company:areva

  • Les activités d’Orano en #Mongolie visées par une enquête judiciaire pour des soupçons de corruption
    https://www.lemonde.fr/energies/article/2018/12/19/les-activites-d-orano-en-mongolie-visees-par-une-enquete-judiciaire-pour-des

    Ces soupçons « de corruption d’agent public étranger » impliquent notamment un des prestataires d’Orano, la société de conseil Eurotradia International.

    Le groupe nucléaire français #Orano, anciennement #Areva, est dans le viseur du parquet national financier qui enquête sur des soupçons de corruption en Mongolie, a-t-on appris, mercredi 19 décembre, de sources proches du dossier.

    #uranium



  • Emmanuelle Wargon, l’ex-lobbyiste en chef de Danone à la Transition écologique - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2018/10/16/emmanuelle-wargon-l-ex-lobbyiste-en-chef-de-danone-a-la-transition-ecolog

    Cette énarque de 47 ans, ancienne camarade de promotion d’Edouard Philippe, a été nommée secrétaire d’Etat auprès de François de Rugy. Une nouvelle illustration du « rétro-pantouflage », ou quand un haut-fonctionnaire passé au privé revient exercer des fonctions importantes au cœur de l’Etat.

    « Qui a le pouvoir ? Qui gouverne ? » Fin août, pour justifier sa démission spectaculaire, Nicolas Hulot avait dénoncé « la présence des #lobbys dans les cercles du pouvoir », estimant que cela pose « un problème de démocratie ». L’ex-ministre de la Transition écologique et solidaire ne croyait pas si bien dire… Moins de deux mois plus tard, voici qu’arrive dans son ancien ministère, comme secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon, rien moins que la directrice des affaires publiques et de la communication de Danone.

    Lobbying et pollution

    Soit la lobbyiste en chef du groupe alimentaire… l’un des plus gros pollueurs de la planète, en termes de plastique. La semaine dernière, Break Free From Plastic, une coalition de 1 300 organisations du monde entier, révélait que sur les 180 000 déchets plastiques ramassés dans l’environnement dans 42 pays en juin et septembre, ceux produits par Danone figuraient en quatrième position, après ceux provenant de Coca-Cola, de Pepsi et de Nestlé. Danone fait aussi partie des 25 entreprises françaises qui épuisent le plus les écosystèmes de la planète, pointait l’ONG WWF en 2016.

    Emmanuelle Wargon, 47 ans, rejoint au gouvernement l’ancienne directrice des ressources humaines de Danone, Muriel Pénicaud, devenue ministre du Travail. Au ministère de la Transition énergétique, où elle remplace Sébastien Lecornu – qui au sein du ministère s’était vu confier les dossiers « énergie », dont plusieurs dossiers brûlants, de Fessenheim à Bure –, elle rejoindra une autre secrétaire d’Etat venue d’un géant du privé : Brune Poirson, ancienne cadre de Veolia. Et Wargon, la fille unique de Lionel Stoléru, ancien ministre de Valéry Giscard d’Estaing et de François Mitterrand, est issue de la même promotion de l’ENA que le Premier ministre Edouard Philippe, lui-même ancien lobbyiste en chef du groupe nucléaire Areva (devenu Orano).

    « Rétro-pantouflage »

    Comme ce dernier, Emmanuelle Wargon, qui a aussi fait Sciences-Po et HEC, illustre parfaitement une pratique de plus en plus répandue : le « rétro-pantouflage », soit un cadre dirigeant du privé, souvent issu des grandes écoles (ENA, Polytechnique), qui revient exercer des fonctions importantes au sommet de l’Etat après avoir « pantouflé » en quittant la haute fonction publique pour un poste bien payé dans le privé. De quoi faire réagir mardi sur Twitter le secrétaire d’EE-LV David Cormand : « Avec Macron, l’écologie, c’est jamais sans les lobbys. »

    Décrite comme pugnace et opiniâtre, Emmanuelle Wargon a commencé sa carrière en 1997 comme auditrice à la Cour des comptes. En 2001, elle est devenue conseillère technique auprès du ministre délégué à la Santé Bernard Kouchner, dans le gouvernement Jospin. De 2007 à 2010, sous le gouvernement Fillon, elle a dirigé le cabinet du Haut-Commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch, où elle a géré entre autres le dossier RSA, mis en œuvre sous Nicolas Sarkozy en 2008. Elle a aussi été adjointe au directeur général de l’Afssaps (aujourd’hui ANSM), l’agence de sécurité des produits de santé.

    Puis, avant Danone et après un passage au ministère des Affaires sociales, elle a été pendant trois ans déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle au ministère du Travail, un poste clé, pilotant notamment la réforme de la formation professionnelle ou encore la gestion des crédits de la politique de l’emploi. Pas grand-chose à voir, donc, avec l’écologie ou l’énergie. Même si son ancien patron, le PDG de Danone Emmanuel Faber, a twitté mardi que « pendant trois ans, Emmanuelle Wargon a coordonné les engagements de Danone en matière de santé, d’environnement et d’inclusion ». Lui souhaitant « une pleine réussite au service de l’enjeu majeur qu’est la transition écologique et solidaire ».
    Coralie Schaub

    De mieux en mieux ici…

    #Wargon #Danone #écologie #lobbying #agro-industrie #agro-alimentaire


  • #Areva devient #Orano pour tourner la page des années Lauvergeon
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/23/areva-devient-orano-pour-tourner-la-page-des-annees-lauvergeon_5245799_3234.

    En 2017, il a été scindé en trois morceaux : le premier, New Areva – désormais Orano – a gardé les activités des mines d’uranium et du cycle du combustible, et compte désormais 16 000 salariés. La nouvelle entité se concentre sur l’enrichissement et le recyclage du combustible nucléaire, la logistique et les services liés au nucléaire, dont le démantèlement.

    D’un autre côté, Areva NP, qui a repris son ancien nom de #Framatome début janvier, est devenu une filiale d’EDF et se concentre sur la conception des réacteurs et le matériel nécessaire aux centrales. C’est notamment de cette entité que dépend l’usine du Creusot Forge, mise en cause pour les défauts sur la cuve du réacteur de Flamanville et dont les dossiers sont encore en cours d’examen par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

    Enfin, la maison mère, Areva SA – seule à conserver le nom –, a été maintenue temporairement, le temps que l’épineux contrat de l’EPR finlandais, complexe gouffre financier, se termine.

    Une transformation qui s’est faite dans la douleur : en deux ans de restructuration, le groupe Areva a fait partir près de 6 000 salariés. L’Etat et le groupe Mitsubishi ont dû le renflouer à hauteur de 5 milliards d’euros.


  • Areva a livré des barres de combustible défectueuses Le Figaro - le 17/11/2017
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/17/97001-20171117FILWWW00361-areva-a-livre-des-barres-de-combustible-defectueu

    Areva a fourni à des centrales nucléaires des barres de combustible présentant des défauts de fabrication mais le groupe français a assuré vendredi que cela ne posait aucun risque.

    Des médias suisses rapportent cependant que la centrale de Leibstadt, dans le nord de la Suisse, va devoir rester fermée plus longtemps que prévu en raison de problèmes avec ces barres.

    Dans un communiqué, Areva dit qu’après la découverte d’une barre de combustible présentant une fuite dans son usine de fabrication de tubes à Paimboeuf, en Loire-Atlantique, des tests ont montré que des barres qui auraient dû être refusées ont été fournies à des compagnies électriques.

    Les barres déjà chargées dans les réacteurs peuvent continuer à être utilisées sans mettre en péril la sécurité de la centrale et aucune d’entre elles n’a provoqué de fuite, souligne le groupe français.

    Un porte-parole d’Areva a dit que les clients concernés avaient été informés mais il s’est abrité derrière le secret industriel pour refuser de les nommer. Il a notamment refusé de dire si EDF, principal client d’Areva, avait reçu des barres de combustible présentant ce défaut.

    La centrale de Leibstadt, construite en 1984, est le principal fournisseur d’électricité en Suisse, où elle alimente deux millions de foyers.

    Une porte-parole du site a déclaré que l’exploitant avait été informé par un fournisseur, qu’elle a refusé de désigner, d’un problème avec 16 nouvelles barres de combustible. Ce fournisseur a ensuite fait savoir que six barres déjà installées étaient aussi défectueuses. « Les barres qui étaient déjà installées n’ont entraîné aucun problème mais nous les avons retirées par précaution. Il n’y a eu aucun problème de sécurité », a dit cette porte-parole.

    L’inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) en Suisse a été informée et la centrale, qui devait rouvrir le 7 novembre après une révision de routine, restera finalement fermée jusque fin décembre, rapportent les médias suisses.

    #areva #Suisse #Leibstadt #nucléaire #contrôle_qualité #France


  • EPR finlandais : Areva perd une manche dans son bras de fer avec TVO
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/epr-finlandais-areva-perd-une-manche-dans-son-bras-de-fer-avec-tvo-745062.

    Dans un feuilleton entamé en 2002, l’électricien finlandais TVO et le consortium Areva/Siemens s’imputent mutuellement la responsabilité des retards et surcoûts subis par l’EPR OL3. Une nouvelle décision partielle vient de donner raison au finlandais.

    Parmi les revers que rencontrent les EPR, ceux qui concernent Olkiluoto (OL3) en Finlande sont les plus anciens. Dernier rebondissement en date, le groupe finlandais d’électricité Teollisuuden Voima Oyj (TVO) a annoncé la semaine dernière une nouvelle décision partielle de la Chambre de commerce internationale (CCI) en sa faveur, dans le différend qui l’oppose à ses fournisseurs Areva et Siemens réunis, au sein d’un consortium.
    […]
    Une première sentence partielle rendue en novembre 2016 par la CCI avait donné raison à TVO sur les arguments concernant les retards et coûts induits, sans se prononcer sur les aspects financiers. Celle rendue la semaine dernière, également partielle, traite de la préparation, de l’examen, de la soumission et de l’approbation des documents relatifs à la conception et autorisation du projet OL3 et a « tranché une grande majorité des faits et questions en faveur de TVO. Inversement, elle a également rejeté la grande majorité des points de litige du fournisseur à cet égard », a déclaré TVO dans un communiqué.

    Ce n’est que la décision finale, attendue pour fin 2017 ou début 2018, qui tranchera sur les montants réclamés par l’une et l’autre partie.


  • A Critical Problem | Cheryl Rofer
    https://nucleardiner.wordpress.com/2017/06/19/a-critical-problem

    The metal rods in the top photo are plutonium. Rods can roll. These rods could roll closer to each other and perhaps produce the kind of runaway neutron reaction that killed Slotin and Daghlian. Putting a hand in to separate them could make the reaction worse because the water in a human body reflects the neutrons.

    I had formal safety training, informal discussions with more experienced people, and made it a point to internalize rules of thumb. Keep pieces of plutonium separate. Abide by glovebox limitations; every glovebox has a sign with the limits of plutonium allowed in it. For solutions, keep them dilute and in flat containers. Flat/thin is safer; the closer a shape is to spherical, the less material is needed to go critical. IIRC, there were racks to put rods in if you were working with that shape of metal, so that they didn’t accidentally roll together.

    That photo is at the center of two articles from the Center for Public Integrity (NMPolitics.net, Washington Post). They are based on an investigation reported here. According to those articles, a technician ignored glovebox limits and arranged the plutonium to take that photo for management.

    #nucléaire #plutonium #YOLO

    (incident de 2011 désormais tout va bien)


  • Flamanville nuclear plant explosion exposes crisis in French nuclear industry - World Socialist Web Site
    http://www.wsws.org/en/articles/2017/02/10/flam-f10.html

    Greenpeace, which also opposes the use of nuclear energy, commented: “With two recent fires at the Catternom nuclear plant in Moselle this is the third fire at a nuclear plant in the last ten days.” According to Greenpeace: “The NSA itself declared that the state of Nuclear Security in France gives grounds for concern.” On the NSA web site, 12 more or less dangerous incidents in French nuclear plants were recorded for the months of December and January.
    This is not the first technical incident at the Flamanville plant. The most important was the discharge of non-radioactive smoke in August 2015 from Reactor N°2. This incident provoked the triggering of an Emergency Plan for a number of hours.
    Between the end of 2015 and the beginning of 2016, Reactor N°2 had to be shut down for five weeks after the breakdown of a transformer that consequently had to be replaced. In October 2015, the EDF had declared a level 1 incident (the highest of 7 levels) after having discovered that wrong joints had been used in “a few” places on the both Reactor N°1 and N°2.
    According to the newspaper 20 Minutes, at the end of 2016, 21 reactors out of the 58 installed in France had been shut down, that is more than one-third. Another 15 were stopped for “planned maintenance.” However, seven were being tested because of potentially defective steam generators. Since flaws had been detected in generators built in the Areva factory in Creusot, the NSA has imposed inspections of the 18 reactors equipped with generators from this factory.
    The incident at Flamanville, even though fortunately not causing a nuclear catastrophe, underlines the critical state of the nuclear installations in France. The number of reactors that are coming up to or have already gone over 40 years of service, which EDF considers the maximum, is increasing. With the aging of the reactors, the cost of modernization before they can be replaced by a new generation of EPR reactors is increasing considerably.

    #nucléaire

    • Merci @monolecte

      Le nucléaire est une question stratégique nationale pour le capitalisme français afin d’assurer son indépendance énergétique. Cette industrie lui a servi dans l’armement pour lui assurer un rôle de politique dominant sur le continent européen sous De Gaulle pour contrer la domination économique sur l’Allemagne.

      La multiplication des incidents dans les centrales et les difficultés de l’EPR révèlent la faillite d’une stratégie nationale basée sur les intérêts financiers incapable d’assurer le développement du nucléaire en sécurité. La catastrophe de Fukushima de 2011, tout comme l’incident d’hier matin, sont des avertissements sur le caractère de l’exploitation de cette industrie par la bourgeoisie française et mondiale.

      Comme le soulignait le WSWS après Fukushima : « Tant que l’énergie nucléaire reste le domaine d’entreprises et de marchés privés, la santé de l’environnement et la sûreté de l’humanité seront subordonnées à la chasse aux profits et à l’enrichissement des dirigeants d’entreprises et des gros actionnaires. Une exploitation et un développement sûrs de l’énergie nucléaire ne sont concevables que sous le régime de la propriété publique et du contrôle démocratique de la population laborieuse – autrement dit, sous le socialisme. »


  • Des rançons, des intermédiaires et un ancien espion de la DGSE
    https://www.mediapart.fr/journal/international/260117/des-rancons-des-intermediaires-et-un-ancien-espion-de-la-dgse

    Un ancien de la DGSE, #Jean-Marc_Gadoullet, exige des paiements des entreprises Areva et Vinci pour la mission effectuée en faveur des trois premiers otages libérés en 2011, mais aussi pour la libération des quatre autres, qu’il n’a pas conduite. L’espion a été écarté en 2013, lorsque le ministre de la défense a repris le dossier.

    #International #France #Anne_Lauvergeon #Bernard_Bajolet #François_Hollande #Jean-Cyril_Spinetta #Jean-Yves_Le_Drian #Pierre-Antoine_Lorenzi


  • Des pièces suspectes soulèvent des doutes sur la sécurité des centrales - rts.ch - Suisse
    https://www.rts.ch/info/suisse/8224080-des-pieces-suspectes-soulevent-des-doutes-sur-la-securite-des-centrales.

    Des pièces suspectes forgées en France et au Japon font planer le doute sur la sécurité des centrales nucléaires suisses. Alertée par les autorités françaises, la Suisse procède à de nouvelles analyses, a appris jeudi la RTS.

    Août 2016. L’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) assure que les anomalies de fabrication relevées à la forge du Creusot, en France, ne concernent pas la Suisse, bien que des pièces soient utilisées à Leibstadt et Beznau. Le gendarme du nucléaire se dit satisfait de la documentation fournie par le fabricant, Areva. Le volet suisse de l’affaire semble clos, alors qu’en France les réacteurs sont arrêtés à la chaîne pour procéder à des contrôles.

    Décembre 2016. L’IFSN veut « des clarifications ». Elle indique à la RTS qu’elle procède à « des analyses complémentaires concernant les pièces forgées provenant de France et du Japon ». (...)

    Retour sur l’affaire du Creusot
    Suite à la découverte en 2015 d’un défaut de fabrication dans une cuve forgée pour un futur réacteur à Flamanville, l’Autorité de sûreté nucléaire française a déclenché une vaste campagne de contrôles.

    Un audit a montré que Creusot Forge, l’entreprise française spécialisée dans la production de grandes pièces pour des réacteurs nucléaires et appartenant à Areva, a falsifié les contrôles de qualité de quelque 400 pièces depuis 1965.

    Après cette découverte, l’ASN a entrepris une revue complète des dossiers de la forge du Creusot. Celle-ci devrait durer un à deux ans.



  • Great Barrier Reef and the Amazon Rainforest Among Outstanding Natural Sites Under Threat from French Multinationals
    http://multinationales.org/Great-Barrier-Reef-and-the-Amazon-Rainforest-Among-Outstanding-Natu

    Half of World Heritage sites are currently threatened by industrial development, and the oil and mining sectors pose a particular threat. So many invaluable sites and #biodiversity sanctuaries face being wiped off the map just because we are unable to do anything about our voracious model of development. Several French transnational corporations are among those involved in projects that could herald the end of these exceptional sites. Some of the sites facing destruction include national (...)

    #Investigations

    / A la une, #Extractive_Industries, #Australia, #Brazil, #Canada, #Guatemala, #Guinea, #Indonesia, #Malaysia, #Netherlands, #Peru, #DR_Congo, São Tomé, #ArcelorMittal, #Areva, Bolloré, #EDF, Engie (ex GDF Suez), #Eramet, #Lafarge, #Maurel_et_Prom, #Perenco, #Total, #Socfin, (...)

    #São_Tomé #Bolloré #Engie_ex_GDF_Suez_ #Energy #Extractive_Industries #environmental_impact #resource_overexploitation #extractive_industries
    https://www.bastamag.net/De-la-Grande-barriere-de-corail-a-l-Amazonie-ces-sites-naturels-d-exceptio
    http://www.wwf.fr/vous_informer/actualites/?7841/La-moitie-des-sites-du-Patrimoine-mondial-sont-menaces-par-des-activites-industr
    http://whc.unesco.org/fr/peril
    http://www.socfin.com/Files/media/News/2016-03-04---Menaces-sur-forets-africaines.pdf
    http://www.perenco.com
    http://e360.yale.edu/feature/how_nations_are_chipping_away_their_protected_lands/2989
    http://www.padddtracker.org
    http://marketforces.org.au/banks/map
    http://www.societegenerale.com/sites/default/files/documents/Document%20RSE/Finance%20responsable/Principes%20Generaux%20Environnementaux%20et%20Sociaux%20de%20nos%2
    https://www.societegenerale.com/sites/default/files/documents/Document%20RSE/Finance%20responsable/Politique%20Transversale%20Biodiversit%C3%A9.pdf
    http://blog.greenpeace.fr/bollore-zero-deforestation
    http://forets.greenpeace.fr/la-socfin-menace-toujours-les-forets-africaines


  • Les transactions douteuses d’#Areva dans le Nord-du-Québec
    http://www.journaldemontreal.com/2016/05/23/uranor-le-scandale-quebecois-dareva

    En 2007, Serge Genest a touché le gros lot en revendant à la société française Areva ses intérêts dans des claims d’uranium, dans le Nord-du-Québec. Mais il a dû partager la cagnotte avec son vieux camarade de prospection, Claude Caillat, géologue français... chez Areva. Pour camoufler l’apparence de #conflit_d’intérêts, plus de 18 M$ (12 M€) ont alors disparu dans les paradis fiscaux. Dans quelles poches ? Les autorités enquêtent.


  • EPR : la série noire continue pour Areva et EDF

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/14/epr-la-serie-noire-continue-pour-areva-et-edf_4902051_3234.html

    L’EPR de Flamanville (Manche) fonctionnera-t-il un jour ? L’incertitude s’accroît autour de cette première centrale nucléaire de nouvelle génération que construisent EDF et Areva en Normandie, le plus grand investissement mené actuellement en France, tous secteurs confondus. Les malfaçons repérées sur la cuve du réacteur sont en effet plus graves qu’attendu, ont annoncé les deux groupes, mercredi 13 avril. Une mauvaise nouvelle de plus pour ce chantier qui accumule les déboires depuis son lancement en 2007.

    EDF assure que ce problème ne remet pas en cause le calendrier annoncé. Le démarrage de la centrale reste prévu au quatrième trimestre 2018. Certains craignent cependant qu’EDF ne soit obligé de renoncer à cet énorme projet, alors qu’il est déjà réalisé à plus de 80 %. D’autres le souhaitent : « Il serait irresponsable de mettre en service un équipement qui présente de telles faiblesses, estime le réseau Sortir du nucléaire. Tout plaide pour abandonner ce réacteur dangereux et inutile. » Au-delà de Flamanville, l’affaire risque de faire vaciller toute la stratégie nucléaire d’EDF, son développement en Grande-Bretagne et le sauvetage d’Areva.

    En Bourse, où l’action EDF est sortie du CAC 40 depuis décembre, le titre reculait de 1 % jeudi en début de matinée.

    « Extension du phénomène »

    En cause, la cuve du futur EPR (European Pressurized Reactor) et son couvercle. Des équipements clés, puisque c’est dans cet immense chaudron que se produit la fission des atomes qui permet de produire de l’électricité.(...)

    Au total, le nombre d’éprouvettes qui seront analysées va doubler. Les dirigeants de la filière croisent les doigts pour que ces nouveaux tests démontrent que la cuve peut être conservée en dépit des
    anomalies.

    Si tel n’est pas le cas, la centrale risque de ne jamais être mise en service. Il est en effet possible de remplacer le couvercle, mais ardu de tenter la même opération avec la cuve, qui est déjà posée et soudée à d’autres équipements majeurs. Retirer la cuve actuelle et en fabriquer une nouvelle feraient exploser tant les délais que le coût du réacteur, qui a déjà triplé et dépasse à présent 10,5 milliards d’euros.
    Dans l’immédiat, la batterie d’analyses supplémentaires va décaler d’environ six mois la décision de l’ASN sur la conformité de la cuve. Areva ne lui remettra les résultats des tests que fin 2016, au lieu de juillet comme prévu.

    Répercussions

    Le chantier de Flamanville avait été lancé pour donner du travail aux équipes d’Areva et fournir une vitrine française à l’EPR, ce réacteur présenté comme le nec plus ultra de la technologie. « Le monde entier regarde ce qui est en train de se passer à Flamanville », soulignait le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, en mai 2015. Aujourd’hui, les difficultés rencontrées dans cette ruche où s’affairent plus de 4 600 personnes risquent donc d’avoir des répercussions bien au-delà de la Normandie.

    En France, l’affaire ne peut que fragiliser davantage encore Areva, le fabricant des équipements défectueux, qui a perdu 6,9 milliards d’euros en deux ans. Le plan de sauvetage de l’ex-groupe star du nucléaire prévoit la reprise par EDF de la moitié de ses activités, celles qui concernent la conception et la fabrication des réacteurs. Mais une clause des accords permet à EDF de remettre en cause cette opération si la cuve de Flamanville n’est pas conforme aux normes. Tout le montage prévu pour sortir Areva de l’ornière devrait alors être revu.
    EDF se retrouve aussi sur la sellette. A Flamanville, la compagnie électrique espérait faire la preuve de sa capacité à piloter un chantier complexe, et s’en sortir mieux qu’Areva en Finlande, où se construit un autre EPR. L’expérience est loin d’être concluante, avec une facture qui a toutes les chances de s’alourdir.

    Les malheurs de la « vitrine » française compliquent aussi le projet Hinkley Point, en Grande- Bretagne. EDF doit décider dans les prochaines semaines d’y bâtir ou non deux EPR, un investissement estimé à 18 milliards de livres (environ 23 milliards d’euros).

    L’Etat actionnaire pousse EDF à se lancer, une question de « crédibilité » et de « cohérence » pour toute la filière, selon le ministre de l’économie, Emmanuel Macron. Le PDG, M. Lévy, est sur la même ligne. Les syndicats, eux, estiment le projet beaucoup trop risqué. Telle semble aussi la position de l’ex-directeur financier, Thomas Piquemal, qui a démissionné début mars. Le cas Flamanville apporte évidemment de l’eau au moulin des opposants.

    L’affaire est aussi suivie de près en Chine. A Taishan, non loin de Hongkong, les deux réacteurs EPR en fin de construction sont équipés du même type de cuve que Flamanville, donc susceptibles de connaître les mêmes anomalies. Les autorités chinoises souhaitent que les doutes français soient levés avant de mettre en service leurs propres réacteurs.



  • The New Dirty War for Africa’s uranium and mineral rights - Wikileaks
    https://wikileaks.org/car-mining

    Today, Friday 5 February at 08:30 CET, WikiLeaks releases a collection of documents that open up a corrupt multi-billion dollar war by Western and Chinese companies grab uranium and other mining rights in the Central African Republic (CAR) and escape paying for the environmental consequences. Among the hundreds of pages in this publication are detailed maps of mining rights, mining contracts with illegal kickbacks and secret investigative reports. The documents have been long sought by fraud investigators. In December 2015 a case was filed against #Areva, alleging #corruption related to the €1.8 billion purchase of three #uranium #mines in 2007.

    #nucléaire #france #centrafrique via @jujusete


  • Zad everywhere : claims of the sabotage on vinci Eurovia in Limoges, france, 26 January 2016
    https://zad.nadir.org/spip.php?article3541

    eurovia: die! as vinci or as AREVA shit multinationals and all your associates your pals in the ministries, your slaves in the bulldozers your concreters under oath and your lobotomized robocops from Notre Dames des Landes to Val de Suza from Flamanville to Fuckushima it seems you are determined to make this earth a garbage bin and it’s not rémi fraisse that will stop you and it’s not a state of emergency that will stop us anonymous and any we are everywhere down with the airport (...)

    #Autres_luttes_contre_l'aménagement_capitaliste_du_territoire


  • Turkey aims to establish Sinop Nuclear Power Plant Inc. Co.
    http://www.aaenergyterminal.com/news.php?newsid=6752622

    Turkey aims to shortly establish a Sinop Nuclear Power Plant Incorporated Company, as part of a consortium for Turkey’s second nuclear power plant in Sinop, according EUAS’ chief executive on Monday.

    Halil Alis, the general manager of Turkish Electricity Generation Company (EUAS), told Anadolu Agency in an interview that the nuclear partner company for Sinop will be established by Turkey’s EUAS in cooperation with French and Japanese authorities to transfer nuclear knowledge and boost nuclear energy in Turkey.

    He said that the subsidiary company of EUAS International Limited, based in the Jersey Islands and with capital worth $50 million, will partner with French Japanese partners for the Sinop plant. The French Japanese partners, who comprise French AREVA and Japanese Mitsubishi Heavy Industries, aim to establish a company in Holland.

    #Nucléaire #Turquie


  • Areva & Uramin, la bombe à retardement du nucléaire français
    http://www.arte.tv/sites/fr/story/reportage/areva-uramin-bombe-a-retardement-du-nucleaire-francais/#areva-uramin

    C‘est une enquête en terrain miné, où les acteurs troubles et puissants avancent masqués. Elle part d’une question simple : pourquoi et comment trois milliards d’euros sont-ils partis en fumée dans des mines d’uranium qui ne valaient rien ?

    Tout commence en 2007 avec le rachat par le géant #nucléaire français #Areva d’une petite société canadienne, #Uramin. Elle détient des gisements dans trois pays africains. Ce contrat, l’un des plus gros de ce siècle en France, s’est transformé en une catastrophe financière pour la société que dirigeait Anne Lauvergeon, alias “Atomic Anne”. Quels secrets ce gigantesque fiasco cache-t-il ? Chefs d’Etat, affairistes financiers de tous horizons, hommes politiques troubles, capitaines d’entreprise déchus se croisent dans cette sulfureuse histoire planétaire.


  • New energy policy needed as nuclear giants take a hit - Climate News Network

    http://www.climatenewsnetwork.net/new-energy-policy-needed-as-nuclear-giants-take-a-hit

    By Paul Brown

    Plans for a worldwide fleet of huge new nuclear reactors have collapsed, with the cancellation of a major project and no new orders being placed.

    LONDON, 28 May, 2015 − The European nuclear industry, led by France, seems to be in terminal decline as a result of the cancellation of a new Finnish reactor, technical faults in stations already under construction, and severe financial problems.

    The French government owns 85% of both of the country’s two premier nuclear companies – Areva, which designs the reactors, and Électricité de France (EDF), which builds and manages them. Now it is amalgamating the two giants in a bid to rescue the industry.

    #nucléaire #énergie #climat


  • France to supply Ukraine with nuclear fuel -
    http://www.spyghana.com/france-supply-ukraine-nuclear-fuel

    Ukraine’s state nuclear power company Energoatom said Friday that it has signed an agreement with French energy conglomerate AREVA on supplies of enriched uranium for Ukraine’s nuclear reactors.
    This contract is a real step towards diversification of supplies of nuclear materials for Ukrainian nuclear power plants,” Yuri Nedashkovsky, the head of Energoatom, was quoted by the company’s press service as saying.
    AREVA won the tender to supply Ukraine with nuclear fuel because it has “minimized the risks for Energoatom and offered attractive pricing policy”, Energoatom’s press service said in a statement, without disclosing details and timelines of the contract.
    Currently, Ukraine imports enriched uranium from the Russian state-owned fuel group TVEL and the U.S.-based Westinghouse Electric Company.
    Ukraine, where nuclear energy accounts for over half of power generation, heavily depends on nuclear fuel for its 15 reactors in four nuclear power plants. Enditem

    Source: Xinhua


  • Le scandale d’Etat va commencer par Thierry Gadault | Hexagones

    http://www.hexagones.fr/article/2015/03/03/areva-le-scandale-d-etat-va-commencer

    Selon les informations d’Hexagones, de nouvelles plaintes de l’Etat de Centrafrique et de plusieurs ONG sont en préparation pour relancer les procédures judiciaires sur le rachat en 2007 de la société canadienne Uramin par le géant nucléaire français Areva, pour 1,8 milliard d’euros. De gigantesques opérations de corruption sur quatre continents et des mensonges publics sur les comptes de la société sont soupçonnés. Hexagones a parlé à l’avocat de plaignants, au procureur national financier Éliane Houlette et à l’avocat d’Anne Lauvergeon.

    Plombée par cette opération présumée frauduleuse, Areva, détenue à plus de 80% par l’État, va présenter cette semaine des comptes qui la placent en situation de quasi-faillite. La facture pourrait être présentée aux contribuables et des milliers d’employés pourraient payer cette affaire de leurs postes.

    Notre enquête sur l’opération de rachat d’Uramin confirme l’existence de multiples anomalies : présence récurrente de personnages troubles en situation de conflit d’intérêts dont nous présentons une galerie de portraits, forte surévaluation possible du prix, travaux gigantesques sans justification, circuits financiers opaques. L’hypothèse d’une surfacturation destinée à financer une énorme opération de corruption en Afrique du Sud, qui a finalement elle-même échoué, apparaît. D’autres acquisitions de mines apparaissent comme suspectes.

    L’ancienne patronne d’Areva de 2001 à 2011 Anne Lauvergeon, au cœur des accusations, n’a pas souhaité faire de déclarations à Hexagones. Sur le fondement de déclarations antérieures, nous publions les grandes lignes de la défense d’« Atomic Anne », ancienne fidèle du président Mitterrand montée au firmament du nucléaire sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.


  • L’affaire #Uramin refait surface avec Balkany
    http://survie.org/billets-d-afrique/2014/241-decembre-2014/article/l-affaire-uramin-refait-surface-4886

    Alors que le groupe #Areva bat de l’aile, on apprend (Rfi.fr, 14/11) que Me Bourdon, mandaté par la République centrafricaine aurait fait une demande d’information judiciaire au parquet national financier pour faire la lumière sur les commissions (évaluées à 40 millions d’euros) versées à l’ex-président Bozizé en 2008 après le rachat d’Uramin, et sur le rôle de Balkany dans cette transaction. Mais cette somme ne constitue qu’une toute petite partie des fonds évaporés. La justice fera-t-elle un jour la (...)

    #241_-_décembre_2014

    / #Centrafrique, Areva, François Bozizé, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs, #Patrick_Balkany, (...)

    #François_Bozizé


  • Uramin : l’accord secret passé dans le dos de l’Etat - Page 1 | Mediapart
    http://www.mediapart.fr/journal/france/081214/uramin-laccord-secret-passe-dans-le-dos-de-letat

    Quatre jours avant le second tour de l’élection présidentielle de 2007, les responsables d’Areva ont passé un accord à Londres avec les vendeurs de la société canadienne pour fixer le calendrier de l’OPA, comme le révèle un mail interne publié par Mediapart. Les autorités de tutelle ont alors été totalement maintenues dans l’ignorance. Cet accord fixe tout sauf le prix. La spéculation sur le titre, alimentée par les vendeurs eux-mêmes, redoublera après cet engagement.

    Le calendrier de l’acquisition d’Uramin a toujours laissé songeur : l’essentiel de la négociation autour de cette société minière canadienne s’est tenue entre mars et la mi-mai 2007, en pleine campagne présidentielle, en pleine vacance du pouvoir. Comme si la direction d’Areva, groupe détenu à 86,5 % directement et indirectement par l’État, était libérée de toute tutelle et n’avait que faire de ces échéances politiques.
    Christine Lagarde, Jean-Louis Borloo, Nicolas Sarkozy et Anne Lauvergeon lors d'un voyage à Pékin en novembre 2007Christine Lagarde, Jean-Louis Borloo, Nicolas Sarkozy et Anne Lauvergeon lors d’un voyage à Pékin en novembre 2007 © Reuters

    Le calendrier électoral, pourtant, plane sur toutes les réflexions des responsables du groupe nucléaire, selon nos informations. Il semble même avoir guidé les principales décisions. Dès que la campagne électorale commence, l’opération d’acquisition d’Uramin, préparée dans le plus grand secret au sein du groupe par une petite cellule emmenée par Daniel Wouters – voir Poker menteur à Toronto –, s’enclenche sans que le conseil de surveillance d’Areva soit informé des projets de la direction. En mars 2007, le groupe public participe à un placement privé de 226 millions de dollars, lancé par Uramin, officiellement afin d’augmenter son capital. Areva, à cette occasion, prend 5,5 % du capital de la société canadienne pour quelque 79 millions d’euros, juste en dessous de la barre des 80 millions d’euros, laquelle l’aurait obligé à demander l’accord du conseil de surveillance d’Areva. Les autorités de tutelle sont alors soigneusement tenues à l’écart de l’opération.

    Alors que la campagne présidentielle bat son plein, la direction d’Areva continue ses négociations secrètes. Une réunion se tient avec les vendeurs d’Uramin le 2 mai à Londres. Le second tour de l’élection présidentielle doit avoir lieu quatre jours plus tard. Et les responsables d’Areva se projettent déjà dans l’avenir.

    Dans un mail interne en date du 3 mai, que Mediapart s’est procuré, Daniel Wouters fait un compte-rendu détaillé de cette réunion à toutes les personnes qui sont intéressées au dossier, y compris Gérard Arbola, membre du directoire, et Christophe Deprez, banquier conseiller chez Rothschild, chargé de l’opération. Les vendeurs, selon ce mail, veulent des assurances. Un accord secret a donc été conclu lors de cette rencontre pour mener à bien cette acquisition, en tenant compte « de l’agenda spécifique Areva et électoral français ».


  • En France, imposer la transparence aux compagnies pétrolières et minières nuit à la compétitivité
    http://www.bastamag.net/Les-secrets-bien-gardes-des

    Cela aurait pu constituer une belle victoire contre la corruption et les circuits financiers opaques. Et devenir un outil efficace aux mains des Etats pour lutter contre l’évasion fiscale pratiquée par les #Multinationales. Le Parlement a voté cet automne une loi imposant des obligations de transparence aux entreprises du secteur extractif, comme Total, Areva ou GDF Suez. Mais le gouvernement a refusé d’aller jusqu’au bout, et d’écouter les députés qui souhaitaient que cette obligation soit la plus (...)

    #Décrypter

    / A la une, Que faire face à la crise financière ?, #Finance, Multinationales, Paradis (...)

    #Que_faire_face_à_la_crise_financière_ ? #Paradis_fiscaux