company:evrst

  • Saison 3 en vue pour la pépinière d’artistes de l’Aéronef, de la Cave aux poètes et du Grand Mix - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/91201/article/2016-12-16/saison-3-en-vue-pour-la-pepiniere-d-artistes-de-l-aeronef-de-la-cave-au

    Saison 3 en vue pour la pépinière d’artistes de l’Aéronef, de la Cave aux poètes et du Grand Mix
    La Métropole de Lille financera bien une troisième saison de la PAM, pépinière d’artistes « musiques actuelles ». L’Aéronef, la Cave aux poètes et le Grand Mix couvent chacun un groupe pour l’aider à réussir sa professionnalisation.

    Par Bruno Renoul | Publié le 16/12/2016

    Toutes les parties intéressées voient dans la PAM l’instrument idéal pour muscler la scène locale métropolitaine. La Métropole de Lille, qui finance ce dispositif à hauteur de 70 000 € par an. Les salles de spectacle qui l’ont conçu et le portent, l’Aéronef de Lille, le Grand Mix de Tourcoing et la Cave aux poètes de Roubaix. Et bien sûr les artistes qui en ont bénéficié.

    Alors ça va continuer : Olivier Henno (UDI), qui était alors encore vice-président à la culture avant les modifications survenues dans l’exécutif métropolitain le 15 décembre, a annoncé cette semaine le maintien de la subvention en 2017. Pour une troisième saison, donc.

    « 
    Ce dispositif nous a permis de rencontrer des gens, de sortir de la région et de notre entourage

     »

    Depuis 2015, chacune de ces trois salles parraine et suit un groupe en particulier, dans l’objectif de l’aider à franchir le palier de la professionnalisation. « Dans les critères de choix, il y a l’artistique, bien sûr, mais aussi la volonté et la capacité à franchir ce cap », explique Nicolas Lefèvre, le directeur de la Cave aux poètes, qui juge que « sur les 800 groupes qui existent dans la métropole, tous n’ont pas ce souhait ».

    Concrètement, les groupes choisis bénéficient d’un accompagnement personnalisé, fait de rencontres avec des professionnels, d’organisation de résidences et de concerts, et de participation à des ateliers pour apprendre à créer un clip ou à exister sur les réseaux sociaux.

    Evrst, Be4tSlicer et Numérobé
    La première année, le gros lot a été décroché par Chamberlain, Antoine Pesle et Le Duc Factory. Mathieu, l’un des deux membres du duo Chamberlain, juge avec le recul que la PAM a servi d’accélérateur à son groupe. « On avait déjà un contenu artistique, mais quand on envoyait des mails, ça se perdait dans le cosmos, sourit-il. Ce dispositif nous a permis de rencontrer des gens, de sortir de la région et de notre entourage. » Aujourd’hui, tout va bien pour le duo, qui vient de signer avec un agent et un label.

    Cette année, les trois groupes qui bénéficient de ce dispositif – Evrst, Be4t Slicer et Numérobé (voir vidéos ci-dessous) – ont pu à leur tour jouer aux Trans Musicales de Rennes, ou à Crossroads, le nouveau festival de showcases de la Condition publique, à Roubaix. Cette semaine, ils suivaient une session de formation de deux jours. Les voilà (presque) prêts à voler de leurs propres ailes !❞

  • Les collégiens de Lucie-Aubrac sèment la culture sur les ondes - Nord Eclair
    http://www.nordeclair.fr/18129/article/2016-12-07/les-collegiens-de-lucie-aubrac-sement-la-culture-sur-les-ondes

    Les collégiens de Lucie-Aubrac sèment la culture sur les ondes
    RadioBrac, l’émission des élèves de troisième du collège Lucie-Aubrac de Tourcoing, a été diffusée en direct ce mercredi du Grand Mix. Les collégiens ont pris de l’assurance pour cette deuxième émission.
    Par Anne COURTEL | Publié le07/12/2016

    Lors de la diffusion en direct du Grand Mix ce mercredi. PHOTO LUDOVIC MAILLARD

    Sous la nef du Grand Mix, les collégiens de Lucie-Aubrac avaient l’air un peu impressionnés. Mais il a suffi que les micros s’ouvrent pour que le trac s’envole. La deuxième émission de RadioBrac était consacrée à la culture et c’est Benjamin et Rania qui étaient les rédacteurs-en-chef du jour. « Nous aurions pu nous installer au Jardin Botanique mais ce n’est pas de cette culture dont nous voulions parler », expliquent-ils dans leur lancement. Ils ont ainsi décliné le proverbe africain : « Un homme sans culture ressemble à un zèbre sans rayures. »

    Pour cette émission, ils avaient invité Peter Maenhout, adjoint à la culture, Simon Castel de l’Institut du Monde arabe… L’IMA auquel ils ont consacré un reportage le jour de l’inauguration.

    Prenant de l’assurance, les jeunes ont même essayé de décrocher un scoop : qui le Grand Mix invitait pour ses vingt ans en septembre 2017 ? Mais Vincent Nocrekul, directeur de communication, a avoué que rien n’était calé… Bien tenté !

    Ils ont également interviewé le groupe Evrst, en résidence au Grand Mix ou Alexandre Temperville, jeune docteur en informatique sur les algorithmes.

    La conception de cette émission de radio permet d’aborder les différentes disciplines. Mais elle permet surtout de prendre confiance.

    Un défi à chaque émission
    Comme le raconte Marjolaine Labelle, animatrice à Radio Boomerang, « la première émission, ils l’ont enregistrée au collège. Là ils ont dû sortir, côtoyer des personnes qu’ils ne connaissaient pas. C’était moins confortable mais finalement, alors que certains étaient très stressés, ils s’en sont super bien sortis. C’est la magie du micro  ! En plus ils ont l’air d’y prendre plaisir… » Et d’ici la fin de l’année, ils pourraient prendre la place de Marjolaine. « À chaque émission, on leur donne un nouveau défi. Peut-être qu’à la fin de l’année, ils enregistreront en public », sourit Rachid Sadaoui, l’œil sur le chronomètre pendant l’émission. Professeur principal de cette classe, il mène le projet avec Mathieu Asseman, documentaliste.

    Et déjà ils pensent à la prochaine émission, programmée le 8 février à 12 heures. Le thème : prospective territoriale et politique. Tout un programme !

    Il est possible de retrouver les émissions et les reportages en intégralité sur le blog Luciesphere.