company:exxon

  • South Africa’s Landmark Oil Find Opens Prospect of Drilling Rush - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-02-07/total-discovery-opens-new-petroleum-province-off-south-africa


    source: Africa Oil Corp

    South Africa’s first deep-water discovery, reported Thursday by French oil major Total SA, may prompt a rush of activity offshore by competitors as the country works to cut its reliance on imported fuels.

    The Brulpadda find, estimated at about 1 billion barrels by Total Chief Executive Officer Patrick Pouyanne, could be enough to supply South Africa’s refineries for almost four years. That’s a boon for a country that has always been short of oil and is running out of its scant domestic supply of gas.
    […]
    The field of primarily gas-condensate — a light liquid hydrocarbon — was discovered about 175 kilometers (109 miles) off the country’s southern coast in the Outeniqua Basin. The area, where Exxon Mobil Corp. and Eni SpA also hold stakes, may now draw further interest, especially since South Africa is due to introduce new legislation later this year aimed at spurring exploration.


    source: Total

    Les deux cartes proviennent de cet article du 29/01/2019
    South Africa could be days away from a massive new deepsea energy find
    https://www.businessinsider.co.za/totals-brulpadda-find-in-south-africa-2019-1


  • Guyana rechazó la versión de Arreaza sobre los barcos de ExxonMobil
    http://www.el-nacional.com/noticias/mundo/guyana-rechazo-version-arreaza-sobre-los-barcos-exxonmobil_266206

    Enième incident de frontière entre Venezuela et Guyana : le 23/12/2018, une frégate vénézuélienne interrompt les opérations de prospection sismique d’un navire opérant sur une concession du Guyana à ExxonMobil.

    La nota divulgada por Jorge Arreaza aseguraba que los capitanes interceptados aseguraron disponer de un permiso de Guyana para operar en dicho espacio marítimo

    El ministro de Relaciones Exteriores de Guyana, Carl Greenidge, rechazó hoy la versión de Venezuela según la cual el Ejecutivo de Georgetown autorizó la incursión en aguas del país bolivariano de buques de exploración sísmica de la compañía ExxonMobil.

    Greenidge reiteró durante un acto público en Georgetown que los barcos noruegos contratados por ExxonMobil fueron interceptados por la Armada venezolana y rechazó la afirmación de la Cancillería de que estuvieran operando en sus aguas territoriales.

    El jefe de la diplomacia de Guyana calificó además de absurdas las palabras de la vicepresidenta de Venezuela, Delcy Rodríguez, sobre una supuesta incursión en aguas territoriales del país sudamericano.

    La Cancillería informó el pasado 23 de diciembre de que la Armada Nacional Bolivariana divisó en aguas jurisdiccionales de Venezuela dos embarcaciones, una con bandera de Bahamas y otra de Trinidad y Tobago, contratadas por la petrolera ExxonMobil.

    La nota divulgada por Jorge Arreaza aseguraba que los capitanes interceptados aseguraron disponer de un permiso de Guyana para operar en dicho espacio marítimo.

    Greenidge dijo que tras repasar lo que describen los medios de comunicación de Venezuela y las conversaciones con los capitanes las coordenadas descritas dejan claro que estaban dentro de la ZEE (Zona Económica Exclusiva) de Guyana.

    Matizó, en concreto, sobre la embarcación Ramford Tetys que fue interceptada en la ZEE y en la plataforma continental de Guyana a una distancia aproximada de 140 kilómetros desde el punto más cercano a la línea equidistante provisional con Venezuela y unos 250 kilómetros desde Punta Playa, el punto más occidental en la frontera terrestre.

    El ministro de Relaciones Exteriores dijo que Guyana no tiene nada de qué preocuparse y que su país está dispuesto a volver reiterar hasta dónde llega su territorio nacional.

    Greenidge sostuvo además que su gobierno está satisfecho con el progreso del caso ante la Corte Internacional de Justicia (CIJ).

    #Esequibo

    • Exxon Mobil Continues Drilling Offshore Guyana Despite Venezuela Incident | Exploration & Production
      https://www.epmag.com/exxon-mobil-continues-drilling-offshore-guyana-despite-venezuela-incident-172

      Exxon Mobil Corp. said Dec. 26 its oil drilling and development activities offshore Guyana were unaffected despite neighboring Venezuela’s navy stopping two seismic survey vessels the company had hired.

      The closest of 10 oil finds Exxon Mobil has made off Guyana’s coast is 110 km (68 miles) away from the northwest part of the Stabroek block, where the navy halted seismic data collection on Dec. 22, the company said. Each country’s government says the incident took place in its territorial waters.

      Exploration and development drilling is continuing in the southeast area of the #Stabroek Block,” the company said in a statement. Exxon Mobil did not say whether the two vessels, owned by Norway’s Petroleum Geo-Services ASA (PGS), planned to continue their survey or return to the area where the incident occurred.

      There were two PGS ships involved in the confrontation, the Ramform Tethys and Delta Monarch, Bard Stenberg, a PGS senior vice president, said Dec. 24.

      A couple hours later we learned that the Venezuelan navy had withdrawn from the area,” Stenberg added.


  • Facebook isn’t a tech company — let’s stop calling it that - CNN
    https://edition.cnn.com/2018/12/15/perspectives/facebook-regulation-tech-company/index.html

    Sometimes it takes an old guy to call out a youngster. Hatch knew that it was time for us to stop referring to Facebook as a tech company. As his spokesman reportedly noted later, Hatch was just using “a common tactic used in Congressional hearings to make a point.”
    Facebook runs ads based on the information it has collected about you. And it has used the imprimatur of “technology” to shift our attention so it — as well as Google — can operate under a different set of rules than all the other media companies that run ads. By clinging to its definition of being a technology company, Facebook and other social media companies enjoy protections under the Communications Decency Act that immunize them from being held liable for hate and other objectionable speech, libel and falsehoods in news stories and advertising that media companies do not.

    To be sure, Facebook utilizes technology, but that doesn’t make it a tech company any more than Exxon Mobil (because it uses instruments to find oil) or Burlington Northern (because it’s based on the invention of the steam engine)."

    David Dodson

    For media companies that run ads, especially ones that use public networks, we tell them that they can’t lie or mislead, that it’s not okay to advertise cigarettes to children or push prescription drugs without including the risks. We have laws governing deceptive advertisements and Truth in Advertising laws. Companies that run ads can’t say a car gets 40 miles per gallon unless it’s true. They can’t say a movie won an Academy Award unless it did. If you say the wool comes from New Zealand, it must.
    Technology companies invent cars that drive themselves, satellites that can identify a license plate from miles away, phones that can guide us through traffic jams, and machines that see inside our bodies. That’s what tech companies do.

    To be sure, Facebook utilizes technology, but that doesn’t make it a tech company any more than Exxon Mobil (because it uses instruments to find oil) or Burlington Northern (because it’s based on the invention of the steam engine).
    Zuckerberg’s genius was harnessing an already existing network and previously developed computer code to allow people to share words and pictures with one another. In return, he runs ads.

    When nearly half of Americans get their news from Facebook, its newsfeed should be subjected to the same standards of fairness, decency and accuracy as newspapers, television and other media outlets.

    For decades, CBS sold beer during weekend football games and toys during Saturday morning cartoons. Long before the internet, folks figured out that by targeting the right audience, they could charge a higher price for running ads. Facebook just does it better.

    #Facebook #Médias_sociaux


  • Le secret des sept soeurs

    http://secretdes7soeurs.blogspot.com

    documentaire en quatre épisodes de 50 minutes.

    "L’histoire commence un soir d’août 1928, en Ecosse, au château d’Achnacarry, où sont réunis les hommes forts de l’industrie pétrolière de l’époque. Le Néerlandais Henri Deterding, cofondateur de la Royal Dutch Oil, propose alors aux autres convives « d’exploiter fraternellement et le plus profitablement possible les ressources pétrolières mondiales ». Zones d’exploitation, prix du transport et de vente… tout est débattu et distribué équitablement. Au petit matin, le pacte est scellé et le nouveau cartel, prêt à dominer le marché planétaire. D’autres compagnies vont bientôt rejoindre ce complot de milliardaires. Exxon, Shell, BP, Mobil, Chevron, Gulf et Texaco forment par la suite le groupe connu sous le nom des Sept Sœurs. Etabli dans le plus grand secret, l’accord informel de 1928 qui les lie ne tient aucun cas des pays consommateurs de pétrole, et encore moins des pays producteurs.

    "
    réalisation Frédéric Tonolli

    https://www.youtube.com/watch?v=RQ86f7Nsf2w


    il y a 4 pisodes

    #pétrole #documentaire #secret_des_7_sœurs


  • Face à l’arrogance du gouvernement, les gilets jaunes ont raison de continuer de se mobiliser Benjamin Pestieau - 27 Novembre 2018
    https://ptb.be/articles/face-l-arrogance-du-gouvernement-les-gilets-jaunes-ont-raison-de-continuer-de-se

    Le mouvement des gilets jaunes impressionne par sa détermination. Face à cette mobilisation des politiciens traditionnels grassement payés par nos impôts réduisent la colère des gens à un problème de « perception ». « Dans quel monde vivent-ils ? » réagissent les gilets jaunes, qui restent mobilisés. C’est que leur mouvement porte sur bien plus de choses que la seule hausse du carburant.

    « Gilets jaunes : les accises sur le diesel vont continuer à augmenter, affirme Charles Michel ». Voilà ce que titrait le journal Le Soir le 23 novembre dernier. Olivier Chastel déclare, lui, que le pouvoir d’achat a augmenté et que c’est « la perception qui est trompeuse ». Des propos arrogants qui n’entendent pas la colère d’en bas. Des politiciens grassement payés par nos impôts et qui réduisent la colère des gens à un problème de « perception ».

    Politiciens du gouvernement : mais dans quel monde vivent-ils ?
    Le prix des carburants augmente. La taxation de l’électricité passe de 6 à 21 %, ce qui contribue à faire de notre électricité une des plus chère d’Europe. Le gouvernement trafique notre salaire avec un saut d’index qui nous a fait perdre 2 % de salaire ou encore une loi qui empêche les augmentations de salaire. Des jeunes sont exclus du chômage. Nos pensions sont parmi les plus basses d’Europe (entre autre à cause des mesures du gouvernement Michel). On supprime des services de proximité (bureau de poste, hôpitaux…), ce qui fait qu’on doit plus se déplacer pour y avoir accès. Etc., etc.

    Mais, malgré tous ces faits, pour nos ministre, la baisse du pouvoir d’achat ne serait qu’une question de « perception ». Ce ne serait pas le résultat de la politique de ce gouvernement et des précédents, mais juste un problème dans notre tête. Ce ne serait pas réel.

    Mais dans quel monde vivent ces politiciens ? Simple : dans un monde de salaires de 6 000 à 12 000 euros par mois. Un monde des privilèges et de réunions dans des salons feutrés. Un monde complètement coupé des réalités de la Belgique d’en bas. Un monde où l’on considère que si le peuple est en colère, c’est « qu’il n’a pas bien compris ».

    Les militants du PTB ont rencontré dans leur travail de terrain quotidien, lors de piquets de grève, dans leur quartier, sur leur lieu de travail ou pendant la campagne électorale les postiers et postières qui gagnent 1400 euros par mois pour un travail très éprouvant, les travailleurs et travailleuses d’Aviapartner, de Lidl, de Ryanair, des hôpitaux, des usines, des jeunes exclus du chômage, des pensionnés qui n’arrivent pas à nouer les deux bouts…

    Et si ces messieurs les politiciens ouvraient les portes et fenêtres de leurs ministères et du Parlement, ils se rendraient compte que les problèmes de pouvoir d’achat ne sont pas une question de perception, mais une réalité bien concrète pour laquelle il faut agir rapidement.

    Racket fiscal ou politique écologique ?
    Le gouvernement essaie de faire croire que l’augmentation des accises sur le diesel aurait un but écologique. Mais qui peut croire cela ? En particulier de la part d’un gouvernement qui n’arrivent toujours pas à définir un vrai plan pour le climat, qui sous-investit dans les transports publics (nos trains sont plus lents, plus en retard, plus bondés et plus chers qu’il y a 20 ans) et qui n’a toujours pas élaboré de vrai plan de sortie du nucléaire.

    L’hypocrisie des taxes dites « écologiques » prend du relief quand on sait qu’aucune mesure n’est prises contre les gros pollueurs : les grands pétroliers qui profitent de la hausse du prix du baril pour faire un maximum de profit, les grosses multinationales grandes dépensières en énergie… Le kérosène des avions, cent fois plus polluant que les voitures, n’a, lui non plus, aucune taxe.

    L’hypocrisie de ces taxes prend aussi du relief quand on sait qu’elles ne servent en rien à développer une véritable politique écologique ou des alternatives écologiques structurelles. Au contraire, on supprime des lignes de train, des gares sont fermées ou des lignes sont supprimées.

    Alors que l’augmentation des accises de ces trois dernières années permettrait largement de financer la gratuité des transports publics de proximité (Tec, De Lijn et Stib). Cela pourrait constituer une mesure bonne sur le plan social, sur le plan de la mobilité et de le de l’écologie. Mais on en est très loin. Aucun parti traditionnel ne soutient cette idée pourtant mise en application dans de nombreuses villes d’Europe.

    En fait, les taxes dites écologiques servent surtout comme justification pour exercer un véritable transfert de taxation où la population paie plus au profit des entreprises. C’est justement la logique du fameux « tax-shift » du gouvernement. Des milliards de cadeaux ont été fait aux entreprises en baissant les cotisations sociales, c’est-à-dire le salaire indirect des travailleurs (la partie du salaire qui finance nos pensions, les caisses de chômages ou les allocations familiales). Et comment ces cadeaux ont-ils été payés ? Par… l’augmentation de la TVA sur l’électricité ou l’alcool et l’augmentation des accises sur les carburants. En résumé, un vrai racket fiscal au profit des plus riches.

    Le mouvement pour la justice sociale et le combat pour le climat ne doivent faire qu’un
    Mais le diesel, cela pollue quand même ? Il faut quand même décourager les comportements polluants, non ? Ces questions peuvent sembler juste, mais elles prennent le problème à l’envers.

    En Belgique, 300 grandes entreprises sont responsables de 40 % des émissions. Et rien n’est fait pour réellement les contraindre à polluer moins.

    Bien sûr, il faut une politique écologique. Bien sûr, il faut réduire le nombre de voitures et de camions sur nos routes. Mais ce n’est pas en faisant payer monsieur et madame Tout-le-monde qu’on va y arriver. Non seulement c’est injuste, parce qu’une taxe sur le diesel est payée de la même façon par le milliardaire Albert Frère que par Maria la postière, mais en plus cela ne permet en rien de mettre en œuvre le changement radical qui est nécessaire pour sauver le climat.

    Au contraire, il faut un plan. Un plan s’attaque d’abord aux plus gros pollueurs. Cela passe par un plan massif d’investissement dans l’énergie renouvelable, dans le stockage d’énergie via l’hydrogène. Cela passe par des milliards d’investissement dans la révolution écologique financés entre autre par une taxation des géants du pétrole (Exxon, Total, Shell,…) qui profitent actuellement de la hausse des prix pétroliers.

    Cela passe par le développement d’alternative comme les transports publics de qualité et bon marché (et gratuit pour les transports de proximité). Cela passe par le redéploiement et le refinancement de services de proximité qui évitent des trajets et transports inutiles.

    Bref, tout l’inverse de ce que le gouvernement fait jusqu’ici.

    Soutenir les aspirations des gilets jaunes et se mobiliser pour le climat le 2 décembre prochain, cela fait partie d’un même combat. On ne fera pas d’écologie contre le peuple mais avec le peuple. On ne fera pas de l’écologie par la culpabilisation massive du citoyen pendant que les multinationales polluent à grande échelle et pendant que rien n’est fait pour développer des alternatives.

    #GiletsJaunes #Belgique


  • La lente prise de conscience du poids de l’#argent sur la #recherche

    Les questionnements sur l’impact des #liens_d’intérêts sur les travaux scientifiques remontent à une trentaine d’années.

    L’utilisation de la science par des #intérêts_privés est l’une des thématiques centrales de #Lobbytomie, le livre-enquête de notre collaboratrice #Stéphane_Horel, qui paraît jeudi 11 octobre aux éditions La Découverte (368 pages, 21,50 euros). Dans le monde académique, l’intérêt suscité par cette question – les liens d’intérêts agissent-ils sur la science ? – est récent : il ne remonte qu’à un peu plus de trois décennies. Singulièrement depuis le début des années 1990, un nombre croissant de chercheurs en sociologie et en histoire des sciences, mais aussi en nutrition, en toxicologie ou en épidémiologie, s’engagent dans des travaux visant à réexaminer les résultats ou les orientations de ces disciplines au prisme des financements et des conflits d’intérêts.
    « L’une des premières tentatives de répondre scientifiquement à la question de savoir si le financement d’une étude pouvait avoir un impact sur son résultat a été une étude publiée au milieu des années 1980 dans laquelle un chercheur, Richard Davidson, a divisé en deux groupes toutes les études cliniques comparant différentes thérapies, avec d’un côté celles financées par l’industrie, et de l’autre côté, toutes les autres, raconte Sheldon Krimsky, professeur à la Tufts University de Boston (Etats-Unis), le premier à avoir formalisé la notion de “biais de financement” (funding effect en anglais) et auteur d’un ouvrage pionnier sur le sujet (La Recherche face aux intérêts privés, Les Empêcheurs de penser en rond, 2004). Sa conclusion était que les travaux sponsorisés par les industriels différaient dans leurs résultats de ceux financés par d’autres sources. »
    Difficile à accepter par de nombreux chercheurs ou médecins, l’idée que la science n’est pas nécessairement souveraine a été très tôt mise à profit par divers intérêts privés. De nombreux travaux d’histoire des sciences montrent sans ambiguïté, à partir d’archives industrielles, que les secteurs du sucre, de la viande, et surtout les grands cigarettiers, ont cherché avec succès, dès les années 1950 et 1960, à peser sur la science.
    “Nombreuses réticences”
    En 1978, dans leur livre The Regulation Game (Ballinger Publishing, non traduit), deux économistes spécialistes de la régulation des entreprises, Bruce Owen et Ronald Braeutigam, expliquent déjà sans fard que “les manœuvres tactiques de #lobbying les plus efficaces” sont “d’identifier les principaux experts dans chaque domaine de recherche pertinent, et de les recruter comme consultants, conseillers, ou de leur offrir des financements de recherche”. “Cela requiert un minimum de finesse et ne doit pas être trop flagrant, de manière à ce que les experts eux-mêmes soient incapables de réaliser qu’ils ont perdu leur objectivité et leur liberté d’action”, poursuivaient-ils.
    “Il a fallu attendre le milieu des années1980 pour qu’une revue savante, le New England Journal of Medicine, décide de demander aux auteurs des études qu’elle publiait de déclarer leurs liens d’intérêts, explique Sheldon Krimsky. Mais les réticences ont été nombreuses, y compris dans les revues les plus prestigieuses !” Et le mouvement est singulièrement lent. En février 1997, la revue Nature publie un éditorial annonçant qu’elle évitera de sombrer dans “le financièrement correct” et qu’elle ne demandera pas aux scientifiques qu’elle publie de déclarer leurs liens d’intérêts.
    La science, dit en substance l’éditeur de Nature, est au-dessus de cela. Quatre années plus tard, la célèbre revue britannique mange son chapeau jusqu’à la dernière couture : dans un éditorial d’une pleine page, elle annonce qu’à compter du 1er octobre 2001, elle demandera aux scientifiques qui souhaitent publier dans ses pages, de remplir un formulaire de déclaration d’intérêts.
    Entre ces deux éditoriaux antagonistes, la divulgation par la justice fédérale américaine des “tobacco documents” – ces millions de documents internes prélevés dans les quartiers généraux de Philip Morris, Lorillard, Brown & Williamson ou British American Tobacco – a crûment dévoilé l’ampleur et la sophistication des campagnes menées par les grands cigarettiers pour instrumentaliser la science en la finançant généreusement.
    Les premières analyses de cette immense documentation, publiées par le cardiologue Stanton Glantz (université de Californie à San Francisco, Etats-Unis) montrent comment l’industrie cigarettière est parvenue, pendant quatre décennies, à créer artificiellement du dissensus dans la littérature scientifique et ainsi alimenter le doute sur les dangers du tabac, à troubler la perception des vrais risques posés par la cigarette en détournant l’attention vers d’autres causes de maladie, à fabriquer de toutes pièces des éléments permettant de faire accroire au public la possibilité de bénéfices sanitaires liés à la cigarette, etc. Dans le monde académique, ces révélations sont un choc.
    L’une des études les plus célèbres montrant, à partir des tobacco documents, toute l’ampleur des effets produits par le financement des chercheurs a été publiée en 1998 par Lisa Bero et Deborah Barnes, alors chercheuses à l’université de Californie à San Francisco, dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). Les deux scientifiques ont rassemblé les 106 études alors disponibles sur les effets du tabagisme passif : 39 montraient que la fumée ambiante ne présentait pas de danger et 67 concluaient à l’inverse. Pourquoi ?
    Les preuves s’accumulent
    Les auteures ont examiné tous les critères possibles permettant d’expliquer ces différences : année de la publication, taille des échantillons, nature des effets délétères recherchés, etc. Las ! “Le seul facteur permettant de prédire les conclusions d’une étude était le fait que l’un des auteurs soit ou non affilié à l’industrie du tabac”, écrivent-elles. L’accès, dans les tobacco documents, aux listes de chercheurs financés par l’industrie du tabac permettait soudain de porter un regard rétrospectif sur leur production. Et de mesurer la manière dont ils avaient pesé, des années durant, sur les grandes controverses liées à la cigarette.
    Depuis, les preuves de l’effet de financement s’accumulent. La pharmacie, le sucre, les biotechnologies, les pesticides, la pétrochimie… tous ces secteurs pèsent lourdement, ou ont pesé, à des degrés divers, sur la façon dont la connaissance et la réglementation se construisent – un fait désormais consensuel dans la communauté scientifique travaillant sur le sujet. Pourtant, dans le monde de l’expertise au sens large, cette idée peine à faire son chemin : “J’ai participé à beaucoup de groupes d’expertise, raconte Sheldon Krimsky. Mais je n’ai jamais vu un expert se déporter spontanément en raison de ses liens d’intérêts, de ses participations financières, etc. Beaucoup sont encore persuadés d’être au-dessus de cela.”


    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/10/09/la-lente-prise-de-conscience-du-poids-de-l-argent-sur-la-recherche_5366760_3
    #influence #science #université #livre

    • Lobbytomie. Comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie

      Lobby des pesticides. Lobby du tabac. Lobbies de la chimie, de l’amiante, du sucre ou du soda. On évoque souvent les « lobbies » de façon abstraite, créatures fantastiques venues du mystérieux pays du Marché, douées de superpouvoirs corrupteurs et capables de modifier la loi à leur avantage. Pourtant, les firmes qui constituent ces lobbies ne sont pas anonymes et leur influence n’a rien de magique. Leurs dirigeants prennent en toute conscience des décisions qui vont à l’encontre de la santé publique et de la sauvegarde de l’environnement.
      C’est cet univers méconnu que Stéphane Horel, grâce à des années d’enquête, nous fait découvrir dans ce livre complet et accessible. Depuis des décennies, Monsanto, Philip Morris, Exxon, Coca-Cola et des centaines d’autres firmes usent de stratégies pernicieuses afin de continuer à diffuser leurs produits nocifs, parfois mortels, et de bloquer toute réglementation. Leurs responsables mènent ainsi une entreprise de destruction de la connaissance et de l’intelligence collective, instrumentalisant la science, créant des conflits d’intérêts, entretenant le doute, disséminant leur propagande.
      Dans les cercles du pouvoir, on fait peu de cas de ce détournement des politiques publiques. Mais les citoyens n’ont pas choisi d’être soumis aux projets politiques et économiques de multinationales du pétrole, du désherbant ou du biscuit. Une enquête au long cours, à lire impérativement pour savoir comment les lobbies ont capturé la démocratie et ont fait basculer notre système en « lobbytomie ».


      http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Lobbytomie-9782707194121.html


  • Qatargas agrees on 22-year LNG supply deal with China | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-qatar-petrochina/qatargas-agrees-on-22-year-lng-supply-deal-with-china-idUSKCN1LQ0DM

    Qatargas said on Monday it had agreed on a 22-year deal with PetroChina International Co, a unit of PetroChina Co, to supply China with around 3.4 million tonnes of liquefied natural gas (LNG) annually, as the nation stepped up efforts to combat air pollution.

    The Qatari state-owned company will supply LNG from the Qatargas 2 project - a venture between Qatar Petroleum, Exxon Mobil Corp and Total - to receiving terminals across China, with the first cargo to be delivered this month.

    The deal allows flexibility in delivering LNG to Chinese terminals including those in Dalian, Jiangsu, Tangshan and Shenzhen, using the Qatargas fleet of 70 conventional, Q-Flex and Q-Max vessels, the company said.

    China requires LNG for its push to replace coal with cleaner burning natural gas, a way to reduce air pollution. After Beijing started the program last year, China has overtaken South Korea as the world’s second-biggest buyer of LNG.

    China’s LNG imports may surge 70 percent to 65 million tonnes by 2020, according to consultancy SIA Energy. Last year, China imported a record 38.1 million tonnes, 46 percent more than the previous year.

    Meanwhile Qatar, the world’s biggest LNG producer, is seeking buyers for a planned expansion of its output.

    C’est pas avec ce genre de contrats que le Qatar va se faire bien voire des É.-U. !


  • Emissions impossible: How big meat and dairy are heating up the planet

    The world’s biggest meat and dairy companies could surpass Exxon, Shell and BP as the world’s biggest climate polluters within the next few decades. At a time when the planet must dramatically reduce its greenhouse gas emissions, these global animal protein giants are driving consumption by ramping up production and exports. GRAIN and the Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP) examined the world’s largest 35 companies and found that most are not reporting their GHG emissions data and few have set targets that could reduce their overall emissions. We need to urgently build food systems that meet the needs of farmers, consumers and the planet. But to do so, we must break the power of the big meat and dairy conglomerates and hold them to account for their supersized climate footprint.

    New research from GRAIN and IATP shows that:

    Together, the world’s top five meat and dairy corporations are now responsible for more annual greenhouse gas emissions than Exxon, Shell or BP.
    By 2050, we must reduce global emissions by 38 billion tons to limit global warming to 1.5 degrees Celsius. If all other sectors follow that path while the meat and dairy industry’s growth continues as projected, the livestock sector could eat up 80% of the allowable GHG budget in just 32 years.
    Most of the top 35 global meat and dairy giants either do not report or underreport their emissions. Only four of them provide complete, credible emissions estimates.
    Fourteen of the 35 companies have announced some form of emission reduction targets. Of these, only six have targets that include supply chain emissions, yet these emissions can account for up to 90% of total emissions. The six companies that do pledge cuts in supply chain emissions are simultaneously pushing for growth in production and exports, driving their overall emissions up regardless of their intention to reduce emissions per kilo of milk or meat produced.


    https://www.grain.org/article/entries/5976-emissions-impossible-how-big-meat-and-dairy-are-heating-up-the-planet
    #rapport #industrie_agro-alimentaire #agriculture #changement_climatique #climat #viande #industrie_laitière #élevage


  • Saudi Arabia Planned to Invade Qatar Last Summer. Rex Tillerson’s Efforts to Stop It May Have Cost Him His Job.
    https://theintercept.com/2018/08/01/rex-tillerson-qatar-saudi-uae

    THIRTEEN HOURS BEFORE Secretary of State Rex Tillerson learned from the presidential Twitter feed that he was being fired, he did something that President Donald Trump had been unwilling to do. Following a phone call with his British counterpart, Tillerson condemned a deadly nerve agent attack in the U.K., saying that he had “full confidence in the U.K.’s investigation and its assessment that Russia was likely responsible.

    White House Press Secretary Sarah Sanders had called the attack “reckless, indiscriminate, and irresponsible,” but stopped short of blaming Russia, leading numerous media outlets to speculate that Tillerson was fired for criticizing Russia.

    But in the months that followed his departure, press reports strongly suggested that the countries lobbying hardest for Tillerson’s removal were Saudi Arabia and the United Arab Emirates, both of which were frustrated by Tillerson’s attempts to mediate and end their blockade of Qatar. One report in the New York Times even suggested that the UAE ambassador to Washington knew that Tillerson would be forced out three months before he was fired in March.

    The Intercept has learned of a previously unreported episode that stoked the UAE and Saudi Arabia’s anger at Tillerson and that may have played a key role in his removal. In the summer of 2017, several months before the Gulf allies started pushing for his ouster, Tillerson intervened to stop a secret Saudi-led, UAE-backed plan to invade and essentially conquer Qatar, according to one current member of the U.S. intelligence community and two former State Department officials, all of whom declined to be named, citing the sensitivity of the matter.

    In the days and weeks after Saudi Arabia, the UAE, Egypt, and Bahrain cut diplomatic ties with Qatar and closed down their land, sea, and air borders with the country, Tillerson made a series of phone calls urging Saudi officials not to take military action against the country. The flurry of calls in June 2017 has been reported, but State Department and press accounts at the time described them as part of a broad-strokes effort to resolve tensions in the Gulf, not as an attempt by Tillerson to avert a Saudi-led military operation.

    In the calls, Tillerson, who dealt extensively with the Qatari government as the CEO of Exxon Mobil, urged Saudi King Salman, then-Deputy Crown Prince Mohammed bin Salman, and Foreign Minister Adel al-Jubeir not to attack Qatar or otherwise escalate hostilities, the sources told The Intercept. Tillerson also encouraged Defense Secretary Jim Mattis to call his counterparts in Saudi Arabia to explain the dangers of such an invasion. Al Udeid Air Base near Doha, Qatar’s capital city, is the forward headquarters of U.S. Central Command and home to some 10,000 American troops.

    Pressure from Tillerson caused Mohammed bin Salman, the de facto ruler of the country, to back down, concerned that the invasion would damage Saudi Arabia’s long-term relationship with the U.S. But Tillerson’s intervention enraged Mohammed bin Zayed, the crown prince of Abu Dhabi and effective ruler of that country, according to the U.S. intelligence official and a source close to the Emirati royal family, who declined to be identified, citing concerns about his safety.

    Later that June, Mohammed bin Salman would be named crown prince, leapfrogging over his cousin to become next in line for the throne after his elderly father. His ascension signaled his growing influence over the kingdom’s affairs.

    Qatari intelligence agents working inside Saudi Arabia discovered the plan in the early summer of 2017, according to the U.S. intelligence official. Tillerson acted after the Qatari government notified him and the U.S. embassy in Doha. Several months later, intelligence reporting by the U.S. and U.K. confirmed the existence of the plan.

    The plan, which was largely devised by the Saudi and UAE crown princes and was likely some weeks away from being implemented, involved Saudi ground troops crossing the land border into Qatar, and, with military support from the UAE, advancing roughly 70 miles toward Doha. Circumventing the U.S. air base, Saudi forces would then seize the capital.


  • Looking for the Enemy – Hunter Cutting – Medium
    https://medium.com/@huntercutting/looking-for-the-enemy-7b0813ff9b0c

    NYT Magazine’s Nathaniel Rich Goes Full Pogo

    According to Jake Silverstein, the editor in chief of the New York Times Magazine, “the August 5 issue of @NYTmag will be dedicated entirely to a single story, a captivating, revelatory history about the decade we almost stopped climate change, but didn’t.”

    And the breathless hype doesn’t stop there, Silverstein lauds the author, Nathaniel Rich, tweeting the piece as: “a remarkable piece of historical journalism that will change the way you think about global warming.”

    Unfortunately the early hints suggest that Rich’s piece will do anything but that.


  • La république des « Fils de… » (1re partie) – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/07/29/la-republique-des-fils-de-1re-partie

    Frasques, voracité, prédation, succession… Rejetons conçus dans le dos de la République égalitaire, les enfants terribles de la nomenklatura sont les nouveaux seigneurs de cette« Algérie de papa », la version bâtarde de l’« Etat algérien restauré ». Pour désigner les fils de généraux et hauts gradés de l’armée, des services de sécurité, ministres, pontes de la haute administration…, l’humour populaire est intarissable de génie créatif : ouled al qiada, meqla, qaloi, chouaker, ouled douk douk, qemqoum, les rejetons des pontes font valoir chaque jour leur droit de cuissage sur les ressources du pays. De Toufik Benjedid à Saïd Bouteflika, de Adel Gaïd à Sid Ali Mediene, de Abdelmoumen Khalifa à Farid Bedjaoui, de Rym et Farès Sellal à Amine Zerhouni, de Réda Habour à Khaled Tebboune, des fils de Meziane au fils Ould Kaddour, des fille et fils de Saadani au fils Ould Abbès, de Mehdi Remaoun à Lamine Ouyahia, de Amel Bouchouareb à Khaldoun et Sina Khelil…, des échantillons représentatifs de la caste de compradores et de fabricants d’hégémonie qui réécrit l’histoire d’un « seul héros, le pouvoir ». Plongée dans les dessous putrides de la reproduction en marche de la classe des dirigeants.

    Ils sont dans l’import-import (60 milliards de factures d’importation), dans l’immobilier (?), dans les « services » (12 milliards/an), dans la com’ et l’événementiel, les bureaux d’études, le consulting, les centres commerciaux et grandes surfaces, le catering, le contrôle et concessions automobiles, les franchises, les sociétés de gardiennage et de sécurité, 7 milliards de dollars que se partagent quelques sociétés appartenant à des généraux à la retraite et/ou en activité, comme celle d’un des fils de Gaïd Salah, Adel, et à des personnalités du gouvernement et de la haute administration, à l’image de Vigie Plus, société à 50 000 agents, apparentée au fils de l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Aucun créneau juteux, aucune opportunité d’affaires, aucun business florissant n’échappe à leur appétit vorace.

    Shootés à l’argent public, addicts aux privilèges et rente de « l’Etat pompeur », les « fils de » ont un « couloir vert » dans les ports, les tapis rouges des salons d’honneur, occupent des postes (fictifs de préférence, mais rémunérés en devises) dans les grandes compagnies (Air Algérie, Sonatrach…), postés dans les grandes capitales mondiales. Ils sont dans la diplomatie, dans les agences et organismes internationaux. Ils ont des ports secs pour cocaïne pure (fils du général Hamel) et quincaillerie de luxe, des flottes (navires de la Cnan rachetés en partie par Réda Habour).

    Ils sont dans le négoce des matières premières (Sina Khelil…), dans la distribution, souvent en situation de monopole (Mouloud Djebbar, fils du général M’henna Djebbar), « bien nés » et as du trafic d’influence, ils ont les clés des coffres-forts de l’Etat social, dépecés, en bandes organisées, lors des soirées banquet. D’affriolantes saisons algériennes pour une jet-set fâchée avec le Projet national et le principe d’égalité des chances.

    Boucherie du peuple vs caudillo du régime

    Kouba. « Marché des 13 salopards ». « La boucherie du peuple ». Il porte bien son nom, le très « modeste » magasin de Kamel « Le Boucher », gros sous-traitant présumé des cartels de la cocaïne, scellé depuis plus d’un mois. L’homme aux 701 kg de coke a entraîné dans sa chute spectaculaire deux caudillos du régime : Abdelghani Hamel et Menad Nouba, tout puissants patrons de la police et de la gendarmerie.

    Au ministère de la Défense, gros client de la viande importée par « le Boucher », deux généraux-majors, Boudouaour Boudjemaa, le directeur des finances, et Mokdad Benziane, directeur du personnel du MDN, sont éjectés, « admis à la retraite ». Le menu fretin (26 inculpés-1, le fils de l’ex-Premier ministre Tebboune) est envoyé au cachot. L’Algérie, ses attributs de pouvoir, ses autorités régaliennes, flirte dangereusement avec narco-Etat.

    Dans le Vieux Kouba, c’est encore la consternation. La colère. De l’incompréhension aussi. « Kouba, ce sont toutes ces personnalités qui ont fait l’histoire. De Ferhat Abbas qui y a vécu (en résidence surveillée) au colonel Mohamedi Saïd, de Cheikh Soltani à Ali Benhadj et j’en passe. Mais des ”cavés” comme ça, on en avait pas. » Yazid, spécimen de cette petite bourgeoisie de Kouba qui se sent « salie » par l’érection dans son paysage de ce sulfureux personnage. « Ce berani (étranger) qui a débarqué ici presque avec son seul vélo et qui s’achètera, en un temps record, pas moins de 26 villas. »

    A Alger, les gendarmes de la section de recherches ont mis au jour 22 promotions immobilières, dont les appartements de standing sont cédés à des hauts fonctionnaires de l’Etat. « L’homme aurait juré de raser toute la ville et de ne laisser au peuple de Kouba que l’Hôtel de la mairie pour ses papiers d’identité. » Au chemin Calvaire, dans le bas Kouba, il aurait offert quelque 130 milliards pour s’adjuger un djenane de 6000 m2. « La famille, une grande famille de militants nationalistes qui y résidait depuis plusieurs générations, voulait préserver la valeur patrimoniale de la résidence.

    Le Boucher ne voulait rien savoir. ”Dites-moi plutôt combien elle fait en longueur, combien en largueur et combien vous en voulez !” » Le Boucher a, selon ce riverain, mis tout le monde dans sa poche, « distribuant des cadeaux et liasses de billets par-ci, des kilos de viande par-là, offrant une voiture au commissaire, de petits pécules pour les fonctionnaires des mairies, de la daïra et de la wilaya et même des omra aux fidèles de la mosquée ».

    Le « gueux » quadra, fils d’un boucher venu de sa « gueuse » province de Palestro (Lakhdaria), s’est blanchi sous le harnais du pouvoir et de ses camorra. Sa résidence à Kouba, située en face du commissariat de police (qui n’a rien vu) ; les bureaux de ses sociétés à La Croix et à Aïn Naâdja ne désemplissaient pas de visiteurs de haut rang qui lui mangeaient avidement dans la main. « Les magistrats sont en train de compiler les écoutes téléphoniques et quelque 3 ans de vidéo-surveillance », rapporte la journaliste Salima Tlemçani, qui enquête sur l’affaire.

    Des enregistrements « compromettants pour la longue liste de personnalités civiles et militaires qui y apparaissent ». 30 ans après le scandale impliquant un des fils du président Chadli – en association avec un roturier du quartier La Montagne (Bourrouba) – dans la ruine d’une banque publique, l’affaire dite « Testosa » – du nom de la célèbre Ferrari Testarossa – a fait des « petits ». Beaucoup de « petits ».

    La patri Mohand Aziri e pour les riches, le patriotisme pour les pauvres

    Portrait d’un fils de… De l’élevage ovin dans les Hauts-Plateaux à la technologie de pointe, Lotfi Nezar est un entrepreneur aussi polyvalent que coriace. « Il est impitoyable en affaires », témoigne HKM*, un employé de SLC (Smart Link Communication), la « petite » boîte familiale devenue grande (plus de 150 employés), nichée au chemin Gadouche (Ben Aknoun) sur le domaine d’une ancienne coopérative militaire.

    PDG de la société, Lotfi, l’aîné, y est actionnaire au même titre que sa fratrie et son généralisme paternel, aussi président de son conseil d’administration. Pionniers dans la technologie wimax (solution internet haut débit par ondes hertziennes), les fils du général affichaient un carnet de commandes plein.

    Ses abonnés clients allant des ministères de la Défense, de la Santé, de l’Enseignement supérieur aux compagnies pétrolières (Becker, Schlumberger, Sonatrach…), les banques (BNP Paris Bas…), Alstom, Peugeot. « Une véritable machine à cash dont une partie des revenus générés est perçue en devise, en Espagne, notamment », décrit la gorge profonde. Le pouvoir, la réputation du père, le général Khaled Nezzar (sauveur de la République ou fossoyeur de son peuple, c’est

    selon), parmi les premiers promus sous Chadli au grade d’officier général, a fait exploser littéralement le plan de charge de la SPA, créée en 1997. « Aujourd’hui, les affaires tournent de moins en moins bien. A cause de la concurrence soutenue par deux autres fournisseurs de services, Anwar Net et Icosnet, tout aussi puissants et adossés à des pontes mais surtout à cause des déboires de la famille avec le clan présidentiel. » Le général a dû, selon la même source, rembourser quelque 40 milliards de crédits alors que d’autres ont vu leurs ardoises effacées. La patrie pour les riches, le patriotisme pour les pauvres.

    « Hna fi hna, el barani yasamhna »

    Déclinaison locale de « Entrepreneurs de progrès », la devise chère au FCE, le cercle des bonnes affaires sis à El Mouradia, au fond d’une impasse, rue Sylvain Fourastier, du nom du maire de Bir Mourad Raïs dans les années 1940. C’est ici, dans la proximité charnelle du pouvoir et de l’argent, à quelques centaines de mètres du Palais présidentiel, que se trouve la fine fleur du CAC 40 algérien, les Kouninef, Bairi, Mazouz, Benabdeslam, Benamar, Tahkout et consorts, empires biberonnés aux marchés publics.

    « 150 millions pour réserver sa place à la table du Premier ministre. » H. Imad*, témoin ulcéré par les turpitudes de cette business class « made in bladi », jeune loup de la finance, a été dans le staff de Ali Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprise, le FCE. « Self made man » comme sait en « fabriquer » à la chaîne le cercle présidentiel, le patron du groupe ETRHB, petite société de BTP fondée en 1997, est propulsé, 20 ans après, à la tête d’un empire engrangeant quelque 400 millions de dollars de revenus annuel (Forbes). « Rebrab ? C’est rien. Mon chiffre d’affaires à moi, c’est 5 à 6 fois plus », se vanterait Ali Haddad.

    Le groupe Cevital, propriété d’Issad Rebrab, affiche un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de dollars. Agence parapublique orientée vers la captation des contrats publics, le FCE possède sa version « fils de ». Jil FCE, ce pouls de jeunes entrepreneurs connectés aux centres de décisions. Comme Allégories, la boîte de com’ et événementiel, drivée par le tandem Lourari/Marhoun Rougab, fils de Mohamed Rougab, secrétaire particulier du président Bouteflika.

    C’est Allégorie qui, le 3 décembre 2016, a organisé, pour le compte du FCE, le Forum africain d’investissements et d’affaires au Centre international de conférences (CIC) et qui a tourné au fiasco. Ce jour-là, le gouvernement Sellal, arguant les « entorses au protocole », se retira, sous les regards médusés de centaines d’invités étrangers. « Tout n’a pas été dit sur cette affaire du CIC, raconte Imad. Il y avait une forme de mise en scène, puisque le gouvernement était la veille en possession du programme des interventions et aurait pu décliner sa participation. »

    Les enjeux se superposaient, selon lui. Dans les coulisses du CIC, aux manettes, ce fut Saïd Bouteflika, tout puissant frère et conseiller plénipotentiaire du Président. « Il fallait à la fois happer le destin de Lamamra, le MAE qui était présidentiable, saper l’autorité du gouvernement au profit d’un patronat paraissant tout puissant, et troisio, renverser la table des négociations des contrats qui s’amorçaient dans la salle (…). »

    Jeunesse dorée, jeunesse offshore

    De SwissLeaks à Panama Papers, une orgie à coups de centaines de millions de dollars. Les listings des propriétaires algériens de comptes dans les banques suisses (HSBC) et de sociétés offshore au Panama renseignent sur la fraude à grande échelle et sur les pratiques des faunes au pouvoir. Le scandale planétaire des Panama Papers est aussi celui de cette caste d’Algériens dont les fortunes mal acquises transhument à travers les paradis fiscaux, lavées, blanchies, « réinvesties ».

    Des Îles Vierges britanniques au Panama, des îles Caïman à la République suisse, de la Barbade à Maurice, de Hong Kong à Dubaï, la toute nouvelle plaque tournante du blanchiment de l’argent algérien. Aux Emirats, une société offshore, c’est 30 000 dollars de capital avec droit de succession garanti pour les ayants droit en cas de décès du propriétaire.

    Dans les Panama Papers, les Algériens y sont souvent en famille : les Khelil (Chakib), père, épouse et fils, les Sellal (père et fille), les Bouchouareb, les Habour, les Chadli, les frères Bedjaoui, les Zerhouni – entre autres cités –, paraissant en qualité de propriétaires, bénéficiaires et/ou ayants droit de sociétés offshore. Journaliste d’investigation, membre du réseau ICIJ – le Consortium international des journalistes d’investigation qui révéla le scandale Panama Papers –, Lyès Hallas a eu accès à certains documents fuités de la société fiduciaire panaméenne Mossack Fonseca.

    Ne se distinguant ni par des « compétences reconnues » ni par un « savoir-faire particulier », les « fils de », observe le journaliste, excellent par contre dans la « fructification des carnets d’adresses » de leurs parents, dans la mise en relation d’affaires d’entreprises étrangères intéressées par le marché algérien. Ils sont dans « l’intermédiation internationale ».

    Farid Bedjaoui, neveu de l’ancien ministre des Affaires étrangères, est de ceux-là. « Ce ne sont certainement pas les 75 000 dollars canadiens de revenus annuels générés par son ancienne société de négoce qui ont permis à Bedjaoui de s’offrir des tableaux de Salvador Dali ou des biens immobiliers à Montréal et à New York, mais, les placements de Sonatrach.

    Pourquoi n’a-t-il pas pu décrocher la gestion des portefeuilles de BP ou ExxonMobil, génie en placements financiers qu’il est ? » Impliqué dans les affaires Saipem, Sonatrach, SNC Lavalin (suit une longue liste), Farid Bedjaoui passe pour celui qui sait ouvrir les portes blindées des décideurs algériens, sécurisant, via un système de commissions/rétro-commissions, les gros contrats de compagnies étrangères.

    « Le drame de ce pays est que son élite dirigeante n’imagine pas son avenir, l’avenir de ses enfants, en Algérie. Son principal souci est de trouver des alternatives pour financer l’éducation, les soins ou s’offrir une douce retraite à l’étranger, parce que les salaires perçus ne sont pas en mesure de prendre en charge son train de vie. Comment un Pdg de Sonatrach qui touche 300 000 DA de salaire mensuel pourrait s’acheter une résidence à Neuilly-sur-Seine ? »

    Les Gated communities du Mont Sidi Yaya

    Mont Sidi Yaya… Hydra. Le « Beverly Hills » algérois, une houma branchée au grille-pain et à la compteuse à billets, n’a rien d’un quartier pour ouled bouchia. Gosses de riches, gosses de maqla (pontes) et résidus du lumpenprolétariat s’y côtoient intimement dans ce lit d’oued (oued Hydra) où la jet-set s’est offert, par flots d’argent ininterrompus, son quartier de « luxe »…

    Enfant de la cité Sellier, populace suspendue aux flancs des Crêtes, Nadir a vu le quartier se transfigurer. En seulement quelques années d’économie de bazar. « Vous voyez ce pâté de villas, désigne-t-il de la main. Elles appartiennent toutes à des généraux. Le terrain sur lequel elles sont construites devait accueillir à l’origine une coopérative pour enseignants. » Banques étrangères, restaurants sélects, magasins de grandes marques, Sidi Yahia est le quartier des affranchis du pouvoir et des franchises qui prolifèrent.

    Malgré les nombreux interdits dressés par la Banque d’Algérie qui proscrit le transfert des royalties au franchiseur (la maison mère détentrice de la marque). Comment s’y prennent-elles ? « D’abord, elles appartiennent toutes à de hauts responsables et/ou à leurs enfants, ensuite, elles contournent les obstacles de la BA en gonflant le prix d’achat ou en transférant les devises sous le prétexte de l’assistance technique. »

    Tout autour du quartier chic, des résidences gardées. Un phénomène urbanistique en pleine expansion. Des Gated Communities où gent aisée et gent du pouvoir s’inventent un « entre-soi », loin des masses qui menacent. Safar Zitoun Madani, spécialiste en sociologie urbaine, ne hurle pas au loin pour autant. Les Gated Communities sont un phénomène « universel ». De la Chine « communiste » à l’Afrique du Sud, du Maroc aux Etats de l’Amérique latine. Une tendance mondiale. L’implantation de ces bunkers hautement sécurisés renseigne toutefois sur les inégalités qui s’accroissent dans un pays. Des inégalités qui ne sont pas toujours justifiées d’un point de vue économique.

    Des « inégalités un peu honteuses » et un « enrichissement pas très transparent ». « Dans le cas algérien, dit le sociologue, il faut un peu le relativiser. Car ce qui le caractérise, c’est qu’avant l’indépendance, nos villes étaient extrêmement inégalitaires du point de vue de la répartition des populations dans l’espace. Il y avait d’un côté les quartiers européens, les quartiers mixtes et les quartiers musulmans où résidaient la majorité des Algériens.

    A l’indépendance, cette structure ségrégationniste, inégalitaire, a complètement explosé. Nos villes se sont mélangées, des populations d’origines modeste, moyenne, ont occupé des habitations situées dans les quartiers européens. Aujourd’hui, ce que l’on constate, c’est que les élites, notamment celles qui disposent des ressources, ne se retrouvent plus dans ce mélange. Alors, elles inventent des espaces d’entre-soi.

    On revient, en quelque sorte, contre l’absence de ségrégation, et par des formes inédites, à une nouvelle façon de ségréguer, de se séparer des autres. » Loin du Fahs algérois, la proche campagne d’Alger, naguère prisée par les bourgeoisies coloniales, ottomane et française, les quartiers de l’ancienne plaine de la capitale sont en plein dans le processus de « gentrification », mot désignant ces quartiers de la noblesse anglaise qui étaient à l’origine des quartiers populaires d’origine sociale modeste.

    Les opérations de relogement, de résorption de l’habitat précaire, menées au pas de charge, sur fond de spéculation foncière, immobilière, vident le Vieil Alger de sa population, au profit d’une autre. « Ce sont des processus sociologiques très courants. Ces quartiers, pour des raisons pratiques, leurs positions dans la ville, la présence d’opportunités, attirent une clientèle qui prend une coloration sociale bien particulière (…).

    Progressivement donc, il y a un remplacement de population. » Dans ce processus, précise le spécialiste, l’Etat n’y est pour rien : « Il n’y a pas de volonté derrière, pas de deus ex machina, pour délimiter les quartiers des riches des quartiers pauvres. Ce sont des processus objectifs. » Dans le plan d’urbanisme d’Alger, explique-t-il, qui n’est pas « ségrégatif », la volonté de vider les quartiers populaires n’y est pas.

    « Même si derrière un certain vocabulaire très technique, il y a la possibilité de comprendre que telle zone, par exemple, est destinée à une population fortunée. Mais il n’y a pas de volonté de déloger les gens du centre-ville, les populations pauvres et modestes pour la périphérie. Dans les plans, il n’y a rien de cela, dans la pratique, avec les opérations de relogement en cours. Effectivement, pour certains bidonvilles du centre-ville d’Alger, les populations sont relogées en périphérie. Est-ce qu’il y a une volonté de déportation de ces populations ? (…) »                                                                                                    Mohand Aziri                                                                                                                                                               https://www.elwatan.com/edition/actualite/la-republique-des-fils-de-1re-partie-28-07-2018


  • Comment les professionnels de l’évasion fiscale noyautent les institutions européennes
    https://www.bastamag.net/a-paraitre-le-10-07-Comment-PWC-et-les-Big-Four-noyautent-les-politiques

    Imaginez que la Commission européenne commande des études à Philip Morris pour concevoir ses politiques de lutte contre le tabac, ou que des anciens employés des entreprises pétrolières Total, Chevron ou ExxonMobil soient chargés de décider des meilleures mesures pour lutter contre le changement climatique, après avoir consulté leurs anciens collègues via des groupes d’experts et des rendez-vous de lobbying. Les instances européennes sont réputées pour être un paradis des lobbyistes, mais peut-être pas (...)

    En bref

    / #Europe, Quel avenir pour la construction européenne ?, #Paradis_fiscaux

    #Quel_avenir_pour_la_construction_européenne_ ?
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/tax-avoidance-industry-lobby-low-res.pdf
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/tax-avoidance-industry-lobby-summary-fr-3.pdf


  • The Greatest Crimes Against Humanity Are Perpetrated by People Just Doing Their Jobs
    https://truthout.org/articles/the-careerists

    The greatest crimes of human history are made possible by the most colorless human beings. They are the careerists. The bureaucrats. The cynics. They do the little chores that make vast, complicated systems of exploitation and death a reality. They collect and read the personal data gathered on tens of millions of us by the security and surveillance state. They keep the accounts of ExxonMobil, BP and Goldman Sachs. They build or pilot aerial drones. They work in corporate advertising and public relations. They issue the forms. They process the papers. They deny food stamps to some and unemployment benefits or medical coverage to others. They enforce the laws and the regulations. And they do not ask questions.

    Good. Evil. These words do not mean anything to them. They are beyond morality. They are there to make corporate systems function. If insurance companies abandon tens of millions of sick to suffer and die, so be it. If banks and sheriff departments toss families out of their homes, so be it. If financial firms rob citizens of their savings, so be it. If the government shuts down schools and libraries, so be it. If the military murders children in Pakistan or Afghanistan, so be it. If commodity speculators drive up the cost of rice and corn and wheat so that they are unaffordable for hundreds of millions of poor across the planet, so be it. If Congress and the courts strip citizens of basic civil liberties, so be it. If the fossil fuel industry turns the earth into a broiler of greenhouse gases that doom us, so be it. They serve the system. The god of profit and exploitation. The most dangerous force in the industrialized world does not come from those who wield radical creeds, whether Islamic radicalism or Christian fundamentalism, but from legions of faceless bureaucrats who claw their way up layered corporate and governmental machines. They serve any system that meets their pathetic quota of needs.

    These systems managers believe nothing. They have no loyalty. They are rootless. They do not think beyond their tiny, insignificant roles. They are blind and deaf. They are, at least regarding the great ideas and patterns of human civilization and history, utterly illiterate. And we churn them out of universities. Lawyers. Technocrats. Business majors. Financial managers. IT specialists. Consultants. Petroleum engineers. “Positive psychologists.” Communications majors. Cadets. Sales representatives. Computer programmers. Men and women who know no history, know no ideas. They live and think in an intellectual vacuum, a world of stultifying minutia. They are T.S. Eliot’s “the hollow men,” “the stuffed men.” “Shape without form, shade without colour,” the poet wrote. “Paralysed force, gesture without motion.”

    It was the careerists who made possible the genocides, from the extermination of Native Americans to the Turkish slaughter of the Armenians to the Nazi Holocaust to Stalin’s liquidations. They were the ones who kept the trains running. They filled out the forms and presided over the property confiscations. They rationed the food while children starved. They manufactured the guns. They ran the prisons. They enforced travel bans, confiscated passports, seized bank accounts and carried out segregation. They enforced the law. They did their jobs.

    Political and military careerists, backed by war profiteers, have led us into useless wars, including World War I, Vietnam, Iraq and Afghanistan. And millions followed them. Duty. Honor. Country. Carnivals of death. They sacrifice us all. In the futile battles of Verdun and the Somme in World War I, 1.8 million on both sides were killed, wounded or never found. In July of 1917 British Field Marshal Douglas Haig, despite the seas of dead, doomed even more in the mud of Passchendaele. By November, when it was clear his promised breakthrough at Passchendaele had failed, he jettisoned the initial goal—as we did in Iraq when it turned out there were no weapons of mass destruction and in Afghanistan when al-Qaida left the country—and opted for a simple war of attrition. Haig “won” if more Germans than allied troops died. Death as score card. Passchendaele took 600,000 more lives on both sides of the line before it ended. It is not a new story. Generals are almost always buffoons. Soldiers followed John the Blind, who had lost his eyesight a decade earlier, to resounding defeat at the Battle of Crécy in 1337 during the Hundred Years War. We discover that leaders are mediocrities only when it is too late.

    #politique #pouvoir #carrièrisme


  • Shell Starts Production at Kaikias at $30 Break-Even Price – gCaptain
    http://gcaptain.com/shell-starts-production-at-kaikias-at-30-break-even-price


    carte de novembre 2015
    source : https://www.offshoreenergytoday.com/shell-confirms-gulf-of-mexico-discovery

    Royal Dutch Shell has kicked off production at its deepwater Kaikias development in the U.S. Gulf of Mexico at a break-even price of less than $30 per barrel.

    Shell Offshore, a subsidiary of Royal Dutch Shell, announced Thursday the early start of production at the first phase of Kaikias, which has an estimated peak production of 40,000 barrels of oil equivalent per day (boe/d), around one-year ahead of schedule.

    Shell says it has reduced costs by around 30% at this deep-water project since taking the investment decision in early 2017, lowering the forward-looking, break-even price to less than $30 per barrel of oil.
    […]
    Kaikias is located in the prolific Mars-Ursa basin around 130 miles (210 kilometres) from the Louisiana coast and is owned by Shell (80% working interest), as operator, and MOEX North America LLC (20% working interest), a wholly owned subsidiary of Mitsui Oil Exploration Co., Ltd.

    The Kaikias development, located in around 4,500 feet (1,372 metres) of water, sends production from its four wells to the Shell-operated (45%) Ursa hub, which is co-owned by BP (23%), Exxon Mobil (16%), and ConocoPhillips (16%). From the Ursa hub, volumes ultimately flow into the Mars oil pipeline.

    In the first quarter of 2018, Shell deep water produced around 731,000 boe/d, globally.


  • Top Climate Scientist: Humans Will Go Extinct if We Don’t Fix Climate Change by 2023
    https://gritpost.com/humans-extinct-climate-change

    In a recent speech at the University of Chicago, James Anderson — a professor of atmospheric chemistry at Harvard University — warned that climate change is drastically pushing Earth back to the Eocene Epoch from 33 million BCE, when there was no ice on either pole. Anderson says current #pollution levels have already catastrophically depleted atmospheric #ozone levels, which absorb 98 percent of #ultraviolet rays, to levels not seen in 12 million years.

    Anderson’s assessment of humanity’s timeline for action is likely accurate, given that his diagnosis and discovery of Antarctica’s ozone holes led to the Montreal Protocol of 1987. Anderson’s research was recognized by the United Nations in September of 1997. He subsequently received the United Nations Vienna Convention Award for Protection of the Ozone Layer in 2005, and has been recognized by numerous universities and academic bodies for his research.

    #climat #extinction

    • The good news is there are a relatively small amount of culprits responsible for the vast majority of carbon emissions, meaning governments know who to focus on. As Grit Post reported in July of 2017, more than half of all carbon emissions between 1988 and 2016 can be traced back to just 25 fossil fuel giants around the world. 10 of those 25 top emitters are American companies, meaning the onus is largely on the United States to rein in major polluters like ConocoPhillips, ExxonMobil, Chevron, and Marathon Oil. Other offenders include Chinese companies extracting and burning coal, and Russian oil conglomerates like Rosneft, Gazprom, and Lukoil.

      However, the bad news for humanity is that as long as Donald Trump is President of the United States, swift action to combat climate change seems unlikely prior to 2020, given that Trump pulled out of the Paris Climate Accords and refuses to even acknowledge the threat of climate change despite warnings from U.S. government agencies like the Department of Homeland Security and the Department of Defense.


  • ExxonMobil gas project a disaster for Papua New Guinea’s people - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2018/05/04/pngp-m04.html

    ExxonMobil gas project a disaster for Papua New Guinea’s people
    By John Braddock
    4 May 2018

    The massive $US19 billion ExxonMobil-led liquid natural gas (LNG) project in the Hela region of Papua New Guinea (PNG) has failed to deliver a promised economic boom for the country, a non-government organisation report has found.

    #papouasie_nouvelle_guinée #énergie #gaz #résistance #pollution #environnement


  • Exxon Sparks IMF Concern With Weighty Returns in Tiny #Guyana - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-04-09/exxon-sparks-imf-concern-with-weighty-returns-in-tiny-guyana

    Exxon Mobil Corp. got such a “favorable” deal from Guyana, home to the biggest new deepwater oil play, that the tiny South American country should rewrite its tax laws, the International Monetary Fund said.

    While Guyana should honor the existing deal, future contracts should ensure the state gets a higher portion of crude proceeds, the fund said in a report seen by Bloomberg News. The country, South America’s third poorest with an average per capita income of around $4,000, has little experience of dealing with multinational behemoths such as Exxon.

    Terms of the 2016 contract “are relatively favorable to investors by international standards,” the IMF said in a report prepared for Guyanese officials. “Existing production sharing agreements appear to enjoy royalty rates well below of what is observed internationally.
    […]
    Open Oil, a Berlin-based company that advocates contract transparency, also found Guyana’s share of the #Stabroek was low compared with both established and early-stage producing countries. Guyana will receive 52 percent of positive cash flow over the life of Exxon’s initial project, compared with between 63 percent and 72 percent for developments in Liberia, Mauritania, Ghana, Senegal and Papua New Guinea, it said in a March report.

    The Exxon contract, which was published on a government website last year, provides Guyana with a 2 percent royalty on sales and 50 percent of profitable oil, once costs are repaid. Exxon and its partners can only deduct three-quarters of their costs each year, giving the government some cash in the first years of the project.


  • Fossil Fuels on Trial: Where the Major Climate Change Lawsuits Stand Today
    https://insideclimatenews.org/news/04042018/climate-change-fossil-fuel-company-lawsuits-timeline-exxon-childr

    Over the past few years: Two states have launched fraud investigations into #Exxon over #climate change. Nine cities and counties, from New York to San Francisco, have sued major fossil fuel companies, seeking compensation for climate change damages. And determined children have filed lawsuits against the federal government and various state governments, claiming the governments have an obligation to safeguard the environment.

    [...] Following is a summary of the major legal battles pitting Exxon and the oil and gas industry against American states and cities, and environmentally inspired young people against the government.

    This timeline will be updated as events unfold.


  • Cerrarán tres refinerías de manera indefinida
    http://www.el-nacional.com/noticias/petroleo/cerraran-tres-refinerias-manera-indefinida_228396

    Petróleos de Venezuela planea cerrar en las próximas semanas tres de sus cuatro grandes refinerías de manera indefinida debido a la escasez de crudo para procesar y por la falta de personal que opere  las plantas, aseguraron sindicalistas. Las refinerías son Cardón, Puerto La Cruz y El Palito.

    El directivo de la Federación Única de Trabajadores Petroleros de Venezuela, Iván Freites, dijo que la refinería Cardón, estado Falcón, solo se usaría para la producción de lubricantes y como parte de la logística de la empresa estatal para el suministro de combustibles al mercado. Tiene una capacidad total de 310.000 barriles por día; mientras que las otras dos refinadoras, Puerto La Cruz y El Palito, pueden producir 187.000 y 145.000 barriles al día.

    Freites agregó que las empresas Rosneft de Rusia y Petrochina decidieron retirarse del proyecto con el que iban a operar en refinerías del centro de Paraguaná, y asumir las inversiones para hacer conversiones profundas en las plantas, principalmente en la producción de combustible automotriz. Rosneft iba a manejar la refinería de Amuay con una capacidad de 650.000 barriles diarios y Petrochina en Cardón, cuya capacidad es de 310.000 barriles por día.

    • Ça fait quand même tout drôle de voir Rosneft et PetroChina (CNPC) sur la péninsule de Paraguaná ! Quand j’étais ado, il y a bien bien longtemps à Punta Cardón, Amuay appartenait à la Creole Petroleum Corporation (accent vénézuélien, svp) filiale de SOCal / Esso / Exxon et Cardón de Shell.

    • Abandono de refinerías de Pdvsa lleva a operar solo la de Amuay
      http://www.el-nacional.com/noticias/economia/abandono-refinerias-pdvsa-lleva-operar-solo-amuay_229154

      [Iván Freites, directivo de la Federación Única de Trabajadores Petroleros de Venezuela,] también secretario general del sindicato de trabajadores petroleros de Falcón reveló el contenido del informe operativo del complejo refinador Paraguaná (integrado por Amuay y Cardón) correspondiente a marzo de 2018: “Al 31 del mes pasado Amuay procesó una carga de crudo de 200.000 barriles diarios, pero su capacidad instalada es 635.000 barriles al día”.
      […]
      Las condiciones de Cardón a finales de marzo pasado eran bastante críticas y cerró con una producción de 100.000 barriles diarios de su capacidad instalada de 305.000 barriles por día. Además de las plantas paradas, el problema más grave de esa refinería son los servicios industriales como consecuencia del mal funcionamiento de la planta eléctrica que provee electricidad, vapor y aire indispensables para los distintos procesos.

      El representante de la Futpv afirmó que los problemas y las grandes inversiones requeridas en Amuay y Cardón hicieron desistir a Rosneft de Rusia y Petrolera Nacional de China de su intención de emprender el proyecto de recuperación de las instalaciones, las cuales serían manejadas por las empresas mediante un contrato de arrendamiento con Pdvsa.


  • Thomas Midgley Jr.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Midgley_Jr%2E
    L’#ingénieur américain qui a inventé l’additif au #plomb pour l’essence, et les #CFC (chlorofluorocarbures)...

    Ses deux principales inventions ont finalement fait de lui l’un des responsables de deux des pires catastrophes environnementales du xxe siècle :

    – une #pollution généralisée de toutes les régions habitées de la planète par le plomb (90 % de tout le plomb introduit par l’humanité dans l’atmosphère de 1920 à 2000 viendrait du tétraéthyle de plomb, et il l’a été sous forme de vapeur de plomb, c’est-à-dire sous l’une de ses formes les plus bioassimilables),

    – une dégradation de la couche d’ozone responsable d’une hausse du rayonnement ultraviolet (directement cancérigène) et contribuant à former par photochimie les précurseurs de nombreux polluants de l’air, notamment à partir des émissions d’échappement des automobiles que Midgley et son collègue Kettering ont eux-mêmes contribué à développer, au sein d’une entreprise créée par Exxon et General Motors (qui continue à produire des additifs plombés pour l’essence de grands pays en développement).

    Même si cette responsabilité était clairement partagée avec son collègue et ami Kettering et avec l’entreprise « Ethyl » alors propriété à part égale de Exxon et General Motors, qui se sont fait techniquement assister par DuPont, ceci a fait dire (et écrire) à l’historien de l’environnement John R. McNeill que « Midgley (...) eut plus d’impact sur l’atmosphère qu’aucun être vivant quelconque dans l’histoire de la planète ».


  • Donald Trump limoge son chef de la diplomatie, Rex Tillerson et le remplace par l’ex-chef de la CIA — RT en français
    https://francais.rt.com/international/48664-donald-trump-ecarte-son-chef-diplomatie-rex-tillerson

    En outre, le chef d’Etat américain a évoqué des désaccords avec Rex Tillerson, notamment sur l’Iran. « Nous nous entendions bien mais nous avions des désaccords », a lancé Donald Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, en partance pour la Californie. « Quand vous regardez l’accord sur le nucléaire iranien, je pensais qu’il était horrible, il pensait qu’il était OK », a-t-il expliqué.

    L’ex-secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, quant à lui, n’aurait pas parlé à Donald Trump avant son limogeage et ignorerait les raisons pour lesquelles il a été écarté et remplacé par le patron de la CIA Mike Pompeo, selon un responsable de la Maison blanche cité par l’AFP.

    (...)

    Les relations entre Donald Trump et Rex Tillerson étaient par ailleurs réputées tendues et la perspective d’une démission de l’ex-patron du géant pétrolier ExxonMobil faisait l’objet de spéculations récurrentes depuis plusieurs mois.

    Début octobre, la chaîne NBC News attestait également que Rex Tillerson avait qualifié le président américain de « débile » à la fin d’une réunion au Pentagone.

    #usa #diplomatie


  • Tensions entre Chypre et la Turquie au sujet de l’exploration gazière
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/02/11/tensions-entre-chypre-et-la-turquie-au-sujet-de-l-exploration-gaziere_525521

    L’incident pourrait encore compliquer la résolution du problème chypriote. Chypre a estimé, dimanche 11 février, que la Turquie, qui occupe la partie nord de l’île, avait violé « le droit international » en bloquant un navire italien parti explorer du gaz dans les eaux de l’île méditerranéenne.

    Le grand groupe italien de l’énergie ENI a indiqué à l’agence de presse chypriote que des navires de la marine turque avaient donné l’ordre à l’un de ses bateaux de s’arrêter en raison « d’activités militaires » dans ce secteur. Il faisait route vers le bloc 3 de la Zone économique exclusive (ZEE) de Chypre, à l’est de l’île divisée, en vue de commencer l’exploration de cette zone.
    […]
    Chypre, qui a lancé des opérations de forage il y a plus de sept ans au large de ses côtes, a annoncé jeudi la découverte d’importantes réserves de gaz au bloc 6, au sud-ouest du bloc 3, par le groupe ENI et le français Total. L’an dernier, ExxonMobil et Qatar Petroleum ont signé un contrat de licence avec Nicosie pour explorer le bloc 10, situé près du champ gazier égyptien « Zohr », où d’immenses réserves de gaz ont été découvertes.

    Il y a un peu plus de 3 ans, incident au même endroit : un bateau turc prospectait sur cette zone
    https://seenthis.net/messages/307986
    (avec carte des « blocs » d’exploration)

    • Standoff on High Seas as Cyprus Accuses Turkey of Blocking Exploratory Drillship in Eastern Mediterranean – gCaptain
      http://gcaptain.com/standoff-on-high-seas-as-cyprus-accuses-turkey-of-blocking-exploratory-dri


      The Saipem 12000 drillship

      A spokesman for Eni said on Sunday the Saipem 12000 drill ship had been heading from a location southwest of Cyprus towards an area southeast of the island on Friday when it was stopped by Turkish military ships and told not to continue because of military activities in the destination area.
      […]
      A spokesman for the Italian foreign ministry confirmed that Turkish authorities were not allowing the ship to proceed towards its destination.

      Italy is following the matter “at the highest level through its diplomats in Nicosia and Ankara … and following all possible diplomatic steps to resolve the question,” the spokesman said.

      A spokesperson for Italy’s state-controlled Eni said the ship, which was travelling after reporting a natural gas discovery in another prospect within Cypriot maritime boundaries on Feb. 8, would remain stationary until the issue was resolved.

      “The vessel has prudently executed the orders and will remain in position pending an evolution of the situation,” the spokesperson said.

      The ship was heading to Block 3 of Cyprus’s exclusive economic zone, ENI said.

      Turkey’s ministry of foreign affairs, in a statement on Sunday did not make any mention of obstructing the Eni ship but said exploration of Block 3 was a unilateral move by Greek Cypriots that violated the sovereign rights of Turkish Cypriots on the ethnically-split island and Greek Cypriots were jeopardising security and stability in the region.

      Position du Saipem 12000 sur MarineTraffic à l’instant (le point bleu clair au centre, à l’arrêt) il n’est pas encore entré dans le Bloc 3.

    • Cyprus accuses Turkey of blocking ship again in gas exploration standoff
      https://www.reuters.com/article/us-cyprus-natgas-turkey/cyprus-accuses-turkey-of-blocking-ship-again-in-gas-exploration-standoff-id

      Cyprus accused Turkey on Friday of threatening to use force against a drillship chartered by Italy’s Eni, in a standoff over hydrocarbons rights in the eastern Mediterranean.

      There was no immediate reaction from Turkey, which has vowed to prevent Greek Cypriots from exploring for oil or gas around the ethnically-split island. Turkey says some areas of Cyprus’s offshore maritime zone fall under its jurisdiction.

      On Feb. 9, the Turkish navy on maneuvers in the Mediterranean stopped the Saipem 12000 vessel on its way to drill for gas in the waters off Cyprus, triggering a diplomatic standoff that has underscored tensions in the region over competing claims for offshore resources.


  • Il faut « interdire la collecte de données personnelles en ligne »
    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2018/02/06/il-faut-interdire-la-collecte-de-donnees-personnelles-en-ligne_52526

    Analyse. Le plus grand danger, à long terme, estime le journaliste du « Monde » Damien Leloup, est celui de créer des sociétés habituées à la surveillance de masse permanente, dans laquelle tout libre arbitre disparaît dans les bases de données de quelques entreprises géantes.

    Or, des Exxon-Valdez [du nom du pétrolier américain qui répandit 38 000 tonnes de pétrole sur 1 300 km de côtes en Alaska en 1989] de données, il y en a tous les jours. Il ne se passe pas 24 heures sans que l’on apprenne le vol d’une gigantesque base de données, la collecte illégale d’informations médicales ou sur des mineurs par une grande société en ligne, ou l’utilisation de ces données pour débusquer des opposants politiques ou vendre des informations ou des produits frelatés.

    Risque de s’habituer à la surveillance de masse

    Et le pire est à venir. Nous n’en sommes qu’aux balbutiements de notre savoir en matière d’analyse des données. Ce que nous savons déjà faire devrait nous terrifier : on peut, aujourd’hui, déterminer assez précisément l’orientation sexuelle d’une personne en fonction de ses « likes » sur Facebook, ou savoir si une femme est enceinte en fonction de l’évolution de ses comportements d’achat en ligne.

    Mais ces fonctionnalités, déjà dignes d’un mauvais épisode de la série télévisée britannique dystopique Black Mirror, ne sont qu’un avant-goût de ce qui nous attend alors que la quantité de données produites et collectées, et notre capacité à les analyser, grandit chaque jour. Demain, peut-être votre assureur pourra-t-il savoir si vous avez un risque de pathologie cardiaque en se basant sur vos achats Amazon, ou savoir en temps réel que vous rendez visite à votre amant(e).

    Pour éviter ce futur cauchemardesque, il existe une solution, qui n’est certainement pas de proposer à chacun de monétiser lui-même ses données contre quelques centimes d’euros. C’est l’interdiction pure et simple de la collecte de données personnelles en ligne. Les mouchards dont sont remplis tous les sites Web et les applications ne vous servent pas à grand-chose, à vous consommateur et citoyen, à part une vague personnalisation de services sans grande valeur ajoutée.

    Il ne s’agit pas d’interdire aux entreprises de détenir un fichier client, ou de faire de la publicité : si vous voulez donner votre date de naissance à votre supermarché ou à votre compagnie d’assurance, il n’y a aucun problème : les lois actuelles vous protègent de manière claire et simple. Mais cela vaut-il la peine d’être géolocalisé en permanence au mètre près, pour permettre à une grande surface de vous proposer des promotions lorsque vous entrez dans son magasin ?

    Mais l’or noir, direz-vous, c’est aussi de la croissance, des emplois, du PIB ! En fait, non, ça ne l’est pas, ou si peu. Pire : la collecte massive de données personnelles a introduit des distorsions de concurrence à une échelle rarement vue dans l’histoire récente. Aucune PME aujourd’hui ne peut prétendre utiliser elle-même le data : elle est contrainte de passer par les services des géants du Web.

    Ecrire, comme le font les auteurs de la tribune publiée dans Le Monde, que « dénoncer la monétisation, c’est nier une réalité économique, puisque nos données sont de facto devenues objets de commerce », c’est faire preuve d’une méconnaissance fondamentale du sujet.

    Mais l’or noir, direz-vous, c’est aussi de la croissance, des emplois, du PIB ! En fait, non, ça ne l’est pas, ou si peu. Pire : la collecte massive de données personnelles a introduit des distorsions de concurrence à une échelle rarement vue dans l’histoire récente. Aucune PME aujourd’hui ne peut prétendre utiliser elle-même le data : elle est contrainte de passer par les services des géants du Web.

    Ecrire, comme le font les auteurs de la tribune publiée dans Le Monde, que « dénoncer la monétisation, c’est nier une réalité économique, puisque nos données sont de facto devenues objets de commerce », c’est faire preuve d’une méconnaissance fondamentale du sujet.

    #Données_personnelles #Economie_influence


  • Shell Gives North Sea Shot in Arm With Field Redevelopment - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-01-15/shell-gives-north-sea-operations-shot-in-arm-at-penguins-field

    Royal Dutch Shell Plc made one of its biggest commitments to the North Sea in 30 years, with plans to redevelop the Penguins oil and gas field.

    The Anglo-Dutch oil major will build a floating production, storage and offloading vessel — its first new manned installation in almost three decades — to take output from eight wells it plans to drill. Peak production will be the equivalent of 45,000 barrels a day, with a break-even price of less than $40 a barrel, Shell said on Monday.

    It is another example of how we are unlocking development opportunities, with lower costs, in support of Shell’s transformation into a world class investment case,” Andy Brown, Shell’s upstream director, said in a statement.

    Penguins, a joint venture between Shell and Exxon Mobil Corp., is already operational after first being developed in 2002. Oil from the field — about 150 miles (240 kilometers) northeast of the Shetland Islands — will be transported by tanker to refineries, while the gas will be sent by a pipeline to the St. Fergus terminal in Scotland.

    #Penguins_Oil_Field


    Shell initiated a the Brent decommissioning project in 2006 due to depleting resources. Image courtesy of Shell UK.

    carte issue d’un article sur le démantèlement du champ #Brent
    https://www.offshore-technology.com/projects/brent-field-decommissioning-north-sea

    • Alors que la prospection en #mer_de_Barents a été très décevante.

      2017 Was a Disappointing Year for Drillers in Norway’s Arctic Waters - Bloomberg
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-01-11/hope-wanes-for-elephant-oil-finds-in-norway-s-arctic-waters

      After a disappointing year for drillers, Norwegian authorities are reviewing their hopes for the Nordic country’s hottest exploration area.

      In the part of the Barents Sea that’s currently open, you’ve sort of tried the elephants — the big opportunities,” Bente Nyland, the head of the Norwegian Petroleum Directorate, said in an interview. “You’re now down to the next generation in size.

      That means the industry regulator would be happy with any discovery of about 500 million barrels of oil, she said. That’s a far cry from the multibillion barrel deposits discovered in the North Sea, which have helped Norway become one of the world’s richest countries over the past decades.

      Apart from Statoil ASA’s #Snohvit gas field, no single discovery in the Barents has reached half a billion barrels. A record drilling campaign in the region last year yielded only one oil discovery with commercial potential. A particular disappointment was Statoil’s #Korpfjell well, the first to be drilled in the newly-opened Barents Sea South-East region abutting Russian waters. Estimated to have billion-barrel potential, the prospect proved to hold only unprofitable amounts of gas.


  • #Climat : #New_York assigne en justice cinq géants pétroliers
    https://www.romandie.com/news/Climat-New-York-assigne-en-justice-cinq-geants-petroliers/879503.rom

    Climat : New York assigne en justice cinq géants pétroliers

    New York - La ville de New York a assigné en justice cinq groupes pétroliers géants pour leur rôle présumé dans le changement climatique, et annoncé son intention de se débarrasser de quelque 5 milliards d’investissements dans des sociétés actives dans les #énergies_fossiles.

    Le maire démocrate, Bill de Blasio, a annoncé mercredi que la première ville américaine avait saisi la justice fédérale contre cinq géants pétroliers - BP, Chevron, ConocoPhillips, ExxonMobil et Shell - pour leur responsabilité supposée dans le changement climatique.

    [...]

    Les dommages éventuellement alloués par la justice contribueraient au financement des mesures prises par la ville pour lutter contre les conséquences du changement climatique, a annoncé la municipalité, qui a déjà lancé un programme d’investissement de 20 milliards de dollars.

    « ExxonMobil accueille favorablement toute tentative de répondre au changement climatique », a réagi ExxonMobil à l’AFP. « Ce type d’action en justice, (...) contre une industrie qui propose des produits sur lesquels nous nous reposons tous pour faire fonctionner l’économie et vivre au quotidien, n’en est pas une. »

    Chevron a dénoncé une action « sans fondement factuel ou juridique », qui « ne fera rien pour répondre à la grave question du changement climatique », tandis que Shell soulignait que le réchauffement devait être traité « par des politiques gouvernementales raisonnables et le changement culturel », « pas par les tribunaux ».