company:carrefour

  • Il n’y a pas beaucoup d’articles en anglais sur les #Gilets_Jaunes, et celui ci tombe dans certains pièges, mais il est plutôt meilleur que la moyenne :

    Popular Uprising in Paris and Left’s Fear of Populism
    Ranabir Samaddar, Alternatives international, le 14 décembre 2018
    https://ici-et-ailleurs.org/contributions/actualite/article/les-gilets-jaunes-vus-d-inde

    Ca, par exemple, c’est trop précis pour être vrai :

    The Yellow Vests call for : (a) No one be left homeless ; (b) end of the austerity policy ; cancellation of interest on illegitimate debt ; end of taxing the poor to pay back the debt ; recovery of the 85 billion Euros of fiscal fraud ; (c) creation of a true integration policy, with French language, history and civics courses for immigrants ; (d) minimum salary €1500 per month ; (e) giving privilege to city and village centres by stopping building of huge shopping malls and arcades ; (f) more progressive income tax rates ; and finally (g) more taxes on big companies like Mac Donald’s, Google, Amazon and Carrefour, and low taxes on little artisans.

    Mais ça c’est pas mal :

    The rebels donning yellow breakdown-safety vests required to keep in their cars by the government have spurned political parties. They got organized on social media, and began acting locally. The movement spread in this way on successive Saturdays. Saturdays, because on working days women raising kids with their precarious jobs cannot strike. Thus, women receptionists, hostesses, nurses, teachers have come out in unusually large numbers. It is not the banal strike that the Left engages in, but something more. The Left in France as elsewhere has surrendered before the neo-liberal, pro-business counter-reforms. The union leaders are eager to keep their place at the table. They only go through the motions of carrying out strikes. Workers were fatigued.

    #Yellow_Vests #France


    • t’as aussi Yellow Vests ailleurs.
      https://seenthis.net/messages/740447
      No homeless, pensions, maximum salary… Discover the list of claims of the “yellow vests”

      The movement sent a press release to the media and MPs with about 40 demands on Thursday.
      The claims of the “yellow vests” now officially go beyond the issue of fuel prices alone. In a lengthy statement sent to the media and members of parliament on Thursday 29 November, the movement’s delegation listed a series of demands it wanted to see implemented.

      “Deputies of France, we inform you of the people’s directives so that you can transpose them into law (…). Obey the will of the people. Enforce these instructions”, write the “yellow vests”. Delegation spokespersons are to be received on Friday at 2 p.m. by Prime Minister Edouard Philippe and Minister of Ecological Transition François de Rugy.

      Increase of the minimum wage to 1,300 euros net, return to retirement at age 60 or abandonment of withholding tax…. The list includes many social measures, but also measures concerning transport, such as the end of the increase in fuel taxes and the introduction of a tax on marine fuel and kerosene. Here is a non-exhaustive list of claims:

      – Zero homeless : URGENT.

      – More progressiveness in income tax, i.e. more brackets.

      – Smic at 1,300 euros net.

      – Promote small businesses in villages and town centres. Stop the construction of large commercial areas around large cities that kill small businesses and more free parking in city centres.

      – Large plan of Insulation of the dwellings to make ecology by making savings to the households.

      – Taxes: that BIG companies (MacDonald’s, Google, Amazon, Carrefour…) pay BIG and that small companies (craftsmen, very small SMEs) pay small.

      – Same social security system for all (including craftsmen and self-employed entrepreneurs). End of the RSI.

      – The pension system must remain united and therefore socialized. No point retreat.

      – End of the fuel tax increase.

      – No retirement below 1,200 euros.

      – Any elected representative will be entitled to the median salary. His transport costs will be monitored and reimbursed if justified. Entitlement to a meal ticket and a holiday voucher.

      – The salaries of all French people, as well as pensions and allowances, must be indexed to inflation.

      – Protecting French industry: prohibit relocations. Protecting our industry means protecting our know-how and our jobs.

      – End of seconded work. It is abnormal that a person working in France does not enjoy the same salary and rights. Anyone authorised to work on French territory must be on an equal footing with a French citizen and his employer must contribute at the same level as a French employer.

      – For job security: further limit the number of fixed-term contracts for large companies. We want more permanent contracts.

      – End of the CICE. Use of this money to launch a French hydrogen car industry (which is truly ecological, unlike the electric car.)

      – End of the austerity policy. We stop paying interest on the debt that is declared illegitimate and we start paying down the debt without taking money from the poor and the less poor, but by collecting the $80 billion in tax evasion.

      – That the causes of forced migration be addressed.

      – That asylum seekers are treated well. We owe them housing, security, food and education for minors. Work with the UN to ensure that reception camps are opened in many countries around the world, pending the outcome of the asylum application.

      – That rejected asylum seekers be returned to their country of origin.

      – That a real integration policy be implemented. Living in France means becoming French (French language courses, French history courses and civic education courses with a certificate at the end of the course).

      – Maximum salary set at 15,000 euros.

      – That jobs be created for the unemployed.

      – Increase in disabled benefits.

      – Limitation of rents. More affordable housing (especially for students and precarious workers).

      – Prohibition to sell property belonging to France (dam, airport…)

      – Substantial resources granted to the judiciary, police, gendarmerie and army. Whether law enforcement overtime is paid or recovered.

      – All the money earned by motorway tolls will be used for the maintenance of France’s motorways and roads as well as for road safety.

      – As the price of gas and electricity has risen since privatisation took place, we want them to become public again and prices to fall significantly.

      – Immediate end of the closure of small lines, post offices, schools and maternity hospitals.

      – Let us bring well-being to our seniors. Prohibition to make money on the elderly. White gold is over. The era of grey well-being is beginning.

      – Maximum 25 students per class from kindergarten to high school.

      – Substantial resources brought to psychiatry.

      – The popular referendum must be incorporated into the Constitution. Creation of a readable and effective website, supervised by an independent control body where people can make a legislative proposal. If this bill obtains 700,000 signatures, then this bill must be discussed, supplemented and amended by the National Assembly, which will have the obligation (one year to the day after obtaining 700,000 signatures) to submit it to the vote of all French people.

      – Return to a 7-year term of office for the President of the Republic. The election of deputies two years after the election of the President of the Republic made it possible to send a positive or negative signal to the President of the Republic regarding his policy. This helped to make the voice of the people heard.)

      – Retirement at age 60 and for all persons who have worked in a profession that wears out the body (e. g. bricklayer or boner) entitled to retirement at age 55.

      – A 6-year-old child not caring for himself, continuation of the PAJEMPLOI assistance system until the child is 10 years old.

      – Encourage the transport of goods by rail.

      – No withholding tax.

      – End of presidential lifetime benefits.

      – Prohibition to make merchants pay a tax when their customers use the credit card. Tax on marine fuel oil and kerosene.

      https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/zero-sdf-retraites-superieures-a-1-200-euros-salaire-maximum-a-15-000-e


      #yellow_vests


  • Comment les supermarchés se font rembourser leurs dons d’invendus… par l’Etat  Emmanuel Lévy - 23 Novembre 2018 - Marianne
    https://www.marianne.net/economie/comment-les-supermarches-se-font-rembourser-leurs-dons-d-invendus-par-l-et

    Pas moins de 40% des 930 millions d’euros de déduction fiscale au titre du mécénat finissent dans les poches des grandes enseignes, les Leclerc, Carrefour, Casino et Auchan. Telle est la contrepartie de leurs dons.

    « Nous distribuons l’équivalent de 350 millions d’euros de nourriture avec seulement 20 millions d’euros de frais de fonctionnement. C’est le système le plus performant. » L’argument de Jacques Bailet, patron national des Banques alimentaires, est sans appel. C’est d’ailleurs fort de ce constat qu’il a écrit aux députés mi-octobre. Touché, coulé. L’amendement de Joël Giraud, le rapporteur général du budget (LREM), qui plafonnait à 10 millions d’euros le crédit d’impôt des entreprises au titre du mécénat, pour freiner l’explosion de cette niche, a été abandonné.

    Car c’est l’une des révélations du rapport de la Cour des comptes sur le mécénat : le gros de l’enveloppe est capté par la grande distribution. Pas moins de 40 % des 930 millions d’euros de déduction fiscale finissent dans les poches des grandes enseignes, les Leclerc, Carrefour, Casino et Auchan. Telle est la contrepartie de leurs dons. Si la générosité est souvent mise en avant dans leur communication, ces centaines de millions d’euros sont, eux, passés sous silence. Bref, ils donnent, mais c’est in fine l’Etat qui paie. Et les chiffres donnent le tournis : des dizaines de milliers de tonnes de nourriture, l’équivalent de 150 millions de repas. Rien de nouveau pourtant dans cette économie du don. Cela fait des dizaines d’années que la ramasse des organismes humanitaires, Restos du cœur, Secours catholique et Banques alimentaires, fait le tour des hypers.

    Quelle aubaine !
    Mais, depuis la loi antigaspillage de 2015, le système s’est profondément modifié, organisé. En interdisant la destruction de la nourriture pour les surfaces de vente de plus de 400 m2, en obligeant celles-ci à contracter avec une association, le législateur a placé l’Etat comme acheteur en dernier ressort. Une aubaine pour la grande distribution qui a fortement augmenté ses volumes de dons : + 25 % entre 2015 et 2016. « J’ai fait une économie de 300 000 € », témoigne Thomas Pocher, patron du Leclerc de Templeuve (Nord) . . . . . .

    Le reste de l’article payant

    #ruissellement #hyper_marché #cadeau #ruissellement #mécénat #Leclerc, #Carrefour #Casino #Auchan #dons #Banques_alimentaires #restaurants_du_coeur #niche_fiscale #Secours_catholique #Banques_alimentaires #gaspillage #nourriture #grands_distribution #super_marché #hyper_marché


  • #beurk : 71 % d’Huile végétale, eau, amidon, sel, arôme, sel de fonte (E331 E341), colorant (E180a), anti agglomérant : cellulose. Le râpé du père Jean #Carrefour, #Leader_Price

    Le râpé du père Jean - Préparation à base de matières grasses végétales et de fromage.
    Imprimé sur le sachet : Ingrédients : Fromage > 28% , Huile végétale, eau, amidon, sel, arôme, sel de fonte (E331 E341), colorant (E180a), anti agglomérant : cellulose.

    Information trouvé sur : https://www.olivierdauvers.fr/2018/11/26/cher-alexandre

    « Quitte à me fâcher avec Orangina-Suntory (propriétaire de la marque), ce “Père Jean” est le “Canada Dry” du fromage râpé. Un ersatz. Tous les attributs en apparence mais si peu en réalité. Attardez-vous sur la composition, cher Alexandre : royalement 27 % de fromage. Le reste, 73 % quand même ? De l’huile (de palme !, allez-y soyez “provoc” jusqu’au bout…), de l’eau, de l’amidon de pomme de terre, etc. Bien loin d’un emmental râpé dont il reprend pourtant les codes. Ce que j’appelle “la zone grise de l’industrie agro-alimentaire”. Des produits légaux mais honteux. Surtout, le genre de produits qui nourrit légitimement la défiance alimentaire contemporaine. »

    La fiche produit est presque illisible sur #openfoodfacts , hélas. (probablement due à la mise à jour automatique de la fiche produit)
    https://fr.openfoodfacts.org/produit/3304100012251/la-rape-du-pere-jean-leader-price

    l’#ersatz est fabriqué par « Les Fromagers de Saint-Omer », à Campagne-lès-Wardrecques, Pas-de-Calais , entreprise subventionnée par la communauté d’agglomération du pays de Saint-Omer (voir la voix du nord).

     #malbouffe #capitalisme #alimentation #nécrotechnologies #huile_de_palme #industrie_palmiste #agrobusiness #obésité #junk_food #agro-alimentaire #emmental #France

    • Déjà, vendre le fromage déjà râpé est une folie emplastifiée. Après, c’est souvent moins cher que le bloc du même poids. Tout est dit ? Consommateur, économise et tais-toi.


  • La bataille de Tourville : Victoire des Gilets Jaunes

    Cet après-midi, à force de persévérance et avec une intelligence redoutable, les gilets jaunes auront fermé l’intégralité d’une des plus grandes zones commerciales de la région.

    Si plusieurs actions ont eu lieu aujourd’hui autour de Rouen, celle des gilets jaunes de Tourville La Rivière a le mérite d’être d’une efficacité redoutable. Pour la 3e fois depuis le début de la mobilisation, le centre commercial Carrefour, sa galerie commerciale et la quasi totalité des grandes enseignes du site : IKEA, Leroy Merlin, Décathlon, Darty, Mac Donald, a été totalement fermée dans la journée.

    Jamais un mouvement n’aura pris autant au sérieux la question du blocage économique et de mémoire de manifestants, jamais ce site n’aura été contraint de fermer ses portes deux samedis de suite, dont celui du tant attendu Black Friday. Comment 200 personnes qui, pour la plupart, n’ont jamais manifesté ou bloqué quoi que ce soit de leur vie, ont malicieusement déjoué un dispositif de 70 gendarmes mobiles et d’une trentaine de flics du coin ?

    https://a-louest.info/La-bataille-de-Tourville-Victoire-des-Gilets-Jaunes-602

    La bataille de Tourville : Victoire des Gilets Jaunes

    Cet après-midi, à force de persévérance et avec une intelligence redoutable, les gilets jaunes auront fermé l’intégralité d’une des plus grandes zones commerciales de la région.

    #actions #Rouen #mobilisation #Carrefour #IKEA #Leroy_Merlin #Décathlon #Darty #Mac_Donald #mouvement #blocage #Black_Friday #Tourville #Victoire #GiletsJaunes

    • Gilets jaunes à Paris : « Ce n’est que le début de la révolte ! »
      "« Je bosse aux 3-8 dans une usine de moteurs électriques et je gagne le Smic, une misère », explique Clémentine. Pour elle, Emmanuel Macron « mène une politique pour les riches, il ne se met pas à la place de ceux qui travaillent dur ». Nicolas abonde : « Quand Macron dit qu’il suffit de traverser la rue pour trouver du boulot, c’est du mépris total. » Même sentiment de « ne plus respirer » chez Vadim, séparé de la mère de son enfant. « Toutes les six semaines, je fais 1400 kilomètres aller-retour pour aller chercher mon gamin. Avec le prix de l’essence, il ne me reste plus rien à la fin du mois, même si j’ai beau faire des heures sup’ ! » Les dernières vacances du trio ? Une semaine à Berck-sur-Mer, à une centaine de kilomètres de chez eux.

      Installées sur un banc pour souffler quelques instants au milieu d’une atmosphère saturée par les gaz lacrymogènes, Céline, Isabelle et Mélanie dressent le même constat : celui d’une vie passée à travailler pour des « clopinettes ». Ces habitantes des Yvelines et de l’Oise sont respectivement préparatrice de commandes, aide-soignante et équipière-caisse dans un magasin. « On gagne le Smic et après le loyer, les assurances et les taxes, il ne reste plus grand-chose pour manger », soupire Céline, la plus âgée. « A chaque élection, on se dit pourtant que ça peut difficilement être pire… Mais là Macron a battu les records ! » Elle ne supporte plus ce président de la République qu’elle souhaiterait voir « démissionner » : « Il n’y a plus rien à en tirer. Il est imbu de sa personne, il ne sait pas ce qu’est une fin de mois difficile, et pourtant il ose nous rabaisser en nous traitant de fainéants. »"

      Gilets jaunes à Paris : « Ce n’est que le début de la révolte ! »
      Par Sylvain Mouillard et Gurvan Kristanadjaja — 24 novembre 2018 à 16:33

      Ce samedi de mobilisation dans tout le pays a été marqué par divers débordements sur les Champs-Elysées. Entre selfies et cris de colère, des gilets jaunes livrent leurs témoignages et pistes pour l’avenir du mouvement.

      Gilets jaunes à Paris : « Ce n’est que le début de la révolte ! »

      La scène se voulait symbolique pour ce deuxième acte de la mobilisation : les Champs-Elysées, la plus belle avenue du monde selon la formule consacrée, prise par les gilets jaunes. Peu après 10 heures, 5000 personnes - équipées pour beaucoup de masques de ski, lunettes de plongée et autres protections -, ont tenté de pénétrer sur l’avenue malgré l’interdiction de la préfecture, provoquant des affrontements avec les forces de l’ordre. « Ils disent qu’on est 5000, mais on est bien plus ! C’est nous le peuple, pas les boutiques de luxe, c’est notre argent et notre avenue ! », clame un manifestant énervé près d’un barrage de fortune.

      Dès lors, jusqu’au milieu de l’après-midi, plusieurs feux ont été allumés aux abords de l’Arc de Triomphe, notamment de scooters électriques et vélos en libre-service, et des barricades ont été dressées. La police a répliqué à plusieurs reprises avec des jets de grenades lacrymogènes et en déclenchant son canon à eau pour disperser la foule, sans succès.

      La mobilisation a rapidement tourné au concours de faits d’armes. Un des manifestants sort en courant d’un affrontement avec les CRS. Il interpelle son copain en mimant un coup de poing : « J’ai pris un flic par le dos mais il faut se barrer vite sinon tu prends de la gardav (garde à vue, ndlr) ». Un autre, aux abords d’un feu de scooter électrique avenue Friedland, s’adresse à sa compagne, drapeau français à la main : « Tu peux me prendre en photo ? ». Puis pose fièrement, l’étendard flottant entre ses bras tendus.

      Au même moment, face à l’arrivée imminente d’un nouveau nuage de gaz lacrymogène, un autre manifestant lance, amusé : « Y’a un Décathlon qui vend des masques de piscine pas loin. » Il y a aussi ces autres manifestants, inspirés par la vidéo virale de Jacline Mouraud, en partie à l’origine de la mobilisation des gilets jaunes. Ils se filment, eux aussi, en selfie et commentent en direct sur les réseaux ce qu’ils voient. « Là, vous voyez, un gros feu et une barricade. On lâche rien, on est là ! », dit l’un d’eux. Il croise une autre manifestante aussi occupée à se filmer en direct en selfie, chapeau, sac et chaussures jaunes. Ils comparent leurs audiences : « T’en es à combien de spectateurs, toi ? 122, 123 ? », interroge-t-il. Et le procédé semble fonctionner : à chaque accalmie, les manifestants se partagent sur leurs téléphones des vidéos d’autres barrages dans d’autres villes, les galvanisant un peu plus encore.

      Au soleil, sous la pluie

      Devant l’une des barricades près de l’Arc de Triomphe, faite de barrières métalliques de travaux, un autre « gilet jaune » fait résonner la chanson Les Champs Elysées de Joe Dassin dans son sac, en partie couverte par les bourdonnements incessants de l’hélicoptère de la préfecture de police. Avec sa compagne, ils sont venus de Normandie jusqu’à Paris, principalement pour protester contre la baisse de leur pouvoir d’achat. « Les taxes on en paye plein, mais on voit pas le prix de ce qu’on donne », dit l’un d’eux. « C’est la province qui monte à Paris », s’exclame une autre manifestante. Au pied de l’Arc de Triomphe, on croise Clémentine, Vadim et Nicolas, la trentaine, venus de Béthune, dans le Pas-de-Calais. Ils ont pris un bus, affrété par l’association « Robin des bus ». 15 euros l’aller-retour, une somme abordable pour ces trois ouvriers décidés à crier leur « ras-le-bol ».

      « Je bosse aux 3-8 dans une usine de moteurs électriques et je gagne le Smic, une misère », explique Clémentine. Pour elle, Emmanuel Macron « mène une politique pour les riches, il ne se met pas à la place de ceux qui travaillent dur ». Nicolas abonde : « Quand Macron dit qu’il suffit de traverser la rue pour trouver du boulot, c’est du mépris total. » Même sentiment de « ne plus respirer » chez Vadim, séparé de la mère de son enfant. « Toutes les six semaines, je fais 1400 kilomètres aller-retour pour aller chercher mon gamin. Avec le prix de l’essence, il ne me reste plus rien à la fin du mois, même si j’ai beau faire des heures sup’ ! » Les dernières vacances du trio ? Une semaine à Berck-sur-Mer, à une centaine de kilomètres de chez eux.

      « Macron, il n’y a plus rien à en tirer »

      Installées sur un banc pour souffler quelques instants au milieu d’une atmosphère saturée par les gaz lacrymogènes, Céline, Isabelle et Mélanie dressent le même constat : celui d’une vie passée à travailler pour des « clopinettes ». Ces habitantes des Yvelines et de l’Oise sont respectivement préparatrice de commandes, aide-soignante et équipière-caisse dans un magasin. « On gagne le Smic et après le loyer, les assurances et les taxes, il ne reste plus grand-chose pour manger », soupire Céline, la plus âgée. « A chaque élection, on se dit pourtant que ça peut difficilement être pire… Mais là Macron a battu les records ! » Elle ne supporte plus ce président de la République qu’elle souhaiterait voir « démissionner » : « Il n’y a plus rien à en tirer. Il est imbu de sa personne, il ne sait pas ce qu’est une fin de mois difficile, et pourtant il ose nous rabaisser en nous traitant de fainéants. » Pour sa fille Mélanie, l’attitude des CRS sur la place de la Concorde « reflète l’état d’esprit de Macron » : « Ils nous gazent et nous traitent comme des chiens. »

      De son côté, Frédéric, 48 ans, n’en veut pas aux forces de l’ordre : « Quand on discute avec eux, on comprend qu’ils nous soutiennent mais bon, ils travaillent pour l’Etat. » L’homme, qui vit à Crépy-en-Valois (Oise), a rejoint la capitale en train : « C’était une obligation de venir car c’est le seul moyen pour nous faire entendre. » Son message ? Un « ras-le-bol des taxes et des conditions de vie et de travail. » Lui bosse à l’aéroport de Roissy, souvent en horaires décalés. « Je me lève parfois à 4 heures du matin, ou alors je rentre à minuit. Les transports en commun, à ces heures-là, il ne faut pas y penser. »

      Pourtant, Frédéric a conscience que « la planète est en danger » et qu’il faudrait faire plus pour l’environnement. « On veut bien payer des impôts, mais il faut qu’ils servent à quelque chose. Ce que fait le gouvernement, c’est bénin et ça touche les plus fragiles. » Il ne se remet pas de la suppression de l’impôt sur la fortune : « Irresponsable », tranche-t-il. « Jusqu’alors, les Français étaient très dociles. Ils se rendent compte des abus. Ils réalisent qu’ils peuvent exprimer leur mécontentement sur les réseaux sociaux, alors que les médias traditionnels, eux, font bloc avec le gouvernement en minimisant la mobilisation alors qu’il y a un réel malaise. »

      Barricades improvisées

      La suite ? Le groupe de Béthune souhaiterait que les « gilets jaunes » passent à la vitesse supérieure. « Bloquer les ronds-points, ça ne sert pas à grand chose, à part à faire chier les Français », tranchent-ils. Leur idée ? « Bloquer les points économiques, les raffineries, sans que les policiers ne soient au courant, même si c’est dur de continuer à mobiliser avec la fatigue et les heures de boulot. » D’autant, selon Nicolas, que la précarité économique risque de s’accentuer prochainement « avec les augmentations en janvier des prix du diesel, du gaz, des timbres ». Il en est persuadé, « ce n’est que le début de la révolte ».

      A 16 heures, malgré l’interpellation de 19 personnes, la mobilisation des gilets jaunes dans la capitale ne semblait pas s’éteindre. Tout autour des Champs Elysées, des barricades improvisées se montent, entassement de barrières métalliques très vite enflammées. En difficulté face à ces groupuscules très nombreux et mobiles, les forces de l’ordre peinent à reprendre le contrôle de la situation.

      Sylvain Mouillard , Gurvan Kristanadjaja

      https://www.liberation.fr/france/2018/11/24/gilets-jaunes-a-paris-ce-n-est-que-le-debut-de-la-revolte_1694052


  • Haut de France Blocages Un week-end commercial de fièvre jaune
    http://www.lavoixdunord.fr/494289/article/2018-11-23/un-week-end-commercial-de-fievre-jaune

    Alors qu’une grande manifestation est prévue à Paris et une autre à Lille, le mouvement des Gilets jaunes devrait être à l’origine de blocages dans plusieurs centres commerciaux du Nord et du Pas-de-Calais. À méditer avant de prendre la route.


    La situation s’annonce clairement tendue ce samedi aux abords de nombreux grands magasins du Nord-Pas-de-Calais. Les représentants régionaux de la grande distribution ont été reçus ce jeudi par le préfet de Région. Message de la préfecture : les centres commerciaux seront la priorité des forces de l’ordre ce week-end. Le point sur les prévisions de blocages à Auchan, Leclerc et Carrefour, les trois enseignes les plus concernées avec les zones commerciales dont elles sont les cœurs.

    #Auchan
    Deux points durs à envisager ce samedi pour l’enseigne qui ouvrira l’ensemble de ses magasins : à Englos avec peut-être une opération escargot dans la zone. Et Louvroil qui risque une fois de plus de regrouper le plus grand nombre de Gilets jaunes.

    La plupart des autres magasins sont concernés. Une marche collective déclarée en préfecture est annoncée depuis la mairie de Tourcoing (8h) jusqu’à Auchan Roncq. Des rendez-vous sont fixés en matinée à l’entrée nord d’Arras et sur le parking d’Auchan pour des départs groupés vers Paris. D’autres Gilets jaunes resteraient sur place, mais sans bloquer la circulation mais en menant de possibles actions dans les zones commerciales (occupation de parkings, remplissage de chariots laissés ensuite à l’abandon...). À Villeneuve d’Ascq (V2), aucune certitude mais seraient envisagés des remplissages de chariots ensuite abandonnés dans le magasin.

    Des manifestants convergeront sans doute vers les magasins de Sin-le-Noble, Boulogne-sur-Mer, Grande-Synthe, Noyelles-Godault et Hazebrouck.

    #Leclerc
    L’enseigne serait particulièrement touchée par les blocages d’entrepôts. Des Gilets jaunes sont attendus pour des barrages filtrants vers plusieurs magasins, dont Etaples, Bailleul ou Boulogne-sur-Mer.

    #Carrefour
    Une action des Gilets jaunes sur Calais-Cité Europe est annoncée sur les réseaux sociaux sans préciser le lieu et et l’heure. Un point de blocage est prévu à Landrecies au rond-point du magasin jusqu’à lundi 22 h, ainsi qu’à Liévin. Les Gilets jaunes qui ont décidé ce samedi matin à 8h30 de se rassembler au parking de Kinepolis Lomme pour converger vers Auchan Englos vont-ils également perturber le centre commercial Carrefour et Ikea à proximité du Kinepolis ? De la même manière, le magasin d’Euralille sera-t-il bloqué dans l’après-midi en marge de l’autre manifestation régionale déclarée en préfecture, celle de Lille ?

    À noter de sérieux problèmes d’approvisionnements, notamment dans les petites surfaces de proximité Carrefour à la suite des perturbations de circulation autour de la plateforme logistique Logidis de Vendin-le-Vieil qui approvisionne les magasins Carrefour de la région. Ces derniers ne seront pas livrés ce samedi.

    #GiletsJaunes #Black_Friday #Samedi_noir pour la #grande_distribution


  • Gilets jaunes Pour le directeur d’Auchan Grande-Synthe, le mois de novembre est « fichu » Estelle Jolivet Et B. C. - 21 Novembre 2018 - la voix du mort
    http://lavdn.lavoixdunord.fr/492872/article/2018-11-21/le-directeur-d-auchan-depite-apres-les-blocages-des-gilets-jaunes

    Les répercussions du mouvement des Gilets jaunes ne se sont pas ressenties uniquement sur les conditions de circulation. La fréquentation des enseignes de la grande distribution a également été fortement touchée. En premier lieu Auchan, à Grande-Synthe...

    Isolés des flux de circulation par deux points de blocage, entre vendredi soir et lundi soir, l’hypermarché Auchan Grande-Synthe et sa zone commerciale ont compté parmi les commerces les plus pénalisés de l’agglomération. « Samedi, on a fait -90 % de chiffre d’affaires par rapport à un samedi normal et -50 % pour la journée de lundi, rapporte le directeur de l’hypermarché, Thierry Puentes, qui était loin d’imaginer une action d’une telle ampleur. Le magasin était désert, samedi. On n’avait rien anticipé, ni au niveau des commandes, ni des effectifs. On a arrêté les préparations (pains, viennoiseries, gâteaux) l’après-midi, en voyant que ça ne s’améliorerait pas. Certains collaborateurs n’ont même pas pu venir travailler. » Thierry Puentes se dit « dépité, consterné » et constate, amer, que « l’impact a été beaucoup plus fort pour Auchan que pour les autres grandes surfaces. Notre mois de novembre est fichu ».

    Carrefour Saint-Pol-sur-Mer aussi
    Reste le Black Friday – une journée de soldes exceptionnels sur Internet et dans les commerces – vendredi et la première ouverture de l’hypermarché le dimanche matin, prévus ce week-end. Thierry Puentes appréhende de nouveaux blocages et espère que les autorités empêcheront les Gilets jaunes de paralyser de nouveau l’activité commerciale de la zone.

    Du côté de l’hypermarché Carrefour, à Saint-Pol-sur-Mer, la direction ne souhaite pas s’exprimer sur l’ampleur de l’impact du mouvement sur le chiffre d’affaires mais confirme : « Nous avons été fortement pénalisés, dès samedi, indique le directeur, Fahad Ras-Laine. Nous sommes restés ouverts mais nous avons mis tous nos efforts pour assurer la sécurité de nos équipes et des clients lors des allers-retours des Gilets jaunes dans le magasin et la galerie marchande. »

    Dans les petites surfaces de proximités, comme au Carrefour Express à Malo-les-Bains, le mouvement des Gilets jaunes a eu des répercussions sur l’approvisionnement du magasin. Jusqu’à mardi soir, des affiches informaient les clients de la raison du manque de produits dans les rayons.
    Nous ne sommes pas parvenus à contacter Cora Coudekerque-Branche et Leclerc Quaëdypre.

    #giletsjaunes #auchan #Carrefour #haut-de_France #enmarche vers la #décroissance !


  • #Carrefour a financé la campagne du président d’#extrême_droite brésilien

    En effet, l’un des actionnaires des plus célèbres supermarchés de France, Carrefour, est l’un des généreux bienfaiteurs du parti de #Bolsonaro, le PSL.


    http://www.wikistrike.com/2018/10/carrefour-a-finance-la-campagne-du-president-d-extreme-droite-bresilien.
    #Brésil #France #financement

    • Mouais, c’est un peu ampoulé comme titre. Ce mec gagne de l’argent entre autre grace à Carrefour (mais pas que), et ensuite il utilise SON argent pour financer l’autre facho. Mais ce n’est pas Carrefour, son conseil d’admin, etc, qui a financé quoi que ce soit de sa campagne, c’est un mec précis avec son argent. Bref, titre un peu putaclic.


  • Hostile architecture: an uncomfortable urban art – in pictures | Cities | The Guardian

    https://www.theguardian.com/cities/gallery/2018/aug/21/hostile-architecture-an-uncomfortable-urban-art-in-pictures

    Hostile architecture: an uncomfortable urban art – in pictures
    Bollards in a covered corner next to the entrance of a Carrefour supermarket in Paris. Photograph: Julius-Christian Schreiner
    Cities is supported by
    Rockefeller Foundation
    About this content

    Julius-Christian Schreiner’s Silent Agents series, shot in London, Paris, Innsbruck and Hamburg, depicts examples of ‘hostile architecture’: subtle interventions in urban spaces designed to hinder people’s use of them

    #urban_matter #aménagments_urbains #dispositifs_anti_sdf #architecture


  • Étude : la plupart des magasins perdent des clients Olivier Dauvers - 17 Juillet 2018 - www.olivierdauvers.fr
    https://www.olivierdauvers.fr/2018/07/17/etude-la-plupart-des-magasins-perdent-des-clients

    Des dépenses des ménages qui sont à l’arrêt ou presque alors que les enseignes ouvrent toujours de nouveaux magasins, la conséquence est logique : il y a, en moyenne, moins de clients par magasin. Ce qu’une étude Nielsen quantifie…

    L’an dernier, deux enseignes ont survolé toutes les autres en recrutement de nouveaux clients à nombre de magasins comparables : Aldi et Lidl. Les deux enseignes ont respectivement compté 7,9 % et 5 % de foyers acheteurs supplémentaires par magasin. Une performance qui traduit à la fois la réceptivité des clients pour cette proposition de valeur (faible choix, quasi exclusivité de MDD) et leur adhésion à l’évolution de leur expérience d’achat qui s’améliore au fil des ans.

    A l’inverse, sur les 13 enseignes étudiées par Nielsen, 9 ont vu leur clientèle s’éroder, parfois violemment comme c’est le cas des supermarchés Casino avec – 6,8 %. Le recul d’ensemble est – hélas – normal et va continuer. Les dépenses des clients, tant en volumes qu’en valeur, ne progressent plus que faiblement alors qu’il y a chaque année plus de magasins accessibles. La clientèle s’étale ! Et elle… s’éparpille, les consommateurs multipliant les circuits fréquentés (enseignes spécialisées par exemple).
    En parallèle, l’étude Nielsen permet aussi de rappeler le lien évident qui existe entre surface et attractivité. Sans surprise, Auchan est ainsi l’enseigne dont la taille de clientèle par magasin est la plus importante et… celle dont la surface moyenne des hypers est aussi la plus élevée.

    Logiquement, il existe une forme de proportionnalité entre taille de clientèle et superficie. Et ce sont finalement les écarts qui sont significatifs. Par exemple entre Carrefour et Cora : Carrefour dispose d’une surface inférieure mais d’une clientèle plus large que Cora, ce qui signe une meilleure attractivité.

    Autre exemple : Lidl. L’enseigne dispose d’une taille de clientèle proche de celle des supermarchés « classiques » mais avec une surface deux fois inférieure !

    MDD Marque De Distributeur
     #Aldi #Lidl #auchan #casino #Carrefour #Cora #géant #leclerc #monoprix #intermarché #U #leader_price #market #france #carrefour #grande_distribution #clients #grande_distribution #économie



  • En Chine, Carrefour lance son premier magasin connecté
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/19/en-chine-carrefour-lance-son-premier-magasin-connecte_5301573_3234.html

    A Shanghaï, Carrefour inaugure un concept de supermarchés connectés, grâce à son nouveau partenaire local, Tencent. C’est le premier Carrefour du monde où les clients peuvent payer avec leur visage. Chez « Carrefour, le Marché » (en français dans le texte), Tencent, géant chinois du Web et partenaire du distributeur en Chine depuis février, expérimente son système de paiement par reconnaissance faciale, qui pourrait à terme remplacer le paiement mobile. Avec un design rajeuni, une sélection de produits (...)

    #Carrefour #Tencent #CCTV #facial #consommation #surveillance #biométrie


  • Un businessman de 70 ans à la tête d’un réseau criminel wallon en lien avec la mafia Charlotte Legrand - 29 Avril 2018 -RTBF
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_un-businessman-de-70-ans-a-la-tete-d-un-reseau-criminel-wallon-en-lien-a

    Cette semaine, 290 policiers ont mené des perquisitions dans le Hainaut, mais aussi à Namur, Liège et dans le Luxembourg. Ils sont parvenus à démanteler une organisation criminelle de grande ampleur, active dans le trafic de stupéfiants, de faux billets, la traite des êtres humains, le blanchiment, la fraude douanière.

    Des liens ont été établis avec des organisations mafieuses. Les Albanais contrôlaient les plantations de cannabis, la #mafia italienne fournissait les faux billets. On sait désormais qui était à la tête de ce réseau.

    Parcours particulier
    Selon des informations recueillies à très bonne source, il s’agit de Francis Leclaire. Il habite à Obigies, dans l’entité de Pecq, près de Tournai.
    L’homme est âgé d’une septantaine d’années et il a un parcours très étonnant puisqu’il débute comme coiffeur, il se spécialise dans les perruques puis, première reconversion, Francis Leclaire se tourne vers le secteur textile dans les années 70.
    Il est d’abord simple importateur de T-shirts asiatiques, puis fabrique ses propres textiles. Et il connait une ascension fulgurante. Il devient PDG de plusieurs usines. #Modibel, à Leuze en Hainaut. #Texim à Mouscron, une usine qu’il déplace à Roubaix. Là bas, on fabrique pour #Carrefour - la marque #TEX, #Promod, #Pimkie, #Decathon mais aussi Lee Cooper, Sonia Rykiel…
    Fin des années 90, Francis Leclaire passe pour un pionnier dans le renouveau du #textile. C’est un visionnaire qui parvient à fabriquer plus vite qu’en Inde ou en Asie.

    La famille interpellée
    Mais, quelques années plus tard, l’homme d’affaires entame une deuxième reconversion. Dans des business beaucoup plus occultes. Les sociétés qu’il avait fondées dans le secteur textile sont aujourd’hui soit en faillite, soit revendues. Francis Leclaire est soupçonné d’avoir tiré les ficelles d’un véritable réseau en lien avec les mafias albanaise et italienne.
    Quatre membres de sa famille, son épouse, ses enfants et son beau-fils ont été arrêtés lors du vaste coup de filet de la semaine dernière. Au total, 11 personnes sont sous les verrous. L’enquête se poursuit.
    Nous avons tenté de joindre Francis Leclaire, via des membres de sa famille, pour recueillir sa réaction ou celle de son avocat. Sans succès.

    #Roubaix #Patronat #Patronat_du_nord #mulliez


  • #blague #lol
    Grèves chez #Carrefour : la direction propose un #bon_d_achat de 150 euros à ses salariés - Libération
    http://www.liberation.fr/direct/element/greves-chez-carrefour-la-direction-propose-un-bon-dachat-de-150-euros-a-s

    Grèves chez Carrefour : la direction propose un bon d’achat de 150 euros à ses salariés
    Négociations.
    La direction de Carrefour a fait des propositions ce jeudi aux syndicats, notamment un bon d’achat de 150 euros, après la forte mobilisation pour les emplois et le pouvoir d’achat qui a perturbé des centaines de magasins le 31 mars, indique l’AFP.

    Depuis samedi, des « contacts » ont été « pris » entre les syndicats et la direction, celle-ci ayant mesuré « l’ampleur » de la colère des salariés, avaient indiqué à l’AFP des sources syndicales.

    La direction du géant de la distribution a proposé un bon d’achat maison de 150 euros pour un salarié à temps complet, avec un plancher fixé à 70 euros, selon les syndicats FO, CGT et CFDT. Confirmant ce montant, la direction a évoqué auprès de l’AFP un dispositif « gagnant gagnant », visant à « répondre aux préoccupations de pouvoir d’achat » des salariés, la somme étant aussi « réintroduite dans le chiffre d’affaires » de l’entreprise.


  • Pour Macron, les dangers d’un sursaut inédit
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020418/pour-macron-les-dangers-d-un-sursaut-inedit

    La semaine qui s’ouvre est névralgique pour l’avenir du quinquennat. SNCF, Air #France, #Carrefour, universités… les blocages se multiplient. Pour le pouvoir, ils s’expliquent par une peur irraisonnée du « monde nouveau ». Dans les faits, c’est plutôt l’usure d’un vieux discours d’austérité qui menace le président.

    #Cheminots #Emmanuel_Macron #grèves #syndicats



  • Chez #Carrefour, la #grève contre les licenciements et les dividendes
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/300318/chez-carrefour-la-greve-contre-les-licenciements-et-les-dividendes

    Depuis l’annonce d’un plan de transformation massif par le nouveau PDG Alexandre Bompard, les salariés du premier employeur privé de France tentent de peser pour éviter les quelque cinq mille licenciements en urgence qu’ils redoutent. Ils dénoncent aussi les millions d’euros qui seront versés aux actionnaires cette année, malgré tout. Le mouvement de ce samedi s’annonce très suivi. Le 5 février 2018, lors d’un précédent mouvement de grève chez Carrefour. © Reuters/Charles Duvignau

    #Economie #grande_distribution #social #syndicats


  • Souriez, vous êtes une donnée
    https://www.journaldunet.com/economie/services/1207362-smart-city-cameras-surveillance-donnees

    Souriez, vous êtes une donnée Trafic, stationnement, sécurité routière... Grâce à l’intelligence artificielle, les caméras de vidéosurveillance deviennent une source de data exploitables pour les collectivités. Plus besoin d’un humain pour savoir ce que voient les caméras de surveillance, elles le disent d’elles-mêmes. .Grâce à des technologies comme l’intelligence artificielle (IA) et la vision par ordinateur, elles peuvent fournir toutes sortes de données qui permettent de développer de nouveaux services (...)

    #Carrefour #Microsoft #Nvidia #algorithme #CCTV #sécuritaire #automobile #surveillance #urbanisme #vidéo-surveillance (...)

    ##domotique


  • 23 Companies Sign Manifesto to Halt Destruction of Brazilian Cerrado | Sustainable Brands
    http://www.sustainablebrands.com/news_and_views/supply_chain/sustainable_brands/23_companies_sign_manifesto_halt_destruction_brazilia

    Soy and beef production have played significant roles in the exploitation of the Amazonian rainforest, but the rollout of regulations to protect these precious natural resources have had unexpected consequences, driving these activities into regions that have largely been left untouched, such as Brazil’s Cerrado, a vast tropical savanna ecoregion of 2 million square kilometers.

    The pressing situation was a major topic of discussion at an event hosted by The Prince of Wales’s International Sustainability Unit and Unilever on Wednesday morning in London, during which the Prince of Wales called for greater actions to be undertaken to protect the Cerrado and other threatened areas around the globe. “An increasing concern is the extent to which success in reducing agricultural expansion into forests comes at the expense of the destruction of other wonderful ecosystems such as the Cerrado, the Chaco and the world’s remaining savannahs,” he said. “All of [these landscapes] are so vital for the services they provide and the biodiversity they sustain.”

    ...

    Signatories include Carrefour, Colgate-Palmolive, Co-operative Group Ltd, IKEA Food Services AB, Sainsbury’s, Kellogg Company, Lidl UK GmbH, L’Oréal SA, Mars Inc., McDonald’s Corporation, Marks and Spencer Group Plc, Nestlé S.A., Tesco Stores Plc., Unilever, Waitrose Ltd and Wal-Mart Stores, Inc.

    http://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2017/10/CerradoManifesto_September2017.pdf

    Support for Cerrado Manifesto Triples, Momentum Builds for Cargill and Bunge to Agree to End Deforestation for Soy, Meat
    http://www.mightyearth.org/support-cerrado-manifesto-triples-momentum-builds-cargill-bunge-agree-e

    61 leading meat, dairy and soy companies and retailers announced today their support for the Cerrado Manifesto, a pledge to eliminate clearance of native vegetation in the Brazilian Cerrado for large-scale agriculture. This number represents a tripling of support for the Manifesto since its release in October 2017. We appreciate the leadership of companies like Marks & Spencer, Tesco, Unilever, and Carrefour on this initiative.

    Cargill and Bunge, two of the world’s largest agribusinesses that are operating in the areas of Latin America with the highest levels of deforestation, are facing significantly increased pressure from their customers to expand their own success in eliminating deforestation for soy in the Brazilian Amazon to the Brazilian Cerrado, and other priority landscapes in Latin America.

    #Cerrado #Brésil #engagement #agroindustrie #soja #viande


  • Chez Carrefour, rencontre avec des salariés « au bord de la psychose » | L’Humanité
    https://humanite.fr/chez-carrefour-rencontre-avec-des-salaries-au-bord-de-la-psychose-648949

    La direction du groupe Carrefour, premier employeur privé de France, doit annoncer un vaste plan de restructuration le 23 janvier. Alexandre Bompard a été propulsé à la tête de l’enseigne l’été dernier, avec pour principal objectif de faire remonter le cours de Bourse. En attendant, des informations parcellaires sont distillées en interne, mettant les 100 000 salariés sur les dents. La CGT estime que 5 000 postes pourraient être supprimés...

    #ya_basta !