• (COVID-19) Chine : 4 cas importés à Guangdong, ont été lié au quartier africain en habitant permanent dans la même rue.
    [广东4例境外输入关联病例常住同一个街区,为非洲籍聚居地]
    #Covid-19 #Migration #Migrant#Chine#Canton#Yuexiu#quartierafricain#commerce#santé#étranger#mineur#nigérian
    4月5日,揭阳市卫生健康局官网通报,2例境外输入均为儿童,其中一位8岁确诊患者常住广州市矿泉街瑶台向阳大街,3月20日至25日住在其母亲经营的美食店(美妙美食店Emma Food)。其母亲庄某已于4月2日确诊,曾为一例尼日利亚输入确诊病例的密切接触者,庄某经营的美妙美食店顾客多为外籍入境人员。记者查询百度地图显示,该美食店位于矿泉街道瑶台西街向阳大街。而朝阳大街与美妙美食店步行距离仅200米,4分钟。

    http://www.jksb.com.cn/html/2020/jjxxgzbd_0405/161364.html

  • A cause du Coronavirus, il pourrait y avoir de la famine dans les pays pauvres, notamment l’Afrique, à cause des obstacles au commerce international : obstacles au importations de denrées, et moins d’exportations pour les financer :

    https://www.latribune.fr/economie/international/coronavirus-des-penuries-alimentaires-menacent-les-pays-dependant-des-impo

    Mais l’Allemagne n’a aucun problème pour continuer à vendre des armes à Israël, l’état en pleine épuration ethnique, et à la dictature Egypte :

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-l-allemagne-approuve-de-nouvelles-livraisons-au-moyen

    #barbarie-occidentale #vente-d'armes #commerce-international #faim #alimentation #Allemagne #Afrique

  • Syrian Kurds hunker down amid fears of COVID-19-Al Monitor

    “I am from Deir ez-Zor, and I have seven sons there. If I don’t show up to work today, I will not be able to secure their food. The lockdown decision is good but incomplete. We need an alternative to be able to secure our daily needs.”

    #Covid-19#Syrie#Conseildémocratiquesyrien#lockdown#commerce#migration

    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/syria-kurds-curfew-coronavirus-outbreak.html

  • L’alimentation en circuits courts permet de s’approvisionner avec moins de risque de contagion
    https://www.bastamag.net/alimentation-agriculteurs-circuits-courts-amap-resilience-alternative-cart

    Face à la décision du gouvernement d’interdire les marchés, des producteurs et des consommateurs s’organisent pour faire vivre les circuits courts. Une carte met en relation les producteurs et les magasins à proximité. Des dispositions sont prises pour assurer les distributions dans les meilleures conditions. Interdiction des marchés, couverts ou non. L’annonce d’Édouard Philippe le 23 mars représente une catastrophe sociale et économique pour bon nombre de productrices et producteurs agricoles. Cette (...) #Inventer

    / A la une, #Agriculture, Quelle agriculture pour demain ?, #Alimentation

    #Quelle_agriculture_pour_demain_ ?
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/guide_des_bonnes_pratiques_marche-s_et_lutte_covid19-1.pdf

  • Charte des grands principes rédactionnels : à faire, à ne pas faire | Gouvernement.fr
    https://www.gouvernement.fr/charte/charte-des-grands-principes-redactionnels/a-faire-a-ne-pas-faire

    Orwell bonjour, le gouvernement à désormais une « charte des grands principes rédactionnels » pour fabriquer sa #novlangue. On y apprend que l’on ne devra plus dire « depuis 36 ans », mais « depuis 1984 »

    Ce genre de guide des bonnes pratiques est parfaitement adapté pour des techniciens de la communication sans passé militant, qui ne connaissent pas le peuple à qui ils parlent. Les playmobils pourront ainsi optimiser leur benchmarks en suivant des règles qui, bien appliquées, leur éviteront de se faire taper sur les doigts par leur hiérarchie.

    • Marrant de voir que les tournures négatives sont remplacées par une tournure affirmative synonyme. Ce qui n’est pas forcément un défaut quand on veut communiquer une information avec plus d’efficacité.

      @rastapopoulos : ton exemple est assez intéressant en ce sens qu’il met l’accent sur un aspect très important dans la transmission de l’information, à savoir la « redondance ». Quand tu lis l’expression « depuis 36 ans » dans un texte, tu es forcement tenté (ou pas d’ailleurs, ça dépend de ton attention et du fait que tu es pressé ou pas de passer à autre chose) de faire un retour en arrière pour relire l’information que tu as peut-être perdue entre temps, c’est à dire l’année à prendre en compte pour situer l’origine du temps écoulé. Et, c’est vrai qu’il faut prendre le temps de faire ce retour. Par contre, à l’oral, il est plus facile d’exprimer cette durée et son origine en disant : « Depuis 36 ans, depuis 1984 en fait, il s’est passé plein de trucs, etc. »

    • Maintenant, @yohooo , les textes de l’administration ont toujours eu cette caractéristiques de « Novlangue » pour qui n’en maîtrise pas les codes. Je dirais plutôt jargon professionnel que novlangue : chaque domaine de l’administration a ses codes et évoque souvent les domaines où il faut légiférer et décider en termes « choisis » et compréhensibles par les seul·es membres du « sérail ». Prises de décision qui auront la fâcheuse tendance d’impacter notre quotidien sans nous demander notre avis. Du coup, c’est plutôt du côté de la transmission qu’il faut se poser les questions et aussi (surtout) de remettre en cause la chaîne de transmission descendante des ordres et décisions prises « au sommet de l’état » (ou de tout autres instances). Et là, il faut bien avouer que c’est mal barré. Et sinon, quand au sommet on sent que la base va renauder, et bien on organise des « consultations » de la base dont on se contrefout royalement que ça va continuer à coincer. Et si coince trop, que ça commence à se voir, que « l’opinion » s’émeut, les « directeurs » envoient une escouade de keu-flis tout en se retranchant derrière le fait qu’ils ont « consulté ».

    • @RastaPopoulos : Adieu double discours ! il y a 36 ou 68 chandelles, mon grand frère (en anglais) se la jouait plus beau et rebel qu’après l’invention du télécran.

      Mais sortons de cet exemple précis : donner une boîte-à-outils en communication à un gratte papier sans accroche sur le monde, c’est un peu comme donner un flingue à un soldat sans expérience de la vie. ça tue le discernement. On crée des Sibeth Ndiaye en série, prêtes à communiquer sans se poser de question.

    • @sombre : C’est justement le contraire qui se produit ici. Le gouvernement veut sortir de son jargon ( Parler « d’accident de voiture » plutôt que de « sinistre automobile » ). Et ça m’inquiète davantage. Parce que pue l’enfumage à plein nez.

      Quand on remplace « caissière » par « hôtesse de caisse », on peut se moquer du jargon hypocrite, mais on voit l’arnaque comme le nez au milieu de la figure.

      Ici, c’est le contraire, le gouvernement se dote d’un guide pour « parler vrai », et quand tu as besoin d’un guide, c’est que tu es étranger à la notion.

      Vous avez remarqué, en ce moment, tous les politiques utilisent le verbe « savoir ». Surtout à la place des verbes « connaître », « comprendre », « observer » ou « entendre » .

      Je sais votre dévouement...

      Déjà c’est faiblard, c’est pas beau à l’oreille, mais en plus ça présuppose qu’on est trop ignare (nous, le populo) pour comprendre de verbes un peu plus élaboré que « être », « avoir », « faire », « savoir », « pouvoir » et quelques autres notions communes que ma fille de 9 ans a assimilé depuis la maternelle. C’est de la condescendance pure.

    • le gouvernement se dote d’un guide pour « parler vrai »

      @yohooo je suis d’accord mais tu connais les principes de l’écriture pour le web (notamment les dates de type hier ne sont pas conseillées) et la théorie du KISS Keep It Simple and Stupid pour faciliter la compréhension de tous. (tout en pouvant parfaitement réduire à rien socialement les populations les plus fragiles)

    • .../... ça présuppose qu’on est trop ignare (nous, le populo) pour comprendre de verbes un peu plus élaboré que « être », « avoir », « faire », « savoir », « pouvoir » et quelques autres notions communes que ma fille de 9 ans a assimilé depuis la maternelle. C’est de la condescendance pure.

      Ah ça, ils ont une certaine expertise dans le domaine du #mépris_de_classe, les membres de l’aristocratie élective au suffrage majoritaire à deux tours.

      (tout en pouvant parfaitement réduire à rien socialement les populations les plus fragiles)

      Oui, de toute façon, quelque soit l’emballage des directives coercitives, les dites populations seront toujours réduites à pas grand chose, vu que on est dans une transmission à sens unique descendante sans l’ombre d’un espoir que les doléances remontent.
      – Ah oui, mais pour ça on a nos « institutions démocratiques » (nous disent-ils du haut de leurs mandats électoraux avec la morgue qui caractérise leurs « bien-naissances »).
      – Démocratiques, nos institutions ? Sans déc’ ...

    • j’avais pas creusé les textes, c’est assez énorme, ne serait-ce que le titre.

      La marque de l’État

      #sans_vergogne #Etat_danonisé #communikateurs

      Il n’est pas encore trop tard pour... Il est encore temps de...

      Cette tournure pour refuser d’inclure du négatif est enseigné quand tu fais du #commerce par exemple pour la vente téléphonique. Etudiante, j’ai fait une courte formation de téléopératrice dont je me suis enfuie justement à cause de cela. Tu avais aussi « la pilule rouge ou la bleue ? » à la place de « voulez-vous une pilule ? ».

      https://www.gouvernement.fr/charte/charte-graphique-les-fondamentaux/introduction

      La présente charte graphique s’inscrit dans le projet de refonte des fondamentaux de la communication de l’État.
      La raison d’être de cette charte s’appuie sur un constat partagé : nos concitoyens ont exprimé des difficultés à identifier, à comprendre, à s’approprier l’action gouvernementale et plus généralement l’action publique. La diversité de ses champs d’action, jeux d’échelles, ainsi que la multiplicité de nos institutions publiques, impliquent de gagner en simplicité et en clarté pour faciliter l’appropriation par les citoyens.

      Cette charte est ainsi la résultante de trois objectifs :

      Prolonger notre héritage graphique existant, héritage plébiscité par les Français. La Marianne, le drapeau français et notre devise sont des éléments patrimoniaux auxquels nous sommes tous attachés. Cette charte capitalise sur cet attachement et inscrit chacun de ces signes dans la longue histoire des emblèmes de la République Française.

      Actualiser et rationaliser notre système identitaire commun pour correspondre aux nouveaux formats et aux nouveaux usages auxquels font face tous les professionnels de la communication.

      Simplifier la compréhension du citoyen et sa perception de l’action publique.

      Et il y a un menu déroulant absolument vertigineux et illisible sur ce qu’il faut faire ou pas pour promouvoir « La marque de l’Etat »

      #publicitaires_à_l'œuvre
      #Etat

    • @touti il y a aussi la mise au pas de tous les ministères sous le même logo bleu blanc rouge. J’ai vérifié quelques sites, tous les logos sont désormais au garde à vous. Le message est clair : plus de contre pouvoir, même dans le faible espace d’imaginaire qui peut émaner d’un logo.

      ça fait partie de la lutte contre le « mille-feuilles » tant argué par les playmobils.

  • Journal d’une non-confinée : “Nous les caissières, on a l’impression d’être les oubliées” - Les Inrocks
    https://www.lesinrocks.com/2020/03/24/actualite/societe/journal-dune-non-confinee-nous-les-caissieres-on-a-limpression-detre-les

    Au début, nous n’avions pas de protections contre le virus. Mardi [17 mars, ndlr] on nous a donné des gants, et jeudi [19 mars, ndlr] on nous a donné des masques d’une durée de dix jours, lavables à la maison. On nous a aussi installé du Plexiglas devant la caisse, mais les gens viennent sur le côté. Et dans mon enseigne, la procédure nous oblige à vérifier que rien n’a été oublié dans le caddie, donc je dois dépasser cette barrière.

    Je ne suis pas trop stressée personnellement, mais les gens autour de moi ont peur. De nombreuses collègues se sont mises en arrêt parce qu’elles ont des enfants à la maison, qu’elles ne veulent pas contaminer. On est donc moins à travailler, mais on doit faire plus. Comme les clients ont vidé le magasin, on commence à 5h du matin, au lieu de 6h, pour mettre la marchandise en rayon. On est censés faire 30 heures par semaine, mais cette semaine on a dû arriver à 40 ou 45h.

    “Ne me parle pas, tu vas me refiler le coronavirus !”

    Au quotidien, en caisse, des clients nous parlent hyper mal. Ils nous reprochent de ne pas avoir eu de réassort assez vite, d’être incompétents. Quand on a eu le Plexiglas et qu’on leur a demandé de ne pas venir sur le côté, certains ont mal réagi : “On n’a pas le coronavirus, on va pas te le refiler !” ; ou alors : “Ne me parle pas, tu vas me refiler le coronavirus !”

    Souvent, ils ne respectent même pas les distances de sécurité indiquées par du scotch au sol.

    Avec ce qu’on apprend sur le virus, on se dit qu’on fait un boulot qui demande beaucoup de courage, mais le président nous a demandé de continuer. Le droit de retrait dans la grande distribution et le service public, en ces temps de crise, ça n’existe pas. On se rend compte que certains clients ont plus de masques et de gants que nous-mêmes. On est susceptibles d’avoir le virus. On le sait. Mais il faut bien alimenter la population, donc on reste ouvert, même si on a l’impression d’être les oubliées.”

    Françoise Vergès : “Les confiné.es ne sont que la partie visible de la situation”
    https://abonnes.lesinrocks.com/2020/03/20/idees/idees/francoise-verges-les-confinees-ne-sont-que-la-partie-visible-de-

    #travail #caissière #commerce #supermarché #coronavirus

    • Hier dans la queue en-dehors de la biocoop, une femme avec son gosse viennent à moins d’un mètre de moi. On est dans la rue, il y a la place, je demande à la dame de respecter la distance habituelle. Elle le fait, non sans m’avoir dit un truc désagréable que j’ai vite oublié. C’est ce que m’évoque la réaction des client·es : on ne fait pas ça parce que j’ai le virus ou parce que j’ai peur que tu aies le virus mais par mesure générale de précaution, parce que c’est plus facile si on accepte des règles de base qu’avec un pifomètre au cas par cas. Pfff ! Je me fais chier quand je croise un pote dans la rue à rester à deux mètres, c’est pas pour qu’un gosse vienne se planter près de moi à la distance qui lui fait plaise. Rebellitude de merde, mieux on obéit et plus on en sera débarrassé. Soyons plutôt attentifs/ves à la manière dont le #fascistovirus bouleverse nos formes de gouvernement...

  • L’UE veut multiplier les « #partenariats » avec les pays africains

    L’UE cherche à placer une série de « partenariats » de diverses thématiques politiques au cœur de sa #stratégie_UE-Afrique, qui sera officiellement lancée début mars, selon un document confidentiel.

    22 commissaires européens sur 27 doivent se retrouver jeudi à Addis Abeba en Ethiopie, pour le sommet de l’Union africaine. Le continent, dont la présidente de la commission a fait une priorité, doit faire l’objet d’une stratégie ad hoc. Dans une première version qu’Euractiv a pu consulter, la Commission assure qu’il faut « changer de discours et regarder l’Afrique sous l’angle de son devenir : la terre de la plus jeune population mondiale, la plus grande région commerciale depuis la création de l’OMC, un appétit pour l’intégration régionale, l’autonomisation des femmes, et tout ça créant d’immenses #opportunités_économiques. »

    L’ébauche de stratégie énonce aussi les domaines que l’UE couvrirait. Elle souhaite ainsi créer des partenariats pour la #croissance_durable et l’#emploi, pour une #transition_écologique, pour une #transformation_numérique, pour la #paix, la #sécurité, la #gouvernance et la #résilience, mais aussi pour la #migration et la #mobilité et enfin, le #multilatéralisme.

    L’accent mis sur les « partenariats » plutôt que sur le « #développement » y est clair. Il avait aussi marqué les premiers mois de la Commission #Von_der_Leyen.

    Le document de la Commission contient peu de substance sur les politiques mais montre la direction de la politique EU-Afrique dans l’un des documents clés donnant les orientations de la Commission « géopolitique » d’#Ursula_von_der_Leyen. Il devrait être dévoilé par l’exécutif le 4 mars sous la forme d’une communication, mais il est peu probable qu’il devienne une politique officielle avant le sommet UE/Union africaine en octobre à Bruxelles.

    Le processus d’ébauche de la #stratégie a débuté avec une réunion des ministres européens du Développement le 13 février dernier. Ces derniers doivent maintenant adopter des conclusions lors d’un Conseil Affaires étrangères en avril ou mai, puis lors du sommet européen des 18 et 19 juin.

    La #politique_africaine est aussi portée par le gouvernement finlandais, qui détient la présidence tournante de l’UE jusqu’en juillet.

    « La #Finlande prépare aussi sa propre stratégie pour l’Afrique. Les deux stratégies visent à renforcer un #partenariat_stratégique entre égaux entre l’UE et l’Afrique, et à stimuler leurs relations commerciales et politiques », commente la ministre finlandaise du Développement, Ville Skinnari.

    La stratégie se concentrera probablement sur les manières d’accroître les #opportunités_commerciales et l’#investissement entre les deux continents. Elle promet aussi davantage de soutien de l’UE pour l’accord établissant la #zone_de_libre-échange continentale africaine, qui entrera en vigueur plus tard dans l’année.

    Il risque néanmoins d’être éclipsé par les lentes tractations autour du successeur de l’#accord_de_Cotonou, qui couvre les relations politiques et commerciales entre l’UE et l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique. L’accord de Cotonou expire en mars et pour l’instant pas l’ombre d’un nouvel accord à l’horizon.

    L’exécutif européen assure qu’il est sur la bonne voie pour verser les 44 milliards d’euros d’investissements dans le #secteur_privé promis dans le cadre du #Plan_extérieur_d’investissement lancé par la Commission Juncker. Reste à savoir si la nouvelle « stratégie » comprendra de nouveaux investissements ou outils d’investissement.

    La note confidentielle souligne seulement que la Commission se concentrera sur « la mobilisation de tous les moyens : l’#engagement_politique, l’#aide_publique_au_développement, la #sécurité, la mobilisation des #ressources_domestiques, le secteur privé, etc. »

    L’UE est loin d’être le seul acteur international en lice pour développer davantage de relations économiques et politiques avec l’Afrique. Le #Royaume-Uni, l’#Inde, la #Turquie, la #Russie et la #France ont organisé ou organisent des conférences sur l’investissement axées sur l’Afrique en 2020.

    L’administration américaine de Donald Trump a également commencé à étoffer sa nouvelle offre de #commerce et d’investissement aux dirigeants africains.

    Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, s’est rendu au Sénégal, en Éthiopie et en Angola pour une tournée express du continent la semaine dernière. Il s’agissait de son premier voyage en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonction il y a deux ans.

    L’administration Trump a entamé des pourparlers sur un accord de libre-échange avec le #Kenya ce mois-ci. Selon elle, c’est le premier d’une série d’#accords_commerciaux_bilatéraux avec les nations africaines dans le cadre de sa nouvelle stratégie commerciale « #Prosper_Africa ».

    Dans le même temps, Washington veut que sa nouvelle #Société_internationale_financière_pour_le_développement rivalise avec les investissements chinois sur le continent africain.

    https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/partnerships-to-be-at-heart-of-eu-africa-strategy-leaked-paper-reveals
    #Afrique #accords #UE #EU #libre_échange #USA #Etats-Unis

    • A record number of College members travel to Addis Ababa for the 10th European Union-African Union Commission-to-Commission meeting

      The President of the European Commission, Ursula von der Leyen, travels tomorrow to Addis Ababa, Ethiopia, for the 10th Commission-to-Commission meeting between the European Union and the African Union, accompanied by 20 Commissioners and the EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy. Discussions will focus on key issues such as growth, jobs, green transition, digital, peace, security and governance, and mobility and migration.

      Before departing Brussels, President von der Leyen, said: “Europe and Africa are natural partners. We have a historic bond and we share many of today’s challenges. One of our main objectives is to turn the green and digital transformation of our economies into opportunities for our youth.”

      This 10th Commission-to-Commission meeting marks a record participation on the EU side, a testament of the priority relations which Africa represents for the new European Commission and its aspiration to take them to a new level.

      Besides High Representative/Vice-President of the Commission Josep Borrell, Vice-Presidents for the European Green Deal, Frans Timmermans, for a Europe fit for the Digital Age, Margrethe Vestager, for an Economy that works for people, Valdis Dombrovskis, for Inter-institutional Relations and Foresight, Maroš Šefčovič, for Values and Transparency, Věra Jourová, for Democracy and Demography, Dubravka Šuica, as well as Vice-President for Promoting our European way of life, Margaritis Schinas, will accompany the President.

      Commissioners for International Partnerships, Jutta Urpilainen, for Trade, Phil Hogan, for Innovation and Youth, Mariya Gabriel, for Jobs and Social Rights, Nicolas Schmit, for Economy, Paolo Gentiloni, for Agriculture, Janusz Wojciechowski, for Cohesion and Reforms, Elisa Ferreira, for Justice, Didier Reynders, for Equality, Helena Dalli, for Home Affairs, Ylva Johansson, for Crisis Management, Janez Lenarčič, as well as Commissioners for Transport, Adina Ioana Vălean, for Energy, Kadri Simson and for Environment, Oceans and Fisheries, Virginijus Sinkevičius, will also travel to Addis Ababa.

      The EU and the African Union (AU) will discuss how to take foward their cooperation to address key challenges both Europe and Africa are facing such as the need to promote sustainable growth and jobs, green transition, digital transformation, peace, security and good governance, mobility and migration.

      The meeting will also be an opportunity for the EU side to consult its African partners on the upcoming comprehensive Africa Strategy which President von der Leyen promised to deliver in her first 100 days in office and is due to be presented in early March.

      The presentation of this important document will kick-start a wider consultation process that will lead up to the EU-AU Ministerial meeting in May 2020 in Kigali, Rwanda, and the upcoming EU-AU Summit in October in Brussels, where both sides will agree a joint approach on shared priorities.

      Background

      The EU and the AU have progressively built a solid strategic and political partnership that is anchored on reciprocal commitments. This partnership is based on shared values and interests, enshrined in the Joint Africa-EU Strategy adopted in 2007 in the Summit in Lisbon.

      Political dialogue between the EU and the AU takes place regularly at different levels. Commission-to-Commission and ministerial meetings take place every year, whilst EU-AU Summits at Heads of State level are held every three years. At the 5th AU-EU Summit in 2017, African and European leaders identified economic opportunities for the youth, peace and security, mobility and migration and cooperation on governance as the strategic priorities for 2018-2020 and committed to tackle them jointly.

      The EU also presented in the Summit in 2017 in Abidjan, Côte d’Ivoire, its new External Investment Plan with the objective to create 10 million new jobs by 2023, in particular for women and young people. The Plan hopes to trigger €47 billion in public and private investments.

      In the last Commission-to-Commission meeting in May 2018 in Brussels, the EU and the AU signed a Memorandum of Understanding to reinforce their cooperation in the area of peace and security.

      The two Commissions are committed to being active players and driving forces to implement the EU-AU Partnership, which is today more relevant than ever in a fast evolving global environment.

      https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_20_317

    • Questions et réponses : vers une #stratégie_globale_avec_l'Afrique

      1. Pourquoi l’UE a-t-elle besoin d’une nouvelle #stratégie ?

      L’Afrique est le voisin le plus proche de l’Europe. En raison de l’histoire, de la proximité et des intérêts partagés, les liens qui unissent l’Afrique à l’Union européenne (UE) sont vastes et profonds. Il est temps de faire passer cette relation à un niveau supérieur.

      Pour les relations entre l’Afrique et l’UE, 2020 sera une année charnière pour concrétiser l’ambition de développer un #partenariat encore plus solide.

      Le nouvel #accord de partenariat entre l’UE et le groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique devrait être conclu et le prochain sommet UE-Union africaine aura lieu à Bruxelles en octobre 2020 en vue de définir un #programme_commun_de_partenariat.

      L’Afrique comme l’Europe sont confrontées à un nombre croissant de défis communs, notamment les effets du changement climatique et la transformation numérique.

      L’Europe doit donc coopérer avec l’Afrique pour relever avec elle les défis communs du 21e siècle. C’est la raison pour laquelle cette communication propose de nouvelles voies de coopération entre les deux continents qui visent à renforcer l’alliance stratégique de l’UE avec l’Afrique.

      2. Qu’y a-t-il de nouveau dans cette proposition de nouvelle stratégie ?

      La communication conjointe de la Commission et du haut représentant est une contribution à une nouvelle stratégie avec l’Afrique. Elle expose des idées pour intensifier la coopération dans tous les aspects du partenariat UE-Afrique. Elle propose un cadre global pour le futur partenariat afin de permettre aux deux parties d’atteindre leurs objectifs communs et de relever les défis mondiaux.

      En réponse aux nouvelles réalités changeantes, la proposition de stratégie met l’accent sur la #transition_écologique et la #transformation_numérique, qui constituent les principaux domaines cibles de la #coopération future.

      Surtout, l’UE insiste tout au long de la communication conjointe sur la nécessité de prendre pleinement en considération les #jeunes et les #femmes ainsi que leur potentiel en tant que vecteurs de changement. En répondant à leurs aspirations, nous déterminerons l’avenir du continent.

      La proposition de nouvelle stratégie constitue un point de départ pour faire passer le partenariat à un niveau supérieur fondé sur une compréhension claire de nos intérêts et responsabilités mutuels et respectifs. Elle vise à rendre compte de l’exhaustivité et de la maturité de notre relation, dans laquelle les intérêts et les valeurs des deux parties sont rassemblés pour promouvoir une coopération commune dans des domaines d’intérêt commun.

      Il s’agit notamment de développer un modèle de #croissance_verte, d’améliorer l’environnement des entreprises et le climat d’#investissement, d’encourager l’#éducation, la #recherche, l’#innovation et la création d’#emplois_décents grâce à des investissements durables, de maximiser les bienfaits de l’#intégration_économique_régionale et des #échanges_commerciaux, de lutter contre le #changement_climatique, de garantir l’accès à l’#énergie_durable, de protéger la #biodiversité et les #ressources_naturelles, ainsi que de promouvoir la #paix et la #sécurité, de garantir la bonne gestion de la #migration et de la #mobilité et d’œuvrer ensemble au renforcement d’un ordre multilatéral fondé sur des règles qui promeut les valeurs universelles, les #droits_de_l'homme, la #démocratie et l’égalité entre les hommes et les femmes. Une coopération renforcée sur les questions mondiales et multilatérales doit être au cœur de notre action commune.

      L’UE et ses États membres doivent adapter leur dialogue avec l’Afrique en veillant à ce que leur positionnement soit conforme à nos intérêts mutuels et accorder plus d’importance aux valeurs, aux principes clés et aux bonnes pratiques réglementaires, compte tenu de l’intérêt accru affiché par de nombreux acteurs pour le potentiel de l’Afrique.

      3. Quels sont les principaux défis et domaines de coopération à venir ?

      La stratégie recense cinq domaines clés de la future coopération approfondie entre l’Europe et l’Afrique.

      Il s’agit des domaines suivants : (1) transition écologique et accès à l’énergie, (2) transformation numérique, (3) croissance et emplois durables, (4) paix et #gouvernance, (5) migration et mobilité.

      Dans chacun de ces domaines, la proposition de nouvelle stratégie définit des moyens de réaliser des objectifs communs.

      En outre, le développement d’une coopération politique renforcée sur les questions mondiales et multilatérales sera au cœur de notre action commune.

      4. L’UE a-t-elle noué des contacts avec les parties prenantes pour élaborer cette stratégie ?

      La Commission et le haut représentant ont présenté aujourd’hui les premiers éléments de la stratégie. Des contacts préliminaires avaient eu lieu auparavant. Outre un dialogue interne avec les États membres de l’UE et les députés du Parlement européen ainsi que la société civile au niveau formel et informel, l’UE a noué des contacts avec des partenaires africains, notamment lors de la 10e rencontre de « Commission à Commission », qui s’est tenue le 27 février 2020 à Addis-Abeba.

      Les propositions s’inscrivent également dans le prolongement du programme arrêté d’un commun accord lors du sommet Union africaine-UE de 2017 à Abidjan et des récents échanges qui ont eu lieu au niveau politique.

      La communication conjointe de ce jour présente des propositions destinées à alimenter le dialogue en cours avec les États membres de l’UE, les partenaires africains, ainsi que le secteur privé, la société civile et les groupes de réflexion, et il sera donné suite à ces propositions dans la perspective du prochain sommet UE-Union africaine qui se tiendra à Bruxelles en octobre 2020.

      La réunion ministérielle Union africaine-UE qui se tiendra les 4 et 5 mai à Kigali sera une autre occasion de débattre en profondeur de la communication à un niveau plus formel avec la partie africaine.

      Le sommet UE-Union africaine d’octobre 2020 devrait être le point culminant au cours duquel nous espérons nous accorder sur une approche commune avec nos partenaires africains pour s’attaquer aux priorités communes, ce qui est notre objectif.

      5. La nouvelle stratégie va-t-elle remplacer la stratégie commune Afrique-UE définie en 2007 ?

      La stratégie commune Afrique-UE de 2007 a marqué une étape importante dans la relation entre l’UE et l’Afrique. Toutefois, à cette période, le monde était différent et la réalité de notre partenariat avec l’Afrique s’inscrivait dans un autre contexte mondial. En 2020, soit 13 ans plus tard, de nouvelles opportunités et de nouveaux défis se présentent, tels le changement climatique, la transformation numérique, les inégalités, les pressions démographiques et la gouvernance mondiale. L’Afrique est un continent en plein essor, qui a vu ces dernières années certains de ses pays afficher les taux de croissances les plus rapides au niveau mondial, et elle attire l’attention de plusieurs autres acteurs. Nous vivons dans un environnement mondial concurrentiel dans lequel les biens publics mondiaux sont menacés. Nous devons nous adapter à ces nouvelles réalités et renouveler notre partenariat avec l’Afrique.

      Aujourd’hui, l’UE propose les priorités envisageables pour ce nouveau partenariat. L’UE continuera de dialoguer avec les partenaires africains en vue de définir avec eux nos priorités stratégiques communes pour les années à venir.

      6. En quoi cette stratégie est-elle compatible avec les objectifs plus larges de la Commission européenne, tels que le pacte vert pour l’Europe et la priorité accordée au numérique ?

      La Commission européenne entend conduire la transition vers une planète saine et un nouveau monde numérique. Le dialogue de l’UE avec l’Afrique prend en compte ces ambitions dans ces deux domaines.

      Pour atteindre les objectifs de développement durable, l’UE et l’Afrique doivent choisir un avenir à faible intensité de carbone, efficace dans l’utilisation des ressources et résilient face au changement climatique, conformément à l’accord de Paris.

      La Commission européenne est déterminée à faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique au monde ; dans le cadre de son action extérieure, elle propose de coopérer avec l’Afrique afin de maximiser les bienfaits de la transition écologique et de réduire autant que possible les menaces pesant sur l’environnement. Cela englobera chaque aspect de l’économie circulaire et de chaînes de valeur et de systèmes alimentaires durables, à travers la promotion des énergies renouvelables, la réduction des émissions, la protection de la biodiversité et des écosystèmes et une progression vers des modèles d’urbanisation verts et durables.

      Les pays africains sont particulièrement vulnérables face au changement climatique, car celui-ci risque de compromettre les progrès en cours en matière de développement durable.

      De même, la Commission européenne s’est engagée à créer une Europe adaptée à l’ère numérique ; dans le cadre de son action extérieure, elle propose de coopérer avec l’Afrique afin de promouvoir et de valoriser la transformation numérique en Afrique et de garantir l’accès à des services numériques sûrs et abordables.

      Selon les estimations, une augmentation de 10 % de la couverture numérique pourrait augmenter le PIB de l’Afrique de plus de 1 %. Avec les investissements, les infrastructures et le cadre réglementaire appropriés, le passage au numérique a le pouvoir de transformer les économies et les sociétés en Afrique. En outre, l’interdépendance des deux continents sous-tend que le dialogue de l’UE avec l’Afrique est dicté tant par ses valeurs que par ses intérêts.

      7. Quels liens économiques existent entre l’Europe et l’Afrique ?

      L’UE est le principal partenaire de l’Afrique en matière d’échanges et d’investissements, et le principal soutien de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), avec la mobilisation prévue de 72,5 millions d’euros d’ici la fin de 2020.

      En 2018, le total des échanges de biens entre les 27 États membres de l’UE et l’Afrique s’élevait à 235 milliards d’euros, soit 32 % des échanges totaux de l’Afrique. À titre de comparaison, ce total s’élève à 125 milliards d’euros pour la Chine (17 %) et à 46 milliards d’euros pour les États-Unis (6 %).

      En 2017, le stock d’investissements directs étrangers des 27 États membres de l’UE en Afrique s’élevait à 222 milliards d’euros, soit plus de cinq fois les stocks des États-Unis (42 milliards d’euros) ou de la Chine (38 milliards d’euros).

      8. Quelle est l’ampleur de l’aide humanitaire et de l’aide au développement fournies par l’UE en Afrique ?

      L’UE et ses États membres sont le principal fournisseur d’aide publique au développement (APD) en faveur de l’Afrique. En 2018, l’UE et ses 27 États membres ont octroyé 19,6 milliards d’euros, soit 46 % du total reçu par l’Afrique.

      En outre, l’UE, conjointement avec ses États membres, est le principal donateur d’aide humanitaire en Afrique. Depuis 2014, la Commission européenne a elle-même alloué plus de 3,5 milliards d’euros à l’aide humanitaire déployée en Afrique.

      L’UE négocie actuellement son futur budget à long terme. Selon les propositions de la Commission européenne, le nouvel instrument de financement extérieur de l’UE pour la période 2021-2027 aura une portée mondiale, mais plus de 60 % des fonds disponibles profiteront à l’Afrique.

      9. Que fait l’UE pour stimuler les investissements et la création d’emplois en Afrique ?

      L’Afrique est un continent où les possibilités de croissance sont de plus en plus nombreuses, avec une main-d’œuvre jeune et innovante et des niveaux de croissance économique élevés. L’UE est le plus grand partenaire commercial et d’investissement de l’Afrique.

      Nous entendons coopérer avec l’Afrique afin de :

      – stimuler les échanges commerciaux et les investissements durables en Afrique ;

      – promouvoir des réformes qui améliorent l’environnement des entreprises et le climat d’investissement ;

      – améliorer l’accès à une éducation de qualité, aux compétences, à la recherche, à l’innovation, à la santé et aux droits sociaux ;

      – favoriser l’intégration économique régionale et continentale.

      Il est possible d’y parvenir en s’appuyant sur les travaux menés dans le cadre de l’Alliance Afrique-Europe pour un investissement et des emplois durables, lancée en 2018 dans le but de créer 10 millions d’emplois en cinq ans, de stimuler l’investissement et de promouvoir le développement durable. Avec le plan d’investissement extérieur de l’UE, qui est un élément clé de l’Alliance, l’UE a déjà alloué 4,6 milliards d’euros de fonds pour des financements mixtes et des garanties depuis 2018. Ces fonds devraient permettre de mobiliser 47 milliards d’euros d’investissements publics et privés. En outre, depuis 2018, l’UE a également fourni près de 1,4 milliard d’euros à l’Afrique pour qu’elle renforce l’environnement des entreprises et le climat d’investissement.

      L’UE propose de faire de l’Alliance un pilier central des relations économiques entre les deux continents.

      10. L’UE accordera-t-elle la priorité aux échanges commerciaux, aux investissements et à la croissance économique aux dépens des droits de l’homme ? Comment la stratégie va-t-elle promouvoir le respect des droits de l’homme ?

      Le respect des droits de l’homme demeure au cœur de la coopération au développement de l’UE et occupe donc une place fondamentale dans la proposition de nouvelle stratégie.

      Le respect des droits de l’homme universels - politiques, civils, économiques, sociaux ou culturels - restera une caractéristique essentielle de notre partenariat.

      Dans le cadre du partenariat pour la paix et la gouvernance, l’UE s’emploiera à unir ses forces à celles des partenaires africains afin de promouvoir le plein respect des droits de l’homme, en agissant à tous les niveaux. Par exemple, l’UE continuera de soutenir les défenseurs des droits de l’homme et les initiatives visant à renforcer les organisations de la société civile. Une approche plus stratégique et structurée des dialogues politiques sur les droits de l’homme menés avec les pays africains sera également adoptée, en complémentarité avec les consultations régulières avec les organisations régionales africaines et le dialogue bien établi sur les droits de l’homme entre l’UE et l’UA.

      Le développement, c’est-à-dire la croissance économique, ne peut être durable que s’il repose sur les fondements du respect des droits de l’homme.

      11. Que fait l’UE pour promouvoir la paix et la stabilité en Afrique ?

      La paix et la sécurité ne sont pas seulement un besoin fondamental pour tous, elles constituent également une condition préalable au développement économique et social.

      La paix, la sécurité, la bonne gouvernance et la prospérité économique en Afrique sont également essentielles pour la propre sécurité et prospérité de l’UE.

      L’UE est déjà active dans ce domaine en Afrique. Elle fournit actuellement des conseils et des formations à plus de 30 000 membres des personnels militaires, policiers et judiciaires africains dans le cadre de 10 missions relevant de la politique de sécurité et de défense commune. En outre, l’UE a fourni 3,5 milliards d’euros par l’intermédiaire de la facilité de soutien à la paix pour l’Afrique depuis sa création en 2004, dont 2,4 milliards d’euros depuis 2014, afin de contribuer aux opérations militaires et de paix menées par l’Union africaine.

      Par ailleurs, plus d’un million de personnes en Afrique subsaharienne ont bénéficié depuis 2014 de programmes soutenus par l’UE en faveur de la consolidation de la paix après un conflit et de la prévention des conflits.

      Dans le cadre des propositions formulées dans la stratégie, l’UE adaptera et approfondira son soutien aux efforts de paix africains au moyen d’une coopération plus structurée et stratégique, en mettant particulièrement l’accent sur les régions connaissant les tensions et les vulnérabilités les plus fortes. L’UE propose de soutenir les capacités africaines en matière de défense et de sécurité, notamment au moyen de la facilité européenne pour la paix et de ses missions de la PSDC, et de se concentrer sur une approche intégrée des conflits et des crises, en agissant à tous les stades du cycle des conflits. Cela suppose de déployer des efforts de prévention, de résolution et de stabilisation au moyen d’actions bien ciblées sur le plan humanitaire, du développement, de la paix et de la sécurité.

      La résilience devrait en particulier être au cœur des efforts consentis par l’Afrique et l’UE pour faire face aux conflits et fragilités qui perdurent, sachant que la résilience, la paix, la sécurité et la gouvernance sont étroitement liées. L’UE propose, dans la stratégie, de soutenir les efforts déployés par nos partenaires africains pour s’attaquer à l’ensemble des défis et accroître leur résilience globale.

      12. Comment l’UE coopérera-t-elle avec l’Afrique en matière de migration et de mobilité ?

      L’évolution démographique, l’aspiration à bénéficier d’opportunités économiques, les conflits et crises actuels et l’impact du changement climatique auront pour conséquence que les niveaux de migration et de déplacement forcé continueront d’engendrer des défis et des opportunités aussi bien pour l’Europe que pour l’Afrique.

      La migration restera l’une des priorités de notre partenariat. Une migration et une mobilité bien maîtrisées peuvent avoir un effet positif sur les pays d’origine, de transit et de destination et profiter aux sociétés de nos deux continents.

      Depuis 2015, les pays de l’UE et les pays africains ont mis en place, dans le cadre du dialogue et de la coopération relevant des processus de La Valette, de Rabat et de Khartoum, une approche commune de la gestion des aspects extérieurs de la migration et de la mobilité, qui a démontré qu’ensemble nous pouvons sauver et protéger des vies, venir en aide aux personnes dans le besoin et démanteler le terrible modèle économique des passeurs et des trafiquants.

      L’UE coopérera avec l’Afrique sur une approche équilibrée, cohérente et globale de la migration et de la mobilité, guidée par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée et fondée sur le respect des droits de l’homme et du droit international. Tant les possibilités de migration légale que l’amélioration de la coopération en matière de retour et de réadmission feront l’objet des discussions sur l’approche à suivre.

      L’UE promeut le dialogue entre les continents sur la mobilité et la migration et continuera à renforcer la coopération trilatérale entre l’Union africaine, les Nations unies et l’UE.

      13. Comment les négociations avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique seront-elles prises en compte ?

      L’UE et le groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) devraient conclure un nouvel accord de partenariat pour remplacer l’accord de Cotonou, qui expirera à la fin de 2020. Le futur accord ACP-UE englobe un accord de base commun, ainsi que trois partenariats spécifiques adaptés à chaque région, dont un pour les relations de l’UE avec les pays d’Afrique subsaharienne qui sont parties au groupe des États ACP. Cela permettra de créer un nouveau cadre juridique pour les relations entre l’UE et les pays ACP.

      L’UE a également conclu des accords d’association distincts avec quatre pays d’Afrique du Nord.

      Les relations globales entre l’UE et l’UA sont définies par les sommets conjoints, qui ont lieu tous les trois ans, et par les réunions ministérielles régulières, qui donnent une direction politique à la relation entre les deux continents.

      https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/QANDA_20_375

  • Une enquête accablante de l’ONU condamne le projet phare du WWF au #Congo et révèle l’ampleur massive des abus - Survival International
    https://survivalinternational.fr/actu/12341

    C’est la première fois que l’ONU enquête sur un projet du #WWF, et ses conclusions sont accablantes :

    – Les #gardes_forestiers armés soutenus par le WWF frappent et maltraitent fréquemment les « #Pygmées » #baka vivant à Messok Dja.

    – Le projet a causé « des traumatismes et des souffrances » aux Baka.

    – Le #PNUD, l’un des bailleurs de fonds du projet, a violé ses propres politiques et normes en soutenant le projet sans avoir obtenu au préalable l’accord des Baka. Ils n’ont pas pris la peine de demander ce consentement, car ils ont simplement supposé qu’un projet de « conservation » de la #nature serait bénéfique aux Baka.[...]

    – Le projet n’a eu aucun impact sur « le démantèlement des réseaux criminels qui se cachent derrière le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages ».

    https://www.theguardian.com/global-development/2020/feb/07/armed-ecoguards-funded-by-wwf-beat-up-congo-tribespeople

    via @fil

  • Des enfants travaillent pour le chocolat certifié « commerce équitable » - rts.ch - Monde
    https://www.rts.ch/info/monde/10991895-des-enfants-travaillent-pour-le-chocolat-certifie-commerce-equitable-.h

    Personne ne souhaite acheter du #chocolat produit par des #enfants dans des conditions de #pauvreté. Les multinationales l’ont compris et proposent de plus en plus des produits avec un label équitable. Toutefois, entre #travail_des_enfants, #déforestation et pauvreté, rien n’a changé, selon une enquête de Mise au Point.

    #cacao #certification

  • Assets in Flight: Libya’s Flying Armories

    On December 26, 2019, Turkish President Recep Tayyip Erdogan announced provisional plans to deploy Turkish troops to Libya in defense of the UN-backed Government of National Accord (GNA). Since April 2019, the GNA has faced a months-long offensive led by rival leader, General Khalifa Haftar and the Libyan National Army (LNA). Days later, social media outlets, including Twitter, erupted in multiple posts alleging the deployment of Syrian rebels in and around Tripoli. Open-source plane spotters elsewhere identified aircraft transiting between Turkey and Libya, including one operated by Aerotranscargo, a Moldova-based company that in 2017, appeared in a UN Panel of Experts report as one of several Eastern European air freight providers that have operated suspicious flights into Libya, some of which are linked to potentially illicit weapons transfers.

    The aerial re-supply of weapons, materiel, and personnel into conflict zones is not new. However, recent advancements in open source research tools and techniques – especially in publicly accessible flight data – have opened a new frontier in conflict reporting. Using these tools, researchers and investigators can connect conflict events with the underlying logistics that enable the commission of violence and mass atrocities.

    In Libya, the sprawling corporate and logistics networks that connect Europe, Turkey, Sudan, the UAE, Qatar and other regional neighbors have their origins in decades of instability and state collapse on multiple continents. Far from relics of a past era, companies in these jurisdictions have serviced rival factions in the ongoing Libyan civil war now entering its 6th year of sustained conflict.

    Using flight data and corporate records, the Conflict Finance and Irregular Threats (CFIT) team at C4ADS takes a deeper look at these aerial supply operations, revealing potential ownership and management ties between Libya’s flying armories and air freight providers in Libya, Eastern Europe, Turkey, and the UAE. This series specifically exposes the logistical architecture that has for years channeled weapons, materiel, and personnel in and out of Libya, often using commercial businesses and aircraft that are identifiable through open source research.
    Libya’s TransNational Weapons Air Bridge

    On September 27, 2006 an Ilyushin IL-76TD cargo aircraft (Registration number: 5A-DQA) touched down in Baidoa, Somalia carrying two armored vehicles and an unspecified number of senior Ugandan military officers. The plane, which traveled from Kufra, Libya on its way to Baidoa, was reportedly operated by Global Aviation and Services Group (GASG), a chartered air freight service provider based in Tripoli, Libya. Seven years later, GASG appeared on an air waybill issued for the unofficial transfer of several thousand Caracel F Pistols, which the UN report stated were purchased by a US-based company and exported by UAE-based Caracel International LLC to Libyan forces then-organized under the Ministry of Interior in Mitiga, Libya.

    UN investigators found that the transfer to Libya was one of several potential embargo violations reportedly aided by air freight companies such as GASG. UN investigators specifically found operational ties between air freight companies operating between Libya, Eastern Europe, Turkey, and the United Arab Emirates (UAE), though the relationship between these operators was not fully explored.

    Tracing Global Aviation and Services Group (GASG) Ownership and Management

    Despite the lack of publicly available commercial registries in Libya, C4ADS used open data sources – including social media – to identify and verify GASG’s ownership and management as well as the company’s aerial operations.

    Global Aviation and Services Group (GASG) was founded in 2003 and headquartered in Tripoli, Libya with offices in Benghazi and Istanbul, Turkey. A 2006 version of the company’s website identified a “Captain Abdussalam I. Aradi” as the company Chairman and Managing Director alongside several other company officials. GASG’s chairman separately appeared as “Abdussalam Aradi” according to a Linkedin Profile that seems to be registered to the company’s managing director. An open-source review of Facebook accounts registered under the name: “Abdussalam Aradi” elsewhere revealed an account with several profile photos that seemingly resemble Captain A. Aradi’s likeness.

    On January 21 2014, an image from a business article identified a “Capt. A. Aradi” as Chairman of GASG during a meeting with officials from Skylink Aviation, an air cargo company which operates in several conflict areas including in Afghanistan, Somalia, and Sudan, among others. The article included an image that depicted “Capt. A. Aradi” shaking hands with an individual identified as the President of Skylink Aviation with a Libyan flag and GASG logo set in the background. A separate image of what appears to be the same scene appeared on GASG’s Facebook page on March 3, 2014, this time exposing the company’s three letter ICAO designator – GAK – within the company’s banner as displayed below.

    GASG seemingly re-branded to Global Air in 2006, according to the date listed on the GASG Facebook account (now re-branded to Global Air). Despite the alleged name change, the company is still identified as “Global Aviation and Service Group (GASG)” in the mission and vision sections of the new Global Air Facebook Account as displayed below.

    Additionally, the contact information listed on the new Global Air Facebook account matches the physical address and contact phone number listed on both the GASG and Global Air websites.

    Separately, at least one flyer posted on the GASG Facebook account displayed both the “Global Air” logo and the GASG web address www.global-aviationgroup.com within the same image. This flyer also included the same contact phone number that appeared on the GASG and Global Air websites, suggesting that the two companies are potentially linked despite the change in name and logo.

    Additional images posted on the GASG Facebook account suggest that the change in company logo coincided with the migration from GASG to Global Air. A thorough survey of these images revealed multiple photos bearing both the GASG and Global Air logos as displayed below. In some cases, some of the images retained the full mention of “Global Aviation & Services Group” with a “Global Air” logo appearing at the borders.

    The Mitiga-Baidoa Connection

    C4ADS investigators reviewed additional images posted on the GASG/Global Air Facebook account and the account registered to “Abdussalam Aradi” and found an image of an Ilyushin-76 which matched the aircraft identified by UN investigators in 2006, and again 2013, as the transport aircraft for military equipment sent to Somalia and Libya in potential violation of existing UN restrictions.

    The Facebook account registered to “Abdussalam Aradi” contained an image of an Ilyushin IL-76TD cargo aircraft (Registration Number: 5A-DQA) bearing the Arabic inscription for Global Air (العالمية للطيران) on the front left side of the aircraft as displayed below.

    The same aircraft appeared on an August 23, 2013 post on GASG’s Facebook account, this time photographed with the English “Global Air” visible on the front side of the aircraft as displayed below. While both images lacked Exif data, aircraft spotters have elsewhere attributed the aircraft to GASG in public sightings in both Mitiga and Benghazi in 2007 and 2008 respectively. These sightings seemingly confirm the aircraft’s link to GASG as well its operations in Mitiga specifically, and in Libya at large.

    Global Aviation and Services Group (GASG) Links to Turkey

    Further open source review of GASG’s global operations revealed corporate ties to Turkey as well flight operations elsewhere in Libya, Turkey, and the UAE. According to the company’s website, GASG operated direct cargo flights from Istanbul to Tripoli and Benghazi as well as from Dubai to various other African destinations, specifically Njdamena (Chad). GASG’s website also included several flight schedules for international flights between Sabiha International Airport (Turkey) to Mitiga (Libya). Flights between Benghazi and Dubai operated three days a week while those between Sabiha (Turkey) and Mitiga (Libya) operated twice a week.

    A March 23, 2007 filing in the Turkish Gazette confirmed the registration of “Global Aviation and Services Group” (listed as Merkezi Libya ’Da Bulunan Global Aviation and Services Group Türkiye İstanbul Şubesi) under registration number: 619595. The gazette filling also identifies a “Kaptain Abdusalam Ibrahim Aradi” as the company’s general manager, confirming GASG’s corporate presence in Turkey.

    The Moldovan Connection

    In 2017, UN investigators reported that Global Aviation and Services Group (GASG) had previously chartered aircraft owned and/or operated by Moldovan company AerotransCargo. The company was registered on August 12, 2011 (Registration Number: 1011600028436) at MD-2026, bd. Dacia 60/5, ap.(of.) 115, sec.Botanica, mun. Chişinău, RM according to the Moldovan company gazette. This address is shared with another Moldova-based company, Air Stork (Registration Number: 1015600032031). Air Stork was established on September 30, 2015 and according to corporate documentation shares some directors and personnel with Aerotransport.

    AerotransCargo and Air Stork also share the same address: MD-2026, bd. Dacia 60/5, ap.(of.) 115, sec.Botanica, mun. Chişinău, RM with five additional companies: Tiramavia Air Transport Company SRL, Tehnoaer LLC, Gelfex-M LLC, Alanar Grup LLC, and Valan Voiaj LLC. Four of the five companies operate in the air transport sector and provide passenger and freight transport services, warehousing, and the supply and repair of flight equipment. C4ADS investigators found similar co-location in other air freight service providers located in Moldova, which like GASG, Aerotranscargo, and Air Stork connect Libya to Eastern Europe.

    On April 15, 2019, the European Union banned Air Stork from operating within EU airspace. This restriction, however, did not include AerotransCargo, potentially allowing Air Stork aircraft to fly under AerotransCargo’s operator code. As noted above, both companies are also co-located and share some of the same owners. In 2017, UN investigators found that at least two Air Stock aircraft ­– Registration Numbers: ER-IBI and ER-IBU – had been transferred from another Moldovan company – Sky Prim Air – whose aircraft was sighted transporting officers and armed groups allied to General Khalifa Haftar’s Libyan National Army in 2016.

    Additionally, at least one other Air Stork freight aircraft–Registration Number: ER-ABE–was leased to Global Aviation and Services Group on September 19, 2017. A rendered model of this aircraft appears on GASG’s new “Global Air” webpage. An aircraft with tail code ER-ABE was also spotted on April 4, 2018 traveling between Istanbul Sabiha Goken Airport and Misrata International airport by Plane Finder, an open source flight data aggregator.

    GASG and AerotransCargo’s Forays into Libya

    According to the Moldovan aircraft registry, AerotransCargo operates four Boeing 747-412 cargo aircraft with the following registration and ICAO numbers: ER-BAM (ICAO: 504E27), ER-BBJ (ICAO: 504E43), ER-JAI (ICAO: 504E36), and ER-BAJ.

    According to the Moldovan civilian aircraft registry, the AerotransCargo fleet operates under the following ICAO designator: ATG, which allows for the identification of individual flights operated by the airline. In 2017, UN investigators reported that GASG had previously chartered AerotransCargo aircraft on an undisclosed number of trips to Libya. These trips would have likely occurred under GASG’s ICAO designator: GAK making the relationship between GASG and AerotransCargo potentially visible in open flight data. Using flight data from ADS-B Exchange, C4ADS investigators found multiple flights by all four AerotransCargo aircraft flying under the GAK designator, including some that involved flights between Turkey and Libya.

    This flight data also revealed that between April 19, 2017 and May 5, 2019, three of the four AerotransCargo aircraft – Registration Numbers: ER-JAI, ER-BBJ, and ER-BAM –used GASG call signs – GAK3011 and GAK3012 – during trips between Turkey and Mitiga International Airport in Tripoli, Libya.

    While the available ADSB data is incomplete, each aircraft transmitted low altitude readings (between 25 and 50 feet) while near Mitiga airport, suggesting potential landing at the airport. Each of these aircraft also appeared on the Aerotranscargo webpage and were linked to the airline by the Moldovan civilian aircraft register though they operated under the GASG operator code during this time period. These findings seemingly confirm GASG’s use of Aerotranscargo aircraft as originally reported by the UN Panel of Experts.

    Whereas public reporting on weapons flows into Libya has dominantly relied on traditional reporting methods, ADS-B data provides an additional mode of verification and attribution not extensively used in conflict reporting. When combined with satellite imagery, ADS-B data opens up a new frontier in open source investigations, especially in data scarce environments.

    Over the next weeks and months, C4ADS will delve deeper into the airborne re-supply of Libyan armed groups with a principal focus on the role of commercial airliners in this pipeline movement of weapons, materiel, and personnel. This reporting will focus on the combined use of ADS-B flight data and satellite imagery, and highlight the innovative use of new technologies in open source reporting in conflict zones. This approach emphasizes the use of open data to expose the illicit logistic architectures that fuel and sustain conflict as a core thematic prerogative of the Conflict Finance and Irregular Threats initiative at C4ADS.

    https://c4ads.org/blogposts/2019/7/30/assets-in-flight-libyas-flying-armories
    #armes #commerce_d'armes #Turquie #armement #Libye

    ping @fil @reka @simplicissimus

  • Service Client de la Société Générale
    http://www.leparisien.fr/video/video-elle-critique-sa-banque-sur-twitter-et-se-fait-fermer-tous-ses-comp

    Après s’être plainte de sa banque sur Twitter de ne pas réussir à joindre quelqu’un en direct, Julie Goislard, libraire depuis dix ans à Clichy (92), s’est vue fermer tous ses comptes. La Société Général, sa banque, est même allée jusqu’à fermer les comptes bancaires de son conjoint et de ses enfants.

    #liberté_d'expression #commerce #banque #censure #punition #société_générale

  • Le médicament le plus cher du monde va être donné à cent bébés condamnés tirés au sort | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/185711/zolgensma-novartis-medicament-plus-cher-monde-cent-bebes-condamnes-tirage-au-s

    Le Zolgensma® est un médicament remarquable qui s’adresse aux enfants souffrant d’amyotrophie spinale (SMA). Cette affection génétique rare est la conséquence d’une mutation d’un gène qui dirige la synthèse d’une protéine indispensable à la survie des motoneurones. Cette redoutable maladie entraîne une atrophie des muscles des quatre membres et du tronc. Plus elle survient tôt, plus le pronostic est sévère : dans les formes les plus précoces, la durée de vie peut ne pas dépasser quelques mois à deux ans.

    [...]

    Longtemps rangée dans la catégorie des maladies dites orphelines et incurables, la SMA a depuis deux décennies fait l’objet de considérables avancées grâce aux progrès de la génétique et l’identification en 1995 de l’anomalie génétique en cause, par l’équipe de Judith Melki à l’hôpital Necker de Paris. Vint ensuite l’espoir de corriger le gène anormal des motoneurones pathologiques –un défi majeur pour les biologistes spécialisé·es, que sont parvenues à relever Martine Barkats et son équipe de #Généthon. Ce travail fit l’objet d’un brevet déposé en 2007, suivi d’un article scientifique publié en 2009 ainsi que d’autres résultats complémentaires prometteurs qui furent publiés en 2011 et ont par ailleurs fait l’objet d’une protection par un #brevet.

    Les travaux français furent alors repris et prolongés aux #États-Unis par une jeune #start-up de #biotechnologie, AveXis, qui parvint à mettre sur pied un premier essai clinique chez des bébés souffrant du type 1 de SMA –la forme la plus grave. En novembre 2017, une publication scientifique rapportait dans le prestigieux New England Journal of Medicine les premiers résultats encourageants de cette thérapie génique.

    C’est alors le début du #commerce_pharmaceutique. AveXis signe avec Généthon un accord de licence portant sur les brevets de Martine Barkats, qui prévoit l’utilisation du médicament de thérapie génique aux États-Unis, en Europe et au Japon. AveXis obtient ainsi les droits nécessaires à la commercialisation de son produit, en attendant l’accord des autorités américaines. Puis en mai 2018, la start-up est rachetée par la multinationale suisse #Novartis pour 8,7 milliards de dollars, soit 7,4 milliards d’euros.

    [...]

    Un an plus tard, la Food and Drug Administration (FDA) américaine vient à peine de donner son autorisation de mise sur le marché que Novartis annonce sa revendication de prix. Le Zolgensma® devient le médicament le plus cher au monde. Fallait-il dénoncer un système faisant coïncider des recherches en partie financées par la générosité publique française et une logique capitaliste pharmaceutique internationale ?

    [...]

    Certains vont plus loin. Comme l’Observatoire de la transparence dans les politiques des médicaments qui estime que le hold-up du géant Novartis doit prendre fin : « Ce traitement a été développé grâce à l’argent du Téléthon, et donc des dons défiscalisés, en France comme en Belgique. Il est plus que temps de récupérer NOTRE médicament. Les gouvernements ont le devoir de recourir à des dispositions prévues par le droit international de l’Organisation mondiale du commerce, mais aussi les droits nationaux : la licence d’office. Nous appelons donc le ministère français des Solidarités et de la Santé à entamer les démarches administratives en ce sens. »

  • Les commençant se trompent de combat lorsqu’ils s’opposent aux zones piétonnes.
    Commerces de proximité : en finir avec le dogme du « no parking, no business »
    https://blogs.alternatives-economiques.fr/chassignet/2019/12/12/commerces-de-proximite-en-finir-avec-le-dogme-du-no-p


    J’aime bien le paradoxe :
    – trop de bruit, de circulation
    – pas assez de stationnement

    #vélo #voiture #urbanisme #commerce

  • ’A classist dystopia’?: inside the world’s largest underground shopping complex | Cities | The Guardian
    https://www.theguardian.com/cities/2019/dec/20/a-classist-dystopia-inside-the-worlds-largest-underground-shopping-comp

    A classist dystopia’?: inside the world’s largest underground shopping complex

    Underground cities: Subterranean ‘cities-under-cities’ are spreading around the world, but for sheer continuous commercial distance, Toronto remains king

    by Daniel Vila

    #dfs #centres_commerciaux #commerce #consommation #marketing

  • #Avis sur la légalité internationale des transferts d’armes vers l’#Arabie_saoudite, les #Émirats_arabes_unis et les membres de la coalition militairement impliqués au #Yémen

    Le présent avis traite de la #légalité, au regard du #droit_international, des transferts d’armes vers l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et les membres de la Coalition militairement impliqués au Yémen. L’avis n’évalue pas la légalité de tels transferts à la lumière du droit interne de chaque État fournisseur, pas plus qu’il n’examine en détail les obligations des groupes armés non étatiques ou des entreprises dans leurs rôles de fournisseurs et d’utilisateurs d’armes.

    L’accent est mis ici sur les #obligations_juridiques_internationales des parties au #conflit au Yémen et des États tiers qui leur fournissent leurs armes. Seront examinées ci-après les principales #normes_internationales applicables aux décisions de #transfert_d’armes qui visent à assurer la #protection_de_la_population_civile au Yémen et de l’#infrastructure_civile indispensable à sa survie.

    Les États qui transfèrent des armes à d’autres pays sont soumis aux normes du droit de la responsabilité internationale de l’État. Ils ont l’obligation de retenir ces transferts d’armes lorsqu’il est raisonnablement prévisible que les destinataires les utiliseront pour commettre des violations graves du droit international ou de les détourneront vers d’autres utilisateurs. Tel qu’expliqué ci-après, les États qui fournissent des armes aux parties au conflit au Yémen portent une énorme #responsabilité en regard du grand nombre de personnes civiles qui ont subi de graves blessures et des pertes, y compris à leur domicile, entraînant des déplacements internes et externes massifs de population. Les infrastructures civiles essentielles à la survie de la population ont été détruites ou gravement endommagées lors d’attaques armées, et l’accès à l’aide humanitaire reste entravé par les forces armées et les milices. Selon les Nations Unies, des millions de personnes souffrent de ce qui a été qualifié de la “pire crise humanitaire du monde”.


    https://ipisresearch.be/publication/avis-sur-la-legalite-internationale-des-transferts-darmes-vers-larabie-
    #armes #armement #commerce_d'armes #Emirats_arabes_unis #protection_civile #guerre

    ping @reka

  • Israel’s dirty arms deals with Myanmar - Haaretz Editorial - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/israel-s-dirty-arms-deals-with-myanmar-1.6429524

    Official Israel does not allow the publication of reports on the arming of Myanmar. In a hearing on petitions to the High Court of Justice filed in the last year and a half by human rights activists and attorney Eitay Mack against Israel’s weapons sales to Myanmar, the Defense Ministry argued that the court had no authority to rule on defense exports. Israeli spokesmen justified the supplying of weapons with the claim that “both sides committed war crimes,” claims that were rejected in the UN report. The court’s ruling on the petition is classified, but according to testimony from Myanmar the weapons sales are continuing, even in the midst of the crimes.

    Israel has a long history of arming dark regimes, from Latin America through the Balkans and Africa, to Asia. The findings of the UN panel’s report require an examination of this method, whose economic benefits cannot serve as a counterweight to the atrocities. Attorney General Avichai Mendelblit must order an investigation to determine whether the individuals who approved the arms sales to Myanmar were complicit in genocide in accordance with Israel’s 1950 Law for the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide. In addition, he must see to it that the findings are made public.

  • Espace public : Google a les moyens de tout gâcher - par Vraiment Vraiment - Visionscarto
    https://visionscarto.net/espace-public-vs-google

    ❝Signe d’une urbanité souhaitable, favorable aux mixités en tous genres, à la découverte et à l’impromptu, flâner en ville requiert un subtil équilibre entre familiarité et étrangeté, entre sentiment de sécurité et frisson de l’inconnu. Le caractère propice à la flânerie d’une rue ne se décrète pas — pas plus par l’architecte que par le maire, l’urbaniste, le commerçant ou le promoteur. Il relève d’une alchimie complexe, dont les seules à pénétrer le secret pourraient être les entreprises capables d’acquérir et d’analyser de grands volumes de données, et au premier chef Google. Les collectivités locales ont-elles l’ambition et les moyens de résister à l’omnipotence cartographique de la firme de Mountain View ? Car celle-ci pourrait annihiler les efforts de revitalisation et de réappropriation de l’espace public par les collectivités locales.


    Bruxelles la Polycentrique // l’indétrônable axe historique de Saint Etienne // l’archipel parisien, les bouches de métros du nord est parisien // le vieux centre d’Alès vs. le nouveau centre commercial // La Charité-sur-Loire et ce qui reste de son commerce… Google choisit et montre ce qui mérite flânerie.

    #plan #ville #espaces_public #commerces #Google #urban_matter

  • Les exportations d’armes suisses explosent

    Au 30 septembre, l’industrie militaire helvétique affiche des chiffres record. Parmi les destinataires : l’#Arabie_saoudite, la #Turquie ou le #Koweït.

    Depuis le premier janvier, les entreprises suisses du secteur de l’armement ont exporté pour près d’un demi-milliard de francs (496 millions). Discrètement annoncé dans de nouvelles statistiques publiées ce mardi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), le montant révèle la santé éclatante de la branche, dont les ventes ont grimpé de 60% par rapport aux trois premiers trimestres de l’année dernière (299 millions). La présence de plusieurs dictatures parmi les destinataires n’a pas manqué de susciter l’ire des opposants au commerce d’armes.

    https://www.letemps.ch/suisse/exportations-darmes-suisses-explosent

    #exportation #armes #commerce_d'armes #Suisse #armement

    ping @visionscarto

  • Les secrets des ventes d’armes de la Serbie à l’Arabie saoudite

    Non seulement l’usine #Krušik de Valjevo vend-elle des armes à l’Arabie saoudite, mais elle accorderait des tarifs préférentiels et illégaux à un intermédiaire, qui n’est autre que #Branko_Stefanović, le père de l’actuel ministre de l’Intérieur de Serbie. Le lanceur d’alerte, un employé de l’usine de 35 ans, a été emprisonné il y a un mois dans le plus grand secret.

    https://www.courrierdesbalkans.fr/ventes-d-armes-de-la-serbie-a-l-arabie-saoudite
    #armes #commerce_d'armes #Serbie #Arabie_Saoudite #Branko_Stefanovic ##Krusik

  • Les armes françaises tuent des civils aux quatre coins du monde
    Par Christophe-Cécil Garnier | StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1571047701-armes-francaises-tuent-civils-quatre-coins-monde-disclose-fr

    Depuis moins d’un an, Disclose publie des révélations sur les armes françaises utilisées dans des conflits internationaux contre des civils. Ses fondateurs, Mathias Destal et Geoffrey Livolsi, reviennent pour StreetPress sur leur travail.

    #marchand_de_canons #armement #Disclose

  • Les influenceurs changent la face du marketing
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/10/06/les-influenceurs-changent-la-face-du-marketing_6014435_3234.html

    Pour accéder à des audiences internationales, les marques consacrent une part croissante de leur budget publicitaire à des opérations de séduction sur les réseaux sociaux, menées par de jeunes « icônes » qui contribuent à forger une nouvelle culture de la vente.

    Renan Pacheco, 24 ans, a commencé à poster ses photos de voyage sur Instagram, il y a cinq ans, alors qu’il étudiait l’économie et la gestion à l’université Paris-Dauphine. « Cela a démarré comme une passion, le métier d’influenceur n’existait pas. » Aujourd’hui, c’est devenu son gagne-pain. Au retour de son dernier voyage dans sa famille, au Brésil, ce jeune homme au profil de mannequin n’oublie pas de poser tout sourire, une valise à la main, et de remercier son client Samsonite.

    Influenceurs, motivateurs, créateurs de talents, ou « KOL » (acronyme de key opinion leader, en vogue en Asie), ils sont désormais des millions dans le monde et 150 000 en France à connecter, comme lui, des marques à leurs communautés sur les réseaux sociaux. Décoiffant au passage la façon de parler des produits, de les concevoir et, dans un avenir proche, de les vendre. « Les influenceurs ont un énorme pouvoir entre les mains, ils sont les nouveaux médias », affirme Lolita Abraham, qui réunissait à Monaco, début octobre, 150 influenceurs du monde entier pour les Influencers Awards, « Oscars » d’une profession en quête de reconnaissance.

    #Commerce_électronique #Influenceurs #Publicité

  • Libye : quand les Rafale vendus à l’Egypte aidaient le seigneur de guerre Haftar
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200919/libye-quand-les-rafale-vendus-l-egypte-aidaient-le-seigneur-de-guerre-haft

    Le « maréchal » Khalifa Haftar, qui a lancé en avril son offensive contre le régime de Tripoli reconnu par la communauté internationale, a bénéficié pour conquérir l’est du pays de l’aide discrète de précieux alliés, dont la France. Et du soutien des Rafale vendus par Paris à l’Égypte.

    #Armement #Dassault,_Conseil_de_la_choura_des_moudjahidines,_France,_Houn,_Ventes_d’armes,_Egypte,_ALN,_Khalifa_Haftar,_Derna,_FrenchArms,_Abdel_Fattah_al-Sissi,_GNA,_libye,_Rafale

  • Alternatiba 2019-Vers la transition…Conférence 1
    09.09.2019-Genève

    "Commerce de l’#or ; de la responsabilité des multinationales".

    Orateurs : Marc Ummel, -responsable politique secteur des matières premières, Swissaid. Olivier Ferrari, CEO CONINCO Explorers in finance SA et cofondateur ONE CREATION. Modération : Marine Vasina. Coordinatrice romande de la campagne Initiative multinationales responsables.

    http://libradio.org/wp-content/uploads/2019/09/Alt_C1.mp3

    #matière_premières #commerce_de_matières_premières #multinationales #extractivisme
    #audio #conférence

    ping @albertocampiphoto