city:sarajevo

  • Turkey’s Policy in the Balkans: More than Neo-Ottomanism

    There is a fundamental misperception with regard to Turkey’s relationship with the Balkans. Turkey is not external to the region, the way Russia is for instance. Its history and geographic location make it a part of southeast Europe. Millions of Turks have their family roots in what was once known as ‘Turkey-in-Europe.’ This includes the founder of the republic, the Salonika-born Mustafa Kemal Atatürk. Ties run deep at the political, economic, and societal levels.

    All those connections have drawn Turkey to the Balkans, especially after the end of the Cold War. The notion that Turks are now coming back does not hold. Closer engagement in the region started under President Turgut Özal in the early 1990s. But back then, Turkey balanced between bilateralism and multilateralism. It invested in economic and security ties with friendly countries such as Albania, Macedonia, Romania and Bulgaria while adhering to NATO as its response to the wars in ex-Yugoslavia. What changed under the Justice and Development (AK) Party, notably over the past decade, is the switch to bilateralism. That is understandable given the cracks in relations between Ankara and the West. All the same, it is concerning since it is coinciding with the push against the EU and NATO by Russia, which leverages history, religious identity and anti-Western rhetoric to legitimize its actions.

    Pundits and politicians often use ‘Neo-Ottomanism’ to describe Turkey’s forays. The label can be often misleading. Yes, Turkish President Recep Erdogan praises the Ottoman Empire and its legacy, domestically and beyond Turkey’s borders. But so did his predecessors in office. Within the country, liberals and Islamist conservatives alike all rediscovered the Ottomans from the 1980s onwards in questioning the Kemalist political order. The government has been reaching out to Balkan Muslims through TIKA, the Turkish developmental agency, and the Directorate of Religious Affairs (Diyanet) for decades.

    Neo-Ottomanism is therefore the packaging, not the substance. Turkey’s objective is not to recreate the Ottoman Empire in the Balkans. That is far beyond the country’s resources and capacity. The region is gravitating in economic, social, institutional and political terms to the West. What we have instead is Erdogan using the Balkans to make a case that he is the leader of the wider (Sunni) Muslim community in Europe and the Middle East. The main audience is his electorate in Turkey and only secondly Muslims abroad. The pre-election rally he held in Sarajevo in the run-up to last year’s presidential and parliamentary elections is a case in point.

    But Turkish policy in the Balkans cannot be reduced to the promotion of Islamic solidarity. Erdogan’s main achievement is the fact that he has built relations with leaders from countries that are majority non-Muslim. In October 2017, for instance, he was welcomed in Serbia by President Aleksandar Vucic. The visit gave some credence to complaints by Bosniaks (Slavic Muslims) that Turkey loves to talk brotherhood in Bosnia but when it comes to investing money it goes for Serbia. Similarly, Erdogan has strong links to Bulgaria’s Prime Minister Boyko Borisov, who hosted the EU-Turkey summit a year ago. Bulgaria and Serbia are interested in hosting an extension of the TurkStream gas pipeline, a joint Russo-Turkish venture. Greece’s Alexis Tsipras also received the red carpet treatment during his latest visit to Turkey where he discussed ideas on decreasing tensions in the Aegean.

    Despite its quest for strategic autonomy, Turkey is still partnering with Western institutions. In addition, Ankara has been supportive of the Prespa Agreement and newly renamed North Macedonia’s accession to NATO, its quarrels with the U.S. and other key members of the Alliance notwithstanding. Collectively, EU members Romania, Bulgaria and Greece account for the bulk of Turkish trade with southeast Europe, with the Western Balkans trailing far behind. Greece and Bulgaria see Turkey as key to stemming the flow of asylum seekers from Syria, Iraq, Afghanistan and further afield. They are highly supportive of the EU-Turkey deal on migration from March 2016, renewed last year.

    Does the authoritarian system built by Erdogan pose an ideological challenge in the Balkans? Perhaps yes. For instance, pressure on governments to close educational institutions and surrender, without due process, members of the Fethullah Gülen community, which is implicated in the coup attempt in July 2016, undermine the rule of law. At the same time, the authoritarian drift observed in the Balkans is an indigenous product. It is not imported from Vladimir Putin’s Russia nor from Turkey under its new ‘sultan’.

    https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/turkeys-policy-balkans-more-neo-ottomanism-22835

    #néo-ottomanisme #Turquie #Balkans

  • Bosnia Records 12 Migrant Deaths in 2018

    Bosnian ministries recorded a dozen deaths last year among migrants and refugees in the country, but precise data on those who lost their lives crossing the country remain absent.

    Official data from Bosnian government ministries shows that 12 migrants or refugees lost their lives in the country last year.

    The data were gathered from the interior ministries of Bosnia’s two entities, the Serb-dominated Republika Srpska, RS, and the mainly Bosniak and Croatian Federation of Bosnia and Herzegovina.

    It is not clear if that is the final number, as the interior ministries in each entity only keep data on deaths where they suspect violence was the cause.

    Border police have data on bodies of people transported back to “countries of high migration risk”, referring to those states from where most migrants and refugees are coming.

    “In 2018, we had four cases; namely two transported to Pakistan and one to Jordan and one to Morocco,” Bosnian Border Police told BIRN.

    Una Sana Canton recorded four migrant or refugee deaths. One of ten units in the Federation entity, in northwest Bosnia, it is where most migrants and refugees are based, as it lies closest to EU-member Croatia.

    “In two cases, natural deaths were confirmed, one case concerned drowning and one person was killed,” the prosecutor’s office of Una Sana Canton told BIRN.

    No Name Kitchen, an NGO that assists migrants and refugees, said it was concerned over the fate of one young Moroccan who they fear is lost in Bosnia or Serbia.

    “He went to cross the border to Croatia from Republika Srpska in Bosnia and got pushed back into Serbia. As he wanted to cross back into Bosnia, he went to cross the [border] Drina river, and that was the last news we have of him,” No Name Kitchen told BIRN.

    His fate remains unknown, as local police could not confirm any details about him.

    The UN refugee agency, UNHCR, told BIRN it does not possess data on migrants and refugees who died in Bosnia but recalled its recently published report on their plight, Desperate Journeys.

    The report notes an estimated 2,275 people perished crossing the Mediterranean in 2018 – an average of six deaths every day, as more and more people attempted the perilous sea crossing to Europe.

    Just over 20,000 migrants and refugees were registered as having entered Bosnia during 2018, according to the country’s Service for Foreign Affairs.

    But the exact number of those still in Bosnia is hard to confirm, as many have clearly moved on.

    Latest information from Bosnia’s Council of Ministers, or government, says only 3,900 remain. That means most of those who declared an intention to claim asylum in Bosnia have in fact left the country.

    Those who stayed and are registered in Bosnia have been placed in seven locations: in Sarajevo, Mostar, Bihac, Cazin and Velika Kladusa. Most are in Bihac.

    Most of them are taking the new so-called “Balkan route” to Western Europe, which passes through Albania, Montenegro and Bosnia.

    The former route was closed off after Hungary built a fence to stop migrants and refugees from entering the country from Serbia, and then moving on to Austria.

    https://balkaninsight.com/2019/03/07/bosnia-records-12-migrant-deaths-in-2018
    #mourir_aux_frontières #Bosnie #asile #migrations #Balkans #route_des_Balkans #statistiques #chiffres #morts #décès

    • Reçu via la newsletter Inicijativa Dobrodosli, le 02.08.2019 :

      In Bosnia and Herzegovina, two people lost their lives this week, one in #Bihać (https://www.index.hr/vijesti/clanak/u-bihacu-umro-migrant-spavao-je-na-pruzi-kad-je-na-njega-naletio-vlak/2105526.aspx) and one in #Polje (https://www.radiovkladusa.ba/u-naselju-polje-pronadjeno-bezivotno-tijelo-migranta). Uncertain and inhumane living conditions and the absence of legal and safe roads have once again proved fatal for those in need of safety.

      #Bihac #2019

      –---------

      U Bihaću umro migrant, spavao je na pruzi kad je na njega naletio vlak

      SINOĆ je na pruzi u Bihaću od udara vlaka iz smjera Sarajeva poginuo jedan migrant, javlja Klix.ba.

      Nesreća se dogodila oko 00:25 na pruzi u blizini Jablaničke ulice kod benzinske pumpe Čavkunović, potvrdio je glasnogovornik MUP-a Unsko-sanskog kantona Ale Šiljdedić.

      Migrant je navodno spavao, nije čuo sirene upozorenja

      Prema riječima svjedoka, vlak se pokušao zaustaviti, ali neuspješno. Migrant je navodno spavao i nije se uspio skloniti s pruge premda su ga sirene upozoravale da se nalazi na mjestu kojem se približava vlak.

      Policajci su odmah izašli na teren, a obaviješteno je i tužiteljstvo.

      Nije poznato iz koje zemlje dolazi nesretni čovjek koji je preminuo na pruzi.

      https://www.index.hr/vijesti/clanak/u-bihacu-umro-migrant-spavao-je-na-pruzi-kad-je-na-njega-naletio-vlak/2105526.aspx

      –--------

      U naselju Polje pronađeno beživotno tijelo migranta

      Jučer je u Velikoj Kladuši, prema još uvijek neutvrđenim okolnostima, smrtno stradala muška osoba za koju se pretpostavlja da je migrant, potvrdio je za naš Radio portparol MUP-a USK Ale Šiljdedić.

      Naime, policijski službenici, u 16:55h, zaprimili su dojavu da se na spratu jedne kuće, u naselju Polje nalazi tijelo nepoznatog muškarca. Slučaj je prijavila uposlenica trgovine koja se nalazi u prizemlju pomenute kuće.

      Policijski službenici su po dolasku na teren utvrdili da se radi o beživotnom tijelu, za sada, još uvijek neidentificirane muške osobe. Kako je naveo Šiljdedić, najvjerovatnije je riječ o migrantu, koji je pronađen sa teškim povredama u predjelu glave. Pretpostavlja se da je do smrti došlo usljed nesretnog slučaja, ali se ne isključuje ni mogućnost krivičnog djela. Više informacija bit će poznato nakon što se završi obdukcija tijela.

      https://www.radiovkladusa.ba/u-naselju-polje-pronadjeno-bezivotno-tijelo-migranta

  • Fascism is Not an Idea to Be Debated, It’s a Set of Actions to Fight | Literary Hub
    https://lithub.com/fascism-is-not-an-idea-to-be-debated-its-a-set-of-actions-to-fight

    “I still feel guilty and ashamed of my cowardice and naïve belief that if we only kept talking something might bring him back.”

    In a kind of epiphany, I understood that the letter was written in a language I no longer recognized, not least because he was using a dialect and diction far closer to Gorski vijenac than to our past movie arguments. We were now so far apart that whatever I might say could never reach him, let alone convert him back into what I’d thought was the true and original version of my friend. I never responded to his letter, nor would I ever see him again, but he wrote a letter to my parents (who had been friends with his). There, he drew a little map representing the siege Gorazde, a town 60 miles from Sarajevo where he was deployed, proudly explaining to them that the Serbs did not care about the town as much as they wanted to capture the nearby ammo factory. My mother, who’d implored me not to end my friendship with Zoka for “politics,” wept over the letter, because the Zoka she knew was absent from it. I read it too. It was written not only by a stranger, but by an enemy.

    My relationship with the war has always been marked by an intense sense that I failed to see what was coming, even though everything I needed to know was there, before my very eyes. While Zoka took active part in enacting the ideas I’d argued against, my agency did not go beyond putting light pressure on his fascist views by way of screaming. I have felt guilty, in other words, for doing little, for extending my dialogue with him (and a few other Serb nationalist friends) for far too long, even while his positions—all of them easy to trace back to base Serbian propaganda—were being actualized in a criminal and bloody operation. I was blinded, I suppose, by our friendship which had ended, I know now, well before our dialogue did. For all that, I still feel guilty and ashamed of my cowardice and naïve belief that if we only kept talking something might bring him back. I retroactively recognized that his hate and racism were always present and that there was no purpose or benefit to our continued conversation. I had long been screaming into a human void.

  • Never leave me
    https://www.nova-cinema.org/prog/2018/168-filem-on/filem-on/article/never-leave-me

    Aida Begic, 2017, BA-TR, VO AR TR ST FR NL, 97’

    Après la mort de sa mère, Isa, garçon de quatorze ans, est envoyé dans un orphelinat pour enfants syriens à Şanlıurfa . Il y deviendra timidement ami avec Ahmad et Motaz, respectivement de 11 et 10 ans. Tous très différents, ils ont un but en commun : partir d’ici et commencer une nouvelle vie. Pour avoir un peu d’argent, les orphelins vendent des mouchoirs en papier. Les affaires marchent bien, jusqu’à ce que Karaca, un garçon costaud du bled, vienne les harceler… Réalisé avec empathie par une réalisatrice née à Sarajevo dont elle vécu le siège, enfant.

    mercredi 31 octobre 2018 à (...)

  • Trentino and Yugoslavia narrated through a legend: roots of Marshal Josip Broz #Tito in #Vallarsa

    In Trentino there is a valley where the surname Broz is widely diffused. During the second half of the 20th century, a peculiar legend took shape among these mountains. We are in Vallarsa, a few kilometers from the town of Rovereto, where – according to many locals – the origins of Josip Broz, that history will remember as Tito, are to be found. The Yugoslav Marshal was one of the most peculiar and controversial figures of the 20th century: Partisan leader, head of the communist state that split with the Soviet Union, a prominent figure on the international political scene and, above all, leader and symbol of a country that disintegrated violently shortly after his death. The relationship between Marshal Tito and the Vallarsa Valley is being talked about for some time, and not only in Trentino, so that the page dedicated to Tito on the Italian Wikipedia refers to him as “the seventh of fifteen children of Franjo, a Croat who probably originated from Vallarsa”.
    A legend from Obra

    The story originates in the area around the village of Obra, in the Vallarsa Valley, where there is a small settlement called Brozzi. It is said that the Broz surname has been present in the area for centuries. Transmitted orally, the legend spread and evolved over time, assuming different shapes and contours. There is however a version which is more or less codified. It is narrated that a family of the future Yugoslav president lived in a place called Maso Geche, a bit isolated from Obra and nearby settlements. Valentino Broz, “Tito’s grandfather”, took over an old house, transforming it in a family cottage. Valentino had four children. One of them died at a tender age, while Ferdinando, Giuseppe and Vigilio started contributing to the household by working in the fields and as lumberjacks, integrating these activities, as much as possible, with other occasional jobs. Just like for all the other families in that area, emigration was always an option.

    Parochial registers confirm the structure of Valentino Broz’s family. What we learn from memories passed down through the generations is that Giuseppe (according to archives, Giuseppe Filippo Broz, born on August 29, 1853) and Ferdinando (Luigi Ferdinando Broz, born on April 13, 1848) – or, according to other versions of the story, Vigilio (Vigilio Andrea Broz, born on November 27, 1843) – emigrated from Vallarsa to Croatia between the 1870s and the 1880s, most probably in 1878 or 1879. At that time, both territories were part of Austria-Hungary, and in those years many people from Trentino emigrated in the eastern parts of the monarchy. The story of foundation of the village of Štivor, in Bosnia Herzegovina, is probably the best known. According to legend, the Broz brothers were driven to emigrate by the possibility of being engaged in the construction of railway Vienna-Zagreb-Belgrade. Indeed, in those years a new railway line, connecting Bosanski Brod to Sarajevo, was under construction. The first portion was completed in February 1879, and the last one in October 1882.

    Some time later, Ferdinando (or Vigilio) returned to Vallarsa, while Giuseppe married a Slovenian girl, and in 1892 they gave birth to Josip Broz, who became known to the whole world as Tito. The news about Giuseppes’s fate reached the valley, mainly thanks to the information his brother brought home.
    Tito between history and conspiracy

    The legend from Vallarsa is not an isolated case. Since the end of the Second World War in Yugoslavia, but not only, speculations began circulating that Tito might have (had) Russian, Polish, Austrian or Jewish roots. His life, marked from a young age by participation in illegal activities of the Communist Party, sudden movings and use of false names, offered an ideal breeding ground for speculations and conspiracy theories. The doubts about Tito’s true identity, particularly diffused during the 1990s, recently have been reactualized due to publication of declassified CIA document that puts in doubt Tito’s knowledge of the Serbo-Croatian language.

    Apart from dozens of newspaper articles and many publicistic texts, the question of Tito’s origins has never been the subject of proper historiographic research. None of the scholars who seriously occupy themselves with history of Yugoslavia has ever shown any particular interest in this issue. Even the most recent Tito’s biographies, written by world-renowned historians such as Geoffrey Swain and Jože Pirjevec, don’t contain any reference to different theories about his origins, only a traditional version whereby Tito was the son of Franjo Broz, a Croat from Kumrovec in Zagorje, and Marija Javeršek, originally from village of Podreda, in Slovenia. The only partial exception is represented by considerations made by Vladimir Dedijer in his monumental biography of Tito, published in 1981. A former member of the League of Communists of Yugoslavia, sacked at the time of the Affaire Djilas, becoming a professional historian, in his book Dedijer attempts to refute speculations about Tito’s origins, reinvigorated after his death in May 1980.
    The birth and life of a legend

    In attempting to clarify the question, Vladimir Dedijer also makes reference to the Trentine case which, few months earlier, has been reactualized in Italy in an article appeared in the weekly Gente. The article has been published few days after Tito’s death, relying on a story transmitted orally over the years, according to some since the end of the Second World War, when the name of Josip Broz began to appear in the newspapers around the world. In addition to photos of the Vallarsa Valley and Maso Geche, the article contained statements of descendants of the family of Valentino Broz. Don Giuseppe Rippa, the then parson of Vallarsa, played an important role in defining the contours of the story, contributing to a process of consolidation of its credibility.

    It is possible that Vladimir Dedijer has come to know about the Trentin legend thanks to attention given to it in the newspapers of the Italian minority in Yugoslavia. Shortly after the publication of the above mentioned article on the weekly Gente, the weekly newspaper Panorama from Rijeka started showing interest in the story, sending a crew to Vallarsa to find out more details. After talking to Don Rippa and some other local personalities, such as writer Sandra Frizzera, and studying parish registers, journalists from Rijeka have come to a conclusion that there was no evidence of a relationship between Trentin and Yugoslav Brozes. Vladimir Dedijer reacted by publishing Tito’s family tree, compiled by Andrija Lukinović, archivist from the Historical Archive of Zagreb [now called the Croatian State Archive], on the basis of preserved parish registers. Using available data, Lukinović reconstructed the paternal-line geneaology of the Broz family from the beginning of the 17th century, when parish registers were started in Kumrovec. As far as the previous period is concerned, Dedijer remains cautious, nevertheless quoting different sayings whereby the Broz family originated in Bosnia, Herzegovina, Spain, Istria, France or even Italy. In any case, we are talking about the possible settlement in Zagorje more than four centuries ago.

    However, these information have not reached Trentino, where a word began to spread that in the whole Yugoslavia there have been no trace of the Broz surname. The descendents of the family of Valentino Broz continued releasing interviews, telling family stories and anecdotes. Also, it is narrated that representatives of Yugoslav government came to Obra, maybe even Tito himself. Many newspaper articles and reportage talked about physiognomic proximity, claiming that the Trentin Brozes bore a “remarkable resemblance” to Yugoslav leader.

    In 1984 it was decided to create a commission, as part of “The Popular Committee of Obra di Vallarsa”, composed of historians, journalists and the then major, with the aim of clarifying the question through meticulous researches and investigations. However, no definite answer nor concrete evidence has been reached. Did Tito have Trentin origins or not? Over the years, the same information continued to circulate, but the story became gradually consolidated.

    In the same period, the credibility of the story has been publicly recognized by some prominent personalities, such as politician Flaminio Piccoli, who has stated, on the occasion of a congress held in Rome in 1991, that Tito’s ancestors were from Trentino. Representative of the Italian Christian Democratic party (DC) in Trentino at the time, Piccoli asserted that he had “great respect” for Marshal Tito, because “his great grandfather was Trentin, originally from the region around Rovereto”. The story changes again – it was not Tito’s father, but rather his great grandfather who was from Trentino – but it is told by a prominent politician who met Tito personally.

    What also contributed to building credibility of the story were numerous publications dedicated to emigration from Trentino, an issue that, since the 1980s, has attracted increasing interest. Already in 1984, Bonifacio Bolognani – Franciscan friar and scholar originally from Trentino who moved to the United States – mentioned a legend from Obra in his book about emigration from Trentino, published in English. The local writers and historians are those who paid greatest attention to the story: Daniella Stoffella refers to it in her book about emigration from Vallarsa, while Renzo Grosselli mentions it in a study about emigrants from Trentino which is widely read. Remo Bussolon and Aldina Martini revived it in the most important work about the history of Vallarsa. The theory of Tito’s Trentin origins is also being mentioned in different academic essays published in other countries (Frédéric Spagnoli, 2009). We are talking about more or less precise publications, some of which treat the argument with caution, but that, often citing each other, contribute to strengthening the authoritativness of the legend.

    In the meantime, a local section of RAI [Italian public radio and television broadcaster] started to show an interest in the story, relaunching it periodically through tv reports. In 2008, a special program was dedicated to the legend of Obra, and on that occasion journalists from Trentino went to Croatia for the first time to hear the other side of the story. They went to Kumrovec, where they visited the birth house of Yugoslav leader and studied parish registers, trying to learn more about the history of Tito’s family and about his “Croatian father” Franjo Broz. But the question remained: Is it possible that Marija’s marriage with Franjo was her second wedding? Or rather, did she married Franjo after she gave birth to Tito and after Giuseppe Broz died?

    In the summer of 2015, a visit of Tito’s granddaughter Svetlana Broz to Vallarsa, invited to a culture festival to present her book about the Yugoslav wars, becomes the occasion to discuss the issue. Asked during an interview to comment on the theory about Tito’s Trentin roots, Svetlana Broz responded vaguely and compliantly, saying: “That theory is just a theory. I have documentation that proves that my grandfather was born in the Croatian village of Kumrovec, as stated in his official biography. However, I can neither confirm nor deny anything about his ancestors”. In such ambivalent spaces, the legend from Vallarsa continues to live. Narrated and repeated mostly in Trentino, from time to time it arouses the interest of a wider public.
    A story about Trentino and Yugoslavia

    Of all the legends about the origins of the Yugoslav president, the Trentin one is probably most closely related to the history and identity of a local community, unlike the others, often inspired by different conspiracy ideas. It evocates the history of the territory profoundly marked by the migration phenomenon and is paradigmatic of a broader history of emigration from Trentino at the end of the 19th century and of pervasiveness of collective memories in those valleys. Its diffusion beyond the borders of Vallarsa, began in the 1980s, followed a gradual opening-up of Trentino to the international processes and reinforcement of consciousness about its “place in the world”. Above all, it is an integral part of the process of ri-elaboration of the traumatic experience of migration which profoundly marked local community: discovery of illustrious ancestors can help in making a sense of loss.

    At the same time, this legend makes us think about the image socialist Yugoslavia projected abroad, about its perception in Italy and among inhabitants of one of the most remote valleys of Trentino. Considered a hostile country in the post-war period, over the following decades Yugoslavia was increasingly perceived by the Italian public as a close neighbor, so that relationships with the political leadership of socialist country were considered a question of public interest. It is narrated that inhabitants of the Vallarsa Valley had been deeply moved by Tito’s death in May 1980 and that a local parson “had recited the prayer for Josip Broz”. A few years later, when asked for his opinion about Marshal Tito, an inhabitant of the valley pointed out a change of perception: “There is no way to reconcile obscure and bloody events from his early years, ambition, will to power, sectarianism and violence of the first Tito with wise and prudent politician, magnanimous towards his enemies, which was the second Tito”.

    The Trentin roots of Yugoslav Marshal remain a legend. In all those years, no proof has emerged that confirms that Giuseppe Broz, who probably emigrated to Croatia and Bosnia in search of work, was Tito’s real father. On the other hand, the official version of Tito’s biography remains undisputed. But like all legends, regardless of their adherence to reality, the one about “Trentin” Tito immerse us in perceptions, imaginings and memories deposited at the intersection of personal life stories, local vicissitudes and the Great History.


    https://www.balcanicaucaso.org/eng/Areas/Italy/Tito-and-Vallarsa-The-history-of-a-legend-190146

    #histoire #légende #Trentino #Italie #ex-Yougoslavie #Yougoslavie #Obra

    #vidéo:
    https://www.balcanicaucaso.org/eng/Media/Multimedia/Marshal-Tito-and-Vallarsa
    #film

    ping @albertocampiphoto @wizo —> articolo disponibile anche in italiano: https://www.balcanicaucaso.org/aree/Italia/Compa-esano-Tito!-Storia-di-una-leggenda-190146

  • #Spomeniks, les #monuments de la discorde

    Bataille idéologique autour des « spomeniks », c’est un #reportage long format de @daphne tourné en #Serbie, en #Croatie et en #Bosnie-Herzégovine où les ultras-nationalistes se réapproprient les monuments de la #résistance contre les nazis, et tentent de réécrire l’histoire de la #Seconde_Guerre_mondiale… comme le révèle le photographe @albertocampiphoto. Depuis une dizaine d’années, ce photographe du collectif @wereport sillonne l’ex-Yougoslavie à la recherche des #mémoriaux des #partisans anti-fascistes.


    http://www.rfi.fr/emission/20181007-spomeniks-monuments-discorde-serbie-croatie-bosnie-herzegovine-nazis
    #mémoire #ex-Yougoslavie #Tito #monument #spomenik #anti-fascisme

    ping @reka

    • #Inappropriate_monuments

      The regional platform Inappropriate Monuments was created to establish a framework for the long-term collaboration of organisations from the EU and the Western Balkans dealing with the revalorisation and protection of their anti-fascist heritage and monument heritage connected with the Peoples’ Liberation Struggle (NOB). Members of the platform include: Group of architects, Belgrade, The History Museum of Bosnia and Hercegovina, Sarajevo, Modern Gallery (MG+MSUM), Ljubljana and Social Fringe: interesting untold stories (SF:ius), Zagreb.

      With the collapse of Yugoslavia the interest in this heritage practically disappeared and the status of the monuments became the subject of controversy and a target of revisionism. Protection is inadequate; there are no clearly developed criteria for their restoration or strategies for revalorisation. Many of the monuments are partially or permanently destroyed, and others are neglected and left to ruin. Research made in the successor countries are not integrated and difficult to access – there has never been a complete register of the monuments. Initiatives aimed at the protection of NOB monuments have, until now, mainly emerged outside of official channels, for example under the initiative of individuals. These individuals then face a number of difficulties including their own shortcomings and the lack of interest from legislators in supporting them.

      The goals of the platform are to connect institutions and independent organisations to strengthen their capacity and distribute the results of research projects in order to advocate for a regulated international strategy regarding anti-fascist heritage. Through activities carried out by the platform including: research and mapping heritage monuments, interviewing people and representatives of the institutions responsible for their erection and maintenance, holding workshops for students, conferences for experts and exhibitions and art conferences, the platform will examine the economic, political and ideological conditions surrounding the emergence of monuments, monument complexes and memorial complexes. It will also examine their contemporary reception and the conditions under which this occurs. Considering the growing interest and fetishisation of NOB monuments in western countries, and socialist heritage in general, the platform is seeking possible models of revitalisation and methods of management. Through a comparative analysis of the situation in former Yugoslavia, the platform aims to draw parallels between the transitional periods of the members of the former state and the treatment of heritage monuments connected to NOB and the anti-fascist struggle, thereby showing that these processes can only be explained through interactive research.

      The web-portal, inapropriatemonuments.org is conceived as an on-line database for the activities of the platform and its members and as a virtual archive of documents and photographs.


      https://inappropriatemonuments.org/en

      Avec une carte

      #cartographie

  • Frankreich zerschlägt Darknet-Plattform | heise online
    https://www.heise.de/newsticker/meldung/Frankreich-zerschlaegt-Darknet-Plattform-4080035.html

    C’est une histoire du genre Mr. Bean contre la Main Noire quand une petite bande de jeunes fait travailler les forces spécialisées de la police nationale pendant des mois. Le ministre évoque une première, il parle d’un grand succés et patati et patata. Vous n’avez rien de plus marrant à proposer ? Allez regarder French Connection , là au moins c’est la mafia corse qui tient en haleine le FBI et Gene Hackman .

    Bei Einsätzen in mehreren Städten wurden die Hauptadministratorin der Seite und mehrere weitere Personen festgenommen. Die Ermittler hätten auf den Server des Forums zugreifen und zahlreiche Daten sicherstellen können. Das Ministerium bezeichnete „Black Hand“ als eine der wichtigsten illegalen Plattformen, die in Frankreich im Darknet aktiv seien. Erste Untersuchungen hätten gezeigt, dass mehr als 3.000 Personen dort registriert gewesen seien.

    https://www.youtube.com/watch?v=T76K3RxJY0A

    Gérald DARMANIN félicite la douane pour le démantèlement du forum « Black Hand » (ou La main noire), l’une des plus importantes places de marché illégales du darkweb français
    https://minefi.hosting.augure.com/Augure_Minefi/r/ContenuEnLigne/Download?id=D134C754-EDAC-4F18-B26E-295147EEE2FE&filename=304

    Un forum qui vendait drogues et armes sur le « Darknet » français démantelé - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-forum-qui-vendait-drogues-et-armes-sur-le-darknet-francais-demantele-1

    Plus d’une quarantaine de douaniers de la DNRED, des maîtres-chiens de la douane et plusieurs experts techniques ont été mobilisés, simultanément, mardi à Lille, Marseille (Bouche du Rhône) et Montpellier (Hérault) pour interpeller les quatre principaux suspects. « Ce sont des chômeurs et de très jeunes gens, explique une source proche de l’affaire. Aucun ne semble mener grand train grâce cette activité. L’administratrice du site qui vivait dans la région de Lille n’avait pas vraiment de compétence en informatique et n’avait pas d’emploi fixe. Certains dans l’équipe ne s’étaient jamais rencontrés physiquement, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaire ».

    France - Monde | "Dark web" : une importante plateforme démantelée en France
    https://www.estrepublicain.fr/actualite/2018/06/16/dark-web-une-importante-plateforme-demantelee-en-france

    Ils ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime (mise en circulation de monnaie contrefaite ou falsifiée ayant cours légal en France), de délits punis de 10 ans d’emprisonnement (trafic de stupéfiants) et de délits punis de cinq ans d’emprisonnement (faux documents administratifs, escroqueries) ».

    Dark web : la plateforme illégale "Black Hand" démantelée | Derniéres La presse nouvelles
    http://lapresse.1s.fr/nouvelles/dark-web-la-plateforme-illegale-black-hand-demantelee

    Un forum du dark Web démantelé en France
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/06/16/un-forum-du-dark-web-demantele-en-france_5316099_4408996.html

    Le forum Black Hand (la main noire) proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites.

    LE MONDE | 16.06.2018

    L’une des plus importantes plates-formes illégales actives en France sur le dark Web a été démantelée à l’issue d’une vaste opération menée par les douanes, la première du genre, a annoncé, samedi 16 juin, le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin.
    Le forum Black Hand (la main noire) proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites (stupéfiants, armes, faux papiers, données bancaires volées…), selon le communiqué du ministre. Quatre suspects ont été déférés, vendredi, devant des magistrats du parquet de Lille, à l’issue du démantèlement survenu mardi.

    La principale administratrice du site et « plusieurs autres personnes ont été interpellées » tandis que du matériel informatique et plusieurs documents d’identité falsifiés ont été découverts lors de cette opération menée mardi par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), dédiée à la lutte contre la fraude sur Internet.

    Opération « exceptionnelle »

    Près de 4 000 euros en liquide et environ 25 000 euros dans diverses monnaies virtuelles ont également été saisis. Les enquêteurs ont aussi pu accéder au contenu du serveur de Black Hand et procéder à la saisie massive des données. Selon les premiers éléments de l’enquête, plus de 3 000 personnes étaient inscrites sur ce forum.

    Qualifiée d’« exceptionnelle » par le ministre, cette opération, « première du genre en France » a mobilisé plus d’une quarantaine d’agents de la DNRED, des maîtres-chiens de la douane et plusieurs experts techniques. Elle s’est déroulée simultanément dans plusieurs villes de France.

    L’enquête, qui se poursuit, a été confiée à l’Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication

    Dark web : la plateforme illégale "Black Hand" démantelée - Capital.fr
    https://www.capital.fr/economie-politique/demantelement-dun-forum-du-dark-web-une-des-plus-importantes-plateformes-ill

    Une importante plateforme illégale, active sur le "dark web", a été démantelée
    https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/une-importante-plateforme-illegale-active-sur-le-dark-web-a-ete-demante

    « Dark web » : Démantèlement d’un des plus importants forums illégaux en France
    https://www.20minutes.fr/societe/2290903-20180616-dark-web-demantelement-plus-importants-forums-illegaux-fr

    Le parquet de Lille a indiqué par communiqué qu’elles avaient été mises en examen ce samedi pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime (mise en circulation de monnaie contrefaite ou falsifiée ayant cours légal en France), de délits punis de 10 ans d’emprisonnement (trafic de stupéfiants) et de délits punis de cinq ans d’emprisonnement (faux documents administratifs, escroqueries) », notamment.

    Deux d’entre elles ont été placées en détention provisoire, une troisième sous contrôle judiciaire et la dernière a sollicité un délai pour sa défense et a été incarcérée dans l’attente d’un débat la semaine prochaine. Selon les premiers éléments de l’enquête, plus de 3.000 personnes étaient inscrites sur ce forum, « confirmant ainsi le caractère très actif de ce forum français ».

    France : démantèlement d’un important forum illégal du dark web - Le Point
    http://www.lepoint.fr/societe/france-demantelement-d-un-important-forum-illegal-du-dark-web-16-06-2018-222
    http://www.lepoint.fr/images/2018/06/16/15309470lpw-15309472-article-

    Démantèlement d’un des plus importants forum du « dark web » en France
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/06/16/32001-20180616ARTFIG00081-demantelement-d-un-des-plus-importants-forum-du-d

    Dark Web : les autorités françaises mettent un coup de pied dans la fourmilière - France - RFI
    http://www.rfi.fr/france/20180616-dark-web-black-hand-autorites-france-coup-pied-fourmillere

    La Main noire, première plateforme du darknet démantelée en France
    https://www.franceinter.fr/justice/la-main-noire-premiere-plateforme-du-darknet-demantelee-en-france

    Comment le forum du "dark web" vient d’être démantelé en France
    http://www.rtl.fr/actu/futur/comment-le-forum-du-dark-web-vient-d-etre-demantele-en-france-7793777376


    Mais non, ils ne disent pas comment ils ont fait. Tu parles ...

    "Dark web" : démantèlement de l’une des plus importantes plateformes illégales en France
    http://www.europe1.fr/societe/dark-web-demantelement-de-lune-des-plus-importantes-plateformes-illegales-en

    Les animateurs de La main noire, qui a vu le jour en 2015, jouaient en fait le rôle d’intermédiaires entre les vendeurs et les acheteurs de produits illégaux.❞

    Dark web : la belle prise des douanes françaises - Les Echos
    https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0301833120492-dark-web-la-belle-prise-des-douanes-francaises-2184604.php

    L’une des plus grandes plateformes illégales du « dark web » français démantelée.
    https://actu17.fr/lune-des-plus-grandes-plateformes-illegales-du-dark-web-francais-demantelee

    À l’issue de 48 heures de garde à vue, quatre suspects ont été présentés aux magistrats du parquet de Lille. La suite des investigations a été confiée aux enquêteurs spécialisés en cybercriminalité de la Police Judiciaire, rapporte La Provence.

    France-Monde | "Dark web" : une importante plateforme démantelée en France
    https://www.lalsace.fr/actualite/2018/06/16/dark-web-une-importante-plateforme-demantelee-en-france

    A la Une | "Dark web" : une importante plateforme démantelée en France
    https://www.dna.fr/actualite/2018/06/16/dark-web-une-importante-plateforme-demantelee-en-france

    Une des plus importantes plateformes du "dark web" en France démantelée
    https://www.nouvelobs.com/societe/20180616.OBS8259/une-des-plus-importantes-plateformes-du-dark-web-en-france-demantelee.htm

    Un forum illégal du "dark web" démantelé annonce Darmanin - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/un-forum-illegal-du-dark-web-demantele-annonce-darmanin_2017765.html

    La douane démantèle une importante plateforme du "dark web" - Sciencesetavenir.fr
    https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/la-douane-demantele-une-importante-plateforme-du-dark-web_125042

    Les enquêteurs ont pu accéder au contenu du serveur du forum « Black Hand », qui comptait plus de 3.000 inscrits, et procéder à la saisie massive des données.
    ...
    Le ministre des Comptes publics a félicité la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) pour cette opération « hors norme », la première du genre en France.

    France-Monde | "Dark web" : une importante plateforme démantelée en France
    https://www.vosgesmatin.fr/actualite/2018/06/16/dark-web-une-importante-plateforme-demantelee-en-france

    Démantèlement d’un des principaux forums du « dark web » - 17/06/2018 - PetitBleu.fr
    https://www.petitbleu.fr/article/2018/06/17/89855-demantelement-d-un-des-principaux-forums-du-dark-web.html

    France/Monde | "Dark web" : une importante plateforme démantelée en France
    https://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2018/06/16/dark-web-une-importante-plateforme-demantelee-en-france

    Dark Web : démantèlement de Black Hand, une des plus importantes plateformes illégales en France | KultureGeek
    http://kulturegeek.fr/news-141960/dark-web-demantelement-black-hand-plus-importantes-plateformes-illegales

    French police shut down giant ’Dark Web’ site - The Local
    https://www.thelocal.fr/20180616/french-police-shut-down-giant-dark-web-site

    Voici une histoire beaucoup plus intéressante :

    Occult Secret Societies : Black Hand (unification or death)
    http://occult-secret-societies.blogspot.com/2010/03/black-hand-unification-or-death.html

    The Black Hand (officially unification or death) is a serbian secret and conspiratorial terrorist organization whose aim is unification of all parts where Serbs live in one country (Serbia).

    Kingdom of Serbia continues to strengthen the organization and unification of death, known as the Black Hand, especially popular in the (high) military circles and people who have directly led to power Petar Karađorđević. Unification or death occurs 1911th in the circle of people who have led the government of Yugoslavia, and they felt called to continue to make decisions in critical situations in the country. The leader of the organization was most likely Dragutin Dimitrijević - Apis

    Initiation of the members was maximum possible secret and mystic, and the organization received the people of other nationalities as well.

    Also, Gavrilo Princip, a member of another organization called “Young Bosnia”, supported by the “Black Hand”, killed on 28 June 1914th in Sarajevo, Austrian Crown Prince Franz Ferdinand and gave the reason for the World War I.

    Terrorist organization Black Hand exists to this day.

    #internet #dark_web #drogues

  • Le renvoi d’une famille scandalise les professionnels de la santé

    Le médecin traitant et la psychologue d’une requérante déboutée sortent de leur réserve pour dénoncer son expulsion.

    Le renvoi récent d’une maman d’origine bosniaque, avec ses deux enfants, suscite de vives critiques sur la façon dont l’opération a été menée. Dénoncée dans un premier temps par deux associations de défense des réfugiés (notre édition du 25 mai), l’action policière fait sortir de sa réserve le médecin traitant de la famille. « Je ne suis pas d’accord qu’on leur inflige un tel traitement, tonne le docteur Laurent Lob.

    On peut être d’accord ou pas avec la loi, mais il y a la manière dont on l’applique. » La psychologue chargée de cette mère de famille tempête elle aussi. Le récit qu’elle donnera après avoir contacté sa patiente à son arrivée à Sarajevo suscite l’inquiétude des professionnels de la santé. Ils déplorent le manque de considération pour des personnes à la #santé_mentale fragilisée par leur vécu. Les propos de Laurent Lob confirment la version dénoncée en premier lieu par le collectif Droit de rester.

    Il rappelle que la mère de famille a perdu son mari pendant la guerre en ex-Yougoslavie. En Suisse depuis neuf ans avec son second mari, elle a donné naissance à un garçon (15 ans) et une fille (7 ans), née en Suisse. L’incertitude sur leur statut de réfugié, qui s’est ajoutée au #traumatisme du passé, a débouché sur des problèmes psychologiques qui ont mené le père à Cery. C’est là qu’il était lorsque les forces de l’ordre ont emmené le reste de la famille. « Les deux enfants portent déjà en eux cette #angoisse_familiale, dit le docteur Lob.

    La façon dont ils ont été expulsés ajoute une #agression : on ne peut pas faire irruption à 3 h du matin chez eux, on ne peut pas les séparer de leur mère ! »

    Aller simple pour Sarajevo

    « Son fils n’arrête pas de répéter : « Maman est-ce que je rêve ? Je crois que j’ai rêvé. » La petite, quant à elle, dira : « Maman, on peut rentrer à la maison maintenant ? Qu’est-ce qu’on fait là, où est-ce qu’on est ? » C’est ainsi que la psychologue Sabina Herdic Schindler a retranscrit les propos de la mère de famille, qu’elle a pu joindre juste après son arrivée à Sarajevo. Elle s’en veut d’avoir tenté de rassurer sa patiente. « J’ai cru à tort qu’ils n’avaient pas de crainte à avoir, dit-elle. Des enfants mineurs, un père hospitalisé, pas d’assignation à résidence et un dossier en cours de réexamen à Berne. » Elle se remémore un cas similaire, où les policiers venus expulser une famille ont tourné les talons en constatant que le père était absent. « Dans le cas présent, il n’y avait même pas un interprète et la dizaine de personnes qui sont entrées à la lumière de lampes de poche ne se sont pas présentées », dénonce la psychologue. La retranscription de la conversation entre la mère et sa psychologue dépeint le vécu traumatisant de cette expulsion.

    Il commence au moment où la #police fait irruption dans ce logement de Prilly. Les forces de l’ordre ont obtenu de l’EVAM les clés de l’appartement. Il est 3 h du matin environ : « C’est à ce moment que les policiers en uniforme, sans allumer la lumière, vont réveiller Madame avec des lampes torches. Elle n’arrête pas de demander : « Qu’est-ce qui se passe ? » Mais n’arrive pas à comprendre ce qu’on lui dit. Elle se souvient de mots comme partir, police, Sarajevo.

    Très agitée et prise de panique, elle cherche à se lever, prendre un médicament (ndlr : un calmant), mais on lui ordonne de rester assise et de ne pas faire de bruit. (...) Les enfants sont réveillés par les personnes présentes, pas par leur mère. Ils ne comprennent strictement rien. Le garçon me dira qu’il était pris de #peur et de #panique (...) il croit que c’est lui qu’on est venu chercher. (...) À chaque fois que Madame essayait de parler à ses enfants pour les rassurer ou leur expliquer ce qui se passe, on lui interdisait de parler. » La suite du récit se déroule sur quatre pages. Emmenés à l’aéroport, leurs téléphones confisqués, le garçon placé dans une autre voiture que sa mère et sa sœur, sans qu’elles sachent où il se trouve. C’est un #vol_spécial qui les attend, avec des escales à Tirana, Pristina, Belgrade et Sarajevo. C’était leur première fois en avion.

    Surveillance aux WC

    Entre Prilly, Genève et Sarajevo, divers épisodes semblent douloureux, comme les entraves à la communication entre la mère et ses enfants, tous séparés par des accompagnants. Ou humiliant, comme cette scène où la mère, malade, doit faire ses besoins en présence de deux personnes. « Elle avait la diarrhée, ça sentait très fort et elle était observée par deux personnes », relate Sabina Herdic Schindler. La petite fille de 7 ans n’échappera pas non plus à cette surveillance aux toilettes. À l’aéroport de Sarajevo, les policiers rendront les téléphones confisqués, assortis d’une enveloppe de 500 francs en guise d’adieux.

    « La façon dont cela s’est passé est grave, dit la psychologue. L’intégrité de la famille n’a pas été respectée et on n’a fait preuve d’aucun #respect pour leur détresse, sans tenir compte de leur situation médicale. » Le médecin de famille n’est pas loin de comparer les méthodes employées aux rafles opérées pendant la Seconde Guerre mondiale. « C’est irresponsable car cette intervention laissera des séquelles, dit Laurent Lob. Mais je ne jette pas la pierre aux intervenants car certains souffrent aussi de ces opérations : je suis deux policiers, dont l’un a quitté la police... Ils ne vont pas bien psychologiquement non plus. »

    Réactions tous azimuts •
    Les associations de défense des réfugiés ont été les premières à dénoncer une intervention « inhumaine ». Les professionnels de la santé ont emboîté le pas en parlant ouvertement de leur patiente - avec son accord.

    En outre, un courrier de psychiatres et psychologues circule dans le milieu afin de récolter des signatures. Ces professionnels s’inquiètent « des séquelles psychologiques et des traumas provoqués par de tels événements sur des enfants et des parents, déjà traumatisés par un passé de guerre ». Dénonçant « l’irrespect du droit fondamental de l’être humain d’être bien traité et soigné », ils demandent le retour de la famille « afin que les soins médicaux en cours soient poursuivis pour chacun dans des conditions de sécurité et de dignité humaine ». Ce courrier sera adressé au Tribunal administratif où un recours a été déposé, dans l’espoir de réunir à nouveau la famille en Suisse. Le Parti socialiste a aussi relayé le cas devant le Grand Conseil en déposant une interpellation demandant des éclaircissements au Conseil d’État.

    « Il y a dans cette affaire des éléments choquants, incompréhensibles, qui dépassent la ligne rouge fixée lors des débats que nous avons tenus à propos de la loi sur les étrangers », commente Gaétan Nanchen, secrétaire général du PS Vaud. Les enseignants de Prilly, où étaient scolarisés les deux enfants, ont adressé un courrier courroucé au conseiller d’État Philippe Leuba. Enfin, les élèves et amis des deux enfants expulsés leur ont adressé des messages de soutien et d’espoir.

    Conseiller d’État à la tête du Département de l’économie, de l’innovation et du sport, Philippe Leuba dirige le Service de la population (SPOP) chargé de la mise en œuvre des lois fédérales et cantonales en matière de migration. Face à la critique des médecins, il réagit en précisant que le SPOP n’a pas de compétence médicale.

    « C’est l’organisation #OSEARA, sur mandat du Secrétariat d’État aux migrations, qui garantit les conditions sanitaires du renvoi ; elle est habilitée à annuler un départ si la santé d’une personne frappée d’une décision de renvoi est enjeu. Sur la base des documents médicaux que les milieux médicaux ont bien voulu donner, l’OSEARA n’a pas relevé de contre-indication médicale au retour. Par ailleurs, un représentant de la Commission nationale de prévention de la torture est systématiquement présent pour chaque vol spécial. » Le ministre insiste : « Personne ne procède à un renvoi de gaieté de cœur. » La famille ayant refusé toutes les aides au retour, « le vol spécial est légalement la seule option pour effectuer un renvoi.

    L’organisation du vol spécial est de la compétence de la Confédération. » Si la famille a été réveillée en pleine nuit, c’est en raison du #plan_de_vol. « L’horaire est dicté par un impératif lié au pays d’accueil. On ne peut pas prévoir un vol qui arriverait tard dans la journée, au moment où les instances chargées d’accueillir les personnes ne travaillent plus. » Le conseiller d’État souligne que le renvoi s’est déroulé « sans recours à la force, sans détention et sans assignation à résidence préalable ».

    Et d’ajouter : « De tous les cantons, Vaud est celui qui a mis en place des procédures les moins contraignantes pour les familles. ».

    https://www.24heures.ch/vaud-regions/renvoi-famille-scandalise-professionnels-sante/story/30928044
    #expulsions #renvois #asile #migrations #réfugiés #débouté #Vaud #Suisse

    #à_vomir

    cc @isskein

  • #ARIANE_MNOUCHKINE ET L’#UTOPIE DU SOLEIL

    https://www.lesinrocks.com/2010/03/07/actualite/ariane-mnouchkine-et-lutopie-du-soleil-1133097
    publié le 07/03/2010 à 14h00
    consulté le 03/06/2018 à 16h00

    ARIANE MNOUCHKINE magnifie l’ultime saga humaniste de Jules Verne en une brillante fête de théâtre.
    […]
    Son génie, elle le réserve à la générosité du manifeste politique contenu dans l’ultime roman de Jules Verne. Pour lui, elle ose un retour au théâtre expressionniste du temps du muet dans un éblouissant hommage aux pionniers du 7e art. Alors, dans des décors montés à vue et sous l’œil d’une antique caméra à manivelle, Ariane Mnouchkine se fait magicienne pour redonner vie à ces illustrations des éditions Hetzel qui nous firent tant voyager enfants. Sur les musiques de Jean-Jacques Lemêtre, l’opérette se mue en un opéra sans parole qui, usant de simples cartons pour les dialogues, nous propulse dans l’aventure de la naissance de ce phalanstère idéal créé par des naufragés sur une île perdue entre Patagonie et Terre de Feu. Et le rêve d’Ariane de cette petite lumière d’un phare du bout du monde témoignant d’une humanité capable d’égalité et de fraternité devient alors le nôtre.

    Cet article est une critique de l’une des nombreuses pièces du #Théâtre_Du_Soleil : Les naufragés du fol espoir, inspirée du roman de Jules Verne, Les naufragés du Jonathan. Ariane Mnouchkine met en scène une Europe précipitée vers le carnage de 14-18 : la temporalité de la pièce se situe entre l’attentat de Sarajevo et l’assassinat de Jean Jaurès, jusqu’à la déclaration de guerre. Les personnages, dans un décor monté au vu du spectateur et sur les musiques de Jean-Jacques Lemêtre, participent au tournage d’un film muet inspiré du roman de Jules Verne. Cette pièce prend la forme populaire de l’opérette pour faire passer, grâce à la mise en abyme, un message aussi politique qu’humaniste : le motif de l’utopie, à travers une société idéale créée sur une île par des naufragés.

    Mon commentaire sur cet article :
    J’ai choisi cet article pour présenter le travail d’Ariane Mnouchkine, dans la mesure où celle-ci reste convaincue que le théâtre peut être le lieu d’une utopie, c’est-à dire un moyen de véhiculer des idées humanistes telles que la paix et l’entre-aide. Le célèbre Théâtre du Soleil, installé a la cartoucherie, s’est en effet donné comme mission de transmettre ce message, aussi bien de manière métaphorique, avec ses pièce de théâtre, que pratique : le théâtre du soleil accueille de nombreuses troupes étrangères (notamment indiennes) et partage son savoir-faire et ses convictions dans le cadre de l’école nomade en proposant des stages de théâtre à l’étranger. Je m’intéresserai en outre, à l’occasion d’un prochain article, à la troupe Afghane Aftaab, fondée à l’issue d’un stage dirigé par Ariane Mnouchkine et la troupe du soleil à Kaboul en 2005.
    Je trouve cet article intéressant dans la mesure où il illustre bien le parti pris idéologique du Théâtre du Soleil et le message qu’Ariane Mnouchkine cherche à faire passer dans la plupart de ses pièces. Non seulement le théâtre peut permettre une prise de conscience des difficultés de certains pays pauvres (ce n’est pas le cas dans les naufragés du fol espoir, mais dans l’œuvre d’Ariane Mnouchkine), mais le Théâtre du Soleil offre également à des populations défavorisées (comme c’est le cas en Inde ou en Afghanistan) la possibilité de s’ouvrir à l’univers particulier du théâtre, qui devient un échappatoire et, comme c’est le cas de la troupe Aftaab, un moyen de se soustraire aux conditions difficiles des pays dont elles sont issues.

  • Cartographie de l’islamo-gauchisme en France (Version I)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/920-cartographie-de-l-islamo-gauchisme

    Cette cartographie de l’islamo-gauchisme en France (inspirée de la cartographie de l’extrême-droite) s’appuie sur nos travaux antérieurs sur l’accointance entre la Gauche et l’islam. Parmi tous les textes de ce site inscrits sous le mot-clef « Islamogauchisme », on lira notamment : Ce que nous appelons extrême droite (tract) Sur les racines de l’islamo-gauchisme (exposé) « Il y a des affinités anthropologiques très profondes entre un gauchiste et un musulman » (entretien) Islamisme, totalitarisme, (...)

    Cartographie de l’islamo-gauchisme en France

    / Lieux Communs , Politique , Islamogauchisme , Islam , Gauchisme , Extrêmes-droites , (...)

    #Cartographie_de_l'islamo-gauchisme_en_France
    #Lieux_Communs
    #Politique
    #Islamogauchisme
    #Islam
    #Gauchisme
    #Extrêmes-droites
    #Totalitarisme

    https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf/cartigdocbrut.pdf

  • Le manifeste de Sarajevo.

    Contre l’apartheid linguistique.

    Au printemps 2017, à Sarajevo, des croates, des bosniaques, des serbes ainsi que des monténégrins ont lancé un manifeste dans lequel ils affirment conjointement qu’ils parlent "une langue commune". Les quelques huit mille signataires de ce manifeste posent un constat. De Sarajevo à Podgorica, en passant par Belgrade et Zagreb, quinze millions de personnes utilisent le même idiome : une langue qui fut normée aux XIX° et XX° siècle, connue du temps de la Yougoslavie comme le serbo-croate (ou croato-serbe) et écrite tantôt en alphabet latin (croatie et bosnie), tantôt en cyrillique (serbie et monténégro).

    Cette langue est désormais officiellement sans nom. Cependant, dans le monde de l’éducation, de la recherche et au sein des administrations, elle est parfois appelée "BCS" (bosno-croato-serbe), comme au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à La Haye, ou bien "BCMS" (M pour "monténégrin") ou encore "BHS". Quand ils vivent à l’étranger, les ressortissants des pays où elle est parlée "disent le plus souvent « Notre langue » (ndlr : Nas jezik)". C’est ce que déclare la romancière croate Slavenka Drakulic. Il s’agit d’une langue standard polycentrique, parlée par plusieurs populations d’États différents.

    A contrario, cela pointe le levier linguistique dans l’émergence des nationalismes qui furent à l’origine de la tragédie de l’ex-Yougoslavie. Par conséquent, le manifeste de Sarajevo dénonce l’action des identitaires linguistiques. En effet, encore de nos jours - dans les écoles de ces ex-Républiques yougoslaves - les enfants sont séparés en fonction de leur supposée origine sous prétexte qu’ils ne parleraient pas la même langue. Comme cela arrive souvent, dès que quelqu’un ose critiquer les constructions pseudos-culturelles, mais réellement nationalistes et identitaires ; cette position leur vaut d’être menacés et accusés d’être des parasites ou des traîtres à leurs nations respectives - nations qui sont nées de l’éclatement sanglant de l’ex-Yougoslavie dans les années 90’. Durant cette période, 150 000 yougoslaves sont morts pour que, selon l’expression conne et sacrée, « des langues puissent vivre ». Nous pouvons voir maintenant à quoi et à qui cela a servi.

    Autre constat : depuis l’éclatement de la Yougoslavie, les élites nationalistes n’ont eu de cesse de creuser le fossé linguistique qui est à la source de leurs fonctions et privilèges. Au premier rang de la corporation des distingués linguistes qui, passés les massacres, se sont bâtis de belles carrières, nous ne nous étonnerons pas de trouver la présidente croate Kolinda Grabar Kitarovic. "Cette prétendue langue commune était un projet politiquement mort avec l’ex-Yougoslavie" a-t-elle déclaré. Bien sûr, une réunification lui coûterait son poste. Dans un style plus direct, plus post-stalinien, l’écrivain Davor Velnic a qualifié les anti–nationalistes de "Yougo-intellectuels", d’"apatrides", de "parasites" qui n’ont "jamais accepté le fait qu’il y ait un État croate souverain et internationalement reconnu". Voilà qui fleure bon le poteau d’exécution.

    La linguiste croate Snjezana Kordic a donc essuyé, avec ses co-signataires du manifeste, une violente campagne de presse dans son pays. Son tort ? Dans son dernier ouvrage, « La langue et le nationalisme", publié aux éditions Durieux en 2010, elle a énoncé quelques évidences historiques sur l’utilisation de la langue à des fins nationalistes. Son livre affirme, en effet, que les langues croate, serbe, bosniaque et monténégrine ne sont que les différentes variantes d’une seule et même langue. C’est en Croatie que la pureté de la langue a atteint son paroxysme. Elle y est devenue, depuis vingt ans, une grande priorité ; ce qui est un signe flagrant de la domination du nationalisme. Cela est d’autant plus vrai que les différences imposées par les linguistes croates sont artificielles et que leurs travaux sur la langue sont subventionnés par l’État croate.

    Le fait est que, en Croatie, depuis l’indépendance, l’aéroport n’est plus un « aerodrom » mais un « zracna luka », tandis qu’un porte-parole est un « glasnogovornik » et non plus un « portparol ». La tentative de transformer la "televizija" (télévision) en "dalekovidnica" ("vision lointaine") a, en revanche, fait long feu. Dans ce pays, les films serbes ont un temps été sous-titrés ... jusqu’à ce que les continuelles crises de rire des téléspectateurs ne viennent mettre un point final à cette étrange pratique burlesque.

    D’autres exemples d’artifices linguistiques nous sont également offerts ; mais en Bosnie, cette fois. En effet, les autorités bosniaques, soucieuses de la santé de leurs administrés, ont décidé de diffuser en serbe, en croate et en bosniaque - que « fumer tue ». Cette séparation linguistique, beaucoup la jugent artificielle et dictée par une volonté d’attiser les nationalismes. En réponse à ces contorsions, les bosniaques ont également réagi avec humour. En 2014, lors de manifestations en Bosnie, un slogan était apparu dans les cortèges : « Gladni smo na sva tri jezika ! » ("Nous avons faim en trois langues !"). Quant aux dirigeants du Monténégro, indépendant de la Serbie depuis 2006, ils ont vite fait ajouter deux lettres dans leur alphabet .…

    @Anarchosyndicalisme ! n°158 / Mars - Avril 2018
    http://cntaittoulouse.lautre.net

  • Le siège
    http://www.nova-cinema.org/prog/2018/164-laissez-bronzer-les-cadavres/varia/article/le-siege

    Rémy Ourdan & Patrick Chauvel, 2016, FR, video, VO ST FR ANG, 90’

    D’avril 1992 à février 1996, les forces serbes, qui refusent l’indépendance de la Bosnie-Herzégovine, assiègent sa ville principale, Sarajevo. Positionnées sur les reliefs alentours, elles enferment ses habitants dans un piège hermétique et les pilonnent continuellement, au hasard, à coups d’obus et de tirs de snipers. Pendant quatre années interminables, la ville endure l’horreur des morts quotidiennes, des privations de tous ordres et du froid extrême. Vingt ans plus tard, le reporter de guerre Rémy Ourdan rend compte dans ce documentaire d’une myriade d’expériences humaines vécues durant le siège de Sarajevo, où il habitait. Face à sa caméra, de nombreux Sarajéviens rassemblent leurs souvenirs, souvent douloureux et bouleversants. (...)

  • De la #cartographie dans l’#art et vice versa

    www.paulinedelwaulle.com

    http://cargocollective.com/paulinedelwaulle

    Je viens de redécouvrir le travail de cette artiste subtile qui revisitela cartographie dans son art quand elle ne se précipite pas elle-même dans la carte comme dans son projet « linescape ». C’est très beau et très fin.

    Le travail de #Pauline_Delwaulle invite à un autre regard sur le monde. Il tend à révéler ce qu’on ne voit plus. La question de l’écriture de l’espace et de sa représentation est centrale dans ses projets. Le paysage et la cartographie servent de support à ses interrogations, que ce soit par le land art, les cartes numériques ou le film. La rencontre avec le lieu, l’espace, est le moteur de sa création. Elle se confronte au monde, puis vient comme le couvrir, le doubler, pour mieux le voir, le présenter. Aller chercher, aller trouver, chaque projet est une sorte d’aventure, une expérience. Puisant à la fois dans le documentaire, l’art contemporain et la littérature, le
    travail de Pauline Delwaulle se développe en rhizome. Un même projet se déploie en plusieurs médiums au gré des découvertes.
    Actuellement, elle travaille sur l’idée de paysage sémantique, à travers des films et oeuvres numériques.

    linescape - www.paulinedelwaulle.com

    http://cargocollective.com/paulinedelwaulle

    Une ligne-frontière qui divise un pays en deux entités autonomes et dépendantes. Partir à la recherche de cette ligne, chercher comment elle apparaît dans le paysage.
    Voir si le territoire imprègne l’espace, si les lignes sont perceptibles. Mais le film se retourne sur lui-même, on ne peut marcher en dehors des routes et des parcs.

    Linescape est un road-movie qui s’ignore, un film sur un paysage inaccessible.

    Prendre conscience que cette recherche n’a plus de sens, sinon celui de chercher. Tenter de sortir des routes, atteindre le paysage, chercher une passerelle, s’approprier un regard, atteindre une certaine image.
    Le film s’achève par un plan séquence super 8 de la durée de la bobine, une descente de la piste de bobsleigh de Sarajevo, qui survole la forêt minée. Course effrainée de liberté, dont on ne verra jamais l’arrivée, le film se termine par la lumière du projecteur qui s’éteint.
    Linescape mélange la vidéo, le film, le dessin, la voix, le texte, la photo et le son, pour donner naissance à un paysage tout en ambiguïté.

    #cartoexperiment

  • Témoignage : Vent glacial sur Sarajevo

    Carnet de guerre d’un officier en première ligne lors du siège le plus long qu’ait connu une capitale à l’époque contemporaine, Vent glacial sur Sarajevo est un témoignage sans concession sur l’ambiguïté de la politique française durant le conflit en ex-Yougoslavie.

    Cette « capitale assiégée que nous n’avons pas su protéger », Guillaume Ancel la rejoint en janvier 1995 avec un bataillon de la Légion étrangère. Sarajevo est encerclée depuis déjà trois ans et sa population soumise aux tirs quotidiens des batteries d’artillerie serbes. L’équipe du capitaine Ancel a pour mission de guider les frappes des avions de l’OTAN contre elles. Des assauts sans cesse reportés, les soldats français recevant à la dernière minute les contre-ordres nécessaires pour que les Serbes ne soient jamais inquiétés. Sur le terrain, les casques bleus français comprennent qu’on ne leur a pas tout dit de leur mission et se retrouvent pris au piège.

    « Six mois d’humiliation » résume #Guillaume_Ancel qui dresse un constat sévère des choix faits par le gouvernement d’alors. En témoignant de l’opération à laquelle il a participé, il raconte ces hommes, ces situations, cette confusion et le désarroi qui, jour après jour, ronge ces soldats impuissants.

    Ancien officier de la #Force_d’Action_Rapide, saint-cyrien, Guillaume Ancel a participé notamment à l’intervention de l’ONU au Cambodge en 1992, à l’opération Turquoise en 1994, pendant le génocide des Tutsis au Rwanda, et aux missions en ex-Yougoslavie en 1995 et 1997. Il a quitté l’armée de terre en 2005 pour rejoindre le monde des entreprises.

    https://www.courrierdesbalkans.fr/Temoignage-Vent-glacial-sur-Sarajevo
    #France #Sarajevo #ex-yougoslavie #histoire #Bosnie #siège #livre #témoignage #guerre #conflit
    cc @ville_en

  • #Ratko_Mladic condamné à la perpétuité pour le génocide de Srebrenica
    https://www.mediapart.fr/journal/international/221117/ratko-mladic-condamne-la-perpetuite-pour-le-genocide-de-srebrenica

    Arrêté en 2011, le chef des militaires serbes de Bosnie a été condamné le 22 novembre à la prison à perpétuité pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Organisateur du siège de Sarajevo et du massacre de Srebrenica, il était le dernier grand accusé devant le TPIY. Portrait d’un criminel toujours populaire en Serbie.

    #International #Carla_Del_Ponte #Ex-Yougoslavie #Karadzic #Milosevic

  • Les « belles âmes » d’Israël

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/26/les-belles-ames-d-israel_5206251_3232.html

    Dans « A l’ouest du Jourdain », Amos Gitaï filme des Israéliens qui agissent contre la colonisation. Un témoignage important, cinquante ans après le début de l’occupation de la Cisjordanie, dit, dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde ».

    En anglais, on les appelle, avec un brin de condescendance, les do-gooders – les « belles ou bonnes âmes ». Ils sont de toutes les luttes, toujours du même côté : celui du plus faible. Ils croient au dialogue, se refusent à la fatalité de la guerre. Ils s’exposent, prennent des risques, en marge de la politique officielle. On les accuse de trahir leur camp, celui des forts, ou, au contraire, de lui acheter une bonne conscience.

    Chacun a ses do-gooders, toujours bien intentionnés. Des Français ont tendu la main aux nationalistes algériens, des Serbes aux Bosniaques de Sarajevo, des protestants aux catholiques d’Irlande du Nord. Ce mois-ci, le cinéaste israélien Amos Gitaï rend hommage aux siens. Dans A l’ouest du Jourdain, il filme des Israéliens qui, sur le terrain, agissent contre la colonisation de la Cisjordanie, tissent des liens avec des Palestiniens et assurent leur défense devant les tribunaux. Ceux-là combattent l’idée d’une malédiction immanente qui installerait les deux parties dans un conflit voué à l’éternité.

    Ils s’appellent Betselem (protection des droits de l’homme), Breaking the Silence (« rompre le silence », sur le comportement de l’armée) ou Amnesty Israël. D’autres groupes sont anonymes, plus informels. Tous se disent patriotes israéliens, profondément. « Ce sont des femmes et des hommes qui aiment leur pays, mais restent convaincus de la nécessité de construire des ponts », dit Gitaï. Le temps compte : « Les Palestiniens de Cisjordanie sont sous occupation depuis cinquante ans, les deux tiers de l’existence d’Israël. »

    « Une dégradation quotidienne »

    L’importance du film d’Amos Gitaï est dans cette date-repère. Elle tient au refus de banaliser ce qui se passe à l’ouest du Jourdain. La tourmente moyen-orientale a semé le chaos aux frontières d’Israël. Elle a marginalisé le conflit israélo-palestinien, moins mortifère que les guerres inter-arabes. Pour autant, rien n’est « normal » en Cisjordanie et dans la partie orientale de Jérusalem. La mission des do-gooders d’Amos Gitaï est de le rappeler. Même si personne ne les écoute.

    A l’ONU, la semaine dernière, le représentant de la France, François Delattre, constatait : « Le temps ne rend pas le conflit israélo-palestinien moins dangereux. Loin d’être un statu quo, la situation sur le terrain est marquée par une dégradation quotidienne, liée notamment à la colonisation. » Conquises lors de la guerre de juin 1967, la Cisjordanie et la partie arabe de Jérusalem accueillent aujourd’hui un demi-million d’Israéliens.

    La majorité des juristes s’accordent : la puissance occupante n’a pas le droit de changer la situation sur le terrain. Cinquante ans de colonisation ont rendu la Cisjordanie méconnaissable – continuité territoriale en miettes, ressources en eau confisquées, paysage physique bouleversé par les implantations israéliennes et, notamment, un réseau de routes de contournement réservé aux colons.

    « Nous n’évacuerons aucune implantation »

    Inoxydable premier ministre, Benyamin Nétanyahou, au pouvoir depuis douze ans, est à la tête d’une majorité de droite et d’ultra-droite qui ne cache pas sa priorité : multiplier les implantations en Cisjordanie. Célébrant ce 50e anniversaire, Nétanyahou déclarait fin août : « Nous n’évacuerons aucune implantation (…), nous ne partirons pas. Nous allons garder la Samarie [nom biblique de la Cisjordanie]. Contre tous ceux qui veulent nous en empêcher, nous allons nous enraciner ici. »

    A la mi-octobre, le gouvernement Nétanyahou a autorisé une nouvelle vague d’implantations. Les héros d’Amos Gitaï sont impuissants. Mais ils témoignent. Betselem tient la comptabilité des expropriations de terres palestiniennes et Breaking the Silence, le journal des petites et grandes exactions inhérentes au contrôle d’une population occupée de plus de trois millions de personnes. Ils luttent aussi.

    Un vieux rabbin se bat pour empêcher des colons de détruire un jardin d’enfants arabes. La mort d’un fils dans les combats réunit des Israéliennes et des Palestiniennes. Au fil des affrontements, du terrorisme et du contre-terrorisme, les do-gooders, des deux côtés, ne baissent pas les bras. Et des deux côtés, ceux qui ont une solution toute faite au conflit, les « politiques », moquent leur angélisme.

    Faire taire les ONG israéliennes

    Mais si les belles âmes sont si inoffensives, pourquoi leur mener la vie dure ? Si elles ne servent à rien, pourquoi les attaquer ? A Jérusalem, le « parti des colons » vote des lois pour faire taire les ONG israéliennes actives en Cisjordanie. Elles participeraient à une campagne internationale de « délégitimation » d’Israël ? Mais en matière d’atteinte à l’image d’Israël, la colonisation bat tous les records. Qui « délégitime » qui ?

    A Washington, le parti républicain, succursale de la droite israélienne, surenchérit. Le Congrès étudie un projet de loi qualifiant d’infraction civile et pénale l’aide financière que des Américains apportent à Betselem, à Breaking the Silence ou à la campagne visant à boycotter les produits israéliens fabriqués dans des colonies. Les citoyens américains peuvent financer la colonisation, ils n’auraient pas le droit de s’y opposer ! Le texte a peu de chances d’aboutir mais son objet est de soutenir l’ambition de la droite israélienne : effacer toute « frontière » entre la Cisjordanie et Israël. Il s’agit de réaliser le rêve du parti des colons : l’annexion de ce territoire – qui empêchera la création d’un Etat palestinien aux côtés d’Israël.

    Gitaï ne rentre pas dans ce débat. L’auteur de Kippour, de Kadosh, du Dernier jour d’Itzhak Rabin, filme à vue. Il saisit le chaos de l’occupation, une série de scènes, parfois contradictoires, sans autre objectif que de saluer ces do-gooders, qui préservent l’espoir, dit-il, « refusent la déshumanisation de part et d’autre » et « rendent envisageable un futur commun ». Un jour.

  • La barbarie sexuelle de Daech n’est pas l’exception, mais la règle en temps de guerre | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/la-barbarie-sexuelle-de-daech-nest-pas-lexception-mais-la-r-gle-en-te

    Le terrorisme sexuel n’est propre ni à l’Etat islamique, ni aux groupes terroristes islamiques autoproclamés en général. Le terrorisme sexuel est ce à quoi ressemble le chaos social engendré par la guerre ; aucune ethnie, religion, race ou identité culturelle n’a le monopole de l’usage de la violence sexuelle en temps de conflit.

    Depuis l’aube de la civilisation, la guerre et le sexe sont liés. La Grèce antique a représenté ce truisme dans la relation illicite entre la déesse de l’amour, Aphrodite, et le dieu de la guerre, Arès, comme l’ont fait les anciens Israélites dans l’Ancien Testament, dans lequel la guerre et le sexe sont présentés comme étant entremêlés. « Tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme ». Voici comment le livre des Nombres (31:18) décrit la vengeance des tribus israélites sur Madian.

    La violence sexuelle dépravée perpétrée par l’Etat islamique reflète la dépravation dont sont coupables un certain nombre de milices et armées de l’ère moderne, qu’elles soient laïques ou religieuses. Elle reflète même les violences sexuelles tordues commises par ceux qui ont été déployés pour séparer des factions belligérantes, comme ce fut le cas en Bosnie dans les années 1990, lorsque les troupes de Casques bleus de l’ONU étaient à la fois les mécènes et les commanditaires d’un réseau de prostitution qui a entraîné l’asservissement, le viol et le meurtre de femmes victimes de traite et envoyées en Bosnie depuis toute l’Europe de l’Est (une histoire racontée dans le film Seule contre tous, avec Rachel Weisz).

    « Les guerres dans les Balkans ont vu naître des camps de viol, des lieux où les femmes ont été gardées sous surveillance et ont été victimes d’abus répétés de la part des forces paramilitaires serbes », écrit Chris Hedges, qui a survécu à soixante jours de bombardements serbes à Sarajevo. « Quand cela devenait ennuyeux, étant donné que la perversion sexuelle, comme le meurtre, doit constamment impliquer le nouveau et le bizarre, les femmes étaient mutilées et tuées, le tout en étant filmées, selon des sources. » Dans War is a Force that Gives Us Meaning, Hedges raconte que les hommes musulmans de Bosnie étaient rassemblés sur les places des villes et décapités par les milices serbes. Avant cela, ils étaient forcés de creuser leur propre tombe et de « regarder leur fille ou leur épouse se faire violer devant eux ».

  • #Bosnie-Herzégovine : #Sarajevo refuse d’honorer un martyr de la guerre, Internet s’enflamme

    Sur les réseaux sociaux bosniens, la colère gronde depuis bientôt une semaine. Le 26 septembre 2017, la municipalité de Novo Sarajevo a refusé de donner à sa nouvelle #salle_de_sport le nom de #Goran_Čengić, martyr antinationaliste de la guerre de 1992-1995.


    https://www.courrierdesbalkans.fr/Bosnie-Herzegovine-Pas-de-nom-heroique-pour-la-salle-de-sport-de-

    #toponymie #Goran_Gengic

  • Simulacre & postmodernité au combat
    http://www.dedefensa.org/article/simulacre-postmodernite-au-combat

    Simulacre & postmodernité au combat

    25 septembre 2017 – Un couple de jeunes gens de ma famille m’a confié pour une lecture qui devrait m’intéresser, Vent glacial sur Sarajevo, de Guillaume Ancel (Belles-Lettres, mai 2017). L’auteur est un ancien saint-cyrien, ancien officier de l’armée française (jusqu’en 2005). Affecté dans les années 1990 à la Force d’Action Rapide, il fut détaché dans plusieurs opérations de l’ONU, notamment à Sarajevo en 1995-1997. C’est de ce dernier épisode que j’extrais un passage dont je vous recommande la lecture, ci-dessous.

    J’y suis tombé par hasard, dans un premier feuilletage ultra-rapide du livre, p.150-151, et j’ai retrouvé l’extrait sur la page du site Belles-Lettres consacré au livre. Le hasard est un compagnon de très bonne compagnie, qui doit avoir des consignes (...)

  • Philosophe & postmodernité au combat
    http://www.dedefensa.org/article/philosophe-postmodernite-au-combat

    Philosophe & postmodernité au combat

    25 septembre 2017 – Un couple de jeunes gens de ma famille m’a confié pour une lecture qui devrait m’intéresser, Vent glacial sur Sarajevo, de Guillaume Ancel (Belles-Lettres, mai 2017). L’auteur est un ancien saint-cyrien, ancien officier de l’armée française (jusqu’en 2005). Affecté dans les années 1990 à la Force d’Action Rapide, il fut détaché dans plusieurs opérations de l’ONU, notamment à Sarajevo en 1995-1997. C’est de ce dernier épisode que j’extrais un passage dont je vous recommande la lecture, ci-dessous.

    J’y suis tombé par hasard, dans un premier feuilletage ultra-rapide du livre, p.150-151, et j’ai retrouvé l’extrait sur la page du site Belles-Lettres consacré au livre. Le hasard est un compagnon de très bonne compagnie, qui doit avoir des consignes (...)

  • En #Bosnie-Herzégovine, les médias indépendants sous assistance respiratoire

    Les médias indépendants se font rares en Bosnie-Herzégovine. Leur avenir dépend en partie des financements étrangers. De Sarajevo à Mostar, le paysage médiatique reste réduit à une presse sous contrôle des pouvoirs politique et économique.


    https://www.lacite.info/reportages/bosnie-herzegovine-medias-independants
    #médias #journalisme #presse

  • La #jeunesse bosnienne veut faire tomber les murs

    Vingt-deux ans après les guerres d’ex-Yougoslavie, la Bosnie-Herzégovine reste partagée en trois ethnies : les Serbes en Republika Srpska, les Bosniaques et les Croates en Fédération de Bosnie-Herzégovine. À #Mostar, #Sarajevo et #Tuzla, les jeunes ont grandi avec ces clivages mais la plupart d’entre eux n’aspirent maintenant qu’à une chose : les dépasser.


    https://www.lacite.info/reportages/jeunesse-bosnienne
    #jeunes #Bosnie-Herzégovine #graffitis #art_de_rue #street-art #ex-Yougoslavie

    D’où naît ce reportage ?

    Le projet « #A_longs_thermes » est né d’une collaboration entre le Pôle universitaire de Vichy et le collectif international de journalistes indépendants @wereport , autour de la liberté de la presse en France et dans les Balkans.
    En août 2017, huit étudiants de Vichy, issus des licences professionnelles de journalisme et TAIS (Techniques et activités de l’image et du son), sont partis en Bosnie-Herzégovine, encadrés par trois journalistes du collectif We Report, l’anthropologue Aline Cateux et l’association Sur les pas d’Albert Londres.
    Pendant quinze jours, ils ont réalisé des articles multimédia sur la liberté de la presse et la jeunesse dans les Balkans. Leurs reportages ont été croqués par le carnettiste Emdé, dont les dessins sont exposés au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand à l’automne 2017.

  • Entre #Bosnie-Herzégovine et #Croatie, nouvelle poussée de fièvre autour du #pont de #Pelješac

    Pour Zagreb, il s’agit d’assurer la #continuité_territoriale de la Croatie, en contournant l’#enclave bosnienne de #Neum. Pour Sarajevo, de défendre le seul accès du pays à la mer, que la construction du pont de Pelješac pourrait entraver. Alors que les travaux pourraient bientôt reprendre, le ton monte à nouveau entre les deux voisins.


    https://www.courrierdesbalkans.fr/Entre-Bosnie-Herzegovine-et-Croatie-nouvelle-poussee-de-fievre-au