• Automatically #compress #images on Pull Requests
    https://calibreapp.com/blog/compress-images-in-prs

    Calibre’s new #GitHub Action allows you to compress raster images with minimal setup automatically. Never ship unoptimised graphics again.The action uses the most efficient, lossless compression libraries—mozjpeg and libvips that work with PNGs and JPGs.

    https://github.com/marketplace/actions/image-actions

  • La Cour fédérale canadienne avait décidé que les vins des colonies ne pouvaient pas être étiquetés « Produit d’Israël »...
    https://seenthis.net/messages/796190

    Comme prévu...

    Étiquetage de vins de Cisjordanie : Ottawa fait appel de la décision de la Cour fédérale
    Radio Canada, le 6 septembre 2019
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1290217/produits-israel-vins-palestine-colonies-etiquette

    Des Juifs déçus par la décision du gouvernement de faire appel dans l’affaire des vins des colonies
    Voix Juives Indépendantes, le 8 septembre 2019
    https://ijvcanada.org/fr/2019/des-juifs-decus-par-la-decision-du-gouvernement-de-faire-appel-dans-laffa

    #Canada #Palestine #Vin #Occupation #Colonisation #Étiquetage #Tricheries #Droit #BDS #Boycott #Appel #Complicité

  • Suite mexicaine (V)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Suite-mexicaine-V

    La guerre sociale au Mexique
    Deuxième partie : les résistances
    À la recherche des personnes disparues

    Cette résistance à la toute-puissance de l’argent peut prendre une forme organisée et, dans le domaine de l’organisation, celle des zapatistes est exemplaire à la fois par sa cohésion, sa souplesse et son étendue. À l’extrême Sud-Est du pays, les zapatistes protègent, entretiennent et nourrissent un feu, celui d’une résistance obstinée face aux malheurs des temps. Ils témoignent. Ils sont les derniers Mohicans qui, à la nuit tombée, allument un feu de camp, un bivouac, et ce bivouac se voit au loin. C’est un bivouac dans les hurlements de la guerre à outrance. Les zapatistes sont nos sentinelles dans la nuit. Des sentinelles dans notre nuit.

    J’ai apprécié à sa juste valeur la réponse zapatiste à la menace représentée par les ambitions des entreprises capitalistes et leurs visées expansionnistes. La réponse des zapatistes est stratégique, ils ne se sont pas laissé prendre au dépourvu, ils se sont renforcés. Leur lucidité, au sein d’une société civile molle, ballottée entre promesses et mensonges, force l’admiration. Une nouvelle fois, les zapatistes ont su contourner l’obstacle et l’état de siège dans lequel le gouvernement pensait les contenir. (...)

    #Mexique #guerre #cartels #López_Obrador #armée #zapatistes #résistance #assassinats #disparitions #silence #complicité #État #féminicide #femmes

  • Pour la première fois, le #Royaume-Uni a invité officiellement le gouvernement israélien au plus grand #salon_d'armement au monde, le salon DSEI, qui va se tenir à Londres ce mois-ci :

    J’ai assisté à la mort de mon père et de mon frère, tués par les balles israéliennes. Pour moi, le commerce des armes au Royaume-Uni est profondément personnel
    Amal Samouni, The Independent, le 2 septembre 2019
    https://www.aurdip.org/j-ai-assiste-a-la-mort-de-mon-pere.html

    En accueillant les entreprises d’armement israéliennes qui vendent leurs armes comme « testées au combat » - parce qu’elles les ont testées sur nous, les Palestiniens de Gaza -, le gouvernement britannique se rend directement complice des crimes continuels du gouvernement israélien contre nous, crimes bien documentés par toutes les grandes organisations de défense des droits de l’homme.

    #Palestine #Gaza #Samouni #Amal_Samouni #complicité #Embargo #BDS

  • « Gilets jaunes » : 800  peines de prison ferme prononcées depuis le 17 novembre
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/04/03/01016-20190403ARTFIG00124-gilets-jaunes-800peines-de-prison-ferme-prononcee

    Selon les chiffres très officiels de la Chancellerie, les autorités policières ont procédé, depuis le 17 novembre dernier, à 8645 gardes à vue. Elles ont notamment donné lieu à 1665 comparutions immédiates. Ces dernières ne se sont pas toutes traduites par des peines d’incarcération. Seules 800 condamnations à de la prison ferme ont été prononcées sur toute la période. Les politiques de la majorité n’ont pas manqué de jouer sur les mots en affirmant, sans ciller, que 40% des comparutions immédiates ont donné lieu à des peines de prison ferme. Certes, mais cela ne signifie pas effectuées. Car, compte tenu des quantums de peines infligées, beaucoup ont fait l’objet d’aménagement ab initio, indépendamment du prononcé lui-même lors des audiences de jugement.

    En réalité, il y a seulement eu 388 mandats de dépôt - qui certifient en quelque sorte le passage par la case prison (...).

    #gilets_jaunes #répression #prison

  • US Testing Autonomous Border-Patrol Drones

    #Planck_Aerosystems gets funding to try its small rotorcraft in operational environments over the next three to six months.

    The Customs and Border Protection agency is getting ready to test autonomous drones that can provide situational awareness for agents working between ports of entry.

    The agency has been working with colleagues at Homeland Security’s Science and Technology Directorate Silicon Valley Innovation Program to build and test prototypes of Planck Aerosystems’ autonomous #small_unmanned_aircraft_systems, or #sUAS. The agencies announced a fourth round of funding Thursday, granting Planck $200,000 to test its #prototype in operational environments over the next three to six months.

    “Planck’s system capability enables a sUAS to launch from and land on the bed of a moving vehicle, in addition to providing fully autonomous navigation coupled with a securing mechanism, advanced computer vision capabilities and customized communications interfaces,” according to the announcement from S&T. “Through a combination of integrated technologies, including full-motion video, automatic target detection and geolocation, Planck seeks to provide CBP agents with a portable, ruggedized detection system that provides real-time situational awareness in the field.”

    The Silicon Valley Innovation Program uses the department’s other transaction authority to foster development of technologies that can be applied directly to agency missions. As part of the incremental funding structure, the program offers individual projects up to $800,000 across four phases, beginning with $50,000 to $200,000 awarded to develop a proof-of-concept demo.

    If the demo is successful, S&T can opt to continue the project with an award of between $50,000 and $200,000 for phase two, which consists of building a pilot-ready prototype within three to six months. Phases three and four—with the same funding and time ranges—provide for testing the prototype through a pilot and in various operational scenarios, respectively.

    Planck Aerosystems’ project was awarded full funding for the fourth phase to begin testing its systems in live environments.

    “S&T is looking for technologies to enhance the efficacy of CBP patrols while simultaneously increasing the safety of patrolling agents,” said Melissa Oh, managing director of the Silicon Valley Innovation Program. “We look forward to the ways Planck will further refine its technology in support of this homeland security mission.”

    https://cdn.defenseone.com/b/defenseone/interstitial.html?v=9.4.0&rf=https%3A%2F%2Fwww.defenseone.com%2Ftech

    #drones #drones_autonomes #militarisation_des_frontières #USA #Etats-Unis #Mexique #frontières #asile #migrations #réfugiés #complexe_militaro-industriel #business #surveillance #contrôles_frontaliers

  • Diaries of childhood in military detention - BBC News
    https://www.bbc.com/news/av/world-middle-east-49484690/palestinian-conflict-diaries-of-childhood-in-israeli-military-detention

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1166732616466411520/pu/vid/480x270/vcN-VfMhL-W8-mQD.mp4?tag=10

    Last month Israel’s Supreme Court refused to hear a petition by a human rights group demanding that Palestinian children detained in Israeli jails be allowed to telephone their parents.

    The case cast a spotlight on children tried in military courts for crimes committed in the occupied West Bank. Israel is believed to be the only country that tries children that way. Critics have said the ill-treatment of detainees is widespread.

    #enfants #Palestine #sionisme #impunité #complicité

  • The Message of Measles | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2019/09/02/the-message-of-measles

    One day in the early sixties, Saul Zucker, a pediatrician and anesthesiologist in the Bronx, was treating the child of a New York assemblyman named Alexander Chananau. Amid the stethoscoping and reflex-hammering of a routine checkup, the two men got to talking about polio, which was still a threat to the nation’s youth, in spite of the discovery, the previous decade, of a vaccine. At the time, some states had laws requiring the vaccination of schoolchildren, but New York was not one of them. In his office, on the Grand Concourse, Zucker urged Chananau to push such a law, and shortly afterward the assemblyman introduced a bill in the legislature. The proposal encountered resistance, especially from Christian Scientists, whose faith teaches that disease is a state of mind. (The city’s health commissioner opposed the bill as well, writing to Chananau, “We do not like to legislate the things which can be obtained without legislation.”) To mollify the dissenters, Chananau and others added a religious exemption; you could forgo vaccination if it violated the principles of your faith. In 1966, the bill passed, 150–2, making New York the first state to have a vaccination law with a religious exemption. By the beginning of this year, forty-six other states had a version of such a provision; it has proved to be an exploitable lever for people who, for reasons that typically have nothing to do with religion, are opposed to vaccination. They are widely, and disdainfully, known as anti-vaxxers.

    Because of the success of the anti-vaccination movement, measles cases have since turned up in twenty-nine other states, but New York has had by far the most cases: 1,046 as of last week, out of a national total of 1,203. This has threatened to wind back decades of success in the containment of the disease since the first measles vaccines were introduced, in 1963—an era when the United States saw between three million and four million cases a year. In 2000, the U.S. declared that measles had been eliminated in the country; if this outbreak isn’t contained by October, it could jeopardize the nation’s so-called measles-elimination status. This would be a dire step back for our public-health system, and a national embarrassment. (Britain, well acquainted with national embarrassment, lost its elimination status this year.)

    Measles, often called the most contagious disease on earth, is an airborne virus. If a person with measles walks into a room, the pathogens can linger there for two hours after the person has gone.

    The virus is infectious even before the appearance of the rash, during which the symptoms can be fever and the “three Cs”: cough, coryza (runny nose), and conjunctivitis. The vast majority of measles cases turn out O.K.—a fortnight of misery—but bad things can and do happen. It isn’t Ebola, but it isn’t chicken pox, either. (That said, it has killed more people in the Democratic Republic of the Congo this year than Ebola has.) The rate of hospitalization is about one in five, mostly owing to pneumonia, and the mortality rate is about one in a thousand. (In developing countries, it is more like one in a hundred.) Measles may also have a suppressive effect on the immune system for two years—“the shadow of measles,” as I heard one doctor describe it. The disease can cause hearing loss and, in rare cases, five to ten years later, a usually fatal form of encephalitis. Its prevalence, before the development of the vaccine, made it a scourge. Pretty much everyone got it. Its virtual disappearance since has made it seem like an abstraction, one of those common experiences of yesteryear that old-timers think kids today are too coddled to abide, like schoolyard fistfights, helmetless cycling, and child labor.

    “Some people seem to think measles is some happy Norman Rockwell rite of passage for American youth,” Howard Zucker told me. A popular long-standing anti-vax meme depicts a clip of Marcia Brady, in a 1969 episode of “The Brady Bunch,” declaring, “If you have to get sick, sure can’t beat the measles!” Parents who might agree sometimes throw so-called measles parties, to get it over with for as many kids as possible, as soon as possible. What was once a folksy response to inevitable exposure now carries a hint of Munchausen by proxy.

    One need not relitigate the case for vaccines here. There have been more than a dozen large-scale, peer-reviewed studies—the most recent one in Denmark, involving more than six hundred and fifty thousand children—that have found no connection between the M.M.R. vaccine and autism. Are there side effects to vaccines? Sometimes. Are there bad doses or batches? If there weren’t, there would be no such thing as the National Vaccine Injury Compensation Program. Does Big Pharma benefit from the vaccine protocol? You bet. At the end of July, Merck, the only U.S. manufacturer of the M.M.R. vaccine, announced that it had earned six hundred and seventy-five million dollars in the previous quarter from the M.M.R. vaccine and the chicken-pox vaccine, a fifty-eight-per-cent increase from the same period last year.

    But vaccines work, both for individuals and for the general public. They are one of the great advances of modern times. And they do not cause autism. The science on this point is settled, to the extent that any science ever is, in the pursuit of proving a negative.

    The measles outbreak has helped clarify for many public-health professionals that the virus they’re fighting isn’t so much measles as it is vaccine hesitancy and refusal. With the spread of mass shootings and conspiracy theories like QAnon, we are becoming more comfortable with the concept that ideas behave like viruses. This pandemic’s Patient Zero is harder to pinpoint. Suspicion of authority, rejection of expertise, a fracturing of factual consensus, the old question of individual liberty versus the common good, the checkered history of medical experimentation (see: Tuskegee, Henrietta Lacks, Mengele), the cynicism of the pharmaceutical industry, the periodic laxity of its regulators, the overriding power of parental love, the worry and suggestibility it engenders, and the media, both old and new, that feed on it—there are a host of factors and trends that have encouraged the spread of anti-vaccination sentiment.

    But, if we have to pick a Patient Zero, Andrew Wakefield will do. Wakefield is the British gastroenterologist who produced the notorious article, published in The Lancet in 1998, linking the M.M.R. vaccine to autism. The study, which featured just twelve subjects, was debunked, the article was pulled, and Wakefield lost his license to practice medicine—as well as his reputation, in scientific circles anyway. But, owing to his persistence in the years since, his discredited allegations have spread like mold. In the anti-vaxxer pantheon, he is martyr and saint.

    “It’s shocking how strong the anti-vax movement is,” Zucker said. “What surprises me is the really educated people who are passionately against vaccinations. I see this as part of a larger war against science-based reality. We need to study vaccine hesitancy as a disease.” He gave a TEDx talk recently about the crippling disconnect between the speed at which information, good or bad, spreads now and the slow, grinding pace of public-health work. He managed, by way of the general theory of relativity, to establish the equivalence of H1N1, Chewbacca Mask Lady, and Pizzagate: “How do we immunize and protect ourselves from the damaging effects of virality?”

    People often talk about the anti-vaccination movement as a social-media phenomenon, but in the ultra-Orthodox community, where women are discouraged from using computers and smartphones, it has apparently spread mostly among mothers by word of mouth, through phone trees, leaflets, and gatherings: still viral, but analog. “It’s more about social networks than social media,” Gellin, of the Sabin Vaccine Institute, said.

    In May, there was an ultra-Orthodox anti-vaccination “symposium” in a ballroom in Monsey—men and women separated by a makeshift wall, Wakefield present via Skype. A Satmar rabbi, Hillel Handler, stood and suggested that the measles outbreak was an anti-Hasidic conspiracy concocted by Mayor Bill de Blasio, as a cover for diseases imported by Central American immigrants. Others equated what they called “forced vaccination” with the Holocaust.

    #Rougeole #Vaccination #New_York #Complotisme

  • Programmes scolaires verts, éco-délégués dans les classes : le « colibri » Blanquer se paie un « affichage » vert recyclé
    https://www.marianne.net/societe/programmes-scolaires-verts-eco-delegues-dans-les-classes-le-colibri-blanqu

    Vert tout le temps, vert partout. L’urgence climatique occupe la une, remplit les rues et permet même à Greta Thunberg, égérie écologiste, de s’essayer à la voile. Alors, pour cette vieille institution qu’est l’Éducation nationale, il fallait se mettre à la page. D’autant que ces derniers mois, chaque vendredi, les lycées ont été désertés par ses élèves « en grève », pressés de rejoindre les fameuses « marches pour le climat ». La conférence de presse de rentrée du ministère, donnée ce mardi 27 août, était la parfaite occasion pour frapper fort.

    Belle pub pour les masculinistes du mouvement colibris qui peu se confondre avec la doctrine catholique de la manif pour tous dont Blanquer est proche.

    « Il ne faudrait pas exalter l’égalité. Je plaide plutôt pour une complémentarité : que la femme soit la femme, que l’homme soit l’homme et que l’amour les réunisse. »Pierre Rahbi

    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/08/MALET/58981

    J’en profite aussi pour souligner le fait que Greta Thunberg est traité d’égérie par le journaliste de Marianne, ce qui est une insulte qu’on réserve aux femmes (il n’y a pas d’égérons). Greta Thunberg est militante, lanceuse d’alerte, porte parole... mais pas égérie !

    #néo-réactionnaires #complémentarité #colibris #écologie_mon_cul #sexisme #catholicisme #propagande

  • Border Patrol, Israel’s Elbit Put Reservation Under Surveillance
    https://theintercept.com/2019/08/25/border-patrol-israel-elbit-surveillance

    Fueled by the growing demonization of migrants, as well as ongoing fears of foreign terrorism, the U.S. borderlands have become laboratories for new systems of enforcement and control. Firsthand reporting, interviews, and a review of documents for this story provide a window into the high-tech surveillance apparatus CBP is building in the name of deterring illicit migration — and highlight how these same systems often end up targeting other marginalized populations as well as political dissidents.

    #surveillance #frontières #laboratoire #États-Unis #Israël #peuples_premiers

  • The U.S. Border Patrol and an Israeli Military Contractor Are Putting a Native American Reservation Under “Persistent Surveillance”
    https://theintercept.com/2019/08/25/border-patrol-israel-elbit-surveillance

    On the southwestern end of the Tohono O’odham Nation’s reservation, roughly 1 mile from a barbed-wire barricade marking Arizona’s border with the Mexican state of Sonora, Ofelia Rivas leads me to the base of a hill overlooking her home. A U.S. Border Patrol truck is parked roughly 200 yards upslope. A small black mast mounted with cameras and sensors is positioned on a trailer hitched to the truck. For Rivas, the Border Patrol’s monitoring of the reservation has been a grim aspect of everyday (...)

    #Elbit #CBP #CCTV #vidéo-surveillance #exportation #sécuritaire #surveillance #frontières

  • Ce qui se passe au Cachemire ressemble terriblement à la domination d’Israël sur la Palestine
    Par +972 Magazine, le 12 août 2019 | Traduction : J. Ch pour l’Agence Média Palestine
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/22/ce-qui-se-passe-au-cachemire-ressemble-terriblement-a-la-domina

    (...) Entre sionisme et nationalisme hindou

    Les relations entre l’Inde et Israël se sont encore resserrées avec la naissance du Parti Bharatiya Janata (BJP) dans les années 1990. Le BJP, qui est aujourd’hui dirigé par Modi, adhère à l’idéologie politique connue sous le nom d’Hindutva, ou Nationalisme Hindou. L’histoire de l’affinité des nationalistes hindous avec le sionisme est bien documentée par le professeur Sumantra Bose de la London School of Economics qui la fait remonter aux années 1920 quand Vinayak Damodar Savarkar, le père de l’Hindutva, a soutenu la création d’un Etat juif en Palestine. Le BJP et autres Nationalistes hindous sont depuis devenus obsédés par la reproduction du projet sioniste en transformant une Inde constitutionnellement laïque en Etat ethnocratique Hindou.

    Une bonne partie des aspirations et des propositions politiques du BJP pour le Cachemire sont des imitations des pratiques israéliennes qui existent en Palestine. La plus importante de toutes est le désir de construire au Cachemire des colonies dans le style israélien réservées aux seuls Hindous afin de provoquer un changement démographique. Par exemple, le Rashtriya Swayamsevak Sagh (RSS), association non étatique de volontaires paramilitaires hindous à laquelle le BJP est affilié, ont longtemps désiré la révocation des lois sur l’état de droit qui ont maintenu le maquillage démographique du Cachemire.

    Ces changements sont clairement inspirés du modèle colonial israélien, comme l’a dit le député du BJP Ravinder Raina qui, en 2015, a déclaré que le gouvernement indien utiliserait sont armée pour protéger les colonies pour Hindous seulement au Jammu et Cachemire. Ce genre de titrisation et de protection entraînerait une expansion de l’appareil qui restreint déjà l’énergie vitale de la plupart des Kashmiris, en les utilisant comme un prétexte pour justifier le nouveau niveau de domination et d’intrusion.

    En plus des parallèles dans les objectifs politiques, le discours utilisé par les supporters du régime actuel en Inde ressemble aux vieux refrains israéliens. Israël comme l’Inde prétendent être des démocraties exceptionnelles, malgré le traitement de larges tranches de populations sous leur contrôle. Ajouté à cela, les Sionistes comme les Nationalistes hindous prétendent que l’existence de nombreux pays musulmans dans le monde nécessite respectivement un Etat juif et un Etat hindou. Cela perpétue le mensonge comme quoi les musulmans palestiniens et indiens peuvent prétendument vivre ailleurs, et choisissent cependant de vivre en Palestine et en Inde simplement pour contrarier les Juifs et les Hindous.

    Cependant, la variété des tactiques utilisées par l’Inde pour contrôler la population civile du Cachemire ressemble énormément à celles utilisées par Israël en Palestine. Ces ont « les arrestations arbitraires, les assassinats extra-judiciaires, les disparitions forcées, les couvre-feux, les punitions collectives, la détention administrative, la torture, le viol et les abus sexuels, la répression de la liberté de parole et de réunion, les démolitions de maisons, etc. ». (...)

    #IsraelInde #Cachemire #Palestine

  • Sur le choc des civilisations (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?983-Sur-le-choc-des-civilisations-1-2

    (.../...) Voir la première partie F — L’islam : conscience commune sans cohésion L’islam connaît une structure de la loyauté politique des musulmans à l’opposé de celle des Occidentaux pour lesquels l’État-nation se trouve au sommet, les autres loyautés lui étant comme subordonnées [1]. Pour l’islam les structures fondamentales étaient la famille, le clan et la tribu d’une part, la culture, la religion et l’empire de l’autre. Le tribalisme et la religion ont joué et jouent encore un rôle significatif et (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Géopolitique, #Histoire, #Anthropologie, #Multiculturalisme, #Relativisme, #Compte-rendu, (...)

    #Démographie

  • « La capacité de penser de façon autonome, voire de penser tout court, est en péril »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/20/la-capacite-de-penser-de-facon-autonome-voire-de-penser-tout-court-est-en-pe

    Contre l’aliénation nouvelle que représente la manipulation des données par des algorithmes mis au service des grandes entreprises et des Etats, l’économiste Pierre Dockès en appelle, dans une tribune au « Monde », à une « insurrection civique ».

    Tribune. Les grandes vagues de changement technique ont toutes suscité des réactions de rejet pouvant aller jusqu’à la révolte. Le Moyen Age rejetait les innovations estimées maléfiques. La révolution industrielle provoqua les révoltes luddistes [luddisme : mouvement opposé au machinisme au début de la révolution industrielle]. L’avènement de la grande industrie faisait de l’usine un « bagne mitigé » et de la société une « mégamachine ».

    Pourtant la technologie n’est pas, en elle-même, responsable des maux dont on l’accable. Les luddistes s’en prenaient aux machines, mais leurs conséquences négatives s’expliquaient par leur mise en œuvre sous des rapports sociaux spécifiques. Les techniques ne sont cependant pas « innocentes » puisqu’elles ont été configurées dans un certain schéma social.

    Il en va de même aujourd’hui : l’être humain est menacé d’une #expropriation majeure de ses « capabilités » (pour reprendre les termes de l’économiste indien Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1998), ses libertés substantielles. Pour la philosophe Simone Weil (1909-1943), « la société la moins mauvaise est celle où le commun des hommes a les plus grandes possibilités de contrôle sur l’ensemble de la vie collective et possède le plus d’indépendance » (Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, 1934, Simone Weil, Gallimard, 1999). Elle valorise ainsi la vie rude du pêcheur ou celle de l’artisan médiéval car ce sont des vies « d’homme libre ». C’est sous cet angle de l’aliénation qu’il faut juger la révolution numérique, et pas seulement comme une énième révolution industrielle.

    Manipulation des #comportements
    Aux deux processus historiques majeurs reconnus par l’économiste Max Weber (1864-1920) – la formation du capital par l’expropriation des petits producteurs autonomes de leurs moyens de production (repris de Marx), et la formation de l’Etat comme détenteur du monopole de la violence légitime (dans Politik als Beruf, 1919) – s’ajoute aujourd’hui une troisième phase appuyée sur les vagues précédentes.

    Nos données privées captées, agrégées par le croisement des dossiers et revendues, permettent la manipulation des comportements, une publicité et une propagande ciblées. Les smartphones, les objets connectés (que la 5G va permettre de centupler) sont autant d’espions. Les safe cities capables de suivre précisément les déplacements de chacun et de repérer le moindre comportement « anormal » se multiplient. La monnaie privatisée va permettre une mainmise approfondie sur nos données vitales.

    Cela peut aller jusqu’à l’assujettissement par un Etat-parti totalitaire, comme dans la Chine de Xi Jinping. La reconnaissance faciale y est omniprésente, le système de notation généralisée par le « crédit social » y tient compte des « données de connexion » – soit les relations amicales (d’où les stratégies d’évitement d’« amis » mal notés) – et la sphère privée y a pratiquement disparu. Déjà une forme molle de ce système orwellien se développe dans les pays occidentaux.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il semble illusoire de contrôler a priori les outils d’intelligence artificielle car leurs conséquences sont quasi imprévisibles »

    Cette aliénation rencontre et forge nos désirs, pour mieux les conformer aux intérêts dominants. Les humains influencés consommeront bientôt les produits qu’un algorithme désignera à partir de leurs données personnelles. L’algorithme choisira, commandera et payera pour eux, avec leur assentiment exprès, voire tacite. Beaucoup apprécient déjà que la captation de leurs données permette un formatage publicitaire personnalisé et la safe city satisfait leur désir de sécurité.

    Retrouver l’esprit libertaire
    L’imperceptible et progressif avènement d’une société de surveillance, la perte d’autonomie économique et politique et la disparition de la vie privée ne sont comparativement qu’une petite gêne, une légère démangeaison pour l’individu, tant les bénéfices techniques sont grands ! Mais la capacité même de penser de façon autonome, voire de penser tout court, est en péril.

    Sans même parler du transhumanisme, se façonne ainsi le « dernier homme », celui décrit par Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra, si méprisable qu’il ne se méprise même plus, celui que les foules d’antan et certains réseaux sociaux d’aujourd’hui réclament sous l’œil bienveillant des puissants. Comme nous l’expliquons dans La Nouvelle Résistance. Face à la violence technologique (Eyrolles, 2019), écrit avec Jean-Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi, il faut un sursaut démocratique. Ce combat pour l’être humain est à la hauteur de celui pour la planète – d’ailleurs les raisons profondes en sont les mêmes.

    La soi-disant autorégulation des #GAFA [Google Amazon, Facebook, Apple] est un faux-semblant, mais l’espoir de leur régulation par les Etats ne vaut guère mieux. Les Etats sont dépendants, complices ou même parfois responsables. Aux Etats-Unis, Donald Trump brandit des menaces de rétorsions en défense des GAFA pour empêcher une modeste tentative de leur faire payer des impôts. Et en Chine, l’Etat a la mainmise sur les entreprises comme Alibaba qui lui permettent d’exercer son contrôle social.

    On ne peut finalement compter que sur une insurrection civique, sur les résistances individuelles et collectives qui se développent déjà, non pas contre la révolution technologique en elle-même, mais en inventant de nouvelles techniques, de nouvelles configurations, de nouveaux usages plus sobres, en rejetant les pratiques aliénantes afin de retrouver l’esprit libertaire qui caractérisait les débuts d’Internet.

    Pierre Dockès est l’auteur de Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome II : Splendeurs et misère de la croissance (Classiques Garnier, 2019) et, avec Jean-Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi, de La Nouvelle Résistance. Face à la violence technologique (Eyrolles, 2019).

    #algorithmes #données #data

    • non pas contre la révolution technologique en elle-même

      Tout est là : surtout ne pas s’opposer à quoi que ce soit, et moins encore à la divinité tutélaire des sociétés capitalistes et industrielles, la technologie. Il suffit de "subvertir les usages" comme on dit chez #Multitudes.

      Une forme caractéristique de #pseudo_critique (#critique_techno).

      Dans La Nouvelle Résistance , p.115 (fin du chapitre “Un monde de résistances”) on peut lire ceci :

      La vraie résistance consistera à rendre tous les hommes et toutes les femmes, quelque soit leur catégorie socio-professionnelle, quelque soit leur formation initiale, capables de s’adapter rapidement aux évolutions technologiques, et cela à plusieurs reprises dans leur vie professionnelle.

      Résister, c’est s’adapter. (apologie de la #soumission)
      La liberté, c’est l’esclavage.
      L’ignorance, c’est la force.
      La guerre, c’est la paix.

      Ce #Pierre_Dockès, c’est #Orwell !

      @colporteur @kamo

  • Algorithmes : où sont les dangers ?
    http://theconversation.com/algorithmes-ou-sont-les-dangers-120543

    Pourquoi avons-nous spontanément tendance à croire qu’à l’origine de nos maux se cache un agent animé par une volonté de nuire ? Plusieurs mécanismes psychologiques permettent d’en rendre compte, et notamment certains biais cognitifs – des erreurs systématiques de raisonnement. L’humain tend naturellement à raisonner de manière téléologique, c’est-à-dire à penser que si un évènement se produit, celui-ci se produit dans un but particulier. Par extension, nous pourrons avoir tendance à croire que l’évènement a été voulu par un agent conscient, ce dernier fut-il invisible. Ce type de raisonnement se retrouve dans nombre de croyances, allant du créationnisme à diverses théories du complot. Tout particulièrement pour expliquer les évènements ayant des conséquences négatives, il semble que nous privilégions les causes intentionnelles aux causes accidentelles.

    On parle de « biais d’intentionnalité » pour désigner cette tendance à spontanément chercher une intention consciente derrière les évènements. Si dans nombreux cas ce biais nous amènera à des conclusions hâtives et souvent fautives, il comporte un avantage important : il permet d’identifier clairement et rapidement un responsable, et donc d’agir contre celui-ci là où une réflexion plus fine, scientifique, prendra davantage de temps… temps durant lequel le coupable intuitivement identifié pourra continuer de nuire ! Dans la mesure où le biais d’intentionnalité (et le raisonnement téléologique de façon générale) s’observe dès la petite enfance, on peut supposer qu’il est issu de notre histoire évolutive.

    Ainsi, le biais d’intentionnalité comporte une utilité adaptative qui était d’autant plus grande à l’époque où les sociétés étaient à la fois moins complexes et plus violentes. La désignation d’un coupable (qui sera bien souvent un groupe social particulier, perçu comme une entité monolithique : les élites, les banquiers, Big Pharma, les multinationales, les immigrés, les Juifs…), est un puissant facteur de mobilisation collective. Outre cet intérêt adaptatif, il est de plus en plus clair que les expressions conspirationnistes du biais d’intentionnalité ont d’autant plus de chance d’apparaître à la suite d’un évènement générant de la peur et de l’incertitude. La désignation d’un coupable permet également de soulager l’inconfort mental provoqué par cet état d’incertitude et de peur.

    L’utilisation généralisée des algorithmes est adossée à une série de phénomènes qui préoccupent de plus en plus les chercheurs en sciences sociales : dérégulation généralisée du marché de l’information, isolement des individus dans des bulles idéologiques, viralité d’informations douteuses, perpétuation de stéréotypes (notamment par les moteurs de recherche)… Mais également, dans des registres plus dramatiques, krachs boursiers et décisions de justice iniques à l’égard des minorités. Tous ces phénomènes ont en commun qu’ils n’ont pas été délibérément provoqués par un agent conscient. Il s’agit d’effets émergents, c’est-à-dire des effets collectifs plus ou moins imprévisibles qui découlent de l’agrégation d’actions individuelles non concertées – cette dernière précision étant d’une importance capitale.

    Notre cerveau semble cablé pour rechercher des coupables derrière les maux qui frappent la société. Cette intuition, si elle peut dans nombre de cas s’avérer fautive ou à tout le moins non fondée, comporte certains avantages : elle encourage dans certains cas à se mobiliser, et à agir contre le coupable présumé – quand bien même celui-ci serait en réalité innocent. Néanmoins, le cas des algorithmes – des « weapons of math destruction » – rappelle que quand bien même nous peinons à imaginer qu’un problème social puisse advenir en l’absence d’une volonté malveillante, de telles situations sont bien réelles, et constituent des enjeux majeurs pour la société. Concernant les algorithmes, on peut par exemple s’interroger sur la nécessité de rendre leur fonctionnement moins opaque. En effet, cette opacité empêche leur analyse critique, et par la même la responsabilisation de leurs concepteurs – quand bien même ceux-ci seraient animés par les meilleures intentions qui soient.

    #Algorithmes #Fake_news #Complotisme

  • Solidarité et unité dans l’opposition à la militarisation mondiale : déclaration du BNC sur le Cachemire
    le Comité National BDS (BNC) palestinien, le 12 août 2019
    https://www.bdsfrance.org/solidarite-et-unite-dans-lopposition-a-la-militarisation-mondiale-declara

    Le Comité National palestinien de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), coalition la plus large de la société palestinienne, partagent le choc et la colère de la population du Cachemire et des forces démocratiques de l’inde et du monde entier devant la décision autoritaire du gouvernement indien dirigé par le Parti Bharatiya Janta (BJP) d’annuler effectivement du jour au lendemain la relative autonomie de l’État de Jammu et du Cachemire. Nous dénonçons l’utilisation croissante des paradigmes et de la politique à l’israélienne par l’actuel gouvernement indien.

    Notre campagne pour un embargo militaire total sur Israël est donc directement lié à l’opposition à la militarisation mondiale, y compris la militarisation du Cachemire.

    Voir aussi :

    How to Think About Empire
    Arundhati Roy, Boston Review, le 3 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/795925

    Article 370 : India strips disputed Kashmir of special status
    BBC, le 5 août 2019
    https://seenthis.net/messages/796004

    #Palestine #Cachemire #Israel #Embargo #BDS #complicité #solidarité

  • « Le #classement_de_Shanghaï n’est pas fait pour mesurer la qualité des universités françaises »

    Pour le chercheur #Hugo_Harari-Kermadec, ce classement a surtout poussé la #France à faire des choix qui vont à l’encontre de « l’esprit de #service_public ».

    Le classement de Shanghaï des universités, dont la dernière édition est rendue publique jeudi 15 août, et les #politiques_d’excellence qui soutiennent cette #compétition entre établissements ont accentué la #polarisation de l’#enseignement_supérieur français, c’est-à-dire la logique de #distinction de quelques établissements au détriment des autres.

    Ces « champions » sont aussi ceux qui accueillent la population étudiante la plus favorisée socialement. C’est ce qu’explique Hugo Harari-Kermadec, maître de conférences en économie à l’Ecole normale supérieure (ENS) Paris-Saclay et spécialiste de l’enseignement supérieur. Il est l’auteur du livre Ce que Shanghaï a fait à l’université française, qui paraîtra en octobre aux éditions Le Bord de l’eau.

    Dans toutes les éditions du classement de Shanghaï, les établissements français sont plutôt mal classés. Est-ce le symptôme d’une mauvaise santé chronique des universités françaises ?

    C’est surtout le signe que ce classement n’est pas fait pour mesurer la qualité des universités françaises. Il a une importance considérable dans le débat public français, alors que ce n’est pas le cas aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, où les établissements universitaires sont pourtant très bien classés. Ni en Allemagne, où ils sont mal placés, pour des raisons similaires à la France. Des présidents de facultés allemandes refusent même de transmettre leurs informations au cabinet de conseil qui établit le classement.

    En France, le classement de Shanghaï a entraîné des #choix_politiques, comme des #regroupements_universitaires, parfois artificiels, mais pourtant sans grands effets sur la place des établissements dans ce palmarès.

    Les faibles #performances des facultés françaises dans le classement de Shanghaï ne sont pas, en soi, un signe de mauvaise santé. Ce qui ne veut pas dire qu’elles aillent bien. Elles manquent très sérieusement de moyens, surtout pour l’enseignement. Elles doivent en permanence s’adapter à un contexte réglementaire bouleversé depuis vingt ans, à une mise en concurrence pour obtenir des financements – pour la rénovation des campus ou pour les projets de recherche.
    L’excellence de la #recherche compte énormément dans ce classement. Comment peut-elle s’articuler, dans un contexte budgétaire contraint, avec la nécessité d’accueillir en licence un nombre croissant d’étudiants ?

    La politique du gouvernement est, sans l’assumer, de créer d’un côté des « #universités-licence » sans réelle recherche, et de l’autre, quelques très grandes universités de recherche, fusionnées avec des grandes écoles.

    Cette logique est manifeste au travers des projets #IDEX (#initiative_d’excellence), ces programmes de financement de pôles universitaires qui revendiquent une excellence visible depuis Shanghaï. Mettre en avant le classement de Shanghaï dans la communication gouvernementale permet de justifier les importants #financements attribués à certains établissements – près de 1 milliard d’euros pour l’université Paris-Saclay. En outre, cette politique dite d’excellence a relégué au second plan l’accueil des nouveaux étudiants nés avec le boom démographique du début des années 2000.

    Faire de la recherche et former le plus grand nombre, est-ce contradictoire ?

    Dans la mise en œuvre des politiques publiques « d’excellence » à laquelle nous assistons, oui. Cela ne devrait pas l’être, puisque le lien entre #enseignement et recherche est la caractéristique du système universitaire.

    Le #projet_Saclay a ainsi changé un nombre incalculable de fois pour arriver à un ensemble qui pourrait être classé par Shanghaï ; c’est-à-dire ressembler institutionnellement à une université anglo-saxonne. La nouvelle #université_Paris-Saclay, qui naîtra au 1er janvier 2020, sera un établissement avec des étudiants presque tous sélectionnés, focalisé sur le niveau master et le doctorat, et avec beaucoup plus de recherche et beaucoup moins d’enseignement que dans une université française traditionnelle.

    Quels sont les effets de cette course à l’excellence, et de cette compétition entre universités françaises ?

    Au sein du collectif de recherche Acides, avec Romain Avouac, nous avons montré que les universités françaises sont très polarisées suivant l’origine sociale des étudiants.

    A #Paris-Dauphine, on ne trouve pratiquement pas d’enfants des classes populaires. A l’inverse, certaines universités d’outre-mer ou des Hauts-de-France ont très peu d’enfants de cadres, alors qu’ils constituent 40 % de la population étudiante à l’université. Et, surprise, les universités à la population étudiante la plus aisée sont celles qui sont les mieux classées par Shanghaï, et qui reçoivent les financements IDEX.

    Les #financements des politiques publiques de « l’excellence » renforcent donc indirectement la #polarisation_sociale du #système_universitaire, en donnant plus de moyens pour l’éducation des étudiants favorisés. Finalement, adapter le système universitaire français au classement de Shanghaï, c’est lui faire adopter une logique de concurrence et de #rationalisation_économique, au détriment de l’esprit de service public et des missions académiques.

    Ces classements sont-ils regardés par les étudiants ?

    La sociologue Leïla Frouillou a montré en 2017 que les classements d’universités sont en réalité peu suivis par les étudiants. Même ceux de Dauphine, pourtant bien classée par Shanghaï, n’ont pas suivi le palmarès pour choisir leur établissement, comme l’ont montré dans leurs travaux les chercheurs Séverine Chauvel et Pierre Clément.

    Il en va autrement pour les étudiants en mobilité internationale, en particulier en provenance d’Asie. D’une part parce qu’ils ne connaissent pas les universités françaises, contrairement aux étudiants français qui suivent les conseils de leurs enseignants et de leurs parents, amis, familles. D’autre part, choisir une université bien classée est un argument de poids lorsqu’il s’agit d’obtenir un prêt étudiant pour financer le voyage, le coût de la vie et les frais d’inscription.

    https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/08/15/le-classement-de-shanghai-n-est-pas-fait-pour-mesurer-la-qualite-des-univers
    #université #qualité #science #ranking #excellence #classes_sociales

    • Tiens tiens... comme par hasard, l’#université_grenoble_alpes s’apprête à une nouvelle fusion (que nos dirigeants n’appellent pas fusion, mais quelque chose comme rapprochement, mais tant est...).

      Après avoir fusionné les 3 universités de Grenoble en 2016 :

      Fusion des trois universités grenobloises : Université Joseph Fourier (Grenoble 1), Université Pierre-Mendès-France (Grenoble 2), Université Stendhal (Grenoble 3). La nouvelle université se dénomme désormais Université Grenoble Alpes. Elle a pour ambition d’être encore plus visible à l’international et ainsi d’attirer les meilleurs étudiants, enseignants et enseignants-chercheurs.

      https://www.univ-grenoble-alpes.fr/l-universite/decouvrir-l-uga/decouvrir-l-universite-grenoble-alpes-367937.kjspl-histoire-de-l-uga/l-histoire-de-l-uga-1105.kjsp

      ... l’Université Grenoble Alpes s’apprête à créer en janvier 2020 une nouvelle entité : l’#Université_intégrée :

      Vers une université intégrée

      Initiée en 2013 avec la mise en place d’une signature unique pour les publications scientifique, renforcée en 2014 par la mise en oeuvre des pôles de recherche puis en 2016 par la création de l’Université Grenoble Alpes et l’obtention de l’IDEX, la dynamique « Univ. Grenoble Alpes » vise à créer un grand site universitaire de rang mondial. A l’horizon 2020, un nouvel établissement rassemblant l’Université Grenoble Alpes, la Communauté Université Grenoble Alpes, Grenoble INP, Sciences Po Grenoble et l’École Nationale supérieure d’architecture de Grenoble devrait ainsi voir le jour.

      L’organisation et la gouvernance de cette université au statut juridique particulier font actuellement l’objet d’une concertation. Les groupes de concertation sont constitués de représentants des élus dans les conseils et de représentants des établissements.

      https://www.univ-grenoble-alpes.fr/l-universite/notre-strategie-politique-et-nos-grands-projets/vers-une-universite-integree/vers-une-universite-integree-369926.kjsp

      Une nouvelle structure qu’en réalité personne ne veut (la fusion de 2016 a déjà coûté beaucoup d’énergie à tout le monde, et surtout au personnel technique et administratif), mais que le président de l’UGA mène au galop... l’enjeu ? Evidemment, pouvoir accéder aux financements IDEX...

  • Facebook a espionné et retranscrit des conversations audio de ses usagers - Technologies - RFI
    http://www.rfi.fr/technologies/20190814-facebook-espionne-audio-conversations-usagers

    Faire du micro d’un téléphone un espion pour enregistrer les conversations et mieux cibler les #publicités avait été qualifié de théorie complotiste par Mark Zuckerberg lors de son audition devant le Congrès en avril 2018. « Nous ne faisons pas ça » avait répondu le fondateur du réseau social aux sénateurs américains après le scandale Cambridge Analytica sur la fuite des données personnelles de millions d’abonnés.

    Un an plus tard, c’est en fait une réalité : #Facebook le reconnait ce mardi après les révélations de l’agence Bloomberg. Selon ses informations ce sont des conversations audio passées sur l’application Messenger qui ont été enregistrées et même transcrites par des centaines de sous-traitants. Facebook promet avoir mis fin à cette pratique et l’avoir fait avec l’accord des utilisateurs qui l’auraient permis en cochant certaines règles d’utilisation.

    Il faudrait faire une liste des #complotismes qui n’en étaient pas

    #espionnage

  • America’s Little-Known Mission to Support Al Qaeda’s Role in Libya
    https://nationalinterest.org/print/feature/americas-little-known-mission-support-al-qaedas-role-libya-73271

    Avec des explications abracadabrantes quant au pourquoi,

    The senior U.S. officials who advocated for intervention—in particular, White House special assistant Samantha Power, UN Ambassador Susan Rice, Secretary of State Hillary Clinton and President Barack Obama—appear to have suffered from two major misperceptions. They did not realize that Libya’s rebellion was led by Islamist militants, and they believed that Qaddafi’s forces were targeting innocent civilians. These fundamental errors had two conceivable causes. One possibility is that the U.S. intelligence community misunderstood what was happening, perhaps being misled by rebel propaganda, and thus provided bad guidance to policymakers. The alternative explanation is that U.S. spy agencies got it right, but administration officials instead relied on press accounts because they failed to read or distrusted the intelligence reports . In either case, an inspector general needs to pinpoint the cause of this massive policy failure, so that steps can be taken to avoid any repetition.

    #etats-unis #Libye #crimes #complicité

  • Facebook reconnaît avoir écouté et transcrit des conversations privées d’usagers
    https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/facebook/facebook-reconnait-avoir-ecoute-et-retranscrit-des-conversations-privee

    Le mec né avant la honte qui traitait de #complotistes ceux qui dénonçaient ses pratiques l’année dernière (et on devrait le croire sur parole qd il dit qu’ils ont arrêté !)

    Quand #Facebook évoquait « une théorie du complot »

    Facebook, qui vient tout juste de payer une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour un mauvais usage des données privées de ses usagers, a longtemps nié utiliser des enregistrements audio pour pouvoir mieux cibler ses publicités ou rendre ses pages plus attractives. Mark Zuckerberg avait d’ailleurs rejeté l’idée même lors d’une audition devant le Congrès en avril 2018 sur ce sujet.

    « Vous parlez d’une théorie du complot qui circule affirmant que nous écoutons ce qui se passe dans votre micro et que nous l’utilisons pour de la pub, avait répondu le jeune milliardaire à une question du sénateur Gary Peters. Nous ne faisons pas ça. »

  • Sur le choc des civilisations (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?982-Sur-le-choc-des-civilisations-1-2

    Le texte qui suit est une recension du célèbre livre de Samuel P. Huntington « The clash of Civilisations and the Remaking of World Order » [1996] (paru en France en 1997 chez Odile Jacob sous le tire « Le Choc des civilisations »). Cette recension a été écrite par notre ami Daniel Saint-James, décédé en mai dernier. Commencée en 2005, sans doute sous la forme de notes personnelles, elle est restée malheureusement inachevée, mais brille discrètement par son intelligence et son érudition. Nous ne (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Géopolitique, #Histoire, #Multiculturalisme, #Relativisme, #Compte-rendu, #Démographie, (...)

    #Guerre