• Bruxelles: le collectif “Design for everyone” adapte le mobilier urbain “anti-SDF” Guillaume Guilbert - 13 Novembre 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_bruxelles-le-collectif-design-for-everyone-adapte-le-mobilier-urbain-ant

    Des bancs publics équipés d’arceaux métalliques, des bancs avec des assises individuelles, des picots sur les appuis de fenêtre ou encore des places où il n’y a plus aucun banc public. Les membres du collectif « Design for everyone » dénoncent l’aspect excluant de certains éléments de mobilier urbain. D’après eux, certains choix en la matière traduisent une certaine vision de la société. Ils traquent donc ce type d’aménagements. Une équipe de Vews les a suivis lors d’une de leurs interventions.

    « On ne sait pas si c’est uniquement les politiques ou si c’est un choix des designers qui n’ont pas réfléchi plus loin, mais cela a clairement un impact sur le vivre-ensemble, sur la manière dont les gens peuvent se rencontrer, et sur la vision de la société qui doit être propre, nette et sécure, et surtout pas trop déranger », explique Charlotte.

    Avec Laurent, son compagnon, elle a fondé le collectif « Design for everyone ». « Tout est né il y a un an et demi, raconte-t-elle. A la fin du dispositif d’hiver pour les sans-abris, avec un autre collectif, on a décidé d’enlever des grilles à la gare du Midi. En-dessous du pont de la gare, une série de grilles ont été installées car de nombreux sans-abris dormaient à cet endroit. Lors de la visite d’Angela Merkel, les sans-abris ont été priés de partir et des grilles ont été placées. On s’est donc dit qu’il fallait les enlever car selon nous, elles ne sont pas une solution ».

    Pour la petite histoire, les grilles ont finalement été réinstallées, ce qui a donné lieu à un petit « jeu » entre le collectif et la Stib. Depuis, le collectif repère des aménagements urbains qui selon eux posent problème et intervient ensuite. Charlotte et Laurent nous ont reçus dans leur atelier le jour d’une intervention. C’est sur un banc à la station de métro Gare de l’ouest qu’ils ont décidé d’intervenir. 

    « On a repéré il y a quelques semaines un banc qui nous posait question de par son design, explique Laurent. Son design fait en sorte qu’il n’y a pas d’assise plane. Ils ont ajouté des arceaux en métal, c’est très design mais ça ne sert à rien, à part empêcher sans doute que quelqu’un puisse se coucher dessus. Nous, on veut que les gens se saisissent de la question donc on a construit une structure qui va s’adapter. On va la glisser sans abîmer le banc pour lui redonner cette assise plane ». 

    C’est donc parti pour l’intervention du jour. Nous les suivons discrètement à la station de métro Gare de l’ouest, à Molenbeek. L’action n’étant pas du tout officielle, il ne faut pas perdre de temps, au risque d’alerter la sécurité. Très rapidement, Charlotte et Laurent posent leur structure en bois sur le banc en question. Ils la fixent avec des colsons, afin de ne pas endommager le banc. 

    Provoquer le questionnement 
    Intrigués, certains passants observent la scène. Comme une signature, Charlotte et Laurent laissent un petit mot expliquant leur démarche, avant d’immortaliser leur action réussie pour partager l’info sur les réseaux sociaux. Car l’objectif, c’est bien de faire se questionner les gens sur l’aménagement du mobilier urbain et son impact sur la vie de quartier. « On a posé la structure, le reste ne nous appartient plus, explique Charlotte après l’intervention. Après, c’est aux gens à regarder, à s’imprégner du questionnement et se demander pourquoi cette structure est là ». 

    « Avec cette action, on ne veut pas fustiger les bancs de la Stib, enchaîne Laurent. Il y a aussi la multiplication des assises individuelles, des absences d’aménagement, l’absence de bancs est parfois tout aussi révélatrice que la présence d’arceaux sur les bancs. C’est un peu tout ça qu’on interroge : ces aménagements qui empêchent différents usages de l’espace public. On a l’impression que c’est fait à l’insu de la population et pourtant cela a un impact sur la cohésion sociale dans les quartiers, sur le fait que certaines personnes fréquentent tel ou tel endroit. Nous pensons que l’on doit se saisir de cette question ».

    Du mobilier urbain pour éloigner certaines populations comme les SDF ? La Strada, observatoire du secteur bruxellois de l’aide aux sans-abris, dit recevoir de plus en plus de plaintes concernant ce type de mobilier. Des plaintes émanant des professionnels de l’aide aux sans-abris plutôt que de ceux qui vivent vraiment dans la rue.

    Même constat du côté de Murat Karacaoglu, directeur de l’ASBL Pierre d’angle, centre d’accueil de jour et de nuit pour les sans-abris. « Cela peut être inquiétant si on généralise ce genre de système par rapport uniquement aux personnes sans-abris, admet-il. Je pense que l’action de ces citoyens qui s’engagent à remeubler l’espace public, c’est d’une importance capitale. Cela doit nous interroger sur la place des personnes en situation de précarité. En tant qu’acteurs du secteur, cela doit aussi nous interroger sur la réponse à apporter par rapport à ces éléments ». 

      #sdf #anti-sdf   #pauvreté   #sans-abris #sans-abri    #guerre_aux_pauvres    #espace_public #urbanisme    #mobilier_urbain    #prévention_situationnelle #designers #STIB #Molenbeek #cohésion_sociale #précarité #Bruxelles


  • Goldman Sachs prévoit les demi-finales pour la France - L’Équipe
    https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Goldman-sachs-prevoit-les-demi-finales-pour-la-france/909973

    Dans sa conclusion, #Goldman_Sachs, qui défend un credo libéral, lie le calendrier #politique en #France aux résultats des Bleus : « Une performance exceptionnelle de l’équipe de France en Russie pourrait contribuer à réduire les oppositions à ces #réformes grâce à une meilleure #cohésion_sociale derrière les Bleus. »


  • Comment faire de l’#archéologie un ciment pour fédérer les habitants
    http://www.lagazettedescommunes.com/510344/comment-faire-de-larcheologie-un-ciment-pour-federer-les-habitants/#utm_source=quotidien

    Barbares et fiers de l’être ! A #Saint-Dizier, on aime l’archéologie, et toute l’année. Cet engouement est le résultat du choix de la commune de miser sur l’archéologie comme vecteur de #cohésion_sociale et levier de développement. Stéphane Lahierre, adjoint au conservateur du Musée de Saint-Dizier n’en revient toujours pas ! « fédérer la population autour de son histoire mérovingienne, ce n’était pas gagné », lâche-t-il. La commune y est pourtant parvenue.


  • Is #Theresa_May a threat to a cohesive society ?

    Theresa May, the Home Secretary, says that “cohesion” is “impossible” with high levels of migration. This is factually wrong. This kind of statement is itself a threat to a peaceful society in which everyone can live safely and well.

    https://mappingimmigrationcontroversy.com/2015/10/06/theresa-may-may-be-a-threat-to-a-cohesive-society
    #cohésion_sociale #migrations #asile #réfugiés
    –-> un texte de 2015, qui resurgit sur twitter au moment de l’annonce de la nouvelle PM britannique (sic)


  • Que faire ? (II) : Répartir plus équitablement les richesses et les efforts, par Michel Leis
    Sur le blog de Paul Jorion, 20 Janvier 2016

    S’il est bien une question qui revient de manière récurrente, c’est le quoi faire. Cette série de billets propose quelques solutions et synthétise un projet de livre : « 2017, programme sans candidat » pour lequel je cherche un éditeur (à bon entendeur, salut !). Je tiens à préciser que ces propositions reflètent une analyse et une vision qui n’est pas forcément partagée par tous les intervenants du blog de Paul Jorion.

    La classe moyenne aura été un puissant vecteur de la cohésion sociale. Elle fut la classe des potentialités, celle qui disposait encore d’un peu d’argent après les dépenses contraintes et qui pouvait arbitrer entre épargne et consommation. Il lui était toutefois impossible de réaliser les deux simultanément, sauf à acheter son logement. Elle était un espace où pouvait s’exprimer une certaine qualité de vie, quand le plaisir et la sécurité s’ajoutaient à l’indispensable. Elle fut un lieu de transition, aspiration des classes populaires qui espéraient bénéficier de cette qualité de vie et étape intermédiaire dans la quête d’une meilleure position sociale.

    Ce billet s’ouvre par l’emploi du passé, les classes moyennes sont prises dans la nasse. L’arbitrage des revenus est de plus en plus contraint, sauf peut-être pour les ménages les plus âgés ayant accédé à la propriété et qui ont fini de payer leur logement.

    L’indexation des salaires a disparu, le partage de la Valeur ajoutée s’opère en faveur du capital. Les dépenses contraintes augmentent : hausses de l’immobilier, recours au crédit, consommation par abonnement. L’austérité qui gagne sournoisement du terrain depuis des décennies impacte fortement la classe moyenne qui ne bénéficie pas ou peu des avantages sociaux. On peut citer la santé, entre des traitements de plus en plus onéreux que les mutuelles répercutent sur leurs adhérents et le déremboursement partiel des médicaments. La part relative des dépenses de santé dans le budget des ménages a quasiment doublé en cinquante ans. Le coût de l’éducation tend aussi à mobiliser une part croissante du revenu, alors que les possibilités d’ascension sociale sont de plus en plus limitées. Les stratégies de dépassement des limites du système scolaire coûtent cher, les savoir-faire se banalisent, les études ne garantissent plus une progression sociale pour les générations suivantes. Toutes ces contraintes cumulées conduisent à cette lente réduction de la capacité à arbitrer. La classe moyenne se réduit, sans que le revenu n’ait besoin de baisser.

    Pour les classes populaires, la problématique est similaire, elles sont en première ligne pour les contraintes salariales, la raréfaction de l’emploi fait exploser le chômage, les ménages avec deux adultes en CDI deviennent rares. Les aides sociales sont insuffisantes, les contraintes budgétaires en matière de santé, d’éducation ou de dépenses pré-engagées sont les mêmes que pour la classe moyenne auquel il est de plus en plus difficile d’accéder. À la société en sablier pourrait bien succéder une société polarisée entre richesse et pauvreté.

    La concentration des richesses qui s’accélère en ce début de 21e Siècle s’accommode mal de cette masse d’individus qui souhaite préserver un bien-être et un confort matériel difficilement acquis. Le contexte qui a présidé au saupoudrage de la richesse change peu à peu : la valeur se crée sur d’autres formes de consommation, la rareté relative de la main-d’œuvre qualifiée n’est plus de mise. Dans ces conditions, pourquoi continuer à nourrir les rêves de cette classe intermédiaire quand sa capacité à consommer l’intégralité de son revenu est sa seule valeur ajoutée ? Pour la caste dominante, il est temps d’enterrer les classes moyennes et populaires et leurs aspirations devenues obsolètes.

    Ce constat est inacceptable. Il est indispensable de recréer des potentialités pour les classes moyennes et populaires, de lutter contre ce dissensus social croissant qui menace la cohésion de la société dans son ensemble. Plusieurs propositions permettent d’agir efficacement. En premier lieu, la refonte complète de l’impôt sur le revenu doit améliorer le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires et mieux partager les efforts. Le deuxième point est de rétablir l’indexation automatique des salaires et favoriser un meilleur partage entre travail et capital. Ensuite, il faut agir sur les dépenses, à la fois pour faire baisser certains postes qui représentent une part croissante du budget des ménages, mais aussi pour orienter les achats vers une consommation plus responsable. Enfin, il faut remettre en marche l’ascenseur social et favoriser l’épanouissement dans et hors du travail.

    La refonte de l’impôt sur le revenu des personnes physiques est une condition préalable à la fiscalisation des cotisations sociales que nous avons déjà évoquée dans le billet consacré à l’emploi. La base de calcul serait constituée des revenus bruts, pour les salariés, c’est-à-dire le salaire brut en haut de la feuille de paie, avec prélèvement de l’impôt à la source. Les montants collectés sur tous les types de revenus seront en partie affectés au financement de la protection sociale. Pour les revenus les plus bas, le taux de prélèvement serait sensiblement inférieur aux anciennes cotisations sociales, ce qui permettrait d’améliorer le pouvoir d’achat, de rééquilibrer les efforts et de limiter l’impact des politiques de réduction du temps de travail. Les revenus du capital donneront lieu à un paiement d’acompte sur un précompte fiscal en fonction des gains. Dans tous les cas, un ajustement sera effectué en fin d‘année. Des simulations réalisées à partir des données de Thomas Piketty montrent qu’il est possible de collecter plus, c’est-à-dire de financer durablement la protection sociale, en partageant mieux les efforts.

    La disparition de l’indexation automatique des salaires a entraîné une lente érosion du pouvoir d’achat. Les mécanismes d’augmentation individuelle se sont substitués aux augmentations collectives, surtout dans les grandes entreprises. Au bas de l’échelle, les salaires tendent à s’aligner systématiquement sur le salaire minimum. Pour les classes moyennes, la dépendance à la contrainte hiérarchique s’accentue, la mesure des performances individuelles qui ouvrent droit aux primes et aux augmentations comporte une part d’interprétation. L’augmentation régulière du pouvoir d’achat mesuré par les statisticiens recouvre souvent une situation contrastée ou un nombre croissant d’individus rentrent dans une spirale de dégradation des salaires tandis que les cadres dirigeants augmentent leurs rémunérations de manière ahurissante.

    Rétablir l’indexation automatique des salaires est une condition nécessaire, mais elle n’est pas suffisante pour améliorer le partage des richesses créées. Dans les impôts et charges qui s’appliquent aux sociétés, il faut prendre en compte la politique sociale pratiquée au sein de l’entreprise. Le nouveau mode de calcul des charges sociales basé sur la valeur ajoutée doit s’appuyer sur un bilan social qui prendrait en compte la politique salariale : écart entre le premier et le dernier décile, écart au sein du dernier décile, politiques de bonus, égalité salariale homme femme… Des points seraient attribués, déterminant le barème appliqué, avec des exigences différentes en fonction de la taille des entreprises. Le barème de l’impôt sur les sociétés prendrait en compte le comportement sociétal, environnemental et énergétique. La part de la valeur ajoutée distribuée aux salariés sera l’un des critères appliqués à partir d’une certaine taille.

    L’un des premiers facteurs de la dégradation de la situation des classes moyennes et populaires est la montée des dépenses pré-engagées. Il est indispensable d’intervenir dans les domaines où celles-ci ont le plus augmenté ces dernières années, à savoir le logement, la santé et l’éducation.

    L’explosion des dépenses de logement est le résultat d’une combinaison explosive entre la bulle immobilière des années 90 et des déséquilibres territoriaux. La crise de 2007 n’a pas eu un impact uniforme sur le territoire. Les prix sont inabordables à Paris, élevés dans de grandes métropoles provinciales. Dans le reste du territoire, les prix à la location restent élevés alors que les prix de vente ont baissé. Ce sont des pertes latentes pour les propriétaires de leur logement qui ont acheté avec des taux d’intérêt élevés et des crédits longs. Ce sont plusieurs politiques qu’il faut mettre en place. Dans les grandes métropoles, il est nécessaire de faire baisser les coûts de l’habitat en proposant directement des biens en dessous du prix de marché, en location comme à l’achat. Sur le reste du territoire, il sera peut-être nécessaire d’intervenir ponctuellement pour ajuster les loyers à la baisse. Pour tous les propriétaires de leur logement qui sont encore en phase de remboursement de crédit, l’un des moyens serait d’obliger les banques à renégocier les crédits dépassant un certain taux d’intérêt. Nous reviendrons sur ces propositions dans la partie consacrée aux déséquilibres du territoire.

    Si les dépenses de santé restent faibles, c’est le domaine qui a le plus augmenté proportionnellement le plus dans le budget des ménages. Elles sont difficiles à arbitrer pour le citoyen, sauf pour quelques médicaments de confort et l’automédication. Beaucoup de facteurs expliquent cette envolée, à commencer par les progrès de la médecine, mais il faut y ajouter le puissant lobby de l’industrie pharmaceutique qui contribue fortement à l’envolée des coûts. Réduire les dépenses de santé nécessite une approche en amont. Il est nécessaire d’avoir un contrôle plus strict du prix des médicaments, même pour ceux qui ne sont pas remboursés. Il faut aussi des dotations plus importantes pour la recherche publique, afin qu’elle puisse travailler en toute autonomie et avec des priorités différentes des laboratoires privés. Le budget de la santé doit être augmenté avec un double objectif : minorer la contribution des ménages et avoir un service de proximité, ce qui rejoint les préoccupations territoriales.

    La hausse des dépenses d’éducation est constante alors que l’école est censée être gratuite et obligatoire. L’investissement dans l’éducation traduit la volonté de construire une mobilité sociale transgénérationnelle. Cette mobilité devait beaucoup par le passé aux études. Le développement de l’encadrement et des fonctions techniques ouvrait une voie royale pour progresser dans la hiérarchie sociale et salariale. Les savoir-faire se sont banalisés, les ordinateurs ont la capacité de réaliser des opérations complexes, les compétences sont disponibles à l’étranger. Dans ces conditions, les chemins de la promotion sociale deviennent de plus en plus étroits. Les ménages font des efforts importants pour assurer malgré tout le meilleur avenir possible à leurs enfants, entre autres en contournant l’Éducation nationale jugée peu performante. Je reviendrais sur cet aspect dans le billet consacré aux rapports de forces.
    Plus on avance dans les études, plus les coûts s’élèvent. Pour les lycées et l’enseignement supérieur, l’État doit prendre à sa charge les dépenses dans les livres et les outils numériques. Le logement étudiant est une contrainte lourde avec des universités souvent localisées dans les grandes métropoles : il faut investir massivement dans les résidences universitaires pour élargir leur accès et diminuer les loyers. D’autres points peuvent faire l’objet d’actions pour soulager le budget consacré à l’éducation : encadrement des soutiens extra-scolaires, gratuité totale de l’inscription à l’université et le montant des bourses doit dépasser le cadre d’un simple subside.

    D’autres postes budgétaires pèsent sur les dépenses des ménages. La (re)nationalisation d’un certain nombre d’entreprises permettrait de rétablir des tarifs de service public, en particulier dans le domaine des transports et des biens communs : eau, énergie. L’entrée dans une logique concurrentielle a souvent entraîné des disparités importantes dans les offres et dans les prix, il est de la responsabilité de l’État d’assurer un accès aux services publics partout et à des prix raisonnables.

    S’agissant ici des contraintes budgétaires qui pèsent sur les classes moyennes et populaires, un dernier point qu’il faut évoquer est celui de comportements de consommations qui ne sont pas toujours exempts de critiques. Deux axes de travail peuvent influencer le comportement des consommateurs : le premier est la modification des régimes de TVA. C’est un impôt considéré comme injuste : pour les classes les plus défavorisées, tout le revenu des ménages passe dans la consommation et est donc soumis à la TVA. Il est souhaitable de construire des taux de TVA différentiés permettant d’orienter les ménages vers une consommation plus responsable. Je reviendrais sur ce point dans le billet consacré au gaspillage. Le deuxième aspect est de limiter le développement du crédit et d’en diminuer le coût. Entre la bulle immobilière et le maintien de la norme de consommation, le crédit au particulier a pris un poids important dans les dépenses pré-engagées des individus. Il faut poser des limites, dépasser le cadre du curatif pour aller vers des mécanismes préventifs, comme la réforme du fichier positif, inachevée à ce jour. Dans le même temps, il est nécessaire de faire baisser le coût du crédit avec une définition beaucoup plus restrictive des taux usuraires et une vraie transparence entre ce qui est frais et risques. Enfin, la nationalisation d’une ou plusieurs banques permettrait d’entretenir réellement la concurrence et d’offrir à une clientèle solvable la possibilité de recourir au crédit dans des conditions qui n’obèrent pas durablement les revenus futurs.

    Cette partie consacrée aux classes moyennes et populaires est focalisée sur un meilleur partage des richesses et des efforts, ainsi que
    le maintien d’un budget arbitrable pour les ménages. Les actions ciblées portent sur la fiscalité et le pouvoir d’achat, l’intervention sur des postes de dépenses et les comportements de consommation. Cependant, la survie à long terme de la classe moyenne et le maintien d’une mobilité sociale passent par un ensemble de réformes beaucoup plus vaste, entre autres la reconstruction de rapports de force plus équilibrés au sein de la société. J’y reviendrai ultérieurement. Un autre point important doit être souligné : dans le budget arbitrable, un certain nombre de biens de consommation sont aujourd’hui à des prix artificiellement bas : la nourriture, l’habillement. Les rapports de forces imposés par la grande distribution lui ont permis de combiner marge et prix attractifs. La politique proposée cherche à lutter contre le gaspillage et le dumping social, elle aura un impact sur les prix d’un certain nombre de biens et sur les possibilités d’arbitrage des ménages.

    #classe_moyenne #classe_populaire #cohésion_sociale #épargne #consommation #salaire #capital #TVA #Consommation #crédit #banques #société #gaspillage #dumping_social #dépenses_d_éducation #santé #enfants #logement #étudiant #indexation #Thomas_Piketty
    http://www.pauljorion.com/blog/2016/01/20/que-faire-ii-repartir-plus-equitablement-les-richesses-et-les-efforts-par-michel-leis/#more-81786


  • Mélissa et Alison en #service_civique à Pôle emploi, la parole au directeur de l’antenne.
    http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-forbach/2015/11/03/forbach-melissa-et-alison-en-service-civique-a-pole-emploi

    Vêtues de leur gilet bleu, siglé "service civique", les deux jeunes filles se repèrent facilement à l’#accueil de #Pôle_emploi. Mélissa Bekka, 19 ans, de Petite-Rosselle, et Alison Cokovic, 19 ans, de Henriville, ont démarré leur mission lundi à 9 h à l’agence de la Ville-Haute à Forbach. « Elles ne sont ni salariées, ni stagiaires, ni bénévoles », indique Pascal Thuillier, directeur, qui accueille, pour la première fois, des volontaires du service civique. « Une nouveauté chez nous. Pôle emploi de Lorraine a décidé d’ouvrir ses portes au service civique. » A Forbach, les deux agences accueillent chacune deux jeunes filles pour une mission de huit mois. « C’est une très bonne #expérience pour elles comme pour nous » , se réjouit Pascal Thuillier, mettant en avant la notion d’#intérêt_général et d’engagement de ce dispositif destiné aux 16-25 ans, « cela a un parfum de #cohésion_sociale. »

    Facilitateurs d’inclusion numérique

    Plongées dans le grand bain dès leur arrivée, Alison et Mélissa se sont immédiatement retrouvées en contact avec le public. « Leur mission consiste à aider les #usagers [9alors, il disent ni D.E ni candidats, ndc] qui arrivent en zone d’accueil, en particulier ceux qui rencontrent le plus de difficultés à utiliser nos nouveaux #services_numériques , détaille le responsable. Elles sont là, en renfort des animateurs de Pôle emploi, pour accompagner les gens un peu perdus dans l’utilisation des services digitaux, pour leur permettre de gagner en #autonomie. »

    D’ici juin, les jeunes volontaires seront également appelées à coanimer les ateliers de Pôle emploi sur les #services_à_distance. « Comme notre emploi store que nous avons mis en place récemment », souligne Pascal Thuillier, souhaitant que les deux recrues soient avant tout « des facilitateurs d’inclusion numérique. »

    Le directeur de l’agence insiste sur l’impact du numérique dans la recherche d’emploi : « Aujourd’hui, 89 % des #DRH utilisent internet. Un recrutement par ce biais dure trois semaines contre trois mois par la voie traditionnelle. Un demandeur d’emploi qui n’a pas de #CV_en_ligne et qui ne dispose pas de boîte mail va être pénalisé. »

    « Une vraie valeur ajoutée »

    Suivies par un tuteur durant toute leur mission Mélissa et Alison ont un statut spécifique. « Elles ont signé un contrat d’engagement du service civique, elles travaillent 24 heures par semaine chez nous et touchent des indemnités » [#467€34/mois, soit un peu plus que le montant du RSA, ce minimum que la classe politique a en 1988 interdit aux moins de 25 ans à l’initiative du PS, ndc], explique le directeur de Pôle emploi.

    Très heureux d‘accueillir les jeunes filles, Pascal Thuillier compte sur leur maîtrise de l’outil numérique pour développer le portail digital et améliorer les services rendus aux usagers.

    « Nos agences de Forbach sont particulièrement visitées dans un bassin d’emploi compliqué , note-t-il. Pour l’instant, nous n’avons qu’un CV sur trois en ligne, un niveau assez faible. Nous allons essayer de passer un cap avec nos volontaires, qui représentent une vraie valeur ajoutée. »

    Depuis les #stages Barre en 1976, le « manque d’expérience » des #entrants_sur_le_marché_du_travail a servi le prétexte pour les sous payer au nom de l’insertion dans le monde de l’entreprise et de l’emploi. Un phénomène dont l’ampleur a explosé durant le premier septennat socialiste (Travaux d’utilité collective, stage d’insertion à la vie professionnelle, etc.). On note que ces deux femmes sont en première ligne dans le travail de l’agence (accueil), quelles effectuent un travail de formation à partir d’une #qualification_gratuite (une maîtrise des outils informatiques, ici faiblement indemnisé par l’état, Pôle n’ayant rien à dépenser). L’#échelle_des_salaires comporte désormais une myriade de niveaux, une stratification accrue accompagnée d’une #individualisation, la destruction de ces valeurs collectives là a permis de faire exploser les #inégalités de salaires. It’smore fun to compete, et il n’y a pas d’alternative, sauf à rejoindre les casso’s, mais, la aussi, la #concurrence façonne fortement les moeurs.
    #B-scale_partout_Reagan_Thatcher_itou


  • Thomas Mathieu : « je suis quelqu’un de soft » - 22/11/2014 - LaDépêche.fr
    http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/22/1996797-thomas-mathieu-je-suis-quelqu-un-de-soft.html

    Des planches extraites de la bande dessinée « Crocodiles » de Thomas Mathieu devaient être exposées mardi à Toulouse dans le cadre de la journée internationale des violences faites aux femmes. Ce projet a été abandonné. Le jeune dessinateur belge réagit.

    (...)

    Une élue parle d’« immoralité » et de « vulgarité », qu’en pensez-vous ?

    La vulgarité de certains propos ou situations réellement subies par des femmes est réelle, mais je ne vois aucun aspect immoral dans mon projet. Je suis quelqu’un de très raisonnable et même soft. Je suis vraiment très loin d’être extrémiste.

    « Difficile à exposer »

    « Ce projet faisait partie de plusieurs projets que nous avons examinés en commission pour la journée du 25 novembre », explique Julie Escudier, conseillère municipale en charge de l’égalité femmes hommes, présidente de la commission « cohésion sociale » de Toulouse Métropole. (...)

    Ne pas choquer les bourreaux, ça risquerait de mettre à mal la #cohésion_sociale...

    La #cohésion_sociale comme synonyme d’#ordre_social ?


  • “La Fabrique des garçons” : “On éduque les garçons à l’agressivité, à la compétition, à ne pas pleurer”

    j’ai vu que ce texte n’était toujours pas référencé, pourtant il est important
    ça me donne l’occasion de rapporter un témoignage
    http://www.lesinrocks.com/2014/11/16/actualite/fabrique-garcons-on-eduque-les-garcons-lagressivite-competition-pas-pleu

    La mixité, qui est pourtant un grand pas en avant, ne suffit pas à réduire ces différences puisque les garçons se construisent en se distinguant hiérarchiquement de tout ce qui est féminin.
    (...)
    Les garçons doivent tenir leur rang, ne pas perdre la face devant les leaders qui rassemblent autour d’eux un groupe solidaire dans le harcèlement d’un plus faible désigné comme “la gonzesse” ou “le pédé”. Le machisme comme le sexisme ou l’homophobie (qui est une forme de sexisme car on déteste tout ce qui est féminin chez un garçon) sont les travers de cette virilité exacerbée.

    Exemple au judo, j’assiste le prof sur le tatami car je suis aussi judoka et il y a bcp d’enfants en bas âge (cours des 5-6 ans).
    Un gamin se fait mal : le prof, au lieu de réconforter et d’inviter le gamin à faire simplement preuve de courage, le rabroue : "arrête de pleurer !!! C’est les filles qui pleurent ! T’es pas une fille ! Si, t’es une fille ???"
    Donc voilà, je suis là comme un con, voir le prof qui a 15 ans de moins que moi en train d’humilier à la fois les rares gamines qui font du judo, et le gamin qui pleure devant les parents qui rigolent et moi je sais pas quoi dire.
    Si je l’ouvre je passe pour un ayatollah, un extraterrestre ou je ne sais quoi. Je sais j’aurais dû. Mais je suis incapable de rééduquer un adulte comme ça, alors que je ne le connais pas. Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une "gonzesse" en m’opposant à la promotion de la virilité ?
    J’ai déjà engueulé des gamins qui utilisaient des insultes homophobes ou misogynes. Mais des adultes, quand c’est pas des intimes, je peux pas, je me l’interdis, par phobie du paternalisme sans doute. Peut être parce que je me dis que si on commence à rééduquer les adultes, c’est Hiroshima dans ma tête...
    ça vous fait pas ça vous ?

    #impuissance masculine
    #psychanalyse du soir

    • J’assiste parfois à ça au rugby où micro-grommeleuse est inscrite. Plutôt de l’homophobie que du sexisme en général. En passant en car devant un contrôle routier : « Ces pédés de flics ». Dans le club, sur une centaine d’adhérents, il y a deux filles.
      Effet de bord : le fait qu’il y ait une fille dans l’équipe restreint les propos sexistes des entraîneurs, par contre la culture de vestiaire des autres membres du clubs (des enfants/jeunes adultes) reste très sexualisé.
      Étant fraîchement arrivé dans ce club, je suis pour le moment un peu désarmé pour exprimer publiquement mes réserves.

    • @petit_ecran_de_fumee suivant où tu es placé dans la scène, tu peux aussi te dépêcher d’aller voir l’enfant en premier pour le rassurer avant que quelqu’un d’autre n’intervienne.

      Une fois que le méchant prof est intervenu, c’est plus compliqué, c’est sûr. Soit si tu finis par avoir le courage, tu peux affirmer que ce n’est vraiment pas bien d’humilier quelqu’un devant tout le monde (quelqu’en soit la raison d’ailleurs, pas forcément sexiste). Rien que pédagogiquement c’est à peu près toujours catastrophique. Soit, dans tous les cas, peut-être que tu peux aussi aller voir l’enfant « après coup », à la fin du cours ou autre, pour lui dire qu’il a le droit de pleurer, de ressentir de la douleur, que c’est normal, que même les adultes pleurent, etc.

      Ce qui est compliqué, c’est que si le prof te prend en grippe, il peut éventuellement ne plus te demander de l’aider. Et du coup tu ne pourras plus jamais intervenir pour les prochains cas.

      cc @touti pour l’humiliation des gosses en public et le fait d’intervenir :)

    • Oui pas facile... Tu peux aussi aller le voir après pour lui expliquer, si ça s’y prête. Car si on considère l’intérêt de l’enfant, des fois il vaut mieux s’abstenir de jouer le héros sachant que quand le héros est plus là l’enfant se retrouve seul avec son problème.

    • merci pour vos contributions et conseils. Effectivement, j’essaie en douceur d’accroître mon influence en intervenant dès que je peux, histoire de montrer qu’une autre approche est possible, sans paraître moralisateur pour le prof.
      Avec le temps j’espère que ça déteindra sur lui :-)
      ça rejoint globalement un constat personnel : à l’âge adulte notre comportement/mentalité/valeurs est un ensemble bien plus conditionné par l’influence sociale sur la durée, que sur les injonctions frontales qui à mon sens déclenche une contre-réaction d’intensité égale, comme en physique (@touti sera peut être en désaccord avec moi là dessus :-)
      Pour moi c’est un peu l’image du ressort qu’il faut détordre : on ne peut y arriver qu’avec des mouvements lents et de la patience... :-)

    • Merci de vos encouragements :)

      La confrontation et le conflit ne me dérangent effectivement pas, dans la mesure ou ils sont/seront aussi à l’origine de résolutions. Le laisser faire, comme le non-agir ou le pacifisme sont des notions intéressantes que je n’ignore pas, mais pas la lâcheté sociale. Comme le confort m’emmerde, et d’abord celui du sexisme, oui, j’interpelle et secoue cette mollitude et je dis clairement quand j’arrête de jouer. Il y a bien un moment où il faut « sortir les couteaux », et donc s’apprêter à se retrouver isolé·e et savoir d’avance que rien n’est gagné et qu’il faudra au besoin quitter les lieux et les gens, donc être en rupture, ce qui est une position très inconfortable justement.
      Cela n’empêche pas de la jouer finement et de tâter le terrain en aparté avec le responsable de ces paroles, ça dépend de la relation, de ses capacités aussi.

    • ça rejoint globalement un constat personnel : à l’âge adulte notre comportement/mentalité/valeurs est un ensemble bien plus conditionné par l’influence sociale sur la durée, que sur les injonctions frontales qui à mon sens déclenche une contre-réaction d’intensité égale, comme en physique (@touti sera peut être en désaccord avec moi là dessus :-)
      Pour moi c’est un peu l’image du ressort qu’il faut détordre : on ne peut y arriver qu’avec des mouvements lents et de la patience... :-)

      héhé, +1000, on sent le pratiquant d’arts martiaux :)

    • La réponse est quelque part dans ce qu’on a émis parait-il, et c’est corroboré par la #science_du_management et les psychanalystes :-)

      Si je l’ouvre je passe pour un ayatollah, un extraterrestre ou je ne sais quoi. Je sais j’aurais dû. Mais je suis incapable de rééduquer un adulte comme ça, alors que je ne le connais pas. Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une « gonzesse » en m’opposant à la promotion de la virilité ?
      J’ai déjà engueulé des gamins qui utilisaient des insultes homophobes ou misogynes. Mais des adultes, quand c’est pas des intimes, je peux pas, je me l’interdis, par phobie du paternalisme sans doute. Peut être parce que je me dis que si on commence à rééduquer les adultes, c’est Hiroshima dans ma tête...

    • Avoir peur de s’opposer quand on a conscience que quelqu’un se fait maltraiter c’est être lâche, oui. La lâcheté est aussi une stratégie d’évitement courante qui a beaucoup d’adeptes : « Courage, fuyons ».

    • merci pour vos contributions et conseils. Effectivement, j’essaie en douceur d’accroître mon influence en intervenant dès que je peux, histoire de montrer qu’une autre approche est possible, sans paraître moralisateur pour le prof.

      Très bien, mais pourquoi n’es-tu pas allé trouver le professeur à la fin du cours pour lui faire comprendre en privé que tu trouvais son attitude profondément déconnante ?

    • @touti : c’est une façon de lire la scène qui a le mérite de ne pas s’embarrasser de nuances.
      On a évoqué cela ici aussi
      http://seenthis.net/messages/254556
      http://seenthis.net/messages/255287

      Cette fois ci je n’ai pas eu « peur » physiquement (ça peut arriver dans un cas d’agression violente). On est plutôt dans l’indécision, la retenue stratégique.
      Pour moi éviter ne veut pas dire abdiquer, c’est simplement une façon de contourner un obstacle auquel il serait inefficace (et je pense contre-productif) de s’attaquer frontalement (en l’occurrence je parle de deux décennies de culture/éducation bien virile de Kevin, 24 ans, qui a réussi à sortir de son quartier grâce au judo) dans une région où l’UMPFN ça pèse 80% des voix et où on me prend pour un demeuré dès qu’on évoque une façon de pensée qui n’est pas réac.

      @sombre : oui, c’est ce que j’aurais dû faire, ça aurait soulagé ma conscience... Mais pour le reste j’aurais pissé dans un violon... j’aurais eu besoin de temps pour lui expliquer (je parle bien de « rééducation ») et comment aurait-il accepté de rentrer dans un schéma maître-élève ?
      Pour moi la meilleure chose à faire serait d’écrire à la fédération pour qu’il lancent un programme de sensibilisation au niveau national et là oui à la rigueur, ça peut faire bouger les choses, par le nombre, mais au niveau microscopique, je suis dubitatif..

    • @touti : c’est une façon de lire la scène qui a le mérite de ne pas s’embarrasser de nuances

      Je me demande quelle nécessité tu as à me prêter une telle rigidité, voire un tel manque de nuances ? Crois tu que la peur et la violence se situent seulement sur un plan physique et que s’opposer serait donner des coups, alors tu te méprends sur mes paroles. D’une manière ou d’une autre, ça commence à me fatiguer la caricature du grand sage oriental qui enjoint à ne pas agir.

      Je te cite

      Orgueil masculin sans doute ? Peur de passer pour une « gonzesse » en m’opposant à la promotion de la virilité ?

      J’appelle cela être franc, c’est très louable de ta part d’écrire que tu as peur de passer pour une gonzesse, mais avoue tout de même un instant que c’est assez ridicule et lâche.

      Parce que question #conventions, tu aurais pu aussi avoir peur de passer pour un cornet de glace ou un manège enchanté, mais une femelle, baaaah, je comprends ta honte petit scarabée !

    • @touti

      c’est assez ridicule et lâche

      Oui, on est d’accord.
      Je ne crois pas avoir montré dans mon témoignage que j’étais particulièrement fier de ma réaction. Je cherche toujours la meilleure voie.. Je n’ai sans doute pas ta répartie et ton aisance orale, on doit composer avec ses compétences. Je regrette d’avoir pu donner une image d’autosuffisance, si ça été le cas.

      Pour la question de la nuance, je parlais du fait que tu mettes sur le même plan le post de l’expérience d’agression d’une femme dans un ascenseur, et mon récit. J’ai reçu ça comme un beau tacle.

      Quant à la question de l’orgueil masculin, oui je suis honnête, je ne crois pas en être indemne. Même si je lutte contre, je ne peux pas garantir que je peux m’en affranchir.
      Ce doit être de l’ordre du réflexe inconscient, et c’est peut-être ce qui a fait que l’inertie dont j’ai fait preuve devant cette scène m’a empêché d’intervenir à temps pour protéger les enfants de ces paroles.
      J’ai eu la chance d’avoir une éducation nickel du côté maternel, mais le matraquage permanent au cours de l’enfance dans le sud, de la maternelle au service militaire sur l’injonction à la virilité et la « honte » qu’il y aurait à en manquer, ça laisse forcément des traces.
      Comme j’ai écrit ailleurs, l’orgueil est une teigne qui se renforce quand on le blesse. J’ai toujours essayé de museler le mien, mais je ne suis pas un surhomme.
      Voilà pour la fin de la psychanalyse :-)

    • @petit_ecran_de_fumee
      Je ne trouve pas ta réaction lâche, au contraire.
      Le fait que tu t’interroge sur ta réaction, me semble être un acte de courage en soi.
      Rares sont les personnes qui s’interroge sur ce genre de sujet.
      Je ne sais pas si on peut parler d’orgueil masculin dans le cas que tu expose. Cela m’apparait plus comme la difficulté de s’exprimer en tant qu’individu/personne ayant des convictions pas forcément partagées.
      Il est difficile de s’opposer « au groupe » (même si ce « groupe » ne se compose dans ton cas que d’une seule personne mais véhicule une idée acceptée par tous) et je crois qu’il n’est pas question de lâcheté en la matière.
      Tu te décris « assistant » lors de ce cours de judo, donc en aucun cas, reconnu par tous (ca changera, je l’espère pour toi). A partir de là, ta parole n’a pas (encore ?) valeur ou pouvant faire référence et il doit être difficile d’apporter un contre discours.
      Ton questionnement, me semble plus porter sur la légitimité de la parole que sur le sujet lui même. quand pouvons nous intervenir ? comment ? Avec qui ? comment ? Pour que notre parole soit productive/porteuse de changement.
      Je crois (et mon expérience professionnelle en la matière m’aide à le penser), que ce n’est pas en accusant l’autre quel qu’il soit que l’on fait progresser le débat des violences/stéréotypes imposés aux enfants.
      tu aurais dis à ce prof « il ne faut pas dire ça à un petit garçon, etc, etc... » qu’il t’aurais regardé comme un extra terrestre et ne t’aurais plus repris comme assistant... Et donc, tu n’aurais plus eut l’occasion d’offrir un autre discours aux enfants.
      Alors, puisque tu est assistant... profites de cet espace libre pour parler en tout, tout petit groupe (2 ?) avec les mômes, les parents. Tu n’est pas chargé d’enseignement donc tu peux te ménager des espaces, si minimes soient ils pour diffuser ton message. la déconstruction des stéréotypes est longue.... Pour le prof...je ne sais pas, peux etre un soir autour d’un café, tranquillou, l’air de rien... et oui, super idée d’alerter la fédé.

    • Mon point de vue :
      – Si on rentre dans le lard du macho, on devient l’agresseur. C’est comme cela. Le macho n’agresse pas, il tient son rôle. C’est comme cela. C’est de l’ordre du maintien de la « cohésion sociale », comme certains disent, cf. http://seenthis.net/messages/315352 et cf. http://seenthis.net/messages/314928
      – N’empêche que oui, c’est de la lâcheté. Je vis ça perpétuellement. Être celui qui agresse, en douceur, mais quand même, est une violence aussi pour soit même. Les rares fois où je parviens à le faire, l’afflux d’adrénaline me trouble pour plusieurs dizaines de minutes...

    • @corinne2 : merci pour cet éclairage. En fait je suis bénévole, je m’étais proposé pour l’aider de temps en temps et ces derniers temps je n’ai plus trop le temps d’y aller. Je n’ai pas grand chose à perdre si je me froisse avec lui, c’est vraiment plutôt comme tu dis un pb de légitimité pour m’exprimer dans un environnement pas du tout prêt à entendre mon son de cloche.
      @biggrizzly : effectivement, c’est un gars très gentil par ailleurs, et il pourrait vivre comme une agression le fait que je lui reproche un truc et moi me faire porter la culpabilité de l’agresseur... Émotionnellement c’est vrai que c’est lourd aussi...

    • Je ne vois pas pourquoi, si on défend quelqu’un en position de faiblesse (en l’occurence, un enfant de 5 ans si j’ai bien compris) cela fait de nous un agresseur. Il nous faut surmonter nos peurs et nos inhibitions pour être capables de défendre notre point de vue dans une confrontation de personne à personne. Même si ce n’est pas facile à faire, c’est faisable et c’est nécessaire. Non pas pour seulement soulager sa conscience mais pour poser des limites à un un dysfonctionnement.

    • J’ai mis deux liens qui explicitent ce que je veux dire. Être macho quand on est un homme, c’est être dans son rôle. Et reprocher au macho qu’il est dans son rôle, c’est faire un accroc à la #cohésion_sociale. Cf. ce qu’il se passe pour l’exposition « Crocodiles ». Ou ce qu’il s’est passé pour la chemise du scientifique... Ceux qui ont critiqué la chemise se sont fait remettre à leur place, ils se sont fait traiter de féminonazis, et tout le tralala. Aller à l’encontre des schémas sociaux, c’est choisir l’inconfort.

    • @petit_ecran_de_fumee, mon but est juste de faire bouger donc désolée si je bouscule car je suppose que toute cette dialectique tient de la trousse de secours rapide, du #nécessaire_à_agir dans laquelle je ou un·e autre pourrait puiser si l’occasion se représente.
      J’imagine parfois qu’il serait possible d’apprendre à se mettre en colère et à critiquer sans avoir peur de « passer pour … » simplement en restant soi même.
      Pas besoin d’avoir de l’aisance, de savoir parler ni de ne pas trembler, non non, juste dire ce qu’on ressent à sa manière, sans se préoccuper du #qu'en_dira-t-on. Je m’y attelle depuis longtemps parce que j’ai été frappé enfant et que je (re)connais les abus d’autorité et les débusque pour leur botter le cul quand l’occasion se présente. Ce que tu racontes n’a rien d’exceptionnel, et je peux moi aussi être lâche, ou pressée, ou en avoir marre et ne pas agir, comme chacun. Peut-être un peu moins parce que cela fait partie de mon processus d’accepter d’être critiqué parce que je ne suis pas d’accord et de passer pour l’emmerdeuse de service. Je m’en carre le popotin ! À force de se dire qu’on a raté l’occasion d’exprimer son désaccord (et je parle aussi de politique) on nourrit des rancœurs et son impuissance, c’est très mauvais pour le moral ! Adopter l’idée qu’on peut #dire_non pour aider un autre qui ne sait pas encore le faire c’est aussi ne pas baisser les bras et s’encourager à aller de l’avant, bref, beaucoup d’espoir qui reflue ! Et ça peut se faire tout les jours de façon individuelle, faut seulement ne pas se préoccuper de conventions sociales.
      Je me retrouve ainsi à discuter avec les gens dans le métro, la rue, le supermarché, autant sur leurs habitudes de consommation, la politique, ou leur façon d’agir. C’est souvent drôle et vivant, et puis, ça dépend des périodes. En tout cas, c’est ce que je nomme mon quart d’heure de #politiques_personnelles pour contrer la modernité mortifère et c’est très facile à mettre en place pour tout un chacun !


  • L’#Europe en panne de #Cohésion_sociale
    http://fr.myeurop.info/2013/07/16/l-europe-en-panne-de-coh-sion-sociale-11583

    Quentin Bisson

    Une étude allemande confirme que la cohésion sociale est plus forte dans les #pays_scandinaves que dans les pays du sud de l’Europe, plus individualistes. Un danger pour la démocratie dans les pays touchés par la crise.

    Le Danemark, la Norvège et la #Suède sont les trois pays d’Europe où le (...)

    #Société #Politique #Allemagne #Espagne #France #Luxembourg #Royaume-Uni #Union_européenne #Crise_économique #esprit_de_solidarité #fondation #Solidarité_sociale

    • La cohésion sociale correspond au degré de « qualité du vivre-ensemble ». Les sociétés ayant une forte cohésion sont caractérisées par « des relations sociales résistantes, un attachement émotionnel à autrui et un sens de la communauté prononcé. » Par ailleurs, cette cohésion est également la condition indispensable pour garantir la pérennité de la démocratie.


  • Cessez, Monsieur Valls, de nourrir les fantasmes et les préjugés  ! (Laurent Ott)
    http://www.humanite.fr/tribunes/cessez-monsieur-valls-de-nourrir-les-fantasmes-et-517796

    Parce que les enfants des bidonvilles étaient souvent privés de possibilité réelle et concrète de se rendre à l’école, surtout maternelle, parce qu’ils n’accèdent en général pas aux structures de loisirs, de culture, sociales, sportives ou d’éducation, ouvertes normalement à tous les enfants  ; parce qu’aucun enfant n’est, jamais, par définition, «  sans papiers  » ou sans droit de séjour, parce qu’ils sont toujours par définition de tout pays dans lequel ils grandissent… […]

    Arrêtons, Monsieur le ministre, de produire la stigmatisation que l’on reprochera ensuite à ses victimes. En interdisant aux gens de travailler, on ne prépare pas vraiment leur insertion  ; en refusant des conditions d’habitat décentes, on ne prépare pas au bon voisinage  ; en laissant les enfants sans perspectives ni moyens d’accéder à la socialité et à la culture, on ne prépare pas en France des lendemains qui chantent et on produit certainement la marginalisation qu’on prétend dénoncer.

    #cohésion_sociale #stigmatisation #enfants #Rroms