city:seattle

  • Des femmes médecins privées de leur titre | ARIANE LACOURSIÈRE | Santé
    https://www.lapresse.ca/actualites/sante/201812/07/01-5207274-des-femmes-medecins-privees-de-leur-titre.php

    Incroyable ! Deux doctorats et elle est « mademoiselle » alors que lui est « docteur ».
    – La Dre Jenny Hobbs, de Seattle, sur Twitter mercredi


  • L’irrésistible ascension d’Amazon
    https://www.arte.tv/fr/videos/058375-000-A/l-irresistible-ascension-d-amazon

    Géant devenu incontrôlable du commerce en ligne, Amazon a transformé en moins d’un quart de siècle la société. Fondée à l’aube de l’explosion des affaires sur Internet par Jeff Bezos, – lui-même grandi dans l’ombre de David Elliott Shaw, un génie de la finance et de l’informatique –, l’entreprise commence modestement dans un pavillon des faubourgs de Seattle : l’aube d’un rêve américain. Car la petite plate-forme de vente en ligne ne tarde pas à être capitalisée par des investisseurs auxquels le très pressé (...)

    #Amazon #domination #bénéfices #travail #marketing


  • Des BD, des bd, encore des bd

    Comme il est question de bd aujourd’hui sur seenthis, pourriez-vous me recommander des albums ou auteurices que vous estimez. J’en ai lu quelques une bien-sûr mais ma culture bd est très très limitée et comme la médiathèque de chez moi est bien fournie, je devrais pouvoir y trouver des petits trésors. Merci.


  • Vers des machines capables de comprendre le sens commun ?
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/vers-des-machines-capables-de-comprendre-le-sens-commun

    En août 2018, des chercheurs de l’Institut Allen pour l’intelligence artificielle, un laboratoire basé à Seattle, ont dévoilé un test de compréhension pour ordinateurs (.pdf). Ce test vise à examiner si les machines sont capables de compléter des affirmations très simples depuis un QCM, comme : « Sur scène, une femme prend (...)

    #A_lire_ailleurs #Recherches #IA #intelligence_artificielle


  • Cheap Words | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2014/02/17/cheap-words

    Amazon is a global superstore, like Walmart. It’s also a hardware manufacturer, like Apple, and a utility, like Con Edison, and a video distributor, like Netflix, and a book publisher, like Random House, and a production studio, like Paramount, and a literary magazine, like The Paris Review, and a grocery deliverer, like FreshDirect, and someday it might be a package service, like U.P.S. Its founder and chief executive, Jeff Bezos, also owns a major newspaper, the Washington Post. All these streams and tributaries make Amazon something radically new in the history of American business.

    Recently, Amazon even started creating its own “content”—publishing books. The results have been decidedly mixed. A monopoly is dangerous because it concentrates so much economic power, but in the book business the prospect of a single owner of both the means of production and the modes of distribution is especially worrisome: it would give Amazon more control over the exchange of ideas than any company in U.S. history. Even in the iPhone age, books remain central to American intellectual life, and perhaps to democracy. And so the big question is not just whether Amazon is bad for the book industry; it’s whether Amazon is bad for books.

    According to Marcus, Amazon executives considered publishing people “antediluvian losers with rotary phones and inventory systems designed in 1968 and warehouses full of crap.” Publishers kept no data on customers, making their bets on books a matter of instinct rather than metrics. They were full of inefficiences, starting with overpriced Manhattan offices. There was “a general feeling that the New York publishing business was just this cloistered, Gilded Age antique just barely getting by in a sort of Colonial Williamsburg of commerce, but when Amazon waded into this they would show publishing how it was done.”

    During the 1999 holiday season, Amazon tried publishing books, leasing the rights to a defunct imprint called Weathervane and putting out a few titles. “These were not incipient best-sellers,” Marcus writes. “They were creatures from the black lagoon of the remainder table”—Christmas recipes and the like, selected with no apparent thought. Employees with publishing experience, like Fried, were not consulted. Weathervane fell into an oblivion so complete that there’s no trace of it on the Internet. (Representatives at the company today claim never to have heard of it.) Nobody at Amazon seemed to absorb any lessons from the failure. A decade later, the company would try again.

    Around this time, a group called the “personalization team,” or P13N, started to replace editorial suggestions for readers with algorithms that used customers’ history to make recommendations for future purchases. At Amazon, “personalization” meant data analytics and statistical probability. Author interviews became less frequent, and in-house essays were subsumed by customer reviews, which cost the company nothing. Tim Appelo, the entertainment editor at the time, said, “You could be the Platonic ideal of the reviewer, and you would not beat even those rather crude early algorithms.” Amazon’s departments competed with one another almost as fiercely as they did with other companies. According to Brad Stone, a trash-talking sign was hung on a wall in the P13N office: “people forget that john henry died in the end.” Machines defeated human beings.

    In December, 1999, at the height of the dot-com mania, Time named Bezos its Person of the Year. “Amazon isn’t about technology or even commerce,” the breathless cover article announced. “Amazon is, like every other site on the Web, a content play.” Yet this was the moment, Marcus said, when “content” people were “on the way out.” Although the writers and the editors made the site more interesting, and easier to navigate, they didn’t bring more customers.

    The fact that Amazon once devoted significant space on its site to editorial judgments—to thinking and writing—would be an obscure footnote if not for certain turns in the company’s more recent history. According to one insider, around 2008—when the company was selling far more than books, and was making twenty billion dollars a year in revenue, more than the combined sales of all other American bookstores—Amazon began thinking of content as central to its business. Authors started to be considered among the company’s most important customers. By then, Amazon had lost much of the market in selling music and videos to Apple and Netflix, and its relations with publishers were deteriorating. These difficulties offended Bezos’s ideal of “seamless” commerce. “The company despises friction in the marketplace,” the Amazon insider said. “It’s easier for us to sell books and make books happen if we do it our way and not deal with others. It’s a tech-industry thing: ‘We think we can do it better.’ ” If you could control the content, you controlled everything.

    Many publishers had come to regard Amazon as a heavy in khakis and oxford shirts. In its drive for profitability, Amazon did not raise retail prices; it simply squeezed its suppliers harder, much as Walmart had done with manufacturers. Amazon demanded ever-larger co-op fees and better shipping terms; publishers knew that they would stop being favored by the site’s recommendation algorithms if they didn’t comply. Eventually, they all did. (Few customers realize that the results generated by Amazon’s search engine are partly determined by promotional fees.)

    In late 2007, at a press conference in New York, Bezos unveiled the Kindle, a simple, lightweight device that—in a crucial improvement over previous e-readers—could store as many as two hundred books, downloaded from Amazon’s 3G network. Bezos announced that the price of best-sellers and new titles would be nine-ninety-nine, regardless of length or quality—a figure that Bezos, inspired by Apple’s sale of songs on iTunes for ninety-nine cents, basically pulled out of thin air. Amazon had carefully concealed the number from publishers. “We didn’t want to let that cat out of the bag,” Steele said.

    The price was below wholesale in some cases, and so low that it represented a serious threat to the market in twenty-six-dollar hardcovers. Bookstores that depended on hardcover sales—from Barnes & Noble and Borders (which liquidated its business in 2011) to Rainy Day Books in Kansas City—glimpsed their possible doom. If reading went entirely digital, what purpose would they serve? The next year, 2008, which brought the financial crisis, was disastrous for bookstores and publishers alike, with widespread layoffs.

    By 2010, Amazon controlled ninety per cent of the market in digital books—a dominance that almost no company, in any industry, could claim. Its prohibitively low prices warded off competition.

    Publishers looked around for a competitor to Amazon, and they found one in Apple, which was getting ready to introduce the iPad, and the iBooks Store. Apple wanted a deal with each of the Big Six houses (Hachette, HarperCollins, Macmillan, Penguin, Random House, and Simon & Schuster) that would allow the publishers to set the retail price of titles on iBooks, with Apple taking a thirty-per-cent commission on each sale. This was known as the “agency model,” and, in some ways, it offered the publishers a worse deal than selling wholesale to Amazon. But it gave publishers control over pricing and a way to challenge Amazon’s grip on the market. Apple’s terms included the provision that it could match the price of any rival, which induced the publishers to impose the agency model on all digital retailers, including Amazon.

    Five of the Big Six went along with Apple. (Random House was the holdout.) Most of the executives let Amazon know of the change by phone or e-mail, but John Sargent flew out to Seattle to meet with four Amazon executives, including Russ Grandinetti, the vice-president of Kindle content. In an e-mail to a friend, Sargent wrote, “Am on my way out to Seattle to get my ass kicked by Amazon.”

    Sargent’s gesture didn’t seem to matter much to the Amazon executives, who were used to imposing their own terms. Seated at a table in a small conference room, Sargent said that Macmillan wanted to switch to the agency model for e-books, and that if Amazon refused Macmillan would withhold digital editions until seven months after print publication. The discussion was angry and brief. After twenty minutes, Grandinetti escorted Sargent out of the building. The next day, Amazon removed the buy buttons from Macmillan’s print and digital titles on its site, only to restore them a week later, under heavy criticism. Amazon unwillingly accepted the agency model, and within a couple of months e-books were selling for as much as fourteen dollars and ninety-nine cents.

    Amazon filed a complaint with the Federal Trade Commission. In April, 2012, the Justice Department sued Apple and the five publishers for conspiring to raise prices and restrain competition. Eventually, all the publishers settled with the government. (Macmillan was the last, after Sargent learned that potential damages could far exceed the equity value of the company.) Macmillan was obliged to pay twenty million dollars, and Penguin seventy-five million—enormous sums in a business that has always struggled to maintain respectable profit margins.

    Apple fought the charges, and the case went to trial last June. Grandinetti, Sargent, and others testified in the federal courthouse in lower Manhattan. As proof of collusion, the government presented evidence of e-mails, phone calls, and dinners among the Big Six publishers during their negotiations with Apple. Sargent and other executives acknowledged that they wanted higher prices for e-books, but they argued that the evidence showed them only to be competitors in an incestuous business, not conspirators. On July 10th, Judge Denise Cote ruled in the government’s favor.

    Apple, facing up to eight hundred and forty million dollars in damages, has appealed. As Apple and the publishers see it, the ruling ignored the context of the case: when the key events occurred, Amazon effectively had a monopoly in digital books and was selling them so cheaply that it resembled predatory pricing—a barrier to entry for potential competitors. Since then, Amazon’s share of the e-book market has dropped, levelling off at about sixty-five per cent, with the rest going largely to Apple and to Barnes & Noble, which sells the Nook e-reader. In other words, before the feds stepped in, the agency model introduced competition to the market. But the court’s decision reflected a trend in legal thinking among liberals and conservatives alike, going back to the seventies, that looks at antitrust cases from the perspective of consumers, not producers: what matters is lowering prices, even if that goal comes at the expense of competition.

    With Amazon’s patented 1-Click shopping, which already knows your address and credit-card information, there’s just you and the buy button; transactions are as quick and thoughtless as scratching an itch. “It’s sort of a masturbatory culture,” the marketing executive said. If you pay seventy-nine dollars annually to become an Amazon Prime member, a box with the Amazon smile appears at your door two days after you click, with free shipping. Amazon’s next frontier is same-day delivery: first in certain American cities, then throughout the U.S., then the world. In December, the company patented “anticipatory shipping,” which will use your shopping data to put items that you don’t yet know you want to buy, but will soon enough, on a truck or in a warehouse near you.

    Amazon employs or subcontracts tens of thousands of warehouse workers, with seasonal variation, often building its fulfillment centers in areas with high unemployment and low wages. Accounts from inside the centers describe the work of picking, boxing, and shipping books and dog food and beard trimmers as a high-tech version of the dehumanized factory floor satirized in Chaplin’s “Modern Times.” Pickers holding computerized handsets are perpetually timed and measured as they fast-walk up to eleven miles per shift around a million-square-foot warehouse, expected to collect orders in as little as thirty-three seconds. After watching footage taken by an undercover BBC reporter, a stress expert said, “The evidence shows increased risk of mental illness and physical illness.” The company says that its warehouse jobs are “similar to jobs in many other industries.”

    When I spoke with Grandinetti, he expressed sympathy for publishers faced with upheaval. “The move to people reading digitally and buying books digitally is the single biggest change that any of us in the book business will experience in our time,” he said. “Because the change is particularly big in size, and because we happen to be a leader in making it, a lot of that fear gets projected onto us.” Bezos also argues that Amazon’s role is simply to usher in inevitable change. After giving “60 Minutes” a first glimpse of Amazon drone delivery, Bezos told Charlie Rose, “Amazon is not happening to bookselling. The future is happening to bookselling.”

    In Grandinetti’s view, the Kindle “has helped the book business make a more orderly transition to a mixed print and digital world than perhaps any other medium.” Compared with people who work in music, movies, and newspapers, he said, authors are well positioned to thrive. The old print world of scarcity—with a limited number of publishers and editors selecting which manuscripts to publish, and a limited number of bookstores selecting which titles to carry—is yielding to a world of digital abundance. Grandinetti told me that, in these new circumstances, a publisher’s job “is to build a megaphone.”

    After the Kindle came out, the company established Amazon Publishing, which is now a profitable empire of digital works: in addition to Kindle Singles, it has mystery, thriller, romance, and Christian lines; it publishes translations and reprints; it has a self-service fan-fiction platform; and it offers an extremely popular self-publishing platform. Authors become Amazon partners, earning up to seventy per cent in royalties, as opposed to the fifteen per cent that authors typically make on hardcovers. Bezos touts the biggest successes, such as Theresa Ragan, whose self-published thrillers and romances have been downloaded hundreds of thousands of times. But one survey found that half of all self-published authors make less than five hundred dollars a year.

    Every year, Fine distributes grants of twenty-five thousand dollars, on average, to dozens of hard-up literary organizations. Beneficiaries include the pen American Center, the Loft Literary Center, in Minneapolis, and the magazine Poets & Writers. “For Amazon, it’s the cost of doing business, like criminal penalties for banks,” the arts manager said, suggesting that the money keeps potential critics quiet. Like liberal Democrats taking Wall Street campaign contributions, the nonprofits don’t advertise the grants. When the Best Translated Book Award received money from Amazon, Dennis Johnson, of Melville House, which had received the prize that year, announced that his firm would no longer compete for it. “Every translator in America wrote me saying I was a son of a bitch,” Johnson said. A few nonprofit heads privately told him, “I wanted to speak out, but I might have taken four thousand dollars from them, too.” A year later, at the Associated Writing Programs conference, Fine shook Johnson’s hand, saying, “I just wanted to thank you—that was the best publicity we could have had.” (Fine denies this.)

    By producing its own original work, Amazon can sell more devices and sign up more Prime members—a major source of revenue. While the company was building the Kindle, it started a digital store for streaming music and videos, and, around the same time it launched Amazon Publishing, it created Amazon Studios.

    The division pursued an unusual way of producing television series, using its strength in data collection. Amazon invited writers to submit scripts on its Web site—“an open platform for content creators,” as Bill Carr, the vice-president for digital music and video, put it. Five thousand scripts poured in, and Amazon chose to develop fourteen into pilots. Last spring, Amazon put the pilots on its site, where customers could review them and answer a detailed questionnaire. (“Please rate the following aspects of this show: The humor, the characters . . . ”) More than a million customers watched. Engineers also developed software, called Amazon Storyteller, which scriptwriters can use to create a “storyboard animatic”—a cartoon rendition of a script’s plot—allowing pilots to be visualized without the expense of filming. The difficulty, according to Carr, is to “get the right feedback and the right data, and, of the many, many data points that I can collect from customers, which ones can tell you, ‘This is the one’?”

    Bezos applying his “take no prisoners” pragmatism to the Post: “There are conflicts of interest with Amazon’s many contracts with the government, and he’s got so many policy issues going, like sales tax.” One ex-employee who worked closely with Bezos warned, “At Amazon, drawing a distinction between content people and business people is a foreign concept.”

    Perhaps buying the Post was meant to be a good civic deed. Bezos has a family foundation, but he has hardly involved himself in philanthropy. In 2010, Charlie Rose asked him what he thought of Bill Gates’s challenge to other billionaires to give away most of their wealth. Bezos didn’t answer. Instead, he launched into a monologue on the virtue of markets in solving social problems, and somehow ended up touting the Kindle.

    Bezos bought a newspaper for much the same reason that he has invested money in a project for commercial space travel: the intellectual challenge. With the Post, the challenge is to turn around a money-losing enterprise in a damaged industry, and perhaps to show a way for newspapers to thrive again.

    Lately, digital titles have levelled off at about thirty per cent of book sales. Whatever the temporary fluctuations in publishers’ profits, the long-term outlook is discouraging. This is partly because Americans don’t read as many books as they used to—they are too busy doing other things with their devices—but also because of the relentless downward pressure on prices that Amazon enforces. The digital market is awash with millions of barely edited titles, most of it dreck, while readers are being conditioned to think that books are worth as little as a sandwich. “Amazon has successfully fostered the idea that a book is a thing of minimal value,” Johnson said. “It’s a widget.”

    There are two ways to think about this. Amazon believes that its approach encourages ever more people to tell their stories to ever more people, and turns writers into entrepreneurs; the price per unit might be cheap, but the higher number of units sold, and the accompanying royalties, will make authors wealthier. Jane Friedman, of Open Road, is unfazed by the prospect that Amazon might destroy the old model of publishing. “They are practicing the American Dream—competition is good!” she told me. Publishers, meanwhile, “have been banks for authors. Advances have been very high.” In Friedman’s view, selling digital books at low prices will democratize reading: “What do you want as an author—to sell books to as few people as possible for as much as possible, or for as little as possible to as many readers as possible?”

    The answer seems self-evident, but there is a more skeptical view. Several editors, agents, and authors told me that the money for serious fiction and nonfiction has eroded dramatically in recent years; advances on mid-list titles—books that are expected to sell modestly but whose quality gives them a strong chance of enduring—have declined by a quarter.

    #Amazon


  • United Nations considers a test ban on evolution-warping gene drives - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/612415/united-nations-considers-a-test-ban-on-evolution-warping-gene-driv

    he billionaire Bill Gates wants to end malaria, and so he’s particularly “energized” about gene drives, a technology that could wipe out the mosquitoes that spread the disease.
    Recommended for You

    Gates calls the new approach a “breakthrough,” but some environmental groups say gene drives are too dangerous to ever use.

    Now the sides are headed for a showdown.

    In a letter circulated today, scientists funded by the Bill & Melinda Gates Foundation and others are raising the alarm over what they say is an attempt to use a United Nations biodiversity meeting this week in Sharm El-Sheikh, Egypt, to introduce a global ban on field tests of the technology.

    At issue is a draft resolution by diplomats updating the UN Convention on Biological Diversity, which—if adopted—would call on governments to “refrain from” any release of organisms containing engineered gene drives, even as part of experiments.

    The proposal for a global gene-drive moratorium has been pushed by environmental groups that are also opposed to genetically modified soybeans and corn. They have likened the gene-drive technique to the atom bomb.

    In response, the Gates Foundation, based in Seattle, has been funding a counter-campaign, hiring public relations agencies to preempt restrictive legislation and to distribute today’s letter. Many of its signatories are directly funded by the foundation.

    “This is a lobbying game on both sides, to put it bluntly,” says Todd Kuiken, who studies gene-drive policy at North Carolina State University. (He says he was asked to sign the Gates letter but declined because he is a technical advisor to the UN.)

    It’s the ability of a gene drive to spread on its own in the wild that accounts for both the technology’s promise and its peril. Scientists already take elaborate precautions against accidental release of gene-drive mosquitoes from their labs.

    Burt says for now the biggest unknown is whether the technology will work at all. “The risk we are trying to deal with is that it doesn’t work, that it falls over when we release it, or resistance develops very quickly,” he says.

    That means both opponents and supporters of gene drives may be overestimating how soon one could be ready.

    “The member states are hearing and thinking that these are sitting in the lab ready to be released, and that is not the case,” says Kuiken. “Nothing I have seen suggested these things are literally ready to go out the door tomorrow. We could have better decisions if everyone knew they could take a breath.”

    #Gene_drive #Hubris #Bill_Gates #Malaria


  • Les Gafa dans la ville : un quartier de Berlin repousse Google
    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/02/les-gafa-dans-la-ville-un-quartier-de-berlin-repousse-google_1689452

    L’alliance inattendue entre les riverains anticapitalistes et de jeunes expats hacktivistes dessine le nouveau combat des années à venir contre l’irruption des géants du Web dans la ville.

    Il y a toujours de bonnes raisons de détester son voisin. A fortiori quand il s’appelle Google. Depuis deux ans, des affiches « Google ist kein guter Nachbar ! » (Google n’est pas un bon voisin), s’affichaient partout sur les murs du quartier berlinois de Kreuzberg. Après une longue et intense mobilisation, les riverains viennent d’obtenir une éclatante victoire qui résonne dans le monde entier : la société renonce à installer comme prévu un « Google campus » au bord du canal de Kreuzberg. Oui, un petit quartier peut à lui seul repousser un géant du Web.

    Au nom de quoi Google ne ferait-il pas un bon voisin ? Après tout, Google est propre, poli, pas trop bruyant et paye sans doute sa tournée à la fête des voisins. Le maire de Berlin, d’ailleurs, se montrait ravi de l’investissement de Google. La capitale allemande se targue d’être une nouvelle capitale européenne des start-up, une « Silicon Allee » capable de rivaliser avec Paris ou Londres, avec son vivier de jeunes créatifs venus du monde entier. Dans ce contexte, l’argent de Google est toujours le bienvenu et la ville cherche maintenant un nouveau quartier pour installer ce campus Google. Un élu du quartier voisin de Lichtenberg propose de loger Google (sans ironie aucune)… dans l’ancien QG de la Stasi. Un haut lieu du traitement des données personnelles.

    Le vrai problème c’était Kreuzberg, et sa sociologie si particulière. Ce quartier est toujours présenté comme le foyer historique de la contre-culture et de l’anticapitalisme berlinois. C’est oublier que depuis une dizaine d’années, le quartier s’est profondément gentrifié et internationalisé, devenu l’épicentre du Berlin hipster. L’arrivée de Google, dans des locaux de 3 000 mètres carrés, n’aurait pas fondamentalement changé la donne. Au début de l’année, Factory, un immense incubateur à start-up de 150 000 mètres carrés, a ouvert ses portes quelques centaines de mètres plus loin. Un projet financé en partie par… Google. Mais le combat contre le campus est devenu hautement symbolique en coalisant les deux populations très différentes qui peuplent maintenant le quartier : les anars allemands et la jeune génération d’expats. Pour les premiers, se battre contre Google est le prolongement naturel des combats contre la gentrification. Pour les seconds – qui sont ironiquement une force majeure de gentrification de quartier –, ce n’est pas tant une question de voisinage que de combat global contre Google.

    Le site Fuck off Google, porte-étendard de la lutte, a été monté par un hacktiviste français, ancien de la Quadrature du Net. Arrivé il y a deux ans, il se fait appeler Sergey Schmidt, en référence aux noms des deux fondateurs du moteur de recherche. Dans une interview donnée à Exberliner, il raconte qu’au départ, il n’osait pas aller aux « cafés anti-Google » dans une petite librairie anarchiste… parce qu’il ne parle pas assez bien allemand. Plus que la gentrification, Sergey Schmidt dénonce une entreprise qui pratique l’évasion fiscale et la collecte massive de données et veut imposer « un futur dystopique dans laquelle la fusion entre les humains et les ordinateurs est vendue comme inévitable ». Dans les réunions de quartiers, l’activiste français haranguait les riverains : « Ce n’est pas une gentrification normale. Ceux qui veulent transformer Kreuzberg en Silicon Valley ont une idéologie derrière ».

    L’alliance hétéroclite des anars berlinois et des hacktivistes expats préfigure ce qui sera un des grands combats des années à venir : la lutte contre l’invasion pernicieuse des Gafa dans les villes. « Quatre entreprises états-uniennes (Google, Apple, Facebook, Amazon), opérant partout dans le monde et disposant de moyens financiers colossaux sont en train d’investir nos quartiers. Après avoir complètement restructuré des filières entières – l’économie numérique, l’informatique, la musique, le livre, l’alimentaire – leur prochain terrain de jeu est déjà choisi : la ville », dénonce l’adjoint au maire de Paris Ian Brossat, dans son livre Airbnb, la ville uberisée. A Paris, l’élu communiste ne lutte pas (encore ?) contre Google mais contre Airbnb, qu’il accuse de vider les quartiers de ses habitants et de promouvoir une ville-Potemkine, un Disneyland pour visiteurs étrangers.

    Les théories quelque peu paranos qu’on pouvait entendre aux réunions anti-Google à Kreuzberg – « Cela commence avec un campus et ça se termine avec Google, propriétaire de tout le quartier, qui récolte les données des habitants » – ne sont plus si dystopiques que cela. A Toronto, une filiale de Google, Sidewalk Labs, a récupéré une vaste friche industrielle de 325 hectares, pour y développer un projet test de smart city, un SimCity géant où Google pourra construire des logements, des bureaux, des parcs et surtout placer des milliers de capteurs pour recueillir des données. Toronto pose le problème de l’irruption sans élection d’un acteur majeur qui pourrait prendre à terme le pouvoir sur la ville. A Seattle, Amazon a pris possession d’une partie du centre-ville pour construire son siège social. Avec de véritables ambitions urbanistes : « Nous ne bâtissons pas un campus, mais un quartier. » Le mot « campus » lui-même, qui a sans doute agité le chiffon rouge pour les activistes de Kreuzberg, est un terme utilisé par tous les géants du Web américains pour désigner leurs sièges sociaux et bien signifier leur intervention sur la ville.

    Le projet de campus berlinois était bien plus modeste mais a fini par prendre une grande importance symbolique. Chaque victoire d’un quartier, d’un voisinage contre un géant du Web va maintenant s’inscrire dans ce combat pour la suprématie sur les villes du futur. Google n’est définitivement pas un voisin ordinaire. Peut-être qu’il paye sa bouteille à la fête des voisins, mais il souhaiterait surtout payer le wi-fi à tout le monde. Et siphonner au passage les données.

    Vincent Glad

    #Google #Gafa #gentrification #fuck_off_google #dégooglelisons #Berlin


  • Une alliance des anars locaux et des hacktivistes expatriés pour contrer les GAFA dans un quartier d’une capitale. Pas mal dans un monde en pleine reconfiguration ou tout semble possible.

    L’alliance hétéroclite des anars berlinois et des hacktivistes expats préfigure ce qui sera un des grands combats des années à venir : la lutte contre l’invasion pernicieuse des Gafa dans les villes. « Quatre entreprises états-uniennes (Google, Apple, Facebook, Amazon), opérant partout dans le monde et disposant de moyens financiers colossaux sont en train d’investir nos quartiers. Après avoir complètement restructuré des filières entières - l’économie numérique, l’informatique, la musique, le livre, l’alimentaire - leur prochain terrain de jeu est déjà choisi : la ville », dénonce l’adjoint au maire de Paris Ian Brossat, dans son livre Airbnb, la ville uberisée. A Paris, l’élu communiste ne lutte pas (encore ?) contre Google mais contre Airbnb, qu’il accuse de vider les quartiers de ses habitants et de promouvoir une ville-Potemkine, un Disneyland pour visiteurs étrangers.
    théories quelque peu paranos qu’on pouvait entendre aux réunions anti-Google à Kreuzberg - « Cela commence avec un campus et ça se termine avec Google, propriétaire de tout le quartier, qui récolte les données des habitants » - ne sont plus si dystopiques que cela. A Toronto, une filiale de Google, Sidewalk Labs, a récupéré une vaste friche industrielle de 325 hectares, pour y développer un projet test de smart city, un SimCity géant où Google pourra construire des logements, des bureaux, des parcs et surtout placer des milliers de capteurs pour recueillir des données. Toronto pose le problème de l’irruption sans élection d’un acteur majeur qui pourrait prendre à terme le pouvoir sur la ville. A Seattle, Amazon a pris possession d’une partie du centre-ville pour construire son siège social. Avec de véritables ambitions urbanistes :

    « Nous ne bâtissons pas un campus, mais un quartier. » Le mot « campus » lui-même, qui a sans doute agité le chiffon rouge pour les activistes de Kreuzberg, est un terme utilisé par tous les géants du Web américains pour désigner leurs sièges sociaux et bien signifier leur intervention sur la ville

    Les Gafa dans la ville : un quartier de Berlin repousse Google
    Vincent Glad,, auteur du blog l’An 2000 sur liberation.fr, Vincent Glad auteur du blog l’An 2000 sur liberation.fr
    #gafa #smartcities


  • « Parce que nous ne sommes pas le troupeau de ces vingt seigneurs »

    Incarcéré depuis 4 mois suite au #G20 de #Hambourg, Fabio 19 ans, tient tête à la justice

    Arrêté lors des journées d’émeutes qui ont secoué le G20 de Hambourg les 7 et 8 juillet 2017, Fabio est accusé de jet de projectile et de rébellion. Il est incarcéré depuis 4 mois à la prison de #Billwerder et comparaissait le 7 novembre dernier devant le #tribunal pour mineur d’Altona à Hambourg. Nous reproduisons ici la déclaration qu’il a faite ce jour-là devant ses juges et qui contient plus de vérité, de sincérité et de justesse que tous les solipsismes inconséquents de procureurs.

    Les prochaines audiences de son procès auront lieu les 27 novembre et 7 décembre prochain.

    Madame la juge, messieurs les jurés, madame le procureur, monsieur l’assistant du tribunal pour mineurs.

    Vous, aujourd’hui, vous êtes appelés à juger un homme. Vous l’avez appelé un « criminel agressif » et « irrespectueux de la dignité humaine ». Personnellement je ne prête aucune attention aux appellations que vous m’attribuez. Moi, je suis seulement un garçon de bonne volonté.

    Avant tout je voudrais dire que probablement ces messieurs les politiciens, ces messieurs les commissaires de police et ces messieurs les magistrats pensent qu’en incarcérant et arrêtant quelques jeunes cela puisse arrêter la contestation dans les rues. Probablement ces messieurs pensent que les prisons suffisent à éteindre les voix rebelles qui s’élèvent de partout. Probablement ces messieurs pensent que la répression arrêtera notre soif de liberté, notre volonté de construire un monde meilleur.

    Et bien ces messieurs se trompent. Et c’est l’Histoire qui leur donne tort.

    Parce qu’un nombre incalculable de garçons et de filles sont passés, comme moi, devant un tribunal comme celui-ci.

    En effet aujourd’hui c’est à Hambourg, hier à Gênes et encore avant à Seattle.

    Vous, vous essayez d’empêcher la propagation des voix de la révolte qui s’élèvent partout par n’importe quel moyen « légal », par n’importe quel moyen « procédurier ».

    Quoiqu’il arrive, peu importe la décision qui sera prise par ce tribunal, elle n’aura aucune influence sur notre protestation. Il y aura encore tout autant de garçons et de filles qui, portés par les mêmes idéaux descendront dans les rues d’Europe. Se préoccupant guère de ces prisons que dans un essoufflement, vous vous efforcez de remplir de prisonniers politiques.

    Mais venons-en donc à l’essentiel, madame la juge, messieurs les jurés, madame le procureur, monsieur l’assistant du tribunal pour mineur.

    Venons-en donc à l’essentiel.

    Comme vous pouvez l’imaginer, je veux user de mon droit de ne pas faire de déclarations en rapport avec le fait spécifique pour lequel vous me poursuivez. Toutefois je voudrais porter l’attention sur les motivations qui poussent un jeune ouvrier d’une petite ville reculée des Pré-alpes orientales à venir à Hambourg.

    Pour manifester son propre désaccord avec le sommet du G20.

    G20. Rien que le nom a déjà en soi, quelque chose de pervers.

    Vingt hommes et femmes représentants des vingt pays les plus riches et les plus industrialisés du globe, s’asseyent autour d’une table. Ils s’asseyent tous ensemble pour décider de notre futur. Oui, j’ai bien dit ceci : le notre. Le mien, ainsi que celui de toutes les personnes assises aujourd’hui dans cette salle, tout comme celui des sept milliards de personnes qui habitent cette belle planète Terre.

    Vingt hommes décident de notre vie et de notre mort.

    Évidemment, la population n’est pas invitée à ce joli banquet. Nous, nous ne sommes que le stupide troupeau des puissants de la Terre. Spectateurs totalement soumis de ce théâtre où une poignée de personnes tiennent entre leurs mains l’humanité toute entière.

    Moi, madame la juge, j’ai beaucoup pensé avant de venir à Hambourg.

    J’ai pensé à monsieur Trump et à ses États-Unis d’Amérique qui sous le drapeau de la démocratie et de la liberté s’érigent comme les gendarmes du monde entier. J’ai pensé aux nombreux conflits déclenchés par le géant américain aux quatre coins de la planète. Du Moyen-Orient à l’Afrique. Tout ceci pour s’accaparer du contrôle de telle ou telle ressource énergétique. Peu importe si ceux qui meurent, ce sont toujours les mêmes : civils, femmes et enfants.

    J’ai pensé aussi à monsieur Poutine. Nouveau tsar de Russie, qui dans son pays viole systématiquement les droits de l’Homme et se moque de toute opposition.

    J’ai pensé aux Saoudiens et à leurs régimes fondés sur la terreur avec qui nous, les occidentaux nous faisons des affaires en or.

    J’ai pensé à Erdogan qui torture, tue et emprisonne ses opposants.

    J’ai pensé aussi à mon pays, où à coup de lois-décret chaque gouvernement supprime sans trêve les droits des étudiants et des travailleurs.

    En bref, les voici les protagonistes du somptueux banquet qui s’est tenu à Hambourg en juillet dernier. Les plus grands va-t’en-guerre et assassins que le monde contemporain connaisse.

    Avant de venir à Hambourg j’ai pensé aussi à l’inégalité qui frappe, aujourd’hui, de plein fouet notre planète. Cela me semble presque évident de répéter qu’en effet 1% de la population la plus riche du monde possède la même richesse que les 99% le plus pauvre. Cela me semble presque évident de répéter que les quatre-vingt cinq hommes les plus riches du monde possède la même richesse que 50% de la population la plus pauvre. Quatre-vingt cinq hommes contre trois milliards et demi. Ces quelques chiffres suffisent à donner une idée.

    Ensuite, madame la juge, messieurs les jurés, madame le procureur, monsieur l’assistant du tribunal pour mineurs, avant de venir à Hambourg j’ai pensé à ma terre : à #Feltre. Le lieu où je suis né, où j’ai grandi et où je veux vivre. La citadelle médiévale qui est sertie comme une gemme dans les Pré-alpes orientales. J’ai pensé aux montagnes qui, au crépuscule, se teignent de rose. Aux magnifiques paysages que j’ai la chance de voir depuis ma fenêtre. A la beauté qui traverse ce lieu.

    Puis, j’ai pensé aux fleuves de ma belle vallée, violés par les entrepreneurs qui veulent les concessions pour y construire des centrales électriques, sans se préoccuper des dommages pour la population et pour l’écosystème.

    J’ai pensé aux #montagnes, frappées par le #tourisme_de_masse ou devenues lieu d’entraînements militaires.

    J’ai pensé à ce magnifique endroit où je vis, qui est en passe d’être bradé à des hommes d’affaires sans scrupules, exactement comme d’autres vallées à chaque coin de la planète, où la beauté est détruite au nom du #progrès.

    Dans la lignée de toutes ces pensées, j’ai donc décidé de venir manifester à Hambourg. Pour moi, venir ici était un devoir avant d’être un droit.

    J’ai trouvé cela juste de m’opposer à ces politiques scélérates qui sont en train de pousser le monde vers le gouffre.

    J’ai trouvé cela juste de me battre pour que quelque chose soit au moins un peu plus humain, digne et équitable.

    J’ai trouvé cela juste d’aller dans la rue pour répéter que la population n’est pas un troupeau et qu’elle doit être consultée dans les choix.

    Le choix de venir à Hambourg a été celui d’une prise de parti. Le choix d’être du côté de ceux qui demandent des droits et contre ceux qui veulent leurs en enlever. Le choix d’être du côté de tous les oppressés du monde et contre les oppresseurs. Le choix de combattre les puissants, grands et petits, qui utilisent le monde comme si c’était leur jouet et qui ne se soucient pas du fait que c’est toujours la population qui en fait les frais.

    J’ai fait mon choix et je n’ai pas peur s’il doit y avoir un prix à payer injustement.

    Néanmoins il y a autre chose que je voudrais vous dire, que vous me croyiez ou non : je n’aime pas la violence. Mais j’ai des idéaux et pour ceux-ci j’ai décidé de me battre.

    Je n’ai pas fini.

    Dans une époque historique où partout dans le monde s’érigent de nouvelles frontières, se déroule du nouveau fil barbelé, se dressent de nouveaux murs des Alpes à la Méditerranée, je trouve cela merveilleux que des milliers de jeunes, de chaque coin de l’Europe, soient disposés à descendre ensemble dans les rues d’une seule et même ville pour leur propre futur. Contre chaque frontière. Avec comme seule intention commune, le fait de rendre le monde meilleur par rapport à comment nous l’avons trouvé.

    Parce que madame la juge, messieurs les jurés, madame le procureur, monsieur l’assistant du tribunal pour mineurs, parce que nous ne sommes pas le troupeau de ces vingt seigneurs. Nous sommes des femmes et des hommes qui voulons avoir le droit de disposer de notre propre vie.

    Et pour cela nous combattons et nous combattrons.

    https://lundi.am/fabio-hambourg
    #résistance #justice #injustice #frontières #destruction #richesse #pauvreté #inégalités #centrales_hydroélectriques #violence

    #beau

    ping @_kg_

    • Zurück auf Los

      Der Prozess gegen den G20-Gegner Fabio V. muss wohl von vorn beginnen. Das ist ärgerlich, aber nicht zu ändern.

      Elf Prozesstage sind abgehandelt, rund ein Dutzend Zeugen gehört, unzählige Beweise gesichtet worden – und kurz vor Schluss stellt sich heraus: Es war wohl alles umsonst. Der Prozess gegen den jungen Italiener Fabio V., der sich bei einer Anti-G20-Aktion des schweren Landfriedensbruchs schuldig gemacht haben soll, droht zu platzen. Die Vorsitzende Richterin ist hochschwanger. Nun hat sie sich krankgemeldet, weitere Termine können vorerst nicht angesetzt werden. Bald wird die Frau in den Mutterschutz verabschiedet, wie es dann weitergeht, war bis Redaktionsschluss offen. Womöglich muss der Prozess unter einem anderen Richter komplett neu aufgerollt werden.

      Zurück auf Los. Hätte man das nicht verhindern können?

      Kritik gab es an der Verteidigung: Sie habe den Prozess mit immer neuen Anträgen unnötig in die Länge gezogen, um sich über die Ziellinie des Mutterschutzes zu retten. Denn die Richterin schien zu einer Verurteilung zu tendieren. Zwar nur zu einfachem, nicht zu schwerem Landfriedensbruch, aber eben nicht zu einem Freispruch. Ist also die Verteidigung schuld an diesem unbefriedigenden Ende und dem Mehraufwand, der nun droht? Mitnichten. Es ist ihr gutes Recht, Anträge zu stellen. Nicht wenigen von ihnen wurde stattgegeben.

      Aber war es nicht zu vermeiden, eine schwangere Richterin einzusetzen? Das System lässt bei der Richterauswahl wenig Spielraum. Strafprozesse ausländischer Jugendlicher werden nach Tatort vergeben. Fabio V.s Richterin ist für jenen Altonaer Ortsteil zuständig, in dem V. festgenommen wurde. Dass Richter nicht willkürlich benannt werden, schützt vor Einflussnahme.

      Und warum kann sich nicht ein neuer Richter auf Basis der bereits erhobenen Beweise einarbeiten und dann urteilen? In Strafprozessen gilt die Prämisse: Alle Beweise müssen unmittelbar gewürdigt werden, damit nichts verfälscht wird.

      Das alles ist aufwendig. Es macht das abrupte Ende dieses Prozesses zum Ärgernis. Aber es ist notwendig und richtig.

      https://www.zeit.de/2018/10/g-20-prozess-gegner-fabio-v-neubeginn

      G-20-Prozess gegen Fabio V. geplatzt

      Hamburg. Der Prozess gegen den italienischen G-20-Gegner Fabio V. vor dem Amtsgericht Hamburg-Altona ist geplatzt. Am 3. ­April hat das Gericht die Aussetzung des Verfahrens beschlossen, teilten die Verteidiger von Fabio V., Gabriele Heinecke und Arne Timmermann, am Dienstag gegenüber junge Welt mit. Damit sei »endgültig, dass das Verfahren neu aufgerollt werden muss«. Ende Februar war der Prozess wegen Schwangerschaft der Richterin unterbrochen worden. Fabio V. war am 7. Juli 2017 bei einer Demonstration im Industriegebiet Rondenbarg festgenommen worden, saß viereinhalb Monate in Untersuchungshaft. Ihm wird keine konkrete Tat vorgeworfen, sondern nur die Anwesenheit bei der Demo. Fabio V. ist nach Italien zurückgekehrt. Einen Hinweis des Gerichts, ob und wann das Verfahren neu beginnen kann, gebe es nicht, teilten seine Anwälte mit.

      https://www.jungewelt.de/artikel/330548.g-20-prozess-gegen-fabio-v-geplatzt.html


  • #Journalisme : En finir avec la neutralité
    Article de Pierre Billaud et Léo Marron paru le 19 octobre 2018 sur La Fabrique de l’info, "webmagazine d’enquête et de réflexion sur le journalisme"

    À rebours d’une information « neutre » et « objective », certains journalistes font de leur engagement le moteur de leur travail. Une situation qui crée le débat au sein de la profession. Parfois décriés par leur pairs, eux assument une prise de parti.

    Combien de journalistes en France peuvent ajouter à leur CV une fiche S, une interdiction de manifestation ou un procès sans en avoir été prévenu à l’avance ? Assurément bien peu. Ils s’appellent Gaspard Glanz, Nnoman Cadoret, Alexis Kraland ou Gaspard d’Allens. Ils sont journalistes, travaillent en freelance, ont leur propre média ou collaborent régulièrement avec des références de la presse alternative.

    lire la suite : http://lafabriquedelinfo.fr/en-finir-avec-neutralite
    ou l’écouter : https://archive.org/details/Journalisme-Neutralite


    Photo : journalistes #mainstream pris à parti lors de la manifestation de réoccupation de la Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, le 17 novembre 2012. En même temps que des instructions précises sur les limites à respecter (anonymat, lieux privés...) un brassard jaune leur avait été fourni afin de pourvoir visibiliser leur présence. Certain-e-s dépasseront les consentements qui avaient été donnés et rencontreront des problèmes pour « shooter » à tout va.
    Archives photos ValK : https://frama.link/valk

    • Le problème de ce genre d’articles c’est que tout à la mise en évidence de quelques personnalités choisies, ils oublient systématiquement qu’il existe des #médias_libres depuis belle lurette et pas seulement depuis 5 ou 10 ans. Et que ces médias libres sont centrés sur un fonctionnement collectif.

      Qu’il y a une presse et des magazines indépendants, certes @lundimatin, mais aussi @cqfd, @jef_klak, @labrique, Le Postillon, @bastamag, La lettre à Lulu et bien d’autres. Des télévisions libres ou des collectifs audiovisuels (feue Zalea TV, Regarde à vue, collectif Bon pied bon oeil...) qui ne sont pas nés de la vogue du riot porn ou des dernières applis de streaming en direct. Des radios associatives engagées qui font un boulot de terrain pour les plus anciennes depuis plus de 30 ans, Canal Sud, FPP, Radio Canut, Radio Campus Lille... Elles sont aussi opportunément oubliées dans les papiers qui traitent de l’effervescence du podcast aujourd’hui, et même, tenez-vous bien, qui s’ébaubissent de ce qu’on puisse y entendre des émissions féministes, antiracistes, faites par des « vrais-gens » ou qui leur donnent la parole, bref, toutes choses fondamentales et dont on ne peut que se réjouir qu’elles essaiment, mais qu’on pouvait entendre ailleurs depuis un bout de temps pourvu qu’on le veuille.

      Alors cette critique de la prétendue « neutralité journalistique », elle ne date pas d’hier. Cette remise en question du fonctionnement médiatique, elle n’est pas surgie de la conscience éclairée de quelques défectrices ou défecteurs des grands groupes. Et le fait de systématiquement oublier l’#histoire des médias libres pour pouvoir continuer à tout traiter par le prisme de la sacro-sainte « actualité » et de la « personnalité remarquable » (toutes deux aussi illusoires que la « neutralité ») fait précisément partie du problème.

    • C’est amusant parce que c’est justement exactement ce que dit #Benjamin_Ferron dans l’interview qui lui est accordée à la fin :

      Cela a toujours plus ou moins existé. Dans les années 1970, on assiste à l’émergence du journalisme alternatif issu à la fois de l’univers du militantisme et du journalisme professionnel. Cette forme de production a plusieurs caractéristiques qui en fait un espace particulièrement flou. Il existe une presse underground, parallèle, alternative, qu’on retrouve récemment, notamment en marge des contestations contre la loi Travail. Mais ce phénomène est plus ancien. À ce titre, la première plateforme qui revendique cette double appartenance au champ journalistique et au champ militant est Indymedia.

      C’est une concentration de médias indépendants qui se crée à l’occasion des manifestations contre l’OMC à Seattle, en 1999. Ces journalistes militants mettent en place une organisation visant à produire de l’information sur le mouvement social en cour du point de vue des militants. Ils anticipent le traitement défavorable de leurs revendications par les médias dominants. Ils organisent alors leur propre production d’information. Donc ce qu’on a pu constater récemment, avec le mouvement Nuit debout, les manifestations contre la loi Travail s’observait déjà il y a 20 ans.

      Autre exemple : la Coordination Permanente des Médias Libres, créée en 1999 et qui regroupe aujourd’hui 74 médias. Ce groupe a évolué vers un pôle plus proche du champ journalistique et de ses enjeux. Lorsque cette coordination s’est reformée, (une deuxième fois en 2014, à l’occasion des rencontres des médias libres et du journalisme de résistance), les producteurs d’information étaient tous issus d’une nouvelle génération de personnes qui ont fait des formations de haut niveau, pour partie dans le journalisme et qui viennent de médias traditionnels. Ils investissent cet univers des médias libres comme espace de revendication militante. La trajectoire d’Hervé Kempf est à ce titre emblématique.

      Alors oui, il n’y a pas tous les médias dont tu parles dans la Coord des #Médias_Libres. Peut-être parce que certains ne se retrouvent pas dans l’aspect professionnel / salarié de cette coord. Pour rappel, elle est ici http://medias-libres.org/les-medias-libres
      Selon moi il manque plutôt toute la constellation née entre #indymedia et cette coordination : des médias libres qui tendent peut-être plus vers de l’#automedia : https://mediaslibres.org avec en particulier le réseau #Mutu qui s’est beaucoup développé. Un autre réseau qui se développe pas mal ces temps-ci est #demosphere, agendas militants locaux animés par des bénévoles (dont je fais partie ;) ) On pourrait aussi citer le réseau #Ritimo...

      Quand au collectif #photo #vidéo engagé « Bon Pied Bon Œil », #BPBO, j’en ai fait partie quelques années et je viens de déterrer une archive puisque le blog n’existe plus : https://web.archive.org/web/20161020193015/http://bonpiedbonoeil.net/index.php?p=gallery pour que tu puisses constater, si le cœur t’en dit, que si si, y’avait bien du #Riot_Porn à sa création, puisque ce collectif est né d’une (excitante) rencontre en pleine répression et de l’envie d’en témoigner. C’est au fur et à mesure de l’implication des un-e-s et des autres dans les mouvement sociaux, et aussi un peu à force de questionnements relous des unes sur la notion de #sécurité vs #spectacle, que cette dimension s’est estompée. On peut suivre encore certains des photographes et vidéastes sur facebook https://www.facebook.com/bonpiedbonoeil.net , twitter https://twitter.com/BonPiedBonOeil/lists/bpbo-team/members , et un peu par là : https://www.flickr.com/groups/2218195@N21 . Une part de moi reste attachée à ce collectif, je n’exclue pas de refaire des choses avec elleux puisque son fonctionnement est basé sur l’anarchisme (pour faire court) : chacun-e fait ce qui lui semble bon de faire. Je l’ai quitté justement exactement pour les raisons qui me font un peu râler à la fin de l’enregistrement : la sensation d’être une secrétaire de l’ombre. C’est un rôle qui, clairement, invisibilise la place des femmes dans les luttes. Partout où je suis passée, de la zad au mexique en tout cas, j’ai vu le même schéma : on se met un peu à l’écart, « au service de », on ne fait pas d’auto-promo, ce qui justement généralement nous arrange particulièrement quand on est anticapitaliste... et paf, tour de passe passe mascu, quand il est question d’interroger des « personnes avisées », y’a que des mecs !
      Pardon, je m’égare, mais j’avoue, des fois... on en a gros !!!


  • Bjarne Stroustrup Interview at CppCon 2018
    https://channel9.msdn.com/Shows/C9-GoingNative/Bjarne-Stroustrup-Interview-at-CppCon-2018

    We are back with footage from CppCon 2018, which occurred in Bellevue, Washington! In this special GoingNative episode, our host Steve Carroll chats with Gabriel Dos Reis and Bjarne Stroustrup, the creator of C++, who spoke this year about Concepts, an exciting new feature coming soon to C++! Overview of CppConCppCon is the annual, week-long face-to-face gathering for the entire C++ community. The conference is organized by the C++ community for the community. You will enjoy inspirational talks and a friendly atmosphere designed to help attendees learn from each other, meet interesting people, and generally have a stimulating experience. Taking place this year in the beautiful Seattle neighborhood of Bellevue and including multiple diverse tracks, the (...)

    #C++
    http://video.ch9.ms/ch9/59b4/8e239b37-1c18-4b67-aecd-f1377bc259b4/CppCon2018-Bjarne-Interview-V2.mp4


  • Seattle (USA) : Anarchist Book Fair les 17 et 18 novembre 2018
    https://infokiosques.net/spip.php?article1603

    L’Anarchist Book Fair de Seattle est une occasion pour de vieux et vieilles ami-e-s de se retrouver, de créer de nouvelles connexions, et pour celles et ceux qui sont découvrent l’anarchie de s’engager dans des perspectives diverses et variées pour ce qu’on pourrait appeler la « belle idée » (Beautiful Idea). Alors que les anarchistes sont souvent présenté-e-s à travers les confrontations directes qui nous opposent à l’État et au capitalisme, un festival du livre propose un espace où les gens ont plus de (...)

    #ailleurs

    http://seattleanarchistbookfair.net


  • Amazon scrapped a secret AI recruitment tool that showed bias against women | VentureBeat
    https://venturebeat.com/2018/10/10/amazon-scrapped-a-secret-ai-recruitment-tool-that-showed-bias-against-w

    Everyone wanted this holy grail,” one of the people said. “They literally wanted it to be an engine where I’m going to give you 100 resumes, it will spit out the top five, and we’ll hire those.”

    But by 2015, the company realized its new system was not rating candidates for software developer jobs and other technical posts in a gender-neutral way.

    That is because Amazon’s computer models were trained to vet applicants by observing patterns in resumes submitted to the company over a 10-year period. Most came from men, a reflection of male dominance across the tech industry.

    In effect, Amazon’s system taught itself that male candidates were preferable. It penalized resumes that included the word “women’s,” as in “women’s chess club captain.” And it downgraded graduates of two all-women’s colleges, according to people familiar with the matter. They did not specify the names of the schools.

    Amazon edited the programs to make them neutral to these particular terms. But that was no guarantee that the machines would not devise other ways of sorting candidates that could prove discriminatory, the people said.

    The Seattle company ultimately disbanded the team by the start of last year because executives lost hope for the project, according to the people, who spoke on condition of anonymity. Amazon’s recruiters looked at the recommendations generated by the tool when searching for new hires, but never relied solely on those rankings, they said.

    Their goal was to develop AI that could rapidly crawl the web and spot candidates worth recruiting, the people familiar with the matter said.

    The group created 500 computer models focused on specific job functions and locations. They taught each to recognize some 50,000 terms that showed up on past candidates’ resumes. The algorithms learned to assign little significance to skills that were common across IT applicants, such as the ability to write various computer codes, the people said.

    Instead, the technology favored candidates who described themselves using verbs more commonly found on male engineers’ resumes, such as “executed” and “captured,” one person said.

    Gender bias was not the only issue. Problems with the data that underpinned the models’ judgments meant that unqualified candidates were often recommended for all manner of jobs, the people said. With the technology returning results almost at random, Amazon shut down the project, they said.

    Some activists say they are concerned about transparency in AI. The American Civil Liberties Union is currently challenging a law that allows criminal prosecution of researchers and journalists who test hiring websites’ algorithms for discrimination.

    “We are increasingly focusing on algorithmic fairness as an issue,” said Rachel Goodman, a staff attorney with the Racial Justice Program at the ACLU.

    Still, Goodman and other critics of AI acknowledged it could be exceedingly difficult to sue an employer over automated hiring: Job candidates might never know it was being used.

    #Intelligence_artificielle #Amazon #Ressources_humaines #Recrutement #Gender_bias #Discrimination


  • Amazon veut introduire son assistant vocal Alexa dans votre voiture, votre cuisine ou vos murs
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/09/21/amazon-veut-faire-cuire-vos-patates-avec-son-assistant-vocal-alexa_5358283_4

    Le groupe états-unien a présenté jeudi une dizaine de nouveaux produits, fondés sur son système d’enceinte connectée Echo, qui pourront être utilisés avec des voitures, des horloges, et même des fours micro-ondes. Lors d’un événement organisé à Seattle jeudi 20 septembre, Amazon a dévoilé une douzaine de nouveaux objets connectés, essentiellement des variantes de son système Echo, avec lequel un utilisateur peut dialoguer grâce à l’assistant vocal nommé Alexa. Plusieurs de ces annonces concernent des (...)

    #Apple #Google #Amazon #algorithme #Alexa #Echo #HomePod #Bluetooth #Look #Home #biométrie #voix #domotique #BigData (...)

    ##profiling


  • Amazon’s Alexa knows what you forgot and can guess what you’re thinking
    https://www.theguardian.com/technology/2018/sep/20/alexa-amazon-hunches-artificial-intelligence

    AI voice assistant will soon give users with connected smart home devices reminders to lock doors and turn off lights Amazon says its AI voice assistant Alexa can now guess what you might be thinking of – or what you’ve forgotten. At an event in Seattle on Thursday, the technology company unveiled a new feature called Alexa Hunches that aims to replicate human curiosity and insight using artificial intelligence. “We’ve reached a point with deep neural networks and machine learning that we (...)

    #Amazon #algorithme #Alexa #domination #voix #solutionnisme #AlexaHunches


  • L’écotartuffe du mois, par Nicolas Casaux
    https://www.facebook.com/nicolas.casaux/posts/10155970187972523?__tn__=K-R

    Voudriez-vous voir se former un mouvement de résistance sérieux contre le capitalisme ? Si oui, oubliez Aurélien Barrau.

    Cet astrophysicien a récemment acquis une certaine notoriété à cause de sa perspective écologiste : il a récemment publié un appel signé par plein d’idiots utiles de l’industrie du divertissement (d’Alain Delon à Muriel Robin) demandant la restriction de certaines libertés individuelles afin de sauver la planète. Que ceux qui ont le plus profité des conforts et des luxes de la civilisation industrielle, qui sont parmi les plus privilégiés des privilégiés, se permettent de demander aux autorités qu’elles restreignent les libertés du peuple, tout de même, il fallait oser — même si l’expression "libertés individuelles" est une triste blague dans le cadre de la société technocapitaliste, bien entendu, mais c’est une autre histoire. Ainsi, cet appel est une sorte de plaidoyer en faveur de l’écofascisme prédit par Bernard Charbonneau il y a plusieurs décennies :

    « L’écofascisme a l’avenir pour lui, et il pourrait être aussi bien le fait d’un régime totalitaire de gauche que de droite sous la pression de la nécessité. En effet, les gouvernements seront de plus en plus contraints d’agir pour gérer des ressources et un espace qui se raréfient. [...] Si la crise énergétique se développe, la pénurie peut paradoxalement pousser au développement. Le pétrole manque ? Il faut multiplier les forages. La terre s’épuise ? Colonisons les mers. L’auto n’a plus d’avenir ? Misons sur l’électronique qui fera faire au peuple des voyages imaginaires. Mais on ne peut reculer indéfiniment pour mieux sauter. Un beau jour, le pouvoir sera bien contraint d’adopter une façon de faire plus radicale. Une prospective sans illusion peut mener à penser que le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra plus faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir. »

    Ecofascisme qui ne résoudrait bien évidemment rien du tout, puisqu’il n’implique aucun changement fondamental.

    Aucune critique du capitalisme et de ses implications économiques mondialisées (il reconnait, certes, que le capitalisme pose quelques problèmes mais trouve qu’il a aussi des vertus), de l’idéologie qui l’anime, aucune critique du pouvoir, aucune critique des mécanismes de coercition sur lesquels il repose (il ne blâme pas plus les dirigeants que tout le peuple, nous sommes responsables, nous avons les dirigeants que nous méritons, etc., il ne comprend manifestement pas comment le pouvoir s’est organisé et se maintient), aucune critique de l’imposture démocratique, espoir placé en des actions potentielles que nos dirigeants pourraient prendre, croyance en une civilisation industrielle rendue verte grâce aux EnR, le cocktail habituel des vendeurs d’illusions de l’écocapitalisme.

    Mais pourquoi ? Pourquoi demander leur avis à des astrophysiciens ? Pourquoi demander leur avis à des gens — à des gens de la haute — qui passent leur existence à travailler sur des sujets aussi éloignés du quotidien de toutes les espèces vivantes et des réalités du monde, du monde à la mesure de l’être humain ? Bref, on a trouvé celui qui succèdera à Hubert Reeves dans le rôle de caution d’autorité astrale de l’écocapitalisme.

    (C’est une question rhétorique, bien évidemment. Le fait de demander son avis à un astrophysicien n’est qu’une incarnation de la domination de l’autorité Science, de l’expertocratie, et de l’idéologie progressiste, fascinée par l’univers et sa conquête. L’astrophysicien, qui connait (?) les trous noirs, ces choses incroyablement complexes qui nous dépassent, nous, simples mortels, doit forcément connaître la situation socioécologique terrestre. C’est une illustration parfaite de ce que c’est qu’un argument d’autorité. C’est un grand scientifique, il doit savoir. Malheureusement pas, (ultra-)spécialisation oblige. L’appel d’Aurélien Barrau et son plaidoyer pour plus encore d’embrigadement étatique sont également très bien anticipés, parfaitement même, dans le livre "Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable" de René Riesel et Jaime Semprun.)

    • Rapport à la vidéo partagée par @marcimat : C’est surtout le « nous » qui me dérange dans ce genre de discours, comme si la responsabilité était collective et les mauvaises décisions cautionnées par 7,5 milliards d’êtres humains alors que les vrais décideurs sont tout au plus quelques milliers et qu’ils ne nous laissent guère le choix à savoir danser sur la musique qu’ils nous jouent.

      #gestionnaires_du_cheptel_humain

    • Un copain vient juste de me faire passer ça :
      Ecologie et nouveau pacte avec le vivant : Aurelien Barrau (il a sa chaîne Youtube et n’utilise pas les accents, has been)
      https://www.youtube.com/watch?v=H4wjc4FHpNY


      et je n’ai plus aucune raison d’ignorer qui est A. Barrau (enfin, si, j’aime pas regarder des vidéos en ligne mais je vais me forcer pour me faire ma propre idée). Je plussoie tout ce que vous dites et particulièrement cet argument d’autorité. En matière d’écologie, l’astro-physique a tellement plus à nous apprendre que les sciences sociales et celles du vivant sur cette Terre...

    • Ah oui, il essentialise un peu le problème en disant que c’est la nature humaine... et qu’on peut y changer quelque chose ! Ce qui est contradictoire, c’est bien parce que ce rapport au monde est historique qu’on peut en changer.
      Oui, « l’appel à la responsabilité individuelle est insuffisant » mais sur cette Terre (et je reviens d’un atelier pour des gens en Malaisie qui vivent dans des endroits menacés d’aménagement et subissent la dégradation de l’environnement plutôt que d’y participer à 200 à l’heure sur l’autoroute), c’est l’organisation sociale qui pose problème, pas les faux besoins des gens.
      Bon, vous avez tout dit, je me tais ! C’est répugnant.

    • Juste pour modérer un tout petit peu, quand bien même je ne suis pas forcément d’accord avec lui : il n’est pas que astrophysicien, il a aussi un doctorat en philosophie, il participe pas mal à des trucs sceptiques (au sens méthode scientifique) et de vulgarisation et il est aussi artiste, poésie, vidéo. Enfin pour dire que ce n’est pas que en tant qu’astrophysicien par argument d’autorité de science dure de haut niveau qu’il dit ce qu’il dit.

      C’est une critique possible mais il ne faudrait pas faire l’inverse, un argument d’anti-autorité automatique, du genre « c’est un ouf en science dure ultra pointu donc il a tord », ça ferait un raisonnement tout aussi faux.

      En tout cas, la critique d’ultra-spécialisation dans le texte de Casaux est fausse au regard des diplômes et des travaux de Barrau, il est clairement pas cloisonné dans sa physique.

      Ce qui n’empêche pas d’être en désaccord avec lui, mais avec des arguments pas ad hominem. :)

    • un argument d’anti-autorité automatique, du genre « c’est un ouf en science dure ultra pointu donc il a tort, disait RastaPopoulos...
      Les gens qui disent "DONC il a tort" quand il parle écolopolitique ont tort, désolé Monolecte.

    • Barrau a lui aussi son mot à dire, comme chacun·e d’entre nous. Mais son propos est assez décevant au regard de la grande science dont il se réclame et il est le premier à mettre en avant son autorité, à ne faire venir que des collègues d’institutions prestigieuses (les universités, c’est du caca)... Je sais pas si c’est Descola qui lui a soufflé sa super analyse des chasseurs-cueilleurs qui se comportent comme des pousseurs de caddie mais en vérité c’est plus compliqué que ça (comme c’est plus compliqué que « vivaient en harmonie avec leur environnement ») parce que ce sont des humain·es et qu’ils et elles ont adopté des structures sociales différentes, pas un mode de vie et une pensée uniques.

    • Vous en pensez quoi ? C’est super compliqué, parfois, de répondre à des trucs simplistes.

      « Des mesures potentiellement impopulaires »

      C’était il y a presque vingt ans. La formatrice était venue avec son bébé, qu’elle allaitait, pour nous présenter les grandes lignes de ce qu’est le changement climatique. Les particules de gaz à effet de serre plus denses dans l’atmosphère, qui font que l’énergie solaire est recapturée en plus grande proportion après qu’elle a touché la Terre. Le réchauffement de la planète, qui s’ensuit, ces deux ou trois degrés (selon les différents scénarios) qui ne sont pas uniformément répartis mais constituent une énergie en plus phénoménale, laquelle nourrit des épisodes climatiques plus intenses et plus fréquents. Et puis ce qu’on peut y faire : un quart des émissions dues aux transports, un autre à l’agriculture (pas seulement l’élevage mais aussi le mésusage des sols), un autre au bâtiment, un dernier à l’industrie et une troisième moitié pour tout ce que nous achetons sur le marché mondial et qui n’est pas compté dans la consommation nationale… Les solutions ? Des techniques plus écologiques et moins industrielles mais surtout une réduction : du nombre de kilomètres effectués par les biens et les personnes, etc. Changer de mode de vie mais aussi changer de modèle économique avec un refus collectif de nos habitudes de production et de consommation et une plus petite échelle que celle du monde. Ça tombait bien, les échos de Seattle se faisaient encore entendre et la mondialisation néolibérale était nommée, décrite et combattue.

      Aujourd’hui le bébé de la formatrice est une grande tige qui vient de passer le bac et les appels à sauver la planète ou à ne pas regarder ailleurs pendant que la maison brûle sont toujours plus pressants. Mais rien ne change. Ou plutôt, le peu d’amélioration en matière d’écologie se noie dans l’effet-rebond et dans la course à la croissance et aux innovations techno-scientifiques. Alors on commence à flipper. On est nombreux et nombreuses dans ce cas, particulièrement ceux et celles qui ont des bébés ou des grandes tiges et qui se demandent quelles seront leurs conditions de vie sur cette planète dans vingt, trente ou cinquante ans. Et quand on flippe, on dit parfois des bêtises.
      Je ne sais pas trop d’où viennent les personnalités qui ont signé l’appel d’Aurélien Barrau et de Juliette Binoche, si elles viennent de se réveiller ou si elles donnent leur écot depuis longtemps à des ONG écolos. Une ou deux d’entre elles m’aident à réfléchir (citons Philippe Descola sur le rapport très différent à la nature qu’on peut avoir en Amazonie ou en Europe). Mais aucune ne sort à mes yeux grandie de la signature de ce texte, quelques lignes insignifiantes et moralisatrices qui ne doivent l’attention qu’on leur a portée qu’à la notoriété des signataires (1) ou à leur position prestigieuse dans la sphère académique. Un texte étique auquel je n’avais pas accordé d’attention à sa sortie. Jusqu’à ce que le propos se déplie dans un discours d’Aurélien Barrau qui fait le tour des réseaux sociaux. Les choses sont plus claires : les politiques « potentiellement impopulaires », c’est une administration coercitive du désastre (2) et une allocation autoritaire de ressources limitées (eau, énergie, matières premières). Ce que des penseurs écolos radicaux comme Bernard Charbonneau, André Gorz ou Cornelius Castoriadis ont imaginé dans leurs pires cauchemars et parfois nommé « éco-fascisme ». Alors, quoi choisir entre ne rien faire et cette politique autoritaire ?

      Heureusement, la question ne se pose pas forcément dans ces termes. J’ai pris connaissance du fameux discours d’Aurélien Barrau au retour d’une autre formation (encore organisée par la plus grosse ONG écolo de terrain au monde, décidément, mais cette fois en Malaisie). Il s’agissait de donner à des « défenseurs et défenseuses de territoires » des outils pour comprendre ce qui leur arrivait et s’y opposer. Une puissante flotte de pêche qui drague le fond des mers, tout près des côtes ou travaillent de nombreux pêcheurs artisanaux sur de petits bateaux, et qui détruit l’habitat des poissons et des crustacés. Un projet de plantation de palmiers à huile ou d’hévéa sur des terres dont une communauté autochtone tire sa subsistance dans des vergers en agroforesterie ou cultures associées. Le « nous » du discours moralisateur d’Aurélien Barrau, essentialisant une « nature humaine » et son « comportement endémique », n’a ici pas lieu d’être, d’autant moins que ces groupes sociaux-là ont beaucoup à nous apprendre en matière d’égalité, de non-violence et de respect de l’environnement (à des degrés divers et sans angélisme). Ces valeurs portées par les sociétés autochtones de la péninsule Malaise, on en constate au fil des décennies l’érosion sous le coup du développement et de l’importance accrue de l’économie monétaire. Moins que de nature, il est bien question de culture, voire d’organisation sociale. Ces communautés, souvent rurales et démunies devant la prédation de gros acteurs économiques ou de l’État, subissent de plein fouet des politiques d’aménagement très préjudiciables au milieu naturel et décidées sans elles. Plus de démocratie pour plus d’écologie, elles y croient.

      Si vous m’avez suivie jusqu’ici, vous admettrez peut-être que « nous » les êtres humains avons des intérêts divergents en matière de préservation de l’environnement et d’adoption d’un mode de vie plus sobre, le pauvre Sud et le riche Nord. Mais des gueux et des gueuses dont on pourrit le milieu de vie au nom du profit, il en existe aussi chez nous. Si les stars de cinéma et les prestigieux scientifiques de la tribune s’étaient un peu intéressé·es à tout ça, elles auraient pu rencontrer les habitant·es blasé·es et démuni·es de coins pollués jusqu’à la moelle (http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/837-l-heritage-toxique-de-metaleurop-les-silences-d-evin-malmaison), elles auraient découvert dans des luttes écologiques la présence de gens dont beaucoup sont pauvres, chacun·e à leur manière, et elles auraient découvert un visage plus social de l’écologie (3).

      Presque tout le monde connaît les ZAD de Notre Dame des Landes, Bure ou peut-être Roybon mais il y a aussi ces luttes plus modestes et très nombreuses contre les autoroutes, les lignes THT, les incinérateurs ou les terrains de golf. Dans celle à laquelle j’ai participé, des élu·es locaux soutenaient le projet d’autoroute d’une quelconque compagnie de BTP, Eiffage ou une autre, prétendant que la forêt, c’était un tas d’arbres qu’on replanterait et que l’investissement était privé, donc pas à la charge du contribuable. L’élu qui débitait ces sornettes est mort depuis, que les flammes de l’enfer lui lèchent avec soin les parties génitales. Plus discrètement, le directeur de cabinet du président de la région allait croûter dans la boîte de BTP en question. L’autoroute a été construite contre l’avis des services de l’équipement, pour qui aucun trafic ne justifiait ce projet et qui auraient préféré aménager l’axe existant, sur lequel ils avaient identifiés nombre de points dangereux. Contre l’avis des écologues qui voyaient derrière le tas d’arbres des zones humides et toute une vie diverse et foisonnante. Contre l’avis des économistes et des juristes qui avaient repéré une innocente clause de rétrocession qui permettait à la compagnie de reprendre ses billes si l’autoroute n’était rentable chaque année qu’au mois de février. La suite nous a donné raison et les contribuables ne vont pas tarder à recevoir la note. Tout ça pour dire que ce n’est peut-être pas trop de démocratie qui est la cause des maux mais pas assez.

      Certes, la petite bourgeoisie mondiale (qui au Nord comme au Sud ne compte pas ses kilomètres en bagnole, habite un grand logement parfois équipé d’une indispensable piscine, prend l’avion des dizaines d’heures par an) se bâfre presque autant que les stars de cinéma précédemment cité·es, certes elle a une part de responsabilité dans la consommation excessive de ressources et un intérêt dans l’ordre des choses qui pèse en faveur de l’immobilisme. Mais les politiques qui prétendent la servir font bien pire (et ils ne mangent même pas bio (4)) en entretenant une économie basée sur la consommation excessive d’énergies et d’eau fossiles, de produits miniers et agricoles extraits avec avidité. Ce que ces politiques servent, c’est (on l’a vu mieux que jamais avec l’accession en France d’un inconnu au pouvoir) un système de prédation des ressources économiques et naturelles qui à terme ne servira pas la petite bourgeoisie puisqu’elle est au service d’intérêts bien plus gras qui concentrent les richesses à un rythme exponentiel. Pardon de sortir des analyses marxistes à deux balles mais je les crois quand même plus juste et fines que les vingt lignes signées par les fameuses personnalités et qui demandent à l’État de limiter drastiquement les nuisances du système économique que celui-ci s’est refusé depuis quarante ans à simplement encadrer.

      Pour résumer (parce que ce qu’il faut avant tout, c’est avoir de l’impact, pas se demander pourquoi on en est là), l’État peut se muer en organisation sociale respectueuse de l’environnement mais la nature humaine, elle, serait selon Barrau à jamais figée. C’est beaucoup trop d’optimisme envers la puissance étatique et bien trop peu pour l’espèce humaine, qu’il connaît décidément trop mal : il y a des sociétés de chasseurs-cueilleurs qui n’ont pas développé un rapport respectueux à la nature… et d’autres qui l’ont fait (5).

      L’État éco-fasciste qu’Aurélien et ses ami·es appellent de leurs vœux, il ne va pas se convertir à la simplicité volontaire, il ne va pas mener le défi de la baisse de consommation d’une manière équitable, à travers le rationnement pour tou·tes ou des prix progressifs qui garantissent la satisfaction des besoins primaires, il ne va pas même protéger l’environnement. Il va permettre à certains acteurs de tirer profit de situations de pénurie, il va administrer le désastre pour s’assurer que, malgré tout ce que nous craignons comme dégradation du milieu, le capitalisme continue à distribuer des dividendes et quelques miettes. Finalement, ça a quelque chose de rassurant, de se dire que ce n’est pas « nous » qui sommes le problème mais notre organisation sociale. Parce que nous ne sommes pas prêt·es à penser comme des orangs-outans mais nous pouvons encore faire la révolution.

      (1) Où l’on découvre la « people écologie » (pour ceux et celles qui hésitaient encore entre éco-féminisme, écologie sociale et anti-industrialisme). https://www.vanityfair.fr/pouvoir/politique/articles/pierre-rabhi-enquete-sur-un-prophete-sophie-des-deserts/29872

      (2) René Riesel et Jaime Semprun, Capitalisme, administration du désastre et pollution durable, Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 2010.

      (3) L’écologie et la répartition plus juste des richesses, ne sont pas forcément contradictoires et même plus sûrement complémentaires. Dominique Méda, La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Flammarion, 2014 ; Éloi Laurent, Social-écologie, Flammarion, 2011 ; Jean Gadrey, Adieu à la croissance. Bien vivre dans un monde solidaire, Les Petits Matins, 2015.

      (4) Les élu·es sont en retard sur le reste de la population en ce qui concerne la compréhension des questions environnementales. Ils et elles ne les prennent pas en compte, obnubilé·es par leur responsabilité de bon père de famille qui doit faire manger ses administré·es et arbitre systématiquement en faveur de l’économie. Par exemple en 2002-2003, dans la population générale, 63 % des personnes admettaient la nécessité de ralentir la croissance économique pour préserver l’environnement alors que seul·es 19 % des parlementaires partageaient cette idée. Daniel Boy, « Les parlementaires et l’environnement », Cahiers du Proses, septembre-octobre 2003, <http://www.developpement.durable.sciences-po.fr/publications/cahier7.pdf>. (Il doit y avoir des références plus récentes sur cette question mais j’ai la flemme de chercher, je reprends celle que j’ai utilisée en 2008 pour ma brochure sur les élections.)

      (5) J’aimerais citer ici l’excellent livre de Franz Broswimmer, Une brève histoire de l’extinction en masse des espèces (2002), rééd. Agone, 2010. L’auteur prend acte de la dégradation de l’environnement opérée de longue date par des sociétés humaines mais aussi du changement de nature et d’échelle de la civilisation thermo-industrielle.

    • Le changement c’est maintenant
      https://youtu.be/zGFI7hMwpGI


      http://www.lepasdecote.fr/?p=655

      Un livre inédit de Bernard Charbonneau (1910-1996), voilà qui a de quoi réjouir les objecteurs de croissance tant la pensée de ce précurseur est une des plus abouties de ce mouvement. Le texte est relativement récent puisqu’écrit en 1990. De surcroît, il ne s’agit pas d’un manuscrit oublié volontairement mais au contraire d’une réflexion centrale sur le « changement ». Un slogan prôné par tous à commencer par certains « écologistes » : « L’homme du changement c’est celui qui prend l’avion pour jeter un pleur sur le dernier Indien. » Avis à Nicolas Bertrand. En lisant Bernard Charbonneau, c’est toute la rhétorique déversée continuellement par le système politique et médiatique qui est décomposée. #Bernard_Charbonneau ne remet pas en cause le changement en tant que tel, bien au contraire - « La société humaine est celle qui satisfait tant soit peu les besoins contradictoires de conservation et de progrès » - mais le « changement pour le changement, au nom de la Révolution ou du marché, [qui] enchaîne l’homme à un ordre de fer… ». Comme la croissance, la production, la science ou le développement, le changement devient sa propre finalité, entraînant la société dans une religion furieuse et fanatique : « Le progrès c’est l’indiscutable, donc indicible : la Vérité autant que la réalité par excellence. » Le reste ne se contente pas d’un résumé et est dans le livre. Pour seulement 12 euros 50, précipitez-y vous tant l’œuvre de Bernard Charbonneau est essentielle pour comprendre notre époque.

      V.C., La Décroissance n° 104, novembre 2013.

      http://www.lepasdecote.fr
      https://seenthis.net/messages/360994#message361056
      https://seenthis.net/messages/199817

    • Bon, plus je réfléchis à cet emballement médiatique à propos du climat (pour faire court), plus je me dis que la démission de Nicolas Hulot y est pour quelque chose, comme si la médiasphère/médiacratie n’attendait que cette rupture de vanne pour se déverser abondamment à ce sujet. Mais ce n’est sûrement qu’une impression.

    • Heu ... oui, tout à mes recherches de nouvelles perceptions sur le sujet, j’ai oublié de dire à @aude_v que son article correspond tout à fait à la perception que j’ai de tout ce battage médiatique autour de la défense de l’environnement. Même ressenti pour les « coquelicots » également.

    • Par contre pour mieux situer le personnage d’Aurélien Barrau (c’est assez pénible à lire mais instructif) : https://zilsel.hypotheses.org/2201

      En cette rentrée 2015, le Carnet Zilsel a publié une première salve de billets on ne peut plus constructifs. Dans l’offre surabondante de références, il est toujours bon d’affirmer des préférences et de le faire avec conviction. Ce travail, procédant par l’affinité cognitive, a son pendant critique. Honorant son programme initial qui consiste à provoquer du dissensus là où persévèrent l’atonie et l’indifférence, le Carnet Zilsel est aujourd’hui ravi de publier une mise au point critique de Vincent Debierre sur les ambitions scientifico-philosophico-esthétiques du physicien théoricien Aurélien Barrau. L’analyse est implacable (et lisible au format PDF : Aurélien Barrau, phobosophe, CZ, 9 oct. 2015). Les réflexions sur les crêtes de la métaphysique apparaissent pour ce qu’elles sont : tirées par les cheveux. En bout d’argumentaire, on repérera un héros familier des lecteurs du Carnet, Jean-Pierre Tremblay, qui se trouve embarqué par M. Barrau dans une défense et illustration hors-sujet de la philosophie « postmoderne ». Certes, nous avons beaucoup discuté en amont. Si la petite équipe autogérée du Carnet approuve sans réserve le travail de sape rationnelle auquel se livre notre camarade Vincent Debierre, les avis ont été partagés notamment sur l’usage quasi-systématique d’Impostures intellectuelles comme étalon de vérité et la critique d’auteurs que certains d’entre nous continuent de lire avec un intérêt certain (J. Derrida, G. Deleuze…). Mais tout compte fait c’est secondaire. De la même façon que Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin ont tenté en mars dernier de secouer (un peu) le cocotier dans la discipline sociologique qui est la leur, Vincent Debierre propose une utile contribution à la démystification des prétentions intellectuelles les plus bruyantes.

    • @aude_v , c’est vrai que ça ne vole pas haut, mais venant de lire le lien envoyé par @sombre ci-dessus, je commence a avoir une perception franchement hostile du personnage, et donc ne me priverais pas personnellement de montrer l’inanité de son initiative. Et puis ça permettrait aux lecteurs de ton billet de bien voir de qui tu parles, et pourquoi tu en parles.

    • Nous y voilà (relevé dans l’interview de libé dont le lien est envoyé par @vanderling ci-dessus :

      Lui [Macron], comme la plupart des dirigeants politiques continuent de vouloir concilier écologie et capitalisme. Est-ce possible ?

      Quoi qu’on réponde, on est coincés. Si on répond oui, les altermondialistes n’écoutent plus. Si on dit non, les plus conservateurs, qui veulent faire un effort mais sans remettre en cause les fondements du système, n’écoutent plus non plus. On ne peut pas se permettre de trop restreindre. Tout le monde est d’accord pour dire qu’on ne doit pas envoyer la vie dans le mur. Les autres combats n’ont aucun sens si celui-là est perdu. Commençons par l’action : effondrons les émissions de CO2 et arrêtons d’envahir les espaces naturels. Et on verra bien quel système permet de le faire efficacement ! La vraie question est : pourrons-nous défendre notre bilan dans cinquante ans ? Non. Même si vous êtes ultralibéral, vous ne pourrez jamais expliquer que vous avez décidé de flinguer l’essentiel des vivants parce qu’il fallait gagner deux points de croissance. Cela transcende les divergences d’analyse économique.

      Autrement dit : l’action écologique est complètement dissociée des choix économiques, donc des choix de société compte tenu du fait qu’on est dans une société dont le futur est décidé par l’économie... Ben voyons...

    • Emmanuel Macron sacré « champion de la Terre » à New York, ça vous inspire quoi ?
      Si cette récompense consacre une action passée, elle est incompréhensible. L’année 2017 a été la pire de l’histoire en termes de rejets de CO2 et la France a été parmi les mauvais élèves. Nous ne sommes pas sur la bonne voie. En revanche, que Macron ait reçu cette médaille ne me choque pas. Je la vois comme une incitation. Parfois, endosser le costume de super-héros peut vous donner envie de vous comporter comme tel. C’est ce que j’espère : il aurait l’opportunité de rester dans l’histoire comme celui qui a commencé à sauver le monde. Ça serait pas mal, quand même ! A sa place, je me laisserais tenter, je crois !

      @ericw je me suis arrêté là, Aurélien Barrau est astrophysicien mais on a dû lui chié dans la tête pour confondre Macron avec Superman. Moi, ça me choque !

      https://twitter.com/twitter/statuses/1045352732197081089

      « Parmi les participants, Bill Gates, la directrice du FMI Christine Lagarde, le gouverneur de la banque d’Angleterre Mark Carney, le président de la banque interaméricaine de développement Luis Alberto Moreno, ou le PDG d’Unilever Paul Polman. Aussi le vice-président de la commission européenne Valdis Dombrovskis, la première ministre de Norvège Erna Solberg, ou le PDG du fonds public d’investissement d’Arabie saoudite Yasir bin Othman Al-Rumayyan. » AFP 13/09

      et Super Macron, on est sauvés.
      #réunion_de_chantier

    • En 2009, on disait : « Si le climat était une banque, on l’aurait déjà sauvé. »
      Neuf ans plus tard, puisque le climat est « bankable », on va tout faire pour sauver l’âme des banquiers.
      (On avance, on avance ...)

    • Et Aurélien Barrau « rhabillé pour l’hiver » par Frédéric Lordon :

      https://blog.mondediplo.net/appels-sans-suite-1

      Avec ce supplément de naïveté qui fait parfois leur charme, les scientifiques des sciences dures, qui ont le plus souvent une conscience politique d’huître (il suffisait d’entendre Cédric Villani parler de politique pour être convaincu d’abandonner l’hypothèse folle d’une sorte de convertibilité automatique des formes d’intelligence entre elles), les scientifiques « durs », donc, se jettent dans la bataille avec pour tout viatique la pensée politique spontanée des savants, c’est-à-dire une sorte de maïzena à base de grands enjeux et d’humanité réconciliée. Au moment précis où les termes du conflit fondamental devraient être aiguisés comme jamais.

      Ainsi, Aurélien Barrau, astrophysicien et vedette de la cause climatique, d’abord préempté par Le Monde pour une tribune à célébrités suscitée par la démission de Nicolas Hulot — misère sans fond… —, puis rattrapé par Libération qui lui fait livrer sa pensée politique, enfin justement non : tragiquement dénuée de politique, Aurélien Barrau explique qu’il ne faut surtout pas poser le problème dans les termes du capitalisme : trop conflictuel, trop d’inutiles divisions quand est d’abord requise la bonne volonté, la bonne volonté des hommes de bonne volonté, celle qui a le souci de réunir l’« homme », qui « transcende les divergences d’analyse économique »


  • Amazon becomes world’s second company to be valued at $1tn
    https://www.theguardian.com/technology/2018/sep/04/amazon-becomes-worlds-second-1tn-company

    Amazon has become the second company to be valued by Wall Street at $1tn, a matter of weeks after Apple reached the milestone first. On Tuesday, a rise in the share price of Amazon, which is listed on the Nasdaq stock exchange in the US, briefly took it above the trillion-dollar watermark for the first time. Crossing the $1tn threshold marks the latest chapter in an astonishing story of growth for the company, founded by businessman Jeff Bezos in Seattle in 1994. Less than 25 years (...)

    #Amazon #bénéfices


  • Une nouvelle supérette automatisée Amazon Go voit le jour aux USA
    https://www.numerama.com/business/412343-une-nouvelle-superette-automatisee-amazon-go-voit-le-jour-aux-usa.h

    Amazon a ouvert une nouvelle supérette automatisée à Seattle, six mois après l’inauguration de la première. Ces magasins Amazon Go permettent de repartir avec des produits sans passer par une caisse. Ce n’est pas encore le tsunami des supérettes automatisées, mais il y en a désormais une de plus après celle inaugurée en début d’année à Seattle. Également située dans la ville où se trouve le quartier général d’Amazon, elle commercialise une variété de plats prêts à consommer, du petit-déjeuner au dîner, en (...)

    #Amazon #algorithme #CCTV #reconnaissance #consommation #surveillance #vidéo-surveillance


    • Pas de patrons, pas de managers : la vérité derrière la façade de la « hiérarchie horizontale » The Guardian, André Spicer, 30-07-2018 - Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr
      https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/jul/30/no-bosses-managers-flat-hierachy-workplace-tech-hollywood

      Imaginez-vous travaillant pour une entreprise sans patron. Le premier jour, on vous remet un manuel à l’attention des nouveaux arrivants. Vous pouvez y lire que cela sera « la plus formidable expérience professionnelle de votre vie ». « Nous n’avons pas de hiérarchie et personne ne rend compte à personne ». Vous pouvez décider sur quels projets vous travaillez. Si vous détestez votre voisin, vous pouvez simplement aller plus loin – il y a des roues sous votre bureau pour vous y aider. L’entreprise affiche quelques curiosités intéressantes comme un salon de massage, la présence d’un économiste des plus radicaux et des voyages où tous les employés partent en vacances ensemble.

      « Les secteurs qui ont le moins de règles et de règlements officiels sont souvent le théâtre de harcèlement sexuel. »

      Ce n’est pas du fantasme. Cela se passe dans une société de développement de jeux vidéo appelée Valve. Basée dans une banlieue de Seattle, Valve a produit des jeux bien connus tels que Half-Life, ainsi qu’une plateforme de distribution numérique au succès colossal appelée Steam. Elle a récemment commencé à développer du matériel pour les développeurs de jeux vidéo.


      « Nombre de jeunes employés de l’industrie des hautes technologies pensent qu’il n’y a pas de hiérarchie, que leur patron est leur pote et que le travail est un plaisir. C’est de la fiction ». Photographie : Stephen Brashear/Getty Images

      En 2012, le manuel d’accueil des nouveaux employés de Valve fuite. Des articles flagorneurs sur cette entreprise unique et étonnante paraissent partout, de la BBC à la Harvard Business Review. L’économiste « maison » de Valve – Yanis Varoufakis, l’ancien ministre grec des finances – est apparu dans un podcast décrivant un système unique de gratification des employés de l’entreprise.

      Depuis, l’aura chatoyante de la culture « sans patron » de Valve a commencé à pâlir. En 2013, une ex-employée a décrit l’entreprise comme ayant une « structure pseudo-horizontale ». « Il y a en fait dans l’entreprise une strate invisible constituée d’une puissante hiérarchie », disait-elle, ce qui « ressemble beaucoup au lycée ».

      Aujourd’hui, cinq ans plus tard, un autre ex-employé a partagé sur Twitter ses réflexions sur une entreprise, sans la nommer, qui ressemble beaucoup à Valve. Rich Geldreich a présenté comment l’entreprise embauchait des employés, leur faisait de formidables promesses, puis les congédiait dès qu’ils n’étaient plus utiles. Il a décrit l’entreprise comme étant dirigée par des « barons » – et conseille aux nouveaux employés de s’acoquiner/faire allégeance à un de ces barons afin « d’augmenter rapidement votre niveau d’immunité vis-à-vis des purges avant le cycle de licenciement suivant ».

      La description de Geldreich concorde avec certaines critiques de Valve sur le site web Glassdoor, sur lequel les employés évaluent anonymement leurs employeurs (ceci dit, beaucoup de salariés aiment cette culture de Valve). On y décrit la culture sans patron comme « seulement une façade » : « Pour réussir chez Valve, vous devez appartenir au groupe qui a le plus de pouvoir de décision et, même lorsque vous y réussissez un temps, soyez certain que vous avez une date de péremption. Peu importe à quel point vous travaillez dur, peu importe à quel point vous êtes original et productif, si vos patrons et les gens qui comptent ne vous aiment pas, vous serez bientôt viré ou poussé à partir ».

      Geldreich décrit une culture de travail néo-féodale où de puissants barons exercent impitoyablement leurs caprices sur des favoris éphémères avant de s’en détourner à l’occasion de la prochaine phase de « réduction des effectifs ».

      Cette incertitude endémique n’est pas propre à l’industrie du jeu vidéo. Jeffrey Pfeffer, de l’Université Stanford, souligne que de nombreux jeunes employés du secteur des hautes technologies pensent qu’il n’y a pas de hiérarchie, que leur patron est leur pote et que le travail est un plaisir. C’est de la fiction, dit Pfeffer. L’absence de règles formelles et de hiérarchie masque une structure de pouvoir informelle vicieuse. Mais contrairement aux bonnes vieilles hiérarchies, il y a peu de mécanismes de contrôle et de contre-pouvoirs dans les entreprises « horizontales ». Les « barons » influents peuvent satisfaire leurs caprices quasiment sans limites.

      Les industries qui ont le moins de règles et de règlements officiels sont souvent le lieu de harcèlement sexuel. Dans un livre à paraître, Peter Fleming, professeur dans une école de commerce, souligne que la vague de scandales déclenchée par les révélations sur la prédation présumée d’Harvey Weinstein est en grande partie liée aux structures organisationnelles très souples qui régissent le fonctionnement d’Hollywood.

      Tout comme les entreprises privées, le secteur public, célèbre pour sa bureaucratie, verse dans « l’horizontalité ». En lieu et place des règles, de la réglementation et des preuves, de nombreux organismes publics ont commencé à rechercher la « passion », « l’enthousiasme » et la « flexibilité ». Cela peut sembler génial, mais l’universitaire et auteur Paul du Gay prévient que cela peut mener à des résultats dangereux, voire désastreux. Par exemple, les mésaventures militaires du début du XXIe siècle ont souvent été dues à la passion et à l’enthousiasme des élus, prenant le pas sur les règles formelles et l’expertise offerte par les fonctionnaires et le personnel militaire.

      L’élimination des hiérarchies formelles s’est également révélée dangereuse dans les mouvements sociaux. Après avoir passé des années dans le mouvement de libération des femmes des années 1960, la politologue américaine Jo Freeman a mis en garde contre la « tyrannie de l’absence de structure ». Bien que les structures égalitaires et démocratiques présentent de nombreux avantages, a-t-elle souligné, l’absence de structure « devient vite un écran de fumée pour les forts ou les chanceux, qui établissent sans conteste une hégémonie sur les autres ». En mettant en place des règles et des structures, vous rendez clair et transparent le fonctionnement du groupe ou de l’organisation. La leçon que Freeman a apprise au début des années 1970 a été oubliée à maintes reprises.

      Les illusions d’absence de règles, de patrons et de hiérarchies sont séduisantes. Les hiérarchies peuvent être répressives, les règles peuvent être absurdes et les patrons peuvent être toxiques. Mais leur absence peut être pire.

      André Spicer, professeur à la Cass Business School de Londres, est l’auteur de Business Bullshit
      Source : The Guardian, André Spicer, 30-07-2018
      Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.


  • Can the Manufacturer of Tasers Provide the Answer to Police Abuse ? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2018/08/27/can-the-manufacturer-of-tasers-provide-the-answer-to-police-abuse

    Tasers are carried by some six hundred thousand law-enforcement officers around the world—a kind of market saturation that also presents a problem. “One of the challenges with Taser is: where do you go next, what’s Act II?” Smith said. “For us, luckily, Act II is cameras.” He began adding cameras to his company’s weapons in 2006, to defend against allegations of abuse, and in the process inadvertently opened a business line that may soon overshadow the Taser. In recent years, body cameras—the officer’s answer to bystander cell-phone video—have become ubiquitous, and Smith’s company, now worth four billion dollars, is their largest manufacturer, holding contracts with more than half the major police departments in the country.

    The cameras have little intrinsic value, but the information they collect is worth a fortune to whoever can organize and safeguard it. Smith has what he calls an iPod/iTunes opportunity—a chance to pair a hardware business with an endlessly recurring and expanding data-storage subscription plan. In service of an intensifying surveillance state and the objectives of police as they battle the public for control of the story, Smith is building a network of electrical weapons, cameras, drones, and someday, possibly, robots, connected by a software platform called Evidence.com. In the process, he is trying to reposition his company in the public imagination, not as a dubious purveyor of stun guns but as a heroic seeker of truth.

    A year ago, Smith changed Taser’s name to Axon Enterprise, referring to the conductive fibre of a nerve cell. Taser was founded in Scottsdale, Arizona, where Smith lives; to transform into Axon, he opened an office in Seattle, hiring designers and engineers from Uber, Google, and Apple. When I met him at the Seattle office this spring, he wore a company T-shirt that read “Expect Candor” and a pair of leather sneakers in caution yellow, the same color as Axon’s logo: a delta symbol—for change—which also resembles the lens of a surveillance camera.

    Already, Axon’s servers, at Microsoft, store nearly thirty petabytes of video—a quarter-million DVDs’ worth—and add approximately two petabytes each month. When body-camera footage is released—say, in the case of Stephon Clark, an unarmed black man killed by police in Sacramento, or of the mass shooting in Las Vegas, this past fall—Axon’s logo is often visible in the upper-right corner of the screen. The company’s stock is up a hundred and thirty per cent since January.

    The original Taser was the invention of an aerospace engineer named Jack Cover, inspired by the sci-fi story “Tom Swift and His Electric Rifle,” about a boy inventor whose long gun fires a five-thousand-volt charge. Early experiments were comical: Cover wired the family couch to shock his sister and her boyfriend as they were on the brink of making out. Later, he discovered that he could fell buffalo when he hit them with electrified darts. In 1974, Cover got a patent and began to manufacture an electric gun. That weapon was similar to today’s Taser: a Glock-shaped object that sends out two live wires, loaded with fifty thousand volts of electricity and ending in barbed darts that attach to a target. When the hooks connect, they create a charged circuit, which causes muscles to contract painfully, rendering the subject temporarily incapacitated. More inventor than entrepreneur, Cover designed the Taser to propel its darts with an explosive, leading the Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms to classify it a Title II weapon (a category that also includes sawed-off shotguns), which required an arduous registration process and narrowed its appeal.

    A few years after Tasers went on the market, Rick Smith added a data port to track each trigger pull. The idea, he told me, came from the Baltimore Police Department, which was resisting Tasers out of a concern that officers would abuse people with them. In theory, with a data port, cops would use their Tasers more conscientiously, knowing that each deployment would be recorded and subject to review. But in Baltimore it didn’t work out that way. Recent reports in the Sun revealed that nearly sixty per cent of people Tased by police in Maryland between 2012 and 2014—primarily black and living in low-income neighborhoods—were “non-compliant and non-threatening.”

    Act II begins in the nauseous summer of 2014, when Eric Garner died after being put in a choke hold by police in Staten Island and Michael Brown was shot by Darren Wilson, of the Ferguson Police. After a grand jury decided not to indict Wilson—witness statements differed wildly, and no footage of the shooting came to light—Brown’s family released a statement calling on the public to “join with us in our campaign to ensure that every police officer working the streets in this country wears a body camera.”

    In the fall of 2014, Taser débuted the Officer Safety Plan, which now costs a hundred and nine dollars a month and includes Tasers, cameras, and a sensor that wirelessly activates all the cameras in its range whenever a cop draws his sidearm. This feature is described on the Web site as a prudent hedge in chaotic times: “In today’s online culture where videos go viral in an instant, officers must capture the truth of a critical event. But the intensity of the moment can mean that hitting ‘record’ is an afterthought. Both officers and communities facing confusion and unrest have asked for a solution that turns cameras on reliably, leaving no room for dispute.” According to White’s review of current literature, half of the randomized controlled studies show a substantial or statistically significant reduction in use of force following the introduction of body cameras. The research into citizen complaints is more definitive: cameras clearly reduce the number of complaints from the public.

    The practice of “testi-lying”—officers lying under oath—is made much more difficult by the presence of video.

    Even without flagrant dissimulation, body-camera footage is often highly contentious. Michael White said, “The technology is the easy part. The human use of the technology really is making things very complex.” Policies on how and when cameras should be used, and how and when and by whom footage can be accessed, vary widely from region to region. Jay Stanley, who researches technology for the American Civil Liberties Union, said that the value of a body camera to support democracy depends on those details. “When is it activated? When is it turned off? How vigorously are those rules enforced? What happens to the video footage, how long is it retained, is it released to the public?” he said. “These are the questions that shape the nature of the technology and decide whether it just furthers the police state.”

    Increasingly, civil-liberties groups fear that body cameras will do more to amplify police officers’ power than to restrain their behavior. Black Lives Matter activists view body-camera programs with suspicion, arguing that communities of color need better educational and employment opportunities, environmental justice, and adequate housing, rather than souped-up robo-cops. They also argue that video has been ineffectual: many times, the public has watched the police abuse and kill black men without facing conviction. Melina Abdullah, a professor of Pan-African studies at Cal State Los Angeles, who is active in Black Lives Matter, told me, “Video surveillance, including body cameras, are being used to bolster police claims, to hide what police are doing, and engage in what we call the double murder of our people. They kill the body and use the footage to increase accusations around the character of the person they just killed.” In her view, police use video as a weapon: a black man shown in a liquor store in a rough neighborhood becomes a suspect in the public mind. Video generated by civilians, on the other hand, she sees as a potential check on abuses. She stops to record with her cell phone almost every time she witnesses a law-enforcement interaction with a civilian.

    Bringing in talented engineers is crucial to Smith’s vision. The public-safety nervous system that he is building runs on artificial intelligence, software that can process and analyze an ever-expanding trove of video evidence. The L.A.P.D. alone has already made some five million videos, and adds more than eleven thousand every day. At the moment, A.I. is used for redaction, and Axon technicians at a special facility in Scottsdale are using data from police departments to train the software to detect and blur license plates and faces.

    Facial recognition, which techno-pessimists see as the advent of the Orwellian state, is not far behind. Recently, Smith assembled an A.I. Ethics Board, to help steer Axon’s decisions. (His lead A.I. researcher, recruited from Uber, told him that he wouldn’t be able to hire the best engineers without an ethics board.) Smith told me, “I don’t want to wake up like the guy Nobel, who spent his life making things that kill people, and then, at the end of his life, it’s, like, ‘O.K., I have to buy my way out of this.’ ”

    #Taser #Intelligence_artificielle #Caméras #Police #Stockage_données


  • #Géographie et #santé publique, une alliance vitale
    https://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2018/08/20/geographie-et-sante-publique-une-alliance-vitale_5344285_1650684.htm?

    Le géographe et géopolitoloque français Yves Lacoste avait intitulé l’un de ses ouvrages resté célèbre La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre (La Découverte, 1976). Elle sert aussi à améliorer la santé des populations. Au cours des trente dernières années, les noces de la géographie – et ses nouveaux outils informatiques – et de la santé publique ont donné lieu à une production scientifique florissante qui ne se contente pas d’aligner chiffres et statistiques. Elle les intègre dans un contexte #géospatial afin de mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre dans les maladies et causes de décès. La finalité est de permettre aux décideurs politiques de prendre des décisions informées au service de la santé de la population et de cibler les ­interventions. « Derrière les chiffres, il y a des gens », résume Simon Hay, directeur des sciences géospatiales au sein de l’Institut de statistiques et d’évaluation en santé (IHME), rattaché à l’université de Washington à Seattle.

    Lire aussi : Santé publique et géographie : la France comble son retard

    Tee-shirt, jeans et basket, Simon Hay sera notre guide lors du séjour à l’IHME. Il travaille dans un petit bureau au bout de l’un des deux étages qu’occupe actuellement l’institut dans un immeuble au 2301 Ve Avenue, à Seattle. Soit à quinze minutes à pied de la Fondation Gates qui a financièrement porté l’organisme sur les fonts baptismaux, en 2007. A priori, rien ne prédisposait ce Britannique, né en Allemagne en 1971, à occuper ce poste. Zoologiste de formation, il s’intéresse particulièrement aux insectes. Ce n’est qu’ensuite qu’il est ­devenu épidémiologiste.


    • Starbucks sans filtre
      https://www.arte.tv/fr/videos/073442-000-A/starbucks-sans-filtre

      Starbucks a imprimé sa marque verte et blanche aux rues des principales villes du monde, de Seattle, son berceau d’origine, à la côte Est, l’Europe et aujourd’hui la Chine, où une nouvelle enseigne ouvre toutes les quinze heures en moyenne – toutes les deux semaines à New York, dont les quartiers les plus centraux semblent pourtant saturés par le logo à la sirène. Avec ses quelque 28 000 enseignes dans plus de 75 pays et ses quelque 350 000 employés, la chaîne américaine de cafés se défend pourtant d’être une multinationale comme les autres. Les produits y sont présentés comme issus à 99 % du commerce équitable, les salariés, comme des « partenaires ». Et dans l’Amérique de Trump, elle affiche comme valeurs cardinales la défense de l’environnement, la lutte contre les discriminations et la responsabilité sociale des entreprises. Comment le petit café alternatif ouvert en 1971 par trois copains amateurs d’expresso est-il devenu, en un demi-siècle, ce géant omniprésent de la mondialisation ? Arrivé comme directeur du marketing en 1981, son PDG aujourd’hui démissionnaire, Howard Schultz, qui a racheté l’affaire en 1986, a accompli un tour de force : transformer un breuvage des plus banals en potion magique. De Londres à Shanghai, de Tours à Moscou, l’"expérience" Starbucks, synonyme de sophistication et de modernité, draine des foules prêtes à la payer au prix fort – soit 5 euros en moyenne. Luc Hermann et Gilles Bovon ont enquêté une année durant sur trois continents pour comprendre les raisons de ce succès phénoménal, et en révèlent la face cachée.


  • Bye les pailles en plastique, place au maïs - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/07/06/bye-les-pailles-en-plastique-place-au-mais_1664337

    Des lycéens strasbourgeois ont trouvé une alternative aux consternantes pailles en plastique : des pailles en amidon de maïs, recyclables et biodégradables.

    Des élèves de seconde – apparemment précoces – au lycée Kleber de Strasbourg, ont pris conscience qu’il faut 450 ans pour qu’une paille en plastique se désagrège, qu’on en consomme environ 8,8 millions par jour dans les fast-foods français et que, selon Eco-cycle, une association américaine qui sensibilise au recyclage, on estime la consommation des Américains à 500 millions de pailles par jour, « de quoi remplir 46 400 bus scolaires de pailles chaque année », précise l’ONG.

    L’heure est grave et je ne te facture pas le massacre auprès de la faune et de la flore avec ces cochonneries dont on pourrait, en sus, parfaitement se passer, sauf en cas de râtelier explosé ou en milieu hospitalier et subclaquant. Donc l’idée de ces huit petits colibris d’une quinzaine d’années en route pour des filières économiques et sociales, c’est de fabriquer des pailles biodégradables, après avoir hésité, selon le site Linfodurable, entre le lancement d’une box locale avec des produits biodégradables et des pailles écolo. D’abord les lycéens ont pensé au bambou, mais c’est très cher, et finalement, explique Aurea Salon, chargée de com dans la bande, ils ont découvert le plastique végétal à base de maïs. Du coup, ils ont opté pour le nom de PopStraw parce que pop fait référence au popcorn, donc au #maïs, et straw, paille en anglais.

    Désagrégation en six à neuf mois

    Une entreprise en Île-de-France a été sollicitée pour fabriquer leurs pailles pour pouvoir les proposer à la vente. En quelques mois d’existence et grâce à des commandes via la plateforme de vente Etsy, ils ont généré pas moins de 2 000 euros de chiffres d’affaires. A 15 ans, âge où on le fume plutôt, le maïs, on dit chapeau. Un bon relais médiatique les aidant pas mal, ils ont des commandes du Luxembourg, de Suisse, de Grèce, de l’Italie, de Belgique. « Notre plus gros client pour le moment est un restaurant réunionnais qui nous a commandé 15 000 pailles », explique à Infodurable l’un des lycéens.

    Sur leur site, est écrit « pour que des pailles intelligentes ne soient pas la mer à boire ! » et d’ailleurs, à propos de mer, les jeunes ont reversé 10% de leurs fonds à leur partenaire, The Sea Cleaners, un bateau développé pour nettoyer le plastique des océans. Leurs pailles, compostables et résistantes à 50°C max se désagrègent en six à neuf mois.

    Bas les pailles

    Le dossier « à mort les pailles en plastique » avance encore un peu, après diverses initiatives dans le monde. Miami les a interdites en 2012 dans les restaus en bord de mer, Seattle lance une campagne de sensibilisation, une journée internationale anti-pailles a été lancée en février, une anthropologue, Mounia El Kotni, a lancé l’association Bas Les pailles et Bye Paille est une page Facebook dédiée à cette juste lutte contre les 8 millions de tonnes de déchets, selon l’association Surf rider, qui finissent dans la plus grande poubelle des sociétés modernes, l’océan. Plus aucune excuse pour sniff, euh boire à la paille.
    Emmanuèle Peyret

    Leur site : http://www.popstraw.fr

    #pollution #plastique #paille #écologie #environnement #popstraw

    • Super !
      Ils vont pouvoir intégrer une école de commerce, et si leurs parents ont les moyens, erasmus.

      La suppression de la feuille plastique qui entoure les pacs d’eau, et autres lots afin de forcer à l’achat, ils(elles) ne se sont pas encore aperçu que cela polluait bien plus.
      Il est vrai que l’idée n’a pas encore été lancé par bilération.


  • LesInrocks - Donkey Kong, l’histoire tragique du gorille de Nintendo
    https://www.lesinrocks.com/2018/05/18/jeux-video/donkey-kong-dans-tous-ses-etats-111084604

    Peu à peu éclipsé par Mario, le célèbre gorille de Nintendo revient en force dans Donkey Kong Country : Tropical Freeze. La preuve que la pop culture n’oublie jamais complètement ses héros.

    L’histoire est injuste. Tout le monde semble avoir oublié que Donkey Kong fut l’un des premiers jeux de l’histoire de Nintendo, en 1981. A l’époque, la célèbre firme rouge de Kyoto sort d’un échec majeur. Sa borne d’arcade, Radar Scope, conçue pour conquérir le marché américain, est un fiasco commercial.

    Pour éviter la faillite à sa branche US, la maison-mère lance une opération de sauvetage. Elle confie à un jeune game designer prometteur du nom de Shigeru Miyamoto la lourde tâche de réutiliser les bornes non vendues pour créer un nouveau jeu. Le futur créateur de Zelda et Mario travaille d’abord sur un jeu adapté de la licence Popeye mais au dernier moment les droits lui sont refusés.

    “Ils ont alors inventé de nouveaux personnages qui sont devenus Pauline (la demoiselle à libérer), Mario (le sauveteur en salopette) et Donkey Kong, le facétieux gorille kidnappeur”, raconte Régis Monterrin, auteur d’une passionnante Histoire de Donkey Kong aux éditions Pix’n Love.

    Durant cinq ans, Donkey Kong aura le droit à sa propre émission jeunesse sur France 2, fera quelques apparitions dans Les Simpson et sera même à l’origine d’une expression ultra populaire aux Etats-Unis : “It’s on like Donkey Kong” (“il est temps de sortir le grand jeu”) grâce à un titre du rappeur Ice Cube.

    Mais, au fil du temps et des aventures, Mario (qui a pris son nom du propriétaire des entrepôts de Nintendo of America à Seattle) devient la mascotte officielle de la marque rouge.

    Un gorille cuisiné à toutes les sauces

    “Si Donkey Kong n’a pas pris ce rôle, c’est sans doute parce qu’il a été pensé comme un antagoniste (en somme, le pendant de Brutus, l’ennemi de Popeye) et non un héros, mais aussi parce que Nintendo a été échaudée par le procès intenté par les détenteurs des droits de King Kong, le film de 1933, même s’il l’a remporté”, estime Régis Monterrin.

    Après avoir été cuisiné à toutes les sauces par Nintendo (jeux musicaux, d’escalade, de course sur rails…), le gorille a fini par être remisé au placard. “Lors de la création du jeu et durant les années qui suivirent, Nintendo a réalisé de belles choses avec. Et puis, au fil du temps, la popularité du gorille s’est estompée et ils se sont focalisés sur Mario.”

    #Jeux-vidéo #Pop_culture Donkey_Kong #Mario #Nintendo


  • Bill Shihara, the founder and CEO of Bittrex, has joined Unikrn’s BOA
    https://hackernoon.com/bill-shihara-the-founder-and-ceo-of-bittrex-has-joined-unikrns-boa-64c01

    I’m extremely pleased to announce that. Bill Shihara, the co-founder and CEO of Bittrex, is joining Unikrn’s board of advisors. Bittrex is one of world’s largest and best exchanges, and another startup from Seattle. Having his insight along with our existing managers and advisors is a game-changer for our future, but it should come as no surprise that Bill is interested in joining our movement.Well before launching UnikoinGold, Unikrn was laying foundations to allow us to be a global leader in the future of esports and blockchain. We had already created use cases, product, customers and blueprints for future development.As I’ve said many times, for Unikrn to realize its potential requires an immense amount of forward work. Both Blockchain and esports are cutting-edge fields that regularly (...)

    #blockchain-technology #entrepreneurship #esport #ethereum #bitcoin