city:wellington

  • Silicon Valley Came to Kansas Schools. That Started a Rebellion. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/04/21/technology/silicon-valley-kansas-schools.html

    Silicon Valley had come to small-town Kansas schools — and it was not going well.

    “I want to just take my Chromebook back and tell them I’m not doing it anymore,” said Kallee Forslund, 16, a 10th grader in Wellington.

    Eight months earlier, public schools near Wichita had rolled out a web-based platform and curriculum from Summit Learning. The Silicon Valley-based program promotes an educational approach called “personalized learning,” which uses online tools to customize education. The platform that Summit provides was developed by Facebook engineers. It is funded by Mark Zuckerberg, Facebook’s chief executive, and his wife, Priscilla Chan, a pediatrician.

    Many families in the Kansas towns, which have grappled with underfunded public schools and deteriorating test scores, initially embraced the change. Under Summit’s program, students spend much of the day on their laptops and go online for lesson plans and quizzes, which they complete at their own pace. Teachers assist students with the work, hold mentoring sessions and lead special projects. The system is free to schools. The laptops are typically bought separately.

    Then, students started coming home with headaches and hand cramps. Some said they felt more anxious. One child asked to bring her dad’s hunting earmuffs to class to block out classmates because work was now done largely alone.

    “We’re allowing the computers to teach and the kids all looked like zombies,” said Tyson Koenig, a factory supervisor in McPherson, who visited his son’s fourth-grade class. In October, he pulled the 10-year-old out of the school.

    “Change rarely comes without some bumps in the road,” said Gordon Mohn, McPherson’s superintendent of schools. He added, “Students are becoming self-directed learners and are demonstrating greater ownership of their learning activities.”

    John Buckendorf, Wellington High School’s principal, said the “vast majority of our parents are happy with the program.”

    The resistance in Kansas is part of mounting nationwide opposition to Summit, which began trials of its system in public schools four years ago and is now in around 380 schools and used by 74,000 students. In Brooklyn, high school students walked out in November after their school started using Summit’s platform. In Indiana, Pa., after a survey by Indiana University of Pennsylvania found 70 percent of students wanted Summit dropped or made optional, the school board scaled it back and then voted this month to terminate it. And in Cheshire, Conn., the program was cut after protests in 2017.

    “When there are frustrating situations, generally ki

    ds get over them, parents get over them, and they all move on,” said Mary Burnham, who has two grandchildren in Cheshire’s school district and started a petition to end Summit’s use. “Nobody got over this.”

    Silicon Valley has tried to remake American education in its own image for years, even as many in tech eschew gadgets and software at home and flood into tech-free schools. Summit has been part of the leading edge of the movement, but the rebellion raises questions about a heavy reliance on tech in public schools.

    For years, education experts have debated the merits of self-directed, online learning versus traditional teacher-led classrooms. Proponents argue that programs like Summit provide children, especially those in underserved towns, access to high-quality curriculums and teachers. Skeptics worry about screen time and argue that students miss out on important interpersonal lessons.❞

    When this school year started, children got laptops to use Summit software and curriculums. In class, they sat at the computers working through subjects from math to English to history. Teachers told students that their role was now to be a mentor .

    Myriland French, 16, a student at Wellington’s high school, said she had developed eye strain and missed talking to teachers and students in class. “Everyone is more stressed now,” she said.

    #Facebook #Education #Summit

  • Silicon Valley Came to Kansas Schools. That Started a Rebellion.
    https://www.nytimes.com/2019/04/21/technology/silicon-valley-kansas-schools.html

    WELLINGTON, Kan. — The seed of rebellion was planted in classrooms. It grew in kitchens and living rooms, in conversations between students and their parents.

    It culminated when Collin Winter, 14, an eighth grader in McPherson, Kan., joined a classroom walkout in January. In the nearby town of Wellington, high schoolers staged a sit-in. Their parents organized in living rooms, at churches and in the back of machine repair shops. They showed up en masse to school board meetings. In neighborhoods with no political yard signs, homemade signs with dark red slash marks suddenly popped up.

    Silicon Valley had come to small-town Kansas schools — and it was not going well.

    “I want to just take my Chromebook back and tell them I’m not doing it anymore,” said Kallee Forslund, 16, a 10th grader in Wellington.

    Eight months earlier, public schools near Wichita had rolled out a web-based platform and curriculum from Summit Learning. The Silicon Valley-based program promotes an educational approach called “personalized learning,” which uses online tools to customize education. The platform that Summit provides was developed by Facebook engineers. It is funded by Mark Zuckerberg, Facebook’s chief executive, and his wife, Priscilla Chan, a pediatrician.

    #éducation #technologie #écrans #philantropie

  • La liste des incidents du USCG Polar Star continue à s’allonger. Les capacités polaires des garde-côtes états-uniens sont à la merci d’un incident…

    FIRE IN ANTARCTIC OCEAN Aboard USCG’s Last Heavy Icebreaker – gCaptain
    https://gcaptain.com/fire-in-antarctic-ocean-uscg-icebreaker-mcmurdo


    The Coast Guard Cutter Polar Star, with 75,000 horsepower and its 13,500-ton weight, is guided by its crew to break through Antarctic ice en route to the National Science Foundation’s McMurdo Station, Jan. 15, 2017. The ship, which was designed more than 40 years ago, remains the world’s most powerful non-nuclear icebreaker.
    U.S. Coast Guard photo by Chief Petty Officer David Mosley

    The 150-member crew of the U.S. Coast Guard Cutter Polar Sta_r fought a fire at approximately 9 p.m. PST Feb. 10 that broke out in the ship’s incinerator room about 650 miles north of McMurdo Sound, Antarctica.

    After initial response efforts using four fire extinguishers failed, fire crews spent almost two hours extinguishing the fire. Fire damage was contained inside the incinerator housing, while firefighting water used to cool exhaust pipe in the surrounding area damaged several electrical systems and insulation in the room.

    Repairs are already being planned for the Polar Star’s upcoming maintenance period. The incinerator will need to be full functional before next year’s mission.
    […]
    “_It’s always a serious matter whenever a shipboard fire breaks out at sea, and it’s even more concerning when that ship is in one of the most remote places on Earth,
    ” said Vice Adm. Linda Fagan, commander of the U.S. Coast Guard’s Pacific Area.
    […]
    The Feb. 10 fire was not the first engineering casualty faced by the Polar Star crew this deployment. While en route to Antarctica, one of the ship’s electrical systems began to smoke, causing damage to wiring in an electrical switchboard, and one of the ship’s two evaporators used to make drinkable water failed. The electrical switchboard was repaired by the crew, and the ship’s evaporator was repaired after parts were received during a port call in Wellington, New Zealand.

    The ship also experienced a leak from the shaft that drives the ship’s propeller, which halted icebreaking operations to send scuba divers into the water to repair the seal around the shaft. A hyperbaric chamber on loan from the U.S. Navy aboard the ship allows Coast Guard divers to make external emergency repairs and inspections of the ship’s hull at sea.

    The Polar Star also experienced ship-wide power outages while breaking ice. Crew members spent nine hours shutting down the ship’s power plant and rebooting the electrical system in order to remedy the outages.

    The U.S. Coast Guard maintains two icebreakers – the Coast Guard Cutter Healy, which is a medium icebreaker, and the Polar Star, the United States’ only heavy icebreaker. If a catastrophic event, such as getting stuck in the ice, were to happen to the Healy in the Arctic or to the Polar Star near Antarctica, the U.S. Coast Guard is left without a self-rescue capability.

    By contrast, Russia currently operates more than 40 icebreakers – several of which are nuclear powered.

    nouvel épisode après https://seenthis.net/messages/754347 il y a 6 semaines.

  • La Nouvelle-Zélande interdit aux étrangers d’acheter des maisons Associated Press à Wellington, en Nouvelle-Zélande - 15 Aout 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/monde/534556/la-nouvelle-zelande-interdit-aux-etrangers-d-acheter-des-maisons

    Auparavant, le marché du logement était ouvert aux investisseurs du monde entier, mais le gouvernement a adopté mercredi une loi autorisant uniquement les résidents néo-zélandais à acheter des maisons.

    Au cours des dernières années, de nombreuses anecdotes ont circulé faisant état d’étrangers fortunés provenant de Silicon Valley et d’ailleurs qui s’achetaient des ranchs dans la pittoresque région rurale de la Nouvelle-Zélande pour pouvoir échapper à un monde turbulent.


    On a également entendu parler d’acheteurs chinois bien nantis qui damaient le pion à des Néo-Zélandais pour mettre la main sur des maisons de banlieue dans la ville principale d’Auckland.

    Les statistiques indiquent qu’environ 3 % des maisons néo-zélandaises sont vendues à des étrangers, mais cette proportion atteint 5 % dans la région pittoresque de Queenstown et 22 % dans le centre d’Auckland.

    Le mois dernier, les directeurs du conseil d’administration du Fonds monétaire international ont encouragé la Nouvelle-Zélande à reconsidérer l’interdiction qui, selon eux, ne fera rien pour améliorer l’accessibilité au logement.

    Mais le gouvernement affirme qu’il ne fait aucun doute que les étrangers gonflent les prix, et la seule question qui reste est de savoir de combien.

    Il y a quelques exceptions. Les étrangers ayant le statut de résident de la Nouvelle-Zélande pourront toujours acheter des maisons, tout comme ceux d’Australie et de Singapour, grâce aux accords de libre-échange existants.

    Les étrangers qui possèdent déjà des maisons en Nouvelle-Zélande ne seront pas touchés. Et les acheteurs étrangers pourront toujours faire des investissements limités dans de grands immeubles et des hôtels.

    La montée en flèche des prix des logements à #Auckland préoccupe particulièrement les Néo-Zélandais, même si ce marché s’est refroidi au cours de l’année écoulée. Pourtant, les prix restent parmi les plus élevés au monde par rapport aux revenus des habitants.

    Les chiffres publiés mercredi par l’Institut de l’immobilier de Nouvelle-Zélande indiquent que le prix médian des logements à Auckland est de 835 000 dollars néo-zélandais (720 000 dollars canadiens) alors que le prix médian est de 550 000 dollars (475 000 dollars canadiens).

    #Nouvelle-Zélande #immobilier #spéculation #mondialisation #globalisation #Logement #FMI

  • New Zealand Steps Up Climate Change Fight With Exploration Ban - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-04-12/new-zealand-steps-up-climate-change-fight-with-exploration-ban

    New Zealand will stop granting offshore oil and gas exploration permits, saying it is committed to playing its part in tackling climate change.

    The government is taking “an important step to address climate change and create a clean, green and sustainable future for New Zealand,” Prime Minister Jacinda Ardern said Thursday in Wellington. It will limit the 2018 offer of exploration permits to onshore acreage in the oil-rich province of Taranaki, she said, adding existing exploration and any future mining permits are unaffected by the decision.

    Ardern came to power last year after her Labour Party and its ally the Greens campaigned on policies to protect the environment, including moving away from a reliance on fossil fuels. Her government plans to plant a billion trees over 10 years and wants to achieve 100 percent renewable electricity generation by 2035 as it seeks to reduce carbon emissions after signing up to the Paris climate accord.
    […]
    The opposition National Party called the move “economic vandalism.” It will put thousands of jobs at risk and do nothing to tackle climate change because production will simply move elsewhere in the world, the party said.

  • New Zealand Needs IT and Tech Professionals
    http://www.permitsandvisas.com/new-zealand-needs-it-and-tech-professionals

    New Zealand Needs IT and Tech Professionals New Zealand is currently looking for more IT personnel, particularly in Wellington. Although wellington is a small city, it is a tech hub for New Zealand with most of the technology users and top government people living here. New Zealand has called for tech and IT professionals since a […]

  • Jobs in New Zealand for Immigration
    http://www.permitsandvisas.com/jobs-in-new-zealand-for-immigration

    Jobs in New Zealand for Immigration Many people are after jobs in Porirua and this is because of the appealing nature of the city. One of the most appealing things in Porirua is that it’s just about 20 minute drive from Wellington, New Zealand, and this means there are plenty of options and opportunities available. […]

  • « Les crânes de résistants algériens » n’ont rien à faire au Musée de l’homme
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/09/les-cranes-de-resistants-algeriens-n-ont-rien-a-faire-au-musee-de-l-homme_49

    Le 17 juillet 1849, les troupes françaises envoyées en hâte entament un siège, qui durera quatre mois. Après un premier assaut infructueux, l’état-major prend la mesure de la résistance et envoie une colonne de renfort de plus de 5 000 hommes, commandée par le général Émile Herbillon (1794-1866), commandant de la province de Constantine, suivie d’une autre, des zouaves dirigés par le colonel François Canrobert (1809-1895). Deux officiers supérieurs, plusieurs milliers d’hommes contre une localité du grand sud algérien, deux décennies après la prise d’Alger : la résistance algérienne était d’une ampleur et d’une efficacité exceptionnelles.

    Le 26 novembre, les assiégeants, exaspérés par la longueur du siège, voyant beaucoup de leurs camarades mourir (des combats et du choléra), informés du sort que les quelques Français prisonniers avaient subi (tortures, décapitations, émasculations…), s’élancent à l’assaut de la ville. Chaque maison devient un fortin, chaque terrasse un lieu d’embuscade contre les assaillants. Après d’âpres combats, au cours desquels les Français subissent de lourdes pertes, le drapeau tricolore flotte sur le point culminant de l’oasis.

    Deux ans plus tard, Charles Bourseul, un « ancien officier de l’armée d’Afrique » ayant participé à l’assaut, publiera son témoignage : « Les maisons, les terrasses sont partout envahies. Des feux de peloton couchent sur le sol tous les groupes d’Arabes que l’on rencontre. Tout ce qui reste debout dans ces groupes tombe immédiatement sous la baïonnette. Ce qui n’est pas atteint par le feu périt par le fer. Pas un seul des défenseurs de Zaâtcha ne cherche son salut dans la fuite, pas un seul n’implore la pitié du vainqueur, tous succombent les armes à la main, en vendant chèrement leur vie, et leurs bras ne cessent de combattre que lorsque la mort les a rendus immobiles. ». Il s’agissait là des combattants.
    Destruction méthodique

    Or, l’oasis abritait aussi des femmes, des vieillards, des enfants, des adolescents. La destruction de la ville fut totale, méthodique. Les maisons encore debout furent minées, toute la végétation arrachée. Les « indigènes » qui n’étaient pas ensevelis furent passés au fil de la baïonnette.

    Dans son livre La Guerre et le gouvernement de l’Algérie, le journaliste Louis de Baudicour racontera en 1853 avoir vu les zouaves « se précipiter avec fureur sur les malheureuses créatures qui n’avaient pu fuir », puis s’acharner : « Ici un soldat amputait, en plaisantant, le sein d’une pauvre femme qui demandait comme une grâce d’être achevée, et expirait quelques instants après dans les souffrances ; là, un autre soldat prenait par les jambes un petit enfant et lui brisait la cervelle contre une muraille ; ailleurs, c’étaient d’autres scènes qu’un être dégradé peut seul comprendre et qu’une bouche honnête ne peut raconter. Des procédés aussi barbares n’étaient pas nécessaires, et il est très fâcheux que nos officiers ne soient pas plus maîtres en expédition de leurs troupes d’élite, qu’un chasseur ne l’est d’une meute de chiens courants quand elle arrive avant lui sur sa proie. »

    D’après les estimations les plus basses, il y eut ce jour-là huit cents Algériens massacrés. Tous les habitants tués ? Non. Le général Herbillon se crut obligé de fournir cette précision : « Un aveugle et quelques femmes furent seuls épargnés ». Le pire est que la presse française d’alors reprit ce rapport cynique.

    Il y eut trois autres « épargnés »… provisoirement. Les Français voulurent capturer vivant – dans le but de faire un exemple – le chef de la résistance, le cheikh Bouziane. Au terme des combats, il fut fait prisonnier. Son fils, âgé de quinze ans, l’accompagna, ainsi que Si-Moussa, présenté comme un marabout. Que faire d’eux ? Ces « sauvages » n’eurent pas droit aux honneurs dus aux combattants.

    Le général Herbillon ordonna qu’ils soient fusillés sur place, puis décapités. Leurs têtes, au bout de piques, furent emmenées jusqu’à Biskra et exposées sur la place du marché, afin d’augmenter l’effroi de la population. Un observateur, le docteur Ferdinand Quesnoy, qui accompagnait la colonne, dessina cette macabre mise en scène qu’il publia en 1888 dans un livre, témoignage promis à un certain avenir…

    Que devinrent les têtes détachées des corps des combattants algériens ? Qui a eu l’idée de les conserver, pratique alors courante ? Où le furent-elles et dans quelles conditions ? Quand a eu lieu leur sordide transfert en « métropole » ? Cela reste à établir, même si certaines sources indiquent la date de 1874, d’autres la décennie 1880. Il semble certaines d’elles aient été d’abord exposées à la Société d’anthropologie de Paris, puis transférées au Musée de l’homme. Elles y sont encore aujourd’hui.

    Soutenir les appels de citoyens algériens à rapatrier ces dépouilles dans leur pays, pour leur donner une sépulture digne comme cela fut fait pour les rebelles maori ou les résistants kanak Ataï et ses compagnons (en 2014), ne revient aucunement pour nous à céder à un quelconque tropisme de « repentance » ou d’une supposée « guerre des mémoires », ce qui n’aurait strictement aucun sens. Il s’agit seulement de contribuer à sortir de l’oubli l’une des pages sombres de l’histoire de France, celles dont l’effacement participe aujourd’hui aux dérives xénophobes qui gangrènent la société française.

    #colonialisme #racisme #massacre #histoire #crane #trophée #restitution #déshumanisation

    • Sur les têtes maoris « toï moko » :
      La France restitue vingt têtes maoris à la Nouvelle-Zélande
      http://www.20minutes.fr/planete/865136-20120123-france-restitue-vingt-tetes-maoris-nouvelle-zelande

      500 autres têtes restent en Europe

      Les « toï moko » arriveront au musée Te Papa (« notre lieu » en maori) de Wellington le 26 janvier, où une grande cérémonie sera organisée en présence du roi Tuheitia Paki pour célébrer leur retour au pays. Grâce aux archives historiques, l’abondante tradition orale maorie et les experts en tatouages, qui ont chacun leur signification et retracent l’histoire personnelle unique de leur porteur, Te Papa tentera de retrouver la communauté d’origine des ancêtres rapatriés. Les têtes étant sacrées, aucun test ADN n’est prévu dans l’immédiat pour identifier leur famille. Selon Te Papa, quelque 200 « toï moko » ont été restituées par quatorze pays mais on estime que plus de 500 autres attendent encore leur retour dans diverses institutions européennes.

      #maoris

    • Quelques explications sur la pratique des têtes trophées
      http://www.archeo-gallay.ch/7a_Lectures9.html
      Le texte donne de nombreux exemples mais je colle seulement la partie sur les Maoris

      2.2. Polynésie (Maoris, Samoa, Mariannes, Marquises, Nouvelle Géorgie)

      Type d’engagement guerrier. Raids, sièges de courte durée, batailles rangées (Maoris).

      Partis engagés. Tribus dirigées par des chefs indépendants au sein de la même ère linguistique (Maoris).

      Idéologie. Décapiter les adversaires permettait d’empêcher les ennemis de devenir des ancêtres bienveillants et de générer des esprits malfaisants (Salomons). Le but avoué est l’acquisition d’une fertilité supérieure, pour celui qui s’est rendu maître d’une tête, et pour son clan (Mariannes, Marquises, Nouvelle Géorgie).

      Traitement. Traitement important (ennemis avec bouche close, amis avec dents apparentes) (Maoris).

      Valorisation. Valorisation importante des têtes ennemies et des têtes de ses propres guerriers morts au combat (Maoris). Les guerriers rivalisaient pour apporter le plus de têtes au roi (Samoa). Les crânes ornaient les poteaux d’accostage et recouvraient les toits des hangars à canoës (Salomons).

      Appropriation. Pas d’information.

    • Infos supplémentaires sur le Siège de Zaatcha - qu’on devrais plutot appeler « Le massacre de Zaatacha » vu que les français n’ont laisser aucun·e survivant·e.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_Zaatcha

      Les Cheikh Bouziane, Moussa et Lahcène, capturés par les zouaves du commandant Lavarande, sont exécutés sur ordre du général Herbillon et leurs têtes exposées sur la place du marché à Biskra3, afin de faire taire la rumeur de leur invulnérabilité et faire cesser la rébellion dans la région.

      Ici un article qui donne plus d’information sur les révoltes en Algérie et Bû Ziyân :
      La Révolte de Bû Ziyân en Algérie, 1849
      Julia Clancy-Smith
      https://remmm.revues.org/255

      Dès le 26 novembre, la fin était imminente ; chaque camp savait à quoi s’attendre. Les tirs d’artillerie ininterrompus ouvraient des brèches béantes dans les murs de Za’atsha et des soldats envahirent bientôt les allées étroites, jonchées de débris, et les sentiers des jardins. Bû Ziyân rassembla ses partisans dans la mosquée de la ville. Après avoir mené la prière, il ordonna aux quelques survivants de se battre jusqu’à la mort. Plus tard dans la journée, les troupes françaises cernèrent la résidence abandonnée du qa’id à la solde des Européens, où le mahdi et sa famille - deux jeunes fils, une fille, sa femme et sa mère - se trouvaient piégés. Le mahdi sortit de la maison en brandissant une carabine. « Je suis Bû Ziyân », déclara-t-il calmement aux officiers tandis qu’il s’agenouillait pour prier. Après avoir forcé le prophète rebelle à assister au massacre de sa famille, on le plaça contre un mur et on le mit en joue. « Vous avez été les plus forts ; seul Dieu est grand, puisse sa volonté s’accomplir » dit-il encore23. Des coups de feu retentirent et le héros de Za’atsha s’effondra. La tête de Bû Ziyân fut offerte comme trophée au général Herbillon, qui l’exposa à la porte du village afin que tous puissent la voir. Pendant le reste de la journée, seul pouvait être entendu le bruit des détonations tandis que les soldats faisaient sauter les caches de poudre sous les maisons encore debout (Bocher, 1851 ; Julien, 1979).

      On en parle ici aussi : Cheikh Bouziane , Cherif Boubaghla Zaatcha et les Oubliés du 5 juillet
      http://dzactiviste.info/cheikh-bouziane-cherif-boubaghla-zaatcha-les-oublies-du-5-juillet

  • Les logements avec vue sur la mer amélioreraient le moral
    http://www.doctissimo.fr/psychologie/news/Les-logements-avec-vue-sur-la-mer-amelioreraient-le-moral

    Une étude relayée par la revue Health & Place établit pour la première fois un lien direct entre bien-être psychologique et vue sur une très vaste étendue d’eau.

    Menée conjointement à l’université de Canterbury en Nouvelle-Zélande et à celle du Michigan State aux États-Unis, cette étude s’est intéressée à une association possible entre la vision de la nature et un niveau moindre de mal-être psychologique.

    Les espaces bleus plus bénéfiques que les espaces verts ?

    Les chercheurs ont sondé environ 450 adultes à Wellington (Nouvelle-Zélande) et ont recherché les données sur la visibilité d’espace « bleu » ou « vert » depuis les résidences de la région.

    Ce que les scientifiques appellent « espaces bleus » était dans ce cas la Mer de Tasmanie et l’Océan Pacifique, qui entourent Wellington, alors que les « espaces verts » n’étaient autres que les forêts et les parcs herbeux alentours.

    Après avoir pris en compte différents facteurs tels que la richesse des participants, leur âge et leur sexe, les chercheurs ont trouvé que la vue d’espaces maritimes étaient associée de manière significative à un niveau moindre de détresse mentale. En revanche, ils ne sont pas arrivés aux mêmes résultats concernant la vue sur des espaces verts.

    • Résumé de l’étude (le reste derrière #paywall)

      Residential exposure to visible blue space (but not green space) associated with lower psychological distress in a capital city
      http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1353829216300119

      Abstract
      As urbanisation escalates globally, urban neighbourhood features which may improve physical and mental health are of growing importance. Using a cross-sectional survey of adults and the application of novel geospatial techniques, this study investigated whether increased visibility of nature (green and blue space) was associated with lower psychological distress (K10 scores), in the capital city of Wellington, New Zealand. To validate, we also tested whether visibility of blue space was associated missing teeth in the same sample. Cluster robust, linear regression models were fitted to test the association between visibility of nature and K10 scores, adjusted for age, sex, personal income, neighbourhood population density, housing quality, crime and deprivation. Higher levels of blue space visibility were associated with lower psychological distress (β=−0.28, p<0.001). Importantly, blue space visibility was not significantly associated with tooth loss. Further research is needed to confirm whether increased visibility of blue space could promote mental well-being and reduce distress in other cities.

    • Je trouve que les vues bien dégagées sur les ondulations gasconnes avec les Pyrénées au fond, ça fait un bien fou. Les paysages de montagne font un bien fou… mais peut-être y a-t-il des déterminants venants des #territoires de l’enfance ?
      Après, pour la mer, il y a aussi la composition de l’air que l’on respire au bord qui doit compter. Et ça, c’est une différence importante, et pas que pour les crétins .

    • Une ancienne étude (pas d’autre référence, désolé) avait montré que c’était la profondeur du paysage qui apaisait l’esprit.
      La Nouvelle-Zélande étant montagneuse l’horizon est singulièrement plus proche quand on regarde un paysage terrestre vs maritime...
      Sans parler de la linéarité de l’horizon marin qui n’est sans doute pas étranger au sentiment de quiétude.
      Poser son regard sur l’horizon c’est apaisant surtout au couché du soleil, quand tout est... orange ! ;)

  • Live and Work in New Zealand
    http://www.permitsandvisas.com/live-and-work-in-new-zealand

    Live and Work in New Zealand New Zealand is prehistoric rock formations country inside the southwestern Pacific Ocean consisting of 2 core islands, similarly noticeable by Volcanoes and Glaciations. New Zealand’s capital is Wellington. There are two key categories while we would like to live in New Zealand permanently along with our request is based on […]

  • « Britain’s Sonic Therapy : listening to birdsong during and after the First World War » : l’histoire d’un chant de #rossignol et d’un #violoncelle chaque mois de mai sur la #BBC
    http://remedianetwork.net/2015/06/16/britains-sonic-therapy-listening-to-birdsong-during-and-after-the-fi

    It was a quarter to eleven in the evening on Monday 19th of May 1924 when the pacey dance music of the BBC’s Savoy Orchestra was interrupted on the wireless by a duet between a human and bird. What radio listeners heard was Elgar’s favorite cellist, #Beatrice_Harrison, in her wooded Surrey garden playing The Londonderry Air to prompt a nightingale to pour forth its song. This live broadcast experiment was sanctioned by John Reith, the Managing Director of the BBC, and nobody was more relieved than him when the transmission crackled into homes across Britain.

    (...) The potency of the nightingale’s song to provoke feelings of nostalgia, belonging and delight kept radio listeners spellbound for the next 11 years: until 1935, the BBC continued to broadcast a nightingale in concert with Beatrice Harrison every May, often over several evenings. From 1936, continuing into the Second World War, the bird alone took the microphone for ten minutes between eleven and midnight, when the solace of birdsong was needed as much as ever.

    « Capturing the song of the Nightingale, the first ever live outdoor radio broadcast »
    http://blog.nationalmediamuseum.org.uk/2013/01/08/from-nightingale-to-narcissus

    The first outside broadcast ever made by the BBC was the famous Nightingale broadcast of 19th May 1924. An improved microphone made this possible – an excellent example of which we recently acquired from the BBC. In this article, I attempt to recapture the forgotten prominence of this pioneering microphone, while deciphering the cultural meanings surrounding the Nightingale phenomenon. I will also draw upon the Nightingale broadcasts’ ‘reappearance’ within two feature films; The Demi-Paradise (1943) and Electric Dreams (1984).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Beatrice_Harrison

    Les interprétations de Beatrice Harrison deviennent connues avec les diffusions radiophoniques au début de la BBC. Elle fait quelques enregistrements live dans le jardin de sa maison d’Oxted, et des rossignols chantaient en même temps qu’elle jouait. Ont été enregistrés ainsi, entre autres, les pièces suivantes : Songs my mother taught me (Dvorak), Chant Hindu (Rimsky-Korsakov) et Londonderry Air . Les enregistrements comprennent également des chants de rossignol seuls. Ces enregistrements étaient extrêmement populaires.

    Cependant au moins une personne affirme que les chants d’oiseaux entendus lors des enregistrements de la BBC ne sont pas ceux d’oiseaux mais ceux d’un siffleur talentueux, Maude Gould.

    Un des enregistrements
    https://soundcloud.com/cornecraik/beatrice-harrison-and

    Un autre, avec mise en perspective historique
    https://soundcloud.com/tweet-of-the-day/totd-nightingale-part-2

    Et un fameux de 1942, dont la diffusion fut annulée au dernier moment car il laissait entendre des bombardiers britanniques en route pour attaquer l’Allemagne
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2093108/The-remarkable-moment-BBC-forced-pull-plug-World-War-II-birdsong-broadc

    It was one of the earliest BBC traditions; each year in May the corporation broadcast the birdsong from a Surrey back garden live on the radio.

    But on May 19, 1942, as BBC staff prepared to transmit the chirruping of nightingales, 197 Wellington and Lancaster bombers appeared overhead.

    A quick-thinking engineer, realising a live broadcast of the bombers could warn Nazi spies of the impending attack, pulled the plug.

    But a poignant double-sided recording of the moment survived. The first side records the departing planes, the second captures their return - 11 fewer.

    https://www.youtube.com/watch?v=H_MHqW5KVds

    Recording of Nightingale birdsong from a garden in Surrey, England on May 19th 1942 as 197 Wellington and Lancaster bombers fly overhead on a bombing raid to Germany.

    Une pièce inspirée par cet épisode
    https://soundcloud.com/notl/beatrice-and-the-bombers

    #histoire #radio #chant_d'oiseau #audio #vidéo

  • Map error hastened Napoleon’s Waterloo defeat - Telegraph

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/11144216/Map-error-hastened-Napoleons-Waterloo-defeat.html

    Via Elisabeth Vallet sur Twitter. Elisabeth Vallet de l’UQAM qu’on aimerait beaucoup retrouver ici...

    If Waterloo was won on the playing fields of Eton, as Wellington is supposed to have said, it may have been lost by Napoleon’s map-makers.

    A printing error left the emperor Bonaparte aiming his artillery in the wrong place, well short of the British, Prussian and Dutch lines, it is claimed. While historical accounts of the Duke’s sang-froid and the fortitude of the British infantry are not in doubt, the discovery could also explain stories of the brilliant Corsican field marshal appearing lost.

    “Napoleon was relying on a false map for his strategy in his last battle,” said Franck Ferrand, the maker of a documentary broadcast on French television. “This explains why he mistook the lie of the land and was disoriented on the battlefield. It is certainly one of the factors that led to his defeat.”

    #cartographie_historique #cartographie_erreur #napoléon

  • Against Conspiracy Theories - Why Our Activism Must Be Based in Reality
    http://www.filmsforaction.org/articles/against-conspiracy-theories-why-our-activism-must-be-based-in-realit

    A talk given at Occupy Wellington, New Zealand, to counter the prevalence of conspiracy theories amongst the local wing of the Occupy movement.

    Kia ora kotou, thanks everyone for coming. Firstly...

  • Indonésie : un séisme serait responsable du volcan de boue
    http://www.rtbf.be/info/societe/detail_indonesie-un-seisme-serait-responsable-du-volcan-de-boue?id=8053035

    Depuis 7 ans, une éruption de boue dévaste une région industrielle de l’île de Java (Indonésie). Certains scientifiques ont mis en cause un forage, mais une étude publiée dimanche y voit la conséquence d’un séisme.

    Catastrophe naturelle ou erreur technique ? L’étude menée par l’équipe de Stephen Miller (Université de Bonn, Allemagne) relance le débat d’experts sur cette catastrophe unique au monde.

    180 000 mètres cubes expulsés

    Le volcan de boue a surgi de terre le 29 mai 2006 près de la ville de Sidoarjo et a été baptisé « Lusi » (premières syllabes des mots « lumpur » -qui signifie boue en indonésien- et « Sidoarjo »). Le volume quotidien expulsé par ce volcan a grimpé jusqu’à 180 000 mètres cubes, soit l’équivalent de 60 piscines olympiques. Peu à peu, le flot nauséabond a englouti champs, maisons et usines.

    Si le volcan a commencé à se calmer, crachant aujourd’hui entre 15 000 et 20 000 m3 de boue par jour selon les autorités locales, il n’en va pas de même pour la controverse sur son origine.

    Une possible erreur de forage
    De nombreux experts internationaux ont mis en cause une erreur de forage de la société gazière Lapindo Brantas, contrôlée par la famille d’Aburizal Bakrie, un homme d’affaires et politicien extrêmement influent.

    Selon cette thèse, la catastrophe a été provoquée par un forage exploratoire de gaz, qui a percé à quelques 3 000 mètres de profondeur un aquifère (couche souterraine stockant des fluides). L’absence de protections du conduit aurait entraîné une montée subite de liquides et de gaz sous pression. C’est notamment l’explication retenue par Richard Davies, un géologue de l’Université de Durham (Grande-Bretagne) qui étudie le volcan depuis le début.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Un séisme de magnitude 6,5 frappe la Nouvelle-Zélande
    http://www.romandie.com/news/n/_Un_seisme_de_magnitude_65_frappe_la_Nouvelle_Zelande_RP_210720130949-24-3

    Un séisme de magnitude 6,5 frappe la Nouvelle-Zélande

    WELLINGTON - Un séisme de magnitude 6,5 s’est produit dimanche au large de la capitale de la Nouvelle-Zélande, Wellington, dans une région qui a enregistré un regain de secousses ces derniers jours, a annoncé l’Institut géophysique américain (USGS).

    Aucune alerte au tsunami n’a été déclenchée et aucun dégât matériel n’a été rapporté.

    Le séisme est survenu en mer à 17H09 (05H09 GMT). Son épicentre est situé à 57 kilomètres au sud-sud-ouest de Wellington, à une profondeur de 14 km, selon l’USGS qui avait dans un premier temps fait état d’une secousse de 6,9.

    Une réplique de magnitude 5,5 a été enregistrée quelques minutes plus tard.

    Ca a secoué et vibré pendant environ 30 secondes, a raconté à l’AFP un habitant de Nelson, sur la côte.

    Les pompiers ont reçu de nombreux appels de personnes coincées dans les ascenseurs à Wellington. Le séisme a également déclenché des systèmes anti-incendie et coupé l’électricité dans plusieurs quartiers.

    Selon une sismologue néo-zélandaise, Anna Kaiser, les séismes de cette magnitude ne sont pas rares dans la région.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Tournant énergétique en Suisse pas menacé après le séisme à St-Gall
    http://www.romandie.com/news/n/Tournant_energetique_en_Suisse_pas_menace_apres_le_seisme_a_St_Gall8821072

    La Confédération continue de compter sur la géothermie pour réaliser le tournant énergétique. Bien que cette technologie soit à l’origine du tremblement de terre de samedi à St-Gall, l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) attend l’analyse du séisme avant de tirer des conclusions.

    Il est encore trop tôt pour parler d’un échec de la géothermie en Suisse, a indiqué Marianne Zünd, porte-parole de l’OFEN. Les autres projets liés à cette technologie sont difficilement comparables avec celui de St-Gall.

    « Les circonstances, comme la nature du sol, sont partout différentes, et il s’agit d’une technologie en plein développement. Pour ces raisons, chaque projet constitue en soi un projet pilote et l’on ne peut pas tirer des conclusions générales sur la base des expériences faites sur un seul site », a-t-elle expliqué.

    Projet considéré comme sûr

    La technique utilisée sur le site st-gallois présente peu de risques. Le projet avait en outre été considéré comme sûr. Le tremblement de terre ne peut être imputé qu’à l’arrivée de gaz sur les lieux du forage, ajoute-t-elle.

    #séisme

    • Un séisme fait 89 morts en Chine
      http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/22/un-seisme-frappe-le-nord-ouest-de-la-chine_3450794_3216.html

      Le Monde.fr avec AFP | 22.07.2013 à 05h29

      Les séismes qui ont frappé, lundi 22 juillet, une région montagneuse et difficile d’accès de la province chinoise du Gansu ont fait 89 morts, selon un nouveau bilan officiel.

      Le tremblement de terre d’une magnitude de 5,9 est intervenu à 7 h 45 heure locale dans le Gansu, une province en grande partie désertique, a indiqué l’institut de géophysique américaine (USGS) qui a situé son épicentre à 170 km au sud-est de la capitale provinciale Lanzhou, à une profondeur de 9,8 km. Le centre chinois de surveillance des séismes, basé à Pékin, a évalué sa magnitude à 6,6. Une réplique de magnitude 5,6 a par ailleurs frappé la même région à 9 h 12, avec un épicentre situé à une profondeur de 10,1 km, a ajouté l’USGS.

  • EN IMAGES. Un crustacé géant découvert
    http://www.leparisien.fr/sciences/en-images-un-crustace-geant-decouvert-03-02-2012-1844019.php?pic=1#infoBu

    Des scientifiques ont découvert un crustacé géant dans les eaux au large de la Nouvelle-Zélande, mesurant dix fois la taille normale de l’espèce à laquelle il semble appartenir.

    L’animal ressemble à une crevette géante dénuée de carapace et a été trouvé lors d’une expédition à la fosse océanique de Kermadec, au nord de la Nouvelle-Zélande, par des scientifiques de l’unité de recherche marine de l’université d’Aberdeen et de Wellington.

    Cet amphipode mesure 28 centimètres, alors que les amphipodes font 3 cm maximum. Le crustacé a été découvert alors que les scientifiques vidaient des pièges tendus par leur bateau, au-dessus de la fosse de Kermadec.

    #it_has_begun

  • LE NOUVEAU ROMANTISME FÉMININ : SE BOURRER LA GUEULE, RAMASSER UN MEC DANS LA RUE, LE SAUTER… « Libertes & Internets
    http://libertesinternets.wordpress.com/2009/04/02/le-nouveau-romantisme-feminin-se-bourrer-la-gueule-rama

    Interrogées par la chaine de télévision, les jeunes filles avouent franchement que ce mode de relation leur confère un sentiment de puissance et qu’elles en appréciaient le caractère festif et générateur de plaisir immédiat, sans les complications et déceptions d’une relation stable. “We all like a good root, that’s all we’re looking for” (On aime tous se taper une bonne queue, c’est tout ce qu’on cherche) déclare l’une des femmes interrogées dans les rues de Wellington, un vendredi soir. Une autre déclare que “la bite, c’est à peu près la seule chose intéressante chez un mec, tout le reste, on peut très bien s’en passer”.

    #société #femmes #sexe