city:tel-aviv

  • Nouvelle journée de #manifestations après la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne

    Des manifestations ont eu lieu mercredi à Tel-Aviv et dans le nord d’#Israël pour la troisième journée consécutive, après le décès d’un jeune Israélien d’origine éthiopienne, tué par un policier, la communauté éthiopienne dénonçant un crime raciste.

    #Solomon_Teka, âgé de 19 ans, a été tué dimanche soir par un policier qui n’était pas en service au moment des faits, à Kiryat Haim, une ville proche du port de Haïfa, dans le nord d’Israël.

    Des dizaines de policiers ont été déployés mercredi dans la ville de Kiryat Ata, non loin de Kiryat Haim. Des manifestants tentant de bloquer une route ont été dispersés par la police.

    Malgré des appels au calme lancés par les autorités, des jeunes se sont aussi à nouveau rassemblés à Tel-Aviv. Une centaine de personnes ont défié la police en bloquant une route avant d’être dispersées.

    En trois jours, 140 personnes ont été arrêtées et 111 policiers blessés par des jets de pierres, bouteilles et bombes incendiaires lors des manifestations dans le pays, selon un nouveau bilan de la police.

    Les embouteillages et les images de voitures en feu ont fait la une des médias.

    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président israélien Reuven Rivlin ont appelé au calme, tout en reconnaissant que les problèmes auxquels était confrontée la communauté israélo-éthiopienne devaient être traités.

    – ’Tragédie’-

    « La mort de Solomon Teka est une immense tragédie », a dit le Premier ministre. « Des leçons seront tirées. Mais une chose est claire : nous ne pouvons tolérer les violences que nous avons connues hier », a-t-il déclaré mercredi lors d’une réunion du comité ministériel sur l’intégration de la communauté éthiopienne.

    « Nous ne pouvons pas voir de routes bloquées, ni de cocktails Molotov, ni d’attaques contre des policiers, des citoyens et des propriétés privées », a-t-il ajouté.

    Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, et le commissaire de la police, Moti Cohen, ont rencontré des représentants de la communauté israélo-éthiopienne, selon un communiqué de la police.

    La police a rapporté que le policier ayant tué le jeune homme avait tenté de s’interposer lors d’une bagarre entre jeunes. Après avoir expliqué qu’il était un agent des forces de l’ordre, des jeunes lui auraient alors lancé des pierres. L’homme aurait ouvert le feu après s’être senti menacé.

    Mais d’autres jeunes présents et un passant interrogés par les médias israéliens ont assuré que le policier n’avait pas été agressé.

    L’agent a été assigné à résidence et une enquête a été ouverte, a indiqué le porte-parole de la police.

    En janvier, des milliers de juifs éthiopiens étaient déjà descendus dans la rue à Tel-Aviv après la mort d’un jeune de leur communauté tué par un policier.

    Ils affirment vivre dans la crainte d’être la cible de la police. La communauté juive éthiopienne en Israël compte environ 140.000 personnes, dont plus de 50.000 sont nées dans le pays. Elle se plaint souvent de racisme institutionnalisé à son égard.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/nouvelle-journee-de-manifestations-apres-la-mort-dun-israelie
    #discriminations #racisme #xénophobie #décès #violences_policières #police #éthiopiens

    • Ethiopian-Israelis Protest for 3rd Day After Fatal Police Shooting

      Ethiopian-Israelis and their supporters took to the streets across the country on Wednesday for a third day of protests in an outpouring of rage after an off-duty police officer fatally shot a black youth, and the Israeli police turned out in force to try to keep the main roads open.

      The mostly young demonstrators have blocked major roads and junctions, paralyzing traffic during the evening rush hour, with disturbances extending into the night, protesting what community activists describe as deeply ingrained racism and discrimination in Israeli society.

      Scores have been injured — among them many police officers, according to the emergency services — and dozens of protesters have been detained, most of them briefly. Israeli leaders called for calm; fewer protesters turned out on Wednesday.

      “We must stop, I repeat, stop and think together how we go on from here,” President Reuven Rivlin said on Wednesday. “None of us have blood that is thicker than anyone else’s, and the lives of our brothers and sisters will never be forfeit.”
      Sign up for The Interpreter

      Subscribe for original insights, commentary and discussions on the major news stories of the week, from columnists Max Fisher and Amanda Taub.

      On Tuesday night, rioters threw stones and firebombs at the police and overturned and set fire to cars in chaotic scenes rarely witnessed in the center of Tel Aviv and other Israeli cities.

      After initially holding back, the police fired stun grenades, tear gas and hard sponge bullets and sent in officers on horseback, prompting demonstrators to accuse them of the kind of police brutality that they had turned out to protest in the first place.

      The man who was killed, Solomon Tekah, 18, arrived from Ethiopia with his family seven years ago. On Sunday night, he was with friends in the northern port city of Haifa, outside a youth center he attended. An altercation broke out, and a police officer, who was out with his wife and children, intervened.

      The officer said that the youths had thrown stones that struck him and that he believed that he was in a life-threatening situation. He drew his gun and said he fired toward the ground, according to Micky Rosenfeld, a police spokesman.

      Mr. Tekah’s friends said that they were just trying to get away after the officer began harassing them. Whether the bullet ricocheted or was fired directly at Mr. Tekah, it hit him in the chest, killing him.

      “He was one of the favorites,” said Avshalom Zohar-Sal, 22, a youth leader at the center, Beit Yatziv, which offers educational enrichment and tries to keep underprivileged youth out of trouble. Mr. Zohar-Sal, who was not there at the time of the shooting, said that another youth leader had tried to resuscitate Mr. Tekah.

      The police officer who shot Mr. Tekah is under investigation by the Justice Ministry. His rapid release to house arrest has further inflamed passions around what Mr. Tekah’s supporters call his murder.

      In a televised statement on Tuesday as violence raged, Prime Minister Benjamin Netanyahu said that all Israel embraced the family of the dead youth and the Ethiopian community in general. But he added: “We are a nation of law; we will not tolerate the blocking of roads. I ask you, let us solve the problems together while upholding the law.”

      Many other Israelis said that while they were sympathetic to the Ethiopian-Israelis’ cause — especially after the death of Mr. Tekah — the protesters had “lost them” because of the ensuing violence and vandalism.

      Reflecting a gulf of disaffection, Ethiopian-Israeli activists said that they believed that the rest of Israeli society had never really supported them.

      “When were they with us? When?” asked Eyal Gato, 33, an Ethiopian-born activist who came to Israel in 1991 in the airlift known as Operation Solomon, which brought 14,000 Ethiopian Jews to Israel within 36 hours.

      The airlift was a cause of national celebration at the time, and many of the immigrants bent down to kiss the tarmac. But integration has since proved difficult for many, with rates of truancy, suicide, divorce and domestic violence higher than in the rest of Israeli society.

      Mr. Gato, a postgraduate student of sociology who works for an immigrant organization called Olim Beyahad, noted that the largely poor Ethiopian-Israeli community of about 150,000, which is less than 2 percent of the population, had little electoral or economic clout.

      He compared their situation to African-Americans in Chicago or Ferguson, Mo., but said that the Israeli iteration of “Black Lives Matter” had no organized movement behind it, and that the current protests had been spontaneous.

      Recalling his own experiences — such as being pulled over by the police a couple of years ago when he was driving a Toyota from work in a well-to-do part of Rehovot, in central Israel, and being asked what he was doing there in that car — Mr. Gato said he had to carry his identity card with him at all times “to prove I’m not a criminal.”

      The last Ethiopian protests broke out in 2015, after a soldier of Ethiopian descent was beaten by two Israeli police officers as he headed home in uniform in a seemingly unprovoked assault that was caught on video. At the time, Mr. Gato said, 40 percent of the inmates of Israel’s main youth detention center had an Ethiopian background. Since 1997, he said, a dozen young Ethiopian-Israelis have died in encounters with the police.

      A government committee set up after that episode to stamp out racism against Ethiopian-Israelis acknowledged the existence of institutional racism in areas such as employment, military enlistment and the police, and recommended that officers wear body cameras.

      “Ethiopians are seen as having brought their values of modesty and humility with them,” Mr. Gato said. “They expect us to continue to be nice and to demonstrate quietly.”

      But the second generation of the Ethiopian immigration has proved less passive than their parents, who were grateful for being brought to Israel.

      The grievances go back at least to the mid-1990s. Then, Ethiopian immigrants exploded in rage when reports emerged that Israel was secretly dumping the blood they donated for fear that it was contaminated with H.I.V., the virus that causes AIDS.

      “The community is frustrated and in pain,” said one protester, Rachel Malada, 23, from Rehovot, who was born in Gondar Province in Ethiopia and who was brought to Israel at the age of 2 months.

      “This takes us out to the streets, because we must act up,” she said. “Our parents cannot do this, but we must.”

      https://www.nytimes.com/2019/07/03/world/middleeast/ethiopia-israel-police-shooting.html?smtyp=cur&smid=tw-nytimes

  • Les Ethiopiens d’Israël manifestent après le « meurtre » d’un des leurs par la police
    Par Le Figaro avec AFP Publié le 02/07/2019 à 21:57
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/les-ethiopiens-d-israel-manifestent-apres-le-meurtre-d-un-des-leurs-par-la-

    Des Israéliens d’origine éthiopienne manifestaient mardi leur colère après la mort d’un membre de leur communauté, tué par un policier qui n’était pas en service et dans des circonstances encore troubles.

    La mort dimanche soir de Solomon Teka, âgé de 18 ou 19 ans, a ravivé parmi les Ethiopiens d’Israël les accusations de racisme policier à son encontre. Depuis lundi soir, ces Israéliens manifestent à Kiryat Haim, près de Haïfa (nord), lieu où a été abattu Solomon Teka. Mardi, jour de son enterrement, la contestation a repris. La mort de Solomon Teka n’est rien d’autre qu’un « meurtre », a accusé sur les ondes de la radio israélienne Amir Teka, cousin de la victime. Les manifestants ont bloqué plusieurs routes et une quinzaine de carrefours, brûlant des pneus et attaquant parfois les véhicules qui tentaient de passer leurs barrages improvisés. Au moins 19 contestataires ont été interpellés, selon la police.

    « Nous devons faire tout notre possible pour nous assurer que la police cesse de tuer des gens à cause de leur couleur de peau », a déclaré à l’AFP l’un des manifestants, Mengisto, 26 ans. « Nous avons besoin d’obtenir des garanties de la part de l’Etat ou de la police que cela ne se reproduira plus », a-t-il exigé.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Israël : des manifestations dégénèrent après la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne (VIDEOS)
    3 juil. 2019, 16:02
    https://francais.rt.com/international/63600-israel-manifestations-degenerent-apres-mort-israelien-origine-eth

    A la suite de la disparition de Solomon Tekah, probablement tué par un policier, la communauté éthiopienne d’Israël a manifesté sa colère. Différentes villes ont connu des affrontements au cours desquels manifestants et policiers ont été blessés. (...)
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=61&v=hjTyEsGgB6g

    #émeutesisraéliennes

    • Family of Ethiopian Israeli Shot Dead by Police Urges Halt to Protests

      Major Tel Aviv junction blocked in third day of unrest ■ Dozens of demonstrators arrested
      Yaniv Kubovich, Almog Ben Zikri, Josh Breiner , Bar Peleg, Noa Shpigel and Aaron Rabinowitz Jul 03, 2019 7:45 PM
      https://www.haaretz.com/police-brace-for-third-day-of-protests-over-shooting-of-ethiopian-israeli-t

      The family of an Ethiopian Israeli teen whose shooting death by an off-duty police officer sparked a wave of prortests across the country called Wednesday for demonstrations to be put on hold, as they enter their third day.

      A friend of the 18-year-old Solomon Teka’s family said his father asked for protests to halt until the seven days of Jewish mourning, known as shiva, are over.

      Although police warned earlier on Wednesday they would not allow roads blockages, demonstrators were attempting to disrupt traffic in a number of locations across Israel.

      https://www.youtube.com/watch?v=BVtTSNHLoz0

      Seven people who were trying to block a road south of Tel Aviv, were forcibly removed by police and detained. One protester has been arrested in the northern city of Kiryat Ata, where about 100 people have gathered and begun marching toward the Zevulun police station. Five more people were detained for attempting to block access to a police station in Yavne.

      Speaking at a meeting of ministers tasked with advancing the integration of the Ethiopian Israeli community Wednesday evening, Prime Minister Netanyahu called on lawmakers to “exert their influence” and stop the violence immediately. “The death of Solomon Teka is a big tragedy, but we cannot tolerate this violence,” he said.

      Public Security Minister Gilad Erdan said that police forces were bracing for heightened tensions after Tuesday night’s protest against police brutality and racism toward Jews of Ethiopian descent turned violent, with 136 arrests and 111 injured policemen. The arrests were for allegedly attacking policemen, vandalism, and gross disturbance of public order.

      One protester’s remand was extended until Friday, for allegedly setting a car on fire in Tel Aviv. Another protester’s remand has been extended until 8:00 P.M. Wednesday for attempting to run over a police officer. A 24-year-old was arrested in Ashdod after he was caught on video lighting a border policeman’s uniform on fire. Police identified him and arrested him Wednesday.

      Erdan also noted that police had information that some protesters were planning to arm themselves and try to shoot policemen during the upcoming protests.

      The police announced that it will not allow protesters to block main roads on Wednesday, after roads were blocked throughout Israel on Tuesday evening, causing mass traffic jams. Magen David Adom stated that in the protests the night before, beyond the 111 officers who were hurt, 26 protesters were also injured, nine passers-by, and one firefighter. MDA also said that seven of its ambulances and four emergency first-aid motorbikes were damaged by rock-throwers.

      Police employed means of riot control Tuesday, including tear gas and stun grenades, as protesters closed down main city arteries, burning tires and vandalizing cars. Public Security Minister Gilad Erdan told Army Radio that while he understands the frustration and suffering of tens of thousands, the police did what they had to do. Erdan also vowed that the violence would not recur, and that if necessary, police would defend themselves.

      People were incited through social media, he said, boosting the violence to levels previously unknown, such as the throwing of a firebomb at a police station. He reiterated intense regret and sorrow over Teka’s death but added that the incident is not representative of change in the Israeli police in recent years.

      Prime Minister Benjamin Netanyahu said Wednesday that the “Ethiopian community is dear to us,” however the state is not prepared to tolerate blocking of roads or violence “including firebombs thrown toward our forces, the burning of cars or any other civilian property. We are a law-abiding nation. We demand that everyone respect the law.”

      Netanyahu convened a committee of ministers Wednesday night to advance the integration of the Ethiopian community and discuss “excessive policing and the patterns of behavior toward of those of Ethiopian descent.” Netanyahu added, “we’ve already seen improvement in this area and it seems that we need to make many more improvements.”

      In the northern city of Kiryat Ata, over a thousand marched on the Zevulun police station and smoke grenades were thrown into the station. Around 200 demonstrators in Afula blocked traffic on one of the northern city’s main streets. Meanwhile, major roads in several cities, including Tel Aviv and Haifa, were blocked by demonstrators burning tires.

      President Reuven Rivlin called for restraint and dialogue: “The rage must not be expressed in violence,” he tweeted. “The handful who chose violence are not the face of the protest and must not become the face of the protest, which we very much understand.” Rivlin called for a meeting together with representatives of all the parties involved in public safety: “Only through open conversation, difficult as it is, can change be achieved.”

      On Monday the police said that Teka may have been hit by a bullet ricocheting off the ground.

    • Rage Against the Police: 13 Photos From Ethiopian Israelis’ Protest

      Escalating demonstrations over the death of 18-year-old Ethiopian Israeli teen Solomon Teka are entering the third day
      By Haaretz Jul 03, 2019
      https://www.haaretz.com/israel-news/MAGAZINE-in-photos-thousands-of-ethiopian-israelis-protest-police-brutality

      Israelis of Ethiopian origin are demonstrating throughout Israel following the death Sunday of 18-year old Solomon Teka, who was shot by police.

      Some of the protests quickly became violent when demonstrators blocked main roads and set on fire a car of a passerby who tried to drive through the blockade.

      A protester is throwing a scooter at a burning car during the Ethiopian Israeli protest in Tel Aviv. Credit : Tomer Appelbaum


      Protesters show photos of 18-year old Solomon Teka of Ethiopian descent, who died after he was shot by police, in Tel Aviv. Credit : Tomer Appelbaum

      A protester stands opposite to a policeman during the protest of Ethiopian Israelis, in Tel Aviv. Credit \ CORINNA KERN/ REUTERS

    • Nouvelle journée de manifestations après la mort d’un Israélien d’origine éthiopienne
      3 juillet 2019
      https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190703_01354547/nouvelle-journee-de-manifestations-apres-la-mort-d-un-israelien-d-origine-e

      (Belga) Des manifestations ont eu lieu mercredi à Tel-Aviv et dans le nord d’Israël pour la troisième journée consécutive, après le décès d’un jeune Israélien d’origine éthiopienne, tué par un policier, la communauté éthiopienne dénonçant un crime raciste.
      Solomon Teka, âgé de 19 ans, a été tué dimanche soir par un policier qui n’était pas en service au moment des faits, à Kiryat Haim, une ville proche du port de Haïfa, dans le nord d’Israël. Des dizaines de policiers ont été déployés mercredi dans la ville de Kiryat Ata, non loin de Kiryat Haim. Des manifestants tentant de bloquer une route ont été dispersés par la police. Malgré des appels au calme lancés par les autorités, des jeunes se sont aussi à nouveau rassemblés à Tel-Aviv. Une centaine de personnes ont défié la police en bloquant une route avant d’être dispersées. En trois jours, 140 personnes ont été arrêtées et 111 policiers blessés par des jets de pierres, bouteilles et bombes incendiaires lors des manifestations dans le pays, selon un nouveau bilan de la police. Les embouteillages et les images de voitures en feu ont fait la une des médias. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président israélien Reuven Rivlin ont appelé au calme, tout en reconnaissant que les problèmes auxquels était confrontée la communauté israélo-éthiopienne devaient être traités. « La mort de Solomon Teka est une immense tragédie », a dit le Premier ministre. « Des leçons seront tirées. Mais une chose est claire : nous ne pouvons tolérer les violences que nous avons connues hier », a-t-il déclaré mercredi lors d’une réunion du comité ministériel sur l’intégration de la communauté éthiopienne. « Nous ne pouvons pas voir de routes bloquées, ni de cocktails Molotov, ni d’attaques contre des policiers, des citoyens et des propriétés privées », a-t-il ajouté. (...)

    • Les Israéliens éthiopiens s’interrogent : « Nos vies ont-elles moins de prix ? »
      Selon les manifestants, c’est un racisme systématique qui s’exprime derrière les violences policières répétées contre les jeunes noirs en Israël - et qui ont pu entraîner la mort
      Par Simona Weinglass 3 juillet 2019, 14:41
      https://fr.timesofisrael.com/les-israeliens-ethiopiens-sinterrogent-nos-vies-ont-elles-moins-de

      Pour ces jeunes Israéliens d’origine éthiopienne qui manifestent, mardi, pour dénoncer le meurtre d’un membre de leur communauté par un policier, ce n’est pas seulement l’expression d’une colère contre ce qu’ils considèrent comme un racisme systématique profondément ancré du côté des forces de l’ordre.

      C’est aussi un cri exprimant une frustration entraînée par des promesses de changement, maintes fois répétées et qui n’ont rien changé.

      Dans tout le pays, ce sont des milliers de manifestants issus de la communauté et leurs soutiens qui ont bloqué les routes pour faire part de leur fureur après la mort de Solomon Tekah, qui a été abattu cette semaine par un agent de police qui n’était pas en service à ce moment-là.
      (...)
      Une jeune femme d’une vingtaine d’années, vêtue d’une robe d’été et originaire de Ness Ziona, dans le centre d’Israël, confie : « Je suis complètement bouleversée. D’abord, on se dit : OK, c’est arrivé une fois mais ça n’arrivera plus. La fois suivante, on se dit : d’accord, peut-être qu’ils vont enfin régler ça ».

      « Mais quand ça devient systématique, alors là vous vous demandez si effectivement votre vie a moins de prix qu’une autre ? », lance-t-elle.

      « Ce jeune », ajoute-t-elle en évoquant Tekah, « ses parents lui ont donné tout ce qu’ils avaient. Ils l’ont élevé pendant toutes ces années. Et un jour, quelqu’un a décidé qu’il était autorisé à l’abattre ».

      Tekah est mort au cours d’une altercation survenue dimanche à Haïfa, dans le quartier Kiryat Haim.

      Un témoin de la fusillade aurait indiqué au département des enquêtes internes de la police, qui dépend du ministère de la Défense, que contrairement à ce qu’a pu affirmer le policier incriminé, ce dernier ne semblait pas être en danger quand il a ouvert le feu.

      L’agent a été brièvement placé en détention avant d’être assigné à domicile, attisant la colère au sein de la communauté.(...)

  • مصادر رفيعةٍ بتل أبيب : روسيا والكيان وقّعا على مُذكّرة تفاهمٍ لترتيب الاعتداءات الإسرائيليّة بسوريّة وإعادة رُفات الجنديّ باومِل كان هديّة بوتين لنتنياهو - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%85%d8%b5%d8%a7%d8%af%d8%b1-%d8%b1%d9%81%d9%8a%d8%b9%d8%a9%d9%8d-%d8%a

    Selon Haaretz, Moscou et Tel-Aviv ont passé un accord « autorisant » les Israéliens à frapper militairement en Syrie (contre l’Iran faut-il comprendre) mais en prévenant les Russes à l’avance de l’endroit et du timing de ces frappes. Longtemps refusé par les Israéliens, cet accord serait un « progrès » du point de vue russe.

    #syrie prodigieusement absente des débats

  • Une roquette tirée depuis la bande de Gaza fait plusieurs blessés en Israël - moyen orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190325-israel-roquette-tir-bande-gaza-maison-blesses

    Un tir de roquette en provenance de la bande de Gaza a fait cinq ou six blessés – selon les sources – au nord de Tel-Aviv, en Israël, ce lundi 25 mars. Le Premier ministre Benyamin Netanyahu a annoncé qu’il allait raccourcir sa visite aux Etats-Unis et a promis de riposter « avec force ». L’armée israélienne envoie des renforts autour de Gaza. (...)

    #GAZA

    • Rocket fired from Gaza hits Israeli House; Seven Wounded
      March 25, 2019 9:01 AM
      https://imemc.org/article/rocket-fired-from-gaza-hits-israeli-house-seven-wounded

      (...) The house that was hit by the rocket is located 100 km from the Gaza Strip, and the ‘Iron Dome’ system that the Israeli government has in place to intercept rockets fired from Gaza was not activated.

      No Palestinian armed resistance group claimed credit for the attack.

      When a rocket was fired from Gaza nearly two weeks ago, the Israeli airforce responded by dropping one hundred bombs in different parts of the Gaza Strip.

      Residents of Gaza report that they are fearful of what Israeli forces may be preparing to do, noting that drones and helicopters have been hovering over parts of Gaza all night.

      Israeli Prime Minister Binyamin Netanyahu reportedly cut short his trip visiting Trump in Washington DC to return to Israel to “manage our operations up close”.

    • surtout quand :

      Trump Signs Order Recognizing Golan Heights as Israeli Territory

      With Benjamin Netanyahu at his side, Trump said the U.S. will always stand by Israel’s side
      Noa Landau and Reuters (Washington, D.C. )
      https://www.haaretz.com/us-news/.premium-trump-to-sign-executive-order-recognizing-golan-as-israeli-territo

      President Donald Trump holds up a signed proclamation recognizing Israel’s sovereignty over the Golan Heights, as Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu looks on, Washington, D.C., March 25, 2019.AP/Susan Walsh

      WASHINGTON - U.S. President Donald Trump met Prime Minister Benjamin Netanyahu Monday to sign a presidential proclamation officially recognizing the Golan Heights as Israeli territory on Monday, thus formalizing a move announced with a tweet earlier on Thursday.

      In a joint press conference, Trump said: “We do not want to see another attack like the one suffered this morning north of Tel Aviv,” adding: “Our relationship is powerful.” Trump then said: “We will confront the poison of anti-Semitism.”

    • Israeli Airstrikes Injure 8 Palestinians, Including Two Children In Gaza
      March 26, 2019 12:28 AM
      https://imemc.org/article/israeli-airstrikes-injure-8-palestinians-including-two-children-in-gaza

      The Israeli Air Force carried out, on Monday at night, a series of air strikes targeting several areas, including homes, in many parts of the besieged Gaza Strip, wounding eight Palestinians, including two children.

      Media sources said the army fired two missiles into a commercial building, in the center of Gaza city, wounding two Palestinians, and causing excessive damage to the property and surrounding homes.

      The army also fired a missile at a residential building in the Rimal neighborhood, in Gaza city, wounding two children, and causing excessive damage to the building and some surrounding homes.

      At least one Palestinian was also injured when the army fired missiles into a building, east of the Sheja’eyya neighborhood, east of Gaza city.

      The army also fired two missiles into two sites, west of Gaza city, and in Beit Lahia, in the northern part of the Gaza Strip, causing damage, in addition to several missiles striking Palestinian lands east of Khan Younis and Rafah, in the southern parts of the coastal region.

      Medical sources said four Palestinians were injured by Israeli missiles in Beit Lahia and Jabalia, in northern Gaza, and were rushed to the Indonesian Hospital

      The Maan News Agency has reported that the army fired more than 100 missiles into various areas in the Gaza Strip.

      It added that all schools, universities, banks and various institutions have decided to close their doors, to avoid civilian casualties should the situation witness a further deterioration.

      Among the targeted buildings are offices of Ismael Haniyya, the political leader of Hamas movement.

      Israeli daily Haaretz has reported that the army launched an offensive striking what it called “Hamas targets” in the Gaza Strip after a shell was reportedly fired from Gaza. (...)

    • L’armée israélienne d’occupation bombarde le ghetto de Gaza
      25 mars 2019 - Memo – Al Jazeera
      http://www.chroniquepalestine.com/armee-israelienne-occupation-bombarde-ghetto-gaza

      L’occupant israélien a lancé aujourd’hui des frappes aériennes sur la bande de Gaza, touchant des cibles à travers l’enclave assiégée depuis maintenant 12 années.

      Les frappes ont commencé ce soir vers 18h00 heure locale (16h00 GMT), après qu’Israël ait passé la journée à se préparer à l’assaut. Après avoir affirmé qu’une roquette a été tirée de Gaza sur une ville au nord de Tel-Aviv, l’armée israélienne a envoyé deux brigades de l’armée – totalisant plus de 1 000 soldats – le long de la clôture de Gaza et a appelé des réservistes des unités aériennes en vue des bombardements.

      Israël a également bloqué aujourd’hui toute la bande de Gaza, en fermant les points de passage de Kerem Shalom (Karm Abu Salem) et Erez (Beit Hanoun) qui permettent aux produits et fournitures médicales d’entrer dans l’enclave. Il a également réduit la zone de pêche qu’il impose au large de la côte méditerranéenne de Gaza, bloquant ainsi encore davantage le territoire. (...)

  • Le mouvement Hamas doit prendre garde !
    Abdel Bari Atwan - 9 mars 2019 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/le-mouvement-hamas-doit-prendre-garde

    Il existe effectivement un projet visant à déstabiliser Gaza, mais ce n’est pas une excuse pour frapper les manifestants.

    Il ne fait aucun doute que le mouvement Hamas a commis des erreurs à Gaza. Il a dirigé la bande de Gaza de manière partisane et sectaire, en faisant appel à ses loyalistes et en s’aliénant ses opposants, voire même ceux qui étaient neutres. Il s’est ainsi donné une longue ligne d’adversaires : cela commence à l’intérieur de Gaza avec les opposants locaux qui appartiennent au mouvement Fatah et certains groupes islamistes radicaux opposés au maintien du calme ; puis cela passe par Ramallah où l’Autorité palestinienne (AP) veut reprendre la mains sur la bande de Gaza à ses propres conditions, la principale étant de désarmer la résistance ; et cela se termine à Tel-Aviv, où l’État israélien d’occupation est de plus en plus inquiet de la résistance armée de Gaza, des missiles et des manifestations de masse.

    Malgré tous ces défis, rien ne peut justifier la façon très laide, insultante et brutale avec laquelle la police du Hamas a traité les manifestants alors que ceux-ci cherchaient à exprimer leur colère face à la dégradation des conditions de vie dans le territoire sous blocus. Ces manifestants utilisaient des moyens purement pacifiques pour protester contre les impôts et les taxes qui pèsent sur eux, l’inflation qui rendre la vie impossible et, plus important encore, le taux de chômage des jeunes de 60% ou plus qui les incite à prendre la mer et à risquer leur vie pour tenter de migrer.

    Le Hamas a raison de dire qu’il est confronté à un complot aux multiples facettes visant à remettre en cause son pouvoir à Gaza en déstabilisant le territoire et en le faisant exploser de l’intérieur. Le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et ses assistants ne cachent pas leur intention d’atteindre cet objectif en multipliant les pressions sur les habitants de la bande de Gaza. C’est la raison pour laquelle ils ont largement rogné sur les salaires des fonctionnaires – y compris les partisans du Fatah -, forcé des milliers de personnes à prendre une retraite anticipée et cessé de payer la facture de carburant de la seule centrale électrique de la bande côtière. Israël – confronté à des missiles de plus en plus efficaces, des ballons et des cerfs-volants incendiaires, des Marches du retour et des dommages croissants à sa réputation internationale – est naturellement le principal comploteur.

    Chaque fois que j’appelais des parents ou des amis dans la bande de Gaza, quelle que soit leur conviction politique, ils se plaignaient de moments difficiles et de la difficulté à joindre les deux bouts. Mais tous, même les partisans du Fatah, étaient d’accord sur un point : le Hamas avait instauré la sécurité et mis fin à l’anarchie qui régnait avant sa prise du pouvoir par son célèbre coup de force de 2007. (...)

    • Hamas Crushes Protests at Cost to Its Popularity

      Even if demonstrators don’t dare protest again, the Hamas government has inflicted upon itself a powerful blow

      Amira Hass | Mar 19, 2019 12:08 PM
      https://www.haaretz.com/middle-east-news/palestinians/.premium-hamas-crushes-protests-at-cost-to-its-popularity-1.7039204

      For now it seems that the intimidation has done its job. The Hamas regime in Gaza succeeded in putting down the protests. But the immediate and cruel repression has managed to shock even those people who tend to take Hamas’ side in the conflict between Hamas and the Palestinian Authority, or who see the Ramallah leadership as primarily responsible – after Israel, of course – for the Gaza residents’ enormous distress.

      Hamas proved last week the extent to which it fears popular criticism, which at first wasn’t necessarily ideological or political. There is a tendency to believe that the Hamas leadership is more attentive to the public than the Fatah leadership. The former was given a chance to confirm this belief and score some points even among those who are not their ideological supporters. That opportunity was squandered.

      In response to the suppression of the demonstrations and the detention of journalists (23 of whom were arrested, with three still detained as of Monday), journalists received a message this week to boycott the March of Return demonstrations this Friday and not to report on them. “This will be a test of the youth movement,” a Gazan woman told Haaretz. “If they don’t attend the demonstrations and leave them just to the Hamas people, it will be another way to show their strength and the strength of the protest.”

      Despite the high price they’ve exacted in lives and in the health of Gazan residents and the functioning of the Strip’s health system, the March of Return demonstrations were seen as an act that gave meaning to the residents cooped up in the Strip, and as a political achievement for Hamas, which had organized a protest that reached the ears of the entire world. Therefore the readiness – even if it’s only talk – to boycott them as an act of protest indicates that Hamas cannot count forever on its monopoly as the leading force of resistance against the occupation.

      Hamas has proven that it clings to its status as the ruling party in Gaza, just as Fatah is clinging to its status as the ruling party in the West Bank enclaves. Just as the PA organized artificial demonstrations of support for Mahmoud Abbas, so did Hamas fashion rallies for itself over the past few days in Gaza, while blocking the authentic demonstrations. On Sunday it exploited the shooting and knifing attack at the Ariel junction to bring its supporters out into the streets. What it denies its opponents, it permits its supporters.

      The youth movement that initiated the demonstrations promised on Sunday to revive them, but it didn’t happen. Nevertheless, those I spoke with gave the impression that there’s no fear of speaking openly about what’s happening and to share the reports with others. The way Hamas security personnel beat demonstrators could be seen from the few video clips that were distributed, despite the confiscation of journalists’ and others’ cell phones. They are reminiscent of the videos taken at demonstrations in Iran – with telephones that were half hidden under clothing or handbags, or from behind screens.

      The total number of people arrested and those freed is not known and it’s doubtful if anyone will manage to calculate it. Nor is it known how many people are still being detained in police stations now. The talk of torture in detention was very scary. There were reports that some regular participants in the Friday demonstrations were among those detained and tortured. These reports are yet to be verified.

      When journalists are not free and don’t dare investigate events properly, the Palestinian human rights organizations operating in Gaza become even more important, particularly the Independent Palestinian Human Rights Commission, (which acts as the ombudsman of the PA and of the de facto government in Gaza), the Palestinian Center for Human Rights and the Al-Mezan Center for Human Rights. These are organizations that criticize the PA regime when necessary, and continuously document the Israeli violations of international law and human rights.

      During the wars and Israeli military attacks, their field investigators took risks to gather testimony and document the harshest of incidents. Shortly after the violent dispersal of the demonstrations in Gaza on Thursday, these organizations issued reports and condemnations – in Arabic and English – provided their counterpart organizations in Ramallah with regular information, and repeatedly sent out their people to take testimony.

      Here too the Hamas security apparatuses revealed their fear of the facts coming out; policemen attacked two senior officials of the Independent Palestinian Commission – Jamil Sarhan, director of the Gaza branch, and attorney Baker Turkmani. On Friday, in the context of their work, both of them were in the home of a journalist in the Dir al-Balah refugee camp, where the boldest demonstrations took place. Hamas policemen confiscated their cell phones and removed them from the house. When they were outside, in police custody, although their identities were known, other policemen beat them until they bled. Sarhan still suffers from a head wound.

      It didn’t stop there. Four researchers from three human rights organizations (the Palestinian Center for Human Rights, Al-Mezan and Al-Dameer) were arrested Saturday while collecting testimony and were taken for questioning. When the lawyer of the Palestinian Center went to the police to find out the reason for the arrests, he was also arrested. But the five were released a few hours later. These organizations and their people have proven in the past that they cannot be intimidated. So from Hamas’ perspective, the attempt to frighten them was foolish.

      It seems that the suppression of the demonstrations restored, if only for a short while, the emotional and ideological barrier that in the 1980s had separated the nationalist PLO groups and the Islamic organizations in the pre-Hamas era. The National and Islamic Forces, an umbrella body, convened Friday and called on Hamas to apologize to the public and release all the detainees.

      Hamas and Fatah have long refused to sit together at these meetings, at least at most of them, so this is an organization without teeth. But its importance as an umbrella body is that during times of crisis it brings together senior officials of various parties and movements, albeit not all of them, and provides some sort of platform for exchanging views and calming the situation when necessary.

      At this meeting, all the national organizations were present except for Hamas and Islamic Jihad. The absence of the latter is interesting; during past periods of tension between Hamas and Fatah, this small organization remained neutral and was a partner to the external efforts to reconcile between them. This time one could interpret their absence from the meeting as expressing support for Hamas’ repression – or as dependence on the large religious organization.

      Those who signed the meeting’s call for Hamas to apologize included the Popular Front, which is very close to Hamas when it comes to their criticism of the Oslo Accords and the PA. Although it has shrunk and no longer has prominent leaders or activists as in the past, it still benefits from its past glory, and its clear stance has symbolic value. Even if the demonstrators fear to return to protest for a lengthy period, the Hamas government has inflicted upon itself a powerful blow.

  • Palestine. Business France prise la main dans le sac colonial
    L’Humanité | Mercredi, 20 Mars, 2019 | Pierre Barbancey
    https://www.humanite.fr/palestine-business-france-prise-la-main-dans-le-sac-colonial-669582

    (...) Schneider Electric, Thales, Egis Rail, Systra, Artelia, Sixense…

    Les organisations qui avaient publié le rapport du mois de juin ont soulevé un nouveau lièvre. Du 11 au 14 mars, s’est déroulé, à Tel-Aviv et Jérusalem, un événement organisé par Business France intitulé « Israël : Rencontres acheteurs dans le secteur du ferroviaire ». Business France est une agence publique (structure née de la fusion d’Ubifrance et de l’Agence française pour les investissements internationaux) sous tutelle des ministères des Affaires étrangères et de l’Économie et des Finances chargée, comme l’indique son site, « du développement international des entreprises françaises, des investissements internationaux en France et de la promotion économique de la France ». Dans l’invitation lancée le 30 janvier de cette année, Business France indiquait que, « pour rattraper un retard manifeste dans les infrastructures, de nombreux projets dans les infrastructures de transport, en particulier ferroviaire, ont été budgétisés ces dernières années par le gouvernement israélien ». Et de souligner : « Plusieurs entreprises françaises sont déjà présentes : Alstom, Schneider Electric, Thales, Egis Rail, Systra, Artelia, Sixense Soldata (…) Ils (sic) interviennent auprès des contractants Israel Railways, JTMT (Jerusalem Mass Transportation Plan), de NTA (Tel Aviv Metropolitan Mass Transit System) ou en partenariat avec des constructeurs et membres de consortiums. » Au programme, des « rendez-vous avec la JTMT (maître d’œuvre du projet de tramway de Jérusalem – NDLR), et Egis (assistant à maître d’œuvre) » ainsi qu’une « visite du consortium CityPass avec Alstom », ligne de tramway de Jérusalem, dans cette même ville. (...)

  • Heurts à la #frontière de #Gaza en 2018 : Israël pourrait avoir commis des crimes de guerre et contre l’humanité

    Jeudi, la Commission d’enquête internationale indépendante sur les manifestations dans les territoires occupés palestiniens a présenté son rapport au Palais des Nations. Elle juge « illégale » l’utilisation de #balles_létales contre des civils en grande partie pacifiques.

    Mohammad Obei, 24 ans, était un footballeur. A 9 heures du matin, le 30 mars 2018 à El Bureij, il était à près de 150 mètres de la frontière séparant Gaza d’Israël. Les forces de sécurité israéliennes lui ont tiré dans les jambes alors qu’il marchait, mettant une fin brutale à sa carrière sportive. Naji Abu Hojayeer, 24 ans, s’était enroulé dans un drapeau palestinien. Il était debout à 300 mètres de la barrière de séparation. Il a lui aussi été abattu d’une balle dans l’abdomen. Yousef, un étudiant en journalisme, portait le gilet indiquant qu’il était de la presse. Il photographiait les manifestants palestiniens à 800 mètres de la barrière. Visé par deux balles, il a perdu sa jambe droite. Il y a encore ce cas, terrible, de Fadi Abu Salmi. Amputé des deux jambes après avoir été victime de frappes aériennes israéliennes en 2008, se déplaçant dans une chaise roulante, il a été abattu par un sniper israélien à Abasan Al-Jadida, l’un des cinq lieux de manifestations alors qu’il était à 300 mètres de la frontière.
    Des amputations

    La liste n’est de loin pas exhaustive. 6106 Gazaouis ont été blessés au cours de manifestations tenues entre le 30 mars et le 31 décembre 2018 à la frontière entre la bande de Gaza et Israël. 4903 d’entre eux l’ont été aux jambes et 122 ont dû subir des amputations. 189 Palestiniens ont été tués dont 183 par balles réelles dont 35 enfants. C’est le constat qu’a dressé jeudi au Palais des Nations à Genève la Commission d’enquête internationale indépendante sur les manifestations dans les territoires occupés palestiniens mandatée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Celle-ci l’écrit noir sur blanc dans un rapport qu’Israël juge « hostile, mensonger et partial » : les sérieuses violations des droits de l’homme constatées pourraient constituer des crimes contre l’humanité, voire des crimes de guerre. Elle somme Tel-Aviv d’enquêter sur ces cas.

    Les manifestations de l’an dernier ont fait grand bruit, notamment le jour de l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis déplacée de Tel-Aviv à Jérusalem le 14 mai 2018 et du 70e anniversaire de la Nakba. Face au tollé international provoqué par la riposte de Tsahal, les autorités israéliennes avaient d’emblée justifié leurs actions pour contrer la volonté palestinienne d’en découdre avec Israël. Le 13 mai 2018, les forces israéliennes (IDF) avertissaient dans une vidéo : « L’organisation terroriste Hamas prévoit d’envoyer des terroristes armés parmi les 250 000 émeutiers violents pour franchir la frontière avec Gaza et entrer dans des communautés israéliennes […] et prévoit de perpétrer un massacre en Israël. » Le 14 mai, il en résulta bien un massacre. Mais ce sont les snipers israéliens qui tuèrent 60 manifestants et en blessèrent au moins 1162.

    Président de la Commission d’enquête, Santiago Canton conteste fermement l’idée selon laquelle les manifestants étaient des terroristes : « Les manifestations à la frontière n’étaient pas de nature militaire, mais civile. Dans leur écrasante majorité, les participants n’étaient pas armés. Le droit international humanitaire devait donc s’appliquer. » L’idée de la « grande marche du retour » a germé dans la tête d’Ahmed Abu Artema, un journaliste et poète palestinien de 34 ans au début de 2018. L’idée est devenue un mouvement.

    La commission, dont les trois experts ont mené plus de 325 interviews en Jordanie, en Egypte et en Turquie faute d’avoir pu obtenir de Tel-Aviv l’accès aux territoires palestiniens, s’est beaucoup penchée sur la doctrine d’engagement des forces israéliennes. Pour elle, vu la nature largement pacifique des manifestations, il était illégal d’utiliser des munitions létales contre les manifestants. La centaine de tireurs d’élite, dotés d’équipements ultra-modernes, postés à la frontière, n’aurait pas dû pouvoir tirer sur la foule alors qu’il n’y avait pas un danger de mort imminent. Seuls deux actes violents d’individus palestiniens auraient pu justifier un tel usage de la force. Une vidéo présentée à l’ONU montre de nombreux manifestants se faire abattre alors qu’ils se tiennent simplement dans la foule.
    Cour pénale internationale

    Une minorité de protestataires ont lancé des pierres, brûlé des pneus et utilisé des cerfs-volants ou des ballons incendiaires qui ont occasionné d’importants dégâts du côté israélien. Un soldat israélien a été tué et quatre autres blessés. Parmi les graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, la commission mentionne les tirs de snipers israéliens qui ont délibérément visé des journalistes, des travailleurs de la santé, des personnes handicapées.

    La commission d’enquête invite la haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet à soumettre les dossiers de responsables présumés aux juridictions nationales et internationales, y compris à la Cour pénale internationale. Elle appelle même les Etats membres de l’ONU à imposer des sanctions contre les individus identifiés par la commission comme responsables des massacres. Elle demande aussi aux autorités de fait de Gaza (Hamas) d’interdire l’usage de cerfs-volants incendiaires.

    https://www.letemps.ch/monde/heurts-frontiere-gaza-2018-israel-pourrait-commis-crimes-guerre-contre-lhuma
    #crimes_de_guerre #crimes_contre_l'umanité #ONU #Israël #Palestine #frontières
    ping @reka

  • Electro palestinienne : levant en poupe
    Guillaume Gendron, Libération, le 25 février 2019
    https://next.liberation.fr/musique/2019/02/24/electro-palestinienne-levant-en-poupe_1711373

    A l’occasion de la carte blanche donnée à Electrosteen à Paris, rencontre avec les figures majeures de « l’Arab Touch », une scène qui ne cesse de grandir et de s’exporter avec succès, donnant une visibilité inédite aux diverses facettes de l’identité palestinienne.

    Aux oreilles non arabisantes, le nom du club, Kabareet, sonne anodinement exotique. Confusion savamment pensée entre « cabaret » et le mot arabe pour « allumette ». Ce n’est pas tant que ce club soit un brasier mais plutôt une lueur : l’épicentre de la scène électronique palestinienne, ici à Haïfa, au nord d’Israël, dans cette ville mixte où les juifs vivent en haut de la colline et les Arabes au bord de la mer. Un refuge où tout le monde peut venir danser, boire et s’oublier. Y compris les Palestiniens de Cisjordanie entrés sans permis, parfois en escaladant les huit mètres de béton du mur de séparation.

    Nimbé dans une lumière pourpre, sous les voûtes d’une vieille bâtisse aux pierres apparentes, Ayed Fadel, cheveux ras à l’exception d’un luxuriant chignon de dreadlocks, annonce au micro le prochain DJ, venu spécialement de Londres. Le charismatique pilier du collectif Jazar Crew, maître des lieux, appelle la foule - piercée, tatouée, surlookée - à « s’aimer, à refuser le racisme, le sexisme et l’homophobie ». Dans une pièce attenante, à côté d’une tireuse à bière, Nasser Halahlih est d’humeur rétrospective. Ce lieu, ce n’est pas tant qu’il en avait rêvé, c’est que longtemps, il n’avait jamais songé qu’il puisse exister. « Il fallait un public, dit-il. Quand j’ai commencé, j’étais putain de seul. Il y a encore dix ans, avant le Jazar, t’aurais jamais pu ouvrir un tel endroit. Les choses ont beaucoup changé. »

    Nasser Halahlih, 37 ans (qui se produit le 1er mars à l’Institut du monde arabe (Paris Ve) dans le cadre des Arabofolies et de la carte blanche au projet « made in Palestine » Electrosteen) est souvent présenté comme le pionnier de cette scène palestinienne. Aussi protéiforme et éparpillée que soudée et cohérente, et désormais scrutée à l’échelle mondiale à l’heure où le microcosme techno se déchire sur la question du boycott culturel d’Israël. Le fiasco du Meteor Festival, en septembre, en a donné l’illustration flagrante, voyant la majorité des musiciens européens se retirer suite aux appels du collectif #DJsForPalestine, après des jours de débats houleux sur les réseaux.

    Bandes d’ados et raves sauvages
    Fils d’une figure du théâtre palestinien, Nasser Halahlih a grandi entre Nazareth et Haïfa, les deux grandes villes arabes d’Israël, avec un passeport affichant le chandelier à sept branches, comme tous ceux que l’Etat hébreu désigne comme la minorité « arabe-israélienne ». Les concernés se réfèrent généralement à eux-mêmes en tant que Palestiniens de « 48 », la date de création d’Israël. Et, du point de vue arabe, de la nakba (« la catastrophe »). Distinguo crucial, tant l’identité palestinienne est fragmentée - entre la diaspora, les réfugiés, les Gazaouis, les habitants de Cisjordanie sous occupation et donc « ceux de 48 ».

    Les années, l’isolation et la séparation des communautés ont creusé les différences sociales et culturelles, que ce mouvement cherche à enjamber, si ce n’est combler. D’où le nom du combo electro-pop emblématique de la diaspora, 47Soul (« l’âme de 47 »), quatuor faisant la navette entre la Jordanie et Londres et dont le tube de 2015 Intro to Shamstep (sham signifiant le Levant en arabe) constitue le climax des soirées de Ramallah à Jaffa (ville arabe accolée à Tel-Aviv). En 2018, The Guardian a même listé le shamstep comme l’un des sons de l’année.

    Les choses ainsi posées, Halahlih se gratte la tête et refait, à travers son parcours, l’archéologie du mouvement. Fan de rap, « comme tout le monde en Palestine dans les années 90-2000 », il s’inscrit à un atelier de DJing à 15 ans. Les autres participants sont juifs israéliens. Ils l’initient à la house, la trance, l’EDM. Les choses s’enchaînent : à Nazareth et Haïfa, il joue dans les mariages (« seule façon de vivre de la musique ici ») et s’aguerrit en parallèle à New York et Tel-Aviv. En 2008, il sort sur un label berlinois son premier EP, Checkpoint, avec le mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie sur la pochette. « De la progressive psytrance », précise-t-il, même s’il se sent alors mal à l’aise dans ce milieu « bouffé par la drogue », sans référence à sa culture. « A l’époque, pour les Arabes, l’electro, c’était un truc tombé de l’espace, ils y pigeaient rien ! Partout, je cherchais des producteurs arabes et j’en trouvais jamais. »

    Cascades harmoniques
    Il finit par abandonner l’idée d’en vivre et part « bosser dans un bureau ». Jusqu’à ce que le Jazar Crew, à l’origine une bande d’ados de Haïfa organisant des raves sauvages, le sorte de sa retraite, au milieu des années 2010. Suivront les projets Fawda, en 2014 (des beats agrémentés d’oud électrifié et de slams politisés d’Ayed Fadel) et aujourd’hui Zenobia, en duo avec le claviériste Isam Elias, 27 ans. Halahlih espère en faire le « Daft Punk palestinien ». Moins de la mégalomanie qu’une volonté de se définir populaire et exigeant, audible partout mais fidèle au terreau originel. « Comme il y a eu la French Touch, voici l’Arab Touch, plaisante-t-il. Zenobia, c’était une reine, dont le royaume s’étendait de Palmyre jusqu’en Egypte. Le Levant, c’est notre ADN musical. Comme elle, on veut conquérir le monde et mélanger cet ADN à tous les genres, faire quelque chose sur lequel tu peux danser, du Brésil au Japon. »

    La formule de Zenobia se rattache à la mouvance electro-chaâbi, abusivement qualifiée de bande-son du printemps arabe et symbolisée par l’improbable trajectoire du chanteur de mariages syrien Omar Souleyman, devenu collaborateur de Diplo et adulé par les lecteurs de Pitchfork - Souleyman, de par son allégeance à Bachar al-Assad, est controversé au Moyen-Orient : le Jazar Crew, par exemple, refuse de jouer ses morceaux.

    Si, en live, Nasser Halahlih et Isam Elias revêtent un keffieh comme Souleyman, ils préfèrent citer le succès de 47Soul comme catalyseur de ce retour aux mélodies folkloriques. Pendant que Halahlih sculpte des nappes électroniques léchées, alternant vibe éthérée et kick martelant le rythme du dabké (la danse levantine du « coup de pied »), Elias laisse sa main droite de jazzeux marathonien broder en cascades les gammes mineures harmoniques, typiquement orientales, sur synthé acide. Le tandem, qui doit sortir un premier EP début avril, a signé à l’automne sur le label d’Acid Arab, duo français défricheur de l’orientalisme techno et ainsi aux premières loges pour voir le mouvement éclore.

    « Il y a toujours eu des gens qui faisaient du son dans les Territoires occupés, observe Guido Minisky d’Acid Arab. Mais longtemps, c’était plutôt des choses pas passionnantes autour de l’abstract hip-hop. La vague actuelle est plus popisante. Le risque serait qu’elle tombe dans les clichés avec la derbouka, les violonades et un sample de muezzin, mais eux cherchent à construire un truc intelligent, jouant de leurs codes culturels tout en adoptant une production moderne. C’est l’expertise qu’on leur apporte pendant qu’eux nous mettent à l’amende sur les mélodies au clavier. Quand il y a cette sincérité des deux côtés, Orient et Occident, on sort de la "recette" bête et méchante. »

    Ainsi, Acid Arab s’est aligné sur les convictions de cette scène émergente. A l’instar de Nicolas Jaar, icône électronique d’origine palestino-chilienne, les Français évitent désormais Tel-Aviv pour privilégier les clubs tenus par des « Palestiniens de 48 » ou dans les Territoires, sous l’égide du Jazar Crew. Las, leur premier concert à Ramallah en décembre a dû être annulé, les forces israéliennes ayant ce jour-là bouclé tous les accès au siège de l’Autorité palestinienne. Exemple des obstacles constitutifs de cet underground palestinien.

    Dynamique panarabe
    L’organisation l’été dernier d’un événement estampillé Boiler Room [1] à Ramallah, doublée du tournage d’un documentaire-manifeste, a achevé de mettre sur la carte sonique cette simili-capitale en Cisjordanie occupée, mal aimée mais berceau de créativité. Elle complète une sorte de triangle par-delà le mur et les check-points avec Haïfa et Jaffa - bien que ce dernier point soit en danger, le club phare Anna Loulou ayant récemment fermé, victime de la gentrification.

    La figure de proue est une jeune femme de 28 ans, Sama Abdulhadi, dite SAMA’ - sans doute l’étoile la plus brillante du mouvement, on pourra aussi l’entendre à l’IMA à Paris. Née en Jordanie et élevée dans une famille aisée à Ramallah, pianiste classique rompue à Chopin, la « première DJ de Palestine » a choisi une voie à l’opposé de l’electro-chaâbi. Sa techno sombre est dépouillée de références orientales (« cinq notes de oud sur un track, c’est pas de la musique arabe, c’est de la paresse », cingle-t-elle) et privilégie une sécheresse minérale. « J’ai découvert la techno à Beyrouth, pendant la Deuxième Intifada, raconte-t-elle. J’avais beaucoup de colère en moi, et ça m’a libérée. J’ai toujours mixé ce que je ressentais. Puis un jour, on m’a dit : "T’as un son berlinois." J’avais jamais mis les pieds en Allemagne… »

    Ingé-son nomade (formée en Grande-Bretagne, installée un temps au Caire et désormais partagée entre Paris et Ramallah), SAMA’ inscrit le mouvement dans une dynamique panarabe plus large, incluant l’Egypte et le Liban, mais ne perd pas de vue sa spécificité. « J’aime comparer cette musique à ce qui se jouait à Berlin avant la chute du Mur. En tant que Palestinien, où que tu sois, tu transportes le conflit. Pour moi, la techno, ce n’est pas une échappatoire liée aux drogues, mais plutôt quelque chose qui tient de la science-fiction : un lien avec le futur, un endroit sans politique, sans frontière, sans occupation. » Surtout, la musique lui a permis de créer des liens : « Avec les gars de Haïfa, de Jaffa, la diaspora, on est à nouveau une famille. »

    Au cœur du réacteur, le Jazar Crew joue les entremetteurs et les influenceurs. « A la base, la philosophie électronique a toujours été "rave against the machine", de Berlin à Detroit, prêche Ayed Fadel entre deux sets. Aujourd’hui, tu peux faire entendre le message palestinien en bookant SAMA’ dans ton festival ou en jouant à Kabareet. » Mais le plus important pour lui, c’est d’avoir créé « notre propre dancefloor. "Safe", ouvert à tous, même aux Israéliens. Du moins ceux qui respectent et comprennent que ce dancefloor vient autant de l’amour que de la colère ». Pour cette voix du mouvement, « il est très important que la scène électronique internationale comprenne que tout ne se limite plus à la bulle de Tel-Aviv, où le conflit est invisible. Cette bulle n’est pas underground, elle n’unit personne : elle ignore. Notre monde parallèle, lui, n’exclut pas : il montre qu’on peut faire les choses autrement. »

    [1] Collectif londonien qui organise de très suivies soirées branchées retransmises sur le Web.

    #Palestine #Sama #Musique #Musique_et_politique #Underground #Electro #Techno #Rap #Rave

    Sur le même sujet :
    https://seenthis.net/messages/752617
    https://seenthis.net/messages/760253

  • Les horrifiantes origines américaines de l’eugénisme nazi
    https://www.crashdebug.fr/international/15476-les-horrifiantes-origines-americaines-de-l-eugenisme-nazi

    J’ai préalablement soumis cet article à mon « correspondant » Josh (dont j’ai publié des traductions), professeur de sociologie à Tel-Aviv, qui m’a confirmé la véracité de ces faits historiques…

    Après la lecture de cet article, on peut soupçonner l’eugénisme de se perpétuer plus discrètement avec les vaccins, les chemtrails, les pesticides, Big Pharma… pour conduire à une stérilisation progressive d’une partie de l’humanité.

    Apolline

    Par Edwin Black

    (Edwin Black est l’auteur de "Guerre contre les faibles : eugénisme et campagne américaine pour créer une race des seigneurs" dont est tiré cet article de 2003)

    Traduit par Apolline

    Hitler et ses âmes damnées persécutèrent tout un continent et exterminèrent des millions de gens dans leur quête d’une soi-disant (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • Limogeage d’Al-Assiri : « Mauvaise nouvelle pour Israël » - Actuarabe - Al-Akhbar – Lundi 22 octobre 2018
    http://actuarabe.com/le-limogeage-dal-assiri-mauvaise-nouvelle-pour-israel

    Ahmed Al-Assiri

    (...à Mais les médias ne sont pas tous demeurés aussi silencieux, notamment suite aux conséquences internes en Arabie saoudite et le limogeage du sous-directeur des services de renseignement, Ahmed Al-Assiri.
    Moav Vardi, l’analyste des affaires internationales sur la dixième chaîne, a décrit cette mesure comme « une très mauvaise nouvelle pour Israël ». Il a ainsi révélé les liens solides entre Al-Assiri et ses homologues israéliens, ainsi que le niveau de coopération entre Riyad et Tel-Aviv. Sur son compte Twitter, il a déclaré : « de nombreuses personnes ont perdu cette nuit un allié précieux ».

    De son côté, le journaliste Ben Kaspit a écrit dans un article pour The Monitor qu’en coulisse, Israël se tenait aux côtés de l’Arabie saoudite, pour qu’elle « digère » l’assassinat de Khashoggi, sans autre choix possible. Il a rapporté ces propos d’un dirigeant israélien : « La lutte contre l’Iran rend tout insignifiant. La sécurité nationale d’Israël et la menace iranienne sont nos priorités. Les affaires internes de l’Arabie saoudite nous concernent moins actuellement ». La source a ensuite ajouté : « Si cela s’était passé sous Obama, il est clair que l’administration se serait retournée contre les Saoudiens en moins de deux ». Donald Trump a une approche opposée : « Le Président Trump comprend que le problème iranien est plus important et la démocratie devra attendre ». Ces déclarations confirment les propos tenus à plusieurs reprises par le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, sur la coopération sécuritaire croissante avec de grands Etats arabes et musulmans, sans les nommer. Elles interviennent quelques jours après une rencontre entre le chef d’état-major de l’armée d’occupation, Gadi Eizenkot, et son homologue saoudien, Fayad Al-Ruwaili, lors d’une conférence réunissant les chefs des armées de plusieurs pays aux Etats-Unis. (...)

  • Netanyahu planeja comparecer à posse de Bolsonaro
    30/10/2018 - Mundo
    Folha - 30.out.2018 às 16h25
    https://www1.folha.uol.com.br/mundo/2018/10/netanyahu-planeja-comparecer-a-posse-de-bolsonaro.shtml

    Tel Aviv
    O primeiro-ministro de Israel, Binyamin Netanyahu, deve comparecer à cerimônia de posse do presidente eleito, Jair Bolsonaro, em 1° de janeiro de 2019. Foi o que o próprio Netanyahu disse a Bolsonaro em conversa telefônica na segunda-feira (29) para parabenizá-lo pela vitória nas eleições.

    Se comparecer, Netanyahu será o primeiro premiê israelense a visitar o Brasil desde a criação do país, em 1948.

    #IsraelBrésil

  • La Chine abandonne-t-elle les Palestiniens ?
    Ramzy Baroud & Romana Rubeo - 23 octobre 2018 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/la-chine-abandonne-t-elle-les-palestiniens

    Réunion entre les dirigeants chinois et la délégation palestinienne lors d’un voyage officiel de l’Autorité de Ramallah - Juillet 2017 - Photo : Chinanews.com

    La Chine semble avancer ses pions comme si elle pouvait être à la fois pro-palestinienne et pro-israélienne.

    Le vice-président chinois Wang Qishan est arrivé lundi en Israël pour une visite de quatre jours, conduisant le quatrième Comité d’innovation Chine-Israël. Il est le plus haut responsable chinois à se rendre en Israël depuis près de 20 ans.

    En avril 2000, l’ancien président de la Chine, Jiang Zemin, avait été le premier dirigeant chinois à se rendre en Israël. Il avait visité le musée de l’Holocauste Yad Vashem et renforcé les liaisons diplomatiques avec ses homologues israéliens. Il a ensuite parlé des intentions de la Chine de consolider le lien entre les deux pays.

    La visite de Wang Qishan, cependant, est différente. Le « lien » entre Beijing et Tel-Aviv est beaucoup plus développé qu’il ne l’était à l’époque, comme cela apparaît dans les chiffres. Peu de temps après l’échange de missions diplomatiques entre les deux pays en 1992, les échanges commerciaux ont commencé à se développer. La taille des investissements chinois en Israël a augmenté de manière exponentielle, passant de 50 millions de dollars au début des années 90 à 16,5 milliards de dollars, selon les estimations de 2016. (...)

    • Israël et la Chine resserrent leurs liens économiques
      Par Thierry Oberlé Mis à jour le 24/10/2018
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/10/24/20002-20181024ARTFIG00295-israel-et-la-chine-resserrent-leurs-liens-economi

      Bienvenue en Israël ! L’État hébreu accueille pour la première fois depuis dix-huit ans un haut responsable chinois. Le vice-président Wang Qishan, qui effectue une visite de quatre jours, a été reçu lundi soir par Benyamin Nétanyahou et a participé, ce mercredi, avec le premier ministre israélien, à la quatrième réunion de la commission conjointe Chine-Israël sur la coopération et l’innovation.

      Ces rencontres marquent une nouvelle étape dans le rapprochement économique entre les deux pays, qui ont lancé en 2016 des discussions sur un traité de libre-échange. L’an dernier, à l’issue d’un voyage à Pékin de Benyamin Nétanyahou, des accords ont facilité l’exportation de produits laitiers israéliens vers la Chine et autorisé les Chinois à venir travailler dans le secteur du BTP en Israël. Pékin a investi ces dernières années en Israël 25 milliards de dollars.

      Un groupe public chinois a pris le contrôle de Tnuva, le principal groupe alimentaire israélien ...

  • L’Australie envisage de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ouest-France avec AFP | Publié le 16/10/2018 à 04h36
    https://www.ouest-france.fr/monde/australie/l-australie-envisage-de-transferer-son-ambassade-en-israel-jerusalem-60

    Le premier ministre australien Scott Morrison s’est dit prêt mardi à envisager de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et à y transférer l’ambassade d’Australie.

    L’Australie envisage de transférer son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, a annoncé mardi le Premier ministre australien Scott Morrison, évoquant un geste diplomatique similaire à celui que les Etats-Unis ont fait en mai dernier.

    M. Morrison a convoqué une conférence de presse pour déclarer qu’il était « ouvert » à des propositions de reconnaissance formelle de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël et de transfert de l’ambassade d’Australie dans cette ville.

    Une telle mesure constituerait une rupture avec la politique que les gouvernements australiens successifs appliquent dans ce domaine depuis des décennies. (...)

    #Jerusalem

  • Nihilisme et cynisme post-Oslo : une génération trahie
    par Samah Jabr - 1° octobre 2018 – Middle East Monitor – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah
    http://www.chroniquepalestine.com/nihilisme-et-cynisme-post-oslo-une-generation-trahie

    Plus de 55% des Palestiniens vivant dans les territoires occupés sont nés après la signature des accords d’Oslo il y a 25 ans. A qui s’apparente la vie de cette génération, maintenant que leurs espoirs d’indépendance et de prospérité ont été réduits à un cauchemar par l’occupation [israélienne] ininterrompue des terres palestiniennes et la destruction de notre tissu social par des factions politiques rivales ?

    Les jeunes en Palestine sont confrontés à une double vulnérabilité : la vulnérabilité universelle de la phase de développement de l’adolescent, qui passe rapidement de la dépendance à la responsabilité et aboutit à la formation d’une identité individuelle façonnée par les acquis cognitifs et émotionnels de chacun ; et la vulnérabilité découlant du contexte de l’occupation, qui limite les possibilités et les chances, compromet l’indépendance personnelle, fragmente l’identité et submerge les ressources cognitives et émotionnelles.

    Aucun Palestinien ne peut célébrer Oslo après tout ce qu’Israël a fait pour tourner le dos à ses engagements. Washington, le prétendu courtier de paix, a pris une position extrêmement préjudiciable à l’égard des Palestiniens en déplaçant l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, en fermant le bureau de l’OLP dans la capitale américaine (la seule réalisation concrète d’Oslo), en coupant les fonds à l’UNRWA, aux hôpitaux palestiniens dans Jérusalem-Est occupée et à d’autres programmes humanitaires.

  • Le train rapide Jérusalem-Tel-Aviv entre en service Michael Smith - Agence France-Presse à Jérusalem - 26 septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/monde/537648/le-train-rapide-jerusalem-tel-aviv-entre-en-service

    Ils étaient une dizaine, mardi à l’aube, à embarquer pour la première fois dans le train rapide reliant Jérusalem à Tel-Aviv. Après plus d’une décennie de retard, cette nouvelle ligne ferroviaire a été ouverte partiellement au public.

    Empruntant des escaliers mécaniques descendant 80 mètres sous terre, une partie des passagers de la nouvelle gare de Jérusalem étaient présents uniquement pour profiter de cette nouvelle expérience, effectuant l’aller-retour — 21 minutes par trajet — vers l’aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

    « On attend ce réseau depuis plus de dix ans », se réjouit Richard Elkaim, 71 ans, accompagné de sa femme et de trois de ses petits-enfants.

    La nouvelle ligne ferroviaire n’est pas encore opérationnelle dans sa totalité, mais, à terme, Jérusalem et Tel-Aviv devraient être à une demi-heure l’une de l’autre, avec des trains glissant à 160 km/h.


    Photo : Ahmad Gharabli Agence France-Presse

    Une aubaine pour les nombreux Israéliens qui parcourent régulièrement les 70 km séparant ces deux villes, où se concentre l’essentiel de l’activité économique et politique du pays.

    Jérusalem et Tel-Aviv n’étaient jusqu’alors desservies que par une ligne sinueuse qui suivait le tracé de l’ancienne ligne du mandat britannique et il fallait compter au moins une heure et demie pour faire le trajet par rail.

    La ligne devait initialement commencer à fonctionner en 2008. Mais le chantier sous maîtrise israélienne en partenariat avec des entreprises chinoise, italienne et russe, a accusé de nombreux retards.

    Les groupes Bombardier, du Canada, Semi, d’Espagne, et Alstom, de France, ont également pris part au projet.

    La nouvelle ligne, dont le chantier est chiffré à 6,5 milliards de shekels (2,3 milliards canadiens), est présentée par ses promoteurs comme une prouesse d’ingénierie.

    Coupant en plein dans le relief semi-montagneux qui entoure Jérusalem, elle comprendra à terme 40 kilomètres de tunnels et 8 ponts.

    Une partie de la ligne est exposée aux critiques politiques puisqu’elle passe par la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par l’armée israélienne depuis plus de 50 ans.

    Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erakat, avait dénoncé ce train comme « une volonté israélienne de transformer l’occupation en annexion en utilisant de manière illégale les terres palestiniennes occupées ».

    #Alstom #Bombardier #Semi #Cisjordanie #Palestine #israel #jérusalem #tel-aviv #Transports

    • AVION RUSSE ABATTU EN SYRIE : MOSCOU ET TEL-AVIV DOIVENT REVOIR LEURS ACCORDS… – Proche&Moyen-Orient.ch
      https://prochetmoyen-orient.ch/avion-russe-abattu-en-syrie-moscou-et-tel-aviv-doivent-revoir-le

      Comme nous l’écrivions dernièrement1, les Américains sont, suffisamment pragmatiques pour comprendre qu’ils ont perdu la bataille de Syrie. Par contre, ils refusent de perdre la guerre des Proche et Moyen-Orient. Les services du Pentagone l’ont affirmé à plusieurs reprises : « nous allons multiplier les ‘bourbiers’ dans lesquels s’enfonceront inexorablement la Russie et l’Iran ». Trois principaux « bourbiers » continuent à être consciencieusement entretenus par Washington : la guerre au Yémen où la coalition saoudo-émirienne poursuit sa destruction de l’un des pays les plus pauvres du monde ; après l’attaque du consulat iranien de Bassorah, c’est maintenant un groupe armé connu pour ses liens avec les services américains qui décime une cérémonie militaire dans la ville d’Ahvaz ; enfin, l’allié sioniste des Etats-Unis poursuit ses ingérences régionales tous azimuts.

      Sur le plateau du Golan, Tel-Aviv délivre des armes aux groupes jihadistes de Jabhat al-Nosra (Al-Qaïda en Syrie) et soigne ses blessés dans des hôpitaux israéliens au nom de « l’action humanitaire ». Dans d’autres régions de Syrie, l’aviation israélienne reconnaît avoir mené plus de 200 bombardements durant les deux dernières années, violant quasiment quotidiennement les espaces aérien et maritime du Liban. A l’évidence, Israël ne cherche pas à annexer les territoires syriens dans lesquels son armée s’ingère. Officiellement, Tel-Aviv prétend cibler des objectifs iraniens et du Hezbollah libanais – ceux-ci étant rarement identifiables comme tels, puisque leurs soldats sont généralement intégrés dans unités de l’armée régulière syrienne. Comme Washington, Londres et Paris,Tel-Aviv veut-il le départ de Bachar al-Assad ? Mais au profit de qui ? Les Frères musulmans, les Salafistes ou d’autres agités ?

      Quoiqu’il en soit, « ce petit pays de merde » – comme l’appelait Daniel Bernard, alors ambassadeur de France à Londres – se permet les pires violations du droit international sans que personne n’y trouve rien à redire : exécutions sommaires, détentions arbitraires, tortures, déportations massives et discriminations ethnico-religieuses… autant de crimes similaires à ceux d’une idéologie responsable de l’une des plus grandes tragédies du XXème siècle. Il serait peut-être temps que cette impunité arrogante, meurtrière et absurde cesse, qu’elle soit condamnée et empêchée de nuire !

      Pour beaucoup moins que cela, n’importe quel pays au monde aurait déjà été bombardé par l’OTAN, traîné devant la Cour pénale internationale ou – à minima – subirait quelques sanctions économiques et politiques, n’en déplaise à John Bolton et ses amis néo-cons !

  • Révolte dans la mode | ARTE (jusqu’au 6/11/2018)
    https://www.arte.tv/fr/videos/071479-000-A/revolte-dans-la-mode

    Face à un système devenu absurde et dangereux, de jeunes créateurs se mobilisent pour créer une mode plus responsable. Coécrit par Ariel Wizman, un documentaire enlevé sur les prémices d’une nouvelle internationale d’activistes de la #mode, de New York à Tel-Aviv, en passant par Amsterdam et Paris.

    Quatre-vingts millions de vêtements sont produits dans le monde chaque année. La mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde après le pétrole. Hypermercantiliste, mondialisée, elle suit le tempo effréné dicté par la fast #fashion qui, tout en détruisant la planète, engendre des burn out chez les designers et tue littéralement des forçats du textile. Fini le temps des indépendants flamboyants, comme Azzedine Alaïa, Martin Margiela ou Jean Paul Gaultier. Ils ont été supplantés par des empires du luxe, où le couturier n’est plus que la variable d’ajustement de la cotation boursière. Le 24 avril 2013, au Bangladesh, l’effondrement du Rana Plaza, où périssent plus de 1 130 ouvriers travaillant pour des marques internationales, révèle la face cachée d’un monde devenu fou. Quatre ans après cette tragédie, un mouvement de progressistes sonne l’heure de la révolte.

    Écrit par Ariel Wizman et Laurent Lunetta, ce documentaire rythmé analyse les dérives d’une industrie à bout de souffle au travers de riches interviews de spécialistes, notamment la célèbre prévisionniste Li Edelkoort, et d’animations graphiques. À New York, Tel-Aviv, Amsterdam ou Paris, le film donne aussi la parole à une nouvelle internationale d’activistes de la mode, désireux de repenser le système dans son ensemble. De Daniel Harris, jeune producteur anglais de tweed qui prône un retour au tissage manuel, à Iris Van Herpen, pionnière dans l’utilisation de la 3D, des créateurs bourrés d’idées novatrices livrent leur vision de la haute couture.

    Réjouissant.

    #impression_3D

  • Lobby israélien aux Etats-Unis, le documentaire interdit,

    par Alain Gresh (Le Monde diplomatique, septembre 2018)

    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/GRESH/59047

    À l’écran, il a tout du parfait gentleman. Malgré sa dégaine d’étudiant, James Anthony Kleinfeld, jeune Britannique juif bien sous tous rapports, diplômé de la prestigieuse université d’Oxford, parlant six langues, dont le néerlandais et le yiddish, s’orientant sans difficulté dans les arcanes des conflits au Proche-Orient, trouverait facilement sa place dans les bureaux d’un ministère des affaires étrangères occidental ou d’un think tank renommé. Pour l’heure, il a d’autres desseins : s’investir dans les organisations américaines favorables à Israël. Il est recruté par The Israel Project (TIP), qui s’occupe de soigner l’image d’Israël dans les médias. Accueilli à bras ouverts du fait de ses compétences, il côtoie durant cinq mois le gratin des responsables d’associations engagées dans la défense inconditionnelle d’Israël, notamment du puissant lobby pro-israélien aux États-Unis, l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac). Il fraie avec eux dans les cocktails, congrès, conventions, stages de formation pour militants, se liant avec les uns et les autres. Avenant, chaleureux, efficace, il gagne la confiance de ses interlocuteurs, qui lui parlent à cœur ouvert, laissant au vestiaire la langue de bois et les « éléments de langage » convenus. Et leurs confidences sont explosives.

    Comment influence-t-on le Congrès ? « Les membres du Congrès ne font rien si on ne fait pas pression sur eux, et la seule manière, c’est l’argent. » Comment combat-on les militants favorables aux droits des Palestiniens sur les campus universitaires ? « Avec les anti-Israéliens, le plus efficace est de faire des recherches sur eux, que vous mettez en ligne sur un site Web anonyme et que vous diffusez par des annonces ciblées sur Facebook. » Avec une candeur d’autant plus grande qu’ils croient s’épancher auprès d’un ami, les interlocuteurs de Kleinfeld admettent qu’ils se livrent à des opérations d’espionnage de citoyens américains, avec l’aide du ministère des affaires stratégiques israélien.

    Créé en (...)

    • Lobby israélien, le #documentaire interdit

      Une enquête menée par la chaîne qatarie #Al-Jazira dévoile les méthodes des groupes de pression américains favorables à Israël. Mais, soucieux de ne pas s’aliéner ces organisations dans son contentieux avec l’Arabie saoudite, le Qatar a gelé la diffusion du reportage.

      À l’écran, il a tout du parfait gentleman. Malgré sa dégaine d’étudiant, James Anthony Kleinfeld, jeune Britannique juif bien sous tous rapports, diplômé de la prestigieuse université d’Oxford, parlant six langues, dont le néerlandais et le yiddish, s’orientant sans difficulté dans les arcanes des conflits au Proche-Orient, trouverait facilement sa place dans les bureaux d’un ministère des affaires étrangères occidental ou d’un think tank renommé. Pour l’heure, il a d’autres desseins : s’investir dans les organisations américaines favorables à Israël. Il est recruté par The Israel Project (TIP), qui s’occupe de soigner l’image d’Israël dans les médias. Accueilli à bras ouverts du fait de ses compétences, il côtoie durant cinq mois le gratin des responsables d’associations engagées dans la défense inconditionnelle d’Israël, notamment du puissant lobby pro-israélien aux États-Unis, l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac) (1). Il fraie avec eux dans les cocktails, congrès, conventions, stages de formation pour militants, se liant avec les uns et les autres. Avenant, chaleureux, efficace, il gagne la confiance de ses interlocuteurs, qui lui parlent à cœur ouvert, laissant au vestiaire la langue de bois et les « éléments de langage » convenus. Et leurs confidences sont explosives.

      Comment influence-t-on le Congrès ? « Les membres du Congrès ne font rien si on ne fait pas pression sur eux, et la seule manière, c’est l’argent. » Comment combat-on les militants favorables aux droits des Palestiniens sur les campus universitaires ? « Avec les anti-Israéliens, le plus efficace est de faire des recherches sur eux, que vous mettez en ligne sur un site Web anonyme et que vous diffusez par des annonces ciblées sur Facebook. » Avec une candeur d’autant plus grande qu’ils croient s’épancher auprès d’un ami, les interlocuteurs de Kleinfeld admettent qu’ils se livrent à des opérations d’espionnage de citoyens américains, avec l’aide du ministère des affaires stratégiques israélien.

      Créé en 2006, ce dernier dépend directement du premier ministre Benyamin Netanyahou. L’une de ses responsables confie : « Nous sommes un gouvernement qui travaille sur un territoire étranger et nous devons être très, très prudents. » En effet, car certaines de ces actions pourraient se révéler passibles des tribunaux américains.

      À la fin du stage de « Tony », M. Eric Gallagher, son chef à TIP, se montre si satisfait de ses services qu’il lui propose de l’embaucher. « J’adorerais que tu viennes travailler pour moi. J’ai besoin de quelqu’un qui a l’esprit d’équipe, qui travaille dur, qui est passionné, curieux, bien formé, qui parle bien, qui a beaucoup lu. Tu es tout cela. »Mais son poulain refuse. Car, on l’aura deviné, il n’est pas tout à fait celui qu’il prétend être, même si ses diplômes et ses compétences ne sont pas contestables : il est un infiltré, missionné par la chaîne Al-Jazira, propriété de l’émirat du Qatar, pour réaliser un documentaire sur le lobby pro-israélien. Il a filmé en caméra cachée une partie des confidences qu’il a recueillies et il a réuni, avec d’autres membres d’une équipe dirigée par Phil Rees, de la cellule d’investigation de la chaîne, tous les ingrédients d’une enquête spectaculaire. La diffusion de celle-ci était d’autant plus attendue que, en 2017 déjà, un reportage d’Al-Jazira sur le lobby pro-israélien au Royaume-Uni (2) avait montré les ingérences d’Israël dans les affaires internes d’un pays étranger, et ses tentatives pour faire chuter un ministre considéré comme propalestinien — ce qui avait abouti à des excuses publiques de l’ambassadeur d’Israël à Londres et au retour précipité à Tel-Aviv d’un diplomate de haut rang.

      On pouvait donc s’attendre à un événement médiatique, avec ses démentis outragés et ses violentes polémiques. Mais non : la diffusion, programmée pour début 2018, a été reportée sine die, sans explications officielles. On a fini par apprendre, grâce à des articles dans la presse juive américaine (3), que le documentaire ne passerait pas, ce qu’a confirmé Clayton Swisher, directeur de la cellule d’investigation de la chaîne, dans un article où il regrettait ce choix ; quelques jours plus tard, la chaîne annonçait qu’il prenait un congé sabbatique (4). L’enquête a été sacrifiée dans la bataille sans merci que se livrent le Qatar d’un côté et l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis de l’autre pour gagner les faveurs de Washington dans le conflit qui les oppose depuis juin 2017 (5). Et quelle meilleure manière de l’emporter que de s’attirer les faveurs du puissant lobby pro-israélien, dont on connaît l’influence sur la politique américaine au Proche-Orient ?

      Pour faire pencher la balance, le Qatar a donc fait « reporter » la diffusion, obtenant en échange le secours inespéré d’une partie de l’aile droite d’un lobby déjà très à droite dans son ensemble. M. Morton Klein, le président de l’Organisation sioniste américaine (ZOA), un proche de M. Stephen Bannon, ancien conseiller du président Donald Trump, s’est même rendu à Doha et s’est réjoui d’avoir enterré le documentaire (lire « Le Qatar en quête d’amis »). Que de tels groupes, qui accusaient il y a peu le Qatar de financer le Hamas et le terrorisme, aient accepté de virer de bord en échange de la rétention de l’enquête en dit long sur le caractère embarrassant des révélations qu’elle contient.

      Cet enfouissement d’un travail qui a duré plus d’une année a suscité des remous au sein de la chaîne. Certains ont souhaité que ces révélations ne sombrent pas dans les sables mouvants des compromis géopolitiques. C’est la raison pour laquelle nous avons pu voir, grâce à un ami résidant dans le Golfe, les quatre épisodes du documentaire, de cinquante minutes chacun, dans leur version presque définitive.

      Ce qui frappe au visionnage, c’est la fébrilité qui a saisi le lobby depuis quelques années, due à une peur sourde de perdre son influence. Comment l’expliquer, alors que le soutien à Israël est massif aux États-Unis et que les élus des deux partis, républicain et démocrate, apportent un appui sans faille à n’importe quelle aventure d’Israël ? L’élection de M. Trump n’a-t-elle pas amené Washington à abandonner toute volonté de jouer les intermédiaires dans le conflit israélo-arabe et à se ranger sans aucun faux-semblant aux côtés du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël ? Sans doute ; mais, dans ce paysage en apparence favorable, un spectre hante le lobby : celui de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

      Ce mouvement lancé en 2005 se propose d’appliquer à Israël les méthodes non violentes qui ont fait leurs preuves contre l’Afrique du Sud de l’apartheid. Il a connu un essor sur les campus américains. Mais faut-il vraiment s’en alarmer, s’interroge M. David Brog, directeur des affaires stratégiques de Chrétiens unis pour Israël (CUFI) et directeur exécutif de la Maccabee Task Force, l’un des groupes qui combattent BDS ? « Israël est la “start-up nation”. Il reçoit plus d’investissements étrangers qu’à n’importe quel autre moment de son histoire. Alors pourquoi ne pas se calmer, comprendre que BDS ne vaut rien et l’ignorer ? » Il insiste : « Je ne pense pas que BDS ait jamais eu pour objectif que les universités retirent leurs investissements en Israël. En ce qui concerne l’argent, nous n’avons pas d’inquiétude à avoir ; mais les efforts déployés pour creuser un fossé entre nous, qui aimons Israël, et la génération montante, sont préoccupants. Parmi les jeunes nés après l’an 2000 et les étudiants, on en arrive au point où la majorité est plus favorable aux Palestiniens qu’aux Israéliens. » M. Jacob Baime, directeur exécutif de l’Israel on Campus Coalition, un groupe d’organisations qui emploie plus d’une centaine de personnes pour lutter contre BDS dans les universités, s’inquiète : « La seule chose que tous les membres du Congrès, tous les présidents, tous les ambassadeurs ont en commun est le fait d’avoir passé du temps sur les campus, et c’est durant cette période qu’ils ont été formés. » Seront-ils encore demain des « amis d’Israël » ?

      Discréditer le messager

      Un élément supplémentaire alarme le lobby. Le soutien à Israël a toujours transcendé les clivages entre démocrates et républicains. N’est-ce pas M. Barack Obama qui, quelques mois avant la fin de son mandat, a fait voter une aide inconditionnelle de 38 milliards de dollars (33 milliards d’euros) à Israël sur dix ans, en dépit de ses relations détestables avec M. Netanyahou ? Mais le paysage politique se transforme, et le ralliement inconditionnel du lobby à M. Trump réduit sa base, qui se résume de plus en plus au Parti républicain et à la droite évangélique. M. David Hazony, ancien directeur de The Tower Magazine et membre influent de TIP, le reconnaît dans le documentaire : « Le boycott immédiat d’Israël, ce n’est pas un problème. Le plus gros problème, c’est le Parti démocrate, les partisans de Bernie Sanders, tous ces anti-Israéliens qu’ils amènent dans le Parti démocrate. Être pro-israélien ne relèvera bientôt plus d’un consensus bipartisan, et chaque fois que la présidence changera, la politique à l’égard d’Israël risquera de changer. C’est une chose dangereuse pour Israël. C’est cela qui est en jeu dans la bataille sur les campus. » Ce que confirme John Mearsheimer, coauteur d’un célèbre livre (6) sur le lobby, dont les commentaires ponctuent le documentaire. Il constate que, désormais, le soutien à Israël croît au Parti républicain alors qu’il diminue au Parti démocrate : « Il y a une différence substantielle entre les deux partis. »

      Comment contrer cette évolution ? En engageant un débat politique ? Difficile, alors que, depuis l’échec des accords d’Oslo, signés en 1993, Israël est dirigé par des partis d’extrême droite qui refusent toute solution diplomatique. Il ne peut être question de discuter du sort des Palestiniens, de l’avenir des colonies ou du drame de Gaza. Et le ralliement du lobby à M. Netanyahou et à M. Trump est peu propice à susciter l’enthousiasme des étudiants américains. Le journaliste Max Blumenthal fait remarquer (Twitter, 15 février 2018) que c’est cette tactique du refus de la discussion que le lobby déploie au sujet du documentaire d’Al-Jazira : assimiler le journalisme d’investigation à de l’espionnage ; discréditer la chaîne en la réduisant à son propriétaire, le Qatar ; affirmer que le sujet est le « lobby juif », et non le soutien à Israël. Et ainsi éviter toute discussion sur le fond des révélations et sur la politique israélienne.

      Directeur exécutif du Comité d’urgence pour Israël (ECI), M. Noah Pollak synthétise la ligne adoptée face aux critiques : « Pour discréditer le message, il faut discréditer le messager. Quand vous évoquez BDS, vous devez dire que c’est un groupe qui prône la haine, la violence contre les civils. C’est-à-dire qu’il soutient le terrorisme. » Et, bien sûr, qu’il est antisémite. L’organisation Voix juives pour la paix (JVP) ? Il préfère l’appeler « Voix juives pour le Hamas »… Mais il reste optimiste, car, comme il l’explique à « Tony », la majorité des Américains reste favorable à Israël, alors qu’au Royaume-Uni « c’est de la haine pure. Vous avez laissé la moitié de ces Pakistanais de m… s’installer chez vous ».

      Pour « discréditer le messager », il faut accumuler des informations variées, qui vont de sa vie privée à ses activités professionnelles, en passant par ses convictions politiques. Le lobby pro-israélien a instauré ces dernières années un réseau d’espionnage. « Nos opérations de recherche,s’enorgueillit M. Baime, disposent d’une technologie de pointe. Quand je suis arrivé, il y a quelques années, notre budget était de quelques milliers de dollars ; il est aujourd’hui de 1,5 million, sans doute 2. Je ne sais même pas ; c’est énorme. » Mais ses amis et lui tiennent à rester « invisibles » : « Nous faisons cela de manière sécurisée et anonyme ; c’est la clé. »

      Parmi les groupes les plus redoutés par les militants favorables aux droits des Palestiniens figure Canary Mission (7), dont le financement, les membres et le fonctionnement restent secrets. Une journaliste proche du lobby explique son rôle : « Ceux qui le haïssent, ceux qui sont visés parlent de “liste noire”. Vous avez des noms, des étudiants et des professeurs d’université, des organisations qui ont des liens avec le terrorisme ou avec des terroristes qui ont appelé à la destruction de l’État juif. » Le site de l’organisation résume ainsi son objectif : « Assurez-vous que les radicaux d’aujourd’hui ne deviendront pas vos employés demain. » Surplombant la biographie de chaque victime clouée au pilori, ce slogan : « Si vous êtes raciste, le monde doit le savoir. »
      Kleinfeld a réussi à remonter à son fondateur et financier, M. Adam Milstein, président du Conseil israélien américain (IAC), condamné à une peine de prison pour fraude fiscale en 2009, ce qui ne l’a pas empêché de poursuivre ses activités du fond de sa cellule. Il expose au jeune homme sa philosophie : « Tout d’abord, mener des enquêtes sur eux [les militants favorables à la Palestine].. Quel est leur projet ? S’attaquer aux Juifs parce que c’est facile, parce que c’est populaire. Nous devons les démasquer pour ce qu’ils sont : des racistes, des gens hostiles à la démocratie. Nous devons les mettre sur la défensive. »

      Plusieurs étudiants témoignent des risques qu’ils encourent. Mme Summer Awad, qui a participé à la campagne pour les droits des Palestiniens à Knoxville (Tennessee), raconte comment elle a été harcelée sur Twitter, comment « ils » ont mis en ligne des informations à son sujet datant de plus de dix ans : « Ils creusent et creusent encore. Quelqu’un a contacté mon employeur et lui a demandé de me licencier, en le menaçant de le dénoncer comme antisémite s’il n’obtempérait pas. » Ces méthodes de délation peuvent signifier une mise à mort professionnelle ou, pour un étudiant, compliquer la recherche d’un emploi à la fin de son cursus. Certains des accusés ont donc envoyé des « messages de repentir » qui sont publiés dans une rubrique spéciale du site de Canary Mission (8) en échange du retrait de leur nom de la liste noire : des « aveux » anonymisés dans lesquels ils expliquent qu’ils ont été « trompés » et qui ressemblent à ceux arrachés aux suspects de sympathies communistes du temps du maccarthysme aux États-Unis dans les années 1950, ou dans les régimes autoritaires aujourd’hui. « C’est la guerre psychologique. Ils sont terrifiés, se réjouit M. Baime. Soit ils la ferment, soit ils passent leur temps à faire des recherches [sur les accusations portées contre eux] au lieu d’attaquer Israël. C’est très efficace. » Un autre interlocuteur de « Tony » regrette cependant que « diffamer quelqu’un en le traitant d’antisémite n’ait plus le même impact ».

      Ces croisades, qui s’appuient sur la récolte de données personnelles de citoyens américains, ne seraient pas possibles sans les moyens accordés par le ministère des affaires stratégiques israélien. Mme Sima Vaknin-Gil, sa directrice générale, le reconnaît lors d’une conférence à l’IAC : « En ce qui concerne la collecte de données, l’analyse de l’information, le travail sur les organisations militantes, la piste de l’argent, c’est quelque chose que seul un pays, avec les ressources dont il dispose, peut faire au mieux. » Elle ajoute : « Le fait que le gouvernement israélien ait décidé d’être un acteur-clé signifie beaucoup, parce que nous pouvons apporter des compétences que ne possèdent pas les organisations non gouvernementales impliquées dans cette affaire. Nous sommes le seul acteur du réseau pro-israélien à pouvoir combler les lacunes. (…) Nous avons le budget, et nous pouvons mettre sur la table des choses bien différentes. » Puis son propos se fait menaçant : « Tous ceux qui ont quelque chose à voir avec BDS doivent s’interroger à deux fois : est-ce que je dois choisir ce camp ou bien l’autre ? »

      Une violation des lois américaines

      Dans ce travail de collecte d’informations, Mme Vaknin-Gil admet : « Nous avons la FDD et d’autres qui travaillent [pour nous]. » La Fondation pour la défense des démocraties (FDD) est un think tank néoconservateur qui a joué ces dernières années un rôle important dans le rapprochement entre les Émirats arabes unis et Israël. Il a participé l’été dernier à la campagne contre le Qatar et contre Al-Jazira, accusée d’être un instrument de déstabilisation régionale. Or, selon la loi américaine, les organisations ou les individus travaillant pour un gouvernement étranger doivent s’enregistrer en tant que tels au ministère de la justice. Ce dernier osera-t-il traîner devant les tribunaux la FDD, qui n’a pas accompli ces démarches ?

      Comme le remarque Ali Abunimah, animateur du site The Electronic Intifada, « si vous aviez un enregistrement d’un haut responsable russe ou iranien, ou même canadien, reconnaissant que son pays mène des opérations clandestines d’espionnage de citoyens américains et utilise pour cela la couverture d’une organisation américaine, ce serait une bombe ! ». Car cette coopération ne se limite pas à la FDD, et nombre des interlocuteurs de Kleinfeld, comme M. Baime, l’admettent sous le sceau de la confidence, même s’ils ajoutent que le sujet est « délicat » et qu’il vaut mieux ne pas s’étendre.

      Le documentaire contient d’autres révélations, comme la manière dont les journalistes américains sont « pris en charge » à Jérusalem par TIP (9), cornaqués, mais aussi alimentés en sujets « clés en main » qu’ils n’ont plus qu’à diffuser aux États-Unis ; ou les pressions exercées sur les médias et les agences de presse pour qu’ils modifient leurs dépêches ou leurs articles…

      Bien que tout semble aujourd’hui sourire à Israël, ses partisans américains, en dépit de tous leurs moyens, sont nerveux. L’avenir leur paraît s’assombrir, y compris dans les milieux les plus susceptibles de les appuyer. Mme Vaknin-Gil l’admet : « Nous avons perdu la génération des Juifs nés après l’an 2000. Leurs parents viennent m’expliquer les difficultés qu’ils rencontrent avec leurs enfants durant des dîners de shabbat. [Les plus jeunes] ne reconnaissent pas l’État d’Israël et ne nous voient pas comme une entité à admirer. »

      #Alain_Gresh
      Directeur du journal en ligne Orient XXI

      #Palestine #BDS

  • Éducation à l’oppression : les institutions universitaires israéliennes lient leur destin à l’élite sécuritaire israélienne
    Shir Hever, BRICUP, juillet 2018
    https://www.bdsfrance.org/education-a-loppression-les-institutions-universitaires-israeliennes-lien

    Le premier s’est produit à l’Université hébraïque de Jérusalem, alors que l’université accueillait un événement de recrutement pour l’Association de sécurité israélienne (ISA), également connue sous le nom de « Shin Bet », « Shabak » ou simplement police secrète. La militante Ilana Hammerman a assisté à l’événement et en a parlé, exposant comment l’université offrait sans réserve un espace de publicité pour l’une des organisations les plus dangereuses et les moins scrupuleuses d’Israël, impliquée dans la torture, le recrutement de collaborateurs et plus encore.

    Le deuxième événement était que l’Université de Haïfa a remporté l’appel d’offres pour organiser des études supérieures pour l’armée. L’université a conçu un programme spécial pour les officiers militaires afin de leur permettre d’obtenir des diplômes universitaires tout en perturbant le moins possible leurs tâches liées à l’occupation [des territoires palestiniens]. Grâce au programme de l’Université de Haïfa, ils pourraient arrêter les Palestiniens sans procès, ordonner le bombardement de quartiers civils et établir des critères arbitraires aux checkpoints, tout en trouvant le temps de suivre des leçons et de passer des examens. L’Université de Haïfa a obtenu le droit de gérer trois collèges militaires : le Collège de la défense nationale, le Collège de commandement et d’état-major et le Collège du commandement tactique. L’unification des trois collèges sous la supervision académique de l’Université de Haïfa crée une responsabilité directe de l’université en ce qui concerne la formation et l’éducation du corps des officiers israéliens, et les premiers cours débutent déjà en juillet 2018.

    Le troisième événement a été le fonds conjoint de capital-risque de l’université de Tel-Aviv avec l’ISA, pour soutenir des start-ups sécuritaires. La coopération entre l’ISA et l’Université de Tel-Aviv signifie que l’ISA aura accès aux technologies de contrôle des populations, en utilisant l’argent du fonds d’investissement et la réputation universitaires pour donner aux start-ups un air de respectabilité. Selon une déclaration conjointe de l’ISA et de l’Université de Tel-Aviv datée du 3 juillet, quatre start-ups financées comprennent une start-up qui identifie des « fausses informations », une autre un programme d’intelligence artificielle pour analyser des vidéos et des documents, une autre une technologie de réalité virtuelle destinée à être utilisée dans le pilotage de drones à distance et une dernière proposant des prédictions basées sur le big data et l’apprentissage automatique.

    #Palestine #Universités #Armée_israélienne #Collaboration #BDS #Embargo_militaire #Boycott_universitaire

  • Le militant pacifiste israélien Avnery, intervieweur d’Arafat, est décédé
    AFP, publié le lundi 20 août 2018 à 09h37
    https://actu.orange.fr/societe/culture/le-militant-pacifiste-israelien-avnery-intervieweur-d-arafat-est-decede-

    Le journaliste et militant pacifiste israélien Uri Avnery, durement attaqué dans son pays dans les années 1980 pour avoir rencontré le leader palestinien Yasser Arafat, est décédé dans la nuit à Tel-Aviv à 94 ans, a-t-on appris lundi de source hospitalière.

    Figure centrale du mouvement pacifiste israélien, Uri Avnery avait causé une tempête en recueillant en juillet 1982 ce qui est présenté comme la première interview de M. Arafat avec un journal israélien, Haolam Haze, qu’il dirigeait.

    Il était l’un des premiers Israéliens à rencontrer M. Arafat, alors considéré comme l’ennemi numéro un d’Israël.

    L’entretien avait eu lieu à Beyrouth, assiégée par l’armée israélienne.

    Avocat de la création d’un Etat palestinien, Uri Avnery avait été soldat et avait même appartenu à une milice de droite avant de devenir une voix éminente de la paix, en laquelle il a cru jusqu’au bout.

    De son vrai nom Helmut Ostermann, Uri Avnery est né en Allemagne en 1923, d’où il émigre vers la Palestine mandataire en 1933 après l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler.

    Brièvement membre de l’Irgoun, le groupe clandestin armé de droite qui combat le mandat britannique, il s’engage dans l’armée israélienne après la création de l’Etat d’Israël en 1948. Il est blessé lors de la guerre israélo-arabe.

    En 1950, après sa démobilisation, il fonde Haolam Haze (Ce monde), hebdomadaire critique des institutions israéliennes. Il est la cible de la censure et d’attaques personnelles. Une bombe est placée au siège du journal en 1955, le seul de l’époque à ne pas être sous la coupe d’un parti.

    Il restera pendant 40 ans à la tête de Haolam Haze, publiant des enquêtes et des faits divers souvent sensationnels dans un style inconnu alors en Israël, tout en militant pour la coexistence avec la population arabe et en faveur de la création d’un Etat palestinien. Haolam Haze exercera une influence considérable sur la presse israélienne.

    Engagé tout à la gauche de l’échiquier politique israélien, il est élu au Parlement en 1965. Il y passera 10 ans en tout.

    En 1994, il fonde une ONG pacifiste, Gush Shalom (Bloc de la paix), en marge des autres mouvements pacifistes car plaidant pour le droit au retour des Palestiniens et de leurs descendants sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies à la création d’Israël en 1948.

    Ecrivain prolifique, il écrit une dizaine de livres, dont, en 2014, son autobiographie intitulée « optimiste ».

    Il a reçu de nombreux prix internationaux, dont le Prix de la paix Erich-Maria Remarque en 1995.

    Il avait été admis il y a plusieurs jours à l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Uri Avnery, Veteran Peace Activist and Among First Israelis to Meet Arafat, Dies at 94
    Ofer Aderet - Aug 20, 2018 7:21 AM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-uri-avenry-veteran-peace-activist-dies-at-94-1.6364250

    The Gush Shalom founder was one of the first Israelis to actively seek a Palestinian state as a peaceful solution to the conflict: ‘The difference between a freedom fighter and a terrorist depends on your perspective’

  • Israël: des milliers d’Arabes israéliens manifestent contre une loi controversée
    AFP / (11 août 2018 19h52
    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Isra-l-des-milliers-d-Arabes-isra-liens-manifestent-contre-une-loi-controvers-e/944591.rom

    Des milliers d’Arabes israéliens ont manifesté samedi soir à Tel-Aviv pour dénoncer une loi controversée définissant Israël comme l"Etat-nation du peuple juif", selon une journaliste de l’AFP.

    Le rassemblement sur la place Yitzhak Rabin a été organisé à l’initiative d’organisations représentant la minorité arabe israélienne qui constitue 17,5% de la population, alors que la semaine dernière, une énorme manifestation avait réuni des druzes, une autre minorité, opposée aussi à cette loi.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Palestinian flags fly at Arab-led rally in Tel Aviv against nation-state law
    Protest against controversial legislation draws at least 30,000, according to organizers; Netanyahu says display shows ’need’ for law
    By Tamar Pileggi and TOI staff Today, 8:33 pm
    https://www.timesofisrael.com/palestinian-flags-fly-at-arab-led-rally-in-tel-aviv-against-nation-st

    Thousands of Israelis gathered at Tel Aviv’s Rabin Square on Saturday night to march in a protest, led by the Arab community, against the controversial nation-state law. It was the second demonstration against the legislation in as many weekends, with last week’s gathering, led by the Druze community, drawing at least 50,000 people.

    Many of the protesters at Saturday’s protest carried Palestinian flags, defying a request by the Arab Higher Monitoring Committee, which organized the demonstration, not to wave the flags at the event.

    • Netanyahu : Beaucoup d’Arabes veulent qu’Israël soit un État palestinien
      Le Premier ministre a déclaré que les « drapeaux de l’OLP » brandis lors du rassemblement de Tel Aviv samedi ont souligné la nécessité de la loi
      Par Tamar Pileggi Aujourd’hui, 17:24
      https://fr.timesofisrael.com/netanyahu-beaucoup-darabes-veulent-quisrael-soit-un-etat-palestini

      Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche que les manifestants d’un rassemblement de masse contre la loi de l’État-nation qui agitaient des drapeaux palestiniens cherchaient à détruire Israël et ont prouvé que la législation litigieuse était nécessaire.

      « Nous avons [ici] des preuves concluantes de l’opposition à l’existence de l’État d’Israël et de la nécessité de la loi de l’État-nation », a-t-il dit au début de la réunion hebdomadaire du cabinet, faisant référence à la manifestation dirigée par des Arabes sur la place Rabin de Tel Aviv samedi.

  • Now Israel has a revolution of the pampered, in stages

    Like the LGBT community, the Druze are fighting an erosion of their favored status – and just might help the country achieve a state based on justice

    Gideon Levy - Aug 05, 2018 12:34 AM

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-now-it-s-a-revolution-of-the-pampered-in-stages-1.6341321

    Israel is making progress. It’s ashamed and is even beginning to protest. Only part of it, probably a minority, remains in its comfort zone; a new light seems to be breaking through the darkness.

    All of a sudden they’re saying apartheid. They dare ask questions about Zionism. Now the term “Jewish-democratic” doesn’t seem so natural anymore. Something creaks when you utter these words. There’s some hesitation when you say “the only democracy.” The protest of the pampered marches on.

    The rally Saturday night in Rabin Square was still within the confines of relative comfort and indulgence, but much less so than previous such events. It was two weeks after the LGBT community demonstrated in the same spot for equal surrogacy rights – under the sponsorship of Meitav Dash Investments. Then came the Druze community, the most privileged of Arabs but Arabs nevertheless, demonstrating for more meaningful equality, this time under the auspices of former heads of the Shin Bet security service, the Mossad and the army.

    This is a hopeful development. It’s true that a demonstration for freedom, equality and fraternity under the helm of former defense chiefs is problematic, almost grotesque.

    When a former Shin Bet head like Yuval Diskin, a person responsible for despicable actions toward millions of people who have no rights, writes a pompous manifesto extolling “the value of equality,” “democratic protest” and “mutual respect,” reminding everyone that he’s the son of Holocaust survivors while talking about racism, it turns your stomach. The fact that most speakers at the rally were generals, both Jews and Druze, who during their service often brutally oppressed another nation, is also problematic.

    It’s true that most of the Druze participants were demonstrating for their own interests, for the equality they believe is their due in return for their military service, without trying to serve as a bridgehead for a campaign championing equality for all, including Palestinians.

    But we can’t ignore their contribution to the growing protest. Largely due to them the nation-state law has become possibly the most exciting civics lesson in Israel in recent years. Questions that were never asked are being raised, maybe only for a short time – yet this is really a shake-up. Maybe in response to the most ultra-nationalist government, a little opposition will finally make an appearance.

    The elephant still stands silently in the middle of the room, with only a few daring to mention him, but some are throwing furtive glances at him. An establishment commentator on defense matters, Channel 10’s Alon Ben-David, has written that underlying the nation-state law is a strategic objective: “It paves the way for the annexation of millions of Palestinians and the loss of a Jewish majority. Will the law mark the beginning of the laying to rest of the Zionist dream?”

    So we may be at the brink of an earthquake, more severe than the earthquake expected in Tiberias. The first signs on the seismograph have been noted. The road is still long, the agents of denial and propaganda are still well in control, but hope has been ignited.

    Israel needs this shake-up so badly. We’ve had so many years mired in the muck amid the brainwashing, the lack of critical thinking and the civic indifference. We’ve had years of intoxication with power, moral arrogance, smugness and confidence that what was will continue, that everything is being done as it should be done and will continue forever. There has been a certainty that we’re right and the whole world is wrong. But maybe the time of doubts has arrived. There can be no better news.

    Seventy years after the establishment of the state, the time has come for questions, for a real lesson in civics and democracy. Did we really deserve all this? Only we deserved it? Is it only ours? Is it only for Jews? By what right? Did all the non-Jewish people deeply connected to this land and who deserve the same rights, deserve everything we’ve done to them? Above all, hasn’t the time come to repair things?

    This repair is still a long way off, but maybe it’s becoming clear that if it doesn’t arrive there won’t be a state here based on justice. Who knows, maybe Brig. Gen. Amal Assad, an occupation officer in Jenin and Lebanon and a Likud member, will herald the message: It’s apartheid or democracy.
    Gideon Levy

    Haaretz Correspondent

  • Questions publiques au gouvernement français
    31 juil. 2018 Par Pierre Stambul Blog : Le blog de pierre Stambul
    https://blogs.mediapart.fr/pierre-stambul/blog/310718/questions-publiques-au-gouvernement-francais

    Monsieur Emmanuel Macron, Monsieur Edouard Philippe, Monsieur Jean-Yves Le Drian,

    Vos discours sont lisses quand vous parlez d’Israël/Palestine. Vous prenez un ton grave pour parler de paix, de sécurité. Mais vos actes disent le contraire.

    Alors répondez aux vraies questions :

    Al Awda, bateau de la flottille de la liberté en route pour Gaza a été arraisonné en eaux internationales par la marine israélienne à cinquante milles nautiques de Gaza. Il y a eu des blessés et tous les passagers ont été transférés dans la prison de Givon. Cet acte est-il légal, oui ou non ?

    L’article 224-6 du code pénal dit que « Le fait de s’emparer ou de prendre le contrôle par violence ou menace de violence d’un aéronef, d’un navire ou de tout autre moyen de transport à bord desquels des personnes ont pris place, ainsi que d’une plate-forme fixe située sur le plateau continental, est puni de vingt ans de réclusion criminelle. » Allez-vous poursuivre en justice l’État d’Israël conformément à nos lois que vous avez le devoir de faire appliquer ?

    Après Salah Hamouri détenu sans procès depuis de nombreux mois, c’est Sarah Katz, citoyenne française également, qui est en prison en Israël. Pourquoi n’avez-vous pas fait une déclaration publique exigeant sa libération ?

    Pourquoi vos services (cellule de crise du Ministère des Affaires Étrangères ou Consulat de France à Tel-Aviv) sont-ils à la limite de l’impolitesse et ne montrent aucune intention d’aide réelle quand on les interroge sur le sort de Sarah Katz ? Vous la jugez coupable de quelque chose ?

    Deux millions de Gazaouis vivent depuis de nombreuses années dans une prison à ciel fermé bouclée par terre, par mer et par air. Approuvez-vous ce blocus inhumain ?

    Les soldats israéliens ont tiré impunément sur une foule désarmée à plusieurs reprises à Gaza. On en est à 150 mort·e·s et 15 000 blessé·e·s. Les balles explosives sont interdites contre les éléphants mais on les utilise contre les Gazaouis. Vous n’avez rien à dire là-dessus ? Pourquoi ce silence ? Vous approuvez ? (...)

    #Flottille #Gaza

  • Israeli Druze commander quits army over nation-state law in open letter to Netanyahu

    In a Facebook post, Capt. Amir Jmall calls on leaders of his community to work toward putting an end to the compulsory conscription of Israeli Druze

    Yaniv Kubovich
    Jul 30, 2018 5:36 PM

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-druze-quits-idf-over-nation-state-law-in-letter-to-netanya

    In the letter, Jmall also called on leaders of his community to work toward putting an end to the compulsory conscription of Israel’s Druze. The Facebook post has since been removed.
    “This morning, when I woke up to drive to the [army] base, I asked myself, why? Why do I have to serve the State of Israel, a state that my two brothers, my father and I have served with dedication, a sense of mission and a love of the homeland, and, in the end, what do we get? To be second-class citizens,” Jmall wrote.
    >> ’When we’re in uniform they treat us well’: Israel’s Druze no longer feel like blood brothers
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    "Continue serving the country? I do not want to continue and I am sure that hundreds more people will stop serving and will be discharged from the army following your decision, Netanyahu, that of you and your government,” he continued.
    "After many thoughts ran through my head, I decided to let go and to discontinue serving the country, a country that has a government that takes and does not give back.”
    In conclusion, Jmall wrote: “I ask everyone who is against the nation-state law to share and share my proposal to community leaders to stop the conscription law for members of the Druze community.”
    The Basic Law: Israel as the Nation-State of the Jewish People, also known as the nation-state law, approved by the Knesset on July 19, affirmed that only Jews have the right to self-determination in Israel. It also downgraded Arabic to a language with “special status,” among several other controversial measures that affect the Israeli Druze.
    The nation-state law is designed to alter the application of the Basic Law on Human Dignity and Liberty in court rulings, and permits judges to give priority to Israel’s Jewish character in their rulings.

    Last week, Druze lawmakers were the first to file a High Court of Justice petition against the legislation. A hundred Druze Israel Defense Forces reserve officers added their voices to that effort on Wednesday, prompting Education Minister Naftali Bennett to speak out in support of “our blood brothers” on Twitter.
    Finance Minister Moshe Kahlon echoed similar sentiments on Thursday, telling Israeli Army Radio, “The enactment of the nation-state law was done hastily,” and adding: “We were wrong and we need to fix it.”
    On Saturday, Israeli Arab lawmaker Zouheir Bahloul (Zionist Union) announced his intention to resign from the Knesset in protest of the law. "The law oppresses me and oppresses the population that sent me to the Knesset,’’ he said.

    • Haaretz, 1er août
      Nation-state Law Backlash: Druze Leaders Say Netanyahu’s Offer May Set ’Historical Precedent’

      https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-nation-state-law-backlash-netanyahu-offers-druze-new-legislation-1

      Representatives of the Druze community said Thursday night that Prime Minister Benjamin Netanyahu’s proposal to pass a law to strengthen the status of the Druze and Circassian communities is “a window of opportunity to set a historical precedent for the advancement of the Druze community and its status in the State of Israel.”
      Representatives, headed by Sheikh Muwafak Tarif, will continue talks with Netanyahu’s team, which has been appointed to make an agreement on both sides.
      Netanyahu’s proposed law follows the protest sparked by the nation-state law. The plan outlines a Basic Law and a regular law that will recognize the contribution of minorities who defend the country by “enshrining eligibility for the benefits of minority members of all religions and communities who serve in the security forces, for the purpose of closing gaps and promoting social equality.”
      Benjamin Netanyahu and the Druze representatives, August 1, 2018.
      Benjamin Netanyahu and the Druze representatives, August 1, 2018.
      >> Israeli Druze in Golan welcome end of Syrian war but fear future in Jewish nation-state
      Another demonstration against the nation-state law is slated for Saturday evening in Tel Aviv.
      Keep updated: Sign up to our newsletter
      Email* Sign up

      According to the plan submitted by the prime minister’s representatives, “the law will recognize the contribution of the Druze community to the security of the state, and will include support for community institutions (religion, education and culture), will strengthen Druze residential settlements, and establish new towns if needed. It will also preserve and cultivate Druze heritage.”
      Tourism Minister Yariv Levin (Likud) congratulated “the agreement we have reached with the Druze leadership. Recognizing the rights of those who serve in the security forces is an achievement.” Tamar Zandberg (Meretz) said in response: “The Prime Minister ranks Israel’s citizens, and he divides and rules the minorities from whom he has stolen equality in his Basic Law. He got scared after the fact. Netanyahu’s government has torn apart the Declaration of Independence and the values of equality on which the state was founded. Now they’re making laws in honor of the Druze community, as if equality is a prize and not a right that all of us have.”
      The proposal drew mixed reactions from the Druze community, MK Hamad Amar (Yisrael Beiteinu), one of the two Druze MKs who petitioned the Supreme Court against the nation-state law, congratulated the plan. MK Saleh Saad (Zionist Union) said he will continue with the petition and said: “I am sad that my friends have succumbed to pressures and withdrew from the petition.”
      The negotiating team of the Druze community, which includes their spiritual leader, Sheikh Muwafak Tarif, former security officials and civil servants, has had strong disagreements over the proposal. One of the team members told Haaretz that the representatives who have security backgrounds tend to accept the spirit of the plan, while others – including local council heads – oppose it.
      The source added that some of the representatives accused the prime minister of trying to implement a policy of “divide and conquer.” They said that they would settle only for annulling the nation-state law or adding to it the value of equality. The source added that the Prime Minister’s Office is concerned about the protest rally scheduled for Saturday night, and therefore is exerting heavy pressure on the representatives of the community to accept the plan and cancel the rally.

      >> ’When we’re in uniform they treat us well’: Israel’s Druze no longer feel like blood brothers
      The plan was drafted by a team formed by the prime minister on the issue of the Druze, headed by the acting Chief of Staff of the Prime Minister’s Bureau, Yoav Horowitz, and including Sheikh Tarif, ministers Ayoub Kara and Yariv Levin, MK Hamad Amar (Yisrael Beiteinu), former MK Shakib Shenan, heads of the Druze local authorities and the forum of reservist senior officers.
      The prime minister’s office called the plan “historic” in a press release, saying it “represents a revolution in the legal status of minority group members who serve in the security forces, and members of the Druze community in particular.” Sheikh Tarif welcomed the work of the team and thanked the prime minister for his quick and serious activity. The plan will be presented to the Druze community’s dignitaries.
      The plan offers to enshrine a Basic Law - Israeli constitutional equivalent - for the status of the Druze and Circassian communities, “paying respect to the contribution of the Druze community to the State of Israel in building the land, strengthening security and shaping the face of Israeli society as an egalitarian and diverse society.”
      The plan also suggests enshrining in law that members of minority groups, from all religions and ethnic groups will be eligible for benefits if they serve in the security forces. The law will also recognize their contribution if they serve.
      >> Analysis: Druze nation-state crisis: Israeli army chief forced to put out fire Netanyahu started
      Several Druze officers have left the Israeli military in recent days over the nation-state law.
      The Basic Law on Israel as the Nation-State of the Jewish People, also known as the nation-state law, approved by the Knesset on July 19, affirmed that only Jews have the right to self-determination in Israel. It also downgraded Arabic to a language with “special status,” among several other controversial measures that affect the Israeli Druze.
      The nation-state law is designed to alter the application of the Basic Law on Human Dignity and Liberty in court rulings, and permits judges to give priority to Israel’s Jewish character in their rulings.
      Earlier this month, Druze lawmakers were the first to file a High Court of Justice petition against the legislation. A hundred Druze Israel Defense Forces reserve officers added their voices to that effort on Wednesday, prompting Education Minister Naftali Bennett to speak out in support of “our blood brothers” on Twitter.
      Finance Minister Moshe Kahlon echoed similar sentiments, telling Israeli Army Radio, “The enactment of the nation-state law was done hastily,” and adding: “We were wrong and we need to fix it.”
      The acting Chief of Staff of the Prime Minister’s Bureau announced the formation of a ministerial committee to deal with the issue of the Druze community, to be headed by the prime minister, which will work to promote the plan and to supervise its implementation - among other things.
      Details of the plan will be formulated and worded within 45 days, in the context of a joint team of the cabinet and representatives of the community, all subject to the instructions of the law and the approval of the attorney general. Legislative activities will begin immediately with the convening of the coming winter session of the Knesset and will be concluded within 45 days from the start of the session.
      Jonathan Lis

    • Rare manifestation de la communauté druze contre une loi controversée définissant Israël
      https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/08/05/rare-manifestation-de-la-communaute-druze-contre-une-loi-controversee-defini

      Une foule immense de Druzes israéliens et leurs sympathisants a manifesté samedi à Tel-Aviv contre une nouvelle loi controversée qui, disent-ils, fait d’eux des citoyens de seconde classe. Selon les médias israéliens, quelque 50 000 personnes ont pris part à la manifestation.
      […]
      Arborant des drapeaux druzes et israéliens, les protestataires ont défilé dans le centre de Tel-Aviv an scandant « égalité ». « Malgré notre loyauté illimitée à l’Etat, celui-ci ne nous considère pas comme des citoyens égaux », a affirmé le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif dans un discours.

  • L’ombre du Mossad plane sur Paris

    https://www.lemonde.fr/series-d-ete-2018-long-format/article/2018/07/24/l-ombre-du-mossad-sur-paris_5335390_5325928.html

    De la fenêtre de l’hôtel, on voit le métro aérien parisien franchir la Seine sur le pont de Bercy. Grâce aux wagons illuminés, on distingue même les passagers. Sur l’autre rive se dessinent les formes imposantes du Palais omnisports. Il est bientôt 17 h 30, ce 19 janvier 2010, et la nuit est déjà là. Mais les personnes présentes dans cette chambre transformée en « QG » opérationnel, avec écrans d’ordinateur et téléphones cryptés, ne sont pas d’humeur à contempler la ville : leur attention est tout entière concentrée sur un autre hôtel, à 7 000 kilomètres de là, l’Al Bustan Rotana de Dubaï, où se joue un scénario digne d’un film d’espionnage.

    Les tueurs attendent le feu vert pour franchir le couloir, pénétrer dans sa chambre et lui injecter un produit mortel
    Là-bas, dans la chambre 237, leurs collègues du Mossad, le service secret israélien, se tiennent prêts à passer à l’action. Deux équipes de deux tueurs sont mobilisées, soutenues par trois autres agents, dont une femme, chargés de la sécurisation des lieux et de la logistique. Dans la chambre 230, située juste en face, leur cible vient de rentrer de son shopping. Enregistré à son arrivée à Dubaï sous le nom de Mahmoud Abdul Raouf, il s’agit en réalité de Mahmoud Al-Mabhouh, responsable de l’achat des armes pour le Hamas, mouvement islamiste palestinien. Les tueurs attendent le feu vert pour franchir le couloir, pénétrer dans sa chambre et lui injecter un produit mortel.

    Leur tâche accomplie, ils quittent l’Hôtel Al Bustan Rotana à 17 h 46, heure de Paris. Le cadavre de la chambre 230 ne sera découvert que dix-sept heures plus tard. Même si les premières conclusions évoquent une mort naturelle, le doute s’installe. Grâce à l’intense réseau de surveillance du pays, les autorités émiraties parviennent à repérer les membres du commando, au total une trentaine de personnes. Juste après l’assassinat, on voit ainsi, sur les images de vidéosurveillance de l’hôtel, deux des tueurs patienter devant l’ascenseur. Par rapport aux images de leur arrivée, le premier a remonté les manches de sa chemise, désormais froissée. Le second a le poignet et la moitié de la main gauche entourés d’un bandage ; sans doute le signe du recours à la force.

    Agents identifiés à Dubaï

    Aucun agent israélien n’est arrêté – ils ont tous eu le temps de quitter Dubaï –, mais les enquêteurs établissent qu’ils ont appelé à plusieurs reprises un même standard en Autriche. En réalité, selon une information inédite révélée ici par Le Monde, l’essentiel des appels avait pour destination finale Paris, et la fameuse chambre d’hôtel du quartier du pont de Bercy. C’est de ce centre opérationnel qu’a été coordonnée l’exécution. D’après le contre-espionnage français, des agents identifiés à Dubaï étaient venus dans la capitale préparer l’opération.

    « Même si nous savons tout, nous ne ferons pas comme les Irlandais ou les Britanniques. Nous resterons amis, mais ce ne sera pas gratuit »
    En découvrant le dispositif mis en place à leur insu par le Mossad, les autorités françaises mesurent les risques encourus : aux yeux du Hamas et d’autres groupes radicaux, elles peuvent apparaître comme complices de l’Etat hébreu. Pour ne rien arranger, il apparaît que le Mossad a subtilisé des identités de citoyens français afin de fabriquer quatre passeports pour ses agents. La justice française se saisit de cette fraude aux documents d’identité, comme d’ailleurs ses homologues britannique, autrichienne et irlandaise, concernées par vingt-deux autres passeports falsifiés, mais sans grand espoir de remonter aux auteurs. « Au moins, c’était un moyen de faire passer un message, se souvient un chef de la police judiciaire parisienne de l’époque. En judiciarisant l’affaire, nous disions qu’il s’agissait d’une atteinte inacceptable à notre souveraineté. »

    Contrairement aux autres pays, la France ne fait aucun commentaire public condamnant la manœuvre des autorités israéliennes. Paris préfère dépêcher sur place deux cadres du renseignement, des hommes solides et peu causants : Patrick Calvar, alors directeur du renseignement à la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), et Frédéric Veaux, numéro deux de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue depuis la DGSI). A charge pour eux de se plaindre au patron du Mossad, Meir Dagan, en lui disant en substance, selon une personne familière du dossier : « Même si nous savons tout, nous ne ferons pas comme les Irlandais ou les Britanniques. Nous resterons amis, mais ce ne sera pas gratuit. » Il est impossible de savoir ce que le Mossad a offert, ce jour-là, en échange du silence de la France, mais la seule monnaie qui compte, dans le monde de l’espionnage, est celle du « renseignement », autrement dit des informations.

    Ville ouverte aux espions

    Cette affaire rappelle à quel point Paris est une ville ouverte aux espions. Elle s’y prête avec ses congrès internationaux, le fréquent passage de personnalités arabes et africaines. C’est aussi le carrefour idéal pour rencontrer des sources œuvrant dans la région. Ainsi, le Mossad fait venir à Paris ses contacts en Suisse. Bien d’autres services étrangers y ont établi des postes régionaux permettant de rayonner dans toute l’Europe, mais aussi en Afrique ou au Maghreb. A elle seule, la CIA compterait une cinquantaine d’espions déclarés à Paris, ainsi qu’une centaine de clandestins.

    Il faut dire que, côté français, l’essentiel des moyens en matière de renseignement est consacré à la lutte contre le terrorisme. Le contre-espionnage, qui nécessite du temps, passe quelque peu au second plan
    Au ministère de l’intérieur, les anciens ont une explication à l’attrait qu’exerce la capitale : les agents étrangers s’y sentent plutôt à leur aise, sans trop de risques d’être dérangés. Il faut dire que, côté français, l’essentiel des moyens en matière de renseignement est consacré à la lutte contre le terrorisme. Le contre-espionnage, qui nécessite du temps, passe quelque peu au second plan. « C’est un choix politique, il faut savoir ce que l’on privilégie entre sécurité et souveraineté, malheureusement, on a négligé le travail à long terme », regrette un ancien poids lourd du renseignement intérieur. Résultat : en 2014, par exemple, le service chargé, à la DGSI, de surveiller les espions américains sur le sol national dépassait à peine quatre personnes et limitait son activité à la mise sur écoute du téléphone du chef de poste de la CIA.

    Le Mossad, on l’a vu, occupe une place particulière dans ce théâtre d’ombres. Avec, parfois, un rôle de partenaire. Ainsi, en 2010, alors que la France envoie deux émissaires à Tel-Aviv pour dire sa colère, la DGSE et la DCRI s’associent, dans le même temps, au service israélien dans une délicate opération de lutte contre la prolifération des armes chimiques, baptisée « Ratafia ». L’objectif ? Piéger un responsable syrien du programme secret du régime de Bachar Al-Assad. En réalité, tout a débuté deux ans plus tôt, à Damas, par une longue approche de l’homme en question. Ses interlocuteurs ont fini par le convaincre qu’il devait suivre en France une formation pour lancer sa propre société d’import-export.

    Manœuvre d’infiltration

    Une fois à Paris, en 2010, le piège consiste à le mettre en confiance et à le faire parler sur ses activités. Lors de ses séjours dans la capitale, il est « traité » par un faux homme d’affaires qui devient peu à peu son mentor et lui présente divers contacts qui sont, en réalité, des agents israéliens. La DCRI agit en protection et assure une partie de la logistique. Lorsque le Syrien commence à émettre des doutes sur son protecteur, en 2011, il est trop tard : l’argent et les cadeaux reçus lui interdisent toute reculade ; le piège s’est refermé sur lui. Entre-temps, le Mossad a acquis des informations de premier choix.

    Les amis n’existent pas dans le monde de l’espionnage. Les agents français en ont eu justement confirmation au cours de cette opération conjointe. En 2011, la sécurité interne de la DCRI soupçonne les Israéliens de profiter de ce travail en commun sur l’opération « Ratafia » pour tenter une manœuvre d’infiltration, en nouant des liens jugés suspects avec des agents français. L’un d’eux a fait shabbat avec le chef de poste du Mossad à Paris, David Keidar. Le même est également parti faire du tir à Dubaï avant de rejoindre en famille ses nouveaux amis à Jérusalem.

    Les accusations visent en outre des proches du Mossad qui auraient tenté de vendre du matériel de surveillance aux services français de police judiciaire, de renseignement ainsi qu’aux gendarmes du GIGN. Préalablement équipé de dispositifs espions, ce matériel aurait pu leur offrir un accès direct aux enquêtes menées par la France.

    Une balle dans la tête

    De nouveau, la DCRI fait part de ses griefs aux autorités israéliennes. En 2012, deux membres de l’ambassade d’Israël à Paris, dont le chef de poste du Mossad, sont priés de quitter le territoire. On les retrouvera, de passage à Paris, en 2016, reconvertis dans le privé… « Cette ville, c’est la cour de récréation du Mossad, se plaint un ancien du service « H » de la DGSI, chargé de surveiller ses agissements en France. Si les Chinois et les Russes sont nos ennemis, il ne faut pas oublier que les Israéliens et les Américains demeurent offensifs. » Selon lui, d’autres éléments compliquent la relation avec le Mossad : « Notre capacité de réaction est limitée, car ils jouent vite la carte politique en se plaignant à l’Elysée ou à Matignon. De plus, on dépend d’eux sur des sujets sensibles. Enfin, notre marge est restreinte pour empêcher certains membres de la communauté juive de leur apporter une aide logistique. »

    « Si les Chinois et les Russes sont nos ennemis, il ne faut pas oublier que les Israéliens et les Américains demeurent offensifs »
    Au ministère des affaires étrangères, on préfère nuancer : « Les Israéliens font quand même un peu plus attention qu’avant. » « Avant », c’est surtout le 8 juin 1992. Ce jour-là, un haut responsable du Fatah (mouvement palestinien), Atef Bseiso, est assassiné devant son hôtel du quartier de Montparnasse, à Paris. Les deux tueurs, en tenue de sport, l’ont achevé, à terre, d’une balle dans la tête. Il venait tout juste de rencontrer, pour le compte de Yasser Arafat, des responsables de la DST (l’ancêtre de la DGSI). Les services français ont peu apprécié cette mauvaise manière.

    Selon le contre-espionnage français, le Mossad évite désormais les opérations létales en France et ferait moins appel à certains membres de la communauté juive de Paris. Par ailleurs, il déléguerait davantage de tâches à des sociétés privées de sécurité. L’une d’elles, baptisée « Nice », a été soupçonnée, en 2010, par le Parlement belge, d’avoir sonorisé, en 2003, les locaux du Conseil européen, à Bruxelles. Des faits jamais démontrés judiciairement. Cette entreprise, dont le capital est détenu, en partie, par des entités publiques israéliennes, a décroché plusieurs contrats en France et nie toute ambiguïté dans ses activités. Une autre société, l’agence Black Cube, attire les regards à Paris. Fondée à Tel-Aviv, en 2010, et disposant de bureaux place Vendôme, elle fait du recrutement de vétérans des services de renseignement israéliens un argument commercial, mais dément avec vigueur toute déloyauté vis-à-vis de ses clients. Signe particulier : elle a eu comme président d’honneur Meir Dagan, l’ex-directeur du Mossad (2002-2011), jusqu’à son décès, en 2016. L’homme qui, en 2010, avait autorisé l’installation du « QG » parisien de l’opération de Dubaï.