vrai qu’il est pour ces classes synonyme de l’horreur sociale qui gangrène (mot fasciste ?) le pays depuis 1983 et explique la disruption (là pour le coup mot macronien) des Gilets Jaunes.

      Je ne puis que constater que les intellectuels qui épousent les intérêts des dominés, passent plus de temps à se disputer une place dans le champ oppositionnel, qu’à se concerter pour définir ce qu’il conviendrait de faire afin d’infliger le plus de mal à l’adversaire, qui est lui à rebours solidaire et uni. Ce phénomène est une constante, source d’une forte déperdition d’efficacité, au grand plaisir de la bourgeoisie.

      C’est pourquoi je prône, plutôt que de disputer de la pureté des textes de tel ou tel auteur, ou de ses intentions, d’opter pour une approche pragmatique, efficiente, qui en l’état du rapport de force ne saurait être qu’une espèce de guérilla, telle que les Gilets Jaunes l’ont inventée, et dans laquelle s’inscrit le pamphlet de Juan Branco. On fera éventuellement la fine bouche plus tard.

    • Y’en n’a pas un pour rattraper l’autre dans cette série de mecs qui se présentent comme nouveau-preux-chevalier-qui-va-sauver-le-Monde. Ils se croient sur Kho-Lanta ou je ne sais quoi à s’envoyer flèches-assassines et buzz-éclairs d’accusations. Prendre les 2 ou 3 bouts de lucidité de chacun et se casser bien vite, loin, très loin...

  • Attracteur, une démocratie en cours de construction
    http://www.dedefensa.org/article/attracteur-une-democratie-en-cours-de-construction

    Attracteur, une démocratie en cours de construction

    Pluie et bruits, Saint-Nazaire 6, 7 et 8 avril 2019

    Le ciel belliqueux avait sorti toute sa panoplie, une bruine fine, un gris d’acier et un silence granité du seul clapotement de ses armes. Sur la place de la gare où s’alignent en rangée sage une dizaine de bistrots, marche à pas vifs un homme en gilet jaune. L’homme très affairé à retrouver une adresse propose de me conduire avec son groupe au site.

    La Maison du Peuple, port fiévreux, troue de son abondante fluorescence l’écran de pluie pour nous accueillir. Dans la grande salle au plafond portant la marque encore fraîche des cloisons abattues, un intense brouhaha fait place à l’écoute du programme très fourni de la journée. L’auditoire, presque recueilli, est attentif.

    Des rapporteurs des séances (...)

  • Revue de presse continue spéciale gilets jaunes
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?672-revue-de-presse-semaine-du

    « Notre modèle ne fait plus société, n’intègre pas le plus grand nombre »

    Gilets jaunes : en Auvergne, le discours du Premier ministre n’a pas convaincu

    Le Touquet - Les Gilets jaunes n’avaient jamais été aussi près de la villa du Président

    Gilets jaunes : l’Appel de Saint-Nazaire

    Reims : l’histoire des gilets jaunes, entre espoir et désillusion

    « Inaction climatique », « marche du siècle », « gilets jaunes » : lʼimmaturité triomphe

    Ce commentaire d’un colonel de Gendarmerie sur le maintien de l’ordre qui passe mal dans la Police

    Acte XXI des « gilets jaunes » à Montpellier : un syndicat de police dénonce un « amateurisme »

    Face aux gilets jaunes, l’échec total du rassemblement des foulards rouges à Paris

    Blessures de la gilet jaune Geneviève Legay : gros conflit d’intérêts dans la conduite de l’enquête

    « La vraie crise de nos démocraties, ce n’est pas la représentation, mais l’impuissance »

    Nantes : des gilets jaunes dénoncent des violences policières dans une nasse, samedi 6 avril

    (...la suite...)

    *

    Présentation/Archives/Abonnement

  • #Gilets_Jaunes : l’appel de l’assemblée des assemblées de Saint-Nazaire
    https://lemediapresse.fr/social/gilets-jaunes-lappel-de-lassemblee-des-assemblees-de-saint-nazaire

    Réunie du 5 au 7 avril à Saint-Nazaire, l’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes a adopté dimanche 7 un appel final. En voici le texte, publié par Le Média Presse.

    #Social #assemblée #commercy #Luttes

  • Assemblée des assemblées, 5, 6 et 7 avril 2019
    Appel de Saint-Nazaire

    https://lavoiedujaguar.net/Assemblee-des-assemblees-5-6-et-7-avril-2019-Appel-de-Saint-Nazaire

    Réunie du 5 au 7 avril 2019 à Saint-Nazaire, l’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes a adopté dimanche 7 un appel final qui sera soumis au vote par les assemblées locales.

    Nous Gilets jaunes, constitués en assemblées locales, réunis à Saint-Nazaire, les 5, 6 et 7 avril 2019, nous adressons au peuple dans son ensemble. À la suite de la première assemblée de Commercy, environ 200 délégations présentes poursuivent leur combat contre l’extrémisme libéral, pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

    Malgré l’escalade répressive du gouvernement, l’accumulation de lois qui aggravent pour tous les conditions de vie, qui détruisent les droits et libertés, la mobilisation s’enracine pour changer le système incarné par Macron. Pour seule réponse au mouvement incarné par les Gilets jaunes et autres mouvements de lutte, le gouvernement panique et oppose une dérive autoritaire. Depuis cinq mois partout en France, sur les ronds-points, les parkings, les places, les péages, dans les manifestations et au sein de nos assemblées, nous continuons à débattre et à nous battre, contre toutes les formes d’inégalité et d’injustice et pour la solidarité et la dignité. (...)

    #Gilets_jaunes #assemblée #Saint-Nazaire #appel

  • À Saint-Nazaire, l’Assemblée des assemblées veut sortir du capitalisme | Hervé Kempf
    https://reporterre.net/A-Saint-Nazaire-l-Assemblee-des-assemblees-veut-sortir-du-capitalisme

    L’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes s’est réunie à Saint-Nazaire du 5 au 7 avril 2019. Réunissant près de 800 délégués venus de toute la France, elle a marqué la détermination du mouvement, sa radicalité, et sa volonté d’organiser les Gilets jaunes démocratiquement et sans leader. Source : Reporterre

  • « Ce qui se passe ici, cette entraide, je n’avais jamais vu ça » : reportage à la maison du peuple de Saint-Nazaire
    https://www.bastamag.net/Ce-qui-se-passe-ici-cette-entraide-je-n-avais-jamais-vu-ca-reportage-a-la

    A Saint-Nazaire, les gilets jaunes ont leur quartier général : la « maison du peuple », un ancien bâtiment du Pôle emploi qu’ils occupent depuis la fin novembre. Dans le bouillonnement des discussions, des débats et des actions, travailleuses précaires, retraités, chômeuses ou SDF s’y politisent à grande vitesse. Dans ce territoire marqué par une forte culture ouvrière, leur action s’articule avec celle des syndicats, dont ils reçoivent le soutien. Après bientôt trois mois d’une mobilisation nourrie par (...)

    #Résister

    / #Luttes_sociales, #Syndicalisme, #Inégalités, #Classes_populaires, #Souveraineté_populaire, A la une, Innovation (...)

    #Innovation_politique

  • (3) Grenade GLI-F4 : révélations sur une arme qui mutile - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/01/25/grenade-gli-f4-revelations-sur-une-arme-qui-mutile_1705396

    Mains arrachées, plaies de plusieurs centimètres… La GLI-F4, essentiellement composée de TNT, a fait beaucoup de dégâts lors des manifestations des gilets jaunes. Un rapport de la gendarmerie auquel « Libé » a eu accès révèle que sa dangerosité a été sous-estimée par les forces de l’ordre, ce qui ne les empêche pas de l’utiliser.

    Grenade GLI-F4 : révélations sur une arme qui mutile

    C’est la première fois, en deux mois, que Gabriel Pontonnier a mis des mots sur l’instant où sa main a été en partie arrachée par une grenade tirée par les forces de l’ordre. Jeudi, cet apprenti chaudronnier de 21 ans a été auditionné par la police des polices sur les circonstances de sa grave blessure. L’unique parole pour ce jeune homme dont la vie est suspendue depuis le 24 novembre. Ce jour-là, il participait avec sa mère, son frère et sa sœur, à la première journée parisienne de mobilisation des gilets jaunes. Vers 18 heures, accompagné de son frère Florent, 30 ans, il observe la progression des policiers. Ce dernier raconte la scène  : « On s’est mis à distance pour éviter qu’ils nous prennent pour des casseurs ou des personnes mal intentionnées, juste derrière un petit camion qui vendait de la nourriture, nous étions en sécurité. Je me suis mis à filmer. » La séquence démarre, quelques instants avant l’explosion…

    La ligne des forces de sécurité, visible en arrière-plan, est distante d’environ une trentaine de mètres. Proche des deux frères, un vieux monsieur avec un bonnet rebrousse doucement chemin, un manifestant a les mains en l’air, un autre est au téléphone, tandis que deux personnes marchent tranquillement. Soudain, un homme crie plusieurs fois « attention ». Un blast lumineux survient, ainsi qu’une effroyable détonation. « Je me suis retourné, un nuage de fumée nous recouvrait, poursuit Florent Pontonnier. Mon frère a traversé ce nuage en ma direction, le bras en avant, en criant « putain ma main bordel, j’ai plus de main, j’ai plus de main ». C’est l’image qui restera à vie dans mes pensées et que je vois à chaque fois que je ferme les yeux. Une main éclatée avec les os à l’air libre, un doigt qui pendait sur le côté et plus rien sur le reste. » ­Gabriel est hospitalisé en urgence, il subit douze opérations pour tenter de sauver ce qu’il reste de sa main et retirer les nombreux éclats qui l’ont blessé aux jambes et à la tête. L’amputation totale est toujours envisagée.

    Le même jour, Antonio B., 40 ans, est aussi gravement touché au pied et Maxime W., 30 ans, perd l’audition. Le week-end suivant, deux mains sont arrachées. Celle de Frédéric Roy, 35 ans, à Bordeaux, et celle de Ayhan P., 52 ans, à Tours, qui est aussi gravement blessé à la jambe. Le 8 décembre, c’est la main d’Antoine Boudinet, 26 ans, qui est mutilée. Plusieurs autres personnes ont été grièvement blessées, criblées de plaies de plusieurs centimètres.
    « Déstabiliser »

    L’arme mise en cause dans toutes ces blessures de guerre est la grenade lacrymogène instantanée, dite GLI-F4. Son nom est trompeur car cette arme est surtout composée de tolite, un explosif mieux connu sous le nom de TNT. Elle est utilisée à la fois par la gendarmerie et la police. Cette grenade avait déjà arraché la main de Maxime Peugeot, un manifestant de 21 ans, à Notre-Dame-des-Landes. Le 22 mai 2018, il ramasse la munition, sa main est entièrement arrachée et son corps est touché par plusieurs impacts. Libération a eu accès au rapport du laboratoire scientifique de la gendarmerie réalisé sur cette blessure (et versé à l’enquête), avant le mouvement des gilets jaunes. Il conclut que la dangerosité de la grenade a été sous-estimée par les autorités françaises et le fabricant. Le ministère de l’Intérieur fait pourtant le choix d’en tirer « jusqu’à épuisement des stocks », sans préciser le nombre de grenades encore disponibles. Daté du 11 juillet 2018, ce rapport est effectué par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Les deux experts, spécialisés en explosifs, effectuent une batterie de tests sur la GLI-F4, pour vérifier qu’elle est bien responsable de la mutilation de Maxime Peugeot.

    « Selon le fabricant, notent les deux experts en explosifs, elle est destinée au rétablissement de l’ordre, par son triple effet lacrymogène, assourdissant et de souffle. Elle permet de déstabiliser les manifestants dans des situations particulièrement difficiles (violences, émeutes). » La dangerosité de la grenade « au contact » est rappelée par les gendarmes. Leur rapport précise que l’« onde de choc générée fragmente les tissus, les os et provoque des blessures très importantes dont la létalité dépend de la zone impactée ». L’IRCGN précise enfin que « l’explosion d’une grenade tenue en main est susceptible de provoquer son arrachement ». En effet, l’arme est composée d’une capsule de gaz lacrymogène, mais surtout de 26 grammes de TNT et de 4 grammes d’hexocire, un autre explosif utilisé pour l’amorçage.

    Pour réaliser son expertise, l’IRCGN déclenche successivement dix grenades et note à chaque fois les effets produits. Test après test, le laboratoire consigne que la puissance de l’arme est bien plus importante que ce qu’annoncent les données théoriques. « La grenade est normalement conçue pour ne pas générer d’éclats, indique-t-il. Cependant, des projections d’éclats transfixiants et de débris divers partiellement calcinés ont été constatées lors de tous les essais. » Ce sont justement ces « éclats transfixiants », autrement dit qui traversent les chairs, qui ont gravement blessé de nombreux manifestants sur tout le corps ces dernières semaines. Le 24 novembre, Florent Pontonnier, le frère de Gabriel dont la main est mutilée, est également touché par ces éclats transfixiants et a dû lui aussi subir une opération. De même pour leur cousin, Marvin, touché par la même grenade et qui doit être opéré prochainement.

    Alexandre S., 27 ans, a été blessé aux cuisses le 1er décembre, place de l’Etoile, à Paris. Vers 15 h 30, il décrit une situation qui « stagnait » avec « les forces de l’ordre d’un côté, les gilets jaunes de l’autre », quand une « grenade assourdissante » est envoyée à ses pieds, « à environ un mètre cinquante ». « La détonation et l’impact des morceaux de la grenade m’ont presque fait tomber au sol. J’ai tout de suite regardé mes jambes, un morceau de la grenade était planté dans ma cuisse droite », poursuit Alexandre S. Aidé par d’autres manifestants, il est évacué par les secours. Hospitalisé pendant deux jours, il est opéré en urgence pour nettoyer et refermer les plaies. « Au réveil, c’était très choquant de découvrir ma jambe si mutilée », raconte-t-il. Des photos prises à l’hôpital permettent de constater que de larges cicatrices lardent ses cuisses. Des semaines d’arrêt de travail et de marche avec l’aide de béquilles ont suivi pour lui. Des photos de blessures équivalentes, provoquées par ces éclats, ont accompagné plusieurs week-ends de mobilisation des gilets jaunes.

    Au-delà de la dangerosité de l’arme elle-même, le cadre légal et les instructions relatives à son utilisation ne sont pas rendues publiques par les autorités. Comme pour de nombreux sujets ­concernant l’usage de la force, le ministère de l’Intérieur se cantonne le plus souvent à des réponses approximatives, voire fait preuve d’une totale opacité. C’est une instruction datée du 27 juillet 2017, consacrée aux armes dites de « force intermédiaires », et commune à la police et la gendarmerie, qui prévoit notamment le cadre légal de tir des GLI-F4. Libération a consulté un compte rendu de ce document réalisé par l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) intitulé « réglementation, utilisation et manipulation des grenades GLI-F4 », daté du 19 juin 2018. Pour faire simple, en dehors de l’usage en situation de légitime défense, cette grenade peut être utilisée en maintien de l’ordre en présence d’un superviseur. Comme pour les autres armes, son utilisation doit être « proportionnée » et « n’est possible que si les circonstances la rendent absolument nécessaire ». Si l’ordre de tir a été donné par l’autorité civile, c’est-à-dire le préfet ou son représentant, les policiers et gendarmes doivent avant tout procéder à deux sommations. Sur le terrain, le commandement peut prendre l’initiative de tir sans sommation, si « des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent ».
    « Responsabilité »

    Le même compte rendu de l’IGGN, synthétise aussi une instruction datée du 19 janvier 2018, là encore non publique. Ce document détaille les modes de lancer de cette grenade explosive. Elle peut être utilisée à la main, « en faisant rouler la grenade au sol afin d’éviter des explosions à hauteur de visage », mais aussi « par balancé du corps [en courbe], par-dessus un obstacle », ou encore par « détente du bras fléchi [en direct] plus précis pour atteindre une fenêtre ou un passage étroit ». Autrement dit, tous les lancers sont possibles. L’arme peut aussi être tirée en courbe, avec un lanceur de grenade.

    Dès 2014 et la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn), la GLI-F4 était sur la sellette car composée – en quantité moindre – du même explosif que la grenade qui a tué le jeune homme (de type OF-F1). Mais à l’époque, l’IGGN note dans le cadre de l’instruction que « la cartouche explosive et lacrymogène [de la GLI-F4, ndlr] ne produit aucun éclat dangereux ». « A la suite de la mort de Rémi Fraisse, la décision a seulement été d’interdire une seule de ces deux grenades. Il y a donc une vraie responsabilité politique à ce propos », souligne l’avocat de la famille de Rémi Fraisse, Arié Alimi, qui défend aussi des manifestants blessés récemment.

    Qu’en est-il désormais  ? Pourquoi les récents résultats d’expertise de l’IRCGN n’ont-ils pas conduit à une remise en cause de l’usage de l’arme en vue du mouvement des gilets jaunes  ? Contactée, la procureure de la République de Saint-Nazaire, qui a reçu ce rapport dans le cadre de l’enquête sur la blessure de Maxime Peugeot en mai dernier, répond qu’il ne lui appartient pas « de se positionner sur l’aspect dangereux de l’arme ». Les directions générales de la police et de la gendarmerie n’ont pas répondu à nos questions à ce propos. De son côté, le constructeur, l’entreprise Alsetex, déclare simplement que « la grenade en question n’est plus fabriquée depuis cinq ans ».

    Alors pourquoi les forces de l’ordre continuent-elles à utiliser cette arme qui n’est plus commandée  ? Et quel est l’état des stocks  ? Selon nos informations, la grenade qui a mutilé Maxime Peugeot a été fabriquée en 2004. Même silence des autorités sur cette question. « Il semble évident que la décision qui a été prise, d’arrêt de commande de cette grenade, aurait dû s’accompagner immédiatement d’une suspension de son utilisation. On est inquiets sur les stocks », réagit son avocat, Hervé Gerbi. Une position partagée par Aïnoha Pascual, avocate de la famille Pontonnier  : « Le ministère de l’Intérieur est dans une logique économique alors que des vies sont en jeu. »

    #Police #Armement

    • Gilets jaunes : à Commercy, « l’AG des AG » remporte un succès d’affluence, Lucie Delaporte
      https://www.mediapart.fr/journal/france/270119/gilets-jaunes-commercy-l-ag-des-ag-remporte-un-succes-daffluence?onglet=fu

      Dans la commune de la Meuse, 75 délégations de gilets jaunes se sont retrouvées ce week-end pour débattre des suites à donner au mouvement. Au menu, échanges d’expérience et débats animés sur une possible structuration du mouvement.

      « Commercy, capitale des gilets jaunes ! » La formule, lancée par un participant dans la liesse qui caractérise depuis le début de la journée les quelque 300 représentants qui ont répondu à l’appel de cette petite ville de la Meuse, enthousiasme un moment. Venues de toute la France, près de 75 délégations ont envoyé à Commercy des représentants pour participer à l’#assemblée générale des assemblées générales des gilets jaunes, créées un peu partout sur le territoire ces dernières semaines (lire notre reportage sur l’expérience menée à Commercy depuis le début du mouvement).

      « On est dans une volonté de mise en commun des idées », précise Steven, un représentant du groupe de Commercy, avant de s’exclamer : « C’est extraordinaire ce qui se passe ici ! » Le succès dépasse manifestement les organisateurs : « On ne s’attendait pas du tout à ça, on est ravis », assure Claude, qui a largement contribué à l’organisation de ce week-end, mais qui tient d’emblée à préciser que l’AG de Commercy « ne va pas prétendre représenter tous les gilets jaunes de France. On va être humbles. Il s’agit de s’engager dans un processus démocratique par le bas ».

      La question, lancinante, de la légitimité de cette assemblée, de ceux qui s’expriment, traversera d’ailleurs tous les débats de ce mouvement si attaché à son horizontalité.

      À partir de neuf heures du matin, commencent à se rassembler dans la salle des fêtes de petits groupes venus de tout l’Hexagone et parfois même d’un peu plus loin. Un journaliste grec, qui échange avec un couple de Suisses, a fait le déplacement parce que « le monde entier regarde ce mouvement ».

      Rico et Chantal arrivent de l’Ariège, du Mas-d’Azil. Ils ont été mandatés par leur AG pour venir les représenter à Commercy. « On a été tirés au sort », précise Chantal, sémillante septuagénaire, qui depuis des semaines multiplie les actions dans son coin de l’Ariège certes reculé, mais « où existe un tissu associatif très vivant ». « Faut la voir bloquer des camions à quatre heures du matin ! », affirme Rico, la quarantaine, admiratif.

      « Macron peut lâcher sur les 80 km, on n’en a rien à faire. Son grand débat, c’est de l’enfumage ! Ce qu’on veut, c’est la #justice_sociale. On en a marre de bosser comme des cons pour rien avoir à la fin », résume Chantal, au diapason d’une assemblée remontée à bloc et persuadée que le mouvement des gilets jaunes, loin de s’essouffler, ne fait que commencer.

      La plupart des participants disent être venus à Commercy pour échanger leurs expériences, prendre des contacts, mais aussi se redonner de la force. « C’est important de discuter, de créer des liens. Et puis il faut qu’on s’organise face à la #répression », estime Stéphane, qui vit à Saillans dans la Drôme. « Moi je viens prendre un max de contacts pour échanger, parce qu’avec une grosse manif par semaine on a un peu la tête dans le guidon et on a du mal à prendre du recul », affirme Christophe, qui arrive de Montpellier.

      Adel, qui vient lui de Rungis, attend de voir « quelles suites va prendre le mouvement ». « En Île-de-France, on est un peu en retard, mais par contre ça continue à grandir », assure-t-il.

      La nécessité de mieux se coordonner, de mieux s’organiser est largement partagée. Tout comme l’inquiétude liée à la structuration d’un mouvement spontané et initié par la base. Dans la salle, si chacun met de côté son parcours politique, le refus de toute organisation bureaucratique du mouvement fait l’unanimité.

      Dans cette assemblée nettement marquée à gauche, et bien que chacun tienne à mettre de côté son éventuel parcours militant, on sent les militants échaudés par leurs expériences d’organisation pyramidale.

      Pour Younès, qui a été mandaté par son AG de Grenoble, c’est la grande force des gilets jaunes, qui rassemblent « des gens sans arrière-pensée politique, qui essaient de s’organiser en sachant que le pouvoir ne doit pas être accaparé par quelques-uns. Ils sont très vigilants sur cette question, ils ne veulent surtout pas d’un #leader qui a la science infuse ».

      Ici, la question d’une liste gilets jaunes aux européennes ne fait même pas débat. « On dénonce un système politique, c’est pas pour rentrer dedans ! », résume Anne, qui arrive de Nancy et pense comme la majorité des participants interrogés que cette initiative ne vise qu’à affaiblir le mouvement, autant que le « grand débat » organisé par Macron, unanimement rejeté.

      Vers 13 heures, la longue présentation des différentes délégations débute avec cette consigne, rappelée par Claude : « Ne pas être trop long, ne pas jouer les grandes gueules. »

      De Dijon à Poitiers en passant par Lorient ou Nice, avec une forte présence de groupes franciliens, les différents représentants détaillent la situation de leur côté. Et témoignent de la grande diversité du mouvement. Un représentant de l’AG de Saint-Nazaire raconte que les gilets jaunes occupent là-bas un bâtiment vide, rebaptisé « maison du peuple ». « On fait une assemblée générale par jour », explique-t-il, précisant que les gilets jaunes sont aussi très mobilisés « sur le ralentissement de l’activité portuaire » (lire notre reportage sur place, et le blog de ce groupe, hébergé sur Mediapart).

      Venu du Vigan, petit village du Gard, Kevin affirme que le mouvement y reste fort : « Pour un village de 3 000 habitants, on a entre 60 et 80 personnes à chaque assemblée. » Des « commissions thématiques » y ont été mises en place « sur la question de l’autonomie alimentaire de la vallée, par exemple », précise-t-il.

      « Le problème, c’est la coordination de toutes les actions »

      Patrick, de Paris, rappelle que la question qui revient le plus dans les allées du marché de la place de La Réunion, dans le XXe, est celle du #logement, des #loyers trop chers, quand Louise explique qu’elle s’exprime ici au nom du groupe des #femmes gilets jaunes en Île-de-France, un groupe créé « pour porter les revendications spécifiques des femmes isolées dans les gilets jaunes. Parce que plus prolo que le prolo, il y a la femme du prolo », lance-t-elle.

      À Horbourg-Wihr, petite commune d’Alsace, le mandaté décrit, de son côté, la présence bienvenue des motards dans le mouvement : « Je peux vous dire que lorsqu’ils sont là, c’est assez impressionnant », se réjouit-il.

      Un représentant de Dijon explique, lui, que si dans sa ville la mobilisation reste importante, « le problème, c’est la coordination de toutes les actions. Il y a beaucoup de groupes qui agissent chacun de leur côté », déplore-t-il. « J’ai vu qu’il y avait par exemple beaucoup de gens qui faisaient des tracts super. Ce serait bien si on pouvait les partager pour ne pas réinventer l’eau chaude chacun de notre côté », lance un représentant de Besançon.

      Beaucoup disent ce jour-là leur préoccupation d’élargir le mouvement, notamment en s’arrimant aux combats des salariés dans les entreprises. « Au départ, on s’est retrouvés par l’association des VTC, raconte Adel, mandaté par l’AG de Rungis. Une petite famille s’est créée. Aujourd’hui, on soutient les salariés de Geodis et on soutient naturellement tous les #salariés_en_lutte. »

      Faut-il appeler à la #grève générale le 5 février, comme y appellent notamment la CGT et La France insoumise ? La question est âprement débattue, tout comme celle de la place à donner aux #syndicats dans le mouvement. Certains refusent, par principe, de s’associer à un mot d’ordre syndical alors que les syndicats sont restés largement en dehors du mouvement.

      Quelles #revendications mettre en avant ? Le débat s’anime entre ceux qui estiment qu’il est trop tôt pour arrêter un socle détaillé et ceux qui jugent important d’acter les grandes tendances autour de la justice fiscale et sociale ou les exigences démocratiques.

      « Il faut mettre en avant des revendications unificatrices », avance un participant, quand un autre propose de « se mettre d’accord sur les grands points pour nous permettre de massifier le mouvement ». « Ou alors on se met d’accord sur ce qu’on ne veut plus, parce qu’être trop précis dans les revendications, cela peut diviser », suggère un autre.

      La discussion, alors que la soirée avance et que la nuit est tombée depuis longtemps, finit par patiner un peu. « J’ai l’impression qu’on est à Nuit debout, là », s’agace à nos côtés un jeune homme barbu.

      Quelqu’un s’inquiète : « On ne va pas ressortir de ce week-end sans un écrit, quand même ! » « Les gens ne sont pas venus ici pour du beurre, nous confie Patrick, de Paris. En tout cas, cela présage un débat extrêmement compliqué sur la structuration du mouvement ! », pronostique-t-il.

      L’idée de rédiger un texte commun le lendemain matin est finalement actée.

      En fin de soirée, sur la position à tenir face à l’#extrême_droite, la discussion s’affole et la sérénité joyeuse qui a marqué l’essentiel de la journée disparaît quelques minutes. Alors qu’au cours de la journée, de nombreux participants ont demandé qu’une position claire soit prise contre toute forme de #xénophobie, #sexisme ou #homophobie, les avis divergent sur la manière de se démarquer de l’extrême droite.

      « On nous a assez traités de fachos. Il faut dire que ces gens-là n’ont rien à voir avec nous », estime une participante, qui propose que l’AG condamne explicitement les violences commises le jour même par des groupuscules d’extrême droite.

      « On est censés être apartisans », souligne un jeune homme, qui se dit gêné par l’idée de cibler, plus ou moins explicitement, le Rassemblement national. « C’est pas un parti politique, l’extrême droite ! », lui rétorque celle qui a fait la proposition. « Ben si ! », se voit-elle répondre.

      Alors que la fatigue se fait sentir, Claude qui joue ce soir-là les monsieur Loyal reprend le micro pour aborder le dernier point à l’ordre du jour : « Comment on s’organise pour rester le plus démocratique possible ? »
      Faut-il demander que tous les #mandats des représentants soient impératifs ? Sans pouvoir décisionnel ? Plusieurs interventions défendent l’idée de ne surtout pas imposer un carcan national aux #assemblées_locales. « Les assemblées locales doivent être souveraines », juge une participante.

      Une chose est sûre : « La #démocratie, c’est super difficile, on le constate encore aujourd’hui », conclut Claude du haut de sa longue expérience militante.

  • (3) Grenade GLI-F4 : révélations sur une arme qui mutile - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/01/25/grenade-gli-f4-revelations-sur-une-arme-qui-mutile_1705396

    Mains arrachées, plaies de plusieurs centimètres… La GLI-F4, essentiellement composée de TNT, a fait beaucoup de dégâts lors des manifestations des gilets jaunes. Un rapport de la gendarmerie auquel « Libé » a eu accès révèle que sa dangerosité a été sous-estimée par les forces de l’ordre, ce qui ne les empêche pas de l’utiliser.

    Grenade GLI-F4 : révélations sur une arme qui mutile

    C’est la première fois, en deux mois, que Gabriel Pontonnier a mis des mots sur l’instant où sa main a été en partie arrachée par une grenade tirée par les forces de l’ordre. Jeudi, cet apprenti chaudronnier de 21 ans a été auditionné par la police des polices sur les circonstances de sa grave blessure. L’unique parole pour ce jeune homme dont la vie est suspendue depuis le 24 novembre. Ce jour-là, il participait avec sa mère, son frère et sa sœur, à la première journée parisienne de mobilisation des gilets jaunes. Vers 18 heures, accompagné de son frère Florent, 30 ans, il observe la progression des policiers. Ce dernier raconte la scène  : « On s’est mis à distance pour éviter qu’ils nous prennent pour des casseurs ou des personnes mal intentionnées, juste derrière un petit camion qui vendait de la nourriture, nous étions en sécurité. Je me suis mis à filmer. » La séquence démarre, quelques instants avant l’explosion…

    La ligne des forces de sécurité, visible en arrière-plan, est distante d’environ une trentaine de mètres. Proche des deux frères, un vieux monsieur avec un bonnet rebrousse doucement chemin, un manifestant a les mains en l’air, un autre est au téléphone, tandis que deux personnes marchent tranquillement. Soudain, un homme crie plusieurs fois « attention ». Un blast lumineux survient, ainsi qu’une effroyable détonation. « Je me suis retourné, un nuage de fumée nous recouvrait, poursuit Florent Pontonnier. Mon frère a traversé ce nuage en ma direction, le bras en avant, en criant « putain ma main bordel, j’ai plus de main, j’ai plus de main ». C’est l’image qui restera à vie dans mes pensées et que je vois à chaque fois que je ferme les yeux. Une main éclatée avec les os à l’air libre, un doigt qui pendait sur le côté et plus rien sur le reste. » ­Gabriel est hospitalisé en urgence, il subit douze opérations pour tenter de sauver ce qu’il reste de sa main et retirer les nombreux éclats qui l’ont blessé aux jambes et à la tête. L’amputation totale est toujours envisagée.

    Le même jour, Antonio B., 40 ans, est aussi gravement touché au pied et Maxime W., 30 ans, perd l’audition. Le week-end suivant, deux mains sont arrachées. Celle de Frédéric Roy, 35 ans, à Bordeaux, et celle de Ayhan P., 52 ans, à Tours, qui est aussi gravement blessé à la jambe. Le 8 décembre, c’est la main d’Antoine Boudinet, 26 ans, qui est mutilée. Plusieurs autres personnes ont été grièvement blessées, criblées de plaies de plusieurs centimètres.
    « Déstabiliser »

    L’arme mise en cause dans toutes ces blessures de guerre est la grenade lacrymogène instantanée, dite GLI-F4. Son nom est trompeur car cette arme est surtout composée de tolite, un explosif mieux connu sous le nom de TNT. Elle est utilisée à la fois par la gendarmerie et la police. Cette grenade avait déjà arraché la main de Maxime Peugeot, un manifestant de 21 ans, à Notre-Dame-des-Landes. Le 22 mai 2018, il ramasse la munition, sa main est entièrement arrachée et son corps est touché par plusieurs impacts. Libération a eu accès au rapport du laboratoire scientifique de la gendarmerie réalisé sur cette blessure (et versé à l’enquête), avant le mouvement des gilets jaunes. Il conclut que la dangerosité de la grenade a été sous-estimée par les autorités françaises et le fabricant. Le ministère de l’Intérieur fait pourtant le choix d’en tirer « jusqu’à épuisement des stocks », sans préciser le nombre de grenades encore disponibles. Daté du 11 juillet 2018, ce rapport est effectué par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Les deux experts, spécialisés en explosifs, effectuent une batterie de tests sur la GLI-F4, pour vérifier qu’elle est bien responsable de la mutilation de Maxime Peugeot.

    « Selon le fabricant, notent les deux experts en explosifs, elle est destinée au rétablissement de l’ordre, par son triple effet lacrymogène, assourdissant et de souffle. Elle permet de déstabiliser les manifestants dans des situations particulièrement difficiles (violences, émeutes). » La dangerosité de la grenade « au contact » est rappelée par les gendarmes. Leur rapport précise que l’« onde de choc générée fragmente les tissus, les os et provoque des blessures très importantes dont la létalité dépend de la zone impactée ». L’IRCGN précise enfin que « l’explosion d’une grenade tenue en main est susceptible de provoquer son arrachement ». En effet, l’arme est composée d’une capsule de gaz lacrymogène, mais surtout de 26 grammes de TNT et de 4 grammes d’hexocire, un autre explosif utilisé pour l’amorçage.

    Pour réaliser son expertise, l’IRCGN déclenche successivement dix grenades et note à chaque fois les effets produits. Test après test, le laboratoire consigne que la puissance de l’arme est bien plus importante que ce qu’annoncent les données théoriques. « La grenade est normalement conçue pour ne pas générer d’éclats, indique-t-il. Cependant, des projections d’éclats transfixiants et de débris divers partiellement calcinés ont été constatées lors de tous les essais. » Ce sont justement ces « éclats transfixiants », autrement dit qui traversent les chairs, qui ont gravement blessé de nombreux manifestants sur tout le corps ces dernières semaines. Le 24 novembre, Florent Pontonnier, le frère de Gabriel dont la main est mutilée, est également touché par ces éclats transfixiants et a dû lui aussi subir une opération. De même pour leur cousin, Marvin, touché par la même grenade et qui doit être opéré prochainement.

    Alexandre S., 27 ans, a été blessé aux cuisses le 1er décembre, place de l’Etoile, à Paris. Vers 15 h 30, il décrit une situation qui « stagnait » avec « les forces de l’ordre d’un côté, les gilets jaunes de l’autre », quand une « grenade assourdissante » est envoyée à ses pieds, « à environ un mètre cinquante ». « La détonation et l’impact des morceaux de la grenade m’ont presque fait tomber au sol. J’ai tout de suite regardé mes jambes, un morceau de la grenade était planté dans ma cuisse droite », poursuit Alexandre S. Aidé par d’autres manifestants, il est évacué par les secours. Hospitalisé pendant deux jours, il est opéré en urgence pour nettoyer et refermer les plaies. « Au réveil, c’était très choquant de découvrir ma jambe si mutilée », raconte-t-il. Des photos prises à l’hôpital permettent de constater que de larges cicatrices lardent ses cuisses. Des semaines d’arrêt de travail et de marche avec l’aide de béquilles ont suivi pour lui. Des photos de blessures équivalentes, provoquées par ces éclats, ont accompagné plusieurs week-ends de mobilisation des gilets jaunes.

    Au-delà de la dangerosité de l’arme elle-même, le cadre légal et les instructions relatives à son utilisation ne sont pas rendues publiques par les autorités. Comme pour de nombreux sujets ­concernant l’usage de la force, le ministère de l’Intérieur se cantonne le plus souvent à des réponses approximatives, voire fait preuve d’une totale opacité. C’est une instruction datée du 27 juillet 2017, consacrée aux armes dites de « force intermédiaires », et commune à la police et la gendarmerie, qui prévoit notamment le cadre légal de tir des GLI-F4. Libération a consulté un compte rendu de ce document réalisé par l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) intitulé « réglementation, utilisation et manipulation des grenades GLI-F4 », daté du 19 juin 2018. Pour faire simple, en dehors de l’usage en situation de légitime défense, cette grenade peut être utilisée en maintien de l’ordre en présence d’un superviseur. Comme pour les autres armes, son utilisation doit être « proportionnée » et « n’est possible que si les circonstances la rendent absolument nécessaire ». Si l’ordre de tir a été donné par l’autorité civile, c’est-à-dire le préfet ou son représentant, les policiers et gendarmes doivent avant tout procéder à deux sommations. Sur le terrain, le commandement peut prendre l’initiative de tir sans sommation, si « des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent ».
    « Responsabilité »

    Le même compte rendu de l’IGGN, synthétise aussi une instruction datée du 19 janvier 2018, là encore non publique. Ce document détaille les modes de lancer de cette grenade explosive. Elle peut être utilisée à la main, « en faisant rouler la grenade au sol afin d’éviter des explosions à hauteur de visage », mais aussi « par balancé du corps [en courbe], par-dessus un obstacle », ou encore par « détente du bras fléchi [en direct] plus précis pour atteindre une fenêtre ou un passage étroit ». Autrement dit, tous les lancers sont possibles. L’arme peut aussi être tirée en courbe, avec un lanceur de grenade.

    Dès 2014 et la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn), la GLI-F4 était sur la sellette car composée – en quantité moindre – du même explosif que la grenade qui a tué le jeune homme (de type OF-F1). Mais à l’époque, l’IGGN note dans le cadre de l’instruction que « la cartouche explosive et lacrymogène [de la GLI-F4, ndlr] ne produit aucun éclat dangereux ». « A la suite de la mort de Rémi Fraisse, la décision a seulement été d’interdire une seule de ces deux grenades. Il y a donc une vraie responsabilité politique à ce propos », souligne l’avocat de la famille de Rémi Fraisse, Arié Alimi, qui défend aussi des manifestants blessés récemment.

    Qu’en est-il désormais  ? Pourquoi les récents résultats d’expertise de l’IRCGN n’ont-ils pas conduit à une remise en cause de l’usage de l’arme en vue du mouvement des gilets jaunes  ? Contactée, la procureure de la République de Saint-Nazaire, qui a reçu ce rapport dans le cadre de l’enquête sur la blessure de Maxime Peugeot en mai dernier, répond qu’il ne lui appartient pas « de se positionner sur l’aspect dangereux de l’arme ». Les directions générales de la police et de la gendarmerie n’ont pas répondu à nos questions à ce propos. De son côté, le constructeur, l’entreprise Alsetex, déclare simplement que « la grenade en question n’est plus fabriquée depuis cinq ans ».

    Alors pourquoi les forces de l’ordre continuent-elles à utiliser cette arme qui n’est plus commandée  ? Et quel est l’état des stocks  ? Selon nos informations, la grenade qui a mutilé Maxime Peugeot a été fabriquée en 2004. Même silence des autorités sur cette question. « Il semble évident que la décision qui a été prise, d’arrêt de commande de cette grenade, aurait dû s’accompagner immédiatement d’une suspension de son utilisation. On est inquiets sur les stocks », réagit son avocat, Hervé Gerbi. Une position partagée par Aïnoha Pascual, avocate de la famille Pontonnier  : « Le ministère de l’Intérieur est dans une logique économique alors que des vies sont en jeu. »

    #maintien_de_l'ordre

  • Aucune répression, qu’elle soit zadiste, paysanne ou pénitentiaire, n’est acceptable. Il est urgent de mettre en place une justice non-classiste, basée sur le consensus et la réparation... Pour plein de raisons, nous avons échoué à le faire sur la #zad #NDDL. Ce qui se passe aujourd’hui en est la conséquence directe. Et très dommageable.

    [ZAD NDDL] Perquisitions en cours
    https://nantes.indymedia.org/articles/44260

    Notre-Dame-des-Landes. Quatre interpellations dans la zad
    https://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/nddl/notre-dame-des-landes-quatre-interpellations-dans-la-zad-6188734

    Notre-Dame-des-Landes Quatre interpellations sur l’ex-Zad ce matin
    https://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-4-interpellations-sur-lex-zad-ce-matin-22-01-2019-

    • La non-création d’un système justiciable n’est pas un échec, puisque normalement celui-ci est acquis de base dans l’éducation, la culture, le relationnel ouvert. On ne monte pas des principes de fonctionnement parallèle sans au moins s’appuyer là-dessus. Le vrai échec tiens dans l’aveuglement plus ou moins volontaire à voir l’infiltration de la lutte, celle-ci, d’autres, les autres.
      Un infiltré propagateur a un jour été mis dans un coffre ; et pour que les flics ciblent ils sont renseignés depuis sur place.

    • On a parlé ici de la bande dessinée de #Seth_Tobocman, Quartier en Guerre, qui raconte sa vie dans les squats de New-York :
      https://seenthis.net/messages/613800

      Rééditée et traduite en français en 2017, Tobocman y a ajouté une postface où il tente d’analyser les victoires et les défaites, les bonnes idées et les erreurs.

      Je me souviens que la question de la #justice interne était l’une de celles qu’il trouvait les plus difficiles...

    • Communiqué sur les arrestations survenues sur la zad et
      appel à rassemblement dès ce mercredi 12h devant la gendarmerie de Saint-Nazaire.

      Ce 22 janvier à 6h du matin, la zad a été réveillée par un dispositif policier digne d’une opération d’expulsion pour arrêter trois personnes.

      Nous avons assisté à une mise en scène spectaculaire avec des perquisitions simultanées, des dizaines de fourgons, des chefs d’inculpation et des commentaires médiatiques qui cherchent à nous stigmatiser : « association de malfaiteurs », « bande organisée », « règlement de compte », etc. Deux autres personnes ont été arrêtées plus tard dans la journée en dehors de la zad.

      Jeudi dernier, plus de 500 personnes célébraient la victoire contre l’aéroport lors d’un banquet.
      Un an après l’abandon et alors que les activités menées par les habitants s’enracinent, le moment est sans doute jugé opportun par certains pour monter une nouvelle fois on ne sait quelle histoire en épingle pour donner au bocage une image anxiogène. Après les expulsions du printemps, en est-on à une nouvelle étape de la vengeance d’Etat ?
      Après les fantasmes déjà distillés dans la presse par la gendarmerie sur les fausses « caches d’armes » ou les « tunnels viet-congs », on nous sort du chapeau ce matin un nouvel épouvantail destiné à effrayer l’opinion publique. Ce ne serait pas la première fois que les enquêteurs brandissent un dossier vide et utilisent l’association de malfaiteurs pour criminaliser un mouvement.

      Ce qui est sûr en revanche, c’est que les personnes arrêtées sur la zad ce matin ont été engagées de longue date dans le mouvement anti-aéroport, sont intégrées dans les diverses activités, liens de voisinages et de solidarité locale, et vivent ici depuis plusieurs années. Nous appelons dès aujourd’hui à ne pas tomber dans le panneau de la diabolisation policière et à les soutenir. Un rassemblement aura lieu ce mercredi midi devant la gendarmerie de Saint-Nazaire, au 79 avenue Ferdinand de Lesseps.
      https://zad.nadir.org/spip.php?article6313

    • Autre communiqué par mail :

      NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE s’insurge de l’arrestation et de la mise en garde à vue des 5 personnes habitant la ZAD de Notre-Dame- des- Landes.

      Alors que les discussions avec les services de l’état et du département ne cessent de progresser dans un climat respectueux et apaisé, on peut s’étonner de cette nouvelle montée en épingle d’un simple conflit de voisinage qui appartient au passé.

      Les personnes arrêtées sont impliquées depuis le début dans des projets reconnus et validés par les services de l’état.

      Ces personnes ont une famille, des animaux , des engagements dans l’organisation du mouvement. C’est un nouveau coup de poignard dans le dos de ceux qui n’ont cessé de rechercher, malgré les difficultés et les tensions, le consensus et l’intégration de tous les habitants dans ce magnifique projet collectif.
      NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE appelle ses adhérents à venir soutenir ceux que vous avez tous rencontrés et aimés pour leur énergie et leur obstination à sauver le mouvement.

      JEUDI 24 JANVIER
      10 HEURES Un rassemblement de soutien aura lieu demain matin pour ce qui pourrait être la fin de la garde à vue. RDV à 10H devant
      la gendarmerie de St Nazaire, 79 rue Ferdinand de Lesseps.

      18 h jeudi 24 Rdv Rolandière point sur la situation

    • intox du Communiqué sur les arrestations survenues sur la zad
      | radis cool | (ce que ce communiqué ne dira pas)

      Ce 22 janvier à 6h du matin, la zad a été réveillée par un dispositif policier massif pour arrêter trois personnes. il n’est pas question de s’en réjouir parce qu’au grand royaume des oppressions, l’état et ses milices armées arriveront toujours en tête. Pour autant : à la lecture du « Communiqué suite aux arrestations », on se demande de quel côté de la matraque se trouve la politique-politicienne. Tant les mensonges institutionnels ne sont plus la prérogative d’état, tant la « manipulation des masses » est répandue dans le mouvement depuis longtemps, mais de manière beaucoup plus « flagrante » depuis un an, et tant est forte la capacité de quelques personnes à réécrire l’histoire en fonction des versions qui servent leurs intérêts. Enfin, il s’agit de notre point de vue de personnes sans cesse qualifiées de « paranos », « complotistes », voire de « malades mentaux » (quelle belle manière de déconstuire les rapports d’oppressions !). Sans aucun doute, certaines personnes ré-utiliserons bien vite ces arguments pour disqualifier ce que l’on dira ici.
      Quand le communiqué parle de « dossier vide », ça nous ferait presque imaginer que Benalla est venu donner des cours de langue de bois à la zad. On ne sait évidemment jamais qui-a-fait-quoi. On a toujours des soupçons, jamais de preuves. Pour autant, nier des faits qui se sont bien produits, c’est humilier les victimes de ces exactions un peu plus qu’elles ne l’ont déjà été. Alors oui, des comptes se sont "réglés" sur la zone, pas toujours de manière collective/consensuelle/bienveillante/subtile.
      Pour les affaires les plus récentes : - fin mars 2018, séquestration et tabassage en règle : au petit matin, muni de gaz, de masques et de matraques, un groupe (commando ?) débarque dans un lieu de vie, kidnappe et tabasse une personne (membres inférieurs et supérieurs brisés) et le laisse pour mort aux abords d’un hôpital psychiatrique. Pas de plainte déposée mais le parquet s’en saisi. - Une autre affaire de séquestration a eu lieu à l’automne 2018 : un individu, chassé à travers la ZAD par un groupe, tabassé dans les bois, mis dans un coffre puis déposé en périphérie de Rennes a fini à l’hôpital. Plainte déposée avec identification.Dans ces deux cas, ces expéditions punitives trouvent souvent des justifications (ou, à demi-mots) : divergences politiques, stratégiques, conflits interpersonnels et tentatives d’éviction.
      Ce sont évidemment pour les plus récentes.
      La ZAD a tenté à plusieurs reprises de trouver des outils de gestion de conflits internes qui passent par de la médiation plutôt que par des coups de pression. D’où l’invention du « cycle des 12 » qui a bien souvent échoué devant des conflits parfois conséquents. Bien évidemment, on continuera de vous nier toute existence de milice interne : on ne dit pas à nos soutiens qu’ici, les comptes se règlent aussi à coups de barres de fer. Et puis, on ne sait jamais complètement qui c’est. Et puis, les victimes ont souvent peur de parler. Et puis, les victimes sont de toute façon des gens peu crédibles (« tarées », « schizo », « malades mentales » de tout poil...) face aux gens de pouvoir sur zone. Et puis regardez, comme ielles sont sympathiques, toutes ces belles personnes qui fêtaient la victoire un an plus tard. Regardez bien leurs sourires sur les photos, l’émotion sur leur visage, les pleines tablées de banquets réjouissants. Comment pourrait-on s’imaginer que derrière de si beaux apparâts se cachent des personnes capables d’une telle violence ou de la justifier ? Nous ne nous réjouissons évidemment pas que l’état ait pris en main ces affaires, à la place des habitant.es de la ZAD. Car ils et elles auront à répondre à une justice de classe, raciste et inégalitaire qui n’aura pour but que de faire exemple de ces arrestations dans une situation territoriale tendue. Là où la ZAD a échoué à dissoudre tout rapport de pouvoir et d’autoritarisme en interne, l’état a fini par s’en emparer. Les personnes arrêtées sur la zad ce matin-là ont été "engagées de longue date dans le mouvement anti-aéroport", sont "intégrées dans les diverses activités, liens de voisinages et de solidarité locale", et "vivent ici depuis plusieurs années". Que d’arguments de campagne. Est-ce que ça les rend plus légitimes à être soutenues ou excusées de leurs éventuels actes ? Plus irréprochables ? Plus intouchables ? sans doute. Mais vivre sur la ZAD n’est pas (et n’a jamais été) un gage de « bonne conduite », d’honnêteté ou de bienveillance intrinsèque.
      Il est étrange de voir que des personnes qui ont délibérément et en conscience négocié avec la préfecture, reconnaissant par là, la légitimité de son pouvoir (et donc sa "violence légitime"), s’indignent maintenant que l’état se « venge » en les soumettant à la répression. Sans doute fallait-il mieux lire les petites lignes du contrat...

      NOUS N’APPELLONS PAS A SOUTENIR CES INDIVIDUS
      Parce que, ce que l’on sait des "coffrages" ne correspond pas à la "version officielle" et que l’on ne se rangera pas derrière des personnes que l’on sait aguerries à la communication politicienne, plus qu’à l’honnêteté intellectuelle.
      Parce que nous sommes contre les polices, avec ou sans uniformes.

      NOUS N’APPELLONS PAS A SOUTENIR CES INDIVIDUS et en laissons le soin à celles et ceux qui ont cherché à légitimer ou à dissimuler leurs actes. Nous ne prendrons pas les armes contre d’autres affamés.
      https://nantes.indymedia.org/articles/44268 (https://seenthis.net/messages/754485 )

      (Celui que tu indiquais, @vanderling, a été refusé comme « doublon » de celui-ci, où, du coup, comme l’article d’alerte sur @indymedianantes , il y a pas mal de commentaires qui permettent de se faire une idée de l’ambiance générale ... :/ )

    • D’idée, j’ai du mal à m’en faire une @val_k et ce n’est pas les commentaires sur @indymedianantes qui vont m’aider à comprendre quelque chose dans cette histoire. Quel bordel !
      à défaut de me joindre au rassemblement de soutien ce matin à St Naze ou à la Rolandière ce soir. Je compte sur toi et zad.nadir pour la suite ... ;·)

    • https://zad.nadir.org/spip.php?article6303#info2019-01-25-17-29

      toute la journée de jeudi, une centaines de personnes se sont relayées devant le tribunal de St-Nazaire, en soutien aux 5 personnes arrêtées il y a 2 jours sur la zad et ailleurs. il y aura probablement plus d’informations à propos de cette affaire dans les prochains jours. Nous pensions en avoir vu beaucoup ces denieres années mais nous n’etions pas au bout de nos surprises...
      3 des 5 personnes ont été incarcérées et 2 autres sortent sous controle judiciaire soutien aux potes !!!

    • Nouvelle série de 3 communiqués de soutien suite aux arrestations de 5 occupant·es
      COMMUNIQUé DU GROUPE PRESSE
      COMMUNIQUé DE NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE
      COMMUNIQUé DE PAYSANS ET PAYSANNES, PARRAINS, MARRAINES ET SOUTIENS DES PORTEURS DE PROJETS AGRICOLES
      https://zad.nadir.org/spip.php?article6325

      et, en réponse :
      ## intox du Communiqué ZAD acte 2 ##
      https://nantes.indymedia.org/articles/44355

      Pour ma part, je reste sur ma première phrase : Aucune répression, qu’elle soit zadiste, paysanne ou pénitentiaire, n’est acceptable.
      Mais j’ajouterai que les pressions pour silencier les voix dissonantes (quand elles ne révèlent rien que ne sache déjà la police) et les injonctions à une unité de récit comme seule forme de soutien possible n’aident vraiment personne...

    • Mardi dernier, cinq personnes ont été arrêtées à la zad et à l’extérieur dans un déploiement policier massif. Après 48 heures de garde à vue, sur demande du parquet, il a été décidé de l’ouverture d’une instruction et de leur maintien en détention pour une durée indéterminée. Ils sont accusés d’enlèvement et séquestration en bande organisée, la juge n’ayant finalement pas retenu le chef d’inculpation d’association de malfaiteurs initialement présenté par le parquet.
      https://zadibao.net/2019/01/28/attaque-judiciaire-contre-la-zad

    • Le 17 janvier 2018, Edouard Philippe annonçait l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dames-des-Landes. Des années de lutte, d’occupation et d’affrontement acculaient finalement l’État à reculer et renoncer. Cette « victoire », tout le monde le savait, allait cependant s’accompagner d’une cruelle contrepartie : l’écrasement sur la zone de tout ce qui débordait l’état de droit, un retour à l’ordre.
      https://lundi.am/ZAD-de-Notre-Dame-des-Landes-5-personnes-mises-en-examen-pour-enlevement-et

  • Nantes. Six blessés lors de manifestations de Gilets jaunes portent plainte
    Publié le 10/01/2019 à 19h03

    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-six-blesses-lors-de-manifestations-de-gilets-jaunes-portent-plai

    Ils ont été blessés à Nantes lors des manifestations Gilets jaunes. Ils ont décidé de porter plainte pour violences avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique.

    Six personnes ont déposé plainte ce jeudi après-midi 10 janvier pour violence avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique. Tous ont été blessés lors de manifestation de Gilets jaunes, à Nantes. Parmi eux, Adrien Maujean, 22 ans, qui a été victime d’un traumatisme crânien, le samedi 29 décembre.

    Ce jeune homme, qui habite Saint-Nazaire, a été entendu mardi 8 janvier par les enquêteurs de l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN), qui a été saisie par le procureur de la République de Nantes pour déterminer les causes de cette blessure.

    « C’est rassurant qu’il y a une enquête, affirme son père, Eric. Mais la vérité n’éclatera pas. » Un commandant de police a été entendu. Des policiers de la brigade anticriminalité devraient l’être. « L’IGPN va poursuivre son travail », explique le procureur de la République. Qui précise que le rapport médical établi par le médecin légiste établi « un important traumatisme crânien » . « Il y aura vraisemblablement des examens médicaux supplémentaires ».

    #violencespolicières #maintien_de_l'ordre