city:seo

  • South Korea region seeks to tag Japanese firms as ’war criminals’ - Nikkei Asian Review
    https://asia.nikkei.com/Politics/International-relations/South-Korea-region-seeks-to-tag-Japanese-firms-as-war-criminals


    Il faut apprendre le coréen si on veut appendre des choses sur la participation des entreprises japonaises aux crimes de guerre. Le web de langue anglaise ne contient guère de documents, on a l’impression qu’un énorme balai nippon soit passé pour mettre à la poubelle chaque information nuisible à l’image de marque de son propriétaire.

    SEOUL — South Korea’s largest province is considering whether to stigmatize nearly 300 Japanese companies over their purported actions during World War II, by imposing an ordinance that requires schools to put alert labels on these firms’ products in their schools.

    Twenty-seven members of the Gyeonggi Province council submitted the bill last week in an attempt to give students the “right understanding on history.” If passed, schools will have to place on the items stickers that say: “This product is made by a Japanese war criminal company.”

    The move is likely further deepen a diplomatic spat between Seoul and Tokyo, which are at loggerheads over territorial issues and the legacy of Japan’s 35-year colonization of the Korean Peninsula (1910-1945).

    The list of 299 companies includes Nikon, Panasonic and Yamaha. The rule would apply to items such as projectors, camcorders, cameras and copy machines with a price tag of 200,000 won ($190) or more. Most of the companies on the list do not commonly supply products to schools — they include Tokyo Gas, Kawasaki Heavy Industries and Mitsubishi Heavy Industries.

    Both Nikon and Panasonic declined to comment for this story.
    The proposed sticker says: “This product is made by a Japanese war criminal company.” The image was captured from the Gyeonggi Provincial Council website. © Kyodo

    “Consumers have a responsibility to remember Japanese companies committed war crimes, and that they have not apologized [for their past wrongdoings],” Council member Hwang Dae-ho said in a statement. “It is a part of history education to help students remember clearly about war-crime companies who do not take social responsibility.”

    The sensitive historical issues were reopened last October when the South Korean Supreme Court ordered Nippon Steel & Sumitomo Metal to pay reparations to Koreans who were forced to work in Japan during the period of Japanese colonial rule. This was a reversal of a long-standing diplomatic understanding that reparations issues were settled in a 1965 accord establishing diplomatic relations between the two countries.

    The neighbors have also clashed over Seoul’s decision to disband a fund for wartime “comfort women,” which Japanese Prime Minister Shinzo Abe and former South Korean President Park Geun-hye set up in 2016. The countries also dispute the sovereignty of islands in the Sea of Japan, and in December a South Korean warship locked fire-control radar onto a Japanese patrol plane.

    Earlier this month, Japanese Finance Minister Taro Aso said tariffs were among measures Japan could take against South Korea should the dispute worsen. He also said steps such as halting remittances or stopping visa issuance could be taken.

    But the head of Gyeonggi Province’s education office said he was concerned about the negative impact the ordinance could have on relations between Seoul and Tokyo.

    “The [central] government should make a decision first because it can hugely affect diplomacy between South Korea and Japan,” Lee Jae-jung said in a news conference. “I think it is natural that students study on this by themselves rather than making it a rule.”

    Gyeonggi province is located in the northwest of the country, and surrounds the capital, Seoul. It has a population of more than 12 million. The council is dominated by President Moon Jae-in’s ruling Democratic Party, with its members accounting for 135 members of the 142 seats.

    #Japon #Corée #censure

  • Les compagnies aériennes dénoncent « l’hypocrisie » des Etats sur le climat (IATA)
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/les-compagnies-aeriennes-denoncent-l-hypocrisie-des-etats-sur-le-climat-ia


    Alexandre de Juniac, le directeur général de IATA
    _DR

    Alors que des voix s’élèvent pour imposer des taxes sur le kérosène et arrêter de prendre l’avion, Alexandre de Juniac, le directeur général de l’Association internationale du transport aérien (IATA), a dénoncé l’attitude des gouvernements qui préfèrent imposer « des taxes punitives » plutôt que d’aider à soutenir la recherche et la création de filières dans les biocarburants. Les compagnies aériennes ont réaffirmé leur engagement de neutraliser leurs émissions de CO2 à partir de 2020, puis de les diminuer de moitié d’ici à 2050 par rapport à 2005.

    Avec la sécurité, la question environnementale est au coeur des discussions de l’Assemblée générale de l’association internationale du transport aérien (IATA), qui se déroule les 2 et 3 juin à Séoul, en Corée du Sud. La pression sociale s’accentue en effet sur les compagnies aériennes, accusées de ne pas prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique. Même si le transport aérien ne représente que 2% des émissions mondiales (et 12% du secteur des transports), et que la consommation de carburant par passager a diminué de moitié depuis les années 90 avec l’amélioration continue de l’efficacité énergétique des avions, la forte croissance du trafic aérien est telle que le volume d’émissions de CO2 continue d’augmenter. Entre 2008 et 2018, les émissions de CO2 ont augmenté d’un tiers. En 2019, elles devraient selon IATA représenter 927 millions de tonnes, en hausse de 2%, un rythme largement moins soutenu que celui de la hausse de trafic (+ 5%).

  • https://vimeo.com/335387747

    A l’occasion du Mayday International #Festival à #Séoul et la la grande manifestation du #1ermai avec les #travailleurs .ses de #Corée, Voici des images de la #CompagnieJolieMôme tournées par #OlivierAzam, en marge des projections de #HowardZinn, une histoire populaire américaine et les films de #RenéVautier.
    Depuis la France, ça n’a l’air de rien mais il est fort probable que le #drapeaurouge n’avait pas été sorti dans les rues de Séoul depuis la division de la Corée à l’issue de la seconde guerre mondiale. Quant au #giletsjaunes… d’habitude ce sont les #policiers là-bas qui les portent… Un grand moment donc !

    http://www.lesmutins.org

  • Why Vietnam Appeals as Possible Host for Trump-Kim Summit - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/01/21/world/asia/trump-kim-summit-vietnam.html

    Vietnam, a former enemy of South Korea and the United States, has joined the global economy and become a strategic ally and robust trading partner for both countries.

    Vietnam and South Korea normalized relations in 1992, and Hanoi is now Seoul’s fourth-largest trading partner after China, the United States and Japan, with two-way trade valued last year at $62.6 billion.

    Vietnam and the United States normalized relations in 1995, two decades after North Vietnam defeated the American-backed South Vietnamese regime to end the Vietnam War. From 1995 to 2016 — a period of heady economic growth in Vietnam — trade between the United States and Vietnam grew to nearly $52 billion from $451 million. Hanoi is now among Washington’s fastest-growing export markets.

  • Child Inmates of South Korea’s Immigration Jail

    Helene* had a challenge that no mother would want. She, with her husband, was a refugee in a foreign land with a foreign language, trying despite all odds to raise her children as best she could. If this weren’t enough of a challenge, Helene was in jail, locked up in a 10-person cell with others she didn’t know. The only time she could leave her cell was for a 30-minute exercise time each day. But her task was more daunting still. Her children were locked up with her.

    Helene’s jail was an immigration detention facility, and her crime was not having enough money to begin refugee applicant proceedings. She spent 23 days in that cell with her two sons. Her oldest, Emerson, was three years and eight months old, and her youngest, Aaron, was only 13 months old. She watched their mental health and physical health slowly deteriorate while her pleadings for help fell on deaf ears.

    *

    In June, American news media were shocked by the revelation that migrant children, who were only guilty of not possessing legal migrant status, were being held in large-scale detention facilities. This was something new—a part of President Donald Trump’s ‘tough on immigration’ stance.

    In South Korea, detaining children simply due to their migration status, or the migration status of their parents, is standard practice.

    Children make up a very small percentage of the total picture of unregistered migrants in South Korea. However, as the nation’s foreign population reaches 2 million and beyond, that small percentage becomes a large number in real terms. The Ministry of Justice (MOJ) doesn’t keep statistics on the exact number of unregistered child migrants in the country.

    Most unregistered child migrants in South Korea fall into one of two broad categories: teenagers who come alone, and infants or toddlers brought by their parents or born to migrants already living in the country. In both cases, the majority of children (or their parents) come from other parts of Asia seeking work in the industrial sector.

    These children often end up in detention facilities when immigration authorities carry out routine crackdowns targeting workplaces in industrial districts or transportation routes workers use to get to these districts. Authorities, by policy, detain any unregistered migrant who is 14 or older. Younger children are technically exempt from detention orders, but parents are often caught in crackdowns while with their children. The parents can’t leave their children on the street to fend for themselves, and so, left with no other options, they choose to bring their children with them into the detention facilities.

    Helene’s case was different. She and her husband brought their sons to South Korea with them when they fled religious persecution in their home country of Liberia. The South Korean government rejected their refugee applications, and the family only had enough money to begin a legal challenge for one person. Emerson and Aaron, along with Helene, became unregistered migrants.

    How they were detained would be comical if their case were not so tragic. After a trip to a hospital, the family was trying to board a subway to return home. Their stroller could not fit through the turnstiles, and after a brief altercation an upset station manager called the police. The police asked to see the family’s papers, but only Helene’s husband had legal status. The police were obligated to arrest Helene due to her unregistered status and turn her over to immigration authorities. Because her children were very young – the youngest was still breastfeeding – she had no viable option but to bring her children with her.

    *

    Helene and her sons were sent to an immigration detention facility in Hwaseong, some 60 kilometers southwest of Seoul. Inside and out, the facility is indistinguishable from a prison. Detainees wear blue jumpsuits with the ironic Korean phrase “protected foreigner” printed in large white letters on the back. They live in 10-person cells with cement walls and steel bars at the front. Each cell has a small common area up front with tables, a sleeping area in the middle, and a bathroom at the back.

    For detainees, these cells become the entirety of their existence until they are released. Food is delivered through a gap in the bars, and the only opportunity to leave the cell is for a brief 30-minute exercise period each day.

    These facilities were never intended to house children, and authorities make little to no effort to accommodate them. Young children have to live in a cell with a parent and as many as eight other adults, all unknown to the child. The detention center doesn’t provide access to pediatricians, child appropriate play and rest time, or even food suitable for young children.

    Government policy states that education is provided only for children detained for more than 30 days. Children have no other children to interact with, and no space to play or explore. During daytime, when the sleeping mats are rolled up and stored, the sleeping area becomes a large open space where children could play. According to Helene, whenever her sons entered that area guards would shout at them to come back to the common area at the front of the cell.

    Emerson’s fear of the guards’ reprimand grew to the point that he refused to use the toilets at the back of the cell because that would mean crossing the sleeping area, instead choosing to soil himself. Even after the family was eventually released, Emerson’s psychological trauma and his refusal to use bathrooms remained.

    The stress and anxiety of being locked in a prison cell naturally takes a severe toll on children’s wellbeing. Like the adults they’re detained with, they don’t know what will happen to them or when they will be released. Unlike the adults, they don’t understand why they are in a prison cell to begin with. Without any way to alleviate the situation, the stress and anxiety they feel turn into mental disorders. These conditions can include depression, post-traumatic stress disorder, and even increased rates of suicide and self-harm.

    Kim Jong Chul has seen many examples of these symptoms firsthand. Kim is a lawyer with APIL, a public interest law firm, and he’s worked to secure the release of many migrant children held in detention.

    In one such case, May, a 5-year-old migrant from China, spent 20 days in a detention facility with her mother. Over those 20 days, May’s extreme anxiety produced insomnia, a high fever, swollen lips and more. Despite this, her guards never brought a doctor to examine her.

    For most migrants in immigration custody, children included, their release comes only when they are deported. In 2016, authorities held 29,926 migrants in detention, and 96 percent of them were deported. The whole deportation process, from arrest to boarding a plane, typically takes ten days.

    But for children, ten days in detention are enough to develop severe stress and anxiety. Special cases, including refugee applications or a migrant laborer with unpaid wages, can take much longer to process. South Korea’s immigration law doesn’t set an upper limit on migrant detention, and there are cases of migrants held for more than a year. The law also doesn’t require regular judicial review or in-person checks from a case worker at any point in the process. According to Kim from APIL, the longest child detention in recent years was 141 days.

    Existing children’s welfare services would benefit migrant children, but the MOJ opposes any such idea. In the view of the MOJ and the Ministry of Health and Welfare, welfare facilities should be reserved only for citizens and foreigners with legal status.

    Children between the ages of 14 and 18 are yet another matter. The MOJ’s stance is that most of these children are physically similar to adults, highly likely to commit crimes and in general a danger to society, and they need to be detained.

    Kim argues that it’s hard to interpret the MOJ’s stance that migrant teenagers are all potential criminals as anything other than institutional racism. South Korean citizens who are under 18 are considered minors and treated differently in the eyes of the law.

    International treaties ban detaining children, including teenagers, due to migration status, and the South Korean government has signed and ratified each of the UN treaties that relate to children’s rights. It means that under the country’s constitution, the treaties have the same power as domestic law. And yet abuses persist.

    Lawmaker Keum Tae-seob from the ruling Minjoo Party—often called one of the most progressive members of the National Assembly— is fighting this reality. He has proposed a revision to the current immigration law that would ban detention of migrant children, but it has met opposition from the MOJ. Ironically, the ministry argues that because South Korea has signed the relevant international treaties, there is no need to pass a separate domestic law that would ban such detention. This is despite the fact that immigration authorities, who belong to the MOJ, have detained over 200 children over the past 3 years, including many under the age of 14.

    To rally support for a ban on detaining migrant children, APIL and World Vision Korea launched an awareness campaign in 2016, complete with a slick website, emotional videos and a petition. As of this writing, the petition has just under 9,000 signatures, and APIL is hoping to reach 10,000.
    Back in June of last year, another petition received significant media attention. A group of Yemeni refugee applicants—fewer than 600—arrived on the island of Jeju, and in response a citizen’s petition against accepting refugees on the office of the president’s website garnered over 714,000 signatures. A collection of civic groups even organized an anti-refugee rally in Seoul that same month.

    APIL’s campaign has been underway for more than two years, but the recent reaction to Yemeni refugees in Jeju has unveiled how difficult it will be change the government’s position on asylum seekers. A Human Rights Watch report released on Thursday also minced no words in critiquing the government policies: “even though [South Korean president] Moon Jae-in is a former human rights lawyer,” he “did little to defend the rights of women, refugees, and LGBT persons in South Korea.”

    For now, Keum’s bill is still sitting in committee, pending the next round of reviews. Helene’s family has been in the UK since her husband’s refugee status lawsuit failed.

    *Helene is a pseudonym to protect the identity of her and her family.

    https://www.koreaexpose.com/child-migrant-inmates-south-korea-immigration-jail-hwaseong
    #enfants #enfance #mineurs #rétention #détention_administrative #Corée_du_Sud #migrations #sans-papiers #réfugiés #asile

  • #MeToo en #Corée_du_Sud : un ex-procureur condamné pour abus de pouvoir - Asie-Pacifique - RFI
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20190123-metoo-coree-sud-ex-procureur-condamne-abus-pouvoir-ahn-tae-geun

    C’est un verdict inhabituellement sévère pour ce type d’affaire en Corée du Sud : le tribunal central de Séoul a condamné à deux ans de prison ferme l’ancien procureur Ahn Tae-geun.

    L’homme est accusé d’avoir tripoté une jeune collègue en 2010 lors d’un dîner organisé à l’occasion de funérailles. Quand la jeune femme, Seo Ji-hyeon, l’avait dénoncé en interne, il avait utilisé sa position pour la faire muter dans un petit tribunal de province, une mutation qui avait brisé sa carrière prometteuse.

  • U.S. and North Korean officials met in Hanoi to discuss second Trump-Kim summit: South Korean newspaper | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-northkorea-usa-idUSKCN1P10JR

    U.S. State Department officials recently met multiple times with North Korean counterparts in Hanoi and discussed planning a second summit between U.S. President Donald Trump and North Korean leader Kim Jong Un, a South Korean newspaper reported on Monday.

    U.S. officials discussed the schedule for the second Trump-Kim summit while in contact with North Korean officials in the Vietnamese capital city, fuelling speculation that Vietnam could host the event, the Munhwa Ilbo reported, citing unnamed diplomatic sources in Seoul and Washington.
    […]
    On Sunday, Trump told reporters in Washington that the United States and North Korea are “negotiating a location” for a second summit.

    It will be announced probably in the not too distant future,” Trump said. “They do want to meet and we want to meet and we’ll see what happens.

  • Rapprochement intercoréen : la diplomatie des agrumes (et des champignons) - Asialyst

    https://asialyst.com/fr/2018/11/13/rapprochement-intercoreen-diplomatie-agrumes-champigons

    Le ballet des hercules C-130 aura duré deux jours. Depuis ce dimanche 11 novembre, ce sont près de 200 tonnes de mandarines sud-coréennes qui ont été livrées à Pyongyang via un pont aérien destiné à renforcer le rapprochement intercoréen. Un échange de bonnes intentions après les deux tonnes de champignons des pins envoyés par le Nord à Séoul en septembre dernier.
    Le palais présidentiel à Séoul.
    Ce sont des fruits dont on retrouve la trace dès le XIIIème siècle à la table des rois de Corée. Un fruit de saison rarement consommé en Corée du Nord, a expliqué le porte-parole de la Maison Bleue
    , et qui n’entrerait pas dans la liste des produits sous embargo de l’ONU. Un avis que ne partagent pas les conservateurs à Séoul. Au total : 20 000 cartons d’agrumes ont été avalés par les avions cargos de l’armée sud-coréenne pour être transportés en Corée du Nord. Une telle quantité s’apparente à de l’exportation, estiment celles et ceux qui voient d’un mauvais œil la politique de rapprochement vis-à-vis du voisin nord-coréen, menée par le président Moon Jae-in, et donc un geste qui violerait les sanctions imposées au régime de Pyongyang.

    #corée_du_sud #corée_du_nord

  • Pour installer son siège berlinois, Google se voit proposer l’ancien QG de la Stasi
    https://www.bfmtv.com/economie/pour-installer-son-siege-berlinois-google-se-voit-proposer-l-ancien-qg-de-la-

    C’est un bâtiment gris et triste comme il s’en est construit des centaines dans le Berlin de l’après-guerre. Certains touristes ne s’aventurent dans le gigantesque quartier populaire de Lichtenberg que pour en visiter l’une de ses ailes où a été aménagé le musée de la Stasi. Et c’est dans ce même immense bâtiment qu’un élu berlinois suggère à Google d’installer son « campus ». Faute de mieux.

    En 2016, le géant américain Google a annoncé son intention d’installer à Kreuzberg, dans l’un des quartiers les plus « bobos » de la capitale allemande, 3000 m2 de bureaux et cafétérias au sein desquels le géant américain voulait installer ses équipes ainsi que des start-ups. A l’instar de ce qu’il a déjà fait à Londres, Madrid, Sao Paulo, Séoul, Tel Aviv et Varsovie. Las. Après deux ans de manifestations en tous genres, les opposants à ce projet ont fait plier Google. Le 24 octobre, le groupe a annoncé qu’il renonçait à son projet de campus.

    Une décision à laquelle ne se résolvent pas une partie des élus de la ville. L’un d’entre eux, membre de la CDU (parti chrétien démocrate d’opposition municipale), suggère donc à Google d’intégrer l’ancien siège de la Stasi.

  • L’ancien QG de la Stasi proposé à Google pour son siège berlinois Guillaume Errard 31 Octobre 2018 - Le figaro
    https://immobilier.lefigaro.fr/article/l-ancien-qg-de-la-stasi-propose-a-google-pour-son-siege-berlinoi

    Après que Google a abandonné son projet de campus à Berlin, un élu berlinois a suggéré au géant américain de récupérer l’ancien siège historique de la police politique de l’ex-RDA pour son siège berlinois.

    Google dans l’ancien siège historique de la Stasi ? C’est une proposition pour le moins audacieuse qu’un élu local a faite au géant américain qui envisage de s’installer à Berlin, rapporte le principal quotidien de la région la Berliner Zeitung . « Google est cordialement invité à Lichtenberg (au centre de Berlin) pour discuter de l’idée d’installer un campus dans cet emplacement central », explique Gregor Hoffmann, membre de la CDU (parti chrétien-démocrate d’opposition municipale).

    Même le maire de Lichtenberg, Michael Grunst, pourtant membre du parti de gauche (Die Linke), ne serait pas opposé à cette proposition pour le moins audacieux. L’édile, qui cherche à moderniser son district connu pour ses bâtiments anciens, aurait déjà échangé à ce sujet avec Google. Mais, selon la presse locale, il ne s’agissait pas de projets d’une ampleur aussi grande qu’un campus.

    Reste à savoir comment Google réagira à la proposition de l’élu berlinois. Il y a deux ans, le géant américain avait ciblé le quartier de Kreuzberg, à l’ouest de Berlin pour installer 3000 m² de bureaux, cafés et des espaces de coworking. Mais si à Séoul, Madrid, Varsovie ou encore Tel-Aviv, le groupe a pu surfer sur son image d’employeur « cool », distribuant à volonté snacks, massages et pauses billard, Google a fait face, à Berlin, à une farouche opposition. À tel point que le géant d’Internet a dû abandonner son projet de campus dans la capitale allemande.
    . . . . .

    #google #Berlin #stasi #MDR

  • South Korea to unveil monument for “#comfort_women” next Tues

    The South Korean government will hold a ceremony next Tuesday to unveil a monument for “comfort women” who were forced to work in Japanese wartime military brothels, the country’s gender equality minister said Wednesday.

    Gender Equality and Family Minister Chung Hyun Back also said at an event in Seoul that the government will open a research institute later this week tasked with collecting scattered data and materials about the women.

    The comfort women issue has been a source of diplomatic tension between South Korea and Japan, with Tokyo particularly sensitive to the erection of statues commemorating the women near Japanese diplomatic missions in South Korea.

    https://english.kyodonews.net/news/2018/08/72c08ae1c524-s-korea-to-unveil-monument-for-comfort-women-next-tu
    #monument #mémoire #femmes #prostitution #guerre #bordels #histoire #Corée_du_sud #Japon

  • En #Corée du Sud, les #retraités seuls face à la #pauvreté - Asialyst
    https://asialyst.com/fr/2018/08/06/coree-du-sud-retraites-seuls-face-pauvrete

    Un long métrage de fiction, plusieurs documentaires télé, des publications académiques et quantité d’articles de presse : l’histoire des « Bacchus Ladies » continue de sidérer la Corée du Sud. Le sort de ces dames âgées – la plupart ont entre 60 et 80 ans – qui se prostituent en plein Séoul pour simplement pouvoir manger a jeté une lumière crue sur un phénomène plus large : la pauvreté des #seniors. C’est que près de la moitié des plus de 66 ans vit sous le seuil de pauvreté dans le pays, un chiffre sans égal au sein des économies avancées. Enquête sur un phénomène complexe, qui, comme souvent en Corée, trahit les difficultés d’une société qui a rapidement muté.

    Les causes :
    #politiques_publiques récentes et faibles ;
    #système_de_retraite récents ;
    3° développement des #familles mononucléaires ;

    #inégalités #confucianisme

  • La République en marche prend Séoul de court
    L’abandon par Trump des exercices militaires avec La Corée du Sud divise sur le sort de L’Aquarius

    Les représentants agricoles déçus par l’abandon de Trump des exercices militaires avec La Corée du Sud
    Les négociations avec le ministère prennent Séoul de court

    Les réprésentants agricoles se divisent sur le sort de L’Aquarius
    La République en marche déçue des négociations avec le ministère

    #de_la_dyslexie_creative

  • Scientists checked the carbon footprint for 13,000 cities worldwide. These were the worst.
    https://mic.com/articles/189651/scientists-checked-the-carbon-footprint-for-13000-cities-worldwide-these-were-t

    Seoul came in at No. 1, with an output of 276.1 metric tons (plus or minus roughly 51.8 metric tons) of carbon dioxide a year. Guangzhou, China, came was ranked at No. 2, followed by New York City; Hong Kong; Los Angeles; Shanghai; Singapore; Chicago; Tokyo/Yokohama, Japan; and Riyadh, Saudi Arabia.


    This map built by researchers at the Norwegian University of Science and Technology show carbon emission levels for 13,000 cities worldwide. Norwegian University of Science and Technology/http://citycarbonfootprints.info

    #co2 #empreinte_carbone #climat #villes

  • La Corée du Nord menace d’annuler le sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/05/16/01003-20180516ARTFIG00037-la-coree-du-nord-menace-d-annuler-le-sommet-entre

    Ulcéré par des exercices militaires annuels menés au Sud par les États-Unis et la Corée du Sud, Pyongyang a également annulé une rencontre de haut niveau avec Séoul, qui était prévue ce mercredi. « Il y a une limite à la bonne volonté dont nous pouvons faire preuve », a prévenu l’agence KCNA, dénonçant une « provocation ». Les manœuvres aériennes Max Thunder, qui ont débuté le 11 mai, doivent durer deux semaines et impliquer une centaine d’avions des deux pays, dont des avions de chasse furtifs américains F-22 « Raptor », redoutés par le régime .

    Le ministre adjoint nord-coréen a également exprimé sa « colère » envers le conseiller de Donald Trump à la Sécurité nationale, John Bolton, qui a évoqué le « modèle libyen » pour la dénucléarisation de la Corée du Nord. Il s’agit d’une « tentative hautement sinistre de faire subir à la Corée du Nord le sort de la Libye et de l’Irak », s’est-il insurgé. Après avoir renoncé à son programme nucléaire, le leader libyen Mouammar Khadafi avait été tué lors d’un soulèvement soutenu par des bombardements de l’aviation de l’OTAN.

    De son côté, Washington, qui dit ne pas avoir été « notifié » d’un changement, a assuré continuer à préparer le sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump. La Maison-Blanche a défendu les manœuvres militaires conjointes, qualifiées « d’exercices légaux, planifiés longtemps à l’avance » et qui « ne représentent absolument pas une provocation » .

    Le F22 a du mal à trouver des pilotes pour le faire voler. Ce n’est pas aussi grave que le F35, mais tout de même... On est donc une nouvelle fois en pleine narrative : ces journalistes, ils les trouvent où leurs idées pour leurs textes ?

    Les absences sont parfois révélatrices : Khadafi a été exécuté par l’armée française après avoir financé la campagne électorale de Sarkozy... :-D

    Les US qui maintiennent les manoeuvres militaires, parce qu’elles sont légales... Non seulement ils provoquent, mais en plus ils se foutent de la gueule des coréens. :-)

  • SOUTH KOREA: ‘PRESIDENT TRUMP SHOULD WIN THE NOBEL PEACE PRIZE’
    Thanks to Trump, 70 years of Korean War drawing to a peaceful conclusion.
    https://www.infowars.com/south-korea-president-trump-should-win-the-nobel-peace-prize

    “President Trump should win the Nobel Peace Prize. What we need is only peace,” Moon said on Monday, according to Reuters.

    Other members of the South Korean government also credited Trump with bringing North Korean leader Kim Jong-Un to the negotiating table.

    “Clearly, credit goes to President Trump,” Foreign Minister Kang Kyung-wha told CNN in Seoul. “He’s been determined to come to grips with this from day one.”

    #lol

  • Une faute de frappe à 85 milliards d’euros pour Samsung Securities Le Figaro - Charles Gautier - 12 Avril 2018

    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/04/11/32001-20180411ARTFIG00368-une-faute-de-frappe-a-85milliards-d-euros-pour-sa

    Un comptable à Séoul a malencontreusement versé aux employés 1000 actions de l’entreprise au lieu de 1000 wons.

    Pour décrire une grossière maladresse comptable, les Anglo-Saxons emploient une formule très imagée, fat finger error. La bourde d’un employé de #Samsung Securities à Séoul est telle qu’elle ne relève plus de gros doigts qui auraient appuyé sur plusieurs touches d’ordinateur en même temps mais du coup de poing sur le clavier. Au lieu de verser à chaque salarié de l’entreprise une prime de 1 000 wons (0,76 euro), le comptable a versé à tous 1 000 actions de l’entreprise.

    En une fraction de seconde, c’est l’équivalent de 85 milliards d’euros d’actions inexistantes qui ont rempli les comptes des 2 000 salariés de Samsung Securities, soit l’équivalent de 2,6 milliards de titres, plus de trente fois le niveau habituel des transactions effectuées par le courtier. Très réactifs, 16 employés ont revendu pour un total de 150 millions d’euros ces titres indus. Plus grave aux yeux des autorités, 37 minutes ont été nécessaires au groupe avant d’arrêter les frais. Les dégâts sont considérables. Si le titre du courtier a perdu jusqu’à 12 % en Bourse, son image est sérieusement écornée. Le fonds de pension NPS va quitter le courtier et d’autres lui emboîteront le pas. Le ministère des Finances qui réclame d’importantes pénalités à l’encontre de Samsung Securities a exigé des explications sur la création et la revente d’actions fantômes. Et que les employés indélicats soient poursuivis.

     #gorafi_encore_plagié #MDR

  • Will Donald Trump and Kim Jong-un meet in Ulaanbaatar? | The UB Post
    http://theubpost.mn/2018/03/12/will-donald-trump-and-kim-jong-un-meet-in-ulaanbaatar

    In the lead up to the historic meeting between US President Donald Trump and North Korean Supreme Leader Kim Jong-un set to happen sometime in May of this year, Ulaanbaatar has been vaulted into the conversation to host the much anticipated peace talks.

    The meeting will make Trump the first ever US President to meet with a North Korean leader. On Friday, former President Ts.Elbegdorj took to twitter to commemorate a “long [waited] breakthrough”. The fourth president of Mongolia also took the opportunity to make an offer to host the historic talks in Ulaanbaatar.

    Korean Peninsula: A long waited breakthrough! Here is an offer: US President Trump and NK leader Kim meet in UB. Mongolia is the most suitable, neutral territory. We facilitated important meetings, including between Japan and NK. Mongolia’s continuing legacy – UB dialogue on NEA,” Ts.Elbegdorj tweeted on Friday.

    During his presidency, Ts.Elbegdorj was at the forefront of trying to champion Mongolia and specifically Ulaanbaatar as a neutral location to hold peace talks with North Korea. In his tweet, Ts.Elbegdorj alludes to the fact that Mongolia has been a mediator between Japan and North Korea for talks regarding abducted Japanese citizens.

    • Oulan-Bator, toujours dans les lieux envisagés pour la prochaine rencontre Trump-Kim. Mais il y a encore beaucoup de monde en lice…

      Truce village or European capital ? Possible Trump-Kim summit venues | AFP.com
      https://www.afp.com/en/news/205/truce-village-or-european-capital-possible-trump-kim-summit-venues-doc-14540y2

      US President Donald Trump says that five locations are under consideration for his expected meeting with Kim Jong Un, the leader of nuclear-armed North Korea.

      But he gave no clues as to what they might be, and speculation is rife as to the possibilities — with many contenders suggested.

      Here are some of the options:
      • Panmunjom
      • Pyongyang
      • Seoul
      • Beijing
      • Ulaanbaatar
      A popular outside bet among Korea-watchers, the Mongolian capital can be reached from the North by both air and train, has ties with both Pyongyang and Washington - and has publicly offered to host the meeting.
      Ulan Bator has signed several economic pacts with Washington, and the US military co-sponsors the annual Khaan Quest multinational peacekeeping exercise in Mongolia
      The then Mongolian President Tsakhia Elbegdorj visited the North in 2013, and nearly 1,200 North Koreans worked in the landlocked country until regulations passed following UN Security Council sanctions required them to leave last year.
      Ulaanbaatar has signed several economic pacts with Washington, and the US military co-sponsors the annual Khaan Quest multinational peacekeeping exercise in Mongolia.
      • Switzerland
      • Singapore, Vietnam
      • Scandinavia

  • Seoul’s Doing Cafe Creates Community Around Feminism, Still a Taboo in South Korea · Global Voices
    https://globalvoices.org/2018/02/25/seouls-doing-cafe-creates-community-around-feminism-still-a-taboo-in-s

    Ha Yoon-na always believed in feminism, but never wanted to call herself a “feminist.” In South Korea, that word carries a negative connotation, and Ha, a 30-year-old book translator, worried she’d be judged and marginalized.

    Ha overcame her fear last year when she visited a feminist space in Seoul. At Doing Cafe, among its more than 1,000 volumes of feminist literature, plus plenty of patrons eager to discuss them, she felt comfortable enough to talk openly about feminism for the first time.

    #séoul #féminisme #corée_du_sud

  • Le jeune geek qui concurrence le bitcoin

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/15/le-jeune-geek-qui-concurrence-le-bitcoin_5257146_3234.html

    Vitalik Buterin, un jeune Canadien d’origine russe, est l’inventeur de l’ether, une monnaie électronique qui connaît un succès planétaire dans l’ombre du bitcoin, dont il a amélioré le modèle.

    San Francisco, Moscou, Singapour, Paris, New Delhi, Bombay, Séoul, Londres, Tokyo, Haïfa, Hong­kong, Shanghaï, Cancun… Depuis un an, Vitalik Buterin, 23 ans, voyage beaucoup, et semble disposé à tenir ce rythme encore longtemps. A ceux qui veulent savoir dans quel pays il habite, ce Canadien d’origine russe explique, sur son site personnel, vivre « dans les avions de la compagnie Cathay Pacific ». Il parcourt le monde de conférences en séminaires, pour vanter les mérites de l’ether, la cryptomonnaie électronique qu’il a inventée à l’âge de 19 ans, et d’Ethereum, la plate-forme chargée de gérer les transactions en ethers et les applications liées à cette monnaie.

    Le jeune homme n’a pourtant rien d’un gourou charismatique. Visage d’adolescent, corps long et maigre, il apparaît toujours vêtu d’un jean et d’un tee-shirt bon marché – lui dont la fortune se compte en millions de dollars. Certains le trouvent parfois étrange et solitaire, voire un rien autiste, mais ceux qui ont travaillé avec lui sont unanimes : c’est un génie singulier, au QI exceptionnel. Il parle vite, sur un ton à la fois intense et décontracté, parfaitement à l’aise sur tous les sujets liés aux monnaies électroniques : technique, théorie, prospective… S’il s’exprime le plus souvent en anglais, il maîtrise le russe, un peu le français, et s’initie depuis quelque temps au chinois grâce à une appli sur son téléphone.

    Contrairement à l’inventeur du bitcoin, ­soucieux de rester anonyme, Vitalik Buterin assume sa célébrité. Il se pose même en leader intellectuel de la communauté Ethereum, un groupe sans frontières, fort de plusieurs dizaines de milliers de personnes, développeurs, entrepreneurs, ingénieurs, militants libertaires, spéculateurs, ainsi que des professionnels issus de la finance classique. Partout où il va, il fait salle comble. Ses interventions, diffusées sur YouTube et Facebook, sont analysées, commentées, car ses avis ont presque force de loi. Entre deux conférences, il trouve le temps de rencontrer des dirigeants mondiaux, y compris, en juin 2017, le président russe Vladimir Poutine, en marge du forum économique de Saint-Pétersbourg.

    Décentralisation générale, l’idéologie des hackers

    Né en 1994 en Russie, Vitalik Buterin arrive à Toronto (Canada) à l’âge de 6 ans, quand ses parents parviennent à émigrer. Dès l’enfance, grâce à son père informaticien, il se tourne vers les ordinateurs. Il pratique beaucoup le jeu en ligne World of Warcraft. Dans une mini-autobiographie humoristique publiée sur un site personnel, il confie d’ailleurs que la création d’Ethereum a germé dans son esprit à la suite d’un événement traumatisant pour lui : en 2010, la société propriétaire de World of Warcraft modifie la règle du jeu (en limitant les super-pouvoirs d’un sorcier), sans consulter les fans :

    « J’ai longuement pleuré avant de m’endormir, et ce jour-là j’ai découvert les horreurs provoquées par les systèmes centralisés. Peu après, j’ai décidé d’abandonner ce jeu. »

    En 2011, à 17 ans, il découvre le bitcoin, première monnaie électronique, et la technologie révolutionnaire qui le sous-tend : la « blockchain », répertoire unique de toutes les transactions, hébergée et gérée collectivement, de façon transparente et décentralisée, par la communauté des utilisateurs. Plus besoin de banques ou d’Etats, jugés encombrants et dominateurs : pour garantir la fiabilité des transactions, il suffit de « faire confiance aux mathématiques ».

    Devenu un expert dans ce domaine, Vitalik Buterin crée une publication intitulée Bitcoin Magazine, qui le fait connaître dans ce milieu. Très vite, il adopte les convictions des hackeurs et des pionniers de cryptomonnaies, selon lesquels le monde contemporain souffre d’une grave maladie : la centralisation des pouvoirs politique et économique, couplée à l’opacité des mécanismes de décision. Le remède serait donc la décentralisation générale – un mode de gouvernance participatif, transparent, plus efficace et plus équitable. Dans ce scénario, les Etats sont perçus comme des adversaires ou des obstacles à surmonter, jamais comme des alliés. Les militants de la décentralisation en réseau sont persuadés de pouvoir réaliser leur rêve grâce à une « arme » révolutionnaire, la block­chain.

    Une gamme étendue de services automatisés

    En 2012, Vitalik Buterin commence des études d’informatiques à l’université de Waterloo (Ontario), mais, au bout d’un an, il se dit qu’il progressera davantage en s’éduquant lui-même : « Mes projets de cryptomonnaie me prenaient trente heures par semaine, alors j’ai arrêté la fac. J’ai fait le tour du monde, j’ai exploré de nombreux projets de cryptomonnaie, et j’ai fini par comprendre qu’ils étaient tous trop centrés sur des applications spécifiques, pas assez généralistes. » C’est ainsi qu’il se lance dans la conception d’Ethereum, une blockchain multi-usage plus sophistiquée que celle du bitcoin, définie comme un « réseau de création de monnaie décentralisée combiné à une plate-forme de développement de logiciels ».

    Concrètement, Ethereum offre une gamme étendue de services automatisés fondés sur des « contrats intelligents », c’est-à-dire « des applications fonctionnant exactement comme elles ont été programmées, sans possibilité de panne, de censure, de fraude ni d’interférences ». Ainsi, on peut programmer des paiements pour une date ultérieure, lancer des campagnes de financement, gérer des titres de propriété, des places de marché, et même des sociétés par actions. Au-delà, Ethereum peut servir de plate-forme pour des élections en ligne, et devenir un outil de démocratie directe.

    Quand il publie une première ébauche de son projet, en 2014, il est aussitôt rejoint par des codeurs et des mathématiciens enthousiastes, prêts à l’aider à l’affiner et à le concrétiser. Des investisseurs issus de la finance classique et de la Silicon Valley décident également de s’associer à lui. Avant même d’exister, Ethereum repose ainsi sur des bases solides. La construction de la plate-forme se fera grâce à une campagne de financement en bitcoins.

    Les cours s’envolent

    A l’été 2015, les développeurs ayant travaillé à titre bénévole sur le projet reçoivent gratuitement des lots d’ethers. Les autres peuvent en acheter. Surprise : cette mystérieuse monnaie attire aussitôt toutes sortes de spéculateurs. Sa valeur atteint d’emblée 1,35 dollar. Pendant un an, la montée du cours est lente, mais, à compter du printemps 2017, tout s’accélère : en juin, l’ether vaut environ 400 dollars. Ensuite, le cours s’affole dans les deux sens, mais, à partir de décembre, il connaît une nouvelle flambée : à la mi-janvier 2018, il dépasse les 1 300 dollars, avant de retomber autour de 800 dollars (environ 650 euros) début février. Les 98 millions d’ethers en circulation sont déposés dans près de 25 millions de comptes anonymes, et les transactions quotidiennes dépassent les 3 milliards de dollars. L’ether a déjà fait des millionnaires, dont Buterin lui-même, qui assure son train de vie en vendant des lots d’ethers.

    Aujourd’hui, son Ethereum est hébergée de manière collective dans plus de 27 000 ordinateurs répartis dans le monde entier. Parallèlement, près de 20 000 nouveaux ethers sont fabriqués chaque jour par des « mineurs », des professionnels possédant des batteries d’ordinateurs dotés de cartes graphiques puissantes. Leur travail consiste à inscrire les transactions des utilisateurs sur la blockchain en résolvant des équations. Pour cela, ils sont rémunérés en ethers.

    Entre-temps, plusieurs compagnons de la première heure du jeune homme se sont impliqués dans le projet. Parmi eux, le Canadien Joseph Lubin, un roboticien reconverti dans la finance chez Goldman Sachs puis dans un hedge fund, un fonds spéculatif. Dès 2015, il a créé à New York la société ConsenSys, incubateur de start-up Ethereum et agence de conseil pour les entreprises et administrations désireuses de se lancer dans l’aventure de la blockchain.

    Il finance des start-up travaillant sur la « blockchain »

    Parallèlement, pour structurer le projet, ­Buterin et ses associés lancent la Fondation Ethereum. Afin d’échapper dès à présent à l’emprise des grands Etats fortement réglementés, ils décident de la domicilier en Suisse, dans le canton de Zug, connu pour offrir des conditions avantageuses aux sociétés financières internationales. Ils montent aussi l’association Enterprise Ethereum Alliance, chargée de nouer des partenariats avec des entreprises intéressées par la technologie de la blockchain. Par ailleurs, Buterin participe à la gestion de la société chinoise Fenbushi, un fonds d’investissement consacré au financement de start-up travaillant sur la blockchain.

    Grâce à ces diverses structures, des centaines de jeunes entrepreneurs lancent des opérations de financement participatif pour créer des start-up Ethereum. Certains projets sont sérieux et innovants. D’autres, farfelus ou carrément malhonnêtes, parviennent à gruger des novices. Depuis peu, certains Etats tentent de réglementer ou d’interdire ces levées de fonds sauvages mais, à ce jour, elles se poursuivent. La vie d’Ethereum n’est pas pour autant sans risque : la plate-forme a déjà été victime de piratages sophistiqués et de vols massifs. Heureusement, dans cet univers, tout est possible, y compris les voyages dans le temps : en remontant dans la blockchain jusqu’à la veille de la date d’un vol d’ethers, Buterin et ses codeurs ont réussi, en 2016, à restituer aux victimes une partie des fonds dérobés.

    Face aux tricheries, au déchaînement spéculatif et à la prolifération des applications dénuées de toute ambition « décentralisatrice », il tente d’abord de calmer le jeu, et d’encourager les start-upeurs à se tourner vers des applications utiles au public. Fin 2017, il se met à tirer le signal d’alarme, désolé de constater la cupidité, l’immaturité et l’arrogance de certains acteurs : « Si tout ce que nous accomplissons, ce sont des mèmes ­ [éléments propagés massivement sur le Net] sur les Lamborghini et des blagues infantiles sur les pets foireux, je m’en irai. »

    Cryptologie et thé vert

    Mais ce coup de blues semble passager. ­Début 2018, il est toujours aux commandes, et travaille à améliorer Ethereum, notamment la confidentialité des transactions et leur vitesse d’exécution. Il va aussi mettre fin au « minage » actuel, qui utilise trop de machines et d’électricité, et le remplacer par un système de création monétaire plus souple, cogéré par les principaux détenteurs d’ethers.

    En attendant, il demeure un geek authentique. Il n’a pas de temps à consacrer aux mondanités ni aux vieux médias, et discutera bien plus volontiers avec un codeur inconnu pour décortiquer, entre initiés, un problème technique. A l’entendre, sa vie est d’une absolue sagesse : sa « drogue » favorite serait le thé vert, sa religion la cryptologie. Côté politique, il se définit comme un cuckservative (terme inventé par les militants d’extrême droite américains pour désigner les conservateurs modérés contaminés par les idées libérales). Il pratique aussi l’autodérision : « Mon passe-temps préféré est le countersignalling », une attitude faussement humble consistant à se mettre en valeur en affichant une extrême simplicité. Autant dire qu’il devrait rester fidèle aux tee-shirts bariolés.

  • STPMJ: ‘In Korea, architecture was not seen as a profession that synthesises cultural, social and environmental aspects’ | Thinkpiece | Architectural Review

    https://www.architectural-review.com/area/profiles/stpmj-in-korea-architecture-was-not-seen-as-a-profession-that-synthesises-cultural-social-and-environmental-aspects/10027689.article

    With one foot in South Korea and the other in New York, the work of Seung Teak Lee and Mi Jung Lim is a hybridisation of East and West

    On the face of it, the prospect of two young Korean architects working in Seoul and New York ticks all the tediously clichéd boxes of ‘East meets West’. Yet impelled by geographical and cultural fluidity, such cross-fertilisations can be compelling. Born in Korea but educated in the US, STPMJ is the personal and professional partnership of Seung Teak Lee and Mi Jung Lim who met while studying at the Harvard Graduate School of Design. The firm’s acronym is formed from the first initials of the two partners’ names connected by a ‘p’ for ‘plus’. It also stands for their five core values: speculative, trailblazing, playful, materialised and judicious.

    #corée #architcture

  • Cnam - Le Cnam blog - Les jeux vidéo engagés, nouvelle tendance vidéoludique
    http://blog.cnam.fr/technologie/jeux-video/les-jeux-video-engages-nouvelle-tendance-videoludique--973966.kjsp
    http://blog.cnam.frimages/logo.png

    Devenus des produits à part entière de notre culture, les jeux vidéo sont loin de se résumer à une simple distraction. Bien au contraire, la tendance des jeux sérieux est aujourd’hui porteuse d’une dimension nouvelle qui amorce un timide essor dans l’industrie vidéoludique : celle des jeux vecteur d’un engagement. La preuve en exemple.

    #nouvelles_narrations

    • Les Usain Bolt du clavier

      Compétiteurs acharnés, les meilleurs joueurs de Starcraft II (un jeu vidéo de guerre en temps réel sur ordinateur) s’affrontent dans le cadre des Intel Extreme Masters. Ce n’est pas un hasard si cette étape du circuit mondial fait escale cette semaine à l’est de Séoul, le Comité international olympique (CIO) parrainant l’événement. Une manière d’afficher son soutien au sport électronique, et pourquoi pas d’imaginer dans le futur une intégration de cette discipline aux prestigieux JO. Une idée farfelue ? Pas forcément, si l’on en croit le CIO, pour qui les gamers pros « se préparent et s’entraînent avec une intensité comparable à celle des athlètes d’autres sports plus traditionnels ».

      https://limprevu.fr/avant-veille/lavant-veille-de-lhiver-2018/jo-de-pyeongchang-sortez-vos-manettes-sport-entre-piste
      #jeux_vidéo

  • L-Shaped House in Korea by Byoungsoo Cho Architects | Buildings | Architectural Review

    https://www.architectural-review.com/today/l-shaped-house-in-korea-by-byoungsoo-cho-architects/8649725.article

    1 Comment

    Highly Commended: In it’s sensuous materiality and hidden depths, the L-Shaped House is a welcome respite from the sprawling metropolis of Seoul

    This weekend house lies in a small valley about an hour from the sprawling metropolis of Seoul. The clients are a professional couple who spend time out of the city at weekends, but at some point plan to relocate here permanently.

    L_Shaped_06

    Folding doors of black-stained cedar open up to reveal a low terrace deck adjoining the main living space. When the house is not in use, the doors seal it shut

    Though rural, the setting is slightly schizophrenic, with a recently-developed industrial area to the west and a more pastoral backdrop of mountains and forests to the east. This experiential dichotomy frames the architectural approach, as the house turns its back on industry and opens up to nature.

    #architecture #corée_du_sud

  • Face à la Corée du Nord, la dissuasion nucléaire des Etats-Unis en question

    http://www.lemonde.fr/international/article/2017/11/22/face-a-la-coree-du-nord-la-dissuasion-nucleaire-des-etats-unis-en-question_5

    Le général Hyten, commandant des forces stratégiques américaines, a déclaré lors du forum sur la sécurité d’Halifax qu’il n’exécuterait pas un ordre « illégal » du président Trump.

    Le général John Hyten, commandant des forces stratégiques américaines, vient de nourrir malgré lui le débat de politique intérieure qui sévit aux Etats-Unis sur les capacités à gouverner du président Donald Trump. En août, celui-ci avait promis à la Corée du Nord une puissance « de feu et de fureur telle que le monde n’en a jamais vu ». Au Congrès, des élus démocrates veulent en conséquence mieux encadrer le pouvoir du président républicain, tenté de déclencher une frappe nucléaire préventive face à Kim Jong-un.

    Le général Hyten, présent au Forum international sur la sécurité d’Halifax (Canada) du 17 au 19 novembre, a expliqué pour sa part qu’il n’appliquerait pas aveuglément la décision éventuelle d’une telle apocalypse. « Je vais donner des conseils au président, il me dira quoi faire. Et si c’est illégal, devinez quoi ? Je dirai : “Monsieur le président, c’est illégal.” Et devinez ce qu’il fera ? Le président me demandera ce qui est légal. Puis nous apporterons des options, un ensemble de possibilités pour répondre à toutes les situations. Ce n’est pas si compliqué. »

    Le général dit se plier aux principes du droit de la guerre : la nécessité d’employer l’arme atomique, la proportionnalité de la réponse, la discrimination des cibles, la limitation des pertes civiles. « Si vous exécutez un ordre illégal, vous allez en prison pour le restant de votre vie ! Cela s’applique à l’arme nucléaire », a-t-il ajouté.

    « Fardeau de l’escalade »

    Au-delà de l’imprévisibilité de M. Trump, des raisons plus profondes, liées à la crédibilité de la dissuasion américaine, peuvent expliquer le retour d’un certain débat sur le nucléaire aux Etats-Unis. Le secrétaire à la défense, James Mattis, a demandé de « créer les conditions pour que la diplomatie fonctionne, tout en étant prêt, chaque minute, chaque jour, à répondre à tout événement en provenance de Corée du Nord », relate le général Hyten. Selon lui, l’assurance que cela pourrait « mal finir » pour Kim Jong-un « est un élément de dissuasion clair ».

    Les Etats-Unis ont un plan de modernisation de leur arsenal atomique de 1 500 milliards de dollars sur trente ans. Lancé par l’ancien président Barack Obama, il est confirmé par la nouvelle administration, en dépit des critiques sur son coût. « Les gens ont oublié ce qu’est le concept de la dissuasion », juge le commandant américain. Evident durant la guerre froide, « ce concept est beaucoup plus large au XXIe siècle. La dissuasion commence avec les armes nucléaires mais englobe les activités spatiales, le cyber et les armes conventionnelles ».

    La doctrine américaine a intégré de longue date la nécessité de gérer une éventuelle escalade par un recours limité à l’arme nucléaire, note Corentin Brustlein, de l’Institut français des relations internationales (IFRI), dans une analyse à paraître vendredi 24 novembre (« La Guerre nucléaire limitée : un renouveau stratégique américain »). Mais les Etats-Unis ont dû adapter leur posture face aux scénarios militaires posés par la Corée du Nord et la Russie, ainsi que face aux nouvelles armes de « déni d’accès » (des défenses antiaériennes puissantes). L’arsenal nucléaire comptera à l’avenir des armes plus « flexibles », c’est-à-dire de puissance variable ou duales (conventionnelles et nucléaires).

    « La probabilité est aujourd’hui plus grande que le seuil nucléaire soit franchi en premier par les adversaires des Etats-Unis, plutôt que par ces derniers ou par l’OTAN. Pour autant, le fardeau de l’escalade n’en apparaît pas moins lourd », explique M. Brustlein. Sous Obama, la priorité a été de « maximiser l’effet dissuasif initial, c’est-à-dire de décourager le premier emploi limité de l’arme nucléaire, plutôt que de démontrer la capacité à prendre l’ascendant à chaque palier d’une escalade ». Les plans militaires ont également intégré les capacités conventionnelles, cyber et spatiales.

    « Il faut un plan B »

    Le président Trump validera une nouvelle doctrine nucléaire début 2018. En attendant, « le Pentagone a dû revenir aux fondamentaux, notamment les principes de la “diplomatie de la violence” théorisée par Thomas Schelling, qui rappelait la nécessité de coupler la menace (de représailles ou d’interdiction) et la promesse de retenue si l’agresseur abandonne ses ambitions », écrit l’IFRI.

    Peut-on vivre avec une Corée du Nord nucléaire, se sont demandé les participants du forum d’Halifax ? « La réponse est oui. La question est plutôt : le veut-on ? », a répondu le général Hyten. « Nous devons admettre que la stratégie menée vis-à-vis de la Corée du Nord est un échec », a assuré l’ancien ministre israélien de la défense Moshe Yaalon, pour qui, par ailleurs, la menace principale demeure l’Iran.

    Les responsables militaires américains sont prudents, mais certains pensent qu’il faut frapper, confie au Monde Eliot Cohen, professeur à l’université Johns Hopkins de Washington. « Tout comme une partie de l’armée sud-coréenne, pour qui l’alternative est entre la guerre et le fait d’assumer que le pays soit un protectorat américain à vie. »

    La menace nord-coréenne atteint « le système d’alliance des Etats-Unis, car la Corée du Sud et le Japon ne font pas complètement confiance au parapluie nucléaire des Etats-Unis », a rappelé Sung-han Kim, de l’Institut Ilmin des relations internationales de Séoul. « Il nous faut un plan B car nos efforts diplomatiques ont échoué », estime aussi cet expert pour qui trois options se présentent : « L’achèvement complet du parapluie américain, le redéploiement d’armes nucléaires tactiques américaines en Corée du Sud, ou le développement par la Corée du Sud de ses propres armes. » Sur ce dernier point, le général Hyten a clairement répondu : « Non. »