city:santos

  • Porsche to Restart Production of Limited-Edition 911s Lost in Grande America Sinking – gCaptain
    https://gcaptain.com/porsche-to-restart-production-of-limited-edition-911s-lost-in-grande-ameri

    Sports car maker Porsche will have to restart production on a limited-edition 911s which sank along with more than 2,200 other vehicles on board the Grande America in the Bay of Biscay last week.

    A Porsche Brazil spokesperson has now confirmed that it had 37 new cars on board the ship, including four rare 911 GT2 RS being shipped from Hamburg, Germany to Santos, Brazil.

    In a rare move, Porsche says it is now taking steps to restart production in order to “uphold its commitment” to its customers in Brazil, and the company has ensured that those vehicles will be reproduced in the order in which they were received.
    […]
    According to the ship’s Italian operator, Grimaldi Group, the Grande America was carrying a total of 2,210 vehicle, including 2,298 new ones from various major manufacturers, when the vessel sank.
    […]
    In case you were wondering, the 911 GT2 RS comes with a price tag of over $293,000, that’s if you can get one.

  • Premier équipage entièrement féminin sur un remorqueur portuaire. C’est à Saint-Domingue, en République Dominicaine.

    Svitzer Employs First All-Female Crew in Dominican Republic – gCaptain
    https://gcaptain.com/svitzer-employs-first-all-female-crew-in-dominican-republic


    The team on board Svitzer Monte Cristi is led by Captain Maria de los Santos, accompanied by Chief Engineer Marysabel Moreno and supported by sailors, Paloma Montero, Loreanni Torres and Juana Custodio.
    Photo courtesy Svitzer

    Global towage operator Svitzer has hired the first 100% female crew for one of its tugs in the Dominican Republic.

    The vessel, the 70-ton bollard pull Svitzer Monte Cristi, provides harbor towage services for ships in the port Santo Domingo.

    Svitzer says the all-female crew in an industry typically dominated by men is part of a gender inclusion initiative and marks a milestone for gender diversity in the Latin American maritime industry.
    […]
    The General Manager of Svitzer Caribbean, Captain Dickson Rivas, and others at the company spent two years pursuing the project, focusing the team’s energy on training.

    These women have become local icons for others and have proven to be an efficient and hardworking team,” said Captain Eduard Medina.

    Svitzer says it hopes the gender-inclusive initiative will help buck the historical predominantly male trend in the maritime industry. According to The International Transport Worker’s Federation, it is estimated that only 2% of the maritime workforce is made up of women, most of them employed on cruises and ferries.

  • Venezuela : articles du Monde sur les événements du week-end.
    (notez que dans les deux premiers « factuels », l’incendie des camions provoqué par les cocktails Molotov n’est pas même mentionné alors qu’il saute aux yeux sur la photo d’ouverture qui laisse même penser à un pillage en règle…)

    Aux frontières du Venezuela, scènes de confusion et de violences
    25/02, 15h28-15h35
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/aux-frontieres-du-venezuela-scenes-de-confusion-et-de-violences_5428069_3210


    A 15 km au nord [du pont international Simon Bolívar], un camion d’aide humanitaire a été bloqué puis vidé sur le pont Francisco-de-Paula-Santander, qui relie la Colombie et le Venezuela.
    FERNANDO VERGARA / AP

    Des centaines de Vénézuéliens se sont mobilisés ce week-end aux frontières brésilienne et colombienne, mais les camions d’aide humanitaire sont restés bloqués par les forces de sécurité. Les anti-Maduro attendent, eux, qu’une directive d’action soit donnée.
    […]
    Il s’agit des fameux colectivos (« collectifs ») mis en place par Hugo Chavez et développés par Nicolas Maduro. Ces groupes de civils armés ont fait régner la terreur pendant plusieurs heures, samedi, à la frontière avec la Colombie. Mais il n’y a pas eu de mort.

    Les services migratoires colombiens ont par ailleurs confirmé, dimanche, que 156 membres des forces armées vénézuéliennes avaient déserté en quarante-huit heures. Une victoire à relativiser pour l’opposition, alors que les forces de sécurité vénézuéliennes comptent plus de 350 000 membres.

    Note : El Nacional (d’opposition) n’a mentionné nulle part l’intervention de collectivos, mais parle d’affrontements avec la police et la garde nationale (bien présentes sur les photos).

    =====================

    Escalade de violence aux frontières du Venezuela
    25/02, 17h57 (intégralité de l’article accompagnant une vidéo)
    https://www.lemonde.fr/international/video/2019/02/25/escalade-de-violence-aux-frontieres-du-venezuela_5428134_3210.html

    Depuis le samedi 23 février, la situation est toujours tendue aux frontières vénézuéliennes. Les violences ont fait au moins quatre morts et plus de 300 blessés.

    De l’aide humanitaire bloquée aux frontières vénézuéliennes : la situation dure depuis plusieurs jours et samedi 23 février la situation s’est tendue. Le président autoproclamé, Juan Guaido, avait donné au président officiel, Nicolas Maduro, jusqu’à cette date pour laisser entrer au Venezuela des camions de vivres et de médicaments. Refus catégorique du président en place. Les partisans de Guaido ont ainsi été violemment repoussés par les forces de sécurité, toujours fidèles à Nicolas Maduro.

    Gaz lacrymogènes, incendies, jets de projectiles, barricades… les violences ont fait au moins quatre morts et plus de 300 blessés, selon l’ONU. Du côté des forces de sécurité, les désertions se sont malgré tout multipliées. Face à une dangereuse escalade, Juan Guaido a demandé à la communauté internationale de considérer « toutes les options » pour résoudre la crise qui touche le pays.

    • Devant l’échec manifeste de l’effondrement du gouvernement Maduro que le buzz pré-23F laissait espérer, les appuis internationaux de Guaidó prennent un peu de marge…

      Après les bravades, le Brésil tente de calmer le jeu au Venezuela
      25/02, 11h21
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/apres-les-bravades-le-bresil-tente-de-calmer-le-jeu-au-venezuela_5427950_321


      Le vice-président brésilien Hamilton Mourao, à Brasilia le 21 février 2019.
      SERGIO LIMA / AFP

      La présidence brésilienne appelé la « communauté internationale » à reconnaître massivement le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido.

      Après les violents heurts du samedi 23 février, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a fait l’effort d’écrire un Tweet en espagnol pour soutenir les Vénézuéliens, qui se sont battus parfois au prix de leur vie afin de déstabiliser un Nicolas Maduro basculant chaque jour un peu plus dans l’autoritarisme. « Courage à nos frères vénézuéliens. Dieu est aux commandes », a déclaré le leader de l’extrême droite brésilienne.
      […]
      De la part du chef d’Etat brésilien comme de son ministre des affaires étrangères, Ernesto Araujo, habituellement prompt aux envolées belliqueuses envers le Venezuela de Maduro, ce ton diplomatique détonne.

      Marquant l’embarras du président brésilien, le propos atteste du changement de position du pays face à une crise à l’issue incertaine. Hier prêt à jouer les protagonistes alliés à « 100 % » avec les Etats-Unis pour en finir avec un chavisme honni, le géant d’Amérique

      #paywall

      =======================

      Venezuela : même s’il est anti-Maduro, le « groupe de Lima » ne veut pas d’usage de la force
      25/02, 22h12, mis à jour 26/92, 06h54
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/venezuela-les-etats-unis-soutiennent-guaido-a-100-et-n-ecartent-aucune-optio


      Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, accompagné du président guatémaltèque, Jimmy Morales, du président colombien, Ivan Duque, et du président panaméen, Juan Carlos Varela, lors d’une réunion du groupe de Lima, en Colombie, lundi 25 février 2019.
      Martin Mejia / AP

      Cette alliance de quatorze Etats a répété que « la transition vers la démocratie doit être menée pacifiquement » et regretté la « grave situation humanitaire ».

      Le groupe de Lima, cette alliance de quatorze Etats majoritairement hostiles au président chaviste , a plaidé, lundi 25 février, pour une transition démocratique au Venezuela. Insistant sur la « grave situation humanitaire » dans le pays, ses membres ont cependant écarté l’usage de la force envisagé par Washington, allié de l’opposant Juan Guaido.

      Les Etats qui composent cette alliance ont ainsi réitéré :
      « leur conviction que la transition vers la démocratie doit être menée par les Vénézuéliens eux-mêmes pacifiquement, dans le cadre de la Constitution et du droit international, et soutenue par des moyens politiques et diplomatiques, sans usage de la force ».

    • Deux tribunes, datées du 26/03
      (également d’un côté, également de l’autre,…)

      Venezuela : « Le régime de Maduro se targuait d’agir au nom du peuple, aujourd’hui il le laisse mourir »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/26/venezuela-le-regime-de-maduro-se-targuait-d-agir-au-nom-du-peuple-aujourd-hu

      Alors que le gouvernement vénézuélien bloque l’arrivée de l’aide humanitaire et face à une tragédie de dimension internationale, les pays voisins du Venezuela et les puissances occidentales « ont été contraints de réagir », soulignent deux universitaires et une journaliste, dans une tribune au « Monde ».

      Fini le déni, c’est peut-être la chance pour un peuple de renaître demain. L’aide humanitaire, dernier épisode en date de la crise vénézuélienne, agit comme un puissant révélateur sur la nature du projet chaviste, dont Nicolas Maduro est l’héritier. En refusant à sa population son libre accès, l’Etat vénézuélien montre jusqu’où il peut aller dans la course à la fatalité.

      #paywall

      ===================

      Venezuela : « Pourquoi ces ultimatums typiques des époques impériales ? »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/26/venezuela-pourquoi-ces-ultimatums-typiques-des-epoques-imperiales_5428317_32

      Selon Boaventura de Sousa Santos, figure du Forum social mondial, le Venezuela est à la veille d’une intervention militaire américaine appuyée par l’Europe, alors même que les démocrates de ce pays réclament une solution négociée.

      Ce qui se passe au Venezuela est une tragédie annoncée, qui va entraîner la mort de beaucoup d’innocents. Le pays est à la veille d’une intervention militaire étrangère et le bain de sang pourrait atteindre des proportions dramatiques. Celui qui l’affirme sait de quoi il parle : c’est le plus connu des leaders de l’opposition à Nicolas Maduro, Henrique Capriles. Il assure que le président fantoche Juan Guaidó est en train de faire des Vénézuéliens de la « chair à canon ». Il sait qu’Hugo Chávez [président de 1999 à 2013] avait pris très au sérieux le précédent Salvador Allende [renversé par un coup d’Etat soutenu par les Etats-Unis en 1973] au Chili, et qu’il avait armé la population civile.

      Les milices, bien sûr, peuvent être désarmées, mais cela ne se fera pas sans résistance. Capriles sait aussi que malgré l’immense souffrance à laquelle est soumis le pays par le mélange des fautes politiques internes et des pressions externes, notamment l’embargo (condamné par l’ONU), un sentiment d’orgueil nationaliste reste chevillé au corps du peuple vénézuélien, qui n’acceptera pas d’intervention étrangère.

  • Improvisiert und zielbewusst (1967) [BluRay] [720p] [YTS.AM]
    https://yts.am/movie/improvisiert-und-zielbewusst-1967#720p

    IMDB Rating: 7.3/10Genre: Documentary / HistorySize: 270.88 MBRuntime: 12hr 30 minGerman documentary for TV about the “Cinema Novo” movement (Brazilian New Wave). Director Joaquim Pedro de Andrade focuses on six Cinema Novo filmmakers working in Rio in 1967: Leon Hirszman preparing the script with poet/writer Vinicius de Moraes for “Garota de Ipanema” (1967); Glauber Rocha shooting “Terra em Transe” (1967); Arnaldo Jabor editing “A Opinião Pública” (1967); Nelson Pereira dos Santos shooting “El Justicero” (1967); the rushes and voice-looping sessions of Domingos Oliveira’s “Todas as Mulheres do Mundo” (1967); and the opening of Carlos Diegues’s “A Grande Cidade” (...)

    https://yts.am/torrent/download/7DF33BB2A231E071A22399E1DF8F4D938A8A4EF2

  • Movimientos sociales en el siglo XXI - Perspectivas y herramientas analíticas
    https://www.cetri.be/Movimientos-sociales-en-el-siglo

    Colección Democracias en Movimiento. ISBN 978-987-722-373-6 CLACSO, Buenos Aires, Noviembre de 2018. “Este libro es de lectura obligatoria especialmente para los estudiosos de los movimientos sociales en América latina. Sus análisis abarcan un conjunto muy rico de movimientos sociales para proponer innovadoras perspectivas analíticas que dan cuenta de la enorme diversidad de los procesos colectivos de resistencias y de luchas de las últimas dos décadas”. Boaventura de Sousa Santos, Universidad de (...)

    #El_Sur_en_movimiento

    / #Le_Sud_en_mouvement, #Mouvements_sociaux, Relations entre mouvements sociaux & gouvernements, Amérique latine & (...)

    #Relations_entre_mouvements_sociaux_&_gouvernements #Amérique_latine_&_Caraïbes

  • Volver Movimientos sociales en el siglo XXI Perspectivas y herramientas analíticas
    https://www.cetri.be/Volver-Movimientos-sociales-en-el

    “Este libro es de lectura obligatoria especialmente para los estudiosos de los movimientos sociales en América latina. Sus análisis abarcan un conjunto muy rico de movimientos sociales para proponer innovadoras perspectivas analíticas que dan cuenta de la enorme diversidad de los procesos colectivos de resistencias y de luchas de las últimas dos décadas”. Boaventura de Sousa Santos, Universidad de Coimbra “Geoffrey Pleyers pone en práctica una sociología de los movimientos sociales que efectivamente (...)

    #El_Sur_en_movimiento

    / #Le_Sud_en_mouvement, #Mouvements_sociaux, Relations entre mouvements sociaux & gouvernements, Amérique latine & (...)

    #Relations_entre_mouvements_sociaux_&_gouvernements #Amérique_latine_&_Caraïbes

  • Prostitution et robots sexuels : DE LA FEMME-OBJET A L’OBJET-FEMME – Révolution Féministe
    https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/01/27/prostitution-et-robots-sexuels-de-la-femme-objet-a-lo

    INTERVIEW DE YAGMUR ARICA

    Par Francine Sporenda

    Farouche abolitionniste, Yağmur est officiellement étudiante en sciences politiques, officieusement en sciences féministes. Elle a traduit, recherché et écrit sur le thème de la prostitution depuis plusieurs années maintenant : ses textes paraîtront au printemps dans Les Cahiers de la Fondation Scelles et dans le prochain rapport mondial de la Fondation. Plus généralement, ce sont les pratiques misogynes qui ne sont pas toujours perçues comme telles et les discours indulgents qui les accompagnent qui l’intéressent, comme c’est le cas par exemple avec la question du voilement.

    Pourquoi un tel brouillage des frontières relation sexuelle/prostitution ?

    Parmi les mythes qui circulent sur la prostitution, il y en a dont nous-mêmes abolitionnistes avons parfois du mal à nous débarrasser (voir par exemple l’expression anglaise « sex buyer » –acheteur de sexe) : que la prostitution est du sexe en échange d’argent, alors que c’est plutôt du viol contre argent. Quand on dit « sexe contre argent », on véhicule l’idée que la passe prostitutionnelle est un rapport sexuel comme un autre, avec juste un peu d’argent qui s’y immisce, on ne sait pas trop pourquoi. En réalité, l’argent définit fondamentalement l’acte prostitutionnel et le distingue radicalement du rapport sexuel. Comme l’explique Lise Bouvet, l’argent est à la fois la preuve que le sexe n’est pas désiré et l’arme de la contrainte sexuelle(6) La rencontre n’aurait jamais eu lieu sans argent, et si on enlève l’argent d’une passe, que reste-t-il—sinon un viol ?

    Or, les sites de prostitution qui copient les sites de rencontres veulent exactement faire l’opposé : renforcer l’idée que la prostitution est du sexe. C’est parfait pour empêcher toute prise de conscience sur la prostitution : le sexe-contre-argent est placé sur un continuum de relations femmes-hommes, comme si on ajoutait une catégorie aux « rencontres sérieuses », « rencontre d’un soir », etc., qui existent déjà. J’ai justement cité le site RichMeetBeautiful car il prétend se placer dans une zone grise qui présuppose ce genre de continuité. Et du côté des sites de rencontres habituels, on peut voir, notamment avec Tinder, connus pour être surtout le lieu pour les affaires d’un soir, que ceux-ci se rapprochent du schéma de la passe prostitutionnelle : un rapport rapide, égoïste, sans responsabilité. Dans les deux cas, l’important est de dissocier : sexe privé d’émotion et corps privé d’esprit.[5]. Chaque femme aurait avec son corps un rapport différent : ainsi, quand des hommes se font uriner dessus, on parle de torture, quand des femmes se font uriner dessus, on parle de plaisir. Mais nous sommes notre corps ! Chaque fois que quelqu’un porte atteinte à notre corps, c’est à nous qu’il porte atteinte.

    La poupée masturbatoire est une poupée en forme de femme, grandeur nature, dans laquelle les hommes se masturbent. Les robots masturbatoires ont en plus des logiciels d’intelligence artificielle intégrés. Souvent on les appelle poupées ou robots sexuels mais comme le souligne la professeure Kathleen Richardson qui mène une campagne contre ces poupées, la relation sexuelle est une expérience avec une autre personne, la masturbation est individuelle, donc l’expression « poupée masturbatoire » est plus correcte.

    On peut remercier les Etats-Unis et le Japon pour ces merveilleuses avancées technologiques. En tête de course, il y a l’entreprise RealDolls de Matt McMullen basée en Californie (« véritables poupées »). Le logiciel de ces robots est l’un des plus avancés qui soit : les robots peuvent papoter avec leur propriétaire, les chauffer avec une modalité obscène, ils peuvent même gémir, et s’adaptent avec le temps à leurs préférences. Le prix moyen est de 13 000€ et l’entreprise en vendrait une cinquantaine par mois. Il y a ensuite TrueCompanion de Douglas Hines qui se différencie avec le robot « Frigid Farrah » (« Farrah Frigide »), capable de se raidir pour que l’utilisateur puisse simuler un viol, et aussi la très jeune Yoko, à peine majeure. De l’autre côté du Pacifique, on a la Trottla de Shin Takagi qui lui descend en-dessous de la barre de l’âge légal en produisant des poupées fillettes. Il connaîtrait un joli succès avec des enseignants d’école primaire. Les hommes européens comptent bien rattraper ces géants : l’Espagnol Sergi Santos par exemple, produit Samantha qui dispose d’un « mode familial » et peut donc passer du temps avec les enfants quand papa ne lui rentre pas dedans.

    YA : La question des bordels de poupées est bien évidemment ici aussi très liée à la violence masculine. On retrouve ce genre de bordels à Paris, à Barcelone, en Allemagne bien sûr, à Toronto… Pourquoi de tels investissements (« avec retour … intéressant et non fiscalisé » sûrement) ? Parce que la demande masculine est là. Des hommes sont prêts à débourser jusqu’à une centaine d’euros pour se masturber dans ces poupées. Impossible dorénavant de parler du choix des poupées comme on parle du « choix » des femmes prostituées. L’empereur est mis à nu.

    Il ne faut pas voir le marché des poupées et celui des femmes et filles prostituées comme des entités distinctes. Le marché est unique, celui des poupées ne fait qu’ouvrir un segment de plus qui n’avait pas encore été exploité. La logique, qui est celle de posséder pour subjuguer, est la même. La demande est la même. Les lieux de prostitution sont les mêmes : dans le bordel barcelonais par exemple, les poupées et les femmes sont dans le même bâtiment, floutant toujours plus les frontières. La consommation pornographique de poupées est en forte hausse. Les poupées sont inspirées d’images de prostitution filmée, et même elles sont moulées directement sur le corps de femmes qui sont dans l’industrie prostitutionnelle. Bref, sans prostitution, impossible d’avoir des bordels de poupées.

    Ces poupées ne vont pas faire disparaître le viol, et la prostitution non plus, comme l’affirment certain-es plein-es de bons sentiments mais de mauvaises intuitions. Bien au contraire, on peut prédire que les demandes pour prostituer des femmes avec des poupées vont augmenter dans les années à venir et que les hommes qui demandent des poupées demanderont aussi des femmes et vice-versa.

    #Prostitution #Robots_masturbatoires #Poupées #Viol #Féminisme

  • Jihad : comment la justice française a converti un prénom tabou en injonction à la guerre sainte – JeuneAfrique.com
    http://www.jeuneafrique.com/552369/societe/jihad-comment-la-justice-francaise-a-converti-un-prenom-tabou-en-injon

    Mais la France de 2018, endeuillée par plusieurs attentats jihadistes ces dernières années, est trop crispée sur la question pour ces considérations linguistiques. Déjà en 2012, la mère d’un petit Jihad avait fait scandale en envoyant son fils à l’école vêtu d’un t-shirt « Jihad, né le 11 septembre – Je suis une bombe ».

    Une décision qui interroge : les mots et les noms doivent-ils être frappés de l’infamie de ceux qui se les approprient ? Faudra-t-il abandonner le mot « jihad » aux jihadistes ? Comment, en outre, déterminer précisément « l’intérêt de l’enfant » ? Les petits « Alkapone », « #Retcharles » (sic), « Bruce-Lee », « Lola-Poupoune », « Euthanasia », « Lagrâce-Divine », « Boghosse » (re-sic), « Sponge Bob » et « Yolo », autant de prénoms acceptés en France entre 2015 et 2017, vivront-ils réellement une vie scolaire et sociale moins compliquée que les Jihad ?

    Quoi qu’il en soit, et c’est là que la question initiale prend tout son sens, le juge aux affaires familiales de Toulouse aurait peut-être gagné à consulter un spécialiste de la langue arabe. Car l’inversion de voyelles à laquelle il a eu recours permet non seulement de conserver la racine arabe JHD, qui implique l’idée d’effort et qui donne « jihâd », mais transforme de plus un substantif en impératif : « jâhid » est ainsi l’impératif de la racine JHD à la troisième forme, laquelle donne notamment le mot « #mujâhid » (pl. : #mujâhidîn).

    Croyant, en inversant les deux voyelles de #Jihad, donner à l’enfant un prénom devenu inoffensif – car dénué de sens –, le juge l’a tout simplement prénommé… « Mène le jihad » !

    • Ça me rappelle Oussama.

      Dans le quartier de petite couronne Parisienne où j’ai vécu une quinzaine d’années, de 2000 à 2015 environ, il y avait un enfant prénommé Oussama. Oussama semblait victime de divers problèmes de santé, problèmes moteurs (locomotion difficile et espèces d’attelles du talon aux genoux en permanence) et comportementaux (échanges verbaux minimaux) associés.

      Il était fréquemment livré à lui même (je n’ai jamais identifié ses parents), paradant fièrement sur son vélo, notamment aux heures de sortie de l’école, et il se mêlait donc à la société qui investissait le square devant l’école à ces heures là (enfants, mamans, quelques papas, baby-sitters, jeunes glandeurs, ...).

      Tout le monde connaissait Oussama, et il bénéficiait d’un statut à part.

      Il avait le privilège de faire du vélo dans le square, parmi les enfants, activité par ailleurs strictement prohibée, les autres cyclistes devant tourner autour du square.

      Lorsque Oussama tombait de son vélo, il y avait toujours un-e adulte pour s’enquérir de son état, et lui filer un coup de main pour remonter en selle.

      Lorsque les aventures vélocipédiques de Oussama commençaient à mettre en danger les plus petits, il y avait toujours un-e adulte ou un enfant pour lui expliquer tranquillement que là, Oussama, il faut faire gaffe à ne pas faire mal aux autres.

      Lorsque Oussama s’attaquait difficilement au toboggan, les autres enfants attendaient (plus ou moins) patiemment qu’il se lasse.

      Je n’ai jamais entendu quelqu’un, que ce soit au square ou lors d’autres occasions dans le quartier, faire la moindre remarque sur son prénom. On l’appelait simplement Oussama.

    • Je remets le lien (avec une couche de colère anti patriarcal) sur le droit à changer de nom en france

      https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1656

      On ne choisit pas sa famille mais on peut choisir ses amis.
      De la même manière, je prends les paris que nous aurons la possibilité de choisir les noms qui nous conviennent. Qui disait que l’évolution de la société passe par les artistes puis par les scientifiques ? Ce qui identifie juridiquement une personne ne sera un jour plus le nom des couilles de son grand-père mais sa propre ADN

      https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F10528

      Plusieurs possibilités existent pour la francisation du nom :

      Traduire votre nom s’il peut l’être. Par exemple, Dos Santos en Dessaint.
      Transformer votre nom étranger pour lui donner une consonance française (votre nouveau nom ne doit pas être trop éloigné de votre nom de naissance, vous pouvez transformer Fayad en Fayard, par exemple)
      Reprendre le nom français d’un ascendant français
      Reprendre le nom français que vous portiez avant une décision des autorités de votre pays d’origine dans le cas d’une réintégration

      En revanche, vous ne pouvez pas prendre un nouveau nom sans rapport avec votre nom de naissance ou jamais porté dans votre famille.

      #culture_française

  • #Angola : un banquier proche du pouvoir a détourné 600 millions de dollars
    https://www.mediapart.fr/journal/international/020318/angola-un-banquier-proche-du-pouvoir-detourne-600-millions-de-dollars

    Mediapart et l’EIC révèlent qu’Alvaro Sobrinho, homme d’affaires proche du pouvoir angolais poursuivi au #Portugal et en Suisse, a détourné plus de 600 millions de dollars de la #Banco_Espirito_Santo Angola lorsqu’il dirigeait la #banque, par le biais de sociétés-écrans alimentées par des opérations fictives de retraits d’espèces.

    #International #Alvaro_Sobrinho #détournements_de_fonds #Finance #José_Eduardo_dos_Santos

  • En #Angola, le nouveau président s’affronte au clan dos Santos
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280118/en-angola-le-nouveau-president-s-affronte-au-clan-dos-santos

    João Lourenço en campagne, avec José Eduardo en toile de fond © Angop À peine élu président, João Lourenço, le successeur de #José_Eduardo_dos_Santos qui a régné 38 ans sur l’Angola, a procédé à une vaste purge des enfants et affidés de l’ancien président. Ces derniers avaient été placés aux principaux postes clés de l’économie du pays. S’agit-il de mettre fin à la kleptocratie d’un clan ou de simplement se redistribuer les richesses de la #Corruption ?

    #International #Isabel_dos_Santos #Joao_Lourenço #José_Socrates #Lula #MPLA #Odebrecht #Rafael_Marques #Sonangal

  • En #Angola, le nouveau président s’affronte au clan dos Santos
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280118/en-angola-le-nouveau-president-saffronte-au-clan-dos-santos

    João Lourenço en campagne, avec José Eduardo en toile de fond. © Angop À peine élu président, João Lourenço, le successeur de #José_Eduardo_dos_Santos qui a régné 38 ans sur l’Angola, a procédé à une vaste purge des enfants et affidés de l’ancien président. Ces derniers avaient été placés aux principaux postes clés de l’économie du pays. S’agit-il de mettre fin à la kleptocratie d’un clan ou de simplement se redistribuer les richesses de la #Corruption ?

    #International #Isabel_dos_Santos #Joao_Lourenço #José_Socrates #Lula #MPLA #Odebrecht #Rafael_Marques #Sonangal

  • En #Angola, le nouveau président s’affronte au tout-puissant clan dos Santos
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280118/en-angola-le-nouveau-president-saffronte-au-tout-puissant-clan-dos-santos

    João Lourenço en campagne, avec José Eduardo en toile de fond. © Angop À peine élu président, João Lourenço, le successeur de #José_Eduardo_dos_Santos qui a régné 38 ans sur l’Angola, a procédé à une vaste purge des enfants et affidés de l’ancien président. Ces derniers avaient été placés aux principaux postes clés de l’économie du pays. S’agit-il de mettre fin à la kleptocratie d’un clan ou de simplement se redistribuer les richesses de la #Corruption ?

    #International #Isabel_dos_Santos #Joao_Lourenço #José_Socrates #Lula #MPLA #Odebrecht #Rafael_Marques #Sonangal

  • Global Challenges: Borders, Populism and the Postcolonial Condition | Lnu.se

    https://lnu.se/en/research/conferences/global-challenges

    Qu’est-ce qu’on ferait pas si on avait plein d’argent, plein de temps, etc...

    Global Challenges: Borders, Populism and the Postcolonial Condition - An international conference on critical theory, postcoloniality, migration and populism. Linnaeus University, Växjö Sweden, 14-16 June 2018.

    The international conference Global Challenges: Borders, Populism and the Postcolonial Condition addresses current global challenges with a focus on the present resurrection of geographical and intellectual borders, the rise of populism in the West and beyond, and the realisation that current geopolitical relations are still deeply informed by the long history of colonialism. Confirmed keynotes are Boaventura de Sousa Santos, Dominick LaCapra, Carolyn J Dean, and Gurminder K Bhambra. To facilitate a productive and interdisciplinary meeting, the conference will include scholars from a wide interdisciplinary spectrum, including postcolonial studies, migration studies, animal studies, trauma studies, and ecocriticism.

    #frontières #populisme #post-colonialisme #colonialisme

  • You are Everything: Playing God in a Strange Universe
    https://medium.com/mammon-machine-zeal/you-are-everything-playing-god-in-a-strange-universe-3b0cc2fee6f7

    The first time I visited Los Angeles, I felt deja vu for streets I had never seen before. Well, I had driven down these roads — just not in this world. I had spent enough time traveling the streets of Grand Theft Auto V that my mind confused the asphalt of L.A. for the pixels of Los Santos; I suddenly found myself in a borderland between the real world and a virtual representation of it.

    As these man-made digital spaces begin to bleed into our world on an ever deeper level, it seems an interesting time to reflect upon our newfound creative potential. Now that we have the ability to create worlds in whatever image we choose, how are we reflecting and distorting our own reality into these collectively-imagined virtual spaces? What philosophies are — consciously or unconsciously — guiding their construction? And for us as players, as these lines between reality and virtual reality blur, just how radically can our time spent in digital worlds shift our perceptions of the world around us?

  • Numéro de la #revue EchoGéo dédié au #Brésil :

    Jean-Louis Chaléard
    Brésil : un écho géographique sur l’émergence [Texte intégral]

    Sur le Champ

    Un état des lieux du Brésil en 2017
    Hervé Théry
    Un état des lieux du Brésil en 2017 [Texte intégral]
    Cathy Chatel, François Moriconi-Ebrard et Maria Encarnação Beltrão Sposito
    La #croissance_urbaine au Brésil : concentration dans les métropoles ou rééquilibrage du #système_urbain ? [Texte intégral]
    Cláudio Zanotelli
    L’espace du politique ou la politique de l’espace : l’#éviction des quartiers populaires et les #Jeux_olympiques de Rio de Janeiro [Texte intégral]
    Cássio Arruda Boechat, Ana Carolina Gonçalves Leite et Carlos de Almeida Toledo
    Archéologie de la question agraire au Brésil : du labor grabbing au #land_grabbing [Texte intégral]
    Neli Aparecida de Mello-Théry
    Politiques environnementales brésiliennes : intentions et réalités [Texte intégral]
    Vincent Dubreuil, Karime Pechutti Fante, Olivier Planchon et João Lima Sant’anna Neto
    Les types de #climats annuels au Brésil : une application de la classification de Köppen de 1961 à 2015 [Texte intégral]
    François-Michel Le Tourneau
    Le Brésil et ses Indiens : une réconciliation impossible ? [Texte intégral]
    Céline Broggio et Martine Droulers
    Les effets des équipements hydroélectriques en Amazonie [Texte intégral]
    Un exemple de #résilience_territoriale
    François Laurent, Damien Arvor, Marion Daugeard, Reinis Osis, Isabelle Tritsch, Emilie Coudel, Marie-Gabrielle Piketty, Marc Piraux, Cecilia Viana, Vincent Dubreuil, Ali F. Hasan et François Messner
    Le tournant environnemental en Amazonie : ampleur et limites du découplage entre production et #déforestation [Texte intégral]
    Tatiana Schor et Gustavo S. Azenha
    Ribeirinho Food Regimes, Socioeconomic Inclusion and Unsustainable Development of the Amazonian Floodplain [Texte intégral]
    Simone Affonso da Silva
    Regional Inequalities in Brazil : Divergent Readings on Their Origin and Public Policy Design [Texte intégral]
    Renata Callaça Gadioli dos Santos, Luiz Fernando de Macedo Bessa et Magda de Lima Lúcio
    The Brazilian National Policy for Regional Development and the RIDE-DF Management opposite the Governance vs Brasília’s Metropolitan Area [Texte intégral]

    https://echogeo.revues.org/14998
    #villes #urban_matter #géographie_urbaine #JO #terres #accaparement_de_terres #peuples_autochtones #Amazonie #barrages_hydroélectriques #inégalités

    Pour toi, @odilon :
    Archéologie de la question agraire au Brésil : du labor grabbing au land grabbing
    https://echogeo.revues.org/15112

  • Boaventura de Sousa Santos : « Pour une #sociologie des #émergences » - El Correo
    http://www.elcorreo.eu.org/Boaventura-de-Sousa-Santos-Pour-une-sociologie-des-emergences

    Considérons l’exemple suivant : le 15 mars de cette année, le Parlement de la Nouvelle-Zélande a approuvé une loi qui confère une personnalité juridique et des droits humains à la rivière Whanganui (voir photo), considérée par les maories comme une rivière sacrée, un être vivant qu’ils assument comme leur aïeul. Après 140 ans de lutte, les maories ont réussi à obtenir la protection juridique qu’ils cherchaient : la rivière cesse d’être un objet de propriété et de gestion pour être un sujet de droits avec nom propre, qui doit être protégé tel quel. Aux yeux de la conception eurocentrique de la nature, basée sur la philosophie Descartes, cette solution juridique est une aberration. Une rivière est un objet naturel et en tant que tel cela ne peut pas être un sujet de droits. Ce fut précisément dans ces termes que l’opposition conservatrice a mis en question le Premier ministre néozélandais. Si une rivière n’est pas un être humain, elle n’a pas de tête, ni tronc, ni des jambes : comment peut-on lui attribuer des droits humains et une personnalité juridique ? La réponse du Premier ministre a été donnée en forme d’une contre question. Et une entreprise, a-t-elle une tête, un tronc et des jambes ? Si elle ne les a pas, comment est-il si facile pour nous de lui attribuer une personnalité juridique ?

    Ce qui est devant nous est l’émergence de la reconnaissance juridique d’un organisme, qui sous tend une conception de différente nature de la conception cartésienne que la modernité occidentale a naturalisée comme l’unique conception possible. Initialement, cette conception était loin d’être consensuelle. Il suffit de se rappeler Spinoza, sa distinction entre nature naturata et une nature naturans, et sa théologie basée sur l’idée Deus sive une nature (Dieu, ou bien, la nature). La conception spinoziste a une affinité de famille avec la conception de nature des peuples autochtones, pas seulement en Océanie mais aussi aux Amériques. Ces derniers considèrent la nature comme Pachamama, Mère Terre, et défendent que la nature ne nous appartient pas : nous appartenons à la nature.

  • El tren bioceánico que conectará a Sudamérica › Mundo › Granma - Órgano oficial del PCC
    http://www.granma.cu/mundo/2017-08-08/el-tren-bioceanico-que-conectara-a-sudamerica-08-08-2017-20-08-12

    El Canal de Panamá del siglo XXI es un ferrocarril
    Bautizado por Evo Morales como el Canal de Panamá del siglo XXI, el tren bioceánico que prevé construir Bolivia, enlazará al Atlántico y al Pacífico: con punto de partida en el puerto de Santos (Brasil), surcará territorio boliviano y llegará hasta Ilo (Perú), para un recorrido de 3 700 kilómetros.

    Este megaproyecto de la ingeniería civil podrá favorecer a más de la mitad de los países sudamericanos. Entre ellos, el Estado Plurinacional y Paraguay, ante su circunstancia de carecer de litoral, obtendrían notables beneficios.

  • Cassini Targets a Propeller in Saturn’s A Ring (NASA Cassini Saturn Mission Images)
    http://ciclops.org/view/8503/Cassini-Targets-a-Propeller-in-Saturns-A-Ring

    NASA’s Cassini spacecraft captured these remarkable views of a propeller feature in Saturn’s A ring on Feb. 21, 2017. These are the sharpest images taken of a propeller so far, and show an unprecedented level of detail. The propeller is nicknamed “Santos-Dumont,” after the pioneering Brazilian-French aviator.

  • 2月7日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-170207

    今年は「人妻」の年かな。 posted at 08:41:47

    RT @WalkingDead_AMC: The gang’s back together: @GunnerGale on the hug between Rick and Daryl on #TWD. amc.tv/QAGaleAnneHurd pic.twitter.com/8Edr1Fy3el posted at 08:37:24

    RT @chbormans: «Pendant longtemps, je croyais qu’il se passait des choses extraordinaires sous les jupes des femmes.» — François Truffaut pic.twitter.com/azUVvwNZVX posted at 08:35:00

    #ねこあつめ Sunny. pic.twitter.com/guD1oxStpA

    posted at 07:58:41

    Top story: Interview with psychiatrist Amílcar Silva-dos-Santos - Me and My Cra… www.thecrazymind.com/2017/02/interv…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 06:28:15

    Top story: Andrea Pitzer on Twitter: ""Hitler To Appoint German Judges: May Dis… twitter.com/i/web/status/8…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 04:17:43

    Top story: Donald J. (...)

  • Brazil’s quilombos face eucalyptus giant in land war | Brazil | Al Jazeera
    http://www.aljazeera.com/indepth/features/2016/11/brazil-quilombos-face-eucalyptus-giant-land-war-161123122742103.html

    In Sape do Norte, in the far north of Espirito Santo, Brazil, 32 communities refer to the 111,000 hectares of land as the “green desert”. #Quilombolas, members of these communities, are the descendants of slaves who created settlements called #quilombos. The “green desert” refers to the eucalyptus plantation which has gradually spread over land that they claim is rightfully theirs.

    The eucalyptus monoculture arrived in the region during the 1960s under Brazil’s military dictatorship. “The lands were not clearly divided or marked by fences,” community leader Domingo Firmiano dos Santos said. “The absence of land titles facilitated illegal occupation. Anyone who didn’t sell their piece of land at a bargain price was pressured, threatened, and forced to leave.”

    Fibria Celulose, the global leader in bleached eucalyptus pulp and a paper company which exports to more than 40 countries, now owns and manages these eucalyptus plantations. The company said in a statement response for this article that it also owns all the disputed lands in question.

    #Brésil #terres #plantations #eucalyptus

  • Pourquoi le non de l’accord de paix en Colombie ?
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2925

    Face à face à la perspective de retourner à la guerre en Colombie, les dirigeants des FARC comptent accepter des peines plus sévères pour leurs combattants ayant été reconnus avoir commis des délits. M. Santos, le président, et son principal opposant M. Uribe sont poussés, après une réunion qui a eu lieu le 5 octobre, à se rendra conjointement au congrès avec une proposition de paix modifiée, dont une commission se chargera des révisions. Les insurgés sont attachés à la paix. Ils se sont excusés (...)

    Actualité, événement, opinion, intérêt général, information, scoop, primauté

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, fait divers, (...)

    #Actualité,événement,_opinion,_intérêt_général,_information,_scoop,_primauté #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition #Socialisme,_Amérique_Latine,_Chine,_marxisme,_égalité,_pauvreté,_justice,_sociale

  • Did Human Rights Watch Sabotage Colombia’s Peace Agreement? | The Nation
    https://www.thenation.com/article/did-human-rights-watch-sabotage-colombias-peace-agreement

    “No” won because the right wing, led by former President Álvaro Uribe, was able to turn a vote that was supposed to be on peace into a vote on the FARC. The geographic breakdown of the referendum indicates that “no” won in areas where Uribe and his political party have their support. Take a look especially at the department of Antioquia, where Uribe got his political start as a champion of paramilitary death squads. Sixty-two percent of Antioquia’s voters cast “no.” In the department’s capital, Medellín, a city that has been sold in the United States as a neoliberal success story—Modern! Urbane! Fun! Come visit!—63 percent of voters said “no” (for Medellín’s neoliberal “makeover,” see this essay by Forrest Hylton).

    Uribe served as president from 2002 to 2010. He is best thought of as a Colombian Andrew Jackson, riding to the top office of his country on the wings of mass murder, rural ressentiment, and financial speculation. As an ex-president, he has been toxic, doing everything he could to keep the war going.

    The Colombian elite, especially the retrograde sector Uribe represents, has much to lose with peace: The end of fighting would create a space in which the country’s many social conflicts—having to do with land, labor, and resource extraction—could be dealt with on their own terms, rather than distorted through counterinsurgent politics. And peace would be costly for some sectors, especially for all those Colombians in the “security” business who for years have fed off the Plan Colombia trough.

    Polls show that a majority of Colombians favor peace. But Uribe and his allies in the media and congress lied, obfuscated, and scared. They managed to convince a small minority (the 54,000-vote victory margin for “no” is about a quarter of the number of civilians killed or disappeared by the state since the start of the civil war) that the agreement was a giveaway to the FARC and that Santos was “delivering the country to terrorism.” The Times identifies Uribe and the “far right” as the “biggest winner.” The former president “had argued that the agreement was too lenient on the rebels, who he said should be prosecuted as murderers and drug traffickers. ‘Peace is an illusion, the Havana agreement deceptive,’ Mr. Uribe wrote on Twitter on Sunday after casting his ‘no’ vote.” Thus Uribe has forced himself on the bargaining table, with Santos saying, as paraphrased by the Times, that he would be “reaching out to opposition leaders in the Colombian Congress like former President Álvaro Uribe,” with the Times adding that “experts predicted a potentially tortured process in which Mr. Uribe and others would seek harsher punishments for FARC members, especially those who had participated in the drug trade.”

    The campaign to keep Colombia’s war going had an unlikely ally: Human Rights Watch. José Miguel Vivanco, the head of HRW’s Americas Watch division, emerged as an unexpected player in Colombian politics when he came out strongly against the “justice” provisions of the peace agreement. Vivanco agreed with Uribe by offering the most dire reading of the agreement possible, saying that perpetrators—in the FARC and the military—of human-rights violations would receive immunity. Vivanco was all over the press in Colombia, with his comments used to build opposition to the accords. Once it became clear that he was lining up too closely with Uribe, he staged a mock public dispute with the former para-president, even while continuing to basically support Uribe’s position (h/t Alejandro Velasco).

    • Et au Brésil: Is Human Rights Watch Too Closely Aligned with US Foreign Policy?
      http://cepr.net/publications/op-eds-columns/is-human-rights-watch-too-closely-aligned-with-us-foreign-policy

      Part of that right-wing agenda is a close alliance with the United States and its Cold War strategy of “containment” and “rollback” with respect to the left governments in Latin America. And that is where Human Rights Watch, the most prominent US-based human-rights organization — its Americas Division in particular — comes in. HRW abstained from offering the slightest criticism of the impeachment process; even worse, the executive director of its Americas Division, José Miguel Vivanco, was quoted in the Brazilian media — on the day that the Brazilian Senate voted to permanently oust the president — saying Brazilians “should be proud of the example they are giving the world.” He also praised the “independence of the judiciary” in Brazil. Sérgio Moro, the judge investigating the political corruption cases, has been far from independent. He had to apologize in March for leaking wiretapped conversations to the press between former president Lula da Silva and Dilma; Lula and his attorney; and between Lula’s wife and their children.

  • #Colombie : le rejet de l’accord avec les #FARC plonge le pays dans une crise inédite
    https://www.mediapart.fr/journal/international/041016/colombie-le-rejet-de-laccord-avec-les-farc-plonge-le-pays-dans-une-crise-i

    L’ancien président Alvaro #Uribe. © Reuters Contre toute attente, les Colombiens ont rejeté dimanche, par une très courte majorité, l’accord de paix entre la guérilla des Farc et le gouvernement mettant fin à un demi-siècle de guerre civile. Farouche opposant à cet accord, l’ancien président Uribe est parvenu à bloquer le processus et semble le premier surpris de cette victoire. Les Farc annoncent vouloir poursuivre l’effort de paix.

    #International #accord_de_paix_Colombie-Farc #Amérique_latine #Dos_Santos

  • « Nous ne nous reposerons pas tant que nous n’aurons pas libéré tous nos prisonniers politiques » affirme Via Campesina
    https://viacampesina.org/fr/index.php/les-grands-ths-mainmenu-27/droits-humains-mainmenu-40/1350-nous-ne-nous-reposerons-pas-tant-que-nous-n-aurons-pas-libere-tou

    Au Brésil il y a 44 prisonniers politiques : 10 paysans et 34 indigènes. On a déjà utilisé la loi de sécurité nationale contre les mouvements sociaux et maintenant on utilise la Loi 12.850 qui se réfère aux organisations criminelles. C’est le cas du MST dans l’État de Goias. Valdir Misnerovicz et Luis Batista Borges sont détenus depuis avril et mai sur le fondement de la loi des organisations criminelles alors qu’ils défendent et revendiquent la réforme agraire au Brésil.

    Il y a des personnes criminalisées en France, en Espagne. La situation est très difficile au Paraguay, en Argentine et au Honduras. Les situations se ressemblent beaucoup : violences en manifestations, violences policières, emprisonnements, procès. Au Honduras Berta Càceres a été assassinée. Au Brésil Elton Brum dos Santos a été tué par la police d’un tir dans le dos.

    #prisonniers_politiques

  • Le Buen Vivir : qu’est-ce donc ? - BALLAST
    http://www.revue-ballast.fr/le-buen-vivir

    Le terme – qui n’a, curseur du temps, toujours pas sa fiche Wikipedia en français – est apparu dans les constitutions équatorienne et bolivienne en 2008 et 2009. « Bien-vivre », dans notre langue. Mais qu’est-il donc ? Le sociologue portugais Boaventura de Sousa Santos appela à mettre sur pied « un concept de communauté où personne ne peut gagner si son voisin ne gagne pas » : ces quelques mots synthétisent la proposition. Contre l’économisme, la vie décente ; contre l’Homme comme centre et sommet, l’homme intégré à l’écosystème. Explications.

    #buen_vivir #philosophie #économie #politique #écologie #limites #Amérique_du_sud #Amérique_latine #socialisme