city:tourcoing

  • Croix : manifestation “contre les suppressions d’emploi” devant le siège d’Auchan AFP - 23 Mai 2019 - France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille-metropole/croix-manifestation-contre-suppressions-emploi-devant-s

    Près d’une centaine de personnes manifestaient ce jeudi devant le siège d’Auchan Retail à Croix (Nord), à l’appel de la CGT, pour « refuser les suppressions d’emploi » qui menacent la filiale française et réclamer « le remboursement des aides versées par l’Etat ».

    Confronté de son propre aveu à une situation économique « très difficile », Auchan France avait annoncé le 30 avril la prochaine mise en vente de 21 sites jugés insuffisamment rentables, concernant potentiellement 700 à 800 salariés.

    « Un PSE ne se négocie pas, il se combat ! Non aux licenciements », pouvait-on lire ce jeudi sur une banderole déployée devant les grilles du siège. Plusieurs dizaines de salariés, venus notamment de Roubaix, Tourcoing, Valenciennes (Nord) ou encore Amiens (Somme), et quelques « gilets jaunes » en soutien, étaient rassemblés dans le calme.

    « Les salariés sont en colère, inquiets » et « notre première requête aujourd’hui (jeudi), c’est de réclamer l’argent public ! Auchan a profité de plus de 500 millions d’aides d’Etat au titre du CICE [entre 2013 et 2018], qui devait permettre de maintenir l’emploi, le défendre et le développer, et pas le supprimer ! », a martelé Gérald Villeroy, délégué syndical central de la CGT Auchan. Il a assuré que la CGT « ne signerait pas le PSE ».

    « On a 800 personnes qui se demandent ce qu’ils vont devenir alors qu’ils ont donné leur force, leur énergie, leur temps à cette entreprise ! », s’est aussi alarmé Eric Mars, délégué du magasin de Petite-Forêt.
    . . . . . . . . .

    #auchan #mulliez #centres_commerciaux #centre_commercial #immobilier #grande_distribution #hyper_marché #CICE #licenciements

  • « Musiques brutes et handicap », la suite ! | Le Grand Mix
    https://legrandmix.com/fr/blog/musiques-brutes-et-handicap-la-suite

    Débuté en février dernier, le projet « Musiques brutes et handicap » s’est tenu pendant une semaine à l’Institut Médico-Professionnel Le Roitelet de Tourcoing (antenne locale de l’association Les Papillons Blancs) avec un groupe de six adolescents en situation de handicap mental. Pendant ce temps de résidence, les jeunes, âgés de 13 à 19 ans, ont construit plusieurs instruments de musique à partir de matériaux de récupération.

  • Tourcoing : Le Grand Mix dévoile les premiers noms de l’affiche de sa réouverture
    https://www.lavoixdunord.fr/580991/article/2019-05-10/le-grand-mix-devoile-les-premiers-noms-de-l-affiche-de-sa-reouverture

    Le Grand Mix rouvrira ses portes après près de deux ans de travaux le vendredi 27 septembre. Et la salle de concerts vient de dévoiler les premiers noms en lice pour trois jours de fête.

    Le Grand Mix rouvrira ses portes le vendredi 27 septembre.

    C’était en septembre 1997, le Grand Mix ouvrait ses portes place Notre-Dame à Tourcoing. Vingt-deux ans plus tard, le 27 septembre prochain, la salle de concerts va de nouveau rouvrir ses portes après deux ans de fermeture pour travaux. Le Grand Mix aura entre-temps poussé les murs et installé une deuxième salle de concerts de 300 places pouvant se transformer en espace de restauration, de nouvelles loges et de nouveaux bureaux administratifs (actuellement rue Saint-Jacques)....

  • Atelier Initiations informatiques le 22 juin de 10h00 à à la Ludomédiathèque Colette à TOURCOING
    https://web.digitick.com/initiations-informatiques-atelier-ludomediatheque-colette-pole-multime

    Le pôle multimédia et l’association CLX vous proposent un nouveau rendez-vous :

    Install Party (installation d’un OS libre)

    Public adulte.

    Sur réservation, places limitées.

    Samedi 22 juin - de 10h à 12h15
    Ludomédiathèque Colette (Pôle multimédia)
    Informations et réservation au 03.59.63.43.00 ou réservation en ligne

  • Le Touquet : visite de courtoisie des gilets jaunes Romain Douchin - 5 Avril 2019 - la voix du mors
    http://www.lavoixdunord.fr/564147/article/2019-04-05/quatre-vingts-gilets-jaunes-devant-la-villa-macron

    Ce vendredi soir, des Gilets jaunes d’Étaples, Berck, Boulogne-sur-Mer, Calais, Saint-Omer et même Tourcoing se sont réunis devant la villa du couple Macron au Touquet. Des renforts de police de Coquelles sont arrivés en soutien des gendarmes mobiles qui gardent la maison à l’année.

    « On est là, on est là, même si Macron ne veut pas, on est là. Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur, on est là » , entonnent les Gilets jaunes présents ce vendredi soir devant la villa d’Emmanuel et Brigitte Macron au Touquet.
    . . . . . .
    Vers 20 h, environ quatre-vingts Gilets jaunes se sont positionnés, sans difficulté, devant la villa. Des renforts de police de Coquelles sont arrivés quarante-cinq minutes plus tard pour prêter main-forte aux gendarmes mobiles repliés juste devant l’entrée. La maison était inoccupée. Emmanuel Macron n’y a plus été vu depuis un an. Son épouse Brigitte continue d’y venir mais plus discrètement.
    . . . . . .
      « Puisque Macron nous a dit de venir le chercher, nous sommes là » , explique un manifestant.
    . . . . . .
    Quand vers 22 h 30 des manifestants sont arrivés de Boulogne, où était organisée ce même soir une marche, la tension est remontée d’un cran. Les forces de l’ordre ont fait reculer les manifestants. Comme ces derniers résistaient et venaient au contact, du gaz lacrymogène a été utilisé. Quelques Gilets jaunes ont été incommodés. Les insultes ont redoublé à l’encontre des policiers puis ça s’est à nouveau calmé.

    Vers 23 h 30, des manifestants ont commencé à quitter l’avenue Saint-Jean toujours bouclée. Certains ont prévu de se rendre à Rouen ce samedi. D’autres iront à Lille.

     #gilets_jaunes #giletsjaunes #Résistances #maintien_de_l'ordre #en_vedette #Le_Touquet

  • Des albums Panini spécial Tourcoing distribués à tous les élèves de la ville
    https://www.francebleu.fr/infos/education/des-albums-panini-special-tourcoing-distribues-a-tous-les-eleves-de-la-vi

    La ville de Tourcoing a fait fabriquer de vrais albums Panini pour mettre en valeur son histoire et son patrimoine et les faire découvrir aux petits Tourquennois. Au total, 7.300 livrets avec des images à collectionner sont distribués dans toutes les écoles de la commune.

  • Aguirre, la colère de Dieu
    http://lunivers.org/evenement/aguirre-la-colere-de-dieu

    2019 : énième coulée de béton culturel labellisée Lille3000 et attractivement intitulée Eldorado. Sauf que Lille-Roubaix-Tourcoing, c’est pas les cités d’or ! Alors pour saboter les conquistadors, l’équipe d’Elnorpadcado complote quelques interventions, à l’Univers et ailleurs... Acte I, scène 2.

  • Lille, capitale de la ségrégation
    http://labrique.net/index.php/thematiques/lutte-des-classes/1040-lille-capitale-de-la-segregation

    http://labrique.net/images/numeros/numéro57/segregation1.jpg

    Un record. Avec 44% d’élèves scolarisé.es dans l’enseignement privé, de la maternelle à l’université, la métropole lilloise détient rien moins que le record de France en la matière, doublant la moyenne nationale qui s’élève à 22%. Dans des communes, comme Beaucamps-Ligny et Bondues, plus de 85% des élèves étudient dans des écoles privées. Des établissements privés à Roubaix, Tourcoing, Marcq, scolarisent plus de 2000 élèves qui se massent à l’abri des classes populaires. Comment expliquer ce phénomène ? Levons le voile, chiffres à l’appui, sur la réalité de cette ségrégation scolaire, particulièrement vivace dans la métropole.

    #En_vedette #Lutte_des_classes

  • Tourcoing La ville annule la cérémonie des vœux en raison de l’état de santé du maire Anne Courtel - 11 Janvier 2019 - la voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/519711/article/2019-01-11/la-ville-annule-la-ceremonie-des-voeux-en-raison-de-l-etat-de-sante-du-

    Hospitalisé depuis le 2 janvier, l’état de santé de Didier Droart (LR), maire de #Tourcoing, s’est dégradé ces derniers jours. La ville annonce qu’elle annule la cérémonie des vœux de ce samedi soir au cours de laquelle sont traditionnellement distribuées des frites.

    Après une discussion avec Didier Droart, actuellement hospitalisé en soins palliatifs, Gérald Darmanin (LREM), premier adjoint de Tourcoing, a pris ce vendredi soir la décision d’annuler la cérémonie des vœux qui devait avoir lieu ce samedi soir sur le parvis de l’hôtel de ville.


    . . . . . .
    Cette année, la cérémonie, à laquelle voulaient s’inviter des Gilets jaunes, est annulée et #gérald_darmanin annonce que « ceux qui le souhaitent peuvent adresser les témoignages d’amitié et de soutien à Didier Droart en mairie de Tourcoing ». Le premier adjoint de Tourcoing ajoute : « L’équipe municipale, aidée des agents de la ville et du CCAS, assure bien évidemment la conduite des affaires de notre commune malgré ces durs moments. »

    #GiletsJaunes #fuite #courage #fuyons

  • Tourcoing Cérémonie des vœux avec frites, Panini et… Gilets jaunes Anne Courtel - 11 janvier 2019 - la voix du nord

    Samedi à partir de 18 heures aura lieu la cérémonie de vœux de Tourcoing avec fanfares, illuminations, distribution de frites et… probablement les Gilets jaunes. Un appel à s’inviter à ce rassemblement a été lancé sur les réseaux sociaux.


    Pour la quatrième année, Tourcoing va distribuer quelque trois mille cornets de frites aux habitants à l’occasion des vœux.
    Deux ans après son élection, Gérald Darmanin (alors LR, LREM aujourd’hui) avait voulu rompre avec les vœux guindés qui étaient jusqu’ici organisés....

    #gérald_darmanin #Tourcoing #Voeux #Frites #Giletsjaunes

    • Tourcoing La ville annule la cérémonie des vœux en raison de l’état de santé du maire Anne Courtel - 11 Janvier 2019 - la voix du Nord
      http://www.lavoixdunord.fr/519711/article/2019-01-11/la-ville-annule-la-ceremonie-des-voeux-en-raison-de-l-etat-de-sante-du-

      Hospitalisé depuis le 2 janvier, l’état de santé de Didier Droart (LR), maire de #Tourcoing, s’est dégradé ces derniers jours. La ville annonce qu’elle annule la cérémonie des vœux de ce samedi soir au cours de laquelle sont traditionnellement distribuées des frites.

      Après une discussion avec Didier Droart, actuellement hospitalisé en soins palliatifs, Gérald Darmanin (LREM), premier adjoint de Tourcoing, a pris ce vendredi soir la décision d’annuler la cérémonie des vœux qui devait avoir lieu ce samedi soir sur le parvis de l’hôtel de ville.

      . . . . . .
      Cette année, la cérémonie, à laquelle voulaient s’inviter des Gilets jaunes, est annulée et #gérald_darmanin annonce que « ceux qui le souhaitent peuvent adresser les témoignages d’amitié et de soutien à Didier Droart en mairie de Tourcoing ». Le premier adjoint de Tourcoing ajoute : « L’équipe municipale, aidée des agents de la ville et du CCAS, assure bien évidemment la conduite des affaires de notre commune malgré ces durs moments. »

      #GiletsJaunes #fuite #courage #fuyons

  • Astuce France 2 : comment taire un mouvement social ?
    https://grozeille.co/astuce-france-2-comment-taire-un-mouvement-social
    https://i0.wp.com/grozeille.co/wp-content/uploads/2018/12/Image-23-12-2018-à-14.11-1.jpg

    On connaissait les chiens de garde et on savait que ce n’était pas un phénomène nouveau. L’expression provient en fait d’un livre de Paul Nizan publié en 1932. À l’époque, des intellectuels et philosophes défendaient corps et âmes les valeurs des sociétés occidentales bourgeoises, sans le dire explicitement mais avec véhémence.

    Aujourd’hui, hormis les piteux Raphaël Enthoven et autres BHL, ce sont surtout les grands médias qui jouent le rôle de garde-fous dès que le système tangue. Importent alors surtout toutes les logiques et règles implicites qui structurent les relations entre les journalistes et le pouvoir. Il y a les têtes de Bolloré, Niel, Pigasse… Mais les collusions sont plus diffuses. Ce sont désormais des chiens de gaz à l’état gazeux qui veillent.

    • Autre exemple : Samedi matin, manifestation de gilets jaunes à Tourcoing, avant d’aller chez les émigrés fiscaux à Néchin Estaimpuis.

      Le policier le plus haut gradé allait parler aux manifestant.e.s, leur affirmant qu’il fallait se méfier des membres du front national infiltrés dans la manifestation, tous comme des membres de la CGT . . .

      Curieux qu’on retrouve cet enfumage dans certains articles de donneurs de leçons sur ce blog. Pas dans ton article, bien sur Riff Raff.

  • « IL Y A LA VOLONTÉ QUE LES COLLÈGUES SE LÂCHENT »

    Le mouvement des gilets jaunes ébranle les forces de police. Certains fonctionnaires, comme Martin, #CRS, ont décidé de se mettre en #arrêt_maladie pour ne plus se sentir du mauvais côté de la barricade.

    Martin (1) est CRS depuis de nombreuses années. Des #manifestations et des interventions parfois violentes, il en a connu un nombre incalculable. Malgré des conditions de travail difficiles et des doutes occasionnels, il a toujours appliqué les directives avec #discipline et #obéissance, comme le veut la profession. Mais la réponse policière aux manifestations de ces dernières semaines ordonnée par le ministère de l’Intérieur l’a tellement écœuré qu’il a préféré se mettre en arrêt maladie pour ne plus cautionner cette #répression_aveugle. « Je ne me voyais pas taper sur des gens qui n’ont rien fait. L’usage de la #force est censé être proportionné. Même si ce terme est subjectif, ça veut dire qu’on n’a pas le droit de tout faire. Or, quand on nous dit de gazer sans sommation des #lycéens qui manifestent pacifiquement, c’est un #ordre_illégal. Dans le mouvement des gilets jaunes, ce ne sont plus des groupes de #casseurs bien identifiés qu’on a en face de nous, c’est le #peuple : des gens qui ont un réel #combat ou même qui se retrouvent en situation de #légitime_défense face à la police », s’insurge-t-il.

    « On se demande si notre devoir ne serait pas d’être avec le peuple. On subit la même #violence_sociale... »
    D’après lui, il y a une réelle volonté politique de jeter de l’huile sur le feu. « Quand on voit dans les comptes rendus opérationnels le nombre de lacrymos ou de #Flash-Ball utilisés, on est à des niveaux exceptionnels, alors qu’on a vécu des manifestations beaucoup plus dangereuses pour nous où on avait interdiction d’utiliser les lanceurs de balles de défense (nom officiel du Flash-Ball – NDLR) », affirme-t-il. « Et ça, ce sont des décisions qui viennent du #ministère_de_l’Intérieur », souligne-t-il. En parallèle, « aucune #consigne de mesure n’est donnée aux CRS, contrairement à d’autres manifestations où on nous met la pression. Là, il y a une volonté que les collègues se lâchent », estime-t-il. D’autant que l’état physique des fonctionnaires de police n’arrange pas vraiment les choses. « Quand on doit se lever à 2 heures du matin pour rejoindre sa compagnie à 3 heures et être sur les Champs-Élysées de 7 heures du matin à 22 heures, c’est sûr qu’on est épuisé et qu’on n’a plus le même discernement ni le même self-control », rappelle-t-il.

    Et ce n’est pas la prime promise par Emmanuel Macron qui suffira à apaiser les tensions. « Tous les collègues auxquels j’en ai parlé se sont sentis insultés. On l’a ressenti comme si c’était un susucre qu’on nous donnait pour qu’on ferme notre gueule et qu’on aille faire le #sale_boulot », lâche-t-il. D’après lui, le mouvement des gilets jaunes a fait naître des débats inédits dans sa compagnie. « Certains taperaient sur père et mère si on leur en donnait l’ordre. Mais il y a une vraie #crise_existentielle pour d’autres. On se demande si notre devoir ne serait pas d’être avec le peuple. On subit la même #violence sociale en termes de salaire, et on est doublement #victimes de l’#autoritarisme de l’État parce qu’en plus c’est notre patron et qu’on est muselés », souligne le fonctionnaire, qui a observé plusieurs arrêts maladie dans sa compagnie ces derniers jours. « Il ne manque pas grand-chose pour que les flics refusent de retourner en manif la prochaine fois », estime-t-il.

    Concernant le revirement annoncé dans la #stratégie_de_maintien_de_l’ordre mise en place par la préfecture de police de Paris – d’un dispositif plus statique samedi dernier à celui prévu comme plus mobile et offensif pour ce samedi –, Martin estime qu’il s’agit là d’une « décision politique habituelle ». « C’est ce qui a été fait lors des dernières manifestations contre la loi travail ou le 1er Mai : on nous donne l’ordre de laisser casser pour que le mouvement devienne impopulaire, et la fois d’après on y va fort parce que l’#opinion_publique attend une réaction de #répression_policière. »

    (1) Le prénom a été modifié.

    http://www.frontsyndical-classe.org/2018/12/un-crs-temoigne-on-nous-donne-l-ordre-de-laisser-casser-pour-q
    #CRS #gilets_jaunes #police #témoignage #résistance

  • Balade à Saint Christophe ce Samedi matin. Tourcoing
    C’est jour de marché à Tourcoing, la bonne ville de Monsieur Darmanin.
    Plutôt clairsemé, le marché, peu de commerçants, peu de clients,

    Devant l’entrée secondaire d’Auchan Saint Christophe, 6 à 7 gilets jaunes, sur le trottoir.
    Portes fermées, rideau de fer fermé.

    Devant l’entrée principale, UN gilet jaune.
    Quelques rares clientes.
    les portes sont fermées.
    Les clients sont séquestrés à l’intérieur, personne ne peut sortir.

    Quelques minutes plus tard, arrivée d’une vingtaine de gilets jaunes, ou rouges, de la CGT de Tourcoing.
    Les portes restent fermées.

    Personne ne bloque quoi que ce soit.

    Une jeune femme téléphone au magasin afin de leur demander de pouvoir entrer, puisque rien n’est bloqué, tout est calme.
    Le magasin lui dit de rester dehors.
    Elle voulait acheter des calendriers de l’Avent pour ses filles. Elles est en soit disant stage de formation à 600 euros par mois, mais en fait, tout simplement dit, elle travaille gratuitement.

    Le carillon de Tourcoing se fait entendre.
    Le marché de la place de Tourcoing est toujours aussi triste, nuages, pluie fine.

    Apparition des vigiles du magasin.
    Ils entrouvrent une porte.
    « Libérez les clients » scandent en coeur les manifestants.
    les vigiles sont terrorisés. Les manifestants s’approchent, ainsi qu’un handicapé en chaise roulante.
    Un vigile sort une bombe lacrymogène et arrose un de ses collègues, ainsi qu’un syndicaliste.
    Fermeture de la porte.

    Un bon cinq minutes plus tard, apparition de 6/7 policiers en uniforme.
    Tout reste calme, puisque les gilets sont loin de la porte.

    Dix minutes plus tard, dix minutes toujours aussi calmes plus tard.
    La porte d’Auchan Saint-Christophe s’entrouvre et les clients sont enfin autorisés à sortir, un par un entre les silhouettes des grands costaux de la sécurité. Ils ont l’air terrorisés.
    Je me demande par quoi.

    Pendant que les clients sortent, un handicapé en chaise roulante tente de forcer l’entrée.
    Il est repoussé par les vigiles, des gilets jaunes lui disent gentiment de se calmer.
    Il frappe un gilet jaune.

    La police se dérange, l’handicapé en chaise roulante frappe un policier sur l’épaule.
    Finalement, les forces de l’ordre arrivent à le faire dégager.

    Les clientes et les clients continuent de sortir.
    Un défilé de pauvreté, c’est ça Tourcoing, la bonne ville de Monsieur Darmanin.
    Le tiers monde, la plus grande partie de Tourcoing.

    Fermeture des portes d’Auchan City Tourcoing, le rideau de fer descend.
    Les chiffres ne vont pas être trés bon, ce Samedi, à Auchan Saint Christophe.
    La direction semble terrorisée, tétanisée.
    Probablement des remords sur ce qu’ils ont fait.

    Entre temps, quelques gilets jaunes sont partis sur Auchan Roncq.
    Violente réaction des CRS là bas, matraques, gaz lacrymogènes. . . . . Faudrait pas déconner, faut laisser les pousseurs et les pousseuses de caddies préparer la fête pour l’anniversaire de la naissance du petit jésus, qui est amour.
    Ceci dit aucun blocage dur n’est prévu, afin de laisser les banques alimentaires faire des réserves.

    Cet après midi, ce sera aux commerces du centre de Lille de baisser leur rideau de fer.

    Ce mardi 6 Décembre 2018 à 10h30, une minute de silence sera respectée au siège de Villeneuve d’Ascq, comme ils disent, en hommage aux mauvais résultats officiels d’Auchan Retail.

    #Giletsjaunes #Tourcoing #Auchan_City #Mulliez

  • Haut de France Blocages Un week-end commercial de fièvre jaune
    http://www.lavoixdunord.fr/494289/article/2018-11-23/un-week-end-commercial-de-fievre-jaune

    Alors qu’une grande manifestation est prévue à Paris et une autre à Lille, le mouvement des Gilets jaunes devrait être à l’origine de blocages dans plusieurs centres commerciaux du Nord et du Pas-de-Calais. À méditer avant de prendre la route.


    La situation s’annonce clairement tendue ce samedi aux abords de nombreux grands magasins du Nord-Pas-de-Calais. Les représentants régionaux de la grande distribution ont été reçus ce jeudi par le préfet de Région. Message de la préfecture : les centres commerciaux seront la priorité des forces de l’ordre ce week-end. Le point sur les prévisions de blocages à Auchan, Leclerc et Carrefour, les trois enseignes les plus concernées avec les zones commerciales dont elles sont les cœurs.

    #Auchan
    Deux points durs à envisager ce samedi pour l’enseigne qui ouvrira l’ensemble de ses magasins : à Englos avec peut-être une opération escargot dans la zone. Et Louvroil qui risque une fois de plus de regrouper le plus grand nombre de Gilets jaunes.

    La plupart des autres magasins sont concernés. Une marche collective déclarée en préfecture est annoncée depuis la mairie de Tourcoing (8h) jusqu’à Auchan Roncq. Des rendez-vous sont fixés en matinée à l’entrée nord d’Arras et sur le parking d’Auchan pour des départs groupés vers Paris. D’autres Gilets jaunes resteraient sur place, mais sans bloquer la circulation mais en menant de possibles actions dans les zones commerciales (occupation de parkings, remplissage de chariots laissés ensuite à l’abandon...). À Villeneuve d’Ascq (V2), aucune certitude mais seraient envisagés des remplissages de chariots ensuite abandonnés dans le magasin.

    Des manifestants convergeront sans doute vers les magasins de Sin-le-Noble, Boulogne-sur-Mer, Grande-Synthe, Noyelles-Godault et Hazebrouck.

    #Leclerc
    L’enseigne serait particulièrement touchée par les blocages d’entrepôts. Des Gilets jaunes sont attendus pour des barrages filtrants vers plusieurs magasins, dont Etaples, Bailleul ou Boulogne-sur-Mer.

    #Carrefour
    Une action des Gilets jaunes sur Calais-Cité Europe est annoncée sur les réseaux sociaux sans préciser le lieu et et l’heure. Un point de blocage est prévu à Landrecies au rond-point du magasin jusqu’à lundi 22 h, ainsi qu’à Liévin. Les Gilets jaunes qui ont décidé ce samedi matin à 8h30 de se rassembler au parking de Kinepolis Lomme pour converger vers Auchan Englos vont-ils également perturber le centre commercial Carrefour et Ikea à proximité du Kinepolis ? De la même manière, le magasin d’Euralille sera-t-il bloqué dans l’après-midi en marge de l’autre manifestation régionale déclarée en préfecture, celle de Lille ?

    À noter de sérieux problèmes d’approvisionnements, notamment dans les petites surfaces de proximité Carrefour à la suite des perturbations de circulation autour de la plateforme logistique Logidis de Vendin-le-Vieil qui approvisionne les magasins Carrefour de la région. Ces derniers ne seront pas livrés ce samedi.

    #GiletsJaunes #Black_Friday #Samedi_noir pour la #grande_distribution

  • Roubaix : Ce qu’il faut savoir sur le festival de pop française à La Condition publique
    http://www.lavoixdunord.fr/488405/article/2018-11-14/ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-festival-de-pop-francaise-la-condition-publ

    Agar Agar, Flavien Berger, Clara Luciani ou The Pirouettes. Pendant trois jours, le Grand Mix de Tourcoing, toujours en travaux, met en lumière à travers sa programmation hors les murs la nouvelle scène française à La Condition publique.

    Une programmation hors les murs

    La salle de concert du Grand Mix est fermée pendant le très grand chantier d’agrandissement. Depuis sa fermeture, la structure tourquennoise tourne encore et programme dans plusieurs salles de concert de la métropole lilloise. Sa programmation hors les murs passe par Roubaix...

  • Roubaix. La pop française à l’honneur pour le festival Pop Factory – actu.fr
    https://actu.fr/hauts-de-france/roubaix_59512/roubaix-pop-francaise-lhonneur-le-festival-pop-factory_19416195.html

    Le festival Pop Factory accueille plusieurs artistes de pop française du jeudi 15 au samedi 17 novembre 2018, à la Condition publique de Roubaix

    Vendredi sur mer et Clara Luciani seront présentes pour cette première édition du festival Pop Factory, qui aura lieu à la Condition publique de Roubaix (Nord), du 15 au 17 novembre 2018. (©VSM officiel et Manuel Obadia-Wills CMJN)
    Nous vous annoncions déjà il y a quelques jours la venue de Vendredi sur Mer, à Roubaix (Nord), pour le festival Pop Factory. Lille Actu vous donne le programme complet de l’événement dédié à la pop française, qui se déroulera du jeudi 15 au samedi 17 novembre 2018 à la Condition publique.

    Une première
    Si cet événement ne vous dit rien, c’est normal : c’est la première édition du festival qui voit le jour en 2018.

    Le Grand Mix de Tourcoing, à l’origine de l’événement, conte l’histoire de ses origines et de ses inspirations.

    Un jour, Etienne Daho a inventé la pop française. C’était en 1986, sous une bannière frappée d’un idéogramme bouddhiste tellement significatif : ’Satori’ désigne l’éveil spirituel. L’album culte Pop Satori a guidé la chanson française vers les si impeccables plates-bandes anglo-saxonnes. D’un french-kiss rennais, la pop à jamais tomba pour la France.

    Une trentaine d’année plus tard, la pop française est fière, multiple, encore jeune et en appétit. Le Grand Mix et la Condition Publique la célèbreront à la fin de l’année en feuilletant le nuancier le plus éclatant de la jeune création musicale pop lors de la première édition du festival : Pop Factory, la scène française sous condition.

  • Protection de l’enfance : mouvement d’inquiétude dans le Nord - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2018/11/06/protection-de-l-enfance-mouvement-d-inquietude-dans-le-nord_1690263

    Mardi après-midi, quelque 650 agents de l’Aide sociale à l’enfance ont manifesté devant l’hôtel du département, à Lille. Ils s’alarment d’un manque de moyens qui aboutit à la mise en danger de ceux qu’ils sont censés protéger.

    A chaque fois qu’elle parle de lui, Luisa (1) a l’estomac noué, et la mine légèrement déconfite, rongée par l’angoisse et la culpabilité. Son propos est grave : « Tous les matins je me réveille en pensant à lui et je me demande si aucun drame n’est arrivé dans la nuit. » Luisa, 48 ans, est assistante socioéducative à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de Roubaix. Depuis quatre mois, elle tâche désespérément de trouver une place en foyer pour Malo, 14 ans, en « danger immédiat » dans son milieu familial. Cet été, le tribunal pour enfants de Lille a ordonné son placement dans un lieu sûr : « Malo vit seul avec sa mère suicidaire. Elle n’est malheureusement plus en mesure de prendre soin de lui, détaille Luisa. Son fils est livré à lui-même dans une maison mortifère. La situation est devenue trop dangereuse pour lui. » Problème : malgré la décision judiciaire de placement, Malo habite toujours chez sa mère car il ne reste plus aucune place de disponible pour lui en structure d’accueil. « La faute au département du Nord et à son président Jean-René Lecerf [divers droite] », selon Luisa, auquel elle reproche d’avoir « fait le choix » de supprimer 700 lits de foyers sur les 5 000 existants sur la période 2015-2018 (un lit coûte en moyenne 55 000 euros par an et par enfant). Une politique d’économies budgétaires lourde de conséquences pour les agents de l’ASE chargés de l’exécution des placements : aujourd’hui, un enfant peut attendre des jours, des semaines voire de mois dans sa famille avant qu’on ne lui trouve une solution. « Si la mère de Malo se suicide dans la semaine avec son gamin à la maison, qui est responsable ? » s’alarme-t-elle.

    Ce mardi après-midi, cette agente de l’ASE a manifesté aux côtés de 650 collègues devant les fenêtres de l’hôtel du département, à Lille, afin d’obtenir des « moyens concrets » pour pouvoir assurer la protection de « l’ensemble des enfants du territoire en péril dans leur environnement familial ». Des collègues venus des Unités territoriales de prévention et d’action sociale de Lille, Tourcoing, Wasquehal, Mouvaux, Haubourdin, Lambersart, Anzin, Saint-Amand-les-Eaux, Gravelines. Ils ont démarré le mouvement de protestation début octobre par une grève de dix jours, accusant le département de « non-assistance à enfants en danger ».

    Record de placements

    Car l’histoire de Malo n’est plus exceptionnelle. Dans l’agglomération lilloise, les situations dramatiques se sont accumulées. A Lille-Moulins, un nouveau-né a été « maintenu » quasiment deux mois à la maternité car aucune famille d’accueil n’est disponible dans le secteur, et reste pour l’heure en pouponnière. Faute de places définitives, Tom et Marine, frère et sœur de six et neuf ans, se font ballotter de foyer en foyer et rejoindront la semaine prochaine leur quatrième structure en l’espace de six mois. Martin, huit ans, vit pour sa part toujours chez ses parents malgré la décision de placement pour « négligences et maltraitances psychologiques » prise il y a quatre semaines. Même situation alarmante du côté d’Alice, seize ans, victime de violences physiques épisodiques par son père mais toujours logée sous son toit. Sans compter ces adolescents fugueurs qui décident un matin de frapper à la porte de l’ASE mais qui disparaissent dans la nature le soir venu, démoralisés de constater qu’aucune solution n’a pu leur être proposée. Ils ne reviennent jamais le lendemain.

    Selon les derniers chiffres officiels, le Nord est le département français qui enregistre le plus de mesures de placement (10 400 en 2015), bien loin devant le Pas-de-Calais (6 400) et la Seine-Saint-Denis (4 600). Sandrine, une collègue de Luisa : « Malheureusement, sur notre territoire, tous les signaux sociaux sont au rouge et nous conduisent inévitablement à un nombre très élevé de placements judiciaires. Beaucoup de familles sont en grosse difficulté économique. Certains quartiers détiennent des records en matière de taux de pauvreté et de taux de chômage. Des parents accablés sombrent dans la dépression, l’alcool, la drogue, et négligent leurs mômes sans vraiment s’en rendre compte, ou les maltraitent dans les pires cas. C’est justement à l’Aide sociale à l’enfance de proposer à ces enfants un avenir plus lumineux. On ne peut pas les abandonner à leur sort. Ou les balader de foyer en famille d’accueil alors qu’ils ont besoin de sécurité et de stabilité. Parfois, il m’arrive de me dire que nous sommes devenus plus maltraitants que ce qui se passe dans ces familles. »

    Rien que pour le secteur de Roubaix-Ville, 22 enfants sont actuellement en attente de placement. Pour la ville de Wasquehal, les agents de l’ASE en évoquent au moins dix. A Tourcoing-Mouvaux, le chiffre monte à 24 pour le mois d’octobre. Et le phénomène risque d’empirer : « Lors de la fermeture des 700 lits, on a essayé de replacer le plus d’enfants dans des familles d’accueil. Sauf que ces familles d’accueil ne se démultiplient pas à l’infini. Aujourd’hui, plus aucun assistant familial n’est disponible non plus, alerte Marie, assistante socioéducative de 28 ans. Certains ont le profil pour être épanouis en famille d’accueil, d’autres sont plus heureux en foyer. Il y a encore quelques années, on cherchait une place adaptée pour chaque gamin. Aujourd’hui, on cherche juste une place. Il n’y a plus de projet de fond, on ne fait plus que de la mise à l’abri », résume Rose, travailleuse sociale depuis dix ans.

    L’offre et la demande

    La mission est loin d’être évidente. D’après les travailleurs sociaux, l’ASE du Nord fonctionne désormais sur le modèle de l’offre et de la demande : les foyers, en position de force, peuvent se permettre de « choisir » les enfants qu’ils accueilleront. Les jeunes aux profils les plus complexes (problèmes psychologiques ou psychiatriques graves) deviennent des « incasables ». Et les lieux de placement ne se gênent plus pour procéder à des « fins de prise en charge » entraînant le retour immédiat de l’enfant dans son environnement familial, sans information ni autorisation préalable du juge pour enfants. « Chaque unité territoriale de prévention et d’action sociale en vient à se concurrencer et à devoir vendre la détresse de l’enfant dont il est référent pour obtenir la place en foyer, déplore Rose. On doit limite montrer le CV du môme et justifier pourquoi il mérite plus la place qu’un autre, pourquoi il ne décevra pas les éducateurs et se comportera de manière respectueuse etc. Nous sommes le service public, c’est ubuesque ! »

    D’un point de vue juridique, le département du Nord se trouve de fait dans une situation strictement illégale. « Lorsqu’on ordonne le placement d’un mineur, celui-ci doit être exécuté immédiatement. Si le département n’applique nos décisions que des mois plus tard, il est dans l’illégalité la plus totale », pointe Judith Haziza, juge pour enfants à Lille et déléguée régionale du Syndicat de la magistrature. Par voie de communiqué, le Syndicat a apporté son soutien officiel au mouvement social, « considérant que le manque de moyens matériels et humains alloués par le département à la protection de l’enfance a une incidence directe sur l’exécution des décisions de justice. » « Ce n’est pas à la justice d’adapter ses jugements en fonction du nombre de places disponibles en structures d’accueil. C’est à la politique départementale de s’adapter à la réalité du territoire et à nos décisions », souligne Judith Haziza.

    Désarroi

    Fin octobre, lors d’une conférence de presse, Jean-René Lecerf s’était défendu en expliquant qu’il n’avait pas supprimé mais « transformé » ces 700 lits en « 350 places pour les mineurs non accompagnés et 350 places en soutien éducatif à domicile ». Doriane Bécue, vice-présidente chargée de l’enfance du département avait pour sa part confirmé vouloir « réformer le système en privilégiant le préventif plutôt que le curatif ». Contacté par Libération, le département du Nord a simplement ajouté qu’il « souhaitait éviter la séparation par un placement et inverser la tendance en "réparant" les familles ». Judith Haziza : « Concrètement, depuis trois ans, qu’est-ce qui a été mis en place pour augmenter les moyens de la prévention ? On n’en voit aucun résultat. A l’heure actuelle, le nombre de saisines judiciaires dans notre tribunal ne diminue toujours pas. »

    Tout le désarroi des agents de l’ASE du Nord se trouve là : ils sont asphyxiés, coincés entre l’impossibilité de placer les enfants et l’incapacité d’intervenir correctement en « prévention éducative ». L’argent n’est nulle part, la bricole, quotidienne. Et les répercussions sur les enfants plus que préoccupantes. « Aujourd’hui, le département nous dit qu’on sauvera les jeunes par la prévention. C’est bien joli, mais on n’a aucun gros moyen pour le faire, donc on ne le fait pas, ou mal, explique Hélène, assistance sociale. Il faut détecter au plus tôt les négligences en famille. Le manque de stimulation pour la tranche d’âge 0-3 ans peut être irrévocable à vie. De même, un enfant victime de maltraitance risque de reproduire le même schéma une fois adulte. Plus on tarde à les placer, plus on les récupère profondément abîmés. » Et de conclure, en forme d’avertissement : « Si ces enfants ne sont pas protégés, ils n’arriveront pas à s’insérer dans la société. Ils auront besoin d’aides financières, de suivi médical et psychologique à vie. Tout cela coûte cher. Le département veut faire des économies ? Il fait un très mauvais calcul. »

    (1) A la demande des intéressés, tous les noms ont été modifiés.

    Les juges de Bobigny aussi

    Tandis que la colère gronde dans le Nord contre le manque de moyens humains et matériels affectés à l’Aide sociale à l’enfance pour exécuter les décisions de justice, la sonnette d’alarme a également été tirée en Seine-Saint-Denis. Dans une tribune publiée ce lundi par le Monde et France Inter, les quinze juges des enfants du tribunal de grande instance de Bobigny ont lancé un « appel au secours » et dénoncé « la forte dégradation » des dispositifs de protection de l’enfance. « Des mineurs en détresse ne peuvent ainsi plus recevoir l’aide dont ils ont besoin, faute de moyens financiers alloués à la protection de l’enfance par le conseil départemental, tributaire en partie des dotations de l’Etat », ont-ils écrit. Ce à quoi la ministre de la Justice, Nicole #Belloubet, a répondu : « Je ne nie pas la responsabilité de l’Etat, mais je dis que la mise en œuvre des décisions de nature civile comme celles dont vous me parlez qui concernent les enfants, cela appartient aux départements. » Retour à l’envoyeur, en somme.
    Anaïs Moran envoyée spéciale à Roubaix, Photos Antoine Bruy. Tendance Floue

    #ASE #protection_de_l_enfance #maltraitance #conseil_départemental #nord #seine_st_denis #état #manifestations #juge_pour_enfants

  • Une adolescente handicapée privée de cabine d’essayage dans un magasin Pimkie Guillaume Poingt - 27 Septembre 2018 - le figaro
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/27/20002-20180927ARTFIG00053-une-adolescente-handicapee-privee-de-cabine-d-ess

    La cabine d’essayage normalement réservée aux personnes handicapées n’était pas disponible car des vêtements y étaient stockés. Face au refus du magasin de libérer la cabine, l’adolescente et sa mère ont finalement dû partir.

    33.000 « like », près de 60.000 partages et une avalanche de messages de soutien. Le post Facebook d’une mère de famille a suscité une vive polémique, et une grande indignation, sur les réseaux sociaux. Le week-end dernier, Sandrine se rend au centre commercial de Parly 2 (Yvelines) avec ses deux filles, Zoé et Camille. Âgée de 17 ans, Camille est handicapée et se déplace en fauteuil roulant, comme Sandrine l’explique dans son message sur Facebook.


    Tout se déroule pour le mieux jusqu’au moment où elles rentrent dans la boutique Pimkie pour choisir puis essayer des vêtements. La cabine d’essayage normalement réservée aux personnes handicapées n’est en effet pas disponible car les vendeuses y stockent des vêtements. Une vendeuse puis la responsable du magasin expliquent alors à Sandrine qu’elle peut installer sa fille dans la cabine « normale ». Un lieu pourtant totalement inadapté aux personnes à mobilité réduite..... Sandrine insiste pour installer sa fille dans la cabine réservée aux personnes handicapées mais la responsable finit par lui dire que « les cartons ne bougeraient pas ». En colère et se sentant profondément humiliée, Sandrine se résout à quitter le magasin avec ses deux filles. Dans la foulée, elle lance un appel au boycott de la marque.

    Pimkie présente ses excuses
    Face à l’ampleur de la polémique, Pimkie a réagi dans un communiqué publié lundi. « Samedi 22 septembre, un regrettable évènement est survenu dans l’un de nos magasins », explique l’enseigne. Avant de poursuivre : « Nous tenions à nous excuser auprès d’elle (NLDR : de Camille), cette situation ne reflète en aucun cas l’attention que nous souhaitons porter à nos clientes ». La marque explique également qu’elle fera « son maximum » pour que « cela reste un incident isolé ».
    D’autres précédents
    Au cours des dernières semaines, plusieurs cas de discrimination à l’encontre de personnes handicapées ont suscité des polémiques. Au mois d’août, un jeune homme handicapé avait notamment été privé de son chien d’assistance dans un supermarché Carrefour au motif que l’animal risquait de « lécher les légumes » et de « renifler les saucissons ». La loi autorise pourtant les chiens d’assistance à entrer dans les lieux publics.
    La mésaventure vécue par Camille et sa mère pose également la question de l’accessibilité des lieux publics aux personnes à mobilité réduite. Des handicapés manifestaient d’ailleurs mercredi à Paris pour dénoncer l’inaccessibilité du métro parisien : sur 303 stations, seulement 9 sont équipées pour les personnes à mobilité réduite.

    LE POST facebook Sandrine Zcs à Parly 2
    https://www.facebook.com/jesandrine/posts/10212601242046385
    Petit message d’appel à Boycott et surtout à faire passer de façon virale les amis svp# aujourd’hui comme toutes les mamans je décide d’aller faire du shopping avec mes filles, zoé et Camille. Camille est une ado de 17 ans et Camille est en fauteuil. Jusqu’ici rien d’anormal ... nous rentrons dans la boutique PIMKIE à Parly 2 (78150 Le Chesnay) mes ados choisissent des vêtements et au moment de vouloir aller en cabine. Celle réservée aux handicapés n’est pas disponible.

    Non pas car une personne valide est dedans... non !!! Mais car c’est là où les vendeuses stockent leurs vêtements.

    https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/p526x296/42351436_10212601241806379_5454150755550232576_n.jpg_nc_ca

    Je demande où ma fille peut aller et on m’indique une cabine normale. Je demande à voir la responsable qui arrive et me dit que la cabine PMR n’est pas libre et que je peux m’installer dans la cabine normale. Je lui répond qu’elle peut prendre ma place et y installer ma fille !!!

    Cette dernière n’a rien trouvé de mieux que de me répondre que les cartons ne bougeraient pas.

    Je n’ai eu le choix de quitter le magasin avec le sentiment que ma fille n’a eu aucun droit au respect, ni même qu’elle fait partie de la société. JAMAIS on l’a traitée aussi mal dans un

    commerce ! HONTEUX !
    @PIMKIE#DISCRIMINATION

    Vous pouvez également aller poster des commentaires via ce lien sur leur site directement : https://fr.custplace.com/pimkie

    Un grand merci pour Camille !

    #Mulliez #discrimination #handicap #accessibilité #Auchan, #Adeo, #Décathlon, #Oosterdam-Pimkie, #Acadie #Maison-Familiale ) #Kiabi #Happychic ( #Jules, #Brice ), HTM Group ( #Boulanger etc ...), #Agapes ( #Flunch ...), #Cultura , #Mobivia ( #Norauto )

  • Main basse sur l’énergie - Gilles BALBASTRE (son dernier film) Ce vendredi 28 septembre 2018 à 18h30 à Tourcoing.
    https://lille.demosphere.eu/rv/6246

    Et si derrière le terme policé de « libéralisation des services publics » se cachait en réalité une vaste opération de grand banditisme ? Particularité d’une démocratie, une telle opération ne peut être encadrée que par des lois, réglementée par des décrets, certifiée par le personnel politique et applaudie par grand nombre de journalistes aux ordres.
    https://www.youtube.com/watch?v=drargeYTbUk


    Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence et faute d’informations, les conséquences funestes de cette dérégulation ont du mal à percer le mur du silence médiatique.

    La hausse exponentielle des factures, l’accroissement de la précarité énergétique, sont la partie visible de l’iceberg.

    La partie immergée, la plus massive, est peu perceptible. C’est pourtant là que se réalise le braquage de l’argent public, le hold-up des biens de la nation, les agissements des nouveaux maffieux.

    Alors, quoi de plus évident que de réaliser un documentaire sur le sujet à partir d’un feuilleton culte des années 60, Les Incorruptibles.
    « Main basse sur l’énergie »
    est bâti autour de six épisodes et déroule, comme dans Les Incorruptibles, son lot de gangsters, de big boss, de seconds couteaux, de politiciens plus ou moins véreux. Sans oublier Eliot Ness, le flic vertueux d’antan transformé en syndicaliste résolu, garant d’un service public de l’énergie plus que jamais indispensable.

    C’est à à l’UL CGT de Tourcoing, 43 rue de Lille.
    Monsieur Darmanin a été invité

    Pour celles et ceux qui ne peuvent se rendre à Tourcoing, vidéos sur : https://www.mainbassesurlenergie.com

  • « La "demande de vidéosurveillance" est une construction sociale »
    https://usbeketrica.com/article/la-pretendue-demande-de-videosurveillance-est-une-construction-politiqu

    La réalité, c’est que la plupart du temps, les opérateurs de vidéosurveillance ne voient rien qui concerne la délinquance, et que le système est donc le plus souvent détourné pour faire autre chose. Depuis quelques années, le principal détournement - car c’est aussi le plus rentable - s’appelle la vidéoverbalisation. Les caméras ne servent donc pas principalement à confondre les voleurs ou les agresseurs, mais à augmenter le niveau de verbalisation des petites infractions routières de la vie quotidienne. — Permalink

    #surveillance

    • Exemple : le soir, les caméras suivent les sorties de restaurants et autres lieux de réunion.
      Ensuite, c’est le contrôle de police quasi systématique.
      C’est à Tourcoing par exemple.

      90 % des contrôlés et verbalisés devaient être demandeurs des dites caméras de surveillance.

    • Mercredi matin, alors que trois salariés sont déjà au travail et que la boutique est ouverte (comme d’habitude depuis 81 ans), le directeur du groupe Louise, la responsable des ressources humaines et une assistante juridique débarquent. « Ils nous ont demandé de nous réunir pour une annonce. Ils nous ont dit : « On va fermer. » » Les employés, surpris, posent alors la question du délai. Et la réponse les laisse sous le choc (tout comme le reste de la ville). « C’est immédiat. »

    • 1/ https://www.boulangerielouise.com/contact

      2/ La Voix du Nord | 21/06/2018
      http://www.lavoixdunord.fr/401540/article/2018-06-21/les-boulangeries-louise-condamnees-par-le-tribunal-d-avesnes

      Les boulangeries Louise condamnées par le tribunal d’Avesnes

      Bien que ses dirigeants se défendaient de toute volonté de « tromper le consommateur », la holding Louise (à la tête des boulangeries du même nom) a été reconnue coupable de pratique commerciale trompeuse par le tribunal d’Avesnes-sur-Helpe.

      3/ http://www.lavoixdunord.fr/401510/article/2018-06-21/les-explications-du-groupe-louise-sur-la-fermeture-de-la-patisserie-cha
      Florent Brelivet, directeur général de Boulangerie Louise, évoque notamment des conditions de travail qui n’étaient plus acceptables. (Pour justifier une autre fermeture de boulangerie du groupe seulement un an et demi après son rachat)

      #Boulangerie_Louise

    • http://fr.viadeo.com/fr/search/rcl/fr/BOULANGERIE+LOUISE/fr

      Jean-Baptiste Dubois
      Directeur Régional, Boulangerie Louise
      Houdain | France

      Poste actuel :Directeur RégionalBoulangerie Louise
      Poste précédent :Directeur de région - Grand NordSymphonyIRI Group

      Ecole : Lycée Gaston Berger
      Hélène Garez
      Responsable Marketing opérationnel, Boulangerie Louise
      Lille | France

      Poste actuel :Responsable Marketing opérationnelBoulangerie Louise
      Poste précédent :Responsable de magasinBoulangerie Louise

      Ecole : Ecole De Commerce Européenne

      128 contacts
      Nils De Rocca Serra
      Directeur Opérationnel grand Ouest, Boulangerie Louise
      Développe son réseau professio…
      Saint Leger Des Bois | France

      Poste actuel :Directeur Opérationnel OuestBoulangerie Louise
      Poste précédent :Directeur régional Normandie et Pays de la LoireBoulangerie Louise

      Ecole : I2M - Institut De Management France Quick
      Frédéric Le Roux
      Directeur Régional, Boulangerie Louise
      A l’écoute d’opportunités
      Brest | France

      Poste actuel :Directeur RégionalBoulangerie Louise
      Poste précédent :Animateur de zoneNOZ

      Ecole : TECOMAH

      Après des études en commerce et agro-alimentaire, je me suis tout naturellement tourné vers des emplois regroupant ces deux spécialités. C’est ainsi que le poste de chef de secteur m’a permis de découvrir le monde du travail et celui des GMS, milieu difficile et exigeant. Soucieux de management,...

      171 contacts
      Julien Sagnot
      moniteur produit , boulangerie louise
      A l’écoute d’opportunités
      Halluin | France

      Poste actuel :moniteur produit boulangerie louise
      Poste précédent :moniteur produitsboulangerie louise

      Ecole : Cfa Rouxmesnil Bouteille

      34 contacts
      Anthony Hamdi
      Boulanger,
      Wattrelos | France

      Poste actuel :BoulangerSemi industriel belge
      Poste précédent :Responsable de fabricationBoulangerie louise

      Ecole : CFA TOURCOING

      Dynamique, Rigoureux, Organisé, Gestion du personnel, Travail et Esprit d’équipe, Polyvalence ,Ambitieux , Ponctuel et Perseverant Veille au bon fonctionnement de la production et de l’équipe

      12 contacts
      Cyrille Grard
      Chef de secteur, Boulangerie Louise
      Reims | France

      Poste actuel :Chef de secteurBoulangerie Louise
      Poste précédent :FormateurCentre de formation SAINT MICHEL

      Ecole : Faculté Des Sciences

      Nouvellement embauché chef de secteur pour les boulangeries Louise. La gestion de point de vente dans le respect des proces instaurés par LOUISE fait partie de mon quotidien.
      Florent Brelivet
      DIRECTEUR GENERAL, BOULANGERIE LOUISE
      Guenroc | France

      Poste actuel :DIRECTEUR GENERALBoulangerie Louise
      Poste précédent :DIRECTION MARKETING BRIOCHE DOREEGroupe Le Duff

      Ecole : Ecole Supérieure De Gestion (ESG) - Groupe PSB (Paris School Of Business)

      279 contacts
      Nicolas Bourlon
      chargé de developpement, buffalo-grill
      A l’écoute d’opportunités
      Saint Pierre Les Elbeuf | France

      Poste actuel :chargé de developpementbuffalo-grill
      Poste précédent :Chargé d’expansion Boulangerie Louise

      Ecole : Université Evry Val D’Essonne

      Aujourd’hui en recherche de nouvelles implantations pour KFC sur la Picardie et le Nord pas de Calais.

      314 contacts
      Gilles Thierri
      Boulanger, Boulangerie Louise
      Reims | France

      Poste actuel :BoulangerBoulangerie Louise
      Poste précédent :Si2web, conception et développementSi2web

      Ecole : CFA

      Une nouvelle page est tournée et s’ouvre vers de nouvelles collaborations. (en recherche active) Armé pour accomplir mes missions, j’arbore un management qui ne pose aucune limite culturelle ou sociale. Ainsi, la subtilité de nos réussites quotidiennes, réside en notre capacité à concurrencer...

      363 contacts
      Blondel Jean-françois
      Responsable de secteur, Boulangerie Louise
      Foëcy | France

      Poste actuel :Responsable de secteurBoulangerie Louise
      Poste précédent :Directeur de restaurantFlunch

      Ecole : Lycée Hôtelier

      40 contacts
      Elodie Roullois
      Responsable des ventes, BOULANGERIE LOUISE
      Saint Malo | France

      Poste actuel :Responsable des ventesBOULANGERIE LOUISE

      Ecole : Lycée Les Vergers
      Julie Gueguen
      Monitrice des ventes, Boulangerie Louise
      Quimper | France

      Poste actuel :Monitrice des ventesBoulangerie Louise
      Poste précédent :responsable de magasinBoulangerie Louise

      Ecole : Université Rennes 1

      De nombreuses expériences en restauration, dans l’artisanat et dans l’agroalimentaire ont confirmé une réelle passion pour le secteur alimentaire. Celles-ci m’ont permis de développer mes compétences dans ce secteur : une vaste connaissance du marché, des compétences techniques, une aisance relat...

      34 contacts
      Caroline Budynek
      commerciale
      Lille | France

      Poste actuel :Vendeuse et remplacement ponctuel de la responsable de magasinBoulangerie louise
      Poste précédent :Hôtesse d’accueil/hôtesse de caisseE.Leclerc

      Ecole : TERTIA 3000

      74 contacts
      Michael Ferjani
      Directeur Opérationnel, Boulangerie Louise
      Développe son réseau professio…
      Abbeville | France

      Poste actuel :Directeur OpérationnelBoulangerie Louise
      Poste précédent :Directeur régionalZEEMAN

      Ecole : ESIG

      Parcours trés complet et opérationnel en magasin au sein de diverses enseignes de distribution spécialisée et alimentaire......de responsable de rayon à directeur Opérationnel.

      17 contacts
      Seguin Romain
      Moniteur Produit, Boulangerie Louise
      Bretagne | France

      Poste actuel :Moniteur Produit BretagneBoulangerie Louise
      Poste précédent :Responsable de productionBoulangerie Louise

      Toujours à la recherche de nouveau challenge et passionné des métiers de bouche en particulier par la Boulangerie j’ai tout d’abord commencé par l’apprentissage pour ensuite travaillé dans plusieurs boulangerie en France et à l’étranger pour optimiser mes méthodes et mon organisation de travail.

      11 contacts
      BOULANGERIE Louise
      Appel à Candidature_BOULANGERIE LOUISE
      Développe son activité
      Feignies | France

      Poste actuel :RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINESBOULANGERIE LOUISE

      La société Boulangerie Louise développe un concept de fabrication de baguettes et pains spéciaux maison dans les règles de l’art. Les boulangeries Louise se multiplient sur les régions suivantes : Hauts de France, Grand Est, Grand Ouest et Parisienne. Véritable artisan, nous recherchons des p...

      313 contacts
      Marine Diette
      Responsable des Ventes, Boulangerie Louise
      En recherche active
      Armentières | France

      Poste actuel :Responsable des VentesBoulangerie Louise
      Poste précédent :VendeuseBoulangerie Louise

      Ecole : Lycée Paul Hazard

      48 contacts
      Anne-Lorine Munier
      responsable magasin, Boulangerie Louise
      A l’écoute d’opportunités
      Quimper | France

      Poste actuel :responsable magasinBoulangerie Louise
      Poste précédent :chef de magasinLidl

      Ecole : Ecole De Management De Normandie

      Responsable magasin 2 ans d’expérience en grande distribution Management d’équipes de 10 personnes

      157 contacts
      Emmanuel Galopin
      Moniteur Vente, Boulangerie Louise
      Rouen | France

      Poste actuel :Moniteur VenteBoulangerie Louise
      Poste précédent :ManagerBoulangerie Louise

      Ecole : GRETA Rouen

  • Tourcoing - Le Grand Mix pousse les murs pour accueillir le Petit Mix
    http://www.lavoixdunord.fr/399974/article/2018-06-19/le-grand-mix-pousse-les-murs-pour-accueillir-le-petit-mix

    Depuis décembre, le Grand Mix est en travaux. La salle de spectacles pousse les murs pour aménager un Petit Mix (300 places et une petite restauration). Le chantier a pris un peu de retard à cause de l’eau qui remonte des sols. Il va encore falloir attendre quatorze mois pour découvrir le nouvel équipement.