city:tel aviv

  • Yandex Map, el equivalente ruso al Google Map, muestra “por error” localización de sitios militares secretos israelíes – Sitio de Al Manar en Español
    http://spanish.almanar.com.lb/269062

    Yandex Map, el mapa ruso similar a Google, ha mostrado “por error” los sitios militares secretos de Israel, pero también de Turquía. ¿Es este un golpe ruso antiisraelí en un momento en el que el régimen de Tel Aviv y sus aliados están trabajando arduamente para localizar e identificar el S-300?

    El servicio ruso de “Yandex Map” dice que ha revelado “por error” muchos sitios e instalaciones militares en Israel y Turquía, algunos de los cuales pertenecen a la Organización del Tratado del Atlántico Norte (OTAN), informó Sputniknews. El término “por error” parece engañoso ya que Rusia está involucrada en un enfrentamiento “electrónico” contra Israel y la OTAN en Siria.

    El sitio web de la Federación de Científicos Americanos indica que los mapas del programa ruso “Yandex Map” contienen imágenes precisas y nítidas de lugares secretos en Israel y Turquía, lugares que no están presentes en otros programas como “Google Maps”.

    El experto estadounidense Matt Korda comparó los mapas de los dos programas y pudo identificar y detectar más de 300 sitios militares secretos, incluidos aeropuertos, búnkers y cuarteles que no están en los otros mapas y que podrían convertirse en un objetivo como parte de un enfrentamiento militar. “Los programas de diseño estadounidense han ocultado y camuflado deliberadamente la existencia de estos sitios militares”, dice el experto.


  • Inside the evangelical money flowing into the West Bank

    A Haaretz investigation reveals that Christian groups have invested up to $65 million in projects in the ‘Biblical Heartland’ over the past decade. That doesn’t include services they provide free of charge, like volunteer laborers
    By Judy Maltz Dec 09, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-inside-the-evangelical-money-flowing-into-the-west-bank-1

    When the first Christian evangelical volunteers descended on the religious West Bank settlement of Har Bracha about 10 years ago, offering to harvest grapes for the local Jewish farmers free of charge, not everyone welcomed them with open arms.
    After all, for generations Jews had been taught that when Christians go out of their way to be nice, it is probably because they are secretly plotting to convert them, and, therefore, it’s best to keep a distance.
    Much has changed since then. There are still Jewish settlers not completely comfortable with the idea of Christians living in their midst and working their fields. But they are far less vocal these days.  

    Hayovel, the U.S. organization that brings them to Har Bracha, is among a growing list of evangelical groups that operate exclusively in the so-called “biblical heartland.” Over the past decade, it has brought more than 1,700 volunteers to the settlements – and only the settlements because, as a matter of principle, its volunteers do not assist farmers within Israel proper.
    Volunteers from Hayovel work in the West Bank: Over the past decade, the group has brought more than 1,700 volunteers to the settlements – and only the settlements Kyle S Mackie
    Explaining the organization’s special attachment to this disputed piece of land – that most of the international community does not recognize as part of Israel – Hayovel states on its website: “Every country in the world has turned its back on Judea and Samaria, the heartland of Israel, where 80 percent of the Bible was either written or occurred.”

    A volunteer from Hayovel carries crates for grapes. He is one of thousands of Christians coming to the West Bank to work for free for Jewish settlers Kyle S Mackie
    There were many years when Hayovel operated under the radar, believing that the less Israelis knew what it was up to, the better.
    No longer. These days, the nonprofit is more than happy to host journalists and the curious at its main campus, located on this settlement that overlooks the large Palestinian city of Nablus. Its willingness to be so aboveboard about its activities is evidence of how mainstream such interactions between Christian evangelicals and Jewish settlers have become.
    The ‘real’ Israel

    The Heart of Israel (also known as the Binyamin Fund) is another nonprofit benefiting from these ties. Established three years ago, the organization raises hundreds of thousands of dollars yearly for earmarked projects in the settlements, according to its American-born founder, Aaron Katsof.
    Although Katsof says evangelicals do not account for the bulk of the money he raises, they do account for the vast majority of his donors. “You have to realize that while the average Jew gives $1,500, the average Christian gives $50,” he says. “But their share is growing very, very fast.”
    Asked what prompted him to set up this new fundraising organization, Katsof – who lives in the West Bank settlement of Shiloh – responds: “The more evangelicals I met over the years, the more I realized how thirsty they were to connect to the settlements. When they land in Tel Aviv, they often tell me that it isn’t how they imagined Israel. But when they come out here to the settlements, they say this is exactly how they imagined it.
    “They are our biggest, biggest, biggest, biggest allies,” he adds.
    Vid - דלג


  • “Israel needs him.” Netanyahu presses Trump to save Mohammed bin Salman - International News
    http://www.tellerreport.com/news/--%22israel-needs-him-%22-netanyahu-presses-trump-to-save-mohammed-bin
    http://www.aljazeera.net/file/GetImageCustom/8fdd25a0-2599-494b-b477-f18a4ce4e5f8/1200/630

    Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu asked US President Donald Trump in a telephone conversation not to touch Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman after the killing of journalist Jamal Khashoggi, the Israeli expert on Arab affairs, Jackie Khoji, said.

    “The Israeli request from Washington means that Riyadh for Tel Aviv is a strategic treasure, and that Netanyahu volunteered to save Mohammed bin Salman means that Israel needs him,” Khuji said in an article published on Saturday in Maariv newspaper. “To the Secretary General of the UAE, As well as to the Bahrainis and other leaders.”

    http://www.aljazeera.net/news/politics/2018/12/9/%D9%85%D8%B9%D8%A7%D8%B1%D9%8A%D9%81-%D9%86%D8%AA%D9%86%D9%8A%D8%A7%D9%87

    #israël #mbs


  • Bitcoin : des escrocs israéliens dans le viseur de la justice - Par Antoine Izambard le 03.12.2018 à 12h22
    https://www.challenges.fr/finance-et-marche/marches-financiers/bitcoin-des-escrocs-israeliens-dans-le-viseur-de-la-justice_629370

    Ramat Gan. Cette ville israélienne de la banlieue est de Tel Aviv est depuis quelques semaines dans le viseur de la justice française. Celle-ci suspecte la « city israélienne », peuplée d’innombrables diamantaires et gratte-ciel, d’héberger un vaste trafic d’escroqueries au bitcoin. « La plupart des suspects, qui sont aussi liés aux arnaques aux diamants, ont fait perdre aux épargnants français un minimum de 20 millions d’euros d’après les plaintes reçues par la gendarmerie », précise un enquêteur français. Selon nos informations, les juridictions interrégionales spécialisées (JIRS) traitant de la criminalité organisée et de la délinquance financière, ont également ouvert depuis le début de l’année une dizaine d’informations judiciaires pour escroquerie en bande organisée et blanchiment contre une demi-douzaine de franco-israéliens.

    #escroquerie #Israel


  • ’Gender violence pushed Jewish, Palestinian women into a corner — together’

    https://972mag.com/gender-violence-pushed-jewish-palestinian-women-into-a-corner-together/139003

    Women across Israel were set to strike to protest the government’s inaction toward gender violence. Samah Salaime, a prominent feminist activist, speaks about building solidarity between Jewish and Palestinian women and why this moment feels so urgent.

    #palestine #israël #violence_faite_aux_femmes #féminisme #résistance


  • Jamal Khashoggi’s private WhatsApp messages may offer new clues to killing - CNN
    https://www.cnn.com/2018/12/02/middleeast/jamal-khashoggi-whatsapp-messages-intl/index.html

    Le téléphone de #khashoggi espionné grâce à un logiciel israélien.

    Abdulaziz first spoke publicly about his contact with Khashoggi last month after researchers at the University of Toronto’s Citizen Lab reported his phone had been hacked by military-grade spyware.

    According to Bill Marczak, a research fellow at the Citizen Lab, the software was the invention of an Israeli firm named NSO Group, and deployed at the behest of the Saudi Arabian government.
    Marczak said at least two other Saudi dissidents have been targeted with NSO tools: an activist named Yahya Assiri and a staff member who had been involved in Amnesty International’s work on Saudi Arabia.
    Danna Ingleton, an Amnesty deputy program director, said its technology experts studied the staff member’s phone and confirmed it was targeted with the spyware. Amnesty is currently exploring potential recourse against NSO Group and last week wrote a letter to the Israeli Ministry of Defense requesting it revoke NSO’s export license, Ingleton said.
    On Sunday, Abdulaziz’s lawyers filed a lawsuit in Tel Aviv, alleging NSO broke international laws by selling its software to oppressive regimes, knowing it could be used to infringe human rights. “NSO should be held accountable in order to protect the lives of political dissidents, journalists and human rights activists,” said the Jerusalem-based lawyer Alaa Mahajna, who is acting for Abdulaziz.
    The lawsuit follows another filed in Israel and Cyprus by citizens in Mexico and Qatar.

    *#mbs #israël


  • Israeli women to strike in protest against domestic violence
    https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5418352,00.html


    Female demonstrators protesting violence against women
    Photo: Maor Maximov

    Thousands of women expected to take to the streets on Tuesday to protest government inaction in addressing violence against women; cities including Tel Aviv, Haifa, Be’er Sheva and Jerusalem and many companies and organizations pledge support to campaign.

    A nationwide strike in protest of the government’s inaction on the issue of violence against women expected to take place on Tuesday has received support from most local authorities across the country, as well as many major companies and organizations.

    Since the beginning of 2018, at least 23 women have been murdered—the highest number since 2011, according to the data collected by the Women’s International Zionist Organization (WIZO). The statistics also show that in the years 2017 and 2016, 16 women were murdered each year, while 13 were murdered each year in 2014 and in 2015.



  • Fortes turbulences entre les juifs orthodoxes et la compagnie israélienne El Al
    Par Guilhem Delteil Publié le 27-11-2018
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20181127-fortes-turbulences-entre-juifs-orthodoxes-compagnie-israelienne-el-al

    Les relations entre les juifs ultra-orthodoxes, qui respectent scrupuleusement les règles religieuses, et la compagnie aérienne israélienne El Al s’étaient tendues ces dix derniers jours. Ces tensions sont nées d’un vol entre New-York et Tel Aviv le jeudi 15 novembre et ont débouché sur un avion détourné, des menaces de plainte, et de boycott.

    Le jeudi 15 novembre, la météo était très mauvaise sur la côte Est des Etats-Unis, plusieurs centaines de vols ont dû être retardés ou annulés. Ce fut le cas de deux vols de la compagnie aérienne israélienne El Al à bord desquels se trouvaient des passagers ultra-orthodoxes. Le problème, pour eux, c’est que ce retard de plusieurs heures, conjugué au décalage horaire, allait les faire atterrir après le début du shabbat, le repos hebdomadaire dans la religion juive ; qui commence le vendredi au coucher du soleil. (...)

    • koide9enisrael
      « Après six heures de vol, j’ai soudainement entendu des cris et j’ai vu une hôtesse de l’air pleurer après avoir été frappée et poussée.

      http://koide9enisrael.blogspot.com/2018/11/des-juifs-frappent-une-hotesse-de-lair.html

      Les équipages de deux avions de ligne d’El Al, qui ont décollé jeudi dernier à New York à destination d’Israël, ont dû faire face à la colère de certains passagers juifs ultra-orthodoxes leur demandant de dérouter les avions, par peur de ne pas arriver avant le coucher du soleil.

      L’un des avions a finalement été dérouté vers Athènes pour passer le chabbat, avant de poursuivre sa route vers Israël. 
      Le second, au lieu de détourner son itinéraire vers Rome, pour les mêmes raisons religieuses, a poursuivi son vol comme prévu initialement pour l’aéroport Ben Gurion, car l’un des passagers présentait des problèmes de santé. En fait, les deux vols avaient été retardés de plusieurs heures en raison de la tempête survenue dans la région du Midwest et de la Côte-Est, et qui a entraîné, entre autres, l’annulation de centaines de vols.

      Une des passagères, Roni Meital, a publié dans la foulée sur Facebook une courte vidéo montrant des passagers déchaînés.
      « Après 24 heures passées en vol, je suis brisée, principalement à cause du manque de respect de la part de passagers croyants, qui sont allés trop loin », a-t-elle déploré. 
      « Après six heures de vol, j’ai soudainement entendu des cris et j’ai vu une hôtesse de l’air pleurer après avoir été frappée et poussée. Certains ont menacé d’ouvrir la porte du cockpit si on ne déroutait pas ».

      Conformément aux commandements du judaïsme, les Juifs pratiquants s’abstiennent de voyager le jour du chabbat, y compris par avion. 

      Des exceptions sont toutefois faites en cas de menace évidente pour la santé.

    • USA/Israël – Un avion d’El Al a décollé la semaine dernière avec 75 minutes de retard parce que quatre juifs orthodoxes refusaient de s’asseoir à côté de femmes et de parler au personnel féminin de l’avion. 26 juin 2018

      https://www.medias-presse.info/un-avion-israelien-decolle-avec-75-minutes-de-retard-des-juifs-ultra-orthodoxes-refusaient-detre-assis-pres-de-femmes/93749

      Khen Rotem, un passager, témoigne de la scène qui s’est déroulée lorsque les passagers sont montés dans l’avion à l’aéroport international John F. Kennedy. Quatre hommes juifs ultra-orthodoxes sont montés à bord et ont refusé de s’asseoir à proximité de femmes.
      L’un d’eux était monté dans l’avion en fermant ses yeux et en les conservant fermés pour toute la durée du vol pour éviter de voir toute femme présente à bord.

      « L’équipage essaie de résoudre le problème. Cela ne fonctionne pas. Les femmes membres d’équipage laissent la place aux hommes… Les ultra-orthodoxes ne sont pas prêts à parler, ou même à regarder les femmes membres d’équipage », a raconté Khen Rotem sur Facebook vendredi dernier.

      « Tous les membres de l’équipage, à part le capitaine, doivent maintenant régler ce problème au lieu de se préparer aux décollage et de servir les passagers. Les ultra-orthodoxes ne cèdent pas. L’un des membres de l’équipage menace : ‘Si vous ne vous asseyez pas, vous pouvez descendre de l’avion tout de suite’ »

      L’équipage finit par céder après une discussion prolongée « en commençant le long processus diplomatique de déplacer les passagers féminins de leurs places ».
      « (…) après beaucoup de cris et de manœuvres », une vieille dame américaine et une jeune femme israélienne acceptent de changer de sièges, pour ne plus être à proximité des quatre juifs orthodoxes.

      « N’importe quel voyageur peut-il exiger – et obtenir – de déplacer des passagers de leurs places pour son bien-être personnel et le respect de ses croyances. Ou est-ce un privilège réservé uniquement à une certaine partie des voyageurs ? », demande Khen Rotem.

      La compagnie aérienne El Al est connue pour demander régulièrement à des passagers de changer de sièges à la demande de juifs ultra-orthodoxes qui refusent de s’asseoir à côté de femmes.

      L’année dernière, le Tribunal de Jérusalem s’est prononcé sur de telles situations, considérant qu’El Al ne peut pas forcer des femmes à changer de sièges à la demande d’hommes ultra-orthodoxes.

      Ci-dessous, la photo d’un juif ultra-orthodoxe littéralement “emballé” pour n’avoir aucun contact “impur” durant le voyage !

      #ségrégation #ultra-orthodoxe #violence envers les #femmes #religion

    • El Al n’aura plus le droit de chasser les femmes de leur siège 22 juin 2017
      https://www.letemps.ch/monde/el-al-naura-plus-droit-chasser-femmes-siege

      La justice a donné raison à une avocate sommée de quitter sa place parce qu’un juif ultra-orthodoxe refusait de s’asseoir à côté d’elle

      Avec sa chevelure blanche, sa carrure frêle et sa voix cassée, Renée Rabinowicz (83 ans) ressemble à une grand-mère américaine sans histoires. Sauf que cette ancienne avocate installée aux Etats-Unis dans sa jeunesse pour échapper aux persécutions nazies ne s’en laisse pas conter. Et qu’elle n’hésite pas à exiger le respect de ses droits devant les tribunaux. En décembre 2015, elle n’a pas accepté que le steward du vol El Al New York-Tel Aviv la pousse à céder son siège parce qu’un passager ultra-orthodoxe refusait de s’asseoir à ses côtés au nom d’obscures croyances religieuses imposant une stricte séparation entre les sexes.

      Certes, la pratique est ancienne à bord des avions israéliens où les passagers voyageant seuls sont souvent contraints de déménager au profit d’ultra-orthodoxes dérangés par la présence d’une personne « impure » à leurs côtés. Ces déménagements sont tellement courants que les équipages ont appris à les mener avec doigté et fort discrètement.

      Une formation anti-discrimination
      Soutenue par la « Israël religious action center » (IRAC), une association dénonçant les droits exorbitants souvent accordés à la minorité ultra-orthodoxe, l’ex-avocate a donc décidé de poursuivre El Al pour « discrimination » devant le tribunal de district de Jérusalem. 

      Au terme de deux ans de procédure, la juge Dana Cohen-Lekah a rendu son verdict mercredi. Elle a donné raison à la plaignante, estimant qu’« il n’existe absolument aucune circonstance dans laquelle un membre d’équipage peut demander à un passager de changer de siège parce qu’un autre ne veut pas s’asseoir à côté de lui en raison de son genre ». Un camouflet pour El Al, qui se voit contrainte de soumettre son personnel de cabine à une formation anti-discrimination.

      Affaire classée ? Pas encore car la clientèle ultra-orthodoxe constitue une partie non négligeable de la clientèle de la compagnie et l’on imagine mal qu’elle accepte le jugement de Dana Cohen-Lekah.

      Campagne menée par des rabbins ultra-orthodoxes
      Par l’intermédiaire de leurs leaders spirituels, les différents courants de la communauté ultra-orthodoxe imposent d’ailleurs à El Al et à sa filiale charter Sundor une panoplie de mesures destinées à les rendre « 100% casher ». Parmi celles-ci, la discrimination entre les sexes à la demande de certains passagers, ainsi que l’immobilisation des avions durant le shabbat et les jours de fêtes religieuses juives.

      En Israël, les mêmes rabbins ultra-orthodoxes mènent campagne pour obtenir la fermeture des quelques supermarchés de Jérusalem et de Tel Aviv fonctionnant durant le repos sacré de la fin de semaine. A leurs yeux, travailler durant le shabbat équivaut à « profaner le nom divin ». C’est d’ailleurs pour la même raison qu’ils s’opposent aux initiatives citoyennes et parlementaires demandant qu’un service minimum de transport public (trains, autobus, tramway) soit assuré durant le shabbat et les jours fériés pour satisfaire les couches défavorisées incapables de s’offrir une voiture ou des déplacements en taxi.

      #discrimination


    • http://lavoixdu14e.blogspirit.com/archive/2018/11/20/inauguration-de-la-statue-mon-fils-marin-de-chana-orloff-sam

      Inauguration de la statue « Mon fils marin » de Chana Orloff, samedi 24 novembre, place des Droits de l’Enfant

      Chana Orloff conseil de quartier Montsouris- DareauRendez vous place des Droits de l’Enfant, le 24 novembre à 11h, pour l’inauguration de la statue « Mon fils marin » de Chana Orloff, à l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de cette grande artiste, dont l’atelier se trouvait 7bis Villa Seurat dans le 14ème.

      (La Place des Droits de l’Enfant se situe à l’intersection des rues Alésia-Tombe Issoire et Sarrette.)

      L’inauguration de la statue Mon fils marin de Chana Orloff dont la maison-atelier (réalisée sur les plans de Perret) se situe au 7bis de la Villa Seurat arrive enfin, à l’issue du travail acharné de la commission culture du conseil de quartier Montsouris- Dareau depuis...8 ans ! Ce projet avait été en effet approuvé à l’unanimité lors de la séance du Conseil d’arrondissement de décembre 2008.

      Cette inauguration interviendra quatre jours après la célébration de la Journée internationale des Droits de l’Enfant du 20 novembre. Elle commémore aussi le 50ème anniversaire du décès de Chana Orloff.


      chana orloff,conseil de quartier montsouris- dareauChana Orloff née le 12 juillet 1888 à Starokonstantinov dans Kostiantynivka, Gouvernement de Iekaterinoslav, maintenant la région de Kharkiv, Ukraine, décédée à Tel Aviv, le 16 décembre 1968, est une sculptrice figurative juive de nationalité française. Elle a fréquenté Marc Chagall, Chaim Jacob Lipchitz, Amedeo Modigliani, Pascin, Chaïm Soutine et Ossip Zadkine...

      Elle a réalisé, entre autres, une sculpture de David Ben Gourion, le Monument des héros dédié aux défenseurs d’Ein Gev et le Monument de la maternité en mémoire de Chana Tuckman morte pendant la guerre d’indépendance d’Israël. Outre ces monuments, elle a sculpté les portraits du futur Premier ministre Levi Eshkol, des architectes Pierre Chareau et Auguste Perret, des peintres Henri Matisse, Amedeo Modigliani, Pablo Picasso et Per Krohg, ainsi que des poètes Hayyim Nahman Bialik et Pierre Mac Orlan... (Wikipédia)

      #femmes #art


  • Blaming Netanyahu is no solution to the Zionist left’s occupation complex
    Not all of Israel’s disasters began with Rabin’s murder, and not all of its ills will end when Netanyahu is replaced. But when there is nothing to offer, all the blame is placed on Netanyahu.
    Gideon Levy
    Nov 25, 2018 2:45 AM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-blaming-netanyahu-is-no-solution-to-the-zionist-left-s-occupation-

    The Zionist left can’t deal with the most critical problem, the one that has shaped the face of Israel more than any other. It carries a great deal of guilt over the issue, it has no solution for it, and as a result it has lost its way. Aware of its situation, it has invented detours to divert attention away from what it’s incapable of addressing. The left has made up a narrative for itself that helps it to evade the main issue, which it also finds disturbing: After all, it is humane and moral. That way, it doesn’t have to confront the issue and to propose solutions.

    In light of its losing its way, its complexes, its guilt feelings, the left redirects the debate to two, related issues: Prime Minister Yitzhak Rabin’s assassination and the hatred for Benjamin Netanyahu. The insane obsession with both issues stems from the left’s suppressed guilt over having no answer for the occupation, the issue that defines Israel more than anything else.

    This fixation on Rabin’s murder and the no-less-compulsive hatred for Netanyahu are the refuge of the left from having to deal with Israel becoming a nation of occupation and apartheid, for which it has no answer. Neither Rabin’s murder nor the harm caused by Netanyahu should be taken lightly, but when they’re the main issue it’s a sign of a grave ideological crisis.

    In short, this is the narrative the left has invented for itself: Rabin was about to solve the problem of the occupation and to establish peace. Netanyahu came along exactly then, incited to and caused the murder.

    Rabin was murdered, Netanyahu inherited the position of prime minister from him and destroyed Israel’s hope. That was the moment “the country was finished for me,” in the language of the left.

    This narrative is not baseless, it is just very exaggerated. The exaggeration is meant to blur reality. Rabin’s murder was a difficult event, but less fateful than the left makes it out to be. Netanyahu is a harmful prime minister, but not as harmful as the left would have it. It is very doubtful that Rabin would have brought peace; the road to peace was still very long, he had barely begun to travel upon it and even the beginning was problematic.

    To attribute the occupation, the blockade, the terror and the wars to Rabin’s murder is a historical misrepresentation. It may be convenient for the left, because it acquits them of any guilt. The occupation, we must recall, did not begin with the right, and the settlements were not born with Likud.

    The hatred of Netanyahu is no less excessive. He deserves the left’s criticism and fierce opposition, but the demonization and the reflexive attacks on every single action says more about the left than it does about Netanyahu. The left would have taken some of the exact same actions as he did, and perhaps even worse ones at that. The worship of security, for example, is identical in both camps. The support for the settlements, too, is much more similar than it appears.

    Not all of Israel’s disasters began with Rabin’s murder, and not all of its ills will end when Netanyahu is replaced. But when there is nothing to offer, all the blame is placed on Netanyahu. He caused the murder, as a result the occupation was perpetuated, because of him Israel lost its way, only because of him.

    Such a balm to the tormented conscience, such relief without demanding courage, is it to wallow in the murder and to blame Netanyahu; to light a memorial candle in Rabin Square in Tel Aviv and to demonstrate against corruption.

    If that is the situation, then the left doesn’t stand a chance. When there is nothing to offer, it is impossible to win in the elections. It is of course possible to continue to talk about the two-state solution, at a time when there’s no longer anywhere to establish them — for which the left is partly to blame. It’s possible to continue to mutter “Jewish and democratic,” and to flee from the choice between these mutually contradictory principles, the meaning of one of which is unclear.

    It is also possible to continue to promise peace negotiations, as if that were the goal, and to know that the left has nothing just to offer in them. It is also possible to rely on another messiah from the house of David who says nothing and is victorious in the opinion polls — but when there is nothing to offer, there is no way to win.

    And of course, it is possible to do things in differently: to stop mourning for Rabin and hating Netanyahu, more than he deserves, and to propose a daring alternative, one that has never been tried. But that is too much for the Zionist left, the bogus Israeli alternative to the right.


  • Maroc / Israël : Le collier de la reine, un tribut de vassalité à un suzerain ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-le-collier-de-la-reine-un-tribut-de-vassalite-a

    Un collier en or aurait été offert par Lalla Salma, épouse du Roi du Maroc, à Tzipi Livni, le co-ordonnateur de la guerre de destruction israélienne de Gaza (2007-2008). Un cadeau offert en 2009 à l’occasion d’une visite de l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères au Maroc, un an après la fin de la guerre israélienne contre l’enclave palestinienne.

    Cette information explosive a été démentie de piètre façon par le Maroc, par un communiqué laconique du ministère des affaires étrangères publié le 26 juillet, soit deux semaines après la fuite du Maariv. Le journal israélien précisait, pourtan, dans son édition en date du 13 juillet 2011, que le parlement israélien avait pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères, liste où figurerait « Lalla Salma » pour un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009 à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger.
    Dans ce qui apparait comme un geste d’apaisement destiné à détourner le courroux de l’opinion publique, la communauté juive du Maroc a volé au secours du Trône, lui emboitant le pas, endossant le même jour la responsabilité de ce cadeau. Non pas par un communiqué franc et précis qui aurait coupé court à toutes les spéculations mais par un procédé oblique, en des termes alambiqués, des propos confus faisant état d’ une indication d’un membre de la communauté juive, à l’identité non définie, se dévouant pour confier à un site électronique marocain que Mme Livni « n’a rencontré aucune princesse du Maroc, uniquement des personnalités marocaines et des responsables de la communauté juive » et que « le collier a pu lui être offert par la communauté juive » (2).

    Sauf à y voir la marque d’un travail de sophistication journalistique, un tel amateurisme dans la gestion de cette affaire pourrait avoir eu un effet inverse de confirmer plutôt que d’infirmer cette information. Un effet pervers
    Selon Maariv, pourtant, Lalla Salma n’aurait pas été la seule à couvrir de bijoux la ministre israélienne. La Fédération des Juifs du Maroc lui aurait aussi offert « un collier d’or serti de diamants et de pierres précieuses assorties de deux bagues ». Soit, en fin de compte, deux colliers et deux bagues. Une belle pioche pour un voyage si controversé d’un si sinistre personnage.

    Au delà du démenti formel, le pouvoir marocain a incontestablement commis un impair dans sa communication de crise, d’autant moins explicable que le sujet est d’une grande volatilité, accréditant l’idée d’un malaise par sa réaction tardive et son laconisme. Le démenti marocain, de même que la revendication indirecte de la communauté juive n’évacuent pas pour autant le débat sur le bien fondé de ce geste de courtoisie à l’égard d’une belliciste coresponsable de deux guerres contre des objectifs arabes, le Liban en juillet 206, et Gaza, en 2007, ni même sur sa présence au Maroc un an après la guerre de Gaza. Pas plus Tzipi Livni que son collier n’avaient de raison d’être au Maroc. Le service minimum sur un sujet de grande controverse porte la marque d’une désinvolture et pointe désormais du doigt le rôle ambigu de l’Institut Amadeus, initiateur de ce projet frappé de suspicion.
    Quelqu’en soit le bienfaiteur, au-delà des démentis de circonstance, le cadeau parait placer la Monarchie dans l’embarras en ce qu’il peut être ressenti, à juste titre, par une large fraction de cette population nationaliste comme un geste d’une gratuité provocante, une humiliation vécue comme un tribut de vassalité envers un suzerain.

    LA LÉGITIMITÉ DU JUDAÏSME MAROCAIN ET SON INSTRUMENTALISATION POUR UNE IMPUNITÉ DU TRÔNE
    Le laxisme traditionnel marocain à l’égard d’Israël, à contre courant de la position officielle arabe, est généralement expliqué par les rapports historiques qu’entretient la dynastie alaouite avec le judaïsme marocain (3), particulièrement du fait de la position du sultan du Maroc, sous le régime de l’Etat français de Vichy, dont le refus de faire appliquer sur son territoire les lois racistes du gouvernement collaborationniste, notamment le port de l’étoile jaune pour les ressortissants de l’Empire, lui a valu la gratitude éternelle de ses sujets de confession juive.
    Une autre interprétation, moins valorisante mais plus conforme à la realpolitik, explique ce lien privilégié par le souci du futur Roi Mohamad V de contourner l’ostracisme français à son égard, sous le protectorat, par une alliance avec le judaïsme marocain, avec l’appui américain, en vue de contraindre la France à renoncer à son rival, le Glaoui de Marrakech, et à rompre son exil malgache, permettant ainsi aux Etats-Unis de prendre pied dans ce qui était à l’époque une chasse gardée française.

    Au delà de ses interprétations polémiques, un fait demeure. Le judaïsme marocain dispose d’une place légitime au Maroc, par son ancrage et son apport. Mais cette légitimité ne saurait impliquer une légitimation d’Israël, par extension, sans règlement préalable de la question palestinienne, ni l’instrumentalisation de cette équation pour camoufler le partenariat stratégique souterrain entre la dynastie alaouite et l’ennemi officiel du Monde arabe, Israël, à l’effet d’aménager l’impunité du pouvoir chérifien qui en découle.

    Cinquante ans après son indépendance, sous une solidarité de façade, le Maroc apparait comme un tire-au-flanc de la stratégie arabe au même titre que la Jordanie et l’Arabie saoudite, au point de se retrouver dans une configuration inique de trois royaumes arabes dotés, chacun, d’une légitimité sacrale constituant un cordon sanitaire autour d’Israël, au détriment de la cause palestinienne, supposée être leur cause prioritaire, du fait de la sacralité de leur pouvoir ; le commandeur des croyants alaouite en sa qualité de président du comite « Al Qods » de la conférence islamique ; le gardien wahhabite des Lieux Saints de l’islam, en raison de sa responsabilité particulière à l’égard de Jérusalem, le 3 me haut lieu saint de l’Islam ; le hachémite, enfin, de par sa descendance directe de la tribu des Koraïchites, la tribu du Prophète. Trois royaumes, l’Arabie saoudite, la Jordanie et le Maroc, désormais liés au sein d’une confédération disparate des pétromonarchies du Golfe, dans une fusion contre nature qui révèle, face à la contestation de l’ordre établi dans le Monde arabe, leur préoccupation d’assurer la survie de leur trône, plutôt que la promotion du Monde arabe, encore moins la Libération de la Palestine.
    La presse internationale abonde de la connivence israélo-marocaine sous le règne de Hassan II, de la fuite des Juifs marocains vers Israël, à la collaboration des services secrets des deux pays dans l’affaire Ben Barka, à la guerre du Sahara, aux escales techniques des unités israéliennes dans les ports marocains durant la guerre de juin 1967 (4), à la germination hormonale, enfin, du jeune prince héritier de l’époque envers une compatriote de confession juive qui donna par la suite deux soldats à l’armée israélienne (5).

    Mais le fait nouveau est la pérennisation de cette connivence sous le nouveau Roi Mohamad VI, au point de faire du Maroc une enclave diplomatique d’Israël, dans des conditions outrageusement méprisantes pour le peuple palestinien et ses nombreux sympathisants à travers le monde. Au risque d’exposer à l’opprobre public, pour la première fois dans les annales du Royaume, la propre épouse du Souverain.

    A moins d’impérieuses nécessités d’intérêt national touchant au règlement du conflit israélo palestinien, à quel besoin répondait le fait d’exposer sa propre épouse à l’opprobre, dans un geste malvenu auprès de l’opinion publique marocaine et arabe, en honorant une belliciste impénitente. Tzipi Livni (6), l’officier traitant du Mossad en France dans une décennie qui a vu la décapitation des principaux dirigeants palestiniens en poste en Europe et non Rachel Corrie, la pacifiste américaine broyée par un tracteur pour la défense de la terre palestinienne contre la confiscation israélienne. Tzipi Livni, objet d’un mandat d’arrêt de la justice britannique pour les crimes contre l’humanité » commis par son gouvernement à Gaza et non Rony Brauman, le franc tireur courageux pourfendeur du blocus de Gaza. Sauf à y voir la marque d’une perfidie complémentaire, à quel besoin répondait le souci du bénéficiaire de révéler son présent, sinon à embarrasser son hôte prévenant ? A l’ombre de la révolte arabe du printemps 2011, gageons que pareille gracieuseté ne saurait se reproduire sans exposer son auteur à un tollé généralisé.

    L’INSTITUT AMADEUS SUR LE GRILL (7)
    Quiconque connaît la tétanie qui frappe tous les acteurs politiques du royaume à l’égard du trône alaouite, le séjour de Mme Livni ne relevait pas du domaine du fortuit et ne répondait à aucun besoin de dialogue tant sont permanents les canaux de communications entre Rabat et Tel Aviv. Officiellement un « think tank » marocain, indépendant, l’Institut Amadeus, dirigé par le propre fils du ministre marocain des Affaires étrangères, Brahim Fassi-Fihri, aura servi de paravent au séjour de Mme Livni au Maroc. Crée en 2008, l’institut est soutenu par les entreprises traditionnellement perméables aux intérêts occidentaux, notamment l’hebdomadaire Jeune Afrique, le support médiatique des états africains pro occidentaux prospères. Le mandat d’arrêt lancé le 14 décembre 2009 par la justice britannique à l’encontre de Mme Tzipi Livni pour sa responsabilité dans la guerre de destruction israélienne de Gaza a retenti comme un désaveu du Maroc, un camouflet d’autant plus cinglant que le Roi Mohamad VI préside le comité chargé de préserver les Lieux saints musulmans de Jérusalem, une ville en voie de judaïsation rampante et quasiment annexée par Israël.
    En vertu de quel passe droit, un institut élitiste s’arroge-t-il le droit de prendre, seul, sans l’aval d’une autorité légitiment investie, l’initiative d’engager lourdement son pays sur un point essentiel de sa diplomatie ? Que de surcroît, face au tollé, ce même institut, visiblement déconnecté des réalités sociales, se dispense de la moindre explication, accentuant ainsi la suspicion sur l’ensemble de la galaxie royale en ce que le silence de cette coterie de technocrates ne manquera d’alimenter le mécontentement et les supputations, s’agissant d’un acte éminemment diplomatique à portée morale.

    Que l’initiative soit le fait du propre fils du ministre des affaires étrangères pose la question de savoir si l’héritier présomptueux a pu y procéder sans la caution des autorités marocaines. Auquel cas, la sanction est inévitable au double titre d’une infraction au fonctionnement démocratique des institutions du pays, au titre d’exemple ensuite, pour sanctionner le mépris d’Amadeus envers les sentiments profonds du peuple marocain et son aventurisme suspect. Dans le cas contraire, l’aval du pouvoir à son initiative rendrait le démenti officiel, sans objet et non avenu.
    En l’absence d’une mise au point -mise au clair- de l’institut Amadeus, l’Affaire Tzipi Livni accrédite cette singulière institution comme le sous traitant diplomatique des sujets épineux du Royaume. En un mot, Amadeus assumerait pour la compte de la diplomatie marocaine ce que la rendition était à la torture, la première entreprise de délocalisation de la politique étrangère du Maroc, et sur le plan de la bataille pour la conquête de l’opinion internationale, une opération de ravalement cosmétique destinée à pérenniser le trône auprès des chancelleries occidentales.

    En plein printemps arabe, une telle affaire, en tout état de cause, est très malvenue tant pour le Trône que pour ses parrains occidentaux d’autant que, si elle était confirmée, elle placerait les officiels marocains dans un embarras d’autant plus grand qu’elle survient dans la foulée d’une affaire autrement plus consternante qui concerne cette fois le roi en personne. Mohammed VI avait en effet décerné une distinction honorifique à un dirigeant du lobby juif américain dans la foulée de l’intervention israélienne de Gaza. Dans un geste controversé, en septembre 2009, le monarque avait remis le titre de Chevalier de l’ordre du trône du royaume du Maroc à Jason F. Isaacson, directeur des affaires internationales du Comité américano-juif (AJC), qui se trouve être un des fervents soutiens à l’équipée militaire israélienne contre l’enclave palestinienne. L’information sur la remise du titre n’avait pas été annoncée officiellement au Maroc, mais révélée par un site communautaire juif aux Etats-Unis. Si, là aussi, l’objectif était la paix, pourquoi la distinction s’est portée sur un belliciste du lobby juif américain et non sur Jeremy Ben Ami, le directeur de « J Street », le contre lobby juif américain favorable à un règlement négocié.

    D’autres indices tendent à confirmer la permanence du primat israélien dans la stratégie marocaine. Le cas le plus flagrant aura été le licenciement par la Sofrecom, filiale du groupe France Télécom au Maroc, d’un ingénieur, Mohamed Benziane, après neuf ans de service pour « faute grave », laquelle, en la circonstance, à consister à refuser de participer à la formation dispensée par un prestataire de services israélien. Le vendredi 11 décembre 2009, la police marocain imposera donc sans ménagement la normalisation par le bâton aux salariés de l’entreprise conformément aux choix diplomatiques d’une monarchie alaouite n’hésitant pas à privilégier les intérêts économiques des entreprises françaises implantées sur son sol au détriment des besoins démocratiques de ses “sujets”, qui, contrairement aux Iraniens, n’ont pas la “chance” de faire l’objet de la compassion occidentale ni d’aucune espèce de vaste mise en scène médiatique. Ce licenciement abusif d’un élément de main-d’œuvre -de surcroît, indigène- qui a eu l’outrecuidance de penser par lui-même et d’obéir à une loi morale qui n’arrange ni les multinationales, ni le gouvernement marocain, a répondu à une double injonction : l’injonction néo libérale, d’une part, et l’injonction autoritaire du Makhzen, d’autre part, qui se renforcent mutuellement dans le prolongement d’une logique coloniale (8).

    A quelle logique obéit ce besoin de tirer constamment contre son propre camp ? Quel besoin pressant à pousser le Maroc à inviter officieusement un personnage si controversé dans la foulée du traumatisme de Gaza ? Sauf à masquer un dessein machiavélique, pourquoi privilégier systématiquement la distinction des plus anti palestiniens et xénophobes des dirigeants israéliens ? La cause de la paix gagne-t-elle devant tant de complaisance ? Comment expliquer cette inversion des valeurs qui fait que de prestigieux militants marocains de confession juive, l’ingénieur Abraham Sarfati et le mathématicien Sion Assidon, auront croupi longtemps dans les geôles royales pour leur soutien à la cause palestinienne, quand, en contrechamps, tenaient table ouverte à Tanger et Marrakech des figures de proue du sionisme exacerbé, le philosophe du botulisme Bernard Henri Levy et le priapique Dominique Strauss Khan, sans que nul au Royaume ne pipe mot sur cette incohérence, en recommandant par exemple à ces zélés sionistes de vivre leur passion dans le pays de leur premier choix et non en terre arabe, dont ils dénigrent tant la cause majeure ?

    Quelle aubaine que la « sacralité » de la personne du Roi consacrée par la constitution qui dispense ainsi le monarque de toute critique de ses sujets, mais le prive, par voie de conséquence, d’un garde fou. L’hospitalité arabe, quoique légendaire, ne relève pas de la niaiserie. Elle obéit à de codes rigoureux qu’aucun monarque, ni président ne saurait enfreindre sans s’exposer, à plus ou moins long terme, à une réplique. Le gauleiter de Gaza, Hosni Moubarak, le vassal par excellence des Israéliens au Moyen Orient, en a payé le prix fort au terme d’un règne de 32 ans bercé par le cantique des laudateurs occidentaux, auparavant son prédécesseur Anouar el Sadate, de même que le Roi Abdallah 1 er de Jordanie, le fondateur de la dynastie hachémite et Gardien des lieux saints de Jérusalem, son neveu Faysal II d’Irak, ainsi que l’iranien, au titre ronflant, Chahin Chah Araymehr, « Sa Majesté Impériale, le Roi des Rois, lumière des aryens », renvoyé dans les ténèbres de l’histoire.

    Que le souverain prenne garde. Le cortège des laudateurs fait entendre, à son tour, son concert de louanges au Maroc, tressant ses couronnes, à coup de poncifs, sur l’ingéniosité royale d’un pays promu nouveau rempart contre l’intégrisme depuis l’éviction du dictateur tunisien Zine el Abidine Ben Ali. Sa réforme constitutionnelle est encensée par une cohorte de plumitifs parasitaires, sans le moindre regard critique comparatif entre l’orignal et la copie, alors que la nouvelle version ne fait qu’amplifier les tares autoritaires du régime. Le oui l’aurait emporté avec plus de 98% pour un taux de participation de près de 73%. Est-ce vraiment raisonnable ce score à la Nicolas Ceausescu, du nom du dictateur roumain passé par le peloton d’exécution à la chute du communisme ? Ne s’agit pas plus tôt d’un triomphe en trompe l’œil, à la Pyrrhus, jusqu’à la chute finale. Devant tant de congratulations empressées, il serait judicieux que sa Majesté veuille bien garder en mémoire cette maxime de Jean de La Fontaine qui veut que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » (9).

    LE MAROC, DESTINATION PRÉFÉRÉE DES POLITICIENS FRANÇAIS
    Une quarantaine de personnalités françaises de premier plan ont opté pour le Maroc pour leurs vacances de fin d’année lors de la révolte arabe de 2010. De l’ancien président Jacques Chirac, à Taroudant, dans le sud du pays, à son successeur Nicolas Sarkozy, qui y a passé des vacances de Noël en 2009 et en 2010, à la résidence royale de Jnane Lekbir, à 3 kms de Marrakech, à son ancienne adversaire socialiste de 2007, Ségolène Royal, qui y a séjourné en 2010, avec son compagnon André Hadjez, au sein d’un “palace de Ouarzazate”, dans le sud du pays, à Jean Louis Borloo, ministre de l’écologie, au couple Balkany, Isabelle et Patrick Balkany, maire de Levallois, à Hervé Morin (et 18 membres de sa famille à l’hôtel Es-Saâdi de Marrakech), à Brice Hortefeux et naturellement Philippe Douste Blazy, ancien ministre des Affaires étrangères qui fit l’objet d’un scandale.
    La « tribu Maroc » s’étend bien au-delà de ces attaches. De Bernard-Henri Lévy à Thierry de Beaucé, à Dominique Strass Khan et Anne Sinclair, à Elizabeth Guigou et Dominique de Villepin, nombre de dirigeants politiques, chefs d’entreprise, intellectuels médiatiques et célébrités du showbiz ont à Marrakech ou ailleurs une résidence secondaire. Le « plus beau pays du monde », comme le veut la publicité de l’Office marocain du tourisme, devient ainsi un lieu de rendez-vous culte pour la classe politique française, où la délocalisation d’un Conseil des ministres serait presque envisageable durant les fêtes de fin d’année. La Mamounia est la carte maîtresse de cette politique de séduction du Makhzen, le pouvoir féodal marocain. Tous y sont reçus avec les attentions particulières que sait déployer le Maroc pour ses hôtes de marque. Les invitations spéciales sont l’atout maître de l’arsenal diplomatique du royaume chérifien pour séduire les politiques français. La pratique est érigée en politique d’Etat.

    Quoique l’on dise, quoique l’on fasse, le collier de la reine à Tzipi Livni constitue une faute politique impardonnable, qui fera tache ; une tache que rien ne saurait gommer de la mémoire des peuples en lutte ce qu’elle sera éternellement ressentie comme une prime à une belliciste impunie qui compte à son actif deux guerres, l’une, en 2006 contre le Liban, l’autre, en 2007-2008 contre Gaza, avec le
    Etat policé, le Maroc est aussi un état policier et son parc hôtelier, comme il se doit de l’être, est sonorisé et scanné, témoin muet des galipettes des uns, des roucoulades des unes, des valses hésitations des uns et des autres, de leurs chapardages et de leurs chuchotements, qui fait dire à un diplomate français que « la France est captive de la diplomatie marocaine », tout comme le monarchie marocaine est tributaire de sa survie de son allégeance israélienne.
    Le Royaume se gangrène de tant de dérives. De tant de licences. Lupanar des pétromonarchies du Golfe, enclave diplomatique israélienne, mercenaires sous traitant de la stratégie américaine en Afrique dans le cadre du « Safari Club » chargé de la protection des dictatures africaines pro occidentales, notamment le Zaïre du général Joseph Désiré Mobutu, sur fond de corruption, de népotisme et d’autoritarisme bureaucratique. A n’y prendre garde, le royaume pourrait en porter les stigmates indélébiles avec à sa tête un commandeur de peu, d’un royaume déserté de ses oiseaux migrateurs de mauvais augure, les vacanciers parasitaires envolés vers d’autres cieux à la recherche de nouvelles pitances.

    Et si le Maroc, par la somptuosité de son accueil, le nombre des bénéficiaires de ses prestations, ses abus et ceux de ses invités, ses dérives et les leurs, le silence complice des observateurs occidentaux, n’était en fin de compte que la plus grande mystification politico-médiatique de l’époque contemporaine, un syndrome tunisien sur une plus grande échelle ? Sur les débris de son trône ne subsistera alors au souverain qu’à méditer la fin pitoyable du dernier roi de Grenade, l’infortuné Bouabdil, raillé par sa mère « de pleurer comme une femme ce qu’il n’a su défendre comme un homme ».

    Le référendum du 1er juillet 2011 sur la Constitution marocaine a permis au roi Mohammed VI de donner au moins, dans le contexte des révoltes arabes, l’illusion d’une démocratisation.
    Etude comparative du texte original de la Constitution marocaine et du nouveau texte adopté par la réforme. Une réforme en trompe l’œil en ce que les pouvoirs du Roi sont encore plus étendus.

    1-Le collier de la Reine : L’affaire du collier de la reine est une escroquerie qui eut pour victime, en 1785, le cardinal de Rohan, évêque de Strasbourg, et qui éclaboussa la réputation de la reine Marie Antoinette.

    2- Harissa.com http://www.harissa.com/news/article/le-maroc-d%C3%A9ment-avoir-offert-un-collier-en-diamants-%C3%A0-tzipi-livni

    3- Sur la problématique du judaïsme marocain cf. à ce propos, l’analyse de Abraham Sarfati https://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif
    – Sur le partenariat stratégique entre Israël et le Maroc, Cf. à ce propos La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale
    –1re partie : Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme https://www.renenaba.com/hassan-et-hussein-le-modernisme-au-service-de-l%E2%80%99archaisme
    2eme partie La Cia de l’un, le Mossad de l’autre https://www.renenaba.com/la-jordanie-et-le-maroc-deux-voltigeurs-de-pointe-de-la-diplomatie-occiden

    4-Abdel Monein Diouri, dans son livre « A qui appartient le Maroc » (Editions l‘Harmattan), chapitre IV « Une diplomatie captive », page 103, soutient que « durant la guerre de juin 1967, des navires israéliens ont fait de discrètes escales techniques dans les ports marocains. Les bases américaines au Maroc ont servi de ponts aériens entre les Etats-Unis et Israël. Les bateaux marocains de pêche en haute mer (propriété du Roi) étaient équipés pour servir au Mossad de système d’écoute des communications téléphoniques, via le détroit de Gibraltar, point de passage des communications internationales entre l4Europe et l4Afrique. Les renseignements recueillis par ce système servaient aussi bien Israël que le Maroc ». De son côté, Agnès Bensimon, auteur eu célèbre « Hassan II et les Juifs », affirme que c’est parce que les services secrets israéliens ont fourni des renseignements très précis quant à un complot visant à tuer le prince héritier en février 1960 que les relations entre le Maroc et Israël ont débuté. L’historien Yigal Bin-Nun dément une telle version des faits. Pour lui, c’est en 1963 que la coopération officielle entre les deux pays a commencé. Quel intérêt pour Hassan II ? Les Israéliens avaient contacté Emile Benhamou, un ami d’enfance de Mohamed Oufkir, afin qu’il les fasse entrer en contact avec le chef des services de sécurité marocains. Après plusieurs tentatives, la rencontre est finalement arrangée en février 1963 chez Benhamou lui-même, rue Victor Hugo à Paris, entre l’agent Yaakov Karoz et Oufkir. Les Marocains craignaient qu’un membre de l’opposition ne se fasse passer pour un représentant du Palais pour acheter des armes. Le Mossad confirmera plus tard qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Les relations entre le Maroc et Israël deviennent dès lors officielles. Hassan II craignait que son trône ne soit menacé par le panarabisme. Il faisait mine de sympathiser avec la vague nassérienne qui submergeait le monde arabe ; en réalité, il le faisait pour ne pas se laisser distancer par l’opposition. Selon Yigal Bin-Nun, le Roi a peut-être voulu se rapprocher d’Israël parce qu’il était attiré par ce qu’on appelait alors le « miracle israélien ». Beaucoup étaient fascinés par la capacité qu’avait eue ce jeune Etat à « fleurir le désert », selon l’expression consacrée. L’inexistence des relations israélo-arabes était propice à un rapprochement entre le Palais et les dirigeants israéliens, d’autant plus que Ben Gourion avait décidé d’opter pour la politique dite des Etats périphériques : il fallait développer une ceinture d’Etats lointains mais conciliants. L’intrusion du Mossad au Maroc s’est faite par des voyages clandestins de nombreux agents du Mossad et de leur chef Isser Harel, entre 1958 et 1960. Le premier eut lieu le 1er septembre 1958. Si les autorités marocaines eurent vent de sa visite, elles n’en laissèrent rien paraître, préparant ainsi le terrain à “l’accord de compromis” conclu entre le Palais et Israël favorisant l’exode des Juifs marocains. Plus tard, les officiers Oufkir, Dlimi et bien d’autres se rendirent clandestinement en Israël et des politiques et militaires israéliens firent durant de longues années le chemin inverse. Les archives nationales d’Israël regorgent de documents historiques qui retracent ces liens. Les Marocains auraient souvent demandé aux Israéliens de les renseigner sur les Etats arabes favorables à un renversement de la monarchie alaouite. Israël aurait aussi soutenu le Maroc dans sa “Guerre des Sables” avec l’Algérie en livrant des blindés. Des officiers de l’armée et du Mossad ont formé et encadré la jeune armée royale et les services de sécurité dont le célèbre Cab-1, l’embryon de la DST. En retour, et malgré l’envoi de troupes au Golan jugé “anecdotique”, le Maroc n’a eu de cesse de normaliser l’existence de l’Etat hébreu auprès du monde arabe ou ouvrir à Rabat et à Tel-Aviv des antennes diplomatiques. Israël aurait continué à aider “technologiquement” le Maroc au Sahara, notamment dans la sécurisation du Sud par la construction du Mur de défense, ceinture modernisée de la fameuse ligne Barleev expérimentée dans le Sinaï.
    http://www.mamfakinch.com/au-maroc-en-2011-mieux-vaut-militer-pour-israel-que-pour-la-democratie-o

    5- Selon une dépêche AFP 19 août 2005 : La juive israélienne Hedva Selaa, 53 ans, ancienne, soldate de l´armée israélienne, aujourd’hui réceptionniste dans un hôtel à Eilat, dit être la fille naturelle du “commandeur des croyants” Hassan II et sœur du “nouveau commandeur des croyants” marocains ! C’est le “scoop” présenté- le 19 août 2005 – à la Une d’un supplément du quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot. Sous le titre “le roi et moi”, Hedva (Selaa est le nom de son mari) pose avec une photo du roi défunt – un cliché censé souligner leur ressemblance. Intitulé “une princesse marocaine”, l’article raconte la romance qu’aurait eue Anita Benzaquen, la mère de Hedva, en 1952, avec le prince héritier Moulay Hassan, alors âgé de 23 ans. Deux enfants seraient nés des amours illégitimes du prince Hassan (future Hassan II) et de sa maîtresse juive Anita, nièce de Léon Benzoïque, figure de la communauté juive marocaine et futur ministre des PTT du premier gouvernement marocain sous Mohamed V. Si Jacky, l’aîné, refuse toujours de parler à la presse, Hedva, la cadette, a décidé de “tout révéler” 8 ans après le décès de sa mère Anita, en 1997. Une mère que Hedva n’hésite pas à qualifier de femme frivole et multipliant les aventures. “Un test ADN n’est pas envisageable, admet Hedva, et mon frère Jacky a brulé toutes les archives de notre mère après sa mort”.
    Son récit s’appuie sur des recoupements familiaux. La réceptionniste ne demande rien, et notamment pas d’argent. Son unique souhait, dit-elle, est de “rencontrer mon demi-frère, le roi Mohammed VI”. Pour tenter de donner suite à cette demande, Yediot Aharonot a, contacté Badreddine Radi, un fonctionnaire du ministère de la Communication à Rabat. Après “24 heures de réflexion”, dit le quotidien israélien, le marocain a décliné l‘offre.

    6- Quand le Maroc offre de « généreux cadeaux » aux criminels de guerre israéliens. Selon le quotidien israélien Maariv, du mercredi 13 juillet 2011, le parlement israélien a pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères. Maariv révèle ainsi que « Lalla Salma » a offert un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009. Madame Tzipi Livni, a séjourné au Maroc à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger, du 19 au 21 novembre 2009, le think tank de Brahim Fassi Fihri, fils du ministre marocain des Affaires étrangères Taib Fassi Fihri. La famille royale marocaine compte parmi les plus « généreux donateurs » de cadeaux aux responsables de l’Etat hébreu. En 1981, pour remercier Shimon Peres de sa venue au Maroc pour rassurer le régime des soutiens juifs américains. Le Commandeur des croyants lui avait offert une cargaison complète de vin de bon cru de ses vignes personnelles, chargée à bord de l’avion qui le transportait en Israël ! URL courte : http://www.demainonline.com/?p=6338 the Hebrew-language daily Maariv reported Thursday http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/145701
    Tzipi Livni, dont la famille originaire de Pologne, est la fille du chef des opérations de l’Irgoun. A ce titre, en 1946 et sur ordre de Menahem Begin, il avait organisé le célèbre attentat à la bombe contre l’hôtel King David, où se trouvait le QG britannique, et qui a coûté la vie à 91 Anglais, Arabes et Juifs. Plus tard et toujours aux côtés de Begin, Livni père a été l’un des architectes de la naissance du Likoud et de la victoire du parti qui a porté Begin au pouvoir en 1977. Au décès de son père, Tzipi Livini a cherché à succéder à son paternel à la Knesset sur le ticket du Likoud, optant pour un slogan bien particulier : « Mon nom est une institution » Un slogan lourd de sens car, en hébreu, le mot « institution » signifie Mossad, le nom des services secrets israéliens, en référence à son passage au Mossad, où elle fut un agent clé en Europe pour quatre ans, dans les années 80. Et notamment en France -elle est francophone- où elle a dirigé une « safe house » (maison sécurisée servant de base arrière ou de lieu de repli) pour ses collègues du Mossad au moment où le service entamait une campagne d’assassinats en Europe. Elle était notamment en poste en France en 1980, lorsqu’un scientifique égyptien spécialisé dans le nucléaire et travaillant pour Saddam Hussein a été assassiné dans la chambre de son hôtel parisien par le Mossad. Le gouvernement israélien a refusé de confirmer officiellement que le service était derrière cet assassinat mais le Premier ministre de l’époque, Menachem Begin, a glissé un jour à un journaliste américain qu’il espérait que la France qui aidait l’Irak avait« appris la leçon ». Tzipi Livni était toujours en poste en Europe lorsque un dirigeant de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), Mamoun Meraish, a été tué par des balles tirées par un agent du Mossad à Athènes, en Grèce, en 1983. Un assassinat où, pour le Times de Londres en date du 1er juin 2008, Tzipi Livni était impliquée. A la suite du meurtre de Mamoun Meraish, Livni est rentrée en Israël pour reprendre ses études de droit. En cause selon le Times, de trop fortes « pressions » dans son boulot d’agent secret. Etait-elle elle-même l’un des tueurs dans cet assassinat et dans d’autres, comme le prétend la presse britannique ? Lorsqu’elle se lance dans la politique au sein du Likoud, elle devient vite une disciple d’Ariel Sharon, l’homme qu’une commission officielle israélienne a désigné comme étant « personnellement responsable » du massacre dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, au Liban, en 1982. Par la suite, elle sera sous le patronage de Sharon ministre de la Coopération régionale, ministre de l’Agriculture, ministre de l’Absorption des immigrés et ministre de la Justice. Elle suivra Sharon lorsqu’il claque la porte du Likoud en 2005 pour fonder Kadima. Quand Ehud Olmert succède à Ariel Sharon comme Premier ministre, Tzipi sera nomme vice premier ministre et ministre des Affaires Etrangères..

    7- L’Institut Amadeus : Créé en 2008, basé à Rabat, Amadeus est un « think tank » marocain, indépendant, qui se présente comme un centre d’expertise, de réflexion, de conseil, de proposition et de consultation, une plateforme d’échanges, de rencontres et de coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Amadeus bénéficie du partenariat d’une vingtaine d’entreprises notamment Alsthom, la chaine hôtelière Movenpick, l’Hebdomadaire Jeune Afrique, Maroc Telecom Et Medi1 SAT. Animé par une équipe de quinze personnes composées de managers, de chercheurs et d’experts avec des pôles de compétence et des horizons culturels diversifiés, il se propose de consolider l’image de marque du Maroc et de la région du Maghreb, au niveau international, en menant des actions de lobbying.
    L’équipe dirigeante est composée des trois personnalités suivantes :

    –Brahim Fassi-Fihri : Diplômé en sciences politiques de l’Université de Montréal, le président de l’Institut Amadeus a effectué de nombreux travaux de recherche dans le domaine des relations internationales. Brahim fonde l’association Amadeus en 2005. En 2007, il approfondit sa connaissance des enjeux euro-méditerranéens en intégrant la Direction Générale des Relations Extérieures de la Commission Européenne. Il est nommé durant cette période responsable du comité d’organisation de la 11eme conférence ministérielle Euromed de la Transition économique. En tant que Président de l’Institut Amadeus, Brahim coordonne l’ensemble des activités de l’Institut et apporte son expertise des enjeux politiques et géostratégiques contemporains. Il est l’initiateur et le créateur des MEDays, un forum international organisé chaque année à Tanger. Brahim a développé un réseau international de personnalités de la sphère politique et économique et des medias, faisant des MEDays le rendez-vous annuel des pays den la région sud.

    –Mekki Lahlou : Diplômé en sciences politiques de l’Université de McGill à Montréal, titulaire d’un Master en relations internationales et droit international à Sciences Po Paris et doctorant en droit aérien Mekki est un spécialiste des relations internationales. Il a travaillé dans la fonction publique internationale et s’est par la suite spécialisé dans les problématiques de la libéralisation et de la déréglementation du transport aérien international, notamment lors de son séjour à l’Association du Transport Aérien International à Genève. A l’Institut Amadeus, Mekki s’occupe plus particulièrement des relations extérieures, et notamment des partenariats et du financement des activités de l’Institut.

    –Younès Slaoui : Vice-président et co-fondateur de l’Institut Amadeus Issu de l’Ecole Nationale d’Administration française (ENA), promotion Jean-Jacques Rousseau, et diplômé de l’EM Lyon, Younes est spécialisé en administration publique, en stratégie et en finance d’entreprise. Ses expériences à Calyon et DTZ lui ont permis de participer à des opérations de financement d’entreprises et de conseil financier. Au cours de son expérience au sein de la Direction Générale française de l’Énergie et du Climat, il a intégré l’équipe du Plan Solaire Méditerranéen de l’Union pour la méditerranée (UPM) et a été chargé d’un rapport sur le financement du nucléaire. Younes a également collaboré à la réflexion stratégique et à l’étude du développement international du groupe EM Lyon en tant que chargé de mission auprès du directeur général de cette institution. Au niveau associatif, Younes a occupé en 2006 la fonction de Président de l’AMGE Lyon et Vice-président régional de l’AMGE (Association des Marocains des Grandes Ecoles). Younes apporte ses connaissances des enjeux et problématiques de développement économique et social, et est un acteur de premier rang dans l’élaboration.

    8 – Sentence philosophique du blog « Princesse de Clèves islamo-gauchiste ».

    9 – Alexandre Adler, Rachida Dati, le Maroc et les chantres de la démocratie « contrôlée » blog du monde diplo lundi 4 juillet 2011, par Alain Gresh http://blog.mondediplo.net/2011-07-04-Alexandre-Adler-Rachida-Dati-le-Maroc-et-les                                                                                                                                                       https://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine


  • Ugo Palheta : « La possibilité d’un fascisme en Israël »
    mardi 20 novembre 2018
    http://www.ujfp.org/spip.php?article6800

    (...) La question sur laquelle je crois pouvoir développer quelques points et contribuer à ce débat, au vu de mes propres recherches récentes, c’est la question du fascisme. Et je pense que l’on peut interroger la politique israélienne à partir de la question du fascisme ; je crois même que c’est urgent parce que cela jette une lumière crue sur la réalité de la société israélienne et de la politique sioniste telle qu’elle s’est déployée depuis la fondation de l’État d’Israël et telle qu’elle se radicalise dans la période historique qui est la nôtre.

    Avant de développer, je voudrais citer les propos d’Avishai Ehrlich, un sociologue israélien et militant du mouvement Hadash (Front démocratique pour la Paix et l’Égalité en Israël). Dans un texte publié en anglais en 2016, mais écrit en 2014 pendant l’énième offensive extrêmement brutale et meurtrière menée par l’État d’Israël à Gaza, il écrivait la chose suivante :

    « Après 3 semaines à l’étranger, nous sommes revenus en Israël où, dans le centre de Tel Aviv, des gens sont arrêtés par des bandes qui exigent de savoir qui est Juif et qui est Arabe. Les Arabes sont tabassés ; les Juifs sont sommés de crier publiquement « Mort aux Arabes ! » et, s’ils refusent, ils sont également tabassés sous les yeux d’une police qui ne fait rien... À Jérusalem, des bandes fascistes inspectent des ateliers et des commerces en exigeant que les patrons n’emploient pas de travailleurs palestiniens vivant à Jérusalem.
    Nous sommes en Israël où la Ligue de Défense juive et ses émanations, des supporteurs de foot notamment, contrôlent les rues... Nous sommes dans un pays où les gens dont vous pensiez qu’ils étaient de gauche quelques semaines auparavant, se prononcent à présent contre les manifestations de gauche alors que la guerre continue. Vous rappelez-vous de la première guerre du Liban en 1982 contre laquelle nous avions organisé une manifestation rassemblant 300 000 personnes contre le massacre dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila ? Hé bien aujourd’hui vous ne savez plus ce que vous pouvez dire et à qui, pas même dans votre propre famille.
    [...] Nous sommes en Israël où les réseaux sociaux spew venom tels que ’’Le meurtre d’un Juif mérite l’assassinat de 1000 Palestiniens’’. Israeli TV est censurée ; les Israéliens ne voient pas sur les chaînes de télévision ce que vous voyez sur vos chaînes, à moins de mettre Al-Jazeera, BBC World, France 24 ou d’autres chaînes internationales. Nous sommes en Israël où les universités espionnent les mails de leurs étudiants et de leurs salariés ».

    Je m’arrête là pour cette citation mais le reste est du même ordre. Tout cela donne à voir un processus que l’on peut qualifier de fascisation de la politique et de la société israéliennes. Je suis en général assez réticent devant certains usages de ce concept de « fascisation » parce qu’il est en général employé à toutes les sauces, sans trop de discernement, pour évoquer telle ou telle mesure autoritaire prise par tel ou tel gouvernement. Or je crois qu’il est nécessaire de bien distinguer les dérives autoritaires des États d’un côté et le fascisme de l’autre, tout en précisant que ces dérives favorisent l’ascension des fascistes, notamment en banalisant et en légitimant leur projet d’un État totalitaire écrasant dans l’œuf toute forme de contestation ou d’opposition (politique, syndicale, associative, artistique, etc.).

    Pour autant, je crois que, dans le cas israélien, on est contraint de recourir au concept de « fascisation » parce que nous sommes face à un ensemble d’évolutions qui toutes pointent et tendent vers le fascisme, non pas dans un futur lointain mais dans un avenir proche. (...)


  • Are Jared and Ivanka Good for the Jews? - The New York Times

    Jewish communities stand more divided than ever on whether to embrace or denounce Jared Kushner and Ivanka Trump.

    By Amy Chozick and Hannah Seligson
    Nov. 17, 2018

    https://www.nytimes.com/2018/11/17/style/ivanka-trump-jared-kushner.html

    On election night in Beverly Hills, Jason Blum, the hot shot horror-movie producer, was accepting an award at the Israel Film Festival. The polls in a string of midterm contests were closing, and Mr. Blum, a vocal critic of President Trump, was talking about how much was at stake.

    “The past two years have been hard for all of us who cherish the freedoms we enjoy as citizens of this country,” Mr. Blum said.

    That’s when the crowd of mostly Jewish producers and power brokers started to chant, “We like Trump!” An Israeli man stepped onto the stage to try to pull Mr. Blum away from the microphone as the crowd at the Saban Theater Steve Tisch Cinema Center cheered.

    “As you can see from this auditorium, it’s the end of civil discourse,” Mr. Blum said, as security rushed the stage to help him. “Thanks to our president, anti-Semitism is on the rise.”
    ADVERTISEMENT
    In the weeks after a gunman killed 11 people at the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh, in one of the most horrific acts of anti-Semitism in years, debates about the president’s role in stoking extremism have roiled American Jews — and forced an uncomfortable reckoning between Mr. Trump’s rhetoric and his daughter and son-in-law’s Jewish faith.
    Rabbi Jeffrey Myers greets Mr. Kushner and Ms. Trump near the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh.
    Credit
    Doug Mills/The New York Times

    Image

    Rabbi Jeffrey Myers greets Mr. Kushner and Ms. Trump near the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh.CreditDoug Mills/The New York Times
    Rabbis and Jewish leaders have raged on Twitter and in op-eds, in sermons and over shabbat dinners, over how to reconcile the paradox of Jared Kushner, the descendant of Holocaust survivors, and Ivanka Trump, who converted to Judaism to marry Mr. Kushner.

    To some Jews, the couple serves as a bulwark pushing the Trump administration toward pro-Israel policies, most notably the decision to move the U.S. embassy from Tel Aviv to Jerusalem. To many others, they are the wolves in sheep’s clothing, allowing Mr. Trump to brush aside criticism that his words have fueled the uptick in violent attacks against Jews.

    “For Jews who are deeply opposed to Donald Trump and truly believe he is an anti-Semite, it’s deeply problematic that he’s got a Jewish son-in-law and daughter. How can that be?” said Dr. Jonathan D. Sarna, a professor of American Jewish history at Brandeis University.
    Sign up for the Of The Moment Newsletter
    Self-care and social change. Relationships and advice. Beauty and health. Fame and fortune. Stories picked for you. Get the Of the Moment newsletter.

    SIGN UP
    ADVERTISEMENT
    Mr. Kushner and Ms. Trump serve as senior advisers in the White House. At a time when Judaism is under assault — the F.B.I. said this week that anti-Semitic attacks have increased in each of the last three years — they are unabashedly Orthodox, observing shabbat each week, walking to an Orthodox Chabad shul near their Kalorama home in Washington, D.C., dropping their children off at Jewish day school and hanging mezuzas on the doors of their West Wing offices.

    After the Pittsburgh attack, Mr. Kushner played a key role in Mr. Trump (eventually) decrying “the scourge of anti-Semitism.” And Mr. Kushner helped arrange the president’s visit to the Squirrel Hill synagogue, including inviting Ron Dermer, the Israeli ambassador to the United States to accompany them. There, in Pittsburgh, thousands marched to protest what one organizer described as the insult of the Mr. Trump’s visit.
    Arabella Kushner lights the menorah as her parents look on during a Hanukkah reception in the East Room of the White House in 2017.
    Credit
    Olivier Douliery/Getty Images

    Image

    Arabella Kushner lights the menorah as her parents look on during a Hanukkah reception in the East Room of the White House in 2017.CreditOlivier Douliery/Getty Images
    The White House has referenced Mr. Kushner and Ms. Trump’s religion to dismiss accusations that Mr. Trump’s rhetoric has emboldened anti-Semites. “The president is the grandfather of several Jewish grandchildren,” the White House press secretary, Sarah Huckabee Sanders, told reporters.

    Using the couple in this way has unnerved many Jews who oppose the president and say Mr. Kushner and Ms. Trump violated the sacred, if sometimes unspoken, communal code that mandates Jews take care of each other during times of struggle. “I’m more offended by Jared than I am by President Trump,” said Eric Reimer, a lawyer in New York who was on Mr. Kushner’s trivia team at The Frisch School, a modern Orthodox yeshiva in New Jersey that they both attended.

    “We, as Jews, are forced to grapple with the fact that Jared and his wife are Jewish, but Jared is participating in acts of Chillul Hashem,” said Mr. Reimer, using the Hebrew term for when a Jew behaves immorally while in the presence of others.
    ADVERTISEMENT
    For Mr. Reimer, who hasn’t spoken to Mr. Kushner since high school, one of those incidents was the administration’s Muslim ban, which prompted members of the Frisch community to sign an open letter to Mr. Kushner imploring him “to exercise the influence and access you have to annals of power to ensure others don’t suffer the same fate as millions of our co-religionists.”

    Leah Pisar, president of the Aladdin Project, a Paris-based group that works to counter Holocaust denial, and whose late father, Samuel Pisar, escaped Auschwitz and advised John F. Kennedy, said she found it “inconceivable that Jared could stay affiliated with the administration after Pittsburgh” and called Mr. Kushner the president’s “fig leaf.”

    Those kinds of accusations are anathema to other Jews, particularly a subset of Orthodox Jews who accused liberal Jews of politicizing the Pittsburgh attack and who say that any policies that would weaken Israel are the ultimate act of anti-Semitism.
    Ms. Trump and Mr. Kushner at the opening ceremony of the new U.S. Embassy in Jerusalem in May.
    Credit
    Sebastian Scheiner/Associated Press

    Image

    Ms. Trump and Mr. Kushner at the opening ceremony of the new U.S. Embassy in Jerusalem in May.CreditSebastian Scheiner/Associated Press
    “Jared and Ivanka are one of us as traditional Jews who care deeply about Israel,” said Ronn Torossian, a New York publicist whose children attend the Ramaz School, the same Upper East Side yeshiva where Mr. Kushner’s eldest daughter Arabella was once enrolled. “I look at them as part of our extended family.”

    Even some Jews who dislike Mr. Trump’s policies and recoil at his political style may feel a reluctance to criticize the country’s most prominent Orthodox Jewish couple, grappling with the age-old question that has haunted the Jewish psyche for generations: Yes, but is it good for the Jews?
    ADVERTISEMENT
    To that end, even as liberal New York Jews suggest the couple would be snubbed when they eventually return to the city, many in the Orthodox community would likely embrace them. “They certainly won’t be banned, but I don’t think most synagogues would give them an aliyah,” said Ethan Tucker, a rabbi and president of the Hadar yeshiva in New York, referring to the relatively limited honor of being called to make a blessing before and after the reading of the Torah. (Mr. Tucker is also the stepson of Joe Lieberman, the first Jewish candidate to run on a major party ticket in the U.S.) “I don’t think people generally honor people they feel were accomplices to politics and policies they abhor,” Mr. Tucker said.

    Haskel Lookstein, who serves as rabbi emeritus of the Congregation Kehilath Jeshurun, the modern Orthodox synagogue on the Upper East Side that Mr. Kushner and Ms. Trump attended, wrote in an open letter to Mr. Trump that he was “deeply troubled” by the president saying “You also had people that were very fine people, on both sides,” in response to the white nationalist riots in Charlottesville, Va.

    When reached last week to comment about the president’s daughter and son-in-law days after the Pittsburgh attack, Mr. Lookstein said simply, “I love them and that’s one of the reasons I don’t talk about them.”

    Talk to enough Jews about Mr. Kushner and Ms. Trump, and you begin to realize that the couple has become a sort of Rorschach test, with defenders and detractors seeing what they want to see as it relates to larger rifts about Jewish identity.

    “It’s not about Jared and Ivanka,” said Matthew Brooks, the executive director of the Republican Jewish Coalition. “People look at them through the prism of their own worldviews.”
    Editors’ Picks

    The Adopted Black Baby, and the White One Who Replaced Her

    Stone Mountain: The Largest Confederate Monument Problem in the World

    They Survived a Massacre. Then the Lawyers Started Calling.
    From left to right on front row, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, his wife Sara Netanyahu, Mr. Kushner, Ms. Trump, and the U.S. Treasury Secretary Steve Mnuchin at the opening ceremony of the new U.S. embassy in Jerusalem.
    Credit
    Sebastian Scheiner/Associated Press

    Image

    From left to right on front row, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, his wife Sara Netanyahu, Mr. Kushner, Ms. Trump, and the U.S. Treasury Secretary Steve Mnuchin at the opening ceremony of the new U.S. embassy in Jerusalem.CreditSebastian Scheiner/Associated Press
    Those worldviews are rapidly changing. One in five American Jews now describes themselves as having no religion and identifying as Jews based only on ancestry, ethnicity or culture, according to Pew. By contrast, in the 1950s, 93 percent of American Jews identified as Jews based on religion.
    ADVERTISEMENT
    As Jews retreat from membership to reform synagogues, historically made up of political liberals who were at the forefront of the fight for Civil Rights and other progressive issues, Chabad-Lubavitch, the Orthodox Hasidic group with which Mr. Kushner is affiliated, has become a rapidly-growing Jewish movement. The growth of Chabad correlates with fierce divisions about the Israeli-Palestinian conflict and a small but growing contingent of American Jews who prioritize Israel above any other political or social issue.

    Mr. Kushner, in particular, has become a sort of proxy for these larger schisms about faith and Israel, according to Jewish experts. “There is a great deal of anxiety around the coming of the Orthodox,” said Dr. Sarna, the Brandeis professor. “Jared in every way — his Orthodoxy, his Chabad ties, his views on Israel — symbolizes those changes.”

    Mr. Kushner is the scion of wealthy real-estate developers and his family has donated millions of dollars to the Jewish community, including through a foundation that gives to settlements in the West Bank. Mr. Kushner influenced the Trump administration’s decision to move the U.S. Embassy, to withdraw from the Iran nuclear deal, and to shutter a Palestine Liberation Organization office in Washington.

    “You’d be hard pressed to find a better supporter of Israel than Donald Trump and Jared plays a role in that,” said Ari Fleischer, a former White House press secretary under President George W. Bush. Mr. Kushner is currently working on a Middle East peace plan expected to be rolled out in the coming months.

    Haim Saban, an entertainment magnate and pro-Israel Democrat, is optimistic about Mr. Kushner’s efforts. He said in an interview from his hotel in Israel that although he disagrees with some of Mr. Trump’s policies, “Jared and by extension the president understand the importance of the relationship between the U.S. and Israel on multiple levels — security, intelligence, but most of all, shared values.”
    ADVERTISEMENT
    That embrace has only exacerbated tensions with secular Jews who overwhelmingly vote Democratic and oppose Mr. Trump. According to a 2018 survey by the American Jewish Committee, 41 percent of Jews said they strongly disagree with Mr. Trump’s handling of U.S.-Israeli relations and 71 percent had an overall unfavorable opinion of Mr. Trump. (In response to questions for this story, a White House press aide referred reporters to an Ami magazine poll of 263 Orthodox Jews in the tristate area published in August. Eighty-two percent said they would vote for President Trump in 2020.)

    “To wave a flag and say ‘Oh, he’s obviously pro-Jewish because he moved the embassy’ just absolutely ignores what we know to be a deeply alarming rise of anti-Semitism and all sorts of dog-whistling and enabling of the alt-right,” said Andy Bachman, a prominent progressive rabbi in New York.
    President Trump praying at the Western Wall.
    Credit
    Stephen Crowley/The New York Times

    Image

    President Trump praying at the Western Wall.CreditStephen Crowley/The New York Times
    In September, Mr. Kushner and his top advisers, Jason D. Greenblatt and Avi Berkowitz, hosted a private dinner at the Pierre Hotel on the Upper East Side. Over a kosher meal, Mr. Kushner, aware of concerns within the Jewish community that Israel policy had become an overly partisan issue, fielded the advice of a range of Jewish leaders, including hedge-fund billionaire and Republican donor Paul Singer and Mr. Saban, to craft his Middle East peace plan. “He called and said ’I’ll bring 10 Republicans and you bring 10 Democrats,’” Mr. Saban said.

    The undertaking will only bring more kvetching about Mr. Kushner. Indeed, some of Mr. Trump’s most ardent Jewish supporters have already expressed their displeasure at any deal that would require Israel to give up land.

    “I’m not happy with Jared promoting a peace deal that’s sending a message that we’re ready to ignore the horrors of the Palestinian regime,” said Morton A. Klein, the president of the Zionist Organization of America and a friend of Republican megadonor Sheldon G. Adelson.

    “But …” Mr. Klein added, as if self-aware of how other Jews will view his position, “I am a fanatical, pro-Israel Zionist.”
    Amy Chozick is a New York-based writer-at-large and a frequent contributor to The New York Times Magazine, writing about the personalities and power struggles in business, politics and media.


  • Zuckerberg, hummus and Tel Aviv - Israel National News
    http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/254703

    Facebook CEO Mark Zuckerberg joined “Secret Tel Aviv,” an Israeli Facebook group with over 220,000 members.

    The group, according to a report in Globes, publishes many posts in Hebrew and English with diverse content, such as housing searches, various recommendations, tips for new immigrants, discussions, and humorous posts about the city and its residents. The group is very active and operates a website.

    Zuckerberg joined Secret Tel Aviv over the weekend, the report said. Some of the group’s members noticed this on Monday and began publishing posts about it.

    “People, you should know that now he’s one of us,” one user wrote with a screen capture showing that Zuckerberg was a group member. The post has received over 1,100 likes and drawn many responses. Another user tagged him, writing humorously, “I hope the new member in the group likes the hummus in the city.”


  • « Notre but n’est pas la sécurité d’Israël, mais de contrôler les Palestiniens » - Le Point

    INTERVIEW. Ancien sniper de Tsahal de 2005 à 2008, le militant israélien Nadav Weiman interprète les consignes données aux soldats israéliens. De notre envoyé spécial à Tel Aviv, Armin Arefi

    https://www.lepoint.fr/monde/notre-but-n-est-pas-la-securite-d-israel-mais-de-controler-les-palestiniens-

    Deux cent dix-huit Palestiniens tués. Un mort, côté israélien. Depuis le 30 mars dernier, les balles de snipers de Tsahal pleuvent chaque vendredi à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, pour empêcher des milliers de manifestants palestiniens de s’approcher de la barrière de sécurité qui sépare l’enclave palestinienne de l’État hébreu. À travers cette « Marche du retour », les Gazaouis entendent retourner sur la terre dont leurs ancêtres ont été expulsés à l’issue de la première guerre israélo-arabe de 1948. Mais ils comptent avant tout sur cette mobilisation pour obtenir la levée du double blocus économique et sécuritaire israélo-égyptien qui a contribué à faire de leur minuscule territoire l’un des plus pauvres au monde. Chômage record, pénurie d’électricité et eau polluée, « Gaza est en train d’imploser », s’est alarmé le mois dernier Nickolay Mladenov, émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient.
    PUBLICITÉ

    inRead invented by Teads

    Lire aussi Gaza : « Nous vivons tous grâce aux aides de l’UNRWA »

    « À l’origine, le mouvement [de la Marche du retour] n’a pas été créé par le Hamas », admet le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne (Tsahal). « Mais cette organisation terroriste l’a facilement récupéré et toute sa logistique est désormais entre les mains du Hamas. » S’ils étaient au départ en majorité pacifiques, les manifestants palestiniens ont ensuite lancé de nombreux cerfs-volants incendiaires qui ont atteint les localités israéliennes avoisinantes et brûlé des champs.

    De son côté, Tsahal a mobilisé dès les premiers jours de nombreux snipers qui n’ont pas hésité à tirer sur les manifestants. Mais le lieutenant-colonel Jonathan Conricus reste droit dans ses bottes : le Hamas utilise désormais des civils comme arme pour tenter de rentrer en Israël en traversant la grille de sécurité », affirme-t-il. « Si nous ne les arrêtons pas, alors leur prochaine cible sera les communautés israéliennes qu’ils n’hésiteront pas à tuer. »

    Lire aussi Gaza : traverser la frontière, et après ?
    Une version à laquelle n’adhère sûrement pas Nadav Weiman. Sniper de l’armée israélienne entre 2005 et 2008 en Cisjordanie, à Gaza et à la frontière libanaise, cet ancien soldat de Tsahal est aujourd’hui membre de l’ONG Breaking the Silence, visant à éclairer le public israélien et la communauté internationale sur les pratiques des FDI (forces de défense israélienne). Dans une interview au Point, ce militant israélien de 32 ans nous donne sa vision des consignes données aux soldats de Tsahal.

    « L’ordre est d’instiller la peur chez les Palestiniens. De leur donner le sentiment qu’ils sont chassés, que Tsahal peut être partout, tout le temps »


  • Saudis used Israeli spyware to track Khashoggi: Snowden - World News

    http://www.hurriyetdailynews.com/saudis-used-israeli-spyware-to-track-khashoggi-snowden-138669

    Software made by an Israeli cyber security firm was used to track murdered journalist Jamal Khashoggi, a former U.S. National Security Agency contractor and whistleblower claimed Nov. 7.

    Addressing a conference in Tel Aviv, Israel via a video call from Russia, Edward Snowden said Pegasus spyware sold to governments by NSO Group Technologies was used to track opponents.

    “The Saudis, of course, knew that Khashoggi was going to go to the consulate, as he got an appointment. But how did they know his intention and plans?”

    Khashoggi, a Saudi national and columnist for The Washington Post, was killed on Oct. 2 after entering the Saudi Consulate in Istanbul.


  • Pour installer son siège berlinois, Google se voit proposer l’ancien QG de la Stasi
    https://www.bfmtv.com/economie/pour-installer-son-siege-berlinois-google-se-voit-proposer-l-ancien-qg-de-la-

    C’est un bâtiment gris et triste comme il s’en est construit des centaines dans le Berlin de l’après-guerre. Certains touristes ne s’aventurent dans le gigantesque quartier populaire de Lichtenberg que pour en visiter l’une de ses ailes où a été aménagé le musée de la Stasi. Et c’est dans ce même immense bâtiment qu’un élu berlinois suggère à Google d’installer son « campus ». Faute de mieux.

    En 2016, le géant américain Google a annoncé son intention d’installer à Kreuzberg, dans l’un des quartiers les plus « bobos » de la capitale allemande, 3000 m2 de bureaux et cafétérias au sein desquels le géant américain voulait installer ses équipes ainsi que des start-ups. A l’instar de ce qu’il a déjà fait à Londres, Madrid, Sao Paulo, Séoul, Tel Aviv et Varsovie. Las. Après deux ans de manifestations en tous genres, les opposants à ce projet ont fait plier Google. Le 24 octobre, le groupe a annoncé qu’il renonçait à son projet de campus.

    Une décision à laquelle ne se résolvent pas une partie des élus de la ville. L’un d’entre eux, membre de la CDU (parti chrétien démocrate d’opposition municipale), suggère donc à Google d’intégrer l’ancien siège de la Stasi.


  • Netanyahou à Oman. Opération normalisation d’Israël dans le Golfe | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/netanyahou-oman-operation-normalisation-disrael-dans-le-golfe

    Le sultan d’Oman, Qabous ben Saïd, sert la main du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, en visite surprise dans le sultanat, le 26 octobre 2018. Photo : Omani Royal Palace / AFP

    La présence du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à Mascate a pris de court de nombreux observateurs. Pourtant, les pas vers une normalisation des relations se multiplient dans tous les pays du Golfe.

    #IsraelOman #catastrophe_arabe

    • Le ministre israélien des sports aux Émirats arabes unis se joindra à l’équipe d’Abu Dhabi pour un tournoi de judo
      26 octobre 2018
      http://www.fr.awdnews.com/index/le-ministre-israelien-des-sports-aux-emirats-arabes-unis-se-joindra-a-le

      Le ministre israélien de la Culture et des Sports Miri Regev s’est rendu aux Emirats Arabes Unis (EAU) pour accompagner l’équipe de judo israélienne au Grand Chelem d’Abu Dhabi 2018 alors que les pays arabes de la région réchauffent considérablement leurs relations avec le régime de Tel Aviv après des rapports de contacts secrets.

      Mme Regev est arrivée à Abu Dhabi vendredi matin, et elle doit participer à la cérémonie d’ouverture de l’événement international qui se tiendra demain à Zayed Sports City, la capitale émiratie, a rapporté une agence de presse palestinienne de langue arabe, Ma’an.

      #IsraelEAU
      “““““““““““““““““““““““““““““““

      Palestine Alqadi
      ‏ @ALQadiPAL - 07:43 - 28 oct. 2018
      https://twitter.com/ALQadiPAL/status/1056496579992059905

      ويستمر مسلسل التطبيع بعد قطر وعمان

      وزيرة الثقافة والرياضة الصهيونية ميري ريجيف في لحظة امتنان مع رئيس الجودو الإماراتي،

      الوزيرة عملت كمتحدثة باسم جيش الاحتلال، تكره العرب ، لإحظوا ، اين يركز نظره خجلا

      ليش يا عرب ليش تطعنو القدس بظهرها ؟

    • La visite d’une ministre israélienne aux Émirats interroge sur les relations d’Israël avec le Golfe
      Nadda Osman - 30 octobre 2018
      https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/la-visite-d-une-ministre-isra-lienne-aux-mirats-interroge-sur-les-rel

      En moins d’une semaine, trois hauts responsables israéliens, dont le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, se sont rendus en visite officielle dans le Golfe

      La visite officielle de la ministre israélienne Miri Regev aux Émirats arabes unis ce week-end a suscité des réactions mitigées sur les réseaux sociaux. Les internautes se demandaient si cela marquait le début du réchauffement des relations entre Israël et les EAU.

      Regev, la ministre israélienne de la Culture et des Sports, a assisté dimanche au grand tournoi de judo à Abou Dabi, où l’un des athlètes israéliens a remporté l’or. Cet événement a particulièrement attiré l’attention car c’était la première fois que l’hymne national israélien, Hatikvah, était joué aux Émirats.

      Regev a ensuite tweeté : « Nous avons fait l’histoire. Le peuple d’Israël vit ! »

      Bien que les Israéliens aient déjà assisté à des événements sportifs dans le Golfe auparavant, leur participation était souvent subordonnée à l’absence de symboles nationaux.

      L’année dernière, la Fédération internationale de judo a toutefois menacé d’annuler le grand chelem d’Abou Dabi si les athlètes israéliens ne bénéficiaient pas des mêmes droits que les autres concurrents.
      (...)
      La visite de la ministre est survenue quelques jours seulement après le voyage surprise du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à Oman pour rencontrer le sultan Qaboos, marquant la première visite d’un dirigeant israélien dans ce pays du Golfe depuis 1996.
      (...)
      La rencontre de Mascate portait plus sur le désir d’Oman de jouer un rôle dans la région que sur la conclusion d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré à MEE une source diplomatique occidentale.

      « Oman tente de jouer un rôle régional entre les divers parties et axes de la région et considère Israël comme un acteur important concernant diverses questions régionales », a déclaré le diplomate.

      Ce mardi, un troisième haut responsable israélien s’est rendu dans un pays du Golfe. Le ministre israélien des Communications, Ayoub Kara, participe en ce moment à la Conférence de plénipotentiaires de l’Union internationale des télécommunications à Dubaï, où il a appelé à la « paix et la stabilité » dans la région.

      #Golfe


  • Revealed: Israel’s cyber-spy industry helps world dictators hunt dissidents and gays

    Haaretz investigation spanning 100 sources in 15 countries reveals Israel has become a leading exporter of tools for spying on civilians. Dictators around the world – even in countries with no formal ties to Israel – use them eavesdrop on human rights activists, monitor emails, hack into apps and record conversations
    By Hagar Shezaf and Jonathan Jacobson Oct 20, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-israel-s-cyber-spy-industry-aids-dictators-hunt-dissident

    During the summer of 2016, Santiago Aguirre divided his time between part-time university lecturing and working for an organization that helps locate missing people. Mexico was then in the news internationally because of presidential candidate Donald Trump’s promise to build a wall on the American border with its southern neighbor. However, for Aguirre, a Mexican human rights activist, the problems of the present were far more pressing than any future wall. At the time, he was in the midst of a lengthy investigation to solve the mystery of the disappearance and presumed murder of 43 students in the city of Iguala two years before. It was becoming increasingly clear that his findings were incompatible with the results of the investigation conducted by the government.
    Aguirre wasn’t concerned when he received a series of text messages containing broken links. “Please help me with my brother, the police took him only because he is a teacher,” one message read. And another: “Professor, I encountered a problem. I am sending back my thesis, which is based on your dissertation, so that you can give me your comments.” The messages looked no different from many of the legitimate messages he received every day as part of his work. And therein lay the secret of their power. When Aguirre clicked on the links, however, he was inadvertently turning his smartphone into a surveillance device in the hands of the government.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz

    “Those text messages had information that was personal,” Aguirre notes, “the kind of information that could make the message interesting for me so I would click. It wasn’t until later that I actually thought – well, it is actually pretty weird that I received three messages with broken links.”

    Mexican human rights activist Santiago Aguirre, left, and colleague Mario Patron. Centro Prodh
    The discovery had a brutally chilling effect on the work of his organization. For the first time, he says, speaking with Haaretz by phone, he really and truly feared that every step he took was being watched, and that perhaps his family too was under surveillance.
    “Over the past 10 years, we have a figure of around 30,000 people who disappeared” in Mexico, Aguirre explains. “Many places in Mexico are controlled by organized crime. It has under its influence and power the authorities of some regions of the country, so they use the police to detain and then disappear people that they think are the enemy. I can tell you of many examples in which the Mexican military, for example, has presented the work human rights defenders as [benefiting] the drug cartels and organized crime. So there’s a pattern of thinking about the human rights sector in Mexico as a sector that needs to be surveilled.”

    The public revelation of the fact that Aguirre was under surveillance was made possible by cooperation between Mexican organizations and the Canadian research institute Citizen Lab. It turned out that Aguirre was one of a group of 22 journalists, lawyers, politicians, researchers and activists who were being tracked by local authorities. An examination of Aguirre’s telephone revealed that the links in the text messages were related to Pegasus spyware, which the authorities were using.
    But how did Pegasus get to Mexico? The trail of the malware led to Herzliya Pituah, the prosperous Tel Aviv suburb that is one of the major hubs of Israel’s high-tech industry. It’s there, in a narrow stretch of land between Israel’s coastal highway and the Mediterranean Sea, that NSO Group, the company that developed this Trojan-horse program, has its headquarters. Pegasus, which Forbes magazine called “the world’s most invasive mobile spy kit” in 2016, allows almost unlimited monitoring, even commandeering, of cellphones: to discover the phone’s location, eavesdrop on it, record nearby conversations, photograph those in the vicinity of the phone, read and write text messages and emails, download apps and penetrate apps already in the phone, and access photographs, clips, calendar reminders and the contacts list. And all in total secrecy.
    Pegasus’ invasive capability was rapidly transformed into dazzling economic success. In 2014, less than five years after entering the world from a space in a chicken coop in Bnei Zion, a moshav in the country’s center, 70 percent of the company’s holdings were purchased for $130 million. The buyer was Francisco Partners, one of the world’s largest private equity firms, which specializes in high-tech investments. That deal followed Francisco Partners’ earlier purchases of Israeli firms Ex Libris and Dmatek, According to Reuters, a year after the NSO takeover, Francisco Partners enjoyed a profit of $75 million.
    But the big money of NSO is only a small part of the big picture. Within a few years, the Israeli espionage industry has become the spearhead of the global commerce in surveillance tools and communications interception. Today, every self-respecting governmental agency that has no respect for the privacy of its citizens, is equipped with spy capabilities created in Herzliya Pituah.


  • Lang et le destin de MbS
    http://www.dedefensa.org/article/lang-et-le-destin-de-mbs

    Lang et le destin de MbS

    Nous avons déjà dit pourquoinous apprécions le travail du colonel Lang, – pour les qualités d’analyse de l’homme autant que pour son expérience comme officier de la Defense Intelligence Agency (DIA, renseignement du Pentagone). Lang fut en poste comme attaché militaire et officier de cette agence à l’ambassade des USA à Ryad pendant plusieurs années. Il suit attentivement le déroulement de l’affaire Khashoggi, faisant jouer beaucoup de son expérience pour étayer son approche intuitive de cette crise.

    Ce qu’il a justement prévu jusqu’ici, c’est la détérioration qu’il juge inexorabledu cadre crisique qui est en jeu (les relations USA-Arabie), notamment au travers des relations qu’on devine incertaines voire prédatrices malgré leur entente initialeentre ces deux personnalités (...)

    •  » Qu’en est-il de MbS ? Pompeo l’a-t-il convaincu d’accepter avec résignation quelque gifle qu’on lui assénera ? J’en doute aussi. L’administration Trump a quasiment pulvérisé ce qui restait du[grand séminaire de MbS] “Davos dans le désert”. Si ma famille était installée dans le Royaume à cause de ma position de fonction diplomatique, je la ferais partir dans l’instant et j’aurais mon sac de voyage à portée de main à tout moment. Sans forcer aucunement sur l’hyperbole, je prédis que MbS est sur le point de prendre des mesures impitoyables, bien au-delà de la liquidation d’un journaliste expatrié vieillissant. L’échiquier du Moyen-Orient est sur le point de changer radicalement. Le résultat sera beaucoup de larmes amères à Tel Aviv et à Washington et beaucoup de sourire à Ankara et Téhéran. Et peut-être la fin des tueries et des souffrances inutiles au Yémen. »


  • Why the Khashoggi murder is a disaster for Israel -
    The grisly hit-job on Khashoggi has implications far beyond its exposure of the Saudi Crown Prince as brutal and reckless. In Jerusalem and D.C., they’re mourning their whole strategic concept for the Mideast - not least, for countering Iran

    Daniel B. Shapiro
    Oct 17, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-why-the-khashoggi-murder-is-a-disaster-for-israel-1.6569996

    For Israel, this sordid episode raises the prospects that the anchor of the new Middle East realities it has sought to promote - an Israeli-Sunni Arab coalition, under a U.S. umbrella, to check Iran and Sunni jihadists - cannot be counted upon.
    And Israel must be careful how it plays its hand. There will, without question, be a U.S. response to Khashoggi’s murder, even if it is resisted by the Trump administration. It will not lead to a total dismantlement of the U.S.-Saudi alliance, but Congressional and public revulsion will have its price. 

    President Hassan Rouhani giving a speech on Iranian TV in Tehran on May 8, 2018.HO/AFP
    The price could include significant restrictions on arms sales that had been contemplated. It is already leading key U.S. investors to distance themselves from the major development projects MBS has promoted. At a minimum, there will be no replay of the warm, PR-friendly visit by MBS to multiple U.S. cities last March, no more lionizing of him in the American press as a reformer who will reshape the Middle East.
    Israel, which has a clear interest in keeping Saudi Arabia in the fold of U.S. allies to maximize the strategic alignment on Iran, will need to avoid becoming MBS’s lobbyist in Washington. Israel’s coordination with its partners in the region is still necessary and desirable. Simple realpolitik requires it. But there is a new risk of reputational damage from a close association with Saudi Arabia. 
    It won’t be easy for Israel to navigate these waters, as the Washington foreign policy establishment has quickly splintered into anti-Iran and anti-Saudi camps. The idea that the United States should equally oppose Iranian and Saudi brutality toward their peoples, and not let MBS’s crimes lead to a lessening of pressure on Iran over its malign regional activities, is in danger of being lost.
    For Israelis, that may be the biggest blow in the fallout of Khashoggi’s murder. MBS, in his obsession with silencing his critics, has actually undermined the attempt to build an international consensus to pressure Iran.
    The damage is broad. Trump may be an outlier. But what Member of Congress, what European leader, would be willing to sit with MBS for a consultation on Iran now?
    That is the greatest evidence of MBS’s strategic blindness, and the damage will likely persist as long as he rules the kingdom.
    Daniel B. Shapiro is Distinguished Visiting Fellow at the Institute for National Security Studies in Tel Aviv. He served as U.S. Ambassador to Israel, and Senior Director for the Middle East and North Africa in the Obama Administration. Twitter: @DanielBShapiro


  • Le Pays de Nulle Part, une paranoïa ordinaire
    http://www.dedefensa.org/article/le-pays-de-nulle-part-une-paranoia-ordinaire

    Le Pays de Nulle Part, une paranoïa ordinaire

    Jamais depuis que l’institution de l’ONU existe, on n’avait vu des chefs d’État et de gouvernement s’esclaffer et rire à gorge déployée lors de l’intervention d’un Président de l’administration des Usa. Jamais non plus, un Premier ministre de Tel Aviv n’avait commis une telle bourde devant l’Assemblée Générale de l’ONU. Netanyahu s’est surpassé en arrogance ridicule en donnant les coordonnées avec photo à l’appui d’un site de stockage d’uranium enrichi en Iran au cours d’une énième démonstration, leur nombre ne se compte plus depuis 1995 où la construction d’une bombe nucléaire était déjà imminente. Les Iraniens viennent depuis très loin à Torkuzabad pour prendre des selfies devant cet entrepôt fermé depuis longtemps par son propriétaire criblé de dettes et incapable de (...)


  • Justine Sachs et Nadia Abu-Shanab réagissent à la décision du tribunal israélien concernant leur lettre ouverte à Lorde
    Nadia Abu-Shanab et Justine Sachs – Écrivaines invitées – The Spinoff – 12 octobre 2018 - Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine - Source : Spinoff.co.nz
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/10/14/justine-sachs-et-nadia-abu-shanab-reagissent-a-la-decision-du-t

    Un tribunal israélien a condamné Justine Sachs, néo-zélandaise juive, et Nadia Abu-Shanab, palestinienne néo-zélandaise, à payer des milliers de dollars après que Lorde ait annulé un concert à Tel Aviv. Après de très nombreuses propositions de soutiens financiers, les deux femmes expliquent ici pourquoi elles tiennent à rassembler l’argent – non pas pour un tribunal étranger, mais à l’attention des gens ordinaires de Gaza.

    déjà cité là : https://seenthis.net/messages/657430#message729068


  • What’s so bad about assimilation? -

    Lucy Aharish and Tzachi Halevy may actually spawn a much more moral and civilized race than the one that has arisen here so far

    Gideon Levy
    Oct 13, 2018 1

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-what-s-so-bad-about-assimilation-1.6552472

    The fear of assimilation is something we’ve all imbibed with our mothers’ milk. Annihilation, destruction, Auschwitz, something like that. Even as proud Israelis with our own country and army, many among us were afraid to enter a church. Long before the latest wave of religious coercion while we were still fearfully kissing bibles that had fallen on the floor, we the children of the false secularism of Tel Aviv would sometimes play with fire: We’d cross ourselves, sort of as a joke. It was a test of courage and test of fate, no less than jumping from a roof or touching the flame of a burning candle.
    On Jaffa’s Yefet Street there’s a threatening school, and we were told it belonged to the “Missionaries.” Missionaries then sounded like the Gestapo. Whenever we’d walk pass it, even when we were already a little older, we would fearfully ponder what was going on within its walls. There was a rumor that a child from our school went there and was never heard from again. We never forgave. We suspected his parents of being Christians. It really frightened us.
    That’s how we grew up, the first generation of the rebirth of the Jewish state – that’s how they brainwashed us with fear. We were never taught a single word of the New Testament. Impurity. “The Narrow Path: The Man from Nazareth” by Aaron Abraham Kabak was the only sliver of information we got about Jesus in the secular, liberal, official school curriculum, long before the advent of Naftali Bennett. We of course heard nothing at all about Islam or the Koran. When Arela (Rela), the daughter of a close friend of my mother’s and a cousin of Benjamin Netanyahu’s, married Donny in San Francisco, we said, it’s not so bad, Donny is nice despite his being a gentile. That’s the way we were.

    >> ’She seduced a Jew’: Lawmaker bemoans wedding of Fauda star to Israeli Arab TV anchor
    We’ve grown up since then and gotten more powerful. Israeliness took root in the country, the world went global, and weddings with gentiles become more common and less threatening at least among a substantial minority of liberals. But the national narrative stayed the same: Mixed marriages are an existential threat, assimilation means destruction. We don’t need an excoriating Oren Hazan to understand how deeply rooted this narrative remains in the Jewish Israeli experience. Ask almost any parent, including most of those who regard themselves as enlightened and secular, and they’ll reply that they’d “prefer” that their son marry a Jewish woman. Why, for God’s sake?
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    The opposition to assimilation is racist and purely nationalistic. Again it’s the superior and pure Jewish blood that mustn’t be mixed, heaven forbid, with any Christian, Muslim or other impurity. After a long history living as a minority under threat, the people can’t shake that survival instinct. But let’s advance on step and ask: What for?
    The state of Israel is the embodiment of Judaism and its values. Here the Jews are a majority, they’re the sovereign, there’s nothing to stop them from achieving their wishes.
    If Israel were a model society or moral country, we could understand the need for the struggle against assimilation for the sake of preserving lofty values. But look at the disaster: Gentile Canada has in the past year absorbed some 3,000 Eritrean asylum seekers fleeing Israel where they were shamefully rejected. Netta Ahituv recently described with what humanity the unchosen country has treated them, and what memories they have of the Chosen Land (Haaretz, September 21). That’s just one example.
    Is the struggle against assimilation a struggle to preserve Jewish values as they’ve been realized in Israel? If so, then it would be best to abandon that battle. The gefilte fish and hreime (spicy sauce), the bible, religion and heritage, can be preserved in mixed marriages as well. While Western countries are becoming multi-cultural and mixed marriages routine, here we fight against any mixing. We view it as an existential threat, with one of the ministers even threatening the children of mixed unions.
    The Jewish state has already crystallized an identity, which can only be enriched by assimilation, which is a normal, healthy process. Lucy Aharish and Tzachi Halevy may actually spawn a much more moral and civilized race than the one that has arisen here so far.