• Le naming des stades, ça assure. | Money Time
    http://ecosport.blog.lemonde.fr/2017/07/14/le-naming-des-stades-ca-assure
    http://ecosport.blog.lemonde.fr/files/2017/07/parc-ol-groupama-1.jpg

    Dans son livre « La renaissance des communs », David Bollier insiste pour montrer comment ce nommage des stades est en réalité un empiètement sur les communs par des intérêt privés. Les fans, les villes, les équipes disparaissent derrière le sponsoring. Ce n’est certes pas nouveau pour joueurs et équipes... mais la démarche s’accentue pour les stades... qui sont pourtant en majeure partie payés par la collectivité et par les supporters.

    Après le MMArena, l’Allianz Riviera, le Matmut Atlantique, voilà donc le Groupama Stadium ! L’ex Stade des Lumières et ex Parc OL deviendra le 5 aout 2017, lors du premier match à domicile de la saison 2017-2018 de l’Olympique Lyonnais, le Groupama Stadium. Après 1 an et demi de négociations serrées (et de pistes abandonnées), Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, est parvenu à ratifier un accord de naming avec les responsables de Groupama Rhône-Alpes Auvergne mercredi 12 juillet 2017. Pour un montant annuel compris entre 5 et 7 millions d’euros par an, l’assureur verra son nom accolé au stade théâtre des exploits du club lyonnais. Ce montant en fait le plus gros accord de naming pour un stade ou une arena en France.

    #Enclosure #Communs_urbains #Sport


  • Michel Bauwens : Contribution to the Great Transition Debate:

    I very much appreciate Al Hammond insights into the new market dynamics of digital capitalism, and on the likely perenniality of the market function within a broader plurality of resource allocation methods.

    One key for me is to distinguish capitalism from markets, and to realize that markets can be transformed. Markets can rule with a market state at their disposition , but market can also serve other more dominant systems of allocation as it did when it was an emergent force under feudalism.

    Today, with the exponential growth of new digital and urban commons, most of which are subsumed under capital but by no means all of them, we have a new opportunity to transform markets so that they can serve the commons.

    Capitalism is, as Kojin Karatani has argued in The Structure of World History, a three-in-one system: capital - state - nation.

    Crucial in this current conjucture, is that the classic strategy of change ’within capitalism’, the famous Polanyan double movement, in which the mobilized people (aka the ’nation’) forced the state to periodically rebalance run-away capitalist logics, seems to no longer function. The most likely reason is that capital has become transnational, and that nation-states simply no longer have the clout and the will to rebalance through inter-state efforts.

    This means that though the system is in deep crisis, it’s alternatives are in a bind too, which is a great opportunity for a more systematic transformation.

    One of the potential strategies is to work with the commoners and their commons-based entrepreneurial coalitions, and to work, from the commons outward, to transform the market forms that depend on the commons. This is crucial , as capitalism in the advanced sectors and places, is moving from commodity-labor forms, to ’netarchical forms’, i.e. the direct exploitation of human cooperation, whether in commons-production or in distributed markets.

    In my last contribution, I mentioned briefly protocol cooperativism. Here is the rationale for it.

    In the last few years , we have seen the emergence of a cooperative/solidarity-based alternative to the netarchical platforms (GAFA), i.e. the platform cooperative movement. Signs of change are the two successfull conferences in NYC, evidence of union-coop funded platforms for nurses and cleaners, and more and more cooperative digital platforms that are listed in the Internet of Ownership directory. I am personally involved in the shift from the cooperative and ESS movement in France, towards a convergence of cooperative and commons forms; and the same evolution is underway in cooperative federations in other countries and Western Europe.

    Platform coops are worker or multi-stakeholder owned and governed platforms, that are at the service of a commons or distributed market based community, in which the platform itself is considered a commons; and the ’cooperative’ legal form is considered to be a management model for such commons.

    But they can easily slip back into competitive cooperativismand become mere collective modalities of capitalism. This is why platform coops need to be ’open coops’, i.e. they must make their contribution to the commons a strategic and legal priority. They must move from a position of capital accumulation, to a position of commons accumulation, and from a position of redistribution, to one of predistribution. The way to do this is by adopting protocol cooperativism.

    This means there should not be 40 different ride-hailing coops competing with the one Uber, each with their own software (there are 13 ordering software packages for ordering food from CSA’s, only in the italian solidarity economy, as Jason Nardi of RIPESS told me once).

    There should be one open source ride-hailing applications, which can be used by all the different open/platform cooperatives.

    Given the fragmentation of the commons economy, who can be the ’agents’ of such transformation, of such ’commonification’ of market dynamics?

    Today, we already have 2 such agents, but we need a third political/institutional one.

    The two first agents which have emerged in the last 15 years are the global open source communities in the world of free software and open design, who have successfully created for-benefit associations (such as the FLOSS Foundations) as ’commons infrastructure organisations’.

    The second agent are the global generative and entre-donneurial coalitions who have created market activities and incomes for the commons sector. This second sector is still very emergent and weak, but is exists and is growing.

    But global transnational civic institiutions, and global post-capitalist ethical market coalitions may not be enough, we may need a transnational political institutions, i.e. the ’state form’ of the commons economy.

    My intuition is that, in a age of increasingly fragmented sovereignty, coalitions of cities may play this role. The exponential rise of urban commons, (I identified 500 projects in a 300k populated city of Ghent, covering all provisioning systems), the rise of ’rebel cities’, ’fearless cities’, climate change coalized cities, commons-oriented progressive coalitions in spanish cities (look at the amazing Impetus Plan for the growth and support of the cooperative, solidarity and commons economy in Barcelona), give me hope that in time, coalitions of cities may emerge who can collective support the infrastructures of protocol cooperativism. In other words, networked cities today are a potential form of transnational governance that may also be an important agent for the commons transition.

    The role of progressive coalitions at the nation-state level, is to support the emergence , consolidation, and trans-nationalization of the commons infrastructure, so that it becomes maximally resilient and able to withstand the pressures of global capital.

    An all-out assault of a single progressive nation-state against capital today is doomed, but the nation-state arena can be an area for consolidation of a transnationally organized commons sector.

    #Communs #Communs_urbains #Michel_Bauwens #Coopérativisme


  • Consciousness and the Post-Capitalist Commons - P2P Foundation
    https://wiki.p2pfoundation.net/Consciousness_and_the_Post-Capitalist_Commons

    “It is generally accepted that certain types of institutions function best when most of their members share a certain type of consciousness: a similar way of making sense of the world and of moral judgment. In short, capitalist consciousness works best for capitalist institutions, just as feudal consciousness works best for feudal institutions. If a commons-based society were to be the dominant institutional framework for a better future, then what kind of consciousness would be necessary for it to work? Research in developmental psychology provides us with powerful evidence as to what a post-capitalist consciousness might look like and how it would fit with a commons-based society. The work of some developmental psychologists describe the furthest reaches of consciousness development as being one that is capable of making sense of highly complex systems, as being principle-based (instead of rule-based) and as being flexible, globally empathetic, post-materialist, and capable of finding unity in diversity and diversity in unity. It is precisely these types of characteristics that are necessary for developing a society based on post-capitalist commons. This type of consciousness also points to how future commons would be different from pre-capitalist commons, which is a distinction we will have to make if we hope to move forward towards a post-capitalist future and not regress to pre-capitalist social formations.”

    Pre-capitalist commons have a several characteristics that simply do not apply to post-capitalist commons or, at least, do not apply in the same way. For example, one key difference is that pre-capitalist commons, such as the typical shared grazing land or the shared fishery, was based on scarce but renewable resources. As a result, clearly defined boundaries (characteristic #1) and rules governing resource appropriation (#2) play a central role in scarce resource commons. After all, if everyone can appropriate as much of the commons resources as they want (grassland or fish, for example), the resource will become depleted and no one would be able to take advantage of it any more. Post-capitalist commons, which tend to be knowledge-based, are potentially limitless or non-scarce (or “non-rival”), and thus these principles do not apply to them. Similarly, the 8th characteristic that Ostrom mentions, the need for multiple layers of organization in large-scale commons is also not as necessary in post-capitalist commons. The reason for this is that post-capitalist commons are based on networking and peer-to-peer principles that do not need hierarchical forms of organization in order to function efficiently.

    #communs #personnalité #utopie


  • home [Spin is a Peer Idea Network]
    https://spin.community

    Une multitude d’initiatives existent autour des communs et de la pensée libre au sens large. Cependant, la mutualisation des connaissances et des envies reste difficile. La micro révolution industrielle annoncée par l’introduction des fablabs dans le monde rural tarde à venir. Le bricolage, la réparation d’objets facilités par les outils numériques et l’intérêt que ces derniers suscitent, sont une bonne chose, mais ce n’est pas assez.

    Il existe pourtant un potentiel incroyable chez ces personnes (qu’elles soient actives ou non ; expertes ou non), dans ces machines, dans cette création collaborative qui tend à se développer et à se populariser, mais qui a des difficultés à s’organiser.

    Le projet SPIN a ainsi pour ambition de rassembler ces personnes et leurs idées, ces projets et leurs moyens de productions (qu’il s’agisse de fablab, tiers-lieux, atelier privée/public, ou autre) au sein d’une plateforme commune et décentralisée. Il se veut le résultat d’une consultation publique afin d’en affiner chacun des aspects. Le chantier est vaste et touche des domaines tout aussi étendus, mais avec l’aide de chacun - avec votre aide - nous arriveront à définir les éléments essentiels à sa constitution. Les pistes à mettre en oeuvre, tant pratique que théorique, sont en cours de discussion :

    • Permettre une gestation de projets facilitée et sans contrainte géographique, ni économique.
    → Une idée laissée par une personne en Amérique du Nord pourrait être adoptée conjointement en Chine, en Afrique et en Europe (travail en parallèle (fork) ou en simultané)

    • Construire une plateforme pair à pair (peer-to-peer) constituée de briques constamment à jour.
    → Elle pourrait être définie par une méthode de conteneur / contenu. Ainsi, un site internet ne serait plus qu’un fichier texte (flatfile) dont les informations essentielles seraient limitées aux médias, textes et métadonnées : il s’agit là du contenu. Une structure logicielle (framework) incluant le langage de balisage permettrait de récupérer ces informations et les mettrait en page directement sur le terminal (mobile, ordinateur) de l’utilisateur : il s’agit là du conteneur.

    • Définir une doctrine économique & sociale.
    → Une monnaie cryptographique pourrait être introduite, et une caisse commune pourrait permettre de financer de gros projets ou des outils communs (logiciels libres).

    • Déterminer la sécurité du système d’échange (tant économique que social).
    → Il pourrait se baser sur la technologie de chaîne de blocs (blockchain) : une base de données distribuées, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.

    • Garantir les communs par l’utilisation de licence à réciprocité lors d’échanges avec le monde entrepreneurial.
    → À la suite de la réflexion de Michel Bauwens sur « l’entredonneuriat » (entrepreneuriat orienté communs), un modèle partenarial, ou mieux, collaboratif, entre professionnels et plateforme pair à pair, pourrait voir le jour. La licence pourrait ainsi contraindre les entreprises / « entredonnées », lors de l’utilisation d’un élément développé par la communauté, de s’acquitter d’une taxe. Celle-ci pourrait financer les communs : évolution de la plateforme, caisse commune, redistribution des gains aux membres de la communauté…

    Pour atteindre ces différents objectifs, la plateforme se veut résolument tournée vers l’avenir : elle est le produit des communs. Ainsi, que vous soyez expert ou non, le projet SPIN ne peut voir le jour sans votre concours. Venez à notre rencontre pour en discuter, réfléchir à sa mise en oeuvre et à sa mise en place.

    #Communs #plateforme


  • Common sense: An examination of three Los Angeles community WiFi projects that privileged public funding over commons-based infrastructure management » The Journal of Peer Production
    http://peerproduction.net/issues/issue-10-peer-production-and-work/varia/common-sense-an-examination-of-three-los-angeles-community-wifi-proj

    Several high-profile incidents involving entire communities cut off from broadband access—the result of natural disasters such as Superstorm Sandy in the Northeastern United States in 2012, to totalitarian governments in Egypt and Tunisia shutting down infrastructure in 2011—have raised awareness of the vulnerabilities inherent in a centralized internet. Policymakers are increasingly interested in the potential of community mesh networks (Harvard University, 2012), which use a decentralized architecture. Still, government agencies rarely fund community WiFi initiatives in U.S. cities. Three grassroots mesh networks in Los Angeles are distinct, however, as both local and state agencies subsidized their efforts. By comparing a public goods framework with theory of the commons, this study examines how government support impacted L.A.-based community wireless projects.

    By examining public investments in peer-to-peer networking initiatives, this study aims to better understand how substantial cash infusions influenced network design and implementation. Stronger community ties, self-reliance and opportunities for democratic deliberation potentially emerge when neighbors share bandwidth. In this sense, WiFi signal sharing is more than a promising “last mile” technology able to reach every home for a fraction of the cost required to lay fiber, DSL and cable (Martin, 2005). In fact, grassroots mesh projects aim to create “a radically different public sphere” (Burnett, 1999) by situating themselves outside of commercial interests. Typically, one joins, as opposed to subscribes to, the services. As Lippman and Reed (2003, p. 1) observed, “Communications can become something you do rather than something you buy.” For this reason, the economic theories of both public goods and the commons provide an ideal analytical framework for examining three community WiFi project in Los Angeles.

    The value of this commons is derived from the fact that no one owns or controls it—not people, not corporations, not the government (Benkler 2001; Lessig, 2001). The peer-to-peer architecture comprising community wireless networks provides ideal conditions for fostering civic engagement and eliminating the need to rely on telecommunications companies for connectivity. Instead of information passing from “one to many,” it travels from “many to many.” The primary internet relies on centralized access points and internet service providers (ISPs) for connectivity. By contrast, in a peer-to-peer architecture, components are both independent and scalable. Wireless mesh network design includes at least one access point with a direct connection to the internet—via fiber, cable or satellite link—and nodes that hop from one device to the next

    As the network’s popularity mounted, however, so did its challenges. The increasing prevalence of smartphones meant more mobile devices accessing Little Tokyo Unplugged. This required the LTSC to deploy additional access points, leading to signal interference. Network users overwhelmed LTSC staff with complaints about everything from lost connections to computer viruses. “We ended up being IT support for the entire community,” the informant said.

    Money, yes. Meaningful participation, no.

    Despite its popularity, the center shut down the WiFi network in 2010. “The decision was made that we couldn’t sustain it,” the informant said. While the LTSC (2010) invested nearly $3 million in broadband-related initiatives, the center neglected to seek meaningful participation from the wider Little Tokyo community. The LTSC basically functioned according to a traditional ISP model. In a commons, it is imperative that a fair relationship exists between contributions made and benefits received (Commons Sommerschule, 2012). However, the LTSC neither expected nor asked network users to contribute to Little Tokyo Unplugged in exchange for free broadband access. As a result, individual network users did not feel they had a stake in ensuring the stability of the network.

    HSDNC board members believed free WiFi would facilitate more efficient communication with their constituents, coupled with “the main issue” of digital inclusion, according to an informant. “The reality is that poor, working class Latino members of our district have limited access to the internet. A lot of people have cell phones, but we see gaps,” this informant said. These comments exemplify how the pursuit of public funding began to usurp social-production principles associated with a networked commons. While closing the digital divide and informing the public about community issues are laudable goals, they are clearly institutional ones.

    Rather than design Open Mar Vista/Open Neighborhoods according to commons-based peer production principles, the network co-founders sought ways to align the project with public good goals articulated by local and federal agencies. For instance, an informant stressed that community WiFi would enable neighborhood councils to send email blasts and post information online. This argument is a direct response to the city’s push for neighborhood councils to reduce paper correspondence with constituents (City of Los Angeles, 2010). Similarly, the grant application Open Neighborhoods submitted to the federal Broadband Technologies Opportunities Program—which exclusively funded broadband infrastructure and computer adoption initiatives—focused on the potential for community WiFi networks to supply Los Angeles’ low-income neighborhoods with affordable internet (National Telecommunications & Information Administration, 2010). The proposal is void of references to concepts associated with the commons, even though this ideological space can transform broadband infrastructure from a conduit to the internet into a technology for empowering participants. It seems that, ultimately, the pursuit of public funding supplanted initial goals of creating a WiFi network that fostered inclusivity and collaboration.

    There’s little doubt that Manchester Community Technologies accepted a $453,000 state grant in exchange for a “mesh cloud” it never deployed. These findings suggest an inherent conflict exists between the quest to fulfill the state’s public good goals, and the commons-based community building necessary to sustain a grassroots WiFi network. One could argue that this reality should have prevented California officials from funding Manchester Community Technologies’ proposal in the first place. Specifically, a successful community WiFi initiative cannot be predicated on a state mandate to strengthen digital literacy skills and increase broadband adoption. Local businesses and residents typically share bandwidth as part of a broader effort to create an alternative communications infrastructure, beyond the reach of government—not dictated by government. Grassroots broadband initiatives run smoothly when participants are committed to the success of a common enterprise and share a common purpose. The approach taken by Manchester Community Technologies does not reflect these principles.

    #Communs #wifi #mesh_networks #relations_communs_public


  • Pour un covoiturage libre sans blabla car c’est un bien commun ! – Framablog
    https://framablog.org/2017/06/29/pour-un-covoiturage-libre-sans-blabla-car-cest-un-bien-commun
    https://framablog.org/wp-content/uploads/2017/06/covoiturage-libre-fr.png

    Votre plateforme est un « bien commun », qu’entendez-vous par là ?

    Nous entendons par là quelque chose de simple et qui nous parait à la fois fondamental et naturel pour le covoiturage : la plateforme nous appartient à tous, elle appartient à la communauté que nous formons, nous les conducteurs et les passagers qui utilisons le covoiturage, tous ensemble nous la faisons vivre. Elle appartient à ceux qui l’ont développée et qui en font la promotion, à nous qui travaillons sur le projet, mais aussi, ET SURTOUT, à celles et ceux qui l’utilisent, c’est-à-dire monsieur Dupuis-Morizeau par exemple qui utilise notre plateforme en tant que passager pour aller de Paris à Rouen et retrouver sa famille. D’ailleurs, il peut nous rejoindre pour participer à la réflexion sur la plateforme, proposer des améliorations, signaler des bugs…

    #covoiturage #communs



  • Pour sauver la #forêt du #Morvan, des gens se groupent pour l’acheter peu à peu
    https://reporterre.net/Pour-sauver-la-foret-du-Morvan-des-gens-se-groupent-pour-l-acheter-peu-a

    Les belles forêts de feuillus morvandelles laissent peu à peu place à des monocultures de pins douglas, prisés par l’industrie du bois. Pour lutter contre cet enrésinement, un groupement forestier de 530 associés gère en #sylviculture_douce les parcelles de hêtres, chênes, et autres merisiers qu’elle a achetées.

    #douglas #monoculture #gestion_forestière



  • A Barcelone, une alliance des villes contre les nouveaux monstres politiques | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/130617/barcelone-une-alliance-des-villes-contre-les-nouveaux-monstres-politiques?
    https://static.mediapart.fr/files/2017/06/13/capture-d-e-cran-2017-06-12-a-15-12-48.jpg

    Les récits de Portland ou de Belo Horizonte ne sont que deux toutes petites pièces d’un grand puzzle qui s’est assemblé à Barcelone en fin de semaine. Des représentants de plus de 150 villes dans le monde, de Vancouver à Philadelphie, de Valparaiso à Naples, y ont participé, tous animés de la même conviction : c’est par le municipalisme qu’il est aujourd’hui possible de construire des alternatives, pour le dire vite, au capitalisme financier et aux droites extrêmes. « Alors que les États échouent à répondre aux principaux défis internationaux, nous devons être, depuis les villes, une alternative », a lancé Ada Colau vendredi soir, en ouverture du sommet, devant un millier de personnes réunies sur l’une des places de la vieille ville. Si les États se révèlent « très lents et bureaucratiques, rongés par une concurrence les uns envers les autres qui les paralysent », à l’inverse, les villes « travaillent en réseaux », de manière souple, pour répondre aux urgences, a-t-elle poursuivi. Lors d’un échange avec la maire de Madrid Manuela Carmena, elle a plaidé pour une « alliance internationale des villes », sur des thématiques précises, comme l’accueil des migrants, ou la lutte contre le réchauffement climatique (voir la vidéo ci-dessous).

    « Le municipalisme, c’est le pouvoir local. C’est l’auto-organisation. Nous voulons récupérer la souveraineté qui a été volée aux citoyens, pour proposer ensemble une nouvelle forme d’habiter dans la ville », s’est enthousiasmé de son côté le Chilien Jorge Sharp, le maire de Valparaiso. Issu des mouvements étudiants, il fut, à 32 ans, l’une des vedettes de la fin de semaine (lire son entretien à Mediapart). Seul élu français convié au rassemblement public vendredi soir, le maire de Grenoble Éric Piolle a exhorté à « collaborer davantage entre les villes, pour bousculer l’agenda » imposé par les États, avant de vanter l’interdiction de la publicité dans l’espace public mise en place dans sa ville.

    À l’initiative de la commission internationale de « Barcelone en commun » (une structure indépendante de la mairie), le sommet des « villes sans peur » avait donc pour vocation d’ouvrir grand les horizons. Comme les expériences similaires aux « mairies rebelles » espagnoles sont quasi inexistantes en Europe (à l’exception, peut-être, de la mairie de Naples), il a fallu aller chercher des soutiens ailleurs. À commencer par les États-Unis, où le « droit à la ville » structure la politique municipale depuis des décennies, et où les mouvements grassroots sont nombreux. Le maire de Berkeley, en Californie, tout comme des élus de Philadelphie, New York, Jackson (Mississippi) ou Portland, ont fait le déplacement, tous préoccupés par la manière de s’opposer depuis le local à la présidence Trump.

    #Communs #Villes #Municipalisme


  • L’expérience Cecosesola | Association Autogestion
    http://www.autogestion.asso.fr/?p=6713

    En 1983, la coopérative El Triunfo tentera alors de créer un supermarché populaire appelé « feria ». Cette formule a immédiatement connu un énorme succès et permettra de susciter la création de coopératives de production agricole qui alimenteront ces ferias. Tout récemment, le complexe Cecosesola a été capable d’ouvrir un hôpital qui dispense des soins à prix raisonnables. Aujourd’hui 1200 personnes travaillent dans le cadre des coopératives de Cecosesola. La loi coopérative de 2001 a permis à Cecosesola de se débarrasser définitivement de la notion de dirigeants élus, les coopératives fonctionnant plus que jamais sur la base de l’absence de hiérarchie et du salaire unique.

    Le film de Ronan Kerneur et David Ferret permet de saisir dans le vif ce qui fait l’originalité de Cecosesola : une expérience entrepreneuriale certes, mais surtout une aventure humaine dans laquelle l’implication de chacun, tant en terme de travail que de participation démocratique, est la clé du succès. Le film alterne des prises de vue sur l’activité propre des coopératives de Cecosesola et des interviews de personnages. Si Gustavo Salas Romer, que l’on pourrait assimiler au théoricien de cette expérience, est présent, ce sont surtout Teofilo, Angel, Felipe, Noël, José, Josue, Inès, Manuel, Gaudi, Omar, Pedro, Sneida, Crismar, Antony, Tere, Jorge, Yolanda, quelques coopérateurs parmi d’autres qui savent nous parler de leur vécu au sein des coopératives, des personnes à l’image de ce qu’est aujourd’hui la société vénézuélienne mais porteurs d’une conscience en la nécessaire libération de l’être humain par le collectif. Régulièrement l’éducation reçue à l’école est questionnée dans ses fondements mercantiles. Les délibérations vont bon train et sont le pendant d’une activité pleinement assumée. On notera tout particulièrement la partie du film sur le choc entre la culture anti-étatique de Cecosesola et le coopérativisme lancé par l’Etat vénézuélien à l’époque d’Hugo Chávez, coopérativisme qui sera abandonné par la suite.

    #coopératives #communs


  • Rendez-vous samedi 17 juin à la librarie A livr’ouvert pour soutenir le projet Communauthèque ! | SavoirsCom1
    http://www.savoirscom1.info/2017/06/rendez-vous-samedi-17-juin-a-la-librarie-a-livrouvert-pour-soutenir-le
    http://www.savoirscom1.info/wp-content/uploads/2017/06/librairie-a-livre-ouvert.jpg

    Samedi 17 juin, à partir de 14h30, la librarie A livr’ouvert accueillera Hervé le Crosnier pour une présentation des activités de C&F Editions et une rencontre autour du thème : « culture numérique et connaissances partagées. Des livres pour comprendre la société de la connaissance. »

    La librairie « A livr’ouvert » a souhaité s’associer au projet « Communauthèque » lancé par SavoirsCom1 le mois dernier et en plus des livres de C&F Editions, elle proposera samedi à la vente une sélection de livres sur les Communs que vous pourrez acheter pour nous aider à rassembler deux fonds de 50 ouvrages que nous souhaitons constituer un au CEDIDELP et à la bibliothèque de Notre-Dame-des-Landes.

    Rendez-vous donc samedi au 171b Boulevard Voltaire (11ème arrondissement) pour échanger avec nous sur la question des Communs et le projet Communauthèque !

    #C&Féditions #Communs



  • Entrevue avec M. Bauwens autour de Pour une véritable économie collaborative — Wiki Remix Biens Communs
    http://wiki.remixthecommons.org/index.php?title=Entrevue_avec_M._Bauwens_autour_de_Pour_une_v%

    Michel Bauwens répond aux questions de Frédéric Sultan à propos de son dernier ouvrage Manifeste pour une véritable économie collaborative. Il replace l’économie collaborative dans un contexte historique et l’évolution du capitalisme, aborde la relation entre travail et commoning et la dimension démocratique d’une société basée sur les co

    #communs #coopérativisme #P2P #économie_collaborative


  • L’exclusion forcée du marché comme enclosure des biens communs – – S.I.Lex –
    https://scinfolex.com/2017/05/29/lexclusion-forcee-du-marche-comme-enclosure-des-biens-communs
    https://scinfolex.files.wordpress.com/2017/05/la-grande-transformation.jpg

    Ce que je trouve intéressant avec cette histoire racontée dans Reporterre, mais plus largement avec la problématique des semences libres, c’est qu’elles illustrent bien les rapports complexes qu’entretiennent les biens communs et le marché. On considère en effet que les semences libres constituent un exemple-type de ressources assimilables à des « Communs ». Elles sont en effet parvenues jusqu’à nous par le biais d’un processus de transmission de génération en génération d’agriculteurs, qui ont conduit le processus de sélection et de croisement nécessaires pour développer les variétés et les adapter à leur milieu. Les variétés dites « anciennes », « paysannes » ou « traditionnelles » ne sont pas protégées par des droits de propriété intellectuelle : elles appartiennent au domaine public et sont donc à ce titre, librement reproductibles, ce qui en fait tout l’intérêt pour les agriculteurs, notamment pour se défaire de leur dépendance vis-à-vis des industries semencières.

    Comme ces semences appartiennent au domaine public, elles devraient aussi pouvoir faire l’objet, en tant qu’objets physiques, d’une libre commercialisation sur le marché. On voit bien que c’est une condition pour que des activités comme celles du « Potager d’un curieux » ou de Kokopelli puissent être durables et se développer. Même si ces structures adoptent généralement des formes associatives tournées vers la non-lucrativité ou la lucrativité limitée, elles ont besoin d’une connexion avec le marché, ne serait-ce que pour couvrir les coûts induits par la production et la distribution des semences. Or c’est précisément ce qui leur est aujourd’hui interdit théoriquement par la réglementation, qui s’est organisée pour exclure du marché les semences traditionnelles, via notamment les obligations d’enregistrement au catalogue officiel.

    On voit donc qu’ici, l’enclosure spécifique qui pèse sur les semences consiste en une exclusion forcée du marché, et c’est quelque part contre-intuitif, par rapport à l’idée générale que l’on peut se faire du phénomène d’enclosure des biens communs.

    Néanmoins, le cas des semences nous montre que la question des enclosures est beaucoup plus complexe. Pour bien saisir ce qui arrive aux semences, il faut en effet les appréhender de deux manières différentes : dans leur dimension immatérielle, à travers les variétés végétales que les semences expriment et dans leur dimension matérielle, à travers les objets physiques que sont les graines produites par les paysans. Les variétés végétales anciennes ne font pas (et n’ont jamais fait) l’objet de droits de propriété intellectuelle, à la différence des hybrides F1 produits par l’industrie semencière. A ce titre, ces variétés sont effectivement « dé-marchandisées », au sens où elles ne peuvent faire l’objet, en tant que telles, d’exclusivités soumises à autorisation et transaction. Mais les graines produites par les paysans constituent des objets physiques rivaux, qui font l’objet de droits de propriété et peuvent être legitimement vendus sur le marché. Sauf que la législation sur les semences a été organisée pour empêcher justement à ces semences d’accéder au marché et pouvoir faire l’objet d’une commercialisation, contrairement aux variétés propriétaires. L’enclosure du bien commun que constituent les semences traditionnelles n’a donc pas ici la même nature que celle qui a frappé les terres ou l’eau : elle consiste en une exclusion forcée du marché.

    Arriver à appréhender le phénomène des enclosures dans toute complexité est à mon sens important, notamment pour éviter des contresens sur la question des Communs. On dit parfois que les Communs constituent une troisième voie entre le Marché et l’Etat, mais cette manière de présenter les choses est trompeuse. Il vaudrait mieux dire que les Communs, avec l’Etat et le marché, constituent une manière pour les humains de prendre en charge des ressources. Ces trois pôles peuvent selon les moments de l’histoire avoir plus ou moins d’importance (aujourd’hui, nous traversons une période de domination écrasante des mécanismes du marché auto-régulé, se traduisant par une marginalisation des Communs et un affaiblissement de l’Etat). Mais les Communs sont toujours articulés à l’Etat et au marché : ils ne constituent jamais une sphère complètement autonome. Ils peuvent notamment avoir besoin de débouchés sur le marché pour exister et peser significativement dans les relations sociales. C’est ce que montre parfaitement l’exemple des semences libres.

    #communs #enclosures #semences


  • Les « communs numériques », thème de campagne
    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/04/20/l-avenir-en-communs_5114260_3232.html
    http://s1.lemde.fr/image/2017/04/20/644x322/5114364_3_5fd8_pour-comprendre-l-origine-du-concept-il-fau_a55b76b671180c72994fb3b204bd8438.jpg

    Certains y voient un nouveau modèle de production capable de bousculer le capitalisme, d’autres une réponse aux dérèglements écologiques, d’autres encore une issue à la crise de nos démocraties. La notion de « communs », au carrefour des sciences politiques, du droit, des sciences sociales et de l’économie, connaît ces dernières années une popularité croissante. Et la campagne présidentielle en France ne reste pas étrangère au phénomène – surtout à gauche.

    Benoît Hamon préconise de constitutionnaliser les « biens communs » tels que l’eau, l’air ou la biodiversité, pour les soustraire à « toute dégradation ou risque de captation privée ». Jean-Luc Mélenchon élargit la notion à des « communs universels » telles la monnaie et la santé, que l’Etat doit sanctuariser. Mais l’attention se concentre aussi sur le champ numérique.

    Des fondations en faveur du logiciel libre comme Mozilla et Wikimédia appellent les candidats à défendre les « communs de la connaissance » et la liberté d’accès aux ressources cognitives sur le Web. Elles voient dans le développement de ces « communs numériques » une alternative à l’opacité des algorithmes et à la privatisation des données, voire un outil pour reconquérir une souveraineté numérique face aux Etats-Unis.

    Qu’entend-on par cette appellation de communs ?

    #communs


  • En direct des Marches des Acteurs des Temps Présents
    http://www.radiopanik.org/emissions/emissions-speciales/en-direct-des-marches-des-acteurs-des-temps-presents

    Dès le 20 mai 2017 prochain, deux marches s’élanceront, l’une de Liège, l’autre de Tournai pour aboutir à Bruxelles et organisées par les Acteurs des Temps Présents. L’une s’appelle la #marche des #communs, l’autre la marche des réparations. La première ira rencontrer des situations qui compliquent l’avenir qui vient, là par exemple où les intérêts de quelques-uns mettent en péril le bien commun de tous. La deuxième s’en ira créer des situations de reprise en mains de l’espace public, là où ce qui prospère est la pauvreté et les appauvrissements. Ces marches seront en partie diffusées en direct en vidéo, afin que vous puissiez suivre les débats du soir mais aussi les actions du jour.

    Ce mardi 23 mai, le studio volant se pose à Durbuy, journée-étape de la Marche des Communs.

    Programme de la journée :

    Nous quittons (...)

    #wallonie
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/emissions-speciales/en-direct-des-marches-des-acteurs-des-temps-presents_03640__1.mp3


  • Entrevue du paysan Fabian Renaud de la Ferme Renaud à Bourdon, qui a pu s’acheter une partie de ses terres grâce à la coopérative Terre-en-vue - En direct des Marches des Acteurs des Temps Présents
    http://www.radiopanik.org/emissions/emissions-speciales/en-direct-des-marches-des-acteurs-des-temps-presents-2

    Dès le 20 mai 2017 prochain, deux marches s’élanceront, l’une de Liège, l’autre de Tournai pour aboutir à Bruxelles et organisées par les Acteurs des Temps Présents. L’une s’appelle la #marche des #communs, l’autre la marche des réparations. La première ira rencontrer des situations qui compliquent l’avenir qui vient, là par exemple où les intérêts de quelques-uns mettent en péril le bien commun de tous. La deuxième s’en ira créer des situations de reprise en mains de l’espace public, là où ce qui prospère est la pauvreté et les appauvrissements. Ces marches seront en partie diffusées en direct en vidéo, afin que vous puissiez suivre les débats du soir mais aussi les actions du jour.

    Ce mercredi 24 mai, le studio volant se pose à Bourdon, journée-étape de la Marche des Communs.

    Programme de la journée :

    Partant de (...)

    #agriculture #pauvreté #alimentation2017 #wallonie
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/emissions-speciales/en-direct-des-marches-des-acteurs-des-temps-presents-2_03642__0.mp3



  • Commons Transition and P2P | Transnational Institute
    https://www.tni.org/en/publication/commons-transition-and-p2p

    https://www.tni.org/files/styles/cover_image/public/cover-images/commons_transition_and_p2p_primer_cover.png?itok=0rCB4QZo

    The Commons, as an idea and practice, has emerged as a new social, political and economic dynamic. Along with the market and the state, the Commons is a third mode of societal organization. The Commons and Peer to Peer (P2P) together form a system based on the practices and needs of civil society and the environment it inhabits, evolving away from obsolete, centrally planned systems or the competitive dictates of market economies. But what are the Commons and P2P, and how do they interrelate? This Primer explores these concepts.
    Authors
    Michel Bauwens, Vasilis Kostakis, Stacco Troncoso, Ann Marie Utratel
    Projects
    Public Sector Alternatives

    The Commons is a concept and practice that has been steadily gathering increased attention and advocates. Deeply rooted in human history, it’s difficult to settle on a single definition that covers its broad potential for social, economic, cultural and political change. The Commons is now demonstrating its power as a “key ingredient” for change in diverse locations and contexts around the world.

    The P2P Foundation, with its particular focus on the relationship of the Commons and P2P practices, is supporting this Commons transition by helping to share knowledge and develop tools to create common value and facilitate open, participatory input across society. This short primer explains the Commons and P2P, how they interrelate, their movements and trends, and how a Commons transition is poised to reinvigorate work, politics, production, and care, both interpersonal and environmental.

    #communs #P2P #Michel_Bauwens #transition


  • Propriété intellectuelle et biens communs de la connaissance dans l’environnement numérique | Bulletin des bibliothèques de France
    http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/propriete-intellectuelle-et-biens-communs-de-la-connaissance-dans-l-envir

    L’association semble naturelle : les bibliothèques ont comme mission la diffusion de la connaissance. Pourtant, rien ne prédispose une entité publique à être moins favorable aux enclosures qu’une entité privée. En effet, la propriété publique n’est pas un commun.

    Cependant, les bibliothèques sont les organisateurs d’un usage collectif de ressources. Par exemple, jusque dans les années 1990, les bibliothèques bénéficiaient du droit coutumier de prêter des livres (accès et usage) même s’il ne reposait sur aucun cadre légal. Ce droit était déconnecté du marché ; l’usage n’était pas tarifé que le livre soit prêté 1 ou 50 fois.

    L’arrivée du droit de prêt en bibliothèque a donné une existence légale au prêt. Pour autant, l’accès et l’usage sont toujours possibles collectivement. Ce mode est compatible avec une certaine forme de commun.

    Le bibliothécaire doit-il aussi être passeur dans l’espace ouvert du web ? Le travail de médiation, réalisé avec l’édition commerciale, ne devrait-il pas être prolongé avec internet ?

    Par exemple, sur Ziklibrenbib, des bibliothécaires analysent des contenus libres, recommandent des titres et commentent des notices.

    Biblioxbox ou Piratebox proposent un partage de contenus numériques hybrides (œuvres du domaine publique ou publiés sous licence libre).

    #bibliothèques #communs


  • En 2017, que revive le bien commun ! - La Croix
    http://www.la-croix.com/France/Politique/En-2017-revive-bien-commun-2017-05-05-1200844982
    http://img.aws.la-croix.com/2017/05/05/1200844982/flo2011002c25012-07a_0_1399_933.jpg

    Au singulier ou au pluriel, avec ou sans majuscules, l’expression a envahi les discours. En témoigne la campagne présidentielle qui s’achève, où perdants et finalistes en ont usé, de manière évidemment nuancée.

    Tandis que Benoît Hamon promettait de constitutionnaliser les « biens communs » – l’eau, l’air, la terre et la biodiversité –, Jean-Luc Mélenchon entendait les soustraire au monde marchand, y ajoutant l’énergie, la monnaie ou encore la santé. François Fillon défendait sa réforme de la Sécurité sociale par la nécessité de préserver « ce bien commun ».

    Et les deux candidats encore en lice continuent à s’affronter sur ce terrain, Emmanuel Macron rappelant que « notre bien à tous, c’est la démocratie », face à Marine Le Pen en guerre contre « les puissances d’argent qui tentent de lancer une OPA hostile sur l’État, notre bien commun ». À l’ombre de cette notion, font ainsi florès tous les emplois et toutes les visées politiques.

    Quarante ans plus tard, Quadragesimo anno utilise pour la première fois l’expression « bien commun » que le concile Vatican II définit comme « l’ensemble des conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres, d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée » (constitution pastorale Gaudium et spes, n° 26).

    « Le bien commun concerne donc les groupes qui composent la société, et chacun de leurs membres, commente le Père Dominique Greiner, assomptionniste, rédacteur en chef religieux à La Croix et spécialiste de la doctrine sociale. En affirmant cela, le Concile s’oppose aussi bien à l’individualisme libéral (la société n’existe que pour permettre à chacun de poursuivre ses intérêts personnels) qu’au socialisme collectiviste (les individualités sont absorbées par le projet collectif qu’elles doivent servir). »

    On doit à l’américaine Elinor Ostrom d’avoir forgé cette catégorie dès le début des années 1980 afin de dépasser la distinction classique entre bien public et bien privé. Les « communs » ne s’identifient plus à des biens définis au préalable mais à l’espace de délibération institué pour les préserver. Ils ne désignent pas un fleuve en soi, par exemple, mais le collectif qui décide de prendre en charge sa gestion en élaborant des règles communes d’usage.

    #communs #commun #église_catholique


  • Le programme - Demain en Commun
    http://demainencommun.fr/programme

    Demain en Commun fait le choix de porter dans cette campagne électorale 25 mesures structurantes et urgentes dans le débat et le contexte actuel.

    Chaque proposition est en lien avec un « commun » ou un bien commun.

    Les 25 propositions portées par Demain en Commun pour ces élections législatives 2017 s’inspirent directement des propositions rédigées par des ONG et organisations issues de la société civile et notamment le Mouvement Utopia et le collectif Les Jours heureux.

    Bien-entendu dans les mois à venir, nous allons progressivement construire et proposer un projet de société global, tourné vers les communs et une société du « buen vivir »

    Malgré l’en-tête, les propositions sont plus conventionelles que l’annonce. Mais l’initiative mérite d’être soulignée.

    #communs #propositions_politiques


  • ECLM - La Renaissance des communs
    http://www.eclm.fr/ouvrage-364.html

    La Renaissance des communs
    Pour une société de coopération et de partage
    David Bollier

    Traduit de l’américain par Olivier Petitjean

    De nombreux domaines de notre patrimoine commun sont actuellement en état de siège : l’eau, la terre, les forêts, les pêcheries, les organismes vivants, mais aussi les œuvres créatives, l’information, les espaces publics, les cultures indigènes… Pour proposer une réponse aux multiples crises, économiques, sociales et environnementales, que connaît la notre société actuelle, David Bollier invite à revenir sur cette notion de «  communs  », un ensemble de pratiques sociales collectives que la modernité industrielle a fait progressivement disparaître. Aujourd’hui, les communs doivent être appréhendés non comme des ressources dont tout le monde aurait la libre jouissance, mais comme un système de coopération et de gouvernance permettant de préserver et de créer des formes de richesse partagée. L’auteur montre comment ils peuvent remédier à nos maux économiques en. Car Cette approche, mettant en avant une théorie plus riche de la valeur que l’économie conventionnelle, implique de nouveaux modèles de production, des formes plus ouvertes et responsables de participation des citoyens ainsi qu’une culture d’innovation sociale. C’est ce dont témoignent les actions et initiatives des différents mouvements des «  commoneurs  » à travers le monde, déterminés à construire des alternatives vivantes et fonctionnelles à l’étau des grandes technocraties publiques et privées.

    Cet ouvrage devrait permettre d’éclairer et de promouvoir l’enjeu des communs aussi bien auprès des universitaires et des élus que des militants associatifs et autres citoyens engagés.

    #Communs


  • Des communs et des hommes #DATAGUEULE 42 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=qrgtbgjMfu0&index=17&list=PLKipY1cRnemJApzq8NWxMpx565V8yQPfB

    Les "communs" ou "commons" en anglais - souvent traduits par "biens communs" - sont partout. L’air ou l’eau sont sans doute les plus connus mais ce concept pourrait englober de nombreuses choses : la santé, le savoir, la culture et plus généralement tout ce qui serait considéré comme était essentiel à la société dans son ensemble. Dans les cultures numériques, ils commencent à être de plus en plus reconnus, notamment grâce à des initiatives comme les licences Creative Commons (http://is.gd/Hwl59d). Peut-être est-il temps de questionner leur place au-delà de la sphère numérique ?

    SOURCES
    "266,3 milliards, c’est le nombre de litres d’eau en bouteille consommés dans le monde en 2013" : http://is.gd/wxMx49

    "En 2005, Peter Brabeck-Letmathe, alors PDG de Nestlé Waters rappelait que « l’eau est une denrée alimentaire comme les autres et doit avoir une valeur marchande »" : http://is.gd/4ZiOdi

    "Nestlé Waters, leader du secteur avec plus de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014" : http://is.gd/imNY9K

    Nestlé Waters et les eaux minérales de Sao Lourenço au Brésil : http://is.gd/viKBdV

    Rijk Zwaan et ses laitues résistantes au puceron Nasonovia : http://is.gd/eLhQ4d

    "En 535 après Jésus-Christ, le code Justinien prend la peine de définir 4 types de propriétés pour les choses qui nous entourent" : http://is.gd/y7OE3X

    "en 1968, l’écologue américain Garrett Hardin conclu que l’espèce humaine est incapable de gérer une ressource commune sans la détruire. C’est la « tragédie des communs »" : http://is.gd/yrkqZI + http://is.gd/R0sE9f

    "En 2009, Elinor Ostrom obtient le prix nobel d’économie pour son travail autour des « communs »" : http://is.gd/GxOrO2 + http://is.gd/xfWGGv + http://is.gd/f6IzFe

    "À Oman, le système de gestion collective de l’eau a plus de 16 siècles d’ancienneté. 5 réseaux alimentant 3000 systèmes d’irrigation permettent de répartir l’eau équitablement" : http://is.gd/8XVCqb

    "Entre 1975 et 2004, seuls 1,3% des médicaments mis sur le marché concernaient les maladies tropicales" : http://is.gd/daXwn2

    "En 2008, l’Open Source Drug Discovery voit le jour en Inde" : http://is.gd/daXwn2

    "En 6 ans, l’OSDD rassemble 7.900 participants venus de 130 pays" : http://is.gd/lH3ePa

    "En 2014, la molécule Pa824 voit le jour. Validée lors de son premier test clinique, elle pourrait donner naissance à un nouveau médicament contre la tuberculose" : http://is.gd/hfNWVI + http://is.gd/SlUYSL

    #Communs #Pédagogie