company:enron

  • #Noble_Group : une nouvelle affaire Enron, en toute impunité
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/130318/noble-group-une-nouvelle-affaire-enron-en-toute-impunite

    Dans les bureaux de Noble Group à #Singapour, en mars 2015. © Reuters Des manipulations comptables massives, un lanceur d’alerte, la déchéance du premier groupe de négoce d’Asie, 5 milliards de dollars de pertes. Noble Group, une nouvelle affaire Enron : soit la même scène de crime, mais en toute impunité.

    #Economie #Fitch #Goldman_Sachs #Harry_Banga #Hong_Kong #matières_premières #Ricardo_Leiman #Richard_Elman #SocGen #Yusuf_Alireza

  • Un père horrible - le fils de Hunter S. Thompson raconte
    https://www.youtube.com/watch?v=DKxgSqS8ep8

    Who Was Hunter S. Thompson? His Private Life - Biography (2016)

    Hunter Stockton Thompson (July 18, 1937 – February 20, 2005) was an American journalist and author, and the founder of the gonzo journalism movement.

    Hunter Stockton Thompson (July 18, 1937 – February 20, 2005) was an American journalist and author, and the founder of the gonzo journalism movement. About the book: https://www.amazon.com/gp/product/030... The film Where the Buffalo Roam (1980) depicts heavily fictionalized attempts by Thompson to cover the Super Bowl and the 1972 U.S. presidential election. It stars Bill Murray as Thompson and Peter Boyle as Thompson’s attorney Oscar Zeta Acosta, referred to in the movie as Carl Lazlo, Esq. The 1998 film adaptation of Fear and Loathing in Las Vegas was directed by Monty Python veteran Terry Gilliam, and starred Johnny Depp (who moved into Thompson’s basement to “study” Thompson’s persona before assuming his role in the film) as Raoul Duke and Benicio del Toro as Dr. Gonzo. The film has achieved something of a cult following. The film adaptation of Thompson’s novel The Rum Diary was released in October 2011, also starring Johnny Depp as the main character, Paul Kemp. The novel’s premise was inspired by Thompson’s own experiences in Puerto Rico. The film was written and directed by Bruce Robinson.[77] At a press junket for The Rum Diary shortly before the film’s release, Depp said that he would like to adapt The Curse of Lono, “The Kentucky Derby Is Decadent and Depraved”, and Hell’s Angels for the big screen: “I’d just keep playing Hunter. There’s a great comfort in it for me, because I get a great visit with my old friend who I miss dearly.”[78] Fear and Loathing in Gonzovision (1978) is an extended television profile by the BBC. It can be found on disc 2 of The Criterion Collection edition of Fear and Loathing in Las Vegas. The Mitchell brothers, owners of the O’Farrell Theatre in San Francisco, made a documentary about Thompson in 1988 called Hunter S. Thompson: The Crazy Never Die. Wayne Ewing created three documentaries about Thompson. The film Breakfast with Hunter (2003) was directed and edited by Ewing. It documents Thompson’s work on the movie Fear and Loathing in Las Vegas, his arrest for drunk driving, and his subsequent fight with the court system. When I Die (2005) is a video chronicle of making Thompson’s final farewell wishes a reality, and documents the send-off itself. Free Lisl: Fear and Loathing in Denver (2006) chronicles Thompson’s efforts in helping to free Lisl Auman, who was sentenced to life in prison without parole for the shooting of a police officer, a crime she didn’t commit. All three films are only available online.[79] In Come on Down: Searching for the American Dream[80] (2004) Thompson gives director Adamm Liley insight into the nature of the American Dream over drinks at the Woody Creek Tavern. Buy the Ticket, Take the Ride: Hunter S. Thompson on Film (2006) was directed by Tom Thurman, written by Tom Marksbury, and produced by the Starz Entertainment Group. The original documentary features interviews with Thompson’s inner circle of family and friends, but the thrust of the film focuses on the manner in which his life often overlapped with numerous Hollywood celebrities who became his close friends, such as Johnny Depp, Benicio del Toro, Bill Murray, Sean Penn, John Cusack, Thompson’s wife Anita, son Juan, former Senators George McGovern and Gary Hart, writers Tom Wolfe and William F. Buckley, actors Gary Busey and Harry Dean Stanton, and the illustrator Ralph Steadman among others. Blasted!!! The Gonzo Patriots of Hunter S. Thompson (2006), produced, directed, photographed and edited by Blue Kraning, is a documentary about the scores of fans who volunteered their privately owned artillery to fire the ashes of the late author, Hunter S. Thompson. Blasted!!! premiered at the 2006 Starz Denver International Film Festival, part of a tribute series to Hunter S. Thompson held at the Denver Press Club. In 2008, Academy Award-winning documentarian Alex Gibney (Enron: The Smartest Guys in the Room, Taxi to the Dark Side) wrote and directed a documentary on Thompson, titled Gonzo: The Life and Work of Dr. Hunter S. Thompson. The film premiered on January 20, 2008, at the Sundance Film Festival. Gibney uses intimate, never-before-seen home videos, interviews with friends, enemies and lovers, and clips from films adapted from Thompson’s material to document his turbulent life.

    #USA #littérature #journalisme #famille #violence

  • Le magazine « Challenges » censuré au nom du #secret_des_affaires
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/050218/le-magazine-challenges-censure-au-nom-du-secret-des-affaires

    Lundi 16 janvier, le tribunal de commerce de Paris a ordonné au magazine #Challenges de retirer de son site internet un article sur les difficultés financières rencontrées par Conforama, au nom du secret des affaires. Une censure absurde alors que, depuis deux mois, la maison mère de la chaîne de distribution, #Steinhoff International, est empêtrée dans un scandale « à la Enron » chroniqué chaque semaine dans la presse, justement. Le secret des affaires se révèle bien une arme pour faire taire la presse.

    #Economie #droit_de_la_presse

  • What the Enron E-mails Say About Us | The New Yorker
    http://www.newyorker.com/magazine/2017/07/24/what-the-enron-e-mails-say-about-us

    Given that e-mail leaks can imperil governments, it seems odd that correspondents spend so little time reviewing basic work before they press send. Writing, along with fire-making and the invention of the wheel, is widely held to be a milestone of human progress. This view will seem naïve to anybody who has read much human writing. In its feral form, prose is unhinged, mystifying, and repetitive. Writers feel moved to “get things down on paper,” usually incoherently, and even in guarded moods say alarming stuff because they don’t know where to put their commas. (“Time to eat children!”) The true wellspring of civilization isn’t writing; it is editing. E-mail, produced in haste, rarely receives the requisite attention. That is bad for us but good for posterity—and for students of the literary gestures we imprudently put in pixels. When inboxes are gathered, cracked open, and studied, they become a searchable, sortable atlas for the contours of our social minds.

    the archive has been pulled apart and pecked up; it has been digested by computers and referred to by more than three thousand academic papers. This makes it, in the annals of scholarship, something strange: a canonic research text that no one has actually read. Mostly, that’s because it is too long, and too boring, for complete human consumption. When the e-mails were released, in 2003, the dump was more jumbled than even computers could handle

    Computers can do little with a text that humans could not, but they make some laborious work go faster. In 1949, an Italian Jesuit priest named Roberto Busa presented a pitch to Thomas J. Watson, of I.B.M. Busa was trained in philosophy, and had just published his thesis on St. Thomas Aquinas, the Catholic theologian with a famously unmanageable œuvre. (Work on a multivolume critical edition of Aquinas’s philosophy, commissioned by the Vatican, began in 1879 and is nowhere near done.) Busa had begun to wonder whether Watson’s computing machines could aid his work. Watson backed him, and, for the next thirty years, Busa encoded sixty-five thousand pages of Thomist text so that it could be word-searched, cross-referenced, and what we now call hyperlinked. The Index Thomisticus was the first corpus to be primed for digital scholarship, no less impressive because it started on punch cards and ended up online. “Digitus Dei est hic!” Busa punned in 2004. The finger of God is here.

    Most results were unsurprising: people e-mailed more formally when dealing with business, across a gap in rank, with people they scarcely knew, and to a bigger audience. Oddly, though, e-mails grew more informal as the list of addressees expanded beyond ten. The researchers hypothesized that people like to strike a slouchy pose before big workplace audiences, the better to seem the cool kid in a class of dweebs.

    In 2014, an enterprising business-English teacher named Evan Frendo had the idea of using the corpus to locate phrases helpful to the foreign businessperson working with Americans. After what must have been punishing study, he discovered a fixation on “ball” metaphors. “I thought I’d get the ball rolling,” one Enroner wrote. “Sounds like you guys had a ball at dinner,” another said. “I played hard ball and told them that I had to have more time,” a correspondent reported. “Someone REALLY dropped the ball here!” an employee chides. “From June 1, we will be totally on the ball,” reads an e-mail that you don’t believe. “I will pretty much leave it in your ball park about Friday night,” somebody writes (a message that Frendo correctly annotates “???”). All told, the corpus contained six hundred and two instances of ball speech, apparently covering every scenario in modern American business. It is not clear that this compendium eases the task of the Danish banker on a morning flight to Dallas. But perhaps it tells him where to focus his study.

    In the iconoclastic 1980 book “Is There a Text in This Class?” Stanley Fish attacked the field of stylistics, and the tendency to equate the work of the humanities researcher with the work of the scientist. The equivalence was false, Fish thought, because the inquiries had different goals. Scientists were trying to zero in on something fixed and unknown: the laws of nature and their potential applications. Humanists were working with something variable and contingent: the way a text produced meaning for a given group of readers. You could turn up patterns in any long piece of writing without showing that such patterns were germane to how the work communicated. The most revealing question about a piece of text was the obvious one: How does it mean?

    When the Enron scandal broke, last decade, e-mail was the most wanton kind of media. It is no longer so—people now have indecent texts at home, manic Slack threads in the workplace, and, for just about every venue, crankish, boastful Facebook, filled with babies and bad news. As the scandals of the past few years show, however, indecorum hasn’t left our inboxes, and the lives behind the @ symbol may still have something to hide.

    #Mail #Humanités_numériques

  • « Bahamas Leaks » : la société offshore cachée de l’ex-commissaire européenne à la concurrence
    https://www.crashdebug.fr/international/12377-bahamas-leaks-la-societe-offshore-cachee-de-l-ex-commissaire-europe

    Neelie Kroes a été directrice, entre 2000 et 2009, d’une société enregistrée aux Bahamas, dont l’existence

    n’a jamais été révélée à Bruxelles.

    Le Monde et les médias partenaires du Consortium #International des journalistes d’investigation (ICIJ) ont eu accès à de nouveaux documents confidentiels, les « Bahamas Leaks », portant sur l’équivalent d’un « registre du commerce » bahamien. Parmi les plus de 175 000 structures offshore enregistrées dans ce paradis fiscal depuis 1990, certaines sont liées à des personnalités politiques de premier plan.

    Les « Bahamas Leaks » en bref

    Cinq mois après les « Panama papers », Le Monde et ses partenaires du consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) ont eu accès à de nouveaux documents confidentiels sur le monde opaque des paradis fiscaux : les « Bahamas (...)

    #En_vedette #Ça_s'est_dit_par_là...

    • Missiles, énergie, banque, les nébuleux intérêts d’une ex-commissaire de l’UE RTS Pauline Turuban
      http://www.rts.ch/info/monde/8035884-missiles-energie-banque-les-nebuleux-interets-d-une-ex-commissaire-de-l-

      Mise en cause dans les Bahamas Leaks pour une société offshore non déclarée, ce n’est pas la première fois que Neelie Kroes, ex-commissaire européenne à la Concurrence, est visée pour ses liens ambigus avec le secteur privé.

      L’ex-commissaire européenne Neelie Kroes a dirigé entre 2000 et 2009 une société offshore enregistrée aux Bahamas, à l’insu des autorités bruxelloises, a affirmé mercredi Le Monde qui a eu accès aux Bahamas Leaks.

      Selon le quotidien français, ladite société, Mint Holdings Limited, devait à l’origine servir à racheter plus de 6 milliards de dollars d’actifs à la branche internationale énergie d’Enron. L’opération financière est tombée à l’eau mais la société, elle, a poursuivi d’autres activités, dont Le Monde dit ignorer la nature.

      Neelie Kroes plaide l’"omission"
      Nommée commissaire à la concurrence au sein de la commission Barroso I en 2004, Neelie Kroes n’a lâché ses fonctions d’administratrice de Mint Holdings qu’en 2009, deux mois avant de changer de portefeuille pour devenir commissaire à la société numérique.

      La Néerlandaise n’a jamais fait mention de sa société offshore dans sa déclaration d’intérêts, alors même que ses fonctions de gendarme des pratiques commerciales européennes l’amenaient à orchestrer la libéralisation du marché de l’énergie - un lien direct avec les activités d’Enron.

      Contactée par Le Monde, Neelie Kroes a admis avoir été nommée « directrice non exécutive » de Mint Holdings et expliqué avoir « omis » de mettre la Commission au courant. Elle a ajouté n’avoir tiré aucun avantage financier de cette société.

      Lobbyiste pour une multinationale de défense
      Les nombreux liens de Neelie Kroes avec le monde économique ont déjà été pointés du doigt par le passé. Lorsqu’elle intègre l’organe exécutif de l’UE en 2004, Neelie Kroes a 63 ans et déjà une longue carrière derrière elle, en politique - elle a notamment été ministre des Transports aux Pays-Bas - mais surtout dans les affaires.

      Sa déclaration d’entrée en fonction fait ainsi état de 25 liens d’intérêts, dont plusieurs au sein de conseils d’administration. Bien avant les révélations sur Mint Holdings Limited, le Wall Street Journal y relève déjà une autre omission d’importance.

      Dans un article daté d’octobre 2004, le quotidien américain accuse Neelie Kroes de ne pas avoir déclaré une mission menée entre 1996 et 1997 en tant que lobbyiste pour la division « missiles » de l’entreprise de défense américaine Lockheed Martin Corp.

      Or, selon le Wall Street Journal, Lockheed est à l’époque étroitement lié à des entreprises faisant l’objet d’une investigation de la part de la commission de la concurrence.

      Un risque de conflit d’intérêts admis par les officiels européens
      Dans ce même article, des officiels européens admettent n’avoir jamais eu affaire à un candidat ayant autant de liens avec le monde des affaires, et représentant donc un tel risque de conflit d’intérêts.

      Mais « le défi que représente la gestion de ses conflits d’intérêts est un petit prix à payer pour bénéficier de son expérience du business », selon les termes de l’un d’entre eux.

      Pour rassurer, Neelie Kroes donne toutefois quelques gages : elle promet à José Manuel Barroso qu’elle ne traitera aucun dossier impliquant des conseils d’administration au sein desquels elle a siégé. Surtout, elle promet qu’elle n’acceptera plus d’activité commerciale à l’issue de son premier mandat à la Commission européenne.

      Promesse non tenue
      Douze ans et un deuxième mandat à la Commission européenne plus tard, force est de constater que la promesse n’a pas été tenue. En mars 2015, Neelie Kroes a été nommée « conseillère spéciale » pour la banque Merrill Lynch.

      Au printemps 2016, l’ex-commissaire européenne à la société numérique a en outre rejoint les conseils d’administration de deux géants de l’économie digitale, Salesforce et Uber. Des reconversions qui ont toutes reçu l’aval de Bruxelles.

  • « #Bahamas_Leaks » : l’ex-commissaire européenne à la concurrence avait une société offshore cachée
    http://www.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2016/09/21/bahamas-leaks-l-ex-commissaire-europeenne-a-la-concurrence-avait-une-societe

    Classée cinq années de suite parmi les femmes les plus puissantes du monde par le magazine Forbes, #Neelie_Kroes, ex-commissaire européenne à la concurrence (2004-2009) de la Commission #Barroso, a été directrice, entre 2000 et 2009, de Mint Holdings Limited, une société enregistrée aux Bahamas. Selon nos informations, l’existence de cette société offshore n’a jamais été révélée aux autorités bruxelloises comme elle aurait pourtant dû l’être dans les déclarations d’intérêt remplies par Mme Kroes à son entrée en poste. Elle y affirmait pourtant avoir abandonné tous ses mandats avant son entrée à la Commission.

    #commission_européenne #évasion_fiscale

    • Missiles, énergie, banque, les nébuleux intérêts d’une ex-commissaire de l’UE RTS Pauline Turuban
      http://www.rts.ch/info/monde/8035884-missiles-energie-banque-les-nebuleux-interets-d-une-ex-commissaire-de-l-

      Mise en cause dans les Bahamas Leaks pour une société offshore non déclarée, ce n’est pas la première fois que Neelie Kroes, ex-commissaire européenne à la Concurrence, est visée pour ses liens ambigus avec le secteur privé.

      L’ex-commissaire européenne Neelie Kroes a dirigé entre 2000 et 2009 une société offshore enregistrée aux Bahamas, à l’insu des autorités bruxelloises, a affirmé mercredi Le Monde qui a eu accès aux Bahamas Leaks.

      Selon le quotidien français, ladite société, Mint Holdings Limited, devait à l’origine servir à racheter plus de 6 milliards de dollars d’actifs à la branche internationale énergie d’Enron. L’opération financière est tombée à l’eau mais la société, elle, a poursuivi d’autres activités, dont Le Monde dit ignorer la nature.

      Neelie Kroes plaide l’"omission"
      Nommée commissaire à la concurrence au sein de la commission Barroso I en 2004, Neelie Kroes n’a lâché ses fonctions d’administratrice de Mint Holdings qu’en 2009, deux mois avant de changer de portefeuille pour devenir commissaire à la société numérique.

      La Néerlandaise n’a jamais fait mention de sa société offshore dans sa déclaration d’intérêts, alors même que ses fonctions de gendarme des pratiques commerciales européennes l’amenaient à orchestrer la libéralisation du marché de l’énergie - un lien direct avec les activités d’Enron.

      Contactée par Le Monde, Neelie Kroes a admis avoir été nommée "directrice non exécutive" de Mint Holdings et expliqué avoir « omis » de mettre la Commission au courant. Elle a ajouté n’avoir tiré aucun avantage financier de cette société.

      Lobbyiste pour une multinationale de défense
      Les nombreux liens de Neelie Kroes avec le monde économique ont déjà été pointés du doigt par le passé. Lorsqu’elle intègre l’organe exécutif de l’UE en 2004, Neelie Kroes a 63 ans et déjà une longue carrière derrière elle, en politique - elle a notamment été ministre des Transports aux Pays-Bas - mais surtout dans les affaires.

      Sa déclaration d’entrée en fonction fait ainsi état de 25 liens d’intérêts, dont plusieurs au sein de conseils d’administration. Bien avant les révélations sur Mint Holdings Limited, le Wall Street Journal y relève déjà une autre omission d’importance.

      Dans un article daté d’octobre 2004, le quotidien américain accuse Neelie Kroes de ne pas avoir déclaré une mission menée entre 1996 et 1997 en tant que lobbyiste pour la division « missiles » de l’entreprise de défense américaine Lockheed Martin Corp.

      Or, selon le Wall Street Journal, Lockheed est à l’époque étroitement lié à des entreprises faisant l’objet d’une investigation de la part de la commission de la concurrence.

      Un risque de conflit d’intérêts admis par les officiels européens
      Dans ce même article, des officiels européens admettent n’avoir jamais eu affaire à un candidat ayant autant de liens avec le monde des affaires, et représentant donc un tel risque de conflit d’intérêts.

      Mais « le défi que représente la gestion de ses conflits d’intérêts est un petit prix à payer pour bénéficier de son expérience du business », selon les termes de l’un d’entre eux.

      Pour rassurer, Neelie Kroes donne toutefois quelques gages : elle promet à José Manuel Barroso qu’elle ne traitera aucun dossier impliquant des conseils d’administration au sein desquels elle a siégé. Surtout, elle promet qu’elle n’acceptera plus d’activité commerciale à l’issue de son premier mandat à la Commission européenne.

      Promesse non tenue
      Douze ans et un deuxième mandat à la Commission européenne plus tard, force est de constater que la promesse n’a pas été tenue. En mars 2015, Neelie Kroes a été nommée « conseillère spéciale » pour la banque Merrill Lynch.

      Au printemps 2016, l’ex-commissaire européenne à la société numérique a en outre rejoint les conseils d’administration de deux géants de l’économie digitale, Salesforce et Uber. Des reconversions qui ont toutes reçu l’aval de Bruxelles.

  • L’ex-commissaire européenne Neelie Kroes va à la soupe chez uber

    Uber se dote d’un comité de conseil de 8 personnalités, dont l’ex-commissaire Kroes, Belga 5 Mai 2016


    Source : http://www.rtbf.be/info/medias/detail_uber-se-dote-d-un-comite-de-conseil-de-8-personnalites-dont-l-ex-commiss

    (Belga) L’ex-commissaire européenne Neelie Kroes et une série d’autres personnalités politiques et économiques de plusieurs continents ont rejoint un comité chargé de conseiller le controversé service américain de réservation mobile de voiture avec chauffeur Uber.
    Ce dernier a annoncé mercredi sur son blog officiel avoir organisé cette semaine la première réunion de son « comité de conseil en politique publique ». Appelé à siéger deux fois par an, il doit conseiller l’entreprise sur des questions de régulation, de politiques publiques ou d’image, a détaillé un porte-parole.

    Neelie Kroes avait été chargée successivement à la Commission européenne des questions de concurrence, puis des nouvelles technologies.
    Elle avait notamment apporté son soutien à Uber en 2014 quand la justice belge avait ordonné à la société américaine de cesser ses activités de covoiturage entre particuliers (UberPop) à Bruxelles, se disant « scandalisée » face à une décision qui « protège un cartel de taxis ».

    La liste de 8 personnalités publiée par Uber sur son blog comprend aussi notamment l’ancien secrétaire américain aux Transports Ray LaHood, l’ex-président de l’autorité de la concurrence australienne Allan Fels, un ex-Premier ministre péruvien, Roberto Danino, ou encore la princesse saoudienne Reema Bint Bandar Al Saud.
    Uber est l’une des startups non cotées les plus en vue de la Silicon Valley, avec une valorisation estimée à une cinquantaine de milliards de dollars, mais sa croissance très rapide s’est accompagnée de nombreuses polémiques : les taxis traditionnels l’accusent de concurrence illégales, et plusieurs villes ont interdit le service, dont Bruxelles à la suite de deux jugements intervenus en 2014 et 2015.

    #L'Europe_en_mieux http://seenthis.net/people/uef_france http://seenthis.net/people/taurillon #Citoyenneté_européenne #Europe #euro #UEF #union_européenne #Commission_européenne #Corruption #Marché_commun #Europe_à_l'école #à_la_soupe

    • Missiles, énergie, banque, les nébuleux intérêts d’une ex-commissaire de l’UE RTS Pauline Turuban
      http://www.rts.ch/info/monde/8035884-missiles-energie-banque-les-nebuleux-interets-d-une-ex-commissaire-de-l-

      Mise en cause dans les Bahamas Leaks pour une société offshore non déclarée, ce n’est pas la première fois que Neelie Kroes, ex-commissaire européenne à la Concurrence, est visée pour ses liens ambigus avec le secteur privé.

      L’ex-commissaire européenne Neelie Kroes a dirigé entre 2000 et 2009 une société offshore enregistrée aux Bahamas, à l’insu des autorités bruxelloises, a affirmé mercredi Le Monde qui a eu accès aux Bahamas Leaks.

      Selon le quotidien français, ladite société, Mint Holdings Limited, devait à l’origine servir à racheter plus de 6 milliards de dollars d’actifs à la branche internationale énergie d’Enron. L’opération financière est tombée à l’eau mais la société, elle, a poursuivi d’autres activités, dont Le Monde dit ignorer la nature.

      Neelie Kroes plaide l’"omission"
      Nommée commissaire à la concurrence au sein de la commission Barroso I en 2004, Neelie Kroes n’a lâché ses fonctions d’administratrice de Mint Holdings qu’en 2009, deux mois avant de changer de portefeuille pour devenir commissaire à la société numérique.

      La Néerlandaise n’a jamais fait mention de sa société offshore dans sa déclaration d’intérêts, alors même que ses fonctions de gendarme des pratiques commerciales européennes l’amenaient à orchestrer la libéralisation du marché de l’énergie - un lien direct avec les activités d’Enron.

      Contactée par Le Monde, Neelie Kroes a admis avoir été nommée « directrice non exécutive » de Mint Holdings et expliqué avoir « omis » de mettre la Commission au courant. Elle a ajouté n’avoir tiré aucun avantage financier de cette société.

      Lobbyiste pour une multinationale de défense
      Les nombreux liens de Neelie Kroes avec le monde économique ont déjà été pointés du doigt par le passé. Lorsqu’elle intègre l’organe exécutif de l’UE en 2004, Neelie Kroes a 63 ans et déjà une longue carrière derrière elle, en politique - elle a notamment été ministre des Transports aux Pays-Bas - mais surtout dans les affaires.

      Sa déclaration d’entrée en fonction fait ainsi état de 25 liens d’intérêts, dont plusieurs au sein de conseils d’administration. Bien avant les révélations sur Mint Holdings Limited, le Wall Street Journal y relève déjà une autre omission d’importance.

      Dans un article daté d’octobre 2004, le quotidien américain accuse Neelie Kroes de ne pas avoir déclaré une mission menée entre 1996 et 1997 en tant que lobbyiste pour la division « missiles » de l’entreprise de défense américaine Lockheed Martin Corp.

      Or, selon le Wall Street Journal, Lockheed est à l’époque étroitement lié à des entreprises faisant l’objet d’une investigation de la part de la commission de la concurrence.

      Un risque de conflit d’intérêts admis par les officiels européens
      Dans ce même article, des officiels européens admettent n’avoir jamais eu affaire à un candidat ayant autant de liens avec le monde des affaires, et représentant donc un tel risque de conflit d’intérêts.

      Mais « le défi que représente la gestion de ses conflits d’intérêts est un petit prix à payer pour bénéficier de son expérience du business », selon les termes de l’un d’entre eux.

      Pour rassurer, Neelie Kroes donne toutefois quelques gages : elle promet à José Manuel Barroso qu’elle ne traitera aucun dossier impliquant des conseils d’administration au sein desquels elle a siégé. Surtout, elle promet qu’elle n’acceptera plus d’activité commerciale à l’issue de son premier mandat à la Commission européenne.

      Promesse non tenue
      Douze ans et un deuxième mandat à la Commission européenne plus tard, force est de constater que la promesse n’a pas été tenue. En mars 2015, Neelie Kroes a été nommée « conseillère spéciale » pour la banque Merrill Lynch.

      Au printemps 2016, l’ex-commissaire européenne à la société numérique a en outre rejoint les conseils d’administration de deux géants de l’économie digitale, Salesforce et Uber. Des reconversions qui ont toutes reçu l’aval de Bruxelles.

  • Dans la série « un homme peut tromper 40 millions de personnes 40 millions de fois », la suite de ça http://seenthis.net/messages/272986

    UMP : Forte hausse des adhésions malgré les affaires qui s’accumulent

    Bien sûr on ne peut pas se fier à ce genre d’information, ce serait comme prendre pour argent comptant une publication financière d’Enron. N’empêche vu que jusqu’ici les sondages ont toujours été confirmés par les urnes, y a bien un moment où il faudra bien s’obliger à disséquer la psychologie d’un militant UMP.

    http://www.20minutes.fr/article/1419243/ynews1419243?xtor=RSS-176

    #french_corruption

    Les adhérents UMP ne sont pas des Français comme les autres. En général, la multiplication des affaires refroidissent les électeurs. Mais les militants UMP, eux, s’investissent encore plus. C’est le résultat de l’enquête d’Europe 1, qui montre qu’entre juin 2013 et juin 2014, le parti est passé de 124.000 adhérents à 161.000.

    Soit une hausse de près de 30 % en un an, alors que les affaires se sont accumulées(...)

    quant au bénéficiaire, bien entendu, il peut jubiler. Il a réussi à sortir renforcé de ce qui aurait pu (dû) l’abattre. Et il sait que s’il gagne la primaire il redeviendra président de la république, vu que la justice française ne pourra dès lors plus inquiéter le premier représentant de l’opposition, sous peine de faire passer Hollande pour Poutine...

    « Une vraie dynamique liée à ce qui touche Nicolas Sarkozy »

    Comment expliquer ce regain ? L’UMP a envoyé en « automatique » une carte d’adhérent à tous ceux qui ont participé au Sarkothon à l’été 2013, rapporte Europe 1. Et ils étaient 65.000 à s’être mobilisés pour rembourser les 11 millions d’euros.

    (...) Un afflux qui pourrait jouer sur le prochain congrès qui désignera le nouveau patron de l’UMP.

  • A Rather Nosy Topic Model Analysis of the Enron Email Corpus | Data and Analysis with R, for Work and Fun
    http://rforwork.info/2013/11/03/a-rather-nosy-topic-model-analysis-of-the-enron-email-corpus

    Having only ever played with Latent Dirichlet Allocation using gensim in python, I was very interested to see a nice example of this kind of topic modelling in R. Whenever I see a really cool analysis done, I get the urge to do it myself. What better corpus to do topic modelling on than the Enron email dataset?!?!? Let me tell you, this thing is a monster!

    #text_mining en #R (pas très concluant) via @francoisbriatte

  • #Google sait identifier les « phrases problématiques » dans un e-mail - Numerama
    http://www.numerama.com/magazine/25889-google-sait-identifier-les-34phrases-problematiques34-dans-un-e-mail

    Nos e-mails nous trahissent, comme nous le rappelaient les affaires Goldman Sachs, Enron, MegaUpload... Nos discussions sensibles laissent désormais des traces... Mais Google a la solution. Il vient de déposer un brevet pour identifier les phrases problématiques dans un document électronique, comme un e-mail, avec la prise en compte d’un contexte (à savoir le destinataire du document) selon la politique et le droit. Le but : éviter la fuite de données confidentielles, accidentellement ou non. (...)

  • Too-Big-to-Fail Banks Limit Prosecutor Options, Holder Says - Bloomberg
    http://www.bloomberg.com/news/2013-03-06/too-big-to-fail-banks-limit-prosecutor-options-holder-testifies.html

    The size of the largest financial institutions has made it difficult for the U.S. Justice Department to bring criminal charges when there’s wrongdoing, Attorney General Eric Holder said.

    Criminal charges against a bank — something that could threaten its existence — may also endanger the national or global economies in the case of the largest ones, because of their size and interconnectedness. That has “made it difficult for us to prosecute” some of those institutions, Holder said today at a Senate Judiciary Committee hearing.

    Dean Baker: Big Bank Immunity: When Do We Crack Down on Wall Street?
    http://www.cepr.net/index.php/op-eds-&-columns/op-eds-&-columns/big-bank-immunity-when-do-we-crack-down-on-wall-street

    First off, we should not assume that just because the Justice Department says it is concerned about financial instability that this is the real reason that they are not prosecuting a big bank. There is precedent for being less than honest about such issues.

    When Enron was about to collapse in 2002 as its illegal dealings became public, former Treasury Secretary Robert Rubin, who was at the time a top Citigroup executive, called a former aide at Treasury. He asked him to intervene with the bond rating agencies to get them to delay downgrading Enron’s debt. Citigroup owned several hundred million dollars in Enron debt at the time. If Rubin had gotten this delay Citigroup would have been able to dump much of this debt on suckers before the price collapsed.

    The Treasury official refused. When the matter became public, Robert Rubin claimed that he was concerned about instability in financial markets.

    It is entirely possible that the reluctance to prosecute big banks represents the same sort of fear of financial instability as motivated Robert Rubin. In other words, it is a pretext that the Justice Department is using to justify its failure to prosecute powerful friends on Wall Street. In Washington this possibility can never be ruled out.

  • Parfois je me surprend à être d’accord avec des trucs que je lis dans Causeur.. C’est grave docteur ?
    http://www.causeur.fr/retraites-hollande-mali,21091

    On peut parier sans trop de risque que, ce coup-ci, les habituelles grandes têtes molles des éditorialistes économiques et médiatiques vanteront une nouvelle fois la capitalisation en oubliant l’exemple d’Enron en 2001 qui a spéculé avec les économies des salariés américains, a maquillé ses comptes et a perdu 20 milliards d’euros en ruinant quelques centaines de milliers de retraités. Et ce ne fut que le début d’une longue série avec notamment, en 2008, un effondrement des fonds de pension irlandais, anglais et néerlandais et, sur toute la zone OCDE, fin 2008, une perte de 20% de l’ensemble des montants des fonds de pension.

    Oui, on continuera à encourager la capitalisation contre la répartition, la compétition sur les marchés contre la solidarité intergénérationnelle.

    #retraites #capitalisation #répartition #causeur

  • TheFreeDictionary.com
    http://financial-dictionary.thefreedictionary.com/_/dict.aspx?word=Cockroach+Theory

    Cockroach Theory
    A non-scientific market theory that bad news comes in large bunches, rather than a little at a time. In other words, the cockroach theory states that if one company in a sector or industry is revealed to have problems, it is likely that other companies in the same sector or industry have problems as well. For example, when it was revealed that Enron’s accounting had been deliberately falsified, it was soon known that other companies, notably WorldCom, also had massive accounting problems. See also: Enron scandal.

    I always thought the cockroach theory was that “if you’ve seen one, there’s a million you can’t see...”

  • Federal Energy Regulatory Commission - Hon Chief Judge Curtis L. Wagner in CPUC vs El Paso Corp Asked to Opine on James Brosnahan, Frank Lindh, Geoffrey Brown, Tony West, Thomas Girardi, Pierce O’Donnell; Refusal by Joe Dunn of Voice of OC – Man Who “Broke” Enron – to Comply with IRS Regulations

    Please see @:

    http://lesliebrodie.wordpress.com/2012/04/11/ferc-judge-curtis-wagner-in-cpuc-vs-el-paso-corp-hereby-aske

  • econoclaste - Le blog d’econoclaste
    http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2009/01/19/1527-l-autre-probleme-de-la-finance

    En bref, il y a une très grande asymétrie d’informations en défaveur de l’épargnant ; le résultat, c’est que le patrimoine des gens est souvent mal placé. Les gens se retrouvent à prendre des risques qu’ils ne souhaitent pas prendre, sans s’en rendre compte (comme les particuliers dont l’argent s’est retrouvé chez Madoff) ; ils ne reçoivent pour leurs placements qu’une rentabilité inférieure à ce à quoi ils pourraient prétendre, étant donnée leur exposition au risque ; leur patrimoine est très insuffisamment diversifié ; le patrimoine immobilier y joue un rôle disproportionné ; aux USA, nombre de salariés ont leur plan d’épargne retraite 401(K) lourdement chargé en actions de leur employeur, alors que si celui-ci fait faillite, ils perdront et leur emploi et leur épargne (cf Enron) ; ils paient des frais de gestion pour bénéficier d’une performance inférieure à celle du marché dans son ensemble. Ils sont même encouragés par la fiscalité à agir dans ce sens ; celle-ci avantage lourdement des p

    #éducation #finance #information #argent