• » Israel Confiscates Thousands Of Dunams To Expand Colonialist Road
    IMEMC News - October 24, 2018 12:51 PM
    http://imemc.org/article/israel-confiscates-thousands-of-dunams-to-expand-colonialist-road

    The Israeli government has approved, Wednesday, the expansion of Road #60, used by illegal colonialist settlers, between Hebron and Jerusalem, in the occupied West Bank.

    Hasan Breijiyya, the head of the National Committee against the Wall and Colonies in Bethlehem, has reported that Israeli Transportation Minister, Yisrael Katz, has authorized the illegal annexation of thousand of Dunams of Palestinian lands, to expand the colonialist road.

    He added that the road would be expanded to include four lanes, with a width of approximately 100 meters, and would lead to the annexation of thousands of Dunams from the towns of al-Khader, Beit Jala and al-Ma’sara, in Bethlehem governorate, in addition to Beit Ummar, north of Hebron.

    Breijiyya stated that the decision is part of Israel’s illegal policies to confiscate lands in large areas of lands in Bethlehem, to be part of “Greater Jerusalem.”

    #colonialisme_de_peuplement


  • Palestinians prevent Israeli settlers’ raid of Khan al-Ahmar
    Sept. 7, 2018 1:33 P.M. (Updated: Sept. 7, 2018 5:08 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=780980

    JERUSALEM (Ma’an) — A group of Palestinians prevented a group of Israeli settlers from raiding the Khan al-Ahmar village east of occupied Jerusalem City, on Friday morning.

    Locals said that Israeli settlers attempted to raid the Bedouin village, threatened with demolition that is expected to take place in less than a week, to provoke residents and activists carrying out a sit-in at the village.

    Palestinian youths prevented Israeli settlers from raiding the village and forced them to leave back to the nearby main street.

    Israeli settlers were carrying Israeli flags and repeating racist slogans.

    Locals added that the settlers also called for expelling Palestinians of Bedouin areas east of Jerusalem in favor of increasing Israeli settlements in the area.

    Earlier this week, the Israeli High Court had rejected an appeal against the demolition of the village, and ordered the evacuation of its residents in preparation for its demolition within a week.

    Khan al-Ahmar has been under threat of demolition by Israeli forces; the demolition would leave more than 35 Palestinian families displaced, as part of an Israeli plan to expand the nearby illegal Israeli settlement of Kfar Adummim.

    #colonialisme_de_peuplement #Khan_al-Ahmar

    • La démolition d’un village de Cisjordanie « comprommet la paix », avertit l’UE
      La destruction de la communauté bédouine de Khan al-Ahmar, à une place stratégique, menace la solution à deux états, dit l’Union européenne
      Par Times of Israel Staff Aujourd’hui, 14:13
      https://fr.timesofisrael.com/la-demolition-dun-village-de-cisjordanie-comprommet-la-paix-averti

      L’Union européenne a vivement recommandé jeudi à Israël de reconsidérer la démolition d’un village bédouin en Cisjordanie, avertissant qu’elle pourrait nuire aux efforts livrés pour conclure un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

      Un jugement de la Haute cour émis la veille a approuvé la destruction de Khan al-Ahmar après le rejet d’un dernier appel dans une affaire qui aura suscité les critiques à l’international.

      « Les conséquences de la démolition de cette communauté et le déplacement de ses résidents, notamment des enfants, contre leur volonté pourrait être très grave, menacer sérieusement la viabilité d’une solution à deux état et venir compromettre les perspectives de paix », a noté l’UE dans un communiqué. « La communauté de Khan al-Ahmar est située dans un secteur sensible de la zone C qui est d’importance stratégique pour préserver la contiguïté d’un futur état palestinien ».

    • Cisjordanie occupée
      L’Union européenne appelle Israël à revenir sur sa décision de démolir un village palestinien
      Avec Agences, 18 juillet 2018 à 18:32
      https://lematin.ma/journal/2018/lunion-europeenne-appelle-israel-revenir-decision-demolir-village-palestinien/297395.html

      La chef de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, a appelé mercredi les autorités israéliennes à revenir sur leur décision de démolir le village palestinien de Khan Al-Ahmar, faisant part de sa profonde préoccupation quant au sort de la communauté bédouine qui y réside. (...)

    • Demolition of Palestinian Community Imminent. Israeli High Court Green Lights Razing of #Khan_al-Ahmar

      Residents of Khan al-Ahmar thought they had found a way around Israel’s discriminatory building permit regime in Area C of the West Bank. Since a building permit is required only for concrete structures, they built their school, which serves 160 children from five villages, using clay and 2,200 old tires.

      The plan didn’t work. The Israeli army has exclusive control over planning in Area C. It has allocated just one percent of that land for Palestinian buildings, and refuses the vast majority of Palestinian permit applications.

      Khan al-Ahmar was no exception. Over the years, Israeli authorities issued demolition orders against the school and every other structure in this small village of 180 residents, just east of Jerusalem, on the grounds that they lacked permits. On September 5, Israel’s High Court rejected several appeals, and green-lighted demolition.

      Israeli military planning documents do not recognize the community’s presence, and Israeli authorities have repeatedly confiscated its land, demolished its buildings, and expelled its Palestinian residents for building without permits.

      This isn’t the community’s first displacement. In the early 1950s, Israeli forces evicted residents from the Tel Arad district of the Negev desert. The community fled to the West Bank and built a village in the current location. They registered as Palestine refugees with the United Nations.

      In 1977, Israel established the settlement of Ma’ale Adumim, allocating it the land on which Khan al-Ahmar sits.

      International law prohibits an occupying power from destroying property, including schools, unless “absolutely necessary” for “military operations.” Transferring civilians within an occupied territory, either by direct force or indirect coercion into a place not of their choosing, is a war crime under the International Criminal Court’s statute.

      Israeli officials should know that the demolition and any resulting displacement of the population may subject them to criminal investigation.

      Other states also have a duty to ensure that the Geneva Conventions are respected, and should make clear to Israeli officials that, if the demolition goes ahead, people implicated in any criminal acts could be investigated and prosecuted by domestic authorities outside of Israel where they have jurisdiction.

      Global condemnation alone has not stopped serious war crimes during Israel’s 50-year occupation. Action and justice is long overdue.


      https://www.hrw.org/news/2018/09/16/demolition-palestinian-community-imminent


  • Eric Fassin : « L’#appropriation_culturelle, c’est lorsqu’un emprunt entre les cultures s’inscrit dans un contexte de #domination »

    Dans un entretien au « Monde », le sociologue Eric Fassin revient sur ce concept né dans les années 1990, au cœur de nombre de polémiques récentes.

    Des internautes se sont empoignés sur ces deux mots tout l’été : « appropriation culturelle ». Le concept, né bien avant Twitter, connaît un regain de popularité. Dernièrement, il a été utilisé pour décrire aussi bien le look berbère de Madonna lors des MTV Video Music Awards, la dernière recette de riz jamaïcain du très médiatique chef anglais #Jamie_Oliver, ou l’absence de comédien autochtone dans la dernière pièce du dramaturge québécois #Robert_Lepage, #Kanata, portant justement sur « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones ».

    Qu’ont en commun ces trois exemples ? Retour sur la définition et sur l’histoire de l’« appropriation culturelle » avec Eric Fassin, sociologue au laboratoire d’études de genre et de sexualité de l’université Paris-VIII et coauteur de l’ouvrage De la question sociale à la question raciale ? (La Découverte).
    la suite après cette publicité

    D’où vient le concept d’« appropriation culturelle » ?

    Eric Fassin : L’expression apparaît d’abord en anglais, à la fin du XXe siècle, dans le domaine artistique, pour parler de « #colonialisme_culturel ». Au début des années 1990, la critique #bell_hooks, figure importante du #Black_feminism, développe par exemple ce concept, qu’elle résume d’une métaphore : « manger l’Autre. » C’est une approche intersectionnelle, qui articule les dimensions raciale et sexuelle interprétées dans le cadre d’une exploitation capitaliste.

    Un regard « exotisant »

    Cette notion est aussi au cœur de la controverse autour de #Paris_Is_Burning, un film #documentaire de 1990 sur la culture des bals travestis à New York. Une autre critique noire, Coco Fusco, reprochait à la réalisatrice #Jennie_Livingston, une lesbienne blanche, son regard « exotisant » sur ces minorités sexuelles et raciales. Pour elle, il s’agissait d’une forme d’#appropriation_symbolique mais aussi matérielle, puisque les sujets du film se sont sentis floués, dépossédés de leur image.

    Comment définir ce concept ?

    E. F. : Ce qui définit l’appropriation culturelle, comme le montre cet exemple, ce n’est pas seulement la circulation. Après tout, l’emprunt est la règle de l’art, qui ne connaît pas de frontières. Il s’agit de #récupération quand la #circulation s’inscrit dans un contexte de #domination auquel on s’aveugle. L’enjeu n’est certes pas nouveau : l’appropriation culturelle, au sens le plus littéral, remplit nos #musées occidentaux d’objets « empruntés », et souvent pillés, en Grèce, en Afrique et ailleurs. La dimension symbolique est aujourd’hui très importante : on relit le #primitivisme_artistique d’un Picasso à la lumière de ce concept.

    Ce concept a-t-il été intégré dans le corpus intellectuel de certaines sphères militantes ?

    E. F. : Ces références théoriques ne doivent pas le faire oublier : si l’appropriation culturelle est souvent au cœur de polémiques, c’est que l’outil conceptuel est inséparablement une arme militante. Ces batailles peuvent donc se livrer sur les réseaux sociaux : l’enjeu a beau être symbolique, il n’est pas réservé aux figures intellectuelles. Beaucoup se transforment en critiques culturels en reprenant à leur compte l’expression « appropriation culturelle ».

    En quoi les polémiques nées ces derniers jours relèvent-elles de l’appropriation culturelle ?

    E. F. : Ce n’est pas la première fois que Madonna est au cœur d’une telle polémique. En 1990, avec sa chanson Vogue, elle était déjà taxée de récupération : le #voguing, musique et danse, participe en effet d’une subculture noire et hispanique de femmes trans et de gays. Non seulement l’artiste en retirait les bénéfices, mais les paroles prétendaient s’abstraire de tout contexte (« peu importe que tu sois blanc ou noir, fille ou garçon »). Aujourd’hui, son look de « #reine_berbère » est d’autant plus mal passé qu’elle est accusée d’avoir « récupéré » l’hommage à la « reine » noire Aretha Franklin pour parler… de Madonna : il s’agit bien d’appropriation.

    La controverse autour de la pièce Kanata, de Robert Lepage, n’est pas la première non plus — et ces répétitions éclairent l’intensité des réactions : son spectacle sur les chants d’esclaves avait également été accusé d’appropriation culturelle, car il faisait la part belle aux interprètes blancs. Aujourd’hui, c’est le même enjeu : alors qu’il propose une « relecture de l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones », la distribution oublie les « autochtones » — même quand ils se rappellent au bon souvenir du metteur en scène. C’est encore un choix revendiqué : la culture artistique transcenderait les cultures « ethniques ».

    Par comparaison, l’affaire du « #riz_jamaïcain » commercialisé par Jamie Oliver, chef britannique médiatique, peut paraître mineure ; elle rappelle toutefois comment l’ethnicité peut être utilisée pour « épicer » la consommation. Bien sûr, la #nourriture aussi voyage. Reste qu’aujourd’hui cette #mondialisation marchande du symbolique devient un enjeu.

    Pourquoi ce concept fait-il autant polémique ?

    E. F. : En France, on dénonce volontiers le #communautarisme… des « autres » : le terme est curieusement réservé aux minorités, comme si le repli sur soi ne pouvait pas concerner la majorité ! C’est nier l’importance des rapports de domination qui sont à l’origine de ce clivage : on parle de culture, en oubliant qu’il s’agit aussi de pouvoir. Et c’est particulièrement vrai, justement, dans le domaine culturel.

    Songeons aux polémiques sur l’incarnation des minorités au théâtre : faut-il être arabe ou noir pour jouer les Noirs et les Arabes, comme l’exigeait déjà #Bernard-Marie_Koltès, en opposition à #Patrice_Chéreau ? Un artiste blanc peut-il donner en spectacle les corps noirs victimes de racisme, comme dans l’affaire « #Exhibit_B » ? La réponse même est un enjeu de pouvoir.

    En tout cas, l’#esthétique n’est pas extérieure à la #politique. La création artistique doit revendiquer sa liberté ; mais elle ne saurait s’autoriser d’une exception culturelle transcendant les #rapports_de_pouvoir pour s’aveugler à la sous-représentation des #femmes et des #minorités raciales. L’illusion redouble quand l’artiste, fort de ses bonnes intentions, veut parler pour (en faveur de) au risque de parler pour (à la place de).

    Le monde universitaire n’est pas épargné par ces dilemmes : comment parler des questions minoritaires, quand on occupe (comme moi) une position « majoritaire », sans parler à la place des minorités ? Avec Marta Segarra, nous avons essayé d’y faire face dans un numéro de la revue Sociétés & Représentations sur la (non-)représentation des Roms : comment ne pas redoubler l’exclusion qu’on dénonce ? Dans notre dossier, la juriste rom Anina Ciuciu l’affirme avec force : être parlé, représenté par d’autres ne suffit pas ; il est temps, proclame cette militante, de « nous représenter ». Ce n’est d’ailleurs pas si difficile à comprendre : que dirait-on si les seules représentations de la société française nous venaient d’Hollywood ?


    https://mobile.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/08/24/eric-fassin-l-appropriation-culturelle-c-est-lorsqu-un-emprunt-entre-
    #géographie_culturelle #pouvoir #culture #Madonna #exotisme #peuples_autochtones #film #musique #cuisine #intersectionnalité #Eric_Fassin

    • Cité dans l’article, ce numéro spécial d’une #revue :
      #Représentation et #non-représentation des #Roms en #Espagne et en #France

      Les populations roms ou gitanes, en France comme en Espagne, sont l’objet à la fois d’un excès et d’un défaut de représentation. D’une part, elles sont surreprésentées : si la vision romantique des Bohémiens semble passée de mode, les clichés les plus éculés de l’antitsiganisme sont abondamment recyclés par le racisme contemporain. D’autre part, les Roms sont sous-représentés en un double sens. Le sort qui leur est réservé est invisibilisé et leur parole est inaudible : ils sont parlés plus qu’ils ne parlent.

      Ce dossier porte sur la (non-) représentation, autant politique qu’artistique et médiatique, des Roms en France et en Espagne des Gitanxs (ou Gitan·e·s) ; et cela non seulement dans le contenu des articles, mais aussi dans la forme de leur écriture, souvent à la première personne, qu’il s’agisse de sociologie, d’anthropologie ou d’études littéraires, de photographie ou de littérature, ou de discours militants. Ce dossier veut donner à voir ce qui est exhibé ou masqué, affiché ou effacé, et surtout contribuer à faire entendre la voix de celles et ceux dont on parle. L’enjeu, c’est de parler de, pour et parfois avec les Gitan·e·s et les Roms, mais aussi de leur laisser la parole.

      https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2018-1.htm

    • Au #Canada, la notion d’« appropriation culturelle » déchire le monde littéraire

      Tout est parti d’un éditorial dans Write, revue trimestrielle de la Writers’ Union of Canada (l’association nationale des écrivains professionnels) consacrée pour l’occasion aux auteurs autochtones du Canada, sous-représentés dans le panthéon littéraire national. Parmi les textes, l’éditorial d’un rédacteur en chef de la revue, Hal Niedzviecki, qui disait ne pas croire au concept d’« appropriation culturelle » dans les textes littéraires. Cette affirmation a suscité une polémique et une vague de fureur en ligne.

      On parle d’appropriation culturelle lorsqu’un membre d’une communauté « dominante » utilise un élément d’une culture « dominée » pour en tirer un profit, artistique ou commercial. C’est ici le cas pour les autochtones du Canada, appellation sous laquelle on regroupe les Premières Nations, les Inuits et les Métis, peuples ayant subi une conquête coloniale.
      la suite après cette publicité

      Des polémiques, plus ou moins importantes, liées à l’appropriation culturelle ont eu lieu ces derniers mois de manière récurrente, par exemple sur l’usage par la marque Urban Outfitters de savoir-faire traditionnels des Indiens Navajos ou la commercialisation par Chanel d’un boomerang de luxe, considéré comme une insulte par certains aborigènes d’Australie.
      Le « prix de l’appropriation »

      La notion est moins usitée pour la création littéraire, où l’on parle plus volontiers « d’orientalisme » pour l’appropriation par un auteur occidental de motifs issus d’une autre culture. Mais c’est bien cette expression qu’a choisie Hal Niedzviecki dans son plaidoyer intitulé « Gagner le prix de l’appropriation ». L’éditorial n’est pas disponible en ligne mais des photos de la page imprimée circulent :

      « A mon avis, n’importe qui, n’importe où, devrait être encouragé à imaginer d’autres peuples, d’autres cultures, d’autres identités. J’irais même jusqu’à dire qu’il devrait y avoir un prix pour récompenser cela – le prix de l’appropriation, pour le meilleur livre d’un auteur qui écrit au sujet de gens qui n’ont aucun point commun, même lointain, avec lui ».

      Il y voit surtout une chance pour débarrasser la littérature canadienne de sa dominante « blanche et classes moyennes », dénonçant la crainte de « l’appropriation culturelle » comme un frein qui « décourage les écrivains de relever ce défi ».

      Le fait que cette prise de position ait été publiée dans un numéro précisément consacré aux auteurs autochtones a été perçu comme un manque de respect pour les participants. L’un des membres du comité éditorial, Nikki Reimer, s’en est pris sur son blog à un article « au mieux, irréfléchi et idiot, au pire (…) insultant pour tous les auteurs qui ont signé dans les pages de la revue ».

      « Il détruit toutes les tentatives pour donner un espace et célébrer les auteurs présents, et montre que la revue “Write” n’est pas un endroit où l’on doit se sentir accueilli en tant qu’auteur indigène ou racisé. »

      La Writers’ Union a rapidement présenté des excuses dans un communiqué. Hal Niedzviecki a lui aussi fini par s’excuser et a démissionné de son poste, qu’il occupait depuis cinq ans.
      Un débat sur la diversité dans les médias

      Son argumentaire a cependant dépassé les colonnes du magazine lorsque plusieurs journalistes ont offert de l’argent pour doter le fameux « prix ». Ken Whyte, ancien rédacteur en chef de plusieurs publications nationales, a lancé sur Twitter :

      « Je donnerai 500 dollars pour doter le prix de l’appropriation, si quelqu’un veut l’organiser. »

      la suite après cette publicité

      D’autres figures de la presse canadienne, comme Anne Marie Owens (rédactrice en chef du National Post), Alison Uncles (rédactrice en chef de Maclean’s Magazine), deux éditorialistes du Maclean’s et du National Post, entre autres, se sont dits prêts à faire de même. Quelques heures plus tard, une poignée d’entre eux se sont excusés, dont Anne-Marie Owens, qui a déclaré qu’elle voulait simplement défendre « la liberté d’expression ».

      Comme le débat a débordé sur les réseaux sociaux, des lecteurs anonymes s’y sont invités pour dénoncer l’attitude de ces pontes du journalisme. « Imaginez, vous êtes une personne de couleur qui étudie le journalisme, et vous voyez les trois quarts de vos potentiels futurs chefs tweeter au sujet d’un prix de l’appropriation culturelle », grince une internaute.

      Pour les journalistes issus des minorités, l’affaire a également rappelé à quel point les médias manquent de diversité. Sur Buzzfeed, Scaachi Koul écrit : « Je n’en reviens pas d’avoir à dire ça, mais personne, dans l’histoire de l’écriture littéraire, n’a jamais laissé entendre que les Blancs n’avaient pas le droit de faire le portrait d’autochtones ou de gens de couleurs, en particulier dans la fiction. Franchement, on l’encourage plutôt. » Elle poursuit :

      « S’abstenir de pratiquer l’appropriation culturelle ne vous empêche pas d’écrire de manière réfléchie sur les non blancs. Mais cela vous empêche, en revanche, de déposséder les gens de couleur, ou de prétendre que vous connaissez leurs histoires intimement. Cela vous empêche de prendre une culture qui n’a jamais été à vous – une culture qui rend la vie plus difficile pour ceux qui sont nés avec dans le Canada d’aujourd’hui à majorité blanche – et d’en tirer profit. »

      sur le même sujet Les coiffes amérindiennes dans les défilés font-elles du tort à une culture menacée ?
      « Faire son numéro »

      Helen Knott, l’une des auteurs d’origine indigène dont le travail était publié dans la revue Write a raconté sur Facebook, quelques jours après, une étrange histoire. Contactée par la radio CBC pour une interview à ce sujet, elle est transférée vers quelqu’un qui doit lui poser quelques questions avant l’antenne. Elle entend alors les journalistes se passer le téléphone en disant, selon elle :

      « Helen Knott, c’est l’une de ceux qui sont super énervés par cette histoire. »

      « Précisément, la veille, dans une autre interview, raconte Helen Knott, j’ai rigolé avec le journaliste en lui disant que, contrairement à une idée largement répandue, les autochtones ne sont pas “super énervés” en permanence. »

      Au cours de cette pré-interview, elle dit avoir eu a le sentiment grandissant qu’on lui demandait de « faire son numéro » pour alimenter un « débat-divertissement-scandale ». « Je suis quelqu’un d’heureux et mon droit à être en colère quand la situation mérite de l’être ne me définit pas en tant qu’individu », explique-t-elle.

      « C’est tout le problème de l’appropriation culturelle. Les gens utilisent notre culture pour leur propre profit mais peuvent se désintéresser ensuite de nos difficultés à faire partie de la communauté autochtone, de la politisation continuelle de nos vies, des événements et des institutions qui viennent tirer sur la corde de notre intégrité et de notre sens moral, et qui exigent que nous répondions. Aujourd’hui, j’ai refusé de faire mon numéro. »

      En 2011, les autochtones du Canada représentaient 4,3 % de la population. Ils concentrent le taux de pauvreté le plus élevé du Canada et sont les premières victimes des violences, addictions et incarcérations. En 2016, une série de suicides dans des communautés autochtones de l’Ontario et du Manitoba avaient forcé le premier ministre, Justin Trudeau, à réagir. Sa volonté affichée d’instaurer une « nouvelle relation » avec la population autochtone est critiquée par certains comme n’ayant pas été suivie d’effet.

      https://mobile.lemonde.fr/big-browser/article/2017/05/16/au-canada-la-notion-d-appropriation-culturelle-suscite-la-polemique-d


  • #Nouvelle-Calédonie: «C’est notre terre. Et c’est eux qui vont diriger nos vies?»
    https://www.mediapart.fr/journal/france/261217/nouvelle-caledonie-c-est-notre-terre-et-c-est-eux-qui-vont-diriger-nos-vie

    © ES Fin décembre, à la demande de la mairie de Nouméa, Gilda et son mari devront quitter le “quartier d’habitat spontané” où ils ont construit leur maison et toute leur vie. Le modèle que bon nombre de #kanak ont choisi symbolise le dialogue de sourds qui perdure entre populations européennes et océaniennes.

    #France #indépendance #Kanaky #référendum_d'autodétermination #squat

    • Avec son mari, originaire de Vanuatu – un autre archipel du Pacifique, colonisé par les Européens à la fin du XVIIIe siècle et devenu indépendant en 1980 –, elle fut l’une des premières à construire sa maison dans la vallée. « Ça fait quarante ans que j’y vis. Quand je suis arrivée ici, c’était la brousse. C’est moi qui ai tout nettoyé, qui ai planté les arbres fruitiers que vous voyez. C’est ma sueur. » Autour de la maison, un immense manguier croule sous le poids de ses fruits ; plus loin, on aperçoit également un litchier, qui faisait le bonheur des enfants du squat, quand ils y vivaient encore. « Avant, ici, c’était un beau coin, souligne Maryka Kapoeri, présidente du collectif La Ville dans la tribu, dont la sœur a résidé un temps à Sakamoto. Tu entendais les enfants crier, tu sentais la vie des gens. Ils ont enlevé tout cela. » « Les gens, ils vont dans les immeubles, ils sont enfermés entre quatre murs et ils finissent par mourir », ajoute Gilda.

      Les deux femmes déambulent à travers les herbes folles de la vallée. De-ci de-là, elles pointent du doigt les anciens emplacements des autres maisons, dont il ne reste au mieux que des traces de cendres et des planches de bois cassées par les bulldozers. Après avoir envisagé il y a quelques années d’installer ici une aire pour chiens, projet finalement abandonné face à la fronde des habitants, la mairie de Nouméa ambitionne désormais d’y créer un « écoquartier », inspiré du modèle de ceux qui existent en Europe et en métropole. Et qui n’ont, là encore, pas grand-chose à voir avec le mode de vie océanien.

      #colonialisme_de_peuplement


  • Netanyahu throws support behind bill that would annex 19 illegal settlements
    Oct. 4, 2017 4:40 P.M. (Updated: Oct. 4, 2017 4:40 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=779266

    BETHLEHEM (Ma’an) — Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu has pledged his support for the so-called Greater Jerusalem bill, which is tantamount to the annexation of 19 illegal settlements in the Jerusalem area, including Maaleh Adumim, where between 125,000 and 150,000 Israeli settlers live.

    Maale Adumim is the third largest settlement in population size, encompassing a large swath of land deep inside the occupied West Bank’s Jerusalem district. Many Israelis consider it an Israeli suburban city of Jerusalem, despite it being located on occupied Palestinian territory in contravention of international law.

    “Maaleh Adumim will always be part of Israel and in addition I support the Greater Jerusalem bill,” The Jerusalem Post quoted Netanyahu as saying during a visit to the illegal settlement Tuesday. “I am also weighing placing Maaleh Adumim within the boundaries of Greater Jerusalem within the context of the Greater Jerusalem bill,” he said.

    The legislation was authored by Likud minister Yisrael Katz who is reportedly expected to bring the bill to the Ministerial Committee for Legislation in the upcoming Knesset session. It would place 19 settlements, including those of the Gush Etzion settlement bloc and Givat Zeev within Israel’s municipal boundaries for Jerusalem.

    #colonialisme_de_peuplement


  • L’idée d’une « #Suisse_coloniale » apparaît comme une contradiction dans les termes, tant l’identité collective helvétique s’est forgée sur l’image d’Épinal d’une neutralité absolue, étrangère au colonialisme et à ses atrocités. Noémi Michel, Maître-Assistante en théorie politique à l’Université de Genève, déstabilise ce récit national mythifié. Dans le cadre de ses travaux de recherche, elle met en avant les multiples modalités à travers lesquelles la Suisse a participé à l’entreprise coloniale, sans posséder de colonies formelles pour autant. Un tel travail de #mémoire porte en lui la promesse d’une compréhension enrichie du #racisme contemporain. S’exposer à la pensée de Noémi Michel, c’est en ce sens convoquer l’histoire pour mieux renseigner notre présent. C’est aspirer à un idéal démocratique où les groupes porteurs de « différence » auraient voix au chapitre. Entretien long format.

    Entretien avec #Noémi_Michel de l’Université de Genève....

    http://www.jetdencre.ch/avec-noemi-michel
    #colonialisme #Suisse #colonisation #imaginaire_colonial #esclavage #histoire #colonialisme_sans_colonies #moutonologie #Henri_Dunant
    cc @simplicissimus

    • Switzerland and ‘Colonialism without Colonies’

      In this essay the theoretical focus of postcolonial theory has been shifted from the cultures and societies of former formal colonies to those countries that have an explicit self-understanding as an outsider within the European colonial power constellation. Using the example of Switzerland, it analyses the presence and perseverance of colonial structures and power relations in a country that has never been regarded as or understood itself as an official colonial power. In a first step, we compare present debates on colonialism in Switzerland with those in neighbouring countries, i.e. France, Germany, Italy and Austria. In a second step, we trace previous research that postulates a link between Switzerland and colonialism, and apply the concept of ‘colonialism without colonies’, which, in contrast, engages with methods and themes that have emerged from postcolonial studies. Finally, we present a specific case study on ‘Swiss commodity racism’ in order to elucidate the concept ‘colonialism without colonies’.

      http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/1369801X.2015.1042395?journalCode=riij20

    • Sheepology: The Postcolonial Politics of Raceless Racism in Switzerland

      Discussing racism and its colonial genealogy remains difficult in contemporary Switzerland. This article addresses the politics of racism’s name-ability at the crossroads of studies of ‘postcolonial Switzerland’ and ‘raceless racism’ in continental Europe. The former highlight Switzerland’s self-conception as outside colonialism. The latter emphasize the complexities of Euro-racism, in particular its production through the absence of explicit racial references. Drawing on postcolonial discourse-analytic methodology, I explore the famous case of the ‘sheep poster’ that supported the far right-wing Swiss People’s Party campaign in 2007 and triggered an important controversy around legitimate public images of ‘Swissness’ and ‘difference’. The first section analyses the (untold) history of colonial racialised discourses that are conveyed by the poster. The second and third sections comprise a discourse analysis of the public claims that were expressed by various actors against or in defence of the poster. I show that the controversy consisted of a struggle between three antagonistic articulations of ‘Swissness’ and ‘difference’, namely between an antiracist discourse, and anti-exclusionary discourse, and defensive interventions. As the two latter discourses became hegemonic at the expense of the anti-racist critique, this struggle reasserted and renewed a regime of raceless racism, revealing both specificities and commonalities between the Swiss case and the broader context of postcolonial Europe.

      http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/13688790.2015.1191987?journalCode=cpcs20
      #post-colonialisme

    • Des visites guidées à #Neuchâtel retracent les vestiges de l’esclavage

      Pour la semaine d’action annuelle contre le racisme, la ville de Neuchâtel se penche sur le racisme d’hier et d’aujourd’hui. Des visites guidées suivent les traces de personnalités neuchâteloises devenues riches grâce aux esclaves, ou qui ont contribué à légitimer l’esclavage.

      https://www.rts.ch/play/radio/le-12h30/audio/des-visites-guidees-a-neuchatel-retracent-les-vestiges-de-lesclavage?id=9407382&

      #Agassiz #Louis_Agassiz #David_de_Pury

      #toponymie #polygénisme #supériorité_de_la_race_blanche #purysbourg

      Louis Agassiz

      Né à Môtier (FR) en 1807, décédé à Boston (USA) en 1873, le naturaliste Louis Agassiz a exercé une profonde empreinte sur le développement de la vie scientifique neuchâteloise. Recruté par les autorités de la Principauté de Neuchâtel en 1832, ce jeune savant doté d’un charisme exceptionnel s’était déjà fait un nom dans les universités allemandes et à Paris, par ses travaux d’étude comparée et d’embryologie des oursins et des poissons fossiles et vivants. Dès 1837, il acquiert une réputation mondiale avec sa « théorie glaciaire » : à la suite d’expéditions alpines largement médiatisées, ses travaux sur le glacier de l’Aar lui permettent d’établir l’existence d’un âge glaciaire préhistorique, qui prolongeait la théorie des catastrophes de Cuvier.

      En 1846, Agassiz émigre aux Etats-Unis, pour s’installer à l’Université de Harvard, où il crée le Musée de zoologie comparative, qui devient bientôt l’un des principaux musées scientifiques du monde. Fortement engagé dans la diffusion publique du savoir et dans la défense de l’instruction des femmes, Agassiz a joué un rôle décisif pour l’affirmation de la science en Amérique. Aujourd’hui, cependant, son héritage doit se mesurer à l’aune de ses thèses fixistes et de ses doctrines raciales.

      Dès la parution de l’Origine des espèces en 1859, Agassiz se profile en effet comme l’un des principaux adversaires de Darwin. Farouchement opposé à l’évolutionnisme, le naturaliste suisse avait pourtant contribué à la mise en évidence du développement progressif de la vie et de la succession des espèces. Dans l’épistémologie finaliste d’Agassiz, cependant, ces filiations n’étaient pas génétiques, mais idéelles : elles suivaient un Plan divin de créations successives établi dès l’origine du monde.

      Quoique catégoriquement hostile à l’esclavage des Noirs, Agassiz est marqué par un racisme viscéral. Ses positions relatives à l’infériorité de la « race noire » ne se distinguaient pas de celles partagées par la majorité des anthropologues de l’époque. Mais à la différence de ses confrères, Agassiz s’est profondément compromis dans le débat public, en alimentant, avec son puissant prestige scientifique, une idéologie raciste aux répercussions politiques prévisibles. En 1863, il recommande ainsi aux autorités de l’Union de concentrer les esclaves affranchis dans certaines zones des états du Sud, afin d’éviter les conséquences selon lui néfastes de la contamination réciproque des races blanche et noire. Par-delà l’égalité officiellement proclamée, cette recommandation préfigurait en quelque sorte la ségrégation de fait qui s’imposera peu à peu, après la Guerre de Sécession.


      https://www.unine.ch/unine/home/luniversite/portrait/histoire/louis-agassiz.html

      David de Pury (bienfaiteur)

      Son vrai nom est #David_Purry, créé Baron le 1er janvier 1785. Une très ancienne gravure retrouvée au Portugal l’atteste.

      D’autre part, sur le socle de la statue érigée à son souvenir sur la place portant son nom à Neuchâtel il est écrit : « David de Purry ». La place quant à elle s’appelle la Place Pury. On y apprend également que le Baron David de Purry (1709-1786) est considéré comme « bienfaiteur de Neuchâtel ». Il légua à sa ville natale, peuplée alors de quelque 2 000 habitants, sa fortune. Celle-ci correspondrait de nos jours à quelque 600 millions de francs. Cette somme a permis de construire plusieurs bâtiments importants et a financé le détournement du cours d’eau "Le Seyon".


      https://fr.wikipedia.org/wiki/David_de_Pury_(bienfaiteur)

      Famille de #Pourtalès

      La famille #de_Pourtalès, d’origine cévenole, s’est illustrée dans de nombreux domaines et notamment dans le commerce, la finance, la diplomatie, l’armée, les sciences et la littérature. Elle offre un bon exemple de réussite d’une famille huguenote ayant préféré émigrer plutôt qu’abjurer. Collectionnant les châteaux et tissant un vaste réseau d’alliances, elle va essaimer en Suisse, en Allemagne et aux États-Unis d’Amérique. Au XIXe siècle, on parle du « royaume Pourtalès » tant cette famille est riche et puissante.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Pourtal%C3%A8s

      Famille #de_Meuron

      Ancienne famille suisse originaire du canton de Neuchâtel. Bourgeoise de Boveresse, de Neuchâtel (1598), de Saint-Sulpice (NE), d’Orbe (1766), d’Yverdon (1818), de Genève (1902 Orbe) et de Sonvilier.

      L’un des membres de cette famille, Charles-Daniel de Meuron, formera en 1781 un régiment de mercenaires, le Régiment de Meuron. D’abord mis au service de la Compagnie hollandaise des Indes orientales et déployé au Ceylan (Sri Lanka), ce régiment passe ensuite au service de l’Angleterre. En 1813, on le retrouve stationné sur l’Île de Malte, au milieu de la Méditerranée (source : Maurice Vallée).

      http://www.genealogiesuisse.com/meuron.htm

      Pierre-Alexandre #DuPeyrou

      Pierre-Alexandre DuPeyrou, né le 7 mai 1729 et mort le 13 novembre 1794, est un notable de Neuchâtel, à la tête d’une énorme fortune et un esprit indépendant qui se lia notamment avec Jean-Jacques Rousseau. C’est lui qui, après la mort de l’écrivain, publia à Genève, en 1788, la première édition complète de ses œuvres. En 1790, il publia, encore à Neuchâtel, la deuxième partie des « Confessions »1.


      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Alexandre_DuPeyrou

    • Viens de lire cela sur la page FB d’un journaliste du Courrier, Mohamed Musadak :

      La ville de Neuchâtel décide de remplacer le nom de la rue Louis Agassiz, glaciologue et théoricien de la hiérarchie des races, par celui de #Tilo_Frey, première Noire élue au Conseil National. Cocasse

      Et grâce à cela, je découvre cette personnalité suisse... politicienne, femme, noire... (elle cumule, elle, surtout dans les années 1970 !)
      Tilo Frey :

      Lors de la votation fédérale du 7 février 1971 la population suisse se prononce en faveur du droit de vote et d’éligibilité pour les femmes suisses ; dans le prolongement de cette modification constitutionnelle, Tilo Frey est en octobre 1971 la première neuchâteloise à être élue au Conseil national ; elle y reste durant une législature, jusqu’en 19752.

      http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/d/D6042.php
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tilo_Frey

      Info sur changement de nom à vérifier.

    • Neuchâtel débaptise l’#Espace_Louis_Agassiz, scientifique controversé

      La Ville de Neuchâtel a décidé de reconsidérer la place et l’héritage de Louis Agassiz dans l’espace public. Le glaciologue, accusé d’avoir promu le racisme, soulève la polémique depuis quelques années en Suisse.

      La Ville a indiqué vendredi avoir choisi de baptiser l’actuel Espace Louis-Agassiz du nom de Tilo Frey, pionnière de l’émancipation des femmes et des minorités ethniques en Suisse. Elle a fait partie des onze premières femmes élues au Parlement fédéral en 1971, sous la bannière du Parti radical.

      L’abandon du nom Espace Louis-Agassiz, où se trouve la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Neuchâtel, a été fait en accord avec le rectorat et sera effectif en 2019.

      Cette décision est « exceptionnelle », précise la Ville. Elle répond à la préoccupation de ne pas porter atteinte à l’image de l’Université au niveau international par une adresse qui la lie à une personnalité controversée.
      Héritage pas entièrement renié

      « On n’est pas en train de déshonorer la mémoire de Louis Agassiz » ou de « céder au politiquement correct », a déclaré vendredi à Neuchâtel Thomas Facchinetti, conseiller communal en charge de la culture et de l’intégration. « On est conscient de la contribution considérable du biologiste », cofondateur de l’Université de Neuchâtel et du Musée d’histoire naturelle, à la science.

      La Ville estime néanmoins qu’il subsiste encore de nombreux hommages de Louis Agassiz à Neuchâtel - buste à l’Université, grand portrait au Musée d’histoire naturelle, bloc erratique à Pierre-à-Bot. Il peut « céder un peu des honneurs » qui lui sont faits au profit d’une femme de couleur. Les personnalités féminines sont d’ailleurs largement sous-représentées dans les noms de rue, a ajouté Thomas Facchinetti.

      https://www.rts.ch/info/regions/neuchatel/9826189-neuchatel-debaptise-l-espace-louis-agassiz-scientifique-controverse.html

      Dans le reportage de la RTS on y apprend que à #Saint-Galles il y avait une rue #Krüger, repabtisée depuis #Dürrenmattstrasse :

      St.Galler Erinnerungen an den Sklavenhandel

      Einer der gutbesuchten Workshops am diesjährigen Sufo war die Diskussionsrunde «Auf den Spuren des Sklavenhandels in St.Gallen» samt zugehörigem Spaziergang. Ein Thema, das mehr mit heute zu tun hat, als auf den ersten Blick zu vermutet.


      https://www.saiten.ch/st-galler-erinnerungen-an-den-sklavenhandel


  • Haaretz : Israël fait avancer des projets pour la construction de 2000 nouveaux logements coloniaux illégaux en Cisjordanie
    Ma’an News Agency – 25 septembre 2017
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/09/26/haaretz-israel-fait-avancer-des-projets-pour-la-construction-de

    Bethléhem (Ma’an) – L’Administration civile d’Israël, connue aussi sous le sigle COGAT – qui a en charge la mise en œuvre des nombreuses politiques israéliennes dans le territoire palestinien occupé – se prépare à faire avancer dans les quelques semaines qui viennent des projets pour construire jusqu’à 2000 nouveaux logements coloniaux en Cisjordanie occupée, selon le quotidien israélien Haaretz.

    Haaretz a publié l’article ce dimanche, en citant un responsable du gouvernement israélien, sous couvert d’anonymat, qui aurait affirmé que les projets en questions pourraient être déposés dès la semaine prochaine.

    Pour la plupart, fait remarquer Haaretz, ces projets « vont simplement passer à une autre étape du processus d’urbanisme », même si quelques appels d’offre pour des constructions immédiates sont également destinés à leur approbation. Haaretz ajoute que, selon le responsable du gouvernement, si les projets ne sont pas déposés d’ici la semaine prochaine, ils le seront après la fête juive du Sukkot qui prend fin le 11 octobre.

    L’un des quelques projets qui devraient recevoir l’approbation définitive concerne la construction de 300 logements coloniaux supplémentaires dans la colonie de Beit El, dans le district de Ramallah, en Cisjordanie centrale. Haaretz rappelle que le gouvernement israélien, il y a plus de cinq ans, a promis de nouveaux logements aux dirigeants des colons « après la démolition de maisons construites illégalement (pour la loi israélienne) dans la colonie ».

    Selon Haaretz, le Comité suprême d’urbanisme de l’Administration civile avait reporté une réunion récente à la demande du bureau du Président US Donald Trump.

    « Le but de ce report était de s’assurer que la réunion du Comité n’ait pas lieu en même temps que l’Assemblée générale des Nations-Unies ou les réunions diplomatiques qui l’entouraient » indique Haaretz, notant que l’agenda du Comité était censé être publié la veille de la rencontre de Trump à New York avec le Président palestinien Mahmoud Abbas.

    « Ce haut responsable a affirmé que la Maison-Blanche avait demandé au bureau du Premier ministre (israélien) de reporter la publication de l’agenda afin de ne pas perturber la rencontre Trump/Abbas, et le bureau du Premier ministre a été d’accord ».

    #colonialisme_de_peuplement


  • 8 Palestinians displaced after Israeli forces demolish home in Silwan
    Sept. 13, 2017 12:58 P.M. (Updated: Sept. 13, 2017 2:44 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=779088

    JERUSALEM (Ma’an) — Israeli bulldozers demolished a Palestinian home in the occupied East Jerusalem neighborhood of Silwan on Wednesday morning, displacing eight Palestinians, including four children.

    Workers from Israel’s Jerusalem municipality escorted by Israeli police forces raided the Ras al-Amud area of Silwan, surrounded a two-story home belonging to the Abu Farha family, and proceeded to raze it to the ground.

    #colonialisme_de_peuplement


  • Israeli settler family to move into Hebron home, days after expelling Palestinian owners
    July 31, 2017 7:14 P.M. (Updated: July 31, 2017 7:14 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=778457

    BETHLEHEM (Ma’an) — Almost one week after dozens of extremist Israeli settlers raided and occupied a Palestinian home in the southern occupied West Bank city of Hebron, an Israeli settler declared on Monday that he and his family will be officially moving into the home, despite an ongoing legal battle between the Palestinian homeowners and Israelis.

    The Israeli settler who made the declaration, according to Hebrew media, was Yossi Dagan, a leader of the Homesh First organization — an umbrella organization of right-wing settler groups whose goal is to rebuild Homesh settlement, which was destroyed and evacuated by the Israeli government in 2005.

    Hebrew media reported on Monday that Dagan accused the Israeli government of “stalling” on legal procedures, and called on Israeli leaders to “stop this injustice” and to move the ownership of the home — which belongs to the Palestinian Abu Rajab family — to Dagan and the settlers of Hebron.

    Residents of the Abu Rajab house, located in the Old City of Hebron near the Ibrahimi Mosque, have been embroiled in a legal battle with Israeli settlers for years, after Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu declared his intention to encourage the establishment of a new illegal Israeli settlement there to be named Beit Hamachpela.

    #colonialisme_de_peuplement


  • Des colons israéliens occupent illégalement une maison palestinienne à Hébron | Middle East Eye | 27 juillet 2017 | Lubna Masarwa et Olivia Alabaster
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/des-colons-isra-liens-occupent-ill-galement-une-maison-palestinienne-

    JÉRUSALEM – Plus d’une centaine de colons israéliens occupent une maison palestinienne dans la ville-poudrière d’Hébron, en Cisjordanie occupée, en réaction à la situation actuelle à Jérusalem, selon leurs déclarations.

    Les colons se sont barricadés à l’intérieur du bâtiment et ont érigé des drapeaux israéliens sur le toit.

    La maison – qui appartient à la famille al-Rajab mais est connue des Israéliens comme Beit HaMechpela – se trouve à proximité de la mosquée al-Ibrahim, site du massacre commis en 1994 par un extrémiste israélo-américain qui avait coûté la vie à 29 Palestiniens.

    Hazim Abu Rajab al-Tamimi, fils du propriétaire, a indiqué que l’armée avait déclaré la zone « zone militaire fermée » et qu’environ 200 colons encerclaient le bâtiment.

    « Nous avons demandé aux tribunaux locaux de les expulser, car cela est illégal », a-t-il déclaré. « Nous attendons une réponse. »

    Imad Hamdan, directeur du comité de reconstruction d’Hébron, a affirmé que les autorités auraient pu facilement empêcher les colons d’entrer dans la propriété et les obliger à évacuer.

    « L’armée et la police israéliennes pourraient empêcher les colons d’occuper la maison », a-t-il dit à MEE.

    « Les occupants sont censés assurer la protection de ceux qu’ils occupent, selon la Convention de Genève », a-t-il ajouté en se référant à l’occupation israélienne de la Cisjordanie.

    #Hebron #colonialisme_de_peuplement


  • Israel set to approve plans for 2,100 new settlement housing units in West Bank - Israel News - Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.793342

    Settlers had hoped for approval of thousands more homes, but Prime Minister’s Office reduced the number; around 600 outside of settlement blocs
    Yotam Berger and Barak Ravid Jun 03, 2017 9:02 PM

    Some 2,100 new housing units all over the West Bank will be on the agenda of the planning and building committee of the Israel Defense Forces’ Civil Administration next week. Most of the units – around 1,500 – are to be constructed inside the settlement blocs.

    The top planning council for the West Bank announced the agenda for the meeting on Friday morning. This is the first significant meeting of the council since U.S. President Donald Trump took office in January.

    While some of the plans to be examined relate to final approval before construction, the vast majority still have some way to go before reaching that stage.

    Many of the projects are not actually new, but their progress has been delayed for bureaucratic reasons, a source told Haaretz. Some of the housing units already exist and their approval by the planning council will just authorize their status retroactively, he added.

    Despite the seemingly large number of homes under consideration, the settler leadership was disappointed because it had hoped for thousands more units to be discussed by the planning council.

    On Friday, several settlement leaders released statements accusing Netanyahu of freezing construction.

    Yossi Dagan, the head of the Samaria Regional Council, said in a statement to the press that “Netanyahu is trying to create a voluntary construction freeze. After eight years of Obama, a new freeze won’t pass.”

    Knesset Member Bezalel Smotrich said on Twitter that the agenda is “very disappointing,” and added: “I don’t think we will be able to live with it.”

    The Yesha council, an umbrella organization for all local authorities in the territories, said that while it welcomes the renewed planning and construction, dozens of plans are missing from the agenda.

    The prime minister’s bureau reacted angrily to the statements.

    “Contrary to the claims, there is no construction freeze,” it said. "In recent months, thousands of housing units have been approved across Judea and Samaria, and a new town has been approved for the first time in decades.

    “Repeating the lie doesn’t make it true. The policy set by the cabinet is very clear: planning will be advanced next to the settlements’ built-up area, and plans are to be approved every three months. No one takes care of the settlements more than Prime Minister Netanyahu, while also maintaining the national and international interests of the State of Israel in an informed manner.”

    Settlers’ dashed hopes

    The planning council will meet to issue permits to advance a number of different projects in various settlements. Some of the plans are outside the large settlement blocs and will be for construction in Susya, in the South Hebron Hills; Beit El, north of Jerusalem; and Revava in the northern West Bank. However, a large amount of the construction expected to be approved is in Ma’aleh Adumim, east of Jerusalem, and Ariel.

    The publication of the agenda of the Civil Administration’s top planning council came after a meeting Thursday evening in the Prime Minister’s Office.

    The settlers have been waiting for the meeting for weeks, and the regional councils in the West Bank and the Yesha Council of Settlements in Judea and Samaria had been hoping the meeting would lead to the legalization of unauthorized outposts and the approval of thousands of new homes.

    The settler leadership had hoped understandings with the Trump administration would enable the advancement of numerous projects that were frozen during the Obama administration.

    Settler leaders have said recently they expected five-digit numbers of new housing units to be approved all over the West Bank, both inside and outside the settlement blocs.

    At Thursday’s meeting in the PMO, it was decided to limit the number of units to be discussed by the planning council, two people involved in the process told Haaretz.

    Now the settlers are hoping for approval of at least 5,000 new housing units, and not the tens of thousands they had hoped for.

    Thousands of units were taken off the agenda at the meeting with Prime Minister Benjamin Netanyahu, said one of those involved.

    The retroactive legalization of the unauthorized outpost of Kerem Re’im in the Mateh Binyamin Regional Council will be on the agenda, and its expansion may even be discussed.

    #colonialisme_de_peuplement


  • Comment Israël empêche les agriculteurs palestiniens de travailler leur terre
    Amira Hass | Haaretz 28 mai 2017 | Traduction : Luc Delval
    http://www.pourlapalestine.be/comment-israel-empeche-les-agriculteurs-palestiniens-de-travailler-l

    Un palestinien roule vers sa terre au-delà de la barrière de séparation de Cisjordanie près de Qalqilya, avril 2017. Nir Kedar

    (...) Cette grève, de façon assez surprenante, n’a pas fait de vagues en dehors des agriculteurs et de leurs familles, alors qu’il s’agit d’un problème qui affecte l’avenir de l’ensemble des réserves foncières publiques palestiniennes. Mais peut-être n’est-ce après tout pas si surprenant, puisque depuis octobre 2003 – c’est-à-dire le moment où le commandant des forces israéliennes en Cisjordanie, le Major Général Moshe Kaplinsk avait émis un ordre de bouclage pour l’ensemble de la “zone couture” – les Palestiniens n’y ont plus joui d’aucune liberté de déplacement.

    Les citoyens israéliens et les résidents, les personnes qui peuvent bénéficier de la “Loi du retour” pour immigrer en Israël (ainsi que le précise l’ordre) et les touristes peuvent entrer librement dans la “zone couture”. Seuls les Palestiniens ont besoin d’un permis pour pénétrer sur leurs terres et dans leurs maisons, et ils ne peuvent y pénétrer pour aucune autre raison que pour y travailler ou pour y résider.

    Depuis 2009, l’Administration civile a publié régulièrement (et pas seulement à l’intention des agriculteurs), toutes les quelques années, des brochures contenant les ordres en vigueur pour l’obtention de permis pour la “zone couture”. En février, la cinquième version a été diffusée. Et la combinaison de nouvelles règles et de nouvelles interprétations des règles existantes qu’elle contient déclenché les signaux d’alarme.

    L’une d’entre elles réduit à néant la tradition palestinienne du travail de la terre collectif, en famille. Au lieu de cela, l’Administration civile oblige les famille à diviser artificiellement les terres entre les héritiers lors du décès du père, et cela même s’il préfèreraient traiter la terre comme une propriété commune, certains membres de la famille y travaillant effectivement tandis que d’autres paient pour le tracteur, les semences ou les outils, et que d’autres encore assurent la commercialisation de la production. Diviser les terres prend du temps, notamment en raison de la superposition des bureaucraties israélienne et palestinienne. Et cela coûte de l’argent (honoraires, etc…) et ce peut aussi être une source de conflits entre les héritiers.

    Cette règle a été introduite pour la première fois en 2014. Il ressort de conversations avec des agriculteurs, à la fin de 2016, que certains d’entre eux s’y sont déjà conformés. Les comités de liaison palestiniens n’avaient apparemment pas compris immédiatement à quel point c’est grave.
    Une nouvelle règle non-écrite

    Mais voici où se situe le piège : une interprétation qui ne figure pas dans la brochure officielle. Dans le courant de la deuxième moitié de 2016, quelqu’un au Bureau de liaison israélien (qui fait partie de l’Administration civile) a apparemment décidé qu’ils n’est pas nécessaire qu’une parcelle de moins de cinq dunams soit travaillée par plus d’une personne, règle dont il découle qu’un permis d’entrée ne sera délivré qu’au propriétaire enregistré de cette parcelle, même s’il s’agit d’un vieillard, s’il est malade ou s’il a un autre travail. Depuis les derniers mois de 2016, Haaretz et les organisations de défense des droits humains ont reçu de nombreux témoignages de cette façon de procéder.

    Comme toujours avec les règles non-écrites, il était possible au début de penser qu’il ne s’agissait que d’incidents isolés, découlant peut-être d’un malentendu. Mais les témoignages se sont accumulés. Et en réponse à des questions de Haaretz, un porte-parole du Coordinateur des Activités Gouvernementales dans les Territoires [occupés] (COGAT) n’a pas nié qu’en effet telle est l’interprétation en vigueur. (...)

    #Colonialisme_de_peuplement


  • Israël approuve la création d’une nouvelle colonie
    RFI | publié le 31-03-2017
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170331-israel-approuve-creation-une-nouvelle-colonie

    C’est une première depuis plus de vingt ans. Le cabinet de sécurité israélien a approuvé la création d’une nouvelle colonie. C’était une promesse du chef du gouvernement, Benyamin Netanyahu, qui satisfait là l’aile droite de sa coalition.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Cela fera deux mois ce samedi... Le 1er février, le gouvernement israélien évacuait la colonie d’Amona, un avant-poste illégal aux yeux du droit international mais aussi de la loi israélienne et dont la Cour suprême avait ordonné la destruction.

    Promesse

    En appliquant cette décision de justice, l’exécutif allait contre une partie de son électorat. Benyamin Netanyahu avait donc promis aux 40 familles d’Amona qu’une nouvelle colonie serait créée pour eux.(...)

    #colonialisme_de_peuplement


  • Les détricoteuses étaient donc des menteuses… [Histoire, jacobinisme et langues régionales] Par Alèssi Dell’Umbria
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/les-detricoteuses-etaient-donc-des-menteuses-histoire-ja

    « Pourtant à la fin du XIX siècle, personne n’empêchait l’enseignement des langues régionales » . Mathilde Larrère. Historienne. « Les langues des minorités ont eu toujours leur place à l’école ». Laurence De Cock. Historienne. On trouve ces perles sur Mediapart où, sous … Continue reading →

    #ANTICAPITALISME #alessi_dell'umbria #colonialisme #colonialisme_intérieur #langue #patois


  • Clashes break out in Bedouin village after Israeli police deliver demolition orders
    Oct. 27, 2016 11:30 A.M.
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=773739

    NEGEV (Ma’an) — Clashes broke out on Wednesday between Israeli police and local youth in the Bedouin village of Bir Hadaj in Israel’s Negev desert, after Israeli police affixed demolition orders on some villagers’ homes.

    Locals told Ma’an that Israeli forces detained a number of people during the clashes, and that some Bir Hadaj residents were injured in the process.

    They added that Israeli police issued demolition notices for homes belonging to the Abu Murayhil family ordering that the houses be demolished within 24 hours.

    Locals said these houses had been demolished by Israeli authorities two weeks earlier, and had been recently rebuilt with the help of the Higher Guidance Committee of Arab Residents in the Negev.

    “Israel thinks that it will find a solution by using force,” Bir Hadaj local committee head Salama Abu Idesan said. “It is not accustomed to negotiate with citizens, but we confirm that we are willing to have a dialogue and will not leave our land.”

    #colonialisme_de_peuplement_israélien


  • In West Bank, layers of institutionalized violence

    A look at a West Bank checkpoint ’that provides the Jews land and rights that it deprives the Palestinians of, a violence of the overlord that is intravenously fed into the veins of every Israeli.’
    Amira Hass Oct 25, 2016 10:36 PM

    http://www.haaretz.com/opinion/1.749222

    A file photo of the DCO checkpoint near Ramallah, 2010.Emil Salman

    The two men, dressed in black pants, white shirts and Jewish religious skullcaps, standing and taking pictures with their cell phones, would not have stood out if not for where they were, near the vehicle lane at the DCO/Beit El checkpoint in the West Bank, at the eastern entrance to the Palestinian city of Ramallah.

    They weren’t taking pictures of the view on a Sunday morning or of the Israeli Civil Administration building that sits on a hill to the rear. They were photographing cars streaming into Ramallah.

    Whether or not there was a connection, a few moments after they noticed that this reporter was photographing them taking pictures, they left the location and got into a car parked further behind, where a driver with a thick beard was waiting for them.

    What did they have to do with the hundreds of Palestinians making the morning commute to work in the city? What did they have to do with the checkpoint, where in recent months its conditions for crossing have eased, and at which time there were no soldiers stationed?

    The men taking pictures were not physically violent but the entire situation reflected layers of arrogant entitlement.

    The checkpoint is a scene of layers and years of bureaucratic and military violence that has limited Palestinian freedom of movement in favor of the Jewish invaders. It’s violence that provides the Jews land and rights that it deprives the Palestinians of, a violence of the overlord that is intravenously fed into the veins of every Israeli.

    A few dozen kilometers from there, on Monday, a young man with side locks hidden under a black hat sicced a German shepherd on several members of the Arab-Jewish Ta’ayush (Living Together) organization who have been monitoring the illegal and unauthorized new West Bank Jewish outpost being built in the Al-Hama area of the northern Jordan Valley.

    Petrified by the unleashed dog, a solidarity activist from abroad who had joined the Ta’ayush patrol stumbled and fell into thorn bushes.

    A photo shows the show the dog coming from behind and almost biting one of the activists (who exhibited impressive composure). At that moment the young man with the hidden side locks was holding the dog by its collar, it should be noted: Pent-up violence, reserved at least for the time being for non-Arabs.

    The dog, an openly visible gun, in addition to concealed guns, threats and the entitled arrogance have for nearly two weeks denied Palestinian shepherds access to grazing land on the hill.

    The site is a storehouse of deep layers of Israeli violence. The Mehola settlement across the road is built on land owned by Palestinians who unfortunately were not in the West Bank when it was occupied by Israel in 1967. These legal owners are now deemed absentees.

    The settlement is not defined as illegal, adding additional layers of linguistic abuse. The road is called Gandhi Road, a reference to the nickname of the late Israeli Rehavam Ze’evi, who preached the physical expulsion of Palestinians and whose memory is sanctified in Israel today.

    On the west side of the road lies the illegal, unauthorized outpost of Givat Salit, which has already taken control of privately owned Palestinian land, planting date palms and olive trees at the site, as well. And now comes the turn of a brand-new outpost, set up just five or six weeks ago.

    The authorities are aware of it, and the unit of the Coordinator of Government Activities in the Territories has said that stop-work orders have been issued against it, and that last Thursday it was found that the construction work had stopped. Really? This reporter on that same Thursday saw construction work expanding up the hill.

    And wonder of wonders, shortly after the outpost was erected, forces from the Israeli Civil Administration came and demolished huts and animal pens where the community of Palestinian shepherds lived.

    A joint operation, we should call it. The deception that is meant to obscure the close cooperation between the lawlessness of the authorities and that of individuals is another layer of institutionalized violence.

    Members of Ta’ayush took pictures of Mehola’s grandchild outpost and the people at the outpost called the police, who showed up immediately.

    In what way are the Ta’ayush members any different from the Jews taking pictures at the entry checkpoint to Ramallah? The Jews that are a part of the Israeli aggressive fabric that Ta’ayush is trying to unravel.

    #Amira_Hass
    #colonialisme_de_peuplement_israélien #violence


  • Settlers build new illegal outpost on private Palestinian land - with Israeli authorities’ knowledge
    Israeli army says stop-work orders have been issued and further enforcement efforts will be taken in Jordan Valley, but Haaretz saw work continuing on Thursday.
    By Amira Hass | Oct. 23, 2016 | 3:38 AM
    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.748747

    A new, unauthorized outpost is being constructed in the northern Jordan Valley on privately owned Palestinian land. The outpost has been established in close proximity to another illegal outpost, Givat Salit, which was created in 2001.

    A man identified as “Tzuriel” and who was said by his associates to be the “boss” of the new outpost, refused to answer questions from Haaretz on the matter last Thursday.

    The Coordinator of Government Activities in the Territories said a stop-work order has been issued at the outpost. It added that a patrol conducted on Thursday revealed construction at the site had ceased, and that further enforcement activity will be carried out as necessary.

    However, a visit by Haaretz the same day revealed that construction was continuing.

    The area in which construction was being carried out had expanded to an adjacent hilltop and included the laying of a water pipe and the initial construction of a livestock pen. The hilltop, it should be noted, is considered state-owned and not privately owned Palestinian land.

    On Thursday, COGAT issued a statement saying: “At the end of September, illegal construction was noted, against which stop-work orders have been issued. Continued enforcement will be carried out in accordance with professional and operational considerations. A patrol today found that work had stopped. After the [Sukkot] holiday, an additional patrol will be arranged and any additional enforcement steps required will be taken.”

    More than a week ago, the people at the outpost allegedly began threatening Palestinian shepherds, preventing them from bringing their flocks to their regular grazing lands on the hilltop. One of the settlers, Tzuriel, was allegedly seen armed with a gun.

    On September 27, shortly after the outpost was established, forces from the Israeli Civil Administration demolished a Palestinian family’s entire tent encampment. The Ayoubs, a family of shepherds, have lived at the site for many years.

    Shepherds from the area, as well as members of the Arab-Jewish activist group Ta’ayush, have told Haaretz that the outpost was established about five weeks ago in an area of eucalyptus trees. It consists of a large, curved wooden hut and a structure serving as a sukkah. Sofas and armchairs have been set up outside, along with an exterior kitchen with a refrigerator, sink and running water.

    Last Thursday morning, there were 11 Israelis at the site: a couple who looked to be in their 40s, a baby, a boy, four older girls and three young men. Two of the girls took sheep out to graze. An older man and several young men dug a channel from the top of the hill to the outpost and ran the water pipe down the hill through it. “We’ve managed to do a lot today,” one of them remarked on Thursday morning.

    Prior to that, they pounded iron fencing into the ground for what appeared to be a future livestock pen, as well as posts for what was seemingly the beginning of another structure. On Thursday afternoon, about 10 Israelis continued to carry out construction work at the site, Haaretz has learned. On Friday, sources told Haaretz that a water tank was installed at the site and additional iron posts installed.

    Thursday morning also saw an Israeli jeep speed into a flock of livestock owned by the Ayoub family. The vehicle was identified as belonging to a resident of Shadmot Mehola, a settlement on the other side of the road in the area. It was built on land owned by Palestinians who have lived abroad since 1967. Members of the shepherd family said they are now concerned that the people from the outpost and their associates will physically harm their flocks, in addition to barring access to their pastures.

    The separate unauthorized outpost of Givat Salit sits on 41 dunams (just over 10 acres) of land, some of which has been designated state-owned (and was registered as such before 1967). Another part, however, was built on privately owned Palestinian land. In recent years, settlers from Givat Salit have assumed control of another 33 dunams of private Palestinian land and planted olive trees and date palms there. Some of the grove is within an Israel Defense Forces firing zone.

    #colonialisme_de_peuplement_israélien

    • Report: Settlers continue building new illegal outpost despite stop-work orders
      Oct. 23, 2016 5:35 P.M. (Updated: Oct. 23, 2016 5:35 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=773680

      TUBAS (Ma’an) — Israeli authorities ordered settlers to stop construction on a new illegal outpost in the Jordan valley district of Tubas in the northern occupied West Bank, according Israeli authorities.

      Israel’s Coordinator of Government Activities in the Territories (COGAT), the body responsible for implementing Israeli government policies in the occupied West Bank, told Ma’an on Sunday that the “illegal construction” began at the end of September, and that COGAT issued "stop-work orders” to the settlers in the area.

      Israeli newspaper Haaretz reported on Sunday that their reporters visited the site of the outpost — which was established on privately owned Palestinian land, in close proximity to the illegal outpost of Givat Salit — and that construction was still ongoing, despite the stop-work orders that were issued, and COGAT’s claim that construction was halted.

      In its statement to Ma’an, COGAT reiterated its assertion that construction had stopped, saying that “further inspection of the illegal construction found that the construction halted only after the orders were issued.”

      “Enforcement measures will continue and will be carried out in accordance with professional and operational considerations,” the statement said, adding that “immediately after” the current Jewish holidays, “there will be another inspection by the Inspection Unit and enforcement proceedings will be taken accordingly.”


  • Pourquoi j’ai abandonné le culte
    Par Avigail Abarbanel – Le 8 octobre 2016 – Source Mondoweiss - Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.
    http://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-jai-abandonne-le-culte

    Le deuxième et plus important sujet qui m’ennuie est le crime que vous avez commis et que vous continuez de commettre au nom de « notre » survie. Vous vouliez une solution à la persécution de votre groupe et c’est justement là que réside le problème. Vous avez décidé de créer un ghetto que vous pensiez comme un havre de paix, alors que la terre était déjà bien occupée. Vous êtes venus et vous l’avez prise, avez perpétué un nettoyage ethnique et vous continuez encore à le faire. Je sais que vous n’aurez pas considéré votre mission comme accomplie avant que vous n’ayez toute la terre, sans son peuple.

    Vous êtes le produit d’une colonie de peuplement, un État créé par le déplacement et l’élimination du peuple qui vivait sur cette terre avant vous. La relation que vous entretenez avec vos victimes, les Palestiniens, a toutes les caractéristiques d’une relation entre des colons et ceux qu’ils souhaitent éliminer de leur existence. Les colons ne font pas que retirer un peuple de sa terre, ils effacent leurs endroits historiques, leur monuments, les preuves de leur histoire, matérielles et orales, toute trace de leur existence… S’il n’y a plus de victimes, il n’y a plus de crimes. Si le territoire est nettoyé de toute trace culturelle du peuple qui vivait ici, il devient libre d’être occupé par un nouveau peuple.

    #colonialisme_de_peuplement_israélien


  • Israël : appel à révoquer la citoyenneté du chef d’une ONG opposé à la colonisation -
    AFP | 22/10/2016
    http://www.lorientlejour.com/article/1014187/israel-appel-a-revoquer-la-citoyennete-du-chef-dune-ong-oppose-a-la-c

    Le chef de la coalition parlementaire du gouvernement israélien de droite cherche à révoquer la citoyenneté du directeur d’une ONG israélienne de défense des droits de l’Homme qui a exprimé aux Nations unies son opposition aux colonies.

    Le député David Bitan, membre du Likoud, le parti du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a déclaré vendredi soir à la chaîne 2 de télévision israélienne qu’il « examinait la possibilité légale » de révoquer la citoyenneté israélienne de Hagai El-Ad, directeur de l’ONG B’Tselem. Selon les analystes, l’initiative de David Bitan n’a que très peu de chance de se concrétiser car la loi ne permet de révoquer la nationalité que dans des cas avérés de « terrorisme, trahison ou espionnage ».

    Hagai El-Ad avait participé en fin de semaine dernière à une réunion du Conseil de sécurité de l’Onu sur les colonies.
    Il avait dénoncé 49 ans d’une « injustice, en l’occurrence l’occupation de la Palestine et le contrôle israélien des vies palestiniennes à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ».
    « Je vous implore aujourd’hui d’agir », avait-il lancé à l’assemblée.

    #colonialisme_de_peuplement_israélien


  • Nawaat – Kerkennah : en première ligne du changement climatique et de la résistance à l’industrie fossile
    https://nawaat.org/portail/2016/06/16/kerkennah-en-premiere-ligne-du-changement-climatique-et-de-la-resistance-a-l

    La Petrofac n’a pas repris ses activités hier, mercredi 15 juin, comme l’avait annoncé mardi dernier, le ministre de l’Energie et des mines. Ahmed Souissi, le représentant de l’Union des chômeurs diplômés à Kerkennah a expliqué que la reprise est tributaire de la satisfaction des revendications des habitants. Les médias dominants ont largement relayé la réunion ministérielle de samedi dernier au siège du gouvernorat de Sfax, la présentant comme une solution aux problèmes de Kerkennah. Mais selon Ahmed Souissi, les habitants ont boycotté cette réunion. Alors que les autorités focalisent sur la création d’une entreprise de services pour embaucher les chômeurs, les habitants de Kerkennah, exigent la création d’un fonds de développement, la lutte contre la corruption, le départ du directeur de Petrofac et plus de redevabilité des entreprises pétrolières. Au-delà des soubresauts de l’actualité, comment le choc entre néolibéralisme et changement climatique pourrait se révéler calamiteux pour l’archipel et ses habitants ? Enquête

    Fuite pétrolière sur la plage de Sidi Fraj dans les îles Kerkennah – Crédits photo : soseau.net

    La souveraineté des ressources naturelles : une lutte cruciale pour la justice environnementale et climatique

    Obtenir la souveraineté des ressources naturelles et s’émanciper des logiques de marché sont des étapes indispensables pour l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets. D’autant plus lorsque l’objectif de la justice climatique consiste à atténuer le fardeau du réchauffement qui pèse sur des populations déjà marginalisées et vulnérables. Reprendre le contrôle démocratique sur ces ressources est un autre pas vital de la marche vers une transition juste, pour rompre avec les énergies fossiles et passer aux énergies renouvelables. Des décisions aussi cruciales sur la nature, la structure et le sens même de nos systèmes énergétiques peuvent-elles être prises sans consulter les populations ?
    Pourtant, ce contrôle ne peut avoir lieu tant que les multinationales pétrolières et gazières gardent la mainmise sur la majorité de nos ressources. L’exemple de British Gaz (BG) est révélateur. Il s’agit du plus grand producteur de gaz dans le pays, responsable d’environ 60% de la production nationale à travers ses activités à Miskar et Hasdrubal. BG Tunisia contrôle 100% des intérêts dans le champ gazier de Miskar (le plus productif), qui se situe à 125 kilomètres des côtes dans le golfe de Gabès. Le gaz est ensuite traité à la centrale Hannibal, avant d’être vendu à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), le fournisseur national, au prix du marché international selon les termes d’un contrat à long-terme. Le gaz tunisien est vendu aux Tunisiens comme s’il était une marchandise importée !
    Un autre exemple édifiant est celui de la COTUSAL, l’entreprise française de sel qui exploite les marais salants tunisiens depuis l’époque coloniale (début du XXe siècle). La COTUSAL a échappé à la nationalisation après l’indépendance en 1956, et profita d’une position de monopole pendant près d’un siècle, jusqu’en 1994 quand son premier concurrent fit son entrée sur le marché. L’exploitation des marais salants continue en vertu d’un accord datant de 1949, qui offre à l’Etat tunisien un revenu minimal. L’entreprise produit environ un million de tonnes de sel, en exporte les trois quarts, générant un chiffre d’affaire de 32 millions de dinars en 2014 (environ 14 million euros). Cela n’a pourtant pas empêché l’entreprise de ne pas payer ses redevances fiscales, s’élevant à 5,7 million de dinars (2,5 million euros), accumulées sur une période de cinq ans (2007-2012).
    Compagnie Générale des Salines de Tunisie : Opacity, Evasion, Exploitation
    25/02/2015

    Pour paraphraser l’écrivain latino-américain Eduardo Galeano, il semble que « l’élite au pouvoir n’ait aucun intérêt à déterminer si le patriotisme pourrait être plus profitable que la trahison, et si la mendicité est vraiment la seule option au niveau de la politique internationale ». La souveraineté est hypothéquée par l’élite tunisienne au pouvoir qui a accepté (et continue de le faire) le pillage constant des ressources naturelles, générant notre pauvreté en nourrissant la richesse des autres.

    #Tunisie #Kerkennah #Petrofac #Industries_extractives #Énergies_fossiles, #communautés_locales #changement_climatique #impact_sur_l'environnement #impact_social #pollution #colonialisme_énergétique #souveraineté #souveraineté_nationale #souveraineté_des_ressources

    en rapport avec https://seenthis.net/messages/500864


  • Can Bitcoin Free West Africa From CFA Franc Tyranny? | ICT Works
    http://www.ictworks.org/2016/05/20/can-bitcoin-free-west-africa-from-cfa-franc-tyranny

    Zero Cost of Coinage
    One key issue is the requirement that the CFA Franc is printed in France and the African countries using the currency have to pay France for the printing services. Yet the Bitcoin payment system is free to use and open for anyone to use it. With Bitcoin technology, anyone can use the currency without requiring approval from any government payment processing services.
    Flexible Monetary Value
    The value of the CFA Franc is determined by France and has been devalued in 1994 at 50%, one French Franc, previously worth 50 FCFA became 100 FCFA (1). While the value of Bitcoin fluctuates, no one country manipulates it in order to control the economy of another country. Also, if Bitcoin is used as an immediate transfer value, vs. a store of wealth, the long-term exchange rate doesn’t matter.
    Easier Intra-Africa Trade
    The CFA Franc are emitted by three Central banks, the West African Central Bank (BCEAO), the Central Africa (BEAC) Bank and the Federal Islamic Republic of the Comoros Central Bank (BCC). Even-though they are technically the same Franc, there is no real convertibility between the three zones creating a trading fence between them. Bitcoin value is universal and anybody in the world could purchase goods from anyone without any intermediary.
    Lower Forex Costs
    The countries using the CFA Franc pay huge commissions disguised in the Operations accounts deposit to France for the convertibility of their currency. Indeed, France is the only country in the world, which guarantees to convert the CFA Franc in Euro (and therefore in most major currencies) and its monopoly creates hefty commissions while doing these operations. Bitcoin can allow money transfer between two remote locations instantly, with very little to no commissions. Bitcoin has the same value worldwide and does not need to be converted to fiat money.
    No Operations Accounts
    France has established a clearing house which forces the former African Colonies to deposit 50% of their currency with the French Central Bank. Whenever a former colony sells exporting goods on the international market, that country must keep 50% of the sales in what is called the operation accounts. Prior to 1973, all of these countries were depositing 100% of their transactions in these operations accounts. With Bitcoin there is no central bank and this constraint is eliminated.

    #colonialisme_monétaire #Afrique


  • ISIS Suicide Bomber Kills 41 at Iraq Soccer Game — NYMag
    http://nymag.com/daily/intelligencer/2016/03/isis-suicide-bomber-kills-41-at-iraq-soccer-game.html?mid=twitter_nymag


    Les attentats dans des pays à majorité musulmane se succèdent inlassablement depuis une semaine. Voilà qui devrait invalider les stupides thèses de choc des civilisations des va-t-en-guerre ethnocentriques occidentaux et démontrer, si besoin était, que les tueurs des Daesh ne sont pas des fanatique religieux mais bien des brigands meurtriers sans foi ni loi .

    At least 41 people were killed and 105 wounded when a teenage ISIS suicide bomber blew himself up at a small soccer stadium in the Iraqi city of Iskanderiyah, less than 30 miles south of Baghdad. The attack targeted the crowd watching an amateur soccer match on Friday evening in the mixed Sunni and Shi’ite town, and the city’s mayor, who was presenting awards to the soccer players at the time of the bombing, was among those killed. The BBC also reports that 17 of the dead were boys between the ages of 10 and 16. ISIS later claimed responsibility for the attack using its social media channels, according to the SITE extremist monitoring group. Amateur video captured the moment of the blast:

    • des brigands meurtriers sans foi ni loi

      hem. ça me paraît encore à géométrie variable, justement.

      Je crois que personne ne se fait exploser sans avoir foi en quelque chose. Je ceux qui se font exploser ainsi ont foi en une chose qu’on pourrait appeler « le choc des civilisations », par exemple.
      Ou, plus classiquement, #colonialisme_ .

      Ce quelque chose que les politiques « occidentales » construisent et pratiquent depuis des siècles, que le discours sécuritaire, antiterroriste, comme l’islamophobie et les néocolonialismes renforcent. Quelque chose dont nous portons tous plus ou moins une part de responsabilité, et qui frappe d’abord, directement - par la politique de nos gouvernements - ou indirectement - par la violence en retour que cette même politique produit - d’abord et avant tout toujours les mêmes populations, loin de nous.

      Les conséquences du colonialisme occidental, lorsqu’elles retombent sur nos gueules de blancs nous sont toujours intolérables, même lorsque nous trouvons un prétexte pour nous distinguer des victimes : voyons combien il est encore difficile de regarder en face l’extermination européenne des juifs d’europe ! L’impensable : des blancs traités sur leur sol comme l’étaient partout ailleurs les personnes non-blanches !

      Je veux dire que la rhétorique du « choc des civilisations » est un mensonge actif, une prophétie auto-réalisatrice. Pour paraphraser Warren Buffet, en quelque sorte : je crois qu’il existe une guerre de civilisation, que c’est la mienne qui la mène, et qu’elle est en train de la gagner - et que l’existence d’un « terrorisme » qu’elle a produit, qui terrorise infiniment plus ceux qu’elle accable déjà, est une des plus indéniables de ses grandes victoires. Je pense que les « terroristes » ont bien plus en commun avec les propagandistes occidentaux du choc des civilisations qu’avec qui que ce soit d’autre.

      (Pour ma part, je refuse que quiconque vienne me faire caguer avec de prétendues « histoires de religion » et de « laïcité », surtout lorsqu’ellil se présente comme un défenseur de la liberté d’expression, de penser, etc. Comme je ne veux plus rien avoir à faire avec les petits maîtres blancs qui braillent « Ni dieu ni maître » sitôt qu’une musulmane européenne menace de dire quelque chose à propos de la vie qui lui est faite en occident, par l’occident ; avec ces petits maîtres qui anathèmisent et excommunient - islamo-gauchistes !, etc. - à tour de bras quiconque ne défend pas avec elleux leurs, c’est à dire nos sinistres privilèges ).

      Il va falloir être conséquents : c’est à dire être _traîtres à notre #blanchité_ , camarades !

    • Je ne confonds jamais les donneurs d’ordre et les exécutants. Que les gus qui se font sauter le citron soient racolés sur des prétextes religieux me semble évident : la religion est toujours un bon moyen de domination et de manipulation des autres. Mais que les types qui les envoient au casse-pipe soient animés par des motifs religieux me semble hautement improbable.


  • L’islandais qui ne parlait pas l’anglais
    http://www.vivreenislande.fr/2016/03/lislandais-qui-ne-parlait-pas-anglais.html

    Et donc, Guðmundur, feignant de ne pas parler anglais – j’ai appris plus tard par Þorður qu’il faisait semblant – a eu un mal extraordinaire à se faire comprendre par les serveurs et s’en est remis à Þorður pour la commande. Et pour cause, le menu n’est même pas disponible en islandais ! Après le dîner, j’ai eu une discussion avec Alina, une des employées, originaire de Rzeszow, en Pologne, qui est une ville que je fréquente très souvent. Elle était très sympathique, professionnelle et toujours souriante, mais lorsque je lui ai demandé pourquoi personne ne parle islandais, sa réponse fût aussi glaciale que le vent qui soufflait à l’extérieur. Elle m’a répondu que l’hôtel-restaurant Skogafoss avait été ouvert non pas comme un restaurant pour les islandais, mais pour les touristes internationaux.


  • Histoire de mémoires
    http://melanine.org/?Histoire-de-memoires

    « Les émigrés nord-africains de #Belgique » est un documentaire sur la politique d’accueil des immigrés maghrébins en Belgique, réalisé en 1970 par Benoît Lamy et Francis Monheim, mon père. Retour sur l’histoire de ce film et sur celle de l’immigration maghrébine en Belgique, entre histoire familiale et collective. Que d’émotions en voyant ces archives… Réalisé deux ans avant ma naissance, par Francis Monheim , mon père, journaliste et écrivain, et par Benoît Lamy , journaliste et cinéaste, je découvre par (...)

    Comme les éléphants et les singes...

    / #Cinéma, Immigrations - Migrations , #France, #Colonialisme_et_colonisation, #Guerres_d'indépendance, Pauvreté, Belgique, #Algérie, (...)

    #Comme_les_éléphants_et_les_singes... #Immigrations_-_Migrations_ #Pauvreté #Maroc

    • La Sonuma. Même pour le passer en classe, ou devant les militants de ton association. Ce qui est paradoxal, c’est que c’est suite à la publication de cet article qu’il ont pris conscience de l’intérêt du film, via une association légaliste qui voulait le projeter. Le film trainait dans les tiroirs... comme beaucoup d’autres d’ailleurs.


  • Oil politics and the battle for Kobane | openDemocracy
    https://www.opendemocracy.net/arab-awakening/mika-miniopaluello/oil-politics-and-battle-for-kobane

    Kobane was supposed to fall. As ISIS assaulted the town, Turkish troops besieged it from the north, preventing reinforcements and arresting hundreds fleeing. US jets bombed ISIS forces elsewhere, driving them towards #Rojava: the largely Kurdish region in northern Syria self-administered by the movement for a democratic society (#Tev-Dem), headed politically by the PYD, and defended by the YPG and YPJ. A month into the battle, Kerry admitted that defending Kobane was still not a US strategic priority, despite growing pressure for an airdrop.

    (...)

    Why was the US happy to see ISIS crush Rojava? The heavy violence in Syria is heavily influenced by oil-driven geopolitics. This goes well beyond the smuggling of crudely refined fuel from ISIS-controlled Deir Ezzor into Turkey. For decades, energy colonialism has enabled the repression of democratic movements.

    #colonialisme_énergétique #démocratie #Etats-Unis