company:cbs

  • President Trump interview: Full transcript of President Trump’s interview on “Face the Nation” today - CBS News
    https://www.cbsnews.com/news/transcript-president-trump-on-face-the-nation-february-3-2019

    MARGARET BRENNAN: How many troops are still in Syria? When are they coming home?

    PRESIDENT DONALD TRUMP: 2,000 troops.

    MARGARET BRENNAN: When are they coming home?

    PRESIDENT DONALD TRUMP: They’re starting to, as we gain the remainder, the final remainder of the caliphate of the area, they’ll be going to our base in Iraq, and ultimately some will be coming home. But we’re going to be there and we’re going to be staying—

    MARGARET BRENNAN: So that’s a matter of months?

    PRESIDENT DONALD TRUMP: We have to protect Israel. We have to protect other things that we have. But we’re- yeah, they’ll be coming back in a matter of time. Look, we’re protecting the world.

    #syrie #israël via angry arab


  • Facebook isn’t a tech company — let’s stop calling it that - CNN
    https://edition.cnn.com/2018/12/15/perspectives/facebook-regulation-tech-company/index.html

    Sometimes it takes an old guy to call out a youngster. Hatch knew that it was time for us to stop referring to Facebook as a tech company. As his spokesman reportedly noted later, Hatch was just using “a common tactic used in Congressional hearings to make a point.”
    Facebook runs ads based on the information it has collected about you. And it has used the imprimatur of “technology” to shift our attention so it — as well as Google — can operate under a different set of rules than all the other media companies that run ads. By clinging to its definition of being a technology company, Facebook and other social media companies enjoy protections under the Communications Decency Act that immunize them from being held liable for hate and other objectionable speech, libel and falsehoods in news stories and advertising that media companies do not.

    To be sure, Facebook utilizes technology, but that doesn’t make it a tech company any more than Exxon Mobil (because it uses instruments to find oil) or Burlington Northern (because it’s based on the invention of the steam engine)."

    David Dodson

    For media companies that run ads, especially ones that use public networks, we tell them that they can’t lie or mislead, that it’s not okay to advertise cigarettes to children or push prescription drugs without including the risks. We have laws governing deceptive advertisements and Truth in Advertising laws. Companies that run ads can’t say a car gets 40 miles per gallon unless it’s true. They can’t say a movie won an Academy Award unless it did. If you say the wool comes from New Zealand, it must.
    Technology companies invent cars that drive themselves, satellites that can identify a license plate from miles away, phones that can guide us through traffic jams, and machines that see inside our bodies. That’s what tech companies do.

    To be sure, Facebook utilizes technology, but that doesn’t make it a tech company any more than Exxon Mobil (because it uses instruments to find oil) or Burlington Northern (because it’s based on the invention of the steam engine).
    Zuckerberg’s genius was harnessing an already existing network and previously developed computer code to allow people to share words and pictures with one another. In return, he runs ads.

    When nearly half of Americans get their news from Facebook, its newsfeed should be subjected to the same standards of fairness, decency and accuracy as newspapers, television and other media outlets.

    For decades, CBS sold beer during weekend football games and toys during Saturday morning cartoons. Long before the internet, folks figured out that by targeting the right audience, they could charge a higher price for running ads. Facebook just does it better.

    #Facebook #Médias_sociaux


  • Feeling rapey hearing the lyrics...

    "We used to play the song ’Baby It’s Cold Outside,’ but you’re the Christmas Executive Officer at Star 102 and you told us it’s no longer appropriate," Anderson wrote Tuesday. “I gotta be honest, I didn’t understand why the lyrics were so bad ... Until I read them.”

    “Baby It’s Cold Outside” lyrics raise concerns: Cleveland radio station Star 102 stops playing popular Christmas song after listeners voice concerns about meaning in the “Me Too” era - CBS News

    Intéressante... prise de conscience (...)

    https://www.cbsnews.com/news/cleveland-radio-station-stops-playing-baby-its-cold-outside-after-listeners

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=268&v=7MFJ7ie_yGU

    Radio station stops playing “Baby It’s Cold Outside” after listeners voice concerns about lyrics in #MeToo era

    Criticism of the lyrics in “Baby It’s Cold Outside” actually has been building for several years. Some Twitter users called out the “date-rapey” undertones of the song in 2013, and a number of publications have run articles questioning the song’s meaning.

    I know “Baby it’s cold outside” is from another era but hearing it in 2013, the lyrics feel really date-rapey. Uncomfortable stuff.
    — Emily (@elusiveemily) January 1, 2013

    2013: The Year We All Independently Realized How Creepy And Rapey The Lyrics To “Baby, It’s Cold Outside” Are
    — len damico (@lendamico) December 11, 2013

    #harcèlement_sexuel #culture_du_viol #cinéma


  • Maintenant nous savons | Le Labo
    https://www.rts.ch/play/radio/le-labo/audio/maintenant-nous-savons?id=9916201&station=a83f29dee7a5d0d3f9fccdb9c92161b1afb512

    Fiction radiophonique réalisée dans le cadre d’un atelier-fiction par le réalisateur radio Benjamin Abitan, co-écrite par l’écrivain Arthur Brugger, pour commémorer les 80 ans de « La Guerre des Mondes » du Mercury Theatre on the Air, d’après H.G.Wells, et diffusée sur les ondes de la CBS le 30 octobre 1938. Durée : 1h08. Source : Espace 2, RTS

    https://rtsww-a-d.rts.ch/espace-2/programmes/le-labo/2018/le-labo_20181028_full_le-labo_2763de87-7a31-4671-a772-c0341e552291-128


  • Cambridge Analytica est morte, vive Data Propria !
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/09/28/cambridge-analytica-est-morte-vive-data-propria_5361290_3234.html

    Au cœur d’un scandale d’exploitation de données d’utilisateurs de Facebook en 2016, la société a fermé, sans disparaître. D’anciens cadres ont pris la relève, pour servir Trump et les élus républicains.

    Après plusieurs mois de scandale, la société de marketing politique Cambridge Analytica a dû fermer définitivement, en mai 2018. Les médias et une partie de la classe politique américaine lui reprochaient d’avoir siphonné, puis exploité les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook au cours de la campagne électorale américaine de 2016, pour soutenir la candidature de Donald Trump et de divers candidats républicains grâce à des messages ciblés sur Internet et les réseaux sociaux.

    Exit donc Cambridge Analytica ? Pas vraiment ! En réalité, les équipes chargées de ces opérations ne se sont pas dispersées ; leurs algorithmes et leurs bases de données n’ont pas disparu. En fait, les stratèges électoraux du président Trump ont effectué une restructuration juridique et financière de leurs sociétés, sans se soucier de la tempête médiatique, qui s’est déjà essoufflée. Leur objectif à court terme est de mettre leurs talents au service des républicains lors les élections de mi-mandat, qui se dérouleront le 6 novembre. Par ailleurs, ils ont déjà lancé la campagne en vue de la réélection de Donald Trump en 2020.

    Au cœur de cette nouvelle galaxie gravite un Texan barbu mesurant plus de deux mètres, Brad Parscale. La trajectoire de M. Parscale, âgé de 42 ans , est singulière. Patron d’une petite entreprise Internet sise à San Antonio (Texas), il travaillait depuis 2011 comme simple designer et administrateur de sites Web pour le groupe immobilier Trump. Cela lui a donné l’occasion de rencontrer Donald Trump en personne, puis de gagner sa confiance. En 2015, le candidat milliardaire lui confie la création de ses sites électoraux, et le nomme, l’année suivante, directeur des médias numériques de sa campagne.

    Facebook, « l’autoroute » grâce à laquelle Trump a gagné

    D’emblée, M. Parscale mise sur les réseaux sociaux. Dans un entretien accordé en octobre 2017 à la chaîne de télévision CBS, il résume ainsi sa stratégie : « J’ai compris très tôt que Trump gagnerait grâce à Facebook. Il parlait aux gens sur Twitter, mais il allait gagner sur Facebook (…). Facebook a été sa méthode, l’autoroute sur laquelle sa voiture a roulé. » Pendant toute la campagne, son équipe bénéficie de l’aide directe d’employés de Facebook, dont certains sont installés dans ses locaux.

    Afin d’étoffer sa force de frappe, il passe un contrat avec Cambridge Analytica, qui l’aide à affiner le ciblage des électeurs dans les régions les plus disputées. L’une des techniques utilisées est la « psychographie », qui consiste à classer chaque cible uniquement en fonction de ses traits de caractère et de sa personnalité. En analysant le comportement d’un utilisateur sur Facebook, il est loisible de dresser son profil psychologique : est-il capable de s’ouvrir aux autres, est-il plus ou moins consciencieux, extraverti, agréable, névrosé ? Il sera ensuite possible de lui envoyer des messages politiques ou commerciaux dont le contenu et le style ont été conçus pour lui correspondre, et qui le toucheront réellement.

    Lorsque Brad Parscale rejoint le quartier général de campagne du candidat Trump à New York, il délègue la direction de son équipe, restée à San Antonio, à l’un des responsables techniques de Cambridge Analytica, Matt Oczkowski. Auparavant, M. Oczkowski avait fondé une agence de marketing spécialisée dans « l’analyse des motivations » des consommateurs et des électeurs. Il fut aussi le « directeur numérique » du gouverneur républicain du Wisconsin (nord) Scott Walker pendant trois ans.

    Après la victoire de M. Trump, Brad Parscale intègre le cercle des proches du nouveau locataire de la Maison Blanche. Il embauche même Lara Trump, l’épouse d’Eric, le fils cadet du président. Parallèlement, il se réorganise : il regroupe ses activités de publicité politique au sein d’une nouvelle entité, Parscale Strategy, qu’il transfère à Miami (Floride), et qui reste sous son contrôle exclusif. Puis, il vend l’autre département, chargé du marketing commercial, à CloudCommerce, une petite société californienne jusque-là spécialisée dans les logiciels de commerce en ligne, installée dans la station balnéaire de Santa Barbara. Du même coup, il devient actionnaire et membre du conseil d’administration du nouvel ensemble.

    « Science politique, big data et psychologie »

    En février 2018, M. Parscale est nommé directeur de la « campagne pour la réélection de Donald Trump en 2020 », c’est-à-dire chef de l’ensemble des opérations, au-delà du numérique. Dans le même, temps, sous son impulsion, CloudCommerce crée une nouvelle filiale de marketing numérique baptisée « Data Propria », enregistrée au Nevada (ouest), domiciliée en Californie et installée à San Antonio. La direction de Data Propria est confiée à Matt Oczkowsky, qui, dès son arrivée, embauche plusieurs de ses anciens collègues de Cambridge Analytica.

    Cependant, une chose intrigue : le profil du patron officiel de CloudCommerce, Andrew Van Noy, 36 ans. Dans son CV en ligne, M. Van Noy se vante d’avoir créé dès son adolescence une entreprise de jardinage très prospère, avant de se tourner vers la finance, comme tradeur à la banque Morgan Stanley. Mais, selon une enquête menée par l’agence Associated Press, la réalité serait moins reluisante : Andrew Van Noy fut, dans sa jeunesse, plusieurs fois condamné pour fraude immobilière et faillite douteuse. Quant à CloudCommerce, qui a changé quatre fois de nom depuis 1999, c’était jusqu’en 2017 une petite société sans envergure, qui n’avait dégagé aucun bénéfice depuis dix ans.

    L’apparition de Data Propria, en plein scandale Cambridge Analytica, n’est pas passée inaperçue. Fin juin 2018, trois élus démocrates de la Chambre des représentants de Washington envoient une lettre à Matt Oczkowsky pour lui demander de venir témoigner devant une commission. Ils veulent savoir s’il a hérité des bases de données frauduleuses de Cambridge Analytica, et s’il s’est procuré d’autres données de Facebook par ses propres moyens. Aucun élu républicain ne s’est associé à cette requête, et à ce jour, la Chambre des représentants n’a pas indiqué si Matt Oczkowsky lui avait répondu.

    Reste à savoir si les techniques « psychographiques » sont toujours à la mode chez les stratèges républicains. Echaudé par le scandale, Matt Oczkowski, de Data Propria, reste évasif, mais sur différents sites professionnels, il continue à s’enorgueillir de son passage chez Cambridge Analytica, où il a su « fusionner la science politique, le big data et la psychologie comportementaliste pour influencer les électeurs ». Il démarche aussi des grandes entreprises privées, notamment des compagnies d’assurances, en insistant sur la dimension psychologique de ses méthodes.

    La machine est relancée

    En revanche, Brad Parscale, dans des déclarations aux médias américains, émet régulièrement des doutes sur l’infaillibilité de la psychographie. Il semble partisan du retour à une forme de publicité politique axée sur les opinions, les valeurs et les préoccupations des cibles (par exemple « hommes de plus de 40 ans soucieux de l’état des infrastructures routières »). Cela étant dit, tous les stratèges s’accordent sur un point : le champ de bataille prioritaire sera la « Middle America », la classe moyenne laborieuse vivant dans les Etats du centre du pays, qui a porté Donald Trump au pouvoir en 2016 et qui pourrait le refaire en 2020.

    Par ailleurs, les stratèges du marketing ciblé vont aussi devoir s’adapter aux modifications récemment introduites par Facebook. Désormais, les annonceurs, commerciaux et responsables politiques ne peuvent plus croiser les données personnelles fournies par Facebook avec celles provenant des « data brokers » classiques (banques de données commerciales, bancaires…). Le réseau social veut ainsi faire un geste vers le Congrès américain et la Commission européenne, soucieux de la protection de la vie privée des citoyens, tout en marginalisant ses grands concurrents sur le marché des données personnelles.

    Il a aussi supprimé certaines combinaisons multicritères jugées intrusives ou trop précises – race, religion, pays d’origine, orientation sexuelle, handicaps, statut militaire… Enfin, les propagandistes politiques de tout bord doivent désormais communiquer leur nom, leur domicile et leurs sources de financement à Facebook, qui les vérifiera.

    Ces changements ne devraient pas entraver sérieusement l’action de Data Propria, qui a déjà noué des contrats avec la direction nationale du Parti républicain et les équipes de campagne de différents candidats conservateurs à travers le pays. De son côté, selon Associated Press, la société Parscale Strategy encaisse, depuis le début de 2018, près de 1 million de dollars (850 000 euros) par mois grâce à des commandes publicitaires d’organisations soutenant Donald Trump et ses alliés, contre 5 millions pour l’ensemble de 2017. La machine est relancée, les électeurs des régions jugées prioritaires sont de nouveau soumis à une avalanche de messages ciblés sur le Web et les réseaux sociaux.


  • IPO of french SEENTHIS puts Facebook in difficult position
    http://www.react365.com/5b77eed1657e5/ipo-of-french-seenthis-puts-facebook-in-difficult-position.html

    Il est tellement facile de créer des news ...

    Following the IPO of french underground social network #SEENTHIS Faecebook shares drop to a historical low, european finance researchers say.

    While it’s nowhere near as bad as last week’s 20 plunge, Facebook is taking another beating on Wall Street early Monday.

    Shares were down almost 4 in early trading as investors continue to digest mixed earnings news that included warnings of slower future growth. And that’s continuing to chip away at both the company’s market cap and the personal fortune of founder Mark Zuckerberg.

    Thedcgazette.com - Fake news sites to watch out for - CBS News
    https://www.cbsnews.com/pictures/dont-get-fooled-by-these-fake-news-sites/21

    Don’t get fooled by these fake news sites

    #fake_news #wtf



  • Mary Patterson, Kenyatta Adamek, Angela Aneke, Owen Numez, Jesus Stanley, hugh Hawkins, Sabrina Stewart, Randall McDaniel, Mattie Todd, Todd et Eileen Romeiro m’ont écrit cette nuit pour me dire que je pouvais nettoyer toutes mes verrues en brossant ceci sur ma peau, que toutes mes verrues embarrassantes pouvaient disparaitre en un rien de temps (autant je les trouve fort renseignés s’agissant de l’obésité, de la perte des cheveux et des troubles de l’érection, c’est très bien ciblé, merci, autant je ne peux que me féliciter de ne pas avoir le moindre problème de peau et d’avoir, à 53 ans, une peau de bébé), que je peux faire repousser tous mes cheveux pour le jour de commémoration des soldats disparus (lundi prochain) avec cette vaporisation, et que c’est même recommandé par la chaîne de télévision CBS (si la télévision le dit), que je vais perdre 10 livres au-dessus de la ceinture avec cette nouvelle recette, et qu’en quelques secondes je pourrais très bien avoir une crise cardiaque quand ceci arrive à mes lèvres, qu’une crise cardiaque peut arriver d’un moment à l’autre et que je dois apprendre ses signbes avant-coureurs, que je peux jouer et gagner en ligne, et que voici le plan en quatre semaines pour perdre au moins 35 à 40 livres et être prêt pour l’été (nous sommes le 22 mai).

    Rien pour l’arthrose des genoux ? Dommage !

    #les_poètes_du_spam


  • Ella Cooper, Terry, Louise Brown, Lorena Boyd, Scott, Daniel Baker, Joe Lopez, Billie, Omar Long, Bruce, Jimmy, Carolann, Enriqueta, Jessie M. (dire que c’est le nom du personnage principal de mon prochain roman - Le Rapport sexuel existe, ça m’apprendra), Norman Cooper, Jason Robin, Earl Maltby, m’ont écrit cette nuit pour me dire que je devais lire l’histoire de Ellen à propos de sa jeune peau (voir images, Ellen, 89 ans, fait du parachute), ellen est en train de rajeunir ! qu’en boire deux par jour va réduire ma graisse en deux jours (ce qui est recommandé par Le Réservoir des requins), qu’elle est plus légère de 20 (des livres j’imagine) ce mois-ci (nous sommes le 19 du mois), que vous allez prendre des calmants sans tarder, qu’il faut se préparer pour l’été en perdant entre 30 et 50 livres avec cette nouvelle méthode, et voilà la vidéo d’une crise cardiaque dont tout le monde parle, qu’il faut se préparer pour l’été en perdant entre 40 et 50 livres avec cette nouvelle méthode, que cette vidéo est choquante, c’est le secret de l’huile du petit poisson (et d’autres trucs excitants encore), que sur la chaîne de télévision CBS : ils recommandent ce nouveau traitement pour la repousse de vos cheveux qui arrivera à temps pour le jour de la commémoration des soldats morts au combat (le dernier lundi de mai, soit, cette année, le 28 mai, nous sommes le 19), que l’association des cardiaques du pays a établi trois signes avant coureur d’une crise cardiaque, qu’il faut protéger votre famille d’une attaque terroriste, et que vous avez besoin de ces tactiques d’autodéfense, que vous pouvez raffermir votre ventre et vos bras pour lundi (nous sommes samedi), que ce fruit a aidé des millions de personnes à perdre leur surcharge pondérale, que vous pouvez éliminer votre calvitie en une semaine, que grâce à ceci vous allez perdre entre 10 et 20 livres en mai (nous sommes le 19), qu’il y a un lien entre calvitie et cancer de la prostate et que donc il faut manger ce fruit, que c’est cela que nous faisons

    #les_poètes_du_spam


  • Un F16 israélien abattu par l’armée syrienne.
    https://www.haaretz.com/israel-news/red-alert-sirens-sound-heavy-aerial-activity-in-northern-israel-1.5806508

    Raconté comme suit par le Haaretz :

    “Durant des frappes israéliennes aériennes contre des cibles iraniennes en Syrie, 2 pilotes israéliens se sont éjectés de leur avion. L’avion s’en est allé vers le bas dans le Nord d’Israel.”

    The Israeli army said Saturday morning that it intercepted an Iranian drone launched from Syria into Israeli territory. In response to the provocation, the IDF attacked Iranian targets in Syria. 

    Two Israeli Air Force pilots ejected from their fighter jet during the strike. The plane went down in northern Israel.


  • Russia Today et Le Média : les « grandes menaces » pour la macronie Robert Charvin - 16 Janvier 2018

    Le pouvoir jupitero-macroniste fait de l’humour sans le savoir : il souhaite renvoyer tous les citoyens français en classe de Terminale de Philo ! Ces individus, qui pour la plupart relèvent de la « France d’en-bas », doivent se mettre à réfléchir sérieusement, non pas sur la question « Dieu existe-t-il » ? (le cours de métaphysique n’a pas encore été rétabli), mais sur le problème de la Vérité (la seule, l’unique), plus précisément sur le « vrai » et le « faux » en matière de communication.
     
    L’esprit des Reagan, Bush père et fils, a dû inspirer l’Élysée. Ces brillants présidents des États-Unis ont en effet voulu convaincre les peuples qu’il y avait un « monde du Mal » et un « monde du Bien », des États « voyous » et des États « civilisés », bref qu’il y a le Diable d’un côté et Dieu de l’autre, les États-Unis et les Occidentaux étant évidemment à la droite de Dieu !


    Ces clivages (assez sommaires) sont cependant trop subtiles pour Trump qui divise plutôt la planète entre les États-Unis et le reste du monde, pour la plus grande satisfaction des Américains les plus incultes (il y en a beaucoup) qui l’ont porté à la Maison Blanche, sans inquiéter Wall Street qui n’avait pas de préférence présidentielle évidente : la bêtise politique des États-Unis ne va jamais jusqu’à mettre en cause le pouvoir financier !

    Mais ce délire yankee n’a rien de spécifique. Tous les dominants ont une vision binaire excluant les Autres. Dans la France macroniste et pluraliste, il apparaît qu’il y a les disciples du monde des affaires qui « savent » et leurs opposants qui ne comprennent rien aux lois du marché ni au fait qu’il n’y a pas d’alternative. Mais ce n’est pas tout : ils ne comprennent pas non plus les exigences d’une information « objective », parfaitement respectueuse de la liberté d’expression, sans l’ombre d’une manipulation, vertu fondamentale de la V° République de de Gaulle à Macron !

    Il y a la « vraie » information et les « fausses nouvelles ». Il y a les « faits » incontestables puisqu’ils s’agit de faits qui ne peuvent faire débat et les malversations médiatiques, celles des …. Autres ! Mais comment est-il possible d’être aussi simpliste et culturellement aussi primaire ?

    C’est, diront les macroniens, si disciplinés derrière leur néo-bonapartiste de service, qu’il y a de graves menaces qui pèsent sur la conscience des Français. D’ailleurs, le Parlement européen (résolution 2016/2020 INI) est d’accord.

    Une chaîne de télévision Russia Today https://francais.rt.com/en-direct émet désormais en langue française : elle « risque de susciter une profonde incompréhension, sinon l’indignation » des honnêtes gens, puisqu’elle ne peut être qu’un instrument propagandiste du Kremlin. Tout le contraire des chaînes Us Fox, CNN, CBS, des multiples chaînes publiques et privées françaises : qui oserait dire que BFM n’a pas une approche pluraliste du social, de l’économique et du financier ou que Cnews ait viré récemment la moitié de ses journalistes.
    Qui oserait dire que les chaînes françaises n’ont pas été « objectives » durant la guerre d’Irak ou celle de Libye et de Syrie ? Qui pourrait mettre en cause les médias qui, en toute équité, choisissent les « experts » à inviter, les événements à sélectionner, les partis à présenter ?

    Irait-on, même, aujourd’hui, jusqu’à contester qu’il y ait la moindre courtisanerie vis-à-vis de E. Macron qui a enfin apporté un souffle nouveau, qui n’est « ni de droite ni de gauche » ! Les ingérences russes vont bousculer ce bel équilibre de la communication nationale !
    Le Monde, le journal officiel d’une certaine intelligentsia parisienne, a participé à la campagne anti R.T en publiant le texte de la saisine du C.S.A par un collectif angoissé par le néobolchevisme poutinien : « L’autorisation donnée à R.T est d’une extrême gravité car elle peut conduire à un brouillage des esprits et à la division des Français ». « Au nom de la préservation de la paix civile, il faut suspendre l’attribution de la licence de diffusion de R.T sur le territoire français » !

    Rien que ça ! Les cosaques ne semblent pas très loin de la Place de la Concorde, comme certains le craignaient dans les années 1930 ! Sans parler des missiles nord-coréens qui « ont failli bombarder Hawaï », sans parler des possibilités de débarquement à Golfe Juan (comme notre premier Empereur) des troupes de Pyong Yang, allié de Moscou !
    Il convient de rassurer ces patriotes pacifistes : « Comment Poutine pourrait-il rivaliser avec le Président Macron ? Comment les succès de la Russie pourraient-ils se hisser à la hauteur des triomphes français ? Comment RT pourrait-elle faire autant d’audience que le discours présidentiel prononcé lors des obsèques de Johnny Halliday ? D’autant que les auditeurs français ont le loisir d’écouter Radio Shalom, s’ils veulent tout savoir sur la Palestine ou Radio Vatican sur les messages du Pape François qui souvent font tant de peine aux pauvres catholiques qu’ils ne s’y retrouvent plus !

    Les citoyens français sont pris pour de grands enfants incapables d’avoir un jugement critique : ils vont tous être « russifiés » !
    Plus grave encore, sur internet, a débuté « Le Média » https://www.lemediatv.fr/mur-des-socios , proche des différentes gauches radicales françaises. Voilà l’insupportable pour la « patrie des droits de l’homme ». Il est donc urgent de prévoir des procédures de sanction contre les « fake-news » qui ne peuvent manquer de provenir de ces extrémistes, alors que la subjectivité droitière, elle, est toujours parfaitement honnête et que l’intelligence la plus subtile y règne dans le respect le plus complet du pluralisme, notamment dans le domaine social et économique !

    Qui oserait dire que le climat général de l’information radio-télévisée en France favorise le libéralisme plutôt que le socialisme, la République en Marche plutôt que les Républicains, le FN, la France Insoumise et qu’il favorise la relance du PS plutôt que la refondation du PC ? A la limite, qui ne sait qu’un journaliste marxiste fait une meilleure carrière qu’un libéral, tant l’impartialité est une règle exigeante dans les médias français !

    A force de nous prendre pour des imbéciles, les pouvoirs publics et privés de notre belle société vont le devenir eux-mêmes !
    En attendant, parions que le Chef de l’État préfère Johnny à Léo Ferré qui chantait : « il ne faut pas lire plusieurs journaux, car cela froisse les idées » !

    https://www.investigaction.net/fr/russia-today-et-le-media-les-grandes-menaces-pour-la-macronie

    #médias #macron #emmanuel_macron #pouvoir #liberté-d-expression #information #fausses-nouvelles #propagande #BFM #experts #le-monde #CSA #Johnny-Halliday #Russia-Today #Radio-Shalom #Radio-Vatican #Le-Média #fake-news
     


  • Disney buys much of Rupert Murdoch’s 21st Century Fox in deal that will reshape Hollywood - LA Times
    http://www.latimes.com/business/hollywood/la-fi-ct-disney-fox-sale-20171214-story.html
    http://www.trbimg.com/img-5a3283f9/turbine/la-fi-ct-disney-fox-sale-20171214

    We’re honored and grateful that Rupert Murdoch has entrusted us with the future of businesses he spent a lifetime building, and we’re excited about this extraordinary opportunity to significantly increase our portfolio of well-loved franchises and branded content to greatly enhance our growing direct-to-consumer offerings,” Iger said in a statement.

    “The deal will also substantially expand our international reach, allowing us to offer world-class storytelling and innovative distribution platforms to more consumers in key markets around the world,” Iger said.

    Disney’s determination to marshal resources is the clearest signal of heightening tensions between technology giants and legacy media. After decades of dominance, Disney, Time Warner, Fox, CBS and NBCUniversal have been scrambling to bulk up to withstand the gale forces coming from Google, Facebook, Netflix, Apple and Amazon.com, which have pushed into television production and distribution.
    Disney’s deal to buy Fox studio could bring substantial layoffs, analysts say

    Audiences for traditional television have been shrinking, in part, because viewers have so many options, including big-budget shows available through Netflix and Amazon. Movie attendance has stagnated. And Netflix is stepping up its output of films, roiling that business along with television.

    “The lingering tensions between traditional media and digital platforms has devolved into an open war,” media analyst Michael Nathanson said in a research note. “It has become increasingly difficult for [film] studios to break through the clutter of high-quality TV options in the home.”

    Buying Fox would continue the transformation of Disney, which began when Iger took the helm in 2005. He engineered a series of savvy acquisitions, starting with the 2006 purchase of Pixar Animation Studios — creator of “Toy Story,” and “Finding Nemo” — which reinvigorated Disney’s moribund animation division. The company then bought Marvel Entertainment in 2009 and Lucasfilm in 2012, betting big on marquee film brands such as “Star Wars.”

    Then came a shift. This year, Disney spent $1.6 billion to gain a majority stake in BamTech, an online streaming platform that Disney plans to use to launch two streaming services in the next two years, including an ESPN service next year. Disney decided its future was in selling its shows and sports channels directly to consumers. That meant taking on Netflix.

    “The core underlying driver for this deal … is the impending battle royale for content and streaming services vs. the Netflix machine,” Daniel Ives, head of technology research for GBH Insights, said in a recent report. The “appetite for content among media companies [is] reaching a feverish pitch.”

    A Disney-branded streaming service, set to launch in 2019, will have more firepower with Fox’s assets. Disney would gain 22 regional Fox Sports networks, which could help entice more sports fans to sign up for the proposed ESPN streaming services if the service eventually includes access to Los Angeles Kings, San Diego Padres or New York Yankees games.

    Wall Street isn’t sure whether the U.S. Justice Department would bless the combination. It would reduce Hollywood’s television and movie production capacity by eliminating one of the major studios.

    The Justice Department’s antitrust division is suing to block AT&T’s proposed $85-billion takeover of Time Warner, which includes HBO, CNN, TBS, Cartoon Network and the Warner Bros. film and TV studio.

    #Disney #Concentration #Vectorialisme


  • The U.S. Media Yesterday Suffered its Most Humiliating Debacle in Ages : Now Refuses All Transparency Over What Happened
    https://theintercept.com/2017/12/09/the-u-s-media-yesterday-suffered-its-most-humiliating-debacle-in-ages-

    Non, un email envoyé à Trump et à son fils ne prouve pas qu’il y a eu collusion avec la Russie
    http://www.20minutes.fr/monde/2184603-20171208-non-email-envoye-trump-fils-prouve-collusion-russie

    Donald Trump va pouvoir crier « #fake_news », mais cette fois il aura sans doute raison. Un article de CNN affirmait ce vendredi que le président américain, son fils et plusieurs cadres de la campagne ont reçu un email le 4 septembre 2016 offrant un accès à des documents de WikiLeaks avant leur publication, ce qui serait une preuve potentielle de collusion. Mais la chaîne, qui a publié un correctif, s’est trompée de date, et ça change tout.

    Selon le Washington Post, l’email a été envoyé dix jours plus tard, le 14 septembre. Il s’agissait d’une archive d’emails piratés du parti démocrate publiés la veille par WikiLeaks, et pas des emails d’Hillary Clinton, eux publiés trois semaines plus tard, début octobre.

    « Les articles de CNN + CBS à propos de WikiLeaks sont 100 % des fake news. Qui va être viré ? », a réagi son fondateur, Julian Assange, sur Twitter.

    #MSM


  • Les #médias numériques américains à la peine (en fait, on sait pas trop)
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/25/les-medias-numeriques-americains-a-la-peine_5220415_3234.html

    D’autres signes illustrent ce coup de froid : BuzzFeed et Vice Media, deux grands « pure players » mêlant info et divertissement à destination d’un public jeune, n’atteindront pas leurs objectifs de chiffre d’affaires en 2017, a annoncé le Wall Street Journal, le 16 novembre. Le premier devrait rater « de 15 % à 20 % » sa cible de 350 millions de dollars ; le second ne pas engranger les plus de 800 millions de dollars prévus. « Même BuzzFeed, l’un des médias numériques les plus puissants, est confronté à des incertitudes. C’est terrifiant pour tous les autres », analyse le journaliste senior de Newsweek Zach Schonfeld.

    Le buzz négatif actuel – d’aucuns vont jusqu’à parler d’« apocalypse numérique » – est à la mesure de l’euphorie passée. Les deux tendances sont nourries par une opacité à propos des chiffres : Vice Media et BuzzFeed ne « commentent pas » leurs revenus et ils n’indiquent pas s’ils sont rentables.

    Lire aussi « Métamorphoses du paysage médiatique américain, par Rodney Benson (@mdiplo, septembre 2017)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/BENSON/57835

    Il y a un demi-siècle, le président américain Richard Nixon fustigeait « les médias » comme s’il s’agissait d’une seule entité indistincte. À une époque dominée par une poignée de chaînes de télévision, de magazines et de journaux, il n’avait pas tout à fait tort. Toutefois, depuis le début des années 2000, le paysage s’est largement diversifié.

    On peut distinguer au moins trois familles, tous genres et supports confondus. D’abord celle de l’info-divertissement de masse, avec des sites Internet bien établis comme BuzzFeed et le Huffington Post ainsi que de grandes chaînes de télévision nationales (CBS, ABC, NBC, leurs filiales locales et la chaîne d’information CNN. Puis vient la famille partisane (2), représentée par Fox News (conservatrice), MSNBC (progressiste), des radios principalement conservatrices, la blogosphère et les satires politiques comme le « Daily Show », présenté par Trevor Noah, et « Last Week Tonight with John Oliver ». La troisième famille privilégie un journalisme de qualité, avec des titres comme le New York Times, le Wall Street Journal, Politico, des magazines nationaux comme Time et The Atlantic, ainsi que les principaux journaux régionaux. Les secteurs public et associatif, minoritaires mais dynamiques, proposent parfois un contrepoids à ce système indexé sur l’économie de marché.

    Mais les limites entre ces catégories sont floues et poreuses. Des chaînes de télévision et des sites comme le Huffington Post et Vox tentent de réconcilier journalisme de qualité et info-divertissement ; la neutralité politique affichée par le New York Times et d’autres médias dominants est vivement contestée, pas seulement par des critiques conservateurs. À l’autre bout du spectre, quand la plus grande télévision locale, Sinclair, regardée par 70 % des foyers américains, recrute un ancien porte-parole de M. Donald Trump au poste d’analyste politique en chef, on lui reproche d’utiliser ses 173 chaînes pour « promouvoir un programme essentiellement de droite ».

    Pour bien comprendre l’avènement de ce nouvel écosystème, il faut revenir sur la période qui a suivi le prétendu « âge d’or » des années 1970, marqué par le Watergate (1972-1974) : les années 1980 et 1990, au cours desquelles le profit devint l’alpha et l’oméga des médias.


  • 60 Minutes, barred from Yemen, still got the footage - CBS News
    https://www.cbsnews.com/news/60-minutes-barred-from-yemen-still-got-the-footage

    The Saudi-led blockade of Yemen isn’t just targeting food supplies. As 60 Minutes found, it’s also stopping reporters. How producers got this week’s footage

    #arabie_saoudite #Yemen


  • Taibbi: Latest Fake News Panic Appears to Be #Fake_News - Rolling Stone
    http://www.rollingstone.com/politics/news/taibbi-latest-fake-news-panic-appears-to-be-fake-news-w506396

    This was the rare sort of story that garnered enthusiastic coverage from both houses of our increasingly bicameral system of media.

    Conservative outlets like Breitbart and Newsmax and Fox played up the “Russians stoked the kneeling controversy” angle because it was in their interest to suggest that domestic support for kneeling protests is less than what it appears.

    Meanwhile, outlets like the Post, CBS, Salon, and TPM bit on the story among other things because it furthered a longstanding narrative about Russian interference.

    They all liked the story so much, it seemed, that nobody bothered to check it.


  • Etre fan avant Internet : dans la galaxie des premiers fans de « Star Trek »
    http://abonnes.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/24/etre-fan-avant-internet-dans-la-galaxie-des-premiers-fans-de-star-tr

    Je ne voulais pas recopier l’article en entier... mais il est tellement bien que j’en ai gardé une large partie.

    Voici un exemple de la « culture participative » tel que Henry Jenkins, Mimi Ito et danah boyd en parlent dans leur livre : autour d’une production culturelle commerciale créer des oeuvres nouvelles et surtout des communautés.

    « Les fans, avant Internet ? Des lettres, des lettres et le téléphone ! », s’exclame en riant Devra Langsam. Fan de Star Trek depuis le début de la diffusion, en 1966, la jeune Américaine brune aux lunettes rondes de l’époque a aujourd’hui le souffle court et les cheveux gris. Elle s’est au fil du temps éloignée des autres fans, n’a pas accroché avec le Web, et la nouvelle série Star Trek Discovery, qui démarre dimanche 24 septembre sur la chaîne américaine CBS, ne l’attire pas vraiment.

    « J’ai commencé à regarder Star Trek quand j’avais 23 ans, explique-t-elle sans nostalgie. Les personnages en avaient 30, ils étaient matures. Aujourd’hui, j’ai 73 ans : je les regarde et je me dis “ce sont des bébés !”. J’ai beaucoup plus de mal à m’intéresser à ce qui leur arrive. » Ce qui ne l’empêche pas de raconter avec passion les débuts de ce qui sonne dans sa bouche comme un âge d’or pour les fans. Car ce sont eux, les fans de Star Trek, qui ont permis de définir le fandom moderne — les communautés de fans qui aujourd’hui pullulent sur Internet.

    C’est en 1967, alors que Star Trek n’a qu’un an, que commence cette histoire. Nous sommes en septembre, à la Worldcon, une convention américaine de science-fiction qui existe depuis 1939. Devra Langsam, Ruth Berman et Eleanor Arnason ont imprimé Spockanalia, le tout premier fanzine — magazine réalisé par des fans — uniquement sur la série.

    « Savez-vous ce qu’est un miméographe ?, demande Devra Langsam, presque rhétoriquement. C’est une machine à imprimer portable — énorme bien sûr si on la compare à celles d’aujourd’hui. Elle était équipée d’un écran et d’une pompe qui imprimait l’encre sur le papier. A l’époque, on en trouvait dans toutes les écoles, les églises ou les bureaux. Avec Ruth, nous avons demandé à l’école de nous imprimer Spockanalia. »

    Ce premier fanzine contient une lettre de Leonard Nimoy — l’acteur qui interprète Spock —, des fanfictions (histoires écrites par des fans), mais aussi des articles d’analyse ou de réflexion sur les personnages.

    Mais même sans s’engager dans la lourde tâche de l’édition de fanzine, être fan à cette époque comporte aussi son lot de complications… Ne serait-ce que pour regarder la série elle-même. Si aujourd’hui, un épisode peut, dès sa diffusion, être vu et revu à l’infini, analysé et décortiqué à l’extrême par les fans, ce n’est pas le cas dans les années 1960. Il n’est pas encore possible d’enregistrer, par exemple, l’enregistreur n’est inventé qu’en 1972. Manquer un épisode signifie qu’il faut attendre parfois plusieurs années pour une rediffusion.

    Pour faire connaissance entre fans, la tâche est encore plus ardue. En 1969, les fans distribuent des tracts ou des newsletters dans la rue. « La réaction des gens était très simple, raconte Devra Langsam. Le plus souvent, on avait un “désolé, je ne suis pas intéressé” et parfois un “oh mon dieu ! C’est Spock !” Là, on savait qu’on avait atteint la bonne personne. »

    Jacqueline Lichtenberg est une autre des premières fans de la série. Auteure de science-fiction et docteure en chimie, elle a participé à l’écriture de Star Trek Lives !, le premier essai sur les fans de Star Trek, paru en 1975. Aujourd’hui âgée de 75 ans, elle est toujours accro à la série et adore se servir de Facebook pour communiquer avec d’autres fans. Au début des années 1970, toutefois, c’était par la poste qu’elle établissait le lien entre les fans de la côte est et ceux la côte ouest :

    L’engouement pour la série a été tel que la première convention, organisée en 1971 par Devra Langsam, qui pensait initialement recevoir quelques centaines de participants, s’est retrouvée prise d’assaut par plus de trois mille quatre cents visiteurs, une exposition
    organisée par la NASA et des membres du casting.

    Pour Pascal Laus, administrateur du site belge USS-Saga, l’histoire de Star Trek n’est toutefois pas restée longtemps dissociée d’Internet : « La série a toujours appelé un profil type de spectateur qui était souvent très technicien. On avait des astrophysiciens, des mathématiciens, des physiciens… Très vite, les gens ont commencé à utiliser les Bulletin Board System [BBS], reliés à la ligne téléphonique, apparus à la fin des années 1970 pour échanger sur la série. » Les BBS sont les ancêtres des forums de discussion, l’un des tout premiers espaces de discussion numérique.

    « Lorsque Internet est arrivé, il n’y a pas eu de transition, confirme Jacqueline Lichtenberg du côté américain. C’était facile. Cela faisait déjà bien longtemps que nous savions toutes taper sur un clavier. » Et en France ? Corinne Le Guern répond sans hésitation : « Les fans d’avant Internet ? Ils avaient le Minitel ! »❞

    #Culture_participative #Star_Trek #Fanfiction #Fanzines


  • C’est officiel, le département des Sciences de la Maison Blanche est complètement vide

    http://mashable.france24.com/monde/20170703-departement-sciences-maison-blanche-trump-vide

    Ils étaient trois. Trois survivants de l’ère Obama qui continuaient de veiller sur le département des Sciences de la Maison Blanche. Ils ont quitté leur poste vendredi 30 juin, laissant derrière eux un bureau du conseil scientifique réduit à néant.

    Inauguré en 1976, l’Office of Science and Technology Policy (OSTP) de la Maison Blanche est chargé de donner des conseils au président et à l’exécutif sur les questions scientifiques et technologiques. Sous l’ère Obama, le département comptait plus de 100 employés. Un chiffre anormalement élevé selon CBS, qui note que le nombre moyen d’employés de ce département au sein des administrations successives avant 2009 se situait plutôt autour de 50 à 60.


  • What the last Nuremberg prosecutor alive wants the world to know - CBS News

    http://www.cbsnews.com/news/what-the-last-nuremberg-prosecutor-alive-wants-the-world-to-know

    Twenty-two SS officers responsible for the deaths of 1M+ people would never have been brought to justice were it not for Ben Ferencz.
    The officers were part of units called Einsatzgruppen, or action groups. Their job was to follow the German army as it invaded the Soviet Union in 1941 and kill Communists, Gypsies and Jews.

    Ferencz believes “war makes murderers out of otherwise decent people” and has spent his life working to deter war and war crimes.

    #nazisme #seconde_guerre_mondiale #nuremberg #shoah


  • The Platform Press : How Silicon Valley reengineered #journalism - Columbia Journalism Review via @opironet
    https://www.cjr.org/tow_center_reports/platform-press-how-silicon-valley-reengineered-journalism.php

    Avec une chronologie bien dense à la fin.

    2000

    October 23: Google AdWords launches.

    2002

    October 4—21: Harvard study finds 113 white nationalist, Nazi, anti-Semitic, and radical Islamic sites, and at least one fundamentalist Christian site, were removed from French and German Google listings.

    2004

    February 2: Facebook launches as a Harvard-only social network.

    2006

    January 23: Google News formally launches; had been in beta since September 2002.
    January 25: Google launches Google.cn, adhering to China’s censorship policies until March 2010.
    July 15: Twttr (later renamed Twitter) is released. “Tweets” can only be 140 characters.
    September 5: Facebook News Feed launches and displays activity from a user’s network.
    September 10: Google delists Inquisition21, a website seeking to challenge potentially incorrect child pornography convictions in the UK. Google implies the delisting is because Inquisition21 tried to manipulate search results.

    2007

    January 10: Facebook launches mobile site m.facebook.com.
    April 16: Google’s Terms of Service unveiled, including provisions granting Google “perpetual, irrevocable, worldwide, royalty-free, and non-exclusive license to reproduce, adapt, modify, translate, publish, publicly perform, publicly display and distribute any Content which [users] submit, post or display on or through, the Services.”

    2008

    October 7: Apple launches iOS App Store.
    October 22: Android OS Google Play store launches.
    December 30: Facebook removes a photo of a mother breastfeeding babies, leading to protests.

    2009

    February 4: Facebook’s Terms of Service altered to remove the automatic expiry of Facebook’s license to use individuals’ names, likenesses, and images if an account was deleted.
    February 24: WhatsApp, a mobile messaging app company, is founded, and the app is released in May of 2009.

    2010

    January 14: Links to Encyclopedia Dramatica’s “Aboriginal” article removed from Google after complaint; Google defended decision on grounds that the content represented a violation of Australia’s Racial Discrimination Act.
    March 22: Google announces it will no longer adhere to Chinese censorship policies by redirecting Chinese users to its Hong Kong domain.
    October 6: Instagram, a photo-based social network, is released.
    October 21: News Corporation axes “Project Alesia,” a potential competitor to Google News, over concerns about cost and readiness of proposed partners.

    2011

    September 26: Snapchat, a mobile app for disappearing messages, is released.
    October 12: iOS Apple Newsstand app to read a variety of publications is released.
    November 2: Twitter begins to “curate” results on its timeline.

    2012

    February 16: Facebook’s internal “Abuse Standards” leaked, including policy to filter out content containing images of maps of Kurdistan and of burning Turkish flags.
    March 1: Fundamental rewrite of Google’s Terms of Service, adding rights for Google to “use, host, [and] store” any content submitted by users.
    April 9: Facebook buys Instagram for $1 billion.
    May 31: Google launches a feature that informs Chinese users which keywords are censored. (The feature is removed in early December.)

    2013

    January 19: After backlash, Instagram scales back earlier announcement on changing Terms of Use to allow for selling user data.
    June 20: Announcement that video is coming to Instagram
    October 1: Canadian photographer Petra Collins’ Instagram account deleted because of a selfie which displayed visible pubic hair beneath her bikini bottom; challenged by Collins as it did not break Instagram’s terms.
    October 3: Snapchat Stories, a compilation of “snaps” a user’s friends see, launches.
    November 11: Update to Google’s Terms of Service, clarifying how profile name and photo might appear in Google products.
    November 20: Android OS Google Play Newsstand app to read a variety of publications launches.

    2014

    January 30: Facebook launches Paper, an effort at personalized news, and Trending.
    February 19: WhatsApp bought by Facebook for $19 billion.
    April 1: Algorithm introduced on Instagram to tailor the “Explore”/“Popular” tab to each user.
    April 14: Update to Google’s Terms of Service, including provision to automatically analyze content such as emails when content is sent, received, and stored.
    April 24: Launch of Facebook Newswire, powered by Storyful. While it was eventually folded, it allowed publishers to embed “newsworthy” content from Facebook into own material, use platform for newsgathering and storytelling.
    May 19: In Russia, Twitter blocks pro-Ukrainian accounts following threats to bar the service if it did not delete tweets violating Russian law.
    May 30: Google launches tool that enables Europeans to request “right to be forgotten” in response to ruling by European Court of Justice.
    June 13: Google ordered by Canadian court to remove search results that linked to websites of Datalink, which sold technology alleged to have been stolen from a competitor.
    June 17: Snapchat Our Story, a public Story aggregating many users’ activity around an event launches.
    June 23: Facebook News Feed algorithm altered to increase priority of video.
    July 15: Geofilters on Snapchat are released.
    July 25: Twitter blocks an account belonging to @boltai, a hacker collective that leaked internal Kremlin documents.
    August 25: Facebook News Feed algorithm altered to reduce priority of clickbait.
    October 22: German publishers concede defeat to Google in long-running dispute over attempt to charge license fees.
    December 18: Google removes links to articles that criticized Australian organization Universal Medicine, an alleged cult.

    2015

    January 12: Instagram deletes account of Australian photo and fashion agency due to a photograph with pubic hair outside bikini bottoms. (Account reactivated January 21.)
    January 20: Facebook News Feed algorithm altered to “show fewer hoaxes.”
    January 21: WhatsApp Web launches.
    January 27: Snapchat Discover launches. Selected publishers create a daily Discover channel, like a mini interactive magazine with an advertising revenue split arrangement where publishers can sell for 70 percent of revenue, or let Snapchat sell for 50 percent.
    March 3: Instagram carousel ads launch.
    March 9: Twitter acquires live streaming app Periscope.
    March 31: Twitter rolls out Curator, which allows publishers to search and display tweets based on hashtags, keywords, location, and other specific details.
    April 13: Snapchat gets rid of brand stories, also known as sponsored stories, after six months.
    April 21: Facebook tweaks News Feed to emphasize family and friends because people are worried about “missing important updates.”
    April 27: Snapchat hires Peter Hamby from CNN and announces plans to hire more journalists for the election.
    April 27: Google announces Digital News Initiative with eight European publishers.
    May 7: Facebook releases internal research on filter bubbles that finds “most people have friends who claim an opposing political ideology, and that the content in peoples’ News Feeds reflect those diverse views.”
    May 7: Snapchat will charge advertisers 2 cents per view for ten second ads in between Discover slides (up to four slots) and during videos. This plan is called Two Pennies. It was previously 15 cents.
    May 12: Facebook announces Instant Articles, faster loading articles on Facebook for iPhone,and original launch partners. Ads are embedded in article, and there is a 70/30 revenue share with publishers if Facebook sells the ad.
    June 8: Apple News app announced to replace the Newsstand app. Like Facebook Instant Articles, a 70/30 revenue share with publishers if Apple sells ads against their content.
    June 15: Facebook’s News Feed algorithm updated to prioritize time spent on a story above engagement.
    June 22: Google News Lab announced to support technological collaborations with journalists.
    June 23: Instagram changes Explore to allow users to follow real-time news more easily by sorting by location and recency.
    July 1: Automatic bans imposed on Facebook accounts using an offensive slang term for Russians. Similar Russian insults towards Ukrainians (such as ‘hohol’) were not deleted.
    July 27: Snapchat axes Yahoo! and Warner Music from Discover, replaces them with BuzzFeed and iHeartRadio.
    Late July: Snapchat’s ad team starts selling against Discover.
    August 5: Facebook Live video launches for public figures.
    August 27: Snapchat Discover expands from 12 to 15 partners. In the past, they cut old partners to add new ones so all 12 fit on one screen.
    September 9: Using the Facebook ad platform technology, Instagram’s advertising platform expands globally, allows for more targeting and ad format flexibility.
    September 22: Facebook allows publishers to create Instant Articles in their own content management systems.
    September 23: Facebook releases 360 video. Users can move their phones for a spherical view within a video.
    October 6: Twitter Moments, curated tweets around top stories, launches.
    October 7: Google announces Accelerated Mobile Pages (AMP) project, which will allow publishers’ stories to load more quickly from search results.
    October 21: Twitter announces partnerships with firms such as Spredfast, Wayin, Dataminr, ScribbleLive, and Flowics at its developer conference.
    October 22: Google announces it has signed up over 120 news organizations for its Digital News Initiative, including the BBC, The Economist, and Der Spiegel.
    October 27: Twitter announces it will discontinue video-sharing app Vine.
    October 28: Snapchat Terms of Service updated: requests right to reproduce, modify, republish, and save users’ photos, specifically in relation to Live Stories.
    October 29: Instagram allows businesses to use Facebook’s Ads Manager and to run campaigns across Facebook and Instagram.
    October 31: Instagram conducts its first video curation for Halloween.
    November 10: Instagram partner program launches; a group of 40 adtech, content marketing, and community management companies that work to help businesses on Instagram.
    November 11: Facebook Notify, a real-time notification news app, is launched.
    November 13: Snapchat launches Official Stories, Stories from verified brands or influencers.
    November 23: Snapchat launches Story Explorer, which allows users to focus on a specific moment from a story, but from additional users and perspectives.
    November 30: Snapchat allows publishers to deep link back to Snapchat content from elsewhere, like other social platforms.
    December 3: Facebook releases Live video to the public.
    December 9: Facebook tweaks News Feed so it works with poor connections, like 2G. Facebook also allows publishers to sell Instant Article ad campaigns instead of having to make those ads part of their own site package, to have one ad for every 350 words of an Instant Article (up from one ad per 500 words), and to control link outs at bottom of Instant Articles.
    December 2: Snapchat makes a Story for live/breaking news during San Bernardino.
    December 9: Google announces AMP rollout timeline; pages will go live in February.
    December 15: German government strikes deal with outlets who agree to delete hate speech from their sites within 24 hours, in response to increasing racism online.

    2016

    January 5: Digiday reports that Snapchat, up to 23 Discover partners, is rumored to be building their own ad interface API, like Facebook, to target ads to users instead of publications.
    January 11: Instagram publishes its first live video curation for the Golden Globes.
    January 19: Nielsen expands Twitter TV Ratings to include Facebook conversations around TV shows, called Social Content Ratings.
    January 21: Facebook opens Audience Optimization to publishers to target specific readers.
    January 26: The Facebook Audience Network can be used by publishers to sell ads on their mobile sites.
    January 26: Apple plans to make subscription-only content available in the News app; publishers can only post free articles or excerpts that drive people to subscribe.
    January 27: Facebook reveals forthcoming “reactions” in the US, which had already been tested elsewhere in the world.
    January 28: Facebook Live expands to all iPhone users.
    January 28: Snapchat launches a show called “Good Luck America” with Peter Hamby.
    February 4: WhatsApp increases group chat user limit to 256 people, aiming to increase enterprise appeal, including to publishers.
    February 9: Google AMP announces solutions for subscription-supported publications, and Adobe Analytics integration.
    February 10: Twitter changes algorithm to make sure users see tweets they are likely to care about.
    February 10: On Instagram, publishers can now see video views and can do account switching. Instagram hits 200,000 advertisers, and 75 percent are outside of the US.
    February 12: Reports that Snapchat will let users subscribe to Discover channels and that it will go from logo button to magazine cover look by May.
    February 24: Google AMP articles go live.
    February 25: Snapchat partners with Nielsen Digital Ad Ratings to measure, transparently, the effectiveness of ad campaigns.
    February 26: Facebook Live rolled out to all Android users.
    February 28: Snapchat Live Stories, beginning with the Oscars, will be viewable on the web for special occasions.
    March 1: Facebook changes algorithm to prioritize Live Video, especially Live video that is broadcasting.
    March 15: Instagram announces that starting in May users’ feeds will be algorithmically driven, instead of real-time.
    March 15: Apple News app opens to all publishers.
    March 24: On Facebook, publishers can see daily activity around a video.
    March 29: Snapchat Terms of Service updated to add the potential to incorporate third-party links and search results in Snapchat services.
    March 31: Facebook creates option for publishers to autoplay and non-autoplay video ads in Instant; can have pre-roll video ads in any editorial video; and can have one more ad unit at the base of articles.
    April 5: Twitter announces live video deal to stream NFL games, and begins pushing for live video deals with publishers.
    April 7: Facebook allows Live Video within groups and events, live reactions from viewers, live filters, the ability to watch live with friends, a live map, and also live video in trending and search.
    April 8: Branded content will be allowed as Facebook Instant Articles with the sponsor tagged.
    April 12: Facebook makes several announcements at F8 that are relevant to publishers: the Live video API will be open for publishers who want to experiment/innovate; Instant Articles is open to all publishers; publishers will be able to use messenger bots to distribute stories.
    April 21: Facebook tweaks the algorithm to focus on articles people are likely to spend time viewing.
    April 28: Twitter moves to the News category in the Apple app store.
    May 9: Gizmodo reveals details that Facebook’s Trending Topics is actively curated by people who “suppressed” conservative news.
    May 12: Facebook releases a 28-page internal document outlining guidelines for staff curating Trending Topics, in response to media reporting suggesting potential bias.
    May 19: Instagram adds video to carousel ads.
    May 23: Facebook’s general counsel responds to Congress Republicans concerned about bias with a letter; the previous week, Facebook’s legal team met with Chairman of the US Senate Commerce Committee John Thune.
    May 24: Instagram adds media buying as fourth advertising partner category.
    May 24: Facebook says it will revise the way it curates its Trending topics section, including no longer using external websites to validate a story’s importance.
    May 24: Twitter announces changes to simplify Tweets including what counts toward your 140 characters, @names in replies and media attachments (like photos, GIFs, videos, and polls) will no longer “use up” valuable characters.
    May 26: Facebook allows for their Audience Network to be used for ads to be seen off-Facebook, a move seen as competitive with Google.
    June 2: Facebook Notify is shut down.
    June 2: Google AMP launches in France, Germany, Italy, UK, Russia, and Mexico.
    June 7: Google announces preliminary results from AMP showing that 80 percent of publishers are seeing higher viewability and 90 percent are seeing higher engagement.
    Between June 6 and 12: Intel becomes the first brand to publish content directly to Instant Articles.
    June 9: Facebook launches 360 photo. Users can move their phones for a spherical view within a photo.
    June 16: Snapchat announces an online magazine called Real Life.
    June 21: Twitter Engage launches, allowing for better insights and data. Also, the length of user video is increased from 30 to 140 seconds.
    June 22: The Wall Street Journal reports that Facebook has made deals worth more than $50 million with 140 video creators, including publishers, to use Live, since those partnerships were first announced in March.
    June 29: Facebook’s algorithm changes to place further emphasis on family and friends and on creating a feed that will “inform” and “entertain.”
    July 6: Snapchat introduces Memories.
    July 14: Facebook Instant Articles can be posted to Messenger.
    July 19: Google announces AMP for ads, to bring ads to the same load time as AMP articles.
    July 11—12: Twitter announces multiple live video deals, including with CBS, Wimbledon, and Bloomberg.
    August 2: Instagram Stories launches. A compilation of updates a user’s friends see; a Snapchat Stories clone.
    August 4: Facebook tweaks the News Feed to reduce clickbait.
    August 9: Facebook blocks ad blockers.
    August 11: Facebook’s News Feed is modified to place emphasis on “personally informative” items.
    August 26: Facebook Trending becomes fully algorithmically driven.
    August 27: Apple changes its Spotlight feature so that articles open in-app, hurting publishers.
    September 7: Snapchat axes Local Stories.
    September 8: Google releases a study of more than 10,000 mobile domains showing that speed matters for engagement and revenue.
    September 12: Twitter announces a live streaming partnership with Cheddar.
    September 15: Publishers can sell subscriptions within the Apple News app; Apple keeps 30 percent of subscriptions made through the app, and 15 percent of renewals.
    September 15: Improvements are made to call to action button on Instagram ads to make them more visible; with video, though, the destination URL opens first within Instagram with the video continuing to play at the top.
    September 20: All Google search results, not just the carousel, now show AMP pages.
    September 23: Snapchat announces Spectacles and becomes Snap, Inc.
    September 29: Twitter opens Moments to everyone.
    September 30: Updates to Google AMP so it better supports a variety of ad sizes.
    October 12: Facebook also allows for additional ad formats for publishers in Instant Articles.
    October 17: Signal, for newsgathering on Facebook, will include a Live Video column.
    October 18: Snapchat switches from a revenue sharing arrangement with publishers on Discover to an up-front licensing arrangement.
    October 20: Facebook allows 360 photo and video within Instant Articles.
    October 28: Facebook rolls out a voting planner for users where they can view and save the initiatives and candidates they will select.
    November 10: Instagram introduces ability to add “see more” links to Instagram Stories.
    November 11: After controversy, Facebook will curb ethnic affinity marketing by advertisers focused on, for example, credit or housing, who target users based on whether Facebook has determined they are likely Latino or Asian American, for example.
    November 11: Facebook buys CrowdTangle, which is used by publishers for analytics.
    November 11: Vertical ads are allowed on Instagram.
    November 16: Facebook will work with more third parties to ensure the integrity of their metrics after they miscounted publisher performance.
    November 19: In response to post-election pressure, Mark Zuckerberg addresses Facebook’s role in fake news.
    November 21: Instagram Stories introduces Live Stories for live video streaming.
    November 22: To be allowed into China, Facebook built a censorship tool into its platform.
    December 5: Facebook, Microsoft, Twitter, and YouTube partner to address terrorism content online.
    December 5: In an effort to combat misinformation, Facebook prompts users to report “misleading language.”
    December 5: Google updates its search bar so that there is no longer an autocomplete that reads “are Jews evil.”
    December 12: Facebook launches Live 360 video. Users can have a spherical view of live video.
    December 14: Facebook begins talks with video producers and TV studios for original content.
    December 20: Facebook launches Live Audio. Allows for formats like news radio.
    December 22: Business Insider reports that Twitter inadvertently inflated video ad metrics.

    2017

    January 9: Recode reports that Facebook will allow mid-roll video ads, with 55 percent of revenue going to publishers.
    January 11: Facebook announces the Facebook Journalism Project, to work with publishers on product rollouts, storytelling formats, promotion of local news, subscription models, training journalists, and, on the fake news front, collaborating with the News Literacy Project and fact checking organizations. On the same day, TechCrunch reports Facebook agrees to censor content in Thailand at government’s request.
    January 11: Instagram Stories will now have ads, and insights are increased, as the platform hits 150 million users.
    January 12: Snapchat releases a universal search bar.
    January 17: News that Facebook will end Live video deals with publishers in favor of longer more premium video.
    January 19: Snapchat will allow ad targeting using third-party data.
    January 23: Snapchat updates publisher guidelines: content must be fact checked and cannot be risqué, and will offer some an “age gate” and will require graphic content warnings.
    January 24: Instagram makes Live Stories available globally.
    January 25: News that Facebook begins testing Stories, like those on Instagram and Snapchat, at the top of the mobile app in Ireland. Facebook also updates Trending to show publisher names, identify trends by number of publishers and not engagement on a single post, and show everyone in a region the same content. In Thailand and Australia, Facebook will have ads like the ones that are in News Feed inside of Messenger.
    January 25: Recode reports that more than 200 publishers have been banned from Google’s AdSense network in an effort to combat fake news.
    January 26: Facebook’s News Feed algorithm will reward publishers/videos that keep people watching and mid-roll ads won’t play until 90 seconds.
    January 26: Twitter’s Explore tab will allow users to see trends, Moments, Live, and search.
    January 30: Twitter’s VP of engineering announces an effort to combat harassment.
    January 30: Snapchat announces IPO.
    January 31: Facebook updates the algorithm to prioritize “authentic” content and will surface posts around real-time/breaking news. Facebook also announces new and expanded partnerships with Nielsen, ComScore, DoubleVerify (for a total of 24 third-party entities) to give better insights into performance of ads.
    February 1: Instagram introduces Albums feature in limited release. Widespread release later in the month.
    February 2: Snapchat IPO documents show that media partners were paid $58 million, and that Snap-sold ad revenue was 91 percent.
    February 6: Google allows for AMP articles URL to indicate the publisher’s name and not just Google.
    February 6: News surfaces that a Syrian refugee identified as a terrorist pursues legal action against Facebook on grounds of “fake news.”
    February 7: Twitter continues efforts to combat harassment and improve quality, by “stopping the creation of new abusive accounts, bringing forward safer search results, and collapsing potentially abusive or low-quality Tweets.”
    February 8: News surfaces that French publishers complain of effort required for anti-fake news partnership with Facebook.
    February 10: Facebook further pushes for transparency around ads and says it will allow for a third-party audit.
    February 13: The Washington Post joins Snapchat Discover as Discover shifts to allow for breaking news.
    February 13: TechCrunch reports that Twitter will reduce its support for ad products that are not drawing advertisers.
    February 14: Facebook announces an app for Apple TV and Amazon Fire that will allow people to watch Facebook videos on their TVs.
    February 14: Autoplay videos on Facebook will play with sound.
    February 14: Google pulls two anti-Semitic sites off its ad platform.
    February 16: Mark Zuckerberg writes a nearly 6,000 word manifesto, “Building Global Community,” on the future of Facebook and global civil society.
    February 17: Facebook invites media companies to its offices to talk about products to come throughout the year.
    February 20: Facebook allows users to send photos and videos from the in-app camera.
    February 20: WhatsApp launches Snapchat clone, Status.
    February 23: Mid-roll video ads begin on Facebook, following an announcement in January.

    #journalisme
    #médias_sociaux


  • Trump Intensifies His Attacks on Journalists and Condemns F.B.I. ‘Leakers’ - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/02/24/us/politics/white-house-sean-spicer-briefing.html

    Reporters from The Times, BuzzFeed News, CNN, The Los Angeles Times, Politico, the BBC and The Huffington Post were among those shut out of the briefing. Aides to Mr. Spicer admitted only reporters from a group of news organizations that, the White House said, had been previously confirmed.

    Those organizations included Breitbart News, the One America News Network and The Washington Times, all with conservative leanings. Journalists from ABC, CBS, The Wall Street Journal, Bloomberg and Fox News also attended.

    Reporters from The Associated Press and Time magazine, who were set to be allowed in, chose not to attend the briefing in protest of the White House’s actions. The Washington Post did not send a reporter to the session.

    Still, the Committee to Protect Journalists, which typically advocates press rights in countries with despotic regimes, issued an alarmed statement on Friday about Mr. Trump’s escalating language.

    “It is not the job of political leaders to determine how journalists should conduct their work, and sets a terrible example for the rest of the world,” said the group’s executive director, Joel Simon. “The U.S. should be promoting press freedom and access to information.”

    Mr. Trump, in his attack on the news media at the conservative gathering, complained at length about the use of anonymous sources in news stories, charging that some reporters were fabricating unnamed sources to level unfair charges against him.

    “They shouldn’t be allowed to use sources unless they use somebody’s name,” Mr. Trump said. “Let their name be put out there.”

    At another point, he said, “A few days ago, I called the fake news the enemy of the people because they have no sources — they just make it up.” He added that his “enemy of the people” label applied only to “dishonest” reporters and editors.

    #journalisme #USA #Trump


  • #Gardasil Researcher Speaks Out - CBS News
    http://www.cbsnews.com/news/gardasil-researcher-speaks-out

    This raises questions about the CDC’s recommendation that the series of shots be given to girls as young as 11-years old. “If we vaccinate 11 year olds and the protection doesn’t last... we’ve put them at harm from side effects, small but real, for no benefit,” says Dr. Harper. “The benefit to public health is nothing, there is no reduction in cervical cancers, they are just postponed, unless the protection lasts for at least 15 years, and over 70% of all sexually active females of all ages are vaccinated.” She also says that enough serious side effects have been reported after Gardasil use that the vaccine could prove riskier than the cervical cancer it purports to prevent. Cervical cancer is usually entirely curable when detected early through normal Pap screenings.


  • Reality Check : CBS se demande pourquoi personne n’enquête sur le Pizzagate
    http://www.brujitafr.fr/2017/01/reality-check-cbs-se-demande-pourquoi-personne-n-enquete-sur-le-pizzagate.

    Après s’être récemment intéressé au mythe des rebelles modérés en Syrie, le journaliste de CBS Ben Swann s’est attaqué cette semaine à un gros morceau : le pizzagate. C’est bien la première fois que ce sujet est évoqué dans un média de masse dans un autre...


  • New Data From CDC : Grim Outlook On Opioid Epidemic « CBS Philly
    http://philadelphia.cbslocal.com/2016/12/11/new-data-from-cdc-grim-outlook-on-opioid-epidemic

    The opioid epidemic has been sweeping through the country and the Philadelphia region. Last week, it was reported that there were 35 suspected drug overdose deaths during a five-day period in the city. And now, new numbers from the Center for Disease Control show the magnitude of this public health crisis.

    The Washington Post, analyzing data from the CDC, says in 2015, for the first time ever, there were more heroin #overdose deaths than gun homicides.

    Philadelphia District Attorney Seth Williams says six out of seven heroin addicts in the city were first hooked on prescription drugs, so closing the gateway to addiction is key. Recent legislation passed in the state aims at that.

    Doctors cannot prescribe pain killers for more than a set period without having the patient come back to be reevaluated for their pain management,” Williams said.

    Overall, the CDC says opioid deaths surged past the 30,000 mark for the first time in recent history. A big part of that is synthetic drug #Fentanyl, more than a hundred times as powerful as morphine.

    Pas sûr que le moyen proposé par le DA dans le paragraphe qui suit soit vraiment efficace…


  • Les loups de Wall Street rodent autour de Donald Trump

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/11/21/apres-avoir-fustige-wall-street-et-les-lobbys-donald-trump-y-puise-ses-conse

    Des anciens de Goldman Sachs ou de fonds spéculatifs sont pressentis pour occuper des postes clés dans l’administration.

    Pendant des mois, Donald Trump s’est présenté comme le représentant de l’Amérique des travailleurs, loin des compromissions de « l’establishment » de Washington avec la finance et les lobbies. « Les gars des fonds spéculatifs s’en sont bien tirés », n’a cessé de marteler le magnat de l’immobilier devant ses supporteurs en parlant de la crise financière de 2008.

    Mais, depuis son élection, il semble que « ces gars-là » aient à nouveau le vent en poupe. En témoigne l’aréopage de conseillers qui constituent l’équipe de transition du président-élu, et dont certains vont former l’ossature du futur gouvernement. Selon des médias américains, certains noms pour des postes-clés de l’administration Trump doivent être annoncés en tout début de semaine.

    Steven Mnuchin est sans doute l’un des plus visibles actuellement. Celui que l’on présente comme le probable secrétaire au Trésor – c’est lui qui a supervisé les finances de la campagne du candidat républicain –, a fait l’essentiel de sa carrière à Wall Street. Après dix-sept ans chez Goldman Sachs, où son père était associé, ce diplômé de Yale a ensuite rejoint le secteur des fonds spéculatifs, avant de monter sa propre boutique, Dune Capital.
    L’un de ses principaux faits d’armes a consisté à aider une poignée d’investisseurs comme George Soros ou John Paulson à racheter, en 2009, IndyMac, une caisse d’épargne spécialisée dans les prêts hypothécaires à risques qui venait de faire faillite après la crise des subprimes.

    Placée dans un premier temps sous le contrôle du Federal Deposit Insurance Corporation, l’agence fédérale qui garantit les dépôts bancaires aux Etats-Unis, la société a été reprise par M. Mnuchin et ses associés pour 1,5 milliard de dollars et rebaptisée OneWest Bank.
    Wilbur Ross, le « roi de la faillite »
    Devenue « leader des saisies sur le segment des personnes âgées », elle a été revendue cinq ans plus tard pour 3,4 milliards de dollars, après qu’elle eut expulsé des dizaines de milliers d’Américains de leur maison. La banque est également accusée de discrimination raciale, selon Bloomberg.

    Autre vétéran de la crise des subprimes en plein reclassement, John Paulson. Ce patron de fonds spéculatif, qui a gagné des milliards de dollars quand le château de cartes du marché immobilier s’est effondré, a été propulsé conseiller économique de M. Trump.
    L’homme qui est pressenti pour devenir secrétaire au commerce, Wilbur Ross, est également une figure de Wall Street. A 78 ans, il est le fondateur d’un fonds d’investissement dans les entreprises non cotées (private equity), WL Ross and Co, dont la spécialité consiste à reprendre des entreprises en faillite pour les redresser.

    M. Ross a gagné son surnom de « roi de la faillite » en rachetant pour une bouchée de pain des fabricants d’acier, des entreprises textiles et des mines de charbon. Il les a ensuite revendues à bon prix après les avoir sévèrement restructurés en procédant, entre autres, à des milliers de licenciements.

    Des méthodes qui allèrent jusqu’à faire fi de la sécurité, comme dans la mine de Sago (Virginie-Occidentale), où les salariés n’avaient pas le droit de se syndiquer. En 2005, ce site a fait l’objet de 205 infractions à la réglementation en termes de sécurité, et, en janvier 2006, une explosion a tué une douzaine de mineurs. C’est lui qui pourrait être chargé de mettre en œuvre les barrières douanières censées faire revenir les emplois industriels aux Etats-Unis.

    Paul Atkins, le « Monsieur finance »

    Autre candidat potentiel à ce poste : Lewis Eisenberg, ex-associé chez Goldman Sachs, qui, après vingt ans, a été poussé à la démission à la suite d’une affaire de harcèlement sexuel. De son côté, Robert Mercer, patron du fonds spéculatif Renaissance Technologies, gros donateur pour la cause des conservateurs et actuellement en délicatesse avec le fisc à propos d’un redressement portant sur plusieurs milliards, a eu le plaisir de voir sa fille Rebekah intégrer l’équipe de transition.
    Elle y retrouve Paul Atkins, 58 ans, le « Monsieur finance » de cette équipe. Ce républicain, ex-membre de la Securities and Exchange Commission (SEC) de 2002 à 2008, a toujours été un farouche adversaire de la régulation financière. Il était à l’époque très critique à propos des amendes infligées aux entreprises, estimant que ces sanctions n’aboutissaient qu’à punir les actionnaires. C’est lui qui est chargé de conseiller M. Trump sur les nominations à la Réserve fédérale (Fed, banque centrale) ou à la SEC. Il sera également à la manœuvre pour démanteler la loi Dodd-Frank sur la régulation financière, comme s’y est engagé le président-élu quelques jours après son élection.
    M. Atkins est actuellement à la tête d’un cabinet, Patomak Global Partners, qui conseille les institutions financières sur la façon de s’adapter aux nouvelles normes imposées par les régulateurs du secteur.

    En octobre, il a été nommé par un juge fédéral pour contrôler la Deutsche Bank sur la gestion de ses produits dérivés dans le cadre d’une sanction infligée par la CFTC, l’agence fédérale chargée de la régulation des Bourses. La banque allemande est par ailleurs le principal prêteur de la Trump Organization, l’entreprise du milliardaire.
    Les questions économiques sont chapeautées par David Malpass. Cet ancien conseiller de Ronald Reagan a été pendant quinze ans économiste en chef de la banque d’affaires Bear Stearns, qui a fait faillite en mars 2008.

    Donald Trump ne voit pas où est le problème

    En août 2007, dans une tribune parue dans le Wall Street Journal et intitulée « Ne paniquez pas à propos du marché du crédit », il écrivait : « Les marchés immobilier et de la dette ne sont pas une si grosse part de l’économie américaine et de la création d’emplois. L’économie est robuste et va croître solidement dans les prochains mois et peut-être les prochaines années. » On connaît la suite.
    Les lobbyistes ont aussi la part belle dans l’équipe de M. Trump. Comme Jeff Eisenach, qui a travaillé comme consultant chez le plus gros opérateur américain de télécommunications, Verizon, et qui est censé réfléchir à l’orientation de la Federal Communications Commission, l’autorité de régulation du secteur.

    Michael Catanzaro, qui a fait du lobbying pour les entreprises parapétrolières Halliburton ou Koch Industries et gros bailleur de fonds du Parti républicain, est le principal conseiller pour les questions énergétiques. Martin Whitmer, lui, a travaillé pour la National Asphalt Pavement Association, qui regroupe les fabricants d’asphalte. Il est désormais chargé des transports et des infrastructures auprès de M. Trump.

    Quant à Michael Torrey, il a longtemps conseillé l’American Beverage Association, le lobby des fabricants de boissons, et la Crop Insurance Bureau, un assureur agricole. Sa mission sera désormais de superviser les questions… agricoles.

    Au total, une vingtaine de lobbyistes sont à la manœuvre au sein de l’équipe de transition. Une situation que la sénatrice démocrate du Massachusetts, Elizabeth Warren, a dénoncée dans une lettre datée du 15 novembre et adressée à M. Trump. « Vous aviez promis que vous ne seriez pas aux mains “des donateurs, des intérêts particuliers et des lobbyistes qui ont corrompu nos politiques depuis déjà trop longtemps” et que vous alliez “assécher le marais” à Washington », rappelle-t-elle, constatant qu’il était « déjà en train d’échouer » en nommant « une kyrielle de banquiers de Wall Street, d’initiés de l’industrie et des lobbyistes au sein de [son] équipe de transition ».
    Mme Warren, qui souligne que « 72 % des Américains, démocrates comme républicains, pensent que “l’économie américaine est truquée au bénéfice des riches et des puissants” », appelle le président-élu à exclure ces personnes de son équipe.

    Donald Trump, lui, ne voit pas où est le problème. Lors d’une interview accordée le 13 novembre à la chaîne de télévision CBS, le milliardaire a expliqué qu’il était difficile de trouver des gens pour travailler avec le gouvernement sans qu’ils aient des liens avec les lobbys, estimant que Washington était, « dans sa totalité », un « énorme lobby ». Reste à savoir si ses électeurs seront convaincus par cette réponse.