city:singapour

  • Optimisation fiscale : Google évite des milliards d’impôts en déplaçant toujours plus de profits aux Bermudes
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/01/04/optimisation-fiscale-google-evite-des-milliards-d-impots-en-deplacant-toujou

    La multinationale américaine a mis au point un montage fiscal passant par les Pays-Bas, Singapour, l’Irlande et les Bermudes. Alors que les Européens ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord sur la fiscalité des multinationales du numérique, Google en profite. Le moteur de recherche a poursuivi tranquillement sa stratégie d’optimisation fiscale en 2017, en déplaçant artificiellement 19,9 milliards d’euros de profits vers les Bermudes, un paradis fiscal où il bénéficie d’une fiscalité quasi (...)

    #Google #taxation


  • Le tourisme, une marchandise comme une autre - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Le-tourisme-une-marchandise-comme

    Nous sommes nombreuses et nombreux sur la piste sud-est asiatique, une des régions les plus « faciles à voyager » au monde : prix bas, équipements et aménagements corrects, splendeurs naturelles (la baie de Krabi) ou historiques (Angkor, Bagan), criminalité contenue, populations souriantes, climat tropical, plages et cocotiers. Remontant la péninsule Malaise depuis Singapour, en route pour l’ancien royaume Lan Na ou glissant sur le Mekong, beaucoup de jeunes (ou jeunes dans leur tête) débrouillard·es hésitent entre joie de vivre et mesquinerie petite bourgeoise dès que le service n’est pas irréprochable. Nous avons choisi un voyage indépendant, sac au dos, sans préparer plus d’une étape à la fois. Nous avons l’impression de vivre une grande aventure humaine et parlons souvent de « sortir de notre zone de confort ».

    Mais le fait est que nous nous inscrivons dans une économie bien réelle, le premier secteur productif au monde (1). Et dans des rapports économiques marqués par l’iniquité et un passé colonial. Mais de cela, il n’est jamais question quand nous nous engageons dans des relations avec les locaux.

    Mon article dans l’excellent numéro d’été de @cqfd.
    http://cqfd-journal.org/CQFD-no167-juillet-aout-2018


  • #Harcèlement_sexuel : des manifestations de grande ampleur chez #Google

    “Les accusations de harcèlement chez Google déclenchent des manifestations”, écrit à sa une le Wall Street Journal ce vendredi 2 novembre. De Singapour à New York, en passant par Dublin et San Francisco, des milliers d’employés de la société californienne sont descendus dans la rue jeudi 1er novembre pour “protester contre une #culture_de_travail qui, d’après eux, permet la #promotion et le succès de personnes coupables de harcèlement sexuel”, explique le quotidien économique américain.


    https://www.courrierinternational.com/une/harcelement-sexuel-des-manifestations-de-grande-ampleur-chez-
    #violences_sexuelles #MeToo #manifestation #résistance #genre #travail


    • Si le dernier nœud Tor est un serveur en France (je sais pas si on peut forcer le pays) alors oui elle sera reconnue comme française (ou allemande). Moi je fais l’inverse pour accéder à certains trucs qui sont accessibles ailleurs mais interdits en France à cause des droits (Kaamelott par ex :p). C’est plus facile car comme par défaut ça te fait un chemin Tor par hasard, tu as plus de chance que ce soit « n’importe où sauf tel pays », que l’inverse.

    • Avec Tor je suis souvent sortie en Autriche ou en Allemagne mais depuis Singapour je me demande ce que ça peut donner. Si c’est pour sortir depuis le Cambodge ou l’Indonésie, ça fera une belle jambe (et pas moyen de mater des trucs sur Viméo). Est-ce qu’on change de lieu de sortie à chaque ouverture du logiciel ?

      Merci @unagi et @rastapopoulos !

    • Oui ça change à chaque fois que tu relances, c’est le fonctionnement par défaut, et quand tu veux changer tu n’as pas besoin de tout éteindre, il y a un menu pour relancer le chargement de la page actuelle avec un autre chemin.

      Mais ce que je me demandais au premier message, c’est s’il y avait un moyen de forcer le pays du nœud de sortie, où s’il n’y avait vraiment que le mode aléatoire…


  • Encore beaucoup d’#huile_de_palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté
    https://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2018/09/19/encore-beaucoup-d-huile-de-palme-sale-dans-nos-assiettes-et-nos-prod

    #deforestation
    Greenpeace a particulièrement en ligne de mire Wilmar International – le plus gros négociant d’huile de palme au monde. Ce trader basé à Singapour, qui représente 43 % du marché, est certifié RSPO depuis 2005. Il avait suscité beaucoup d’espoir en 2013 en s’engageant à cesser « toute déforestation, toute destruction de tourbière, toute exploitation humaine », et en respectant notamment le droit des communautés locales. Las, Wilmar est le principal client de 18 des producteurs mis en cause dans ce rapport.


  • Une tour tropicale à SIngapour

    http://immobilier.lefigaro.fr/article/aeree-et-rafraichissante-voici-la-tour-tropicale_2af32930-a238-1

    Singapour, cet hôtel fait fusionner architecture et nature. Espaces ouverts, résille végétalisée et de multiples piscines sont au programme. Suivez le guide.

    Et si les gratte-ciel n’étaient plus cet enfer hermétique et climatisé ? Cette tour du quartier d’affaires de Singapour, abritant l’hôtel Oasia, prouve en tout cas qu’il est possible de créer des constructions aérées mêlant espaces intérieurs et extérieurs dans ces zones tropicales humides. « Le projet combine des solutions novatrices pour optimiser l’usage du sol dans une approche tropicale, en créant une tour perforée, perméable, velue et verdoyante », selon ses concepteurs : le cabinet local d’architectes WOHA associé à l’architecte et designer espagnole Patricia Urquiola pour la conception des jardins et des espaces extérieurs.

    #architecture #singapour #environnement #écologie #habitat


  • Where are the brown people? Crazy Rich Asians draws tepid response in Singapore | Film | The Guardian
    https://www.theguardian.com/film/2018/aug/21/where-are-the-brown-people-crazy-rich-asians-draws-tepid-response-in-si

    It has been heralded as a milestone for representation of Asian people on screen, the first Hollywood blockbuster to feature an all-Asian cast in 25 years.

    But Crazy Rich Asians, which raked in $26.5m (£21m) at the US box office over the weekend, has proved polarising among the community it is supposed to represent, many of whom have said it perpetuates racist stereotypes and presents a single version of Asia that is “palatable” for Hollywood audiences.
    ’We’re part of a greater movement’: Hollywood finally gives Asian stories a spotlight
    Read more

    The film, set in the opulent world of Asia’s hyper-wealthy in Singapore, is an adaptation of a popular book by Kevin Kwan. The story follows a New York University professor who flies to Singapore to meet her boyfriend’s family, only to discover they own one of Asia’s largest fortunes. A whirlwind of wealth, champagne, extravagant parties and designer handbags follows.

    The film has been praised by critics, both for challenging the norms of Hollywood, where Asian characters are few and far between, and often played by a non-Asian actor, but also for being a highly enjoyable “glimpse through the curtains at an intensely insular world, the 1% of the 1%”.

    #film #singapour

    • Ça fait plusieurs trucs que je vois passer sur FB (dont The Asian Feminist que j’aime beaucoup) à propos de CRA (ça va plus vite pour en parler) et son refus d’envisager l’existence d’autres personnes que les Sino-Singapourien·nes dans la cité-État : Malais·es et Tamoul·es sont purement ignoré·es. J’ai rajouté ma petite pierre au débat : ça a aussi l’air d’un film de #téléphones_blancs, d’un film qui se passe chez les riches comme si c’était la seule classe sociale digne d’exister. Franchement, des critiques qui saluent un « all-Asian » cast sans se poser la question de ce qu’est Singapour (un des pays où Asian peut signifier chinois·e, indien·ne, malais·e) ni cette question de classe, c’est craignos.

      Pour info, l’an dernier Singapour avait envoyé au festival du film de l’Asean à Paris (mini-festoche) un film à sketches qui montrait une variété de populations singapouriennes... Une famille de militaires tamouls, une famille de Chinois·es en vadrouille en Malaisie sur la tombe des ancêtres, une équipe de cinéma assez largement malaise, etc. Pas génial mais mignon.


  • La Nouvelle-Zélande interdit aux étrangers d’acheter des maisons Associated Press à Wellington, en Nouvelle-Zélande - 15 Aout 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/monde/534556/la-nouvelle-zelande-interdit-aux-etrangers-d-acheter-des-maisons

    Auparavant, le marché du logement était ouvert aux investisseurs du monde entier, mais le gouvernement a adopté mercredi une loi autorisant uniquement les résidents néo-zélandais à acheter des maisons.

    Au cours des dernières années, de nombreuses anecdotes ont circulé faisant état d’étrangers fortunés provenant de Silicon Valley et d’ailleurs qui s’achetaient des ranchs dans la pittoresque région rurale de la Nouvelle-Zélande pour pouvoir échapper à un monde turbulent.


    On a également entendu parler d’acheteurs chinois bien nantis qui damaient le pion à des Néo-Zélandais pour mettre la main sur des maisons de banlieue dans la ville principale d’Auckland.

    Les statistiques indiquent qu’environ 3 % des maisons néo-zélandaises sont vendues à des étrangers, mais cette proportion atteint 5 % dans la région pittoresque de Queenstown et 22 % dans le centre d’Auckland.

    Le mois dernier, les directeurs du conseil d’administration du Fonds monétaire international ont encouragé la Nouvelle-Zélande à reconsidérer l’interdiction qui, selon eux, ne fera rien pour améliorer l’accessibilité au logement.

    Mais le gouvernement affirme qu’il ne fait aucun doute que les étrangers gonflent les prix, et la seule question qui reste est de savoir de combien.

    Il y a quelques exceptions. Les étrangers ayant le statut de résident de la Nouvelle-Zélande pourront toujours acheter des maisons, tout comme ceux d’Australie et de Singapour, grâce aux accords de libre-échange existants.

    Les étrangers qui possèdent déjà des maisons en Nouvelle-Zélande ne seront pas touchés. Et les acheteurs étrangers pourront toujours faire des investissements limités dans de grands immeubles et des hôtels.

    La montée en flèche des prix des logements à #Auckland préoccupe particulièrement les Néo-Zélandais, même si ce marché s’est refroidi au cours de l’année écoulée. Pourtant, les prix restent parmi les plus élevés au monde par rapport aux revenus des habitants.

    Les chiffres publiés mercredi par l’Institut de l’immobilier de Nouvelle-Zélande indiquent que le prix médian des logements à Auckland est de 835 000 dollars néo-zélandais (720 000 dollars canadiens) alors que le prix médian est de 550 000 dollars (475 000 dollars canadiens).

    #Nouvelle-Zélande #immobilier #spéculation #mondialisation #globalisation #Logement #FMI


  • La stratégie de « pression maximale » de Donald Trump peine à fonctionner avec Téhéran
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/07/31/la-strategie-de-pression-maximale-de-donald-trump-peine-a-fonctionner-avec-t

    Le locataire de la Maison Blanche s’est dit prêt à rencontrer les dirigeants iraniens. Lesquels lui ont suggéré de commencer par respecter les accords signés par les Etats-Unis.

    Après les menaces, la main tendue. Huit jours après avoir infligé un tweet véhément au président iranien Hassan Rohani, Donald Trump s’est proposé de le rencontrer « sans préconditions », alors que les Etats-Unis se sont retirés, en mai, de l’accord sur le nucléaire iranien. « Je rencontre tout le monde. S’ils veulent que je les rencontre, je les rencontre. Quand ils veulent », a déclaré, lundi 30 juillet, le locataire de la Maison Blanche, en marge d’une rencontre avec le chef du conseil italien Giuseppe Conte. Ce serait « bon pour nous, bon pour eux, bon pour le monde ».

    Cette stratégie s’inscrit explicitement dans la ligne de celle menée avec la Corée du Nord – menaces verbales de M. Trump pendant l’été 2017, surenchères militaires de Kim Jong-un, puis rencontre spectaculaire des deux dirigeants à Singapour en juin 2018. « Ne menacez jamais, jamais plus les Etats-Unis ou vous en subirez des conséquences dont peu ont eu à souffrir dans l’histoire », avait écrit M. Trump sur Twitter le 23 juillet, répliquant à une menace de M. Rohani : « Ne jouez pas avec la queue du lion, ou vous allez le regretter. »

    Mais la comparaison s’arrête là : les Iraniens ne veulent pas entendre parler d’une telle rencontre. « Avec l’Amérique d’aujourd’hui et les politiques [qu’ils mènent], il est absolument impossible d’avoir un dialogue et de l’engagement. Et les Etats-Unis ont montré qu’ils n’étaient absolument pas fiables », a déclaré Bahram Qassemi, porte-parole du ministère des affaires étrangères, lundi soir.


  • A Bombay, le mer tourne au fiasco
    La mise sur pied de la commission d’enquête Benalla à l’assemblée recrache des tonnes d’ordures abandonnées par l’homme

    Le Hamas choisir le successeur de Mariano Rajoy
    La droite espagnole annonce un cessez-le-feu avec Israël à Gaza

    Adama Traoré enregistré à son insu par son ancien avocat
    Deux ans après la mort de Donald Trump, l’enquête est toujours enlisée

    Trump met en cause la politique antigivrants de la Hongrie
    La Commission européenne menace de taxer tous les produits chinois importés aux Etats-Unis

    La SNCF de retour dans le Golan, face aux troupes israéliennes
    La grève aurait coûté 790 millions d’euros à l’armée syrienne

    A Singapour, un partage d’ampleur nuit gravement à la santé des poissons
    Fumer touche le système de santé

    #de_la_dyslexie_creative


    • Mustafa, c’est le mall énorme consacré aux fringues ?

      Cette année, j’ai vu Singapour depuis Lavender. Pas loin d’un des gros points de départ de cars pour la Malaisie, pas loin de Changi, pas loin du centre. Et l’esprit de Singapour y est : petit hub de transports en commun avec parking vélo très fourni, des tours d’habitation, quelques shophouses plus loin, un food court 24/24 (où travaille une vieille dame avec une maladie de peau très étrange, j’essaie de me concentrer sur mon petit-déjeuner) et un petit mall à la sortie du métro.

      Mes attractions : l’ambassade indonésienne vers Orchard Street et je suis passée dans les malls bien classe d’Orchard pour remplacer mes pantalons. (Les patchs norvégiens n’ont pas du tout tenu, j’ai peut-être mal réglé la température du fer ou bien attendu que les déchirures soient bien trop larges.)

      J’aime bien Singapour, malgré tout. Et beaucoup plus quand je viens d’Europe que quand je viens d’Asie.



  • Le tourisme, une marchandise comme une autre - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Le-tourisme-une-marchandise

    Comme tout le monde, je méprise les touristes. Les touristes qui viennent chez moi marcher le nez en l’air sur les pistes cyclables et faire grimper le prix des loyers à coups d’Airbnb ou de résidences secondaires. Les touristes comme moi quand je voyage. Nous sommes nombreuses et nombreux sur la piste sud-est asiatique, une des régions les plus « faciles à voyager » au monde : prix bas, équipements et aménagements corrects, splendeurs naturelles (la baie de Krabi) ou historiques (Angkor, Bagan), criminalité contenue, populations souriantes, climat tropical, plages et cocotiers. Remontant la péninsule Malaise depuis Singapour, en route pour l’ancien royaume Lan Na ou glissant sur le Mekong, beaucoup de jeunes (ou jeunes dans leur tête) débrouillard·es hésitent entre joie de vivre et mesquinerie petite bourgeoise dès que le service n’est pas irréprochable. Nous avons choisi un voyage indépendant, sac au dos, sans préparer plus d’une étape à la fois. Nous avons l’impression de vivre une grande aventure humaine et parlons souvent de « sortir de notre zone de confort ».

    Mais le fait est que nous nous inscrivons dans une économie bien réelle, le premier secteur productif au monde. Et dans des rapports économiques marqués par l’iniquité et un passé colonial. Mais de cela, il n’est jamais question quand nous nous engageons dans des relations avec les locaux.

    La suite dans CQFD de cet été.

    Voir ici pour le dossier en question et l’édito.
    https://seenthis.net/messages/706884
    #tourisme #consommation


  • Les îles militarisées en mer de Chine du Sud : la partie émergée de la puissance de frappe de Pékin

    http://theconversation.com/les-iles-militarisees-en-mer-de-chine-du-sud-la-partie-emergee-de-l

    En dépit d’un semblant de détente en Asie entre Donald Trump et Kim Jong‑un, la « guerre d’influence en mer de Chine entre Pékin et Washington ne va pas cesser quels que soient les développements sur le dossier nord-coréen » notait le correspondant du journal Le Monde Gilles Paris, envoyé spécial à Singapour, lors d’un live avec les lecteurs du quotidien.

    #chine #océan_indien #thalassocratie #mer_de_chine_méridionale
    Début juin, le sentiment était le même au sommet annuel du Shangri-La Dialogue à Singapour sur les enjeux de sécurité en Asie-Pacifique.

    La ministre française des Armées, Florence Parly avait particulièrement rappelé l’urgence au respect du droit international en mer de Chine du Sud et que la zone était marquée par la compétition entre pays plus que par la coopération régionale qu’il convenait, selon elle, de soutenir.

    • Lost Horizon narre l’histoire des rescapés d’un accident d’avion qui réussissent à atteindre une lamaserie utopique, appelée « Shangri-La », aux confins du Tibet. Il s’agit d’un lieu fermé dans lequel l’on voit de merveilleux paysages et où le temps est suspendu dans une atmosphère de paix et tranquillité.

      Depuis le temps que je me demandais pourquoi autant d’hôtels s’appelaient comme ça.


  • Les « commentaires racistes et xénophobes » d’Albert Einstein | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/163142/albert-einstein-racisme

    Quand on évoque Albert Einstein, on pense « théorie de la relativité », « E=mc2 » ou à la célèbre photo où il tire la langue. La publication en mai dernier des carnets de voyage du physicien théoricien par la Princeton University Press nous en apprend un peu plus sur la « personnalité du siècle » : Einstein était raciste.

    Les journaux d’Einstein documentent ses cinq mois et demi de voyage en Chine, à Singapour, Hong Kong, au Japon et en Espagne entre 1922 et 1923. C’est la première fois que ces écrits sont mis à disposition du grand public. Le scientifique parle de science, de philosophie, d’art et de ses rencontres : « Les Chinois sont des personnes industrieuses, sales et obtuses. Ils ne s’assoient pas sur les bancs pour manger, ils s’accroupissent comme les Européens qui se soulagent dans les bois. Tout ça se passe dans le silence et la pudeur. Même les enfants sont sans âmes et obtus », lit-on dans un des extraits de ses carnets de voyage.

    À LIRE AUSSI Le vol du cerveau d’Einstein
    Une personnalité en inadéquation avec son image publique

    Albert Einstein était connu pour ses actions humanitaires : prix Nobel de physique en 1921, il s’est notamment investi en faveur de la paix et de la coopération internationale. En 1946, lors d’un discours à l’université de Lincoln, ce défenseur des droits civiques avait aussi décrit le racisme comme la « maladie de l’homme blanc ». Pourtant, lui aussi, semble souffrir de cette maladie.

    « Les commentaires racistes et xénophobes dans ses récits sont à l’opposé de son image d’icône humaniste. C’est un choc de lire ses pensées et de les comparer à ses déclarations publiques. Il ne s’attendait pas à ce qu’on les publie », explique Ze’ev Rosenkranz, éditeur et traducteur des carnets de voyage et rédacteur en chef du Einstein Papers Project (système d’archivage qui vise à rassembler tous les écrits du scientifique).

    Ewan Palmer de Newsweek renchérit : « Ces publications nous permettent d’en savoir un peu plus sur la personnalité des célébrités. Pour Einstein, c’est vraiment intéressant de voir une telle différence entre l’image publique et la réalité historique ».

    autres sources cités dans l’article :

    http://www.newsweek.com/albert-einsteins-racist-views-chinese-revealed-previously-unseen-travel-97

    https://www.theguardian.com/books/2018/jun/12/einsteins-travel-diaries-reveal-shocking-xenophobia

    #grand_homme #racisme #imposteur
    Pour le pacifisme d’Einstein voici la lettre qu’il ecrivit à Roosvelt avant l’utilisation des bombes sur Hiroshima et Nagazaki.

    Monsieur,

    Un travail récent d’E. Fermi et L. Szilard, dont on m’a communiqué le manuscrit, me conduit à penser que l’uranium va pouvoir être converti en une nouvelle et importante source d’énergie dans un futur proche. Certains aspects de cette situation nouvelle demandent une grande vigilance et, si nécessaire, une action rapide du gouvernement. Je considère qu’il est donc de mon devoir d’attirer votre attention sur les faits et recommandations suivantes :

    Au cours des quatre derniers mois, grâce aux travaux de Joliot en France et ceux de Fermi et Szilard en Amérique, il est devenu possible d’envisager une réaction nucléaire en chaîne dans une grande quantité d’uranium, laquelle permettrait de générer beaucoup d’énergie et de très nombreux nouveaux éléments de type radium. Aujourd’hui, il est pratiquement certain que cela peut être obtenu dans un futur proche.

    Ce fait nouveau pourrait aussi conduire à la réalisation de bombes, et l’on peut concevoir – même si ici il y a moins de certitudes – que des bombes d’un genre nouveau et d’une extrême puissance pourraient être construites. Une seule bombe de ce type, transportée par un navire et explosant dans un port pourrait en détruire toutes les installations ainsi qu’une partie du territoire environnant. On estime néanmoins que des bombes de cette nature seraient trop pesantes pour être transportées par avion.

    Les Etats-Unis n’ont que de faibles ressources en uranium. Le Canada est assez bien pourvu, ainsi que l’ancienne Tchécoslovaquie, mais les principaux gisements sont au Congo belge.
    Devant cette situation, vous souhaiterez peut-être disposer d’un contact permanent entre le gouvernement et le groupe des physiciens qui travaillent en Amérique sur la réaction en chaîne. Une des possibilités serait de donner cette tâche à une personne qui a votre confiance et pourrait le faire à titre officieux. Cette personne devrait être chargée des missions suivantes.

    a) Prendre l’attache des différents ministères, les tenir informés des développements à venir, faire des propositions d’action au gouvernement, en accordant une attention particulière à la question de l’approvisionnement américain en uranium.

    b) Accélérer les travaux expérimentaux qui sont actuellement menés sur des budgets universitaires limités, en leur apportant un financement complémentaire, si besoin est, grâce à des contacts avec des personnes privées désireuses d’aider cette cause et en obtenant peut-être la
    collaboration de laboratoires industriels disposant des équipements requis.

    J’ai appris que l’Allemagne vient d’arrêter toute vente d’uranium extrait des mines de Tchécoslovaquie dont elle s’est emparée. Le fils du vice-ministre des Affaires étrangères allemand, von Weizsäcker, travaille à l’Institut Kaiser Wilhelm de Berlin, où l’on a entrepris de répéter des expériences américaines sur l’uranium. Voilà ce qui explique peut-être la rapidité de cette décision.

    Sincèrement vôtre.

    https://www.deslettres.fr/lettre-dalbert-einstein-au-president-franklin-d-roosevelt-des-bombes-dun-

    Pour sa misogynie il y a quelques infos en cherchant Mileva Marić

    Ici une lettre qu’il a adressé à Mileva :

    le 18 juillet 1914

    A. Assure-toi

    1) que mes vêtements et mon linge soient tenus en bon ordre et en bon état.

    2) que je reçoive régulièrement mes trois repas dans ma chambre.

    3) que ma chambre et mon bureau soient toujours tenus propres, en particulier, que le bureau ne soit accessible qu’à moi seul.

    B. Tu renonces à toutes relations personnelles avec moi tant qu’elles ne sont pas absolument indispensables à des fins sociales. Plus précisément, fais sans

    1) ma présence à tes côtés à la maison.

    2) mes sorties ou voyages avec toi.

    C. Dans tes relations avec moi, engage-toi explicitement à adhérer aux points suivants :

    1) tu ne dois ni espérer de l’intimité de ma part ni me reprocher quoi que ce soit.

    2) tu dois cesser immédiatement de t’adresser à moi si je le demande.

    3) tu dois quitter ma chambre ou mon bureau immédiatement sans protester si je te le demande.

    D. Tu t’engages à ne pas me dénigrer, en mot ou en acte, devant mes enfants.

    https://www.deslettres.fr/lettre-deinstein-sa-femme-tu-renonces-toutes-relations-personnelles-avec-

    Sur les soupçons d’appropriation du travail scientifique de Mileva par Albert :

    By the end of their classes in 1900, Mileva and Albert had similar grades (4.7 and 4.6, respectively) except in applied physics where she got the top mark of 5 but he, only 1. She excelled at experimental work while he did not. But at the oral exam, Professor Minkowski gave 11 out of 12 to the four male students but only 5 to Mileva. Only Albert got his degree.

    Meanwhile, Albert’s family strongly opposed their relationship. His mother was adamant. “By the time you’re 30, she’ll already be an old hag!” as Albert reported to Mileva in a letter dated 27 July 1900, as well as « She cannot enter a respectable family ”. Mileva was neither Jewish, nor German. She had a limp and was too intellectual in his mother’s opinion, not to mention prejudices against foreign people. Moreover, Albert’s father insisted his son found work before getting married.

    In September 1900, Albert wrote to Mileva: “I look forward to resume our new common work. You must now continue with your research – how proud I will be to have a doctor for my spouse when I’ll only be an ordinary man.“ They both came back to Zurich in October 1900 to start their thesis work. The other three students all received assistant positions at the Institute, but Albert did not. He suspected that professor Weber was blocking him. Without a job, he refused to marry her. They made ends meet by giving private lessons and “continue[d] to live and work as before.“ as Mileva wrote to her friend Helene Savić.

    On 13 December 1900, they submitted a first article on capillarity signed only under Albert’s name. Nevertheless, both referred to this article in letters as their common article. Mileva wrote to Helene Savić on 20 December 1900. “We will send a private copy to Boltzmann to see what he thinks and I hope he will answer us.” Likewise, Albert wrote to Mileva on 4 April 1901, saying that his friend Michele Besso “visited his uncle on my behalf, Prof. Jung, one of the most influential physicists in Italy and gave him a copy of our article.”

    The decision to publish only under his name seems to have been taken jointly. Why? Radmila Milentijević, a former history professor at City College in New York, published in 2015 Mileva’s most comprehensive biography(1). She suggests that Mileva probably wanted to help Albert make a name for himself, such that he could find a job and marry her. Dord Krstić, a former physics professor at Ljubljana University, spent 50 years researching Mileva’s life. In his well-documented book(2), he suggests that given the prevalent bias against women at the time, a publication co-signed with a woman might have carried less weight.

    We will never know. But nobody made it clearer than Albert Einstein himself that they collaborated on special relativity when he wrote to Mileva on 27 March 1901: “How happy and proud I will be when the two of us together will have brought our work on relative motion to a victorious conclusion.”

    Then Mileva’s destiny changed abruptly. She became pregnant after a lovers’ escapade in Lake Como. Unemployed, Albert would still not marry her. With this uncertain future, Mileva took her second and last attempt at the oral exam in July 1901. This time, Prof. Weber, whom Albert suspected of blocking his career, failed her. Forced to abandon her studies, she went back to Serbia, but came back briefly to Zurich to try to persuade Albert to marry her. She gave birth to a girl named Liserl in January 1902. No one knows what happened to her. She was probably given to adoption. No birth or death certificates were ever found.

    https://blogs.scientificamerican.com/guest-blog/the-forgotten-life-of-einsteins-first-wife


  • Sommet de Singapour : Israël grand absent, par @alqudsalarabi - Actuarabe
    http://actuarabe.com/sommet-de-singapour-israel-grand-absent

    Entre la Libye, où le programme nucléaire était une des folies de Muammar Khadafi, et l’Iran, dont le programme n’a pas atteint le stade de la fabrication d’armes après l’enrichissement, le programme nord-coréen est arrivé à son terme, ce qui donne une importance toute particulière au sommet de Singapour. En attendant la suite, ce sommet nous rappelle l’hypocrisie de l’Occident face au programme nucléaire israélien puisque l’occupant est membre de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique mais refuse de signer le traité de non-prolifération des armes nucléaires. Il refuse aussi d’autoriser l’Agence à examiner ses sites nucléaires. Tant que la politique du deux poids deux mesures sera la norme chez les grandes puissances, la paix internationale restera un vœu pieux.



  • C’est maintenant Singapour qui se propose d’accueillir les 629 passagers de l’Aquarius. Dès leur arrivée, les migrants se verront remettre un kit de bienvenue dans lequel figure un mini-ventilateur équipé d’un port USB à brancher sur son ordinateur. Cependant, Le président de l’exécutif de Corse, Gilles Simeoni et le président de l’Assemblée, Jean-Guy Talamoni envisagent de dénucléariser la Corse, un gadget à l’apparence anodine... qui ne l’est peut-être pas selon les spécialistes du piratage informatique.
    #de_la_dyslexie_créative



  • Comprendre le sommet entre Trump et Kim Jong-un
    https://la-bas.org/5127

    La poignée de main entre Donald J. Trump et Kim Jong-un s’annonce historique : c’est la première fois qu’un président des États-Unis va rencontrer un dirigeant nord-coréen, ce 12 juin à Singapour. Mais comment en est-on arrivé là ?Continuer la lecture…

    #Radio #Autour_du_Monde_diplomatique #Asie


  • Malaisie / Cabotage (1) Malacca - Philippe Revelli
    http://philipperevelli.com/cabotage-1-malacca

    Première étape d’un périple le long des côtes de la péninsule malaise, de Sumatra, de l’archipel de Riau et du golfe de Thaïlande avec, comme fil directeur, des bateaux et ceux qui les montent – cargos, pétroliers, chalutiers, remorqueurs, barges, ferries ou pirogues, matelots et capitaines ad oc, pêcheurs ou pirates : ils seront nombreux à peupler les pages de ce journal de bord.

    Cabotage / sommaire
    Malacca
    Malacca (suite)
    Johor Bahru
    Singapour
    Batam
    A bord du KM Kelud
    Port de Belawan
    Pekanbaru
    Karimun Besar
    Karimun Besar (suite)
    Songkhla, port de pêche
    Songkhla, port de pêche (suite)
    Songkhla, port de pêche (suite 2)
    Songkhla, port de pêche (suite 3)
    Songkhla, port de pêche (fin)
    Phnom Penh
    Phnom Penh (suite)
    Kampong Chhnang
    Manille

    #photographie #reportage #Asie #travail #économie #pêche #exploitation #environnement #pirates


  • Kim Jong-un s’attaque à Macron et à Trudeau au sommet du G7. En cause, l’opération de la « first lady » Melania Trump ayant à subir une opération suite à sa rencontre vendredi à Singapour avec les sosies de son mari et du dirigeant nord-coréen. Mais grâce à sa remise en cause de l’accord nucléaire avec l’Iran, Donald Trump, lui, espère obtenir un prix Nobel de la Paix.
    (laborieusement concocté à l’aide d’un mix de pages de Paris-Match et du Figaro, pfiouuu !)
    #de_la_dyslexie_créative


  • Des incartades de Kim au désordre de Trump
    http://www.dedefensa.org/article/des-incartades-de-kim-au-desordre-de-trump

    Des incartades de Kim au désordre de Trump

    D’abord, décrivons l’évolution de la position du Pentagone concernant la crise nord-coréenne et bien entendu le sommet Kim-Trump de Singapour, essentiellement par rapport aux mesures US et surtout dans le cadre des positions militaires US en Corée du Sud.

    • Le 28 avril 2018, le secrétaire à la défense Mattis déclare qu’un retrait “de forces US ” (de “certaines forces US”) de Corée du Sud pourrait être discuté “avec les amis” (entendez, la Corée du Sud).

    • Le 9 mai 2018, Mattis déclare que la question du retrait des forces US (ou “de certaines forces US“, peut-on comprendre à demi-mot), “n’est pas sur la table”, c’est-à-dire n’est pas négociable. Tout restera en l’état, point final.

    • Le 3 juin 2018, Mattis déclare que “l’allègement des sanctions” (on ne (...)


  • Sommet Trump-Kim : l’embarrassante note d’hôtel du dictateur nord-coréen - Capital.fr
    https://www.capital.fr/economie-politique/sommet-de-singapour-lembarrassante-note-dhotel-de-kim-jong-un-1291107

    Une nuit a été réservée par le dirigeant nord-coréen et son équipe dans une suite du très luxueux Fullerton à Singapour, avec grand piano, véranda et colonnes doriennes, pour la modique somme de 6.000 dollars (5.145 euros). Mais le régime explique qu’il ne paiera pas cette note, mettant Washington dans un embarras qui est davantage diplomatique que financier.

    Le Washington Post explique que les Etats-Unis ne pourraient pas payer sans violer les sanctions internationales qui visent la Corée du Nord. Ainsi, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers à Washington estime qu’il faudrait suspendre « temporairement l’applicabilité des #sanctions » via une #dérogation. Ce qui ne serait pas du goût de l’opinion américaine, a fortiori des conservateurs ou des isolationnistes qui ont pu soutenir Trump.

    Reste une solution : que ce soit Singapour qui paye pour accueillir le dirigeant nord-coréen. L’hôte règlerait ainsi une partie des frais. Le ministre singapourien de la Défense l’a suggéré, samedi, sans divulguer le montant exact qui pourrait être pris en charge. « C’est un coût que nous sommes prêts à payer pour jouer un petit rôle dans cette réunion historique » a-t-il assuré.


  • L’#expansionnisme #japonais, partie 1 : des facteurs #économiques.

    Il y a 75 ans, #Pearl #Harbor précipitait les #États-Unis pendant la guerre.
    http://www.lepoint.fr/monde/il-y-a-75-ans-pearl-harbor-precipitait-les-usa-dans-la-guerre-07-12-2016-208
    Publié le 07/12/2016
    Vu le 03/06/2018

    Nous pouvons d’abord avec cet article de l’AFP, déterminer le lien entre la tournure des événements de la Seconde #Guerre mondiale avec la réaction des États-Unis à la suite de l’#attaque surprise de Pearl Harbor, et l’expansionnisme #japonais.
    Cependant il est intéressant de remarquer également que cette #expansion (de la Mandchourie à l’Indochine française à partir de 1931 puis six moi après Pearl Harbor à Hong Kong, Singapour, aux Philippines, à Bornéo, à Sumatra, à Java, et en Birmanie) est liée à « la recherche de #ressources #énergétiques et de #matières premières ».

    https://www.fascinant-japon.com/empire-soleil-levant-expansionnisme-japonais-showa-hiro-hito-japon
    Vu le 03/06/2018

    En effet, si nous consultons cet autre article (comportant une #chronologie et une #carte,) nous pouvons avoir plus de précisions sur le lien entre #économie et expansionnisme au #Japon. En effet, à la fin du 15ème shogunat, l’Empire fondé sur la constitution Meiji de 1889 subit la grande dépression et choisit par là même d’opter pour une politique #fasciste : précisément pour des raisons économiques. D’abord parce que la guerre permet à l’#industrie #militaire de relancer l’économie mais aussi à cause du manque de ressources de l’île (tel le fer, le pétrole et le charbon) qui ne permettait pas de rivaliser avec l’Ouest européennes qui les leur fournissait jusqu’alors, d’où le choix de la #colonisation.

    Formose (Taïwan) en 1895 et la Corée en 1910 avaient été annexées pour leur potentiel agricole. Le fer et le charbon de Mandchourie, le caoutchouc d’Indochine et les vastes ressources chinoises étaient les cibles principales pour l’industrie.