company:banque du liban

  • Complications régionales, crise prolongée au Liban... - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/993149/complications-regionales-crise-prolongee-au-liban.html

    C’est dans ce contexte compliqué que se poursuit au Liban la guerre politique et économique contre le Hezbollah pour l’encercler et le pousser à des concessions importantes qui neutraliseraient son rôle à la fois local et régional. Des sources proches de cette formation considèrent ainsi que les sanctions imposées par la loi américaine sur les dépôts bancaires au Liban ne visent pas directement le parti chiite, mais son environnement. Le plan est de susciter un mouvement de panique chez les déposants chiites dans les banques libanaises pour qu’ils s’empressent de retirer leurs avoirs. Ce qui devrait créer une grande pression sur la livre libanaise et un développement dramatique dans la situation économique déjà en crise du pays. Appauvris, privés d’institutions étatiques et de protection sociale, les Libanais ne pourront que se soulever contre le Hezbollah rendu responsable de cette situation. Dès le début, le Hezbollah a flairé le piège et il s’est empressé de nouer un dialogue direct et indirect avec la Banque du Liban et l’Association des banques pour tenter autant que possible d’alléger l’impact des mesures américaines sur la situation économique intérieure. Mais, à chaque fois qu’un accord était conclu, il y a eu des tentatives pour le saboter. De même, toutes les tentatives de trouver une issue à l’impasse actuelle, par un dialogue multilatéral ou bilatéral, se heurtent aux cris des protestataires, qui, pour des raisons populistes ou stratégiques, choisissent d’exacerber les tensions confessionnelles. Selon une source diplomatique occidentale, les Libanais n’ont pas encore décidé de dissocier leur dossier de celui de la région. Ils continuent à miser sur les axes régionaux et attendent une solution qui viendrait de l’extérieur. Mais leur attente risque d’être longue.

  • Retour à la normale pour le secteur bancaire, les Kataëb dans l’opposition - Sandra NOUJEIM - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/991489/retour-a-la-normale-pour-le-secteur-bancaire-les-kataeb-dans-lopposit

    Des sources concordantes rapportaient dès mardi dernier à L’Orient-Le Jour « l’apaisement » du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, à la suite d’une « solution médiane » obtenue avec le Hezbollah. Bien qu’il n’y soit pas directement fait référence officiellement, cette solution ne serait autre que celle qui avait été concédée par la BDL avant l’attentat de Verdun en vertu des demandes formulées par l’Ofac. « L’explosion ayant visé la Blom Bank n’affecte pas les circulaires émises par la BDL (NDLR : le 3 mai sur les modalités d’application par les banques des sanctions américaines) », a ainsi déclaré hier Riad Salamé, dans le cadre de sa dernière réunion avec le conseil d’administration de l’Association des banques, présidé par Joseph Torbey.

    Le problème des banques régél plus rapidement au #liban que celui de la présidence (ou des poubelles, ou de l’internet illégal)... Al-Akhbar offre une version plus lapidaire : طلب حاكم مصرف لبنان فتح حسابات مصرفية لمؤسسات صحية وتربوية، سبق أن أقفلت حساباتها، على خلفية العقوبات الأميركية. "Le gouverneur de la Banque centrale du Liban a demandé que soient ouverts les comptes d’institution de santé et éducatives précédemment fermés à la suite des sanctions étasuniennes." Les institutions en questions sont naturellement proches du Hezbollah et/ou de la Résistance.
    Cité par l’agence al-Markaziya, M. Salamé a rappelé les prescriptions de la BDL aux banques : cesser toute transaction ou tout traitement, en dollar ou autre devise, avec les noms listés par l’Ofac, coordonner avec l’instance de contrôle les cas éventuels de fermeture de comptes, et enfin soumettre à la commission d’investigation de la BDL les cas de comptes douteux, sur lesquels la commission devra se prononcer dans un délai de trente jours.

  • Bilan des institutions financières : +16% fin juillet
    http://www.lecommercedulevant.com/node/19624

    Le bilan consolidé des institutions financières au Liban s’est élevé à 1,07 milliard de dollars fin juillet, en hausse de 16,2% sur un an, selon la Banque du Liban.

    Les encours du secteur privé ont augmenté de 22,2% à 239,7 millions de dollars, tandis que les engagements vis-à-vis du secteur financier ont totalisé 451,4 millions de dollars, en hausse de 24,5% sur un an.

    Tu aimerais savoir si c’est bon signe ou si c’est mauvais signe ? Hé ben j’en sais fichtre rien.

  • Riad Salamé : la croissance ne dépassera pas les 3% en 2011
    http://www.lecommercedulevant.com/node/19521

    Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a affirmé que la croissance au Liban ne devrait pas dépasser les 3% en 2011, dans un entretien à l’agence Reuters.

    « La croissance variera entre 2 et 3%, un fait exceptionnel, en raison de l’instabilité politique au cours du premier semestre et de l’absence de gouvernement », a indiqué Salamé. Selon lui, l’activité économique a repris à partir de juillet après la formation du gouvernement.

    Il a dit s’attendre aussi à une inflation de 6% en 2011 en raison de la hausse des prix des matières premières.

  • Le nouveau gouvernement accueilli favorablement par les milieux économiques, selon Salamé
    http://www.lecommercedulevant.com/node/19066

    Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a affirmé que la formation du gouvernement a provoqué le soulagement des organismes économiques qui menaçaient de recourir à l’escalade au cas où le Cabinet tardait davantage à voir le jour.
    « Les marchés financiers et économiques ont accueilli très positivement la formation du nouveau gouvernement », a affirmé Salamé, rappelant que la mise en place d’une équipe ministérielle constituait la demande la plus pressante des organismes économiques.

    Certes certes certes, ça n’est pas le commentateur le plus révolutionnaire du Liban, mais au moins, ça tranche assez nettement avec la couverture catastrophiste qui prévaut quant au nouveau gouvernement libanais.