city:shanghai

  • #internet #culture Roundup #3: Not “Notable” Enough, That’s How Mafia Works
    https://hackernoon.com/internet-culture-roundup-3-not-notable-enough-thats-how-mafia-works-b9cc

    If the internet is an ever-evolving collective consciousness of content, then #memes are it’s DNA. In this week’s edition of Internet Culture Roundup, we have a diverse array of memes take the spotlight including a mobile game with ads showing delusions of grandeur, a photobombing Fiji water bottle model, an ambitious content creator, a victim of an All-Star baseball player’s troll campaign, and a deleted Wikipedia page.Screenshot of a Mafia City adMafia CityThere are normal mobile game advertisements, and then there are Mafia City ads which are in the league of their own. Created by Shanghai-based Yotta Games, Mafia City gameplay consists of different clans competition to be the preeminent crime family of the city. But what has really taken the internet by storm is not the games, but the (...)

    #everipedia-partnership #twitter


  • See people’s faces from miles away in the 195 gigapixel photo of Shanghai.
    https://hackernoon.com/see-peoples-faces-from-miles-away-in-the-195-gigapixel-photo-of-shanghai

    As an engineer this is amazing, as a citizen the #privacy implications are terrifying.Your average smartphone camera is around 12 megapixels. This image of Shanghai is 195 gigapixels. One megapixel equals one million pixels, a gigapixel equals one billion pixels.Put another way, this image is 16,250 times larger than the image you can take with your smart phone.Let’s see what that feels like through the BigPixel viewer looking at the roof top of a building a few miles away.credit where it’s due for finding MickeyHow about people on the street?credit where it’s dueCoordinated outfits or a glitch in the matrix? You decide.What about when the camera is up close?For a sense of how invasive this #technology could be for privacy try the BigPixel experience on a beach.BigPixel Planet - Patong BeachYou (...)

    #future #crime #big-data


  • Dealing with a Production Incident After Midnight
    https://hackernoon.com/production-incidents-at-night-postmortem-c9233ec1de7e?source=rss----3a81

    by Dominic FraserA night worker on a very different infrastructure project takes in the skyline — Shanghai, ChinaFrom 21:22 UTC on Wednesday December 12th a sustained increase in 500 error responses were seen on Skyscanner’s Flight Search Results page, and in the early hours of the following morning 9% of Flight Search traffic was being served a 500 response.As a junior software engineer this was my first experience of assisting to mitigate an out-of-hours production incident. While I had previously collaborated on comparable follow-up investigations, I had never been the one problem-solving during the night (while sleep-deprived) before! This post walks through some specifics of the incident and, by describing the event sequentially (rather than as simply a summary of actions), hopefully (...)

    #aws #cache #redis #production-incident #postmortem


  • Chine : Shanghai teste le modèle des « villes éponges »
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/chine-shanghai-teste-le-modele-des-villes-eponges-801020.html


    Les rues sont construites avec des matériaux perméables et les terres-pleins centraux sont transformés en jardin pluviaux
    Crédits : DR

    Face au risque de montée du niveau de la mer, la mégalopole côtière innove sur la prévention des inondations.

    S’inspirer de la nature pour corriger les effets pervers des constructions humaines. C’est la voie empruntée par le gouvernement chinois afin de faire face au danger des inondations urbaines, aggravé par le réchauffement climatique comme par l’artificialisation des sols. Depuis 2015, il a lancé le programme « #villes_éponges », visant à promouvoir le développement d’alternatives écologiques aux systèmes traditionnels de prévention des inondations - fondés sur les seuls réseaux d’assainissement. Initialement limité à 16 villes, le programme en comprend désormais 30, dont Shanghai.

    Dans la ville la plus peuplée de Chine, particulièrement exposée au danger de la montée des eaux en raison de sa position côtière, le modèle de « #ville_éponge » est notamment testé dans le quartier de Lingang (dit aussi Nanhui), rapporte The Guardian. Les rues y sont construites avec des matériaux perméables, permettant à l’eau de pénétrer dans le sol. Les terres-pleins centraux, remplis de plantes, y sont transformés en jardins pluviaux. Une multiplication de parcs, un lac artificiel, des toitures végétalisées ou équipées de réservoirs complètent le dispositif.


  • Chine : Google aurait coupé ses équipes vie privée et sécurité du projet Dragonfly
    https://www.nextinpact.com/brief/-chine---google-aurait-coupe-ses-equipes-vie-privee-et-securite-du-proje

    The Intercept révèle certains événements qui ont mené au projet de moteur de recherche destiné à la Chine, Dragonfly, dont un groupe de 500 « employés » a récemment demandé l’abandon, sous pression d’Amnesty International. Le média se fonde sur les témoignages de quatre employés. Selon nos confrères, le service s’appuierait sur un partenaire local, comme il est d’usage en Chine, avec des serveurs hébergés à Pékin ou Shanghai. Ce détail aurait été annoncé par des hauts cadres du groupe lors d’une première (...)

    #Google #GoogleSearch #Dragonfly #censure #filtrage #surveillance #web #géolocalisation


  • China blacklists millions of people from booking flights as ’social credit’ system introduced

    Officials say aim is to make it ‘difficult to move’ for those deemed ‘untrustworthy’.

    Millions of Chinese nationals have been blocked from booking flights or trains as Beijing seeks to implement its controversial “#social_credit” system, which allows the government to closely monitor and judge each of its 1.3 billion citizens based on their behaviour and activity.

    The system, to be rolled out by 2020, aims to make it “difficult to move” for those deemed “untrustworthy”, according to a detailed plan published by the government this week.

    It will be used to reward or punish people and organisations for “trustworthiness” across a range of measures.

    A key part of the plan not only involves blacklisting people with low social credibility scores, but also “publicly disclosing the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis”.

    The plan stated: “We will improve the credit blacklist system, publicly disclose the records of enterprises and individuals’ untrustworthiness on a regular basis, and form a pattern of distrust and punishment.”

    For those deemed untrustworthy, “everywhere is limited, and it is difficult to move, so that those who violate the law and lose the trust will pay a heavy price”.

    The credit system is already being rolled out in some areas and in recent months the Chinese state has blocked millions of people from booking flights and high-speed trains.

    According to the state-run news outlet Global Times, as of May this year, the government had blocked 11.14 million people from flights and 4.25 million from taking high-speed train trips.

    The state has also begun to clamp down on luxury options: 3 million people are barred from getting business class train tickets, according to Channel News Asia.

    The aim, according to Hou Yunchun, former deputy director of the development research centre of the State Council, is to make “discredited people become bankrupt”, he said earlier this year.

    The eastern state of Hangzou, southwest of Shanghai, is one area where a social credit system is already in place.

    People are awarded credit points for activities such as undertaking volunteer work and giving blood donations while those who violate traffic laws and charge “under-the-table” fees are punished.

    Other infractions reportedly include smoking in non-smoking zones, buying too many video games and posting fake news online.

    Punishments are not clearly detailed in the government plan, but beyond making travel difficult, are also believed to include slowing internet speeds, reducing access to good schools for individuals or their children, banning people from certain jobs, preventing booking at certain hotels and losing the right to own pets.

    When plans for the social credit scheme were first announced in 2014, the government said the aim was to “broadly shape a thick atmosphere in the entire society that keeping trust is glorious and breaking trust is disgraceful”.

    As well as the introduction in Beijing, the government plans a rapid national rollout. “We will implement a unified system of credit rating codes nationwide,” the country’s latest five-year plan stated.

    The move comes as Beijing also faces international scrutiny over its treatment of a Muslim minority group, who have been told to turn themselves in to authorities if they observe practices such as abstention from alcohol.

    #Hami city government in the far-western #Xinjiang region said people “poisoned by extremism, terrorism and separatism” would be treated leniently if they surrendered within the next 30 days.

    As many as a million Muslim Uighurs are believed to have been rounded up and placed in “re-education” centres, in what China claims is a clampdown on religious extremism.

    https://www.independent.co.uk/news/world/asia/china-social-credit-system-flight-booking-blacklisted-beijing-points-
    #Chine #surveillance #contrôle #liberté_de_mouvement #liberté_de_circulation #mobilité #crédit_social #comportement #liste_noire #volontariat #points #don_de_sang #alcool #extrémisme #terrorisme #séparatisme #Ouïghours

    via @isskein



  • Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la #Shoah

    Comme l’écrit Denis Peschanski dans sa préface, le livre de #Dominique_Chevalier apporte une pierre importante aux études sur la Shoah et, de manière plus générale, à la réflexion sur les relations entre mémoire et #espace qui furent au cœur des travaux de Maurice Halbwachs. L’ambition de l’ouvrage est en effet d’articuler des régimes de spatialité à des régimes d’historicité, voire de #mémorialité, dans la lignée de la réflexion alimentée depuis les années 1990 sur les « lieux spatiaux », alors même que la notion de « #lieux_de_mémoire » esquivait en partie la relation au territoire.

    Pour mener à bien son entreprise, Dominique Chevalier définit une problématique, un objet, des espaces et une méthodologie. Les politiques mémorielles et patrimoniales de la Shoah, dans leur dimension spatiale, constitue l’objet de cette recherche dont le pari est d’étudier sous l’angle géographique les différentes formes de territorialités et de mémorialités des principaux musées-mémoriaux urbains mondiaux consacrés au judéocide. Les connexions entre échelles spatiales, échelles temporelles et échelles mémorielles, corrélées aux relations des rapports sociaux/spatiaux permettent la co-construction et la co-production de lieux de mémoire singuliers si remarquables qu’il paraît tout à fait légitime de parler de « régime de spatialité », nous prévient l’auteur (p. 18). Le questionnement se déploie alors dans plusieurs dimensions : géopolitique d’abord, territoriale ensuite, spatiale, à l’intérieur des musées, pour finir. C’est ainsi que, de l’échelle la plus réduite à la plus grande, se constitue un continuum entre des espaces distincts qui dessinent in fine une forme de mondialisation de la mémoire de la Shoah, tissée de circulations intenses. Encore fallait-il échapper aux pièges que tend la mémoire de la Shoah d’un continent à l’autre : aux États-Unis, le terme de « survivor » désigne tous les Juifs ayant survécu aux années 1930 et 1940, y compris ceux installés en Amérique, alors que celui de « rescapé », dans la tradition européenne et israélienne, ne désigne que ceux qui survécurent à l’expérience des camps.

    Quelles sont les répercussions spatiales, géographiques et géopolitiques de cette mémoire qui semble constamment et partout présente, bien au-delà des lieux d’exclusion, de concentration et d’extermination des Juifs pendant la guerre ? L’enquête commence à une échelle « macro » où sont situés les lieux commémoratifs mondiaux, avec une attention particulière pour ces lieux « délocalisés » spatialement, loin du terreau des souffrances, loin des « lieux-témoins » centre-européens. Ces lieux ex situ, qui n’utilisent pas le substrat tangible des camps comme « ressource mémorielle » (p. 205), échappent donc à la concordance mémoire/lieu. Ils constituent une ressource idéelle accentuant une production culturelle et spatiale inédite et spécifique : Yad Vashem, les musées de Washington, de New York, de Los Angeles, de Montréal mais aussi de Budapest, de Berlin, de Paris et de Varsovie, sont ainsi mobilisés. Quant à la méthode, Dominique Chevalier s’appuie sur des observations in situ et des témoignages qui dénotent un goût pour les rapports subjectifs des individus à l’espace, notamment en ce qui concerne l’analyse des pratiques des usagers.

    La première partie de l’ouvrage identifie quatre temps de la mémoire de la Shoah qui correspondent à quatre investissements spatiaux distincts. Le premier voit l’affrontement du mémorial de Paris et de Yad Vashem, à Jérusalem, dans les années 1950. La double concurrence, idéelle et idéologique, qui résulte de ces projets contraste avec le projet du kibboutz Lohamei Haghetaot, fondé par 196 rescapés de la Shoah. Le deuxième temps est celui de la guerre froide, de la guerre des Six Jours et de la guerre du Kippour qui contribue à lier étroitement la mémoire de la Shoah à celle de l’existence, un temps compromise, de l’État d’Israël. C’est sur ce substrat que la Shoah s’américanise rapidement, à partir de 1974-1977. Troisième temps, celui du Rideau de fer et de la chute du mur de Berlin où l’Allemagne s’impose comme un épicentre européen de la mémoire de la Shoah puis, dans son sillage, certains pays de l’Europe centrale comme la Hongrie et la Pologne. Enfin, à partir des années 2000, on assiste à une extension mondiale qui touche aussi bien l’Australie que l’Afrique du Sud, la Turquie ou, dans une moindre mesure, l’Iran.

    La deuxième partie de l’ouvrage se concentre sur les stratégies spatiales de chacune de ces créations ex situ qui révèlent une forme de globalisation des rapports au passé. En géographe, Dominique Chevalier avance une sorte de typologie des territoires mémoriaux de la Shoah sans s’éloigner du fil conducteur de sa réflexion qui est le phénomène de métropolisation des lieux de mémoire. Dans un premier cas de figure, le musée-mémorial s’articule de manière essentielle à l’histoire des Juifs dans un territoire donné : à Paris, le mémorial s’implante très tôt à proximité du Pletzl mais aussi, de façon plus étonnante, à Shanghai, Los Angeles ou Montréal, les musées s’implantent dans le quartier des rescapés. Deuxième cas de figure : la co-présence d’autres mémoires blessées qui établissent avec la Shoah un lien existentiel. À Melbourne, la mémoire du judéocide se trouve associée à celle des Aborigènes ; au Cap, à celle de l’esclavage ; à Fukuyama, à celle des bombes atomiques. En troisième lieu, les musées-mémoriaux s’enracinent dans des lieux symboliques mais dont la récurrence mémorielle n’est liée ni à un passé juif, ni à la possible communion avec d’autres mémoires douloureuses. Là, ils valorisent des territoires dans lesquels s’ancrent des architectures médiatisées, telles que celle de Berlin où intervint Daniel Libeskind mais aussi l’Holocaust Mahnmal de Peter Eisenman, et l’Holocaust Memorial Museum à Washington. La quatrième catégorie concerne les espaces offrant l’opportunité d’embrasser de larges paysages naturels, comme le mémorial de San Francisco, le Jewish Heritage Museum de New York et Yad Vashem à Jérusalem. Pour finir, Dominique Chevalier souligne combien la Maison de la Terreur, à Budapest, relève d’une logique à part qui est celle du non-lieu, d’un lieu excentré. Tous ces exemples ont en commun de constituer des instruments essentiels d’aménagement et de communication territoriale et politique, que ce soit celle de la catastrophe revendiquée pour légitimer a posteriori la création de l’État d’Israël, ou bien celle des culpabilités embarrassantes qui servent à expier les fautes, comme à Washington ou à Berlin. En bref, pour Dominique Chevalier, l’espace urbain est un « miroir social sur lequel se réfléchissent des intentions, des logiques d’acteurs, des temporalités, des références identitaires, des relations passé/présent et des rapports local/global particuliers » (p. 132).

    La troisième partie s’intéresse à la micro-échelle des lieux où se noue la connexion entre le lieu et le sujet sur le mode de l’expérience individuelle et collective. Accéder au musée, se déplacer en son sein puis franchir la distance qui sépare l’observateur d’un objet difficile à comprendre comme l’est la Shoah : tels sont les passages obligés auxquels se confrontent les visiteurs des lieux étudiés. Les corps sont de plus en plus mis à l’épreuve des mémoires blessées par des dispositifs architecturaux et muséographiques qui favorisent le déséquilibre, les troubles et les vertiges de l’espace. L’usage des sons et du jeu lumière/ténèbres y est intense. L’architecture se veut volontiers anxiogène afin de reproduire le récit mémoriel développé par les institutions muséales. Ces lieux mettent en scène trois formes spatiales privilégiées : l’espace de méditation, sorte de « cabinet de réflexion » (p. 167), qui prépare le visiteur à devenir témoin et à transmettre ce qu’il vient de voir ; des micro-territoires de reconstitution (une rue de ghetto, un wagon à bestiaux, etc.) ; des espaces de sacralisation de la nature qui sont autant de lieux de purification, de ressourcement moral à la gloire du Créateur ou de l’État, selon les versions. Cette mythification de la nature n’est pas propre aux musées de la Shoah mais elle y joue un rôle essentiel. L’auteur montre ainsi que les micro-agencements muséaux, organisés à travers des seuils, des passages, des déambulations, des frontières, des discontinuités, traduisent et incarnent des récits chronologiques et muséographiques. L’expérience souvent douloureuse de ces lieux cherche à se rapprocher, sur un plan physique et émotionnel, des trajectoires individuelles des victimes et des diasporas européennes.

    La dernière partie de l’ouvrage est consacrée au tourisme de mémoire, c’est-à-dire aux destinataires de tels lieux. L’expérience muséale n’a pas la même signification que le visiteur soit étudiant, chercheur, touriste, enfant de rescapé, juif ou pas, etc. Dominique Chevalier tente alors une comparaison des publics pédagogiques, qui constituent partout la part la plus importante des visiteurs, sur la base de trois cas d’étude (Washington, Jérusalem et Paris). Puis elle se concentre sur le touriste dont elle souligne les similarités avec les autres touristes patrimoniaux, culturels et urbains. À l’inverse, le thanatotourisme (dark tourism) des lieux de massacre ne trouve pas là de terrain privilégié dans la mesure où la relation matérielle et historique avec les lieux de la catastrophe y est distendue.

    En conclusion, l’auteur, à travers l’exemple de la Shoah, a indéniablement réussi à démontrer que la mémoire constitue (aussi) un objet spatial, et ceci à plusieurs échelles. La mémoire produit de l’espace « en conjuguant le global au local, le général au particulier » (p. 209). Ces lieux permettent à leur manière la circulation de savoirs entre les lieux mêmes de la destruction des Juifs d’Europe et les autres lieux attestant diverses mémoires douloureuses. Ces musées, qui sont bien souvent des vitrines architecturales, sont des éléments de valorisation des territoires, outils et produits du marketing culturel et patrimonial performant. En effet, le propre de ces lieux n’est pas le contenu de leurs collections mais leur capacité à raconter une histoire difficile. Au total, cet ouvrage remarquable ouvre une foule de nouvelles pistes de réflexion, des formes de l’autonomie du sujet à l’invention sociale des territoires. Il mérite indéniablement d’être lu.


    http://www.memoires-en-jeu.com/compte_rendu/geographie-du-souvenir-ancrages-spatiaux-des-memoires-de-la-shoah/
    #livre #mémoire #géographie #géographie_culturelle
    ping @reka


  • Amazon contre Alibaba et les 40 dragons
    https://theconversation.com/amazon-contre-alibaba-et-les-40-dragons-98898

    Juin est le mois des courses de bateaux-dragons à Shanghaï comme à Chicago. On y voit des équipes de vingt pagayeurs parfaitement synchronisés filer sur leur pirogue à la proue de démon. Bateau-Dragon est aussi le nom de code du plan d’Amazon pour devenir un acteur global de la logistique. Comprenez un monstre d’efficacité et d’innovation dans le transport international de marchandises qui, un jour, dépassera tous les autres, y compris Alibaba et ses 40 dragons. Un géant de la logistique Quand Jeff (...)

    #Alibaba.com #Darty #Amazon #Amazon's_Prime #bénéfices #concurrence #marketing #profiling #DHL #UPS (...)

    ##robotique


  • #erreurs_médicales en #Tunisie : #vide_juridique, impunité et omerta

    Avec un dispositif juridique insuffisant, un gouvernement qui traîne à adopter et soumettre au législateur un projet de loi et une omerta corporatiste, la crise du secteur de la #santé en Tunisie ne cesse de s’accentuer, notamment en favorisant l’impunité des erreurs médicales. Des proches de patients victimes témoignent.

    À ce jour, il n’y a pas de lois sanctionnant les erreurs médicales en Tunisie. En cas de #décès d’un patient par négligence médicale, faute d’une loi spécifique, les poursuites judiciaires se font conformément à l’article 217 du Code pénal portant sur l’homicide involontaire. Il punit de « deux ans d’emprisonnement et de 700 dinars d’amende, l’auteur de l’homicide involontaire commis ou causé par maladresse, imprudence, négligence, inattention ou inobservation des règlements ». Mais la question dépasse cette éventualité puisqu’il y a des erreurs médicales qui n’entraînent pas de décès. « Une erreur médicale est l’exécution d’une action non-conforme à l’action prévue, ou l’application d’un plan incorrect », ainsi est-elle définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il s’agit donc d’un cadre juridique insuffisant pour certains dont Sara qui a perdu sa mère en 2016. D’après elle, l’anesthésiste a confondu deux seringues lors d’une opération, mais a gardé le silence au lieu d’informer le médecin en charge.

    Insuffisances du dispositif juridique

    « Lors de l’admission de ma mère à l’hôpital, le médecin nous a assuré que c’est une opération sans danger et qu’au bout d’une heure, elle sera de nouveau en bonne santé mais ce n’était pas le cas. Ce qui nous a poussés à chercher son dossier pour découvrir qu’il y a eu une erreur médicale. Mais on ne pense pas que les poursuites que nous avons engagé nous rendraient justice », nous confie Sara. Les erreurs médicales récurrentes durant les dernières années ont poussé le ministère de la Santé en collaboration avec le Conseil national de l’Ordre des Médecins et l’Association des Jeunes Médecins à élaborer un projet de de loi dont Nawaat a eu exclusivement une copie.

    L’incrimination de l’erreur médicale et l’indemnisation du patient sont les principaux apports du nouveau projet de loi actuellement en examen par le ministère de la Santé. Le projet a été finalisé le 25 janvier 2018 mais n’a pas encore été soumis à l’Assemblée des Représentants du Peuple. « Je pense qu’il n’a même pas été adopté au niveau du conseil ministériel. J’espère qu’il ne tardera pas à l’être car cette loi portant sur la responsabilité médicale et paramédicale est d’une importance capitale pour les patients ainsi que pour la sérénité du milieu médical », déclare le député Souhail Alouini, président de la commission de la santé et des affaires sociales à l’Assemblée des Représentants du Peuple. « J’ai eu le projet de loi pour lecture après la fin des travaux de la commission ministérielle et je pense que c’est un excellent travail. Concernant la caisse de dédommagement, je pense qu’il faudra trouver un système plus efficace car la formule adoptée ne sera pas suffisante et la participation des assurances doit être incluse, même pour le secteurs public », estime cet élu, également médecin.

    Déficit de communication et crise de confiance

    Au-delà du traitement clinique, un volet de la prise en charge médicale est généralement négligé en Tunisie, celui de la communication avec les patients et leurs familles. « Une meilleure communication dans la relation médecin-patient améliore habituellement le suivi des traitements, les résultats cliniques et la qualité de vie des patients. Mais cette relation est plutôt conflictuelle en Tunisie. Les médecins oublient souvent l’importance de créer un lien de confiance avec le patient ou ses parents, ce qui renforce le manque de confiance dans le corps médical », relève Amina Ben Hamoud, médecin diplômée de l’école de médecine de l’Université Jiao-tong, Shanghai. Et d’ajouter : « Il est très important d’accorder plus d’attention au rôle du patient dans des décisions médicales qui le concernent, puisque ça contribue à améliorer sa satisfaction, diminuer son anxiété et, par conséquent, éviter les erreurs médicales ».

    Parmi les témoignages concernant la communication avec les médecins, celui de Dorsaf Bedoui est le plus symptomatique. Son père, Belgacem, a été hospitalisé le 24 janvier 2016 et est décédé le lendemain à 66 ans. « C’est vrai que mon père n’allait pas bien mais nous n’avions pas d’autres choix que de faire confiance à son médecin et à la clinique. On ne s’attendait pas à ce qu’il nous quitte. Il fallait changer le stent qu’il avait depuis 2012 en urgence », se souvient Dorsaf, avant d’essuyer une larme et poursuivre : « Malheureusement, il est mort parce qu’il était admis dans l’une des cliniques impliquée dans l’affaire des stents périmés. Nous n’avons pas porté plainte tout simplement, parce qu’on sait que ça ne ramènera pas mon père en vie ».

    Omerta corporatiste

    Pour sa part, Dr Issam El Amri, président de l’Association Tunisienne d’Aide aux Victimes d’Erreurs médicales (ATAVEM), dénonce l’inexistence de quelconque recensement des erreurs médicales en Tunisie permettant d’estimer l’ampleur et la gravité du phénomène. Toutefois, il a relevé que le nombre de plaintes reçues par l’association a considérablement augmenté depuis près de 2 ans, surtout contre des médecins pratiquant la chirurgie esthétique, expliquant que de tels actes sont souvent pris en charge par des chirurgiens non spécialistes. Mohamed, 45 ans, a affirmé que l’ATAVEM est d’une grande aide. « J’ai perdu ma fille âgée de 5 ans en juillet 2018, je ne savais pas vers qui me tourner. Elle avait juste une simple fièvre au début. On était dans un hôtel, alors on a opté pour le médecin de l’hôtel. Il nous a assuré que tout va bien avant de lui prescrire une ordonnance avec des médicaments. Mais le soir elle n’arrêtait pas de pleurer et son état s’est détérioré. Alors, j’ai contacté le médecin de nouveau qui nous a proposé de la ramener à une clinique. Mais c’était trop tard. En route, elle a rendu l’âme », nous a-t-il confié.

    Bien que la sécurité du patient doive être la priorité des médecins, dans certains cas, les membres du corps médical soutiennent inconditionnellement leurs collègues. Ce soutien est souvent justifié par les conditions dans lesquels ils travaillent. De quoi empêcher un traitement du problème et prolonger l’impunité. « Une infirmière s’est tout simplement trompée de la dose à prescrire de chimiothérapie à ma sœur âgée de 35 ans, une dose huit fois supérieure à la prescription », nous a confié Lamia Jerbi. Et d’ajouter : « L’hôpital a tout fait pour cacher cette erreur. C’est vraiment dégoûtant. Ça a coûté à ma sœur sa vie. Depuis, notre famille a du mal à faire confiance aux médecins ».

    http://nawaat.org/portail/2018/10/05/erreurs-medicales-en-tunisie-vide-juridique-impunite-et-omerta



  • BD : bandits d’Inde, de Shanghai et de Macao - Asialyst
    https://asialyst.com/fr/2018/09/21/bd-bandits-inde-shanghai-macao

    Avec #Phoolan_Devi, reine des bandits*, c’est un portrait terrible de l’Inde que nous livre la scénariste et dessinatrice Claire Fauvel. Car il ne s’agit pas là de « Shining India », l’Inde qui brille, celle des gratte-ciels de Bombay et des services informatiques de pointe, qui se rêve en grande puissance du troisième millénaire. Bien au contraire, l’Inde décrite tout au long de ce gros volume en représente la face cachée : celle des mariages d’enfants, des femmes opprimées tout au long de leur vie, des guerres de castes, de la corruption, de l’absence d’État de droit dans des régions entières du pays, de la grande criminalité…
    Cette impressionnante BD met en images l’autobiographie d’un personnage bien réel : Phoolan Devi, née dans les années 1960 et morte assassinée en 2001. Une destinée hors normes. Issue d’une famille misérable de basse caste de l’Uttar Pradesh, l’un des États les plus pauvres de l’Inde, au nord du pays, la petite fille est très tôt confrontée aux mauvais traitements subis de la part des hautes castes (mais aussi au sein de sa famille puisqu’un cousin a entrepris de dépouiller son père). A l’âge de onze ans, elle est mariée à un homme beaucoup plus âgée qui la viole. Elle parvient à s’enfuir et rentrer chez ses parents. Considérée dès lors comme une paria, elle est rejetée par tous, violée par la police… Jusqu’à ce qu’elle soit enlevée par un gang de dacoits, les brigands de grand chemin qui infestent certaines régions d’#Inde du Nord. Le chef de la bande tombe amoureux d’elle, et la voilà qui intègre le groupe.

    #historicisation et #bande_dessinée #BD



  • DÉCONSIDÉRATION DU PRIX NOBEL , UN MINISTRE NE DEVRAIT PAS DIRE CELA ! – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/08/17/deconsideration-du-prix-nobel-un-ministre-ne-devrait-pas-dir

    El Watan
    17 AOÛT 2018
    Le revirement précipité du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique relatif à ses affirmations centrées sur le peu d’intérêt porté par l’université algérienne, au prix Nobel, ne changera pas l’image peu reluisante de l’université algérienne.

    Ses propos du 07 août 2018 nous rappellent ceux d’un autre responsable qui avait dit, toute honte bue, en 1996, « qu’il était prêt à fermer l’université algérienne », au moment des grèves des enseignants. Ces propos des deux responsables montrent le peu d’enthousiasme des décideurs algériens et notamment des responsables du secteur de l’Enseignement supérieur, pour tenter de donner une âme scientifique à l’université algérienne.

    Il est alors plus aisé de persister dans une rhétorique du « tout va bien », toujours appuyée par des données quantitatives « flamboyantes », faisant valoir de façon arrogante la massification en termes du nombre d’étudiants, d’établissements universitaires, d’enseignants, de revues scientifiques, etc., apparaissant comme le seul résultat majeur mis en avant par les responsables de l’université algérienne.

    Image peu reluisante des savoirs en Algérie

    Sauf à refuser de regarder la réalité en face, la fiction des savoirs est prégnante dans l’université algérienne. La fiction est une construction sociale qui permet d’affirmer, sans un examen critique, autocritique et détaillé de la réalité des savoirs dans notre pays, que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    Ce mode d’appréhension des savoirs est « aveugle » et de surcroît, piteux. Il est dominé par le primat donné à la logique politico-administrative en matière de gestion et de communication. Celle-ci ne se limite pas à l’application des textes juridiques. Elle représente un véritable mode d’action, avec ses propres codes, ses propres espaces de pouvoir, s’imposant comme un moyen de fonctionnement hégémonique au sein de l’université, en éjectant à la marge la dimension scientifique et pédagogique.

    On ne parlera jamais à l’université de la hiérarchie scientifique, de sa valorisation, des libertés académiques, du mérite et de l’autonomie dans la gestion et le fonctionnement. Il semble que cela n’a pas de sens ! Il faut au contraire se faire tout « petit » pour ne pas froisser les susceptibilités des acteurs importants de l’université qui ont d’autres préoccupations plus importantes que celles de redonner de façon forte et déterminée la priorité aux savoirs, et rien qu’aux savoirs dans une société encore profondément sous-analysée, c’est-à-dire insuffisamment appréhendée dans toutes ses facettes.

    C’est pourquoi, les propos de M. Hadjar sur « l’inutilité » de tout prix Nobel pour l’université algérienne, en mettant sur le même plan, les élèves qui ont 19 et 10 de moyenne au baccalauréat, intègrent parfaitement les façons de faire de l’université algérienne : distribution tous azimuts des diplômes, plagiat, laxisme temporel pour la soutenance des doctorats, la primauté de l’administratif sur la science et la pédagogie, les violences multiples, le refus de toute reconnaissance sociale du travail assuré, pour privilégier de façon dominante la médiocrité « normalisée » et « institutionnalisée » qui se substitue au travail continu, à la rigueur et à l’émulation scientifique, seuls gages de réussite dans le champ des savoirs.

    « Restez tous les mêmes »

    Monsieur Hadjar a contribué à noircir davantage le statut des savoirs en Algérie, réfutant toute hiérarchie scientifique entre les jeunes bacheliers qui vont découvrir pour la première fois l’université. Le slogan au cœur de ses propos peut aussi être lu comme un appel implicite ou inconscient à toute absence d’efforts : « Restez tous les mêmes. »

    Alors qu’il faut constamment se remettre en question, s’inspirer en permanence, en son for intérieur, de cette phrase lumineuse du philosophe grec Socrate : « Je sais que je ne sais rien », pour se surpasser, M. Hadjar nous renvoie de façon expéditive à un égalitarisme affligeant et primaire, qui laisse perplexe sur le devenir des savoirs en Algérie. Pourtant, le développement des connaissances scientifiques est indissociable de la concurrence, de la critique constructive et des remises en question perpétuelles entre les chercheurs. Avouons humblement que nous en sommes loin !

    Déconsidérer de façon aussi maladroite le prix Nobel ne peut étonner les observateurs avertis du fonctionnement de l’université algérienne envahie par des certitudes et des prétentions, tout en étant, aujourd’hui, orpheline d’une production scientifique crédible, critique, libre, discutée et débattue collectivement. Peut-on encore se complaire dans la reproduction d’une université sans autre ambition, que celle de gérer les flux des étudiants, en continuant à se mouvoir de façon béate et silencieuse dans le statu quo ?

    Les propos du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique nous semblent d’un défaitisme ravageur, renforçant le nivellement par le bas. Les prétendants au moindre effort, à la paix sociale, seront indéniablement confortés par ces déclarations publiques qui vont nécessairement marquer le fonctionnement au quotidien de l’université. Evoquer de façon aussi lapidaire et simpliste le prix Nobel, considéré dans toute sa banalité, c’est faire peu cas du travail immense et des multiples sacrifices pour celles et ceux qui ont eu à concourir pour cette distinction scientifique prestigieuse.

    Peut-on effacer, d’un trait de plume, l’histoire prestigieuse des différents prix Nobel ? Le silence et le respect auraient été, nous semble-t-il, de rigueur face à ces « monstres » scientifiques qui ont réussi le pari de révolutionner avec un courage intellectuel et une ténacité inouïs, les différents paradigmes scientifiques existants. On aurait applaudi M. Hadjar s’il avait, avec humilité, tiré sa révérence aux chercheurs scientifiques de haut niveau qui ont voué toute leur vie à la science, pour accéder à un tel niveau scientifique qui est celui du prix Nobel.

    Mohamed Arkoun, grand penseur algérien de l’islam, mort dans l’indifférence et le silence le plus total en Algérie, avait évoqué à juste raison, « la sainte ignorance » ou « l’ignorance institutionnalisée » qui s’interdit toute possibilité de comprendre dans sa complexité un fait social donné.

    Or, l’absence de toute référence historique aux grandes découvertes scientifiques dans le monde n’a sans doute pas permis au ministre de peser ses mots à propos du prix Nobel, pour comprendre les souffrances, les privations, les exclusions des hommes qui se sont rebellés contre l’ordre social pour imposer de façon courageuse et autonome les résultats de leurs recherches scientifiques respectives.

    A propos des classements des universités

    Si les classements des universités et des centres de recherche ont été l’objet de nombreuses critiques, il aurait été important que les décideurs les prennent en considération pour définir les stratégies nécessaires et pouvoir ainsi adopter les critères adéquats.

    Concernant le lien que fait le ministre entre le prix Nobel et le classement des universités, il importe de rappeler que le nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les anciens élèves ne représente que 10% en matière des critères de classement Shanghai. Par contre, le nombre de prix Nobel parmi les chercheurs en exercice dans les universités est considéré comme un critère de qualité de l’institution avec une pondération de 20%. Les autres critères concernent le nombre des chercheurs, les publications (articles publiés dans Nature et Science, articles indexés et les plus cités dans leurs disciplines) et la performance académique au regard de la taille de l’institution.

    En outre, le ministre accorde une importance démesurée à la visibilité des travaux sur les sites web qu’il considère comme le principal critère dans le classement. Il affirme, à la conférence nationale des universités, « que l’ensemble des critères de classement ne tient pas compte de l’enseignement, mais de la conception et des contenus des sites électroniques des universités » et que « les instances internationales se basent dans leur classement sur le contenu des sites électroniques des universités et non sur la qualité de l’enseignement » (publié dans le site du ministère : http://www.mesrs.dz)

    S’il est vrai, en partie, que la visibilité des travaux sur le web est relativement importante, notamment dans le classement de Times Higher Education, cela ne suffit pas, évidemment, d’avoir un site bien fait avec une masse d’informations et de publications, contenant tout et n’importe quoi, pour être bien classé ! Car il s’agit, de prime abord, de rendre visible les connaissances scientifiques et techniques.
    En effet, 80% des critères adoptés par les autres classements des universités comme ceux de Shangai, Heeact, Global University Ranking, pour ne citer que ces quatre institutions, tiennent comptent de la qualité de l’enseignement. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, tout en critiquant le classement mondial des universités, le ministre n’hésite pas à se féliciter quand une université algérienne gagne une place ou deux dans ce même classement. Ce qui lui permet de déclarer que « l’université algérienne va bien ! » (El Moudjahid, le 05 juillet 2018).

    De tels propos discréditent l’université algérienne. Ils banalisent la compétition et la production scientifique. Ils mettent mal à l’aise la communauté scientifique, qui devrait s’inscrire dans les critères académiques mondiaux fondés sur la qualité et l’excellence. Ils créent un sentiment d’angoisse auprès des nouveaux bacheliers. Enfin, de telles considérations renforcent le statu quo extrêmement prégnant dans les universités algériennes.

    Les propos du ministre de l’Enseignement supérieur auraient été plus pertinents en se focalisant sur le nécessaire encouragement des acteurs sociaux de l’université, dans le but d’accéder à un haut niveau scientifique, d’affirmer de façon forte la priorité politique de la recherche scientifique comme une activité incontournable et centrale pour une nation qui a pour prétention de rompre avec la rente pétrolière.

    C’est la lumière des sciences et non la violence de l’argent, qui permettra de donner plus de crédibilité et de dignité politique, culturelle et économique à la nation algérienne dans le monde. Or, la stagnation et la consommation mécanique et administrée de savoirs dans nos universités bloquent tout nouveau souffle novateur, pouvant donner un sens plus dynamique et autonome de la recherche scientifique dans notre société.

    In fine, en écoutant les propos du ministre à propos du prix Nobel et sa conception de l’université, nous comprenons pourquoi cette dernière opère une régression fulgurante et dangereuse, banalisée à l’extrême dans un contexte sociopolitique dominé profondément par la paix sociale, au sens où rien ne doit changer.

     

    Références :

    Arkoun, M. (2010), La question éthique et juridique dans la pensée islamique, Paris, Vrin, 2010.
    Salmi, J. & Saroyan, A. (2007), Les palmarès d’universités comme moyens d’action : usages et abus. Politiques et gestion de l’enseignement supérieur, 19, (2), 33-74.
    Stuart, D. (1995), Reputational Rankings : Background and Development, New Directions for Institutional Research, no 88.
    Eloire, F. (2010), « Le classement de Shanghai. Histoire, analyse et critique », L’Homme & la société, vol. 178, no. 4, 2010, pp. 17-38.


    • Starbucks sans filtre
      https://www.arte.tv/fr/videos/073442-000-A/starbucks-sans-filtre

      Starbucks a imprimé sa marque verte et blanche aux rues des principales villes du monde, de Seattle, son berceau d’origine, à la côte Est, l’Europe et aujourd’hui la Chine, où une nouvelle enseigne ouvre toutes les quinze heures en moyenne – toutes les deux semaines à New York, dont les quartiers les plus centraux semblent pourtant saturés par le logo à la sirène. Avec ses quelque 28 000 enseignes dans plus de 75 pays et ses quelque 350 000 employés, la chaîne américaine de cafés se défend pourtant d’être une multinationale comme les autres. Les produits y sont présentés comme issus à 99 % du commerce équitable, les salariés, comme des « partenaires ». Et dans l’Amérique de Trump, elle affiche comme valeurs cardinales la défense de l’environnement, la lutte contre les discriminations et la responsabilité sociale des entreprises. Comment le petit café alternatif ouvert en 1971 par trois copains amateurs d’expresso est-il devenu, en un demi-siècle, ce géant omniprésent de la mondialisation ? Arrivé comme directeur du marketing en 1981, son PDG aujourd’hui démissionnaire, Howard Schultz, qui a racheté l’affaire en 1986, a accompli un tour de force : transformer un breuvage des plus banals en potion magique. De Londres à Shanghai, de Tours à Moscou, l’"expérience" Starbucks, synonyme de sophistication et de modernité, draine des foules prêtes à la payer au prix fort – soit 5 euros en moyenne. Luc Hermann et Gilles Bovon ont enquêté une année durant sur trois continents pour comprendre les raisons de ce succès phénoménal, et en révèlent la face cachée.


  • Inside China’s Vast New Experiment in Social Ranking
    https://www.wired.com/story/age-of-social-credit/?mbid=social_twitter

    In 2015, when Lazarus Liu moved home to China after studying logistics in the United Kingdom for three years, he quickly noticed that something had changed : Everyone paid for everything with their phones. At McDonald’s, the convenience store, even at mom-and-pop restaurants, his friends in Shanghai used mobile payments. Cash, Liu could see, had been largely replaced by two smartphone apps : Alipay and WeChat Pay. One day, at a vegetable market, he watched a woman his mother’s age pull out (...)

    #Alibaba #Tencent #WeChat #Baidu #carte #smartphone #réseaux #StateControl #contrôle #SocialNetwork #prédictif #journalisme #surveillance #vidéo-surveillance #web #marketing (...)

    ##profiling


  • L’OCS se lève à l’Est
    http://www.dedefensa.org/article/locs-se-leve-a-lest

    L’OCS se lève à l’Est

    Il est incontestable que le dernier sommet, en Chine, de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), a été d’une très grande importance avec l’admission conjointe comme membres à part entière de deux grands pays asiatiques, voisins résultant de la division de l’Inde sous la situation coloniale britannique et depuis traditionnellement ennemis jusqu’à des conflits sporadiques, jusqu’à un affrontement majeur au début des années 1970. Ces deux puissances asiatiques sont également des puissances nucléaires, ce qui porte l’effectif de l’OCS à quatre puissances nucléaires sur les huit membres qu’elle comprend désormais avec l’Inde et le Pakistan. Le poids démographique de l’OCS est colossal : plus de trois milliards de personnes.

    Nous n’avons guère parlé de ce sommet pourtant si important de (...)


  • Le principe de réalité
    http://www.dedefensa.org/article/le-principe-de-realite

    Le principe de réalité

    L’OTAN gratte à la porte de l’Ours

    Le sommet de l’Organisation de la Coopération de Shanghai a contrasté en tous points avec celui du G7 pendant qu’en toile de fonds se déroulait aux portes de la Fédération de Russie un exercice militaire de l’OTAN d’une grande ampleur. 18 000 soldats de 19 nations participent depuis le 6 juin à des manœuvres conjointes censées éprouver l’interopérabilité des forces militaires de l’organisation atlantique L’opération déployée en Pologne et sur les trois pays baltes, simule dans des conditions on ne peut plus proches de la réalité, une invasion de la Russie. Même Israëlest convié à la mise en scène des festivités. La Pologne est devenuele centre de gravité de l’armée des Usapour ses activités de dissuasion depuis 2017 avec la stationnement de 6000 soldats (...)


  • Scientists checked the carbon footprint for 13,000 cities worldwide. These were the worst.
    https://mic.com/articles/189651/scientists-checked-the-carbon-footprint-for-13000-cities-worldwide-these-were-t

    Seoul came in at No. 1, with an output of 276.1 metric tons (plus or minus roughly 51.8 metric tons) of carbon dioxide a year. Guangzhou, China, came was ranked at No. 2, followed by New York City; Hong Kong; Los Angeles; Shanghai; Singapore; Chicago; Tokyo/Yokohama, Japan; and Riyadh, Saudi Arabia.


    This map built by researchers at the Norwegian University of Science and Technology show carbon emission levels for 13,000 cities worldwide. Norwegian University of Science and Technology/http://citycarbonfootprints.info

    #co2 #empreinte_carbone #climat #villes


  • Le #Japon #impérial de #conquête en conquête : plus qu’un enjeu #économique, le reflet des craintes d’une nation #insulaireselon Michel Vié (professeur des universités a l’institut national des langues et civilisations orientales)

    https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2005/07/25/le-japon-imperial-de-conquete-en-conquete_674710_3216.html
    Publié le 27/07/2005
    Vu le 03/06/2018

    L’#expansion de l’empire Japonais correspond au modèle européen et ses « #empires massifs et sans limites précises, jusqu’à ce qu’ils viennent buter sur un obstacle naturel ou militaire infranchissable » (obstacles pouvant également leur donner l’avantage comme ce fut le cas de l’espace maritime fournissant des ressources mais aussi des « glacis » protecteurs ».)

    En regardant une carte, tout paraît simple. Entre 1931 et 1942 ensuite, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il serait plus exact de parler d’un reflux, l’agrandissement de l’espace dominé par le Japon obéit à une évidente logique #géographique, construite autour du principe de contiguïté : la prise de contrôle d’un #territoire sert de phase préparatoire à une nouvelle avance vers le territoire voisin.

    Pourtant ce serait sur une « obsession #sécuritaire » que se serait fondé cet empire et non pas en quête de territoire. La #puissance insulaire serait en fait marquée par l’#insécurité notamment à cause de son #isolement. Avant la #guerre, c’est l’instabilité qui règne dans ses territoires chinois et la tension du blocus pétrolier américain qui pousse cette insécurité jusqu’à la décision de l’attaque de Pearl Harbor.

    La recherche de la sécurité absolue nourrit un sentiment croissant d’insécurité qui culmine à Pearl Harbor. Déjà, entre 1931 et 1937, expansion et conflits débordent la Mandchourie : à Shanghaï, dans le Jehol, à Tientsin et en Mongolie intérieure.

    Après la guerre, cette insécurité persiste avec le possible retour de la Chine sur le #marché #international et la possible occidentalisation forcée qu’elle anticipera jusqu’à s’occidentaliser elle-même. Enfin, le profond désir du Japon de garder son #identité est intimement lié avec son insularité et impact chaque décision prise par le pays.

    Le Japon ne dépose les armes que lorsque ses dirigeants sont convaincus que, malgré l’ambiguïté de la réponse américaine, leur revendication de survie pour leur nation en tant que civilisation immémoriale a été tacitement acceptée



  • Des goûts du voyage - @mad_meg
    https://visionscarto.net/des-gouts-du-voyage

    Ce sont des dessins que j’ai fait pour me détendre après un grand format.

    LISBOA était une commande d’un galeriste portugais. (…) Le résultat n’a d’ailleurs pas plu au galeriste, qui ne m’a jamais répondu.

    http://madmeg.org/lisboa

     

     

    SHANGHAI Dans ce panorama je me suis amusée à dessiner la vengeance des non-humains contre nous ; chiens qui promènent leur humain en laisse, agnelles qui portent des sacs en peau d’enfant, canards laqueurs....

    http://madmeg.org/shanghai



  • Large Containership Loses About 70 Containers Overboard Off U.S. East Coast – gCaptain
    http://gcaptain.com/containership-loses-about-70-containers-overboard-off-us-east-coast

    A 10,000 TEU containership lost about 70 containers overboard on Saturday night while about 17 miles off Oregon Inlet, North Carolina.

    The U.S. Coast Guard is warning mariners of navigation hazards.

    The 324-meter Maersk Shanghai contacted USCG watchstanders at Sector North Carolina’s command center via VHF-FM marine radio channel 16 on Saturday evening notifying them that they lost approximately 70 to 73 cargo containers due to high winds and heavy seas.

    The ship is sailing from Norfolk, Virginia to Charleston, South Carolina, according to AIS data.

    The incident comes as a powerful nor’easter slammed the East Coast over the weekend, producing hurricane force winds and significant wave heights up in excess of 40 feet in the western Atlantic.