• Apothéose néolibérale : la COP26 fonde le marché mondial de l’incendie et l’offre aux incendiaires capitalistes, au détriment des peuples – A l’encontre
    http://alencontre.org/laune/apotheose-neoliberale-la-cop26-fonde-le-marche-mondial-de-lincendie-et-l

    Par Daniel Tanuro

    La Conférence de Glasgow (COP26) aurait dû en priorité : 1°) concrétiser la promesse des pays « développés » de verser au Fonds vert pour le climat, à partir de 2020, au moins cent milliards de dollars par an pour aider le Sud global à relever le défi climatique[1] ; 2°) forcer ces mêmes pays à intervenir financièrement pour couvrir les énormes « pertes et dommages » causés par le réchauffement, en particulier dans les « pays les moins avancés » et les petits états insulaires ; 3°) « rehausser les ambitions » climatiques des gouvernements pour concrétiser l’objectif adopté de la COP21 (Paris, 2015) : « maintenir la hausse de température bien au-dessous de 2°C tout en continuant les efforts pour ne pas dépasser 1,5°C par rapport à la période préindustrielle ».

    #cop_26 #climat #écologie #glasgow

  • Glasgow Climate Negotiation ’Leaves Room’ for Fossil Fuels
    https://gizmodo.com/glasgow-climate-negotiation-leaves-room-for-fossil-fuel-1848053158

    The language around fossil fuels, which was introduced by the coal-dependent countries of India and China at the last minute, is both new and maddeningly riddled with loopholes for polluters. “Phase-down” of coal is open-ended and “efforts” provides no certainty on actions. Calling subsidies “inefficient” also leaves the door open to interpretation and could allow countries to keep digging up reserves while banking on unproven carbon capture technology under the banner of efficiency.

    U.S. Special Presidential Envoy for Climate John Kerry invoked the well-trod line in a speech to the group of assembled negotiators and said it couldn’t “let the perfect be the enemy of the good.” That’s a fair tactic when you’re looking to compromise. But physics doesn’t do compromises.

    #climat #criminel

  • Activités humaines et conséquence sur l’atmosphère :

    Climat : ce que révèle le sondeur atmosphérique IASI et ses 45 milliards d’observations
    https://theconversation.com/climat-ce-que-revele-le-sondeur-atmospherique-iasi-et-ses-45-millia

    À l’heure où la conférence sur le climat de Glasgow (COP26) s’achève, il apparaît toujours plus urgent d’affiner notre compréhension du système Terre-atmosphère afin d’améliorer les projections climatiques à moyen et à long terme pour agir efficacement contre le réchauffement.

    Ceci ne peut être réalisé sans une évaluation précise de l’impact de l’augmentation des gaz à effet de serre et de ses effets rétroactifs sur le flux d’énergie terrestre sortant.
    La mission IASI et ses dix années de mesures

    Des mesures satellites à basse résolution spectrale – dits « à large bande » – sont utilisées depuis presque 40 ans dans l’étude du bilan énergétique du système Terre-atmosphère. Celles-ci montrent toutefois leurs limites lorsqu’il s’agit de quantifier l’impact individuel de chacun des gaz sur le rayonnement sortant.

    Une meilleure évaluation peut toutefois être obtenue grâce à des mesures satellites à plus haute résolution spectrale. En absorbant le rayonnement terrestre, chacun des gaz dans l’atmosphère laisse en effet une empreinte unique dans le spectre ; celle-ci peut alors être exploitée pour surveiller notamment la mise en œuvre des mesures internationales visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    #climat #réchauffement_climatique #GES

  • #COP26 Member Consultation Group : 450+ members from 250+ organisations
    https://www.facebook.com/groups/batiamourtsou/posts/10159557344101125

    J’ai eu l’agréable surprise d’être sélectionné par Linkedin France dans la liste des personnes à suivre pour la COP26 ! #LinkedInTopVoices

    J’en profite donc pour raconter ce qu’il se passe à Greenwashing land, plus communément appelé ’COP26’.

    Désolé (encore une fois) de casser l’ambiance, mais c’est notre avenir à tous qui est en jeu.

    Voir des entreprises (ou des personnes) faire du greenwashing et du lobbying en zone verte, c’est non seulement dangereux, mais criminel, puisque cela pousse à l’inaction climatique.

    Vous serez alors ravis d’apprendre que :
    – Le Qatar vante ses stades écolos pour le mondial 2022 (6500 morts pour les construire)
    – Plusieurs écuries de F1 nous expliquent expliquer comment ils sont la solution pour le changement climatique (c’est bien connu, le bolide est propre, et les gens vont au Grand Prix à pieds).
    – Jeff Bezos est arrivé la larme à l’œil (en jet privé) pour donner 2 milliards et expliquer comment la technologie allait nous sauver.
    – HSBC parle de finance verte (la banque qui a financé 110 milliards les énergies fossiles entre 2016 et 2020, et qui cumule les scandales).
    – Les Etats continuent les promesses de neutralité carbone en 2050, 2060, 2070, sans plan d’action concret.
    – La presse s’enflamme parce que « bonne nouvelle », les Etats ont prévu d’arrêter la déforestation en 2030... On imagine Bolsonaro se rouler par terre de joie, il va pouvoir continuer sa petite entreprise encore 9 ans. (un article sur l’Amazonie arrive avec Bon Pote, c’est un massacre).

    PERSONNE ne doit être étonné(e) des lobbies et forces en présence. Les négociations internationales sont des négociations de pouvoir, et il n’est pas étonnant que des multinationales, parfois plus puissantes que des Etats, viennent y mettre le grain de sel.

    Je passe plusieurs heures par jour à analyser les discours et lire les documents après les « superbes » annonces, et le seul conseil que je puisse donner, c’est d’aller lire la source primaire : le diable se cache toujours dans les détails.

    PS : regardez ci-dessous la liste des entreprises présentent à la COP26, vous leur feriez confiance pour gérer notre avenir ?

    Image facebook (donc non affichable) :

    #greenwashing #écologie #climat #changement_climatique #marketing #multinationales #énergies_fossiles #environnement #énergie #pollution #décrypter #le_défi_du_réchauffement_climatique #Quatar #F1 #jeff_bezos #HSBC #bolsonaro #hypocrisie #capitalisme #lobbies

  • Comment faire baisser le prix de l’électricité et du gaz ? Jacques FOOS - Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts et Métiers
    http://www.librairie-tropiques.fr/2021/11/ecoloscopie.html
     
     
    Il y a 10 ans, j’ai obtenu le « Prix de l’impertinence 2011 » créé par le Cercle des Entrepreneurs du Futur, pour un article que j’avais commis sur le thème : « Énergie : le nucléaire en plein séisme ». Ce prix me fut remis parce que j’avais écrit qu’il fallait mettre des éoliennes là où il y a du vent et des panneaux photovoltaïques là où il y a du soleil (comme l’avait écrit justement un élève dans sa copie : « le problème avec le solaire, c’est qu’il y a des jours où il fait nuit ! »).

    Lors de la remise du Prix, je n’avais pas manqué de souligner que je ne voyais pas ce qu’il y avait, dans ces propos, d’impertinent, si ce n’est que la remarque pouvait sembler politico-écologico incorrecte car on voit bien où il faut mettre ces éoliennes et ces panneaux solaires et surtout pas en Europe, par exemple. Et, en ce sens, cette affirmation peut passer pour impertinente.

    Ceci justifie les sommes colossales qui doivent subvenir à la production d’électricité par ces sources intermittentes dans notre pays pour les rendre acceptables, si on peut dire !

    Aujourd’hui, on voit une explosion des prix du gaz et des énergies en général, car le prix dépend de la demande, de plus en plus forte actuellement. Ainsi, au moment le plus drastique du confinement à l’échelle mondiale, le prix de l’essence était très bas mais personne ne pouvait rouler. Aujourd’hui alors qu’il est enfin possible de rouler, le prix des carburants atteint des sommets inégalés et ce n’est pas fini.

    La hausse des carburants, liée à celle du gaz et de l’électricité émeut nos concitoyens (et c’est un euphémisme !). Face à cette forte augmentation des prix de l’énergie, le Premier Ministre, Jean Castex propose un « bouclier tarifaire » avec le blocage du tarif réglementé du gaz jusqu’en avril et la limitation de la hausse de l’électricité, répondant comme dans d’autres pays européens à la flambée des prix de l’énergie. Ainsi, après l’augmentation de 12,6% du gaz fin septembre, son prix sera bloqué jusqu’en avril 2022 (date des élections présidentielles). Des options sont suggérées à destination du prochain gouvernement dont celle de faire payer alors aux consommateurs le gaz un peu plus cher que les cours du marché, qui devraient avoir baissé d’ici là, la saison du chauffage étant passée et donc avec une demande moins forte. Cela signifie toutefois que le consommateur paiera ces augmentations : c’est juste reculer pour mieux sauter !

    Or, il y a moyen de faire baisser drastiquement le prix de l’électricité et du gaz.
    Pour l’électricité , l’introduction de taxes, inexistantes au début de ce siècle doublent aujourd’hui le prix du kWh comme le montre ce tableau (Prix du kWh en France (en abscisse : le(s) dernier(s) chiffre(s) du millésime de ce siècle soit de 2001 à 2019). S’y ajoute la TVA !!). En 2021, le prix moyen du kWh TTC dépasse 0,19 euro (données Eurostat).
     



    Vous trouvez que mon impertinence frappe trop fort ? Regardez votre facture d’électricité. Elle présente quatre registres. Le premier est le prix du kWh. Le second indique le coût de l’abonnement payé à l’opérateur qui dépend essentiellement de la puissance installée. Le dernier correspond à la TVA.

    Le troisième registre s’intitule « Taxes et Contributions ». Là, le changement est important. Depuis 2002, une taxe est imposée au consommateur. Jusqu’en 2010, cette taxe appelée CSPE : Contribution au Service Public d’Électricité a peu augmenté, passant de 4 à 6% du prix du kWh : 0,9 c€/kWh (voir schéma). Cette taxe reflète essentiellement le surcoût associé aux politiques de soutien aux énergies renouvelables et à la cogénération selon les termes de la loi du 10 février 2000, même si d’autres rubriques en particulier sur le plan de la Solidarité, s’y rajoutent. Ainsi, en 2021, le montant de cette taxe est de 2,25 c€/kWh, soit une augmentation de 250% en dix ans (et il faut ajouter la TVA à 20% bien sûr !). Elle est destinée à 51% aux investissements dans le photovoltaïque (32%) et l’éolien (19%) !).

    Il suffirait donc tout simplement de supprimer ces subventions qui bénéficient pour une part importante aux sociétés étrangères qui installent ces centres de production électrique dans notre pays, pour voir notre facture d’électricité diminuer dans des proportions importantes. Par ailleurs, le développement de ces sources d’énergie intermittentes que sont le solaire et l’éolien nécessite un recours important aux centrales à gaz lorsqu’elles sont impuissantes à fournir du courant faute de vent ou de soleil. Ainsi, entre 2018 et 2019, la production thermique (gaz, fuel, charbon : tout ce qui rejette des gaz à effet de serre !!) est passée de 39,5 TWh à 42,5 TWh soit + 7,6% alors que notre pays s’est engagé, lors de la COP21 qu’elle a elle-même organisée à Paris, à baisser ses rejets de gaz à effet de serre ! Ainsi, alors que leur arrêt était prévu dans un avenir proche, les centrales à charbon ont repris du service depuis la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en 2020 qui, elle, comme toutes les autres centrales nucléaires, n’émettait pas de gaz à effet de serre. On pourrait revenir sur cette erreur néfaste pour le réchauffement de la planète en la remettant en service et en tout cas, il ne faut pas arrêter comme cela est prévu 12 autres réacteurs nucléaires sous le prétexte qu’ils sont trop vieux après 30 ou 40 ans de service. C’est à l’Autorité indépendante de sûreté française de décider de la fermeture ou du maintien en service des réacteurs (pour la centrale de Fessenheim, elle avait autorisé son fonctionnement pour 10 ans de plus !). Les États-Unis et le Canada prolonge ainsi la durée de vie de leurs centrales jusqu’à 80 ans de fonctionnement pour certaines d’entre elles !

    Ces centrales nucléaires en parfait état de marche voient leur financement amorti et donc le coût de production de l’électricité devient particulièrement bas. Ainsi, si on se compare à nos proches voisins européens, le coût du kWh au Royaume-Uni est 23% plus cher, +35% en Italie, +41% en Espagne, +65% en Belgique, +76% au Danemark et +82% en Allemagne1. Ainsi, les pays qui ont le plus recours aux énergies renouvelables, éolien et solaire, paient leur électricité beaucoup plus chère que nous et rejettent, pour leur production électrique, plus de gaz à effet de serre que les Français23 : c’est une mauvaise note sur toutes les lignes ! Comparaison n’est pas raison : on vient de voir que la suppression de certaines subventions irait aussi dans le bon sens pour le consommateur !

    Comme on le voit, le recours aux énergies renouvelables va à contre-sens de ce que l’on attend. C’est ce qu’ont très bien compris les producteurs de gaz qui, après avoir dit ne pas s’intéresser aux énergies intermittentes, les soutiennent maintenant puisque leur non-fonctionnement pendant près de 80% du temps4, conduit à un recours au gaz lorsqu’elles sont non-productives !

    Ainsi, en qualité de Chef d’un État imaginaire, si vous avez l’intention d’installer une centrale à gaz pour la production d’électricité de puissance de 10 000 MW, vous ne pouvez décemment pas annoncer à vos concitoyens ce projet qui va susciter un rejet écologico-à la mode. Vous annoncez alors que votre projet est d’installer 10 000 MW d’énergies éolienne et solaire. La foule congratule et pleure d’émotion !!

    Mais, ajoutez-vous, « le problème est l’intermittence de ces sources de production et si nous installons 10 000 MW de celles-ci, dans la mesure où elles ne produiront que pendant 20% du temps, il nous faut une autre source électrogène pour pallier les déficiences et voilà pourquoi nous devons installer en parallèle, mes chers concitoyens, 10 000 MW de gaz ».

    Banco, c’est gagné !

    Et c’est ce qui se passe un peu partout sur la planète ! Vous avez dit : diminution des rejets de CO2 ?

    En fait, ces rejets continuent d’augmenter !
     
    _ Parlons du gaz , justement (et là, l’impertinent va encore frapper !) : Son prix dépend fortement du pays producteur qui fixe son prix de vente en fonction de la demande et parfois aussi pour des raisons politiques. Or, nous pouvons nous affranchir de ces contraintes car nous possédons, en France, une réserve gigantesque de gaz de schiste : les estimations les plus sérieuses aujourd’hui conduisent à plus de 5 000 milliards de m3 (soit 4,3 Gtep au minimum : 25 ans de notre consommation d’énergie primaire, toutes sources confondues !).

    Comme le disait Michel Rocard : « La France est bénie des Dieux ! ». L’exploiter reviendrait à bénéficier de gaz gratuit. Certes il resterait les coûts d’extraction et de distribution mais le prix de notre gaz serait, chez le consommateur, beaucoup moins cher et constant dans le temps car non soumis aux contraintes évoquées plus haut.

    Nous ne sommes pas le seul pays à en avoir dans son sous-sol ; la Chine, les États-Unis, le Canada, l’Argentine, le Mexique et l’Afrique du Sud en possède des réserves encore plus abondantes. Mais, en Europe, c’est surtout la France et la Pologne qui se partagent les gisements les plus riches.

    Or, la France est le seul pays, non seulement à ne pas l’exploiter, mais encore à ne même pas envisager un essai d’exploitation, ne serait-ce que sur 1 km2 ! Il faut dire aussi que nous sommes les seuls à avoir inscrit le « principe de précaution » dans notre Constitution et que c’est à ce titre que nous ne bougeons pas dans ce domaine. À défaut d’être exportateur de gaz, on pourrait ainsi s’affranchir des dizaines de milliards d’euros que nous coûtent nos importations de gaz (et cette facture augmente actuellement de façon vertigineuse). En effet, rien qu’aux USA, selon M. Porter5, économiste à l’Université de Harvard, l’exploitation des gisements de gaz naturel en 2015 dans ce pays contribuait à hauteur de 430 milliards de dollars par an à l’économie américaine grâce à la baisse de la facture énergétique et aux revenus des 2,7 millions d’emplois créés dans cette industrie. Même si il y a une différence d’un facteur 5 entre la population américaine et la population française, de tels chiffres devraient faire rêver nos politiques !!

    Oui mais NON !

    Cela ne nous empêche pas de nous intéresser à cette exploitation de gaz … chez les autres ! Ainsi, il y a quelques années, Laurent Fabius est allé négocier en Algérie l’aide de la France à la prospection du gaz de schiste. De deux choses l’une : ou bien il n’y a aucun risque à exploiter cette source d’énergie et alors il faut le faire, ou bien cette exploitation est dangereuse à en croire les écologistes et il ne faut surtout pas encourager d’autres pays à le faire en particulier en les aidant à prospecter, voire en leur en achetant.

    Cherchez la logique ! En attendant, nous allons continuer à payer notre énergie de plus en plus chère ! Et pourtant, comme on vient de le voir, des solutions existent et qui ne peuvent avoir qu’un impact positif sur le budget des Français (et en termes de création d’emplois) pour plusieurs décennies ! 

    Qui aura le courage de prendre les bonnes décisions ?
     
    2 novembre 2021 *

     #escrologie #Jacques_Foos #éoliennes #train_des_primeurs #transition_énergétique #énergie #électricité #éoliennes_industrielles #énergie_éolienne #éolien #environnement #écologie #énergie_renouvelable #éolienne #edf #nucléaire #france #climat #nucléaire

    1 D’après la revue « Capital » du 7 octobre dernier.
    2 Émissions de gaz à effet de serre en grammes par kilowattheure d’électricité consommé en 2019 : France : 44 ; Belgique : 134 ; Danemark : 175 ; Royaume-Uni : 177 ; Espagne : 197 ; Italie : 264 ; Allemagne :
    3 (soit exactement 3 fois plus que la France !!) Source : European Environement Agency
    4 D’après le rapport RTE sur la production électrique de 2020, la puissance installée (éolien+solaire) a été de 28 GW (soit un potentiel de production électrique égal à 245,95 TWh) et la production n’a été que de 52,3 TWh, ce qui conduit à un « rendement » (le terme exact est « facteur de charge ») de 21,26% !
    5 Relevé dans la revue « L’Express n° 3337 du 17 juin 2015

    • Écoloscopie 2
       
      Ma chronique 441, qui reprenait les conclusions de la COP21, avait pour sous-titre : Écoloscopie. Je reprends cette formule ici au sujet de deux événements qui ont attiré mon attention.
       
      Le "train des primeurs"

      https://www.youtube.com/watch?time_continue=38&v=dw6VjFLXnuY

       
       On nous a présenté, en cette fin d’octobre 2021, avec une émotion à peine contenue de la part des journalistes et des politiques de toute obédience, « le train des primeurs ». 
       
      Il s’agit de trains composés de 12 wagons dans lesquels on charge directement des palettes de fruits et légumes surtout venus d’Espagne et du Maroc et qui partiront cinq fois par semaine en fin d’après-midi de Perpignan, pour arriver avant l’aube à Rungis.
       
       Le journal « Le Figaro » du 19 octobre signale même que la CGT-Cheminots, qui s’est beaucoup mobilisée pour le retour du train des primeurs, appelle à « fêter la victoire » jeudi (21 octobre) à Perpignan en présence de son secrétaire général Laurent Brun et du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. Quelle victoire ? Comment sont arrivés jusqu’à Perpignan les primeurs venus du Maroc et d’Espagne ? Doit-on se réjouir quand on sait que les producteurs étrangers sont soumis à moins de contraintes pour la production de leurs fruits et légumes que nos producteurs français ce qui rend ces derniers moins compétitifs ? Pour qui nous prend-on ?
       
       
      Le projet éolien de Saint Brieuc
       
       Dans ce projet, du fait de la richesse écologique du site et de la présence de nombreuses espèces protégées, la société espagnole Iberdrola Ailes Marines SAS a dû demander de nombreuses dérogations pour la destruction et la perturbation intentionnelles d’espèces protégées concernant 54 espèces d’oiseaux, 5 espèces de mammifères marins mais également pour la destruction de leurs habitats.
      Mais oui, c’est possible !!
       
       En avril 2017, le préfet des Côtes-d’Armor accorde les autorisations nécessaires à la filiale d’Iberdrola avec l’aval de la ministre de l’Écologie en poste (plus pour très longtemps !) sous la présidence de François Hollande : Madame Ségolène Royal.
      Les experts du « Conseil National Pour la Protection de la Nature » qui se sont autosaisis du sujet ont publié en juillet dernier2 un rapport dont les conclusions sont les suivantes :
       
      « La Commission supérieure des sites, perspectives et paysages s’inquiète du développement des projets éoliens offshore tels que proposés par la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, et du potentiel jusqu’à 57 GW suite aux propositions de la Commission Européenne pour 2050, qu’elle juge disproportionnés eu égard aux enjeux de préservation du patrimoine naturel et paysager. La Commission estime que la transition énergétique ne doit pas conduire à porter gravement atteinte au littoral français dont la valeur paysagère, artistique, mémorielle et touristique est au premier plan en Europe, sous peine de remettre en cause plus d’un siècle d’efforts constants de protection du littoral par l’État. »
       
       Apparemment, l’avis de cette Institution, pourtant rattachée au ministère français de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, n’empêche nullement la société espagnole d’entreprendre ses travaux qui se sont illustrés, de plus, par une « pollution d’ampleur significative » (dixit la Préfecture maritime qui a saisi le parquet) en baie de Saint-Brieuc. Cette pollution a provoqué, en effet, une nappe d’huile de 15,9 km de long sur 2,8 km de large !
       
       Le cas de Saint-Brieuc n’est pas unique, pratiquement tous les projets déjà autorisés dans des zones capitales pour la biodiversité posent des problèmes similaires (Dunkerque, Le Tréport - voir video ci-dessous, Courseulles-sur-Mer, Belle-Île-en-Mer, Île de Groix, Banc de Guérande, Oléron…) et « provoquent un cumul d’impacts incompatibles avec la survie des oiseaux marins » souligne l’ONG Sea Sheperd.
       
       Et tout ça, au nom d’un engagement pour lutter contre le réchauffement climatique. On rêve !!
       
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=2339&v=4_FOnjRbQeY


       
       Est-ce que l’ambition, légitime au demeurant, de lutter contre le réchauffement prévu (et même déjà constaté, sur la planète !), doit autoriser l’extinction d’espèces et la destruction d’habitats indispensables au bon fonctionnement de tout un écosystème fragile et extrêmement complexe ? En tout cas, cela n’émeut guère la plus grande majorité des associations dites écologistes. Celles-ci sont pourtant très actives contre quelques chasseurs qui tentent de conserver des coutumes ancestrales. En revanche, que l’on accorde des dérogations à des sociétés étrangères afin de leur permettre, dans nos eaux territoriales qui plus est, de détruire de façon intentionnelle (!) 54 espèces d’oiseaux protégés, ne leur pose aucuns problèmes !!
       
       Vous allez me trouver bien naïf mais il m’a fallu atteindre un âge avancé pour apprendre que l’on pouvait obtenir en toute légalité et avec la bénédiction de quasi tous les écolos, des autorisations pour la destruction et la perturbation d’espèces protégées.
       
       Mais c’est le genre de connaissances dont on aurait préféré s’affranchir ! Décidément, comme aurait pu le dire Michel Audiard, les écolos ça ose tout ; c’est même à ça qu’on les reconnaît !
       
      2 novembre 2021
       
      1 Publiée dans mon dernier ouvrage : « Regard sur la Société d’aujourd’hui pour préparer efficacement celle de demain. Chroniques du XXIe siècle. » (Éditions HDiffusion - Paris - mai 2019).
      2 http://www.avis-biodiversite.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2021-17_avis_autosaisine_cnpn

  • Une COP26 au service du #lobby automobile
    http://carfree.fr/index.php/2021/11/04/une-cop26-au-service-du-lobby-automobile

    La COP26 a lieu en ce moment même à Glasgow au Royaume-Uni et une nouvelle fois, on se rend compte que ces évènements médiatiques où le gotha #politique et économique Lire la suite...

    #Destruction_de_la_planète #Fin_de_l'automobile #Réchauffement_climatique #angleterre #climat #greenwashing #industrie #marche #mobilité #Vélo #voiture_électrique

    • Haro sur les bagnoles des prolos,
      le vrai visage des milliardaires qui se bousculent à la conférence de Glasgow !

      mickaël bloomberg (59 milliards de dollars), possède 6 avions, 3 hélicoptères, 11 maisons, 42 Voitures, Mais il pense que vous devriez utiliser les transports en commun pour sauver le climat.

      bill gates  : 5 avions 1 hydravion, 5 hélicoptères et 23 voitures de collection. Et il y a les autres,

      biden est ses 80 voitures.

      Les participants aux sermons dela cop 26 ont rallié Glasgow au moyen de 400 jets privés (qui sont 10 fois plus polluants que les gros porteurs), provoquant un rejet de 13 000 tonnes de CO2.

      N’oubliez pas de prendre les transports en communs, que nos gouvernants continuent de démanteler.

  • Opinion | Tom Morello : How I Taught My Son to Shred Like Crazy and Change the World - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2021/10/27/opinion/tom-morello-teaching-guitar-music.html

    Suite des colonnes de Tom Morello pour le New York Times.

    La vidéo des enfants musiciens (dont la batteuse géniale Nandi Bushell) est super impressionnante.
    https://www.youtube.com/watch?v=J-2V65bWqhA

    By Tom Morello

    Mr. Morello has spent over three decades melding music and political activism as a power guitarist with Rage Against the Machine, Audioslave and Bruce Springsteen and the E Street Band, with the acoustic chords of the Nightwatchman and in protests around the country.

    At 13, I got a $50 Kay electric guitar and gleefully marched down to Rigoni Music on Milwaukee Avenue in Libertyville, Ill., with a Kiss and Led Zeppelin songbook under each arm.

    I plunked down my $5 in front of their guitar instructor and said, “Teach me ‘Black Dog’ and ‘Detroit Rock City.’”

    He said: “Hold on there, son. This is a guitar lesson and today we’re going to learn to tune the guitar.”

    I thought that seemed like a big waste of time and money, but, willing to pay my dues, I sat in my bedroom for the next week, bored out of my mind, wrenching my guitar’s tuning pegs back and forth.

    This is the second in a 12-week series of essays.
    Sign up to get them directly in your inbox, for Times subscribers only.

    Back the next week, I plunked down another fin and demanded to learn my Kiss and Led Zeppelin songs.

    “You’re nowhere near ready to do that,” he told me. “Today we’re going to learn the C major scale.”

    Well that was the end of that. Disgusted, I went home, put the guitar in a closet and didn’t touch it again for four years. It wasn’t until I discovered punk rock, with its do-it-yourself, no-lessons-required ethos that I found the fun in guitar playing, setting me on a trajectory that I’m still on today.

    Years later, as a struggling musician in Hollywood, I taught guitar to make ends meet, and remembered those two crummy lessons that I had when I was 13. I vowed to never make a student feel the way that I had felt.

    Absolute beginners would come in and I’d help them learn whatever song they wanted to play, or I would insist that they “write” a song — before knowing a note, before knowing a chord, just making sounds in a pattern. A couple of times through and, boom! You’re a songwriter, in the same tent as McCartney and Dylan. Let your fingers dance among the Tetris pile of possibilities of notes and chords and you’re on your way.

    My two young sons had no interest in following in their father’s footsteps to become a musician. There’s plenty of instruments around the house, but they took a hard pass and gravitated toward their own passions.

    Then came the lockdown and the prospect of endless days at home, each one like the one before, with spotty Zoom schoolwork, little opportunity to connect with peers and plenty of opportunities for kids and parents to drive each other crazy.

    My youngest son, Roman, 9 at the time, is a bit of a classic rock fan, and one day I timidly asked him if he’d like to learn the first three notes to “Stairway to Heaven.” He assented, figuring it wouldn’t be too much effort and he could always just go right back to playing Among Us on his computer.

    Well, he learned those first three notes, and it sounded just like the song. Encouraged, he came back the next day, three more notes. Over the course of the next couple of months, we worked our way through the entire song. By building on these small successes, he began to take pride in his ability to master a Led Zeppelin standard as a brand-new player. We moved on, and a couple of songs later, he was really digging it and showing a kind of natural aptitude that I never really found in myself.

    But every once in a while, I would slip into the voice of my old awful guitar teacher, trying to hammer home some point about music theory or fingering on the instrument. His reaction was immediate. He would put the guitar down, threatening not to pick it up again. So I said: “All right, this is what we’re going to do. We’re going to run before we walk. All we’re going to do from here on in is improvisational soloing.”

    [Read more about this project from Jane Coaston and Kathleen Kingsbury here.]

    I showed him a pattern or two. And since that day, I basically am the rhythm guitarist in the family, as Roman Morello shreds like crazy, across different genres, with fire and passion. The way he is able to let loose and just have uninhibited joy on the instrument, no obsessive tuning or C major scale required, makes his dad very proud.

    Another young musician who’s shown the world her passion and talent is the British-Zulu phenom Nandi Bushell, who may very well be the future of rock’n’roll.

    She gained global Instagram fame for her amazing multi-instrumentalist covers of rock classics. She dueled with Dave Grohl in a drum off for the ages and came out on top.

    I was so impressed with her talent, moxie and effervescent spirit that I sent her one of my signature “Soul Power” Fender guitars. We became Insta friends and when she asked if I’d like to write a song with her, I said, “That sounds fantastic, but I’ve got a 9-year-old in my house who might be better than I am. Why don’t you two kids write a song together?”

    They did. Writing virtually across the Atlantic Ocean, Roman came up with a few power riffs and Nandi played drums, bass and sang on the track.

    Like me, they are stirred not just by the power of the music, but the need to change the world.

    The song they created is “The Children Will Rise Up,” an anthem proclaiming that only the courage and fortitude of their generation can stop the impending environmental catastrophe facing humanity. We wrangled Jack Black and Greta Thunberg for the video and it’s an absolute mosh pit-inducing banger with a stratospheric solo that might just make that Rigoni Music guitar instructor repent.

    #Tom_Morello #Musique #Education #Ecologie #Climat #Enfants

  • Global Climate Wall | Transnational Institute
    https://www.tni.org/en/publication/global-climate-wall

    This report finds that the world’s biggest emitters of green house gases are spending, on average, 2.3 times as much on arming their borders as they are on climate finance. This figure is as high as 15 times as much for the worst offenders. This “Global Climate Wall” aims to seal off powerful countries from migrants, rather than addressing the causes of displacement.

    #climate_change #borders #critical_border_studies

  • * COP26 : à Glasgow, des militants affichent des portraits d’Emmanuel Macron à l’envers pour dénoncer son « discours hypocrite »
    https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/cop26/cop26-a-glasgow-des-militants-affichent-des-portraits-d-emmanuel-macron

    Les militants d’ANV-COP21 se sont retrouvés tôt ce lundi pour une action au bord du fleuve Clyde, à Glasgow.


    Des militants d’ANV-COP21 déploient une banderole "Urgence climatique, Macron coupable" devant les bâtiments de la COP26 à Glasgow (Royaume-Uni), le 1er novembre 2021. (CAMILLE ADAOUST / FRANCEINFO)

    Des portraits d’Emmanuel Macron, la tête à l’envers, devant l’entrée de la COP26. A quelques heures de l’arrivée du président français à Glasgow (Royaume-Uni), des militants d’ANV-COP21 ont mené une action sur place, lundi 1er novembre. Tôt ce lundi, au bord du fleuve Clyde, ils étaient plus d’une dizaine à déployer une bannière jaune à l’inscription rouge "Urgence climatique, Macron coupable". Après avoir fait brûler quelques fumigènes, s’attirant la colère des riverains, ils se sont dirigés vers les bâtiments abritant les négociations internationales, de l’autre côté du fleuve. Tous tenaient un portrait officiel d’Emmanuel Macron décroché dans une mairie, dans le cadre d’une opération que le groupe mène depuis plusieurs années. 

    « Emmanuel Macron se met en scène, il se présente comme le champion de la Terre. Mais la seule chose dont il est champion, c’est des grands discours », dénonce Marie Cohuet, porte-parole d’ANV-COP21, auprès de franceinfo. Sur un fond musical reprenant le slogan du président « Make our planet great again » ("rendre à notre planète sa grandeur"), elle regrette le "discours hypocrite" du président pour faire face à la crise climatique : "Il cherche à verdir son image à l’approche de l’élection présidentielle. Mais c’est en contradiction avec ses vraies mesures, comme la loi Climat, qui n’a repris que 10% des mesures proposées par la Convention citoyenne", cite-t-elle.

    #en_vedette #macron #emmanuel_macron #gouvernement_macron #portraits #décrocheur·euses #désobéissance_civile #décrocheur #décrocheurs #climat #écologie #Urgence_climatique

  • #Marc_Muller : limites physiques de la transition ; mauvaise nouvelle : ça va péter.

    On ne parle presque que de #climat et de #transition_énergétique au quotidien. Cela donne l’impression que le mouvement est en marche et que nous allons y arriver. Les gouvernements occidentaux misent sur le #Zéro_Net_Carbone en 2050 (plus d’émissions du tout) et cela semble jouable. C’est l’objectif de l’#accord_de_Paris.

    Sur invitation des actionnaires du #Groupe_E, je m’amuse à faire le tour de quelques-unes de nos activités en appliquant le Zéro Net Carbone 2050. Je vous le livre (démonstration dans la vidéo) : grand nombre de nos activités devront disparaître car nous n’avons simplement pas assez d’énergies renouvelables. Ce sont les limites physiques que nous impose notre petite planète.

    Les #éco-carburants, les #carburants_de_synthèses, l’#hydrogène et l’#avion propre ne sont que du #greenwashing sans aucun fondement physique. A force de répéter que ces solutions vont arriver, on pourrait presque croire que c’est vrai. Pourtant ça ne l’est pas.

    Or, les tensions entre ceux qui l’ont compris et ceux qui s’évertuent à prétendre qu’on pourra changer sans rien changer ne fait que se tendre. Je vous livre ici mon intuition : ça va péter. Ca va péter entre les générations, ça va péter entre les manifestants et les gouvernements et ça va péter entre ceux qui veulent que ça change maintenant et ceux qui continuent à nier les lois de la physique.

    Ce ne sera pas la faute des jeunes, des écolos, ou des scientifiques, mais bien la conséquence de la non-action de tous les autres.

    Démonstration en 20 minutes chrono !

    https://www.youtube.com/watch?v=HR-sZlRqpPk

    Via #Tristan_Nitot sur Twitter

    Quand un ingénieur en énergie explique aux actionnaires d’un groupe d’énergie suisse ce qui va se passer avec franchise, ça fait du bien, beaucoup de bien

    https://twitter.com/nitot/status/1453690786420252673

  • Xi calls for stronger global actions on climate change - Washington’s attack diverts attention from US failure
    https://www.globaltimes.cn/page/202111/1237871.shtml

    By Shan Jie and Zhao Yusha
    Published: Nov 01, 2021 10:54 PM

    Chinese President Xi Jinping on Monday called on all parties to take stronger actions to jointly tackle the climate challenge in a written statement for the World Leaders Summit at the 26th session of the Conference of the Parties (COP26) to the United Nations Framework Convention on Climate Change, which is being held in Glasgow from Monday to Tuesday.

    To respond to climate change and revive the world economy, Xi made a three-pronged proposal to address climate challenge, including upholding multilateral consensus, focusing on concrete actions, and accelerating the green transition.

    Parties need to honor their commitments, set realistic targets and visions, and do their best according to national conditions to deliver their climate action measures. Developed countries should not only do more themselves, but should also provide support to help developing countries do better, Xi noted.

    He added that China will speed up the green and low-carbon energy transition, vigorously develop renewable energy, and plan and build large wind and photovoltaic power stations.

    Xi said the country will roll out specific implementation plans for key areas such as energy, industry, construction and transport, and for key sectors such as coal, electricity, iron and steel, and cement, as well as supporting measures in terms of science and technology, carbon sink, fiscal and taxation, and financial incentives.

    “These measures will form a ’1+N’ policy framework for delivering carbon peak and carbon neutrality, with clearly-defined timetable, roadmap and blueprint,” he added.

    Just before countries sit down for talks, the US leader, a country that angered the world with its flip-flop on the climate issue, disappointed allies and developing countries for failing to fulfill many of its pledges, and name-calling China and Russia for “not showing up” on climate change commitments.

    When analysts snubbed Washington’s trick of diverting the world’s attention from its own failure by pointing a finger at others, they also warned the US that the climate issue is not for staging a political show. Whoever seeks leadership on this issue must commit action, instead of playing lip service.

    More than 120 leaders will speak Monday in the very same city of the COP26 climate talks, where they will set the tone for two weeks of negotiations, CNN reported.

    The Global Times learned that a Chinese delegation of approximately 50 people, including Xie Zhenhua, China’s Special Envoy for Climate Change, will be participating in COP26 talks, though smaller than previous delegations.

    The Chinese delegation has three items on its agenda: finalize the last remaining piece of the Paris Agreement rulebook; finance poor countries in dealing with global warming; and talk to certain countries to take more action.

    British Prime Minister Boris Johnson (left) and UN Secretary-General Antonio Guterres (right) greet French President Emmanuel Macron as they arrive for day two of COP26 on November 1, 2021 in Glasgow, Scotland. The conference will run for two weeks, ending on November 12. Photo: VCG
    British Prime Minister Boris Johnson (left) and UN Secretary-General Antonio Guterres (right) greet French President Emmanuel Macron as they arrive for day two of COP26 on November 1, 2021 in Glasgow, Scotland. The conference will run for two weeks, ending on November 12. Photo: VCG

    Rebutting Biden

    At the close of the two-day G20 leaders’ summit in Rome, US President Joe Biden singled out China and Russia, saying that “with regard to the disappointment, the disappointment relates to the fact that … not only Russia but China basically didn’t show up in terms of any commitments to deal with climate change.”

    “More has to be done,” Biden rumbled on. “But it’s going to require us to continue to focus on what China’s not doing, what Russia’s not doing and what Saudi Arabia is not doing.”

    In response, Wang Wenbin, spokesperson of China’s Ministry of Foreign Affairs, said that China’s target of achieving peak emissions by 2030 and carbon neutrality by 2060 marks the world’s highest reduction in carbon emissions intensity and the shortest time in achieving the goal of going from carbon peak to carbon neutrality in global history.

    It took the EU 71 years, the US 43 years, and Japan 37 years to move from carbon peak to carbon neutrality, while China leaves itself with merely 30 years, Wang said, pointing out that during the 200 years of industrialization, the developed world has “unshakable” historical responsibility for greenhouse emissions.

    For instance, the US historical emissions per capita is eight times that of China’s, and the US rejection to ratify the Kyoto Protocol and withdrawal from the Paris agreement have “severely impaired the confidence and efficiency of global cooperation on climate change.”

    An anonymous official from the Chinese delegation to COP26 said that climate change should not be a topic for geopolitical rivalry, but a boost for cooperation; and he hopes certain countries won’t link it with geopolitics.

    Yang Fuqiang, a research fellow at Peking University’s Research Institute for Energy, described Biden’s attack on China, Russia and Saudi Arabia as an “attack in the way of defense” approach to divert the world’s attention to US backpedaling.

    Since Biden took office, he has been talking aloud about a US comeback to the global climate issue, and deems COP26 as his chance of shoring up global leadership in tackling global warming. Yet he arrived with his plan of spending $555 billion on cutting greenhouse gas emissions waiting for congressional approval.

    Developing countries criticized the US and other rich countries for falling short of the $100 billion a year to help developing countries fight climate change until at least 2023, a key part of the 2015 Paris climate accord.

    Yang pointed out that the most direct way for Washington to show its commitment to joining the global effort to battle global warming is to fork over the money it promised, and make up the few years’ gap when it suddenly left the Paris agreement.

    Lü Xiang, a research fellow at the Chinese Academy of Social Sciences in Beijing, said that aside from money, technology transfer is also crucial for rich countries to help their developing counterparts. Biden barely mentioned technology transfer in helping poorer countries tackle greenhouse emissions. Judging by Washington’s more and more restrictive technology policy, developing countries cannot count on the US to help them technologically, Lü said.

    He said those big words with little action have exposed US hypocrisy on climate issues.

    Political agenda

    Lü said that the US and some Western countries have clearly let their political agenda override climate issues at COP26. For the US, for instance, since Biden has done very little to push forward domestic legislation, nor has he achieved a major diplomatic victory, he considers backing the Paris agreement and climate issue as the only breakthroughs he can tout, Lü said.

    Hours before world leaders spoke at COP26, the White House on Monday issued an article entitled “President Biden Renews U.S. Leadership on World Stage at U.N. Climate Conference (COP26).”

    “President Biden will outline the bold steps his administration is taking in his whole-of-government approach to combat climate change, underscore how bold action delivers economic prosperity and peace and security, and rally countries from every corner of the world to step up their ambition and confront this existential threat during a decisive decade,” the article said.

    However, US credibility on the climate issue was already undermined by its backpedal on climate accords; and its inability to fulfill its promises stands against the world’s efforts to achieve climate goals, said experts, noting that the climate issue is not for a political show. “The world is tired of hollow promises. Those who really want to take leadership must do more than play lip service,” Yang said.

    #climat #impérialisme #USA #Chine #Russie

  • L’industrie de la #sécurité tire profit de la crise climatique

    Les pays riches, pires contributeurs au #changement_climatique, dépensent bien plus d’argent à renforcer leurs #frontières qu’à contribuer au #développement des pays pauvres : c’est ce qu’a étudié un rapport du Transnational Institute. Les habitants de ces pays sont pourtant les premières victimes de l’alliance occidentale entre business du #pétrole et de la sécurité.

    Le changement climatique est bon pour le #business. Du moins celui de la sécurité. C’est ce que démontre un #rapport publié ce lundi 25 octobre par l’organisation de recherche et de plaidoyer Transnational Institute. Intitulé « un mur contre le climat », il démontre que les pays les plus riches dépensent bien plus pour renforcer leurs frontières contre les migrants que pour aider les pays pauvres, d’où ils viennent, à affronter la crise climatique.

    Il décortique les #dépenses, dans ces deux domaines, des sept pays riches historiquement les plus émetteurs de gaz à effet de serre que sont les États-Unis, l’Allemagne, la France, le Japon, l’Australie, le Royaume-Uni et le Canada. Ils sont à eux sept responsables de 48 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Le Brésil, la Chine et la Russie, qui font partie des dix plus gros émetteurs aujourd’hui, ne sont pas inclus car, s’étant enrichis beaucoup plus récemment, ils ne sont pas considérés comme des responsables historiques.

    2,3 fois plus de dollars pour repousser les migrants que pour le climat

    Pour les États étudiés, les auteurs ont regardé leur contribution au « #financement_climatique » : prévu par les négociations internationales sur le climat, il s’agit de fonds que les pays riches s’engagent à verser aux pays dits en développement pour les aider à faire face à la crise climatique. Ils ont ensuite traqué les sommes allouées par chaque pays aux contrôles frontaliers et migratoires. Résultat : entre 2013 et 2018, ces sept pays ont en moyenne dépensé chaque année au moins 2,3 fois plus pour repousser les migrants (33,1 milliards de dollars) que pour contribuer au financement climatique (14,4 milliards de dollars). Et encore, les auteurs du rapport signalent que les pays riches ont tendance à surestimer les sommes allouées au financement climatique.

    Une disproportion encore plus criante quand on regarde en détail. Le Canada a dépensé 15 fois plus, l’Australie 13,5 fois plus, les États-Unis 10,9 fois plus. À noter que ces derniers sont en valeur absolue les plus dépensiers, ils ont à eux seuls mis 19,6 milliards dans la sécurité de leurs frontières sur la période, soit 59 % de la somme totale allouée par les sept pays réunis.

    Le cas des pays européens est moins explicite. La France pourrait avoir l’air de bon élève. A priori, elle dépense moins dans les contrôles aux frontières (1 milliard) que dans le financement climatique (1,6 milliard). Idem pour l’Allemagne (3,4 milliards dans la militarisation des frontières contre 4,4 milliards dans le financement climatique). Mais ce serait oublier qu’une grande partie des dépenses sécuritaires est déportée au niveau de l’Union européenne et de l’agence de contrôle des frontières Frontex. Celle-ci a vu son budget exploser, avec une augmentation de 2 763 % entre 2006 et 2021.

    Cet argent est très concrètement dépensé dans diverses #technologies#caméras, #drones, systèmes d’#identification_biométriques, et dans l’embauche de #gardes-frontières et de #gardes-côtes. « Il y a aussi une #externalisation, avec par exemple l’Union européenne qui conclue des accords avec les pays d’Afrique du Nord et des régimes totalitaires, pour qu’ils empêchent les migrants d’arriver jusqu’à leurs frontières », décrit Nick Buxton, un des auteurs du rapport interrogé par Reporterre. Ces partenariats contribuent à la multiplication des murs anti-migrants partout dans le monde. « La plupart des grands constructeurs de murs du monde ont reçu une aide des programmes d’externalisation de l’Union européenne ou des États-Unis (ou des deux, dans le cas de la Jordanie, du Maroc et de la Turquie) », pointe le rapport.

    L’édification de ces murs empêche-t-elle les pays riches de voir le drame qui se déroule derrière ? À travers divers exemples, les auteurs tentent de montrer l’injustice de la situation : en Somalie, à la suite d’une catastrophe climatique en 2020, un million de personnes ont dû se déplacer. Pourtant, le pays n’est responsable que « de 0,00027 % du total des émissions depuis 1850. » Au Guatemala, l’ouragan Eta ainsi que les inondations fin 2020 ont provoqué le déplacement de 339 000 personnes. Le pays « a été responsable de seulement 0,026 % des émissions de gaz à effet de serre ». Nombre de ces migrants Guatémaltèques tentent désormais d’atteindre les États-Unis, responsables à eux seuls de 30,1 % des émissions depuis 1850.

    Pourtant, parmi les pays riches, « les stratégies nationales de #sécurité_climatique, depuis le début des années 2000, ont massivement présenté les migrants comme des « menaces » et non comme les victimes d’une injustice », indique la synthèse du rapport. Le 11 septembre 2001, en particulier, a accéléré la tendance. Qui s’est maintenue : les budgets de militarisation des frontières ont augmenté de 29 % entre 2013 et 2018. Une orientation politique mais aussi financière, donc, saluée par l’industrie de la sécurité et des frontières.
    Taux de croissance annuel : 5,8 %

    « Des prévisions de 2019 de ResearchAndMarkets.com annonçaient que le marché de la sécurité intérieure des États allait passer de 431 milliards de dollars en 2018 à 606 milliards en 2024, avec un taux de croissance annuel de 5,8 % », indique le rapport. Une des raisons majeures invoquée étant « l’augmentation des catastrophes naturelles liées au changement climatique ». Il cite également la sixième entreprise mondiale en termes de vente de matériel militaire, Raytheon. Pour elle, l’augmentation de la demande pour ses « produits et services militaires […] est le résultat du changement climatique ».

    Transnational Institute, qui travaille sur cette industrie depuis un certain temps, a ainsi calculé qu’aux États-Unis, entre 2008 et 2020, les administrations de l’immigration et des frontières « ont passé plus de 105 000 contrats d’une valeur de 55 milliards de dollars avec des entreprises privées. » Si le mur de Trump a défrayé la chronique, « Biden n’est pas mieux », avertit Nick Buxton. « Pour financer sa campagne, il a reçu plus d’argent de l’industrie de la sécurité des frontières que Trump. »

    L’Union européenne aussi a droit à son lobbying. « Ces entreprises sont présentes dans des groupes de travail de haut niveau, avec des officiels de l’UE. Ils se rencontrent aussi dans les salons comme celui de Milipol », décrit Nick Buxton.

    #Pétrole et sécurité partagent « le même intérêt à ne pas lutter contre le changement climatique »

    Le rapport souligne également les liens de cette industrie de la sécurité avec celle du pétrole. En résumé, il décrit comment les majors du pétrole sécurisent leurs installations en faisant appel aux géants de la sécurité. Mais il souligne aussi que les conseils d’administration des entreprises des deux secteurs ont beaucoup de membres en commun. Des liens concrets qui illustrent, selon Nick Buxton, le fait que « ces deux secteurs ont le même intérêt à ne pas lutter contre le changement climatique. L’industrie pétrolière car cela va à l’encontre de son business model. L’industrie de la sécurité car l’instabilité provoquée par la crise climatique lui apporte des bénéfices. »

    Autant d’argent dépensé à protéger les énergies fossiles et à refouler les migrants, qui « ne fait que maintenir et générer d’immenses souffrances inutiles » dénonce le rapport. Les pays riches avaient promis d’atteindre 100 milliards de financements climatiques annuels pour les pays en développement d’ici 2020. En 2019, ils n’en étaient qu’à 79,6 milliards selon l’OCDE. Et encore, ce chiffre est très surévalué, estime l’ONG Oxfam, qui en déduisant les prêts et les surévaluations aboutit à environ trois fois moins. C’est cette estimation que les experts du Transnational Institute ont adoptée.

    « Il est évident que les pays les plus riches n’assument pas du tout leur responsabilité dans la crise climatique », conclut donc le rapport. Il prône des investissements dans la lutte contre le changement climatique, et des aides pour que les pays les plus pauvres puissent gérer dignement les populations contraintes de se déplacer. À l’inverse, le choix de la militarisation est « une stratégie vouée à l’échec, même du point de vue de l’intérêt personnel des pays les plus riches, car elle accélère les processus d’instabilité et de migration induite par le climat dont ils s’alarment. »

    https://reporterre.net/L-industrie-de-la-securite-tire-profit-de-la-crise-climatique

    #complexe_militaro-industriel #climat

    –-

    déjà signalé ici par @kassem
    https://seenthis.net/messages/934692

    • Global Climate Wall. How the world’s wealthiest nations prioritise borders over climate action

      This report finds that the world’s biggest emitters of green house gases are spending, on average, 2.3 times as much on arming their borders as they are on climate finance. This figure is as high as 15 times as much for the worst offenders. This “Global Climate Wall” aims to seal off powerful countries from migrants, rather than addressing the causes of displacement.

      Executive summary

      The world’s wealthiest countries have chosen how they approach global climate action – by militarising their borders. As this report clearly shows, these countries – which are historically the most responsible for the climate crisis – spend more on arming their borders to keep migrants out than on tackling the crisis that forces people from their homes in the first place.

      This is a global trend, but seven countries in particular – responsible for 48% of the world’s historic greenhouse gas (GHG) emissions – collectively spent at least twice as much on border and immigration enforcement (more than $33.1 billion) as on climate finance ($14.4 billion) between 2013 and 2018.

      These countries have built a ‘Climate Wall’ to keep out the consequences of climate change, in which the bricks come from two distinct but related dynamics: first, a failure to provide the promised climate finance that could help countries mitigate and adapt to climate change; and second, a militarised response to migration that expands border and surveillance infrastructure. This provides booming profits for a border security industry but untold suffering for refugees and migrants who make increasingly dangerous – and frequently deadly – journeys to seek safety in a climate-changed world.
      Key findings:

      Climate-induced migration is now a reality

      - Climate change is increasingly a factor behind displacement and migration. This may be because of a particular catastrophic event, such as a hurricane or a flash flood, but also when the cumulative impacts of drought or sea-level rise, for example, gradually make an area uninhabitable and force entire communities to relocate.
      – The majority of people who become displaced, whether climate-induced or not, remain in their own country, but a number will cross international borders and this is likely to increase as climate-change impacts on entire regions and ecosystems.
      – Climate-induced migration takes place disproportionately in low-income countries and intersects with and accelerates with many other causes for displacement. It is shaped by the systemic injustice that creates the situations of vulnerability, violence, precarity and weak social structures that force people to leave their homes.

      Rich countries spend more on militarising their borders than on providing climate finance to enable the poorest countries to help migrants

      – Seven of the biggest emitters of GHGs – the United States, Germany, Japan, the United Kingdom, Canada, France and Australia – collectively spent at least twice as much on border and immigration enforcement (more than $33.1 billion) as on climate finance ($14.4 billion) between 2013 and 2018.1
      - Canada spent 15 times more ($1.5 billion compared to around $100 million); Australia 13 times more ($2.7 billion compared to $200 million); the US almost 11 times more ($19.6 billion compared to $1.8 billion); and the UK nearly two times more ($2.7 billion compared to $1.4 billion).
      - Border spending by the seven biggest GHG emitters rose by 29% between 2013 and 2018. In the US, spending on border and immigration enforcement tripled between 2003 and 2021. In Europe, the budget for the European Union (EU) border agency, Frontex, has increased by a whopping 2763% since its founding in 2006 up to 2021.
      - This militarisation of borders is partly rooted in national climate security strategies that since the early 2000s have overwhelmingly painted migrants as ‘threats’ rather than victims of injustice. The border security industry has helped promote this process through well-oiled political lobbying, leading to ever more contracts for the border industry and increasingly hostile environments for refugees and migrants.
      - Climate finance could help mitigate the impacts of climate change and help countries adapt to this reality, including supporting people who need to relocate or to migrate abroad. Yet the richest countries have failed even to keep their pledges of meagre $100 billion a year in climate finance. The latest figures from the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) reported $79.6 billion in total climate finance in 2019, but according to research published by Oxfam International, once over-reporting, and loans rather than grants are taken into account, the true volume of climate finance may be less than half of what is reported by developed countries.
      – Countries with the highest historic emissions are fortifying their borders, while those with lowest are the hardest hit by population displacement. Somalia, for example, is responsible for 0.00027% of total emissions since 1850 but had more than one million people (6% of the population) displaced by a climate-related disaster in 2020.

      The border security industry is profiteering from climate change

      - The border security industry is already profiting from the increased spending on border and immigration enforcement and expects even more profits from anticipated instability due to climate change. A 2019 forecast by ResearchAndMarkets.com predicted that the Global Homeland Security and Public Safety Market would grow from $431 billion in 2018 to $606 billion in 2024, and a 5.8% annual growth rate. According to the report, one factor driving this is ‘climate warming-related natural disasters growth’.
      – Top border contractors boast of the potential to increase their revenue from climate change. Raytheon says ‘demand for its military products and services as security concerns may arise as results of droughts, floods, and storm events occur as a result of climate change’. Cobham, a British company that markets surveillance systems and is one of the main contractors for Australia’s border security, says that ‘changes to countries [sic] resources and habitability could increase the need for border surveillance due to population migration’.
      – As TNI has detailed in many other reports in its Border Wars series,2 the border security industry lobbies and advocates for border militarisation and profits from its expansion.

      The border security industry also provides security to the oil industry that is one of main contributors to the climate crisis and even sit on each other’s executive boards

      - The world’s 10 largest fossil fuel firms also contract the services of the same firms that dominate border security contracts. Chevron (ranked the world’s number 2) contracts with Cobham, G4S, Indra, Leonardo, Thales; Exxon Mobil (ranking 4) with Airbus, Damen, General Dynamics, L3Harris, Leonardo, Lockheed Martin; BP (6) with Airbus, G4S, Indra, Lockheed Martin, Palantir, Thales; and Royal Dutch Shell (7) with Airbus, Boeing, Damen, Leonardo, Lockheed Martin, Thales, G4S.
      – Exxon Mobil, for example, contracted L3Harris (one of the top 14 US border contractors) to provide ‘maritime domain awareness’ of its drilling in the Niger delta in Nigeria, a region which has suffered tremendous population displacement due to environmental contamination. BP has contracted with Palantir, a company that controversially provides surveillance software to agencies like the US Immigration and Customs Enforcement (ICE), to develop a ‘repository of all operated wells historical and real time drilling data’. Border contractor G4S has a relatively long history of protecting oil pipelines, including the Dakota Access pipeline in the US.
      - The synergy between fossil fuel companies and top border security contractors is also seen by the fact that executives from each sector sit on each other’s boards. At Chevron, for example, the former CEO and Chairman of Northrop Grumman, Ronald D. Sugar and Lockheed Martin’s former CEO Marilyn Hewson are on its board. The Italian oil and gas company ENI has Nathalie Tocci on its board, previously a Special Advisor to EU High Representative Mogherini from 2015 to 2019, who helped draft the EU Global Strategy that led to expanding the externalisation of EU borders to third countries.

      This nexus of power, wealth and collusion between fossil fuel firms and the border security industry shows how climate inaction and militarised responses to its consequences increasingly work hand in hand. Both industries profit as ever more resources are diverted towards dealing with the consequences of climate change rather than tackling its root causes. This comes at a terrible human cost. It can be seen in the rising death toll of refugees, deplorable conditions in many refugee camps and detention centres, violent pushbacks from European countries, particularly those bordering the Mediterranean, and from the US, in countless cases of unnecessary suffering and brutality. The International Organization for Migration (IOM) calculates that 41,000 migrants died between 2014 and 2020, although this is widely accepted to be a significant underestimate given that many lives are lost at sea and in remote deserts as migrants and refugees take increasingly dangerous routes to safety.

      The prioritisation of militarised borders over climate finance ultimately threatens to worsen the climate crisis for humanity. Without sufficient investment to help countries mitigate and adapt to climate change, the crisis will wreak even more human devastation and uproot more lives. But, as this report concludes, government spending is a political choice, meaning that different choices are possible. Investing in climate mitigation in the poorest and most vulnerable countries can support a transition to clean energy – and, alongside deep emission cuts by the biggest polluting nations – give the world a chance to keep temperatures below 1.5°C increase since 1850, or pre-industrial levels. Supporting people forced to leave their homes with the resources and infrastructure to rebuild their lives in new locations can help them adapt to climate change and to live in dignity. Migration, if adequately supported, can be an important means of climate adaptation.

      Treating migration positively requires a change of direction and greatly increased climate finance, good public policy and international cooperation, but most importantly it is the only morally just path to support those suffering a crisis they played no part in creating.

      https://www.tni.org/en/publication/global-climate-wall

  • Émissions de #CO2 | Les #pétrolières accusées de tromper le public | La Presse
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-10-28/emissions-de-co2/les-petrolieres-accusees-de-tromper-le-public.php

    […] les investissements proposés en septembre par Chevron représentent par exemple moins de 10 % des dépenses que le groupe prévoit d’effectuer chaque année pour se développer.

    #climat

  • Crise climatique : un mur de sept mètres pour protéger les riches propriétés à Sydney
    https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/inegalite-climatique-un-mur-de-sept-metres-pour-proteger-les-plus-riches-a-

    Pour protéger leur propriété en bord de mer des tempêtes, des résidents ont investi des centaines de milliers de dollars pour construire un mur de sept mètres de haut. Quitte à dénaturer et fragiliser la plage publique, dénoncent les opposants au projet. Si les populations les plus riches sont les plus responsables du réchauffement climatique, elles sont aussi celles qui peuvent le plus facilement s’adapter à ses conséquences. 

    La plage de Collaroy, à Sydney en Australie se fracture. Un mur de sept mètres de haut est actuellement en cours de construction sur le rivage australien. D’un côté, 49 riches propriétés menacées par les tempêtes et l’érosion de la côte. De l’autre, la plage, et les autres résidents, dont certains s’offusquent de voir le rivage dénaturé alors que les premières pierres du rempart de 1,3 kilomètre de long ont été posées en décembre 2020.

    Pour engager la construction du chantier, chacun des propriétaires a déboursé 300 000 dollars, rapporte le quotidien britannique Guardian qui a chroniqué l’affaire. De quoi assurer 80% du coût total. Le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud et le Conseil des plages du Nord se sont engagés à compléter la facture. . . . . .

    #Australie #riches #plages #climat #effondrement #catastrophe #it_has_begun #collapsologie #changement_climatique #capitalocène #fin_du_monde #écologie #environnement #capitalisme

  • Top Court Takes Up Climate Challenge in Pre-Summit Jolt to Biden - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-10-29/supreme-court-will-hear-bid-to-curb-epa-s-climate-change-powers

    Limiter l’autorité d’un ministère avec déjà un pouvoir limité au départ.

    The U.S. Supreme Court will consider limiting the Environmental Protection Agency’s authority to curb greenhouse gases from power plants, agreeing to hear appeals from coal-mining companies and Republican-led states.

    The appeals seek to prevent President Joe Biden’s administration from imposing the type of sweeping emissions rules the #EPA tried to put in place when fellow Democrat Barack Obama was president. The Supreme Court put Obama’s Clean Power Plan on hold in February 2016, and it never took effect.

    #climat #états-unis et ça revendique à grands cris le #leadership

  • L’industrie de la sécurité tire profit de la crise climatique
    https://reporterre.net/L-industrie-de-la-securite-tire-profit-de-la-crise-climatique

    Le changement climatique est bon pour le #business. Du moins celui de la #sécurité. C’est ce que démontre un rapport publié ce lundi 25 octobre par l’organisation de recherche et de plaidoyer Transnational Institute. Intitulé « un #mur contre le #climat », il démontre que les pays les plus riches dépensent bien plus pour renforcer leurs frontières contre les #migrants que pour aider les pays pauvres, d’où ils viennent, à affronter la crise climatique.

    Il décortique les dépenses, dans ces deux domaines, des sept pays riches historiquement les plus émetteurs de gaz à effet de serre que sont les États-Unis, l’Allemagne, la France, le Japon, l’Australie, le Royaume-Uni et le Canada. Ils sont à eux sept responsables de 48 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Le Brésil, la Chine et la Russie, qui font partie des dix plus gros émetteurs aujourd’hui, ne sont pas inclus car, s’étant enrichis beaucoup plus récemment, ils ne sont pas considérés comme des responsables historiques.

    • La France pourrait avoir l’air de bon élève. A priori, elle dépense moins dans les contrôles aux frontières (1 milliard) que dans le financement climatique (1,6 milliard). Idem pour l’Allemagne (3,4 milliards dans la militarisation des frontières contre 4,4 milliards dans le financement climatique). Mais ce serait oublier qu’une grande partie des dépenses sécuritaires est déportée au niveau de l’Union européenne et de l’agence de contrôle des frontières Frontex. Celle-ci a vu son budget exploser, avec une augmentation de 2 763 % entre 2006 et 2021.

      #Frontex

  • Les sommets des Alpes verdissent… et certains beaucoup plus vite que d’autres | INEE
    https://www.inee.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/les-sommets-des-alpes-verdissent-et-certains-beaucoup-plus-vite-que-dautre

    C’est une conséquence moins connue des changements globaux qui sont en cours : depuis quelques décennies, les #plantes colonisent peu à peu les espaces de #haute_altitude et les sommets de nos montagnes verdissent. Une étude internationale, publiée dans Global Change Biology, permet pour la première fois de mieux comprendre ce phénomène à l’échelle des Alpes européennes grâce à l’utilisation d’images satellite.

    #climat #montagne #verdissement

  • Méga-projet climaticide en Arctique : Total mise sur le « greenwashing » - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/201021/mega-projet-climaticide-en-arctique-total-mise-sur-le-greenwashing

    Dans le Grand Nord russe, le groupe s’apprête à lancer une gigantesque #exploitation_gazière, alors qu’un rapport interne, obtenu par Mediapart, pointe la dimension #climaticide du #gaz. Après qu’Emmanuel Macron a évoqué le possible abandon du soutien public, #Total s’est lancé dans une opération de « #greenwashing ».

    #Arctique

  • Changement climatique : Total savait
    https://reporterre.net/Changement-climatique-Total-savait

    Un demi-siècle. Cela fait cinquante ans, au moins, que Total est au courant de l’existence du changement climatique, de ses causes et de ses conséquences. Mais la majeure pétrolière a longtemps nié ces alertes et semé le doute sur l’état des connaissances scientifiques afin d’extraire toujours plus de combustibles fossiles. Voilà les conclusions d’une étude menée par des chercheurs en sciences humaines sur le positionnement adopté par Total — et par Elf, absorbée par Total en 1999 — à l’égard de sa contribution au changement climatique ces cinq dernières décennies.

  • Ignorez les #enfants – Brûlez la planète
    http://carfree.fr/index.php/2021/10/14/ignorez-les-enfants-brulez-la-planete

    Samedi 9 octobre 2021, les arrêts de bus à #paris qui harcèlent continuellement les passants avec des #publicités sur la surconsommation, les voyages bon marché, les voitures et les combustibles Lire la suite...

    #Fin_de_l'automobile #Fin_du_pétrole #Pollution_automobile #Réchauffement_climatique #actions #activisme #climat #énergie #pétrole #SUV

  • Bordeaux, Anglet, Nice… À quoi pourraient ressembler les villes avec la montée des eaux ?
    https://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/anglet/bordeaux-anglet-nice-a-quoi-pourraient-ressembler-les-villes-avec-la-montee

    À quelques jours de la COP 26, des scientifiques tirent la sonnette d’alarme. À cause du réchauffement climatique, la montée des eaux va se poursuivre pendant plusieurs siècles

    Même si l’humanité parvient à limiter le réchauffement à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, le niveau des mers va monter pendant des siècles, inondant des villes actuellement habitées par un demi-milliard de personnes. C’est la mise en garde faite par plusieurs scientifiques ce mardi.

    Si la planète se réchauffe d’un demi-degré de plus, ce sont 200 millions de citadins supplémentaires qui seront ainsi régulièrement affectés par des inondations et rendus plus vulnérables lors des tempêtes, ont-ils écrit dans la revue “Environmental Research Letters”.

    #visualisation #climat

    On visualise sur différentes villes notamment Bordeaux, Anglet, Nice, la montée des eaux avec différents °C de réchauffement global.

  • The International Energy Agency publishes the detailed, global energy data we all need, but its funders force it behind #paywalls. Let’s ask them to change it. - Our World in Data
    https://ourworldindata.org/iea-open-data

    The #IEA provides crucial energy data that is not available elsewhere

    The statistical work of the IEA is of immense value. It is the only source of energy data that captures the full range of metrics needed to understand the global energy transition: from primary energy through to final energy use by sub-sector. It is the go-to source for most researchers and forms the basis of the energy systems modelling in the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) Assessment Reports.4 It is also heavily utilised in energy policy, collaborating with the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) on developments in energy data and analytics.

    Some alternative data sources on energy exist, but none come close to the coverage and depth of the IEA data. The BP Statistical Review of World Energy, published by the multinational oil and gas company BP is the most commonly used alternative. As a freely available dataset it is widely used in research and is where the IEA would want to be – ‘at the heart of the global dialogue on energy’. But as it is published by a private fossil fuel company it has some obvious drawbacks.

    #climat #données #paywall